DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Alasker

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Conseil des Ministres du 18 Février, An 5 InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    La justice frappe les injustes
    Derniers sujets
    [PA] - Un coup que MAGIC ne verra pas venirAujourd'hui à 22:57Capitaine Saumâtre
    Tout feu tout flamme [Kassandra]Aujourd'hui à 22:46Zéphyr Zoldyck
    [Flash-event] Le Bal du Reflet des ÂmesAujourd'hui à 22:38Brak'Trarg
    Achats de pouvoir - ZéphyrAujourd'hui à 20:27Zéphyr Zoldyck
    Les Flammes de l'Aurore | LéonoraAujourd'hui à 16:56Arès Wessex
    L'air du Vent | Feat ZéphyrAujourd'hui à 16:12Zéphyr Zoldyck
    Venez me corrompre, ou pas !Aujourd'hui à 16:00Advorix Eqqegni
    La Traque SauvageAujourd'hui à 14:39Orion Yamveil
    C'est ici le comptoir aquarien ? Aujourd'hui à 13:51Jovnos Atnoth
    [PA] Les Gorges d'Ildrekyhr.Aujourd'hui à 12:38Kieran Ryven
    4 participants
    Aller en bas
    Président de La République
    Président de La République
    Falconi Genova
    Falconi Genova
    Messages : 7
    crédits : 42

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre Mauvais
    Rang: S
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3809-falconi-genova-le-fer-et-le-velours-terminee
  • Lun 3 Juin - 1:33

    Aile Ouest de la Maison Bleue, deuxième étage.
    Salle du Conseil des Ministres.
    18 Février, An 5


    Les bruits de pas continuent de frapper le marbre pour monter dans le couloir de l’aile ouest. Les Officiers républicains de Liberty qui montent la garde devant la double porte s’écartent à l’arrivée du quinquagénaire Patriarche de la Grande Famille républicaine la plus prestigieuse et accessoirement Président de la République. Falconi Genova se plante là, un brin nerveux, devant le bois biseauté de la porte de la Salle du Conseil. Il avait ressenti la même anxiété deux fois auparavant, chaque fois qu’il s’apprêtait à rencontrer son nouveau Gouvernement fraîchement assemblé. Il passe son index lentement sur son arcade sourcilière, un tic qu’il répète régulièrement quand il a l’esprit pensif ou préoccupé, et il ressert sa prise sur les dossiers de dernière minute qu’il porte sous le bras. Relevant son regard dépareillé sur la poignée, il actionne enfin la clanche et pénètre à l’intérieur de la salle du conciliabule au milieu des raclements de chaises qui se poussent et des ministres qui se lèvent.

    Un petit comité, seulement quatre des six ministres du Gouvernement ont pu répondre présent à l’appel présidentiel pour cette première réunion de l’octennat de crise, vient accueillir l’arrivée du nouveau représentant de l’État avec le silence respectueux de l’étiquette. La table ovale asymétrique qui affiche trois places sur chacun de ses côtés et un septième en bout de table est proprement organisée, chaque siège de Ministre fait face à une petite chemise de documents, encrier et plume ainsi qu’une carafe d’eau et un gobelet. Falconi dévisage un petit instant ses quatre collègues et leur rend leur salut d’un petit hochement de tête approbateur, un rictus timide sur le visage.

    ”Bonjour à tous, bonjour, comment allez-vous?” dit-il tandis qu’il s’avance de quelques pas vers la première silhouette à sa rencontre. ”Grand Mécène Aiwenor.”

    Il saisit la dextre de la Lumina et sans la toucher, mime un baise-main rapide pour la saluer. La jeune femme fait partie des points d’interrogation du Patriarche, inconnue au bataillon avant son ermitage forcé de huit ans, Falconi n’avait jamais entendu parler d’elle jusqu’à ce que les menues nouvelles de l’extérieur se mettent à lui parler de cette femme devenue Consule de la République puis représentante des Humanistes aux présidentielles. Il avait cru bon de la nommer au poste de Grand Mécène afin de poursuivre sur la lancée humaniste que le rôle avait connu jusqu’alors sous Mirelda, et il considérait également que la Lumina devait lui rallier une autre partie de l’électorat de feu Zelevas et des Humanistes en tendance montante. Poursuivant derrière elle, il salue avec bien plus de chaleur l’élémentaire de sable qui est assise à ses côtés. Écartant les bras alors que son rictus se teinte d’une légère trace de tristesse à peine perceptible, il attrape la femme aux nattes épaisses par les épaules avant de se pencher pour lui faire la bise:

    ”Dorylis, je suis navré de ne pas avoir pu te revoir personnellement avant ça, mais je n’ai pas eu une minute à moi depuis ce dernier mois, je peux donc enfin te le dire de vive voix, heureux de t’avoir à cette table.”

    Une pique lui traverse le coeur en entendant la voix de Rockraven pour la première fois depuis huit ans, remuant en lui des souvenirs désagréables d’amertumes, tous liés à… l’oeil atrophié de Falconi rétréci en voyant le regard furtif de Dorylis s’attarder sur la cicatrice qui macule son profil gauche. Il pince ses lèvres et son sourire s’agrandit un peu plus.

    ”Vilain n’est-ce pas?”

    S’il n’avait pu compter sur la Rockraven qu’en tant que Sénatrice durant son deuxième mandat présidentiel, il était cependant satisfait de savoir qu’elle avait répondu présent à sa demande épistolaire. Une simple lettre, envoyée en coup de vent entre deux déplacements de sa campagne express, pour demander à l’ancienne mécène et amie de sa femme si elle accepterait le poste de Porte-Parole de la République. Il avait été soulagé en recevant sous quelques jours la lettre de réponse qui s’avérait favorable, pressant donc amicalement le bras de l’élémentaire de sable il fit demi-tour pour passer de l’autre côté de la table et aller à la rencontre de son Grand Argentier.

    ”Grand Argentier Wessex.”

    Il avait déjà rencontré la 'jeune' Hestia Wessex à de multiples reprises auparavant, fusse lors de soirées mondaines de la haute société républicaine aux alentours de Courage ou de Liberty datant d'avant sa première présidence, lors de quelques évènements pendant son premier mandat ou encore à sa cérémonie de mariage, bien que pour cette dernière occasion il ne se rappela plus si elle fut présente ou non. La quasi totalité des membres des six Grandes Familles républicaines avaient été conviés à l'évènement et il était possible que la jeune elfe y soit venue, bien que nombre de convives de la haute n'avaient pas pu répondre présent à la dantesque cérémonie. Pareillement que pour la Grand Mécène Aiwenor, Falconi simula un baise main sobre, lui accorda un sourire et passa à la suite. Enfin, il vient saluer la dernière personne de cette petite réunion, assise à la droite du fauteuil du Président, le demi-ange le toise d’un regard peu avenant auquel Falconi répond tout aussi froidement:

    ”Goldheart.”

    Une poignée de main ferme plus tard, les deux hommes n’échangent pas un mot de plus que ces brèves salutations et tout le monde se rassied en même temps que le Président, dernier arrivé. Falconi prend quelques dizaines de secondes pour sortir les documents de sa chemise et les disposer sur le bureau, avant d’ouvrir officiellement la réunion:

    ”Bien! Je souhaite déjà remercier chacun d’entre vous d’être ici aujourd’hui, je sais que d’ordinaire il relève plus d’un honneur de siéger au Gouvernement, mais je crains que cette fois il ne s’agisse d’une épreuve à relever. Je nous souhaite une collaboration aussi stable que possible. Mes précédentes compositions gouvernementales ont été bien plus conservatrices que ne l’est cette itération, ce sera donc une première pour moi aussi en quelque sorte. Je souhaiterai qu’avant tout un esprit d’équipe lie cette assemblée, nous travaillons ensemble, main dans la main, pour faire avancer ce pays. La communication libre, la coopération volontaire et le respect mutuel de chacun seront des éléments essentiels de notre fonctionnement, je compte sur vous tous.”

    En parlant d’une petite voix, ses mains sont posées sur la table tandis qu’il joint ses doigts machinalement, puis il aborde enfin le menu du jour:

    ”Alors, voyons-voir, la réunion d’aujourd’hui doit principalement nous servir à déterminer les lignes directrices de notre politique pour les années à venir, avant tout chose je souhaite bien évidemment adresser l’absence de notre confrère Consul qui a eu un empêchement à l’hémicycle aujourd’hui, ainsi que celle de notre collègue Garde des Sceaux qui a dû répondre à une urgence au Razkaal nécessitant une présence à Courage. Je ferai en sorte que leur opinion soit entendues et que leur participation à une réunion ultérieure soit garantie.”

    Il plaque la première feuille en face de lui sur la table et se penche légèrement en avant pour la lire silencieusement, Falconi passe une main dans ses cheveux drus et courts avant de reprendre à voix haute:

    ”Bon de ce que je vois, le cours terme est assez chargé donc je propose de déjà procéder par l’optique long-terme de notre Gouvernement. En haut de la liste nous avons bien évidemment la double crise sécuritaire et sociale qui frappe le pays en ce moment même. Les multiples attentats récents ont mis en lumière les failles de nos institutions, et la première promesse de la République est celle de protéger ses citoyens n’est-ce pas?” Descendant son index d’un cran sur la liste énumérant les différents sujets à traiter, le Président poursuit en accordant un regard alerte à Dorylis. ”L’autre aspect de cette crise implique également les mauvaises répercussions de la désorganisation latente dans notre accueil des réfugiés shoumeïens sur nos terres.” Un artefact indésirable de la mauvaise présidence qui l’a précédé, mais il se garde bien de le formuler de façon trop ostensible devant le neveu de la principale concernée. ”Si la République s’est permise de mettre de côté l’intégration de ces populations, il apparaît maintenant comme apparent que ce problème ne peut plus durer, c’est un travail qui se doit d’être de longue haleine et notre politique doit refléter ceci tant pour ceux sur nos terres… que ceux à l’extérieur. Nos relations avec le Reike commencent par une clarification de notre position par rapport aux récents agissements de l’Empire sur les terres Shoumeïennes.”

    Il marque une pause avant de tourner sa tête pour regarder tour à tour Goldheart et Wessex.

    ”Il serait sans doute plus prudent de recueillir un maximum d’informations concernant les derniers évènements qui se sont déroulés sur les terres de l’ouest, nos seuls yeux et nos oreilles seront sans doute le SCAR, parce que la propagande reikoise dont ils abreuvent probablement leur peuple ne va sans doute pas nous apprendre l’exacte véracité de ce qui s’est passé.” Tendant un doigt dans la direction générale de l’Argentier, il ajoute, ”Un découpage de notre budget va être nécessaire pour déterminer quelles ressources nous disposons afin de mener ces opérations. Dès qu’on aborde les missions en extérieurs les zéros se rajoutent assez rapidement… et de manière générale un bilan globale ne va pas nous faire de mal, entre la reconstruction de Liberty, la reconstitution des rangs de notre armée, de notre flotte et des différentes subventions et investissement auxquels nous allons devoir recourir, sachant que notre exportation va en prendre un coup aussi, j’ai beaucoup de mal à visualiser les injections d’argent possibles. Combien nous coûte le SCAR?”

    La question est lancée un peu en l’air, puisqu’il n’a ni idée de qui saurait y répondre ni de comment fonctionne cette mystérieuse organisation. De son temps, Falconi procédait aux renseignements de la nation en utilisant son propre réseau d’espionnage issu de la Famille Génova, une méthode que tout les Présidents venant de Grande Famille utilisaient avant lui. La vieille garde de Goldheart n’avait jamais eu l’espionnage à compter dans ses points forts, elle avait eu beau acheter des mercenaires, graisser des pattes et soudoyer des agents doubles, elle n’avait jamais réussi à s’octroyer un réseau qui puisse rivaliser avec les implantations racinaires des Grandes Familles millénaires. Certains contacts, certaines méthodes et certaines expériences ne s’achètent tout simplement pas avec l’argent, et Goldheart le savait. Cette sorcière de Mirelda et son chat noir de gosse sur l’épaule avaient forgé le SCAR dans le double but de pourvoir la République -à défaut d’eux-même- d’une institution officielle de renseignements, mais aussi d’affaiblir le réseau d’espionnage des Grandes Famille, et vu le noir quasi total dans lequel avait évolué Falconi sur ces dernières années, le second objectif avait sacrément mieux marché que le premier.

    ”Je voudrai qu’on aborde notre développement industriel et culturel un peu après, mais pour le moment les priorités sont pour moi sur la sécurité immédiate et long-terme. Qu’elles soient militaires ou médicales.” Son oeil valide vint rapidement se poser sur son Vice-Président avant de retourner épier la liste des points griffonnée à l’encre noire sur le papier. ”Commençons par la base, le budget et un point sur nos finances, de là nous verrons ce qui nous est accessible.”
    Noble de La République
    Noble de La République
    Soren Goldheart
    Soren Goldheart
    Messages : 237
    crédits : 733

    Info personnage
    Race: Ange / Humain
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1870-soren-goldheart-from-the-ashes-terminehttps://www.rp-cendres.com/t1903-liens-carnet-de-contacts-soren#16014https://www.rp-cendres.com/t1884-chroniques-angeliques-soren#15805
  • Lun 3 Juin - 19:24
    Conseil des ministres
    feat. politique républicaine

    Conseil des Ministres du 18 Février, An 5 Separa13

    Quitter le poste au Sénat et n'être plus qu'une présence fantôme, anecdotique au sein de Good Omens furent bien les meilleures dernières décisions de Soren.

    Depuis que Falconi l'avait approché pour lui proposer la vice-présidence de la nation, il semblait que le temps avait quelque peu accéléré. Une question de perception, certainement. Le demi-ange n'éprouvait pas grand chose à l'égard de l'homme défiguré qui venait de prendre la tête de la République : un vague sentiment de répugnance face à une cicatrice foutrement mal soignée et mal guérie, apparemment résultat d'un macabre travail mené par Mirelda au cours de la dure vie de ce Falconi qui fort heureusement, savait faire la part des choses, une méfiance mesurée, un masque professionnel neutre, platonique. Les deux hommes s'observaient et s'étudiaient certainement.

    La moindre des choses que l'on pouvait dire en tout cas, c'est qu'il était moins doué pour le verbe que le pauvre Zelevas qui reposait au fond de sa cellule à l'heure actuelle. Le Président, ironiquement, celui qui devait rassurer les gens par des discours travaillés et argumentés clairs, qui devait posséder une solide rhétorique était ici quelqu'un d'un peu maladroit dans sa maîtrise, pas très charismatique ni très fascinant. Soren fit cependant fi de cette caractéristique de son chef direct pour se concentrer sur la problématique amenée par celui-ci.

    "Bonjour à tous", commença-t-il calmement en rassemblant des documents devant lui qu'il avait déjà lu plusieurs fois. "Comme vous venez de le dire, M. Falconi, nous devons nous attendre à de lourds blâmes du peuple pour les trop nombreuses failles dont ont fait preuve nos services secrets et notre système de sécurité face aux menaces intestines." Le regard grave et doré parcourait l'assemblée. "Les shoumeïens n'ont à mon sens, jamais été accueillis comme il se devait au sein de notre nation après la chute de la Fédération, mais l'action reikoise à leur rencontre récemment est absolument abominable. Nous nous devons de montrer notre position favorable à leur cause." Il jeta une oeillade au président. "Je suis en train de travailler au remaniement du SCAR. Pour le moment, ça coûte cher, et c'est inefficace."

    C'était dit. Soren n'était jamais du genre à tourner autour du pot, surtout dans ce genre de réunion où il valait mieux aller droit-au-but et ne faire perdre de temps à personne.

    "Je me permets d'appuyer qu'il est plus qu'important de renforcer notre système de santé et de soins accessibles à tous au sein de notre nation. C'est une valeur que je portais déjà avec mon entreprise, Good Omens, et voir des campements de fortune dans Liberty avec des professionnels surbookés et non formés m'a sincèrement fait remettre en question notre avancée sur ces points-là, ainsi que la formation de nos soigneurs." L'ange prit les lunettes dorées rondes qu'il avait posées sur la table et les mis sur le bout de son nez. "Il nous serait fortement bénéfique de débloquer une enveloppe à cet effet, tout comme à la militarisation, mesurée et complètement restructurée, de notre défense. Mieux former notre personnel républicain, en somme. Éviter les épidémies et les attentas, des choses contrariantes et récurrentes dans ce pays."

    L'état des finances, il les connaissait, mais sans grande précision. Mais le Grand Argentier était certainement le plus à même de faire état objectif de celles-ci. Aussi se tourna-t-il vers Hestia Wessex.




    Conseil des Ministres du 18 Février, An 5 C6ROr9z
    #f6efd8

    Good Omens - Linael & Avenn (enfants)
    Infos & Pouvoirs:
    Noble de La République
    Noble de La République
    Hestia Wessex
    Hestia Wessex
    Messages : 16
    crédits : 134

    Info personnage
    Race: Elfe
    Vocation: Mage élémentariste
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3663-hestia-wessex-terminehttps://www.rp-cendres.com/t3725-les-memoires-d-hestia
  • Lun 3 Juin - 22:48
    Conseil des Ministres
    Feat Politique républicaine

    Hestia entra dans la salle du conseil avec une élégance naturelle. Elle portait une robe longue en velours vert foncé, une teinte qui rappelait les sapins et se fondait dans le paysage hivernal. Les manches étaient longues, légèrement bouffantes et un col en dentelle argentée rehaussait la robe ajustée. Un châle crème était négligemment déposé sur ses épaules, la préservant du froid. Ses longs cheveux châtains avaient été soigneusement brossés et laissés lâches, seulement deux mèches tirées vers l’arrière restaient maintenues par une broche qui évoquait une feuille d’argent.

    Elle accueillit le président Falconi avec un sourire chaleureux. Elle l’avait rencontré à plusieurs reprises lors d’évènements mondains, sans avoir eu l’occasion de converser longuement avec lui. Toutefois, elle lui témoignait du respect et appréciait son sérieux et son esprit réfléchi. Elle s’inclina légèrement devant lui.

    - « Monsieur le Président. Je suis ravie de vous revoir et honorée de travailler à vos côtés. » dit-elle d’une voix douce.

    Elle poursuivit ensuite son tour de salle, se dirigeant vers ses collègues ministres. Elle se tourna vers Dorylis Rockraven, la nouvelle Porte-Parole de la République. Hestia avait œuvré au Sénat en sa compagnie. Malgré les divergences d’opinion, elles avaient su maintenir un respect professionnel. Hestia prit la main de la ministre et la salua cordialement.

    - « Madame la Porte-Parole, bonjour. Un plaisir de vous compter au gouvernement, j’espère que nous pourrons continuer à travailler ensemble avec le même esprit qu’au Sénat, en collaboration. » dit-elle amicalement.
    Puis Hestia s’adressa à la Grande Mécène. « Bonjour madame la Grande Mécène, pareillement je souhaite continuer à unir nos efforts pour le bien de la République. »

    La noble elfe ne partageait pas les idéologies humanistes de ses collègues ministres, pour autant, elles allaient devoir avancer ensemble. Il fallait garder ses convictions dans le respect pour le bon fonctionnement de ce nouveau gouvernement hétérogène.
    Enfin, le Grand Argentier se dirigea vers le Vice-Président Goldheart. Elle connaissait ce dernier par les cercles mondains et n’appréciait pas son tempérament arrogant et instable. Toutefois, elle n’en montrait rien et le salua tout aussi chaleureusement que les autres.

    - « Monsieur le Vice-Président, vos compétences sont précieuses pour notre gouvernement, j’ai hâte de vous voir à l’œuvre. » dit-elle dans un sourire avenant.

    Les politesses terminées, Hestia rejoint sa place sur la table ovale, prête à écouter le discours de leur président, puis la réponse du Vice-Président. Elle se redressa sur sa chaise, offrant une posture droite et digne, prête à prendre la parole. Elle savait que ses opinions restaient controversées, mais elle restait alignée sur ses convictions et celles de sa famille.

    - « Je partage vos inquiétudes quant aux récents attentats et les failles de nos systèmes de sécurité. Toutefois, mon avis est différent concernant l’accueil des réfugiés shouméiens. » Elle balaya l’ensemble du conseil du regard, s’assurant d’obtenir l’attention de ses collègues. « Notre priorité reste la sécurité des citoyens de la République. Garder ceux qui sont parfaitement intégrés et en règle, je suis pour. Cela dit, je rejette formellement l’idée d’accueillir de nouveaux réfugiés sur le sol républicain. Le drame récent nous démontre à quel point il est primordial de resserrer nos défenses, afin de faire face à nos conflits internes. » Elle marqua une pause. « L’intégration des shouméiens présente de nouveaux défis que nous ne sommes pas disposés à ignorer en ces temps troublés. Nous devons avant tout renforcer nos institutions, ainsi que notre armée et nos services de renseignement. En somme, concentrer nos ressources et nos efforts sur la protection et la stabilité de la Nation. » Une nouvelle pause, ne relâchant pas la force de sa conviction. « Nous devons aussi prévoir des moyens pour arrêter un processus flagrant de radicalisation dans les rangs shouméiens. Cet attentat est loin de les laisser indifférents et je crains une hausse des menaces causées par ce peuple. » et elle ajouta. « Et pour le Reike, je propose d’adopter une position ferme sur leurs actions en Shoumei. Bien que je veuille assurer que la République reste un bastion de sécurité pour les républicains, je condamne fermement le massacre commis par le Reike. » Elle restait sceptique quant à l’accueil favorable suite à ses propos. Pourtant, elle espérait une approche plus pragmatique pour résoudre les crises actuelles au sein de la Nation Bleue.

    L’elfe de la maison Wessex écouta la suite des propos du président. Le budget restait un point crucial à aborder suite aux évènements récents. Elle souhaitait apporter des solutions concrètes et pérennes pour le bien de la République et sa stabilisation économique.

    - « Oui, il faut effectuer un découpage précis de notre budget et comprendre l’étendue de nos ressources disponibles. Je vais effectuer un bilan complet et détaillé, de manière à réduire les dépenses superflues. Nous avons débuté la phase de reconstruction de Liberty et évidemment, le budget alloué aux travaux est conséquent. Il est essentiel de reconstituer notre armée, c’est une priorité, tout en restant réaliste sur les ressources à offrir à ces projets. » Elle fit une pause. « Concernant l’exportation, cela va être difficile de compter dessus. Mais il faut plutôt encourager l’innovation et les investissements dans les secteurs de recherche et d’industrie pour stimuler de manière pérenne notre économie. » évidemment, elle plaçait également les industries de métallurgie de sa famille dans le lot, vu qu’ils avaient des projets d’expansion et de recherches de nouvelles technologies magiques. Elle observa silencieusement Falconi, avant de conclure. « J’estime qu’il faudrait communiquer avec le peuple républicain, leur expliquer nos décisions et nos priorités économiques, leur assurer de placer leur sécurité avant le reste. La confiance populaire est cruciale en période de crise. » Elle laissa alors la parole, espérant la bonne réception de ses propositions, qui aidaient au redressement de la Nation Bleue.



    La force de la Nature, l'ambition de l'Excellence, l'idéal de la Beauté
    Noble de La République
    Noble de La République
    Azura Aiwenor
    Azura Aiwenor
    Messages : 165
    crédits : 519

    Info personnage
    Race: Lumina
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal-Neutre
    Rang:
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1881-azura-vir-gaia-braelohn-jidmasdottir-aiwenor-termine
  • Lun 3 Juin - 23:21
    Conseil des Ministres du 18 Février, An 5 Bed2a610






    Aussitôt l'arrestation de Zelevas actée et la désillusion passée, Azura Aiwenor s'en était retourné à Liberty, la tête basse, pour déposer sa lettre de démission auprès des institutions sénatoriales. Se retirant de la position de Consule et de sénatrice, elle n'avait plus aucune envie de se noyer de nouveau dans les mensonges, la tromperie et les faux-semblants de cet environnement toxique qu'était la politique républicaine. Elle n'avait plus envie de nager dans cet océan de requins. Zelevas était celui sur lequel elle s'appuyait depuis de nombreux mois, étant le premier à avoir manifesté un fervent soutien pour la lumina, sans lui elle aurait eut grand mal à se hisser là où elle en est aujourd'hui.

    Or, elle n'avait plus envie de se battre et l'envie d'aller plus loin ne l'habitait plus. Azura n'avait qu'une envie : Quitter le labyrinthe infernal de la capitale pour s'en retourner aux îles paradisiaques. Elle avait d'abord pensé aller se faire oublier à Courage, son premier pied à terre en ce monde, mais la ville portuaire étant en pleine effervescence, elle aurait finit par retomber dans les méandres de la politique. Il lui restait bien Melorn, où elle avait vécu bien des années, mais la cité elfe traversait une mauvaise passe qui n'était guère propice à la tranquillité de la lumina qui finalement s'était rabattue sur l'idée de rentrer aux îles paradisiaques, les terres où elle avait surement vécue les plus belles années de sa vie, avec Urbras, son second mari.

    Là-bas, elle pourrait couper tous les liens qu'elle avait tissé avec la machine infernale que constituaient les hautes instances républicaines, rongées de l'intérieur. Tout ceci aurait pu se dérouler comme escompté si une lettre ne lui était pas parvenue quelques semaines plus tôt, peu avant son départ, à son adresse temporaire qu'était l'appartement prêté par Dorylis, l'un de ses derniers soutiens. Le nouveau président, récemment élu en catastrophe, sorti des méandres de l'histoire républicaine occultée par le règne de Mirelda, la voulait dans son gouvernement, au poste de Grand Mécène de surcroit.

    Et là encore, si Dorylis n'avait pas fait preuve d'une planche de salut, Azura aurait déclinée. Mais vraisemblablement sa présence au gouvernement était plus que requise pour éviter que la République ne chute de nouveau dans un tourbillon digne de l'ère Mirelda. Il y avait toujours besoin de personnes dignes de confiance dans ce renouveau, de gens qui s'étaient battus pour le bien de tous, comme Azura qui avait surement tout donné pour défaire Kaiyo. La lumina était devenue une sorte de figure prépondérante dans le paysage politique républicain, à tel point que son retrait de la vie politique à un tel point était tout simplement inenvisageable. Falconi était assurément clairvoyant au point de l'avoir perçu lui aussi. En revanche, s'il comptait sur la candeur latente de l'ex-consule pour mieux la manipuler à son avantage, il devait être tout aussi clairvoyant pour deviner qu'elle n'était pas femme à se faire avoir deux fois.

    Azura avait donc acceptée, sans grand espoir, l'offre de Falconi, à la grande joie de Dorylis. Là voilà de nouveau dans le jeu, autour de la table des ministres cette fois. Elle s'était cependant jurée de ne pas accorder sa confiance aussi facilement que lorsqu'elle avait été sénatrice. Les enjeux n'étaient plus les mêmes. Si elle avait brigué le consulat et avait effleuré la vice-présidence pendant un temps, plus rien de tout cela n'avait de valeur à ses yeux, c'était le passé. Une nouvelle ère s'ouvrait à elle.

    Elle s'abimait justement dans ces réflexions et remembrances lorsque le président de la République pénétra dans la salle, les saluant respectueusement, elle la première. C'était la première fois qu'elle le rencontrait et elle devait reconnaitre qu'il lui faisait bonne impression. Malgré un passif houleux, il semblait être un homme droit, respectueux et plein d'estime. Azura se jura toutefois de guetter les écueils du personnage dans les temps à venir, ces derniers finiraient bien par se révéler lorsque les premières décisions radicales tomberaient à l'ordre du jour. Pour ce qui était de l'apparence physique, Azura était bien la dernière à faire cas de ce détail. Ayant fréquenté Mortifère trop longtemps pour y faire encore attention, et finalement c'était bien elle qui était tombée amoureuses à deux reprises d'hommes âgés, bien que bien conservés, peu attrayants physiquement parlant.

    Quant à Hestia Wessex, ministre des finances et du budget de son état, elle l'avait certe rencontrée lors de quelques occasions, mais sans avoir l'occasion d'échanger profondément avec elle. Ceci-dit, elle reconnaissait que c'était là aussi quelqu'un de droit et de visiblement intègre, se montrant pour le moins déférente à son égard. Un respect que la lumina lui rendait, lui adressant un sourire lorsque l'elfe l'avait salué à leur arrivée. Ayant écouté le prolégomène du président puis le rebond de Goldheat puis enfin le discours de Wessex, Azura avait put parcourir le dossier sur le sujet et décida de placer un point qui avait retenu son attention.

    - Chers collègues, monsieur le président, j'aimerai m'exprimer sur le dernier point abordé par Madame Wessex au sujet de la reconstruction de Liberty qui, pour moi, est tout aussi primordial que la réorganisation du SCAR ou la reconstitution de nos forces armées. L'université MAGIC s'engage en effet à mettre en œuvre toutes ses ressources dans le but de rebâtir ce qui a été détruit, une excellente chose, vous en conviendrez.

    Elle rangea ses mains dans ses manches pour signifier qu'elle avait terminée sa brève intervention, cherchant encore à se faire à sa nouvelle position.





    Les inspirations d'Azura
    • Giselle (Enchanted)
    • Amelie Poulain (Le Fabuleux Destin)
    • Margaery Tyrell (Game of Thrones)
    • Mantis (Guardians of the Galaxy)
    • Sam Gamgee (Lord of the Rings)
    • Jaskier (The Witcher)
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum