DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Siame

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Dénicher un champignon étoilé [PV Dimitri] - Page 2 JvNj4PH
    Gazette des cendres
    Été 2024
    Lire le journal
    #7
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Coeur de Melorn
    Derniers sujets
    Démoniaques philosophies [Savoir]Aujourd'hui à 2:44Savoir
    RPS REPUBLICAINS DE RUBY DRAGLAMEAujourd'hui à 2:24PNJ
    RPs spéciaux - Vaenys DraknysAujourd'hui à 2:18PNJ
    RPs Spéciaux d'Altarus AearonAujourd'hui à 2:15PNJ
    Shahana Daaki [Terminée]Aujourd'hui à 0:26Shahana Daaki
    Rp Reike de la montagne (Kilaea)Hier à 20:30Kilaea Sliabh
    Une Mort Silencieuse - PAHier à 19:43Pancrace Dosian
    [Flash-event] Le Bal du Reflet des ÂmesHier à 19:36Afosios Smaragdi
    Validation RP Qwellaana (Reike)Hier à 19:06Qwellaana Airdeoza
    3 participants
    Aller en bas
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Dimitri Chagry
    Dimitri Chagry
    Messages : 281
    crédits : 1249

    Info personnage
    Race: Ombra
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2101-dimitri-chagry-uchttps://www.rp-cendres.com/t2223-un-morceau-d-une-vie#18800
  • Sam 2 Mar - 12:55
    DÉNICHER UN CHAMPIGNON ÉTOILÉ

    @Isolde Malkyn  @Zéphyr Zoldyck


    La perspective de ce combat aurait pu le faire esquisser un sourire. Il aimait cette montée d’adrénaline et cette sensation de vider l’esprit pour laisser place au jeu de la survie. Donner des coups en apparence anodins qui viderait ces corps de leur sang.
    Hors, d’autres enjeux entraient en compte…
    La geomi risquait de se prendre un coup de ces imbéciles. Les humains, s’il mourrait, lui mettraient des mercenaires ou des pisteurs à dos. Il poussa un soupir exaspéré. À eux trois, ils seraient capables de repousser cet assaut de demeurés. Les prétentieux n’arrêtaient pas de leur envoyer des remarques plus que limitées sur leurs compétences. Ils riraient moins avec une lame entre les deux yeux… Pourtant, un doute subsistait dans l’esprit de l’ombre. Les retombées n’allaient pas plaire. Les braconniers avaient des contrats avec une autorité plus influente. Personne ne viendrait chercher leurs cadavres, mais ils essaieraient sans doute de retrouver leurs meurtriers. Il lui était arrivé une fois d’éliminer le mauvais bonnet. Depuis, un groupe de trappeurs de Kyouji le suivait dans quasi chacun de ses déplacements solitaires. Trappeurs qui avaient connaissance en partie de son passé et du lien de son ancien maître avec la pègre locale.

    Peu de choix s’offrait à eux, il allait devoir les affronter et les éliminer. Il tirerait les conséquences plus tard. ⸉ Je vais éliminer les plus vifs d’abord. ⸊ Promit-il.
    Son corps à corps avec les ombres de la forêt lui donnaient un avantage. Il se glissa au plus près du premier qu’il chargea, et lui fit perdre sa main. Hurlant sa rage et sa douleur, il secoua son moignon dans tous les sens avant de s’écrouler. Un ricanement à peine perceptible s’échappa de la bouche de l’ombre qui disparut aussitôt. Le deuxième combat fut plus rude, à peine s’approcha-t-il du drakyn que son regard vert plongea dans le sien. D’un revers, il se prit le coude de celui-ci dans la mâchoire, stoppant net son assaut contre son flanc.
    Dimitri prit un court moment pour se replier et réévaluer la zone. Le monstre de muscle l’agressait de son regard bourré d’assurance et le chargeait. Il n’eut qu’à peine le temps de balayer un regard le terrain de jeu de la brune, qui évita de justesse le coup d’une épée. Lui ne disposait d’aucune sorte de zone, mais il pourrait freiner ceux qui arrivaient sur eux avec ses couteaux de jets boomerangs. Il glissa entre les jambes du minable danseur qui tenta de l’écraser avec ses pieds, le sifflement à peine perceptible de ses lames fendaient l’air venir blesser à la jambe les trois hommes qui arrivaient sur eux.
    La maîtrise de la femme à la peau opalescente scellait l’esprit de l’élémentaire feu.

    La force de frappe en moins de cet individu affaiblissait le groupe mais n’empêchait pas le petit nombre de merdeux d’étouffer leurs attaques et leur défense. Aloys y attachait de l’importance, et mettait tout en œuvre pour ne laisser personne approcher l’étudiante. Cette dernière restait parfaitement concentrée. Dimitri n’aurait pas le temps d’éliminer l’élémentaire feu. Cassian suffoquait encore à l’arrière. Son vieil âge n’empêcherait pas son cul fripé de les aider avec sa magie du vent. Il pourrait au moins en déséquilibrer quelques-uns. Le soigneur hagard, observa la jeunesse et prit les jambes à son cou, filant dans la forêt. ⸉ Enfoiré de tête de pipe… sac à merde… ⸊ Grognait-il en roulant sur le sol pour éviter un autre coup du Drakyn furieux. Les coups d’épées fendaient le sol d’une vingtaine de centimètre, comme s’il coupait dans du beurre.
    Il se redressa, évita un coup en parant sur le côté. Le poignet massif de l'autre à portée de main, il fit une incision précise au niveau de la main à l'horizontale pour lui faire lâcher l'objet massif. Après cela, ses coups s'enchaînèrent. Il ne laissa que peu de temps au monstre de deux cents kilos pour souffler. Son ricanement s'était tu. Il le prenait au sérieux enfin. Le regard noir de l'ombre brilla dans la nuit alors qu'il portait différents coups au niveau des articulations. Fragilisant le maintien de l'homme tout en veillant à ce qu'aucun autre ne vienne passer leur défense. Il a dû prendre une seconde pour se détourner du drakyn, deux couteaux de jets se plantèrent dans le dos d'un braconnier prêt à se jeter sur le binôme d'étudiant. Les deux lames dans le dos permirent à Aloys de le finir. L'odeur ferreuse du sang emplissait la forêt. L'herbe humide rendait cette odeur forte.

    Après deux autres coups bien placés, le Drakyn mit un genou à terre et commença à causer tout seul. Ça aurait dû être facile. C'est ce qu'il nous a dit. Arrêtez donc de vous défendre petits insectes. Il n'y a rien que vous puissiez faire contre la marée qui vous arrive dessus. Laissez nous vous dépouiller, et donne nous ta bestiole. Il lui cracha du sang à la figure. Dimitri surprit dévisagea l'homme à genoux. Vu la taille de la chose, il était toujours plus grand que lui. Mais il était à la bonne hauteur pour qu'il lui glisse une lame dans la bouche. ⸉ Qui t'as envoyé ? ⸊ La lame poussait contre la fine paroie de chair. Le drakyn esquissa comme il le pouvait un sourire et tenta d'articuler des mots qui mirent mal à l'aise Dimitri. Des amis à toi, pour voir comm... tu t'en sorthais. Ils m'donnaient le doubhe pour te shubtiliser ce que tu leur devais. À quoi ça servait ? C'était contre productif de leur tomber dessus. L'homme qui lui avait demandé de chercher cette geomi pour la pègre n'avait pas d'argent à perdre. Peut être avait-il décidé de l'éliminer pour d'autres raisons ? Un sifflement distinct le fit réagir aussitôt. Il baissa son visage derrière le corps du Drakyn. La flèche se planta dans l'herbe derrière. Sa lame toujours dans sa bouche, l'autre tenta de le cogner avec la tête mais il termina le travail en découpant la chair fine.

    ⸉ Des archers ! Reculez dans la forêt, les arbres vous mettront parciellement à l'abri de leur tir ! ⸊ L'urgence se faisait sentir dans sa voix. Il ne savait pas bien ce qu'il ressentait vis à vis de leur vie. Mais il les jugeait suffisamment importante pour les prévenir de cette menace sinistre. Il n'avait aucune idée de combien d'archers étaient venus les cueillir. Ses couteaux de jets découpèrent deux flèches sur la trajectoire des étudiants, et il se rendit compte qu'il ne lui restait plus que deux armes, ainsi que ses deux couteaux de chasse.
    Au même moment, une énième douleur dans son bras lui fit réaliser qu'une flèche venait de le traverser de par en par. Ni une ni deux, il arracha la flèche non sans laisser échapper un cri étranglé.
    Il frappait sans s'arrêter, tentant de repousser l'ennemi qui tombait sur lui. L'esprit préoccupé, il savait qu'il se ferait submerger d'une seconde à l'autre. Il devait reculer pour se fondre dans le décor, mais les bracconniers étaient trop nombreux et trop proches.


    design  ϟ vocivus // icons ϟ kaotika  


    POSTE 8
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Zéphyr Zoldyck
    Zéphyr Zoldyck
    Messages : 254
    crédits : 447

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation:
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: B - Oreille
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1330-zephyr-zoldyck-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2145-chronologie-de-zephyr#18202
  • Ven 5 Avr - 23:04
    Le chant des lames résonne.
    Faut-il s’en étonner ? Quand on fricote avec la pègre, il y a toujours un grand risque d’être frappé par derrière. Mais ceux qui osent s’aventurer dans le monde de l’ombre ne se découragent pas pour si peu. Au contraire, soit ils pensent qu’ils sauront être malins et éviter de telles conséquences, soit ils prennent des initiatives pour ne jamais se faire avoir de la sorte. Les plus malheureux – ou les plus idiots – se font manipuler jusqu’à ce qu’ils deviennent des pions inutiles, et les plus rusés s'élèvent très haut dans le royaume du vice. D’autres, encore, jouent sur d’autres tableaux et tâchent de lutter contre cet empire invisible, sur ce poison qui se répand dans le Reike et dans le Sekai. Il est illusoire d’espérer l’éliminer pour toujours, mais l’affaiblir, diminuer son emprise, cela, c’est toujours réalisable.

    Pour autant, en ce soir d’automne, les bandits ont incontestablement l’avantage. Comment ne le pourraient-ils pas ? Leur cible est accompagnée de trois personnes seulement. Deux depuis que le propriétaire de la cabane a détalé en prenant les jambes à son cou. Et en face… En face ils sont beaucoup plus nombreux. Au moins le double, voire le triple les attend. Ils sont si nombreux, songe Zéphyr, que cela en devient presque ridicule. Leur faut-il tellement de gens pour intimider, voire tuer quelqu’un ? A leur place, le maître-espion aurait exigé que seuls de ses subalternes s’en occupent. Mais qu’importe. Ils veulent parader, montrer leur force, leur suffisance.

    Soit.
    Ce sont des brutes.
    Il ne faut pas leur en demander trop.

    Zéphyr ignore tout de la belle brune et du jeune homme qui l’accompagne. Pour ainsi dire, il s’en moque un peu, ils ont leur vie comme lui a la sienne. Dimitri Chagry, cependant, a eu le malheur d’attirer son attention. D’un naturel discret, l’ombra ne l’a pas été assez pour le réseau d’espionnage de l’Oreille, qui a eu au bout d’un temps des soupçons à l’encontre du Reikois. Sa collaboration avec la pègre ayant été confirmée au bout d’une enquête, il avait fallu choisir entre le laisser agir ou l’arrêter derechef. Le mettre dans les faits accomplis aurait peut-être été mieux pour le membre du RSAF, mais ses « coéquipiers » auraient été alertés par son absence soudaine et ç’aurait été perdre un filon précieux. Le point qui avait été le plus tendu pour les espions avaient été de savoir s’ils livraient des informations sur le Régiment, qui était semi-secret. Selon ses subordonnés, cependant, Dimitri avait eu la bonne idée de se taire. Auquel cas les choses auraient sans doute dégénéré plus rapidement pour le chasseur aux yeux cendrés.

    Il avait donc été décidé que l’homme poursuivrait ses activités illégales afin de mieux cerner le reste de la cellule de braconnage. Cela serait de toute façon utile aux Régiment puisque ces chasseurs illégaux marchaient sur ses plates-bandes. Le guerrier partant à la chasse aux géomis, les assassins l’avaient suivi, espérant par là-même tomber sur la transaction qu’il devait mener avec la pègre.

    Et ma foi, qui aurait cru tomber sur autant de monde ?

    Evidemment, du point de vue d’Isolde, d’Aloys, de Dimitri, la situation n’est pas très sympathique, et à raison. Encore plus quand les archers s’invitent à la fête. Le trio n’a d’autres choix, pour survivre, que de se replier dans la forêt, et un des bandits, tout aussi imposant que celui que l’ombra a interrogé éclate d’un rire sournois :

    - Courez, courez, petites souris ! Vous ne nous échapperez pas !

    Tout ça pour une misérable géomis, j’vous jure.
    Enfin, la bête n’est qu’un prétexte pour asseoir un jeu de domination.

    - J’vois que t’es venu accompagné, en plus, mon p’tit gars. T’inquiète pas, on s’occupera bien d’tes copains.

    Heureusement – ou pas – les arbres et les bois alentours empêchent leurs poursuivants de les attaquer dans l’immédiat, trop gênés par les broussailles qui enraillent leur vue et leur mouvement. Mais cela ne dure pas éternellement, et quelques dizaines de mètres plus loin, ils arrivent dans une semi-clairière déjà plus dégagée. Ce sont de nouveau des cibles parfaites et enhardis par le poids du nombre, les brutes ricanent, conscient que leurs proies sont fatiguées et que l’un des trois semble même plus fragile psychologiquement.

    - En plus, y a une jolie minette ! Eh ma belle, à quoi sert donc de courir avec ce minable ? Viens avec nous, tu verras, t’seras mieux et tu passeras une meilleure soirée !

    Toutes à ses palabres, le truand ne voit pas la silhouette se glisser dans son dos avec une grâce et une vitesse surnaturelle, trop élevée pour le commun de mortels.
    Il ne voit pas non plus la lame briller à la lumière de la lune avant que celle-ci ne s’abatte sur ses tendons.

    - Je doute que la demoiselle soit intéressée par ton invitation.

    La remarque presque nonchalante de Zéphyr tranche avec la cruauté de ses actions, puisque l’instant d’après, le bonhomme est obligé de poser un genou à terre dans un cri alors qu’une dague transperce sa jugulaire dans un second mouvement aussi précis que chirurgical.

    - Et de un.

    Le corps s’écroule dans un jet de sang, alors que Zéphyr, bien positionné pour ne pas recevoir tout le liquide carmin sur lui, jette un œil au trio, puis aux braconniers qui sont derrière lui. Autant surpris que choqués, les poursuivants se sont arrêtés, et un sourire sournois apparaît bientôt sur les lèvres du Reikois.

    - Vous envoyez beaucoup de monde pour un bête règlement de compte.

    La phrase semble tirer tout le monde sa léthargie, et s’ils sont certes méfiants à cause de l’exécution qui a eu lieu devant leurs yeux, le fait de voir leurs compatriotes les uns à côté des autres leur redonne une certaine forme de courage. Aussitôt balayé par les propos tranquilles du maître-espion.

    - Que celui qui veut mourir s’avance.

    Mais ce n’est pas un homme qui va leur dicter ce qu’ils doivent faire n’est-ce pas ? Ils ont toujours l’avantage du nombre. C’est ainsi. Et le second qui enchainera un mouvement poussera bientôt un nouveau cri de souffrance. Dimitri a pour l’heure perdu tout intérêt, car l’inconnu semble trop vivace et trop agile pour être touché, même quand plusieurs se mettent à le viser. Certes, leur ennemi n’attaque alors plus et concentre tout sur l’esquive, mais on dirait alors un danseur qui s’harmonise avec le mouvement de leur lames. C’est peut-être un ballet un peu irréel pour les spectateurs, au point que quand un autre Zéphyr apparaîtra entre Dimitri et Isolde, en regardant lui aussi le spectacle de son double, il semblera peut-être sortir de nulle part.

    - Vous vous êtes mis dans un sacré pétrin, sieur Chagry. Une œillade vers Isolde et Aloys. Je ne sais pas qui vous êtes, ma dame, mais il semble que vous ayez été au mauvais endroit au mauvais moment. A moins que vous ne soyez amis ? C’est toujours possible, au fond. En tous les cas, Zéphyr se reconcentre vers son double qui s’amuse à épuiser ses ennemis et à en effrayer d’autres. Il n’est guère surpris quand une autre silhouette dissout son invisibilité et une belle rousse s’avance auprès du maître-espion.

    - On s’est occupé des archers.

    Le chef des forces spéciales hoche la tête sobrement face à sa Sentinelle, puis, il pose son regard sur son double, qui est sur le point d’être embroché par de multiples armes, entouré comme il est par des braconniers. D’un claquement de doigt, il supprime son jumeau et c’est avec un léger rictus qu’il voit les brigands se blesser les uns les autres. Mais cela a pour conséquence « fâcheuse » de ramener l’attention sur leur petit groupe, et Zéphyr reprend la parole.

    - Je vais m’occuper de ces braconniers avec mes Sentinelles. Reposez-vous. Ensuite, nous parlerons. Sayena, laisse-en deux ou trois s’enfuir et pistez-les pour qu’ils remontent vers leurs maîtres. Les autres n’ont pas d’importance.
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Isolde Malkyn
    Isolde Malkyn
    Messages : 367
    crédits : 1642

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre Mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2669-isolde-malkyn-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2706-le-grimoire-d-isolde
  • Mar 23 Avr - 15:14
    Dénicher un champignon étoilé
    Feat Dimitri & Zéphyr

    Tandis que l’un des assaillants s’élançait vers Aloys et Isolde, cette dernière perçut la trajectoire mortelle des couteaux lancés par Dimitri. Ils fendirent l’air puis allèrent se planter dans le dos du braconnier. Les lames pénétrèrent profondément sa chair, la déchirant et provoquant un flot écarlate. Le bandit hurla de douleur et tomba à genoux sur le sol. Aloys en profita pour foncer droit sur lui d’un pas rapide. Il s’approcha de sa proie blessée, l’acier de son épée prêt à frapper. Il abattit sa lame dans le dos de l’ennemi, le tranchant nettement et le laissa mort étendu dans l’herbe humide et maculée de sang. L’odeur ferreuse se répandit jusqu’à la mage noire, qui observait la scène avec une satisfaction froide.

    À l’alerte de Dimitri, la nécromancienne ressentit un mélange d’excitation et d’angoisse. Elle avait envie de poursuivre le combat, de voir le sang gicler et faire tomber ses ennemis à l’aide de sa sombre magie. Toutefois, elle reconnaissait la gravité de la situation à la voix du chasseur. Elle obtempéra et alla se cacher dans la forêt. Les ennemis semblaient bien trop nombreux, ils ne pouvaient pas lutter seulement à trois, malgré leur ténacité.
    De son côté, l’étudiant était toujours déterminé à protéger Isolde. Il se tourna vers elle alors qu’ils étaient dissimulés derrière les arbres. Malgré le chaos de la bataille, il souhaitait lui faire savoir qu’il ne comptait pas la laisser tomber. « Je te protégerai quoiqu’il arrive, reste cachée. » C’était bien la première fois depuis le début de l’aventure qu’elle était reconnaissante envers le guerrier. Il n’était plus sous l’effet du sort, mais il lui montrait tout de même à quel point il souhaitait veiller sur elle. Assurer la protection de sa camarade paraissait primordial pour Aloys. Elle acquiesça et resta bien cachée derrière l’arbre, à l’abri des tirs des assaillants.
    L’étudiant restait, quant à lui, exposé au danger. Malgré ses efforts pour repousser les archers, une flèche vint frôler son bras, lui arrachant un cri de stupéfaction. Le danger n’en finissait pas. Elle cherchait un moyen d’échapper à un affrontement meurtrier, mais elle craignait de subir le même sort si elle tentait quelque chose. Pourtant, il fallait fuir, s’enfoncer davantage dans la forêt.

    Hélas, ils tombèrent dans une clairière, un espace ouvert et dégagé les rendant vulnérables. La mage s’arrêta aussitôt, le cœur battant la chamade. Elle scruta rapidement les environs, à la recherche d’une échappatoire. Elle ne voyait qu’un vieux tronc d’arbre inversé, qui ne pouvait même pas servir de refuge temporaire. Les branches feuillues aux alentours pouvaient dissimuler mille dangers. Elle se sentait à découvert et cible parfaite des assaillants. D’ailleurs, elle entendit les paroles narquoises de ces derniers. Elle regarda brièvement Dimitri à la première moquerie, se demandant comment il allait réagir à cette provocation. Mais une nouvelle raillerie fusa, destinée cette fois-ci à la brune. Les paroles du bandit lui inspirèrent un profond dégoût. Son visage se durcit et son regard émeraude se noircit.

    - « Tu oses t’adresser à moi, pitoyable vermine que tu es. Jamais je ne me laisserais souillée par ta misérable présence. » répondit-elle avec tout le mépris et le dédain dont elle était capable. Elle fixa l’homme d’un regard glacial et elle avait terriblement envie de voir souffrir cet être abject. Elle se tenait debout, fière et prête à les affronter.

    Toutefois, Isolde perçut l’arrivée de Zéphyr. Elle ne le connaissait pas mais sa venue fut comme un soulagement. Avec vitesse et agilité, il se plaça dans le dos de l’ennemi pour lui trancher les tendons. L’homme s’écroula au sol. Le nouvel arrivant semblait être puissant. Bien qu’elle ne connût pas ses intentions et motivations, il leur était d’un grand secours. Sa nonchalance contrastait radicalement avec la brutalité de son acte et Isolde appréciait cela. Elle l’observait faire, impressionnée par sa maîtrise et sa manière précise de neutraliser les assaillants. Leur survie semblait à présent dépendre de l’efficacité de Zéphyr. Mais au vu de la confiance qui émanait de lui, l’étudiante gardait l’espoir de s’en sortir indemne.
    Elle le voyait agir avec une agilité et facilité étonnante, ses gestes fluides et rapides lui permettant d’échapper aux attaques multiples. C’était un spectacle fascinant auquel elle assistait. Puis un autre Zéphyr apparut près d’elle, ce qui la surprit. Émergeant de l’ombre, cet inconnu possédait le pouvoir de clonage. Ce qui reflétait sa connaissance poussée des arcanes.

    - « Nous ne sommes pas amis. J’ai rencontré Sieur Chagry dans la forêt. » dit-elle en reprenant l’appellation de l’inconnu. « Mon instinct de survie a poussé notre collaboration… Nous sommes étudiants à Drakstrang, Aloys et moi-même. Isolde. » ajouta-t-elle.
    Puis une jeune femme à la chevelure de feu apparut, sortant elle aussi des ombres. La situation semblait être gérée avec calme et efficacité. Elle écouta les nouvelles paroles de Zéphyr. « Merci. » répondit-elle sobrement.

    La reikoise observa l’homme partir avec ses sentinelles, avant de se tourner vers Dimitri. Elle le scruta avec curiosité.

    - « Dimitri, d’où connais-tu cet homme ? Parce que lui semble bien te connaître… Qui est-il ? » demanda-t-elle à voix basse, désirant d’en apprendre davantage sur leur sauveur. « Il est une personne importante, pour avoir une telle équipe près de lui et sa maîtrise magique est exemplaire... » Elle observait les réactions du chasseur avec intérêt.

    CENDRES


    Entraînée pour l'éternité dans une valse funeste avec la mort, elle dérive entre deux mondes dans une éternelle danse macabre.

    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Dimitri Chagry
    Dimitri Chagry
    Messages : 281
    crédits : 1249

    Info personnage
    Race: Ombra
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2101-dimitri-chagry-uchttps://www.rp-cendres.com/t2223-un-morceau-d-une-vie#18800
  • Ven 31 Mai - 15:41
    DÉNICHER UN CHAMPIGNON ÉTOILÉ

    @Isolde Malkyn  @Zéphyr Zoldyck


    La salve de flèches s’était tue. Des bruissements, des sons étranglés s’éparpillaient en hauteur. Figé et surpris par ce brusque changement de température, Dimitri s’était reconnecté à son environnement et il s’était progressivement rapprocher des deux étudiants. Sa blessure au bras semblait profonde mais il sentait la plaie se reformer. La construction serait lente en vue de la blessure mais les saignements finiraient pas s’arrêter rapidement.
    L’inconnu élimina en quelques secondes les assaillants avec une facilité déconcertante. Les points vitaux étaient mis à mal. La jugulaire sectionnée avec une précision chirurgicale. Les yeux de l’ombra, habitué à la vitesse, peinaient à séquencer les actions de la personne venue à leur secours. Il n’avait jamais vu ce visage.

    Une copie parfaite de celui qu’il avait vu combattre apparut entre Isolde et lui. Un mouvement de recule prit Dimitri avant que les propos ne glacent son sang. Son visage ne changea pas. Figé entre la froideur et la douleur. Un mélange peu appréciable mais qu’il tentait de maintenir pour ne pas aggraver son cas. Il n’avait aucune solution de repli. Dimitri allait devoir réfléchir à l’explication qu’il allait pouvoir donner. Cela ne serait pas une mince affaire… Alors qu’une rouquine venait donner des informations à son supérieur, il comprit qu’il avait affaire à l’oreille et à son réseau d’espionnage. La vigilance du Reike avait fini par l’atteindre et à remarquer ses agissements suspects. Il sentit ses dents grincer les unes entre les autres.

    《 Elle dit vrai, nous nous connaissons depuis quelques heures à peine. Avant qu’ils nous attaquent, nous avions l’intention de nous séparer. 》 Confirma-t-il sans ajouter d’autres informations.

    Il avait compris le problème auquel il devrait se confronter. L’ombra ne se jugeait pas responsable de ce qu’il avait engendré en « acceptant » de se laisser manipuler et traîner par d’anciennes connaissances de son maître. Mais il était parfaitement conscient que la couronne et l’organisation semi-secrète à laquelle il était rattachée ne l’entendrait pas de cette oreille. Enfermé dans un mutisme passager, il resta sur la réserve et prit au mot la proposition de se reposer. Il essuya et rangea les armes qu’il avait utilisé jusque-là, remonta sa manche pour inspecter la blessure et la soigner sommairement. Il nettoya, grimaça et mis un soin à base d’argile sur sa blessure qu’il emballa.

    《 Non je ne les connais pas. Je suppose qu’ils font partie du haut conseil… En vue de ses propos et de leur attitude, ce sont des espions affectés à l’Oreille… Ou l’oreille lui-même. Dans les deux cas, cela ne m’enchante pas, mais vous n’êtes pas réellement concernés par ce problème. Donc quel importance ? 》 Termine-t-il dans un sourire inanimé.
    À dire vrai, il n’avait jamais vu cet autorité en vrai, il n’était pas sur de ce qu’il annonçait. Ce type de personnalité restait dans l’ombre, l’Oreille n’irait pas se déplacer en personne pour des esclandres avec les braconniers de ce secteur... À moins qu’elle ne craigne que des informations soient divulgués… Il avala doucement sa salive et tourna son attention sur l’étudiante : 《 Le principal c’est que vous n’ayez pas eu à perdre de bras ou de jambe pour quelques médiocres champignons étoilés. À moins qu’il ne nous croit pas et qu’ils vous empêchent de partir. 》 murmure-t-il d’une voix basse à la brune. Lui, son destin était scellé. Peut-être aurait-il une éclaircie, un moyen de se dépêtré de ce problème qu’il avait si longtemps laissé pourrir.

    L’Oreille était difficile à atteindre. Le fait qu’elle se tienne probablement devant lui pour son cas le rendait particulièrement agité et morose. Après le coup bas mené par le groupe de braconnier, il avait du mal à savoir quelle attitude adoptée. Il allait forcément être rattaché au groupe et considéré comme un danger à la couronne. Jusqu’au bout les affaires de son ancien maître le suivrait et il était incapable avec son influence de retirer les nœuds qui se formaient chaque fois à ses pieds. Son regard bascula sur Isolde, elle avait quelques brèves égratignures anodines sur son corps. Son petit chevalier servant avait pris soin d’elle, et quelques égratignures seraient bien vite oubliés.

    Il n’avait pas envie qu’Isolde en sache de trop. Après tout, elle n’était qu’une erreur dans l’équation. Ils s’étaient rencontrés par hasard et avaient fait un marché pour une courte durée. Il n’avait pas de réponses à lui donner et ne souhaitait pas s’étaler. Le dos droit lorsqu’il vit les espions revenir après quelques minutes, l’attitude du chasseur était devenu plus respectueuse. Son respect de l’autorité transparaissait dans son langage corporel. Dans ses prunelles aciers on pouvait y lire de la crainte. Il souhaitait accélérer les choses. Un bref regard en direction d’Isolde, pour analyser son attitude par rapport à ce qui se produisait. Elle allait être spectatrice, mais il souhaitait éviter de divulger trop d’informations sur son passé. Probablement que l’espion à la tête de cette équipe ne voudrait pas l’entendre, mais il tentait tout de même de donner sa voix…

    《 Monsieur, j'ai quelques circonstances atténuantes que j'aimerais vous expliquer en privé. Peut-être que ces informations pourraient vous aider à comprendre ma vision des choses. Après cela, vous pourrez m'amener devant le conseil, m'emprisonner ou quoi que ce soit d'autre. J'assumerai les conséquences. 》

    La lourdeur pesant sur ses épaules était insupportable. Il tenta de regarder l'homme dans les yeux. Il ne connaissait pas cette personne mais ce qu’il dégageait laissait supposer qu’il était le meneur et le plus puissant du groupe. Peut-être perdrait-il tout en cet instant, mais il tenterait d’expliquer son point de vue dès qu’ils furent à l’écart…

    《 Je n'ai pas trouver d’autres choix que de donner des bêtes chassées aux braconniers car ils connaissaient mon ancien maître. Ils pensent que je chasse seul… Ils n’ont aucune information concernant mon statut actuel… Régulièrement, ils m'ont attaqué en groupe ces derniers mois, choisissant toujours des moments où j'étais seul et isolé. Prétextant qu’un ancien contrat avec Waine Zukei m’obligeait à respecter ces anciens accords… Je n’ai pas trouvé de solution immédiate et je craignais de perdre la place que j’ai acquéri au sein de l’organisation… j'ai décidé de résoudre le problème par moi-même en identifiant les acheteurs potentiels dans plusieurs endroits du territoire. Si je touchais les personnalités qui posaient problèmes, je pouvais effacer ce vieux contrat. Mais pour l’heure je n’ai jamais réussi à les atteindre… J’ai pris le temps de récolter des informations et de cibler les dirigeants de ces réseaux, mais je me suis rendu compte que j’étais incapable d’infiltrer seul ces réseaux. Je vous assure que mon allégeance va à la couronne… Je souhaitais simplement mettre fin à cette menace sans compromettre ma liberté. 》



    design  ϟ vocivus // icons ϟ kaotika  


    POSTE 9
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Zéphyr Zoldyck
    Zéphyr Zoldyck
    Messages : 254
    crédits : 447

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation:
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: B - Oreille
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1330-zephyr-zoldyck-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2145-chronologie-de-zephyr#18202
  • Dim 16 Juin - 22:15
    D’un côté, deux étudiants. De l’autre, un membre du RSAF, qui avait eu le malheur de fricoter avec des gens plus puissants que lui. Zéphyr est en étrange compagnie, il est vrai, pourtant, ce qui l’importe, c’est qu’aucun des trois protagonistes ne soit blessé ou mort. Il se moque de la survie des autres braconniers : si c’était le cas, il se serait arrangé pour que ses premières victimes restent en vie, or son double en a déjà éliminé un sans aucun état d’âme. Les autres vont bientôt suivre, hormis quelques « heureux » survivants qui les mèneront en fait à la planque d’un plus gros poisson.

    L’Oreille connaît Dimitri de loin, par contre, il ignore tout de la jeune femme aux cheveux noir ébène. Elle est accompagnée d’un autre homme de son âge, mais celui-ci n’a ni la prestance, ni le charisme que la demoiselle, et le guerrier relègue bientôt Aloys comme un étudiant de seconde zone. C’est peut-être dur de sa part, puisque le futur soldat a été courageux durant toute la nuit, mais il est impossible pour le maître-espion de connaître tous ses faits et ses gestes, et en l’état, il laisse son instinct parler. Dimitri et Isolde sont d’une autre trempe que l’étudiant, il en est quasiment certain. Aussi, c’est à ces deux derniers qu’il s’intéresse. Apparemment, ils ont collaboré pour survivre, quelque chose que le Reikois comprend aisément vu le merdier dans lequel ils se sont retrouvés. Mais ils ne sont pas amis, et Zéphyr acquiesce simplement de la tête pour montrer qu’il a bien entendu leurs propos. Il ne semble pas les mettre en doute, d’ailleurs et il passe donc à l’étape suivante.

    - Y a-t-il des blessés à prendre en compte ?

    Sa question exprime davantage un souci pragmatique qu’une réelle inquiétude à leur égard : s’ils ont des blessures majeures qui les empêche de rentrer à bon port, il faudra mettre en place les moyens adéquats pour rentrer dans les meilleurs délais. Plus il est mis a courant tôt, plus il pourra donner les ordres nécessaires et il écoute donc leurs réponses, avant de davantage rejoindre ses Sentinelles. Il laisse ainsi un temps d’intimité au trio, ce qui permettra aisément à Dimitri de répondre à Isolde.

    - L’Ombra semble blessé.

    La remarque de Sayena fait légèrement se retourner Zéphyr vers le beau ténébreux, puis il hausse les épaules.

    - Rien qu’il ne semble pas pouvoir gérer, comme tu vois. Laissons-les un instant pour réduire les autres en silence.

    La belle rousse hoche la tête, consciente de toute façon que le trio ne fuira pas puisqu’il les protège. Le reste se fait ensuite rapidement, avec adresse, efficacité, et peu de pitié, il faut bien l’admettre. Ni les supplications, ni les menaces, ni la défense relativement bancale des braconniers ne résistera aux Sentinelles des Ombres, et encore moins à leur chef, qui reste au-dessus de la mêlée. Comme convenu, deux pauvres bougres auront la chance de fuir dans le bosquet, sans se rendre compte que cela est orchestré par les espions. Au moins, cependant, le calme est revenu dans la clairière. Ce n’est pas un beau spectacle, ça ne peut pas l’être, et l’Oreille espère un instant qu’aucun de ses « protégés » ne va remettre les tripes à l’air face à l’odeur du sang et la vue des cadavres. Il y a peu de risques que ce soit le cas pour Dimitri, estime-t-il. L'étudiante ne semble pas plus affectée que ça par ce massacre – plus tard, Zéphyr comprendra pourquoi, quand ses exploits à Vent d’Acier mettront en avant ses capacités de nécromancienne. Pour l’heure, il est juste satisfait de voir qu’aucun ne tombe dans les pommes, ce qui aurait été le comble, si chacun a suivi un cursus à l’académie Drakstrang.

    Quand Zéphyr revient vers le trio, après avoir nettoyé sa lame et rangé son sabre, c’est l’agent du RSAF qui prend la parole en premier. Silencieux, Zéphyr l’écoute sans mot dire, le visage un peu fermé, comme chaque fois qu’il doit enlever une vie, ou agir davantage en tant que maître-assassin de la Couronne. Son regard se pose le Reikois, qui a le courage de soutenir son regard, et il lance un laconique :

    - Vous allez m’expliquer, oui. Mais vous ne me direz pas tout ici. Il est temps de partir de cette forêt. Une légère pause. Toutefois, le temps que mes hommes soient prêts et achève de rassembler les cadavres, je peux vous accorder quelques minutes. Ma dame, si vous pouviez dire à Sayena quel est l’état de la jambe de votre ami, je vous en serai reconnaissant. Nous allons voir s’il a besoin d’une attelle.

    Pendant que l’espionne fait son office avec l’étudiante, Zéphyr se dirige plus à l’écart et il laisse Dimitri parler, sans l’interrompre une seconde. Il laisse échapper un grondement quand l’Ombra avoue avoir été attaqué seul, quand il était isolé :

    - Et pourquoi n’avoir pas requiert les services de l’Oreille ? Vous savez que mes services luttent contre la pègre, ce compris les braconniers. Pourquoi avoir même pensé que la Paume ne pourrait pas vous comprendre ? Je me suis renseigné sur votre compte. Vous êtes effectivement un ancien esclave de Waine Zukei. Mais compte-tenu de l’édit de l’Impératrice, son pouvoir à votre encontre est devenu nul et non avenu. Toute menace à votre encontre est une insulte au pouvoir royal, et toute insulte au pouvoir royal est une justification qui me permet d’agir.

    Par ces propos, Zéphyr lui confirme certes qu’il est l’Oreille, mais Dimitri a toutes les raisons de se faire bien petit et de ne pas divulguer cette information au premier-venu.

    Un soupir s’échappe finalement des lèvres du maître-espion alors qu’il réfléchit aux propos de son interlocuteur.

    - Je serais bien porté à vous croire, mais il faudra corroborer vos paroles par des actes. Vous dites avoir enquêté sur les « personnalités qui posaient problème ». En ce cas, j’attends à ce que vous me disiez ce que vous avez appris, et si vous n’avez pas mis la main dessus, j’attends à ce que vous me faisiez part de vos pistes pour mettre la main dessus. Par ailleurs, vous n’agirez plus seul. Je vais désormais me mêler de vos affaires.

    Une mesure de sécurité pour qu’ils ne mettent pas la main sur des informations du RSAF et de Luxuriance.

    - Je n’attends pas à ce que vous me disiez tout maintenant. Organisez vos pensées sur le chemin du retour. Après être sortis de la forêt, nous ferons le point dans un endroit plus confortable.

    Car oui, Zéphyr peut être sévère, mais il n’est pas pour autant un sauvage.

    - Considérez que je vous prends sous ma protection, déclare l’Oreille en marchant à hauteur de Dimitri, mais considérez aussi que j’attends quelque chose en retour et que je ne tolèrerais pas que vous me cachiez des choses. Un silence, alors que le guerrier promène son regard sur la clairière, pour s’arrêter sur la silhouette d’Isolde. Votre liberté vous sera acquise, si vous n’essayez pas de me doubler, ni moi ni la Couronne.

    Un de ses hommes s’approche pour lui signifier que tout est prêt.

    - Nous discuterons de la suite plus tard, conclut le bretteur à l’attention de l’Ombra. D’ailleurs, il se redirige vers Aloys et sa partenaire, qui ne semblent pas trop mal en point, en fin de compte. Décidant de laisser de côté son attitude un peu fermée et froide, Zéphyr s’efforce de sourire à la demoiselle, un sourire déjà plus courtois et rassurant que ce qu’il a montré jusqu’à présent. Nous allons partir d’ici. Vous venez tous les trois d’Ikusa ? C’est une question qu’il se doit de poser, puisque les deux étudiants pourraient pour le même prix étudier au campus de Kyouji et de Taisen, et l’homme reprend ensuite : En ce cas, je vous propose de vous raccompagner jusqu’à la capitale. Nous nous quitterons lorsque nous arriverons à la cité, après quoi, nous voguerons chacun à nos affaires. Sauf Dimitri qui allait l’accompagner, ou le retrouver le lendemain, si la nuit était trop avancée. J’espère que vous êtes encore prêts à quelques heures de marche ? Ce sera pénible,  reconnaît l’assassin, mais après, vous pourrez vous reposer.

    Quelles misères pour récupérer quelques champignons étoilés…
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Isolde Malkyn
    Isolde Malkyn
    Messages : 367
    crédits : 1642

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre Mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2669-isolde-malkyn-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2706-le-grimoire-d-isolde
  • Lun 17 Juin - 14:48
    Dénicher un champignon étoilé
    Feat Dimitri & Zéphyr

    Tandis que l’homme qui manipulait le clonage rassemblait ses hommes pour venir à bout des bandits, Isolde écouta les quelques informations que lui livraient Dimitri. Ce dernier ne s’étendait pas mais elle comprenait qu’il se tramait quelque chose de louche derrière ce voile ce mystère. Elle ne resta pas indifférente à la mention de l’Oreille. L’homme qui leur avait prêté main forte possédait une importante connaissance magique et technique, il détenait plusieurs individus surentraînés sous ses ordres et avait agi méthodiquement. Elle ignorait si le chasseur disait vrai mais le fait qu’il fût impliqué dans des affaires étranges ne lui inspirait rien de bon. La nécromancienne ne désirait pas attirer le regard de l’Empire sur sa personne pour de mauvaises raisons, elle ne voulait pas être une cible potentielle et qu’un espion se mît à fouiner dans ses obscures occupations. Elle s’inquiétait de la tournure prise par les évènements et elle ne percevait pas cela comme un bon présage.
    L’information et la manipulation à travers les ombres constituaient des armes redoutables. Quelque chose qui dépassait les actes criminels de quelques braconniers œuvrait et elle se doutait que Dimitri était resté peu éloquent sur ses activités. Et tant mieux, la mage noire ne souhaitait pas y être mêlée, même si sa curiosité s’en trouvait piquée.  

    - « Je ne suis certes pas directement concernée par leurs affaires, mais il m’est difficile d’ignorer la présence des espions du Reike. S’il s’agit réellement de l’Oreille, cela m’étonne qu’il intervienne pour une banale histoire de braconniers... » elle n’en ajouta pas davantage, elle souhaitait simplement faire réaliser au chasseur qu’elle n’était pas dupe. Peut-être que tôt ou tard, elle en apprendrait plus sur ce mystérieux chasseur. Elle était convaincue que rien n’était dû au hasard.

    Quant à l’autre réplique murmurée par Dimitri, voilà qui inquiétait de nouveau la brune. Elle était bien décidée à retourner à Ikusa et ne pas se faire questionner par les espions. Elle savait jouer le rôle de l’étudiante modèle lorsqu’il le fallait, au besoin elle userait de manipulation pour se sortir de cette impasse. D’ailleurs, l’homme revenait vers eux avec des recommandations. Isolde accompagna Aloys vers la rousse afin de vérifier sa blessure. Elle aurait voulu entendre la discussion plus loin entre le chasseur et l’espion, elle essaya de lire sur les lèvres mais elle se ravisa. Il ne serait pas vu d’un bon œil de pousser à ce point la curiosité. Des soins rapides furent apportés à la jambe d’Aloys, sa blessure ne semblait pas si grave et il restait en capacité de rentrer à la capitale.

    - « Oui, nous sommes sur le campus d’Ikusa, monsieur. » répondit-elle accompagné d’un léger sourire. Son vis-à-vis se faisait plus avenant, alors elle en fit de même.

    Aucun soupçon ne paraissait l’accabler, aussi elle ne refusa pas l’invitation à partager la route du retour. Elle avait vécu suffisamment d’actions et de péripéties dans cette chasse aux champignons. Elle fut soulagée par la proposition de Zéphyr, se savoir escortée restait rassurant vu les compétences de l’espion. Si rien ne pesait sur elle après tout, pourquoi se priver de sa présence. La perspective de marcher plusieurs heures afin de rejoindre la ville ne l’enchantait pas, surtout après cette soirée éprouvante. Toutefois, l’étudiante savait qu’elle rejoindrait sa chambre saine et sauve.
    Elle le remercia puis le groupe se mit en marche, Isolde suivait la cadence et avançait malgré la fatigue. Bientôt, les contours de la ville commenceraient apparaître à l’horizon et avec eux, la promesse d’un repos bien mérité.

    CENDRES


    Entraînée pour l'éternité dans une valse funeste avec la mort, elle dérive entre deux mondes dans une éternelle danse macabre.

    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum