DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Alasker

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    A l'ombre de la neige InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    La justice frappe les injustes
    Derniers sujets
    [Flash-event] Le Bal du Reflet des ÂmesAujourd'hui à 22:13Rachelle Virsce
    Achats de pouvoir - ZéphyrAujourd'hui à 20:27Zéphyr Zoldyck
    Les Flammes de l'Aurore | LéonoraAujourd'hui à 16:56Arès Wessex
    L'air du Vent | Feat ZéphyrAujourd'hui à 16:12Zéphyr Zoldyck
    Venez me corrompre, ou pas !Aujourd'hui à 16:00Advorix Eqqegni
    La Traque SauvageAujourd'hui à 14:39Orion Yamveil
    C'est ici le comptoir aquarien ? Aujourd'hui à 13:51Jovnos Atnoth
    [PA] Les Gorges d'Ildrekyhr.Aujourd'hui à 12:38Kieran Ryven
    Une Mort Silencieuse - PAAujourd'hui à 11:19Pancrace Dosian
    [Challenge] Le festin des loupsAujourd'hui à 10:27Lyra Leezen
    Aller en bas
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 21 Fév - 22:58
    Le hameau tout comme la rue était affreusement calme, et ca depuis la minute ou il avait posé le pied dans ce petit village littéralement pittoresque. Il n'y avait que peu de gens dans les rues, et si il n'avait pas mis les yeux lui même sur les gens présent a l'auberge assez banale ou il avait posé ses affaires, il aurait pu croire a une ville fantôme.

    On était bien au nord. Le désert n’était qu'a deux jours de la, et pourtant le tapis de neige ne semblait pas vouloir fondre. Même au début de l’après-midi quand le soleil hivernal commençait a faire légèrement grimper la température, cela ne donnait qu'une teinte clair a la couche immaculée. Ça lui rappelait le plateau qu'il avait arpenté une semaine plus tôt en traquant les mercenaires. En plus chaud.

    Il était ainsi redescendu, au sud de Melorn, pas très éloigné de la route principale. Le but etait de trouver un lieu simple d'accés pour qu'elle n'ai pas trop de mal a le retrouver. Elle pouvait toujours lui indiquer des indications mentales, mais si il pouvait etre directement sur la route, ce serait encore mieux.

    Il avait affreusement mal aux cotes. Un autre que lui aurait terminé au lit pendant un bon mois. Lui pouvait marché d'apparence quasi normalement. Mais il préférait éviter de se relancer dans un combat aussi compliqué que celui qu'il avait eu a mener. Enfin, c’était aussi un peu sa faute. Si il n'avait pas été si peu enclin au travaille d'équipe, il n'aurait peut être pas eu a affronter cet ours zombie géant a lui tout seul. Il ne pouvait s'en prendre qu'a lui même.

    Avec la récompense, il avait décider de ne pas faire les choses a moitié. L'auberge ne payait pas de mine, mais les chambres pouvaient être spacieuse pour les plus chers. Ça restait un axe principal de commerce ou des gens fortunés s’arrêtaient de temps en temps. Alors Shan avait payé la chambre la plus grande, avec des bains privés, un accès aux sources chaudes a des heures précis ou il pouvait même faire privatisé le tout.

    Également un accès spécial a une cuisine ou il pouvait cuisiner plus confortablement que ce qui était normalement donné, et si il faisait attention, ce serait peut être meilleur que ce qui était servit dans l'auberge. L'important était la tranquillité plus que tout autre chose.

    Il avait ainsi pu commencer a se remettre, et finalement, le moment du rendez-vous etait arrivé. Il avait envoyé un message a Ikusa un mois plus tot, ne pouvant pas vraiment faire autrement. Si elle pouvait lui parler, l'inverse n'etait pas exact. Il n'avait pas eu trop l'occasion de lui envoyer des dessins et il avait accompagné la lettre très maladroitement écrite de sa main, d'un beau paysage enneigé du village en question prit depuis une petite colline en hauteur.

    La lettre elle même était presque un cadeau quand on le connaissait. D'ordinaire, deux ou trois mots auraient composés le papier, donnant vaguement des indications. Cette fois, il avait fait des phrases maladroites, exprimant le mieux possible a quoi ressemblait le village, avant de finir avec la façon la plus agréable qu'il pouvait trouver pour exprimer ses émotions.

    «J'ai avoir hate de retrouver beauté et chaud de toi. »

    Il avait écrit ça le rouge aux joues, sans vraiment savoir pourquoi ca lui faisait autant d'effet de gribouiller des mots ainsi. Le mot était parti et il n'avait plus eu qu'a attendre la suite. Attendre son arrivée.

    Il passait ses journées, depuis, dehors, a attendre en observant la route distraitement. C'etait peut etre un brin stupide, mais il n'avait pas grand chose d'autre a faire ici, et ca lui permettait de se reposer, de méditer, et d'affiner sa régénération pour permettre des soins plus rapides.

    Et ce jour la, c’était la meme chose. Assit au bord de la route, sur un banc qu'il avait déneigé aprés la nouvelle chute de neige de la nuit, en tailleur, les yeux clos, il attendait.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 22 Fév - 20:39
    Lorsque Rowena avait enfin posé ses valises à Ikuza, ce n'était finalement que pour quelques jours. Le temps d'enlacer Aelle et Cirdan et de passer un peu de temps avec eux et de fêter la nouvelle année en leur compagnie... Quoi qu'un peu en retard.

    Quelques lettres l'avaient précédées et le jeune garçon était fier de lui montrer comment il se débrouillait pour ânonner les mots qu'elle avait encré sur le papier. Elle leur avait donné des nouvelles, la moindre des choses étant donné le soutien d'Aelle dans ses recherche et dans les deux jours qui avait suivi l'annonce de l'imposture concernant le Masque. ça avait failli très mal tourné et lorsque la républicaine avait annoncé qu'elle quittait la ville pour trouver de quoi s'assurer qu'une chose pareille n'arriverait plus, il avait fallu convaincre la jeune rouquine de ne pas lui passer la tête au lance-flamme. Elle avait donc rédigé et envoyé quatre lettres chaque semaines, deux pour Aelle, deux pour Cirdan et sans en manquer une seule. Parfois, elle demandait des nouvelles de Shan, mais hélas, ils n'en avaient pas plus qu'elle. Sur ce point, le véritable avantage c'est qu'elle laissait toujours savoir où elle se trouvait pour pouvoir recevoir des retours et lorsque Shan avait envoyé une lettre, celle-ci lui avait été transmise.

    Elle avait sourit en lisant l'effort et le lâché prise entre ses mots. Parfois pas très clair, bourré de faute, mais l'esprit, lui, était parfaitement discernable. Après plusieurs semaines, avoir de ses nouvelles l'avait... ça lui avait... Elle avait sourit.

    En réalité elle s'était rendu compte de deux choses simultanées : il ne lui manquait pas le moins du monde et elle avait envie de le revoir. Elle avait envie d'en savoir plus sur ce paysage enneigé, de l'entendre raconter comment la traque s'était passé. Elle avait envie de retrouver sa présence, tout simplement. Mais elle avait aussi envie de profiter de chaque moment de son voyage qu'elle avait réussi à ne pas prendre comme une marche vers la mort grâce à lui et Aelle. En se levant le matin, l'absence de sa chaleur lui manquait un bref et intense instant puis la journée lui tendait les bras et elle espérait sincèrement que c'était la même chose pour lui.

    Alors elle ne s'était pas pressé pour rentrer. Elle avait terminé ce qu'elle avait a faire, revu quelques amis pour en avoir le cœur net et découvert que bien peu se souvenaient encore d'elle. Puis elle était remonté à Courage pour remercier Vindi en personne avant de prendre le bateau pour passer à l'étranger et remonter au nord en passant un instant par Ikuza.

    En ce début d'année, elle avait repris la route accompagné d'un gros chien bien trop content de voyager... Et suffisamment malin pour se dire qu'il retrouverait son maître au bout du tunnel.

    La douceur de la saison lui permettait de progresser rapidement... et cette façon habituelle de voyager à pied et seule avait quelque chose de familier et de réconfortant. En plus, elle n'allait pas vers un tarré mangeur de cadavre mais vers l'homme qu'elle aimait. Les indications pour retrouver le lieu où il s'était arrêté étaient précises mais dans l'immensité du monde, heureusement qu'elle avait Zim et ses capacités de perception. l'Aura de Shan lui était si familière qu'elle avait senti son passage plusieurs jours avant de pouvoir sentir son esprit à travers leur lien mental.

    A partir de ce point, un sourire incontrôlable avait fendu son air neutre et les pas lui avaient semblé plus faciles à faire.

    En arrivant à proximité du village, elle n'avait plus eu aucun doute. Il était trop près pour se dire qu'il était dans la prochaine bourgade. Zim était tout excité et c'était tout juste s'il n’aboyait pas. Elle avait tendu l'oreille aux dernières rumeurs et s'était arrêté dans la petite boutique qui revendait de toute et n'importe quoi que les gens du coin de faisaient pas eux même et dont ils avaient besoin. La femme était d'une lenteur horripilante mais sa sympathie donnait envie de ne pas s'attarder sur ce point.

    Puis, rassurée sur les environs, la jeune femme s'était dirigé vers l'auberge, un peu à l'écart des habitations pour ne pas gêner les habitants avec le bruit. Là, sur un banc, avant même de discerner la pancarte de l'établissement, elle l'avait vu, lui. Shan'aël. Il ne dépareillait pas dans le paysage hivernal parfaitement silencieux. Ainsi en plein milieu de la journée, il n'y avait que peu de vie alentours et lui-même semblait assoupi dans sa tenue bleue, en tailleurs sur la pierre froide, le dos droit même dans son repos. Elle savait qu'il ne dormait pas, pourtant. Mais il profitait. Il attendait.

    Elle l'aurait surement contempler un moment sans s'approcher profitant par anticipation des retrouvailles à venir. Mais Zim en avait décidé autrement et parti à toute blinde vers son maître pour lui faire la fête comme jamais. Alors, courant le long du lien mental qu'ils partageaient, elle tissa les perceptions de Shan de façon à ce qu'il voit la route vide et sans trace de pas dans la neige, seulement celles de Zim. Et doucement, aussi silencieusement que possible, elle approcha pour essayer de passer derrière le banc de pierre sur lequel il était installé.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 22 Fév - 21:38
    Il se souvenait. Il avait l'impression d’être revenu en arrière. Dans la clairière, un jour d'hiver. La pente avait été douce pour parvenir jusqu'à ce pied a terre recouvert d'herbes invisibles. A peine réchauffé par le sang sur son visage, il était pieds nus dans la neige, mais ne ressentait rien, rien d'autre que l’adrénaline qui faisait s'activer la puissance des battements de son cœur.

    La bête était loin. La bête était morte. Elle avait lutté avec le guerrier, pour essayer d'arracher un souffle supplémentaire a cette vie qui etait en train de rapidement la quitter. Elle ne voulait pas partir. Pas si vite. Mais le sort en etait jeté. Le monde avait choisi. Le monde n'avait plus besoin d'elle.

    Bientôt, elle n'en ferait plus parti.

    Il galopa avec une petite aisance, son pelage le protégeant du vent. La clairière était large, illuminé par la vie que le soleil imposait sur le monde. Ça faisait du bien. Mais il avait soif, après avoir bien mangé. Il sentait les nutriments afflués jusque dans ses cellules. Le monstre avait pleuré, lui, il souriait.

    Il manga de glisser mais parvint a rester sur ses jambes, grâce a sa solidité naturelle. Il avait toujours été l'un des plus forts et rapide du groupe. Depuis qu'il était seul, c’était bien utile. Il huma l'air comme pour chercher une source d'eau, et s’arrêta. Une odeur l'interpela et le fit se remettre sur ses gardes.

    Il n'etait pas seul.

    Il avança moins rapidement, a pas feutré, dans la direction. Peut être qu'il trouverait de la compagnie. Ou encore de la nourriture. Mais le plus important, après avoir mangé, c’était l'esprit. Pour ne pas sombrer peu a peu dans une folie impossible a contrer.

    Il se sentait terriblement isolé.

    A peine aidé par l'environnement, il trouva finalement la cible d’où provenait l'odeur. Allongée dans la neige, empourpré d'un rouge brûlant réchauffant l’atmosphère.

    Elle le regardait.

    C’était une jeune femme d'un age assez jeune encore. Elle etait étendue la, le visage sur le coté, dans une belle robe a fleur qui donnait l'impression qu'elle sortait du printemps. Immobile, des lèvres charnues entrouvertes dans un demi sourire, deux beaux yeux verts le dévisageant avec une affection impossible a feinter. Elle l'aimait. Elle l'invitait a venir plus proche.

    Il arriva juste devant elle, surprit par son immobilité. Il voyait bien que ses pupilles étaient sur lui, qu'elle semblait presque l'appeler, sans pour autant faire un bruit. Il s’arrêta, et sa queue eu un petit mouvement joyeux. Il se pencha, posa sa truffe contre son visage et sentit son cœur rater un battement. Elle était glacée.

    « Je t'aime ».

    il sursauta. Ouvrit les yeux, une goutte de sueur roulant sur son front, d'une façon étonnante au vu de la fraîcheur ambiante. Il était certes en plein soleil, mais au vu de son rythme cardiaque quasiment a l'arret, il fut un peu surpris.

    - ...Zim.

    Sa voix particulièrement rauque, comme elle l'avait déjà entendue durant leur premiere rencontre. Il était surprit. Alors que le chien comme la sirène aurait pu s'attendre a ce que ses sens les repère bien a l'avance, il était véritablement surpris de le voir. Il posa une main sur sa tête en sifflant légèrement, pour qu'il se calme. Le laissant simplement couiner de satisfaction. Il resta assit. Reprenant son souffle. Avant de lever la tete devant lui. Comme si elle allait apparaître.

    - ...Tu es la ?
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 22 Fév - 22:53
    Elle s'était attendu à ce qu'il la suive des yeux même sans la voir, juste pour qu'elle sache qu'il savait, ou de l'oreille, sa concentration sur elle. Elle savait que ses sens étaient bien trop aiguisés pour être trompés par une simple absence d'image. Il était le justicier sauvage qu'elle avait rencontré en pleine forêt. L'Aigle qui s'en prenait aux loups... Bien qu'il en ai la perspicacité, d'ailleurs.

    Joueuse, c'était avec un frisson qu'elle s'était approché, son cœur battant plus vite qu'elle ne voudrait bien l'admettre et son sac solidement fixé à l'épaule. Pourtant, il n'avait pas ouvert les yeux, n'avait pas fait un mouvement ni prononcé un mot. Il n'avait même pas regarder Zim se précipiter droit sur lui et avait sursauté lorsque le quadrupède l'avait atteint. Comme s'il avait été n'importe qui... Sauf qu'en plus, il n'avait pas l'air bien. Elle était encore à quelques pas et le voyait de profile, mais il était pâle et malgré le froid, elle aurait juré voir un peu de sueur perler sur son front. ça et le fait que sa respiration avait fait un écart qu'il rattrapa scrupuleusement pour finalement regarder devant lui.

    La voix rauque ne l'inquiéta pas spécialement, se doutant qu'il devait bien moins parlé lorsqu'il se retrouvait seul sur la route, loi d'Aelle, de Cirdan, de Myriem ou d'elle-même. Mais quelque chose n'allait pas. Même pour lui qui n'était pas expansif, cette façon de retrouver Zim après autant de temps séparer ne lui ressemblait pas. Il aimait bien trop son compagnon canin.

    Avant de faire le moindre geste supplémentaire, elle inspecta les environs. Pas de créature dangereuse. Les seules aura qu'elles percevaient bougeaient doucement à l'intérieur de la bâtisse. Pas plus de mannes errantes qu'à l'accoutumé. Non... Il n'y avait rien d'étrange ou de suspect alentour. Rien que Shan lui-même.

    Maintenant toujours l'illusion, elle s'approcha encore et passa derrière lui pour tenter d'enrouler ses bras autour de son torse, l'illusion prenant fin. Une fraction de seconde avant le contact, peut-être mu par un bruit ou un parfum, il sursauta légèrement, mais ne s'esquiva pas. Une longue main bien trop douce pour appartenir à un guerrier se posa même sur le bras couvert d'une chaude laine rouge qui venait de le ceinturer.

    - Je suis là. " souffla-t-elle avec un sourire massif une longue minute après sa question, juste au creux de son oreille. Elle inspira profondément et ces quelques mots à propos des cieux lui virent aux lèvres que ça avait été le cas une fois ou deux avant leur séparation. " La Lune me garde, ce que je suis heureuse de te voir.

    Son front s'appuya contre la temps du jeune homme et elle confirma ce qu'elle avait vu de loin : un peu de sueur lui empoissait le front. Elle ne pouvait pas faire comme si tout allait bien...
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 22 Fév - 23:53
    Le temps qu'il pose la question, ses sens commencèrent a revenir lentement. Il avait posé la main sur la grosse tête de Zim qui était tout content de le retrouver. Ce dernier avait posé la tête sur les genoux de Shan, la langue a moitié pendu lui bavant sur les genoux. Shan le fixait, une sensation au creux de la poitrine qui lui donnait l'impression d’être a deux endroits a la fois.

    Il n'arrivait pas a la trouver. Si il était la, alors elle était aux alentours. Peut être un peu plus loin sur le chemin ? Aprés tout Zim était du genre a courir en avant après l'avoir sentis. Il leva la tête, observant tout droit. Ses oreilles entendaient un peu mieux, mais pourtant, autour il n'y avait que le silence d'une foret. Sa vue était de nouveau aiguisé, mais face a lui, il ne voyait qu'une tache pourpre. Son nez redevint affûté...mais une seule odeur parvint jusqu'à prendre forme dans son esprit.

    L'odeur du sang.

    Il sursauta un peu fébrilement en sentant les mains autour de son cou, et eu une brève envie, puissante, de sauter sur ses quatre pattes pour s'ébrouer et s'échapper de la prise de l'ennemi invisible qui venait de le prendre a un de ses points les plus faibles.

    A quatre pattes... ?

    Il réalisa soudain vraiment ou il était et souffla pour ne pas laisser trop paraître son malaise Tout sembla réapparaître dans son esprit, éclatant avec force, et déclenchant une certaine passion dans sa poitrine. Il entendit ses mots. Elle etait la.

    - Merci.

    Il lui avait doucement caressé le bras jusqu'à atteindre sa main, et il passa délicatement les doigts entre les siens Son odeur, sa chaleur, son contact, tout fut comme un raz de marée qui le submergea. Et ce qui fut encore plus douloureux, c'est que sans oublier son visage, il sentait qu'il avait oublié la sensation de sa présence. Mais dans un sens c’était peut être pour le mieux. Car il se rendait compte juste maintenant d'a quel point elle lui avait cruellement manquée.

    - Te voilà.

    Il la laissa bouger autour du banc, prenant l'espace a son compte, son visage se décalant pour apprécier le contact de sa tempe, et il hésita a se retourner, restant immobile. Il la laissa une seconde de plus. Ou peut être une minute, avant de se tourner subitement pour l'enlacer, ou plutot l'empoigner. Il la fixa.

    - Tu es belle.

    Elle n'avait pas les yeux verts. Elle n'avait pas ces longs cheveux s'éparpillant en cascade dans une neige poisseuse. Elle etait a sa taille, elle n'avait pas le regard vide. Elle n’était pas entouré de rouge, de cette sensation hideuse qui avait fait vrombir des émotions négatives en lui, jusqu'au cœur de son corps, de sa peau, de son cœur.

    Elle n’était pas morte.

    - Plus que jamais.

    Il accepta alors de la perdre de vu pour la serrer contre lui peut être un poil plus fort qu'il ne l'aurait voulu, d'une façon assez intense, son malaise et sa détresse de ne pas l'avoir vu durant une aussi longue période se répercutant forcément de façon assez facile sur elle. Elle le connaissait assez pour sentir ça. C’était surtout la répercussion de l’oublie qui revenait avec force, lui faisant ressentir en une seconde tout le manque qu'il aurait avoir dilué au fil des cinq dernières semaines. Connaissant son problème avec l'intensité de ses émotions, forcément, c’était difficile a gérer.

    Il la souleva légèrement du sol une fois, deux fois, en se retint d'avoir la voix, en plus de rauque, légèrement vibrante.

    - Je suis...vraiment heureux que tu sois la.

    Il aurait voulu lui dire a quel point elle lui avait manqué mais c’était impossible. Car ça aurait été faux. Et comme la fois précédente, il s'en voulait pour ça.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 23 Fév - 1:34
    Non, décidément, rien ne va. Sa façon de la voir sans la voir. Cela lui rappelle trop l'état dans lequel elle l'avait retrouvé à l'auberge de Justice. Et Merde ! Elle fait rapidement le tour du banc et se plante devant lui, un genou en terre. Son sac glissa de son épaule sur le sol enneigé mais elle ne tenta pas de le retenir, le laissant s'écraser au sol pour s'occuper avant tout de l'elfe qui lui faisait face sans la regarder.

    Il peut enfin la regarder, dans sa longue redingote rouge brodée d'argent dont le velours épais doublé de loup marin ne laissait entrer ni le froid ni l'humidité. Ses vieilles bottes de marche et son pantalon de voyage en toile épaisse tranchaient en noir sur la neige et le rubis sanglant qui n'aidait pas le jeune homme à sortir de son rêve éveillé. Ses cheveux blancs, tirés en arrière, dégageaient son visage et les marques noires qu'elle n'avait plus peur de montrer.

    Il l'agrippa à pleine main, vrillant ses yeux verts dans les siens avec une intensité voilée, confinant à la folie. Il la scrute. Il la détail. Il la dissèque. Et elle ne cache pas son inquiétude face à cette réaction. Elle frôle plutôt la peau de sa joue et se glisse le long des courants de l'éther pour accoster aux rives de son esprit soumis à la tempête. Les remous qu'elle sent sont étrange, dissonants. Même avec son expérience des troubles étranges chaque esprit est unique. Elle ne parvient pas à comprendre ce qui s'y joue mis à part cet étrange échos. Entre lui et elle ? Entre lui et lui ? Elle ferme les yeux et secoue légèrement la tête, décidant de ne pas se contenter de ses perceptions extérieur, mais de faire un pas de plus pour franchir le seuil et regarder les pensées, les impressions et les images voleter.

    Du sang. Une absence. Une faim. La Mort. Des impressions chaotiques lui paraissent de façon lointaines, déformée, comme travers une nappe de fumée. Lui mais pas vraiment lui...

    Il la serre contre lui et elle ne résiste pas, l'enlaçant en retour. Cette fois, le trouver dans un état de confusion et de fragilité ne l'agaçait pas comme à justice... ça la terrifiait à une boule de culpabilité manqua de l'étouffer... Elle l'avait écouté. Elle l'avait cru lorsqu'il avait dit qu'il ne l'oublierait pas et que tout se passerait bien. Une fois de plus elle s'était crue plus forte que la magie qui la rongeait et c'était lui qui en avait payé le prix ! Elle le savait pourtant. Elle aurait du être plus prudente.

    Elle le serra plus fort. A quel point il s'était ruiné la santé et l'esprit cette fois... Plus d'un mois. Elle retraita de son esprit pour ne pas avoir à supporter le tourbillon d'émotion qu'il subissait en cet instant précis. C'était si vif, si violent, sans le moindre filtre. Alors qu'elle n'en avait senti qu'une partie avec un minimum de distance, elle s'était mis à respirer plus fort, les paupières serrées à cause de la perte complète de repère que cela induisait. Il lui fallu plusieurs inspiration dans la sécurité de son propre esprit pour reprendre les limites de son corps et de son monde. Elle s'était laissé avoir comme une bleue... Mais cette intensité était très loin d'être habituelle.

    Au moins, si elle n'avait pas compris tout ce qui se jouait, elle en avait appris un peu plus. Comme la dernière fois, il n'y avait aucun résidu de sa propre magie en lui et aucune magie n'était plus en train de le corrompre de l'intérieur. Pourtant il y avait bien quelque chose. Une protection ? Une réaction ? Elle ne savait pas, mais c'était quelque chose. ... Et quelque chose qui n'aurait pas du se produire une seconde fois.

    - Tout va bien, Shan'aël. Prend le temps qu'il te faux.

    Elle en avait la respiration vibrante, et quand il fit mine de la soulever, elle se redressa sur les genoux, son corps suivant celui de l'elfe. L'une de ses mains plongea dans la crinière sombre du jeune homme.

    - Je suis désolée. " siffla-t-elle entre deux respirations exagérées. " Je n'aurai pas du rester loin si longtemps... On le savait pourtant que c'était dangereux pour toi et on a pensé que ça ne se reproduirait pas. J'ai été nulle. Tu aurais du me prévenir ! Tu n'aurais pas eu à finir dans cet état. Pourquoi tu n'as dis !

    Elle s'était éloignée pour pouvoir l'observer à nouveau, cherchant à voir le voile de brume de dissiper dans son regard d'émeraude. L'agacement qui pointait dans les reproches qu'elle lui faisait était bien peu amène, mais c'était surtout à elle qu'elle en voulait d'avoir cru que cette fois, ça serait différent.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 23 Fév - 18:07
    Elle s'excusait. Pourquoi elle s'excusait ? Qu'est ce qu'elle voulait dire par la ? Elle n'avait rien a se reprocher. Elle pouvait juste être la et ça lui suffisait. Il n'avait pas besoin de prendre du temps, besoin de rien d'autre. Il fallait juste qu'elle continu a être la. Il avait juste besoin de la toucher un poil plus longtemps et ca irait bien.

    - Oui, tous vas bien. Je ne t'ai pas oublié.

    Il essaya de lui sourire un peu pour la soulager, sans vraiment de succès physique. Son visage n'arrivait pas a se détendre, contrairement a la semaine de flottement a Taisen. C’était aussi car il avait toujours mal aux cotes. Il aurait tous le loisir de lui raconter, et elle avait sans doute également un grand nombre d'information et plusieurs longues histoires a lui détailler. Mais ca pourrait attendre.

    - Tu as fais ce que tu avais a faire. Et je suis toujours la, non ? J'ai juste eu un mauvais rêve. Ca arrive a tous le monde.

    Pas vraiment a lui cependant, vu qu'il ne dormait jamais assez profondément. Sauf quand elle était la, et dans ces cas la, il n'avait pas de cauchemars. Il était trop bien installé pour ça. Il pencha légèrement la tête en sentant sa main dans ses cheveux, avant de la voir reculer a regret. Zim était derrière lui, assit, collé contre l’arrière de ses jambes.

    - Zim, un peu d'air, je vais tomber.

    Il fit un petit geste du bras qui le fit grimacer a cause d'un petit éclair de douleur venant du coté de son torse. Il tendit un peu le bras pour reprendre sa main.

    - Il ne s'est rien passé.

    Il enlaça ses doigts avant de la faire virevolté sur elle même, tournoyant telle une ballerine, faisant passer son bras par dessus sa tête pour qu'elle se retrouve dos a lui. Il l'enlaça a nouveau dans cette position, sa tête venant se poser sur son épaule, sa main sur son ventre alors que son autre bras qui lui tenait toujours la main entourait ses épaules.

    - Tu as fais bon voyage ? Je pensais devoir t'attendre encore deux ou trois jours.

    Il aurait préféré, histoire de ne pas la laisser le voir avec ces douleurs. Et c’était aussi pour ça qu'il s’était mit dans son dos, pour éviter qu'elle le fixe trop et qu'elle s’inquiète encore plus. Et ainsi, il pouvait continuer de la serrer fort sans ce regard un peu inquisiteur.

    - J'ai réservé l'auberge sur la route, je me suis dis qu’après tout ça, nous pourrions reprendre une semaine de repos.

    Il hésita, et l'embrassa sur la joue avant de la relâcher et de reculer, gardant le visage neutre. Et tachant de tout faire pour ne pas reparler de ce qu'il venait de se passer. Ce n’était pas nécessaire.

    - Dis moi déjà si Aelle et Cirdan vont bien. Elle n'a pas mit le feu a la capitale j'espere ?
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 23 Fév - 19:10
    Il était tendu. Son faux sourire avait fait une brêve apparition avant de se crisper pour disparaitre à nouveau. Il n'allait pas bien et il faisait son possible pour donner le change. Rowena était particulièrement douée dans ce genre de chose. Faire semblant que tout va bien. Donner le change. Promettre que rien n'est grave. Faire oublier la douleur. Mais ici, après tout ce qu'ils avaient vécu ensemble, c'était précisément ce qu'elle ne pouvait pas faire.

    - Pas à toi. Et pas réveillé. Ne ment pas. Pas là dessus. S'il te plait.

    Non, ce n'était pas un simple cauchemar.

    - Qu'est-ce qui s'est passé ?
    - Il ne s'est rien passé.
    - Shan...

    Il leva son bras pour la faire se retourner en un mouvement fluide et la ramena contre lui. Un pas de danse. Ils auraient pu tanguer sur de la musique à cet instant précis et quelque chose dans les mouvements légers du jeune homme l'invitaient à surtout ne pas revenir sur ce qu'il ne voulait pas aborder. Elle aurait adorer pouvoir se laisser simplement aller contre lui, profiter de ces retrouvailles et écouter ce qu'il voulait bien lui dire. Il retrouvait sa proximité, l'interrogeait comme si de rien était. Tout était comme s'ils s'étaient quitté la veille... Mis à part cette force avec laquelle il la serrait contre son buste raide. L'avait-il déjà serrée contre lui comme ça ? Avec cette absence totale de retenue ? Sans trace d'hésitation, de timidité ou de précaution.

    - Oui, je t'ai trouvé plus facilement que prévu... " répondit-elle sans conviction.

    Elle ne savait pas trop quoi faire, tiraillée entre ce que son instinct lui disait et ce qu'il forçait de normalité et de faux-calme. Etait-ce parce qu'elle ne pouvait rien y faire ?

    - Shan...

    Il recula, la laissant de nouveau libre de ses mouvement, debout dans le froid. Elle se retourna vers lui, cherchant de nouveau son regard comme on cherche le chemin de sa maison par un jour de brouillard. Les arbres enneigés autour du chemin boisé envoyaient leurs ombres sur la terre gelée. La région forestière laissait peu de place aux champs pour préférer les bosquets limitant la vue. Une légère buée se formait à chaque expiration de la jeune femme.

    - Je ne peux pas faire semblant... J'arrive après un mois d'absence. Comme une gamine idiote j'essaie de te surprendre et je te retrouve... crispé et absent... Et vivant chaque détail avec une intensité douloureuse. Tu me fais penser à l'état dans lequel tu étais à Justice. Moi je vais bien. Aelle va bien et Cirdan commence à sortir avec l'un des garçons de cuisine pour jouer dehors. Là, tout de suite, c'est toi qui m'inquiète. "

    Tout en parlant, elle s'était approcher, son corps venant flirter avec celui du jeune homme sans aucun respect pour son espace personnel. Ses manches de velours rouges ressortaient sur la couleur de la veste sur laquelle elle venait de poser affectueusement les mains.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Ven 24 Fév - 0:19
    Donc ils allaient bien. C’était la chose dont il était le plus satisfait en dehors de la retrouver. Si Aelle parvenait a éviter les crises, elle pourrait bien s'occuper de Cirdan. Et si ce dernier pouvait commencer a sortir et a se faire des connaissances, alors tout était pour le mieux. Il secoua doucement la tête pour la contredire.

    - C’était agréable. Tu n'es pas idiote. Il n'y a vraiment rien. J'ai juste eu un rêve. Je ne plaisante pas. Je peux même te le raconter, je n'invente rien.

    Il lui avait déjà dis, vaguement, qu'il avait une façon étrange de ressentir les choses. Elle n'avait pas trop rebondit dessus, peut être parce qu'elle ne le croyait pas vraiment, ou bien qu'elle considérait que ce n’était pas grand chose. Ça l’était, pour lui. Ça dictait même ses actions quasiment au quotidien, surtout vis a vis des gens.

    - Je suis juste désolé de ne pas t'avoir envoyé d'avantage de dessin. Je n'ai pas eu beaucoup de temps. La mission a été fortement mouvementé.

    C’était le moins que l'on puisse dire. Il avait eu a peine le temps de faire la vraie chose pour laquelle il était venu a la base. Étudier ce fameux acheteur d'esclave. Il avait vaguement retrouvé sa trace, sans parvenir a d'avantage. Il y avait eu la mission, puis le repos.

    - Je ne suis la que depuis moins d'une semaine. Je suis redescendu des montagnes dés que nous avons terminés notre contrat. J'ai pris ma paye et je suis venu ici.

    Il la laissa totalement entrer dans sa bulle de sûreté. Chose qu'aucune autre personne n'avait le droit de faire. Elle etait privilégié et elle devait sans doute le savoir pour le faire avec autant de confiance. Il garda les mains le long de son corps, un peu impassible.

    - Je vais bien. Je suis très content de te voir. J’espère que nous n'aurons pas a nous séparer a nouveau rapidement.

    C’était douloureux et rien que d'y penser, il sentit sa bouche devenir légèrement pâteuse. Ce qui l'étonnait le plus dans cette situation c’était vraiment l'impression de recevoir d'un coup cette sensation intense de manque qu'il n'avait pas ressentis durant au minimum les trois dernières semaines. Il se souvenait de la première après son départ. Il avait oublié aussi. La sensation de s’être éloigné d'une parti de lui. Que quelque chose manquait a ses journées. Finalement, ce n’était pas l'habitude. C’était simplement l'oubli. La malédiction pouvait visiblement prendre de nombreuses formes...

    - Tu veux...tu veux t'asseoir ?

    Il ne l'avait toujours pas retouché, comme si il s’était souvenu d'un coup de sa timidité et de ses freins après l'avoir touché presque fébrilement. Il avait eu besoin de s'assurer qu'elle était bien la et s’était un peu lâché. Pour être certain qu'elle n’était pas un fantôme, une illusion de plus perdu dans la neige écarlate.

    - On peut aller déposer tes affaires et sortir ou...aller manger quelque part. Ou...ce que tu veux, en fait.

    Il se retint de grimacer dans un nouveau mouvement involontaire. Que dire d'autres de toute façon ? S'énerver ? Pleurer ? Evoquer toute cette boule émotionnelle qui etait en train de grossir encore une fois ? Lui expliquer ? Avec d'autres mots, pour qu'elle comprenne ? Il ne voulait pas gacher des retrouvailles pareil. Car maintenant, il savait a quel point il avait attendue de la revoir. Il avant envie de la serrer contre lui jusqu'à la fin des temps.

    - Je...je t'aime.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Ven 24 Fév - 1:05
    Cette fois, elle l'avait distinctement entendue. Là, juste là entre sa proposition maladroite de faire des choses et la déclaration intempestive qu'elle avait entendu et qui l'avait silencieusement réchauffée de l'intérieur, bien qu'elle l'ait pour l'instant reléguée au second plan d'un " Moi aussi je t'aime" particulièrement militaire. Parce que ce qu'elle avait entendu était bien plus préoccupant.

    La douleur.

    Une façon bien particulière de bloquer sa respiration. Le dos raide. Les mouvements moins souples et fluides que d'ordinaire. Il ne parvenait pas à sourire à cause du chaos mental que la malédiction faisait peser sur lui, mais également à cause d'une douleur bien physique. Et ça... ça elle pouvait gérer beaucoup mieux.

    Elle fronça les sourcils en attrapant le poignet de son compagnon, plaçant trois doigt juste son son articulation. Sa peau était fraiche, surtout pour lui qui était habituellement assez chaud, mais rien d'étonnant étant donné qu'il n'était pas très couvert et venait d'avoir une petite suée. Le rythme de surface était bon, le rythme profond aussi. Pas de désordre majeur dans les flux internes mais une grande fatigue.

    - Tu as froid ? " lui demanda-t-elle de but en blanc... Mais malgré la réponse négative elle ramassa son sas pour le jeter à nouveau sur son épaule et lui indiqua la route pour qu'il la guide. " On va à ton auberge et je ne te lâche pas d'une semelle.

    Son pas décidé faisait craquer la neige à chaque enjambée. Il n'avait pas d'autre choix que de faire le chemin avec elle de toute façon... Et elle avait l'air assez remontée.

    Qu'il veuille minimiser quelque chose qui les troublait tout deux, c'était chiant mais compréhensible. En revanche, s'il s'était blessé ou s'il était malade ou... Bref, elle en aurait le cœur net et resté debout dans la neige n'était absolument pas l'endroit pour un interrogatoire en bonne et due forme. Elle avait donc pris sa main, fermer sa bouche et attendu qu'ils entrent dans l'auberge où il était descendu. Elle avait très poliment et joyeusement saluer les membres du personnel, s'était présenté puis l'avait suivi vers sa chambre.

    Elle ne s'intéressa pas un instant à la déco ni à l'agencement, encore moins à la richesse de l'endroit. Elle posa son sac presque en plein milieu du chemin, indiqua le bord du lit d'un geste autoritaire et vrilla son regard asymétrique dans les yeux vers de son compagnon passablement têtu.

    - Assied-toi. Enlève ton haut. Et explique moi pourquoi tu as mal au point d'en serrer les dents quand tu bouges le bras de ce côté ?

    Ce ne fut qu'une fois certaine qu'il s’exécuterait qu'elle se détourna pour chercher une source d'eau. Il devait bien y avoir au moins une carafe, un bol, quelque chose...
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Ven 24 Fév - 18:11
    Ce regard la, analysant ses faits et geste, il ne l'aimait pas beaucoup. C’était pour son bien, sans aucun doute, mais il avait l'impression de gâcher un moment qui aurait du être vraiment agréable. Elle lui demanda si il avait froid, et il secoua très légérement la tete. Il n'avait pas la sensation de froid grace a sa présence. Elle lui réchauffait le cœur et l'esprit.

    - Tu en fais des montagnes, Rowena.

    Mais elle semble ne rien vouloir entendre et en soupira,t il lui indiqua la voix avant de lâcher un petit sifflement. Zim aboya joyeusement. Il sentait la tension dans l'air, mais peut importe, ce n’était pas suffisant pour gâcher sa joie de vivre. Il était simplement très content d’être la avec eux.

    - J'ai juste une petite blessure, rien de méchant.

    Ils n'avaient pas long a faire pour rejoindre l'auberge, le village en lui même n’était pas gigantesque, et la plupart des bâtiments étaient des lieux de stockages pour des animaux ou des marchandises, ainsi que quelques boutiques pour faire marcher le commerce local et aider les voyageurs a se préparer a la dernière ligne droite jusqu'à Melorn.

    Ils furent accueillit vivement, comme des nobles ou des bourgeois, tant les proprietaires avaient l'habitude d'en accueillir. Shan ne fit aucune remarque. Ils avaient déjà compris qu'il n'etait pas bavard, et furent bien plus souriant envers Rowena qui leur accorda une attention bien plus lumineuse. Il ne donnait pas trop envie qu'on vienne lui parler.

    Une fois dans la chambre, c'est presque si elle le poussa sur le lit pour l'obliger a s'asseoir. La chambre faisait bien trois fois celles qu'ils avaient occupés a Taisen, sinon plus. Il y avait plus de tables, plus de meubles, plus de livres, plus de tout. Le lit lui même faisait trois mètres sur trois, de sorte que les plus gourmands des voyageurs puissent profiter du bordel local a sa convenance.

    - J'ai eu une mission, celle que tu connais. On a du monter dans les hauteurs, au nord. Nous poursuivions un groupe de mercenaire qui voulait piller un fort. Sauf qu'il paraît que quiconque prend un objet du fort déclenche une sorte de magie. Dans le fort il y a des...fantomes, ou des morts vivants ou je ne sais pas exactement quoi. Qui se déversent dans la vallée tant qu'ils n'ont pas récupérer les objets voler. Alors notre objectif était d’empêcher les mercenaires d'y arriver. Ce que nous avons réussis.

    Il prit place doucement au bord du lit, avec précaution, sans retirer son haut malgré ce qu'elle lui avait ordonné. Il etait parfaitement conscient de ce qui se trouvait en dessous et au vu de son regard actuel, n'avait pas envie qu'elle puisse en voir plus.

    - Les autres etant un peu trop lent a mon goût, je suis parti en éclaireur pour gagner du temps et les ralentir. Je suis tombé sur...une bête. Ou plutôt, un monstre. Quelque chose entre le loup et l'ours. Une bête de facile trois mètres que j'ai eu du mal a tuer. Elle m'a touché a un moment. Je l'ai sentis passer.

    Et pour qu'il l'avoue, le choc avait du être rude. Lui qui restait la plupart du temps neutre en prenant une attaque. Et qui quelqu'un capable d'esquiver a peu prêt tout. Si il avait etait un temps soi peu intelligent, il aurait attendu les autres, mais en échange, il aurait peut etre laissé les autres arriver jusqu'au fort, il n'avait aucun regret.

    - Si j'avais pu j'aurais pris du repos la dessus, mais il fallait continuer. J'ai eu un second combat un peu tendu contre les mercenaires, mais rien de bien grave. Il n'y a eu qu'un mort, au final.

    Et pas lui, puisqu'il etait la. Il hésita encore, en la regardant et songea qu'elle n'allait pas le laisser respirer sans avoir vu. Alors il laissa sa veste déchiré tomber sur le coté, et retirer le haut de toile temporaire qu'il avait vécu jusque la.

    - …

    Il révéla son torse, coupé en deux, un peu de la même manière que le visage de la sirene. Un coté semblait assez normal, sauf que l'autre était littéralement noir, du nombril jusqu'au pectoral, et toute la parti sur le coté, a partir de sous son aisselle.

    - …

    Il avait facilement quatre ou cinq cotes cassés, et c’était assez impressionnant a voir, même pour des habitués. Elle en avait sans doute vu d'autre, mais avec le squelette dans un tel état, il n'aurait meme pas du pouvoir être totalement conscient, encore moins bougé, et rester allonger. Et pourtant il se déplaçait quasiment normalement.

    - Il me faut juste encore quelque jours et ca ira mieux.J'aurais voulu etre un peu mieux avant ton arrivée.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Ven 24 Fév - 22:55
    - Pour que tu aies une petite blessure, c'est que c'était quelque chose de méchant. " avait-elle rétorqué... Et que répondre à cela.

    Pour qu'il admette être blessé et même pour qu'il soit blessé le combat avait du être particulièrement difficile et violent... Et elle n'imaginait même pas si comme le laissaient entendre les gens du cru, il était déjà là depuis quelques jours. Dans quel état était-il arrivé pour avoir encore mal aujourd'hui ?

    Dans la chambre, elle l'écoutait tout en avisant ce qu'elle cherchait. Sur l'une des tables soigneusement rafraichie du matin même par le personnel, un plat regorgeait de fruits secs était posé près d'une carafe en verre translucide remplie d'eau.  Elle allait s'en emparer lorsqu'elle se rendit compte que l'atmosphère de la chambre était vraiment très chaude par rapport à l'air extérieur. Elle marchait déjà depuis plusieurs heures dehors et son sang brusquement rappeler dans les capillaires sous sa peau la colorait de rose et lui donnait une puissante bouffée de chaleur, sauf dans les parties saccagées par la malédiction.

    Shan en était à expliquer comment il était parti devant seul. Elle retira son par-dessus rouge, découvrant  une chaude chemise blanche aux poignets couverts de dentelle et au jabot parfaitement républicain. Elle était rentrée dans le pantalon de toile qui lui remontait haut jusqu'à la taille, alourdit par un ceinturon flambant neuf sur lequel étaient pendus deux écheveaux de corde et un rouleau de chaine comme d'autres portent un fouet. Une dague classique était attachée à chacune de ses cuisses et une sacoche de ceinture elle aussi neuve avait remplacer la vieille chose de cuir craquelé qu'elle avait toujours sur elle. Le tout lui donnait étrangement l'allure d'une aventurière du dimanche qui venait d'acheter un équipement clinquant sans être véritablement rompue aux dangers du voyage.

    - ... un moment. Je l'ai sentis passer.
    - Au point de ne pas pouvoir te reposer après ? " demanda-t-elle, cette fois plus concentrée qu'agacée. Elle avait pris la carafe et était revenue vers le lit, debout face à lui qui s'était assis... Il n'avait pas retiré sa veste. Elle fronça de nouveaux les sourcils. C'était si moche que ça ?

    Elle déposa le liquide près du lit, à même le sol.

    - Donc une blessure aggravée... " Elle soupira et s'agenouilla sur le sol à côté de la carafe, bien décidée à ne pas bougée sans en avoir eu le cœur net... Et vu le regard de chien de garde qu'elle lui lança, il le savait parfaitement. Elle avait tout son temps.

    Au final, la veste en mauvais état tomba de l'une de ses épaule, puis de l'autre. La toile qui le couvrait en-dessous s'écarta à son tour. Les yeux de la jeune femme se firent bien plus doux. Sa poitrine se soulevait avec régularité. Mais ses mâchoires étaient crispées et serrées en regardant l'état de son compagnon. Il avait peut-être plusieurs organes lésés et devait souffrir le martyre à chaque respiration. Ses côtes la picotèrent en vieux souvenirs qu'elle préféra repousser.

    Sur les genoux, elle s'approcha jusqu'à poser les mais sur ses genoux. Préféré qu'elle ne voit pas ça...

    - Tu es aussi stupide que moi. " articula-t-elle sur le souffle, sans aucune puissance dans la voix. Radoucie mais pas en empathie au point d'avoir mal pour lui ou d'être mal parce qu'il souffrait, elle eut un petit sourire avant de s'approcher encore un peu. Elle se glissa entre ses jambes pour ne pas avoir à regarder de plus près en arquant le dos. " Quand je dis que je suis mage de guerre c'est pour ne pas rentrer dans les détails. N'oublie pas qu'à l'origine j'étais surtout une mage-médecin. Je ne pourrai peut-être pas tout réparer mais je peux au moins aider un peu pour la douleur, vérifier que tes cotes sont dans l'axe et accélérer les choses pour que ton corps s'épuise moins.

    Après avoir soigneusement regarder l'état de Shan'aël et effleurer très légèrement quelques points suspects pour vérifier ses craintes en lui faisant le moins mal possible, elle expira plus profondément. De là où il était il pouvait distinctement voir ses épaules se détendre et retomber d'un cran. C'était une blessure très impressionnante, mais soignable. Elle lui tendit la main  du côté sain pour ramener les doigts de l'elfe à ses lèvres et les embrasser avec une ferveur qui prouvait à quel point cette histoire lui avait fait peur. Puis chercha ses yeux pour s'assurer de son état réel par rapport à tout ça, compatissant à sa douleur sans la prendre sur elle.

    - Ça a du être un combat terrible pour que tu finisses dans cet état... Plus la fatigue physique. Plus la fatigue magique à cause de moi. " réfléchit-elle tout haut. " Laisse moi prendre un peu soin de toi, d'accord ? Je peux te raconter tout ce que tu veux en même temps. ... Je ne peux pas faire comme si de rien était après tant de temps loin pour finalement te retrouver comme ça... Tu m'as fait peur.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 25 Fév - 0:25
    - Non je...

    Il s’arrêta, sans savoir exactement comment lui exprimer. Il avait le sentiment qu'encore une fois il n'avait pas réussit a se faire comprendre exactement. C’était fréquent avec elle. Et après cinq semaines, c’était la première chose qui s'échangeait entre eux.

    - Je voulais juste que quand on se retrouverait, on ai pas besoin de penser a ça, c'est tout.

    Rien a voir avec le fait de craindre qu'elle ne supporte pas une vision d'une blessure ou bien que cela l'ecoeure. Il voulait juste lui épargner un peu plus d’inquiétude. C’était raté, c’était même encore pire que prévu. Quand a l'autre point sur son esprit, il ne pouvait pas y faire grand chose. C’était comme ça, il pouvait faire ce qu'il pouvait, mais a part la soigner, il n'y avait pas de solution miracle.

    - A chaque fois qu'on se retrouve, j'ai l'impression que tu me dis ça, prendre soin de moi. Car je suis dans un sale état. Je t'avais dis de ne pas t’inquiéter, ce n'est vraiment pas grand chose, j'ai connu pire.

    Et par la il avait sans doute pas mal d'histoire a lui raconter, comme toujours, mais c'etait les siennes qui l’intéressait dorénavant. Lui avait vécu une mission assez banale au final, pas du tout lié a la vraie priorité qu'ils avaient tous les deux depuis ces dernieres semaines. La soigner. Il n'y avait rien de plus important.

    - C’était terrible oui, mais tu aurais du voir l'etat de l'autre.

    Il baissa légèrement les yeux, comme pour marquer le trait d'humour rarement volontaire dont il venait de faire preuve. En même temps, il la laissa s'approcher vraiment contre lui en écartant un peu les cuisses pour lui faire de la place. Il lui laissa le contrôle de sa main. Sa façon de les embrasser le fit légèrement rougir et il détourna un peu plus les yeux.

    - Que t'es t'il arrivé ? Nous devions etre séparé quatre semaines tout au plus. Je pensais qu'on aurait pu le faire en trois. Mais ca en fait cinq, presque six.

    Il etait lui aussi inquiet pour elle. Car le temps continuait de s'égréner. Il y avait l'éloignement bien sur, et en cet instant, plus que durant un autre, avec le retour de sa « mémoire », ca lui faisait encore plus d'effet. Mais pour le reste, c'etait surtout qu'ils n'avaient pas le temps de perdre de chemin vers la guérison.

    - J'ai eu ton message dans ma tete. Quand tu m'as dis etre quasiment a Ikusa, juste aprés notre séparation. Mais ensuite, plus rien.

    Il avait meme hésité a faire demi-tour. Qu'est ce qu'il avait cru ? Qu'ils pouvaient se parler naturellement en etant chacun a l'autre bout du continent l'un de l'autre ? Il fallait vraiment qu'il étudie la magie, assez pour pouvoir analyser plus correctement ce genre de chose.

    - Qu'est ce que tes recherches ont donnés ? Ou en est on avec le rituel pour te soigner ? Touche t'on au but ? Raconte moi ton voyage.

    Il reposa le regard sur elle, et pour la premiere fois depuis les retrouvailles, il semblait moins nuageux. Plus...lui.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 25 Fév - 1:17
    - Profite de ma bonne santé. Quand je serai guérie et que je pourrai de nouveau faire les 400 coups, c'est toi qui devra prendre soin de moi à chaque fois que j'ouvrirai les yeux.

    Cette fois, elle sourit plus franchement. C'était un trait d'humour qu'elle venait d'entendre... Un peu timide et pas très bien assumé. Ce n'était pas tant le jeu d'esprit qui lui faisait plaisir que le fait de le sentir plus proche de ce dont elle avait le souvenir. Vrai. Tentant de s'exprimer, même quand ce n'était pas facile, et d'une attention précise envers tout ce qui l'entourait. Il donnait l'impression de redevenir un peu lui-même. Enfin.

    - Je peux l'imaginer. Tu es plutôt du genre à terminer proprement le travail. " rit-elle en demi teinte.

    Elle garda sa main dans la sienne, serrée contre elle, et décida de prendre son absence de refus comme une bénédiction. De sa main libre, elle fit un mouvement souple du poignet et l'eau de la carafe s'éleva en une sphère mouvante pour entourer la main de la sirène. Le regard qu'il lui dédia fini de la réconforter et les restes de ses tensions quittèrent son dos et ses épaules. Elle l'avait laissé poser toutes ses questions, en gardant les grande lignes pour tenter de lui répondre.

    - Je t'avais dit que la télépathie ne fonctionnait pas à grande distance. Avec toi elle a même marché bien plus loin que tout ce que je pensais possible... Mais j'étais plus loin que prévue aussi. Respire calmement.

    Pour sentir l'eau et l'éther dans le corps de Shan, les faire résonner avec une vrai masse d'eau était plus efficace que de chercher au goutte à goutte. Sa main ganté de liquide se posa doucement au-dessous de son pectoral, l'eau fraiche s'étalant dans toutes les directions en une pellicule de quelques millimètres d'épaisseur sur sa peau bleuie. Elle braqua les yeux sur cette surface et ses doigts ne bougeaient qu'à peine, produisant d'infimes courant dans l'eau qui émit une lueur phosphorescente tout en produisant une sensation de fraicheur apaisante dans les muscles malmenés.

    - J'ai du aller jusqu'en République... " mieux valait reprendre depuis le début en fait. " Quand je suis rentré à Ikuza, j'ai appris que le Masque était un faux. C'est un artéfact de guérison, mais l'enchantement n'ai rien à voir avec ce qu'on cherche. J'avais besoin de me remettre en selle, alors j'ai trouvé la trace de deux autre petites choses que j'avais découvertes pendant mes recherches. J'ai rapidement localisé un artéfact en République et j'ai du y aller pour me le procurer. Le récupérer a été plus long que ce que j'aurai pensé. Il y a aussi eu le grimoire d'Ersat qu'un vieil ami m'a aidé à trouvé.

    La magie transmise par l'eau réduisait peu à peu l'ecchymose et renforçait les os sans être capable de les guérir vraiment. La fragilité restait et la douleur aussi selon les mouvements, mais elle s'assurait qu'il ne se perforerait pas les poumons en respirant un peu fort. Et puis durant le trainement en lui-même, la douleur était très largement diminuée voir effacée.

    - Donc si je résume. Je n'ai ni le Masque, ni le sang pour l'activer, ni l'adepte pour le manier, mais j'ai le livre qui explique comment s'y prendre et qui m'indique clairement qu'avec ceux trois éléments, je pourrais me débarrasser de cette chose. Si en plus Myriem est présente, je pense qu'elle pourra la détruire ce qui serait parfait. Et j'ai aussi ce qu'il faut pour trouver le sang adéquat, être certaine que le masque est le bond et peut-être même trouvé l'adepte qui pourra le manier sans mourir.

    Sa main se baissa jusqu'aux cotes flottantes.  Elle n'avait clairement ni l'âme d'un conteur, ni d'un poète. Elle était bien plus habituée aux rapports à ses supérieurs.

    - La seule chose qui me manque c'est d'avoir passé le nouvel an avec toi.

    Elle quitta un bref instant son travail des yeux pour remonter vers le visage du jeune homme et lui sourire. Puis elle revint à son œuvre. Ce qu'elle énonçait pouvait paraitre décourageant mais pour une fois elle ne cachait pas sa peine ou sa colère. Elle avait au moins un cadre clair à présent et une idée précise d'où trouver chaque chose... Sauf l'adepte mais déjà si elle avait le reste, elle pourrait improviser.

    - Au moins j'ai pu relire ta lettre pour me tenir un peu compagnie. Je l'ai beaucoup aimée.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 25 Fév - 2:23
    Il avait écouté, et sa seule réaction fut un tressaillement au final, ses joues se colorant définitivement d'un rouge écarlate quand elle évoqua la lettre. Il avait presque oublié ce détail...non, il aurait voulu totalement oublier. Il se revoyait passer une après-midi entière a recommencer encore et encore pour réussir a aligner quelques mots en faisant en sorte que ce soit un minimum lisible. Et a la fin, il n’était même pas satisfait de sa prestation.

    - J’espère que tu ne l'as pas gardé, elle est véritablement affreuse.

    Il n'avait jamais fête la moindre fete. Le nouvel an, il n'y avait même pas pensé. Aelle avait évoqué ça une fois, récemment, mais elle n'avait pas l'habitude non plus de ça. Il capta son regard et y répondit uniquement par un mouvement de pupilles suffisants pour qu'elle sache qu'il regardait bel et bien.

    Il avait l'air songeur plus que déçu. Depuis le début il avait eu la sensation que tout avait été trop facile avec cette histoire. Il avait du mal a croire qu'un gars comme le Republicain a qui ils avaient mit la pression ai pu obtenir un artefact aussi rare. Forcément c’était un faux, il s’était fait avoir. Ou bien il le savait et avait joué sur la ressemblance.

    - Ce n'est pas grave, il faut juste persévérer.

    Elle avait fait beaucoup plus de trajet que lui donc. De Ikusa a Liberty, puis peut etre ailleurs, puis re jusqu'à Ikusa puis ici. Lui avait fait une ligne droite et le plus long avait été d'attendre le début de la mission. Il se sentait un peu honteux et baissa légèrement les paupières. Elle s’était beaucoup donné, alors que lui n'avait rien fait pour l'aider durant ce laps de temps.

    - Je...si ca te conviens, je vais t'accompagner maintenant. Je ne te quitterais plus, peut importe la raison, jusqu'à t'avoir soignée....après tu seras libre de respirer un peu.

    Il avait dit ça d'un ton léger, mais il se demandait parfois ce qu'elle ferait une fois totalement libre de sa maladie. Elle irait sans doute de nouveau sur les chemins de sa vie sans lui. C'est en tout cas ce qu'il imaginait au fond de lui. Il espérait juste qu'elle soit heureuse et puisse vivre encore de longues années, ca lui suffirait d'avoir eu ces quelques moments avec elle.

    - L'utilisation du masque...ce serait dangereux ?

    Il connaissait assez de chose pour savoir qu'on avait pas des rituels de magie sombre avec des artefacts ancestraux comme on allait manger son repas du midi. Il avait prit sa décision depuis longtemps, que si il fallait quelqu'un et qu'il en etait capable, il le ferait. Mais pas question de lui en parler pour l'instant, ce serait impossible de débattre avec elle. Elle se braquerait tout net.

    - Tu as une piste pour le masque ? Nous devrions partir...rapidement.

    Il avait grimacé. Le traitement lui faisait du bien, mais son corps etait tellement peu habitué a la magie qu'il avait presque l'impression qu'il se défendait de toute intrusion. Il sentait ses muscles se contracter un peu, comme si il passait automatiquement en position défensive.

    - Et hum...rien a voir mais...dis moi....qu'est ce que font les gens en general, lors de la nouvelle année ?
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum