DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Alasker

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Soigner la maladie et l'ignorance [Feat. Gabriel]  InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    La justice frappe les injustes
    Derniers sujets
    Aller en bas
    Noble de La République
    Noble de La République
    Soren Goldheart
    Soren Goldheart
    Messages : 239
    crédits : 753

    Info personnage
    Race: Ange / Humain
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1870-soren-goldheart-from-the-ashes-terminehttps://www.rp-cendres.com/t1903-liens-carnet-de-contacts-soren#16014https://www.rp-cendres.com/t1884-chroniques-angeliques-soren#15805
  • Sam 20 Mai - 14:40
    Soigner la maladie et l'ignorance
    feat. Gabriel

    Soigner la maladie et l'ignorance [Feat. Gabriel]  Separa13


    Voilà longtemps que ses services n'avaient pas été sollicités personnellement. J'espère au moins que ça en vaut la peine. Tandis qu'il rangeait quelques affaires dans sa mallette, Soren releva la tête pour fixer son regard d'ambre sur Ishtar, son assistant personnel qu'il avait recruté depuis son élection en tant que sénateur. Il fallait dire, avec toute la paperasse qu'il y avait à remplir chaque jour et les divers rendez-vous à gérer, les affaires politiques à s'occuper, les réunions, gérer le courrier... Bref, Ishtar n'était pas de trop.

    "Il semblerait donc qu'elle souffre de grandes douleurs dans le sternum et d'une toux sèche qui dure depuis plus d'une semaine."
    "De la fièvre ?"
    "Modérée, d'après le courrier qui vous a été adressé."
    "Douleurs musculaires ? Essoufflement ?"
    "Je... je ne sais pas, cela n'a pas été précisé."
    "Bon."


    Parcourant ses étagères de fioles avec des potions en veux-tu en voilà, ses innombrables seringues pré-remplies et quelques remèdes à base de plantes reconnues, Soren sélectionna en conséquence quelques-un de ces soins et les glissa soigneusement dans la mallette. Il prit également de la poudre, un décanteur, quelques ustensiles au cas où pour fabriquer sur place un antidote sur-mesure ou un médicament sous forme de solution buvable.

    "Probablement pas un empoisonnement mais je n'écarte pas la piste. Bronchite ? Ou pneumonie..." Pensant à voix haute, il prit son manteau blanc agrémenté de touches métalliques dorées. "Combien on me paye pour ça, déjà ?"

    Ishtar se contenta de retourner la lettre qu'il tenait en main vers son employeur, à la fin de laquelle était écrite en toute lettre la somme, ainsi que d'ouvrir la main dans laquelle figurait déjà l'acompte. C'est quand même une énorme somme pour un probable petit mal. Curieux. A ce stade, Soren ne craignait pas qu'il s'agissait d'un guet-apens ou quiconque chercherait à le piéger ; probablement une bourgeoise malade s'offrant les services d'un renommé soigneur des maladies virales et aigües.

    Déployant ses larges ailes d'albâtre à la brillance dorée, le demi-ange prit son envol peu de temps après. Il aurait pu tout à fait s'y rendre à pied ou en calèche, du fait que ladite Gabriel résidait également à Liberty, mais il s'était décidé à économiser l'effort que lui coûtait désormais la marche depuis sa blessure à la hanche, ou le temps que cela allait prendre de traverser la capitale en véhicule alors-même que quelques battements d'ailes l'amèneront bien plus rapidement à destination. L'emploi du temps était serré, il fallait que tout soit respecté dans les temps.

    Il finit par atterrir devant une grande demeure témoignant d'une certaine aisance financière. Soren ne savait pas grand chose de la malade: brillante élève de la Magic, sûrement s'étaient-ils même déjà croisés là-bas, en études depuis on-ne-savait-plus combien d'années en enchaînant les divers cursus comme si la vie ne se résumait qu'à apprendre des choses à l'école, issue de la famille Fortuna dont il y a eu émancipation il y avait de cela quelques années...

    Accueilli par du personnel de maison fort soignés sur eux-mêmes, il fut guidé vers un très large salon où canapés et fauteuils reposaient sur riches tapis d'un quelconque tissu de haut qualité. Nullement impressionné puisque vivant aux mêmes standards, l'ange fit disparaître ses ailes qui traînaient presque sur ces tapis tandis qu'il s'approcha de la commanditaire de ses services, s'étant installée ici pour certainement un accès plus facile au médecin.

    "Bonjour Gabriel, c'est bien ça ?" Il n'attendit pas sa réponse. "Soren Goldheart, enchanté. Vous m'avez demandé donc vous connaissez déjà la nature de mes services."

    Il posa sa mallette médicale sur une table richement décorée qui se trouvait là et l'ouvrit.

    "D'après les symptômes décrits, je pense à une bronchite mais je me dois de faire un check complet de votre état afin d'écarter les pistes d'empoisonnement et de pneumonie, autrement plus graves." Tandis qu'il mettait des gants, "De quelle race êtes-vous, je vous prie? Humaine j'imagine ? Que je sache également quels traitements je dois éventuellement envisager."

    Il la trouvait bien pâle, et malgré tout d'une beauté inhabituelle. Tout du moins, pour quelqu'un qui devait être salement malade.



    Soigner la maladie et l'ignorance [Feat. Gabriel]  C6ROr9z
    #f6efd8

    Good Omens - Linael & Avenn (enfants)
    Infos & Pouvoirs:
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 28 Mai - 19:12
    Soigner la Maladie
    Feat Soren


    Ennuyée...

    Un mal bénin, un remède qui ne l'était pas... Affaiblit depuis quelques jours maintenant, tu étais accablée de douleurs physiques multiples et d'une toux qui ne cessaient pas. Naturellement pâle, ton physique s'était retrouvé préservé des affres visuels de la maladie mais ton travail avait légèrement diminué en qualité néanmoins. Dormant peu au quotidien, tu menais une vie de dix hommes, entre ton apprentissage et tes responsabilités de Représentante. Depuis peu, tu t'étais même mis à gérer certains dossier de ta famille, celle-ci t'harcelant quotidiennement afin que tu prennes la tête des Fortuna. Tu étais la représentation même de l'excellence, qu'importe ce que tu entreprenais, tu le menais à bien et de ce fait, malgré ta jeunesse relative, tu étais celle que l'on voyait le plus prendre la direction de ce nom.

    Évidemment, cela t’agaçait plus qu'autres choses. Tu faisais cela par dépit, mais tu n'aimais pas n'être qu'un nom, qu'une image de ce qu'était ta famille en premier lieu.

    C'était d'ailleurs elle qui avait poussé à commanditer le meilleur médecin de la République afin de te soigner au mieux. Toi, tu t'étais contentée de mettre ça sur le dos du surmenage et tu aurais sans doute préférer régler cela avec un poil plus de délicatesse et de discrétion mais évidemment ce n'était pas du goût de ta famille. Eux qui voyaient toujours le monde en plus grand que ce qu'il n'était réellement.

    Poussant alors un profond soupire, attendant patiemment que le médecin se présente, tu ne manquais cependant pas d'écrire quelques notes à droites à gauches quant à des dossiers que tu devais régler en urgence. Chaque minute que tu passais affaiblit par la maladie, c'était un dossier en plus qui s'entassait sur ton bureau à Magic... Et si tu savais être efficace, tu ne te serais permit aucun retard à même de porter préjudice aux intérêts de l'Académie. De plus, tu avais une certaine réputation d'excellence à respecter, même pour toi. Après tout, cela faisait des années que l'on avait pas eu Représentante aussi efficace que toi dans sa tâche quotidienne.

    Mais ici, ce n'était pas de tes devoirs que l'on te demandait de t'occuper mais de ton rétablissement. Que ce soit l'Académie, ta famille ou même Eloise, ta meilleur amie, tous étaient d'accord sur le fait qu'il fallait que tu te requinques au mieux. Qu'il était étrange de tous les voir d'accord pour une fois...

    - Bonjour Docteur. J'apprécie votre venue et le temps que vous m'accorderez, c'est ma famille qui vous a fait parvenir le courrier, il était important pour eux que ce soit vous qui m'examiniez.

    Même malade, tu gardais ce ton neutre désarçonnant. Tes yeux eux étaient toujours perçant et tu ne manquais pas de fixer l'individu, le dépeignant sous chaque angle, inscrivant sa présence dans ta mémoire à tout jamais. Il était plus bel homme, comme la plupart des anges que l'on comptait dans les récits. Il se dégageait avec un certains naturel un charisme et une éloquence qui ne pouvaient pas laisser indifférent. Pourtant, tu n'éprouvais aucune attirance particulière vis à vis de sa présence, à la différence de l'une de tes servantes qui semblaient toute rougissante à l'idée d'être dans la même pièce que le médecin. Penchant légèrement ta tête sur le côté, tu arquais tes sourcils avant de porter à nouveau ton attention sur l'individu.

    - Humaine. On a dû déjà vous décrire mes symptômes, toux sèche, essoufflement, fièvre ponctuelle et douleur au niveau de la poitrine.

    Tu avais à peine ciller à la mention de l'empoisonnement. Évidemment, l'homme était obligé de n'écarter absolument aucune possibilité, il en valait de sa réputation. Pour autant, sans même échanger plus de parole que cela, il te paraissait évident, pour toi comme pour lui, que ce n'était qu'une simple toux ou une autre maladie de passage. C'était ta famille qui avait forcé la dramatisation de tout cela... Pour autant, tu ne disais rien. L'art des soins n'était pas un art dans lequel tu avais étudié, de ce fait, tu ne portais aucun jugement hâtif en face de celui qui avait passé son existence à perfectionner sa maîtrise.

    - Pardonnez mon empressement, mais mes responsabilités m'empêchent de m'écarter bien longtemps de celles-ci. Si possible, j'aimerai que vous favorisiez un traitement me permettant de quand même vaquer mes occupations. Je ne saurai me conforter dans un quelconque repos.

    Même si tu n'étais pas une patiente récalcitrante, avec l'argent versé venait la possibilité d'appuyer quelques exigences dont tu ne te privais nullement. Tu saurais accepté toute douleur ou sacrifice si cela te permettait de quand même continuer à travailler avec la même efficacité qu'avant. Même un jour de repos était de trop à tes yeux.

    D'ailleurs, tandis que le docteur se perdait encore en préparatif, ta servante vint à lui servir rafraîchissement et mets délicats sur un plateau qu'elle déposa sur la table au centre de la pièce... Les Fortuna savaient recevoir, et d'une certaine manière, tu ne dérogeais pas à la règle.

    - T-t-tenez Monsieur.

    Elle tremblait comme une feuille, totalement sous le charme du bel ange en face d'elle. De ton côté, tu ne pouvais que rouler des yeux dans une expression tout en discrétion.

    CENDRES
    Noble de La République
    Noble de La République
    Soren Goldheart
    Soren Goldheart
    Messages : 239
    crédits : 753

    Info personnage
    Race: Ange / Humain
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1870-soren-goldheart-from-the-ashes-terminehttps://www.rp-cendres.com/t1903-liens-carnet-de-contacts-soren#16014https://www.rp-cendres.com/t1884-chroniques-angeliques-soren#15805
  • Ven 2 Juin - 17:36
    Soigner la maladie et l'ignorance
    feat. Gabriel

    Soigner la maladie et l'ignorance [Feat. Gabriel]  Separa13


    Un ton monocorde transmettant tout l'ennui du monde lui répondit. De toute évidence et au vu de ses dires, c'était plus les Fortunas qui avaient demandé l'aide d'un éminent médecin pour soigner Gabriel qu'une impulsion de celle-ci pour prendre soin de soi. Qui plus était, il y avait certainement plus éminent médecin, mais en bactériologie, Soren était un des plus avancés. Se devaient-ils d'appeler une telle figure quand bien même les chances étaient plus fortes que tout ceci soit tout à fait bénin ? Vu que Gabriel ne clamait pas haut et fort son nom de famille, l'ange se doutait qu'il devait y avoir discorde entre cette jeune femme et sa famille, pour autant sa famille avait généreusement donné pour le faire venir. Les histoires familiales sont toujours complexes, de toute façon.

    Soren hocha la tête lorsque la malade rappela ses symptômes et tandis qu'il cherchait des outils dans son sac de cuir, il aperçut du coin de l’œil une servante rougissante comme une tomate en plein soleil. Il leva un sourcil interrogateur, tandis que celle-ci fuit son regard. Il était assez classique pour lui d'avoir des jeunes demoiselles sous son charme sans qu'il n'ait grand chose à faire, mais étrangement depuis qu'il était monté en puissance au sein de la nation et qu'il avait deux enfants, il attirait en général toute une autre tranche de la gente. Ce n'était pas pour déplaire qu'une petite jeunette lui jette ainsi son dévolu ; pendant un instant, cela le faisait se sentir à nouveau frais et dans sa période séducteur en série.

    L'ange reprit sa concentration devant l'empressement de Gabriel. Tandis qu'il avait mis autour du cou de quoi écouter le cœur et la respiration de sa patiente, il s'immobilisa, plissant les yeux.

    "Le corps, particulièrement le corps humain, récupère le mieux en se reposant. Cela permet la régénération des cellules et au corps de combattre la maladie. Je peux rendre le traitement court, bien sûr, une fois que je me suis assuré de la maladie qui vous touche", il vint poliment presser son appareil dans le dos de sa patiente. "Respirez fort." Il écouta le bruit du souffle. "Néanmoins, le surmenage est un terrain propice et sans fin aux maladies en tout genre, des plus bénignes aux plus graves. Je sais que quoi je parle. Nous sommes le plus efficaces lorsqu'on est suffisamment reposé."

    Au final, c'était un gain de temps de prendre le temps de récupérer, comparé à celui perdu pour se soigner. Mais cela, c'était difficile de l'inculquer aux accrocs du travail et aux hyperactifs. Soren lui-même en faisait partie, cependant, Linael et Avenn avaient besoin d'un jeune père actif à leurs côtés et non d'un vieux croulant sous les monticules de travaux non terminés.

    La servante vint servir un rafraîchissement en bégayant. Soren la remercia, suivi d'un "joli demoiselle" et il crut qu'elle allait s'évanouir quand il vit les jambes de celle-ci faiblir, pour finalement l'aider simplement à détaler un peu plus vite.

    "Je crois en effet qu'il s'agit là d'une bronchite aiguë. Une infection située dans les poumons, donc." Il réfléchit quelques instants, tournant quelques pages de calepin pour se décider sur le traitement. "Je vais vous soigner par quelques sorts de guérison pour un mieux-être instantané, cependant pour faire disparaître au plus vite tout symptôme et être à nouveau fonctionnelle d'ici un jour ou deux maximum, je vais vous prescrire en plus une potion de toute nouvelle génération Good Omens, qui est d'une efficacité redoutable contre ce type d'infection-là. Elle n'est pour le moment indiquée que pour les humains, les nains et les elfes."

    Refermant son calepin, il mit ses lunettes et tendit sa main vers la poitrine - on s'entend, le bas de celle-ci où sont situés les poumons - de Gabriel et attendit poliment l'autorisation.

    "Puis-je ? Il me faut un contact physique pour visualiser le virus et neutraliser tout ce qui peut l'être."

    Attendant sa réponse, il tenta également de connaître un peu mieux cette mystérieuse femme.

    "Si je ne m'abuse, vous avez enchainé plusieurs cursus à la Magic. J'y donne des cours de temps en temps, je crois avoir déjà entendu parler de vous. Qu'est-ce qui vous pousse à explorer tant de disciplines ? Est-ce de la curiosité ? Un challenge personnel ? Une quelconque pression externe ?"

    Lui qui avait l'esprit ouvert et fondamentalement curieux, toujours en quête de savoir et d'apprentissage, il pouvait là certainement comprendre sa patiente si telle était la qualité qu'ils partageaient.



    Soigner la maladie et l'ignorance [Feat. Gabriel]  C6ROr9z
    #f6efd8

    Good Omens - Linael & Avenn (enfants)
    Infos & Pouvoirs:
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 7 Juin - 23:39
    Soigner la Maladie
    Feat Soren


    Évidemment...

    Tu restais attentive aux paroles du médecin, ne préférant cependant pas t'attarder davantage sur quelques recommandations qu'il clamait à demi-mot. Le repos n'était pas une option pour une personne aussi active que toi. Tu ne savais être satisfaite que dans le feu de l'action, qu'il soit dans l’apprentissage de la magie ou dans les montagnes infinies de papiers administratifs. L'inaction était un fléau pour ton âme, bien plus qu'elle ne pourrait être réparatrice pour ton corps. Même si le secret était dans l'équilibre, tu n'étais pas encore parvenue à ce trouver cet état instable et à le conserver plus de quelques jours à la suite...

    - A ce niveau, je ne me suis jamais sentie humaine.

    Tu te perdais en léger sourire, à peine perceptible au coin de tes lèvres. Il était vrai que tu étais bien plus acharnée et endurante que tes pairs, mais tu mettais cela davantage sur le compte d'une rigueur mentale à toute épreuve plutôt qu'à un don physique. Même les plus grands guerriers finissaient par s'éroder s'ils ne s'aiguisaient pas au quotidien.

    - Je vous fait confiance. Je n'ai que rarement eu l'occasion d'apprécier les concoctions médicales de la République. La plupart d'entre elles n'ayant eu que trop peu d'effet sur moi aussi loin que remonte mes souvenirs.  


    Tu toussotais légèrement, arquant un sourcil face au médecin. Il était vrai que d'une certaine manière, tu étais différente sur bien des aspects. Même ta famille, les Fortuna, ne t'avait jamais traité comme il pouvait traiter un de tes cousins... Tu étais spéciale, mais tu mettais cela sur le compte de l'excellence plus qu'autre chose. Il était bien mieux de se voir valoriser pour ses efforts que pour quelque chose que l'on n'avait pas activement cherché à mériter.

    - Allez-y.  


    Sans pudeur, tu ne te perdais pas en excuse afin d'éviter le contact d'un homme, aussi beau pouvait-il être. Étant naturellement immunisée par ce genre de considération, tu ne voyais cela que comme une formalité, rien de plus. Pourtant... Tu pouvais sentir les vapeurs euphoriques de ta servante s'en aller jusqu'à toi, celle-ci s'imaginant bien être à ta place en cet instant.

    - Un challenge personnel... ? Hmm... J'aurais tendance à dire que cela pourrait s'apparenter à cela. Je cherche à atteindre la perfection, à la frôler du bout du doigt, à la contempler. Cela passe par un apprentissage rigoureux, un accomplissement qu'aucun autre en un millénaire n'a pu accomplir. Ce monde a tant à offrir, il serait dommage de se perdre que dans un domaine d'expertise. Non ?  


    De plus, tu étais bien trop douée pour entraver ton potentiel de la sorte. Il te fallait explorer tout ce qui était explorable, maîtriser chaque domaine à la perfection, t'imposer une excellence indiscutable. Cependant, tu ne disais pas non plus toute la vérité. Ta famille t'aurait bien vu déjà quitter tes études, pour ses propres intérêts. Pour eux, ce n'était qu'une perte de temps. Tu étais déjà dotée d'une réputation presque immaculée, tes compétences en la matière n'étaient plus non plus à remettre en cause. Ils le savaient tous, si tu venais à prendre la tête des Fortuna, tu pourrais sans doute immiscer ce nom parmi les plus grandes familles de la République.

    Au même titre qu'une certaine Mirelda quelques décennies auparavant.

    - Je ne suis pas du genre à me perdre en première impression. Cependant, j'ai cette sensation que nous sommes similaire sur bien des points à ce sujet. Vous êtes connu pour la pluralité de vos talents, Soren Goldheart. En tant que Représentante de Magic, j'ai naturellement été mise au courant de toutes les appréciations qu'ont vos élèves à votre égard.  


    Entrepreneur, philanthrope, médecin, et bien d'autres choses encore... Le demi ange était bien des choses, et lui aussi avait une réputation d'être le meilleur dans les domaines sur lesquels il jetait son dévolu.

    - Je vous retourner alors la question. Pourquoi avoir choisi cette profession ?


    Tu toussotais à nouveau. Bien que sa réponse ne pourrait sans doute pas changer la vision que tu avais de lui, il était aussi bon de s'instruire sur ses contemporains à même d'influencer le monde dans lequel tu vivais.

    CENDRES
    Noble de La République
    Noble de La République
    Soren Goldheart
    Soren Goldheart
    Messages : 239
    crédits : 753

    Info personnage
    Race: Ange / Humain
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1870-soren-goldheart-from-the-ashes-terminehttps://www.rp-cendres.com/t1903-liens-carnet-de-contacts-soren#16014https://www.rp-cendres.com/t1884-chroniques-angeliques-soren#15805
  • Jeu 6 Juil - 22:37
    Soigner la maladie et l'ignorance
    feat. Gabriel

    Soigner la maladie et l'ignorance [Feat. Gabriel]  Separa13


    Surpris par sa première réponse, Soren n'en laissa rien paraître. Qu'est-ce qu'elle croyait être d'autre ? Un genre de super-être capable de travailler sans relâche en espérant ne jamais s'écrouler ni être touchée par quelconque maladie ? Elle souriait alors, se moquant presque de sa propre résilience. Une chance que son corps suive la cadence ! L'ange se savait les nerfs solide et le système immunitaire plus fort que la moyenne, peut-être partageaient-il là un trait sans être de la même espèce.

    "Oh vraiment ? Les potions et remèdes Good Omens fonctionnent sur tout le monde, à priori. A condition de soigner la bonne cause et d'adapter le traitement à la physionomie et aux propriétés de l'individu."

    C'était le moment pub. Il pouvait bien se le permettre, non ? Tandis qu'il posait le plat de sa main en-dessus des clavicules de la pâle femme, il visualisa les cellules touchées aux poumons. Une bronchite qui évolue en pneumonie. J'arrive à temps on dirait. Une douce chaleur se dégage de sa main tandis que, les yeux fermés, la magie venaient attaquer directement le virus qui s'avérait coriace. Malgré son état de concentration, il écouta la réponse de sa patiente.

    "Choisir un domaine d'expertise permet d'être un maître reconnu en la matière, surtout quand on a une vie aussi courte que la vôtre. Moi, j'ai presque un millénaire devant moi, j'ai bien encore le temps d'évoluer partout ailleurs. Mais être docteur en bio-alchimie, mêlant biologie, alchimie et magie me convient pour le moment bien."

    Elle souligna leurs points communs, et la manière dont les élèves avaient parlé en bien des cours de Soren. En effet, l'empathie n'était de prime abord pas sa qualité première, mais sa pédagogie rigoureuse et sa manière de dérouler les cours, pour les rendre à la fois accessibles et pointus, avaient permis à beaucoup d'apprentis soignants ou intéressés dans les recherches scientifiques contre les maladies et maléfices de s'intéresser à des matières innovantes et d'apprendre des choses que seul un spécialiste passionné comme lui pouvait transmettre. Ainsi, quand Gabriel lui renvoya la question et tandis qu'il neutralisait les derniers miasmes du virus dans les poumons de sa patiente, Soren répondit:

    "La perfection est inatteignable. En temps qu'êtres mortels sensibles, nous sommes faillibles. C'est aussi notre plus grande force parce que les échecs sont ce qui nous apprend le plus de choses. J'ai appris qu'on ne pourra jamais être parfait, ni dans un domaine qu'on maîtrise parfaitement, ni partout ailleurs. Nous tombons malades, nous nous épuisons, nous avons des sentiments, nous mourrons. A partir de là, nous ne pouvons pas être parfaits." Il retira sa main du thorax de Gabriel. "J'étais passionné par les livres de botanique, étant adolescent. Piégé dans ma chambre par un tuteur exécrable qui m'élevait, je m'amusais moi-même à faire des décoctions, voir leurs effets, mélanger des plantes. De fil en aiguilles, je me suis intéressé au corps des créatures humanoïdes, leur fonctionnement, les effets des potions sur eux. Des drogues aussi."

    Il ne le cacha pas. Les médicaments sont aussi en quelque sorte des drogues après tout, non ?

    "Je voulais tester la limite de mon corps, et de celle des autres. Et puis, outre les propriétés récréatives, je me suis aperçu qu'on pouvait soigner efficacement en étudiant l'immunologie de nos corps. Comment notre système fonctionne et répond aux agressions... Je vous passe les détails, mais pour moi, il était fascinant de mélanger médecine avec alchimie, magie avec science. Les possibilités sont infinies."

    Finissant son discours, il se releva et mis une main sur une de ses hanches, observant sa patiente d'un œil circoncept.

    "Vos poumons sont étrangement développés. Vous êtes une grande sportive ?"

    J'ai un autre doute. Comme une intuition.

    Il désigna la potion qu'il lui avait remis avant.

    "Je vous ai soigné ce que j'ai pu, mais vous avez une variation du virus et un début de pneumonie qui nécessite en complément la potion donnée. Pourriez-vous cependant boire les premières gorgées en ma présence ? Juste pour... m'assurer que tout va bien, vous voyez ? Que c'est la bonne molécule contre le bon virus, si les doses sont bonnes... Deux cuillères à café suffiront."

    Il fallait qu'il en ait le cœur net.

    Spoiler:



    Soigner la maladie et l'ignorance [Feat. Gabriel]  C6ROr9z
    #f6efd8

    Good Omens - Linael & Avenn (enfants)
    Infos & Pouvoirs:
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 23 Aoû - 1:24
    Soigner la Maladie
    Feat Soren


    Attentive...

    L'homme partageait certaines similarités avec toi, qui s'arrêtaient cependant à la manière dont vous viviez vos passion. Tu étais un talent piégé dans les filets de tes pairs, étudier était là une manière de t'échapper de cette réalité, de faire taire ceux se pensant suffisamment malin pour te dire vers où aller. La perfection était là un bel objectif pour toi, un bien meilleur horizon que les paroles de ta famille. Plutôt que simplement prendre une revanche, tu vois là l'opportunité de te sublimer au passage. La vie est courte, alors pourquoi se perdre en repos négligeable.

    - Ce n'est pas car personne ne l'a jamais atteinte, qu'il est futile d'espérer.


    Pourquoi te borner aux limites imposées par la société, par les gens qui en avaient bâti les murs. Repousser les limites de la connaissance était pour toi une route bien plus noble que celle d'abuser d'autrui. Évidemment, les Fortuna auraient espéré que tu mettes à profit tes compétences pour enrichir le domaine familiale. Que des futilités absurdes qui ne te convenaient guère.

    - Cependant je vous admire. Vous avez réussi à aller au bout de vos attentes. Je doute en être capable un jour.

    Mais tu te satisfais d'être insatisfaite. Venant à afficher un léger sourire en coin pour afficher un semblant de sympathie, tu te laissais inspecter. Si l'ange millénaire était content de sa position actuelle alors soit. Peut-être serais-tu comme lui si tu étais en mesure de vivre tout autant de temps ? Mais tu mourras bien avant de pouvoir te complaire dans la perfection tant recherchée. Là était la cruelle vérité de l'être humain. Une vérité qui te sciait tant qu'elle ne montrait pas ses fardeaux. Tôt ou tard, tu lui ferais face, avec le même aplomb et la même rigueur qu'aujourd'hui.

    - Sportive ? Je fais attention à ma santé et j'essaie de m'entretenir. Mais je ne suis pas vraiment le genre de personne à faire plus d'exercice physique que nécessaire.


    Tu avais penché la tête sur le côté à sa question, comme pour t'interroger sur le fait qu'il cherchait simplement à te faire parler. C'était lui même qui t'avait demandé de te reposer, qui s'était surpris par ton rythme de vie millimétré. Voilà que maintenant il s'interrogeait sur ta capacité à te perdre en développement corporel.

    Fixant alors la concoction qu'il venait à te tendre, tu doutais l'espace d'un instant. Non, tu n'avais pas peur de boire le breuvage, loin de là même. Tu possédais un esprit cartésien, en l'absence de connaissance à ce sujet, il te fallait te confier à l'expert dans le domaine. Cependant, devais-tu vraiment faire confiance à cet homme ? Il était le meilleur, mais en république, le titre de meilleur pouvait s'obtenir bien plus facilement avec de l'argent qu'avec des compétences. Mais soit.

    Buvant une première gorgée, laissant le liquide descendre délicatement dans ta gorge, tu lui notais un goût amère, âcre. Te retenant d'afficher une grimace de circonstance, tu venais à attendre quelques secondes avant de perdre ton regard dans celui du médecin. Le breuvage prendrait certainement du temps à te guérir, d'où le besoin de le prendre régulièrement sans louper un seul épisode.

    - Je dois prendre celle-ci pendant combien de temps à quelles intervalles ?

    En disant cela, tu venais à constater une tâche pourpre se perdre sur le tissu blanc de ta manche. Inspectant celle-ci avec curiosité, elle fut rejoint par une seconde, et une troisième. Du coin de l’œil, tu voyais l'expression horrifié de la servante qui se demandait bien ce qu'il t'arrivait. De ton nez, s'écoulait ton sang, mais aussi de chacun de tes yeux, donnant un aspect macabre à ce visage d'ivoire.

    - Voilà qui est dérangeant.

    Coulant soudainement avec abondance, tu perdais ton sang à grosses gouttes. Tu n'affichais cependant pas d'air paniqué, à quoi bon t'alarmer tout de suite et maintenant. Dans ta configuration, tu ne pouvais pas toi même te guérir, et la servante affolée criait déjà à l'aide dans tout les couloirs de la demeure. Tout ce que tu pouvais faire était de garder ton sang froid si propre à toi afin de ralentir les pulsations de ton cœur. De quoi ralentir un peu les écoulements tandis que se joignait au goût du médicament, celui de ton sang.

    - Puis-je avoir des explications ?

    Tu plissais les yeux. Il n'était pas facile de voir lorsque du sang s'écoulait de là. Le docteur avait intérêt à régler cela vite. Non pas que tu réagirais avec une quelconque forme de violence, mais toute la demeure était déjà en alerte et ta famille ne mettrait pas longtemps à arriver. S'ils venaient à apprendre ton état, le médecin verrait sa réputation être entichée à tout jamais, ils s'en assureraient.

    CENDRES
    Noble de La République
    Noble de La République
    Soren Goldheart
    Soren Goldheart
    Messages : 239
    crédits : 753

    Info personnage
    Race: Ange / Humain
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1870-soren-goldheart-from-the-ashes-terminehttps://www.rp-cendres.com/t1903-liens-carnet-de-contacts-soren#16014https://www.rp-cendres.com/t1884-chroniques-angeliques-soren#15805
  • Mer 30 Aoû - 9:05
    Soigner la maladie et l'ignorance
    feat. Gabriel

    Soigner la maladie et l'ignorance [Feat. Gabriel]  Separa13


    Ambitieuse, celle-là. Irrationnelle, même. Il n’était plus utile d’argumenter. Elle semblait persuader de pouvoir atteindre cette inatteignable perfection, d’y trouver peut-être une forme de volupté, de transcendance ultime. Juste un moyen de donner un peu de sens à son existence, certainement. Ce n’est pas aussi facile qu’on le croit d’avoir un but dans la vie qui nous anime assez pour continuer à avancer au milieu du tumulte incessant, après tout. C’était plutôt positif qu’elle en ait un quelconque.

    « Je ne mérite pas votre admiration. Je fais simplement partie de ceux qui ont trouvé leur vocation et ont choisi de s’y consacrer corps et âme. »

    La destinée existe-t-elle ? Le concept de vocation lui-même est-il tangible, réel ? Soren ne saurait le dire. Ce qui était sûr, c’est qu’il avait simplement suivi ses instincts et la voie qui lui semblait, à lui, la plus sûre pour parvenir à s’épanouir. Là où il avait des facilités, aussi. Nous naissons tous avec des prédispositions à des choses ou d’autres.

    La grimace de la jeune femme après la première gorgée du remède fit subtilement sourire l’ange alchimiste, sans aucune once de moquerie. On pouvait se le dire, elle était dégueulasse, cette potion. Il y avait encore un peu de travail à faire au niveau du goût, des arômes à ajouter. Mais franchement, ce n’était plus son boulot à lui : lui, c’était l’efficacité qui comptait.

    « Deux fois par jour, matin et soir. De préférence à distance des repas. »


    Alors qu’il commençait à ranger son matériel, la scène prit une toute autre tournure lorsque Soren constata du sang s’écouler des cavités nasales de sa patiente. Il lorgna dessus quelques instants, circonspect, quand ce furent alors les yeux qui pleurèrent du sang. Curieux, pensa son esprit de science.
    Les servantes paniquèrent, mais Gabriel demeura stoïque, demandant simplement une explication. Soren réfléchit quelques instants, puis interpela l’assistante – la même qui rougissait à chaque fois qu’il s’adressait à elle – pour lui demander :

    « Allez chercher mon assistant qui attend avec la diligence dehors. » Puis, en tournant son regard vers Gabriel : « J’ai quelques doutes. Je vais m’assurer d’une chose avant de vous fournir quelconque explication. »

    En attendant, les servantes s’occupèrent de la jeune femme et lui apportaient déjà de quoi essuyer le carnage que présentait son visage. Soren, lui, trouvait que ça lui rajoutait un charme. Un ange de sang.

    Un ange...

    Thylann, son jeune assistant, déboula dans la salle où se trouvaient les deux individus, essoufflé.

    « Vous m’avez demandé, monsieur Goldheart ? »
    « Use donc de ton pouvoir de senseur magique pour étudier la signature de la demoiselle pendant que j’analyse son sang. Sors-moi de quoi faire. »


    La vue de Soren ne pouvait plus voir au niveau moléculaire comme auparavant. Une opération était bien prévue à ce niveau, mais son emploi du temps était trop chargé pour la caler quelque part et il n’en avait plus tant besoin, puisque ce n’était plus lui qui travaillait directement en laboratoire la plupart du temps.

    Thylann lui présenta le matériel, qui consistait en une loupe largement améliorée par quelques technologies modernes.

    « Permettez », dit Soren en prélevant un peu de sang à l’endroit où Gabriel en avait laissé le plus sur le sofa avec une lame de verre.

    Il plaça l’échantillon sous l’appareil et y prêta son œil à l'aide de sa machine.

    Je reconnais cette structure.

    Il fit glisser les gouttes ensuite dans une fiole de liquide transparent, qui prit aussitôt une teinte bleuâtre.

    Exactement comme je m’en doutais.

    Thylann vint lui murmurer ce qu’il avait vu dans la signature magique de la demoiselle. Un sourire narquois gagna le bio-alchimiste, qui se tourna tranquillement vers Gabriel tandis qu’il sortait une autre potion de sa mallette, bien plus adaptée.

    « Vous m’avez menti sur votre véritable nature, mademoiselle. » Il arqua un sourcil. « Pourquoi ? »

    Il se releva, sûrement pour l’effet dramatique.

    « Vous êtes un ange. De sang pur, qui est plus. Vous faites mieux que moi ! »




    Soigner la maladie et l'ignorance [Feat. Gabriel]  C6ROr9z
    #f6efd8

    Good Omens - Linael & Avenn (enfants)
    Infos & Pouvoirs:
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 31 Aoû - 2:08
    Soigner la Maladie
    Feat Soren


    Dérangée...

    Tu ne le montrais pas plus que ça, mais tu n'aimais pas particulièrement cette situation. Tu t'étais contrainte à voir un médecin afin que ton état puisse s'arranger au plus vite, non pas pour l'empirer. Face à la surprise manifeste sur le visage du Docteur, tu ne pouvais que rester circonspecte. Avais-tu fais une erreur en acceptant les doléances de ta famille ? Au vue de la situation, tout pensait à croire que c'était le cas, encore plus lorsque tu ne pouvais que fixer passivement les agissements du médecin et de son assistante.

    - J'aurais menti ? Il est étonnant d'entendre cela de la bouche de l'homme qui a mit en sang sa patiente.

    Tu gardais toujours ton calme sans faille tandis que tu essuyais ton visage, te débarrassant de chaque perles de sang se sentant la volonté de pavaner sur ton faciès. Tu avais d'ailleurs fait attention de ne pas entacher tes vêtements, après cette entrevue, si ton état le permettait, tu devais aller déposer quelques archives à Magic. Tu ne pouvais pas décemment être marquée de ton propre sang en allant là-bas et cela même si certaines personnes comme Eloise ne se priveraient pas de le faire.

    - Un ange... ?

    Pour la première fois, on pouvait déceler de la surprise dans ton expression de marbre. Un léger tressaillement se faisait voir au plus profond de ton iris tandis que tu venais à te retenir de pencher la tête sur le côté afin de ne pas accélérer davantage les écoulements de sang. Avait-il vraiment dit cela ou le médicament te perdait désormais en hallucination ? Étrange. Tu n'avais jamais rêvé d'être un ange ou quoi que ce soit d'autres d'ailleurs.

    - Manifestement cette entrevue médicale était une erreur.

    Tu pensais pouvoir t'appuyer sur sa réputation, mais cela avait été là un échec. Ses paroles, elles étaient absurdes. Aussi loin que tu cherchais dans les archives que tu avais lu, jamais à aucun moment tu n'avais entendu parlé d'un cas d'une humaine se révélant soudainement être une ange. Dans ton plus grand pragmatisme la solution face à cette situation était simple : il te mentait. Peut-être voulait-il flatter ton égo pour soutirer de toi de la richesse ou de l'influence ? Ce ne serait pas le premier mais tu n'étais pas la cible la plus adéquate pour ce genre d'intrigue.

    - Il m'est impossible d'être une ange, qu'importe son degré de pureté. Je suis née en République, mon acte de naissance peut l'attester. De plus, Magic aurait décelé cela chez moi depuis très longtemps maintenant. Leurs examens sont bien plus strictes qu'un simple comparatif fait sur l'instant.


    Tu n'avais aucun intérêt à mentir ou à te voiler la vérité, mais tu ne pouvais décemment pas faire confiance à ce genre de paroles prodiguées de la sorte. Les anges étaient extrêmement rares, encore plus ceux qui naissaient et grandissaient parmi les mortels.

    - J'ose espérer que cela n'est qu'un faux positif et que vous n'essayez pas de vous servir de moi pour vos machinations. Je n'aime pas perdre mon temps et encore moins être la cible de moquerie.


    Si Eloise avait été là, elle aurait sans doute traîné le médecin hors de la pièce. Elle avait toujours été la seule à même de comprendre ce qui te traversait l'esprit. Elle savait passer au delà de ce visage stoïque, et en cet instant, elle saurait discerner à la perfection ta colère. Tu espérais simplement que le médecin ai autant de clairvoyance qu'elle.

    Ta famille allait arriver, mais cela ne serait que le cadet de ces soucis s'il continuait à s'amuser de toi de la sorte.

    CENDRES
    Noble de La République
    Noble de La République
    Soren Goldheart
    Soren Goldheart
    Messages : 239
    crédits : 753

    Info personnage
    Race: Ange / Humain
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1870-soren-goldheart-from-the-ashes-terminehttps://www.rp-cendres.com/t1903-liens-carnet-de-contacts-soren#16014https://www.rp-cendres.com/t1884-chroniques-angeliques-soren#15805
  • Jeu 31 Aoû - 23:09
    Soigner la maladie et l'ignorance
    feat. Gabriel

    Soigner la maladie et l'ignorance [Feat. Gabriel]  Separa13


    La réplique de l’ange, on le souligne encore, ne fit pas ciller le bio-alchimiste qui afficha une moue légèrement ennuyée. D’un autre côté, il fallait la comprendre : il venait un peu de remettre en question toute son existence, car notre race fait partie à part entière de l’identité qu'on se construit dès le plus jeune âge. Du moins, aux yeux de Soren, qui arborait sa beauté angélique avec une certaine fierté, ses ailes dorées avec magnificence.

    Elle essuyait son visage aussi stoïque qu’une statue de pierre tandis que sa voix traînante se paraît d’une inflexion désagréable. Légère, mais suffisante pour que le scientifique la perçoive, lui qui était toujours attentif à ses interlocuteurs.

    « Gabriel. » Elle n’avait plus de nom de famille, ça connait étrangement familier de ne prononcer qu’un prénom. Cependant, le ton de voix de Soren, lui aussi agacé, n’avait absolument rien de familier, tout en demeurant tout de même professionnel. « Pourquoi je vous mentirais ? Vous avez l’esprit pragmatique : quel bénéfice j’en tirerais ? Je ne vous connais pas et je m'en contrefous des Fortuna et de la somme qu'ils m'ont versée pour venir ici vous soigner. »

    La politesse tombait un peu avec le masque. Il devint plus incisif.

    « Le sang ne ment pas. » Il re-jeta un œil à son étrange machine, fit tourner un mécanisme. L’image s’agrandit pour lui. « Vous avez le sang d’un ange. Peut-être pas entièrement pur, c’est d’ailleurs certainement le cas puisque vous êtes une Fortuna, que vous le vouliez ou non. »

    Il se redressa, passa sa main dans sa nuque pour faire rouler sa tête tout en la fixant de ses yeux félins perçants.

    « Chez les Goldheart, Mikael et moi sommes la preuve que les unions humains-anges sont assez courantes dans les hautes sphères. Alors pourquoi pas chez les Fortuna aussi ? » Il fronça les sourcils, l’air sérieux. « Vos parents ont sûrement menti sur votre acte de naissance, qui d’ailleurs peut être aisément falsifié avec une bonne poignée de pièces d’or, tout comme la Magic a pu être soudoyée. Le monde n’est pas tout rose, et vous avez une ascendance ange évidente. Votre sang le dit, votre signature magique me le confirme. »

    Il mit ses mains sur les hanches.

    « Aucun mage élémentaliste n’est immunisé à sa propre magie, hormis les élémentaires et leur élément naturel. Vous maîtrisez la lumière, vous qui êtes si assoiffée de savoir, n'est-ce pas ? Pourquoi ne pas créer une lumière tangible et tenter de vous blesser avec ? Vous avez appris l’immunité à cette magie, à la Magic ? » Je ne vais pas lui laisser le choix que de se confronter à la réalité. « Nous autres, anges, purs ou non, y sommes immunisés de naissance. Essayer de m'attaquer, essayez de tourner l'attaque contre vous. On sera vite fixés. »

    Il sort de sa mallette, d’une poche cachée, une autre fiole. Son dernier recours.

    « C’est une potion qui dissipe la dissimulation magique d'un trait. Autrement dit, vos ailes apparaîtront, puisque vous en avez magiquement cachées par nature. » Il révéla les siennes, qui se matérialisèrent derrière lui dans un éclat scintillant. « Parmi toutes vos options, je vous propose de connaître la vérité et le fin mot de l’histoire, ou je plie bagage et vous laisse dans votre déni avec ces déclarations. Ça m’est complètement égal, c’est vous qui voyez. Mais je ne vous permets pas de remettre en question mes compétences. »

    La porte était ouverte, dans tous les sens du terme. Si elle refusait, au moins aurait-elle ces faits en tête pour le futur. Il lui semblait qu'elle était assez intelligente pour un jour apprendre la vérité.




    Soigner la maladie et l'ignorance [Feat. Gabriel]  C6ROr9z
    #f6efd8

    Good Omens - Linael & Avenn (enfants)
    Infos & Pouvoirs:
    Noble de La République
    Noble de La République
    Soren Goldheart
    Soren Goldheart
    Messages : 239
    crédits : 753

    Info personnage
    Race: Ange / Humain
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1870-soren-goldheart-from-the-ashes-terminehttps://www.rp-cendres.com/t1903-liens-carnet-de-contacts-soren#16014https://www.rp-cendres.com/t1884-chroniques-angeliques-soren#15805
  • Jeu 9 Nov - 12:54
    Soigner la maladie et l'ignorance
    feat. Gabriel

    Soigner la maladie et l'ignorance [Feat. Gabriel]  Separa13


    Comme il s'y était attendu, Gabriel refusa toute option proposée par le demi-ange. Il est toujours plus aisé de demeurer dans son déni et de poursuivre ainsi son existence en paix, loin de tout. Cependant, parce qu'il était persuadé qu'un jour, elle verrait la vérité ou serait apte à la percevoir, il avait laissé sur la table de la riche ange désavouée la potion dissipatrice. Il avait le pressentiment, l'instinct que la curiosité l'emportera, que Gabriel voudra savoir la vérité.

    Reprenant ses clics et ses clacs après avoir tout de même laissé un remède pour la soigner, cette fois-ci à destination des anges, Soren et sa mallette embarquèrent dans la diligence qui l'attendait à l'extérieur.

    "Comment cela s'est-il passé, monsieur ?" demanda son assistant, avide de savoir.
    "Je peux soigner la maladie, mais l'ignorance est encore un mal difficile à combattre", répondit distraitement l'ange en observant une dernière fois le manoir Fortuna tandis que les chevaux se mirent à avancer sous les coups de cravache.

    Quel dommage! Un être qui pourtant possédait l'intelligence et certainement la capacité de comprendre sa condition innée... Soren ne s'attendait certainement pas à une telle tournure. Qui aurait pu la prévoir ? Jamais encore il n'avait croisé le chemin d'un individu qui ne connaissait pas sa véritable race et reniait le fait-même que cela eût été possible. Et pourtant, les Goldheart étaient la preuve vivante et célèbre que ce genre d'hybridation était plus que courante au sein de la République, et qu'il ne s'agissait pas tant là d'un acte honteux. Après tout, l'amour était sûrement à l’œuvre lors de la conception. Navrant hélas qu'il n'ait plus été après l'apparition de ces petits êtres sordides, ni tout à fait anges ni tout à fait humains.

    Soren n'entendit plus vraiment parler de Gabriel ensuite.




    Soigner la maladie et l'ignorance [Feat. Gabriel]  C6ROr9z
    #f6efd8

    Good Omens - Linael & Avenn (enfants)
    Infos & Pouvoirs:
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum