DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Mégère

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    L'Équilibre de la Concorde I7Vm50z
    Gazette des cendres
    Hiver 2024
    Lire le journal
    #5
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Chant des Ronces
    Derniers sujets
    [PA] Devancer l'Assemblée, Découvrir la véritéAujourd'hui à 2:28Leonora de Hengebach
    Casus BelliAujourd'hui à 2:03Ayshara Ryssen
    Mon Voisin Du DessusHier à 22:59Arès Wessex
    Echappée Belle [PV Kilaea]Hier à 22:11Kilaea Sliabh
    [PA] Le Chant des RoncesHier à 20:30Rêve
    Le passé au présent | Altarus Hier à 20:29Altarus Aearon
    Une Bête AcculéeHier à 20:05Takhys Suladran
    Validation des RP de Takhys - RépubliqueHier à 16:29Takhys Suladran
    2 participants
    Aller en bas
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Lyra Leezen
    Lyra Leezen
    Messages : 257
    crédits : 509

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal Mauvais
    Rang: B - Tovyr
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3068-lyra-leezen-la-senechale
  • Mer 7 Fév - 22:41
    L'Équilibre de la Concorde 111



    ⚜

    Cette mise était assurément bien plus confortable que l'uniforme d'officier, mais lorsqu'elle ne portait pas la moindre pièce d'armure, la Tovyr Leezen n'était pas à son aise. Alors qu'un gorgerin cachait la douceur de son cou, qu'un plastron dissimulait la rondeur de sa ferme poitrine et que les tassettes cachaient ses courbes féminines, la soie laissait deviner tout cela par dessous les amples pans de tissu. Bien que la tenue qu'elle avait revêtit pour l'occasion n'avait strictement rien d'affriolant et se révélait même quelque peu martiale comparée aux toilettes festonnées de la noblesse. Lyra avait ainsi abandonnée son armure légère d'officier pour une large houppelande de soie aux riches orfrois.

    La voilà qui pénétrait, après avoir laissé son destrier aux valets chargés de le mener aux stalles prévues à cette effet, dans le palais appartenant à un certain Arius Crownfall. Lyra ne connaissait point le personnage et avait, pour ainsi dire, jamais entendue parler de lui avant cette soirée à laquelle elle était étonnamment conviée. Et si la missive qu'elle avait reçu à son palais l'invitait elle et son frère, Dirnann Leezen, ce dernier n'avait plus mis les pieds à Kyouji depuis longtemps, se terrant à Ikusa de peur de croiser sa sœur sur son territoire. Elle s'était donc vu chargée de représenter sa maison lors de la réception organisée par Crownfall dans son manoir aux abords de Kyouji, bien qu'elle n'appréciait guère le concept de famille et encore moins de maison.

    Pour ce qui était de Crownfall, elle avait rapidement appris que c'était un reikois aux tendances dangereusement républicaines. La Tovyr avait eut, malgré elle, un rictus de dégout face à la sonorité purement républicaine de ce nom, bien qu'il s'avérait qu'Arius Crownfall, malgré ce nom, était reikois de pure souche. Mais si ce n'était que ça, elle avait reniflé de mépris en apprenant que celui qui l'invitait était gérant d'un opéra. Pour quelqu'un qui exécrait toute forme d'art, qui plus était à influence républicaine, Lyra ne pouvait que répugner un tel personnage. Si son opéra avait été toléré à Kyouji, au sein des frontières impériales, c'était assurément car il n'y organisait que des représentations à la gloire du couple céleste et de l'Empire. Mais ce n'était pas pour autant que la Tovyr Leezen s'y rendrait, n'ayant que peu de temps à perdre avec de telles fadaises, aussi bien écrites soient-elles.

    Toutefois, il fallait croire que Crownfall jouissait d'une influence manifeste au sein de Kyouji, car lors de son enquête la Sénéchale avait également été étonnée d'apprendre que parmi le convives figurait l'intendant de messire Crocell, le nain dénommé Kranrinerk Erals, bien que peu gradé au sein de la hiérarchie militaire, il était les yeux et les oreilles du seigneur de Kyouji auprès de l'État-major. Or, il était bien connu de tous que l'intendant Erals se rendait à toutes les mondanités de la ville, appréciant par trop l'alcool. Il fallait dire que le nain avait une sacrée descente, car il avait en permanence la face rubiconde. Mais personne ne s'y trompait, il tenait si bien l'alcool que l'intendant de messire Crocell pouvait bien tomber dans un baril de Malvoisie et toujours être en pleine capacité de ses moyens et de son esprit.

    Parmi les convives - principalement des nobliaux de Kyouji mêlés à quelques militaires - Lyra pu également reconnaitre quelque têtes qui ne lui étaient pas étrangères, bien qu'elles sortaient du lot. La première d'entre elles était la face rubiconde d'Hulmar Beglaïka, dont c'était un secret de polichinelle qu'il fut un marchand s'étant enrichi en frayant avec la pègre de Kyouji. Il était cependant toléré par les autorités dans la mesure où il avait renseigné l'armée l'an passé et aidé au démantèlement de l'Oasis de Mouj'Avi, un haut lieu de trafic en plein désert reikois. S'il y avait bien un convive avec lequel la Tovyr n'échangerai par ce soir, de peur de le trucider sur place, c'était bien ce houlier doublé d'un margoulin.

    Une autre figure étrangère au vivier de Kyouji était celle de Drodorilm de Nissas, un nouveau bourgeois originaire des Terres du Nord, aillant fondé une petite fortune sur l'extraction minière et la raffinerie des matériaux, principalement du cuivre. Le riche dégingandé flottant dans ses soieries avait habilement profité de l'emprise impériale sur le Grand Nord, profitant de l'occasion de gérer ses affaires à distance, évitant d'aller se peler les miches dans le Grand Nord. Visiblement, le climat reikois lui convenait d'avantage, sans parler des soieries de la maison Leezen dont il était, manifestement, un fin appréciateur.

    Et si Lyra s'était décidée à se rendre à cette soirée qui pourtant n'avait rien pour lui plaire, c'était dans l'espoir de rencontrer et échanger avec le dénommé Erbe vir Glenwam, sire de La Jolie et ancien Luteni de la garnison d'Ikusa. Le sexagénaire bien conservé dont il était question avait étudié la magie à Drakstrang, ce qui faisait de lui un mage des plus redoutables, d'autant plus qu'il maitrisait à haut niveau l'élément du métal. Il se trouvait que si Glenwam était un officier à la retraite, il en avait profité pour rédiger quelques bréviaires de stratégie militaire comme le déjà célèbre Summopere Topologia ainsi que le non moins réputé dans les rangs de l'armée : L'Équilibre de la Concorde. Pouvoir deviser avec ce grand tacticien avait motivé la Tovyr à faire le déplacement malgré son abhorration des mondanités.

    Enfin, dans la même mesure que pour messire Glenwam, Lyra avait pu voir sur la liste des invités un certain Leclert Vitalis qu'elle connaissait, de nom, comme étant un ancien Majra, ayant officié dans l'armée des Draknys, et à présent reconverti dans le commerce maritime. Vitalis, s'il n'avait point rédigé d'ouvrage militaire, contrairement à Glenwam, avait bien mené quelques batailles maritimes qui intéressaient grandement Lyra qui avait étudiée bien des faits d'armes, profitant de l'occasion d'en rencontrer les maitres d'œuvre.

    Elle se glissa donc dans la salle de réception en s'efforçant d'attirer le moins de regards, ne voulant pas passer sa soirée à échanger des verbosités avec le premier venu. Sa chevelure lâchée sur ses épaules frissonnait au moindre de ses mouvements alors qu'elle effleurait ceux qui se risquaient à rester sur son passage, or, ceux qui savaient qui elle était pouvaient être certains que sous ses soieries, elle portait sans le moindre doute un harnais et une miséricorde, au moins. Après tout, une telle femme ne saurait se déplacer sans une lame sur soi, même invisible.

    La Sénéchale entraperçue dans la foule de bourgeois et de militaires la barbe grisonnante de Erbe vir Glenwam, le théoricien militaire qu'elle voulait rencontrer, et convergea dans sa direction. Ceci-dit, son chemin fut coupé par une silhouette qui la dépassait de presque deux têtes. Deux longues ailes vitreuses dans le dos. Des cheveux mi-longs à la couleur atypique. Un sourire complaisant plaqué sur un visage d'angelot. Lyra leva son regard noir comme la nuit vers l'hôte de la soirée qui semblait avide de la rencontrer au point de venir à son encontre à peine arrivée.

    Il avait des yeux si bleus qu'ils rivalisaient en intensité avec le noir nébuleux des iris de la Sénéchale.

    - Vous tombez bien, messire Crownfall. J'avais une question pour vous : Pourquoi organiser de telles soirées ? Pour combler un manque en particulier ou juste pour faire étalage de votre fortune ? Lâcha-t-elle de but en blanc dans un rictus qui se voulait être un sourire. Raté.



    ⚜


    L'Équilibre de la Concorde 211



    L'Équilibre de la Concorde Bfc9de11

    Personnages similaires à Lyra
    Tanya Degurechaff (Tanya the Evil) - Emhyr var Emreis (The Witcher) - Dedra Meero (Andor) - Atticus Noble (Rebel Moon) - Lord Shen (Kung-fu Panda) - Milady (Les 3 mousquetaires) - Doug Stamper (House of Cards) - Thomas Shelby (Peaky Blinders) - Stormfront (The Boys) - Tywin Lannister (Game of Thrones) - General Grievous (Star Wars) - Vincent (Collateral) - Coriolanus Snow (Hunger Games) - Saruman (LOTR)
    Lyra's Theme :
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Arius Crownfall
    Arius Crownfall
    Messages : 13
    crédits : 221

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3271-arius-crownfall-termine
  • Mar 20 Fév - 14:22
    Je pense que, d'une manière inévitable, je me complais dans le rôle du spectateur. Confortablement assis, le spectateur contemple, en toute impuissance, un drame se jouer à quelques mètres de son siège. Jamais, il ne pourra intervenir sur scène. Qu'importe si son personnage préféré s'apprête à être transpercé par la lame farouche d'une épée, l'observateur n'existe tout simplement pas dans cet autre monde, dont la frontière avec le nôtre ne consiste qu'en la chute d'une estrade.

    Seulement... Si vous le regardez sous un autre angle, celui que je préfère, le spectateur prend alors un aspect des plus divins. Il est la raison pour laquelle les drames sont joués sous la forme d'une pièce, la raison pour laquelle ces personnages éphémères existent le temps d'une représentation. Il est le seul à détenir la vérité - sa vérité - face à une pièce qui ne peut que mentir.

    Me serais-je égaré dans la vanité ? Avec cette couronne d'un bleu vaguement turquoise, serais-je dans l'abus en pensant mon royal fessier assis sur un merveilleux trône ? Aucunement. Voyez-vous, il y a une nuance entre être un spectateur et jouer le rôle d'un spectateur. Cette frontière, prendra sens ce soir, je vous le promets. Un sourire amusé avait grimpé sur mes lèvres avant de mourir presque aussitôt. Non, rien d'amusement...

    Caché dans un coin sombre à l'étage, dans un angle où je pouvais observer l'agitation de la fourmilière en bas sans attirer le moindre regard, j'avais soupiré. Les yeux préfèrent la lumière et les couleurs aux coins sombres, où ce qu'on y surprend, n'est jamais sans conséquence... Je suis déjà en retard, bien que personne ne l'ait remarqué. Peu enthousiaste ? Peut-être bien. Puis, d'un pas lent, je m'étais décidé et élancé, descendant marche par marche le grand escalier séparant les quartiers privés du manoir Crownfall du hall de réception où déjà, les acteurs avaient commencé leur plus belle prestation.

    J'avais abandonné mon long manteau dissimulant mon curieux corps pour une chemise blanche légère et confectionnée avec beaucoup trop de tendresse. Une veste sombre venait cacher sa douceur, ses motifs floraux discrets et ses éléments d'or offrant un vêtement collant parfaitement à cette soirée, où on se doit d'être légèrement plus beau que son voisin, sans trop le devancer, pour ne pas sembler arrogant. Mais je suis arrogant. Mon haut était ouvert sur un col en "V", offrant une invitation aux dames que je déclinais de moi-même à l'aide d'un imposant collier. Un pantalon noir robuste venait compléter la tenue, ainsi qu'un gant noir porté par ma main droite. Quant à mes pieds, ma main gauche... Inutile de cacher ce que je suis. De même que mes quatre ailes, sagement repliées dans mon dos, attendaient sagement la moindre distraction pour s'ouvrir et encadrer ma silhouette.  

    Masque de fer. Oreilles sourdes. Mots mielleux. Paroles mensongères. Tout ce que je pouvais voir ou entendre n'étaient motivés que par des élans d'intérêts ou une recherche d'aimable neutralité. Une personne ne va vers une autre que parce qu'elle désire quelque chose... Un fait fondamental. C'est quelque chose que la noblesse comprend dès l'enfance, mais qui, dans mon petit cœur, n'a toujours guère sa place. La curiosité devance mes intérêts. L'envie de m'amuser devance ma raison. On ne vit que le temps d'un battement de cils alors, je me dois de ressentir la sensation d'être en vie avant de trépasser. Divertissez-moi.

    Je souris sans dévoiler mes dents. Je joue ma plus belle comédie pour sembler heureux de chaque présence. Je lâche les noms de mes très chers invités avec un entrain masquant parfaitement toutes ces soirées ennuyeuses passées à apprendre, sur le bout des doigts, leurs foutus arbres généalogiques. Je n'attends rien de ces gens-là... J'utilise simplement leurs codes pour me glisser discrètement dans leur monde.

    Puis, cette femme. Non seulement, elle interrompit soudainement le fil de mes pensées, en osant faire obstacle à ma carrure - quand bien même je lui ai volontairement barré la route -, mais qui pour couronner le tout, ne désirait strictement rien obtenir de moi... Pour ses jolies prunelles, je ne devais pas être plus intéressant que cette mouche virevoltant à l'autre bout de la grande salle de réception.

    - "Vous tombez bien, messire Crownfall. J'avais une question pour vous : Pourquoi organiser de telles soirées ? Pour combler un manque en particulier ou juste pour faire étalage de votre fortune ?" Aie ! Je tuerais pour avoir le droit d'assister au repas de famille de cette femme.

    J'avais légèrement penché la tête sur le côté, les yeux presque ronds. Essayait-elle de me poignarder à l'aide de mots ? Une lame aurait presque été plus efficace, quand bien même je ne ressens pas la douleur physique... J'avais porté ma main droite à mon menton, mimant une réflexion et arquant un sourcil d'une façon volontairement agaçante.

    - "Je crois que le seul manque dont je souffre, c'est celui de ma fortune qui fond comme neige au soleil... Mais vous savez, les hybrides ont la vie courte, mieux vaut le dépenser aujourd'hui, je serais peut-être six pieds sous terre demain matin !" Répondis-je d'une voix semi-amusée, frôlant un semblant de sérieux pour coller à l'étiquette. Oh, il se pourrait que cela arrive. Mais je dois m'en tenir au rôle de spectateur. - "J'ai eu bon balader mes yeux sur tout ce beau monde, je n'ai malheureusement pas aperçu votre frère, Dirnann Leezen. Dites-moi, Lyra Leezen..." Je m'étais légèrement penché vers elle, sans pour autant entrer dans son espace intime. - "Vous ne lui feriez pas un peu peur, par hasard ?" C'est un petit quelque chose que j'ai entendu, un soir, lâché en guise d'amuse-bouche après la seconde bouteille d'un des vins des plus ignobles qui soient.
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Lyra Leezen
    Lyra Leezen
    Messages : 257
    crédits : 509

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal Mauvais
    Rang: B - Tovyr
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3068-lyra-leezen-la-senechale
  • Sam 24 Fév - 23:31
    L'Équilibre de la Concorde 1ca0c010



    ⚜

    Les lustres en laitons pendaient au bouts de leurs chainons. Les bougies neuves y fondaient lentement, dispensant une lumière diffuse et chaleureuse dans la vaste salle de réception parquetée de chevrons vernis. Les murs étaient d'un blanc immaculés à l'instar de la futaine de l'hôte de cette soirée. Quant aux hautes fenêtres donnant sur les jardins éclairés par des brandons, leurs arcs rappelaient par trop l'architecture républicaine, accentuant un peu plus les soupçons quant à la nationalité de Crownfall. S'il n'y avait pas eu ces longs oriflammes écarlates brodés de l'emblème reikois, les convives auraient très bien pu se croire en République.

    Lyra plissa un peu plus ses paupières bridées jusqu'à ce que ces yeux ne soient plus que deux petites fentes noires, ses cils finissant d'assombrir son regard scrutateur. Finalement, lorsque son interlocuteur eu terminé, elle les rouvrit en grand et afficha même une mimique qui s'apparentait presque à un sourire, ce qui n'était pas rien lorsqu'on connaissait la propension de la Tovyr à ne jamais afficher de sourire.

    - Vous avez commis deux erreurs en cette soirée, messire Crownfall. Elle renifla. Primo, vous m'avez invité mon frère et moi, par chance, c'est la moins banale de la fratrie qui s'est présentée à votre soirée. Secundo, vous avez posé la question qui fâche. Par chance, là aussi, vous l'avez posé au moins couard de la fratrie. Son regard s'intensifia. Je m'en vais vous répondre, que votre réception vous rapporte au moins quelques ragots à étaler lors de la prochaine. Comme vous le savez déjà, la maison Leezen est un parhélie, avec son soleil et sa pâle réflexion. Je vous laisse faire la déduction pour deviner qui est quoi. Mon frère ayant toujours fait les mauvais choix, il se retrouve à présent dans mon ombre. Or, qui n'aurait pas peur de ce qui vous cache le soleil ? Question rhétorique, elle rebondit avec une autre. Quant à votre maison, la famille Crownfall semble être mono-individuelle, et comme vous le dites vous-même, moribonde. N'est-ce pas enrageant de n'avoir personne ? Demanda-t-elle d'un ton atone.

    Elle se gardait bien de révéler qu'ils avaient les mêmes préoccupations, quant à déterminer comment ils allaient marquer l'Histoire afin que leur nom de soit pas oublié dans les méandres de celle-ci. Elle se garda également de dire qu'elle avait des informations compromettantes sur son frère, justifiant à elles seules la peur que Lyra suscitait chez son frère. Elle se demanda alors pourquoi elle ne l'avait toujours pas fait tomber... Peut-être par dédain, tant ce cloporte ne signifiait rien pour elle, tant qu'il se faisait discret.

    Elle attrapa au vol une coupe de champagne passant à portée, mirant le millésime avant de faire la moue, ne se donnant même pas la peine de porter le pétillant à ses lèvres, préférant tendre le verre à son interlocuteur, comme pour lui dire : "Vous en avez plus besoin que moi".

    ⚜


    L'Équilibre de la Concorde 212



    L'Équilibre de la Concorde Bfc9de11

    Personnages similaires à Lyra
    Tanya Degurechaff (Tanya the Evil) - Emhyr var Emreis (The Witcher) - Dedra Meero (Andor) - Atticus Noble (Rebel Moon) - Lord Shen (Kung-fu Panda) - Milady (Les 3 mousquetaires) - Doug Stamper (House of Cards) - Thomas Shelby (Peaky Blinders) - Stormfront (The Boys) - Tywin Lannister (Game of Thrones) - General Grievous (Star Wars) - Vincent (Collateral) - Coriolanus Snow (Hunger Games) - Saruman (LOTR)
    Lyra's Theme :
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum