DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Mégère

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    [Challenge] Le Cercle Solaire de l'Ardent - Page 2 I7Vm50z
    Gazette des cendres
    Hiver 2024
    Lire le journal
    #5
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Chant des Ronces
    Derniers sujets
    Casus BelliAujourd'hui à 2:03Ayshara Ryssen
    Mon Voisin Du DessusHier à 22:59Arès Wessex
    Echappée Belle [PV Kilaea]Hier à 22:11Kilaea Sliabh
    [PA] Le Chant des RoncesHier à 20:30Rêve
    Le passé au présent | Altarus Hier à 20:29Altarus Aearon
    Une Bête AcculéeHier à 20:05Takhys Suladran
    Validation des RP de Takhys - RépubliqueHier à 16:29Takhys Suladran
    4 participants
    Aller en bas
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Altarus Aearon
    Altarus Aearon
    Messages : 320
    crédits : 1559

    Info personnage
    Race: Humain-elfe
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1914-c-est-l-homme-qui-prend-la-mer-termine#16576https://www.rp-cendres.com/t2080-carnet-de-contact-d-altarus-aearon#17608https://www.rp-cendres.com/t2079-journal-de-bord-du-capitaine-aearon#17606
  • Sam 24 Fév - 19:35
    Altarus parut un peu dubitatif quand Erwin lui tendit son masque après qu'il l'eut fait apparaître dans sa main. Son oeil bleu fixa quelques secondes l'artefact, avant de se relever pour fixer le visage du jeune homme. Il prit le masque, ses doigts gantés de cuir noir se fermant sur l'objet. D'une main sûre, comme si la magie qui l'habitait ne l'effrayait pas, le demi-elfe ouvrit un peu de sa tenue et le cala à l'intérieur. 

    "S'il vient à disparaître, je le sentirai. Des éléments que vous narrez au sujet de votre masque, je peux en déduire qu'il m'est fortement déconseillé de l'apposer à ma face... Et comme je n'ai point prévu d'être un dommage collatéral dans cette mission...  "

    Le masque devait être doté d'une certaine forme de magie corruptrice pour que le jeune homme ait dévoilé les effets que cela pourrait avoir sur lui. Le lui confier ne servait pas à jouer que les signaux d'alarme.... Il en avait déjà fait usage. Et surtout, devait apprécier de l'avoir sous la main. Une âme sensée préférait se défaire de ce qui envenimait leur être. Ou alors, et là, c'était le plus plausible pour le vieux pirate, qu'Erwin se complétait totalement avec ce masque. 

    "Pour en revenir à notre affaire... faites ce que vous voulez de Jocrisse. Des êtres comme lui ne méritent guère de garder la vie sauve. Même s'ils en viennent à quémander de la pitié et à prétendre se racheter..."

    Restait plus qu'à attendre Jocrisse pour avoir un léger détail qui avait une importance pour Altarus. Dès que ce gros intendant ramènera son lourd avec ses tonneaux... D'ailleurs, il eut l'air de prendre son temps. Un sacré temps même. Et Altarus ne douta pas que c'était volontaire, afin de rendre impatients ses "merco's"

    Deux heures passèrent. On vint toquer à la porte. Jocrisse se présenta, accompagné de quatre hommes masqués qui firent rouler deux lourds tonneaux. 

    "Excuse-moi de cet impardonnable retard, mon ami. J'ai eu quelques affaires courantes de dernières minutes à traiter. La paperasse, je te jure, quel enfer. 
    "À qui, le dis-tu. Je suis bienheureux de ne pas être secrétaire ou comptable.
    "Ahahaha. C'est vrai, mais ça paie bien. Mais passons. voici les deux tonneaux promis. Où est-ce que je te les mets ? "
    [b]"Au fond, si c'est possible..."


    Une ombre passa non loin du pas de la porte. Altarus la remarqua. Un des hommes de Jocrisse ? 

    "Tu verras, il est délicieux à en tomber. Mais tu dois déjà le savoir, puisque cela vient de ta dernière cargaison. Tiens, dis-moi, tu es sûr de la fiabilité de tes....mercenaires ? "
    "C'est un peu culotté de me demander cela et surtout devant eux, Jocrisse. Est-ce que jusqu'ici, je t'ai fait défaut ? "
    "Bien sûr que non... Pardonne-moi cette inquiétude passagère. On a eu quelques soucis et je craignais pour ta santé. "

    Altarus fixa Erwin, plissant son regard. L'étincelle de son regard se durcit visiblement. Il se retourna vers le graisseux. 

    "Je te remercie pour cette sollicitude, cela me touche. Mais devant ce léger doute, je ne me vois pas poursuivre mes affaires avec toi et tes supérieurs...."
    "Attends, tu veux cesser tout cela parce que j'ai cru que...."
    "Toute chose a une fin, Jocrisse. Tu aurais dû te montrer plus confiant envers mois, au lieu de planquer tes soldats dans le couloir..."

    Le grassouillet personnage ne parut pas comprendre, avant de voir Altarus reculer d'un pas et poser sa main sur la poignée de sa rapière. D'un coup, il écarquilla les yeux et siffla une courte note stridente. Des silhouettes noires encapuchonnées se précipitèrent à l'intérieur de la salle des gardes. 

    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Lyra Leezen
    Lyra Leezen
    Messages : 257
    crédits : 509

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal Mauvais
    Rang: B - Tovyr
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3068-lyra-leezen-la-senechale
  • Sam 24 Fév - 19:36
    [Challenge] Le Cercle Solaire de l'Ardent - Page 2 11016010



    « Celui qui avance que je suis séduisante ne me connais pas. »

    - Lyra Leezen.



    ⚜

    Les pans de soie de la tente tovyriale claquaient au vent, à l'instar du gonfalon aux émaux de la Horde d'Alba affichant fièrement une zibeline d'argent. À l'intérieur, une table en ébène richement sculpté trônait devant un faudesteuil tout aussi finement marqueté. Sur celui-ci était assise la Tovyr Leezen, penchée au dessus d'une carte de la région. Son regard était si intense qu'on aurait dit qu'elle y voyait quelque chose de plus que des points reliés par des traits, comme si la géographie lui parlait, qu'elle comprenait la topographie. Elle jouait distraitement avec un couteau, faisant virevolter la lame entre ses doigts graciles. Sur un coin de la table restait une écuelle de soupe vide aux côtés de vestiges de boudin blanc. Le Luteni Allenker se demandait comment sa supérieure pouvait manger après ce qu'elle avait fait dans la cave à charbon de la briqueterie.

    - Excellence. J'ai entendu la fille. Avoua-t-il.

    - Et ? Demanda la Sénéchale.

    - Il n'y a plus de prédicateurs du Cercle à Troezyria.

    - Venez en au fait, Luteni.

    Bjog Allenker écarta vivement les bras.

    - Le fait ? Selon vos ordres, mes hommes, vos soldats, sont en train de rassembler sur la place des innocents pour les massacrer. Si certains ont sûrement prêté l'oreille à la propagande du Cercle, il n'y a plus d'adeptes parmis eux. La petite rousse l'a avoué, je l'ai entendu. Les quelques serviteurs du Cercle de Troezyria ont été exécutés à notre arrivée et le dernier d'entre eux gît dans la cave à charbon où vous l'avez laissé. Votre Excellence, je ne comprends pas, pourquoi cet ordre péremptoire ?

    Lyra glissa les mains dans les manches de sa pelisse. Elle renifla.

    - La Griffe m'a envoyée ici pour mater l'influence du Cercle dans la région de Kazan et de m'assurer que plus aucune dérive du Shierak n'y voit le jour. C'est précisément ce que je m'évertue à faire. Troezyria servira d'exemple de tout ce que rapporte le sectarisme, à savoir les flammes et le sang.

    - Vous avez déjà vos exemples : les suppôts du Cercle que nous avons exécuté. Nul besoin de rayer un village de la carte...

    - Un peu de fermeté est ce qu'il manque cruellement à l'armée actuellement. Le coupa-t-elle abruptement. Il était devenu vital à l'Empire de sonner la fin de son expansion territoriale, les lignes logistiques étaient par trop étirées et le soutien de guerre s'étiolait. Le temps de la stabilité au détriment de la conquête est venu, pour mieux préparer la prochaine campagne expansionniste. Mais à partir de l'instant où l'Empereur a stoppé la marche de ses troupes pour mieux consolider son pouvoir, l'armée s'est fondue dans une certaine indolence qui n'est atténuée que par le décret du 15 août dernier. Cette position défensive dans laquelle elle s'est prostrée, depuis l'émergence des Archontes, la mène à la stagnation. Et alors que la Griffe se lance dans une expédition vindicative dans le Grand Nord, j'ai la charge d'assurer l'ordre et la pax imperialis dans le Sud. Le Tovyr Crudelis, lui, a ses dévoreurs pour instiguer la peur en permanence, moi, comme vous le voyez, je ne fait pas deux mètres de haut pour un mètre de large, je n'ai point deux-cents kilos de muscles, ni n'ai d'armure à pointes tout aussi lourde. Je dois cultiver la peur autrement, car c'est bien de la sorte que l'armée garde le peuple sous sa férule. En épurant la population de Troezyria, j'instaure la crainte de la Kyrielle à tout ceux qui voudraient se dresser contre nous.

    - La kyrielle, Allenker s'ébroua dans son gambison, n'a pas pour vocation de répandre la peur en massacrant le peuple qu'elle s'est jurée de protéger. La peur doit saisir les cœurs des séditieux et des ennemis de l'Empire, point ceux qui y vivent, or ce sont des sujets du Reike que vous ordonnez de massacrer, Votre Excellence.

    - L'exemple, rectifia la Tovyr, Troezyria prouvera à tous ce qui est réservé aux dissidents. Ne sous-estimez pas la puissance d'un symbole.

    - Sauf votre respect, et vous savez comme celui que je vous porte est inaltérable, votre Excellence, tout ce que vous me dites là ne tiens que de la brutalité, nullement de la fermeté. Pourquoi tant de cruauté ?

    La Tovyr Leezen garda le silence un long moment.

    - Regardez moi dans les yeux, Allenker, fit-elle finalement, avez vous déjà vu de tels yeux ? Une ou deux fois peut-être, mais pas d'avantage. Et pour cause, ces yeux bridés sont issus d'une ethnie bien particulière de l'ancien Shoumei, peu encline au voyage et au brassage génétique. Or, les derniers représentants de cette diaspora sont les rares refugiés ayant survécus aux Titans, ou les tout aussi rares individus s'étant installés à l'étranger avant l'an 0. Alors, lorsque vous rencontrez une personne aux yeux bridés, vous ne l'oubliez pas. Tout comme cette cruauté, comme vous dites, que je déploie en permanence. Elle marque les esprits de manière à ce que mon héritage ne se perde pas dans les méandres de l'Histoire.

    - Je comprend très bien ce que vous me dites là, acquiesça le Luteni, mieux que quiconque. Mais je me dois d'insister sur le bien fondé d'épargner la population de Troezyria, tant qu'il en est encore temps.

    - Par les étoiles ! Où est donc passé le chef de clan nordique d'Östergrund, le fier Bjog Allenker, capable de réduire en cendres ses pairs pour mieux s'arroger la victoire ? Un silence de mort s'abattit alors. Bah ! Adjurez à vos hommes de libérer ces culs-terreux. Je me contenterai du massacre de la forteresse. Concéda-t-elle.


    ⚜

    Laissant Troezyria derrière elle, la cohorte Nausicaa s'était remise en route, une garnison ayant été laissée en arrière pour assurer le contrôle du village. La nuit était tombée entre temps, faisant raisonner le chant des grillons sous les quelques étoiles qui n'étaient pas voilées par l'épais nuage de cendre du volcan. La colonne de soldats montés et de chariots évoluait sur une sente, devancée par des détachements d'éclaireurs afin de prévenir toute embuscade et piège sur leur route. Les pennons écarlates claquaient au vent au bout des vouges. Derrière leurs ridelles, les scorpions et balistes cliquetaient au rythme d'une trille entêtante dictée par le cahotements des chariots de guerre. La cohorte Nausicaa, commandée par la Tovyr Leezen et le Luteni Allenker s'était mise en marche vers la forteresse sectaire.

    Il faisait noir comme dans une soue.

    ⚜


    [Challenge] Le Cercle Solaire de l'Ardent - Page 2 Fab22810



    [Challenge] Le Cercle Solaire de l'Ardent - Page 2 Bfc9de11

    Personnages similaires à Lyra
    Tanya Degurechaff (Tanya the Evil) - Emhyr var Emreis (The Witcher) - Dedra Meero (Andor) - Atticus Noble (Rebel Moon) - Lord Shen (Kung-fu Panda) - Milady (Les 3 mousquetaires) - Doug Stamper (House of Cards) - Thomas Shelby (Peaky Blinders) - Stormfront (The Boys) - Tywin Lannister (Game of Thrones) - General Grievous (Star Wars) - Vincent (Collateral) - Coriolanus Snow (Hunger Games) - Saruman (LOTR)
    Lyra's Theme :
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Erwin Staal
    Erwin Staal
    Messages : 169
    crédits : 75

    Info personnage
    Race: Humain/Oni
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3223-erwin-staal-terminee
  • Sam 24 Fév - 21:16
    Le cercle solaire de l'ardent
    Feat. Lyra et Altarus
    TW : VIOLENCE ET SANG

    Mes yeux d’un pourpre intense se baladaient sur le visage âgé de mon interlocuteur avant de finir doucement leur course dans son unique prunelle d’un bleu acier que je n’eusse l’occasion de voir que très rarement. Puis, je sentis mon masque, le masque enfermant un démon cruel, quitter la paume de ma main pour se loger dans celle d’Altarus. Voyant le pirate ranger le masque cornu sous son manteau, j’esquissai un léger sourire, comprenant qu’il serait certainement prêt à me venir en aide si les choses étaient non loin de dégénérer. C’était en effet l’un des grands risques de cette mission, la dégénérescence rapide par le simple bon vouloir des fidèles du cercle solaire. Fort heureusement, je savais un minimum me contrôler, moi. À la différence de Carnage hélas.

    - Effectivement, ne le déposer surtout pas sur votre visage. Aussitôt sur celui-ci, il viendrait à s’ancrer à l’aide de pics en acier et ainsi, la chose qui est à l’intérieur prendrait possession de votre corps et vous sombreriez dans la folie, avant de connaître la mort, immolé vif. Une légère pause, alors que je laissai un léger sourire fleurir sur mon visage. Il serait regrettable de vous perdre, alors que je suis certain que nos chemins se recroiseront à l’avenir.

    - La chose ? Erwin ? Je vais massacrer ta salope de mère devant tes putains d’yeux de gros con et je vais la brûler de l’intérieur comme une chienne pendant qu’elle dansera la chatte à l’air.

    - Ça marche.

    J’avais tendance à oublier que Carnage n’appréciait pas spécialement ce genre de petit surnom. Mais, avec le temps, je prenais un grand plaisir à écouter ses insultes à répétitions, elles étaient inspirantes. Vint ensuite le sujet de Jocrisse, où ce brave Altarus m’expliqua que je pouvais laisser libre cours à notre imagination en ce qui concernait ce gros lard à la calvitie notable. Je sentais qu’une douce odeur caramélisée va envahir mes narines cette nuit. Le massacre de la population de cette maudite forteresse risque d’être fort intéressant, je pourrai enfin prendre mon pied. Cela me rappelait vaguement les évènements du village Vermeille. Que de bons souvenirs. Avec un large sourire, je maintenais mon regard pourpre, avec une légère lueur de flammes naissantes, dans la prunelle de mon interlocuteur, esquissant de nouveau un large sourire carnassier sur les traits de mon visage.

    - Très bien, messire Altarus, nous nous en occuperons. Nous sommes bien loin d’être des enfants de chœur, lui et moi, mais nous ressentons un profond dégoût pour les êtres tels que lui. Des abominations de la nature, aussi bien physiquement que mentalement.

    J’employais la première personne du pluriel, mais, c’était simplement pour me donner un style. En réalité, mon colocataire mental n’en avait absolument rien à foutre de Jocrisse, Carnage était encore bien pire que lui. C’était aussi pour faire comprendre à mon nouvel ami que je n’étais pas vraiment seul dans ma tête, même si cela, il l’avait certainement compris depuis que nous nous étions rencontrés. Enfin, je l’espérais pour lui à vrai dire. D’ailleurs, en parlant de l’autre sac à merde, il avait mis un temps fou à nous apporter ce fameux vin, vraiment, c’en était navrant. Durant cette période d’attente, je m’étais installé tranquillement à l’écart des autres, discutant avec mon démon intérieur et, scrutant la pièce dans laquelle nous étions, à l’aide de mes prunelles pourpres. Si seulement Lyra avait les mêmes yeux que moi, elle serait une véritable beauté. Enfin, elle l’était déjà, mais bref.

    À l’instant même où la main de l’autre enculé vint frapper la porte de miteuse faite de bois moisi, j’eus le réflexe de me lever et de tout de suite entreprendre une marche pour me positionner aux côtés d’Altarus. Mes iris pourpres scrutaient Jocrisse, de haut en bas, puis, finissaient leur course sur les tonneaux. Je préférais éviter de croiser le regard du gros lard, j’avais vu assez d’horreur pendant la guerre. La tête baissée, j’écoutai patiemment et avec une attention remarquable la conversation des deux hommes, relevant chacun des détails que je pusse en tirer. Après tout, la moindre information que je pouvais tirer d’Altarus était bonne à prendre, ne savait-on jamais. À ma grande surprise, réellement, le pirate vint à rompre son alliance avec l’autre pignouf. Était-ce une bonne chose ? Je n’en savais rien, mais, cela voulait dire qu’il fût l’heure de se battre. Merci mon cher Altarus, nous allons enfin pouvoir nous amuser. Regardant la myriade d’individus en noir intervenir devant nous, je laissai un large sourire fleurir sur mon visage balafré, alors que l’iris de mes prunelles devenaient plus ardentes.


    - C’est à mon tour, Erwin ?

    - Assurément.

    - Merci, mon ami.


    Le masque se situant sous le manteau de mon nouvel ami se volatilisa en y laissant quelques cendres non brûlantes, ce qui, assurément, pouvait être perturbant pour Altarus. Puis, je sentis le démon prendre doucement possession de mon corps, prenant d’abord le contrôle de mes jambes, puis de mes bras, et enfin du visage, alors que sur ce dernier se dessinait les formes caractéristiques du masque, d’un blanc immaculé, accompagné de quelques nuances de rouge méticuleusement disposées. Les cornes apparurent naturellement, sous une impressionnante flamme. Enfin, mon bras droit, condamné par une malédiction millénaire, se couvrit d’une incandescence sans pareil. Dans ma main droite se dessinait les formes de ma lame écarlate, La Fin, faisant scintiller les quelques runes censées être corrompues par une magie étrange. Dans ma main gauche se dessinait cette fois-ci les formes de mon katana familial, une lame sans nom mais, pour laquelle je portais une grande affection.

    Sans un mot, je me ruai d’abord sur Jocrisse, balayant le moindre de ses espoirs de survie face à la toute-puissance de Carnage. Une fois arrivé devant lui, je disposai mes deux mains sur chacune de ses deux épaules, puis je plongeai mes prunelles ardentes dans ses yeux globuleux. La simple chaleur de ma main droite suffit à faire fondre le tissu qui était délicatement entreposé entre cette dernière et l’épaule gauche de ma proie.

    - Tu ne mérites pas de vivre, gros porc. Même pour moi, démon de la désolation, tu n’es qu’une immondice. Un être abject. Une hérésie. Alors que je le tinsse fermement, je lui assainis un violent coup de genou au niveau des parties génitales. Mon nom est Carnage. Un second coup de genou, cette fois-ci porté au niveau du foie. Le pauvre homme voulait s’écrouler, mais je le retenais. Et ton heure est venue.

    Je fis un pas méticuleusement calculé vers l’arrière, de manière à ce que le gros lard pût tomber à genoux face à moi et avoir mes pieds en visuel. Je plantai une dague aiguisée dans chacune des mains de ma cible, de manière à la garder immobile. Je fis un rapide tour autour de ma proie, de manière à être placé sur son flanc. Je balayai rapidement la pièce du regard, voyant mes gars entreposés entre les soldats de Jocrisse et moi-même. De cette manière, je ne serais pas dérangé pour la suite.

    D’un mouvement rapide et précis, je plantai ma lame écarlate dans le dos du gros porc, faisant gicler des gouttes écarlates jusqu’à mon masque. Sentant l’acier de ma lame frottée contre la colonne vertébrale de Jocrisse, je forçai légèrement en posant un genou à terre pour aller le plus loin possible dans mon dessein macabre. Concentrant ma magie de feu jusque dans ma lame rougeâtre, je laissai cette dernière s’enflammer à l’intérieur du pauvre homme. De ce fait, Jocrisse, hurlant de douleur, mais encore en vie, fondait littéralement de l’intérieur. Les flammes se répandant doucement dans son corps et, son sang devenant de plus en plus bouillant. Il était clair que je n’aimerais pas être à sa place.

    Reculant légèrement et contemplant mon œuvre avec un sourire dissimulé par le masque, je laissai la lame de mon katana venir caresser le sol, tout en le tenant fermement. Je vins faire frotter l’acier de ma lame contre les pavés rocailleux du sol, provoquant quelques étincelles et chauffant cette dernière. Dans un bruit de frottement strident, ma lame quitta de sol pour finir sa course dans la gorge du gros lard, tranchant lentement sa tête, la faisant voler dans la pièce dans une effluve de sang. Les murs s’en retrouvaient tachés mais, Carnage venait d’accomplir son œuvre et, il en était fier. À la suite de cela, le masque disparu dans un nuage de cendres mélangés au sang de Jocrisse et, je repris le contrôle intégral de mon corps. Je gardai les yeux rivés sur l’œuvre de Carnage, alors qu’Altarus menât sa vie à mes côtés.
    CENDRES
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Altarus Aearon
    Altarus Aearon
    Messages : 320
    crédits : 1559

    Info personnage
    Race: Humain-elfe
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1914-c-est-l-homme-qui-prend-la-mer-termine#16576https://www.rp-cendres.com/t2080-carnet-de-contact-d-altarus-aearon#17608https://www.rp-cendres.com/t2079-journal-de-bord-du-capitaine-aearon#17606
  • Lun 4 Mar - 10:32
    Le vieux pirate sentit la pression du masque cesser quand ce dernier se volatilisa pour réapparaître sur le visage du mercenaire. Le demi-elfe se tendit en sentant cette magie à l'œuvre.  Pendant que les adversaires arrivaient en masse dans la salle de garde, les hommes d'Erwin firent crisser sinistrement leurs armes pour celles qui étaient au fourreau. Altarus serra fermement ses doigts sur sa rapière. De son seul œil valide, il regarda en coin son "second", grimaçant quelque peu en votant sa métamorphose. Qui sait ce que cette forme de possession était capable de commettre comme atrocités pour arriver à ses fins. Il aurait dû se montrer plus exigeant en termes d’interrogations quant à l'usage de cet artefact. Le savoir était une arme redoutable pour qui la tenait. L'heure n'était pas à se récriminer personnellement ; l'heure était à l'affrontement. Ce n'était pas l'apparence démoniaque du jeune homme qui le fera reculer. Il en avait vu d'autres et de bien plus terrifiantes. Par contre, la lueur incandescente qui émanait de lui ne le laissait pas vraiment indifférent.

    Erwin passa immédiatement à l'action, s'occupant personnellement de Jocrisse. Il mourrait de s'amuser avec lui. 

    Altarus se plaça rapidement entre le Reikois et l'entrée d'où terminaient d'arriver les hommes de Jocrisse. Nul besoin de crier des ordres, les combattants savaient quoi faire, passant à l'offensive avec une redoutable efficacité.  Chaque partie s'affronta avec violence, chacune vouée à sa propre cause. Une seule pourra mériter la victoire. Les perdants n'auront pas de seconde chance. Le fracas des armes retentit dans la salle d'armes, se répercutant contre les murs, renforçant l'écho métallique qui s'enfonçait presque à l'intérieur des chairs. Cette sensation désagréable était perçu par le corps et l'esprit, mais se perdait dans le flot d'informations nerveuses que tout le corps générait pour se battre, esquiver ou encore frapper. Mais elle n'était rien quand le tranchant d'une hache percutait une poitrine pour broyer l'armure et écraser les chairs derrière, tout en la déchirant. Cette sensation d'oppression n'existait plus quand la pointe d'une épée transperçait un bras ou une artère du coup. 

    Le pirate se fichait de ce qui retentissait en lui. Cela était un effet des combats, intensifié parce qu'il se trouvait entre des murs. Qu'il soit sur le pont d'un navire ou ici, cela ne changea pas à la frappe métallique qu'il offrit à son adversaire encapuchonné, trop confiant, pensant qu'un vieux borgne serait facile à occire. Il avait pensé bien mal, ouvrant les yeux de surprises à chacune de ses attaques qui étaient parées ou esquivées avec une parfaite agilité. Le vieillard qu'il affrontait usait de toute une science martiale acquise durant ses longues décennies de vie. Cela, l'homme de Jocrisse n'aura pas le temps de l'apprendre. Pensant le surprendre dans un nouveau geste attaquant, en feintant au dernier moment, il hoqueta quand la rapière trouva la voie sous la clavicule, raclant l'os, avant de percer l'artère qui passait juste derrière... Un dernier regard effaré fut jeté au pirate au visage buriné par sa longue vie en mer et par les stigmates d'une défaite passée. L'éclat de la vie quitta ses yeux, emportant dans son ultime départ l'apparence d'un vieil homme impavide à apporter la mort.  

    Son adversaire achevé, Altarus n'y prêta plus attention, analysant rapidement la situation. Les combats faisaient rage... trop à son goût. Maintenant que l'éclat de la bataille avait dû remonter à travers les escaliers, les sectaires étaient au courant de se faire attaquer par le biais des sous-sols. Un homme se jeta sur lui. Il ne put s'approcher du vieux pirate, projeté avec grande violence contre un mur proche. Après quoi, il pivota de moitié vers Erwin, contemplant ce qui restait de Jocrisse. Le sadisme de ses actes était parlé. De ce qui restait du gros lard était un corps détaché de sa tête, le sang répandu sur le sol et les murs... et sur l'endiablé, qui perdit son masque. Altarus sourcilla quelques secondes, attardant son œil valide sur les marques de brûlures visibles sur le cadavre. Il ne souffla mot, gardant l'attention sur ce qui se déroulait autour d'eux. La victoire fut acquise, quand le dernier encapuchonné s'effondra dans un râle sifflant. D'aucun des hommes d'Erwin n'était tombé. Peut-être quelques entaillés ou lacérés, mais tous tenaient debout, guettant les ordres. 

    "Ne perdons pas de temps ! L'alerte a dû être donnée, avec tout le tintamarre que nous avons dû provoquer. "

    Il s'élança en tête, suivant le couloir illuminé par des torches. Jocrisse n'avait pas songé que la petite troupe viendrait à quitter la salle de garde. Ils passèrent un petit croisement, avant de trouver deux escaliers montant vers la surface, prenant des voies différentes. L'un sentait plus frais que le second. Des deux remontées, on entendait d'étranges rumeurs... ca s'excitait là-haut, tant extérieur qu'à l'intérieur de la forteresse. 

    "Deux voies, deux choix possibles... en plus que cela remue là-haut. Je ne serais pas surpris que votre Tovyr se soit présenté. Par contre, je m'attendais à plus de résistance avant d'arriver ici,.. Ils doivent nous attendre au sommet des marches, avec ou dans des défenses plus conséquentes à redouter. Si c'est bien cela, çasignifie qu'une petite partie de leurs troupes ne seront pas sur les remparts pour asticoter vos comparses et votre cheftaine."

    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Lyra Leezen
    Lyra Leezen
    Messages : 257
    crédits : 509

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal Mauvais
    Rang: B - Tovyr
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3068-lyra-leezen-la-senechale
  • Mar 5 Mar - 20:27
    [Challenge] Le Cercle Solaire de l'Ardent - Page 2 D6326711



    ⚜

    Deux orbes parfaites, symétriquement identiques, telles des sœurs jumelles. Une discrète étoile brillait au centre de chacune des sphères, perdues dans un océan aussi sombre que la nuit des temps, avant que le monde ne rayonne de milles feux. La paire de cercles parfaits trônaient au milieu d'une marre d'un blanc immaculé, uniquement altéré par quelques veinules carmines. Ces halos d'une obscurité profonde assombrissaient le visage harmonieux de la Tovyr Leezen. Ses yeux servaient de fenêtre sur le monde pour une âme meurtrie, redoutablement cartésienne et terriblement opiniâtre. Le noir parfait de ses iris reflétaient une profondeur particulière, laissant deviner quelque chose de plus qu'un simple regard. C'étaient bien ses pupilles qui donnaient à l'officière un regard d'une intensité toute particulière, unique. Ces orbes ténébreuses faisaient toute la beauté de Lyra Leezen, ceux qui affirmaient le contraire étaient les plus grands des sots. Le noir évoquait les prémices du monde tout comme la fin des temps, c'était accessoirement le mélange de toutes les couleurs, englobant le Sekaï entier dans deux petits iris. Toute autre couleur étaient d'une banalité barbante à côté des yeux de la Sénéchale. Sot est celui qui arguera le contraire.

    Une chouette effraie se risqua à chuinter dans la nuit. Peut-être avait-elle trouvée une proie. À l'instar de la Tovyr Leezen qui avait la sienne bien en vue. Leur arrivée à Troezyria et l'installation de leur camp n'était visiblement pas passée inaperçue, ni même la colonne de brandons et lanternes sinuant sur la sente menant à la forteresse, et encore moins le cahotement incessant des chariots de guerre, les reniflements des hommes et les renâclements des chevaux. La Sénéchale chevauchait en tête, bien que précédée par une avant-garde de cavalerie légère. Elle fut donc l'une des premières à apercevoir l'épaisse porte doublée de moraillons percée à même la montagne. Au loin, percevait-on le grondement de Kazan.

    Aussitôt la haute portée renforcée d'acier en vue, Lyra fit signe à ses troupes de faire halte et de se déployer sur les mamelons environnants. La forteresse n'était toujours pas ouverte, ce qui signifiait que le commando ayant pénétré à l'intérieur avait soit échoué, soit ne tarderai pas à ouvrir les portes. Dans les deux cas, Lyra avait bien envie de démontrer la puissance offensive impériale et fit mettre en place les deux balistes face aux vantaux clos, à environ trois-cent mètres des remparts. Depuis le chemin de ronde, pas même l'arc long de la meilleure des factures, et encore moins une arbalète, ne pouvait atteindre la cohorte de Kyouji.

    Soudain, un éclat incandescent fendit la nuit, s'élevant dans le ciel nocturne. Une boule ignescente avait été projetée depuis les remparts par un mage élémentaire. L'orbe de feu vola à pleine vitesse en direction de Lyra, lui prouvant pas la même occasion qu'elle avait été repérée et identifiée par les sectaires comme la cheffe de file du groupe armé. Toutefois, elle esquissa un sourire suffisant, leva son bâton, et lorsque les flammes atteignirent la Sénéchale, bien que son cheval se cabra sous la surprise - immortalisant par la même occasion un tableau épique - la magie se dissipa en même temps que le feu incandescent qui disparu dans une nuage de braises.

    Des soupirs de surprises parcoururent les rangs de l'armée, tandis que des imprécations enragées fusèrent depuis les remparts. Pour y répondre en personne, Lyra démonta, planta son bâton serti d'adamantine dans le sol, et bouscula l'un des artificiers ayant fini de charger une baliste.

    - Laissez moi faire.

    Elle pivota l'engin de guerre à l'aide du mécanisme de poulies, orienta la pointe reposant sur l'arc pleinement tendu, visa, décocha. La corde claqua violemment, le carreau siffla dans les airs, vola tout droit vers les remparts. Le projectile de près de six empans de long fit mouche, empalant de part en part le mage élémentaire qui l'avait ingénument prise pour cible. Son corps fut pulvérisé en un chapelet de chair sanguinolente, projetant de l'hémoglobine en tout sens, souillant ses camarades et peignant de rouge la roche. Le mur de pierre derrière lui encaissa le choc de plein fouet, se craquelant alors que le carreau d'acier s'enfonçait d'une dizaine de centimètres dans le granit.

    La minute qui suivit, la seconde baliste décocha un carreau du même acabit qui alla se ficher profondément dans l'épais acier de la porte de la forteresse, dans un crissement strident qui ne manqua pas d'épeurer ceux qui se tenaient derrière.

    ⚜


    [Challenge] Le Cercle Solaire de l'Ardent - Page 2 97608010



    [Challenge] Le Cercle Solaire de l'Ardent - Page 2 Bfc9de11

    Personnages similaires à Lyra
    Tanya Degurechaff (Tanya the Evil) - Emhyr var Emreis (The Witcher) - Dedra Meero (Andor) - Atticus Noble (Rebel Moon) - Lord Shen (Kung-fu Panda) - Milady (Les 3 mousquetaires) - Doug Stamper (House of Cards) - Thomas Shelby (Peaky Blinders) - Stormfront (The Boys) - Tywin Lannister (Game of Thrones) - General Grievous (Star Wars) - Vincent (Collateral) - Coriolanus Snow (Hunger Games) - Saruman (LOTR)
    Lyra's Theme :
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Erwin Staal
    Erwin Staal
    Messages : 169
    crédits : 75

    Info personnage
    Race: Humain/Oni
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3223-erwin-staal-terminee
  • Ven 8 Mar - 19:23
    Le cercle solaire de l'ardent
    Feat. Lyra et Altarus
    Le masque n’était plus sur mon visage marqué par de nombreuses batailles, il venait de se volatiliser en un nuage de cendres ardentes. De Carnage, il ne restait rien, si ce n’était l’incandescence de mon bras droit, encore vif de la magie du feu. Seul l’esprit du démon persista en mes pensées, mélangeant mon subconscient avec la désolation incarnée. Pourquoi moi ? Pourquoi devais-je être le seul à porter ces fardeaux, aussi terribles soit-il. Beaucoup pensaient que c’était simple, que le démon ne pouvait rien faire, ne pouvait pas agir, tant que ma conscience était éveillée. Beaucoup pensaient que j’étais fou, un ahuri, ne sachant point ce que je faisais. Ils pensaient que le démon de la désolation n’était qu’une deuxième personnalité née d’un traumatisme passé. Mais, toutes ces personnes avaient tort, Carnage était bien réel, il me parlait, communiquait de différentes manières avec moi. Il me hantait, m’empêchait de vivre une vie simple, emplie de bonheur. Est-ce que cela me dérangeait ? Non, pas le moins du monde. J’avais cure du bonheur, dans un monde tel que celui-ci, seule la haine était capable de l’emporter, de me rendre plus fort. Je voulais chasser ce démon de ma tête, vraiment.

    Dans mon espace mental se matérialisait la silhouette du démon, une silhouette qui, pour l’instant, m’apparaissait floue. Je ne voyais qu’une tâche sombre et, des yeux jonglant entre le rouge et le jaune, donnant une impression de flamme. J’étais face à cette énorme brume, tandis que dans cette dernière, se dessinait de légères dents, qui se mettaient en mouvance alors même que mes prunelles pourpres étaient rivées sur elles. En ces lieux, je n’étais rien, rien d’autre qu’un vulgaire insecte face à un être divin, pouvant, d’un simple mouvement, me balayer de sa vue, me tuer, me détruire, me faire disparaître de ce monde absurde. La mort était-elle une solution ? Certainement. À quoi bon vivre dans un monde aussi lamentable. Le sol tremblait, la voix du démon résonnant en moi, une voix déformée, bien plus grave qu’elle n’apparaissait auparavant dans mes pensées. Nous étions bien plus loin que dans mes simples pensées, nous étions dans l’abysse de mon subconscient, alors qu’autour de moi, dans le monde réel, les combats faisaient rage.

    - Erwin, voici enfin le moment tant attendu, notre véritable rencontre. Face à toi se tient Vortis, Nevi’im, l’essence même de la désolation. Peu à peu, mon véritable visage se révèle à toi. Te semble-t-il flou, jeune Leezen ? Oui et, cela est tout à fait naturel, car nos esprits ne sont pas encore pleinement en symbiose. Ce que tu as perçu jusqu’à présent n’était que l’ombre de mon essence, une pâle réflexion de ma puissance infinie. Je suis la voix qui murmure dans les profondeurs de ton être, la véritable forme de Carnage, le démon qui réside en toi. Malheureusement, tu ne vas pas pouvoir rester ici plus longtemps, ta quête dans le monde réel n’est pas encore finie. Va, Erwin Leezen et reviens glorieux. Continue de me nourrir du Chaos et un jour, je me révèlerai à toi et t’offrirai ma pleine puissance.

    Qu’était-ce ? Une vision ? Je ne le savais pas, c’était bien étrange. Alors Carnage n’était pas qu’un simple brut voulant répandre le Chaos ? Le démon qui me parlait depuis tout ce temps n’était qu’une simple facette de sa véritable personnalité ? Ou alors, avais-je simplement rêvé ? Qui pouvait le savoir, après tout. Peu importe, il fallait que je revinsse à la réalité des choses. Me revoilà, émergeant de mes pensées alors que le combat fît rage tout autour de moi. Naturellement, mes prunelles, devenues d’un noir profond, se tournèrent en direction du pirate borgne, alors que sur mon visage, le sang coulait, il coulait de mes orbites. Devenais-je fou ? Tant de questions qui, ne trouveraient pas de réponse durant cette prise de la forteresse. Je n’avais pas le temps de réfléchir davantage, il fallait maintenant agir. Me relevant doucement, je me mis en marche, suivant de près le pirate borgne. Rapidement, nous arrivâmes devant deux escaliers. De ce fait, un choix cornélien s’offrit à nous. Mes prunelles, redevenues pourpres, se dirigèrent rapidement vers le pirate, alors que j’écoutasse ses paroles. Naturellement, je laissai mes lèvres s’entrouvrir légèrement, prononçant quelques mots en de doux murmures, afin que de potentiels adversaires traînant dans les parages ne nous entendissent.

    - Eh bien, je vois que vous voulez m’imposer un choix bien difficile. Ça remue à l’étage ? Très bien, certainement un autre problème en interne, des villageois sont peut-être retenu captif dans ces enceintes. Mais, très honnêtement, ce ne sont pas nos affaires. Si la Tovyr était ici, nous le saurions, la forteresse serait en feu et nous dedans. Non, ce qu’il se passe à l’étage, je m’en fous. On va descendre et faciliter l’arrivée de la Tovyr Leezen, entendu ? Passez devant, j’assure vos arrières.
    CENDRES
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Altarus Aearon
    Altarus Aearon
    Messages : 320
    crédits : 1559

    Info personnage
    Race: Humain-elfe
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1914-c-est-l-homme-qui-prend-la-mer-termine#16576https://www.rp-cendres.com/t2080-carnet-de-contact-d-altarus-aearon#17608https://www.rp-cendres.com/t2079-journal-de-bord-du-capitaine-aearon#17606
  • Dim 17 Mar - 10:21
    Altarus sourcilla quand le bleu acier de son regard réduit de moitié croisa celui plus empourpré d'Erwin. Il sentit la méfiance monter en lui, en ne quittant pas ces yeux empourprés qui accompagnaient son étrange sourire. Que pourrait-il arriver pour l'instant, tant qu'il arrivait à se contrôler ? Pour l'instant, tant que la mission qui leur incombait se poursuivait plus ou moins dans les grandes lignes. Devant ses escaliers, de ne pas avoir croisé de combattants déroutait un peu le borgne. Dans une forteresse de cette taille, ils auraient dû croiser au moins une patrouille et là, rien. Hormis entendre, des rumeurs retentirent dans ces escaliers qui ne permettaient pas d'identifier ce qui se tramait à leur point d'arrivée respectif. La main gantée émit un léger bruit de cuir quand elle enserra plus la poignée de la rapière.

    Erwin aborda la problématique des deux escaliers. Le demi-elfe l'écouta tout en regardant tour à tour les deux voies. Une seule pourra être prise et ils devront composer avec et de ce qu'ils trouveront au bout des marches. La possibilité que ces sectaires détenaient des villageois en otage était une possibilité. Mais ils n'étaient pas venus pour libérer ces gens-là. Même si cela ne plaisait guère au Capitaine, dans ce genre de mission, il y avait des éléments sacrifiables. 

    "Il est difficile de déterminer si la Tovyr est déjà en vue des remparts. Les fondations de cette enceinte, tant naturelles que construites, sont d'une telle épaisseur que ce que nous entendons demeure impossible à identifier. "

    Il se rapprocha de la première voie. 

    "S'il y a des civils, ils ne sont pas notre priorité..."

    Il se déplaça vers le second chemin possible à prendre. Un infime courant d'air frais effleura sa peau burinée par le temps, la vie en mer et les brûlures qui balafraient la partie gauche de son visage.

    "Par là. "

    Il ne se fit pas prier pour prendre la tête. Si des ennemis venaient à s'amener en face d'eux, se mettant dans une posture d'office difficile vu l'étroitesse des escaliers, ils subiraient un effet aérien percutant qui les neutraliseront direct. Mais au fur et à mesure de leur progression, il n'y eut rien. Point d'ennemis. Altarus ne trouva pas cela normal. Soit les membres du Cercle Solaire étaient de véritables négligents ou alors...La sortie s'annonçait déjà, avant même d'être atteinte. Des cris glapissaient, résonnant presque en échos. Des bruits plus lourds, plus métalliques se faisaient entendre également. La Tovyr était-elle déjà arrivée aux remparts ?

    L'air était plus frais, mais une étrange odeur s'y mêlait. Les muscles maxillaires du pirate se crispèrent et il ralentit sa course. Était-ce l'odeur de fumée qu'il humait ?  La sortie était là, désormais, sous son nez. Et dehors, cela avait l'air de combattre sur les hauts des remparts.

    "Soyez sur vos gardes...."

    Il prit contact avec sa magie. Prudemment, il posa un pied dans ce qui devait être un coin à couvert de la cour extérieure de la forteresse. Il appela immédiatement un bouclier d'air pour couvrir son arrivée à l'air libre ainsi que celle de ses compagnons. On n'était jamais trop prudent, plus encore quand on n'avait croisé aucun adversaire.

    Quelques pas encore en dehors... Il longeait la paroi, cherchant à limiter son apparition aux yeux de possibles sentinelles, tout en gardant prise sur le bouclier aérien. Il écarquilla de son unique oeil quand deux silhouettes encapuchonnées se présentèrent sur une sorte de rempart intérieur, pour jeter des projectiles de feu dans sa direction ; visant bien entendu les Reikois qui avaient pris place à la surface.

    Du feu...

    "Ennemis dans l'enceinte ! "brailla un des deux mages, avant de se préparer un nouveau projectile enflammé. Altarus recula, le regard effrayé devant l'assaut enflammé qui venait de s'étaler sur sa protection d'air. Les tripes serrées de crainte, il se raccrocha à sa mission, étendant son bouclier.

    "Abattez les moi ! "cria-t-il, toujours concentré sur sa magie. Au moins, les hommes d'Erwin auront été épargnés de cette première réplique brûlante.
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Lyra Leezen
    Lyra Leezen
    Messages : 257
    crédits : 509

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal Mauvais
    Rang: B - Tovyr
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3068-lyra-leezen-la-senechale
  • Dim 17 Mar - 13:37
    [Challenge] Le Cercle Solaire de l'Ardent - Page 2 Zhongk10



    ⚜

    Les flèches et carreaux s'écrasaient à quelques mètres voir dizaines de mètres devant les troupes impériales, tant la distance avec les remparts avait été minutieusement calculée, plaçant les balistes hors de portée des arcs et arbalètes. Les imposants scorpions montés sur chariot avaient, eux, la capacité d'atteindre l'épaisse porte de la forteresse avec puissance. Le premier trait avait considérablement fragilisé les moraillons de la porte doublée d'acier. Un second vint se ficher tout aussi profondément dans le vantail droit qui frémis sous l'impact du carreau de près de six empans.

    La porte ne tarderait pas à se briser sous les assauts répétés des balistes, à tel point qu'un bélier n'aurait pas fait mieux, en plus de les exposer pour l'apporter jusqu'à la muraille. Autant rester à distance, d'autant plus qu'ils avaient bien assez de munitions. Depuis le chemin de ronde, les sectaires crachaient toute leur haine, les traitants de couards et de chiens sans honneur. Les reikois en faisaient royalement fi, lorsqu'ils pénétreraient tel un torrent dans la forteresse, on verra bien qui sera le faible.

    Alors que le Tovyr Krondomolt de Taisen misait tout sur des assauts magiques, à l'instar du Tovyr Crudelis d'Ikusa qui préférait les assauts frontaux et dévastateurs, la Tovyr Leezen de Kyouji préférait la technologie à la magie ou à l'acier. C'était là toute la force des Grands Officiers impériaux, ils avaient chacun leurs méthodes. Là où la Tovyr Sahara de Mael se serait lancée dans un siège à rallonge et attendrait que ces chiens crèvent de faim et de soif, la Tovyr Leezen employait toute la puissance de l'ingénierie militaire. Lyra ayant complétée le cursus de génie militaire de Drakstrang, elle était bien au fait de toutes les avancées technologiques qui se faisaient en matière de guerre.

    Cela faisait depuis un an déjà qu'elle cravachait les alchimistes de Kyouji pour constituer des réserves de feu grégeois, qu'elle usait de son influence auprès de l'Oreille pour esbigner des secrets aux ingénieurs républicains, à tel point que bientôt les ballons volants appartiendraient aussi au Reike. Elle avait également lancée des recherches pour le projet d'un vaisseau naval d'une taille encore jamais vue, dans l'optique de battre à plate couture la flotte républicaine, là aussi. Et peut-être un jour que son plus grand projet, celui d'armures en barre noire du roi pour une force armée d'élite - s'il parvenaient à percer le secret de ce matériaux avec l'Esprit - porterait l'Empire à un tout nouveau niveau de suprématie.

    Lyra avait appris à utiliser le savoir à son avantage. Tout comme ces balistes qui avaient été tout spécialement conçues pour battre les arcs longs à la distance et ces carreaux en acier fuselé capables de percer toutes les portes, même à deux-cents mètres. La magie aurait pas été plus loin, un assaut frontal aurait couté plus de vies et un siège aurait fait perdre trop de temps. Ces balistes, ce qu'il se faisait de mieux en génie militaire, allaient éviter tout cela à la Tovyr Leezen qui observait avec délectation les sectaires s'échiner à les invectiver.

    - Appuyez les assauts. Ordonna-t-elle.

    Sur ces mots, les deux balistes tirèrent de concert. Et si l'un des carreaux fut stoppé par un mur de glace déployé par un mage adverse, le second fit mouche. L'acier perça l'acier. Le bois vola en éclat. Des cris furent poussés. L'épaisse porte de la forteresse vola en éclat, le projectile passant au travers, manquant d'arracher la tête à Altarus qui se tenait pourtant bien loin de l'entrée. Le carreau de six empans alla se ficher dans le flanc de la montagne, une vingtaine de mètres derrière les vantaux des remparts qui s'ouvrirent en grinçant.

    Sans plus tarder, Lyra sonna la charge. Toute la cavalerie montée fondit vers l'enceinte, les cavaliers levant leurs pavois pour se prémunir des flèches adverses, tandis que les carapaces des chevaux faisaient ricocher les carreaux d'arbalète. Pour ce qui était de la magie, plusieurs explosion ignescentes et pics de glaces atteignirent la cavalerie lourde, mais c'était insuffisant. Lyra décida qu'il était temps pour elle d'aller voir en personne comment se débrouillaient Erwin et Altarus.

    Elle sauta alors en selle et talonna son destrier qui partit au triple gallot vers la forteresse du Cercle. Un cavalier à ses côtés se pris une boule de feu, mais elle continua sa course à bride abattue. Par chance ces montures étaient conditionnées à la guerre, ne prenant pas peur face à un assaut, bien dressés qu'étaient les chevaux reikois. Elle dévia un pic de glace de son bâton anti-magie et para une flèche dans la continuité du mouvement.

    Son regard se fondait dans le noir de la nuit, éclairé par les incendies qui se déclaraient de toute part. Pour le coup, la dernière phase de son plan faisait honneur à Crudelis, avec cet assaut frontal, bien que rondement préparé par les balistes. Lyra n'eut aucun mal à passer les débris de la porte et fendit déjà le crâne d'un fanatique qui passa un peu trop près.

    - Aucune pitié ! Écharpez-moi cette fange ! Mugit-elle.


    ⚜


    [Challenge] Le Cercle Solaire de l'Ardent - Page 2 1c602f10



    [Challenge] Le Cercle Solaire de l'Ardent - Page 2 Bfc9de11

    Personnages similaires à Lyra
    Tanya Degurechaff (Tanya the Evil) - Emhyr var Emreis (The Witcher) - Dedra Meero (Andor) - Atticus Noble (Rebel Moon) - Lord Shen (Kung-fu Panda) - Milady (Les 3 mousquetaires) - Doug Stamper (House of Cards) - Thomas Shelby (Peaky Blinders) - Stormfront (The Boys) - Tywin Lannister (Game of Thrones) - General Grievous (Star Wars) - Vincent (Collateral) - Coriolanus Snow (Hunger Games) - Saruman (LOTR)
    Lyra's Theme :
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Erwin Staal
    Erwin Staal
    Messages : 169
    crédits : 75

    Info personnage
    Race: Humain/Oni
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3223-erwin-staal-terminee
  • Mar 19 Mar - 19:25
    Le cercle solaire de l'ardent
    Feat. Lyra et Altarus
    Me reposant entièrement sur la décision de mon ami borgne, je le suivis dans l’escalier semblant descendre vers la cour intérieure de la forteresse. Si j’avais dû choisir, j’aurais fait la même chose, les civils à l’étage ne m’intéressant guère. Aujourd’hui, je devais faciliter l’accès de Lyra à la forteresse et, les sons provoqués par son armée ne tardèrent pas à se faire entendre, c’était charmant. En arrivant à l’extérieur de cette cage d’escalier, nous nous mettions à marcher discrètement vers l’extérieur, alors qu’un projectile enflammé se dirigea sur nous. Je l’esquiver de près, avant de plonger mes prunelles pourpres dans l’unique œil azur du contrebandier.

    - Il faut qu’on rejoigne la porte, maintenant. Je vais user de ma magie pour bloquer les projectiles, mais je ne suis pas certain que mes pouvoirs soient plus puissants que ceux de nos adversaires. En avant.

    Je pris les devants, dégainant mes épées pour fendre mes adversaires, alors que les carreaux de ma cousine frappaient la porte de la forteresse. Ce n’était qu’une question de minute avant de l’immense barrière ne flanche face à l’assaut de ma cousine. Rapidement, nous arrivâmes à quelques mètres de la porte. Il ne suffisait plus qu’à attendre que la porte vole en éclat avant d’attaquer. Il n’y avait point grand garde face à nous, ils savaient que la porte allait céder. Non, les mages étaient en hauteur, en train de défendre la porte et de tirer des projectiles sur nous. J’utilisai alors ma magie pour parer ces projectiles, mais certains parvinrent à se frayer un chemin au travers de mes flammes. Heureusement, j’arrivais à les encaisser, mais mes vêtements brûlèrent sous la forte chaleur.

    Ça y est, la porte vola en éclat, l’assaut était donné. Face à nous, une horde d’ennemis fanatiques se ruèrent en notre direction. Derrière nous, l’armée Reikoise pénétrait. Je fis un signe de la tête à Altarus pour lui indiquer que le moment tant attendu fût venu. Aussitôt, je laissai le masque se dessiner sur mon visage, puis Carnage prendre possession de mon corps. Je me sentais disparaître petit à petit au second plan, mes prunelles devenant en feu. Mon bras droit s’illumina dans l’immensité de son incandescence, puis mes vêtements partirent en fumée. Seules les plaques d’acier restèrent sur mon corps, méticuleusement déposées pour me permettre une protection maximale au cas où j’eusse besoin d’invoquer le démon.

    Un hurlement, puis le démon s’élança dans la mêlée, ses deux épées en main, maniant avec grâce ses lames aussi tranchantes qu’un fil de rasoir. Il était un véritable bretteur, aussi puissant que redoutable. Sans attendre, il laissa ses flammes dévorer ses armes, puis trancha les têtes les unes après les autres, ne se souciant guère de qui il eut face à lui. Simples villageois ou véritables guerriers, aucune importance, tous trouvaient la mort sous son assaut dévastateur. Sous le masque du démon s’étira un large sourire, non pas de la volonté de Carnage, mais bien de celle d’Erwin. La voix de Lyra résonna au sein de la forteresse, ce qui ne manqua pas d’attirer le regard de Carnage, qui vit la cousine de son hôte chevaucher son destrier avec élégance, son visage couvert du sang de ses ennemies.
    CENDRES
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Altarus Aearon
    Altarus Aearon
    Messages : 320
    crédits : 1559

    Info personnage
    Race: Humain-elfe
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1914-c-est-l-homme-qui-prend-la-mer-termine#16576https://www.rp-cendres.com/t2080-carnet-de-contact-d-altarus-aearon#17608https://www.rp-cendres.com/t2079-journal-de-bord-du-capitaine-aearon#17606
  • Jeu 21 Mar - 21:37
    Les deux pyromanciens se crispèrent quand ils furent criblés de traits perforants regroupés en un même point sur leur torse. Ces tirs parfaitement ajustés sur leurs cibles avaient été mortels. Sans un cri, ils tombèrent hors de leur position en hauteur. Ces deux-là défaits, Altarus se tourna vers la porte principale. Derrière celle-ci, encadrée par les épaisses murailles, l'armée reikoise faisait retentir le fracas des armes, des lourds claquements des balistes... La fureur des forces reikoises vrombissait jusque dans les profondeurs du sol. Altarus crut les ressentir à travers les semelles de ses bottes.

    Rapière levée, il était prêt à se lancer vers les remparts quand soudain, un carreau de baliste pulvérisa la porte principale, des éclats de bois de toute taille s'éparpillant dangereusement dans toutes les directions. Le lourd projectile ferreux frôla la tête du vieux pirate, qui crut se faire happer par son sillage aérien. L'onde de choc émis par la paroi rocheuse retentit comme un glas intérieur jusqu'à l'intérieur des os du demi-elfe. Altarus demeura ébahi parce qu'il venait de réchapper, manquant peut-être d'être blême sur le moment. Personne ne saura le confirmer. Serrant les dents, il recula d'un pas pour s'écarter de cette flèche géante, cette faux multibranche qui avait manqué de lui arracher la vie. Par les abysses, c'est en mer qu'il voulait rendre son dernier soupir ! Pas dans les montagnes, au beau milieu de tout ce bordel reikois !

    Son œil bleu acier chercha la silhouette d'Erwin. Il le vit. Il croisa son regard déterminé. Le jeune mercenaire lui accorda un signe de la tête. L'heure était à l'affrontement. Son masque de démon apparut à son visage, marquant le début de sa métamorphose démoniaque, avant de se ruer sur les ennemis qui leur fonçaient déjà dessus, suivi de la plupart de ses hommes. Le pirate sera les dents à ce qu'il voyait.


    Le sol trembla de plus en plus. Des centaines de sabots martelaient la terre, le grondement croissant annonçant son arrivée implacable. L'armée de la Tovyr, comme une marée impitoyable, galopa avec une détermination implacable vers la forteresse assiégée. Soudain, telle une marée dévastatrice, une nuée de cavaliers armés, chevauchant de puissantes montures caparaçonnées, franchirent la porte délabrée, se jetant sur les forces du Cercle Solaire. Ils étaient comme des ombres monstrueuses dans les ténèbres de la nuit, avide de faire couler le sang de leurs ennemis pour s'en repaître. Leurs cris de guerre se mêlèrent aux hurlements hargneux des sectateurs solaires. Leurs archers décochaient leurs flèches sur les militaires reikois, les mages usant de leur magie élémentaire et les guerrières engagèrent le combat.

    Altarus, le souffle court, grisé et pressé par l'urgence et le chaos de la bataille qui s'engageait, prit le temps de moins de trois secondes de fermer sa paupière solitaire. Le tumulte de l'affrontement s'évanouissait dans une sorte de silence intérieur. Seul le crépitement des flammes qui s'étaient déclenché manqua de le déstabiliser. De rudes combats, il en avait connu en mer. Qu'est-ce qui changeait ici, si ce n'était que le sol n'avait pas le mouvement marin, si familier, si réconfortant ? Point d'odeur saline dans la brise fraîche, point d'odeur de cordes de chanvres mouillés, point de vent les chanter, ou de voiles claquants. Il n'y avait que les cris, les hurlements, les effluves de morts et de sang. La main qui tenait la rapière assura sa prise sur sa poignée.

    Lorsqu'il rouvrit son œil, son souffle était posé, son pouls battait une lente mesure. Les gestes des combattants qui l'entouraient semblaient lents, leurs mouvements prévisibles et mesurés. L'air lui-même paraissait se densifier, comme s'il ralentissait pour mieux révéler les moindres nuances de la bataille qui se déroulait devant lui. Un premier sectateur se jeta sur lui, prêt à le planter. Le demi-elfe pivota de moitié sur lui-même avec une fluidité étonnante pour le vieil être qu'il était. La lame de sa rapière bloqua l'épée de son ennemi. Le crissement métallique était strident. Le pirate ne le perçut point, baignant dans une atmosphère aux sons atténués. Les cris des combattants se transformaient en murmures lointains, les bruits de la guerre réduits à un simple chuchotement dans le fond de son esprit. Soudain, il repoussa son ennemi et n'attendit pas qu'il reprenne contenance pour que la pointe de sa fidèle épée lui traverse la gorge. Son sourcil se fronça en voyant les autres ennemis. Il n'eut qu'à faire appel à la magie de l'air pour les balayer hors de son champ de vision. Son œil unique se porta sur les remparts, d'où une partie des ennemis demeurait inaccessible aux redoutables forces cavalières de la Tovyr

    Il courut en rasant le mur intérieur pour se rapprocher des escaliers menant sur les sommets des remparts et à leurs mâchicoulis. Sa lame n'eut de cesse de rencontrer la résistance des ennemis qui cherchaient à entraver son objectif. Chaque coup qu'il portait la marque de décennies d'entraînement et d'expérience. Chaque parade était exécutée avec une parfaite maîtrise. L'air se plia à sa volonté pour repousser les individus qui entravaient sa route, ou les jetant à bas des marches, se figeant de leur devenir. Certains connurent une fin atroce, écrasés par les sabots des rudes montures reikoises.

    Une fois arrivé au sommet des marches, le fil acérée de sa rapière était écarlate du sang des hommes qui avaient trépassés sur son chemin. Sans appel, sans sommation, l'air se densifia pour devenir un véritable mur percutant, prenant à partie une partie des mages du Cercle Solaire qui harassaient les soldats de la Tovyr. Un pyromancien remarqua l'ennemi borgne, se tournant vers lui pour l'assaillir d'une boule enflammée. Elle percuta un mur d'air. Altarus sentit la sueur perler sur son front. Le feu était toujours un problème.

    Brutalement, sa jambe manqua de céder sous une lacération douloureuse reçue à l'extérieur de la cuisse. Il jura, appelant un bouclier d'air pour se prémunir des assauts flamboyants de son antagoniste et regarda derrière lui. Point d'ennemi. Il porta une main à la blessure, le cuir noir de son gant absorbant déjà le fluide sang. Un tir d'archer collatéral sans nul doute. C'était bien le moment ! Et l'autre pyromancien qui se préparait à répliquer…
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Lyra Leezen
    Lyra Leezen
    Messages : 257
    crédits : 509

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal Mauvais
    Rang: B - Tovyr
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3068-lyra-leezen-la-senechale
  • Sam 23 Mar - 9:10
    [Challenge] Le Cercle Solaire de l'Ardent - Page 2 9b401c10



    ⚜

    La bataille faisait rage, et si Lyra avait infiltré une troupe au sein de la forteresse avant la bataille, elle ne voyait pas en quoi Altarus et Erwin l'avait aidé. Elle était arrivée de nuit, les portes fermées à double tour et ardemment gardées. Et lorsqu'elle parvint à pénétrer dans l'enceinte du chateau à grand renfort d'armes de siège, elle se heurtait à un nombre considérable de sectaires. Les défenses de la place forte n'avaient guère été entamées par les infiltrés, peut-être en avaient-ils tués quelques-uns avant son arrivée, mais il en restait toujours un paquet, et leur mission d'ouvrir les portes n'avait pas été accomplie. Ils argueraient probablement, pour se défendre, que la Tovyr était arrivée trop tôt, et elle leur répliquerai alors, avec moult fiel, « Un Grand Officier n'est jamais en retard, ni en avance d'ailleurs. Il arrive précisément à l'heure prévue. »

    Elle espérait toutefois qu'Erwin, à l'instar des hommes qu'elle lui avait prêté, avait passé le bandeau rouge à sa taille qui lui éviterait d'être pris pour une ennemi par l'armée de la Tovyr. Ce signe distinctif convenu avec la Nylsark éviterai les dommages collatéraux entre eux. Et pour l'heure Lyra ne voyait pas la moindre touche d'écarlate - si ce n'était le sang sur son sabre - dans la mêlée. La cavalerie lourde avait passée la porte telle un torrent, heurtant la milice sectaire avec la force d'un tsunami. Les premières lignes de défenses avaient tellement volées en éclat que des malheureux avaient décollés dans les airs sous la puissance de l'assaut.

    Des pavois plaqués du symbole du Cercle avaient été dressés dans l'espoir de repousser la cavalerie reikoise, ainsi que des mantelets qui ployaient sous le poids des puissants destriers. Et si les flèches étaient de maigre efficacité contre la plate des armures et le fer des carapaces des chevaux, les magies élémentaires des quelques sorciers en présence parvenaient un tant soit peu à ralentir l'assaut insatiable de la cavalerie. Et telle la marée, les centaines de montures lourdement armurées se replièrent progressivement vers la porte à présent grande ouverte.

    Mais alors que les sectaires commençaient à crier victoire, ils ne réalisèrent que trop tard que c'était un repli stratégique permettant à l'infanterie de déferler dans la forteresse. Quant à la cavalerie lourde, elle se repositionnait seulement en arrière pour lancer une nouvelle charge dévastatrice. En attendant le glas, les piques, bardiches, glaives, pertuisanes et sabres étaient croisés dans des gerbes d'étincelles alors que les rondaches, pavois et mantelets peinaient à sauver des vies.

    La Tovyr Leezen, dans tout ça, avait rengainé son sabre écarlate et sorti son arc long dont elle usait mortellement. Des flèches fusaient à vive allure de son arc, tirant deux flèches par seconde presque. Et alors qu'elle tirait à une allure effarante, presque inhumaine, elle ne ratait jamais sa cible, la rendant d'autant plus redoutable. Une flèche alla se ficher dans la fente du hundsgugel d'un sectaire, une autre enfonça le cuir du hoqueton d'un valet, tandis qu'un trait arracha avec force la tête d'un guerrier à bout portant.

    Le regard menaçant de Lyra, juchée sur son destrier, pivota alors vers le chemin de ronde, entreprenant de décimer ses adversaires retranchés là haut. Ce fut qu'à cet instant qu'elle remarqua Altarus, le borgne censé les aider. Il semblait mal en point. Malgré que ce ne soit pas l'un de ses soldats, elle ne réfléchit pas bien longtemps avant de décocher une flèche cinglante en pleine tête du pyromancien qui avait pris le vieil homme pour cible. Le sorcier s'écroula lourdement près d'Altarus, le crâne transpercé de part en part, la pointe d'acier ressortant de l'autre côté.

    Mais pour réussir son tir, Lyra avait dû s'arc-bouter sur sa selle, la déstabilisant à un instant crucial. Un elfe encapuchonné en profita pour arracher ses étriers et la faire basculer au sol. La Sénéchale atterrit dans la boue, un genoux à terre, avant de recevoir un coup bien placé dans la clavicule. Le godendac de son adversaire l'envoya au sol d'un second coup dans les côtes. Lyra peina à reprendre ses esprits, relevant le regard vers l'elfe qui s'apprêtait à lui asséner une nouvelle attaque.

    Tel le Deus ex Machina, un cheval faucha violemment son assaillant qui décolla dans les airs avant de retomber plus loin pour mieux se faire piétiner par un autre cavalier. La Sénéchale put alors se relever, se massant les côtes, espérant qu'il n'y ait rien de cassé. Pour ce qui était de sa clavicule, l'elfe n'avait pas frappé celle qui était déjà été fragilisé par son accident de l'an 1, par chance. Elle embrassa du regard la situation, pour se rendre compte que les sectaires n'allaient pas faire long feu à ce rythme.

    - Où est donc votre gourou ?! Qu'il s'amène ! On va régler ça en duel singulier tout de suite ! Hurla-t-elle avec fermeté.

    Elle écarta alors les bras, arrachant son bâton de mithril aux fermoirs de sa selle - son cheval n'ayant point fuit - pour inviter le chef de la secte à se présenter. Elle renifla de mépris.

    ⚜


    [Challenge] Le Cercle Solaire de l'Ardent - Page 2 91e75b10



    [Challenge] Le Cercle Solaire de l'Ardent - Page 2 Bfc9de11

    Personnages similaires à Lyra
    Tanya Degurechaff (Tanya the Evil) - Emhyr var Emreis (The Witcher) - Dedra Meero (Andor) - Atticus Noble (Rebel Moon) - Lord Shen (Kung-fu Panda) - Milady (Les 3 mousquetaires) - Doug Stamper (House of Cards) - Thomas Shelby (Peaky Blinders) - Stormfront (The Boys) - Tywin Lannister (Game of Thrones) - General Grievous (Star Wars) - Vincent (Collateral) - Coriolanus Snow (Hunger Games) - Saruman (LOTR)
    Lyra's Theme :
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Erwin Staal
    Erwin Staal
    Messages : 169
    crédits : 75

    Info personnage
    Race: Humain/Oni
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3223-erwin-staal-terminee
  • Mar 2 Avr - 18:51
    Le cercle solaire de l'ardent
    Feat. Lyra et Altarus
    Non, Erwin n’avait absolument aucun bandeau rouge en signe de signe distinctif. Mais, naturellement, le masque enflammé qu’il avait sur son visage devrait suffire pour que les abrutis qui accompagnaient Lyra ne l’attaquassent pas. Le haut de sa tunique légère était partie en fumée, il était totalement à découvert, sans la moindre protection. Mais, qu’importé en vérité. Cela ne lui empêcherait pas de trouver le chef de cette fichue secte et de l’éliminer comme la vulgaire merde qu’il était ? Les épées dans les mains, Carnage se rua dans la mêlée, encore et encore, tranchant la moindre tête qui avait le malheur de passer devant lui. Les flammes incandescentes se dégagent de son bras droit pouvaient, parfois, brûler les ennemis. En outre, bête féroce était lâchée au milieu de l’enclot de mouton, prêt à tous les dévorer.

    Carnage, tout comme Erwin, aimait se rendre en ce genre de combat. Dans la mêlée, pour semer le chaos parmi les pauvres gens. Il y avait des civils, oui, et alors ? Visiblement, personne dans les hautes instances ne disait quoi que ce soit face aux génocides perpétués par les membres Leezen. Pas même le Vent, qu’Erwin ne connaissait pas en personne, mais il savait que c’était probablement lui qui envoyait Lyra, ou du moins, qui avait fourni les informations à l’Oreille, concernant cette secte.

    Et Altarus dans tout ça ? Ce vieux pirate. Il menait son petit bonhomme de chemin. Erwin l’avait malheureusement perdu de vue, mais, il ne s’inquiétait pas pour lui. Il ressentait la puissance qui émanait de lui, une forte magie du vent. Combinés au feu de Carnage, ils pourraient faire un véritable massacre. Et, encore plus, avec la foudre de Lyra. Enfin, peut-être auraient-ils l’occasion de tous rassembler leur puissance pour abattre cette secte. Même si, pour l’instant, la difficulté n’était pas au rendez-vous.

    Enfin, qu’importait, Erwin, ou plutôt, Carnage, continuait son chemin, avançant rapidement sans véritablement tuer tous ceux qui se présentaient à lui. En fait, il voulait surtout la tête de celui qui était en haut de tout ce cirque. Une secte pour le démon de la désolation, ça aurait pu être une excellente idée, s’il n’était pas enfermé dans le corps de lâche d’Erwin.

    Soudain, le reikois arriva dans une salle où la lumière n’était pas. Il tendit son bras vers l’avant, éclairant celle-ci de son incandescence, mais il ne vit rien d’autre qu’une vulgaire silhouette. Il s’approcha de celle-ci et, malheureusement pour lui, ce n’était qu’une grossière erreur. Une frappe en plein dans le torse et le demi-oni vola au travers de la pièce, sortant même de cette-dernière, de force. Il porta sa main gauche sur son torse et cracha du sang. Visiblement, il avait affaire à un ennemi bien plus coriace que lui. Ses prunelles de feu se tournèrent vers ses coéquipiers, mais il ne les voyait pas.
    CENDRES
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Altarus Aearon
    Altarus Aearon
    Messages : 320
    crédits : 1559

    Info personnage
    Race: Humain-elfe
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1914-c-est-l-homme-qui-prend-la-mer-termine#16576https://www.rp-cendres.com/t2080-carnet-de-contact-d-altarus-aearon#17608https://www.rp-cendres.com/t2079-journal-de-bord-du-capitaine-aearon#17606
  • Ven 12 Avr - 22:35
    Altarus n'eut pas besoin de rappeler l'air pour se prémunir d'une offensive enflammée. Le pyromancien tomba en avant, le crâne devenu le réceptacle d'une flèche à la pointe d'acier acérée. Le borgne le repoussa au dernier moment, profitant du fait que son corps subissait l'effet de la gravité. Ce fut un corps aux fils de la vie tranchés qui tomba du haut des escaliers menant au chemin de ronde. Là, il assista à la chute de la Tovyr, en prise avec un sectaire encapuchonné. Il se préparait à concentrer son pouvoir pour lui apporter son aide, en usant de ce qu'il avait à portée, qu'un cavalier reikois faucha l'ennemi, l'emportant loin de la cheftaine. La magie de l'air frémissant au bout de ses doigts, il n'eut qu'à porter son champ de vision pour voir que d'autres soldats ennemis étaient venus prendre la place de ceux qu'il avait repoussés hors du haut des remparts. L'air claqua aussi sèchement que le ferait un redoutable fouet. Les cibles furent percutées par un violent jet d'air. De cris de surprise et de douleur, ce furent des hurlements d'effroi et de peur qui retentirent derrière les épais murs de la forteresse. Ils se perdirent dans le fracas des armes et des gémissements des forces reikoises bien déterminées à accomplir leur mission en terrassant les sectaires.

    Serrant les dents à la blessure qui lui lacérait la cuisse, Altarus entreprit de rejoindre les forces alliées, qui semblaient prendre le dessus sur les sectaires. Sa rapière en main, il se tenait prêt à croiser le fer avec tout individu qui se mettrait en travers de sa route. D'aucuns ne se mirent sur sa route, trop occupés à essayer de tenir bon face aux hommes de la Tovyr. Il ne manqua pas de stopper sa descente quand il aperçut Erwin terminer son vol en atterrissant brutalement sur le sol battu.

    "La petite hargneuse se croit l'étoffe d'une véritable combattante ? " grogna une forte voix qui retentissait à l'intérieur de la salle d'où avait été éjecté le jeune mercenaire, en un bien étrange écho. Erwin termina de cracher du sang, qu'une silhouette quitta les ténèbres de l'enceinte.

    Un pas lourd de menace accompagna la venue d'un chevalier. Un long tabar aux couleurs d'un dangereux coucher de soleil, à la représentation centrale de l'orbe céleste dans une rutilante couleur d'or, couvrait sa cotte de maille. Son heaume luisait tel un miroir, reflétant la lumière du jour, comme pour se rendre plus étincelant qu'il ne l'était. Les fentes ne laissaient même pas entrevoir son regard. Sa posture, son maintien, l'épée longue qu'il tenait dans sa main gantelée de fer... tout n'était que détermination. Sa tête était déjà dirigée vers sa cible : la Tovyr, qui le provoquait.

    "Tu me voulais ? Me voilà ! Crois-tu être de taille pour vaincre la fratrie de la Parhélie ! " déclama-t-il avec défi en écartant les bras.

    La Fratrie de la Parhélie:


    Deux autres silhouettes sortirent à leur tour. Même taille, même carrure, mais armure différente. Leurs heaumes reflétaient la lumière du jour matinal comme autant le premier. Ils sortirent leurs épées de leur fourreau.

    "Penses-tu nous vaincre à nous trois, femme ? " tonnèrent-ils en même temps, dans une synchronisation parfaite, rendant la diction sinistre, terrifiante.
    "Elle n'est pas seule..." rétorqua une autre voix.

    Le demi-elfe borgne venait de se mettre non loin de la Tovyr, laissant assez de place pour Erwin, qu'il avait aidé à se relever.

    Les trois chevaliers de la Fratrie de la Parhélie se mirent à rire, toujours en même temps, leurs rires ne faisant qu'un. Et comme s'ils s'étaient préparés à une danse martiale contre un ennemi juré, leurs armes furent brandies, pointe effilée et tranchante vers chacun de leurs adversaires. De leurs mains libres, qu'ils ouvrirent en même temps, prit naissance une flamme rougeoyante dans le cœur de leur paume.

    "Vous périrez dans le feu de notre courroux...."

    La petite vie incandescente qu'ils avaient invoquée fut souffleé par une brève et claquante rafale d'air.

    "Assez causé.... "dit le demi-elfe froidement. Sa rapière fit un rapide mouvement circulaire dans sa main. Il avait choisi sa cible.
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Lyra Leezen
    Lyra Leezen
    Messages : 257
    crédits : 509

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal Mauvais
    Rang: B - Tovyr
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3068-lyra-leezen-la-senechale
  • Hier à 9:02
    [Challenge] Le Cercle Solaire de l'Ardent - Page 2 Oleg-z10



    ⚜

    Dehors, les premiers rayons du soleil venaient, non sans difficulté, dissiper l'humidité matinale. Même au pied de la montagne volcanique, la nuit désertique se faisait glaciale. Or, peu importe le froid matinal, les feux qui se propageaient à vive allure au sein de la forteresse couplés à la puissance de l'assaut avaient suffit à réchauffer l'atmosphère de la cour intérieure. Les derniers débris de la lourde porte d'entrée avaient finis d'être pulvérisés par une nouvelle charge de cavalerie qui avait frappé les sectaires de plein fouet, tel un raz-de-marée. En parallèle, les fantassins de la cohorte Nausicaa fendaient les cultistes tel un tsunami, l'entrainement martial des soldats ne faisait qu'une bouchée des civils encapuchonnés qui tentaient de protéger leur gourou.

    Ou plutôt leurs chefs, au pluriel. Erwin s'était heurté à eux et avait été repoussé avec un aisance qui trahissait une certaine dangerosité. Et si Lyra avait demandé un duel singulier avec le visage de proue du Cercle, elle ne s'était pas attendu à voir trois gaillards se présenter. Enfin, ce n'en serai que plus attrayant ! Et si elle leur fit face, prête à en découdre, elle fut rejoint par Altarus puis Erwin. Le vieil elfe souffla leurs flammèches et leur rabattit le caquet comme il se devait, ce pourquoi la Tovyr lui fut reconnaissante, peu encline à écouter une énième homélie sectaire. Le Vent l'avait chargé de se débarrasser de ces gêneurs, pas de les écouter.

    Elle dressa son bâton, par précaution, si jamais l'un d'eux présentait un pouvoir psychique quelconque. Mais pour l'heure, il était temps de combattre. Elle les avait provoqué en duel, c'était à elle d'ouvrir. Et alors que les deux autres se jetaient à la gorge d'Erwin et Altarus, Lyra se concentra sur celui arborant l'emblème du Cercle. Elle fit un pas prudent pour se rapprocher de son adversaire qui ne broncha pas, la scrutant d'entre les fentes de son heaume. Il n'avait même pas adopté une position défensive, son épée le long de sa jambe droite, la pointe au sol. Lyra, quant à elle avait son bâton le long du triceps droit, un bout vers le haut, prête à exercer un moulinet mortel.

    - Tu ne m'auras pas avec un stratagème si simple... Siffla-t-elle.

    Et sur ces mots, elle envoya son bâton vers le flanc du chevalier qui avait prévu le coup. En faisant croire qu'il n'anticipait pas la moindre attaque, n'ayant pas levé son arme, il incitait la Tovyr à attaquer de plein fouet avec une attaque prédictible. C'était ce qui arriva, avec ce coup horizontal facilement esquivable. Derrière son casque intégral, le sectaire souffla du nez et fit un pas de côté, exerça une rotation, prêt à profiter de la position déstabilisée de son adversaire.

    Et cela aurait pu fonctionner si Lyra n'était pas la meilleure guerrière de la région. Son attaque puissante n'avait été qu'une feinte, et au lieu de se laisser entrainer par son arme de mithril, elle avait pivotée et bloqua latérale du chevalier qui fut repoussé, glissant sur la roche. Elle ne lui laissa pas le temps de se reprendre et empoigna son épée telle une lance et envoya un coup d'estoc droit contre son plastron. Or, si le choc fut brutal au point de tordre la plate et de lui couper la respiration, le sectaire empoigna le bout du bâton et tira puissamment dessus pour cogner la Sénéchale à la hanche à l'aide de la garde de son épée. Tranchante, elle passa au travers du cuir bouilli et lui lacéra la peau.

    Par chance, Lyra put user du contrepoids de son corps pour libérer son bâton de la main de son adversaire et frappa les jambes de ce dernier, le forçant à tomber à genoux. Mais alors qu'elle s'apprêta à porter un coup décisif au crâne du sectaire, il étendit son bras armé de toute son allonge et la toucha au biceps gauche, tranchant quelques fibres au passage. Lyra grogna et abrogea son attaque pour mieux constater les dégâts. Elle renifla de rage en passant sa main sur l'estafilade.

    Elle releva le regard à temps pour voir le sectaire envoyer un coup d'estoc pour la traverser de part en part. Soudain, avec une agilité hors du commun, la Tovyr fit une passe côté au dernier moment, au point où la lame siffla à son oreille. Elle agrippa alors la lame de sa main gantée, retournant la stratégie de son adversaire contre lui. Elle l'attira à lui et asséna un violent coup de bâton contre le haut de son heaume. La taule se tordit dans un choc qui retentit probablement dans tout son crâne.

    Il tituba en arrière, d'une main, cherchant à retirer son casque ne lui permettant plus de voir correctement, et de l'autre, il balayait l'air devant lui de son épée craignant un assaut frontal. Mais la Sénéchale était déjà dans son dos. Et dans un souffle, elle porta un nouveau coup, plus puissant cette fois, sur le casque qui craqua sombrement - à moins que ce ne soit les vertèbres - qui signa la fin du guerrier.

    - Là haut, tu pourras au moins dire que tu es parvenus à me blesser. Grailla-t-elle tout en pressant la blessure à sa hanche qui saignait abondamment.


    ⚜


    [Challenge] Le Cercle Solaire de l'Ardent - Page 2 F5cc3010



    [Challenge] Le Cercle Solaire de l'Ardent - Page 2 Bfc9de11

    Personnages similaires à Lyra
    Tanya Degurechaff (Tanya the Evil) - Emhyr var Emreis (The Witcher) - Dedra Meero (Andor) - Atticus Noble (Rebel Moon) - Lord Shen (Kung-fu Panda) - Milady (Les 3 mousquetaires) - Doug Stamper (House of Cards) - Thomas Shelby (Peaky Blinders) - Stormfront (The Boys) - Tywin Lannister (Game of Thrones) - General Grievous (Star Wars) - Vincent (Collateral) - Coriolanus Snow (Hunger Games) - Saruman (LOTR)
    Lyra's Theme :
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum