DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Ssisska

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Désobéissance et salvation [PV Neera] EFZvhIHe_o
    Gazette des cendres
    Hiver 2022-2023
    Lire le journal
    #1
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Titre du rp
    2 participants
    Aller en bas
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Dahlia
    Dahlia
    Messages : 21
    crédits : 266

    Info personnage
    Race: Fae (sang pur)
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique bon
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1111-dahlia-termineehttps://www.rp-cendres.com/t1188-ce-qui-nous-lie-dahlia#9128https://www.rp-cendres.com/t1187-chronologie-de-dahlia#9127
  • Mer 25 Jan - 0:41
    Debout devant sa coiffeuse, Dahlia chantonnait l’air d’une petite comptine qui plus tôt avait traversé les murs des classes pour se rendre jusque dans sa chambre. Si elle arborait une mine rayonnante et semblait être particulièrement de bonne humeur, au fond de son cœur ne siégeait aucune émotion de cet acabit. La Fae se sentait submergée par le stress, mais pas n’importe lequel. Le stress qui la gagnait et la tourmentait chaque fois qu’elle organisait une sortie pour les orphelins. Si elle les abhorrait petite, aujourd’hui cette haine s’était transformée en crainte profonde.

    Les raisons étaient multiples : perdre un enfant, mettre en péril l’image de l’orphelinat, se faire prendre en embuscade, mais surtout griller sa couverture. Pour ce faire, elle entreprenait de nombreuses petites techniques. Les enfants ne sortaient jamais à la même heure, ne se baladaient jamais dans les mêmes rues et ne volaient qu’une fois sur quatre pour éviter les suspicions. Naïvement sans doute, Dahlia espérait que cela suffirait. Cela avait beau faire plus d’une centaine d’années sans qu’on ne la soupçonne de quoi que ce soit, elle ne pouvait réprimer sa méfiance.

    Elle quitta son bureau, perchée sur ses talons de trois centimètres, juste assez pour l’agrandir sans lui faire mal aux pieds, et se dirigea vers la classe qui l’attendait. Ce matin-là, une professeure avait pris le temps de venir leur conter l’histoire de ce monde, aussi, elle ne récupérait pas une ruée de petits enfants complètement incontrôlables. De plus, le déjeuner aurait lieu juste après leur sortie, ce qui les motivait également à avoir un comportement irréprochable. Il n’était pas dans les habitudes de la Fae d’user de chantage pour arriver à ses fins avec ses enfants, cependant elle prenait grand soin de les récompenser en leur offrant des sucreries si tout se déroulait comme prévu. Il était dans son intérêt de les garder sous son contrôle tout en leur donnant l’impression du libre arbitre. Une délicate chorégraphie dont seule, elle avait le secret.

    Après les avoir mis dans un rang et les avoir comptés une dernière fois, Dahlia répéta le plan de la journée. Les enfants devaient se promener dans le marché et uniquement dans le marché, le premier qui serait vu à s’éclipser aurait de gros ennuis. Une consigne pourtant simple, que les plus téméraires continuaient de braver. Évidemment, certains iraient se faufiler dans les ruelles pour accomplir le devoir qui leur fut chuchoté à l’oreille juste avant de quitter l’orphelinat, mais eux avaient un passe-droit, tout du moins pour aujourd’hui. La Fae frappa dans ses mains pour donner le signal de dispersion une fois qu’ils furent sur place. Leur petite promenade pouvait commencer sous le signe de la maîtrise de soi et de la découverte d’autrui.

    Cependant, les ennuis allaient frapper à sa porte bien plus vite qu’elle ne l’aurait imaginé. À peine deux minutes après la dispersion, deux de ses oiseaux manquaient à l’appel. Il était bien trop tôt pour une tentative de vol, mais ces deux-là avaient la fichue manie de vouloir s’attirer les faveurs de leur directrice et leur impatience n’était plus à prouver. Dahlia laissa s’échapper un long soupir de l’entre ouverture de ses lèvres avant de signaler aux accompagnateurs de garder un œil sur les enfants restants. Elle allait devoir les retrouver par elle-même, et lorsque leurs voix retentirent dans une impasse, elle savait que se sortir de ce bourbier n’allait pas être chose facile. « Les enfants ? ».


    Désobéissance et salvation [PV Neera] YXyOAPI
    Noble de La République
    Noble de La République
    Neera Storm
    Neera Storm
    Messages : 114
    crédits : 1071

    Info personnage
    Race: Demi-titan
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Neutre neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t832-neera-storm-termineehttps://www.rp-cendres.com/t837-neera-liens#5839https://www.rp-cendres.com/t836-neera-storm-chronologie#5836
  • Dim 29 Jan - 16:37
    - Bande de mécréants !

    Le cri est si fort qu’il attire l'attention de Neera alors qu'elle marche dans les vastes rues de Liberty. Un instant, elle croit de bonne foi que c’est l'injure d'un marchand qui renvoie des pauvres affamés et défend à corps perdu sa marchandise. Mais bientôt, son point de vue change lorsqu'elle entend encore cette même voix, celle d'un homme manifestement, rugir dans une rue perpendiculaire à l'axe principal.

    - Espèce de sales mendiants ! Profiteurs du système ! Sales rats des bas-fonds ! On vous nourrit, on vous blanchit, et vous nous remercier en nous volant ?!

    La demi-titan entend alors des pleurs d'enfants, suffisamment terrorisés pour qu'elle comprenne qu'ils sont assez jeunes, et l'enseignante pince des lèvres.

    Non, Neera, ne recommence pas le coup comme avec Ashani.
    C'est impossible de s'occuper de tous les problèmes de cette ville de toute façon.
    Sauf que, bon sang. Le chemin le plus court pour aller au marché, et puis à un musée éphémère de Liberty,  passe par cette avenue. Et la magicienne n'a pas envie de faire un détour juste parce qu'il y a des voleurs ou un homme qui pousse une beuglante.

    D'ailleurs, ce dernier n'en a pas fini.

    - Attendez que j'appelle la garde ! Vous allez voir, ce qu'il en coûte de s'en prendre un noble ! Ah ça ! Votre mère ne vous a jamais dit qu'on coupait une main aux voleurs ?

    Bon, il exagère quand même un peu, là, ça en devient pénible. D’ailleurs, c’est sur ces entrefaites que Neera pénètre dans l’allée. Contrairement à la rue principale, qui est inondée par le soleil, cette rue perpendiculaire est plus étroite et se trouve bien plus à l’ombre à cause des grandes maisons de pierre qui l’environnent. Deux humains peuvent peut-être s’y trouver, mais pas plus.

    - Que se passe-t-il ici ? Vous avez oublié qu’on est à Liberty et pas dans le désert aride de l’Empire ?

    Sur ces terres, loin de l’hégémonie du pouvoir impérial, la loi du plus fort a certainement sa place, et celui qui est surpris à faire un mauvais coup doit en subir les conséquences. Ou bien il y avait-il des sanctions très fortes même à Ikusa et dans les autres métropoles ? Neera n’en sait trop rien, et de toute façon, ce n’est pas trop l’important.

    L’homme, en tout cas, a trouvé un bouc-émissaire et il se retourne férocement vers la diviniste, qui a désormais croisé les bras. Une chose est sûre, elle ne saura pas passer tant que le type et les deux enfants coincés bloquent le passage. Il faut dire que l’un des mioches ne peut pas s’échapper puisque le noble lui attrapé par le poignet, et visiblement, il a une solide poigne, car le gamin ne peut s’échapper de son emprise. Son comparse, lui, a été projeté au sol et est manifestement tiraillé entre la fuite et la terreur d’abandonner son ami. Ce dernier a d’ailleurs dans une de ses mains libres une bourse, qu’il tient résolument hors de portée de l’adulte, et cela rend le Républicain encore plus furieux. D’un geste, il aboie des paroles à l’attention à de la professeure universitaire.

    - Ce sont vos gosses ?

    Un ricanement s’échappe de la bouche de Neera alors qu’elle marmonne entre ses dents :

    - Tu me prends pour qui, bouffon ?

    Puis, elle reprend d’une voix plus forte :

    - Ils ne sont pas à moi, mais ce n’est pas en les traitant de la sorte que vous allez récupérer votre argent ni avoir une explication.
    - Une explication ? Peuh ! Ce ne sont que des larrons qui saignent à vif la République ! Moi je dirais que…

    Mais l’homme est un instant pris au dépourvu car l’enfant qui hésitait entre la fuite et le vol l’a subitement dépassé pour se précipiter sur Neera. Il se jette dans ses bras alors qu’elle a un geste de recul pour ne pas être déstabilisée par l’élan du jeune garçon.

    - Neera, Neera, sauve-nous !

    C’est alors qu’elle reconnaît ces deux petites têtes brunes. Avec la pénombre, elle n’avait pas spécialement mis un nom sur leurs visages, mais elle se souvient de ce duo quasiment inséparable, faute d’être allée quelques fois à l’orphelinat de Dahlia.

    Ce qui veut dire que celle-ci ne doit pas être bien loin.

    Comme un écho à sa pensée, voilà que la Faë apparaît et les deux femmes ont le temps de se croiser du regard.

    Elles ont comme qui dirait un tout petit problème.
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum