DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Alasker

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Haut les mains InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    La justice frappe les injustes
    Derniers sujets
    [Groupe 2] Le Cœur de MelornAujourd'hui à 0:11Kilaea Sliabh
    Étincelles Couragéennes | OrifaHier à 22:38Arès Wessex
    [PA] Le Chant des RoncesHier à 18:22Rêve
    Une Mort Silencieuse - PAHier à 18:16Arès Wessex
    Un regard de capitaine sur l'avenir... Hier à 17:09Altarus Aearon
    [Groupe 1] Le Cœur de MelornHier à 16:43Valmyria
    Validation de StadzankHier à 16:19PNJ
    Aller en bas
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 2 Avr - 16:17
    Il marchait avec Zim, un morceau de bois découpé et taillé en longueur, a laquelle il avait attaché un fil et un appât, sur l'épaule, un seau qu'il avait remplit de poisson attrapé a la rivière dans l'autre. IL n'avait plus aucune douleur, quasiment plus de raideur dans le torse, et était quasiment a cent pour cent. C'etait sans doute aussi lié a son etat psychologique qui avait rarement etait aussi au beau fixe.
    Il avait fait des efforts sur beaucoup de point, notamment au niveau de la communication. Il avait céssé de tourner autour du pot et comme il lui avait expliqué après le bain, il ne savait pas ce qui posait soucis, mais il voulait dépasser ce stade. Alors il avait accepté d'autres câlins. Beaucoup, souvent, tous les jours. Le soir, le matin, parfois l’après-midi.

    Elle était sur la retenue, bien plus qu'au début. Il l'avait remarqué, et il avait de plus en plus compris les vibrations de son corps. Être avec lui devenait presque une torture physique tant elle avait envie d'aller plus loin. Ca l'avait un peu inquiété, car il connaissait un peu d'ou elle venait et ses habitudes. Ses mœurs. Il avait peur qu'elle finisse par en avoir tellement besoin qu'elle se lache d'une façon qui lui aurait, lui, fait de la peine. Alors il voulait faire en sorte que cela n'arrive pas.

    Mais si il la caressait plus aisément, maintenant, il voulait faire attention pour ne pas trop souffler sur les braises. Il n'arrivait pas exactement a prendre totalement les devant pour lui montrer qu'elle pouvait y aller. Elle semblait trop inquiete de le brusquer. Alors il devait lui, la soulever, la prendre a bras le cœur et lui prouver qu'il pouvait etre a la hauteur.

    Alors qu'il marchait en pensant a tout ça, il eu soudainement comme une révélation. Il avait eu plusieurs fois le sentiment d'oublier quelques choses. Notamment durant la dernière semaine avant qu'elle n'arrive, durant sa convalescence. Il avait fait quelque chose, pour elle, pour tuer le temps, en songeant au voyage dans la région froide qui se trouvait devant eux.

    Aussitôt, levant le seau plus haut pour ne pas perdre de poissons sur la route, il accéléra sur le sentier, presque en courant. Il ne devait pas oublier a nouveau, alors il fallait se dépêcher. Visiblement, la malédiction pouvait lui faire oublier quelque chose en relation avec elle, et pouvait donc bel et bien le toucher. Ou bien il avait, lui, simplement oublié totalement, naturellement. Mais il en doutait. Il l'avait fait longuement, pratiquant pour que ce soit achevé pour son arrivée.

    Il se retrouva devant la taverne et il pénétra a l'intérieur en trombe, Zim sur les talons. Elle etait peut etre dehors, ou dans la chambre, dans tous les cas, la chambre était son premier objectif. C’était la que se trouvait le centre de sa pensée actuelle. Il fit un geste de la main au tenancier, et monta les marches quatre a quatre, précipitamment.

    Il poussa la porte et passa d'abord la tete, Zim ensuite, qui n'attendit pas et se secoua dans l'entrée d'un air content de retrouver la chaleur de l'intérieur.

    - Rowena, tu es la ?

    Avant d'avoir la moindre réponse, il se dirigea vers son sac de voyage, clairement a la recherche de quelque chose. Et cette fois, c'etait tous le reste qu'il avait oublié.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Lun 3 Avr - 0:40
    Béni soit Zim et les balades en duo qu'il faisait avec son cher maître.

    Dans la solitude de la salle de bain de cette chambre vide, loin de toute oreille indiscrète, Rowena bullait sous la surface de la baignoire tellement remplit à ras bord que l'eau menaçait de déborder. Un sourire aux lèvres et la tête vide, elle s'adonnait à un passe-temps tout à fait personnel qui lui permettait depuis déjà cinq jour, de ne pas agresser physiquement son cher et tendre compagnon de vie à la fois trop ardent et pas assez pour leur bien à tous les deux.

    Et les vocalises qu'ignoraient ce charmant compagnon de vie ne pouvaient pas lui faire de mal.

    Une fois détendue, elle bullait plus paisiblement tout en continuant à avancer sur ses recherches, lisant et griffonnant dans le carnet qu'elle avait laissé au coin du mur. Elle aurait bien fait durer leur période de repos un peu plus longtemps mais ni Shan ni elle ne pouvaient se le permettre. Elle devait comprendre cette étrange charade concernant le masque et enquêter plus sérieusement sur sa localisation. Quand à Shan, il avait un esclavagiste à retrouver, ainsi qu'une flûte et la vieille femme qui allait avec et qui semblait en connaitre plus que lui au sujet de ses origines. Melorn serait un tournant, elle en avait le pressentiment. Aussi avaient-ils décidé de se donner une semaine. Encore deux jours hors du temps et des ennuis dont elle comptait bien profité.

    Les choses avec Shan avaient peu à peu trouvé un nouvel équilibre. Elle s'autorisaient à l'enlacer et à le toucher lorsqu'ils étaient dotés de vêtement et de préférence à la vertical. Pour le reste, elle le laissait prendre les devant et y allait à son rythme, ne lui faisant jamais plus que ce qu'il lui faisait à elle et le plus souvent beaucoup moins. Elle s'était rendu compte que l'idée de le voir de nouveau bondir en arrière lui collait encore un peu à la peau, mais moins. C'était moins difficile d'y repenser et au moins, ils pouvaient en parler. Aussi, quand elle avait un doute, elle demandait confirmation à haute et intelligible voix. Mis à part ça, il était un cuisinier qui pouvait en remontrer à Azulon dans un style complètement différent et ils avaient essayé une dizaines de jeux de cartes différent pour trouver ceux qu'il préfèrerait. Bataille, rami, président, crapette et même des jeux à pari comme le poker. Elle murissait également le projet d'un jeu un peu différent dans le but de le motiver à lire un peu plus, mais elle n'était pas certaine que ses propres nerfs y résisteraient pour le moment, aussi n'avait-elle rien proposé.

    Complètement impotente en ce qui concernait la cuisine autre que pour de la survie et le ménage étant fait tous les jours par le personnel de l'auberge, elle avait décidé de faire sa part en s'occupant de mettre la table et de s'occuper de la vaisselle... La descendre pour que le personnel la nettoie, pas la nettoyer elle-même. Elle s'assurait également que la salle de bain soit toujours totalement sèche une fois qu'elle en était sortie, une délicatesse pour éviter aux pieds sensibles le contact de l'eau froide au petit matin.

    Mettre la table, c'était précisément ce qu'elle faisait quand Shan passa la tête par l’entrebâillement de la porte. Éviter d'ouvrir la porte d'entrée en grand sans regarder était devenu nécessaire au fur et à mesure qu'elle se lâchait niveau habitude vestimentaire dans le privé... C'est à dire au fur et à mesure que les vêtements disparaissaient de sa personne. Dorénavant, elle ne portait au mieux qu'une chemise qui lui arrivait en haut des cuisse et laissait à craindre le moment où elle lèverait les bras. C'était d'ailleurs ça qu'elle portait lorsqu'il était entré.

    - Ici ! La ballade a été bonne ? " demanda-t-elle sans trop se retourner, s'attendant à ce qu'il vienne l'embrasser, froid comme un glaçon.

    ... Mais il n'en fut rien. Jetant un coup d'oeil par dessus son épaule, l'odeur du poisson venant lui mettre malgré elle l'eau à la bouche, elle le découvrit à genou près de son sac,  les deux mains dedans et empêtré dans sa canne à pêche.

    - Qu'est-ce qui se passe ? "
    s'étonna-t-elle.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Lun 3 Avr - 1:48
    C’était dorénavant un faux problème. Il n'avait plus aucun soucis a la voir quasiment nue. A force de la voir ainsi depuis une semaine, c’était dorénavant une habitude. Lui meme avait prit le coup de passer du lit a la salle de bain quasiment dénudé, gardant cependant une serviette. Un minimum.

    - J'ai...euh...j'ai oublié quelque chose, je crois.

    Il ne voulait pas mettre la faute sur elle, n'avait pas envie qu'elle culpabilise encore. Elle n'avait aucun contrôle la dessus après tout, et il n’était même pas sur que ce soit la cause réelle. La canne glissa de son bras et tomba sur le sol dans un bruit de bois.

    - ...Pendant ton absence...j'ai...pas mal réfléchis. Notamment au médaillon que tu m'as confié. C'est un prêt mais...Ce n’était pas très équitable.

    Alors il n'avait pas perdu de temps, et s’était mit a la tache. Elle lui avait proposé un tatouage, qu'il pouvait lui graver sur la peau, signe tendre de son amour pour lui. Mais en attendant, il n'avait pas d'idée d'un quelconque symbole. Il n'avait pas d'appartenance, pas de vie. Pas d'existence.

    Mais il avait autre chose, que ses talents avaient mis a contribution durant la semaine et demi ou ils étaient arrivés ici, et qu'il avait fait le plus vite possible pour que ce soit fini avant qu'elle ne pose les pieds dans la neige du nord. Dire qu'il avait oublié. Il se sentait un peu stupide.

    - Voila. Elle est la.

    Il se redressa debout, cachant quelque chose dans son dos. Impossible qu'elle puisse dire ce que c’était, d'ici, et il avait l'air légèrement angoissé en s'approchant d'elle. Et si elle n'aimait pas ? Et si c’était mal fait ? Et si il avait vraiment oublié et que ce n'etait pas ce qu'il avait en tête ? Mais heureusement, il avait désormais plus confiance en lui. Grâce a elle et uniquement avec elle.

    - Ferme les yeux.

    Quand elle le fit, il ouvrit lui même le petit papier et sortit l'objet avec douceur, soulagé. C'etait bien ça, il ne s’était pas trompé. Le plus dur était fait, maintenant, il esperait qu'elle allait l'apprecier.

    - Je...comme il fait froid, et que je ne t'ai jamais vu avec autre chose que des vêtements pour un climat tempéré ou chaud, dans tes affaires, je me suis dis que...peut être tu n'en avais pas. Alors je t'ai fais ça.

    Il passa le tissu chaud autour de son cou. Un tour, deux tour, trois tours, quatre. Il aurait pu en faire deux ou trois de plus, mais il la laissa pendre un peu.

    - Tu peux ouvrir les yeux.

    Une écharpe. Rouge sang, capable de s'enrouler littéralement tout autour de son visage et plusieurs fois autour de son cou. La protection était réelle, camouflant aussitôt le moindre aspect un peu frais des alentours. Il n'y avait aucun doute que c’était un bel ouvrage qui allait la protéger admirablement du vent et de la neige. C'etait aussi évident que c'etait fait main, et a force de l'avoir eu entre les doigts, elle sentait agréablement l'odeur de son amant.

    - ...Je...c'est pas grand chose, comparé au pendentif...mais...j'espere que tu l'aimera.

    Il observait un peu le mur, pas certain de vouloir voir l'expression dans son œil. Elle s'attendait peut etre a autre chose. Elle allait peut etre etre déçue...
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Lun 3 Avr - 13:29
    Délaissant les deux verres côte à côte sur la table, elle ne parvint pas à s'approcher assez vite pour empêcher la canne de tomber, mais suffisamment pour pouvoir la ramasser et la poser plus confortablement au coin du mur, à un endroit où elle ne le gênerait pas.

    - Le médaillon ...  Mais qu'est-ce que tu racontes ?
    " souffla-t-elle en riant à moitié. Il avait l'air tout agité, s'accrochant à une pensée comme ça lui arrivait parfois... Rarement.

    Très loin d'imaginer que cet oubli pouvait être du fait de la magie qui l'habitait, Rowena revint vers lui pour voir au moment même ou il dérobait sa trouvaille à sa vue. Elle eut un sourire espiègle et à sa demande, tenta une feinte pour attraper ce qu'il cachait derrière son dos. Évidemment, il n'eut aucun mal à l'éviter. Ce n'était pas l'important. D'ailleurs, elle recula de deux pas et joint poliment les mains dans son dos, une épaule découverte par le col bien trop lâche de sa chemise mal ajustée.

    Elle l'observa encore un instant de plus, le défiant du regard, avant de finalement fermer les yeux sans perdre son sourire heureux.

    - C'est la première fois que tu me fait une surprise depuis le jardin à Ikuza, je crois...

    Un contact doux... Et chaud... Son sourire se fit plus large encore. Elle le sentit passé autour de sa tête. Une fois. Deux fois. Trois fois, le tissus s'adaptant souplement à son cou et perdant peu à peu le moindre interstice. Quand il lui annonça qu'elle pouvait ouvrir les yeux, elle porta les doigts à l'objet, le caressant un moment, le sourire caché sous le tissus rouge. Tout doux... Et cette odeur...

    - C'est toi qui l'a faite ? " demanda-t-elle incrédule.

    Elle prit l'écharpe à deux mains pour y enfoncer ses doigts, en testant le moelleux et l'épaisseur. Profitant de la volupté simplement de ce contact douillet. Et le rouge...

    - La couleur est magnifique...


    Elle l'admirait avec la même intensité respectueuse qu'elle avait pour toutes sortes d’œuvres et d'objets qu'elle trouvait véritablement beaux. Cette même admiration qu'elle avait pour l'art en général.

    - Tu rigoles ? " Pas comparable au pendentif ?! Il était décidément incorrigible. " C'est superbe. ça me touche beaucoup. Vraiment.

    Une main quitta l'écharpe en en défaisant un tour et elle combla la distance entre eux pour passer le tissus à la fois autour du cou de Shan et du sien, riant de son propre geste. Puis, dans la chaleur du même cache-col, elle l'embrassa tendrement avant de le prendre dans ses bras.

    - C'est parfait, ça me fait vraiment plaisir et ça va m'être très utile en plus. Tu as encore beaucoup de talents comme ça que je ne conn... ?

    * TOC TOC TOC *

    Trois coups décidés venaient de faire trembler la porte et sursauter la sirène qui, par réflexe, avait tourné la tête vers l'entrée. Le visage neutre et le regard perçant, elle s'était instinctivement ouverte à la magie.

    - Cinq. Deux mages. " souffla-t-elle à l'intention de Shan alors qu'une voix d'homme s'élevait de l'autre côté de la porte.
    - Je suis le Capitaine Elisand Maal, chargé de la sécurité de Melorn. Ouvrez je vous pris.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Lun 3 Avr - 14:15
    Il releva les yeux vers elle quand il sentit l’écharpe passer autour de son cou a nouveau. Quand il entendit un éclat joyeux de sa voix. Elle semblait contente. Étonnée. Superbe. Ça la touchée. Il avait réussit, donc. Il avait eu raison, et un profond soulagement lui traversa la poitrine. Il avait envie de l'embrasser d'un coup.

    Il allait commencer a lui répondre quand il tourna légèrement la tête, a peine assez pour qu'elle ne le remarque même pas. Un bruit. Plusieurs, des pas, qui montaient. Il n'eut pas le temps de dire ou faire quoi que ce soit qu'il sentit ses lèvres lui attraper joyeusement les siennes. Pour dire la vérité, une seconde plus tôt, il était tellement fixé sur elle, observant son regard avec envie, tellement content qu'elle soit heureuse du cadeau, que si elle lui avait ordonné de se mettre a genoux et passer la tête sous sa chemise, il aurait obéit sur le champ, sans même y réfléchir.

    Par chance, ou par manque de chance en fonction de quel coté on se plaçait, ca n'arriva pas. Il etait déjà sortit de l'etreinte quand on frappa a la porte, et il avait déjà son sabre a la main quand elle murmura ce qu'elle venait de sentir. Lui avait sentit cinq personnes. Il n'aurait pas su deviner si c'etait des mages ou non mais visiblement, elle, elle en etait capable. Il le prit en compte. Toujours frapper les mages en premiers.

    « Tu ouvres. »

    La tension etait palpable dans toute l'expression de son corps, et il avait retrouvé son air habituel, celui qu'elle lui avait connu lors de leur rencontre. Calme, concentré, prêt a frapper a la moindre menace.

    Il vint se coller contre le mur a coté de la porte. Quand elle s'ouvrirait, il serait caché derrière, dans l'angle mort des nouveaux venus. Il fit un signe de la main, indiquant qu'il ne parlerait plus maintenant. Ça pouvait aller très vite. Cinq personnes, dont au moins deux qui pourraient entrer sans s'apercevoir de sa présence dans leurs dos. Frapper sèchement, pas pour tuer.

    Il renifla un peu plus l'air. Quatre hommes. Une femme. Il ne voulait pas faire preuve de jugement vis a vis de la condition féminine, mais il y avait de grandes chances que la femme en question fasse parti des deux mages.

    C’était une histoire de pourcentage. Ca pouvait très bien être la guerrière en deuxième ligne, mais il ne sentait pas la très légère odeur d'acier propre aux armes se mêler a la sienne. Elle n'avait pas d'armes de ce type. Trois autres avaient des armes d'au moins douze pouces de longs, et l'un d'eux avait un arc. Le dernier, qui était juste derriere le capitaine dans l'ordre d'arrivée, avait des dagues. Sans doute le deuxième mage, placé la pour protéger le capitaine.

    « Vas y »

    Un nouveau geste de la main. Elle saurait comment faire, comment parler. C'etait son terrain. Et il allait suivre ses indications, jusqu'à un certain point. A la moindre menace, il frapperait pour tuer. Sans aucune hésitation.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 4 Avr - 1:29
    La réaction de Shan était à prévoir. En revanche, qu'il ne baisse pas les armes après l'annonce de leur visiteur, moins. Très bien elle prenait note, il préférait taper d'abord et poser les questions en suite. Le soucis étant qu'en l’occurrence, elle ne voyait pas vraiment de raison pour lesquelles on leur en aurait voulu personnellement et qu'il y avait toutes les chances que ces gens disent vrai... Hors ce n'était pas une bonne idée de se montrer hostile envers une milice locale d'un endroit réputé pour sa xénophobie dans lequel ils devaient aller et sans délais.

    - Donnez nous une seconde, je ne suis pas décente. " lança-t-elle pour gagner du temps... Et parce que c'était absolument vrai.

    D'une main, elle fit signe à Shan de rester calme tout en se déplaçant vers la pile de linge qu'elle avait faite laver par le personnel de l'auberge. Tant pis pour les fioritures, elle enfila son pantalon de voyage dans lequel elle enfonça sa chemise avant d'en resserrer le cordon du col. On devinait toujours qu'elle ne portait rien en dessous mais au moins elle ne risquait pas de perturber ses hôtes par un faux mouvement. Hôtes qui, d'ailleurs, n'enfoncèrent pas la porte. Elle en profita pour jeter l'écheveau de sa corde sur le lit défait au cas où elle en aurait besoin pour se battre, avant de revenir vers la porte pour prendre Shan par le bras, le tirant de la posture prédatrice dans laquelle il s'était mise.

    * On ne peut pas se permettre de les prendre à rebrousse poil ou de leur donner une raison de douter de nous s'ils disent vrai. rengaine s'il te plait. ça nous poserai de gros problèmes à Melorn. *
    - J'arrive j'arrive.

    La main sur la poignée, elle s'apprêtait à ouvrir, tentant de rester entre ceux qui se trouveraient derrière le battant et son compagnon sans que ce dernier ne leur semble agressif.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 4 Avr - 2:03
    Visiblement, Rowena avait l'air de croire que Shan etait dans un état d'autodéfense total, prêt a bondir sur la première personne qui allait croiser son champ de vision. Peut être que sa façon de bouger et d'attraper son arme lui avait fait croire ça. Mais il avait surtout voulu sortir du champ de vision des futurs entrant, afin qu'elle puisse gérer ça pacifiquement, tout en leur donnant un avantage de surprise si jamais ça dégénérait.

    - …

    Mais elle avait dit « nous », achevant de vendre ce que les deux mages avaient de toute façon probablement déjà détecté. A défaut d'avoir sa présence en avantage, il pouvait avoir quand meme son emplacement dans la pièce. Quand Rowena approcha, il posa sa main par dessus la sienne, et se pencha doucement a son oreille, murmurant.

    - Je ne ferais rien d'offensif, mais laisse moi en retrait.

    Il espérait qu'elle se rende compte qu'il n'etait pas du genre a tuer gratuitement, mais d'un autre coté, qu'elle reste assez sur ses gardes. De son point de vu, police, pas police, grade, pas grace, un homme etait un homme. Ils pouvaient se couvrir de la protection de la nation, ca n'enlevait absolument a ce qu'ils pouvaient faire et ne pas faire. Une menace restait une menace.

    Elle ouvrit la porte, et un homme en casaque entra. Il portait une lame sur le flanc d'un pantalon de tunique rembouré, prévu pour les grands froids. Il entra seul, visiblement déterminer a ne pas faire directement dégénéré la situation. Mais la sirène pu voir un second se placer dans l'encadrure de la porte, puis une jeune femme, juste derrière, l'air concentrée, clairement prête a canaliser son mana pour attaquer ou défendre son supérieur.

    - Mes hommages madame, pardon de faire irruption ainsi. Nous sommes ici pour éclaircir quelques points avec vous.

    Pas un homme, un elfe. Et si l'homme bloquant la sortie en était un, la jeune femme aussi était une elfe, plutôt jeune au vu des traits de son visage. Plutôt jeune pour sa race, en tous cas. Shan était toujours derrière le battant ouverte de la porte. Il avait gardé son sabre a la main, toujours dans son fourreau. Il avait désormais les yeux clos et était appuyé contre le mur.

    - On nous a signalé la présence de deux voyageurs gravement blessés en convalescence depuis quelques jours ici. Un couple. Mais visiblement vous etes en plutot bonne santé.

    Ses yeux se plissèrent en la fixant. C’était probablement ça le cœur du problème. Des blessés soudainement remis sur pied comme par magie. Pas difficile de deviner qui avait donné l'alerte. Quelqu'un ayant pu assister de très prêt a leur remise en forme, chaque jour, dés le matin.

    - Auriez vous l'amabilité de me donner la raison de votre présence dans ce village ? Peu de gens s'y arrete aussi longtemps que vous, encore plus des guerriers.

    Ses yeux avaient aussitôt désigné la corde sur le lit. Visiblement il etait expérimenté, on ne pouvait pas lui faire aussi aisément. IL s'avança un peu plus, dépassant totalement la porte dorénavant, l'obligeant a reculer pour ne pas qu'il l'a pousse littéralement en arrière, physiquement.

    - Votre compagnon n'est pas la ? Pourtant j'etais sur d'avoir entendu vos deux voix, plus tot.

    Et surtout, le tenancier avait bien précisé qu'ils etaient tous les deux présent dans la chambre, actuellement.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 6 Avr - 0:01
    Ok... Ils n'étaient pas là pour discuter.

    - Je vous en prie faites comme chez vous, nous allions préparer le repas.

    Rowena savait reconnaitre un représentant de l'ordre sur de son bon droit. A présent si elle pouvait éviter l’escalade il allait falloir agir avec tact. Avec Shan qui avait insisté pour rester en retrait, jouer la soumission ne fonctionnerait pas. Il lui restait le professionnalisme avec un soupçon de gentillesse... Et vu la casaque de toute façon ils n'avaient pas le choix. S'ils s'enfuyaient maintenant, surtout sans savoir ce qui leur était reproché, leur futur séjour à Melorn serait particulièrement compliqué.

    Remarquant le seau de poissons tout juste sortis de l'eau, Rowena s'en empara pour le porter jusque sur la table. Autant éviter d'incommoder leurs hôtes... Et si elle pouvait être plus près de l'eau, de la fenêtre, plus loin de lui et de ses hommes, c'était tout bénef. Pas déstabiliser le moins du monde par le regard aiguë qu'il posa sur elle, elle lui fit face avec aplomb,, le regardant aussi franchement qu'elle en avait l'habitude derrière son masque de métal.

    - Oh oui. Je connais la magie médicale. Lorsqu'on est sur les routes, pouvoir se remettre rapidement est primordial.

    Son manège n'était pour l'instant pas celui d'un officier véreux. Juste d'un officier orgueilleux... Et qui voulait quelque chose de précis. Restant en place, une main sur la hanche, elle le laissa parler. Guerriers. Il voulait connaitre leurs intension. Il voulait Shan également. Elle n'était donc pas la raison de tout ce ramdam.

    Du coin de l’œil, elle vérifia que Zim n'était pas trop hérissé par l'état de son maître. Il n'aurait plus manqué que le garde prenne peur.

    - J'espère que vous me pardonnerez d'être directe Capitaine, mais pourquoi vous vous intéressez à nous ? Vous nous surprenez au saut du lit et vos hommes semblent s'attendre à être attaqués. Aurions-nous enfreint une loi que nous ignorions ?
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 6 Avr - 22:39
    Il posa les yeux sur la sirène, l'air de la juger du regard, comme il l'avait fait globalement depuis qu'il avait surgit dans la chambre. Le calme apparent de la jeune femme et le fait que son compagnon n’était pas dans son champ de vision n'avait rien pour calmer le capitaine, bien au contraire. Il était plus tendu que jamais.

    - Une mage donc.

    Il fit quelques pas dans la chambre, a nouveau, se plantant au milieu, observant la table en question. En effet, elle était définitivement en train de préparer. Une canne a pèche dans un coin, un seau plein de poissons frais puant la rivière. Il renifla l'air, avant de retourner les yeux vers elle. Derrière lui, la mage était rentrée a son tour, la magie assez active pour que Rowena la détecte comme si on la lui soufflait au visage.

    - Quel est votre nom, et d’où venez vous, madame ? Je vous remercie de commencer par décliner votre identité.

    Il avait totalement ignoré sa question, alors que l'autre était en train de scanner la pièce a nouveau, et s’arrêta. Personne d'autre qu'elle, et Rowena, purent voir le bout du fourreau en bois qui s’était silencieusement planté au milieu de son dos. Sans dégainé, menace cependant véritable. Il n'avait pas besoin d'une lame pour blesser ou tuer.

    - J'ai toujours cru que la politesse demandez au moins d'observer son interlocuteur dans les yeux et répondre a ses questions, surtout quand ce dernier n'a rien a se reprocher, « capitaine ».

    La voix de Shan était glacial, et pour quelqu'un d'aussi sensible a ce dernier que Rowena, elle pouvait entendre la vibration de ses cordes vocales. Il n’était pas content du tout. Le capitaine se retourna de profil, pour ne pas totalement tourner le dos a la sirène. Il observa du coin de l’œil le Reikois, l'air pas vraiment intimidé et s'attendant visiblement a ce que ça ce déroule ainsi.

    - On nous a signalé plusieurs incidents, notamment non loin d'ici a l'est. Et a coté de ça, la présence de deux étranger qui ont tres vraisemblablement participé a des rixes au minimum il y a une semaine de ça, et qui se sont soignés de façon plutôt suspectes. Pardonnez nous de vouloir jeter un œil.

    Shan se tendit aussitôt. Pas tant pour lui que pour le fait qu'il n'aimait pas que sa compagne soit soupçonné de quoi que ce soit quand elle avait risqué sa vie pour aider les gens de ces terres. De ce qu'il avait vu jusque la, ils avaient réglés un soucis que les autorités locales ne connaissait pas en oeuvrant pourtant dans les alentours.

    - Faites attention a ce que vous dites a ma femme, capitaine, je n'aime pas votre façon de vous adresser a elle.

    Ce n’était pas pour prendre sa place, ou parce qu'il considérait qu'elle n’était pas capable de se défendre elle même. Simplement, il avait envie de le dire, d'une, de deux c’était lui qui tenait le bâton, et de trois il...il avait eu vraiment envie de le dire. Comme pour montrer avec des mots le font de sa pensées devant des gens

    - Si vous n'avez rien a vous reprocher, vous n'aurez aucun soucis a nous suivre jusqu'à la capitale, pour procéder a quelques vérifications mineures, n'est ce pas ?

    C'etait bien l'inverse qu'il pouvait dire pour calmer Shan que Rowena pu voir se tendre encore plus. Et dans le couloir, on avait tirer des armes. Elle devait faire attention a ses prochains mots.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Ven 7 Avr - 0:19
    Elle s'attendait à ce que le comportement de Shan les mette à cran... Visiblement on leur avait fait plus que le récit de leur rétablissement, mais aussi de leur puissance et peut-être de leur rapidité d'exécution.

    - Si c'est de la magie que vous cherchez, j'ai quelques potions dans mon sac. Le reste se trouve juste devant vous. " souffla Rowena lorsque la mage s'avança pour fureter. Pour minimiser l'aura du collier qu'elle portait et accompagner ses mots - puisque l'officier n'avait pas l'amabilité ou peut-être pas la capacité, de contrôler sa vive aura d'elfe arcaniste - Rowena laissa rayonner volontairement la magie qu'elle aura canaliser pour un tour de force sans toute fois passer à l'offensive. Même quelqu'un ne pouvant sentir précisément à quoi servait la magie sentirait qu'elle n'était pas active et ne visait personne.

    ... Mais elle ne s'attendait pas à ce que Shan monte aussi vite en tension et... l'appelle comme ça. Intérieurement, elle laissa vibrer sa corde sensible même si son expression ne bougea pas d'un souffle. Sa femme... Peut-être l'idée du tatouage qu'elle lui avait demandé finissait-il par faire son chemin finalement... mais ce n'était pas excessivement le moment... Et ce, même si elle l'aurait volontiers embrassé à pleine bouche.

    Elle se déplaça plutôt doucement dans le champ de vision du Capitaine pour lui faciliter la tâche, se rapprochant de son compagnon dans un mouvement totalement contre productif s'ils avaient réellement voulu se battre.

    - Inutile de dégainer, Capitaine. Nous ne sommes pas ici pour faire des ennuis.

    Elle arrivait près de Shan, mais resta légèrement entre lui et les deux elfes. Malgré ses vêtements qui n'avaient rien de noble, son maintien tout comme le calme qu'elle avait affiché jusque là hurlait qu'elle était - ou du moins qu'elle se pensait - quelqu'un d'important.

    - Je ne suis pas "une mage". Je suis Rowena de la maison Ironsoul, Citoyenne de République et Diplômée du cursus médical de l'académie de Magic. Mon homme et moi voyageons vers Melorn pour rendre visite au Maître Enchanteur Gerda Grisepierre et remettre un document aux sages de l'Académie.  

    Elle vrilla son regard asymétrique plus précisément dans les yeux du capitaine.

    - Devons nous nous considéré comme mis aux arrêts ? Où, puisqu'il semblerait que nos destinations converges, pouvons nous faire nos sac et avoir le droit à un peu d'intimité pour nous préparer au voyage ?
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Ven 7 Avr - 1:36
    - Mis aux arrets... ?

    Il la fixa, sans qu'elle parvienne a déceler la moindre émotion dans ses pupilles, et la moindre idée de ce qu'il pouvait avoir en tête comme avis les concernant. En tout cas, si il avait voulu etre amical, il ne le montrait absolument pas le moins du monde, bien au contraire. Il l'avait suivi des yeux sans l’empêcher de bouger, et sans jamais approcher la main de sa propre lame. Celle qui était le plus en stresse, c'est la magicienne, qui suait visiblement a grosses gouttes.

    - Innocent tant qu'on a pas prouver qu'il est coupable.

    Ils n’étaient donc visiblement pas arrêtés. Pas pour l'instant en tout cas. L'idée de cette petite visite était un premier contact, un regard, une évaluation des personnes et des risques. Melorn n’était pas la République en matière de système judiciaire, mais ils avaient une telle diversité, une telle représentation culturelle, que ce n’était pas un endroit qui était du genre a tout baser sur les apparences.

    - Je suppose que nous pouvons attendre en bas.

    Il n'avait même pas l'air de vouloir les surveiller. De toute manière, sa priorité etait Melorn, pas eux directement. Des criminels en Reike, c’était même plutot une satisfaction pour lui. Imaginer ces bâtards se trucider entre eux était une bénédiction. Et en tant que criminel, ils n'avaient aucune chance de tenir longtemps a Melorn. Trop de solidarité entre les gens, contre les dangers.

    - Ne tardez pas, nous prenons la route d'ici une heure. Aura.

    La magicienne sursauta presque, et sentit soudainement qu'il n'y avait plus rien dans son dos. Le sabre de l'elfe avait disparut, et elle avait la tete d'une femme ayant vu la mort de prêt pendant une seconde. Elle avait sans aucun doute la marque du fourreau tatouée dans le bas du dos. Elle recula et ils purent entendre des bruits dans le couloir, de pas qui descendaient les escaliers.

    - J'ai hâte que vous vous pressentiez a votre tour, maître elfe.

    Il inclina la tête vers le couple et disparut en refermant la porte. Shan resta silencieux, les yeux fixés sur le panneau de bois. Zim, lui, etait tomber allongé, l'air exténué par la tension environnante. Il pouvait entendre les quelques mots échangés avec le tenancier par le capitaine, qui semblait vraiment confiant dans ses forces. Il pouvait entendre le cœur battant de son amour. Sentir la crainte qui l'avait traversé, malgré son calme parfait.

    Il réalisa qu'il avait arqué les orteils si fort dans le sol qu'il avait légérement enfoncé les lattes de bois. Depuis quand etait il si tendu face a une menace ? Il en avait presque perdu son sang froid. Rencontrer des membres des forces de défense d'un lieu, c'etait monnaie courante. Mais son inquiétude, beaucoup moins. Il etait plus pale qu'a l'ordinaire, et a bien y regarder, moins neutre.

    Il posa les yeux sur elle et comprit. Il avait quelque chose qu'il voulait protéger désormais, et ca faisait toute la différence. Rien a voir avec lui, c'etait elle le soucis. Elle la bénédiction. C'etait elle qu'il voulait garder en sécurité.

    Aucun mot ne sortit de sa bouche, alors qu'il restait a la meme place, a coté de la ou la porte avait été ouverte un instant plus tot, les bras ballants.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 11 Avr - 21:31
    Lorsque les représentant de Melorn quittèrent la pièce, l'atmosphère changea brutalement. Laissant là le noble masque Rowena se fit instantanément plus préoccupée et elle se passa une main sur la nuque, du côté craquelé de son cou, le contact étrange de ses propres doigts sur cette zone insensible s'attardant pour l'aider à intégrer tout ce qui avait lieu. Finalement, après réflexion, elle n'était pas tant angoissée par le fait de devoir en découdre avec la justice locale... Après tout au pire, ils finiraient pas l'oublier dans un coin ou ils s'échapperaient d'une façon ou d'une autre, elle avait suffisamment confiance en ses capacités et en celles de Shan pour ça... Et elle sentait quelque chose en elle qui la confortait de plus en plus dans l'impression qu'elle n'avait pas grand chose à craindre de qui que ce soit d'ailleurs.

    Le fait que la mage ai eu peur lui allait très bien. Les Melornois les prendraient au sérieux et hésiteraient à les attaquer à moins d'être en groupe et forcé de le faire... S'ils n'étaient pas trop stupides. Elle doutait cependant qu'ils s'abstiennent d'en venir aux mains, vu leur nombre et le comportement du chef, ils étaient fidèle aux stéréotypes de leur cité : trop sûrs d'eux et de leur supériorité.

    Ce qui l'agaçait davantage c'était surtout Shan qui avait des appréhension quant à cette ville ou 95% des habitants au bas mot étaient des elfes de sang pur et dont sa mère était originaire. Elle avait besoin d'y aller et au final avec l'esclavagiste et sa flûte, il avait aussi des affaires qui le poussait à y aller également, mais elle aurait voulu que les choses soient plus simple pour lui dans cette approche d'un territoire qui le tenait en respect depuis tant de temps. Le plus simple possible même. Elle ne voulait pas qu'il lui arrive le moindre mal, surtout si elle n'était pas sûre de pouvoir le suivre dans les ennuis, pour peu qu'on finisse par croire qu'il avait toujours été seul dans cette auberge et seul à poser problème.

    Elle tourna la tête vers lui et croisa son regard. Il l'observait déjà d'une drôle de façon. La main sur sa nuque se saisit pensivement du cache col rouge. le regard mi agacé mi désolé qu'elle venait de poser sur lui changea pour devenir plus inquiet. Il avait l'air bien moins neutre que d'ordinaire face à une menace, quelle qu'elle soit.

    - Shan ?

    Elle fit le pas qui les séparait encore et le serra dans ses bras sans lui demander son avis. Elle en avait besoin, de ce contact. Juste de savoir qu'il était là. La rupture avait été brusque et s'ils étaient tous les deux habitués à gérer des situations hostiles, ce genre d'intrusion dans un moment de paix tapait dans ces failles qui finissaient par les maintenir toujours sur le qui-vive.

    - Désolée... J'aurais voulu que l'arrivée à Melorn se passe autrement pour toi.

    Elle inspira profondément au creux de son cou, sans savoir si elle avait le nez plus près de sa peau ou simplement enfoui dans l'écharpe qu'il lui avait faite. Ses épaules se détendirent notablement.

    - Fait moi confiance, on sortira de cette histoire stupide sans effusion de sang. " Elle se redressa pour le regarder dans les yeux et sourit. " Ok ?
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 11 Avr - 23:50
    Shan lui paraissait ne pas avoir changé d'expression. Il n'avait pas eu l'air calme avec eux, ni noble, ni serein, ni confiant, comme Rowena. Il n'aimait pas ça, les gens censé maintenir l'ordre. Deux fois sur trois, c’était de la que venait le problème. Au Reike et en Republique surtout. Pour ce qu'il en avait vu. D'ailleurs, selon lui, Rowena etait une des exceptions qui confirmait la règle.

    Elle semblait d'ailleurs vraiment tendue, inquiète, mais il devina facilement que c’était a cause de lui. Il soupira intérieurement. Il aurait du s'asseoir tranquillement sur le lit, leur laissant le champ libre pour fouiller, pour dégainer, pour les encercler ? Il n'aurait pas pu. Menacer physiquement le mage était une technique de base d'intimidation. Il avait remit l'eglise au milieu du village, montré qu'ils n'etaient pas dans un déséquilibre que ce genre de petites unités avaient généralement sur leurs proies.

    - Je suis navré je...

    Il n'eut pas le temps de finir qu'elle était pendue a son cou, serrée contre lui, s'excusant de la situation presque comme si c’était de sa faute. Il n'aimait jamais ces situations, ou elle s'excusait comme pour marquait qu'elle n'en faisait jamais assez alors qu'elle avait été parfaite. Mieux que parfaite, incroyable. Lui aurait sans doute fini par s'enfuir. Elle, elle etait calme et modéré.

    - Ne t'excuse pas. Tu as déjà fais en sorte que tout soi pour le mieux.

    Il pencha le visage sur le sien blotit dans son cou, et l'embrassa dans les cheveux, en passant la main par dessus celle qu'elle avait ramenée sur sa propre nuque. Bien sur qu'il lui faisait confiance. Jusqu'au bout, jusqu'à la fin. Et quand elle ne serait plus la. Il la suivrait. Corps. Puis âme. Il le savait désormais. Elle ne serait jamais seule.

    - C'est toi qui commande. Je t'obeis pour gérer avec eux. Je m'occupe de te protéger, tu t'occupes de parler.

    Alors qu'il entendait les soldats quitter l'intérieur pour se poster dans la rue, et qu'il avait presque la sensation du regard du capitaine étant posé sur la fenetre de leur chambre, il la repoussa légérement. Il se remémora les paroles qu'il avait eux. Sa femme. Qu'elle avait eux. Son homme. Puis sans parvenir a établir la gymnastique mentale qui passait de l'un a l'autre, il repensa a ce qu'elle lui avait proposé. Une marque sur elle, sur son corps, sur sa peau. Une marque venant de lui.

    - Je te fais confiance mon amour. Jusqu'au bout.

    Il la relâcha et lui sourit très doucement, de son sourire vrai, qu'il parvenait uniquement a fournir face a elle. Il lui caressa la joue, et la lèvre du pouce, avant de se retourner vers leurs sacs a préparer. Le poisson frais n'allaient finalement pas être dégusté tout de suite. Il restait un peu du repas de la veille, qu'il avait prévu de garder pour le soir.

    - Mange un morceau rapidement pendant que je termine de tout ranger. On va en avoir besoin si jamais on doit rester dans leur barraquement pendant des heures. On ne remangera peut etre pas avant demain.

    Lui aurait une ou deux bouchés, mais comme souvent il n'avait pas particulièrement faim. Encore moins dans ces moments la. Il regarda Zim qui avait le nez collé au carreau, l'air mauvais, et alla plutot du coté de son amante, pour ranger ses vêtements. Et pour une fois, il ne rougit même pas en enfouissant ses sous-vêtements dans leur grand sac de voyage respectif.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 12 Avr - 17:12
    Le pacte lui semblait valable... A un petit détail près.

    Rassurée par son contact et la certitude qu'il serait là pour surveiller ses arrières, Rowena se redressa en même temps que Shan pour découvrir son sourire. Son vrai sourire. Celui qui lui allait si bien. Elle caressa sa joue, se plaisant à flatter ses courts cheveux sombre qui flottaient sur sa tempe, une habitude qu'elle avait prise ces derniers jours depuis qu'il les avait plus courts.

    - Je te demande seulement de ne pas attaquer le premier. Quoi qu'ils puissent dire. Quelles que soient les menaces. Il faut que nous restions calme.

    L'entendre utiliser ces mots tendres la fit sourire et même ravaler un rire, toue tension envolée. Il était infernal... Si hésitant en temps de paix, si directe et décidé lors des crises. Il avait suffit d'une irruption dans leur intimité pour qu'il ose prononcer des mots dont il ne se pensait pas capable quelques heures plus tôt, alors qu'elle n'avait pas cessé de suivre les aura présentes autour de leur chambre, ne voulant pas relâcher son attention pour ne pas subir une nouvelle interruption surprise.

    - Jusqu'au bout. " répéta-t-elle comme une promesse avant de venir effleurer ses lèvres d'un baiser.

    Elle ne protesta pas et le laissa rassembler leurs affaires, sortant les restes ainsi qu'un planche et un couteau. Plutôt que de piqué dans le repas de la veille, elle attrapa un poisson qu'elle ouvrit, vida et désarrêta en un tournemain pour dévorer tout le reste, peau écailleuse comprise, ses dents pointues se laissant deviner un moment entre ses lèvres pâles. Ce n'était pas vraiment plus long que de planter sa fourchette dans les petits plats de la veille et c'était là la limite de ses talents de préparation culinaire, alors autant en profiter.

    Elle ingurgita ainsi trois spécimens avant d'aller rapidement se laver les mains. Le tout s'était déroulé dans un silence relatif, lui tendant l'oreille, elle affutant ses sens magiques pour déceler diverses particularités ou guet-apens. Quelques instants plus tard, elle ajustait sa chemise et son cache col, n'ayant toujours pas pu remplacer son par-dessus de voyage. Au moins ses botes avaient été reprisées par des gens du coin et elle se sentait à nouveau confortable à la marche. Elle se paya aussi le lux d'afficher sa broche familiale comme fermeture de sa très longue écharpe. Elle allait avoir froid, elle le savait d'avance, mais au moins, elle aurait la gorge au chaud, ça lui éviterait d'avoir la voix qui tremble.

    Fin prête, elle vérifia son ceinturon. Les dagues sur ses cuisses. La chaine de combat était restée dans son paquetage, sur le dessus, inutile jusqu'à preuve du contraire.

    Un regard vers Shan pour vérifier qu'il était aussi paré avant d'ouvrir la porte pour descendre, Zim sur les talons.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 12 Avr - 19:46
    Si elle avait peu d'affaires, il n'en avait littéralement pas, quasiment. Mis a part tout ce qu'il utilisait pour la cuisine, ses armes, et les lambeaux de ses vêtements. Il jeta un œil vers elle rapidement, et constata de quelle façon elle s'emmitouflait dans le peu de vêtements chauds qu'elle avait encore en état. Ce serait leur premier arrêt a Melorn, si ils ne finissaient pas en croupissant dans une cave quelconque servant de prison.

    - Tu vas attraper du mal. Met ça en plus.

    Il passa les bras autour d'elle pour déposer sa propre veste en sale état, lui fournissant une couche supplémentaire. Le laissant torse nu. Il savait a l'avance ce qu'elle allait dire et avant qu'elle ne puisse protester, il posa le doigt sur sa bouche, doucement, pour l’empêcher d'articuler le moindre mot.

    - Je n'en ai pas besoin.

    Il canalisa son mana, qu'elle pouvait sans doute sentir, et laissa sa peau se durcir lentement, et sa peau, a vu d’œil, sembla prendre en épaisseur et en robustesse. Il n'ajouta rien. Le bord de sa peau serait froide, mais elle n'attaquerait pas en profondeur. C’était suffisant. Ils n'avaient pas tant de route que ça. Il attrapa les sacs de voyage.

    - Je porte, tu parles.

    Il siffla Zim, qui avait toujours le poil un peu hérissé et qui passa devant eux dans le couloir, puis Rowena, alors que Shan fermait la marche. Il avait récupéré le pendentif qu'il portait comme seul vêtement sur sa peau quasiment écharpé. Il semblait prêt pour le combat. Et en débouchant dans l'air froid, il frissonna moins que les guerriers les plus proches qui posèrent les yeux sur lui.

    - Vous voilà, mettons nous en route. Rythme soutenu.

    C’était le capitaine qui avait parlé, et alors que Rowena se chargeait de répondre, lui alla chercher leur monture. Sa jument habituelle, et une autre qu'ils avaient achetés pour aller jusqu'au sanctuaire pratiquement une semaine plus tôt. Il siffla simplement et elles vinrent toute les deux de bonnes grâce, pour qu'il les équipent et attache les paquetages.

    - Je compte sur vous, dame Ironsoul, pour tenir votre...

    Il fronça les sourcils en posant le regard sur Shan. Le sous entendu était clair. Son chien. C’était comme ça qu'il le voyait, le toutou de la dame la pour la protéger. Ne sachant pas le soucis de vêtements de l'elfe, il devait d'ailleurs prendre son accoutrement pour une énième provocation.

    - ...ami.

    Il s'éloigna vers sa propre monture et elle sentait le regard des six soldats qui l'accompagnait. Une des femmes fixaient un peu Shan, portant un arc sur le dos et semblant plus porter sur l'affrontement physique. La magicienne, elle, se tenait bien plus éloigner, en retrait. Les quatre hommes formaient une sorte de formation en carré autour du capitaine, et quand ils commencerent a chevaucher, l'avancée etait rapide et surtout extremement précise. Ils devaient évoluer ensemble tous les sept depuis longtemps.

    Les deux femmes fermerent la marche derriere Shan et Rowena, et ils furent partis.
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum