DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Alasker

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Damoclès InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    La justice frappe les injustes
    Derniers sujets
    [PA] - Un coup que MAGIC ne verra pas venirAujourd'hui à 22:57Capitaine Saumâtre
    Tout feu tout flamme [Kassandra]Aujourd'hui à 22:46Zéphyr Zoldyck
    [Flash-event] Le Bal du Reflet des ÂmesAujourd'hui à 22:38Brak'Trarg
    Achats de pouvoir - ZéphyrAujourd'hui à 20:27Zéphyr Zoldyck
    Les Flammes de l'Aurore | LéonoraAujourd'hui à 16:56Arès Wessex
    L'air du Vent | Feat ZéphyrAujourd'hui à 16:12Zéphyr Zoldyck
    Venez me corrompre, ou pas !Aujourd'hui à 16:00Advorix Eqqegni
    La Traque SauvageAujourd'hui à 14:39Orion Yamveil
    C'est ici le comptoir aquarien ? Aujourd'hui à 13:51Jovnos Atnoth
    [PA] Les Gorges d'Ildrekyhr.Aujourd'hui à 12:38Kieran Ryven
    Aller en bas
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 15 Aoû - 0:10
    Damoclès
    Message 1

    Un exclamation de douleur déchira le silence de la chambre.

    Allongée dans son habituelle torpeur mortuaire, Rowena s'était redressée un d'un coup. Nue, les genoux repliés et les mains sur le visage, son esprit essayait de rattraper la situation dans laquelle elle se trouvait. Elle avait eut mal. Vraiment mal. Alors que ses nuits trop courtes n'étaient porteuse d'aucun rêve, aucune sensation autre que ce paysage de feu bleuté de plus en plus net, voilà que son cœur battait des records de vitesse. Elle n'avait même pas eu le réflexe d'analyser les environs ou de trouver le responsable, elle s'était simplement recroquevillée sur elle-même, assise entre les draps. Son visage lui lançait atrocement.

    Elle se força à respirer, tentant de garder pour elle les gémissements douloureux qui menaçaient de passer entre ses lèvres, et peu à peu, la douleur refluait pour laisser une toute autre impression. Du coton. Du... Rien.

    La respiration tremblante, elle plaqua plus étroitement les mains contre sa peau et frissonna d'horreur. Un frisson purement psychologique car son corps déjà affaiblis durant les mois écoulés à Melorn, ne lui transmettait qu'à peine la présence de ses propres mains. Elle déglutit sa peur et, les paupières close, coula la tête dans ses bras qui entouraient ses genoux, encore plus recroquevillée sur elle même.

    Elle savait bien trop précisément ce qui venait de se produire. Ce n'était pas la première fois. Déjà à plusieurs reprise, la marque s'était étendue d'un coup comme une couture qui lâche, au lieu de s'étendre avec une lenteur vicieuse. Entre ses testes magiques, Lorindol, les tentatives des académiciens de Melorn pour la soigner, sa marque avait progressé rapidement depuis son arrivée dans la cité de l'Eternel Printemps. En se couchant, la veille au soir, les craquelures noires étaient déployées jusqu'à mi-cuisse et elle ne sentait plus ni plaisir ni douleur sur une moitié du corps depuis déjà un moment.

    Là. Maintenant. La marque avait envahit le côté droit de son visage. Elle sentait cette sensation atroce dans son œil et sur son front, sur son crâne sous sa chevelure. Elle sentait une sensation nouvelle également autour de son œil gauche et au niveau de ses marques les plus anciennes. Une impression de fourmillement comme pouvait causer chez elle la magie sauvage... Et cela voulait dire qu'il se passait quelque chose d'encore bien pire. Il fallait qu'elle se calme.

    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 15 Aoû - 1:01
    Il avait petit a petit au fil des jours, au fil du temps qui passe, commencé a trouver étouffant la torpeur des nuits de la ville. Melorn était agréable, et pourtant il avait cette impression d’être au confins de tout ce qui se faisait de pire pour elle. Elle adorait cet endroit, et la voir sourire était la pommade la plus douce qu'elle pouvait passer sur le cœur du semi elfe, mais il avait comprit rapidement que chaque jour était une seconde plus proche de la fin.

    C'est pour ça que quand elle passait dans sa transe nocturne, il s'échappait souvent a l'extérieur pour respirer. Devant l'entrée sur un banc. Sur le toit. Ou parfois simplement a la fenêtre, dans la position qu'il occupait depuis toujours, a l’affût de la moindre stupeur annexe. C'etait sur le toit, cette fois, qu'il avait choisit de se mettre. Assit sur le bord, une jambe dans le vide, il observait la magie de la ville d'un œil différent quand il etait seul. Plus froid, mais aussi, plus interrogateur.

    C’était la ville qui avait vu naître sa mère, toute sa famille de son coté. Il avait pourtant l'impression de n’être qu'un étranger. Pas qu'une impression, c’était littéralement ce qu'il était, et il suffisait de voir le regard de dégoût que nombre de ses fameux congénères lui lançait dans la rue pour se sentir loin de chez lui. Si il avait eu un chez lui, au final. Il n'avait jamais mis les pieds a Melorn, sans doute pour ne pas réalisé qu'en fin de compte, il n’était chez lui nulle part.

    La mine maussade, il fut sur ses pieds avant que son cerveau n'ai réalisé le bruit qui venait de déchirer la nuit. Non, pas la nuit, juste ses tympans. Les rares voyageurs nocturnes dans la rue n'avaient pas eu une seule réactions, et le petit groupe de gens dans la taverne continuait de parler d'une voix moyenne, auréolé de la senteur alcoolisé qui émanait d'eux après une soirée de beuverie plutôt intense.

    Il n'avait même pas eu besoin de réfléchir pour comprendre, et il s’était déjà élancé dans le vide pour se rattraper sur le rebord de la fenetre moins de deux metres plus bas, avec aisance, pénétrant dans la chambre. Par reflexe, il regarda dans tous les coins, mais bien sur, il n'y avait personne. Il l'aurait sentit, autrement. Il n'y avait qu'elle.

    - Rowena !

    Il ne s'engagea meme pas a réfléchir a une autre dénomination. Il prononça son prénom avec une certaine vibration, comme pour appuyer son existence qui n'avait pas encore disparut. Il attrapa le pichet d'eau a demi remplit sur la petite table en face du lit, et se rua vers les draps, avant de tomber a coté d'elle. Il eu un petit mouvement d'arret en la regardant. Son était physique était une chose, mais son etat psychologique, lui, approchait le point le plus faible qu'il ne lui avait jamais vu. Elle etait a bout de souffle, physiquement et mentalement.

    - Je suis la, mon amour.

    Il ne lui laissa pas d'autre choix que d'accepter d’être redressé par les épaules, de force, et sans se préoccuper de la moindre douleur qu'elle pourrait lâcher, sachant après tous ces mois ce qu'il en etait, globalement, il pressa le bord de l'outre pour qu'elle se désaltère comme elle pouvait, forçant l'ouverture de ses lèvres avec une petite poussée douce et maîtrisée.

    - Je suis la.

    Qu'elle termine ou qu'elle n'en prenne pas une goutte, il relacha le recipiant de terre cuite sur le sol, sans prendre la moindre peine concernant l'etat du sol, et referma son deuxieme bras désormais libre sur elle, pour la serrer fort, et lui faire prendre le plus conscience possible de sa présence. Crise temporaire ou véritable changement permanent, il ne pouvait pas deviner. Mais il savait que le temps etait plus compté encore que ce qu'ils avaient prévu a la base.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 15 Aoû - 1:25
    Damoclès
    Message 2

    Dans le marasme de peur, elle frémit à l'énonciation de son nom.

    - Shan'ael... " souffla-t-elle sans relever la tête. Une plainte, une complainte même.

    Elle aurait voulu se jeter à son cou mais elle n'osait pas relever la tête. Elle n'avait jamais eu aussi peur depuis sa sortie de Magic. Il n'y avait aucune larme sur ses joues et ce n'était pas pour la rassurer. Pas une trace de sueur sur son front. Pas le moindre goût de bile sur sa langue. Lorsqu'on l'attrapa par les épaules, elle se raidit, résistant d'instinct avant qu'elle ne parvienne à reconnaitre le contact de son homme. Ses mains virent chercher les épaules du demi-elfe mais il ne la laissa pas de suite se serrer contre lui. La respiration toujours agitée, il la fit boire et si elle refusa d'abord, elle fini par en prendre quelques longues gorgées sans avoir ouvert les paupières.

    Il referma enfin son étreinte sur elle et elle le serra en retour, s'accrochant à cette moitié d'étreinte que ses sens atrophiés l'autorisaient encore à avoir. Son cœur se serra encore plus alors que sa respiration se calmait peu à peu. Elle ne chercha pas à parler, digérant ce qui venait d'avoir lui et retrouvant les limites de la réalité... Mais l'être qui l'enlaçait était fait de pierre sans odeur. Sans chaleur, ou si peu sur la moitié de son corps. Et ça elle n'y pouvait strictement rien. Elle s'était déjà excusé un millier de fois pour lui faire endurer tout cela et au bout d'encore mille de plus, il n'était plus resté qu'une immense reconnaissance pour écraser la culpabilité. Elle n'avait plus essayé de le chasser ou de prendre ses distance. Elle avait dit la vérité, même quand elle n'était pas belle à entendre.

    Elle dirait la vérité...

    - Il s'est cassé... " souffla-t-elle, la voix inhabituellement rauque pour son timbre harmonieux de sirène. " Le sceau de mon œil gauche... Je l'ai sentit. Il a rompu.

    Le sceau apposé par les pléïades... Celui qui lui avait sauvé la vie et empêché d'être détruite de l'intérieur par la trop forte magie qu'elle couvait. Celui qui évitait à son corps de se désagrégé à grande vitesse. Celui qui évitait à sa magie à elle d'être instable. Elle le serra plus fort, l'impression de fourmillement dans son visage désagréablement prononcée.

    - Quelques jours... Je ne sais pas exactement combien mais sans lui, le temps qu'il me reste se compte en jours...

    Elle avait soufflé encore plus bas, incrédule de s'entendre le dire. L'épée qu'elle avait au-dessus de la nuque venait de tomber. Quelques jours... Ils n'avaient pas fini tous leurs préparatifs. Il manquait certaines pièces d'armure. Elle n'avait pas raffiné le processus de protection et ils n'avaient rien prévu pour passer les protections magiques sans ses pouvoirs à elle. C'était la fin...

    Un tremblement irrépressible s'empara d'elle alors qu'au bord du gouffre, un souffle vif venait attiser les braises qu'elle avait toujours eu gravées dans la chaque once de son corps, depuis sa venue au monde. Elle ne voulait pas mourir.

    - Je ne peux pas mourir comme ça. " siffla-t-elle, au bord de l'étouffement.

    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 15 Aoû - 1:54
    Il n'etait pas tout a fait certain d'avoir compris ce qu'elle voulait dire, en premier lieu, mais ne la questionna pas. Elle avait besoin de parler, soit. Il essaya mentalement d'analyser, de comprendre ce qu'elle voulait dire, mais ce fut elle qui ajusta le curseur. Le sceau dont elle lui avait déjà vaguement parlé. Qui contenait le mal en elle. Il se mordit légérement la gencive, pour se contenir de dire quoi que ce soit qui allait empiré les choses.

    Sans ce sceau, ils n'avaient plus quelques mois devant eux. Au plus court, ils avaient songé a quelques semaines. Dorénavant, c’était une poignée de jours, d'heures. Il s’était longuement caché derrière un masque de confiance. Toujours être assuré du résultat, c’était la meilleure façon pour atteindre un objectif. Mais il devait bien avouer qu'au milieu de cette chambre sombre, ou il n'avait pas la capacité de voir parfaitement jusqu'à quel point le mal avait ravagé son corps, pour la premiere fois depuis le tout début, il commençait également a perdre un peu d'espoir.

    - Tu ne...

    Il ne parvint pas a bien formulé une phrase. Il avait la gorge terriblement sèche, et peut être qu'il aurait du prendre une gorgée d'eau, lui aussi. C’était difficile, la, maintenant, sous le choc, de pouvoir être rationnel. Il n'avait pas confiance en lui. Sauf dans l'action. Mais la, il n’était pas sur de parvenir a rassembler assez de confiance pour deux. De pouvoir lui assurer que tout allait bien se passer.

    - Ro...

    Elle acheva sa dernière phrase et il sentit son cœur se déchirer, et la pièce disparue un instant de sa perception. D'un monde vers un autre, ou pour la toute première fois, il prit conscience véritablement de la vie d’après elle. C’était trop tôt. Trop court. Pas comme il l'avait imaginé secrètement depuis des mois. Sans vraiment réfléchir, il la souleva, alors qu'elle etait a demi contre lui jusque la, pour l'installer totalement sur ses genoux. Il recula sur le lit pour se mettre au centre des draps, et pu ainsi la prendre entièrement dans ses bras.

    - Tu n'es pas morte. Tu n'as pas disparue.

    Pas encore. Il fallait se rattacher a la moindre parcelle d'espoir. Ou tu du moins, si lui ne le faisait pas, comment pourrait elle continuer de tenir le temps nécessaire ? Le mental entraîne le corps, si elle se perdait, alors il n'y aurait plus rien pour la sauver. Même quitte a lui mentir, pour une seule et unique fois, c’était peut être la meilleure façon de l'aider.

    - Tant que tu es la, que tu sens cette peur...c'est que tu es bel et bien en vie. Et qu'il reste encore de l'espoir.

    Si physiquement les sensations étaient atténués, son esprit, lui, fonctionnait encore. Il fallait qu'elle puisse les accompagner la bas. Sans elle, ils n'avaient absolument aucune chance de braver la magie environnante. Il eu un petit soupire, en essayant de le faire le plus discret possible. Un soupir du au tressautement de sa poitrine, incontrôlable. A la peur qui l'avait également gagné.

    - Tant que tu arrives a entendre le son de ma voix, il y aura encore de l'espoir.

    Il devait croire en la possibilité de la soigner. Car il lui avait dit, quelques jours plus tot, dans la chambre, seul a seul. Si elle n'arrivait plus a espérer, alors elle devait simplement croire en lui. C’était son rôle. Elle ne se rendait pas compte de tout ce qu'elle lui avait apporté. Pour une fois, c’était a lui de la soutenir jusqu'au bout.

    - On va le faire. Maintenant.

    Autant pour parler de la reussite globale que de l'idée qu'ils ne pouvaient plus attendre pour quitter l'auberge. Il fallait s'occuper de ce masque. Sans plus tarder.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 15 Aoû - 2:15
    Damoclès
    Message 3

    Elle, si féroce guerrière, survivante acharnée, masque de métal cachant une âme et un visage bien plus froids encore... Elle se laissa faire comme une enfant. Il la prit contre elle, sur ses genoux, la serra et la seule chose qu'elle fit alors qu'il s'installait au milieu du lit, fut de le tenir encore plus étroitement. Même s'il n'avait pas réussi à finir la moindre de ses phrase, elle aurait entendu chaque son, chaque respiration avec la même avidité extrême. Le moindre souffle d'air, la moindre sensation était une goute d'or pure à laquelle se raccrocher.

    Même la douleur devenait source de réjouissance.

    Il avait raison. Cette avidité pour la vie l'avait toujours tenue. Toujours. Même lorsque le monde entier s'écroulait autour d'elle, elle n'avait jamais renoncé parce que la vie était une chose trop belle, trop précieuse. Un diamant qu'elle pouvait polir. Une bulle de savon avec laquelle elle dansait l'espace d'un battement de cil. Elle n'avait jamais vraiment trop repris Shan, ou qui que ce soit à ce sujet, mais elle n'avait pas peur de la mort. Elle voulait vivre le plus passionnément possible... avant. Et la mort lui permettait de profiter de chaque instant. Bien sûre, elle voulait la voir le plus tard possible, mais elle avait appris à apprécier son ombre, comme une amie. Non. Elle avait peur de ne plus être. De ne plus avoir été. Que jamais son âme ne retrouve les plaisirs de ce monde lumineux... Et à présent, par un coup du sort vicieux, elle aurait sans doute ajouté qu'elle aurait voulu que son âme retrouve Shan, un jour ou l'autre dans une vie plus tard qu'elle aurait vraiment pu partager avec lui sans qu'il en souffre. Mais là n'était pas la question.

    Il avait raison. Tout n'était pas fini. Ses doigts s'enfoncèrent dans la veste du guerrier. Elle sentait sa tension. Sa peur. Et pourtant il continuer, solide comme une montagne.

    - Je te l'ai promis... Je ne compte pas revenir dessus.


    Elle se redressa, un peu. Toujours tremblante, mais décidée. Elle glissa de la tempe du semi elfe à son front, restant un moment là, front contre front, les yeux toujours clos.

    - Je me battrais jusqu'à la toute fin... Je... Je ne veux pas disparaitre.

    Elle ferait ce qu'il fallait pour... Et parce qu'il le fallait bien, elle ouvrit les yeux, doucement, la gorge serrée... Pour ne découvrir qu'une lueur bleue et dansante dans un paysage d'ombre et de vapeurs. Une silhouette qui l'étreignait et la baignait d'une lumière pure. La chambre n'était plus. Les yeux verts, elle ne les voyait plus non plus. Ses deux yeux étaient entièrement noirs, sclère comme iris. Il ne persistait face à elle que l'âme mise à nue de Shan'ael. Elle souffla tout doucement, s'obligeant à ne pas refermer les paupières.

    - Parle s'il te plait... J'ai besoin du son de ta voix.

    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 15 Aoû - 3:16
    Habituellement il aurait fini rouge comme une tomate, ecrevisse brulante au contact du corps nu de sa belle. Et pourtant cette fois il n'avait pas la moindre trace de gene. Elle n'etait plus vraiment elle meme, physiquement. Plus celle qu'il aimait. Il n'avait plus que son ame a achever de protéger au maximum le temps de trouver une solution. Et quand elle se relacha et se laissa aller contre lui, il sentit qu'elle etait plus vulnérable que jamais.

    Elle avait fermé les yeux, et finalement enfin bougé d'elle meme. Elle restait encore maitresse de son corps. Il avait eu peur que la perte de sensation ne bride ses mouvements. Mais elle ne pourrait pas combattre de la meme maniere, se déplacer, ressentir l'espace etait toute une mécanique naturelle qui lui avait été retiré.

    Lui ne laissa pas une seule seconde ses paupières se fermer. La moindre seconde de souvenirs qu'il pourrait emporter avant que la malédiction ne s'attaque a consumer son propre esprit, il voulait les garder. Si elle voulait se battre, il aurait été lâche de ne pas l'accompagner. Cette fois, il devait se trouver devant elle. Elle serait soutient, guide spirituelle. Lui était son bras, son corps. C'est comme ça que cela devait être entre eux, chacun ayant poussé a l’extrême une partie de ce que la nature leur avait confié a la naissance, le corps et l'esprit.

    Quand elle ouvrit finalement les yeux, la boule explosa dans sa gorge a tel point qu'il se mit doucement a pleurer sans qu'elle ne puisse vraiment le voir. Elle regardait un monde qui n’était plus le même que le sien, une barrière venant les séparer peut être a tout jamais. Il ne fit pas le moindre bruit, mais sa tristesse était incontrôlable.

    - Hum...hum hum...Hum....

    Il se mit a fredonner doucement dans son oreille, de sa voix assez douce, teinté des notes graves de ce que son paternel humain lui avait transmit. Quand il baissait ainsi la voix, c’était la ou sa voix était la moins chantante, mais la plus pragmatique, ramenant a la terre ce qu'il était, permettant de ne pas disparaître.

    Il eu un petit frémissement, rompant une brève seconde la mélodie qu'il fredonnait. Il se souvenait de pourquoi il était avec elle, de comment il l'aimait, de leurs dernières conversations, de Melorn, de l'ultimatum. Plus loin, encore plus loin, le désert. Oui, elle avait été la aussi, il s'en souvenait. Et avant. Avant.

    - …

    Il s’arrêta. Un gigantesque vide venait de se créer en lui, sans qu'il parvienne a mettre le doigt sur la raison. Il avait déjà eu cette sensation avant. Mais il ne se souvenait plus de ou, ni quand, ni pourquoi. On venait juste de lui retirer quelque chose d'important. Il la fixa, en reculant très légèrement le visage, détaillant ses pupilles sombres, son visage craquelé.

    Il était incapable de se souvenir de comment ils se connaissaient.

    Il n'y avait plus de foret, plus de feu de camp, plus de retrouvailles en ville, plus de suite en se soutenant mutuellement. Il n'y avait plus ce souvenir pilier qui l'avait soutenu depuis le premier jour. Ce fut a son tour de fermer les yeux, comme pour chercher un réconfort invisible, pour quelque chose dont il ne pouvait plus que soupçonner l'existence.

    - Je...

    Son buste s'etait doucement fléchit et il se redressa droit, la bousculant presque. Ca débutait. La fin. La vraie. Celle qu'il redoutait encore plus. La perdre corps serait difficile. La perdre ame n'aurait d'autre que résultats que de le rendre définitivement fou. La femme allait venir le chercher. L'emporter dans son étreinte, au fin fond de la terre pour l'y noyer.

    - ...Je vais aller prévenir les autres. Nous devons partir. Maintenant.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 15 Aoû - 14:22
    Damoclès
    Message 4

    La musique avait toujours le même pouvoir sur elle. Si directe, il confinait à la magie. Même avec la voix un peu basse, grave, Shan ne faisait pas de fausse note. Elle s'efforça de respirer, de plus en plus amplement. De plus en plus calmement.

    La vérité se posait comme une couche de neige sur ses épaules. Lourde, duveteuse. Elle aurait voulu l'ignorer mais savait au plus profond d'elle que s'il y avait encore la moindre chance, elle ne pouvait pas perdre de temps, encore moins d'énergie, à se défendre contre ce qui était devant elle, même si elle ne savait pas quoi faire avec ce paquet. Elle ne pouvait que l'accepter. Elle avait passé trop de temps à s'occuper des autres et à rattraper ses propres bêtises. Le regrettait-elle ? Oui, mais elle avait fait de son mieux tout au long du voyage. Se torturer avec ce qui aurait put être était inutile.

    Le silence se fit de nouveau. Il était encore plus tendu. Elle leva une main pour la poser sur sa joue d'une façon approximative... humide. Il pleurait ? Elle n'eut le temps que d’entrouvrir les lèvres avant qu'il ne se redresse. Si elle n'avait pas été accrochée à lui, il aurait sûrement sauté du lit en moins d'une seconde. Elle s'écarta légèrement pour lui laisser de l'espace et glissa à bas de ses genoux, s'asseyant de nouveau dans les draps chiffonné juste après avoir cueillit sa main pour l'amener à ses lèvres.

    - Vas-y. Je me prépare en attendant.

    Vrai détermination et faux calme. L'endroit n'était que vaguement perceptible et elle ne savait pas si le soleil était levé ou non.  

    - Ma tenue est bien sur la chaise ?

    Il lui semblait l'avoir laissé sur le dossier près de la fenêtre la veille au soir, mais peut-être l'avait-il déplacé ? La question était faussement détachée. Elle ne pouvait pas se résoudre à tâtonner à l'aveugle alors que lui aussi commençait à se fendre. Il fallait qu'elle soit fort. Pour le peu de temps qu'il restait. Il fallait que ça marche.

    Parce qu'elle n'avait pas le choix.

    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 15 Aoû - 18:16
    La pression avait atteint son paroxysme et il avait désormais une douleur a la tete qu'il tachait de refréner. Et tout se calma quand elle vint poser la main sur sa joue. Il avait déjà fait le geste pour se lever et le regretta instantanément quand il fut debout. Elle était de nouveau assise sur le lit. Impossible. Il ne pouvait juste pas se résoudre a la laisser toute seule un unique instant.

    Alors qu'elle venait a peine d'achever sa phrase, il retomba assit sur lui lit et ne laissa meme pas le temps de prendre conscience comme elle pouvait de ses alentours ethérés, qu'elle se retrouvait a nouveau dans ses bras, les musclés tétanisés sur une prise presque douloureuse qu'elle ne pouvait pas sentir.

    - Désolé.

    Il n'etait pas certain de la raison pour laquelle il venait de s'excuser. Pour avoir songé de façon odieuse a la laisser seule dans son etat, ou bien pour avoir oublier ce qu'il avait toujours pensé etre l'un de ses souvenirs les plus précieux. Il resterait avec elle. Maintenant et jusqu'au bout. Peut etre même qu'elle ne pouvait pas bien marcher, pour ce qu'il en savait.

    - Je vais t'aider pour l'instant. Nous irons chercher les autres ensemble juste après.

    Continuer de parler lui donnait en plus une sorte de pilier dans la pièce pour être certaine de ne pas s'enfoncer encore plus dans le monde qu'elle venait de franchir. Il n'avait bien aucune idée de ce qu'il pouvait en être, mais assez pour être sur que sa perception avait changé. La façon dont elle lui avait posé la question, plus tôt, en frôlant sa joue, avait été assez équivoque pour ça.

    - Tu devrais commencer par prendre un bain rapide. Nous ne savons pas pendant combien de temps tu seras loin de l'eau. Te raffraichir t'aidera.

    Oui, c'etait un bon plan. L'eau etait important pour elle, un element familier, racine de son existence. Elle avait besoin, tout comme lui, de se remettre les idées en place. Alors il fallait s'accrocher a des éléments de routines pour que le calme reste plus qu'une apparence. Rien etait encore perdu, puisqu'ils etaient ensemble.

    Il se leva en la portant. Plus que jamais, elle n'avait besoin de rien faire d'autre que de s'appuyer contre lui. Elle pouvait s'asseoir sur sa main, s'accrocher a son cou, une seconde, solide, lui maintenait le dos avec précaution en se déplaçant. Il faisait toujours nuit, pour encore plusieurs heures. Il fallait qu'ils soient parti a l'aube, mais une trentaine de minutes de plus ne ferait pas une grande différence. La bas, il ferait sombre peu importe l'heure a laquelle ils franchiraient les frontieres de l'obscur.

    - Tu veux que je te prépare un petit quelque chose a manger rapidement, boire ?

    Il avait reprit un ton plus calme, plus proche de ce qu'il offrait habituellement. Il etait pessimiste de nature, sauf avec elle, ou le soleil finissait toujours par lui caresser les épaules. Même si ce soleil venait de se masquer aux yeux de la sirene, elle l'emettait toujours vers lui, lui permettant de continuer a respirer au dessus du niveau de l'eau.

    - Tu veux mettre ton armure ? Je vais te la préparer pendant que tu te rafraîchis dans l'eau.

    Il ne lui demandait meme pas vraiment son avis, il fallait qu'elle puisse être fraîche et dispo. Elle ne pouvait pas vraiment somnoler a nouveau de toute manière. En tout cas, peut importe ses réactions, il ne l'avait toujours pas laché, la maintenant d'un main pour commencer a faire couler l'eau de l'autre.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 16 Aoû - 1:30
    Damoclès
    Message 5

    Enlevée dans les bras de Shan'ael, Rowena se crampona à ses épaules par réflexes. Il n'avait pas à s'excuser. Elle avait sourit à demi lorsqu'il l'avait fait, le ton de sa voix était quelque peu différent et elle préférait l'entendre de cette façon que bouleversé et lointain comme il l'était quelques instants plus tôt. La peur qu'elle avait senti en lui avait fait parti de l'électrochec dont elle avait besoin pour se reprendre un minima, mais elle savait qu'elle ne serait pas capable d'aller jusqu'au bout sans lui.

    - Bonne idée je vais...

    mais il n'était visiblement pas question qu'elle se lève seule. Il la souleva sans la moindre difficultée apparente, ce qui la surprenait toujours, même après ces mois passer à son côté. Elle avait toujours cet étrange réflexe d'essayer de poser une jambe à terre comme s'il risquait de s'effondrer sous son poids. Mais c'était intile.

    - Tu peux me poser, tu sais ?

    Mais il ne le fit pas. Quelques pas. Le changement des sons la surpris. Elle su exactement lorsqu'ils mirent le pied dans la salle de main.

    - Juste de l'eau ça sera très bien.

    Elle ne voulait pas l'inquiéter mais elle se sentait en incapacité totale d'avaler la moindre bouchée de nourriture. Même le plus rare et délicieux des poissons n'aurait pas put passer pour le moment... Et peut-être tout court. Elle s'attendait à ce qu'il la pose pour qu'elle puisse s'installer dans la baignoire, mais il la déposa directement dedans tout en lui soutenant le dos.

    - Shan...
    - Tu veux mettre ton armure ? Je vais te la préparer pendant que tu te rafraîchis dans l'eau.
    - Shan !

    Elle venait de saisir sa main, la trouvant sans la moindre hésitation, voyant les lueurs de son être véritable suivre grossièrement les limites de son corps. Dans le même mouvement, elle piquà un baiser sur sa joue.

    - ça va aller. On va y arriver. Ensemble. Tous les deux. " souffla-t-elle sans même reculer. " Pose simplement sur la chaise le paquet en tissus bleu qu'il y a dans le coffre, pas besoin de plus. La déballer et la mettre c'est comme enfiler une seconde peau. J'aime bien ce genre de routine.

    L'eau se déversait magiquement dans la cuve, les pompes la faisant monter jusqu'à l'étage. Elle en avait le bruit, l'odeur et la présence rassurante autour de ses jambes. Un soupire de soulagement lui gonffla la poitrine. C'était fou comme il y pensait de façon plus évidente qu'elle-même quand elle n'allait pas bien. Comme ce jour où il avait sauté dans l'océan depuis la promenade à Ikuza. Oui... Voilà... S'accrocher à ces superbes souvenirs. Ceux qu'ils partageaient. La statue à Liberty. La promenade à Ikuza. La chambre dans ce petit village sous la neige. Le son de sa flûte dans son village natal. La soirée de l'équinoxe. Quelques moments clefs se succédèrent rapidement dans son eprit et elle prit une profonde inspiration, toujours proche de lui, de sa joue.

    - Tu as eu une excellente idée. ça va me faire du bien. " Et, alors qu'elle s'attendait à le voir refuser bien plus que l'inverse, elle osa tout de même demander en se forçant à mimer un ton léger mais ne parvint pas à le rendre taquin comme elle savait d'ordinaire si bien le faire pour qu'il rougisse un peu. " Tu ne voudrais pas venir en profiter avec moi un peu ?

    Si elle ne le lui demandait pas maintenant, quand ? Plus que d'eau ou de son armure, elle avait surtout envie de le sentir près d'elle. Si elle commençait à s'isoler, elle ne parviendrait pas à prendre sur elle pour être à nouveau franche au sujet de tout ça. Juste que la parcelle d'elle qui sentait encore imprime le contact de sa peau chaude contre la sienne sans rien de plus.

    - En suite on frappe chez Hale, on boit quelque chose de chaud en bas et il ira chercher Nineveh pendant qu'on prépare les chevaux. Qu'en dis-tu ?

    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 16 Aoû - 18:33
    Il etait un peu parti dans tous les sens, la pression de l'instant prenant le pas sur ses capacités a rester de marbre. Cette fois, il fallait vraiment faire en sorte de contenir une émotion qu'il ne ressentait pas souvent. Jamais en fait, a part quand elle était concerné. Son esprit tournait a toute vitesse pour essayer de trouver le cheminement le plus simple pour que tout soit plus facile pour elle. C’était la seule chose qu'il espérait mettre en place.

    Il sursauta quand elle parvint finalement a lui attirer l'attention. Une idée etait en train de s'insinuer doucement dans sa tête, ce qui lui avait fait un peu perdre le fil de ce qu'il se déroulait autour de lui. Et notamment ce qu'elle pouvait bien lui dire. Il s’arrêta, a coté de l'eau montante, et posa les yeux sur sa main qu'elle avait attrapé.

    - Euh je...

    Et encore une fois c’était elle qui prenait sur son propre courage pour venir le raisonner, et essayer d'apporter du calme. Il avait l'impression de toujours avoir besoin de ce pilier qu'elle lui offrait constamment. Il se rendait petit a petit compte d'a quel point, l'idée qu'elle le laisse, qu'il avait a peines quelques jours plus tôt, était devenu littéralement impossible en terme de vision du futur, dorénavant. Et c’était pour ça qu'il avait encore plus peur.

    - Pardon, je vais me calmer.

    Ce qui doucement avait gagné dans son esprit, était l'idée que, peut être, si il était certain d'avoir oublié quelque chose, et si il y en avait d'autre dont il ne se rendait pas compte ? Si il avait oublié bien plus qu'il ne le croyait. Et si il était en train, en ce moment même, de continuer a oublier encore et encore de nouvelles choses dont il n'avait désormais même plus la teneur.

    Le fait qu'elle dise « tous les deux » lui arracha cependant un petit sourire en coin, il aimait bien l'idée, qu'ils soient ensemble envers et contre tout. A vrai dire, il aurait même préféré qu'ils aillent dans cet enfer juste tous les deux. Il ne faisait absolument pas confiance aux deux autres pour s'occuper de quoi que ce soit, mais il était cependant conscient qu'ils auraient du mal a s'en sortir juste a deux. Encore plus maintenant qu'elle était dans cet état.

    Alors qu'il venait de la déposer, il cligna légèrement des yeux a sa demande, et observa la fenetre donnant sur la nuit. Oui, il était encore assez tôt, après tout. Et elle avait raison. Une fois prêt, prévenir Hale, qui se chargerait de l'elfe, pendant qu'ils avalent au moins quelques chose. Il resta cependant indécis. L'eau tiède finissait de dépasser les jambes de la sirène, alors qu'il retirait lentement le lacet de son pantalon ample qu'il portait la nuit.

    - ...Bien sur mon amour.

    Il ne le disait pas souvent, et pourtant, il venait de le faire deux fois, presque comme un indicateur que la situation était réellement critique. Il avait encore énormément de mal a évoquer ainsi ses sentiments a haute voix de façon banale comme elle pouvait le faire. A la fois capable de grandes déclarations comme n'ayant pas la capacité de lui dire a quel point il l'aimait le matin au réveil. Mais en cet instant, il voulait qu'elle le sache par dessus tout.

    - Me voilà.

    A son tour vêtu de la plus simple des manières, il dépassa le rebord du bassin pour venir se mettre contre elle, obligé de se serrer vu la taille de réceptacle a eau. Ce qui était agréable autrement pour d'autre raison, était une bénédiction cette fois. Et pour une fois il n'avait vraiment pas a se contraindre d'une quelconque façon que ce soit. Il était juste soulagé de voir qu'elle pouvait encore apprécier la vague sensation aqueuse autour d'elle.

    - Le bon coté des choses...c'est que l'attente est terminée, n'est ce pas ? Nous allons enfin pouvoir te guérir.

    Il avait dit ça d'une voix douce, et il le pensait vraiment. Alors que c’était un ultimatum au dessus de leur tete, cette fois il n'y avait plus a réfléchir, juste a agir. Et dans le fond, ça lui convenait. Car autrement, il se sentait totalement et parfaitement inutile. Dans l'action, il pourrait enfin...

    - ...Enfin, je vais peut etre pouvoir faire quelque chose t'aider.

    Il avait laissé ça s'échapper de sa bouche, et se mordit la levre, ne voulant pas en rajouter. Mais au fond, meme si la méthode importait peu, il avait réellement envie d'etre l'acteur principal du sauvetage de son amour. Pas juste un spectateur proche de la scene. Il voulait que ce soit lui.

    - On va te sauver. Aujourd'hui.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 16 Aoû - 22:22
    Damoclès
    Message 6

    Quelques mots peuvent parfois changer une défaite en victoire, où le pire jour d'une vie en quelque chose d'un peu plus doux. Ceux de Shan avaient été de ceux là. Non pas qu'il se calme. Non. Il se glissa dans la baignoire et elle lui fit de la place, roulant sur la hanche de façon à ce que le maximum de sa peau intacte soit au contact de son compagnon, laissant l'eau baigner le reste de son corps. Sans se préoccuper de ses cheveux, elle posa la tête contre son épaule et sa main contre son torse pou dessiner paisiblement les contours de ses pectoraux.

    - Je pourrais m'habituer à ce que tu me donnes si facilement du mon amour, tu sais ?

    Sa voix n'avait même pas tremblée, assumant un léger sourire. Elle feignait toujours le calme, l'angoisse saturant chacune de ses cellules, mais elle aimait entendre sa propre voix simplement heureuse, même un poil taquine. Elle avait envie de s'accorder ce moment. Ces questions minutes pour se rappeler à quel point elle voulait vivre. Se rappeler que si son cœur à elle battait avec une lenteur surnaturelle, celui de Shan'ael était fort et régulier sous son oreille.

    - Oui... On y est. " Un silence troublé uniquement par le son de l'eau tiède qui se déversait en un lent courant continue. Ils étaient au pied du mur. Restait plus qu'à voir si au final, ils étaient face à une porte ou à un cul-de-sac." Le dernier acte c'est toujours celui du retournement de situation dans les bonnes pièces.

    Retrouvant sa main dans l'eau qui leur arrivait à présent à la taille, elle entremêla leurs doigts avec une conscience et un plaisir palpable. Un jeu tendre qu'ils avaient partagé bien des fois. Elle laissa passer le cri du cœur qu'il venait de murmurer. Et oui, ils allaient la guérir aujourd'hui. D'une façon ou d'une autre. Elle ne lui avait pas dit mais en désespoir de cause, avant d'être totalement brisée, elle s'enlèverait la vie. Les Pléïades lui avait dit que cela ne sauverait sûrement pas son âme mais même une poussière d'espoir valait mieux que le néant assuré. Elle acquiesça, aussi féline qu'un chat qui aurait frotté sa tête contre son maître.

    - Tu fais tellement depuis notre rencontre... " souffla-t-elle. " Tu m'as sauvé la vie quatre fois depuis que nous nous sommes rencontré. ça compte. " Les bandits à Liberty et le poison, leurs missions, les zombis. Mais plus encore. " Tu m'as rappelé ce que c'était de vivre, pas seulement survivre. Tu m'as rappelé pourquoi je voulais trouver une solution. Guérir. C'est plus que qui que ce soit d'autre.

    Lui il se souvenait... Elle avait fini par le croire avec le temps.

    - Je ne te l'ai jamais dit, mais tu as vraiment une peau beaucoup trop douce pour un guerrier. C'est scandaleux... Je connais des mages et des courtisans qui passent des heures devant leur miroir sans approcher ce résultat. "


    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 16 Aoû - 23:49
    Alors qu'il l'a laissa prendre un peu de place contre lui, et qu'elle le gratifia de sa petite phrase, il se rendit compte de ce qu'il venait de faire, et a défaut d’être gêné, ne pu que fermer les yeux d'un air légèrement satisfait, en appréciant le contact de l'eau. Pas trop chaude pour ne pas que ce soit désagréable, dans la mesure ou elle s'en fichait que l'eau soit totalement glacée. Il ne savait pas si il faisait bien de l'appeler comme ça aussi facilement. Et puis, mon amour, c'etait son nom qu'elle lui donnait, elle. Il se demanda si, a terme, il ne devrait pas essayer de lui trouver un surnom a lui.

    - J'avoue que...je ne suis pas un expert de théatre.

    Il fouilla dans sa mémoire.

    - J'en ai vu une a Mael, il y a très longtemps. J'avais...je ne savais pas trop comment me mettre. J'avais peur de m'asseoir au milieu de tout ces gens heureux, la plupart du temps en famille, en sentant un regard étrange posé sur moi. Mais j’étais jeune et je n'avais pas vraiment les sens que j'ai aujourd'hui. Alors je me suis faufilé tout derrière, au début, alors que le silence était tombé. Ça parlait d'une histoire de femme et de dieu. Je ne me souviens plus exactement. Et a un moment, vers la moitié je crois, je me suis enfuis pour une raison que j'ai oublié.

    Il soupira.

    - J’espère en revoir une autre, un jour. Avec toi. Pour que tu m'expliques toute les choses que je ne comprendrais pas.

    Il n'avait pas ouvert les yeux et il avait envie de rester comme ça, dans l'eau, dans la pénombre. Il fit cependant passer son bras contre le sien, frôlant le coté de sa poitrine en remontant le long de son bras. Il posa les doigts sur son poignet, et lentement, continua jusqu'à enlacer ses doigts doucement, pour s'assurer d'un lien indestructible.

    - Quatre fois...

    Il n'etait plus vraiment sur de pouvoir se souvenir des quatre. La crypte....les missions...le....il se crispa un peu en remontant légèrement les jambes vers lui, un peu plus recroquevillé sur lui même que précédemment. Mais ca aurait pu etre pire si elle n'avait pas pas achevé en le complimentant sur la façon dont il l'avait encouragé a continuer. Il n'en avait pas spécialement l'impression. Mais il la croyait. Elle ne lui mentirait pas sur ça. Et il en etait un peu fier.

    - Ma peau... ?

    Il sentit le tracé du doigt sur son torse, et la laissa faire avant de bredouiller.

    - Je n'y ai jamais réfléchis....mon pere m'a inculqué une méthode de renforcement. Et quand j'ai été...tout seul....et bien je ne savais pas trop quoi faire. Alors je me suis raccroché a ça. Et j'ai répété ça encore et encore pendant...trois cent ans. Au final, peut importe ce qu'il m'arrive, mon corps esquive la plupart des blessures mineurs, et meme quand ca arrive...ma peau cicatrise et recouvre son aspect lisse. C'est..automatique.

    Il eu un petit sourire géné dans l'ombre, alors qu'il venait de longuement parler de lui meme sur plusieurs points. Ce qu'il ne faisait jamais, meme avec elle, pas comme ça. Mais si c'etait leur derniere discussions tous les deux, il n'avait plus envie de se cacher de quoi que ce soit. Il voulait simplement baisser le rideau sur un dernier beau souvenir.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 17 Aoû - 15:33
    Damoclès
    Message 7

    Elle sourit avec un peu plus de sincérité quand il commença a parlé de ses souvenirs. De ses anciennes expériences. De ses cours et de ses routines. Lui qui avait toujours été dans la retenue, ne laissant passer ses histoires qu'au compte goutte, en savant conteur, voilà qu'il se laissait aller à se confier de façon plus simple. Il parlait de lui plutôt que de parler d'une histoire extérieur ou d'un compte épique tiré de ses aventures.

    Pour la première fois, elle se fit la réflexion que s'il n'avait pas été si timide il aurait eu tous les qualités pour être un excellent ménestrel. La voix. Le naturel à trouver le bon ton, le sens d'une bonne histoire. Même le rythme et l'amour de la musique. Il avait vécu suffisament et pouvait se défendre sans soucis pour voyager dans les contrées les plus inhospitalières. Peut-être, quand il serait plus vieux et ne pourrait plus gagner sa vie en se battant, deviendrait-il conteur ou musicien... Une version un peu mystérieuse qui ne se laisser à faire du bruit qu'une fois les feux de veillée allumés et les esprits embrumés de fatigue dans la soirée.

    - Alors c'est pour ça... Explication satisfaisante.... Frustrante pour celles et ceux qui ne pourront jamais faire de même. Mais logique. ... Donc tu auras toujours la peau aussi douce. " Sa main n'avait pas cessé de caresser son torse du bout de ses doigts calleux. " C'est bon à savoir..." Puis quelques instants plus tard. " ... Donc aucune chance de faire un concours de cicatrices. On ira au théatre à la place. Tu préfèrerais une comédie ou quelque chose de plus pompeux ?

    L'eau montait toujours quelques instants de plus et elle allait déborder. Si Shan faisait le moindre geste pour l'empêcher de dépasser le bord, Rowena le retint en lui demandant de ne pas s'en préoccuper. être ainsi plonger jusqu'à la poitrine était agréable. Et elle en profiterait autant que possible dans cette pause suréaliste.

    - Merci... J'avais besoin de ça. "
    Elle respira profondément. Sa jambe bougeait doucement, produisant un léger courant agréable. " ça t'irais qu'on retrace le plan de bataille d'aujourd'hui ? Mettre de l'ordre ça m'aide à faire baisser l'angoisse dans les situations critiques...

    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 17 Aoû - 23:56
    Il resta silencieux aussi bien suite a ses phrases sur les cicatrices que sur le terrain, ne sachant pas vraiment par ou commencer pour répondre. Il n'en avait aucune foutue idée. Le théâtre ce n’était que des bruits de rue alors qu'il marchait sur les pavés rapidement a travers la foule. Il ne se souvenait même pas de ce qui etait arrivé ce jour la, dans l'histoire. Il se souvenait des rires. Puis des regards. Il frissonna, légèrement.

    - Si vraiment tu me griffe fort, peut etre que ca laissera une marque...mais j'aurais peur que tu te fasse mal.

    Elle semblait aller un peu mieux. Pour une fois, cependant, il n'avait rien essayé de faire ou de dire de spécial. Et ce n'etait peut etre pas plus mal. C'etait en réfléchissant un peu trop que ca avait généralement débouché sur des disputes, sur des mots qu'il avait dit sans vraiment bien s'exprimer. Cette fois ci, dans l'eau, leur osmose etait quasiment parfaite.

    - Tu veux vraiment recommencer maintenant... ?

    Il se figea un peu, après être sorti de l'instant seulement une poignée de secondes. Mais elle avait raison, et lui même avait le même genre d'habitudes. Des habitudes de guerriers. Comme quoi, on en changeait pas les instincts. Ils n'avaient pas apprit de la même façon, mais au final, ils avaient développés les memes besoins de choses définitivement tranchés. Pour ne pas tomber dans des tracas émotionnels.

    - Tu ne vas plus pouvoir passer devant avec la carte comme prévu. Le mieux serait que tu restes en retrait, et concentre toute tes capacités a notre protection magique. Nous ne savons également pas comment tu vas pouvoir marcher, alors il va falloir essayer un peu dans la rue, avant d'y aller, juste pour que tu puisses jauger tes sensations.

    Elle voulait faire un récapitulatif, alors il ne pouvait pas la ménager. Elle le connaissait trop bien pour savoir quand il ne disait pas exactement le fond de sa pensée.

    - Je resterais le plus disponible possible pour aider tous le groupe. Je ne suis la que pour le combat physique, mais j'en serais le principal acteur.

    Peut etre que les deux autres ne le prenaient pas vraiment au serieux, il n'en savait rien. Ils n'avaient que la parole de Rowena pour confier leur protection physique a Shan. Ils allaient devoir lui faire confiance, sans doute autant que ce que lui meme allait devoir faire avec eux.

    - Je ne sais pas exactement ce dont est capable Nineveh en dehors de sa médecine, mais ce sera déjà extremement utile. Et elle s'y connait beaucoup en magie. C'est elle qui a enseigné a Myriem aprés tout.

    Et pour le coup, Myriem, il lui faisait parfaitement confiance en terme de capacités. Alors il ne pouvait pas râler concernant son professeur.

    - Quand a Hale...

    Il etait un ancien militaire, maîtrisant la magie noire sans doute comme personne dans le groupe, il avait affronté les pires engeances...mais ca restait Hale, et Shan n'avait pas spécialement envie de combattre dos a dos avec lui. Mais en meme temps, il songea que c'etait ce genre d'occasions qui pouvait lui faire changer d'avis.

    - Je suppose qu'il fera ce dont il est capable.

    Voila, c'est les positions de chacun.

    - A toi. De nous dire le plan a l'intérieur. Notre façon d'avancée, et notre objectif.

    Toujours rester le plus carré possible dans le plan.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Ven 18 Aoû - 0:28
    Damoclès
    Message 8

    Rowena avait longuement écouter son compagnon. Ses doigts ne s'étaient pas arrêtés de caresser sa peau. Lorsqu'il avait plaisanter concernant la griffure, elle l'avait même un peu tâté du bout des ongles, sans réellement s'y essayer toute fois. Les mots de Shan étaient justes. Solides. Carrés. Il reprenait l'ébauche de leur plan en le complétant avec leurs dernières déconvenues... Sa déconvenue. Elle serra les dents mais refoula plus loin encore ce qui était en train d'arriver. Il avait raison. Il fallait qu'elle vérifie comment elle pouvait se déplacer dans l'espace, se repérer pour ne pas être un boulet trop lourd.

    - Melorn est un peu étrange. Il faudra aussi essayé une fois qu'on sera à l'extérieur. Je pourrais sans doute plus facilement me fier à mes sens magiques une fois qu'on aura quitter la ville. " ajouta-t-elle à la liste qu'ils avaient à gérer.

    Voilà. Pragmatique. Simple. Se remettre en mouvement mais dans le bon sens, la tête avec les jambes, le pied droit puis le pied gauche.

    - Il faut y aller avec méthode, comme la première fois où j'ai revêtu des jambes. " Elle murmura, plus pour elle que pour Shan. La direction était claire.

    Hein ? Nineveh ? Pendant un temps, la sirène avait failli demander à Myriem de rester jusqu'à ce qu'ils soient près à lancer l'expédition pour venir avec eux, mais elle s'était trouvé encore bien plus égoïste et avait finalement renoncer. Myriem n'avait aucune formation militaire. Aucune notion de combat ni de coopération sur le terrain.

    - Nineveh a servit dans l'armée. Elle y a même rencontré son compagnon... un triton. " ajouta-t-elle, se demandant si Shan avait jamais su quelle était la nature de de Caseo. Le parallèle était quelque peu amusant vu leur situation. " Quelque chose me dit qu'elle peut être aussi terrifiante que la magie noire d'Hale.
    - Je suppose qu'il fera ce dont il est capable.
    - Il sait se battre et étudie les magies les plus sombres. Il saura nous éviter la plupart des pièges et au besoin il pourra aider l'un de vous à s'en sortir en se téléportant avec lui.

    Toujours pelotonnée contre son flanc, l'eau avait atteint le haut de la cuve et commençait à déborder en une fine cascade sur le sol. Du bout du pied, Rowena ferma l'arrivée d'eau, ce qui lui demanda de descendre entre un peu. La tête franchement posée sur le torse de l'elfe, l'oreille pile sur son cœur et le visage à demi dans l'eau, ni frisson ni fin tracé rose sur son cou ne réagirent à la présence de l'élément liquide. Elle ferma simplement les yeux. Imprimant ce battement sourd, régulier, dans tout son corps à travers son oreille.

    - Notre objectif est le Masque. A partir du moment où on aura trouvé l'entrée, on devrait avancer à l'aveugle. La seule précision qu'on ait est cette comptine. " Celle qu'elle avait déjà récité cent fois, penché au-dessus de ses livres et de ses croquis. " Dans la Capitale d'Azshary, le Masque des morts retourne à la gardes des Quatre Anciens. Loués soient les Titans. Dans le secret du Premier Sanctuaire, ce pouvoir qui jamais ne sera leur absout le vice naturel des sentinelles... Au moins on a de la chance, mes affaires sont arrivés de République il y a quelques jours. On aura au moins les tor! "

    Elle se coupa net, la respiration tranchée par une pointe chauffée à blanc qui venait de lui vriller le coin de l’œil. Une infime fissure s'étendit là ou auraient se trouver de simples pattes d'oies d'ici quelques années. Elle s'était aplati d'un coup contre Shan, envoyant l'eau valser dans toute la pièce. Il lui fallut deux ou trois secondes pour relever la tête, la respiration en berne mais maîtresse d'elle-même. Elle chercha la joue de son compagnon pour la caresser.

    - ça va... On dirait que notre baignade va devoir être un peu écourtée. " Faussement légère mais vraiment reconnaissante, elle s'approcha encore pour tenter de lui donner un baiser avant de se relever pour sortir, remettant au passage toute l'eau dans la baignoire... Enfin s'il acceptait d'embrasser cette coquille qui tombait en miettes...

    CENDRES
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum