DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Alasker

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Echos magiques et dessins d'une mémoire fragmentée [Solo] InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    La justice frappe les injustes
    Derniers sujets
    Temple des Secrets | Savoir & SiameAujourd'hui à 3:18Savoir
    [Flash-event] Le Bal du Reflet des ÂmesAujourd'hui à 2:25Rachelle Virsce
    [PA] Les Gorges d'Ildrekyhr.Aujourd'hui à 1:01Falconi Genova
    Fissurer le marbre [Siame - Rêve]Aujourd'hui à 0:41Siame
    La névrosée fuyant sa chimère | KassandraHier à 22:17Meradev Vigelfrost
    Rp's de Tulkas [Reike]Hier à 22:15PNJ
    Validation RP DimitriHier à 22:10Dimitri Chagry
    Un air familier [Genryusai]Hier à 21:50Neera Storm
    Aller en bas
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Cyradil Ariesvyra
    Cyradil Ariesvyra
    Messages : 492
    crédits : 5331

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t372-la-premiere-condition-de-l-immortalite-est-la-mort-cyradil-ariesvyra-terminehttps://www.rp-cendres.com/t3302-chronologie-de-cyradil
  • Jeu 25 Jan - 17:56
    Ikusa, quelque part en l'An -5

    Depuis sa transformation en liche, Cyradil s’était surtout concentrée sur son intégration au sein de l’empire sous la nouvelle identité qu’elle s’était créée après être passée de vie à trépas. Prévoyante, la forgeronne avait déjà abattu le plus gros du travail en amont et avait fait en sorte d’hériter de ses propres biens en veillant tout de même à prévoir d’autres héritiers au cas où le rituel se serait mal déroulé. N’ayant pas de descendance, la jeune blonde s’était dit qu’elle léguerait sa forge à son fidèle ami nain Lakhdar et sa demeure à Martha qui s’était occupée d’elle depuis son enfance. Si elle avait longuement œuvré dans sa quête pour acquérir l’immortalité, la jeune blonde n’en était pas pour autant prête au moindre sacrifice pour y parvenir. En effet, la seule personne ayant subi les conséquences du rituel était bien elle-même et en raisons de facteurs qu’elle n’aurait jamais pu prévoir lorsque l’on touchait à ce genre de magies obscures et peu documentées. Même pour une magicienne émérite comme elle, elle avait avancé dans un terrain obscur et n’avait dû son salut qu’à ses remarquables prouesses arcaniques malgré un lourd tribut dont elle s’accommodait encore maintenant.

    Physiquement, le rituel avait satisfait toutes les conditions que la forgeronne y avait implanté, incluant le fait de pouvoir retrouver sa jeunesse et de la figer dans le temps de manière à ne plus jamais subir les affres de ce dernier. D’après les documentations qu’elle avait consultées, le processus s’accompagnait d’une décomposition des tissus au fil du temps mais d’après les propres analyses qu’elle avait réalisé sur son corps, Cyradil ne semblait pas souffrir de ce défaut. C’est dire à quel point elle avait réussi à accomplir ses objectifs en ayant rien sacrifié de son « âme » ou de sa personnalité. Cela lui permit alors de tirer plusieurs conclusions en ce sens que la magie noire était souvent associée à ce que l’on définissait comme le « mal » mais que, contre toute attente, elle ne se sentait pas poussée par des idées malveillantes malgré l’utilisation de matériaux réputés liés d’une quelconque manière au titan de la mort X-o’rath. Cependant, ce tableau de réussite n’était pas dépourvu de tâches puisque l’immortalité lui avait été accordée contre un lourd tribut.

    Jadis une magicienne hors-pair capable de déchainer les plus puissants sortilèges que le Sekai n’ait jamais imaginé, Cyradil s’était retrouvée aussi nue magiquement que le jour où elle avait vu le jour. Durant les semaines ayant suivi sa transformation, la jeune forgeronne s’était vu dépourvue de tout pouvoir et n’était pas capable de plus de prouesse que le boulanger qui lui faisait son pain le matin. Loin de se déprimer, la jeune blonde était surtout heureuse de ne pas avoir succombé et avait vu cette opportunité de seconde « vie » comme l’occasion de s’éloigner des arcanes sur lesquelles elle s’était beaucoup trop penchée durant sa précédente incarnation au point d’oublier d’en profiter. Elle s’était donc résolue à vivre de manière sereine et à s’occuper de sa forge et de son héritage comme n’importe quel bon citoyen. Si Cyradil avait conservé l’intégralité de ses souvenirs concernant sa vie passée, elle en oubliait cependant ceux liés à ses connaissances magiques, la perte de ses pouvoirs ayant entrainé une sorte d’amnésie sélective.

    Plus concrètement, elle se souvenait de toutes les connaissances théoriques liées au fonctionnement même de la magie en général mais dès qu’il s’agissait de se rappeler comment l’on pouvait lancer tel ou tel sortilège, il lui était incapable de s’en souvenir. La tâche était d’autant plus ardue que la liche ne se souvenait pas à quel point son répertoire magique était fourni. Pour s’aider, la forgeronne avait d’anciens ouvrages qu’elle avait elle-même rédigé et qui relataient les nombreuses magies qu’elle maitrisait. Autrement dit, Cyradil devait se replonger dans la lecture de centaines de bouquins, de parchemins et autres essais qu’elle avait écrit pour avoir une idée de l’étendue de ses connaissances. Bien sûr, l’on parlait de travaux qui s’étaient étalés sur des décennies et bientôt, la liche se rendit compte que même en lisant les manières de procéder afin de lancer des sorts basiques, elle n’en tirait rien.

    Cyradil comprit alors rapidement que cela lui prendrait sans doute des décennies juste à parcourir ses lectures en détail sans garantie d’avoir ne serait-ce que le début d’un avancement. Plusieurs mois passèrent alors sans que la liche ne se repenche sur la question de ses pouvoirs jusqu’au jour où, tranquillement assise dans son bureau, elle ressentit une baisse de température assez significative pour que même son corps de liche puisse le percevoir. Même son souffle se fit vaporeux alors que son enveloppe était bien plus froide que celle d’un humain. Soudain, elle sentit une douleur aiguë dans son esprit qui lui rappela ces maudits jours où elle devait composer avec une migraine sauf que celle-ci ne dura qu’un instant alors qu’elle porta l’une de ses mains sur sa tempe. Lorsqu’elle la retira, Cyradil put apercevoir un mince film glacé sur le bout de ses doigts mais…surtout…elle eut cette impression qu’elle avait toujours su.

    Tournant sa main vers le ciel, Cyradil fixa cette dernière (enfin autant que le lui permettait le voile qui lui bandait les yeux) et réussit en quelques secondes à conjurer un orbe glacé digne des plus grands débutants en magie élémentaire. La liche sourit alors, comprenant qu’il s’agissait là d’une manifestation magique de sa part. Cet évènement fut empreint d’une certaine émotion puisque cette simple petite boule était la preuve qu’elle pouvait encore exercer la magie. A quel point ? Ce serait une question pour un autre jour mais pour l’heure, il fallait tenter de comprendre…Cyradil essaya alors de pousser sa maitrise plus loin mais en vain. Elle était limitée à des sorts de faible intensité, comme si elle était bridée. Néanmoins, la porte de l’espoir concernant la récupération de ses pouvoirs venait d’être entrouverte.


    Echos magiques et dessins d'une mémoire fragmentée [Solo] Cyradi15
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Cyradil Ariesvyra
    Cyradil Ariesvyra
    Messages : 492
    crédits : 5331

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t372-la-premiere-condition-de-l-immortalite-est-la-mort-cyradil-ariesvyra-terminehttps://www.rp-cendres.com/t3302-chronologie-de-cyradil
  • Ven 26 Jan - 18:00
    Durant les jours qui suivirent cette révélation, Cyradil continua de s’exercer pour tenter de comprendre jusqu’où se situait sa limite actuelle. Ironiquement, la glace était le tout premier élément auquel elle avait été initié et tenait cette expertise de sa défunte mère qui l’avait initiée aux secrets des arcanes. Pour l’instant, la forgeronne ignorait s’il s’agissait d’un cas isolé ou le début d’un long chemin pour retrouver ses pouvoirs. Jour après jour, la liche se sentait de plus en plus à l’aise avec la manipulation élémentaire jusqu’à atteindre une sorte de plafond de verre. En effet, des jours durant, la blonde s’était adonnée à lancer des sorts de plus en plus complexes, dépassant de loin la maitrise basique de cet élément. Elle était encore très loin du summum de ce que l’on pouvait réaliser avec la glace mais la jeune femme était maintenant parfaitement capable de s’en servir pour attaquer et se défendre pourvu qu’elle ne se heurta pas à une menace trop importante.

    Durant tout ce cheminement qui la menait peu à peu à la compréhension de la réémergence de ses pouvoirs, Cyradil tenait une sorte de journal de bord, notifiant ses progrès ainsi que ses hypothèses sur ce phénomène pour le moins étrange. Elle nota également l’essentiel des souvenirs liés à cette magie retrouvée au cas où ces derniers seraient en fait intangibles et disparaitraient de sa mémoire. Plusieurs mois passèrent encore  sans aucun fait notable ne vienne perturber la routine de la forgeronne jusqu’au jour où le phénomène se reproduisit encore. Cette fois-ci ce fut à sa magie d’ombre de refaire surface et cette dernière suivit exactement le même schéma que sa magie de glace mais se heurta aux mêmes limites que cette dernière. Entretemps, la jeune forgeronne récupéra les souvenirs liés aux étranges motifs qui parcouraient le haut de son corps lorsqu’elle s’était réveillée dans son nouveau réceptacle. Ces derniers n’étaient pas de simples tatouages et l’expérience sur une portion de ces derniers lui avait montré qu’aucun des subterfuges dont elle avait usé était capable de les effacer.

    Afin de comprendre s’ils avaient une implication directe dans la réémergence de sa magie, la liche avait décidé de les garder. Au début, elle n’en possédait que quelques-uns, épars mais au fur et à mesure qu’elle recouvrait des sorts de plus en plus complexes, les motifs se multiplièrent et devinrent de plus en plus élaborés. Avec sa magie d’ombre retrouvée, suivie de quelques pouvoirs mineurs tels que le renforcement auditif, la nyctalopie ou encore le contrôle des émotions, son corps se transforma en une véritable fresque vivante. Ses souvenirs retrouvés, couplés aux lectures de ses écrits passés lui permirent de comprendre qu’il s’agissait jadis de runes magiques capables de stocker des sorts et de pouvoirs les lancer de manière plus facile sans avoir à les incanter au préalable ou à puiser dans la réserve de mana du propriétaire. Cela avait pour but d’augmenter considérablement l’endurance du magicien et étendait sa « durée de vie » sur le champ de bataille de plusieurs facteurs multiplicateurs.

    Tatouages en question:
    Pour l’heure, Cyradil ignorait comment les utiliser et l’expertise d’un senseur magique lui permit d’affirmer que la mana qu’ils contenaient n’était perceptible qu’à l’état de traces. Autrement dit, ces motifs ne servaient guère plus que de décoration. Bien sûr, Cyradil avait essayé de les alimenter en énergie magique mais ces derniers semblaient imperméables à ses efforts et le flux magique semblait pas pouvoir les pénétrer d’une quelconque manière. Peut-être était-ce dû au fait qu’elle était bien plus faible que de son vivant. En tout cas, elle savait que la magie qui les animait avait quasiment été drainée par le rituel qui l’avait transformée en liche. Pour l’heure, les magies en sa possession étaient soit basiques soit bloquées à un palier intermédiaire. Cela lui fit comprendre que, pour atteindre des magies complexes, il lui faudrait beaucoup plus de temps, d’autant plus que la jeune blonde était incapable d’apprendre par elle-même et était condamnée à attendre que tous ses pouvoirs lui reviennent avant d’espérer se pencher sur d’autres.

    En effet, lors de son rituel, elle avait pu constater, d’après ses propres recherches qu’elle avait menées, que le chemin qu’elle avait choisi pour atteindre l’immortalité nécessitait de feindre la mort en extrayant l’âme du possesseur, de l’intégrer dans le phylactère (qui servait de catalyseur où Cyradil avait placé toutes ses magies préparatoires) puis à la réintégrer dans le corps inanimé de ce même possesseur. Cependant, si son âme avait bel et bien réintégrer son enveloppe charnelle, celle-ci s’était fragmentée, emportant avec elle ses souvenirs magiques. Au départ, la forgeronne crut devoir se lancer dans une quête pour ses fragments perdus mais au fur et à mesure qu’elle retrouvait ses pouvoirs, elle se sentait de plus en plus complète en son for intérieure. La forgeronne en arriva alors à la conclusion que son âme reconstituait les morceaux progressivement tout en ignorait combien de temps cela prendrait réellement. Quant à la question de savoir comment ses pouvoirs étaient liés à son âme et non pas à son corps ou son esprit, ni même si ces trois entités possédaient une quelconque connexion entre eux, Cyradil en ignorait bien évidemment la réponse. Après tout, il y avait peu de témoignages de gens qui étaient morts et qui pouvaient raconter ce qu’il se passait au bout du voyage.

    Des mois durant, la jeune blonde renforçait sa compréhension sur cet étrange phénomène qui la touchait, collectant des bribes de mémoires au fur et à mesure que ses pouvoirs se démultipliaient en nombre mais jamais en puissance ou en complexité. Ses motifs s’intensifièrent et formaient un tout plutôt harmonieux et cohérent. Elle commença à espérer pouvoir un jour retrouver ne serait-ce qu’un semblant de magie curative afin de se soulager d’une partie de son travail au sein des Forces Médicales Reikoises. Simple coïncidence ou véritable manifestation de son souhait, Cyradil vit son vœu exaucé lorsque sa magie de glace put exercer des sorts aux aspects plus doux et inoffensifs. La liche se demandait vraiment s’il y avait plus à faire que d’attendre que ses pouvoirs ne lui reviennent. Elle commença à croire que certains d’entre eux pourraient se manifester lorsqu’elle en aurait le plus besoin mais la liche étant de nature prudente, elle espérait pouvoir tout de même les récupérer dans des moments dépourvus de tension. Dans tous les cas, son chemin vers la (re)connaissance arcanique se poursuivait sans toutefois que la liche n’en soit totalement obnubilée. En effet, lors de cette deuxième incarnation, elle avait surtout l’idée de pouvoir vivre un peu pour elle-même.


    Echos magiques et dessins d'une mémoire fragmentée [Solo] Cyradi15
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Cyradil Ariesvyra
    Cyradil Ariesvyra
    Messages : 492
    crédits : 5331

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t372-la-premiere-condition-de-l-immortalite-est-la-mort-cyradil-ariesvyra-terminehttps://www.rp-cendres.com/t3302-chronologie-de-cyradil
  • Sam 27 Jan - 16:55
    Ikusa, entre l'An -2 et l'An 3

    Les mois passèrent et bientôt, ceux-ci se comptabilisèrent en années. La jeune femme ne prit pas part au conflit ayant opposé les Ryssen aux Draknys et se contenta d’un rôle où elle préféra soigner les soldats blessés. Elle accueillit le nouveau régime d’un œil neutre. La jeune blonde n’était pas particulièrement proche du précédent couple royal et n’avait pas trouvé d’intérêt de participer aux conflits armés. De toute façon, la forgeronne était surtout concentrée sur sa propre personne à devoir remettre les choses dans l’ordre même si cela pouvait être assez ironique en temps de guerre. Lorsque Tensai monta sur le trône et épousa la Reine, Cyradil put négocier sans trop de mal la propriété de ses forges et leurs utilités quant aux futures batailles que l’Empire devrait mener. Et pour l’heure, la jeune blonde tenait plutôt bien dans cet engagement sans pour autant que le monopole de ses ventes ne soient totalement dédiées à l’armée reikoise. Autrement dit, n’importe quel client était libre de venir prendre commande chez elle, qu’il soit un soldat affilié ou un simple citoyen.

    Suite à ces évènements, le quotidien de Cyradil fut plutôt calme et s’occupa principalement de rénover la forge d’Ikusa et de continuer le commerce qu’elle-même et son défunt père avaient commencé il y a plusieurs décennies. Ainsi, la forgeronne utilisait aussi bien le savoir transmit par son paternel que ses propres talents magiques pour forger des armes et armures avec une qualité qui dépassait de loin ses pairs dans le domaine. Ainsi, les mois suivant la restructuration de l’Empire sous son nouveau mornarque furent essentiellement dédiés à s’intégrer socialement et à s’habituer à sa nouvelle vie. Entretemps, la jeune femme fit l’acquisition de nouveaux pouvoirs qui lui facilitèrent bien ses déplacements comprenant dons de vol mais aussi de téléportation. Ses pouvoirs élémentaires quant à eux restèrent au même stade pendant longtemps et la rhikos se demandait bien quand ceux-ci allaient s’élever au stade supérieur. Par ailleurs, il semblerait que son affiliation au sein des FMR lui permirent de récupérer la majorité des pouvoirs visant à guérir les mots de ce monde mais, encore une fois, ceux-ci n’étaient qu’à leur niveau basique.

    Cependant, l’utilisation fréquente de ses pouvoirs de soins, couplés à son catalyseur qu’était sa magie de givre lui fit atteindre de nouveaux sommets. Jusqu’à maintenant, Cyradil n’était capable de soigner que des blessures mineures ou superficielles mais dorénavant elle était capable de bien plus et pouvait enfin se servir de sa magie curative pour des cas autrement plus sérieux. C’était d’ailleurs assez ironique de voir qu’une liche maitrisait une telle magie mais encore fallait-il qu’on le sache. Cyradil continua alors d’alterner entre son travail au sein des FMR et la gestion de sa forge, n’ayant plus tellement de besoins vitaux. Elle en profita d’ailleurs pour faire plusieurs tests sur sa condition. Globalement, la forgeronne ressentait toujours toute la palette d’émotions qu’un humain pouvait ressentir. Sa personnalité n’avait pas changé et elle était toujours là même que jadis. Si ses besoins vitaux n’étaient plus nécessaires, il lui était néanmoins possible d’en profiter si elle le désirait. Ainsi, elle pouvait tout à fait se nourrir si elle le souhaitait mais elle n’arrivait pas pour autant à dormir. Au mieux, la liche passait par des sortes de séances de méditation qu’elle trouvait apaisantes pour son esprit lorsque celui-ci était trop sollicité.

    Quant à l’évacuation de ce dont elle se nourrissait, Cyradil n’en ressentait jamais le besoin. En effet, la jeune femme n’avait pas encore eu le courage de s’ouvrir le ventre pour examiner ses boyaux au risque de ne plus pouvoir les remettre en place ou que cela lui soit préjudiciable. D’ailleurs, elle saignait toujours bien que beaucoup moins abondamment que lors de sa précédente vie. C’est dire à quel point son rituel avait été minutieusement préparé au point de ne pas se sentir « dépaysée » une fois transformée en liche. Les tatouages qu’elle arborait sur son corps se multiplièrent au fur et à mesure qu’elle accumulait les magies. C’était toujours très surprenant de trouver une nouvelle fresque se dessiner à chaque fois que sa mana était sollicitée. Elle se demandait combien de combinaisons possibles la toile qui était dessinée sur son corps était capable de reproduire. En tout cas, elle profitait parfois de son temps libre en s’aidant de son reflet sur une surface réfléchissante afin de reproduire ces dessins sur un papier. Qui sait, il y avait peut-être un sens dans toutes ces runes ?
    L'une des nombreuses possibilités de configuration de ses tatouages:
    Ce phénomène de constant changement pouvait être comparable à un labyrinthe qui changerait de configuration à chaque fois qu’on l’empruntait. L’infime mana que ses motifs contenaient ne semblait d’ailleurs jamais s’estomper. Cette fine réserve s’auto-alimentait à chaque fois que le dessin changeait sans que Cyradil n’ait à faire quoi que ce soit. Ainsi, grâce à son expérience et ses connaissances étendues en arcanes, Cyradil tentait de tirer le meilleur parti de ses pouvoirs affaiblis. Elle trouvait des moyens toujours plus ingénieux de les utiliser dans son quotidien mais également pour venir en aide à ceux qui étaient dans le besoin. Durant les quelques altercations qu’elle avait eu avec des malfrats ayant voulu voler ses marchandises, la liche comptait surtout sur la différence de savoirs sur la magie en elle-même plutôt que sur un rapport de force direct. Pour l’instant, cela suffisait amplement à écarter ces menaces occasionnelles qui voulaient nuire à l’essor de ses forges ou de ceux qui y étaient liés. Cependant, Cyradil appréhendait le jour où elle se confronterait un obstacle plus important qui nécessiterait des talents autrement plus conséquents que ceux qu’elle possédait actuellement. D’une certaine manière, la forgeronne espérait s’être renforcée d’ici là pour y faire face.


    Echos magiques et dessins d'une mémoire fragmentée [Solo] Cyradi15
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Cyradil Ariesvyra
    Cyradil Ariesvyra
    Messages : 492
    crédits : 5331

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t372-la-premiere-condition-de-l-immortalite-est-la-mort-cyradil-ariesvyra-terminehttps://www.rp-cendres.com/t3302-chronologie-de-cyradil
  • Dim 28 Jan - 15:28
    Il existait peu de personnes qui étaient dans la confidence concernant sa condition. Cyradil ignorait la véritable opinion qui régnait au sein de l’Empire sur la questions des morts-vivants qui erraient sur ses terres. De plus, la liche ne savait pas non plus à quel point ils faisaient la différence entre ceux que l’on considérait comme les engeances ayant résulté du pouvoir du Titan de la Mort et les gens qui avaient réussi à découvrir un autre moyen d’accéder à l’immortalité. Car oui, la jeune blonde n’était aucunement liée à X’o-rath d’une quelconque manière et avait véritablement transcendé sa condition d’humaine uniquement par ses propres moyens. Elle avait sincèrement oublié le processus qui l’avait transformée et c’était sans doute l’un des secrets que Cyradil ne voulait sans doute jamais tenter de retrouver. Il s’agissait d’une information dangereuse qui pourrait être beaucoup trop convoitée, y compris par ceux partageant ses intérêts ou ses convictions. Si sa méconnaissance pouvait limiter le nombre d’immortels sur le Sekai, c’était surtout parce que Cyradil ne savait que trop bien ce qui arriverait si certains individus pouvaient hériter de ce pouvoir. De ce fait, la jeune blonde s’était jurée de ne plus jamais se tourner vers la nécromancie bien qu’elle s’intéressa encore à la magie noire en ce sens que cette dernière pouvait être très utile à comprendre en raison des nombreux sortilèges qui utilisait cette dernière comme socle pour leur incantation.

    Ainsi, la jeune blonde utilisait son temps libre pour se construire un catalogue des pouvoirs qu’elle maitrisait, leurs degré de complexité ainsi que leur potentielle catégorie à laquelle ils appartenaient ou les similitudes qu’ils partageaient entre eux. Cela lui permettait de comprendre un peu plus ses pouvoirs et l’aidait dans sa quête de « rétablissement ». C’était d’ailleurs une aubaine de pouvoir recommencer depuis le début car elle avait beaucoup moins de sortilèges à décrire et à analyser qu’à l’époque où elle était vivante. Jadis, en raison de son temps limité, elle ne se serait jamais attelée à ce genre de tâches qu’elle trouvait inutile mais son avis sur la question avait évidemment changé depuis que ce facteur temps n’était plus un problème. Son carnet à croquis était maintenant rempli d’un nombre conséquent de configurations que ses motifs dessinaient sur son corps et elle pouvait établir certaines corrélations entre ces derniers. Si aucun d’entre eux n’était similaire, elle avait, remarqué que ces derniers pouvaient s’illuminer d’une certaine manière en fonction du type de magie utilisée. Ce n’était pas toujours le cas mais ses motifs pouvaient s’imprégner d’une certaine teinte bleutée lorsqu’elle avait recours à ses pouvoirs de givre.

    Version glace:
    De plus, Cyradil se sentait extrêmement sereine au fur et à mesure qu’elle se familiarisait avec ses étranges motifs. Elle avait l’impression de se sentir en harmonie avec ces derniers et ils étaient presque un prolongement de son corps qui l’aidait dans l’incantation de ses sortilèges. De par son expérience, la magicienne savait qu’il existait un nombre innombrable d’hypothèses concernant les raisons qui expliqueraient comment certaines personnes acquièrent la capacité de manipuler la mana mais dans son cas, elle avait visiblement trouvé un moyen de s’harmoniser avec l’utilisation de cette dernière. Cette compréhension de ces étranges symboles qui décoraient son corps lui fit réaliser qu’elle avait du être une magicienne hors du commun. Et pourtant, la jeune blonde n’avait jamais joué un rôle significatif dans la gestion du royaume qui l’avait vu naitre, trop occupée à venir en aide au bas peuple et, plus tard, à chercher un moyen de vivre éternellement. Sa vie avait été dédiée à l’étude des arcanes et la réalisation d’avoir eu le sentiment de n’effleurer que la surface lui avait fait se rendre compte que sa vie était déjà sur le déclin. C’est précisément pour cela qu’elle était devenue une liche. Avoir l’éternité pour accomplir tout ce qu’elle n’avait pas pu réaliser au cours de sa précédente.

    Parmi les nombreuses curiosités qui arborait le corps de Cyradil, il y avait ce diadème qu’elle avait retrouvé peu après sa transformation en liche. Il semblerait qu’elle l’ait construit au préalable, sachant sans doute les possibles changements physiques que sa transformation aurait engendrée. Celui-ci lui permettait surtout de pouvoir évoluer en toute sérénité et d’éviter d’avoir à se justifier quant à la lueur glacée et cristalline que dégageait ses prunelles. Par ailleurs, elle remarqua qu’elle avait développé une légère sensibilité à la lumière et éprouver une petite gêne lorsqu’il s’agissait d’exposer ses yeux en plein soleil. Cette découverte lui permit de comprendre que cette « gêne » s’étendait davantage au pouvoir de manipulation de la lumière et chercha des moyens de s’en protéger. C’est pourquoi Cyradil effectua quelques modifications sur son diadème en y incorporant un flux de magie d’ombre qui lui permettrait de supprimer cette gêne oculaire. En effet, si elle devait vivre pendant des millénaires, mieux valait être prudent et préserver son organe de vision.

    Plus encore, il y avait également ces anneaux dorés qui ornaient la chair la plus tendre de ses avant-cœurs et dont l’utilité restait encore à déterminer. Elle se demandait s’il ne s’agissait pas là d’une de ses fantaisies mais se connaissant, son incarnation du passé ne faisait jamais les choses simplement pour le plaisir. La seule chose que Cyradil savait était que, à l’instar des motifs imprimés sur sa peau, elle s’y sentait étrangement connectée. Laissant cette hypothèse en suspens, la magicienne finit par conclure que ces joyaux ajoutaient sans doute une touche de fantaisie en plus au tableau et qu’ils ne faisaient que l’embellir davantage. Continuant toujours d’écrire les chroniques de son étrange histoire, elle finit par relier les pages pour en faire un recueil afin de ne pas perdre ce travail qui s’étendait maintenant sur plusieurs années. De toute manière, il n’y avait pas grand-chose de valeur à en tirer dans le sens où Cyradil était incapable de reproduire ces motifs intelligents sur autrui ni même de donner la méthodologie pour y arriver. Cependant, cela lui permit d’apprendre à utiliser une version moins élaborée qu’elle avait expérimentée sur sa précieuse amie elfe pour l’aider à surmonter ses traumatismes passés en y scellant son pouvoir de contrôle des émotions pour la « forcer » à éveiller le sien. Cette tentative fut couronnée de succès et Cyradil était heureuse d’apprendre ce que son passé lui réservait encore en terme de surprises. Assurément, la liche se surprenait elle-même chaque jour en découvrant un nouveau pan de ses connaissances d’antan.


    Echos magiques et dessins d'une mémoire fragmentée [Solo] Cyradi15
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Cyradil Ariesvyra
    Cyradil Ariesvyra
    Messages : 492
    crédits : 5331

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t372-la-premiere-condition-de-l-immortalite-est-la-mort-cyradil-ariesvyra-terminehttps://www.rp-cendres.com/t3302-chronologie-de-cyradil
  • Lun 29 Jan - 16:55
    Le temps s’écoula sans que la jeune liche ne note d’avancée significative sur sa condition. Son corps était incroyablement stable pour une immortelle et les examens réguliers qu’elle faisait sur sa personne étaient toujours positifs. Il n’y avait pas de signe de dégradation de son enveloppe corporelle et elle avait l’impression de tout simplement être figée. Non pas qu’elle s’en plaignait, c’était exactement l’effet qui était escompté. Avec le temps, la jeune liche s’habitua à sa légère incommodité face à la lumière. Elle apprit que cette faiblesse faisait partie intégrante de ce qu’elle était devenue et devrait redoubler de prudence face aux personnes qui manipuleraient cet élément. Mis à part cela, elle put utiliser ses sorts de manière tout à fait naturelle et il lui fallait simplement recourir à son objet de dissimulation oculaire pour protéger ses prunelles d’une lumière trop intense. Ou en tout cas, tant que cette dernière n’était pas de nature magique.

    Si elle pensait que ses pouvoirs ne pouvaient lui revenir que de manière totalement passive, Cyradil appris néanmoins qu’il ne s’agissait pas d’une vérité absolue. En effet, elle testa plusieurs hypothèses selon lesquelles il lui était possible d’accélérer ce processus en s’exerçant mais à l’exception qu’elle possède déjà les bases de la magie en question. Ainsi, elle put comprendre que les évolutions de ses magies de glace et d’ombre n’étaient pas uniquement du au hasard mais à une surutilisation de ces derniers au sein de ses nombreuses aventures. Après tout, il s’agissait de ses pouvoirs qu’elle utilisait le plus souvent et dont elle avait possédé la meilleure maitrise de son vivant puisqu’il s’agissait des premières magies qu’elle avait maitrisées surtout celle de givre. Cela lui prit tout de même quelques années pour accéder à un degré de maitrise intermédiaire mais c’était sans doute surtout parce qu’elle ignorait que l’apprentissage lui apportait toujours une plus-value sur la récupération de ses sorts mais aussi que ses réserves de mana étaient en cours en pleine reconstitution.

    Bien sûr, il lui était toujours possible de « briser » les plafonds de verre de ses magies acquises de manière inopinée mais la liche se rendit compte qu’elle ne devait pas tout laisser au hasard et qu’à un moment, elle n’aurait plus le luxe d’attendre un deus ex machina. Ainsi, durant les années qui suivirent, la liche se concentra essentiellement sur ces deux magies, les poussant à un niveau suffisamment élever pour que les sortilèges incantés lui redeviennent familiers. Avec eux, d’innombrables fragments de sa mémoire furent recouverts et lui permirent de découvrir la fusion élémentaire. Était-ce l’intuition de Cyradil qui l’avait poussée à s’exercer dans ces deux éléments alors même qu’elle ignorait l’existence d’une telle possibilité. Il allait sans dire que la jeune blonde, même sans sa mémoire, possédait un reliquat d’intuition qui avait fait d’elle la puissante magicienne qu’elle incarnait. Après plusieurs années d’intenses efforts, la forgeronne s’essaya donc à combiner les deux éléments parents de ce qu’elle se souviendra plus tard comme étant l’ombregivre.

    En effet, Cyradil pensait qu’il valait mieux qu’elle rentabilise son temps en essayant de travailler cette magie avancée plutôt que de progresser séparément dans les deux éléments primaires qui la constituait. Malheureusement, la maitrise de l’Ombregivre était autrement plus complexe et ses tentatives de lier les deux éléments échouaient systématiquement parfois en une explosion de mana incontrôlée qui laissait la liche dans un état plutôt déconcertant. D’une part, elle était heureuse de pouvoir se soigner et d’autre part, elle préférait tester ses théories dans son arrière-cour, là où elle ne pourrait blesser personne qu’elle-même…et les pauvres murs qui en formaient la délimitation. Malgré les échecs, Cyradil ne se découragea pas et continua d’aller à la rencontre de gens à qui elle faisait parfois part de sa condition lorsque ces derniers la découvrait ou qu’elle jugeait simplement qu’ils étaient dignes de confiance. En analysant leurs magies, cela lui permettait parfois de récupérer un fragment mémoriel ou d’elle-même pouvoir retrouver un type de magie que possédait la personne à qui elle parlait. Cela ne fonctionnait pas tout le temps mais la jeune blonde ne laissait aucune hypothèse en suspens.

    La maitrise de l’Ombregivre nécessitait une manipulation relativement bonne de ses éléments parents. La fusion de ces deux magies nécessitaient une parfaite harmonie et d’après ses souvenirs, la liche ne connaissait aucune manifestation de cet élément complexe sans la maitrise préalable de l’ombre et du givre. Trop ou trop peu de l’un ou de l’autre ne résultait en rien d’autre qu’une instabilité magique. Cyradil ignorait s’il existait des méthodes d’apprentissage plus simples mais d’après ses propres souvenirs ou des récits qui en parlaient, c’était la méthode la plus évidente pour y arriver. Ainsi, jour après jour, la jeune liche s’essaya à cette combinaison jusqu’à s’en vider la mana. C’était fastidieux et cela soldait souvent par un échec. Si elle n’avait pas eu toute une vie d’expérimentation magique derrière elle, la liche aurait certainement abandonné depuis longtemps. Mais elle tenait bon et à force de persévérance, Cyradil commençait à former des orbes de plus en plus homogènes, de plus en plus stables. Eventuellement, la forgeronne finit par y arriver après plusieurs mois d’efforts intenses.

    Orbe d'Ombregivre:
    La liche regarda l’orbe avec une certaine émotion tant elle avait eu du mal à la reproduire. Bien sûr, il fallait désormais s’entrainer à ce que la combinaison se fasse de manière naturelle mais Cyradil avait désormais un socle solide sur lequel elle pouvait faire avancer cette magie. Elle savait qu’il serait bien plus compliqué de la faire avancer vers des niveaux de maitrise supérieur par rapport à ses éléments parents mais l’investissement en valait le coup et elle ferait d’une pierre deux coups. Entretemps, d’autres magies lui reviendraient et elle pourra élaborer de nouvelles méthodologies pour faire progresser cette magie élémentaire. D’autant plus que, grâce à ses expérimentations ultérieures, Cyradil découvrit qu’à incantations égales, l’Ombregivre possédait systématiquement l’ascendant sur ses éléments constitutifs et que pour une même dépense de mana, il offrait des possibilités plus étendues. L’application de cette magie ne se fit pas tarder lorsqu’elle entreprit un voyage au large des côtes de l’Oasis où elle dut entamer un duel magique avec un magicien. Outre sa vanité démesurée, la liche ne dut son salut uniquement au fait que ce dernier ignorait l’existence et la supériorité des éléments complexes. Cette expérience lui fit alors comprendre que ses prochains efforts devaient sans doute être concentrés sur la maitrise de l’Ombregivre et de maitriser les sortilèges de niveau intermédiaire afin que cet élément puisse lui être d’une véritable utilité.


    Echos magiques et dessins d'une mémoire fragmentée [Solo] Cyradi15
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Cyradil Ariesvyra
    Cyradil Ariesvyra
    Messages : 492
    crédits : 5331

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t372-la-premiere-condition-de-l-immortalite-est-la-mort-cyradil-ariesvyra-terminehttps://www.rp-cendres.com/t3302-chronologie-de-cyradil
  • Mer 31 Jan - 18:43
    Lorsque Cyradil se rendit compte qu’elle avait poussé toutes les magies qu’elle possédait à leur maximum actuel, elle leva le pied sur leur pratique et se concentra sur un aspect plus théorique de ces dernières. Elle maitrisait beaucoup mieux ses sortilèges et s’harmonisait superbement avec les runes qui ornaient son corps. La jeune femme comprenait comment les activer et quelles étaient les magies avec qui les motifs s’accordaient le mieux. Ayant un étroit lien avec sa mémoire magique, ils avaient été affectés tout autant qu’elle durant le rituel qui l’avait transformée. Si la forgeronne ne désirait pas tellement recouvrer la méthode qui permettait d’accéder à l’immortalité, elle se rendit compte que ce savoir perdu cachait peut-être l’une des nombreuses clés sur la compréhension du retour de ses pouvoirs. La jeune femme se mit alors à rechercher des composantes dont elle aurait pu se servir pour accéder à l’immortalité. Vu qu’il s’agissait d’une recherche qu’elle avait étalé sur plusieurs années, la magicienne se doutait bien qu’elle n’allait pas en percer les mystères à nouveau en quelques jours. Ses recherches actives ne menèrent à aucune réponse pouvant faire progresser sa compréhension et la jeune liche était bien loin de douter qu’une partie de ses interrogations serait résolue dans une situation totalement fortuite.

    N'occupant aucune fonction réellement importante au sein de l’empire dans l’immédiat, Cyradil n’hésitait pas à mettre son temps en profit pour agir aussi librement qu’elle le souhaitait. Si ces aspirations se réalisaient, la forgeronne savait que sa marge de manœuvre concernant une partie de ses activités serait réduite. C’est pourquoi, on la voyait parfois enfourcher sa monture et se lancer dans des longues expéditions en solitaire à travers les grandes étendues du Sekai. Profitant de sa condition de liche, les changements météorologiques ne lui faisaient guère plus d’effet qu’une légère caresse sur sa peau et, cette fois-ci, la liche était partie pour chevaucher plein nord, en direction des terres gelées septentrionales. Cherchant toujours de nouveaux gisements afin d’en extraire des minerais de qualité et éviter les prix parfois mirobolants des marchands, la liche partait en exploration et possédait une carte spéciale sur laquelle était notée toutes les filons qu’elle avait pu découvrir durant toute sa vie. Parfois, il s’agissait de minerais tout à fait communs mais plus rarement, elle pouvait tomber sur une découverte tout à fait inédite.

    Les grandes contrées du nord étaient dangereuses et Cyradil s’était préparée en conséquence. La magicienne s’était revêtie d’une armure d'une élégance exceptionnelle, alliant protection et esthétique dans un équilibre harmonieux. Chaque pièce était conçue avec soin et l’on pouvait aisément reconnaitre l’expertise de la forgeronne. La cuirasse était constituée de plaques d’acier finement gravées en-dessous de laquelle la forgeronne portait une tunique en cuir doublée de soie pour lui donner la sensation de lui tenir chaud bien que la liche n’en ait pas besoin. L’armure se complétait évidemment avec d’autres pièces, comprenant des brassards d’une qualité toute aussi exceptionnelle que la cuirasse, ainsi que des épaulettes et des bottes de même style. La jeune blonde possédait même une épée qu’elle emportait avec elle lors de ses virées. Si Cyradil était loin d’être une bretteuse exceptionnelle, elle avait néanmoins suivie sa formation militaire et était tout à fait capable de manier une arme. De plus, vu les dangers potentiels, la liche s’efforçait de ne pas utiliser sa magie inutilement et de compter sur son arme pour écarter les éventuels obstacles qu’elle rencontrerait sur sa route.

    Le changement de température entre les contrées désertiques du Reike et les étendues glacées du Grand Nord se firent progressivement et à mesure que les hautes cimes des montagnes apparaissaient en arrière-plan du paysage, les températures commencèrent à baisser significativement. Maintenant sa direction, la liche s’accordait quelques haltes pour laisser sa monture souffler avant de reprendre son chemin. L’un des nombreux avantages de la mort-vivance : l’absence de besoins vitaux. Ainsi, Cyradil pouvait se lancer dans une exploration qui pouvait durer des jours sans craindre l’épuisement ou l’inanition. La neige rendait parfois sa progression difficile mais cela n’affectait en rien ses recherches. Elle avait littéralement tout le temps du monde. Alors qu’elle progressait sur un chemin rocheux et glacé d’une montagne, les motifs qui arboraient son corps commencèrent alors à s’illuminer sans qu’elle n’ait eu recours à la moindre magie. Plus encore, elle ressentait que leur intensité s’allait en augmentant à mesure qu’elle avançait sur le sentier. Cela ne lui causait pas vraiment de douleur mais la magicienne ne pouvait éviter de se sentir surprise par la soudaine activation de ses runes.

    Intriguée, la jeune blonde continua sa progression jusqu’à arriver à un renfoncement dans la montagne. Prudente, la liche redoubla de vigilance, supposant qu’il s’agissait peut-être de l’antre d’une créature dangereuse. Entretemps, la luminosité de ses runes s’intensifia et elle pouvait presque en apercevoir quelques rayons à travers les plis de son armure. Faisant le tour de la grotte, la magicienne s’assura bien qu’il n’y avait pas de menace imminente puis prit place sur le sol et commença à retirer le haut de son armure. Elle détacha sa cuirasse, retira sa tunique et le reste des vêtements qui recouvrait son torse dévoilant ainsi les motifs à l’air libre. Heureusement qu’elle ne risquait pas d’attraper froid ! Ces derniers semblaient avoir atteint le paroxysme de leur luminosité et la liche chercha alors ce qui avait bien pu les activer. S’approchant des parois, elle l’examina un instant, s’aidant de la luminosité des runes comme d’un détecteur et s’arrêta sur un endroit précis qu’elle entreprit de dévoila en brisant la couche de glace à l’aide d’un pic qu’elle avait emporté. La couche n’était pas très épaisse mais c’est surtout ce qui était en-dessous qui la surprit.

    Tatouages illuminés:
    Ce cristal noirâtre au cœur orangé. Pas de doute, il s’agissait bien de ce minerai maudit qu’était la Rathonite. Ce qui l’étonnait le plus était pourquoi ses tatouages avaient réagi à ce minerai. Lorsqu’elle tenta de se saisir de ce dernier, la liche entendit un son strident provenant de l’extérieur. Alerte, elle eut le temps de se saisir de son épée avant que l’origine du cri ne fasse irruption dans la grotte. Visiblement, elle avait bel et bien un propriétaire et la liche n’était pas tellement invitée. Des yeux rouges, les cheveux semblables à des fétus de paille, une peau grisâtre et ridée…Cyradil était tombée sur un très gros obstacle cette fois-ci. Et ce n’était pas quelques moulinets de son épée qui allait la sortir de cette situation. Jetant un rapide coup d’œil vers le gisement qu’elle avait découvert, elle savait qu’il lui fallait faire face et ne pas laisser cette opportunité de comprendre son passé lui échapper entre les mains. Laissant son épée tomber au sol, la magicienne était prête à en découdre avec cette engeance démoniaque.

    Fermez les yeux et dites vous que c'est une Strygx:


    Echos magiques et dessins d'une mémoire fragmentée [Solo] Cyradi15
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Cyradil Ariesvyra
    Cyradil Ariesvyra
    Messages : 492
    crédits : 5331

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t372-la-premiere-condition-de-l-immortalite-est-la-mort-cyradil-ariesvyra-terminehttps://www.rp-cendres.com/t3302-chronologie-de-cyradil
  • Ven 2 Fév - 16:46
    S’il y avait bien quelque chose que Cyradil se félicitait d’avoir, c’était bien sa tolérance aux températures extrêmes. Fort heureusement, elle avait été suffisamment prudente pour ne pas entamer ses réserves de mana justement pour pallier à ce genre de situations extrêmement délicates. Il ne fallait pas être savant pour comprendre que son adversaire n’était pas très enclin au dialogue et que ce dernier en voulait à son âme et sans doute aussi à sa chair. D’après ses récentes recherches, la liche n’était pas très appétissante vis-à-vis de toutes les créatures qui avaient essayé de la dévorer mais cette fois-ci, la strygx semblait ne pas s’encombrer de telles limites. Elle voyait certainement en Cyradil un délicieux repas, autant physiquement que spirituellement. L’inconvénient était sans doute le plastron et tout ce qui servait à couvrir le haut de son corps gésir sur le sol froid de la grotte. Elle n’était pas sûre que la femme la laisserait revêtir son armure en attendant gentiment alors Cyradil en conclut qu’elle devait se battre ainsi. Ses tatouages brillaient toujours d’une lueur presque éblouissante mais au moins, ils ne la gênait point.

    Après quelques secondes à toiser la liche, l’engeance démoniaque se précipita vers Cyradil, tendit qu’elle entreprit d’utiliser ses griffes pour entamer la chair de la forgeronne. Ses doigts étaient d’ailleurs imprégnés d’un fin film bleuté dont la liche comprendrait la signification lorsque le coup heurta son corps dénudé. Dans cet instant précis, la jeune blonde se félicita d’avoir au moins eu la décence de refaire sa formation militaire lorsqu’elle s’était réincarnée en liche et ces enseignements prirent tout leur sens lorsqu’elle se décala légèrement pour éviter que la frappe ne heurte son torse. A la place, les griffes s’abattirent sur l’épaulette droite, l’arrachant dans un geste violent mais sans causer d’autres dommages. La pièce d’armure tomba alors au sol, déchiquetée par le coup mais aussi gelée par l’étrange aura qui entourait les attaques naturelles de la strygx.

    « Il ne manquait plus que cela. Que tu maitrises la magie élémentaire en plus de tous les problèmes que tu peux me causer. »
    Constata Cyradil.

    Maintenant alerte et ayant jauger l’agilité de son adversaire, Cyradil ne se fit pas duper une nouvelle fois quand son adversaire chargea à nouveau. Répondant avec la même intensité, Cyradil généra un bouclier de glace pour dévier les coups mais devant la férocité de son adversaire, il était compliqué de maintenir le sortilège. S’engager dans un combat défensif ne ferait qu’épuiser ses réserves inutilement mais en même temps, elle ne pouvait se permettre de lui laisser trop d’ouvertures sous peine de recevoir une blessure fatale. Abandonnant soudainement son bouclier, Cyradil se pencha rapidement et attrapa les jambes de son adversaire en conjurant autant de magie de givre qu’elle le pouvait dans ce court laps de temps pour geler les jambes de la strygx. Malheureusement, la jeune blonde donna le temps nécessaire à l’engeance démoniaque pour lui porter de furieux coups dans le dos, entamant sa douce chair tandis que des gerbes de sans s’échappaient de ces blessures nouvellement formés. Au moins, il n’y avait pas d’organes vitaux à cet endroit. Elle se désengagea alors du corps à corps et constata avec soulagement (malgré la douleur) qu’elle avait au moins réussi à entraver les mouvements de son adversaire.

    Ses blessures saignaient mais sa condition l’empêchait sans doute de mourir d’exsanguination. Non pas qu’elle voulait tester sa théorie dans cet endroit où l’on avait aucune chance de la retrouver, mais il valait mieux finir le combat rapidement. La strygx ne daigna même pas s’occuper de ses membres inférieurs engourdis et conjura des lances de glaces qu’elle dirigea vers la magicienne. De manière tout à fait similaire, Cyradil en conjura le même nombre et les projectiles s’entrechoquèrent et se brisèrent dans un fracas assourdissant. Suffisamment pour que la strygx obtienne suffisamment de distraction pour lancer un nouvelle assaut. Si Cyradil n’avait pas ralenti ses mouvements, sa tête serait sans doute déjà en train de rouler sur le sol mais à la place, elle s’en sortit avec une blessure à la tête dont le sang commençait à tâcher le bandeau qui lui voilait les yeux et continuer sa couche sur la joue. Son ouïe surdéveloppée lui permettait de se décaler suffisamment tôt pour ne pas subir de blessure trop handicapante mais les prouesses martiales de la strygx étaient bien supérieures à celles de la magicienne.

    De nouvelles rémanences secouèrent son esprit et de nouveaux souvenirs se gravèrent dans sa mémoire. Soudainement, Cyradil se sentit envahie par une connaissance nouvelle tandis que son adversaire conjurait un nouveau pieu de glace pour essayer de la transpercer. Tendant la main, des ombres bleutées émergèrent du sol et entourèrent son ennemi qui se mit bientôt à lutter. Cette dernière essaya de s’en libérer en usant de son pouvoir de glace mais celui-ci se fit absorber par les ténèbres grandissantes qui continuaient leur ascension. Celles-ci enserrèrent le cou de la strygx et déployèrent toute leur puissance givrée. Cyradil ne se laissa pas émerveillée par ce nouveau sortilège. Maintenant le sort d’une main, elle alla se saisir de son épée et ne se fit pas prier pour l’enfoncer droit dans la poitrine de son adversaire qui se faisait consumer par les ténèbres. La strygx poussa un râle d’agonie strident avant de s’effondrer au sol, inerte.

    « La prochaine fois, j’essaierais de me faire accompagner avant de m’aventurer dans des expéditions aussi dangereuses. »


    Spoiler:
    Maintenant que l’adrénaline était tombée, la douleur de ses blessures la rappela à la réalité. Ses tatouages ne brillaient plus et l'utilisation de ce nouveau pouvoir avait évidemment changé encore leur configuration. Elle se sentait légèrement étourdie mais elle avait gardé suffisamment de mana pour traiter ses plaies. Elle espérait qu’il n’y aurait pas d’autres dangers, étant très peu encline à entamer un autre combat dans l’état où elle était. Le gisement de rathonite était toujours là, luisant de toute la malédiction qu’il portait en lui. Il fallait en savoir plus mais d’abord, elle avait mérité une légère pause. Cyradil pensait que ce n’était pas en risquant autant sa vie qu’elle aspirerait un jour à devenir l’Esprit du Reike mais que ne ferait-elle pas pour retrouver ses souvenirs perdus. D’autant plus qu’elle n’était pas sûre de pouvoir mener pareilles expéditions en solitaire une fois qu’elle aurait endossé de telles responsabilités. Le sortilège qu'elle venait de lancer était bien plus puissant que tout ce qu'elle était arrivée à composer avec l'Ombregivre depuis ce temps. Malgré des mois d'entrainement, elle n'avait jamais réussi à aller plus loin que des sorts basiques et pourtant, elle avait poussé cette magie bien au-delà des limites qu'elle pouvait avoir. La liche se demandait alors si son hypothèse selon laquelle certains de ses pouvoirs lui revenaient dans les moments de grande adrénaline. En tout cas, elle devait davantage creuser la question...


    Echos magiques et dessins d'une mémoire fragmentée [Solo] Cyradi15
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Cyradil Ariesvyra
    Cyradil Ariesvyra
    Messages : 492
    crédits : 5331

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t372-la-premiere-condition-de-l-immortalite-est-la-mort-cyradil-ariesvyra-terminehttps://www.rp-cendres.com/t3302-chronologie-de-cyradil
  • Dim 4 Fév - 16:14
    Son ennemi vaincu, Cyradil s’affaissa au sol et s’adossa contre l’une des parois de la grotte glacée qu’elle imprégna du sang qui coulait légèrement de ses blessures. Au moins, elle ne se sentait pas partir, ce qui était bon signe. Elle profita de la brise glacée qui soufflait depuis l’extérieur et qui venait caresser sa peau dénudée. La forgeronne prit quelques minutes alors pour se ressaisir avant d’activer sa magie et de la concentrer dans son dos pour refermer ses blessures. Elle n’insista pas sur  un soin complet et total de ses dernières, désirant garder des forces pour le retour, ne voulant pas s’éterniser ici. Cyradil entreprit donc de stopper les hémorragies et de refermer ses plaies suffisamment pour qu’elles ne risquent pas de se rouvrir. Le temps fera le reste et elle s’occuperait mieux de ses blessures une fois retournée à Ikusa. Ses motifs se reconfigurèrent, reformant une énième fresque dès l’instant où elle activa sa magie curative. Cyradil se dirigea ensuite vers le gisement, et attrapa l’une des pierres de rathonite.

    A leur contact, ses motifs cessèrent de briller et commencèrent à se reconfigurer une nouvelle fois. D’autres apparurent et s’ajoutèrent au dessin tandis que des souvenirs lointains se ravivèrent dans sa mémoire. Cyradil se vit mourir puis revivre grâce au rituel, se souvint de quelques bribes concernant sa préparation sans jamais exactement en saisir toute la complexité. A ce moment précis, la liche comprit ce qui lui avait permis de l’emporter tout à l’heure contre la strygx. Elle avait bien senti un pouvoir qu’elle ne possédait pas auparavant mais maintenant, elle n’avait plus doute. Avisant une surface gelée, la jeune femme se mit dos à la structure et observer la fresque qui couvrait son dos. Si la forgeronne était habituée à son changement, elle put remarquer que ces derniers avaient augmenté en nombre, tout en gardant leur faculté à s’agencer comme bon leur semblait.

    Spoiler:
    Cela soulevait alors de nouvelles hypothèses en ce sens que, jusqu’à maintenant, Cyradil pensait que la quantité de motifs qu’elle possédait était proportionnelle au nombre de magies qu’elle maitrisait mais il semblerait que cela ait aussi avoir avec le degré de la complexité de la magie réapprise. S’approchant du cadavre de la strygx, la magicienne analysa les traces rémanentes de magie qui y subsistait tout en se remémorant le sortilège qu’elle lui avait lancé. Il s’agissait bien plus qu’un sort basique d’Ombregivre et elle n’en revenait toujours pas, compte tenu du mal qu’elle s’était donnée, d’avoir pu atteindre de nouveaux sommets aussi rapidement avec cette magie. Le lien qu’elle ressentit avec la rathonite lui fit se demander si elle n’avait pas développer une affinité plus forte avec les magies liées à l’ombre que les autres, ce qui expliquerait pourquoi elle s’était éveillée à un palier supérieur aussi rapidement. S’étant suffisamment exposée pour aujourd’hui, Cyradil décida de recouvrir le haut de son corps et d’enfiler son plastron. Elle regarda son défunt adversaire au sol et entreprit même de lui offrir une sépulture décente, ne serait-ce que pour le combat offert. Il n’était certes pas évident de creuser dans du sol gelé mais tout était possible avec un peu de magie. La grotte devint donc la dernière demeure de la strygx avant que la liche ne rassemble ses affaires et n’en sorte.

    Dorénavant totalement consciente de la malédiction que représentait ce minerai (en raison du fait qu’elle se souvenait l’avoir utilisé dans son rituel), Cyradil prit une décision lourde de sens. De sa magie nouvellement acquise, elle visa le haut de la grotte et fissura la roche suffisamment pour qu’elle ait le temps de s’éloigner et que pour l’effet ne provoque un éboulement, condamnant ainsi l’entrée maudite. La forgeronne se doutait bien qu’il existait d’autres gisements à travers le Sekai mais celui-ci sera un de moins que des explorateurs téméraires ne trouveront pas. Elle récupéra alors son destrier qu’elle avait laissé en contrebas et qui avait miraculeusement survécu aux nombreux dangers qui arpentaient ces terres gelées avant de l’enfourcher et de mettre le cap sur Ikusa. Un sourire illumina le visage de la liche qui était heureuse d’en avoir appris davantage sur sa mémoire fragmentée. Elle se sentait plus puissante mais encore loin de son apogée. Dans le futur, elle était consciente qu’elle devrait fournir bien plus d’efforts si elle voulait progresser davantage et chaque palier que la liche franchissait lui présageait que le suivant serait bien plus difficile à atteindre.

    Durant les prochains jours qui suivirent son expédition, la jeune blonde s’occupa surtout de ses blessures et de récupérer de cette épreuve. Elle avait beau avoir une constitution de morte-vivante, la blonde n’était pas inépuisable non plus. Comme toute entité, Cyradil possédait ses limites et elle était suffisamment sage pour savoir quand il était judicieux de s’arrêter. Elle accentua alors ses entrainements sur l’affûtage de ses prouesses nouvellement acquises jusqu’à ce que ces dernières fassent partie intégrante de sa panoplie de sortilèges. En tout cas, la jeune blonde revenait de loin, elle qui avait jadis abandonné tout espoir de pouvoir un jour manipuler la moindre parcelle de mana. Par le passé, Cyradil s’était livrée à une course contre le temps mais aujourd’hui ce n’était pas ce dernier qui lui manquait mais plutôt la perspective de savoir si elle en aurait suffisamment avant qu’elle ne doive se confronter avec à des obstacles qui nécessiteraient la maitrise de magies autrement plus puissantes que celle qu’elle possédait déjà. Probablement que, dans un futur plus ou moins proche selon ses dispositions, elle devrait requérir l’aide d’organismes compétents comme l’Université de Magic en République. Après tout, il y avait toujours le contact que son amie Elia lui avait fournie. Une de ses professeures chez leurs voisins de l’est, très compétente du nom de Neera Storm. En attendant, la jeune blonde devait continuer à se découvrir elle-même.


    Echos magiques et dessins d'une mémoire fragmentée [Solo] Cyradi15
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum