DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Seraphin

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Echauffement nocturne InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Lever de Lune
    Derniers sujets
    La mascarade de minuit. [PV Gwynneth De Evelune]Aujourd'hui à 0:23Gwynneth De Evelune
    Le feu de la forge. (Pv- Cyradil)Hier à 23:00Kilaea Sliabh
    [PA] - Un coup que MAGIC ne verra pas venirHier à 22:13Capitaine Saumâtre
    RP's de Mortifère [République]Hier à 17:47Abraham de Sforza
    [PA] Le Chant des RoncesHier à 17:43Résiliente & Crow
    Echappée Belle [PV Kilaea]Hier à 16:46Kilaea Sliabh
    Validation des rps de KassandraHier à 16:30Kassandra Whype
    Aller en bas
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 1 Avr - 1:41
    La nuit était tombé sur les confins de la belle Magik, et ne restait parmi les occupants de l'académie que les étudiants les plus acharnés, les professeurs perdu dans leurs études, et les domestiques, qui devaient faire en sorte de garder le lieu impeccable en toute circonstance. Les lieux les plus fréquentés a cette heure étaient les diverses bibliothèques, ainsi que quelques salles de classe.

    Ce n’était pas du tout la ou Elia était en train de passer sa soirée. Une semaine qu'elle était de retour a Liberty, et elle n'avait quasiment pas eu le temps de souffler. D'une part car elle avait la sensation de toujours avoir quelqu'un dans le dos observant le moindre de ses gestes. Ca ne la stressait pas, mais avait tourné le curseur de son stresse a un certain niveau. Resultat de ses pérégrinations de son derniers séjours dans les bas quartiers.

    D'autres part car une fois en sécurité dans les quartiers de l'académie ou Neera l'avait invitée pour s’entraîne, elle avait principalement travaillée sa magie, au contact de la semi-titan, si bien qu'elle avait forcément négligée la partie physique de son entraînement habituel. Difficile de tout faire en même temps, mais elle avait sa routine a absolument faire a tout moment de sa la vie, chaque jour, a un moment voulu.

    Et c'etait pour cette raison qu'elle s’était retiré dans une salle assez isolée, au bout d'un couloir qu'elle avait parcourut distraitement. Si c’était bien la magie qui était étudiée ici, et tous les sujets pouvant y être rattachés, il y avait a plusieurs endroits des salles assez grande pour faire office de zone d'entrainement. Elle avait préférée effectuer sa séance avant de retourner vers son auberge. Histoire de prendre un bain directement en arrivant.

    Elle n'avait pas avancée grand chose vis a vis de ses prérogatives actuelles. Elle n'avait rencontrée personne de nouveau, et encore moins quelqu'un pouvant lui donner des informations utiles a rapporter a Zephyr. Mais elle aimait beaucoup son séjour pour l'instant. Elle avait beaucoup d'affection pour Neera avec qui elle s'entendait bien, avait un bon sommeil, visitait la ville chaque jour, bref, presque comme des nouvelles vacances.

    Ce soir la elle avait donc décidée de se reprendre un peu en main, au moins physiquement. La moindre perte de reflexe pourrait s'avérer fatale. Elle etait vétue d'un pantalon un peu sérré pas vraiment pratique pour ce genre de manœuvre, et d'un haut composé d'un simple haut de tunique et d'une veste par dessus, qu'elle avait acheté en ville dans la semaine.

    Pour surentraînée, elle avait donc tiré la porte, en sachant que personne ne venait trop frequemment par ici, et retirée carrément son pantalon, portant en dessous une sorte de petit short assez fin en guise de sous-vêtements. Elle parvenait a faire le grand écart comme ça, ce qui etait le signal minimum de la possibilité d'un entraînement correct, utile.

    Elle avait laissé le minimum de lumiere allumée, bien qu'elle aurait pu tout aussi bien restée dans le noir au vu de ses capacités visuelles, et elle avait commencé a courir, aprés avoir ouvert une fenetre pour respirer, habituée au sommet de l'aiguille, la tour ou elle vivait a Ikusa, et ou elle s'entrainait peu importe la météo, en plein air, chaque matin.

    Appréciant l'effort physique, elle ne se concentra pas vraiment sur les alentours. Assez affûté pour réagir a la moindre tentative de l'attaquer, si quelqu'un approchait depuis le couloir alors qu'elle était en train de trottiner en guise de mise en marche de son corps, elle le sentirait simplement vaguement.

    De toute façon, personne n'allait l'attaquer en plein cœur de la plus grande université de magie du Sekai....
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 1 Avr - 21:57
    “Tu vas encore passer la nuit ici ? Ton bureau n’est pas une chambre tu sais.” Évidemment que le sujet allait encore une fois revenir. Ils ne peuvent pas me laisser tranquillement faire mon travail comme je l’entends ? J’entends leurs remarques. Que ce soit pour l’image que je renvoie ou pour ma santé cette situation n’est pas clairement pas la meilleure c’est un fait. Et en même temps désolé mais ce n’est pas comme si j’avais réellement le choix “Oui je vais passer la nuit ici. Certainement. J’ai des copies à finir de corriger et ensuite j’aimerais avancer le mémoire sur la pétrification.”

    Avec un soupir je pose ma plume, relève la tête et croise les bras en m’enfonçant dans mon fauteuil les yeux rivés sur mon collègue. Un Elfe. Un Elfe avec qui j’ai déjà eu plusieurs fois l’occasion de parler, qui m’a déjà plusieurs fois fait part de son inquiétude concernant mes mauvaises habitudes, et qui va probablement continuer à agir de la sorte dans le futur. Au moins il s’inquiète pour moi, pas pour l’image que je peux renvoyer et qui risquerait de salir celle de l’établissement. “Quel âge as-tu Anhaern ? Ne réponds pas. Plus de trois cents ans il me semble. Peut-être quatre cents. Et il te reste encore quelques centaines d’années à vivre si tout se passe bien. Personnellement j’ai vingt-sept ans et dans le meilleur des cas je vais pousser jusqu’à quatre-vingt, quatre-vingt-dix si j’ai de la chance.” Il est mal à l’aise. Même s’il le cache bien son corps ne ment pas, ce petit changement de pied d’appuis, son regard fuyant, sa respiration… “Si je veux prouver de quoi je suis capable alors c’est aujourd’hui. Alors oui, mes choix ne sont pas les meilleurs mais ils sont fait en ayant conscience du prix à payer. Et je ne reviendrais pas dessus. Est-ce que je peux reprendre mon travail maintenant ?” Il sourit en hochant la tête. Ce n’est probablement pas la première fois qu’il entend ce genre de remarques. Et il est même probable qu’il ait déjà côtoyé et vu des humains s’éteindre à plusieurs reprises durant son existence. “Oui… Pardonne-moi, je pose les documents sur le guéridon… Essaye de ne pas te coucher trop tard.” Il passe la porte en terminant sa phrase. Mes mots l’ont blessé, il faudra que j’aille m’excuser demain.

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    Corriger les copies m’aura pris plus de temps que prévu. Beaucoup plus. La nuit a eu le temps de tomber et l’établissement est presque vide à cette heure. Si j’étais raisonnable je m'arrêterais ici en prenant mes affaires avant de partir chez moi en me disant que le mémoire peut bien attendre un jour de plus. La raison n’est pas vraiment ce qui me caractérise le plus… Avant de prendre une décision, il faut que je respire et fasse une petite pause. J’étais concentrée jusqu’ici ça m’a évité de me rendre compte de à quel point j’ai mal au dos. Tout en m’étirant je fais quelques pas autour du bureau. Une petite marche dans l’établissement ne me ferait pas de mal et me permettrait d’avoir les idées plus claires sur la suite. Rapide coup d'œil dans le miroir. Je ne suis pas vraiment présentable mais ce n’est pas comme si j’allais rencontrer beaucoup de monde dans les couloirs. Tout en déposant ma veste sur le porte-manteau, je me glisse hors du bureau.

    Mon travail n’est pas la seule raison qui me fait rester plus souvent que je ne le devrais dans l’établissement la nuit. J’aime cette atmosphère qui change radicalement à la nuit tombée, quand les bruits s’estompent. Ces longs couloirs sont à la fois aussi angoissants que captivants, chaque salle donne l’impression d’appeler le visiteur de passage pour lui raconter son histoire, les différentes histoires qu’elle a pu vivre au fil des ans. Quelques-unes pulsent encore de la magie des exercices de la journée. Une flammèche à un endroit, du matériel d’alchimie renversé, une table fissurée… Pleins de petites traces qui attestent de la vie du lieu et qui seront réparées cette nuit par les domestiques chargés de faire en sorte que les étudiants puissent se donner à leurs études sans se poser de questions.

    Un bruit de pas ténu mais continu me fait sursauter. Depuis combien de temps suis-je perdue dans mes pensées ? J’ai marché bien plus loin que je ne l’aurais voulu dans l’établissement et sans cette intervention j’aurais sûrement déambulé pendant encore un bon moment… Le bruit vient de derrière moi, je ne l’ai pas remarquée en passant mais un léger rai de lumière se glisse sous une porte. Et apparemment le responsable est encore à l’intérieur. Bien, c’est aussi ça de rester la nuit, mon travail et mes obligations ne s’arrêtent jamais réellement. En quelques pas je rejoins la salle et ouvre la porte. À l’intérieur une jeune femme cour tranquillement, fenêtres grandes ouvertes. Plusieurs secondes se passent avant que je n’arrive à prendre la parole, autant abasourdie par le surréalisme de la situation que par l’aura qui se dégage d’elle. La scène et l’atmosphère de l’académie endormie semblent venir subjuguer une beauté naturelle déjà proche d’être irréelle. Et sa tenue n’est en rien pour arranger tout ça. “Si des gens venaient à vous voir des rumeurs sur un énième fantôme qui rôde dans les salles auraient vite fait de naître… Puis-je savoir ce que vous faîte ici mademoiselle ?”
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 1 Avr - 23:55
    Elle avait couru plus que de raison, alors que l'idée était une dizaine de minutes d'échauffement tout au plus. Le but étant simplement de tonifier le muscle par une petite activité, avant de commencer une séance habituelle de répétition, d'étirement et d'agilité, d'explosivité. Le basique du basique, mais assez pour alimenter ses muscles et ne pas perdre trop de vitesse.

    Mais elle avait un peu la tête ailleurs, songeant de plus en plus a la technique qu'elle allait pouvoir essayé enfin d'utiliser. Sa maîtrise de la magie de foudre s’était amélioré, et elle continuait, avec Neera, a la travailler. Encore un peu, et elle pourrait tester sa propre résistance. Si elle parvenait a stimuler son système nerveux, elle augmenterait son temps de réaction lors d'un affrontement. Que le signal électrique naturel soit plus rapide que son cerveau. Que ses mouvements ai lieu avant meme de se rendre compte de ce qu'elle evitait. Oui, c'etait ça qu'elle devait atteindre. Si elle y parvenait, elle entrerait dans une autre dimension.

    Elle entendit la porte s'ouvrir alors qu'elle etait dos a cette derniere, elle sursauta en sautant sur le coté.

    - Aaaah !

    Elle avait vraiment tant baissé sa garde que ça, pour se faire surprendre de la sorte ? A moitié a poil en plus ! Personne n’était censée venir par ici a cette heure, c’était sans doute pas de chance, mais parfois, il fallait contrôler la chance, ce qu'elle n'avait pas du tout fait pour cette fois. Elle se mordit la levre, posa les yeux sur son pantalon, délaissé non loin de la femme qui venait d'entrer, puis sur cette dernière.

    - Euh, je...je pensais qu'il n'y avait personne.

    C’était vrai. Elia usait comme souvent de la stratégie classique, dire la vérité au maximum. A force de mentir, on finissait par s'embourber. En disant au maximum la vérité, on parvenait, en plus de ça, a rester d'avantage cohérent et surtout, crédible.

    - Parce que c'est déjà arrivée, un fantôme d'une fille a moitié dénudée courant dans les couloirs ? Il peut vraiment tout se passer dans cette académie.

    Elle sourit légèrement, sans bouger du mur. Pas d'angle mort, on ne savait jamais vraiment sur qui on tombait, et dans l'absolu, pour que quelqu'un passe par ici comme par hasard a cette heure tardive, il y avait toujours une chance pour que ce ne soit pas totalement fortuit. Au pire, elle allait juste chercher un moyen de vite s'échapper. Et avec son pantalon, ce serait mieux. Se balader en culotte dans l'université n'etait pas forcément la meilleure façon de passer inaperçu.

    - Je...j'allais faire une séance d’entraînement physique. Comme la salle est spacieuse, je me suis dis que ca dérangerais personne de la faire ici.

    Elle observa un peu plus attentivement celle en face d'elle. Elle avait l'air un peu plus agée, et Elia la trouva physiquement charmante. En particulier ses cheveux coupés, qui lui donnait un air original, qu'on ne trouvait que rarement parmi la gente féminine. Oh, elle venait de la reconnaître. Elle connaissait la plupart des professeurs de l'école, les ayant étudiés en avance pour sa mission.

    - Professeur Natsk, n'est ce pas ? Pardonnez moi vraiment, si je dérange. Ce n’était pas le but.

    Elle se souvenait d'elle, des matières qu'elle enseignait, de son jeune age pour déjà avoir l'opportunité d'enseigner ici. Une espece de genie dans sa branche, pour être reconnue de telle façon qu'elle était assez réputé pour avoir ce poste. Elle avait retiré son nom de sa liste de potentiel intérêt a approcher, etant donné qu'elle n'avait elle meme aucune connaissance dans la matière qu'Eloise Natsk enseignait. Elia ne voyait donc pas pour qu'elle raison cette dernière aurait voulu échanger avec une marchande étrangère sans aucune connaissance.

    - Je vais rentrer alors, si je vous indispose. Vous aviez peut etre quelque chose de prévue ce soir et je ne veux pas vous retarder. Encore désolée.

    Elle fit un pas de coté, alors que les bougies vascillaient sous le courant d'air crée par l'ouverture de la porte. Avec un peu de chance, elle pourrait réellement récupérer son pantalon.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 2 Avr - 15:59
    Bras croisés sourire aux lèvres, je la regarde déballer ses excuses. En temps normal je me serais contenté de lui faire une remarque avant de la raccompagner vers la sortie mais je ne sais pas, peut-être est-ce dû à la situation, peut-être est-ce dû à la fatigue, peut-être est-ce dû à elle, mais j’ai envie de l’embêter un peu. Encore plus en la voyant chercher désespérément des yeux ses affaires. “Les fantômes ne courent pas donc je dirais que non. Mais oui, il peut se passer beaucoup de choses ici. Et vous me prouvez que je peux encore être surprise.” En un sens elle peut être fière d’elle, j’en ai vu des élèves agir de manière inconsciente la nuit, de pleins de manière différentes les plus attendues de la part d’étudiants comme les plus surprenant, mais elle vient encore relever le niveau.

    Tout en l'écoutant, je la regarde avec un peu plus d’attention. Elle doit à peu prêt avoir l'âge que j’avais à la sortie de la première partie de mes études. Le physique en plus. Qu’est-ce qu’il est énervant de se dire que certaines personnes naissent en ayant tout. Enfin, je ne connais pas sa vie, bien évidemment que depuis sa naissance tout n’a pas dû lui être servi sur un plateau. Mais s’il y a un point sur lequel elle a été gâtée c’est bien sur son corps. Tout comme elle vient de jeter un coup d'œil rapide vers son pantalon, je baisse rapidement les yeux pour me regarder… Je crois que je l’envie un peu. “Hein… Euh oui pardon c’est ça, Eloïse Natsk…” Je soupire en secouant la tête, ça ne sert à rien de penser à ça. Même si c’est un peu dommage. Je suppose que certains diraient que c’est ce qui fait mon charme.

    “Vous savez que si vous voulez vous entraîner nous avons des terrains spécialement prévus pour ça ? Normalement la zone est fermée la nuit mais je préfère aller vous l’ouvrir que devoir gérer avec de nouveaux bruits de couloir.” Ne serait-ce pas une excuse que je cherche ? Sincèrement je me le demande. Je ne peux pas m’empêcher de penser aux discussions de la journée, tout ce que je veux c’est me vider l’esprit, penser à autre chose. De l’exercice… Depuis combien de temps n’ai-je pas fait d’exercice physique ? Si on ne compte pas les courses après les élèves ou les moments de pressions pour rattraper une situation catastrophique, cette pensée me fait fermer le poing en réflexe, une bonne expérience mais que je ne reproduirai pas de suite, cela doit faire des années que je n’ai pas dû réellement bouger. Et elle ne semble pas être de mauvaise compagnie. “Donc… Oui… Si vous voulez, je peux vous accompagner jusqu’aux terrains d’entraînement et vous ouvrir la zone. Je me porterai garante en cas de soucis ce n’est pas un problème.”

    Au moins avec la moitié de son corps exposé le doute n’a pas beaucoup d’endroit où se cacher, elle doit régulièrement, probablement quotidiennement, se donner à une série d’exercices physiques. C’est du moins ce que semble indiquer cette musculature travaillée. Je n'ignorais pas que certains élèves du cursus militaire se donnent la peine de travailler leur physique mais de manière aussi assidue… C’est une nouvelle surprise. “Et… Si ça ne vous dérange pas, peut-être pourrais-je me joindre à vous pour quelques exercices. Ne vous attendez pas à de grands résultats de ma part, ma condition physique doit être catastrophique mais ça ne peut pas faire de mal.” Il faudra que je pense à lui dire de ne pas ébruiter l’affaire une fois tout ça terminé. Enfin, si elle accepte et ne s’enfuit pas. Je ne pourrais pas trop lui en vouloir si c’était le cas, nous avons presque le même âge mais elle reste un élève et moi une professeure, qui dans un sens propose d’inverser les rôles pour la soirée. Ils n’ont pas tort, je devrais vraiment faire attention à mon image. Au point où j'en suis c’est trop tard, autant jouer le jeu à fond.

    Avec un petit pas de côté je me rapproche de ses affaires avant de me pencher et ramasser son pantalon, le tenant à bout de bras et faisant mine de le regarder sous différents angles. “Vous semblez toutefois avoir quelques… Habitudes en ce qui concerne la tenue à porter pour vos exercices… J’espère que cela ne s’applique pas à vos partenaires aussi ?”
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 2 Avr - 16:55
    Oui, bien sur qu'elle savait. Mais s’entraîner en extérieur, ou dans des salles prévues, offrait le risque que des gens viennent poser les yeux sur elle. Outre le fait qu'elle ne pouvait dévoiler aucune de ses capacités au public, l'idée d'etre observer par n'importe quel homme avec ses yeux sales et luxurieux la mettait mal a l'aise rien que d'y penser. Au moins, avec Eloise, le regard serait agréable.

    - J'avoue que je n'y ai pas vraiment pensée. Je suis désolée.

    Elle s'inclina légèrement. Elle ne savait pas trop si elle devait accepter, du coup. Si c'etait pour créer une sorte de spectacle avec la professeur en tete, c'etait purement et simplement hors de question. Et en plus elle se proposait de participer ? Ça pouvait devenir dangereux. Si jamais sa popularité de professeur finissait par rameuter des spectateurs, c’était fini en terme de discrétion, ce qu'elle visait plus que tout.

    - C'est adorable de votre part, vraiment...mais je ne voudrais pas vous déranger.

    Elle lui fit un petit sourire. Assez doux, mignon, sa spéciale. Celui qu'elle faisait naturellement et qui attrapait généralement le regard quand on s'y attardait trop. Elle la suivi des yeux, alors que la professeur se penchait pour attraper son pantalon, et détailla sa silouhette, ses muscles, qu'elle pouvait avoir, avec son expertise habituelle, se mouvoir même a travers la tenue sombre qu'elle portait. Une érudite, clairement.

    - ...Hum.. ?

    Cette fois, elle rougit un peu. C'etait une critique, une petite blague ? Ou bien clairement un sous entendu ? Dans tous les cas, elle se retrouva un peu démunie. Et oublia un bref instant la raison pour laquelle elle était en train de se mefier une seconde avant.

    - M...mes...partenaires... ?

    Elle visait quel type de partenaire exactement ? C'etait une technique de séduction ? Ou bien une façon de la rendre mal a l'aise ? Peut etre qu'elle faisait allusion au fait qu'avec un pantalon aussi moulant, ses fesses devenaient clairement une arme a part entiere vis a vis d'une bonne partie de la population. Ou bien...

    - Oh euh...d’entraînement, vous voulez dire ?

    Ça devait etre ça, oui. Elle etait intense, mine de rien. Tout ce qu'elle attendait d'une professeur de Magic. Mais si Neera laissait échapper une sorte d'aura de puissance dévastatrice autour d'elle, dans son sillage, le professeur Natsk, elle, lui offrait une sensation un peu différente. Une sorte de charisme qui avait touché un peu la reikoise. Elle qui etait déjà sensible de base aux beautés féminines...

    - Bon euh...Si c'est juste nous deux, je veux bien m’entraîner avec vous. Mais je n'aime pas trop l'idée d'etre observée alors...pas beaucoup plus.

    Elle fit les quelques pas qui les séparait l'une de l'autre, laissant a la professeur la joie de sentir légérement l'odeur de son parfum naturel, plutot très agréable, mélé a sa petite suée résultant de la petite course qu'elle venait de faire. Elle lui sourit a nouveau en tendant le bras, et pris son pantalon.

    - Merci.

    Elle se retourna, et sans y penser, se pencha un peu en avant pour faciliter le fait d'enfiler son pantalon. Ca aurait pu etre vu comme une véritable tactique, mais dans le cas présent, elle avait simplement songé que ne pas la voir pour se rhabiller etait plus poli que l'inverse. Il fallait vraiment qu'elle travaille le fait de garder son sang froid en présence d'une femme qu'elle trouvait jolie. Elle avait tendance a avoir des réactions un peu idiote.

    - Hum...j'arrive...Dans une seconde...

    Il etait définitivement un peu limite. Elle songea qu'elle aurait a en racheter un une taille plus grande rapidement. Mais pas le choix pour aujourd'hui, ca irait. Elle mit une petite minute a l'enfiler et a l'ajuster et se retourna vers la femme aux cheveux courts.

    - Je veux bien vous suivre du coup, si vous connaissez une salle tranquille.

    Elle fit un pas de coté, pour se mettre vers la porte et pouvoir la suivre. Et réalisa soudainement qu'elle ne s'etait pas du tout présenté.

    - Oh, et vous pouvez m'appeler Eryah. Je...je ne suis pas vraiment eleve ici. Je viens juste voir le professeur Storm, pour un entrainement de temps en temps. Merci de me guider, mademoiselle Natsk.

    Elle préférait ça a professeur....
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 2 Avr - 21:44
    Je n’aurais pas dû faire cette remarque, au vu de sa situation et de ma position c’était déplacé. En temps normal ça ne me serait même pas venu à l’esprit d’agir de la sorte. Pourtant ce soir je n’ai même pas envisagé une autre solution, je me suis contenté de parler sans réfléchir. Et la réalité c’est que je ne regrette pas un instant ce choix. Elle ne sait pas comment réagir, comment répondre et ça la rend adorable. Le sourire dont elle m’a gratifié juste avant aussi charmant soit-il a ce quelque chose de… Travaillé ? Je n’irais pas jusqu’à dire artificiel mais je ne dirais pas naturel non plus. Alors que ses bégaiements, ses joues qui s’empourprent… Enfin, je reste une professeure, me jouer de la sorte d’une élève n’est vraiment pas correct. Certains s’autorisent des remarques bien plus déplacées et insistantes qu’une simple pique sur la tenue utilisée lors d’exercices physiques mais je ne veux pas être comparé à tout ça.

    "Hm ? Bien sûr d'entraînement. Vous aviez compris…” Sa remarque m’interrompt nette dans mes pensées. Est-ce qu’elle pensait vraiment que je parlais de cet autre type de partenaires ? Si c’est le cas, à quoi pensait-elle d’autre ? J’espère que ma demande n’a pas été mal interprétée… Tout comme mes regards… Il faut bien avouer que depuis tout à l’heure je n’ai pas été vraiment discrète… Bon, c’est trop tard pour penser à tout ça maintenant, il faut juste que j’agisse en conséquence… D’autant plus qu’il y a quand même des perspectives plus désagréables. Comme un refus à ma demande de la rejoindre dans ses exercices. Dieu merci elle a accepté. “Je compte sur vous alors. Ce soir ce n'est pas moi la professeure.”

    En lui souriant je lui rends ses affaires, sursautant quand elle se retourne pour se rhabiller. Je veux bien que nous soyons deux femmes, tout cela ne devrait pas me déranger plus que ça, et les années d’internat m’ont déjà fait voir et vivre beaucoup plus mais ça ne reste définitivement pas correct… Il se passe plusieurs bonnes secondes avant que je ne parvienne à détourner les yeux, autant à cause de la surprise que (autant être honnête avec moi-même me mentir n’avancera à rien) pour elle… J’ai bien l’impression de m’être lancé dans un petit jeu que je ne suis pas en mesure de gagner.

    Quand elle se retourne j’ai les yeux rivés sur le mur et en dépit de tous mes efforts personne n’est dupe. Elle peut lire la gêne sur mon visage aussi facilement que je pouvais le faire sur elle avant de lui rendre ses affaires… En éteignant les lampes rapidement elle ne se rendra peut-être pas compte que je suis écarlate… Oui, bien sûr, ça a toutes les chances de marcher comme idée tient. Tête baissée je fais quelques pas dans la salle pour souffler les bougies et fermer les fenêtres. En temps normal j’aurais pris le temps de ranger le désordre… En temps normal. Comme si la situation était normale. En quelques enjambées je la rejoins devant la porte attendant qu’elle sorte pour fermer la salle à clef.

    “Si tu n’es pas élève ici ne t’embête avec les mademoiselles, professeur, madame ou que sais-je, j’en entends un peu trop toute la journée. Disons juste Eloïse, ça te va ?” Je réalise en terminant ma phrase l’avoir tutoyé par réflexe. La fatigue est vraiment quelque chose de dévastateur. Et là aucune chance que ce soit passé inaperçu “Désolé, c’est… Tu… Vous… Enfin on peut se tutoyer si tu veux.” Mais pourquoi est-ce que j’ai autant de mal ?! Mon quotidien consiste à parler à des gens, je passe mes journées devant cent personnes (un peu moins sur les cursus plus avancés) sans avoir le moindre soucis et la je bégaie au moindre mot. Et l’avoir aussi proche n’arrange rien… D’autant que je m’étais fait la remarque mais il n’y a pas beaucoup de différence entre ce qu’elle porte maintenant et quand elle n’avait rien… En fait, elle se dévoile probablement plus habillée comme ça qu'avant… “Je t’aurais bien proposé les terrains à l’extérieur mais si tu ne veux pas attirer l’attention ce n’est pas le mieux… Les salles d’entraînement militaire sont un peu trop loin… Hm, on va utiliser les salles des pratiques fondamentales, elles servent aux étudiants qui veulent s’entraîner au contrôle élémentaire, il y aura toute la place nécessaire. Et à cette heure les domestiques ne viendront pas dans cette zone on devrait être tranquille.”


    Ma phrase est peut-être un peu flou non ? Si comme tout à l’heure elle venait à se tromper sur mes intentions… “Enfin je…  Tu as tes raisons de ne pas vouloir être observée et la moindre des choses que je puisse faire c’est respecter ta demande… Déjà que je me suis un peu incrusté dans ton entraînement…” Maintenant que j’y pense, il y a une chose que je n’ai pas vérifié avec elle… J’espère que ça ne posera pas de problème… Ça ne sert à rien de se prendre la tête avec ça, j’aurais le temps d’y penser une fois arrivée.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 2 Avr - 22:28
    Visiblement elles étaient bien sur la même longueur d'onde. Un petit entraînement, rien que toute les deux dans une pièces discrètes loin des témoins pouvant poser des yeux vitreux sur leur mouvement, le soir dans la pénombre de la nuit naturelle. Et en plus, partenaire d’entraînement. Oui, tout allait bien se passer, il ne pouvait pas y avoir de soucis, a aucun moment, évidemment.

    Elle croisa le regard de la jeune professeur, la gene, le rouge aux joues, et cette façon de vite s'enfuir pour negligemment eteindre les bougies. Il baissa les yeux sur ses jambes, et songea qu'elle aurait sans doute du le faire autrement. Mais si elle voulait, elle avait sans doute une ouverture pour tenter de l'inviter a diner ensuite. Elle semblait aussi sensible d'elle que l'inverse. C'etait toujours bon a savoir, si elle pouvait lier un nouveau lien...

    - Oh, comme vous...tu préfères ? La moindre des choses est de respecter le travail que vo...que tu as prodiguée pour devenir professeur a un si jeune age. Jamais je n'aurais ne serait ce que l'ambition d'avoir un tel niveau. Alors le vouvoiement est sans doute de rigueur...mais si...tu preferes, ca me fait plaisir de te tutoyer.

    Elle etait restée très proche de la professeur, dans le couloir, de sorte que lorsqu'elle se retourna aprés avoir fermée a clé, elle se retrouva nez a nez avec la Reikoise, a une simple petite distance de visage. Elia lui fit un joli sourire, observant attentivement sa réaction cette fois. Et ne bougea pas en lui indiquant le couloir.

    - ...Vas y, guide moi. Passe donc devant.

    Elle avait pu la voir de prêt, grâce a ça, et s’était même permis de sentir l'air et son parfum, d'assez proche. Ses sens plus affûtes que la moyenne avait apprécié ce petit passage, mais elle se calma aussitôt. Ce n’était qu'un travail, elle ne pouvait pas laisser parler sa vraie personne. Si Neera apprenait tout ça, ca pouvait devenir problématique. C’était le handicap que de se faire passer pour quelqu'un d'autre.

    - L'intérieur sera parfait...et je suis contente que nous ne soyons que toute les deux, je serais plus a l'aise pour...ça.

    Elle avait appuyée sur la derniere syllabe, amusée. Elle n'etait pas du genre a faire ça, aprés tout, elle n'avait encore jamais fait réellement ça tout court. Elle ne comptait pas jeter sa virginité au milieu d'un simple petit amusement, mais en attendant, en évaluant son corps, elle avait sentit que physiquement, elle pourrait la maitrisé sans soucis.

    - Et ne t'excuse pas du tout. J'aime bien m'entrainer avec quelqu'un. Mais...cette histoire de professeur...Je n'ai pas trop l'habitude de donner des leçons. Si tu es débutante, je vais faire de mon mieux mais...j'espere ne pas faire d’exercice trop difficile qui te dégoutteront. Il faut que ce soit un plaisir avant tout.

    Elle ne pouvait empecher ses sens de travailler, par reflexe, et sa vue perçante etaient braqués sur le dos de sa guide, détaillant ses mouvements. Oui, si elle plongeait, en avant, elle pourrait sans doute l'immobiliser. Poser doucement une main sur son cou, l'autre lui caressant le visage, et ensuite..

    -  ! Hum...euh...et du coup vous...euh...tu, tu es professeur en magie ? Enfin euh...

    Qu'elle idiote. Elle s'etait perdue dans ses fantaisies d'adolescentes, et avait perdu le fil juste un instant, posant une question stupide. Bien sur qu'elle etait professeur de magie, c'etait le but de l'université. Elle accelera pour essayer de ne plus voir son dos et se mettre d'avantage du coté de son flanc.

    - Enfin, je veux dire, de quelle spécialité ?

    Ca, elle le savait, mais ca valait le coup de corriger. Et puis, il y avait tellement de professeur que c'etait logique qu'elle ne soit pas une experte de la spécialité de chacun. Elles en avaient profités pour changer de niveau, s'éloignant de la zone ou Elia avait établit sa premiere zone d'entrainement. Elle connaissait plutot bien l'endroit dorénavant, mais moins que Eloise, et en marchant aussi vite, elle avait un peu de mal a suivre l'endroit exacte ou elles se trouvaient sur le campus.

    Elle n'avait d'autres choix que de lui faire confiance.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 5 Avr - 3:31
    Elle n’est pas élève ici pourtant elle me connaît et sait ce que j’ai fait pour être là… Ça me semble surprenant mais Neera a pu lui parler de moi, même si je ne vois vraiment pas pourquoi elle aurait fait ça, cependant, cette remarque sur mes études… Est-ce que je me prends trop la tête ? Probablement… Mon nom n’est pas encore connu mais mes efforts sont présents… Ne puis-je pas juste profiter, pour une fois, qu’on reconnaisse mon travail ? Ne pas remettre en doute ou ne pas douter de mon partenaire ? Tiens… Encore une fois cette expression qui revient, on pourrait commencer à croire à un coup du destin. Je manque de sursauter en me retournant. Elle est proche. Très proche. Quelques centimètres à peine. Je me mords l’intérieur de la lèvre, les yeux fuyants. Cette porte que je viens de fermer me met littéralement dos au mur. En y regardant mieux ce n’est peut-être pas une mauvaise chose. Cette pensée me fait relever les yeux et chercher les siens. Deux grandes prunelles noires dans lesquelles les miennes semblent se refléter.

    “Hein ? Guide… Oui la route pardon.” Avec un sourire je me glisse hors de sa portée. Je retiens mon souffle, pendant un instant nos corps se rapprochent plus encore, ma main traîne un peu, mes doigts manquent de frôler sa hanche, marquent une ligne invisible le long de son ventre, à peine assez loin pour qu’elle ne les sentent pas, avant de revenir à ma hauteur. Je m’engage dans le couloir l’écoutant distraitement, je suis bien incapable de rester concentrée de toute façon. Pour ça… L’amusement s’entend dans sa voix. Si elle savait le nombre d’étudiants que j’ai pu déloger de salles qui s’adonnaient à… ça justement, elle ne rigolerait peut-être pas autant de la situation… Peut-être devrais-je lui dire… Si ça me permet de la voir de nouveau pleine de gêne, de voir ses joues empourprées… C’est une idée qui a son charme… Non, ces informations regardent l’académie, l’idée est tentante mais elle me l’a dit, elle n’est pas étudiante et c’est l’image de nos élèves qui est en cause ici.

    Un plaisir… J’ai l’impression que en l’état peu importe les exercices qu’elle pourrait me faire réaliser ce serait un plaisir… “Ne… Ne t’inquiète pas, fais les exercices que tu penses être les bons… Si jamais c’est trop dur ou que je n’arrive pas à quelque chose, on verra à ce moment. Je serais une mauvaise professeure si je ne t'aidais pas quand tu en a besoin.” Elle marche à quelques pas derrière moi… Pour ne pas me perdre ? Parce que l’université l’impressionne ? Pour me regarder ? Non, probablement pas. Qu’est-ce qu’elle pourrait bien vouloir regarder de toute façon.. C’est elle qui fait se retourner les gens dans la rue par sa présence, pas moi. Mais… Ce soir, je suis la seule à pouvoir la voir non ? À pouvoir l’admirer… Et peut-être bien est-ce là l'unique chance que j’aurais… Elle vient de me rejoindre… Je vais ralentir un peu le pas. Ce soir je serais égoïste, je veux profiter de ce moment.

    “J’enseigne en pratiques interdites. C’est drôle que tu me connaisses moi et mon parcours mais pas ma spécialité…” Une nouvelle petite incohérence… Elles commencent à s’accumuler. Peut-être devrais-je essayer de l’acculer, savoir ce qu’il en est réellement, si elle m’a menti ou non et si c’est le cas dans quelles mesures. Le nom de Neera est connu ce n’est pas dur de l’utiliser et même pour nous ses collègues il est difficile de savoir qui elle a pu prendre comme élève hors cursus. Un petit regard de côté balaie mes résolutions. Je serais incapable de la questionner de face. Un nouveau sourire un peu proche me ferait perdre mes moyens à coup sûr. Sans parler d’une approche plus directe. “Tu ne me caches rien Eryah ? Tu m’a l’air très renseignée sur cette école et son personnel..” Et puis, au diable les doutes. Oui elle est louche mais je l’ai littéralement trouvée à moitié nue dans une salle de cours à s’entraîner. Si elle voulait nous causer du tort elle avait toute latitude de le faire j’en suis convaincue. “Non pardon, désolé… Déformation… Je passe mes journées à apprendre à mes élèves à douter de tout et moi-même à douter d’eux, de leurs mensonges… Je vais faire attention maintenant. Encore désolé.”

    Ce soir je laisse tomber, je lâche prise. Et si c’est une erreur et bien au même titre que je lui ai dit que je me porterait garante pour emprunter la pièce alors je prendrais mes responsabilités. En écho à mes pensées, nous arrivons devant la salle. Il va être temps d’aborder le fameux problème… Si s’en est un. “Nous voilà arrivées. Salle du contrôle des ombres pour les troisièmes années… Mais tu le sais dé… pardon je t'ai dit que j’arrête…” Les clefs tournent dans la serrure et la porte s’ouvre, me laissant avancer dans la salle. “Notre terrain de jeu pour la soirée. Loin de tout. Cependant… Hm…” Je me regarde rapidement, une chemise proche du corps, et un pantalon clairement trop rigide pour des mouvements amples… En somme une tenue qui ne va pas me permettre de faire beaucoup d’exercice… “Mes vêtements ne sont vraiment pas fait pour les exercices physiques… Sans parler que j’aimerais éviter qu’ils soient pleins de poussières… Tu… Euh… Une idée ?”
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 5 Avr - 13:29
    Visiblement, la tete un peu ailleurs, elle avait cumulé les petites erreurs. Bien sur, les pratiques interdites, ce truc qui n'avait que peu de consistance a ses yeux, totalement abstraits, composés de magie compliqué qu'elle n'aurait jamais la patience ou le talent pour apprendre. Il n'y avait rien de rationnel, elle avait simplement pensé, n'ayant jamais eu ce genre de cours durant son entraînement, que ce n’était pas pour elle.

    S’être remise a sa hauteur dans le couloir etait la bonne chose a faire. Et visiblement elle le remarqua et fit bien attention a ne pas trop tourner les yeux. Elia se passa la main sur le visage. Elle avait quelque chose de drôle dessus, ou bien de repoussant ? Peut etre qu'elle avait plus suée que prévu et que c’était déjà difficilement soutenable. Enfin, dans tous les cas, elle allait devoir encaisser d'avantage si elles s’entraînaient vraiment. La reikoise avait vite chaud durant l'activité physique. Une vraie bouillotte humaine. Elle avait désormais la couverture magique de Cyradil pour la rafraîchir, mais ici, elle n'en avait pas trop l'utilité et elle était restée a l'auberge, de toute façon.

    - H...hein ?

    Elles étaient déjà arrivés, et visiblement, c’était une classe connue. Sauf qu'elle avait bien dis, déjà, qu'elle n’était pas élève ici. Elle ouvrit les yeux pour observer les alentours. Une salle en arc de de cercle, descendant comme un amphithéâtre avec une grande surface place aux pieds des gradins permettant effectivement de s'exercer avec une certaine aisance.

    - Et bien, c'est assez normal non ? J'ai observé pas mal de cours et j'ai une très bonne mémoire. C’était au début, quand je cherchais ou se trouvais le professeur Storm. J'ai fini par la trouver dehors et je suis aller la voir pour lui demander de m'aider avec ma magie. Et ça dure depuis, c’était il y a deux ou trois mois.

    Juste la vérité, rien que la vérité, mais aussi la révélation que ces grands yeux noirs s’étaient déjà posé sur Éloïse durant un de ses cours, sans qu'elle ne le sache. Cette présence qui désormais, pouvait etre la a tout moment, la faisant, durant son prochain cours, scruter la salle a la recherche d'une présence féline et un peu évasive comme la jeune femme qui se trouvait devant elle.

    - C'est important de douter, mais la première étape, c'est d'avoir la force de faire confiance, non ?

    Elle lui sourit encore, en penchant un peu la tete sur le coté, plantant son regard dans le sien, à quelques mètres de distance. Elle se redressa, et gambada gaiement dans les travers, dans les marches, pour descendre jusqu'à la surface d’entraînement.

    - Je l'ai déjà fais de mon coté, mais la première étape et de s'échauffer conve...

    Elle s’arrêta, au milieu de sa descente, se retournant vers la professeur qui ne l'avait pas suivit, la regardant avec un petit air timide, un peu gêné. Hum. Les vêtements. Elles avaient le même problème. Non, c’était pire pour la Républicaine. Faire des activités la dedans, elle allait soit abîmer la tenue, soit se blesser. Aucun des deux cas n’étaient enviables.

    - Ah, ca c'est un peu bete. Vous avez pas de salle secrète derrière les salles de cours, avec des tenues de rechange, des affaires ?

    Bien sur qu'il y avait une arrière salle, ce n’était pas un secret, mais elle en savait encore beaucoup pour quelqu'un qui n’était même pas élève ici. Elle remonta les marches dans sa direction.

    - Je peux te prêter mon pantalon. Tu m'as déjà vu sans de toute façon, ahah.

    Elle pencha a nouveau la tete, la détaillant de haut en bas peut être un peu trop fixement pour ne pas que ce soit gênant. Elle donnait vraiment l'impression de voir tout a travers les tissus.

    - Quoi que, il est déjà serré sur moi, tu vas jamais rentrer dedans, tu es fine mais plus grande, il va t'arriver au mollet. Tu peux te mettre en sous-vêtements sinon. Ou bien on peut arranger les exercices. Tu peux t'étirer un peu avec ça ?

    Elle désigna son pantalon, et leva l’arrière de son genou pour que son talon touche sa fesse, pour lui montrant, et offrant pour seul résultat le tissu déjà moulant se tendre encore plus.

    - Y'a ce niveau assez basique, et y'a aussi le grand écart, l’extrême inverse. Je pourrais pas le faire sans craquer le tissu, et tu as sans doute pas envie de me revoir sans, ahah.

    Elle avait oubliée totalement tout l'aspect séduction de la chose, plongé dans l'activité qu'elles allaient débuter, et laissa ses phrases s’enchaîner, parfois a double sens, sans s'en rendre tout a fait compte. Elle était totalement Elia, dorénavant, et elle était vraiment rayonnante. La joie de vivre brute, qui faisait souvent sourire ses interlocuteurs.

    - Ça dépend aussi ce que tu voulais comme entraînement. Du physique un peu, du relax, sur place ? Un peu d'échange de coup, de répétition ? Je peux te montrer deux ou trois trucs.

    Mais il fallait aussi qu'Eloise s'attende a une proximité assez étroite. C’était un peu le principe du sport dans certaine discipline. Ça, Elia n'y avait pas encore pensée.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 6 Avr - 12:41
    Est-ce qu’elle n’aurait pas compris ma petite allusion ? Ce n’est pas plus mal. Surtout qu’elle n’a pas tort, c’est une salle comme les autres, elle n’a rien de particulier pour elle si ce n’est de répondre à nos attentes de la soirée. À bien y penser, c'est assez rare que je vienne jusqu’ici. Parfois un cours en commun avec un autre professeur mais hormis ces rares exceptions les salles de contrôle élémentaire ne font pas parties de mes destinations privilégiées. Plus tard peut-être. Un jour ou je prendrais le temps de me concentrer sur un, ou plusieurs, éléments à maîtriser.

    “Normalement je te te répondrais sans hésiter que oui la confiance prime. C’est vrai, tu a raison, même si c’est dûr il n’est rien de mieux que réussir à accorder une pleine confiance à quelqu’un.” Mes doigts courent sur un bureau, quelques traces de brûlures, des écritures. Des marques qui prouvent qu’ils sont passés par ici. Qu’ils ont laissé leur trace “Cependant, je suis professeure. Et même si dans l’ensemble j’ai confiance en mes élèves ce n’est pas parce qu’ils sont dans une académie prestigieuse et réputée qu’ils vont se priver de tenter des coups bas, mentir ou que sais-je pour avoir ce qu’ils veulent. Je parlais de surprise tout à l’heure, pas une semaine ne se passe sans qu’ils ne trouvent un nouveau moyen d’être créatif dans leurs bêtises.” Et inutile de dire que s’ils mettaient la moitié de leur créativité dans leur apprentissage, la vie ici leur serait bien plus simple.

    Ce qui est certain c’est qu’elle semble déborder de vie, d’énergie. Son regard sur tout ça est rafraîchissant. Pas de prise de tête, pas de question, juste de la sincérité. Une sincérité peut-être relative effectivement, mais je pense que je peux faire avec. Mon objectif ce soir est de ne pas me prendre la tête, ne pas penser au quotidien. Ou au passé. Encore une remarque une question qui tombe au bon moment. Oui, les salles sont là et oui les tenues sont dedans. Aucun étudiant n’a envie de voir ses affaires s’embraser à cause d’un contrôle du feu mal géré. “Hein ? Je… Quoi ? Ton… C’est…” Porter ses affaires ? Si on prend la situation de manière pragmatique oui, effectivement ce n’est pas comme s’il y avait encore quelque chose à cacher (je crois) mais je ne peux pas porter des affaires qui sont sur elle en ce moment même… Enfin. Non. Je ne peux pas porter ses affaires tout court. Point. Que ? En sous-vêtement ? Mes joues s’empourprent instantanément, je sens la chaleur progresser rapidement dessus. Heureusement pour moi, nous venons juste d’arriver, les lumières ne sont pas encore allumées. Ça doit être suffisant pour qu’elle ne remarque pas mon état. Quand bien même ce serait le cas, n'importe qui réagirait de la sorte si on lui demandait de se mettre en sous-vêtement devant une inconnue non ? Aussi charmante soit-elle.

    En tout cas, ça n'a pas l’air de la déranger outre mesure. Je crois que je le prends un peu mal… Je n’ai à ce point pas de charmes à yeux ? C’est certains que je ne rayonne pas de la même manière mais quand même… Non ? Bien. Si c’est ça d’accord. Pas de soucis. Tu ne me vois pas Eryah ? Alors je vais faire ce qu’il faut pour que ça change. “Je crois que oui, je pourrais faire ce mouvement mais si ça ne te dérange pas avant d’essayer, et avant qu’un drame n’arrive je vais aller me changer en bas.” D’un pas assuré, j'avance vers elle, les couloirs entre les rangées de table ne sont pas faits pour passer à deux. Ce n’est pas grave. Arrivée à son niveau, je glisse une main dans son dos à hauteur d’épaules et la pousse doucement du bout des doigts sur le côté avec la seconde, accompagnant son mouvement. Pendant une seconde nous restons face-à-face puis, avec un sourire, je continue ma descente, laissant mes doigts glisser dans son dos.

    “L’échange de coup ne m’a pas l’air très adapté. Je ne connais vraiment rien la dedans. Peut-être quelques exercices un peu génériques ? Ou quelque chose que je pourrais refaire seule de temps en temps ?” Me voici dans la réserve. Les tenues sont génériques, ça va être difficile de faire des miracles mais avec un peu de créativité tout est possible. Me changer me prend quelques minutes, quand je sors du vestiaire je porte la tenue typique d'entraînement de nos étudiants. Une chemise de lin et un pantalon qui ne cache qu’une partie de mes cuisses, laissant mes jambes en grande partie dénudées. La chemise est échancrée, habituellement un lacet permet de fermer la partie haute du torse. Pas dans mon cas. Le col est ainsi très échancré et dévoile clairement que je ne porte rien dessous. “On peut au moins reconnaître à ces tenues qu’elles permettent d’être libre de ses mouvements en effet. D’ailleurs j’ai parlé d’exercice à refaire seule mais si certains demandent l’aide d’un partenaire ce n’est pas un souci. Nous sommes deux ce soir après tout non ?”
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 6 Avr - 17:47
    Elle avait du mal a la prendre au sérieux sur le fait que les étudiants étaient dissipés. Pour elle c’était inconcevable. Le professeur, le mentor, l'instructeur. Le maître. C’était la personne qu'il ne fallait absolument pas contredire, écouter avidement, apprendre le plus possible, respecter en tout instant. Il n'y avait bien qu'avec Tagar qu'elle avait eu du mal a garder son sang froid, sans doute car c’était un homme et que, surtout, elle le trouvait détestable dans sa vision de la politique et du monde. Elle était bien trop ouverte d'esprit pour décider qu'il avait raison.

    - ...C'est triste. Ils ne doivent pas se rendre compte de la chance qu'ils ont d'avoir un professeur talentueux comme vous. Une jeune femme assez douée pour être enseignante a Magic a un si jeune age, c'est une perle qu'il faut apprécier. Ils perdent du temps et vo...te font perdre du temps.

    Elle était assez catégorique la dessus, mais c’était son éducation qui primait. Aurilia avait été stricte sur la question. Elia avait les yeux perdue dans le vague, en train de se souvenir de sa mère adoptive disparue, quand elle sentit la présence se rapprocher grandement. Proche. Très...trop proche. Ses joues son roses, Elia le voit aisément malgré l'obscurité. Et pourtant elle n'hésite pas a poser ses mains sur elle sous prétexte de la faire s'écarter du passage.

    -  !

    Elle se tendit un peu, n'ayant pas assez d'espace pour réagir et sauter en arrière n'aurait fait qu'attirer l'attention. Elle se retrouve les fesses appuyées contre le bord de la table, Eloise l'y maintenant dans une posture quasi dominatrice qui ne déplaît pas totalement a la reikoise. Elle se faufile ainsi, ses yeux la fixant un bref instant, avant de la relâcher pour continuer de descendre les masques.

    Elle n'ajouta rien de spécial, tournant la tete pour la voir de dos. Qu'avait elle dit, une professeur talentueuse ? Et qui sentait sacrément bon, d’après ce qu'elle venait de sentir. Son odorat surdéveloppé s'activa sans doute au mauvais moment. Ainsi que son cœur. Badoom, badoom, il lui tapait dans les oreilles. Elle venait de lui faire du rentre dedans, la, elle n’était pas folle ? Et cette démarche....elle le faisait exprès.

    Pas d'échange de coup, Éloïse ne semblait définitivement pas sur d'elle en matière d’entraînement physique, mais ca pouvait etre quand même intéressant de lui montrer de ou trois choses pour se défendre ? Un drame, du genre a...blblbl.

    - V...vous avez déjà fini.

    Elle venait de la voir remonter, en oubliant le tutoiement encore une fois, et surtout, en constatant qu'elle etait vraiment peu vétue. Bah, elle ne devait rien avoir d'autre a se mettre, n'est ce pas ? Comme ça, au moins, elle aurait de quoi faire. Mais sans savoir exactement pourquoi, elle même n'avait plus si envie que ça de se mettre en sous-vêtements de son coté. Son pantalon allait faire l'affaire. Enfin, elle l’espérait.

    - Ca hum...ca v...vous vas bien en tout cas.

    Libre de ses mouvements, oui, c’était le cas de le dire. Il n'y avait pas beaucoup de vêtements tout courts. C’était ce qu'elle portait quand elle s’entraînait seule, chez elle. Mais jamais elle n'aurait osée se vêtir ainsi en s’entraînant avec quelqu'un. Eloise n'avait clairement pas envie de voir ses cuisses bien trop musclée pour une fille, ou bien ses abdos bien trop apparents a son goût pour etre totalement féminine. En mission, elle les camouflaient même avec des artifices.

    - Oh euh...il y a bien des étirements et des exercices qu'on peut faire en duo...mais vous voulez sans doute plutôt commencer par des choses seule ?

    Ça paraissait plus logique. Elle qui n'avait que peu de complexes en général, et était plutôt confiante, avait soudainement l'impression de n’être rien qu'une petite fille un peu difforme devant une jolie nymphe. Elle avait une belle peau.

    - On peut commencer par s'échauffer ? Moi je l'ai déjà fais, mais c'est important pour v...toi, pour éviter les blessures.

    Elle avait du mal avec ça, la tutoyer. Elle etait presque trop jolie pour ça. Elle désigna le bas de son corps du pouce, en venant se mettre en face de la professeur, devant le grand tableau.

    - Je vais faire comme si vous ne saviez rien, ce sera plus simple que de vérifier a chaque fois si vous savez ou non, si ça vous conviens ?

    Elle se mit a deux pas d'elle, assez proche pour bien la voir, assez loin pour ne pas pouvoir se toucher sans tendre entièrement le bras. Elle désigna ses pieds.

    - Il est logique de suivre un ordre cohérent. Alors pour un entrainement statique, on commence par le bas du corps. Chevilles, genoux, hanche, bassin, bras, épaules, poignées, cou. Avec un accent sur les ligaments, et notamment ceux qui supportent le plus le poids de notre corps. Le plus simple c'est d'effectuer des rotations pour le bas du corps.

    Elle leva une cheville, fit une rotation, puis la même chose avec l'autre. Ensuite elle colla ses deux jambes l'une contre l'autre, fléchit légèrement en penchant un peu l'avant de son corps, offrant pour résultat que le bas de son corps se mit un peu plus en évidence. Et commença a faire des rotations des deux genoux simultanément. Puis elle se redressa, les mains sur les hanches, et commença a faire des rotations de bassin.

    - On peut commencer par la. Ne gardez jamais totalement les genoux tendues, toujours un peu fléchit pour ne pas mettre a mal le ligament. Redite moi si vous voulez mieux voir, je peux vous montrer de plus prêt.

    Elle avait retrouvé un peu d'entrain en évoquant l'échauffements, une petite lueur passionnée dans les yeux, toute souriante, les joues un peu rose de plaisir. Mais le tutoiement, ce n'etait pas encore ça.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 8 Avr - 0:50
    Dire que ça me va bien est peut-être un peu fort. Ce n’est qu’une tenue d'entraînement comme on peut en trouver un peu partout dans l’académie. Ou voir être portée directement par les étudiants. Un petit peu moins à cette heure effectivement, on a sûrement plus de chance de trouver un trèfle à quatre feuilles dans les jardins de l’académie que de croiser un étudiant dans les couloirs de l’université la nuit. Peu importe. Un compliment reste un compliment. Je voulais qu’elle me remarque, qu’elle me regarde, qu’elle s’intéresse à moi. C’est réussi. À quel prix ? Disons que je pourrais le refaire si l’occasion se présentait. Mais surtout ce n’est qu’un premier pas dans la bonne direction. J’ai son attention, maintenant il s’agit de la garder. Et cette partie risque de ne pas être la plus simple.

    “Merci, mais c’est juste la tenue de l’académie tu sais. Ce n’est même pas une tenue sur mesure, la chemise flotte un peu.” J’illustre en faisant doucement onduler le tissu en tirant dessus. Et vite arrêter. C’est peut-être un peu optimiste de dire que je pourrais le refaire en cas de besoin, la situation reste quand même assez gênante. Faites que personne ne me voit habillée ainsi… Même elle… Pourquoi j’ai fait ça… Je prends soin de moi, il n’y a pas à rougir. Et ce ne sont que mes jambes… Certaines ont vu bien plus que ça… Ce n’est pas pour autant que ce n’est pas dérangeant. Je voudrais qu’elle ne voit que le meilleur de moi, que ce dont je suis fière. Ce qui ici n’est pas vraiment le cas… “Hm ? Si tu penses que c’est mieux de commencer seule je te suis. Dans les deux cas, tu vas devoir me guider pas à pas de toute façon.”

    J’avais un peu oublié la raison de notre présence ici, trop concentrée sur… Sur elle. Mais oui, nous sommes ici pour qu’elle puisse finir son entraînement. Au passage en m’apprenant quelques bases. Maintenant que j’y pense, je ne sais même pas pourquoi je lui ai proposé ça. Pour me vider la tête ? Parce que j’ai agi sous le coup de la fatigue ? Que je veux oublier mes soucis, ou ce qu’il s’est passé dernièrement ? J’aurais très bien pu faire tout ça ailleurs, un autre jour, dans des conditions qui ne risquent pas de lui poser de sérieux problèmes si on vient à découvrir sa présence dans l’académie la nuit. Après tout, elle n’est même pas élève ici… Et c’est sans parler de ce que je risque moi-même. Un peu tard pour y penser. Et je ne veux pas trop y penser.

    Une partie de ses explications m’a échappé pendant que j’étais dans mes pensées… Je crois qu’elle m’a demandé ce que je connais… Rien de bien utile. En tout cas rien qui me semble applicable ici. J’ai rigolé en la présentant comme la professeure pour la soirée mais c’est en réalité la stricte vérité. Même si elle est plus jeune que moi, tout indique que dans ce cadre ses connaissances sont à des années des miennes. Et cette lueur qui brille dans ses yeux quand elle aborde ce sujet. C’était la même quand nous sommes arrivées et qu’elle a commencé à parler de la suite… Je ne sais rien d’elle si ce n’est son nom mais cette énergie qu’elle dégage, cette passion rayonnante… Même si je ne saurais dire pourquoi, je veux qu’elle me regarde. C’est quelque chose que je veux sincèrement, du plus profond de mon être, je le sens et je sens que je ne pourrais pas faire de concession dessus. Mais je veux aussi qu’elle continue de rayonner, de s’épanouir.

    “Tu aimes vraiment tout ça hein ? Tu expliques avec la même passion que certains de mes collègues.” J’arbore un grand sourire, un sourire fatigué mais sincère. “Je vais essayer d’être une bonne élève mais je te l’ai déjà dit, tu risques d’avoir du travail avec moi. Ça fait longtemps que ces fameux ligaments n’ont pas été sollicités pour autre chose que de la marche dans l’académie.” Elle rayonne. Si sa joie et sa passion pouvaient dégager de la lumière, cette pièce serait sûrement aussi bien éclairée qu' en plein jour. C’est vrai, je veux qu’elle me regarde, qu’elle me remarque. Mais je veux aussi profiter de son éclat. Plus tôt j’ai vu ses joues s’empourprer face à ma présence, mes actions, mes réactions. Je reprendrais tout ça, je reviendrais à la charge. Attention à toi Eryah, je compte bien ne pas lâcher l’affaire. Mais pas tout de suite. Pour l’instant je me contente d’appliquer tes conseils, me mettre en position, reproduire maladroitement tes gestes (et manquer de tomber.) “Je te laisse contrôler, s’il y a un souci ou si tu a des conseils dis-le moi.”

    Quand tout sera terminé tu me regarderas. En attendant, c'est moi qui te regarde. Qui regarde ces grands yeux noirs qui brillent de passion. Qui regarde ce sourire qui rayonne de plaisir. C’est moi qui regarde la magnifique jeune femme que tu es se sublimer dans l’effort.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 8 Avr - 2:19
    Elle pencha un peu la tete sur le coté en lui souriant. Visiblement, elle n'avait pas été vraiment prise au serieux et on la considérait comme flatteuse a l’excès. Ce n'etait pas le cas. Elle s'approcha d'un pas avec douceur et secoua la tete.

    - Non, vraiment, je suis sérieuse. Vous etes...tu es jolie comme ça. Avec ton costume aussi bien sur. Enfin la tu es...aérienne ?

    Elle gloussa légèrement de son expression qu'elle trouva un peu hors de propos, voir démodé. Elle songea alors que le vocabulaire qu'elle utilisait naturellement, provenait souvent des livres a l'eau de rose dont elle avait un véritable intoxication depuis toute jeune. Elle se repris, en essayant de désormais faire attention pour ne pas avoir l'air vieux jeu ou a coté de la plaque. Elle ne savait même pas si ces livres existaient en République et ça pouvait etre louche a terme...Quoi que, elle etait marchande.

    - Oh, attention.

    Alors qu'elles avaient commencés les exercices, Elia fut soudainement a coté d'elle en l'attrapant par la taille pour lui éviter de tomber. Elle la prit fermement, montrant une force physique insoupçonné dans un corps féminin si banal.

    - Ca va ? Si tu as la tete qui tourne il faut me le dire. Ou si c'est juste l'équilibre, on peut y aller plus doucement, ou bien tiens toi a quelque chose.

    Elle la relâcha et fit simplement un pas de coté cette fois, pour rester a porter de bras. Elle n'avait pas envie de la voir s'effondrer et se faire mal alors qu'elle était sous sa responsabilité. Elle n'avait jamais donné de vrais cours jusque la. Elle avait proposé a Neera, mais n'avait jamais mis le geste a la parole. C’était une première. Sa première élève. Elle avait une petite pression dorénavant.

    - Tu devrais au moins travailler ton systeme cardiaque et la tonicité de tes muscles. Ton dos notamment. Sinon tu finira par avoir mal partout très jeune et la vie deviendra une plaie, tu vois ?

    Oh, elle avait reussit a la tutoyer du premier coup, sans y penser. C'etait déjà un progrés. Elle reprit lentement l'échauffement en la gardant du coin de l'oeil, et quand le dernier exercice fut accomplit, elle tapa gentiment dans ses mains, a la fois pour la féliciter et l'encourager.

    - Maintenant on a plusieurs choses possibles. Un entraînement de combat n'a que peu d'interet pour une débutante...hum...Des exercices de souplesses...ou de musculations au poids du corps...que faire...

    Elle se retourna dos a Eloise, l'air profondément plongée dans ses pensées pour la suite de la soirée. Elle voulait définitivement bien faire. Elle pesa le pour et le contre et finalement se dit qu'elle pouvait tout aussi bien lui montrer un peu les différents niveaux d’entraînements.

    - Les entraînements de souplesses ont plusieurs niveaux de difficultés. De simplement etre capable de toucher ses orteils avec le bout de ses doigts sans fléchir, jusqu'à des choses un peu plus...technique. L'exercice de base serait...quelque chose comme ça.

    Elle se mit sur les genoux, les mains sur ses cuisses, et posa simplement ses fesses assises dans ses positions, l'air parfaitement naturelle.

    - Certaines personnes ne peuvent meme pas s'asseoir dans cette position par manque de souplesse. Après on a des étirement dans plusieurs positions. Ça dépend de ce dont v...tu es capable.

    Elle se redressa comme un chat, sans s'aider de ses mains, a la force des cuisses.

    - Quand a la musculation, on peut faire des choses basiques. Des pompes, des tractions, des abdominaux, et si nous en avions, ensuite, des poids a soulever. Les pompes il y a plusieurs niveaux.

    Elle se mit a genoux a nouveaux, a quatre pattes et redressa le bassin.

    - Tu peux commencer a ce niveau la. Les genoux au sol. Hop, une deux, une deux. Puis aprés hopla, tu tends les jambes, tu contractes les abdos, les fesses, tu te met bien droite. Et tu continus.

    Elle en fait deux ou trois pour bien montrer. Puis enchaina.

    - Et aprés si un jours tu deviens super forte, tu passes aux pompes a une main, comme ça. Et aprés sur un doigts, juste...comme ça.

    Elle montrait a chaque fois avec deux ou trois répétitions, bougeant son corps comme si elle ne faisait aucun poids.

    - Et aprés quand tu atteins vraiment le niveau au dessus, tac, tu te met en poirier, hop, tete en bas.

    Elle tira les jambes vers le haut, les cheveux tombant sur le sol, le sang affluant dans sa tete, poussant sur ses bras pour un poirier parfait. Puis elle fit une pompe dans cette position, puis, deux, puis trois, toujours aussi aisément, avant de pousser d'un coup sur ses bras pour se remettre a l'endroit.

    - Et la, la tu seras carrément trop forte ! De l'entrainement et que de l'entrainement ! Tu as une préférence sur ce que tu veux faire, du coup ?


    Elle lui fit un grand sourire, l'air un peu moins dans la seduction que ce qui aurait été possible, plongée dans son truc. Une goutte de sueur roula sur son front, contre son nez, sur ses levres, et resta suspendue a son menton.

    - Je sais pas si j'aime ça, mais c'est...c'est ma vie un peu. Je suppose que c'est ça qui fait de moi que je suis.


    Un si grand sourire qu'elle en plissa les yeux, toute contante. La joie de vivre.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 8 Avr - 12:23
    Elle comble la distance qui nous sépare en une fraction de seconde, m’évitant de justesse une chute certaine. Sa prise est ferme, assurée. Elle aussi elle ne doute plus, elle n’a plus peur de la situation, de notre situation. Oui, je me suis précipitée, j’ai ignoré des étapes dans ce petit jeu. Il n’est pas trop tard pour les rattraper. “Ne t’inquiète pas, comme tu le dis, c’est juste l’équilibre. Généralement ma chaise ne me demande pas d’avoir à faire ce genre de mouvements alors je n’étais pas tout à fait préparée.” J’en rigole. Peut-être pour la première fois de la soirée je rigole ouvertement. Même en dehors de cette soirée, depuis combien de temps n’ai-je pas rigolé sincèrement ? Un peu trop. Être là, avec elle, une personne qui respire la sincérité me fait vraiment du bien. “Je vais faire attention maintenant. Si jamais je sens que le geste risque de me faire déraper, je prendrais le temps de me tenir.” Même s’il n’y a pas grand-chose autour de nous pour ça. Elle ne dirait probablement pas non si je venais à m’accrocher à son épaule mais… Son éclat risquerait de disparaître, masqué par sa gêne. La perspective n’est pas désagréable mais pour l’instant ce n’est pas cet aspect d’elle que je veux voir.

    D’ailleurs elle a totalement raison, je devrais faire attention à mon dos. C’est un conseil sans doute générique mais d’expérience je sais qu’ils sont de ceux qu’on oublie le plus facilement. On a tous tendance à ignorer les bases à partir d’un certain moment. En revanche, j’ai un peu plus de mal à voir l’importance du système cardiaque par rapport à mon rythme de vie et mes occupations… Peut-être serait-ce différent si je sortais plus souvent de l’académie qui sait. “C’est vrai, je vais reconnaître ne jamais avoir réellement fait attention à ça alors que ça m’arrive un peu trop souvent de m’étirer pendant le travail parce que j’ai mal au dos.”

    Les exercices s’enchaînent avec plus ou moins de facilité. Ce n’est que l’échauffement, ce qu’elle considère comme un échauffement en tout cas, mais je sens déjà la sueur humidifier ma nuque et perler le long de mon dos. Le souffle court, je jette un œil rapide autour de nous. L’eau va vite me faire défaut. Je me retourne pour la regarder réfléchir à voix haute. Des exercices de souplesse ? C’est vrai qu’elle a parlé de grand écart tout à l’heure… Dans quelle mesure est-elle aussi souple ? Ce n’est probablement pas aujourd’hui que j’aurais l’occasion de découvrir tout ça, elle l’a prouvé et déjà dit, malgré toute ses qualités (et le spectacle qu’il offre en est une) son pantalon n’est définitivement pas fait pour ça.

    Sans transition, comme si ses pensées guidaient directement son corps, elle se met à illustrer ses propos par des exemples. “Ça je crois que j’arriverais à le faire…” De nouveau je ris en la voyant s’asseoir dans cette position tout sauf naturelle. La musculation m’intéresse moins que la souplesse mais je ne veux pas la couper dans son élan. Elle semble partie, perdue dans le flot de ses pensées, dans l’euphorie de l’instant. Un instant, une pensée me traverse l’esprit, venant ternir mon sourire. Elle aime ce qu’elle fait, ce qu’elle me montre. En dépit de son âge, tout cela représente des années de travail, d’investissement. Peut-être même plus encore si on y pense. Elle est parvenue à un tel niveau, n’importe qui ne peut faire des pompes à une main… Ou un doigt, comme elle est en train de me le démontrer (c’est assez déconcertant), pourtant son corps semble toujours si frêle si… presque fragile. J’ai bien vu ses jambes plus tôt, sans être une experte je pouvais discerner ses muscles, le fruit de son travail. Mais j’aurais bien été incapable de la juger capable de toute ces prouessses…

    “Eryah tu es…” Ma voix est un murmure, murmure interrompue par son corps qui se lève soudainement à la verticale. Pendant un instant je crains qu’elle ne bascule vers moi et ne nous fasse tomber à la renverse toutes les deux. Finalement elle s’arrête, parfaitement droite, ses longs cheveux formant une cascade ébène sur le sol, cachant son visage. Elle n’est qu’à quelques pas de moi, moins d’un mètre nous sépare. Les mêmes pensées qui me tourmentaient en début de soirée reviennent. Je pourrais me glisser plus proche, faire jouer mes doigts sur ses flancs, remonter sur ses reins, cette chute si attrayante au regard. Dans cette position, elle ne pourrait sûrement rien faire, pas réagir. Alors mes doigts glisseraient plus haut, doucement, tendrement…

    Ma rêverie s’arrête quand d’un geste félin elle se remet à l’endroit. Non, je ne sais pas exactement ce que je veux faire. En ce qui concerne les exercices en tout cas. Je sais parfaitement ce que j’aimerais faire pour le reste cependant. Sa vie… Qu’est-ce qui a pu pousser une jeune femme comme elle a devoir être capable de faire tout ça ? Par passion ? C’est certain, mais est-ce tout ? “Oh” Je n’arrive pas à retenir ma surprise face à son sourire. Alors c’est ça ? C’est ainsi qu’elle est au naturel ? Débarrassée de tout artifice ? Elle me donne envie de rester avec elle, de profiter de sa joie de vivre, de son éclat. “C’est toi qui est forte Eryah…” Je n’arrive qu’à murmurer une petite réponse, soufflée par la force qu’elle dégage. Pourtant il va bien falloir que je lui parle, que je donne une indication sur la suite… “Je… Disons des exercices de souplesse ? Même si…” Les mots ont du mal à sortir. Je ne devrais pas dire ça, je sais comment elle va le prendre, je sais que ça risque de tout gâcher… Mais je veux qu’elle le sache. “Après t’avoir vu faire je crois que je pourrais tout aussi bien m’asseoir et me contenter de te regarder. Ça se voit, ce n’est pas que ta vie, c’est ce que tu es. Et tu es resplendissante.”
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 8 Avr - 16:39
    Elle eu une petite grimace déçue. Pas de la professeur, mais d'elle même. Elle songea aussitôt qu'elle y était aller trop fort. Il n'y avait aucune pédagogie dans le fait de montrer des choses qui étaient difficilement réalisable même sur le long terme. Cela ne donnait pour résultat que de décourager l’élève. Lui montrer ce qu'elle venait de faire, c’était principalement de l’ego. Elle était encore jeune, mais elle s'en voulait de s’être laissé aller a la vantardise durant un instant.

    - Oh je...je ne suis pas si forte, on m'a juste longuement apprit. Sur la route, on a du temps. Je..je n'attends pas que tu essayes de faire ça, c'etait juste un exemple, on peut y aller tranquille aussi, bien entendu.

    Elle lui prend la main sans vraiment lui demander son avis. Faire des exercices seuls cela devait etre un peu impressionnant et surtout, puisqu'elles etaient la, a deux, autant en profiter. Elle l'attira ainsi vers le centre de la zone plane ou elles s'etaient installés. Elle constata que la professeur avait déjà eu chaud et comme pour lui retirer toute pression a ce sujet, lâcha brièvement.

    - Tu peux y aller, te dépenser sans réfléchir. Mais j'ai vite chaud, j’espère que voir quelqu'un en sueur ne te dégoûte pas trop.

    Reposer ce fait sur elle pour éviter de trop lui mettre de pression était déjà bien plus digne d'une professeur, dans laquelle elle essayait de se placer. Si elle pouvait réussir a lui donner goût au moins a la soirée avec elle, ce serait déjà une petite victoire. Et elle ne pouvait s’empêcher de sentir une intensité agréable et dont elle n'avait pas forcément trop l'habitude, quand elle était autant elle même. Séduire quelqu'un derrière un masque, ça n'avait rien a voir avec le fait de le faire en étant soi même. Et malgré son faux prénom, elle n’était pas très différente d'Elia, actuellement.

    - On va commencer tranquillement, hop, asseyons nous face a face, comme ça.

    Elles se mit de sorte a ce que leur jambes soient quasiment l'une contre l'autre. Puis colla ses pieds contre les siens en la repoussant, pour que chacune ai les jambes tendues tout en continuant de les avoir l'un contre l'autre.

    - La, on se prend les mains ensemble. Voila, comme ça. Les deux mains. Et laisse toi partir en arriere. Je te retiens.

    Le poids allait étirer ses bras, maintenu par la « marchande », ainsi que le dessous des cuisses, sans qu'elle ne bascule en arriere. Elle pouvait aussi évaluer la confiance qu'elle avait dans sa professeur du soir. Si elle se laissait totalement partir en arriere, alors elle pouvait etre sur que la confiance etait la. Si elle faisait mine d'avoir un peu de retenue, alors ce n'etait pas encore bon. Mais en meme temps, elle n'aurait pas pu lui en vouloir de ne pas faire totalement confiance a une parfaite inconnue.

    - Voila, encore un peu, laisse toi aller. ? Tu sens, sur la ligne sous tes cuisses, le muscle qui se tend ? Et tes triceps également, le muscle sous tes bras ? Tout ça c'est agréable non ? Ca sert aussi beaucoup a limité le risque de blessure physique. A délier le corps. Si tu passes tes journées assises, ce qui serait super, c'est que tu trouves quelqu'un avec qui t'étirer le soir en rentrant, avant de prendre un bain. Comme ça, tu serais beaucoup plus tonique.

    Elle la tira un peu pour qu'elle revienne droite, puis la relacha pour qu'elle reparte en arriere, avant de la remettre droite une seconde fois.

    - Je lâche.

    Et de la relâcher entièrement cette fois, la laissant se tenir seule. Elle recula un peu, retirant le contact qu'elles avaient entre leur pied, pour qu'elle puisse bien tendre les jambes seules.

    - La c'est pour étirer le dos maintenant. Tu tend tes deux jambes droites, collés, et tu les écartes le plus possible, comme si tu voulais faire un grand écart en restant assise. Hop.

    Elle mit le geste a la parole, laissant le cuir de son pantalon se tendre dangereusement alors qu'elle écartait bien plus que ce que la décence aurait autorisé. Mais c’était du sport après tout. Elle laissa Eloise le faire en simultanée, et resta dans le même niveau d'écartement qu'elle pour bien lui montrer.

    - Et ensuite tu te penche en avant, et tu essayes le plus possible de toucher tes orteils avec tes mains. Tu vas sentir dans le bas de ton dos, dans tes épaules aussi. Dans l'intérieur de tes cuisses. Mais ne force pas, ne vas pas a la blessure, fais le naturellement jusqu'à ce que tu ne puisse pas mieux faire. Je vais t'aider.

    Elle se leva, et une seconde plus tard, etait a genoux sur le coté de la Republicaine. Elle avait posé doucement une main sur son épaule, et l'autre entre ses omoplates, et l'aida a pousser un peu en avant pour tendre ses bras le plus loin possible.

    - Voila, doucement...souffle bien.

    Et ne détourne pas trop les yeux, pour ne pas voir le gros plan qu'elle avait sur le haut du corps de la reikoise, ainsi que son odeur toute proche....
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum