DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Mégère

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    dans la gueule du lion ♛ tagar I7Vm50z
    Gazette des cendres
    Hiver 2024
    Lire le journal
    #5
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Chant des Ronces
    Derniers sujets
    [SOLO] Dynasties et dystopiesHier à 23:24Lyra Leezen
    Trois pour un [Sixte]Hier à 23:09Sixte V. Amala
    Enquête au cœur d'une épidémieHier à 22:51Qwellaana Airdeoza
    L'Ange déchu face au dilemme de l'AmiralHier à 18:52Vandaos Fallenswords
    Hela - Le GriffonHier à 18:51Arès Wessex
    Aller en bas
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 29 Oct - 16:58
    Au même titre des différentes demeures de la noblesse de Taisen, celle du clan de Sarleon est absolument glorieuse. Et ce n'est pas pour rien ; la dynastie étant l'une des cadettes de celle ayant fondé la ville, elle se trouve donc quasiment à l'ombre du palais et a jouit de des années de faveur pour se développer ainsi.

    La résidence n'est pas constituée que d'un manoir, comme c'est le cas pour celle qu'ils ont à Ikusa. Elle est constituée d'un bâtiment centrale, qui s'organise comme une villa avec des hauts murs, qu'un seul niveau et un atrium central. Elle est entourée d'un jardin où le vert prédomine largement, et contraste avec les mosaïques au sol que constituent les chemins qui permette de l'arpenter. Les différentes annexes se situent au bord de ce domaine miniature, et forment en plus de quelques segments murés une enceinte. Une écurie, des quartiers pour les visiteurs et des quartiers pour les hommes d'armes du clan forment les principaux autres grands bâtiments.

    L'accès principal se fait justement par un grand portail qui sépare un mur du bâtiment de la soldatesque ; et, un chemin jalonné par des bannières du clan, toutes noires et frappé d'un lion d'argent.

    Lorsque Tagar se présente, les hommes d'armes vêtus de tenues assorties à l'héraldique de la dynastie lui ouvrent le grand portail, et, annoncent son arrivée en grande pompe en sonnant sommairement et à plusieurs répétitions un cor. La grande porte de la villa s'ouvre alors, et révèle Alyssa dans une tenue sobre s'assimilant à une simple toge blanche aux brochures dorées ; au côté de sa mère dans une tenue similaire mais sans les frivolités étincelantes. La ressemblance entre les deux est frappante ; et, en faisant abstraction des pattes d'oies et des cheveux poivres et sels, elles sont quasiment les mêmes.

    Les deux s'avancent jusqu'à la lumière du soleil, en haut des escaliers qui mènent à la porte, alors que des servants s'empressent de descendre pour aider le cœur à éventuellement se débarrasser d'une éventuelle montures ou d'affaires encombrantes.

    Radieuse comme l'astre qui fait scintiller ses dorures, Alyssa se dresse fièrement avec un grand sourire et attend patiemment que son futur fiancé vienne se présenter à elle.

    L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 30 Oct - 17:47
    C'est la mère, Cayla, qui s'approche en premier et annonce simplement à leur invité :

    « Voyons, Tagar. Nul besoin d'être aussi formel, il est évident que vous avez votre audience, et que vous êtes le bienvenue. Le voyage s'est-il bien déroulé ?
    Je n'en doute pas un seul instant, mère. Regardez ce sourire »

    L'ancienne tourne sa tête doucement, et esquisse un tendre sourire à sa fille en secouant la tête. La voir ainsi lui met du baume au cœur, et, la rassure quant à son deuxième mariage. Elle l'observe s'avancer, clairement enjouée, pour aller présenter sa main à leur invité. Son contact ne lui a pas spécialement manqué, mais elle est visiblement satisfaite à l'idée de pouvoir en profiter à nouveau. C'est la fille qui relance, en annonçant :

    « Suivez nous donc, allons profiter d'une coupe de vin dans l'atrium avant toute chose »

    Et, n'étant pas encore fiancée officiellement à lui, elle fait en sorte de détacher sa main de la sienne avant de s'engouffrer dans l'impressionnant bâtiment ; ils passent dans une voute qui donne directement dans la pièce au ciel ouvert dans laquelle ils vont passer la fin de l'après-midi. C'est deux glorieux lions taillés dans de la pierre grise, tranchant avec le grès du reste de la construction, qui servent de pilier délimitant la fin de la voûte et l'entrée de l'atrium.

    Ce dernier est assez grand, composé d'une terrasse qui en fait tout le tour, d'une fontaine centrale creusée en carrée, qui marque le début d'une mosaïque qui prend toute la pièce et dont les couleurs chaudes contrastent avec le ciel bleu. Elle le guide, suivi de la mère, au niveau d'une table basse entourée de coussins colorés sous l'ombre des tuiles rouges de la terrasse. Elle l'invite à s'installer, se pose à ses côtés, et lui explique :

    « Pardonnez l'absence de mon paternel, il est... indisposé »

    La façon dont elle le dit sous entend des problèmes de santé. L'âge le tiraille de plus en plus, et, tous le clan se prépare à le perdre.

    L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 3 Nov - 2:46
    " Vous n'avez pas à l'être, annonce doucement Cayla.
    — Ne vous tracassez point, en d'autres termes. Vous êtes adorable. Installez vous, allez ! "

    La jeune lionne s'empresse d'ajuster sa position pour être un peu plus proche de lui, et force visiblement un sourire pour effacer ses tracas jusqu'à ce qu'il en devienne sincère. Après tout, la dégradation de l'état de santé de son père est progressive, et ils se préparent tous plus ou moins au pire. Cela ne rend pas la chose plus facile, cependant. C'est juste qu'ils ont l'occasion d'avoir un peu plus le temps d'accepter ce dénouement fatidique.

    Elle n'affiche donc pas trop de sentiments négatifs, surtout qu'elle est vraiment contente de la présence aussi rapide du noble venu la demander en mariage. Elle observe sa mère s'installer en face d'eux, et faire signe aux serviteurs afin qu'ils leur servent un mousseux frais et léger, idéal afin de bien commencer une discussion.

    Alyssa, ne perdant pas de temps, commence à expliquer :

    " Je suppose que vous avez faim, c'est parfait. Nous prenons l'apéritif, puis, le repas ; suite à quoi, Mère nous laissera et comme promis, je vous ferais visiter la ville. Est-ce un programme qui vous convient ? "

    Il n'a pas vraiment le choix. Consciente de la raison de sa présence, elle veut faire en sorte de lui montrer des lieux propices à ce genre de demande ; et ce, en fonction de ses préférences. Il aura largement l'occasion, dans l'après-midi, de faire une demande calme et intime, ou une demande publique et en grande pompe. Ne voulant pas le brusquer, il aura le choix des armes à ce niveau là.

    L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 5 Nov - 13:42
    « Une surprise, hein ? Sire Tagar Reys, vous être un livre ouvert absolument adorable »

    Elle lève son menton, plisse des yeux et le dévisage quelques instants d'un air satisfait. Elle sait très bien ce qu'il veut, et, admire sa volonté d'y mettre les formes même si elles importent peu à ses yeux. La suite la fait glousser, et, elle ne tarde pas à rétorquer d'un faux air réprobateur :

    « Voyons ! Comment osez détourner la propriété impériale ?! Que vais-je bien pouvoir dire à sa majesté l'Empereur lorsqu'il viendra réclamer son bien, et que je devrais payer de vos odieux crimes ?! »

    Elle lève la main pour l'empêcher de répondre, détourne la tête d'une façon dramatique en prenant une fausse moue boudeuse, alors que celle à qui était adressé la remarque prend la parole de façon plus modérée :

    « Je vous remercie du compliment et du cadeau, Tagar. Ils me vont droit au cœur. Est-ce ma fille qui vous a vendu la mèche en vous évoquant le fait que j'avais la main verte ?
    Mère ! Je ne suis pas du genre à étaler votre vie, voyons ! »

    La concernée hoche négativement de la tête avec un léger sourire, fatiguée par l'énergie renouvelée de sa fille. Est-ce l'idée de se marier à nouveau qui fait qu'elle a l'impression d'à nouveau avoir une adolescente face à elle ? Elle ne la réprime pas cependant, parce qu'elle est heureuse de la voir un peu plus légère par les temps qui couraient.

    Alyssa éclate de rire à la question de Tagar, et lui rétorque directement :

    « TA-GAR. Je vois que vous n'êtes pas venu pour rien ; vous me voulez moi, et vous voulez remplir votre panse !
    Alyssa, reprend calmement sa mère. Un peu de retenue, et d'empathie. Il a fait tout ce trajet pour vous voir, et il est normal qu'un voyage creuse l'appétit. Le déjeuner se veut léger ; et deux entrées légères et végétales, et un plat à partir d'un gibier. De l'antilope, pour être plus précise. J'espère que c'est à votre convenance. Avec la chaleur, ici, nous restons modérés au zénith et préférons mettre l'accent sur le dîner »

    Les deux femmes se taisent, alors qu'un serviteur apporte justement l'une des entrées ; une coupe de légumes et de fruits crus, déjà découpés et qui ne demandent qu'à être picorés le temps qu'ils terminent leurs verres.

    L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 5 Nov - 22:02
    Alyssa met la main sur son cœur et ouvre grand la bouche, comme si elle était outrée par les paroles de son futur époux. Elle lâche finalement :

    « Tagar, ne soyez pas médisant ! Je parlais de la nourriture du réfectoire, pas de notre propre domaine »

    Elle fait glisser sa main pour toucher son bras dans un contact qui veut lui faire comprendre qu'elle le taquine, et ce avec grand plaisir. Il commence alors à débiter une grande histoire, dont la conclusion fait rire la mère et la fille. La première va commencer en annonçant :

    « Mais, la viande d'antilope est l'une des plus maigres et savoureuses en termes de gibier ! Comment-avez vous fait pour rater une viande d'une telle qualité ?
    — Laissez, mère. Il a un talent inné pour tout faire de façon spectaculaire, que ce soit ses réussites ou ses échecs. Je tâcherais de me souvenir de ne pas le laisser cuisiner, néanmoins. Je ne veux pas être empoisonnée »

    Les deux gloussent un peu, et, une fois la plaisanterie terminée, Alyssa demande un peu plus sérieuse :

    « Comment va votre mère ? Je suis navrée de voir qu'elle n'a pas pu faire le trajet »

    L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 10 Nov - 12:43
    Alyssa s'exclame, presque dramatiquement :

    « Quelle tragédie, vraiment !
    — J'aurais aimé rencontrer votre mère, mais cela peut attendre. Souhaitez lui un prompt rétablissement de ma part.
    — Et de la mienne, rajoute la plus jeune, d'un air sincère et compatissant.
    — J'ai bel et bien reçu ses lettres, ne vous tracassez point. Ma dernière missive date de ce matin, pour vous dire. C'est en bonne voie »

    La mère se tourne vers la fille, et lui esquisse un sourire et un clin d'œil ; même si ce deuxième mariage l'inquiète encore plus que le premier. Est-ce le fait qu'elle soit plus vieille, et moins sensibles aux causes de sa famille et plus à celle du bonheur de ses enfants ? Ou le fait d'avoir vu, justement, sa fille endurer un mariage pénible jusqu'à en être libéré, et d'appréhender le fait qu'elle s'en enferme dans un autre du même type ? Elle dévisage Tagar quelques instants, pensive, tâchant d'essayer de percer les quelques mystères que peut enfouir le cœur du Reike.

    Alyssa a quelques craintes, mais, ne le montre clairement pas. Un verre à la main, l'autre lui servant à se servir des fruits dont la fraîcheur est plus que bienvenue dans cette chaude journée, elle est assise d'une façon détendue et relaxée. Elle expose le programme de l'après-midi :

    « Je vous conseille de bien manger, Tagar ; l'après-midi sera chargée. Nous allons nous rendre au palais de Taisen, où Arturo nous attend. Nous ferions un tour des lieux, avant d'aller prendre le thé dans l'un des salons prévus pour les conseillers. Vous aurez l'occasion de voir les gens que je fréquente. Suite à quoi, nous irons en ville, et je tâcherais de vous montrer les différents points importants. Lorsque le crépuscule tombera, nous rentrons ici où Mère a préparé une petite soirée, en bonne compagnie »

    Après sa longue tirade, elle a le besoin de s'hydrater, et prend une énième gorgée de sa délicieuse boisson pétillante et alcoolisée en attendant la réponse de son futur époux.

    L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 12 Nov - 12:51
    Le repas a lieu, et se déroule très bien. Tagar s'enquiert des origines de la famille de Sarleon, alors, Cayla explique :

    « Vous avez vu nos héraldiques, Tagar. Vous vous doutez des origines de notre famille. Nous sommes une branche cadette de celle qui a fondé Taisen même.
    — Le sang du lion coule dans nos veines, commente simplement Alyssa.
    — Au delà de ça, c'est tout un héritage que nous portons sur nos épaules. Il est de notre devoir de servir dignement cette ville, et, par extension, le Reike. La guerre civile a soulevé un certain problème dans les nôtres, mais Pendor a été le premier à entendre la raison ; alors même qu'il fut prisonnier ici, suite au siège, et à un acte qui est digne de nos ancêtres.
    — Nous aussi, techniquement.
    — Techniquement, oui. Mais nos geôles étaient dorées, pas les siennes. En attendant, notre famille, installée depuis des millénaires, jouit d'un certain pouvoir et d'une grande influence ici. Nous prêtons notre patronyme à quelques enseignes, et, nous disposons d'un haras familial qui peut se targuer de produire parmi les chevaux les plus dextres et rapides »

    S'étant exprimée un moment, Cayla s'arrête pour boire une énième gorgée de ce mousseux dont la bouteille est maintenant vide. Tagar les relance sur l'enfance d'Alyssa, et la mère se contente de glousser et ne pas qu'admettre :

    « Nous avons eu Alyssa puis Pendor quelques années après nos autres enfants, et, ils ont grandi ensemble. Ils faisaient une sacré paire !
    — Mère, ne vous... elle se tait quand sa maternelle lève simplement la main, d'un geste ferme et autoritaire.
    — Alyssa était une casse-cou, une petite semeuse de trouble. Il était difficile de la garder en place, et elle trimballait son pauvre petit frère dans toutes ses aventures. Mais, je pense qu'elle a globalement été une bonne grande sœur. N'est-ce pas ?
    — Je suppose, répond elle après un soupir. Nos aînés n'étaient pas très présents, nos parents influents et occupés, il a bien fallu se débrouiller, n'est-ce pas ? »

    La mère lui jette un regard plein de jugement. Comme si elle ne s'était pas occupés correctement de ses enfants ! Elle s'est toujours battue pour eux, et, elle sait qu'Alyssa sait. Alors, elle ne relève pas.

    L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 13 Nov - 21:59
    Le repas se termine, et Tagar ne s'est pas montré des plus bavards. Peut-être est-il soucieux de quelque chose ? Offusqué ? Alyssa n'en sait que trop rien. Pas vraiment agacée, mais perplexe, elle tire une moue étrange à sa question une fois dehors, et lui lâche simplement :

    « Voyons, messire Reys ! Nous ne sommes point fiancés. Je ne peux pour l'heure accepter votre requête »

    Et elle s'élance dans les quartiers de son enfance, qu'elle connait si bien pour y avoir passé toute sa vie. Cette familiarité avec les lieux lui plaît mais l'agace en même temps ; elle a soif d'aventure, mais désire son confort et tâche encore aujourd'hui de trouver un compromis.

    Lorsqu'ils arrivent au Palais, Alyssa s'arrête en agrippant la main de Tagar, et lui glisse :

    « Ai-je fais quelque chose qui vous importune, Tagar ? Vous me semblez fort distant »

    Elle lui esquisse un petit sourire innocent et sincère ; mais qui peut vite disparaître si la réponse à sa question lui déplaît. Elle campe sur ses appuis et compte bien régler un éventuel différent avant même de rentrer dans ce palais où son image doit rester fidèle à ce qu'elle est  réellement : parfaite.
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum