DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Seraphin

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Sur les rives du Lac Aveugle InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Lever de Lune
    Derniers sujets
    La mascarade de minuit. [PV Gwynneth De Evelune]Aujourd'hui à 23:25Galen Torvalds
    Vraden Turif | ChronologieAujourd'hui à 21:55Vraden Turif
    L'Aube du Chaos [Divinistes]Aujourd'hui à 21:22Lodvik
    Passation de pouvoir [PV - Arès]Aujourd'hui à 20:22Arès Wessex
    Demande TC de TulkasAujourd'hui à 19:19Tulkas
    Retour par les vents arides | [Enkara] Aujourd'hui à 19:14Kieran Ryven
    Souvenirs déchirésAujourd'hui à 18:26Vaenys Draknys
    Validation des RP de Zéphyr [Reike]Aujourd'hui à 18:15Zéphyr Zoldyck
    Modif Lycane por favorAujourd'hui à 17:13L'Âme des Cendres
    Aller en bas
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 8 Fév - 0:23
    Sur les rives du Lac Aveugle

    << Précédemment

    18 novembre 03
    Petit matin



    Des flash de sable froid glissant sous elle et s'infiltrant dans chaque recoin de ses vêtements. Des images de lune gironde, éclatante dans un lac d'encre bleutée. De vagues fantômes qui la surplombaient. Le tout dans un magma distordu de temps sans cohérence. Voilà tout ce qui hantait la républicaine depuis sa capture. Elle ne savait pas quand elle était passé d'inconsciente à endormi mais les scènes avaient peu à peu pris les teintes absurdes et discordantes des mauvais rêves.

    Il y avait du sang. Beaucoup de sang. La Lune la fixait de ses terribles yeux bleus alors qu'une ombre aux grands yeux verts, déçue, tournait les talons dans un océan de cendres et de flammes. Une main griffue se posait sur son visage et ses griffes la lacéraient avant que les étoiles ne s'abattent sur elle en une myriade d'impacts, ravivant une douleur bien réelle...

    C'est alors qu'elle s'était réveillée en sursaut. Le visage en sueur, la respiration haletante. Chaque point de son corps qui avait reçu un éclat de phantacier, chaque cicatrice du métal maudit la vrillait d'une pointe aiguë à chaque battement précipité de son cœur. Mais en guise de hurlement et de brasier, il n'y avait qu'une pénombre bienvenue un silence que seul un vent discret venait chahuter.

    Pour une créature nocturne comme l'était la sirène, la caverne rocheuse dans laquelle elle se trouvait était claire comme le jour. Elle ne repérait aucun accès, mais baignée des couleurs bleutées et argents typiques de la nuit, elle distinguait les parois inégale d'une grotte ronde au plafond peu haut. Plusieurs anneaux métallique étaient enfoncés dans la roche tout autour d'elle, mais elle-même se trouvait à peu près au centre de la cavité. Avachie sur le sol, ses mains étaient entravées derrière elle, enchainée à un piton de pierre. Les bracelets étaient mal ajustés et la blessaient au point de pliure en plus de lui couper la circulation. Elle se redressa en grimaçant. Le cliquettement de la chaîne et le peu de jeu qui lui étaient permis lui firent frôler une autre peau.

    Même en se dévissant le cou, elle ne parvenait pas à voir qui était derrière elle. La colonne de roche était trop imposante.

    - Shan ? C'est toi ? ça va ? " souffla-t-elle, se découvrant une voix rauque et pâteuse.

    Tirant sur son épaule, elle tenta de frôler à nouveau la personne derrière elle, n'y parvenant que du bout d'une phalange tout en reposant la tête contre la pierre derrière elle. Elle soupira, la tête encore douloureuse de son sommeil forcé, épuisée de la journée précédente.

    - Je suis désolée...

    Ils n'avaient plus ni leurs affaires, ni le Masque des Morts. Personne n'était au courant du lieu où ils se trouvaient. Personne ne viendrait les aider... Et elle aurait préféré que personne ne la voit alors qu'elle allait faire face à l'une des seules choses qui la terrifiait en dehors de sa propre disparition et celle de ses proches. Malheureusement, elle avait entrainé Shan'aël dans tout ça. Elle savait qu'il ne voudrait surement pas l'entendre s'excuser, mais c'était sa faute... Les Astres lui pardonnent, elle n'avait pas prié depuis longtemps, mais là... Là elle avait vraiment besoin d'une bonne étoile.

    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 9 Fév - 22:51
    Il n’était pas resté longtemps inconscient, et pour ça, il pouvait remercier une constitution parfaite, ainsi que Rowena qui l'avait protégé du mieux qu'elle le pouvait. Il ouvrit les yeux sans vraiment constater de différence. Il faisait sombre a premier vu, tant que son regard n’était pas habitué a l'obscurité. Il était prisonnier visiblement. Depuis combien de temps cela n’était il pas arrivé ? Non.

    Est ce que ça lui était déjà arrivé tout court ?

    Il la sentit sans la voir, dans son dos. Ils étaient collés, et séparés par un pilier auquel ils étaient attachés, pouvant se frôler les doigts sans plus. Shan avait la souplesse pour toucher ceux de Rowena mais l'inverse n’était pas vrai. Et de toute façon, au vu de la sensation de froid, elle était inconsciente. Elle était dans son fameux sommeil, et il ne pouvait pas vraiment dire combien de temps elle allait remettre pour revenir parmi les vivants.

    Il sentit le sursaut quand elle fut finalement éveillée, mais ne dit pas un mot. Il n'y avait que eux et rien d'autres. Il était certain que celui qui les avait attachés la n’était pas dans les parages. Ça laissait un peu de temps pour discuter, et mettre en place une stratégie. Car il n'avait définitivement pas l'intention de passer la journée ici.

    - Je suis désolée...

    - Ne panique pas et ne cèdes pas a la tristesse, a la honte, a la colere, et encore moins au doute, ma Rowena.

    Il parvint a faire ce qu'elle n'avait pas réussit, et vint lui caresser du bout du doigt le dessus de la main,sans pouvoir la regarder. Le calme et la maîtrise qui débordaient de lui la firent sourire sans gommer sa culpabilité. Dans la pénombre, elle imaginait sans mal le regard intense qu'il devait avoir en lui parlant sur ce ton.

    - Toujours aussi maître de toi... Parfois je me demande comment tu fais.

    - Nous sommes ensemble et en vie, alors rien est perdu.

    Il parvint a quasiment prendre la main de son aimée dans la sienne, sans qu'elle voit qu'il était littéralement en train de se déboiter l'épaule en silence pour le faire. Il la serra au maximum qu'il pouvait et elle le fit en retour, plus apaisée par le contact qu'elle ne l'aurait été par tous les mots du monde. Mais ils ne pouvaient pas perdre de temps. Si Rowena ne voyait pas le passage permettant d'entrer, il faisait presque face à Shan'aël et l'un de leurs ravisseurs pouvait le remonter à tout moment.

    - Parle moi. Vraiment cette fois. Il n'y a plus le temps pour les mensonges.

    Il savait. Mais il n'avait rien dit par respect pour elle.

    - Je... ! " commença-t-elle, vive comme si elle s'apprêtait à nier. Elle s'interrompit cependant, le cœur lourd, et termina beaucoup plus doucement après quelques secondes de silence. " Je ne sais pas par quoi commencer.

    Il l'aurait bien secoué un peu. Elle ne pouvait pas sembler aussi terriblement faible. L'air d'avoir totalement baissé les bras. Non, elle devait lui montrer. Sa détermination, son envie de vivre, comme toujours. Il serra la main un bref coup, plus fort, comme pour attirer son attention.

    - Pas besoin de te perdre en détail. Dis moi qui est cette personne, puisque tu sembles la connaître, et ce qu'il te veux. Pourquoi il a semblé t'écouter une seconde avant qu'il me trucide. Qu'est ce que tu as, physiquement.

    Les informations pouvant directement influé sur leurs survies, en somme.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 9 Fév - 23:59
    Sur les rives du Lac Aveugle



    ça avait l'air si simple demandé comme ça. Elle eu un sourire jaune en pensant que même lui faire comprendre à quel point le nœud était solide n'était pas si facile et chercha le premier mot. Le premier mot était toujours le plus difficile. Le premier mot pour écrire le rapport de Sancta ne pouvait pas être plus difficile à trouver que celui là. De toute façon, il n'y avait pas de bonne façon de le dire.

    - Je ne sais pas précisément qui elles étaient. Mais leurs techniques, leur façon de combattre, leur magie... C'est... " Mon clan ? Non. Elle avait encore le droit de l'appeler comme ça ? " C'est parmi elles que je suis née. " Un éclat de rire mauvais lui échappa. " On a été capturé par mon clan de naissance et je n'ai aucune idée de la façon dont elles vont me traiter. J'ai été forcée de les quitter lorsque... quand...  "

    Le tabou mis en place par Gail était si profondément ancré dans son respect pour elle que même maintenant Rowena avait l'impression de la trahir. Le demi-elfe avait vu sa marque et elle était presque certaine qu'il en avait deviné beaucoup sans jamais rien en dire. Alors... à choisir entre le souvenir de Gail et la main de Shan dans la sienne... Elle inspira profondément. Cette fois, elle lâchait tout.

    - J'ai été capturée et réduite en esclavage pendant une chasse qui s'est mal passée, mais une fois libre, j'ai choisi de rester en République. Je ne sais pas si le fait que ce soit moi va jouer en ma faveur ou non. J'ai changé et elles sont très attachées aux traditions... et pour le reste... " Elle serra plus intensément les doigts de son compagnon. " Depuis notre arrivée à Ikuza, avant nous deux, j'ai connu plusieurs hommes. "

    De ça, elle n'avait pas honte. La légende selon laquelle les cicatrices gênaient très peu les Reikois était entièrement vrai et retrouver le regard des hommes, le plaisir de la séduction avait été un vrai petit bonheur dans ce cauchemar glissant qu'étaient ses recherches... Et puis en plus des nuits dont elle ne rougirait pas, il était plus simple de faire des erreurs avec des hommes qu'elle n'auraient pas abordé d'ordinaire en sachant que de toute façon, leurs moments seraient oubliés le lendemain. Mais que ce soit à Shan d'en supporter les conséquences, là elle s'en voulait bien davantage.

    - J'étais... Je crois... " Elle secoua la tête. " Je prends des plantes, mais ça na pas... Je suis aller voir une guérisseuse. Elle m'a donné de quoi régler le problème, mais on a découvert que mon corps ne réagit pas comme il devrait aux médecines à cause de la magie. C'est pour ça que mes plantes habituelles n'ont pas marchés. Alors elle m'a donné quelque chose de vraiment très fort pour que ça fasse effet. Ça me rend malade. ça fait deux... trois jours maintenant.


    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Ven 10 Fév - 0:01
    Il l'avait laissé parlé, et fermé les yeux a partir de la moitié, une douleur sourde dans la poitrine. Il avait su depuis longtemps, même sans les détails, et pourtant ça lui faisait mal de l'entendre. Ça le ramena aux enfants esclaves. A Cirdan et a Aelle. A lui, dans une certaine mesure. Il baissa la tête, écoutant la deuxième partie de l'histoire, et ça l'acheva. Pas pour le contenu, mais le contour. Il pouvait comprendre dans une certaine mesure. Mais de la a ne pas vouloir lui en parler. Ils auraient gagnés du temps. Il aurait pu l'aider. Il aurait comprit.

    - Je suis énervé maintenant.

    Pour toute cette histoire. Pour les mensonges qu'elle lui avait fait, les secrets gardés. Contre lui de ne pas avoir compris quelque chose qui maintenant, avec les symptômes, lui sembla évident. Contre ce clan qui traitait ainsi une des leurs comme une chienne, un animal. Une traîtresse. Alors qu'elle n'avait rien demandé. Définitivement, il ne parvenait pas a aimer les Hommes. Au sud, au nord, a l'est, a l'ouest. Tous étaient pareil.

    Il ne pourrait jamais leur pardonner.

    - Je suis désolée...

    Il relacha la main de Rowena, et se redressa, en parvenant a se mettre sur les pointes de ses pieds accroupit. Il fit tourner légèrement ses poignées, pour prendre les chaînes a pleine main. Il laissa son corps partir en avant, retenu par les liens, et commença a tirer de toute ses forces, sans rien lui dire directement.

    - Qu'est-ce que tu fais ?

    Pas de réponse, mais la tension et le cliquetis des chaines. Elle était... vidée. Elle dégluti, s'empêchant de lui demander pardon sur tous les tons et de toutes les façons possibles sans vraiment savoir si c'était à lui ou à elle-même qu'elle voulait le plus présenter ses excuses. Il lui fallu un moment pour comprendre ce qu'il faisait

    - Tu te fais mal pour rien. Ce sont des sirènes et nous sommes au milieu du désert. Même si nous nous détachons tous les deux, nous n'avons aucune chance de quitter le plateau rocheux. " souffla-t-elle juste avant que l'une des tiges métalliques ne cède sous les efforts du semi-elfe dans un craquement sourd et un nuage de poussière de roche.

    - Je...n'en peut plus...de ce monde...humm....

    Il était vraiment en train de rassembler toute ses forces pour faire céder les boucles. Qu'est ce qu'elle croyait ? Qu'il allait rester la a ne rien faire ? Décidément elle etait vraiment au fond du trou. Elle etait a la limite du pathétique. Il n'aimait pas la voir dans cet etat. Loin de tout. Loin du monde, de la vie. Même loin de lui. Comme si elle avait soudainement abandonné tout ce que en quoi elle s'etait battue pendant des mois.

    Quand l'anneau tomba sur le sol, il retrouva une plus grande liberté de mouvement, et les autres furent encore plus simple a arraché. Ils tombèrent un a un dans la poussière caverneuse, et quand il le put enfin, il se retourna vers elle, l'air grave, sombre. A bout de souffle, de nerf. Il n’était pas du tout calme comme sa voix avait pu être le relais une seconde plus tôt. Il était comme elle. A fleur de peau. Prêt a céder.

    - Si je cèdes, comme tu l'as fais il y a déjà plusieurs jours, qu'est ce qu'il nous restera ?

    - Je n'ai pas cédé. J'ai fait ce que j'ai pu.

    Elle avait siffler entre ses dents, la voix douloureuse. Que pouvait-elle bien faire d'autre ? Elle l'avait blessé... Vraiment blessé. Et loin de comprendre que c'était l’aveu sur son passé et le mensonge qui déchiraient les entrailles de Shan'aël, elle prenait l'agressivité dans sa voix comme une menace personnelle. Quelque chose de froid. De violent et de réprobateur. Elle n'arrivait pas à lever les yeux vers lui, toujours assise.

    - Des regrets ? Des doutes ? C'est comme ça que tu veux finir ?

    - Arrête. " Elle grondait comme une bête acculée. La morsure de l'injustice transformant la culpabilité en colère.

    Deux des piquets qui enfonçaient ses chaines dans la roche lâchèrent d'un coup sec sous la poigne de Shan. Juste assez pour qu'elle puisse se mettre debout. Mais elle ne le fit pas, regardant sur le côté tout en se massant les poignets. Il fallut qu'il la tire pour qu'elle se remette sur pied, face à lui.

    - Regarde moi.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Ven 10 Fév - 0:03
    Sur les rives du Lac Aveugle


    C'était beaucoup demander. Si elle croisait son regard et y voyait le pire, elle serait capable de toutes les mesquineries et l'un des deux allait vraiment craquer. Pourtant, il la prit doucement par les épaules, ses mains remontant sur son cou pour rejoindre ses deux joues. Elle posa la sienne sur la poigne dans un geste qui l'invitait mollement à la lâcher, ce qui ne l'empêcha pas de finir son geste pour prendre son visage en coupe. Son visage qu'il enserra entre ses paumes en approchant, accrochant enfin le bleu et le noir d'une façon terrible pour la jeune femme.

    - Qu'est ce que tu croyais ? Que je serais dégoûte par ta condition ? Que j'allais détourner le regard ? Tu n'as pas cru un seul instant qu'il y avait une possibilité pour que j'accepte de t'écouter les yeux dans les yeux sans perdre la considération que j'ai pour toi ?

    Elle n'avait pas besoin de répondre, l'évidence se lisait dans ses yeux : non, elle ne l'avait pas cru une seconde. Si elle avait cru qu'il avait été en colère a l'auberge, ce n’était rien a coté du bruit de son cœur battant et de son regard a moitié fou qu'il lui offrait maintenant. Il en était sur, il n'avait jamais été aussi enragé de toute sa vie. Pas vraiment a cause d'elle, et c’était sans aucun doute accentué par le stresse et la fatigue, l'intensité, qu'il redéployait maintenant.

    Elle se dégagea d'un mouvement sec et se retrouva dos à la roche, ses fers ne lui permettant pas de partir plus loin. Mâchoires serrées.

    - Arrête de me regarder comme ça, bon sang !! Il n'y aura pas de lendemains heureux. Pas de longue vie. Pas de paix !!!

    Cette fois elle avait haussé le ton, sa voix dérapait dans les aiguës en une pathétique déformation de la rage qui l'habitait quand elle perdait le contrôle. L'interruption qu'elle s'était forcé à faire, respirant à grandes inspirations forcées, ne dura qu'un instant pour repasser à une colère froide que la mélodie de sa voix rendait glaçante. Yeux dans les yeux, elle parlait bas au point d'en murmurer.

    - J'y ai cru... Par tous les cieux j'y ai vraiment cru. Qu'avec toi... Mais non. Deux semaines d'espoir, de bonheur et la vie me flanque un nouveau coup. J'ai fait ce que j'avais à faire et si je n'avais pas été faible au point de te demander de venir je serais rentrée remise ou pas du tout. Tu n'a pas ton mot à dire. C'était à moi de m'en charger. A moi seule. Te le dire, c'était au mieux te faire du mal pour rien, au pire te perdre. Alors qu'est-ce que je devrais faire d'après-toi ?
    - Accepte moi.

    Enragés, l'un face à l'autre, deux tambours discordant battaient dans leurs poitrines. Elle pâlit. L'accepter ?! Elle ne l'avait pas déjà assez fait ? Déjà assez risquer ?!

    - T'accepter ?! Je n'aurais jamais du m'attacher à toi ! A chaque fois que je pense trouver ma place, je fais une connerie ou le monde s'en charge et je perds tout ! Je savais que si je me laissais aller à m'approcher de toi, on finirait tous les deux pas souffrir. Maintenant on y est et ça se reproduira, encore et encore, jusqu'à ce que tu meurs ou qu'on soit séparer de force. Je pensais que ce serait différent mais ça recommence encore !

    Et la véritable raison de sa terreur était bien là. C'était la première fois qu'elle le formulait à voix haute et elle se retrouva sous le choc de sa propre hargne. Chaque court moment de paix qu'elle avait connu, chaque moment de plénitude qu'elle pensait atteindre s'était changé en deuil et en massacre. Derrière la colère qui paraissait dans sa voix, c'était bien le l'ombre hérissé d'un fatalisme grandissant qui parlait et que Shan'aël avait si facilement percé à jour. A ne plus avoir d'avenir, elle s'accrochait à un passé qui la rongeait de l'intérieur. Elle avait tant de fêlure que la perspective du prochain coup lui était de plus en plus difficile... D'autant plus difficile qu'il l'avait dépouillée d'une grande partie de ses défenses et de ses protections.

    Quelque chose bascula dans son regard asymétrique. Elle n'en pouvait plus. Elle essayait de tenir depuis trop longtemps pour arriver au bout du chemin. Elle était seule depuis trop longtemps pour laisser quelqu'un porter son fardeau... Elle avait sincèrement essayé, mais elle n'y arrivait pas. Là, face à lui et ses yeux verts si intenses elle se sentait simplement mise à nue et fragile. Instinctivement, ses bras s'enroulèrent autour de sa propre taille.

    - Je n'aurais pas du... Pardon... Ce n'est pas ce que je voulais dire...
    - Accepte moi. Accepte que je suis avec toi. Accepte que nous puissions affronter cette vie ensemble. N'abandonne pas.

    Il avait dit la fin presque d'un ton suppliant. Elle l'observa en silence. Déglutit. Si elle, elle abandonnait, alors qu'elle etait déjà pour lui un symbole de résilience et de courage face a l'adversité, il ne savait vraiment plus ce qui pourrait les sauver.

    D'ailleurs, elle ne pouvait pas abandonner. Sinon, elle n'aurait cherché cette guérisseuse. Elle n'aurait pas été capable de tourner le dos à des enfants réduit en esclavage pour le Masque. Elle n'aurait pas été prête à jouer les cobayes. Elle était prête à tout... Même à perdre un morceau à chaque pas. Seulement elle n'en trouvait plus qu'un auquel se cramponner pour ne pas devenir un chien fou prêt à toutes les bassesses pour survivre.

    - Je ne peux pas abandonner... Même si je tombe en miettes... Je ne sais pas moi-même de quoi je serai capable si je te perdais... Et je ne sais pas comment me reposer sur toi sans que tu finisses par étouffer sous mon poids.... Je n'aurais pas du te parler comme ça...


    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Ven 10 Fév - 19:42
    Il secoua la tête. Il ne l'avait pas coupé une seule fois. Il n'avait pas eu envie, surtout vu sa façon de craquer. Ce n’était pas le moment. Si elle pleurait, si elle finissait dans le même état qu'a l'auberge, c’était terminé de leurs chances de survies. Mais en même temps, si elle ne passait pas un cap, la, maintenant, ils n'avaient aucune chance non plus. Pire. Elle, elle n'avait aucune chance.

    - C'est exactement ce que tu voulais dire, non ?

    Elle garda le silence. Elle ne savait pas. Mais le problème n’était pas de rater, le problème est de perdre l'envie d'essayer. Pour lui tout tournait autour de ça. Il leva le bras et le passa sur la joue pour lui remonter le visage droit afin de pouvoir la regarder encore. Il n'y aurait rien si le lien était brisé.

    - Personne ne te demande de laisser a quelqu'un le soin de décider a ta place. Mais tu n'es pas obligée de porter tous tes fardeaux seules. Et l'inverse est également vrai.

    - C'est facile à dire. Beaucoup plus difficile à faire, pour moi.

    Elle reprenait lentement un peu de calme. Le plus épineux était sorti et Shan était toujours là. Il retira sa main et recula, se tournant vers le dernier lien qui l'unissait au mur. Il ne pourrait pas retirer les chaînes de ses poignets aussi facilement que les piquets du mur, mais au moins ils auraient un minimum d'espace vitale pour respirer.

    - Tu n'as pas a décider pour moi si c'est trop dangereux ou non d’être a tes cotés. Tu n'as pas réfléchis une seule seconde a la façon dont tu aurais réagit si cela avait été l'inverse. Si tu t'etais rendu compte un matin que je te mentais sur beaucoup de choses importantes, vitales. Et que je disparaissais tout a coup en te bredouillant un vague « je vais m'en occuper seule ».

    Ses efforts laissèrent quelques secondes à Rowena pour assimiler ses mots. Elle se serait sentie inutile, mais surtout, elle aurait eu peur pour lui. Elle aurait préféré savoir le pire plutôt que d'être éloignée comme elle l'avait éloigné elle. Les raisons pour lesquelles elle avait vraiment agi comme elle l'avait fait lui semblaient de plus en plus évidentes. Peur. Contrôle. Manque de confiance... Elle les détestait sans exception.

    Lui, se retourna ensuite vers les liens qui obstruaient encore les mouvements de Rowena, tirant tout en parlant. Il semblait avoir lu dans ses pensées, comme toujours, et les cliquetis du métal ponctuaient ses phrases.

    - Moi aussi j'ai peur. De beaucoup de choses. Des choses importantes et sans doute des choses stupides. Mais la chose qui me fait le plus peur, c'est qu'un matin tu me dise que finalement tu as changé d'avis, que tu n'as plus envie de passer du temps avec moi et que tu t'en aille sans rien dire de plus. Parce que je n'en vaux pas la peine. Ca, ça me terrifie.

    Deux yeux asymétriques se posèrent sur son profile. Qu'elle en soit capable la terrifiait aussi... Il acheva de la libérer a son tour, les laissant tous les deux avec les liens reliés aux chaînes perdues sur le sol.

    Il se détourna d'elle et s'éloigna un peu. Il n'y avait plus grand chose a dire et en rajouter n'aurait pas eu un effet bénéfique. Elle avait a peu prêt le contour de ce qu'il avait sur le cœur. Et il avait toujours l'air énervée.

    - La chose qui m'énerve le plus, c'est qu'elles puissent te traiter de la sorte. Une sœur, une fille. Une cousine. C'est ta famille. Il n'y a pas pire pour moi.

    Un membre d'une famille qui en maltraite voir qui en tue un autre, ca le ramenait a trop de souvenir, c'etait le comble du déshonneur et de l'infamie. En en parlant, on aurait presque dit qu'une sorte d'aura rouge s'échappait de lui. Il serra les poings.

    - Je ne laisserai pas ça arriver.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Ven 10 Fév - 20:52
    Sur les rives du Lac Aveugle



    - Celles qui nous ont enlevé étaient jeunes. Elles ne m'ont probablement jamais connues... Mais c'est vrai... J'aurais été capable de subir beaucoup en leur donnant raison.

    Que dire de plus ? Elle n'était pas partie par choix et elle savait que les membres de son clan ne comprendraient pas ce qu'elle avait trouvé au monde extérieur. Pour cela, il aurait fallu le vivre, le voir, le sentir. Elle n'était pas en paix avec les dieux et elle n'était pas en paix avec les traditions du désert. Le temps en avait embellit certaines et enlaidi d'autre. La réalité avait des chances d'être encore différente. ... Mais jamais elle n'avait imaginé que son clan puisse l'acceptée telle qu'elle était devenue. C'était très peu probable, il fallait être lucide, mais la question était davantage, à quel point elle voulait se compromettre pour retrouver l'estime de personnes qu'elle n'avait pas vu depuis plus de vingt ans ?

    - Shan... " souffla-t-elle après un temps.

    Ils avaient parlé en peux de mots, mais de choses bien plus profondes. Ce qu'il lui avait mis sous les yeux par ces mots demandaient des actes et paradoxalement, ces actes commençaient par des mots.

    - Je ne les laisserai pas nous faire du mal non plus. Je sais que nous ne pourrons pas forcément nous en tirer sans faire couler le sang. Tu l'as dis... Ils ont été ma famille et même si je les ai abandonné, je les aime encore. Mais je ne te laisserai pas tomber.

    Maladroitement, elle tentait de partager, de se projeter au lieu de rester bloquer. De dire, ce qu'elle n'avait jamais dit sans se laisser emporter. Elle regardait le dos de Shan'aël

    Il se retourna, quand elle fit un pas vers lui. Il attendait ça. Qu'enfin elle se décide a arrêter de reculer. Elle n'avait peut être pas réalisé, mais a chaque fois qu'il s’était approché, elle s’était éloigné, de façon instinctive. Cette fois c’était elle qui avait fait ce premier pas et c’était tout ce dont il avait besoin pour passer a la suite. Il s'accroupit et commença a rassembler les deux chaînes reliés a ses bras. Il avait clairement l'intention de les utiliser comme des armes.  

    - Tu n'as abandonné personne. Cela n'a rien a voir avec toi. Tu n'as rien choisi. Ne te tourmente pas.

    - Je ne me tourmente pas... Pas trop. J'ai vraiment choisi de ne pas revenir.

    Il resta silencieux un petit moment. Il ne savait pas, mais dans un sens, il pouvait comprendre. Il savait ce que ca faisait d'etre loin d'un endroit, et au fur et a mesure du temps, avoir de plus en plus de crainte d'y revenir.

    - Mais ton départ n’était pas de ton fait. Les choses sont comme elles sont.
    - Je sais, mais ça ne rend pas ma présente ici plus claire. " Elle soupira plus franchement, étrangement plus légère que quelques instants auparavant, comme le plomb qui l'attirait au fond du gouffre avait inexplicablement lâché, où du moins s'était allégé.

    Plutôt que de venir jusqu'à lui, incertaine de sa réaction, elle s'était éloignée vers le mur ou se trouvait encore d'autres anneaux pour les caresser du bout des doigts. En vingt ans, certaines choses n'avaient pas changées.... Mais la dernière fois, ce n'était pas elle qui portait les fers.

    - Je ne me plaint pas... plus. " Elle lui coula un regard d'excuse sur le côté. " Je dis juste que c'est difficile de m'imaginer me dresser contre elles. J'ai pensé plusieurs fois à revenir, mais je n'ai jamais pu...

    Le bas du dos appuyé sur le mur à deux pas de son compagnon, elle enroulait avec précaution les chaines autour de ses bras, comme les cannons d'une armure.

    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Ven 10 Fév - 20:58
    - Tu veux un secret ? " Elle releva les yeux à la voix un peu hésitante de Shan. Il semblait moins tendu, moins en colère... Et cela faisait du bien à entendre. Elle acquiesça. " Je n'en ai parlé a personne, je crois que même moi j'ai du mal a y penser, à me le dire a moi-même.

    Il se passa la main derrière la nuque et elle cessa carrément son geste pour lui accorder toute son attention.

    - J'ai visité tous le Sekai... sauf le nord du Reike. Melorn. Pour une seule raison. J'ai toujours crains d'aller la ou sont mes racines. C'est ridicule, personne ne me connait la bas. Mais je n'y arrive pas.

    Il repensa a la vieille elfe et a son expression en le regardant, et détourna le visage pour masquer le fait qu'il avait pali un peu. Rowena y avait pensé aussi mais surtout concernant la flûte. Elle n'avait pas été atteinte par le dégoût ou le choc. Elle ne prononça pas un mot, retenant le geste qu'elle avait envie de faire pour lui assurer son soutien, ne sachant comment il le prendrait après tout ça. C'etait pour ce regard envers lui, notamment, que Shan avait toujours eu peur d'y aller, meme inconsciemment. Parce que si il avait été a leurs place, il etait certain qu'il aurait eu la meme réaction.

    - Je vois ce que tu veux dire... mieux que je ne le voudrais.

    Il se retourna pour qu'elle puisse le voir de fasse. Autour d'un de ses bras, il avait enrouler la chaîne, comme pour en faire un poing américain. De l'autre, il allait l'utiliser comme une liane, comme un fouet. Il avait la force pour. Le problème serait les liens a ses pieds, faisant un bruit du tonnerre et entravant la fluidité de ses mouvements.

    - Tu dois me dire si tu penses avoir une chance de nous en sortir en un seul morceau par la force. Si tu as des doutes, alors il vaux mieux directement forcer le passage. Tu as les moyens de protéger mon esprit, et je protégerais ton corps.

    - Nous en sortir oui, sans dommage c'est une autre pair de manche. ça plus le fait que nous nous trouvons au milieu du désert au début de la journée, sans eau ni nourriture. Sans compter que je n'aurais pas la moindre chance de m'expliquer.

    Il avait toute confiance en elle et en ses capacités. La question etait morale, et ce qu'elle voulait en faire. Pas ce qu'elle pouvait. Visiblement, elle était plutôt d'accord avec lui sur ce point, mais forcer le passage lui restait difficile.

    - Si tu me dis que tu veux essayer le dialogue, alors soit.

    - Je préfères.

    - Je ferais semblant de ne pas comprendre vos paroles, et tu parlementera.

    - Inutile. Le fait que tu comprennes ne les gênera pas, au contraire. Elles auront de l'estime pour toi, sans doute même plus que pour moi.

    - Mais a la seconde ou j'aurais le moindre doute sur le prochain mouvement qu'elles feront, j'attaquerais. Il n'y aura pas de reflexion. Nos vies...ta vie est trop importante.

    Elle se remit sur pied en soufflant, et bras gauche enlacé jusqu'au coude par l'épaisse chaîne vint se poser timidement sur l'épaule du jeune homme.

    - Nos vies. " corrigea-t-elle avers son premier sourire depuis leur entrevue avec Phinéas. Pas très grandiose comme sourire, mais il avait au moins le mérite d'exister. Elle restait proche, simplement, sans le lâcher des yeux. " S'il te plait, ne les tue que si nous n'avons vraiment pas le choix. ça n'a plus vraiment d'importance... enfin je pense que ça pourrait en avoir pour toi, alors je préfère te dire. Quand je suis parti, j'étais...

    Des bruits de pas vinrent taquiner l'oreille de Shan le long du couloir d'accès.

    Il avait entendu, mais ca ne servait a rien de se préparer a quoi que ce soit. Elle voulait parler, alors ils allaient parler. Il resta immobile, écoutant toujours.

    - Elles arrivent. Tu étais quoi ?

    - Mariée.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Ven 10 Fév - 21:00
    Sur les rives du Lac Aveugle



    Elle n'eut le temps de prononcer que ce mot avant qu'une haut silhouette vêtue de blanc n'arrive dans l'encadrement du passage et se stop, adoptant par réflexe une position de combat, basse sur ses appuis. Le visage masqué par le pan du turban qui lui couvrait la tête, il n'y avait que ses yeux d'un bleu pâle de visible, entouré de ce qu'on devinait être le bord d'une peinture faciale. Elle s'attendait probablement à les voir attaquer car elle s'était mis en posture de défense. Derrière elle, on devinait une autre silhouette qui avait également réagi au quart de tour.

    - Attendez, je ne veux pas faire couler le sang ! " siffla Rowena en s'écartant d'un pas pour se placer à moitié entre elles et son compagnon. Elle était repassé au shierak et les deux visiteuses se redressèrent prudemment. Enfin la première se redressa, la seconde restait bien plus sur le qui-vive.

    - Tu tends une main et tu arme l'autre... Peut-être qu'il reste un peu de la femme que j'ai connu.

    Cette voix... Rowena plissa les paupières et ses épaules retombèrent d'un cran, juste avant que la femme ôte son voile. Peau pâle. Peintures bleus. Cheveux blancs et mâchoire dessinée. Elle avait indubitablement un air de famille avec la républicaine.

    - Si tu es encore un peu des nôtres, comporte toi comme il se doit.

    La voix était sévère, peu aimable, mais pas agressive. Elle possédait d'ailleurs cette étrange texture mélodieuse que celle de Rowena avec sa façon d'adoucir son timbre quels que soient ses mots.

    Rowena lança un coup d'oeil à Shan et revint en un instant à son côté pour lui tendre ostensiblement la main. Puis, qu'il se soit décider à lâcher l'une de ses chaines pour la lui donner ou non, elle inclina la tête en traçant un cercle barré du bout du pouce sur son propre front.

    - C'est humblement que je te présente ma famille, Jalan'Lajak.
    - Ne me prend pas pour une idiote. Les chasseuses vous ont ramené contre ta volonté. Vingt ans et tu réapparais entourée d'étrangers et sans Kazan.

    Rowena se raidit à nouveau et son premier instinct fut de courber l'échine. Si Shan ne l'avait pas convaincue qu'elle n'avait pas à le faire pour avoir droit au respect de sa famille, elle l'aurait sans doute fait, mais les choses avaient changées, rien qu'un peu.

    - Kazan a été pris en même temps que moi par les reikois. Je ne sais pas ce qu'il est devenu et j'ai fini par refaire ma vie ailleurs. Mais cela ne m'empêche pas de me présenter à toi avec respect.

    Un silence lourd tomba entre les deux femmes. Le regard de la femme du désert s'était fait encore plus dur, mais elle se tourna finalement vers son hôte le moins bavard.

    - Toi. Tu dois faire parti de cet "ailleurs" qui a empêché Tin'Hinan de revenir. Comment t'appelles-tu ?

    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Ven 10 Fév - 21:01
    Elle pu le sentir se raidir légèrement, mais pas fléchir. Mariée, ca ne l'étonnait pas tant que ça. Elle lui avait parlé de son précédent compagnon, et voilà qu'un autre venait aussi d’apparaître. Décidément, elle n'avait pas une vie banale. Mais vu son air, il n’était pas tout a fait sur que ce mariage ai eu la même signification qu'elle avait pu donner a parlementaire de la République. De toute manière, ce n’était plus le moment d'en parler, et il avait l'impression qu'il allait bientôt en apprendre d'avantage, de toute manière.

    De la même manière qu'il avait eu beaucoup de sensation diverses, et il eu la même impression en voyant celle qu'il devinait comme étant un membre de la famille de son amie. Sa mere, ou sa tante peut etre. Ou une grande sœur ? Au vu de l'autorité avec laquelle elle venait de s'adresser a elle, il n'avait aucun doute de la relation de dominance qu'elle devait avoir sur Rowena. Tout du moins, a l'époque.

    Kazan devait être le nom de ce fameux mari. Prit avec elle par les reikois. Les années, puis les siècles se suivaient, et se ressemblaient. Il ne pu s’empêcher d'essayer d'imaginer vaguement a quoi pouvait bien ressembler une personne ayant prit Rowena pour femme. Ou plutôt, ayant prit Tin'Hinan. C’était la semaine des retrouvailles familiales ou des révélations, après la sienne de la veille.

    Il lâcha le « fouet », qui tomba lourdement sur le sol dans un bruit métallique et la suivit, en lui prenant la main. Elle n’était pas aussi intimidée qu'il l'avait prédit, et il était bien content d'avoir eu cette conversation avec elle, juste avant. Autrement, elle aurait sans doute terminée a genoux, la tête contre le sol, en signe de reddition absolue. Ils n’étaient pas en position de faiblesse, du point de vu Shan.

    A vrai dire, si Rowena pouvait le protéger, ils avaient même l'effet de surprise potentielle. Il imagina un bref instant trois ou quatre approches différentes pour abattre les deux opposantes potentiels, et les garda dans un coin de sa tête au même instant ou il s’arrêta d'avancer selon les mouvement de la sirène.

    Elle lui parla directement, et en cela, il fut légèrement surpris. Dans nombre de clan, il n'y avait absolument aucune considération pour les prisonniers. Mais elle venait du dit clan et la différence venait peut être de la.

    - Je...

    Il avait commencé sa phrase, dans le même langage que les trois autres, quand une idée lui passa soudainement en tête. Une réalisation. Toute la scène précédente venait de lui passer dans l'esprit. De la veille. De l'attaque. Le masque sur le sol. La magicienne morte. Le guerrier tout aussi inconscient que lui. Aucune chance que la vieille ai fait demi tour...alors le masque devait être en possession de...

    - Je suis Shan'ael. Shan. Juste Shan.

    Il était en retrait, un pas derrière elle, malgré leurs mains toujours liées, qu'il serra très légèrement. Il fixait celle qu'il envisageait comme étant la matriarche actuelle. Ou en tout cas l'une des hautes sommités. Il hésita a dire autre chose mais il n'avait pas vraiment envie, et de toute maniere, dire n'importe quoi pouvait valoir plus de complication qu'autre chose.

    Elle gérait.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Ven 10 Fév - 22:53
    Sur les rives du Lac Aveugle


    Les retrouvailles étaient si simple que Rowena en restait quelque peu circonspecte. Elle était là, face aux fantômes de son passé et il n'y avait pas de cris, pas de sang, pas de promesse de damnation éternelle ni de menaces de mort. Quand Hoyat s'était tournée vers Shan, elle avait arrêté de respirer, mais là encore, les choses s'étaient passées calmement. Elle l'avait observé un moment, jaugé pendant qu'il soutenait son regard, avant de finalement acquiescer d'un air moins désapprobateur que la républicaine ne l'aurait cru. C'était moins extrême que tout ce à quoi Rowena s'était attendu. Rejet, amour ou dégoût, elle n'avait pas un instant imaginé que cela puisse avoir lieu dans cette normalité.

    Elle avait l'impression de revenir d'une chasse infructueuse, d'une sortie de quelques jours durant laquelle elle avait fait une bêtise. Elle avait connu la Gardienne bien plus terrible qu'elle ne l'était maintenant, même face aux membres de son clan. Les Zasqa n'étaient pas des tendres, que ce soit lors de leurs attaques ou dans l'organisation de leur clan.

    -Tin'Hinan. " souffla-t-elle en revenant au sujet principal de son interrogatoire. " Tu ne l'as pas choisi, mais maintenant que la Lune t'a ramenée parmi nous, est-ce que tu compte rester ?

    Alors là... Elle ne s'y attendait pas. L'incrédulité et la surprise devaient se lire facilement sur ses traits alors que sa main devenait toute molle dans celle de Shan. La réponse était simple pourtant, elle avait éclos sans effort dans son esprit et son compagnon la connaissait assez pour savoir ce qu'elle voulait... Si elle avait choisi de ne pas revenir vingt ans auparavant ce n'était pas sans raison. Elle avait trop élargi ses horizons pour les réduire de nouveau.

    Sa main glissa hors de celle de Shan et elle avança d'un pas. Si elle se mettait à s'expliquer, elle aurait eu l'impression de se justifier. Elle ne parviendrait pas à trouver les mots justes, pas avec Shan à côté et tout ce qui lui tournait dans l'esprit. Alors, bien que ses sentiments soient beaucoup plus complexes, elle ne pouvait opposer aux yeux bleus qu'une réponse monolithique.

    - Non.
    - ... Très bien. Suivez moi. Vous devez partir.
    - Maintenant ?
    - Les étrangers n'ont rien à faire ici.

    Le couperet tombe, ponctué d'un regard avant qu'elle ne se détourne pour retourner vers le tunnel d'accès. Rowena baissa la tête et ne répondit rien, lui emboitant le pas en ne jetant qu'un vague coup d’œil à l'autre femme enturbannée et voilée qui ferma la marche derrière eux. Au fur et à mesure qu'ils avançaient, le point lumineux de l'extérieur évitait à Shan de trébucher. Ils étaient presque au bout lorsque la Républicaine se risqua à nouveau à parler. C'était trop pressant, elle ne voulait pas disparaitre avec ces questions sur la conscience.

    - Je pourrais au moins savoir comment vont mes soeurs ? Et Ismet ?
    - Nous te croyons morte. Ismet a épousé Sihin.
    - Je vois... Tant mieux. Et je ne peux pas les voir ? Vingt ans d'absence et c'est tout ce à quoi j'ai le droit ? "
    - N'en demande pas trop. Tu as de la chance que Tila soit venu me chercher moi.

    Elle leur lança à tous les deux un regard par dessus son épaule avant de leur faire signe de s'arrêter, au moment même où Rowena allait insister. La femme du désert s'approcha seule de la sortie, sur la pointe des pieds. Elle guettait quelque chose... Et cela sonna une clochette dans l'esprit de la fille prodigue. Plusieurs pièces s'emboitèrent d'un seul coup. Elle lança un regard intense et sérieux à Shan, le genre qu'elle lui avait déjà lancé un peu avant l'action pour prendre la température.

    - Qu'est-ce qui se passe, ici ?
    - Ce n'est pas ton problème. Le clan a toujours régler seul ses affaires. Je vais libérer votre cheval et vous vous éloignerez le plus rapidement possible. Tu connais leur champ d'action.

    Shan risquait de ne pas aimer, mais elle devait savoir... Dans un raclement de chaînes, elle combla l'écart entre elle et son ancien mentor pour poser la main sur son bras.

    -  Hoyat... Je t'en prie. Tu ne nous enlève pas nos chaines, tu nous fais sortir en douce. Tu agis contre l'approbation du Choeur malgré ton rang et une chasseuse t'accompagne, donc ce n'est pas uniquement personnel... Raconte moi.

    La femme sembla hésiter un moment. Derrière Shan, l'autre ne donnait aucun signe d'empressement mais aucun signe de détente non plus. Il pouvait la sentir tendue, prête à agir au moindre signe d'agression, mais surement pas à bondir vue sa posture.

    - Les temps ont changés, Jalina... Le désert rapetisse et nous payons le prix de notre liberté. " Pour la première fois, elle esquissa un sourire fier qui la fit beaucoup ressembler à Rowena avec quelques rides de plus. " S'il reste la moindre once de celle que j'ai connu, je sais que renoncer te sera difficile, mais tu ne peux rien pour nous. Il n'y a plus rien pour toi, ici.

    Les deux femmes s'affrontèrent du regard, face à face. La républicaine avait l'impression diffuse qu'elle était en train de vivre des adieux et  que le sol se dérobait une fois de plus sous ses pas. Elle avait connu bien trop de batailles perdues d'avance pour ne pas en voir les prémisses... Le besoin de savoir la rongeait autant que l'envie de fermer les yeux. Une émotion vive passait les barrières mises à terre par les pertes successives mais elle ravala ses larmes et serra les poings.

    Parmi les raisons pour lesquelles elle n'avait pas voulu chercher son clan, Tensai faisait parti des plus inquiétantes. Elle avait quitté le désert avant son arrivée et depuis son accession au trône, il ratissait toujours plus loin pour asservir ou exterminer les peuples qui lui résistaient. Que ce soient les clans du désert de sable, des plaines de roches, des jungles, des forêts froides, des steppes ou des montagnes, cela revenait au même et les Zasqa étaient trop au centre de l'empire pour avoir pu totalement y échapper. Dans les mots de cette femme revenue d'un autre temps, elle sentait les changements politiques qui pesaient de plus en plus lourd sur ces prédateurs aux traditions plurimillénaires. Elle sentait la lame de fond de tout ce qui avait eu lieu ces dernières années qui les rattrapaient jusqu'au fond du désert et elle ne pouvait en effet rien y faire... Et voulait de moins en moins savoir.

    Incapable de répondre, elle secoua la tête de droite à gauche et ce fut cette fois Hoyat qui posa une main sur son épaule, puis plus franchement à l'arrière de sa tête pour la pencher vers elle et poser son front contre le haut de son crâne.

    - Je t'en prie, pars. Fait perdurer un peu de nous loin d'ici. " L'étreinte ne dura qu'un instant. La chasseresse les rappela à l'ordre et au peu de temps qu'ils avaient. " Venez. Longez la paroi ver l'ouest. Tila va vous montrer. Je m'occupe de votre jument.
    - Et notre équipement ?
    - Ne rêve pas...  " La main de Rowena s'abattit sur le bras de son aînée.
    - Sur les lieux, il y avait une sacoche avec un masque ancien à l'intérieur. Et peut-être une flûte avec. Étrange, les trous sur le côté. J'en ai besoin. C'est vital.
    - Je verrai ce que je peux faire.

    D'un pas assuré, elle quitta la sécurité relative du boyaux, bifurquant vers les cavernes qui se trouvaient tout de suite à droite alors que Tila les entraina le long du piton rocheux vers la gauche, pour en faire partiellement le tour.

    Dehors, ils longèrent la paroi verticale sur une corniche étroite dans le jour naissant. Les chaines ne les aidaient pas à être discrets et elles pesaient aussi lourd sur leur équilibre, surtout celui de Rowena pour qui elles représentaient un poids non négligeable avec lequel marcher. Soudain, Tila les poussa dans une anfractuosité. Plus loin, une autre silhouette se découpait et une voix interpela la chasseresse qui lui répondit d'un signe de la main. A voix basse, elle souffla aux deux fuyard de poursuivre le long de la faille dans laquelle elle les avait poussé  jusqu'à atteindre le sable puis de suivre la roche à leur main droite jusqu'à sortir du dédale rocheux. Puis elle partie vers sa consœur rentrée plus tard que prévu, sans savoir que de l'autre côté, là ou la faille les ramènerait sur le sable, un petit groupe de deux chasseuse et un chasseur s'était attardé pour parler jusqu'aux premiers rayons du soleil.

    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 11 Fév - 0:30
    Il n'avait pas bougé, il n'avait pas parlé de toute la scene, suivant le mouvement. Aussi bien quand elle le fixa du regard, le jaugeant, que lors des dialogues entre elle et Rowena. Pendant un instant, cependant, il avait vraiment cru qu'elle allait hésiter. Revenir ici, chez elle. Non, ce n’était plus chez elle. Plus seulement. Et il était clair qu'ils n’étaient pas les bienvenus.

    Mais ça c’était passé bien mieux que ce qu'il avait cru de base. Il s’était vraiment attendu a devoir se défendre. D'ailleurs, il avait su en croisant le regard de la plus âgée qu'elle avait également sentis toute sa détermination martiale s'échapper de ses mouvements, de son regard. Il l'avait retenu au maximum, mais on ne pouvait pas le cacher entièrement a certaine personne.

    Il reconnaissait la façon d’être des clans du désert, qu'il détestait. Pas tant par leurs façons de vivre que leurs façons d’être. Il avait vite compris les sous entendus. Ils étaient sur la corde raide. Les prochains sur une liste trop longue pour etre énuméré. Ils auraient du partir. Survivre. Mais sans aucun doute que des coutumes aussi idiotes qu'ancestrales les empêchaient de quitter le berceau de leur existences.

    Quand elles se saluèrent, il sentit sa gorge se nouer légèrement. Par envie, notamment. Il s'imagina retrouver un membre de sa famille ainsi. Et repensa encore a l'elfe. Il irait a sa recherche, elle n’était pas morte dans le désert. Ce n’était pas une femme pouvant ainsi perdre la vie aussi aisément.
    Et bientôt vint le moment ou elle se prépara a s'éloigner, quand elle le fit, Shan se racla légérement la gorge.

    - Ton royaume est ton peuple, ton peuple peut être dans n'importe quel lieu. Pars en paix.

    Il soupira, sans vraiment savoir si ses mots auraient un quelconque impact. IL suivi aisément la chasseuse, et aurait sans doute pu la dépasser si l'endroit n'etait pas aussi étroit et qu'il ne gardait pas un œil sur Rowena. Quand ils furent finalement seul, il la prit par le bras et l’entraîna vers la sortie, vers le désert.

    - Tu es certaine que c'est la meilleure décision possible ?

    Il ne voulait pas revenir totalement en arrière sur ses propos précédents, et ils n'avaient de toute manière pas grand espoir de faire quoi que ce soit actuellement. Mais il devait quand même lui demander. Il le lui avait déjà dit, pire que l’échec, le regret était la mort qui ronge.

    - ...Il y a du monde plus loin. Nous devrions faire attention.

    Il s’arrêta bien avant, pour pouvoir parler encore un instant sans être entendu. Il la fixa, en serrant son bras. Elle allait a nouveau mettre toute sa famille, sa première famille, derrière elle. Et elle n'avait absolument pas l'air d’être convaincue que c’était la meilleure solution. Mais il n’était pas capable actuellement de lui en proposer une meilleure.

    - ...Mais de toute maniere, la meilleure chose a faire est de commencer par partir d'ici. Nous sommes dans etat trop lamentable pour parvenir a quoi que ce soit.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 12 Fév - 15:22
    Sur les rives du Lac Aveugle


    Aux mots de Shan, Hoyalat tiqua. Le regard qu'elle lui adressa était sombre et particulièrement venimeux, mais elle ne prononça pas un mot. L'expérience lui avait apprit que certaines situations ne devaient pas être envenimées. Qu'ils se comprennent ou non n'avait aucune importance et ne valait pas la peine... En tout cas aux yeux de la plus âgée car Rowena adressa un air crispé à son compagnon.

    - Je t'expliquerai.

    Lorsque la chasseuse les quitta, la sirène pris également quelques instants pour respirer. Une faiblesse, ou peut-être uniquement la fatigue. Les ombres jouaient sur la roche brune et rouge sans les atteindre. Failles naturelles accommodées par des siècles d’habitation, la lumière du jour n'atteignait jamais directement le sol, y gardant une chaleur supportable.

    Le bruit de leurs chaines se répercutaient à chaque pas sur le sol inégal et les parois à vif. Ils ne portaient que leurs vêtements les plus près du corps, aussi, elle ne pouvait même pas utiliser le pan d'une cape pour que le métal se fasse plus silencieux... Et déchirer le vêtements resserré au niveau des bras et des jambes reviendrait à créer encore plus de problèmes une fois dans le désert. S'ils ne faisaient pas de mauvaise rencontre, ils leur faudrait tout de même quelques heures pour rejoindre une route et encore davantage pour trouver une ville.

    Elle s'efforça de suivre Shan le plus silencieusement possible. Sa question lui fit serrer les dents.

    - Bien sûr que non.

    Devoir partir maintenant, en ayant retrouver son clan en proie à des troubles internes suffisant que que quelqu'un comme Hoyalat cache des choses au Chœur. Découvrir qu'Ismet était vivant sans pouvoir lui demander pardon. Savoir que Sihin la haïssait... Et que Kazan n'était jamais revenu lui non plus.

    - Il se passe des choses anormales. J'ai envie de hurler rien qu'à l'idée de partir maintenant sans pouvoir donner ma version, sans faire la paix avec tout ça. J'ai l'impression qu'on me crève le vendre à coup de dague. Mais on ne peut pas rester.

    Elle soutint le regard de Shan, posa sa main sur celle qu'il gardait sur son bras, l'air féroce. Ce n'était pas contre lui et elle ne craquerait pas une fois de plus. C'était seulement une pierre de plus qui alourdissait l'ardoise du titan qui l'avait poussé à être comme ça. Et c'était également une marque au fer rouge dans sa mémoire, du sel sur une plaie qu'elle avait fait oublié sans jamais la soigner.

    - C'est ça. Laisse moi m'accrocher à l'idée que je pourrais revenir et je ne me retournerai pas. " souffla-t-elle. Au fond de ses yeux, l'envie prégnante de l'embrasser se battait fermement avec le désir viscéral de frapper quelqu'un dans le but de s'apaiser. Elle lâcha sa main et passa en avant dans l'espace restreint pour s'approcher prudemment en sondant magiquement les alentour tout en faisant confiance à son oeil blessé. Quatre silhouette luisantes en groupe derrière la paroi. Pas de magie mais trois aura distinctes. C'était... Oh... Le quatrième devait être un fantôme ? C'était la première fois qu'elle percevait l'âme d'un non vivant. Peut-être que son travail avec Aelle avait renforcé certaines capacités.

    - Ils sont trois. Sur la droite. " souffla-t-elle à l'oreille de son compagnon. " Je ne vois pas comment passer facilement.

    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 12 Fév - 16:10
    Comme prévu les émotions continuaient de se déchaîner chez sa partenaire. Il n'avait pas vraiment le choix que d’être son catalyseur encore un peu de temps. Quelques minutes ou quelques heures, le temps de quitter l'endroit, s'éloigner du désert, s'éloigner de toute la folie des derniers jours. Ou bien...

    Si elle voulait toujours, il pouvait bien l’être pour le restant de ses jours.

    Il soupira et la regarda s'éloigner un peu plus loin, alors qu'elle allait vérifier ce qu'il venait de donner comme indication. Il avait le cœur assez lourd également. Il n'avait pas d'attache particulière ici, contrairement a elle. Mais il était du genre a prendre a cœur la vie des gens. Il était un peu hypersensible au final, un état provoqué par son enfance, par sa vie. Résultant de ce fait, il faisait toujours l'impossible, et bien plus que demandé pour les gens.

    Ou alors il était juste né comme ça.

    Le fait que ce soit lié a elle n'arrangeait rien. Il sentait au plus profond de son ventre les émotions qui pouvaient la traverser a cet instant. Il avait beaucoup parlé depuis la veille, mais il s'etait forcé la plupart du temps. Par envie de l'aider et par besoin de faire avancer la situation. Le Shan habituel n'aurait pas dit le quart de tous ce qu'il avait pu lui lancer comme phrases, comme informations. Mais c’était peut être pour le mieux, finalement. Il avait eu l'occasion, ainsi, de lui révéler ses émotions. Sans ça, il aurait peut etre tout gardé a l'intérieur.

    Libéré de cette pensé, il l'a rattrapa jusqu'au bord de l'emplacement ou elle parvenait a voir les trois personnes. Il se pencha derrière elle et murmura doucement dans son oreille, a peine assez fort pour qu'elle entende et bien loin des oreilles des trois gardiens a mettre hors d’état de nuire.

    - Ce n'est pas une idée. C'est un objectif. Nous reviendrons.

    Les trois semblaient ne pas avoir le moins du monde conscience de ce qui venait de se jouer a l'intérieur. Ils ne savaient peut être même pas que des étrangers avaient été capturés. Et que parmi eux, l'un des deux n’était pas du tout quelqu'un de l’extérieur. Plutôt l'inverse, en fait. Impossible de passer discrètement avec les chaînes. Il fallait les assommer.

    - Je vais m'occuper des deux a droite si cela te conviens. A mon signal, fonce sur celui de gauche, ou utilise ta magie. Enfin, fais comme tu veux.

    Celui de gauche etait le plus proche, il avait prit ça en compte. Plus proche de la zone d'attaque de la magie de Rowena, plus simple a atteindre physiquement. Elle était moins rapide que lui, et plus géné par les chaines. Mais il n’était pas capable de s'occuper des trois sans que l'un d'eux n'ai le temps de réagir. Deux, c’était faisable.

    Il se pencha et ramassa une roche de la taille de sa main et évalua la force qu'il pouvait mettre dedans en lançant. Impossible de mettre toute sa force avec la chaine, mais c’était pour le mieux. Il ne voulait tuer personne. Un traumatisme crânien tout au plus, ne serait pas trop préjudiciable.

    Il la dépassa lentement, mais sans sortir du couvert, et la fixa dans les yeux en évaluant a quel point son idée était une bonne ou une mauvaise. Si jamais elle se retrouvait tétanisé, incapable de lever la main sur eux, ca pouvait tourner au drame. Mais il était prêt a intervenir et a faire tout son possible. Désormais, il savait qu'ils avaient un minimum d'alliés a l'intérieur. Des gens capables de faire un minimum pour la protéger elle. Ils étaient en train de l'aider a s'enfuir après tout.

    Si ils parvenait a passer, la sirène devait se trouver non loin derrière avec une monture de prêté. Kelpie ou celle de Shan. Peut importe. Mais il faudrait etre rapide. Passer le désert pour retrouver la ville la plus proche, se débarrasser des chaînes. Boire et manger. Se reposer. Et après, ils verraient.

    Dés qu'il fut sur de sa réaction a elle, il leva le bras, et lança. La pierre suivit une trajectoire haute, parfaite, et fracassa la tête de celui le plus éloigné dans un bruit sourd, le laissant s’effondrer dans le sable sans bruit. Il y était aller un peu plus fort que voulu, mais c’était difficile d'évaluer sa force avec la chaîne. Il espérait que le jeune chasseur s'en remettrait.

    Les deux autres sursautèrent, et se redressèrent sur leurs pieds. Celui de droite n'eut pas le temps de crier. Une chaîne se referma autour de sa gorge et l’entraîna dans une chute en arrière. Shan, allongé sur le sol, lui emprisonna les jambes avec ses talons, et serra jusqu'à le laisser tomber dans l'inconscience.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 12 Fév - 16:50
    Sur les rives du Lac Aveugle


    Un frisson lui remonta du bas du dos au haut de crâne sous l'effet de la voix mélodieuse qui venait de lui faire une promesse. Rowena avait toujours été d'un sérieux absolu avec la parole donnée et l'intensité du regard qu'elle arrima un instant aux yeux verts du semi-elfe n'avait rien à envier à la façon dont lui-même avant l'habitude de l'observer, fiévreuse de ce futur sur lequel elle ne le laisserait pas revenir.

    Puis elle se mis en position et acquiesça à la proposition de Shan. Au moment où la pierre tomba sur le crâne de l'homme, le pâle manteau de voyage de la femme la plus proche se releva pour passer par dessus sa tête et la prendre au niveau du cou. Le bras de Rowena prit le relais, sa main se posant au niveau du tissus plaqué sur sa bouche et son nez, emmenant avec lui le contenu de la théière qui gisait au sol, la chaine de l'autre entourant les mains de sa victime pour l'empêcher de riposter. D'une flexion de genou, elle emmena sa proie vers le sol pour l'allonger, privé d'air suffisamment de temps pour sombrer dans l'inconscience sans avoir écraser sa gorge pour autant. Elle libéra rapidement son visage trempé et et récupéra le manteau de voyage pour le passer par dessus sa tunique.

    Elle vérifia rapidement le pouls de leurs trois adversaire, puis elle suivi Shan vers l'endroit du rendez-vous. Hoyalat n'était pas visible, mais la jument de Shan était là, sans bride mais avec sa selle alourdie de fontes pleines.

    Rowena posa un doigt sur ses lèvres en s'aventurant à découvert sur le sable meuble, reprenant par réflexe la démarche atypique que Shan avait déjà pu remarqué dans le désert, non pour aller directement vers la jument mais pour vérifier ce qui se trouvait un peu plus haut sur la paroi, sachant qu'on pouvait observer tous les contours du piton rocheux quand on le connaissait bien.

    ça ne rata pas, il y avait en effet une silhouette pâle et enturbannée. Rowena revint près de son compagnon, lui faisant confiance pour attirer sa jument à eux.

    - Il y a une sentinelle. je ne sais pas si c'est Hoyalat. Le mieux c'est que nous partions très vite tout droit. Je ferai mon possible pour protéger ton esprit et je te dirais quand nous serons suffisamment loin. Met toi devant, je monte en croupe.

    Mieux valait qu'elle n'ai pas à diriger la jument en plus de se concentrer sur sa magie. Elle s'installa donc derrière lui, passa les bras autour de sa taille, pressée contre son dos, et attendit le départ. La magie fusa rapidement, confirmant ses craintes. Ce n'était pas Hoyalat qui était en haut.

    Le Choeur rejoint rapidement la sentinelle et la plus magnifique musique qu'elle connaissait s'étira dans le matin pâle. A ses yeux sensibles, c'était à la fois un concert  et un spectacle en vagues de couleurs irisées et subtiles. Ce qu'elle ne percevait pas à l'époque c'était la beauté de la dentelle magique formée par le Choeur qui rendait le pouvoir des sirènes bien plus redoutable que si ça avait été une sirène seule. L'effet en était décuplé et déjà pour elle-même, l'effet en était grisant, la poussant malgré elle à se tourner vers l'arrière... Elle pensait avoir repris suffisamment de force, mais c'était finalement pas le cas et elle ne pouvait pas pleinement protéger deux personnes. Alors elle s'arque-bouta sur l'esprit de Shan'aël. Se glissant dans sa conscience, elle tentait de faire de son propre esprit un bouclier pour le sien, fredonnant d'une voix presque imperceptibles des notes en désaccord avec l'enchantement autour d'eux.

    Tout en déployant sa concentration vers ces rivages intérieurs, ses yeux continuaient à voir sans observer, le piton rocheux qui s'éloignait. Elle fatiguait vite dans sa magie, déjà affaibli par son état. Elle sentait le Chant toucher Shan... Et surtout la toucher elle à travers les failles qu'elle laissait pour le protéger lui avec elle... Quand soudain la musique cessa brusquement.

    Sortant de sa torpeur, elle cligna des yeux... Et serra les dents. Elle se tourna à nouveau vers l'avant, fermant les yeux en posant le front contre le dos du cavalier. Elle emportait sous ses paupières l'image d'une silhouette solitaire qui avait interrompu le groupe sur les hauteurs. A cette distance, elle ne pouvait en être certaine, mais elle aurait juré voir le reflet métallique de lames sous le soleil.

    Il fallut attendre encore de longues minutes, que la jument écume et souffle à la limite de l'implosion, pour que Rowena donne le signal.

    - C'est bon, nous sommes hors de portée. Et si elles envoie des chasseuses après nous, nous pourrons les voir venir.


    CENDRES
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum