DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Alasker

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Rêver ne dure qu'un temps InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    La justice frappe les injustes
    Derniers sujets
    [Flash-event] Le Bal du Reflet des ÂmesAujourd'hui à 20:54Zéphyr Zoldyck
    Achats de pouvoir - ZéphyrAujourd'hui à 20:27Zéphyr Zoldyck
    Les Flammes de l'Aurore | LéonoraAujourd'hui à 16:56Arès Wessex
    L'air du Vent | Feat ZéphyrAujourd'hui à 16:12Zéphyr Zoldyck
    Venez me corrompre, ou pas !Aujourd'hui à 16:00Advorix Eqqegni
    La Traque SauvageAujourd'hui à 14:39Orion Yamveil
    C'est ici le comptoir aquarien ? Aujourd'hui à 13:51Jovnos Atnoth
    [PA] Les Gorges d'Ildrekyhr.Aujourd'hui à 12:38Kieran Ryven
    Une Mort Silencieuse - PAAujourd'hui à 11:19Pancrace Dosian
    [Challenge] Le festin des loupsAujourd'hui à 10:27Lyra Leezen
    Aller en bas
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 31 Jan - 1:02
    Quartier riche
    10 novembre 03



    Le départ avait été soudain, surprenant et solitaire.

    Durant deux semaines, la vie avait pourtant prit un nouveau tournant pour Rowena. Entre les murs de l'auberge, elle avait filé un amour naïf avec un homme innocent, loyal, intéressant et attentif, plus passionné que son flegme le laissait croire. Elle avait annoncé à Tagar qu'elle quittait sa demeure et elle avait posé ses affaires - qui n'étaient pas si nombreuses au final - dans une chambre rien qu'à elle, mais chaque nuit, c'était dans le lit d'un certain semi-elfe qu'elle venait se blottir. Ils parlaient ou ne parlaient pas, mais ils se détendaient au contact l'un de l'autre. Ce qu'elle aimait le plus, c'était les moments où il se laissait aller à lui raconter des bribes de ses journées, des moments sans importances, des histoires banales avec cette façon de conter qui lui était si naturelle.

    Azulon avait été envoyé faire un séjour à Kyouji pour s'occuper des affaires de sa patronne et ne rentrerai que le mois suivant pour habiter avec eux s'ils devaient encore rester à Ikuza. Cirdan avait enfin fini son traitement et arborait de longues et proéminentes oreilles pointues. Moins fatigué, il commençait à pouvoir sortir et chaque soir, la sirène prenait un peu de temps pour aller se promener avec lui. Plus d'une fois, elle était revenu en le portant sur son dos, le garçon étant encore bien fatigué par des années de carences, son corps se gorgeant de cette période de régénération intense. Elle jouait à la petite famille en prenant le temps de l'aider avec Aelle pour son apprentissage de la lecture, ou en lui racontant parfois une histoire avant qu'il ne s'endorme. Malgré son âge, le garçon raffolait de ces petits moments privilégiés.

    L'esthète libertine qui aimait tant sentir le pouls de la ville battre dans ses veines ne sortait plus le soir. Elle se levait plus tôt qu'elle n'en avait pris l'habitude depuis un an. Elle entrainait Aelle pendant que Shan'aël suivait sa routine matinale. Pour qu'elle comprenne ce à quoi elle avait affaire et puisse faire la différence entre les chocs de son passé et les tourmenteurs bien réels qui lui collaient aux basques dans le présent, elles commençaient par travailler à la fois sur les perceptions et les souvenirs de la rouquine. Ce n'était pas encore la panacée pour son sommeil et Rowena lui avait préparer quelques philtres que sa mère utilisait pour limiter la casse lors de ses cirses de terreur nocturnes, mais l'idée qu'elle n'était pas folle s'ancrait petit à petit dans son esprit et changeait sa façon de voir ces évènements difficiles. La sirène avait également tenté de rééquilibrer le temps qu'elle passait à ses recherches. Elle rentrait à des heures bien plus raisonnables, pleine de bonne volonté.

    Mais au bout d'environ deux semaines, alors que la première moitié de novembre s'écoulait trop vite, une préoccupation profonde et muette s'insinua dans ce quotidien de joyeuse ménagère. En l'espace de deux jours, Rowena était passé d'une joie sincère et rayonnante à un sourire poli et un enthousiasme expansif qui pouvaient tromper beaucoup de monde, mais pas les yeux acérés de Shan'aël.  D'un coup, elle ne s'attardait plus à table pour discuter, se plongeait dans la lecture de livres qu'elle avait ramené de la bibliothèque et gardait une distance physique surprenante. Plus de bain, plus de baiser volé, à peine cette main qu'elle laissait courir sur l'épaule de Shan lorsqu'elle passait près de lui et qu'il était assis. Elle était physiquement tendue, préoccupée, distante.

    - Je vais bien. Mais ça ira mieux quand j'aurai cet artefact entre les mains. " arguait-elle généralement tout en détournant le regard dans une attitude dont l'inconfort était criant.

    Elle avait écrit plusieurs lettres le premier jour, en avait reçu encore plus le second et au matin du troisième, elle était venu interrompre Shan en plein milieu de son entrainement matinal. Elle était déjà en vêtements de voyage, les cheveux attachés, Kelpie harnachée dans son box n'attendait plus qu'elle. Elle ne s'annonça pas, s'approchant simplement en lui faisant un signe raide de la main.

    - J'ai reçu des nouvelles du contrebandier que j'ai contacté il y a quelques semaines. Je pars pour Taisen, vérifier la provenance et prouver que je peux payer.

    Les mots étaient sortis rapidement, assénés avec conviction. Sur l'épaule, elle avait un sac de voyage léger. Quand elle disait vouloir partir, ce n'était pas dans la journée ou le lendemain, c'était de suite. Son regard asymétrique regardait Shan droit dans les yeux avec un calme froid.

    - Je préfère y aller seule pour préparer les flux d'argents. Je devrai peut-être pousser jusqu'à Kyouji pour obtenir des bons au porteur valables... Je sais que je n'ai pas été de bonne compagnie ces derniers jours, mais là-dessus tu ne peux pas m'aider. Je vais aller là-bas seule. Et si tu veux bien m'aider quand même pour le jour de la récupération du Masque, je t'attendrai à Taisen dans une semaine au Nouveau Général. Ok ?

    Et elle n'en dit pas plus. Le secret qu'elle portait sur les épaules avait l'air lourd et elle était bien décidée à ne rien en laisser échapper.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 31 Jan - 2:04
    - Et n’oublie pas de verrouiller le soir comme je t'ai montrer. Et si Cirdan a envie de sortir, pas seulement tous les deux.

    Shan était habillé de sa tunique de route, Zim sur ses talons, la langue pendante, l'air aussi sérieux que son maître. Rowena etait partie depuis deux jours, mais il ne comptait pas attendre la semaine entière. Il y serait le lendemain, et n'interviendrait que si il y avait besoin de quoi que ce soit. Autrement, il resterait dans son coin, patiemment, et rejoindrait le lieu de rendez-vous au moment indiqué.

    - Je suis toute seule la moitié du temps, et en plus maintenant j'ai Cirdan. Il ne va rien nous arriver alors déstresse un peu, ça ne te ressemble pas.

    Ou au contraire, ça lui ressemblait un peu trop. Il hocha la tete et lui tapota gentiment la tete avant de se retourner et de disparaître dans l'escalier. Sa monture l'attendait, arnaché et préparer comme d'habitude avec toute ses affaires. A tous moment, l'affaire pouvait prendre deux mois, et en plus elle n'avait absolument rien préparé comme bagage supplémentaire. Pas question que lui aussi y aille léger.

    Il se remémora les deux journées précédentes durant le trajet. Quand elle était arrivée, et lui avait dit ce qu'elle partait faire, il n'avait rien répondu, pas vraiment surpris. Il la connaissait bien. De mieux en mieux, et de toute manière, ils avaient tous les trois compris que quelque chose ne tournait pas rond. La différence entre lui et les deux autres, c'est qu'il sentait qu'il y avait plus que ce qu'elle voulait bien dire. Une raison pour laquelle elle n'avait pas voulu qu'il vienne.

    Qu'il soit d'une aide ou non, sa présence aurait toujours pu etre utile pour diverse raisons. Juste pour un soutien. Il avait cru commencer a comprendre un peu sa façon de penser. Alors si elle l'avait refoulé, soit c’était qu'il y avait une vraie raison, soit il n'avait en fait rien comprit.

    Si il n’était pas parti directement, c’était pour deux raisons. La première, c’était par respect pour elle et sa décision. Il ne voulait pas qu'elle ai l'impression d’être fliqué. La seconde, c’était qu'il était méticuleux, et ne faisait rarement un départ dans la précipitation, au hasard des événements. Il était du genre a ne rien faire sans être a soixante dix ou quatre vingt pour cent sur de réussir. Sauf quand ça la concernait.

    Il arriva trois jours avant la date indiqué par Rowena. Le lieu de rendez vous fut assez simple a trouver mais il passa simplement devant sans s'arreter. L'endroit n'avait pas changé, mais c'etait logique. Il y avait mit les pieds a peines quelques mois plus tot, aprés sa confrontation avec un griffon, ou il avait été ramené a l'article de la mort par sa monture et son chien pour être soigné. Une sale affaire.

    Plutot que de se prendre a la tete a prendre une chambre ailleurs, il décida simplement de s'installer dans un coin de la ville qu'il connaissait, ou il pourrait somnoler en paix, discrètement, sans se faire remarquer, en attendant le moment ou il devait la retrouver. Le reste du temps, il le passerait a ouvrir l’œil autour de cette fameuse auberge, et a tendre l'oreille pour entendre les histoires intéressantes des alentours.

    Et si rien ne retenait son attention, il pousserait la porte de l'auberge le jour j, a la premiere lueur de l'aube, pour s'installer et attendre.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 31 Jan - 22:19
    14 novembre 03
    Taisen



    Le Nouveau Général était une auberge connu parmi les marchands. Contrairement à celle dans laquelle Shan'aël vivait à Ikuza et qui était d'un luxe vraiment supérieur, celle ci brassait encore les bourgeois et la petite noblesse. Propre, sécurisé par deux garde, juste à côté de l'ancien marché aux esclave devenu un marché de main d'oeuvre, et de non-morts encore assez chaotique. Chose assez peu banale, depuis quelques mois, un squelette déguisé en général reikois servait de portier... Et d'attraction à touristes. Pour les personnes les plus sensibles aux aura, cela donnait un cachet plus nauséabond à l'endroit, mais l'établissement ne s'était jamais aussi bien porté.

    Il n'y avait qu'une entrer, voir les gens aller et venir était donc particulièrement facile. Le premier jour, il put penser avoir rater Rowena, mais le second, il fut clair qu'elle n'était pas là. Pas de trace de Kelpie, ni de la sirène. Alentour, on murmurait des rumeurs de tous poils concernant les affaires locales. Les bonnes affaires. Les promesses de contrats. Il y avait aussi une rumeur faible et discrète concernant la tenue d'une vente aux enchères d'esclaves sur le marché noir avec toutes sortes de spécimens de sous-espèces rares de l'humanité. Un marchand d'objets exotiques arriva en grandes pompe le soir du 15, avec plusieurs coffres mystérieux et trois molosses drakyn particulièrement imposants.

    L'homme se ventait si fort et donnait de si bon pourboires que les membres du personnel de l'auberge étaient au petit soin et rapidement, dans les commerces alentours, on entendait parler de Monsieur Phineas, aventurier Républicain et collectionneur d'objets rares qui allait conclure l'affaire du siècle d'ici quelques jours... Et qui n'était pas contre négocier d'autres achats ou d'autres ventes d'ici là. Il ne semblait pas non plus contre la compagnie des jolies femmes d'ailleurs.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 1 Fév - 1:20
    Il avait décidé de jeter un œil a cette fameuse vente aux enchères. Ou plutot, se concentrer sur ceux qui devaient y participer en tant que vendeur. Et bien sur, comme n'importe qui le connaissant bien l'aurait deviné, sa cible fut directement celui qui semblait être au cœur des festivités. Le fameux Phineas. Un républicain. Il n’était pas étonné. Ils étaient tous pareil. Reikois, Republicain, Shoumein. Quand on pouvait faire usage de la force, alors c’était avec plaisir, pour ces gens la.

    Si il ne semblait pas etre directement vendeur d'esclaves, le fait qu'il soit détenteur d'un objet rare et obtenu d'un endroit lointain lui fit penser que Rowena pouvait potentiellement être intéressé par lui. Ce masque qu'elle voulait, ca cochait toute les cases de ce fameux objet exotique et lointain. Mais pas question de se faire remarquer. Il allait l'observer sans plus.

    Il le suivi donc la deuxième journée, sans jamais se faire remarquer, même de loin, par les molosses qui semblaient faire office de garde du corps aussi bien pour lui que pour les objets. Il notifia mentalement toute les personnes qui semblaient le plus proche de lui, des suivants et des gens l'aidant a gérer sa collection, et n'y alla pas plus loin, restant simplement assez tard dans la soirée pour essayer de calquer un rythme de vie et de sommeil sur sa personne. Quelqu'un qui dormait dix heures par nuit n'avait pas la même façon d’être qu'une personne en dormant six.

    Il profita ensuite de la nuit pour essayer de débusquer l'emplacement de la vente, mais surtout, des lots qui allaient y etre vendu. Avec sa perception naturelle, ses sens, et sa capacité a écouter les bonnes personnes, il n'eut pas vraiment de mal a obtenir de plus en plus d'informations jusqu'à définir environ a quel endroit aurait lieu la vente, et le genre de personnes qui allaient y prendre part.

    Il voulu essayer de voir un peu plus ces fameux esclaves, mais n'eut pas l'opportunité de s'approcher d'avantage sans risquer d'attirer l'attention. Il ne savait pas ou etait Rowena et sa priorité etait de la retrouver pour le moment. Il ne manquerait cependant pas d'agir le soir de la vente, si jamais elle n'apparaissait pas. Il n'allait pas rester les bras croisés alors que des esclaves passaient de mains en mains comme des objets. Il ne le supporterait pas.

    C'est avec toute ces informations en tete qu'il se présenta de nouveau a l'auberge, n'attirant plus du tout l'attention aprés plusieurs passages, et cherchant la table qu'il occupait lors des deux derniers passages pour se poser, tranquillement, au fond, avec un verre de jus de fruit frais. Il avait commandé également une grande cruche d'eau, au cas ou son aimée apparaîtrait enfin.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 1 Fév - 2:24
    Si Phinéas était effectivement le centre de toutes les attentions et qu'il semblait aussi charmeur que peu scrupuleux, il apparu rapidement qu'il n'avait rien à voir avec les rumeurs d'enchères aux esclaves. Il n'y avait qu'à voir la tête qu'il tirait face au squelette portier pour comprendre qu'il préférait les objets inanimés aux possessions vivantes. Cependant, il jouait si bien l'aventurier versatile qu'il se faisait facilement passé pour l'homme de toutes les situations et de toues les affaires.

    Le 16 au soir, la veille du jour du rendez-vous avec Rowena, Shan'aël avait une sacré liste de connaissances qui gravitaient autour de l'énergumène à moustache. Plusieurs notables étaient venu pour voir tel ou tel objets... Et certains semblaient tremper dans d'autres genres d'affaires.

    Cette nuit là, Shan'aël parvint à trouver les échos d'une rencontre dans les sous-sols d'une maison de passe nommé la Gourgandine. Là ou les âmes les plus désespérées côtoyaient les plus fortunées une soirée un peu particulière était visiblement prévue le 18 au soir. C'était malheureux mais ce genre d'échange sous le manteau était encore très pratiqué parmi la noblesse reikoise. En manquant de chance, avec l'ouïe qu'il avait, il aurait tout aussi bien pu entendre parler d'un rassemblement de cette sorte à Kyouji ou Ikuza. Peut-être même dans des bourgades plus petites. On ne perdait pas l'habitude de posséder les autres, surtout lorsque cette habitude était à l'origine de la richesse d'une nation.

    Le temps que le jour du rendez-vous arrive, il avait le lieu, l'horaire et quelques noms d'acheteurs, mais les vendeurs étaient restés anonymes et les lots particulièrement insaisissables. Phinéas quant à lui, s'apprêtait à conclure sa vente le soir même.

    Rowena passa le seuil de l'auberge sur les coups de midi. L'endroit était passablement bondé et l'entrée d'une voyageuse habillée de blanc, toute couverte de sable et de poussière, ne surpris pas grand monde. Les traits tirés, la peau livide au point d'en être morbide, les yeux cernés, elle passa au comptoir pour récupérer les clefs de la chambre qu'elle avait pris soin de réserver quelques jours plus tôt. Elle semblait épuisée et son regard ne s'attarda pas sur la foule. Elle ne remarqua pas la présence de Shan'aël et demanda simplement à ce qu'on lui monte de quoi se laver avant de se diriger vers les escaliers.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 1 Fév - 16:36
    Il avait passé la matinée a surveiller « l'aventurier ». Pas lui, plutôt tout ceux qui venaient le voir la bouche en cœur. A force de le voir, il avait petit a petit fini par songer qu'il etait sans doute aussi aventurier qu'un bureaucrate en manque de sensation forte. Il avait le talent de l'oral, et semblait doué pour les transactions, mais il ne l'imaginait pas une seule seconde avoir bravé le moindre danger pour récupérer les artefacts.

    Le fait de ne pas avoir de piste pour trouver les esclaves l'avait agacés, mais cela ne faisait que trois jours, et surtout, il faisait assez attention pour ne pas se faire remarquer, et donc cela limitait son champ d'action. Une fois Rowena retrouvé, il pourrait peut être en parler avec elle. De toute façon, il ne partirait pas de la ville avant les événements. Il savait très bien qu'il était impossible de sauver tous le monde. En revanche, il n’était pas du genre a détourner les yeux de ce qui etait juste devant lui.

    Il reconnu une bonne partie des gens qui passèrent durant les trois heures qui précédèrent l'arrivée de la sirène. Le moustachu était descendu de sa chambre sur les coups de dix heures, et a partir de la, une multitude de gens s’étaient succédé, pour le saluer, pour dire deux mots, pour essayer de l'avoir a la bonne et peut être d'avoir une plus grande chance d'obtenir un des lots en question. Grotesque.

    Il était calme, mais seulement jusqu'à l'arrivé de Rowena. Elle était méconnaissable, la fatigue incrusté dans tous ses mouvements, et son coté blafard de le rassura pas. Il avait presque l'impression que la malédiction avait redoublé d'ampleur, et il espérait juste que ce n’était que de la fatigue et rien d'autre.

    Il entendit facilement le numéro de sa chambre, et si personne ne semblait vraiment faire attention a eux, il n'avait pas envie de la mettre dans l’embarras. Elle était peut être suivi ou quoi que ce soit d'autre. Il était sorti dehors avant même qu'elle ne commence a monter l'escalier et fit le tour du bâtiment discrètement pour arriver sous sa fenêtre.

    Il avait déjà étudier le bâtiment en arrivant pour définir globalement les étages, les chambres, et il n'eut aucun mal a trouver celle de la Sirène. En prenant appuie sur le mur, il attrapa une prise, une pierre un peu apparente, et grimpa ainsi a une autre, jusqu'au rebord de la fenêtre. Il la fit s'ouvrir rapidement et pénétra dans la pièce qui venait d’être préparer. Il avait mit moins de trois secondes pour la manœuvre.

    Il faisait assez sombre a l'intérieur, la lumière ne donnant pas beaucoup depuis ce coté du bâtiment, et il se posa dans un coin, dans un fauteuil, la jambe remonté sur le genou, l'air assez décontracté. Sans doute trop le connaissant, il essayait simplement de donner le change pour éviter qu'en plus de sa fatigue apparente, elle se prenne l'anxiété de son partenaire de plein fouet.

    Il resta silencieux, et même après qu'elle ai ouverte la porte, il ne s'annonça pas. Il n'avait aucune idée de comment le faire après tout. Mais quand elle s’apercevrait de sa présence, il lui tendrait la main, l'inviterait a venir vers lui s'asseoir ou bien se lever et l'enlacer. Ou bien resterait de coté si elle n'avait pas envie. Comme souvent, il l'a laisserait faire.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 1 Fév - 20:44
    Rowena était épuisée. Rien qu'en montant les escaliers, elle se rendit compte que cette semaine de voyage avait beaucoup plus tiré sur sa santé qu'elle ne le pensait. Certes, elle s'était relâchée depuis sa sortie de Magic. Durant sa quarantaine, l'exercice l'aidait à ne pas perdre pied et depuis la vie et les changements de décors avaient mis un coup dans l'aile à sa discipline personnelle, mais tout de même. L'inquiétude avait fragilisé le terrain et ses choix discutables avaient fait le reste. C'était le plus logique... Et ce n'était pas pour la rassurer.

    Bon... Si elle ne se trompait pas, Shan'aël arrivait demain. Elle aurait donc au moins le temps d'un bon bain chaud et d'une nuit de sommeil avant son arrivée, c'était toujours ça de prit. ... Pourquoi lui avait-elle demandé de venir ? C'était stupide... Elle n'aurait jamais du. Une part d'elle espérait qu'après la brusquerie de son départ, il ne viendrait pas d'ailleurs.

    Peut-être était-ce pour cela qu'elle avait mal compter les jours.

    Arrivée devant la porte, elle glissa les clefs dans la serrure et serra les dents. Super... Non seulement elle était barbouillée mais en plus elle avait des crampes maintenant. Elle ouvrit la porte, jeta son baluchon à terre sur le côté et sursauta en scannant machinalement la pièce du regard. Elle se retrouva instantanément en garde, le bras en parade pour protéger son visage et plus basse sur ses appuis, l'esprit tendu vers l'Autre qui se trouvait là.

    Des émotions qui fourmillent sous le couvert de glace d'une volonté stoïque. De l'angoisse. Une présence familière. Une aura fraiche comme un après-midi de printemps à l'ombre d'un grand chêne.

    Shan.

    Son bras redescendit presque aussitôt et elle cligna des yeux, la lumière maussade révélant agréablement les détails que le soleil aurait écrasé. Il était là, paisiblement installé dans le fauteuil, dans une posture décontractée qui ne lui était pas familière. Et il la regardait.

    Parce qu'il était là, dans sa chambre fermée, à l'attendre près de la fenêtre comme s'il savait tout, comme s'il avait toujours été dans son dos ses sept derniers jours.

    Elle ne lui sauta pas dans les bras. Un frisson glacé lui hérissa plutôt la nuque. Il savait ? Il l'avait suivi ?

    Le cœur battant, elle referma la porte derrière elle, utilisant tout le temps que lui demandait ce simple geste pour se calmer. Elle souffla et revêtit l'épuisant masque de maîtrise paisible qu'elle ne pensait pas avoir à endosser ce soir.

    - Tu ne m'as pas suivi j'espère ? " demanda-t-elle sur un ton de plaisanterie qui sonnait atrocement faux.

    Elle se retourna pour sourire à son visiteur. Un sourire en coin un peu jaune sur les lèvres tout en s'approchant de lui.

    - ça ne se fait pas d'entrer dans la chambre d'une dame sans y être invité. "
    lui souffla-t-elle en lui prenant la main sans faire mine de s'asseoir sur ses genoux. Elle lui rendit cependant son étreinte lorsqu'il fit mine de l'enlacer. Tendue, cette dernière ne dura pas longtemps, mais son sourire semblait un peu plus sincère lorsqu'elle s'éloigna.

    Outre les odeurs du désert, de Kelpie et de sueur qu'elle avait ramené avec elle, le nez fin du semi-elfe pu aussi percevoir que celle de sa compagne avait légèrement changée. L'acidité d'un empoisonnement, d'une intoxication alimentaire ou d'une maladie flottait dans son sillage.

    - Comment vas-tu ? "
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 1 Fév - 21:28
    Il remarqua encore plus le malaise qui l'entourait en la voyant de prêt. Et le malaise qu'elle eu en le voyant. Il sentit comme une pierre tomber dans sa poitrine. Il ne s’était pas attendu a ce qu'elle lui tombe dans les bras, mais de la a avoir cet air presque révulsé, et ce regard soupçonneux. Et quand elle se retourna en soufflant de façon imperceptible pour le commun des mortels, mais de façon bruyante pour lui, il songea qu'elle était redevenue comme avant. Lointaine. Comme si rien était arrivé. Il l'avait peut être rêvé.

    - Je pensais que j’étais invité pourtant.

    Et il ne disait pas ça pour suivre dans l'ironie. Il était très sérieux. Certes, il était venu un peu plus tot que prévu faire du repérage. Mais ce n’était pas vraiment pour elle, c’était juste sa façon d'agir. Il l'avait laissé partir seule comme elle avait voulue. Il ne l'avait pas cherché comme elle l'avait voulue. Et il était la au rendez vous précis qu'elle lui avait demandé, comme elle avait voulue. Il ne croyait pas avoir fait quoi que ce soit de mal, mais visiblement soit il se trompait, soit ce n’était même pas ça et c’était juste une mauvaise interprétation de sa part vis a vis des récents événements, de ce qu'elle avait dit, et fait.

    - Tu m'avais donné rendez-vous aujourd'hui ici.

    Il lui prit doucement la main, et la caressa légèrement du pouce avant de la relâcher, sans faire mine de s'approcher d'elle. Il la regarda s'éloigner de nouveau, le visage totalement neutre qu'elle pouvait voir souvent, mais un peu moins durant les trois semaines précédentes. Au moins quand il avait eu les yeux sur elle.

    - Je suis arrivé dans la semaine, et j'ai attendu pour venir au rendez-vous a l'heure convenu. J’étais la ce matin quand tu es arrivé. J'ai entendu le numéro de ta chambre et je suis passé par dehors pour éviter qu'on nous vois ensemble monter, puisque j'ai pu récolter assez d'informations pour savoir qu'il y avait du monde problématique en ville.

    Il s’était mit debout, les bras croisés, sa voix fraîche. De déception. Mais il ne voulait pas l'accabler. Elle avait l'air exténuée, et encore plus, elle avait clairement quelque chose de gênant sur elle, dans son odeur. Elle était peut être tombée malade, mais si ca avait été le cas, l'odeur n'aurait pas été si prenante. C’était quelque chose qui ne venait pas directement d'elle.

    - Je ne t'ai pas suivi.

    Il avait ajouté ça plus froidement qu'il ne l'aurait voulu, mais histoire de bien mettre les choses a plat. Il ne voulait absolument pas l'étouffer, et a vrai dire, si elle ne lui avait pas proposé, il ne serait pas venu. Du moins pas aussi vite.

    - Assis toi.

    Ce n’était pas une proposition. Ça sonnait comme un ordre. Mais pas méchant. Une recommandation stricte. C’était elle la médecin, mais elle avait souvent tendance a s'ignorer, malgré ses capacités remarquables pour prendre soin des autres. Elle devait s'asseoir, ses jambes étaient flageolantes. Elle tenait a peine debout.

    - Je vais te préparer un bain, et un repas. Ensuite libre a toi de me raconter ce qui s'est passé, et surtout, pourquoi tu as l'odeur de quelqu'un en pleine intoxication générale.

    Puis en se dirigeant vers la petite salle communicante ou se trouvait le nécessaire pour faire chauffer l'eau pour le bain, il ajouta sans vraiment la regarder.

    - Enfin, si tu préfères, je peux m'en aller une fois que tu aura ton repas de prêt.

    Comme d'habitude, plus que tout, il ne voulait pas etre une gène ou un fardeau pour elle. Et actuellement, ça avait l'air d’être fortement le cas.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 2 Fév - 0:26
    - Oui je t'ai invité... Mais ça reste ma chambre. Et je pensais que tu arrivais demain.

    Mesquine en plus d'être distante, elle était vraiment d'une délicatesse rare... Et même si elle n'aimait pas l'entendre se justifier et s'expliquer, le fait qu'il lui dise clairement qu'il ne la suivait pas et qu'il était monté pour lui faire la surprise aussi bien que pour éviter de lui créer des soucis la détendit bien au delà de ce qu'elle pouvait avouer. La façon dont ses épaules redescendirent de trois crans parla pour elle de toute façon. Elle respira un peu mieux.

    La froideur dont l'elfe faisait preuve aurait du la faire culpabiliser, mais là, elle était trop soulagée pour cela... Où il commençait sérieusement à manquer des pièces dans le puzzle de son empathie.

    L'ordre qui lui assena fut suivit sans même qu'elle pense à le contester. Elle s'assit sur le fauteuil qu'il venait de quitter avec un soulagement manifeste, une main sur le ventre et le dos avachi contre le dossier. Un soupire de soulagement lui vint aux lèvres... Et la proposition qui suivi lui fit remonter les yeux vers Shan.

    Elle déglutit. Il allait vraiment s'occuper d'elle maintenant ? Elle avait conscience d'être imbuvable et conscience que c'était totalement injuste pour lui. Triplement injuste en fait... Ah, voilà la culpabilité qui pointait à nouveau le bout de son nez. Putaiiiiin !

    - ... J'ai pas envie que tu partes...  Mais je pense que ça serai plus simple pour toi. Je sais que je vais pas être de bonne compagnie et tu n'as pas à endurer ça. Je veux pas parler, je veux pas me détendre, là... " Elle souffla un rire désabusé. " Je veux juste me retaper un peu, récupérer ce foutu masque et trouver quelqu'un avec une magie compatible pour le faire fonctionner.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 2 Fév - 0:48
    Il n’était plus dans la pièce quand elle se mit a parler. Il était a coté, commençant a activer les turbines servant a alimenter en chaleur le réseau d'eau. Les auberges capables de proposer ce genre de service, au Reike, n’étaient pas nombreuses. La plupart du temps, c’était de l'eau vaguement tiède dans un baquet.

    Et il se sentait s'agacer de plus en plus. Par dépit et par colère. Il fallait bien que ce soit elle pour que ca lui attaque ainsi le tripe. Elle etait soit injuste, soit vraiment très gravement atteinte. Il préférait penser a la seconde hypothèse.

    Il n'avait même pas voulu empiéter sur son espace vitale. Elle avait bien vu depuis le début qu'il faisait tout pour qu'elle se sente a l'aise et qu'elle puisse respirer. Il lui avait meme verbalement proposé plusieurs fois de prendre un peu de distance, surtout au début, pour qu'elle se sente a l'aise et pas piégée. Et il avait cru que cette situation était close, qu'ils avaient trouvés un équilibre. Au final, ça semblait encore pire qu'avant.

    Il revint dans la pièce alors qu'elle repartait sur une nouvelle tirade, ayant l'air de ne rien avoir compris a la situation. A sa situation. Il ne parlait même pas de...de tout ça. Il voulait juste l'aider, comme elle lui avait demandé, comme il lui avait proposé, comme ce qu'ils, dans un commun accord qu'il avait pensé entériné, avait conclut comme le meilleur moyen de faire avancer les choses pour sa situation.

    - Putain Rowena tais toi maintenant. Et écoute moi une seconde. Je ne dirais rien de plus ensuite.

    Il se retourna vers elle, fulminant d'une façon rare. Il effectua les quelques pas qui le séparait du fauteuil et tomba accroupit devant elle, les deux mains posés sur chaque montant encadrant le dossier ou la sirène était assise, l'écrasant de l'intensité habituelle de ses yeux verts, sauf que c’était sans doute beaucoup moins agréable dans cette situation.

    - Je croyais qu'on étais d'accord. On a beaucoup discutés. Je ne parle même pas de ce qu'on a...partagé ensemble. Je parle de ton soucis et du fait que tu avais accepté que je t'aide. Je ne suis pas doué pour certaine chose, certes, mais je ne crois pas être totalement idiot ou incapable en tous non plus.

    Les mots s’enchaînaient sans doute plus que ce qu'il n'avait jamais fait avec elle, ni avec personne. Lui qui d'habitude cherchait souvent les bonnes formulations, était en total roue libre et lâchait le morceau. Il n'y avait aucun ressentiment envers elle dans ses propos, simplement toute l’inquiétude que son départ et son état physique avait causé chez lui. Qui s’était accumulé au fil des jours pour devenir ce qui était ce qu'elle pouvait voir maintenant.

    - Voila que tu pars quasiment sans rien dire, dans un état physique qui ne doit même pas te laisser être totalement maîtresse de tes décisions. Je le respecte entièrement, tu fais ce que tu veux. Mais juste, je ne comprend pas. Comment on a pu passer de tout l'un a tout l'autre. Ou alors vraiment je n'ai rien compris depuis le début et je suis le dernier des imbéciles.

    Il souffla, baissa les yeux, puis les remonta. Cette différence de rapidité donnait l'impression qu'il criait, alors qu'il n'avait pas levé la voix une seule seconde. Il remonta le regard a nouveau sur elle.

    - Et même quand je te propose de te laisser, tu me dis de rester, et en plus tu prend pour acquis des choses que je ne pense même pas. Exécrable ou non, c'est a moi de le décider. Et la seule chose qui m'énerve chez toi, c'est cette façon que tu as de me repousser loin de toi et de tous ce qui te concerne. Je ne veux pas être un poids, vraiment. Mais si c'est le cas, dis le moi franchement. Je ne demande rien d'autre.

    Il se releva, le visage un peu désolé, triste, toute intensité disparut pour ne laisser que le malaise qu'il éprouvait depuis plus d'une semaine.

    - Je ne veux pas te faire la leçon ou je ne sais pas quoi. Te dire comment vivre ta vie ou ce qui est le mieux pour toi. Je veux juste t'aider. Comme je peux. C'est tout. Désolé. Mais toi, ne t'avise pas de t'excuser.

    Il se retourna et repartit vers la salle de bain, n'arrivant pour une fois pas a rester immobile.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 2 Fév - 1:42
    Scotchée à son siège, Rowena cilla et si à un moment, elle avait été tenté de prononcer le moindre mot, l'ordre directe et la colère de Shan'aël la dissuadèrent d'émettre ne serait-ce qu'un son. C'était la première fois qu'elle l'entendait jurer... Et la première fois qu'elle le voyait vraiment agacé. On ne pouvait dire hors de lui parce que son ton restait égal malgré sa diction précipité et sa posture accusatrice. Tout en lui respirait une colère froide et rentrée, mais une véritable colère pour ce qu'elle lui avait dit et surement aussi pour ce qu'elle lui avait fait subir.

    Elle venait de le faire sortir de ses gonds comme jamais... Même le génocide de tout un village n'avait pas eu cet effet sur lui. Elle venait littéralement de déranger l'eau qui dormait.

    La dernière fois qu'elle s'était senti remise à sa place comme ça par l'intensité d'un regard, ce n'était ni par ses professeurs à l'Académie, ni par son mentor chez les Limiers. C'était par Gail. " Arrête de te plaindre, c'est terriblement classe moyenne. " soufflait le visage rêche et partiellement pétrifié de la vieille élémentaire en préambule à l'un de ses sermons lorsqu'elle s'était mal conduite. " Si tu veux dire quelque chose, dit le. Sinon garde le silence. Quand tu parles à mi-mots on ne voit plus qu'une prostituée en mal d'attention. Relève la tête et ressers les cuisses, ma fille. "

    Aujourd'hui, c'était un autre genre de sermon. Elle écoutait. Les yeux vrillés dans ceux de Shan, le visage entêté, fatigué, mais attentif.

    - Ou alors vraiment je n'ai rien compris depuis le début et je suis le dernier des imbéciles.
    - Mais non !

    Le repousser loin d'elle... Seulement l'aider, sans la juger. Il voulait seulement être là sans qu'elle ne le pourrisse...

    Putain, elle était vraiment une moins que rien.

    Elle serra les dents et baissa les yeux, le laissant repartir dans la salle de bain sans un mot. Elle ne pouvait pas lui dire. Ce n'était pas quelque chose que les hommes avaient à comprendre ou à endosser. Certaines valeurs de son clan d'origine étaient encore fortement ancrées en elle, qu'elle en ait conscience ou non. Elle avait été élevée pour les protéger. La simple idée de ce qu'elle trouverait dans son regard s'il savait la glaçait. Ou pire, il voudrait mettre son grain de sel dans ce qu'elle ne laisserait pas advenir. C'était hors de question de le mêler à ça avec son tempérament sur certains sujets. Elle avait été stupide et inconséquente et elle l'avait compris trop tard alors elle règlerait ça seule.

    En attendant, elle aurait aimé pouvoir faire semblant. Elle aurait aimé pouvoir se reposer sur lui, sur son soutien, mais faire bonne figure tout en mentant, elle le faisait très bien pour les autres. Ceux qui n'étaient pas proches d'elle. Ceux qu'elle n'estimait pas de cette façon et qui n'avaient pas gagné sa loyauté. Elle ne voulait pas lui mentir en le regardant dans les yeux. Pas lui. Elle n'y arrivait pas ! Bordel !!

    Ses phalanges blanchirent sur les accoudoirs et son ventre se crispa de nouveau, secouant aussi ses cotes d'un spasme douloureux.

    Elle ne pouvait pas profiter de lui ainsi tant que tout ne serait pas fini. Pas si cela signifiait lui imposer d'assister sans rien faire à quelque chose d'aussi avilissant... Elle avait tellement honte.

    Elle regarda intensément la porte. Quelques pas et elle sera libre... Mais si elle partait maintenant... Elle déglutit. Malgré l'épuisement, elle se leva et se dirigea vers le lit. Elle ne le défit pas et retira seulement sa cape et ses chaussures.

    - Si on est un jour plus tard que ce que je pensais, l'échange a lieu ce soir avec un certain Phinéas. Il sera à l'heure du diné dans la salle commune et j'aurai besoin de toi si tu veux bien. Je prendrai un bain tout à l'heur, je vais dormir tant que j'en ai encore le temps. " Elle roula sur le flanc, le visage vers le recoin de la pièce le moins passant, tournant le dos à la porte de la salle d'eau. Son outre posée sur la table de nuit, tout comme son kukri d'apparat.

    Pendant un moment, il n'y eut plus un son, puis elle ajouta.

    - Pardon de t'avoir énervé... Tu n'es pas un boulet. Je suis barbouillée, je crois que je vais vomir si je mange quoi que ce soit.

    Je t'aime...

    Elle n'avait pas ouvert les paupières. ni bougé d'un cil. Un bras enserrant son estomac, l'autre soutenant sa tête, elle était recroquevillée sur elle. Si elle avait été elfe, ou encore sous sa véritable forme, il aurait vu son oreille suivre les petits bruissements que la présence de Shan provoquait.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 2 Fév - 11:43
    En revenant dans la salle de bain, il eu un petit instant de culpabilité, et se demanda vraiment si c’était lui qui avait dis tout ça. Mais d'un autre coté, il etait soulagé d'avoir dis tout ce qu'il avait sur le cœur, et voir sa réaction avait achevé de lui faire se dire qu'il y avait forcément quelque chose d'autre derriere cette histoire. Elle lui cachait quelque chose de plus grand. Si elle ne voulait pas lui dire mais que cela n'avait rien a voir avec ce qu'il venait de dire, il allait vraiment s'en vouloir.

    Il revint dans la pièce, quand elle recommença a parler. Il avait donc vu juste vis a vis de cet homme qu'il prenait a moitié pour un charlatan. Toute l'histoire de l'échange tournait autour de lui. Et sans doute d'une bonne partie de gens qui venaient le voir et faisait des aller-retour.

    Il avait stoppé le mécanisme de l'eau, puisqu'elle n'y allait pas maintenant, et etait maintenant adossé au mur, les bras croisés, observant son dos. Envie de vomir si elle mangeait quoi que ce soit. Hum.

    - Je le connais. Je l'ai suivi pendant deux jours. J'ai aussi la liste de la plupart des personnes ayant eu des contacts avec lui depuis ces trois derniers jours. J'ai trouvé également un lieu ou se tiendra une soirée d'échange avec ces lots et d'autres un peu plus...exotiques.

    Il se retint de parler des esclaves. Elle n'avait pas du tout l'air au courant de ce qui se passait dans cette ville, et avec le sable sur ses épaules en entrant dans l'auberge, elle venait probablement du désert. Pas la peine de l'écraser avec des nouvelles supplémentaires. Il allait simplement s'en occuper lui même, une fois le masque récupérer.

    Il allait la laisser se reposer. Il n'avait aucun intérêt a la surveiller dormir de toute manière. Et vu a quel point il était aisé de voir si elle dormait ou non, si ce n’était pas le cas, ce serait encore plus gênant pour elle d'avoir son regard posé sur elle. Il avança cependant une dernière fois et contourna le lit, avant de tomber a genoux du coté ou elle était tourné face a son visage. Il lui prit la main d'autorité et la serra dans la sienne, en la fixant comme précédemment. Sauf que toute la colère avait été remplacée par le retour de l’inquiétude et toute la douceur et l'amour qu'il pouvait bien éprouver pour elle.

    - Nous avons déjà vécu des choses, ensemble. Toi et moi. Certains diront que ce n’était pas grand chose mais...pour moi c'est beaucoup. Je ne fais plus confiance en personne d'autre qu'a toi. Je sais....je crois savoir qui tu es. Et je pense que tu as vu un peu qui je suis maintenant.

    Il lui prit sa main dans les deux siennes et lui embrassa doucement le bout des doigts, en la réchauffant de ses paumes entrelacés.

    - Parle moi. Fais moi confiance. Je ne te jugerais pas. Si il y a quoi que ce soit. Que ce soit maintenant ou demain. L'année prochaine ou dans un siècle. Accepte de te reposer un peu sur moi. Tu en a besoin.

    Il détailla la couleur de ses pupilles et l'odeur se relança dans son nez, sans qu'il ne réponde avec la moindre expression. Il déposa doucement sa main sur le drap et lui caressa gentiment les cheveux. Et si elle ne disait rien, il allait s'en aller de la chambre.

    Le temps qu'elle dorme, il irait dans ses affaires pour préparer une infusion avec des plantes dont il connaissait la recette. Un tonique qui l'aiderait a se sentir un peu mieux au moins au niveau des nausées, pendant un petit temps. Assez pour régler l'histoire du soir, et réfléchir ensuite a la soigner, si elle voulait bien lui donner un peu plus de details.

    Sinon, il ne pourrait rien faire d'autre que la regarder de loin.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 2 Fév - 18:15
    Alors il avait déjà fait du repérage... Bien... Elle serait moins en danger comme ça. C'était parfait...

    Mais elle ne le remercia pas. Ne prononça pas un mot. Elle ouvrit les paupières lorsqu'il lui prit la main, encore plus crispée par son contact. Tombant sur son regard aimant, elle baissa les yeux puis les referma, mais elle lui laissa sa main et se détendit un peu, avant de se tendre à nouveau lorsqu'il revint sur le fait qu'il n'avait confiance qu'en elle et qu'il la connaissait comme elle le connaissait.

    Par rapport à lui, elle était gelée. La fatigue n'aidait surement pas. Ses deux grandes mains couvrirent la sienne. Elle rouvrit les yeux,désolée. Elle n'arrivait pas à se résoudre à lui dire. Même comme ça. Même en sachant qu'elle l'aurait dit à la plupart des gens en lesquels elle avait confiance. Lui, c'était différent. C'était toujours différent. Trop intense. Trop hors norme. Trop différent d'elle.

    - Tu as raison. " Elle s'accrocha un instant à ses doigts." Mais cette fois je ne peux pas.

    Elle le laissa remettre sa main en place et lui caresser les cheveux, refermant les yeux. Malgré son malaise, elle s'endormit rapidement. Aussi épuisée qu'elle en avait l'air, elle dormit quatre heures avant d'ouvrir à nouveau les yeux. Comme toujours, pas un rêve n'était venu la perturber. L'après-midi se terminait tranquillement et elle se sentait un peu mieux. Pas moralement, mais physiquement, les spasmes musculaires avaient cessés et elle se sentait moins vaseuse.

    Elle roula sur le dos respirant à fond. Du coin de l’œil, tout en regardant le plafond, elle prit conscience de la présence du semi-elfe. Il était resté... C'était une surprise en soit.

    - Tu as besoin de la salle d'eau ou je peux aller me laver ? " demanda-t-elle seulement avant de se glisser dans l'eau chaude. Un bain brûlant.

    Lorsqu'elle revint, propre et changée, elle avait déjà meilleur mine. Les seuls vêtements de rechange qu'elle avait pris étaient eux aussi des vêtements de voyage. Tunique et pantalon pâles. Elle ressortit de la salle d'eau pour s'asseoir sur le bord du lit et mettre ses chaussures.

    - Ça n'a pas été trop long j'espère ? Tu disais que tu étais là depuis quelques jours je crois. Des choses intéressantes se sont passées ?  "
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 2 Fév - 21:51
    Au moins elle avait confirmé exactement qu'il y avait un soucis autre, et qu'elle ne pouvait pas lui en parler. Bon. Au moins elle lui avait dit, elle avait été honnête, et c’était bien tout ce qu'il lui demander depuis le début. Cesser de trouver des excuses ridicules pour l'éloigner et lui dire les yeux dans les yeux la situation pour elle. Dorénavant, il avait une vision un peu plus large des événements a venir.

    Il prépara la décoction pendant qu'elle dormait. Une plante venue des forets du nord qu'il récoltait lui même. Il fallait le faire a la racine, et retirer les feuilles avant de faire bouillir la tige pendant une bonne heure. Puis laisser l'eau refroidir. Les feuilles pouvaient être vénéneuses pour certaines espèces, voilà pourquoi il les avait retirés. Pour les humains, ça pouvait être mortel. Il ne savait pas vraiment pour les sirènes. L'effet serait moins fort, mais c’était mieux que rien.

    Quand elle émergea, comme a son habitude, il remit l'eau sur le feu pour réchauffer. Ça aurait le goût d'un thé extrêmement fort, et amer. Pas forcément difficile a boire, et si elle le prenait d'un trait comme souvent elle faisait, elle aurait encore plus de facilité. Ça allait stopper net ses nausées pendant un petit moment. Ce n’était pas vraiment un soin. Ça repoussait le problème. Mais c’était sans doute ce dont elle avait le plus besoin pour la journée.

    - Comment te sens tu ?

    Elle semblait un peu mieux. Enfin, moins pale, disons. Elle alla directement a la salle de bain après qu'il lui ai indiqué que c’était bon, et pendant qu'elle était absente, acheva la préparation du breuvage. Il le déposa sur la table, et quand elle revint fraîchement habillée et vêtue, il désigna la table.

    - Bois ça, ca va te booster pendant quelques heures.

    Elle lui demanda comment s’était passé les derniers jours. Il n'avait pas grand chose a raconter au final, et après y avoir réfléchit, il songea que c’était vraiment une mauvaise idée de lui parler des marchands d'esclaves. Peut être qu'elle le savait déjà, mais il n'avait pas envie de lui rajouter ça si jamais elle n’était pas au courant.

    - J'ai étudié ton bonhomme. Phineas. Une grande bouche. Doué pour le commerce, mais je l'imagine difficilement se retrouver au milieu de ruines dangereuses ou dans des combats avec sa vie en jeu. Il fait un peu charlatan.

    Et beaucoup semblaient tomber dans le panneau. Le fait qu'il soit riche, et qu'il se trimballe avec de tel gardes du corps n'aidait pas a casser son image, au contraire. Il avait vraiment des airs de nobles en voyage.

    - Il a des molosses en guise de garde du corps. Il a du avoir du mal a se les procurer. Un c'est déjà compliqué, alors trois. Ils sont bien dressés, ils lui obéissent vraiment au doigt et a l'oeil, il a donc du les avoir petit, ce qui augmente encore plus leur rareté. Peut importe a quel point il raconte des histoires, c'est quand même quelqu'un en terme de possessions.

    C’était donc bel et bien lui qui avait le masque ? Il avait quand meme du mal a croire que c'etait si facile, d'obtenir un tel artefact, et il était légèrement curieux de savoir qui avait bien pu le récupérer, et ou.

    - Comment vas t'ont procédés avec lui ?
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 2 Fév - 23:22
    Elle avisa le breuvage sur la table, son outre, puis vint récupérer la tasse pour y tremper les lèvres... et faire une grimace. Bon sang c'était amer ! Même pour elle que l'amertume ne dérangeait pas, c'était vraiment costaud. ... Mais en même temps si ça pouvait la requinquer un peu, elle était prête à tenter le coup.

    - Merci. " souffla-t-elle avant de descendre la tasse d'un trait.

    Le reste était une plongée directe et plus que bienvenue dans le vif du sujet. Voilà ce sur quoi, elle voulait se concentrer. Elle retourna s'asseoir, tout de même plus confortable en restant tranquille qu'en faisant les cent pas, et écouta attentivement ce que Shan avait déjà découvert.

    - Au pire, il s'agira d'un faux. De toute façon, je saurai le différencier vu ce que j'ai lu à son propos.

    Si ce Phineas était un charlatant friqué, ils n'auraient qu'à s'en retourner d'où ils venaient et s'il exigeait quand même son paiement, elle sentait qu'elle ne résisterait pas à l'envie de se passer les nerfs sur lui. Elle savait que c'était mal et elle se retiendrait tant que possible. Après tout, ce n'était pas son genre en temps normal. Mais sa vie et son temps n'avaient plus rien de normaux...

    - Les textes disent qu'il suffit d'une goutte de sang de Xo'rath, de ses enfants ou d'un de ses anges pour révéler sa nature sans le moindre doute.

    Elle sortit de la sacoche à sa ceinture une petite fiole contenant un liquide d'un noir de jais. Tout indiquait qu'il s'agissait de l'encre la plus banale, exception faite du contenant.

    - La femme qui m'a mise sur la piste du Masque est une ange de Xo'Rath qui s'est rebellé lors de la Première Guerre. Elle a accepté de me donner un peu de son sang.

    Elle rangea la fiole, l'air concentré. La mixture de Shan agissait vite, visiblement car elle commençait déjà à reprendre quelques couleurs.

    - Le message disait qu'il viendrait avec le masque et que nous ferions l'échanger dans l'auberge elle-même pour éviter les traquenards. J'espère seulement qu'il ne sera pas agressif.

    Ou juste un peu...

    - Sinon nous devrons nous défendre j'imagine... S'il est déjà à l'auberge nous pourrions peut-être descendre ? Plus tôt nous seront débarrasser, mieux je me porterai... Et puis s'il n'est pas là nous pourrons manger un peu et demander un double des clefs pour toi, qu'en dis-tu ?  

    En bas, alors que l'après-midi touchait à son terme et que la météo était à son plus beau, il n'y avait pas grand monde dans la salle commune. En arrivant au bas des escaliers, ils étaient même seuls face à la femme derrière le comptoir. Il suffit de demander à voir Phinéas pour qu'un des serviteurs monte à son tour pour aller le prévenir.

    Pendant ce temps, Rowena fit le tour de l'endroit du regard et se dirigea vers une table judicieusement placé près d'un mur avec une large fenêtre, avec l'intégralité de la salle en visuel. Elle interrogea Shan'aël du regard pour savoir si ça lui convenait, plus détendue et familière dans l'action qu'elle ne l'avait été depuis toute une semaine.

    Elle prit place dans le coin, sans retenir un soupire de contentement, et attendit l'arrivée tonitruante du grand fée à redingote qui apparu en bas des escaliers en toupinant sa moustache en guidon.

    - Aaaah ! Miss Ironsoul je présume ? Enfin nous nous rencontrons face à face ! " s'exclama-t-il en approchant, l'air le plus amical et débonnaire qui soit. Il y avait à la fois un charisme captivant et une simplicité dans ses manières qui avait le don de mettre à l'aise. Il tendit la main à la jeune femme qui la lui remit et souffla un baise-main sur son revers. " Quels traits exotiques. Je ne m'attendait pas à ce qu'une lady de votre acabit soit aussi une femme d'action ! Et vous n'êtes pas venue seule. Enchantez de vous rencontrer, Monsieur. J'imagine qu'être l'homme de confiance d'une transaction si importante ne s'est pas fait en un jour.

    La chaleur qui se dégageait de son sourire était douce et sincère. Et inexplicablement, dans sa bouche, ces présentation outrancières ne semblaient même pas surjouées. Il y avait quelque chose en lui de solaire et d'enthousiaste. Un loup chafouin qui courrait le monde des étoiles dans les yeux et de l'or dans les poches. Le genre auquel on finissait par tout passé tant il était touchant et juste dans sa façon de cerner et d'aimer les gens qui l'entouraient.

    - Haaa... Le désert est épuisant en cette saison, j'espère que le voyage n'a pas été trop difficile.

    Comme c'était la coutume en république, ils sacrifièrent aux politesses d'usage et à celle discussion personnelle qui précédait toute signature importante. Et la famille ça va ? Et la santé ? Et les affaires ? Et le voyage ? Le tout avec de l'humour, des recommandations d'auberges, de lieux à visiter, de personnes à voir, de boutiques à connaitre. Rendu à un moment, Phinéas avait même commandé une bouteille et de quoi grignoter. Rowena, plutôt éteinte et donnant le change au début, s'était peu à peu épanoui au jeu d'esprit que demandait l'échange à la fois convivial et rusé qui permettait de tisser des liens tout en jaugeant son adversaire.

    Puis, enfin, ils attaquèrent ce pourquoi ils étaient vraiment là.

    - Oui... " rit-elle encore. " C'est bien un de mes peintres préférés, et vous comprenez pourquoi ce masque serait le pinacle de ma collection. Je ne connais pas d'objet plus représentatif de Xo'Rath.
    - Et bien si les titans vous intéressent à ce point, j'ai justement une toise de peau du Forgeron, récolté sur son corps sur le lieu même de sa mort.
    - ça doit être une vrai relique !... Mais seul Xo'rath m'intéresse pour le moment. Avant de commencer une nouvelle collection il faut savoir en finir une autre.
    - ça, je vous comprends, et pourtant on a rarement l'occasion de commencer une collection sur autre chose qu'un coup de chance.

    Celle fois elle fronça les sourcils. Dans toutes les circonvolutions possibles, il n'était pas normal qu'il repousse aussi sérieusement le sujet de leur contrat. Une clochette d'alarme raisonna sous son crâne.

    - Ecoutez... Je pensais avoir été claire sur mes attentes. Le Masque est la seule pièce que je désire pour le moment. Et ce n'est pas à vous que je vais apprendre qu'une collectionneuse contente est une cliente qui revient.

    Le sourire du marchand se crispa, un peu désolé.

    - Oui... je comprends... Mais voyez vous, le masque n'est plus en ma possession.
    - Comment ?!
    - Ce midi, une femme est venue me proposer une affaire sans aucune commune mesure avec la notre et elle partait dans la foulée. Une chercheuse de quelque chose. Une elfe.
    - Vous lui avez vendu le Masque des Morts alors que nous avions un accord ?!
    - Vous devez bien comprendre, c'est la loi du marché. La relique qu'elle m'a offerte en plus d'une somme complètement déraisonnable... " Il secoua la tête.
    - Comment avez-vous pu ?!

    Rowena s'était levé. Shan, ne l'avait sans doute jamais vu dans un tel état de colère, non pas froide et maîtrisée, mais brulante et sans le moindre contrôle. Sa voix mélodieuse n'était pas faite pour gronder et elle montait dans les aiguës, lui faisant perdre une grande part de sa crédibilité, comme une adolescente qui tape du pied pour pleurnicher.

    Elle n'avait pourtant rien d'une adolescente lorsqu'elle claqua les deux mains sur la table en s'arquant vers le marchand.

    - Où est-elle partie ?!
    - Euh... Je ne sais pas... Elle a dit qu'elle travaillait dans une académie de mage au nord d'ici. A Melorn je crois !
    - Si vous me mentez encore !!

    Elle attrapa sa main, plongeant ses yeux dans les siens, fermement déterminée à en avoir le cœur net cette fois.
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum