DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Pancrace

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Et ensuite ? - Page 2 I7Vm50z
    Gazette des cendres
    Hiver 2024
    Lire le journal
    #5
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    La marche du vent d'acier
    Derniers sujets
    [PA] Le Chant des RoncesAujourd'hui à 0:02Ersa Vatt'Ghern
    L'Équilibre de la ConcordeHier à 23:31Lyra Leezen
    Mon Voisin Du DessusHier à 23:17Cyradil Ariesvyra
    [Flashback] Le Pilon et le MortierHier à 22:57Lyra Leezen
    Sous pression — StadzankHier à 20:55Hizuk
    Validation des RP de Ben [Reike]Hier à 20:49Ben le Bouc
    5 participants
    Aller en bas
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Gunnar Bremer
    Gunnar Bremer
    Messages : 130
    crédits : 1398

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t908-gunnar-bremer-terminehttps://www.rp-cendres.com/t926-fiche-de-liens-de-gunnarhttps://www.rp-cendres.com/t925-chronologie-de-gunnar
  • Dim 22 Oct - 18:47
    -Je me fais pas trop de mouron pour Panpan. Il a de la ressources, pleins de talents cachés et il sait quand il faut se dégager une porte de sortie.

    C’est à dire, il y pense tout le temps, comme moi.

    -Il y a des gens qui ont moins de la moitié des talents de Pancrace qui ont survécu. ça serait couillon qu’il ne s’en soit pas sorti.

    Si je devais m’inquiéter, ça serait davantage pour Tarot, Bistouri ou encore Krueger. Mais bon, dans ce métier, faut pas non plus trop s’attacher aux gens. Il se passe pas une année sans qu’un gars du commissariat crève et ça pour de multiples raisons. Une bagarre qui tourne mal. Une chute dans les escaliers. Un pilon de poulet qui passe mal. Bref, les risques du métier. Sûr que ça me tirerait sûrement une grimace et un mot triste si j’apprenais sa mort, puis je l’aurais oublié la semaine suivante. J’sais qu’il ferait pareil pour moi alors on s’en bile pas. Surtout que comme j’ai déjà dit, c’est pas le moment de s’inquiéter pour les autres et encore moins pour la famille. On saura rien avant des jours, voire des semaines, tellement c’est le chaos. C’est pas en se bouffant les tripes pendant tout ce temps qu’on va passer un bon moment. L’important, c’est de mettre ça derrière soi.

    Et justement, je sens que j’abuse un peu. La bière dont la sénatrice n’a pas voulu, je l’ai enchainé quasi direct. Et peut-être que deux verres coup sur coup quand on a traversé l’enfer et une fuite harassante fait de privation, ça serait une mauvaise idée. Je suis pas en service et les picotements aux bouts des doigts, c’est une sensation bien plus agréable que celle du sol qui se dérobe sous vos pieds à cause d’un pouvoir de terre. Je tiens bien à l’alcool en temps normal, je devrais pas faire de conneries. Et puis, je suis entre gens respectables. A l’inverse, le capitaine Altarus semble avoir un peu trop taper dans l’alcool. Il n’a déjà plus le pied droit. Ou est-ce parce qu’il a tellement l’habitude de la mer que le plancher immobiles des vaches, ça le perturbe. Je ne me permets pas de lui envoyer une pique assassine, notamment à cause du passif qu’on a ensemble. Bougon comme il est, il pourrait se lancer dans un long discours sur mon séjour sur son rafiot durant ma prime jeunesse, racontant des détails peu flatteurs sur ma personne. Je l’aurais alors bien cherché. Non. Restons calmes.

    Le sujet de conversation, c’est ce qui vient après. Comme si on ne pouvait pas profiter de l’instant présent. Je m’en contrefous un peu de ce que veulent faire les ratons, mais pour eux, j’hésite pas sur la pique assassine. Ils ont l’air d’avoir l’habitude.

    -Ca pue peut-être parce que ta gueule est un peu trop proche de ton museau.

    Je lève mon verre en salutation, acceptant ce que je peux prendre en retour, profitant de le voir vide pour en commander un autre. La sénatrice veut aussi se carapater à la capitale ce qui n’est pas très étonnant. Ces gens qui ont envie de retourner derechef au turbin, ils ont vraiment la main sur le cœur. De mon côté, je peux sûrement argumenter qu’avec les traumatismes de l’attaque, j’ai été contraint de rester en vadrouille quelques jours, histoire de panser les plaies, tout ça. C’est important la santé du ciboulot. Je pourrais même dire que j’ai passé des journées à rassurer des civils, faire la police et organiser le merdier, mais c’est un rapport qui va tomber sur le bureau de Patoche et le commissaire me connaît suffisamment pour différencier le pipeau complet de la vague excuse discutable.

    -Moi, ce que je vais faire ?

    Finir ce verre déjà. Me mettre quelque chose à grailler aussi, joignant le geste de la pensée en me saisissant d’un bout de maquereau fumée. Je cogite difficilement. Faut dire que Alvida s’est quand même vachement rapproché et qu’elle a des courbes qu’on ignore difficilement. ça me rend taquin.

    -Après avoir passé des heures à subir des gens qui voulaient me tuer. Je dirais pas non à faire le vide avec des gens qui veulent se faire plaisir.

    Petit sourire entendu, puis je calme le jeu, à voix basse.

    -Je t’embête pas plus. Je me doute que c’est pas respectueux quand on a le poids des camarades sur la conscience.

    C’est qu’il faut la ménager. Elle a eu des pertes dans son entourage et ça se voit que ça l’atteint. C’est probablement pas le moment d’être si frivole. Quand on a moins d'attaches comme moi, on écoute plus facilement ses envies du moment. Du coup, je lorgne moyennement discrètement par-dessus mon verre que je sirote ce que j’ai sous la main. On évite de regarder du côté de l’équipage de la Corsaire, probable qu’elles soient dans le même sentiment que leur capitaine. Reste notoirement la Faë, qui reste discrète, mais vue comment elle tient le vieux Altarus en estime, probable qu’il me fasse les gros yeux si je tente quelque chose. Enfin, les gros yeux, façon de parler hein. Puis j’y connais rien en moeurs de Faë. Ça tombe, ça ne les intéresse pas. C’est comme la Sénatrice. Elle n'est pas comme nous, même si elle paraît plus humaine que Lil’ tout de même. Après, les politicards, c’est une espèce à part en soi. Est-ce que ça pense à des trucs aussi terre à terre ? J’en sais foutrement rien.

    Je grimace. Terrible d’être en si bonne compagnie et de pas avoir d’évidence. Après, je ne me plains pas trop. Vu comment le raton borgne asticote Altarus, je me mettrais presque à douter du bord du vieux grincheux, surtout quand on voit ce qu’on a sous la main. Mais peut-être bien que les vieux, ça a pas une libido débordante.

    A croire qu’il y a que moi qui envisage la suite sous cet angle. C’est que j’ai chaud aussi. Surement l’alcool. Je chope une chaise pour y poser mes pieds et je déboutonne celui du haut de la chemise. Histoire de se mettre à l’aise. On va pas me reprendre sur ma conduite non plus ?
    Noble de La République
    Noble de La République
    Azura Aiwenor
    Azura Aiwenor
    Messages : 139
    crédits : 1321

    Info personnage
    Race: Lumina
    Vocation:
    Alignement: Loyal-Bon
    Rang:
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1881-azura-vir-gaia-braelohn-jidmasdottir-aiwenor-termine
  • Mar 26 Déc - 13:17
    Et ensuite ? - Page 2 Captur11




    La réaction de la tablée ne fut pas tout à fait celle à laquelle d'attendait la sénatrice, voulant marquer son respect pour le raton-laveur qui s'était ardemment battu à Kaizoku au point d'en perdre un œil, elle avait plutôt éveillé le rire chez son frère et quelques autres soudards en présence. Mais Azura n'était pas du genre à se formaliser, esquissant plutôt un sourire en coin face à la réaction authentique de Ciguë. Au moins le rire permettait de détendre l'atmosphère. Qui plus était, la bonne chère apportée par l'aubergiste finit de ragaillardir la compagnie, les gosiers étant désaltérés, les estomacs ne faisaient qu'exiger leur dû. Si Azura s'était trompée en appelant Crocus "messire", elle avait vu juste en étanchant la faim de la tablée.

    À cette dernière s'ajouta Altarus, salement atteint par l'alcool et l'abattement, se joindre à eux était visiblement la meilleure chose à faire. Les ratons-laveurs avaient eu la présence d'esprit de l'inviter à les rejoindre, au moins pour ne pas broyer du noir, à défaut de rester sobre. C'était sans compter la rousse, prénommée Alvida (Azura avait capté son prénom dans la bouche de Gunnar, semblant la connaitre), qui revint sur l'avenir qui les attendait tous, plus qu'incertain et assurément plus sombre que prévu.

    Toutefois, la discussion fit un nouveau entrechat avec l'officier Gunnar qui, au contact de la capitaine Alvida, proposa de repartir sur un bon pieds en se changeant les idée. Immédiatement, à ces paroles, la sénatrice rougit un peu, se rendant compte que le moustachu était assis entre deux femmes et qu'en effet, il était un homme des plus optimistes. Mais si Alvida pourrait éventuellement aller dans son sens, Azura était mariée à la politique, au tout du moins elle avait un autre moustachu en tête en ce moment...

    Après, il fallait dire que combattre ensemble et naviguer à bord du même rafiot avait le mérite de rapprocher les personnes. Au moins Gunnar partageait avec Azura un optimiste certain qui incitait à continuer de vivre, à avancer et à ne pas se laisser abattre. C'était bien non ?

    Toutefois, elle ne se risqua pas à rebondir sur ses dires.

    - Le port de Nanves, étant le plus proche de Kaizoku, il est normal qu'il soit désigné comme point de ralliement pour tous les rescapés... Il ne fait aucun doute que si vous avez perdu la trace de certains de vos amis... vous les retrouverez ici. Rester quelques jours ici n'est pas la pire des idées, surtout que vous pourrez aider au rapatriement des navires qui ne manqueront pas d'affluer encore dans les jours à venir. Les autorités vont emménager un campement et l'hôpital va faire son possible pour accueillir tout le monde, la République a malheureusement connu des crises semblables par le passé. Elle zieuta en direction d'Altarus. Et au vu des circonstances, il est fort probable que peu importe le camp dans lequel vous vous êtes battu, vous serez traité de la même façon. Quant aux navires, il en reviendra tant que vous n'aurez pas de mal, j'en suis certaine, à en trouver. Elle conclut d'un sourire optimiste adressé à Alvida et son équipage.

    Elle ne pouvait bien évidemment pas se prononcer à la place des autorités elles-mêmes, mais elle était suffisamment bien placée pour en connaitre les rouages, sachant comment se déroulaient les temps succédant à une telle situation. Elle se servit un filet de harengs, retirant méthodiquement les petites arrêtes du bout de sa fourchette.





    Les inspirations d'Azura
    • Giselle (Enchanted)
    • Amelie Poulain (Le Fabuleux Destin)
    • Margaery Tyrell (Game of Thrones)
    • Mantis (Guardians of the Galaxy)
    • Sam Gamgee (Lord of the Rings)
    • Jaskier (The Witcher)
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Alvida Delahaye
    Alvida Delahaye
    Messages : 63
    crédits : 3087

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t766-alvida-delahaye-dite-l-insaisissable-terminehttps://www.rp-cendres.com/t1163-liens-alvida#8927https://www.rp-cendres.com/t1162-chronologie-alvida-delahaye#8925
  • Lun 8 Jan - 21:49
    Et ensuite ?
    Feat. La bande à Morituri


    Alvida reste bloquée face à la réponse de son comparse de tablée. Un lag dans ses pensées dû à l’alcool ou à sa surprise, peut être un peu des deux. Il venait ouvertement de lui faire une proposition ? Ouais, à n’en pas douter. Merde alors, la rouquine ne s’attendait pas à ça, mais pas non plus à ce qu'il fasse preuve de prévenance juste après. Un chic type, ce Gunnar, se fit-elle la réflexion en esquissant un léger sourire.

    « Tu ne m'embêtes pas, du tout. Y' a rien de mal à un peu de douceur après ce merdier. »

    Affirme-t-elle en retour, sans équivoque mais sans pour autant alimenter le sous-entendu proposé. Alvida n’est pas le genre de femme à se complaindre bien longtemps dans le désespoir et la tristesse. Elle n’a jamais eu le temps pour ça, et puis fuir ses émotions est une tactique qu’elle utilise depuis l’assassinat de son père lorsqu’elle n'était qu'une enfant. Autrement dit : depuis aussi longtemps que la rouquine se souvienne. Alors une telle proposition ne risquait pas de l’offenser, bien au contraire.

    Malgré tout une légère indécision persistait entre le devoir de faire bonne figure, l’envie de simplement se noyer dans l’oubli ou de se leurrer par les douces sensations du plaisir. Peut-être qu’un peu plus d'alcool l'aiderait à choisir, pense-t-elle en buvant d’une traite le fond de son verre.

    De l'autre côté du grand gaillard moustachu, Azura ne relève pas la remarque, gardant un parfait sérieux tout en poursuivant sur le sujet de départ avec une bienveillance rafraîchissante.

    « Ouais, c’est c’que je pense aussi. Autant rester quelques jours, on verra après, une fois que le flot des arrivés s’ra passé. »

    Le sérieux de la corsaire ne dura pourtant pas bien longtemps, car c'était sans compter sur l’attitude de son voisin. Voilà maintenant qu’il se déboutonne la chemise en prenant son aise, geste qui ne manquera certainement pas d’attirer le regard de la corsaire et toute son attention. Un coup de chaud hein ?

    C'est vrai que l’air était particulièrement lourd dans ce coin de table, il y flottait une tension frisant l'indécence qui n'était, à vrai dire, pas pour déplaire à la jeune femme, en témoigne la légère étincelle taquine du regard qu'elle adressa à Gunnar en tirant avec lenteur sur le lacet de son propre chemisier, accentuant son décolleté déjà fort avantageux avant de porter un nouveau verre à sa bouche dont elle laissa délibérément quelques gouttes glisser hors de ses lèvres. Celles-ci roulèrent de son menton à son cou pour finir leur course dans le cocon plus tellement serré de son corsage.

    Alvida, provocatrice ? Oui. Toujours. La vie ne serait pas amusante sinon… Et surtout avec quelques litres d’alcool dans le sang, histoire de se donner une excuse.

    CENDRES


    Alvida parle en 993366
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Altarus Aearon
    Altarus Aearon
    Messages : 287
    crédits : 1094

    Info personnage
    Race: Humain-elfe
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1914-c-est-l-homme-qui-prend-la-mer-termine#16576https://www.rp-cendres.com/t2080-carnet-de-contact-d-altarus-aearon#17608https://www.rp-cendres.com/t2079-journal-de-bord-du-capitaine-aearon#17606
  • Mar 23 Jan - 10:47
    Tout le monde causait autour de lui. Après avoir bredouillé quelques mots avec ses comparses de tablée, il porta sa main sur le coin de la table, se préparant à faire une première tentative pour se relever. Son estomac manqua de se révulser. Inspirant longuement, il privilégia alors l'attente. Il avait bu trop vite et de trop. Là où ce n'était qu'un verre, voir un ou deux en prime, lors de discussions d'affaires, ça passait. Mais pas le volume et le degré d'alcool qu'il avait ingéré. Il ferma sa paupière, espérant trouver un peu de.... non, il ne trouvera rien du tout. Ça tanguait de trop autour de lui. Même le plancher en dessous de son derrière offrait l'impression de vouloir l'emmener dans une danse tourbillonnante. Par les abysses, quelle guigne. 

    Est-ce que les deux ratons laveurs s'étaient-ils esclaffés devant sa chute d'ivrogne ? C'était fort possible, mais il n'avait rien capté. Son esprit brouillait trop dans ses sombres pensées pour s'être accroché à une possible crise de fou rire. Lentement, prenant le temps d'assurer son équilibre, il posa d'abord une main sur la table, et ensuite se remit debout en tanguant un peu à droite, ou alors un peu à gauche ? Le sol ne pouvait-il pas cesser de bouger le temps de se remettre complètement sur ses deux jambes ? Ses mâchoires se crispèrent quand il eut un élan nauséeux… Il déglutit. Il était hors de question de rendre le contenu de son estomac ici. Il aurait dû rester dans sa cabine, à bord de la corvette... D'ailleurs, il devrait y retourner, pour terminer de cuver. Saura-t-il y rendre tout seul ? Hum, pas certain... Il s'affala presque dans sa chaise, manquant d'en glisser en loupant presque son assisse. 

    "Non.... je ne suis pas..... tombé"bredouilla-t-il comme pour taire les possibles moqueries de ses compagnons de table. Inspirant plus longuement pour essayer de limiter les dégâts de son ivrognerie, il ferma à nouveau sa paupière... Qu'il rouvrit pour éviter de revoir les sordides images de la destruction de Kaizoku. Il essaya de se concentrer sur ce qui s'échangeait non loin de lui. Ce fut la voix d'Azura qu'il entendit... Les autorités républicaines.... Avec tout ce désordre, il oubliait qu'il était un pirate de base, pas un Républicain. Que ce n'était que les circonstances de la destruction de Kaizoku qui mettaient tout le monde dans le même panier. Et quand bien même avait-il permis à bien du monde d'avoir la vie sauve en les ramenant à bord de cette corvette.... Il avait la vie sauve, mais maintenant, que faire ? Il se sentit à nouveau perdu et déchiré. Des navires arriveraient encore, ramenant des survivants.... et s'il y avait encore des rescapés là-bas, qui avaient réussi à se préserver des coulées de lave ? Il était peu probable que des navires retourneraient là bas, du moins pas avant des semaines et juste pour voir ce qui pourrait être pillage... 

    Il porta ses deux mains sur le dessus de la table et se releva.... 

    "Je... euh... je dis vous laisser. Pardonnez-moi de pas.... terminer de me soûler.... J'ai une affaire..... à mener. "

    Faire préparer la corvette en vue d'un départ rapide vers Kaizoku.... mais avant cela, il faudra qu'il ait fini de dessoûler. Après avoir salué tout le monde, il se dirigea vers la sortie... non sans manquer de se pendre une ou deux personnes. Par contre, il percuta le coin de la porte, non sans lâcher un juron. Quand on est très atteint par l'enivrement et qu'on n'a qu'un œil pour voir... l'évaluation des distances se faisait bien plus difficile. Réussira-t-il néanmoins à rejoindre la corvette, pour commencer , un jour plus tard, les préparatifs pour une opération de sauvetage. 

    (Merci à mes partenaires rp de ce petit moment, même si je coupe court en faisant partir mon personnage)
     


    Noble de La République
    Noble de La République
    Azura Aiwenor
    Azura Aiwenor
    Messages : 139
    crédits : 1321

    Info personnage
    Race: Lumina
    Vocation:
    Alignement: Loyal-Bon
    Rang:
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1881-azura-vir-gaia-braelohn-jidmasdottir-aiwenor-termine
  • Mar 23 Jan - 22:32
    Et ensuite ? - Page 2 8a6f9810





    Tout en terminant d'ôter les arêtes de son filet de hareng, Azura se réjouissait de constater comme elle était parvenue à souligner le peu de positif qu'il y avait dans leur situation, rappelant comme ces gens pleines de ressources pourraient retomber sur leurs pattes sans mal, repartir sur de bonnes bases après ces terribles évènements. Ils étaient les survivants ! Il fallait qu'ils aillent de l'avant, pour que ceux ayant péris de l'aient pas été pour rien, l'Assemblée était toujours là quelque part, il fallait se préparer au pire. Et pour cela, il était capital que l'optimisme l'emporte sur l'abattement, la vie ne saurait s'arrêter après. Or, tous avaient leur manière à eux d'encaisser, si les ratons le faisaient par la provocation, Altarus passait par l'alcool, tandis qu'Alvida s'appuyait sur son équipage, quant à Gunnar, il pensait à quelque chose de plus... sulfureux. Au moins des plans étaient tracés et des idées exprimées, c'était une excellente chose. Encore une fois, Azura, avec son positivisme légendaire, était parvenue à amuser la galerie et à leur redonner du courage... avec l'aide non négligeable de l'alcool et de la nourriture, il fallait le reconnaitre.

    Toutefois, le vieux borgne, se levant tant bien que mal, annonça qu'il était temps pour lui de les quitter, et même si quelque chose dans sa voix chevrotante laissait entendre qu'ils se reverarient bien vite, il fallait reconnaitre qu'il était grand temps pour lui d'aller décuver ! Ceci-dit, le regard de la Lumina glissa sur l'une des fenêtres de la gargote, aux travers de laquelle elle vit un visage familier. Ansalis Bestalor, son assistant qui l'avait accompagné à Kaizoku, était sur les quais, accompagné d'Officiers de Nanves. Et même si son front était recouvert de pétéchies, elle le reconnu sans mal, et son regard ne trompait pas : Il était à sa recherche.

    De facto, il était également temps pour la sénatrice de quitter les lieux, il ne faudrait pas laisser autrui dans une tel inquiétude. Rappelée à son devoir, elle se leva à la suite d'Altarus, le soutenant d'un bras pour l'aider à marcher vers la sortie. Elle se retourna pour saluer l'assemblée.

    - Chers amis, il est temps pour Altarus et moi-même de mettre les voiles, semblerai-t-il. Ce fut un honneur pour moi de rentrer à vos côtés, sachez que si vous avez besoin de quoi que ce soit, vous pouvez venir me voir n'importe quand à Liberty... Soyez forts et bonne chance. Conclut-elle dans un sourire rayonnant d'authenticité.

    Lorsque le tenancier de la taverne vint lui ouvrir la porte, tant supporter Altarus lui demandait ses deux bras, elle laissa quelques pièces d'or dans la main du bonhomme, afin de s'assurer que les équipages qu'elle laissait derrière soient rassasiés et puissent avoir une chambre où dormir quelques jours. A la vue de l'or, l'aubergiste esquissa un sourire confirmant qu'il serait aux petits soins de ceux qui restaient dans son établissement plus longtemps que le borgne et la lumina.

    Dehors, elle laissa Altarus devant son navire, suivit de près par les Officiers et Bestalor, avides de la raccompagner à Liberty, là où un monumental savon de la part de Zelevas l'attendait. Mais cela, elle s'en contrefichait, tout ce qui la préoccupait était cette mystérieuse Assemblée dont elle ferait sa priorité.




    Les inspirations d'Azura
    • Giselle (Enchanted)
    • Amelie Poulain (Le Fabuleux Destin)
    • Margaery Tyrell (Game of Thrones)
    • Mantis (Guardians of the Galaxy)
    • Sam Gamgee (Lord of the Rings)
    • Jaskier (The Witcher)
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum