DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Alasker

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Ce qui nous rend plus fort. InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    La justice frappe les injustes
    Derniers sujets
    [Groupe 2] Le Cœur de MelornAujourd'hui à 0:11Kilaea Sliabh
    Étincelles Couragéennes | OrifaHier à 22:38Arès Wessex
    [PA] Le Chant des RoncesHier à 18:22Rêve
    Une Mort Silencieuse - PAHier à 18:16Arès Wessex
    Un regard de capitaine sur l'avenir... Hier à 17:09Altarus Aearon
    [Groupe 1] Le Cœur de MelornHier à 16:43Valmyria
    Validation de StadzankHier à 16:19PNJ
    Aller en bas
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 18 Mar - 16:31
    Le palais royal d’Ikusa, fleuron de l’architecture reikoise. Dans sa prime jeunesse, Kaas n’eut l’occasion que de contempler cette beauté colorée que depuis l’extérieur : des immenses murs de roches beige et carmine ainsi que des toitures bombées turquoises et orangées. Maintenant qu’il est devenu quelqu’un de plus respectable, il a désormais le privilège d’en observer l’intérieur et il n’est point déçu. Le mobilier, bien que de forme géométriquement brute, se marie avec élégance avec la structure forte et imposante du monument. Les différents piliers et les motifs aux plafonds sont de l’art, mêlant l’utilité des renforts avec la pâte graphique d’esprit créatifs. La zone favorite visitée jusqu’ici de l’instructeur est l’un des balcons où il se situe actuellement, surtout sous ce temps ensoleillé et dégagé. A nouveau des rambardes massives qui offre une vue imprenable sur la cité, de quoi généré un vertige de puissance.

    Oui, c’est magnifique ! Cependant Kaas n’est pas tout à fait serein et ce n’est point l’altitude qui lui file cet esprit nauséeux. Il y a un bon mois de cela, Dumatin avait envoyer une demande d’audience des plus humbles à l’attention des autorités du Reike. Evidemment, il s’attendait à ce que sa requête soit purement rejetée dût à son manque de notoriété. Au mieux un bureaucrate l’aurait accueilli mais la discussion qui en serait issu n’aurait pas réellement d’impact dans les projets du professeur. Grosso modo, c’était du ‘qui ne tente rien n’a rien’. Alors que les semaines passèrent, les seules réponses que le professeur reçurent était des sarcasmes plus ou moins amical de ses collègues à l’université du Drakstrang.

    "Alors c’est pour quand ton tête-à-tête avec Tensai ?"

    Cette bonne blague, mais difficile de répondre que par un grommellement. C’est jusqu’à ce jour-ci, à l’aube, où il reçu une lettre cachetée qui réclama sa présence au sein du palais royal cet après-midi pour un entretien avec l’impératrice Ayshara elle-même. Cette nouvelle ébranla alors, de joie et de stupeur, Kaas qui s’empressa de se préparer mentalement et en matériel pour cette futur entrevue. Bien entendu, avant de partir, il laissa sur le tableau de sa salle de classe de mathématique des exercices bien retord. Hors de question de laisser ces élèves médiocres une once de répit, et il jure que s’il retrouve des réponses aberrantes tel que la racine carrée d’un nombre négatif qu’il en viendra aux mains puis aux lames … encore.

    Une fois arrivé au monument, Dumatin fut en premier lieu accueillit par les gardes qui lui accordèrent le passage après identification. A peine il posa pied dans l’enceinte du bâtiment qu’il fut reçu par une jeune servante trop bien habillée pour n’être qu’une vulgaire esclave. Cette dernière l’invita poliment à la suivre jusqu’au fameux balcon où elle l’informa de la venue imminente de l’impératrice avant de quitter les lieux.

    Cela fait maintenant cinq minutes que Kaas patiente et qu’il peine à tenir en place. Quelques heures plus tôt il ne s’attendait pas à être reçu par la femme la plus importante du Reike, c’est à la fois une bonne et mauvaise nouvelle. Bonne, car dame Ryssen possède un pouvoir important dans la faction et peut promouvoir des lois primordiales. Mauvaise parceque Dumatin n’est pas particulièrement éduqué dans le monde vaste et compliqué de la politique, donc il craint d’évoquer des sujets et des façons de penser qui déplaise à la reine des sables. Son pouvoir permet aussi bien de chérir que de châtier, c’est certain.

    La dernière fois que Kaas fut dans cet état de stress, mêlant impatience et crainte, fut lors de son entretien d’embauche avec Keerius : le dirigeant de l’université du Drakstrang. Quant à sa résolution … disons que le mortel s’en est sorti vivant avec un travail de professeur et une nouvelle cicatrice sur son crâne luisant.

    "Cela ne peut être pire."

    Se dit-il maintenant qu’il à un minima d’expérience et bien plus de plomb dans la cervelle. Et ce n’est que quelques seconde plus tard que des bruits de pas résonnèrent dans l’entrée du balconnet, réveillant l’instructeur qui se retourna aussitôt. C’est elle, c’est l’impératrice, il n’y a pas de doute possible ! Instinctivement, Kaas mis une main sur son ventre, l’autre dans le dos, et se pencha en avant pour saluer la dame du désert. Il respira profondément et répondit d’une voix solennelle et assuré avant de se relever.

    "Enchanté impératrice, et merci de m’accorder l’honneur de me recevoir. Je suis Kaas Dumatin, professeur d’art maritale et d’arithmétique au sein de l’académie du Drakstrang."

    Haut, droit, exemplaire malgré une goutte de sueur qui perle sur sa tempe droite.
    Impératrice-dragon du Reike
    Impératrice-dragon du Reike
    Ayshara Ryssen
    Ayshara Ryssen
    Messages : 526
    crédits : 2634

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: S - Impératrice
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t202-l-imperatrice-dragon#612
  • Jeu 30 Mar - 7:58

    Ce matin-là, l'impératrice du Reike oeuvra pour la bonne cause et se rendit à l'orphelinat d'Ikusa où des centaines d'enfants abandonnés ou orphelins de guerre vivaient dans des conditions parfois difficiles. Soucieuse de leur bien-être, la jeune femme apporta cadeaux, vêtements, jouets, livres et friandises. Tous ces biens matériels ne combleraient pas l'absence de leurs parents, mais au moins, cela pourrait les aider à passer un moment satisfaisant. Une fois sur place, la souveraine et sa garde rapprochée furent chaleureusement accueillies par la directrice de l'établissement, une vieille dame au cœur tendre.

    - Votre Majesté, quel honneur de vous recevoir ! Prononça-t-elle en s'inclinant respectueusement. Que nous vaut votre visite ?

    - Je viens vous apporter un peu d'aide et de réconfort. Répondit la vosdraak en souriant affectueusement. Je sais que vous réalisez un travail admirable avec ces enfants, mais que vous manquez de moyens. J'espère que ces présents vous seront utiles.

    - Oh, merci infiniment !  S'exclama la sexagénaire, les yeux étincelants. C'est très généreux de votre part ! Mes protégés vont être absolument ravis !

    La responsable des lieux fit entrer Ayshara au sein de la grande salle commune, là où des dizaines de bambins jouaient, lisaient ou dessinaient. Ils se turent tous en voyant la reine arriver, impressionnés par sa beauté et sa grâce. Certains la reconnurent et se mirent à crier son nom.

    - C'est l'impératrice ! C'est l'impératrice !
    - Elle est trop belle !
    - Regardez sa robe !
    - Et ses cheveux !
    - Et ses yeux !


    Touchée par l'enthousiasme de ces petits êtres, la dragonne s'approcha d'eux et s'exprima doucement.

    - Bonjour, mes chers enfants ! Je suis venue vous rendre visite et vous offrir quelques cadeaux. Comment allez-vous ?

    Les marmots se pressèrent autour d'elle, curieux et admiratifs. Ils lui posèrent mille et une questions sur sa vie, son mari, Draknys, le palais, ses pouvoirs. Fidèle à ses habitudes, la demoiselle à la chevelure de lune répondit avec patience et gentillesse. Puis, elle leur raconta des histoires concernant le Reike, les dragons ainsi que les vilains titans, les ennemis jurés de la nation. Elle leur montra aussi quelques tours de magie arcanique qui les émerveillèrent. Et pour sûr, voir briller les yeux de ces enfants remplissait son cœur de mère d'une joie infinie. De l'amour pur.
    Sourire aux lèvres, l'épouse de Tensai complimenta leurs jolis ornements et leurs talents, souhaitant qu'ils évoluent en confiance et qu'ils aient conscience du potentiel qu'ils détiennent. Elle voulait juste les tirer vers le haut, les inciter à donner le meilleur d'eux-mêmes, qu'ils mordent dans la vie. Car demain, ils seront le futur du Reike.

    Plus le temps passait et plus les orphelins se sentirent aimés et respectés par la suzeraine. Ces derniers lui témoignèrent gratitude et affection en lui offrant fleurs, colliers de perles et dessins. Ils lui demandèrent de rester avec eux, de jouer avec eux, de les adopter. Ces très chers bouts de chou n'avaient vraiment aucun filtre.
    Quant à elle, Ayshara fut émue aux larmes par tant de candeur et de générosité. Elle aurait voulu tous les emmener avec elle au palais, mais cela n'était malheureusement pas possible. Toutefois, elle promit solennellement de revenir les voir souvent et faire de son mieux afin d'améliorer leur situation.

    Quelques heures plus tard, la belle quitta l'orphelinat le cœur léger, prête à affronter le reste de la journée.

    Lorsqu'elle rentra au château, son bureau, accompagné d'une montagne incommensurable de papiers et de formulaires divers, l'attendait de pied ferme. Un soupir de découragement se glissa d'entre ses lèvres : le retour à la réalité frappait fort. Clairement, elle préférait être dans la rue à secourir les nécessiteux plutôt que de gérer toute la paperasse administrative de l'État. D'ailleurs, l'Empereur ne l'avait jamais concrètement aidé à ce niveau... Sans doute parce qu'il ne possédait pas la patience requise pour piloter cet enfer.

    Résolue à passer au travers de cette quantité astronomique de travail, l'impératrice s'installa sur sa confortable chaise et commença à lire le premier document trônant fièrement au sommet de la pile. Problème numéro un : le seigneur du village d'Hibana qui râlait parce qu'on lui contestait le « droit » de cuissage sur ses terres. Tsss... Elle roula les yeux de dégoût. La seule chose que cet obsédé sexuel mérite, c'est qu'on lui retire son rang et ses possessions, pensa-t-elle. Aucun respect, celui-là.

    Alors que la jeune femme s'apprêtait à rédiger une réponse peu diplomatique à ce « charmant » demandeur, son adjointe débarqua précipitamment dans la pièce, lui rappelant qu'elle avait du retard pour son rendez-vous avec Monsieur Dumatin, un professeur de mathématique de la prestigieuse Université Drakstrang. Oh flûte ! Elle se sentait déjà mal de l'avoir oublié si vite. Submergée, sa cervelle allait bientôt exploser. Franchement, la vie de cheffe de pays était toute sauf reposante.

    Manquant presque de se casser la gueule à cause de ses talons, Ayshara arriva sur les lieux de la rencontre en courant comme la dernière des idiotes. Tentant de reprendre son souffle, la reine du désert assista impuissante aux marques de politesse du guerrier au teint basané. Il fallait maintenant espérer qu'il n'ait pas attendu trop longtemps.

    - Bonjour, Monsieur Dumatin. Elle lui fit signe de se relever. Je suis heureuse de vous rencontrer ici, au sein de mon humble demeure ! Dit-elle avec un brin d'humour. Que puis-je faire pour vous, aujourd'hui ? Ce n'est pas tous les jours que j'ai la chance de m'entretenir directement avec un enseignant de Drakstrang. Ce que vous faites pour former la future génération de reikois est tout à fait admirable. Conclut-elle d'un sourire.

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 5 Avr - 14:17
    Elle est là ! L’impératrice ! Une femme reconnaissable entre toute via sa peau immaculée et sa longue crinière laiteuse. Et une élégance hors du commun, bien que son arrivée fût quelque peu étrange et … titubante ? Kaas se pose souvent la raison pour laquelle les dames de la haute société se peinent à porter des talons haut, alors que c’est d’une inefficience évidente. Et pour celles et ceux qui lui ont rétorqué que c’était pour compenser un complexe d’infériorité, Dumatin rétorque que ce n’est pas la taille qui conte et qu’un surin est bien plus intimidant que ces chausses à torture. Et surtout une reine de cet acabit n’a rien à prouver.

    Quoi qu’il en soit-ce n’est pas le sujet d’aujourd’hui. Le professeur prit les devants et se présenta avec étiquette et ne redressa que lorsque la dame des sables lui autorisa. Celle-ci eut même la gentillesse d’alléger l’ambiance en blaguant sur la modestie de son gigantesque palace. Cela plaça un sourire quelque peu plus détendu sur le visage morne de Kaas ainsi qu’un ricanement masqué. Oh il aurait pu répliquer que ce ‘taudis’ est bien mieux que le ‘placard à balais’ qui sert d’académie, mais il redoute que ce soit un peu trop osé et trop familier.

    La reine commença proprement l’audience en demanda humblement la raison de cette entrevue. Elle ajouta, à la surprise non dissimulée de Dumatin, qu’elle n’a pas souvent l’occasion de discuter avec le professorat du Drakstrang. Elle termina sa phrasée en félicitant avec une sincérité désorientante le boulot qu’ont accepté de fournir les enseignant de l’institut. Ce n’est pas faux, Kaas lui-même a décidé d’endosser cette charge afin de préparer la génération suivante aux menaces qui pèsent sur le Reike. Ce qui le dérange est avec quelle douceur elle évoque les successeur de l’empire … ces benêts trop insouciants pour comprendre la gravité et la responsabilité qui pèsent sur leurs frêles épaules. Mais ceci n’est qu’une simple impression et il est bien connu que les politiciens sont experts dans l’illusion et les mots. Bref, Kaas se permit de se masser le menton pour donner suite à la première problématique.

    "Oh vraiment ? Je pensais que les liens entre l’académie et le palais étaient plus soudé que cela. Mais je ne souhaite pas m’avancer davantage dans la spéculation sur ce sujet. Le directeur Keerius est quelqu’un de très secret et de très compétant et je doute avoir les capacités mentales ni physiques pour le critiquer."

    Sa main monta de quelques centimètres pour passer de son menton vers sa tempe droite d’où il tapota l’une de ses cicatrices. Il cessa son geste lorsqu’il se rendit compte qu’il avait peut-être insulté indirectement la royauté et reprit une posture plus neutre.

    "Et bien entendu votre emploi du temps doit être déjà exténuant, encore merci de me recevoir. J’avoue ne pas m’attendre a ce que vous, en personne, me fassiez l’honneur de me recevoir."

    Kaas toussota tandis qu’une brise chaude le remet droit dans ses bottes. Oui, il ne doit pas faire perdre du temps à Ayshara et c’est pourtant ce qu’il fait en tournant autour du pot. Il expira un coup, il y a une raison qui a été évoqué pour laquelle il est présent. Maintenant il est temps d’en parler. Dumatin plongea son regard profondément dans celui de la femme Ryssen.

    "Je pense que vous avez déjà comprise, mon intérêt principale dans notre société est de l’améliorer afin que le Reike devienne plus fort. Et comme vous, je suis certain que ce n’est que la nouvelle génération qui puisse y parvenir. Hélas il y a … des barrières, essentiellement deux, qui brident l’éducation de nos jeunes et qui les empêchent d’atteindre de nouveau sommets."

    Oui, deux gros problèmes. Et il sait que l’un de ceux deux-là va être très compliqué à approcher de manière convenable. Autant commencer avec la valeur plus sur et simple.

    "Comme vous le savez sans doute, nous sommes très sévères au Drakstrang. C’est une manière qui me sied parfaitement car le futur ne pardonne que très rarement et que pour une poignée de personne …"

    Aussitôt, des images de neiges et de cadavres paralysèrent quelques seconde l’enseignant dans sa psychée torturée. Il tremble de terreur. Cela lui arrive de temps en temps malgré son endurcissement ces dernières années. Une tare et un don qui le motivent pour aller plus loin. Honteux, Kaas se retourna faisant face à la vue imprenable d’Ikusa et en profita pour chercher précipitamment dans sa tunique. Rapidement il trouva un flacon de thé froid saveur ‘fleurs du désert’ avec une légère dose de lait de pavot. Il fit sauter le bouchon d’un doigt et en but le contenu d’une traite, calmant instantanément sa crise, lui permettant de finir correctement sa phrase.

    "… et son pardon n’est point agréable."

    Kaas se secoua, transpirant quelques gouttes de sueur froide et cette fois-ci ce n’est pas dût à la présence de la reine.

    "Mes excuses. Mon traitement est strict et j’ai eut le culot de l’oublier. Mais cela me servira d’expérience, et c’est un luxe qui manque cruellement aux élèves qui font que du théorique et des simulations. Il y a des ‘élites’ qui sortent avec un diplôme sans avoir compris l’importance de leurs vies."

    La théine ainsi que le calmant font de plus en plus effet et apaisent le mental de Kaas. Suffisamment pour qu’il puisse se permettre de poser à son tour une question plus personnelle et qui aura un lien étroit avec la suite de sa logique.

    "Notre peuple, surtout vous, avons été victimes des titans. Connaitriez vous une solution durable à cette menace persistante ?"
    Impératrice-dragon du Reike
    Impératrice-dragon du Reike
    Ayshara Ryssen
    Ayshara Ryssen
    Messages : 526
    crédits : 2634

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: S - Impératrice
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t202-l-imperatrice-dragon#612
  • Lun 17 Avr - 9:08

    Parfois, la maîtresse du feu divin se sentait coupable d'avoir réalisé ses études universitaires au sein de l'établissement de Liberty, la prestigieuse et mystérieuse Magic. Certes, ses parents lui avaient imposé ce choix pédagogique très tôt, probablement dans le but de nourrir certaines obscures relations diplomatiques ou bien pour aller chercher une expertise étrangère qui serait utile à la nation du désert. Toutefois, il n'en restait pas moins que la légitimité éducative de la reine en prenait un sacré coup lorsqu'elle s'entretenait avec de dignes représentants de Drakstrang. Parce qu'au fond, elle n'était que cette souveraine reikoise, celle qui avait fait ses hautes classes en République, ce pays voisin à la réputation négative et aux moeurs salies. Elle ne connaissait pas vraiment les fondements de Drakstrang. Enfin, pas autant qu'une personne ayant vécu l'expérience directement. Un jour, quand ces maudites histoires de guerre et de titans seront terminées, peut-être qu'elle pourrait étudier, voire enseigner là-bas, qui sait ?

    Les mains jointes devant les cuisses, Ayshara écoutait attentivement les paroles du professeur, un sourire usuel ornant ses lèvres finement ouvragées. Inévitable, l'évocation de l'illustre directeur Keerius attira sa curiosité. À ses yeux, il s'agissait d'un grand homme, d'un individu d'exception qui avait puissamment participé à la création du Reike ainsi qu'à une majeure partie de son ADN. Aux côtés de ses lointains ancêtres, il devint une véritable légende, un redoutable symbole, la preuve vivante que même un ancien serviteur des divins pouvait se repentir et défendre une cause plus juste : celle de l'État. Secrètement, l'impératrice rêvait d'une vraie rencontre informelle avec lui afin qu'ils puissent discuter de divers sujets passionnants, comme la fondation du royaume ou de Tensai premier du nom et de son épouse Akasha. Elle s'était toujours questionnée par rapport à eux et leurs accomplissements passés. Tant de choses à apprendre; si peu de temps.

    - Malgré nos liens importants avec l'Université et le financement conséquent que ma famille lui octroie depuis des générations, Drakstrang n'en demeure pas moins une entité indépendante de la Couronne, possédant son propre comité de direction. En l'absence de force majeure, il est rare que la royauté s'implique de façon directe dans sa gestion. Personnellement, je n'oserais pas remettre en question l'expertise des Maîtres Keerius, Sheeran, Deryk et Isa sans raison valable. Une confiance quasiment aveugle qui s'apparentait presque à de l'indifférence, mais c'était loin d'être le cas : la suzeraine à la chevelure d'argent respectait tout simplement les compétences de ces professionnels surqualifiés et d'expérience. Âgée de seulement vingt-deux printemps, il serait culotté de sa part de les mener par le bout du nez.

    La suite de la conversation fit hausser les sourcils de la dragonne. Des barrières qui brident l'éducation de la nouvelle génération ? À cause des récents événements et de l'instabilité du climat mondial, la jeunesse expérimentait des difficultés inhabituelles, évidemment. Cela dit, ces épreuves s'avéraient nécessaires au développement de compétences cruciales à la survie.
    Ayshara avait toujours été une fervente partisane des méthodes douces et éthiques. Cependant, il fallait demeurer réaliste concernant la formation des soldats de l'Empire : la facilité ne forgeait ni la force, ni le caractère. Nul ne se dépassait en étant élevé dans la ouate. Performer. Voir plus haut, plus loin.

    Naturellement, elle allait répondre à son cher invité, souhaitant élargir les horizons de cet échange et en savoir davantage à propos de ces fameuses barrières, mais la gestuelle de l'enseignant changea de façon drastique, ce qui inquiéta légèrement la demoiselle. Que se passait-il ? Pourquoi tremblait-il ? Est-ce qu'elle l'intimidait ? Non, pas possible !

    - L'école ne nous inculque pas tout, malheureusement. Elle nous donne des outils et des connaissances, mais nous devons apprendre le reste par nos propres moyens au fil des expériences de vie. Dit-elle doucement. Rien ni personne ne peut réellement nous préparer à la guerre. Aucune simulation ne saurait nous vacciner face aux horreurs rencontrées sur les champs de bataille. Soulagée, la vosdraak remarqua que l'état physique de Kaas semblait être revenu à la normale. Elle le garda toutefois à l'œil, histoire que sa condition ne s'empire pas. Pour l'instant, nous ne connaissons pas de solution durable qui pourrait protéger notre peuple et le Sekai de la menace que représentent les titans. Nous théorisons qu'ils ne peuvent être tués de manière physiologique et qu'ils possèdent la capacité de se régénérer au sein d'une dimension parallèle à la nôtre. Néanmoins, nous n'avons pas de certitude à ce sujet... Peut-être que nous devrions déceler un moyen de leur bloquer l'accès au Sekai, fermer cette porte invisible qui leur permette de voyager librement entre les mondes ? Un petit soupir découragement se glissa d'entre ses lèvres. Nos recherches sur cela avancent peu : c'est le genre de travaux qui remet en question tout ce que nous savons de l'univers, de sa constitution arcanique et métaphysique.

    L'impératrice s'approcha de quelques pas et posa délicatement sa main droite sur l'épaule de l'homme, dans un souci de douceur et d'attention. Elle tenta de plonger son regard à l'intérieur du sien, essayant de comprendre la source de son précédent tourment.

    - Plus tôt, vous aviez mentionné un futur qui ne pardonne pas... Ce futur, a-t-il déjà été difficile pour vous ?

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Lun 24 Avr - 16:04
    Comme ce que différentes rumeurs laissaient entendre, la reine du désert est une personne aussi aimable que raffiné. Un trait de caractère plutôt étrange vu le penchant militaire de la nation ainsi que le tempérament guerrier de Tensai. Est-ce qu’un peu de douceur dans ce brut est possible ? Pour Kaas la réponse est claire et nette.

    Quoi qu’il en soit, Ayshara se montra particulièrement attentive et n’hésita à compatir à la difficulté de la tâche du Drakstrang : éduquer la génération future. Bien entendu, elle n’hésita point de rappeler que sa famille est en grosse partie responsable de la survie de l’académie via ses fonds monétaires. C’est certain que si l’université devrait fermer si elle se basait uniquement sur les maigres frais de candidatures … à moins d’accepter davantage d’entrées issue de la bourgeoisie. Certes, ces derniers paient bien mieux mais cela dénaturerait complétement la philosophie de la prestigieuse école. Devoir supporter ces opportunistes en salle de cours débecte Dumatin au plus haut point. Cette vérité sert bien de piqure de rappel sur la position supérieur de la reine par rapport à l’enseignant. C’est que la dame sait mordre malgré son allure docile. Un trait apprécié de l’enseignant malgré lui.

    À la suite de ce positionnement de force, le professeur continua néanmoins à expliquer le fond de sa pensée. Heureusement pour lui, il semble être parvenue à contenir sa crise dont il ne comprend pas lui-même les origines. Durant son élocution il nota un changement de faciès de la dame des sables lorsqu’il évoqua de possibles barrières d’apprentissages. Était-elle outrée de ces affirmations ? Non plutôt choquée de leurs existences ! C’est un bon point, c’est qu’elle s’y intéresse et que donc elle peut potentiellement y remédier. Enfin elle s’exprima plus en détail sur le sujet. Comme convenu, la femme à la crinière de lait s’accorda sur le fait que l’éducation actuelle ne permet nullement de préparer les jeunots d’aujourd’hui d’affronter les horreurs de demain.

    "C’est bien pour cela que je souhaite le renforcer autant que possible." Agrémenta fièrement l’éducateur.

    Mais Kaas n’enchérit pas d’avantage et laissa poliment Ayshara terminer son élocution, surtout qu’elle enchaine directement sur un savoir des plus enrichissant concernant ces satanés titans. Hélas tout n’est que bien funeste. Selon ses théories, les divinités n’ont pas réellement d’attaches ou de liens vitaux à leur corps sur le plan mortel. Que même la tête de ces bêtes atroces tranchées, une autre poussera derrière tôt ou tard. Bien sûr, cela n’est que pure spéculation mais incroyablement concordant avec les faits. Ces déclarations laissèrent l’enseignant bien songeur. Si tel est le cas est-ce qu’ériger une simple barrière entre les mondes suffirait à protéger le Reike de ces abominations ? Non, il faudra bien plus pour stopper ces engeances du mal dont les ambitions sont mondiales.

    Alors perdu dans ses pensées, sa cogitation fut soudainement stoppée par l’approche physique de la dame des sables. En effet, sans qu’il ne le remarque, la reine du reike est venue au contact et posa une main délicate contre son épaule tout en lui susurrant d’exprimer ses tourments. Il faut l’avouer, Kaas s’attendait à une discussion autour d’une longue table avec bien plus de formalité, il s’était préparé uniquement à cette éventualité … pas à celui d’un confessoire. La dernière fois que quelqu’un s’est approché ainsi de lui, c’était une élève qui avait tenté de le séduire afin d’en tirer des soudaines bonnes notes. Elle s’est soudainement fini un bon mois dans l’hospice le plus proche. Mais ici la situation n’est pas la même, il n’y a pas de malice dans le regard profond de dame Ryssen. Est-ce de la compassion ? De la pitié ? Dumatin prit avec délicatesse la douce poigne … et l’écarta poliment.

    "Ce futur est difficile, et il continuera de l’être. Du moins pas si nous y mettons les moyens, surtout les plus discutables."

    Kaas détourna le regard tout en se mordant la lèvre inférieure. Difficile de rester indifférent à cette preuve de gentillesse, mais la douceur n’est permise que si la brutalité dans le monde n’est qu’éradiquée. Et ce n’est très certainement pas le cas. Le professeur prit une nouvelle fois une grande respiration pour se remettre les idées en place et soupira longuement pour filtrer les pensées inutiles. Ce n’est qu’après qu’il affronta les yeux royaux. Il est frustré et triste.

    "Je pense qu’il m’est inutile de cacher ou de mentir auprès de votre majesté qui pourra de toute manière découvrir la vérité. Oui, comme tant d’autre, un titan … ou du moins l’un de leur serviteur … je ne sais laquelle … a balayé il y a cinq années mon corps expéditionnaire dans un flash. Et il a fallut que je survive d’une manière dont j’ignore toujours aujourd’hui. Une dette qui me poursuivra jusque dans ma tombe, et un destin que je ne souhaite à aucun Reikois."

    Tout ce qu’il vient d’énoncer est vrai, bien qu’il ait expressément omis de citer ses rêves agressifs et de nature étranges. De la tristesse et un air déprimé, le visage du professeur passa à la haine.

    "C’est bien pour cela que nous les haïssons. Ils le savaient, et ils savent que désormais nous sommes capables de mordre. Une barrière entre nos territoires ne les empêchera jamais de la franchir. Ce n’est pas qu’une démonstration de force que nous devons transmettre ... nous devons leur faire peur. Car la prochaine fois ils ne se contenteront pas simplement de ruiner nos vies, mais bien notre existence. Et je pense que nous avons une ressource utile pour contrer leur plan."

    Kaas sortit alors de sa tunique une nouvelle fiole, mais celle-ci ne contient aucun liquide, mais plutôt une simple graine de sésame. L’homme scarifié fit cogner la semence dans le verre en l’agitant de droite à gauche. Soudain, il parut plus serein, mais point sain.

    "Si je ne m’abuse, nous avons l’un des leurs. L’exposer à nos étudiants si ce n’est à la population ferais comprendre l’enjeu de notre patrie."
    Impératrice-dragon du Reike
    Impératrice-dragon du Reike
    Ayshara Ryssen
    Ayshara Ryssen
    Messages : 526
    crédits : 2634

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: S - Impératrice
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t202-l-imperatrice-dragon#612
  • Jeu 8 Juin - 7:56

    La jeune femme à la chevelure d'argent prêta une oreille attentive aux paroles tourmentées du Professeur Dumatin, ses améthystes empreintes d'une compassion profonde. Elle discerna avec acuité la douleur lancinante qui habitait cet homme, une souffrance née de sa confrontation directe contre les titans, ces créatures impitoyables qui semaient la destruction au sein du Sekai. Le récit captivant de sa miraculeuse survie, mais également l'évocation de la dette accablante qui pesait sur lui, éveillait en son for intérieur une tristesse débordante, une émotion mêlée d'empathie et de solidarité. De manière instinctive, elle comprit que la haine envers ces soi-disant déités était une réaction naturelle face à une pareille tragédie. Une réponse forgée par l'expérience personnelle de Kaas.

    Puis, telle une lueur d'espoir transperçant les ténèbres, l'enseignant de Drakstrang exprima une idée plutôt audacieuse, une proposition qui pourrait peut-être se dresser comme un rempart contre les plans machiavéliques de ces géants immortels. D'une solennité empreinte de détermination, il extirpa de sa tunique une petite fiole délicate renfermant une humble graine de sésame. Ce simple grain, apparemment insignifiant, abritait en lui une dénotation insoupçonnée. Ayshara porta son regard plein de curiosité sur cette minuscule graine, qui serait sans doute un élément important pour la suite de ce dialogue.
    Au fur et à mesure que la conversation avançait, ses pensées se tissèrent en une toile complexe. Les propos de l'homme évoquant l'utilisation de la titanide Zei, une démarche qui provoquerait de fortes émotions chez les reikois en formation, ne laissaient pas la douce impératrice indifférente. Cependant, elle ne désirait point que la haine et la colère dictent les actions décisives de l'Empire du sable. Les citoyens du Reike avaient déjà trop souffert. Il fallait une alternative viable à tout cela.

    La dragonne réalisa quelques pas en arrière, se tenant dans toute sa prestance, et prit la parole d'une voix claire et assurée, habitée d'une sagesse acquise au fil des années de gouvernance :

    - Monsieur Dumatin, votre idée est particulière et porte en elle un potentiel qui ne peut être ignoré. Vous avez ressenti la violence des titans à l'intérieur de votre chair, et votre expérience nous rappelle que nous devons agir de façon ferme pour protéger l'existence de ce que nous chérissons. Néanmoins, il nous faut amoindrir l'empreinte sinistre de la peur qui hante nos pensées, car une réponse monocorde ne saurait satisfaire notre quête d'harmonie et de résilience. Chacun des mots qu'elle prononçait était porteur d'une réflexion mûrie, révélant une intelligence perspicace doublée d'une sincère compréhension des enjeux complexes qui régissaient ce monde. À mon avis, la peur peut être une arme puissante, bien que cette dernière possède aussi le pouvoir de corrompre notre propre essence. Nous devons élever notre peuple, inspirer le courage et la détermination en nos concitoyens, afin qu'ils deviennent les gardiens de l'héritage que nous bâtissons aujourd'hui. Je crois que la mise en exposition d'un titan captif à l'attention éclairée de nos étudiants et à une partie de la population pourrait s'avérer être une leçon inestimable... Cela dit, cette entreprise requiert une dose conséquente de sagesse et de discernement. Il nous incombe de trouver cet équilibre subtil entre la pleine prise de conscience de la menace qui nous guette et la préservation de notre humanité. Parce que ces valeurs, Professeur, sont celles qui font de nous des êtres dignes. Des reikois.

    Un sourire bienveillant se dessina délicatement sur ses lèvres, illuminant son visage d'une aura d'intérêt. Cette rencontre qui s'était amorcée timidement avait, contre toute attente, adopté une tournure aussi passionnante qu’épineuse. Ce moment d'échange se révélait être bien plus qu'une simple conversation superficielle : il s'agissait bien là d'un véritable voyage intellectuel qui piquait sa curiosité tout en éveillant son esprit analytique.

    - Les titans... Il me paraît nécessaire de comprendre leur nature et leurs capacités avant de les exposer à quiconque. Il serait également judicieux d'impliquer nos meilleurs chercheurs et experts pour étudier cette créature de près dans le but d'y découvrir les secrets qui s'y cachent. Hélas, c'est une chose ardue à réaliser et notre prisonnière n'est pas du genre à se laisser faire par une bande de scientifiques. Même enchaînée, elle se montre difficile d'approche.

    La souveraine reikoise, dont la prestance imposante ne faiblissait pas, marqua une brève pause, plongeant son regard perçant dans une contemplation de l'horizon qui se déployait devant elle. Son esprit brillant s'éleva vers les hauteurs de la réflexion, explorant minutieusement les méandres complexes des moyens envisageables pour mener à bien cette entreprise hors du commun. Elle était pleinement consciente des défis herculéens qui les attendaient, mais cela ne faisait qu'alimenter davantage sa détermination.

    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum