DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Siame

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Ça barde à Ikuza (Libre) JvNj4PH
    Gazette des cendres
    Été 2024
    Lire le journal
    #7
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Coeur de Melorn
    Derniers sujets
    Deux ans de Cendres !!!Hier à 23:19Xera
    [PA] Les Gorges d'Ildrekyhr.Hier à 22:17Falconi Genova
    Validations RP spéciaux - PancraceHier à 22:01Pancrace Dosian
    Retour par les vents arides | [Enkara] Hier à 21:05Enkara O'Shela
    Le passé au présent | Altarus Hier à 20:56Sixte V. Amala
    [Challenge] Le festin des loupsHier à 19:13Verndrick Vindrœkir
    2 participants
    Aller en bas
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 11 Oct - 1:30





    Ça Barde à Ikuza




    Ça barde à Ikuza (Libre) Bordur20



    Les voix de tous les passants s'entremêlaient. Si ce n'était le bruit de la foule vivante qui gambadait dans l'air ambiant d'Ikuza, c'était celui des roues grinçante des charrettes tirées par les bovins au pelage couleur fauve ou encore des ânes gris qui s'affairaient au transport des marchandises venues d'ailleurs. Les enfants se coursaient les uns et les autres, ajoutant à ce soleil de plomb de l'empire...un ensoleillement de l'âme sous la forme de sourires éternellement jeunes et au son des rires qui se perdaient dans le vent. Ikuza, aujourd'hui...il y faisait bon y vivre et tous y trouvaient son comptes. Emplettes complétées, les adultes profitaient quant à eux de bonnes discussions alors que les marchands savouraient du regard les profits occasionnés en ce quotidien riche pour la bourse et pour le moral également.

    Pratiquement au centre de la place publique, pas très loin de la place marchande d'ailleurs, ses vieilles mains serraient le bois de son instrument qu'il portait sur sa cuisse. Il laissa ses doigts aux jointures plissées et sèches glisser à quelques reprises sur les cordes légèrement rouillées de sa mandoline, comme pour réveiller sa vieille amie taillée dans l'Hêtre. Ses yeux d'un vert presque gris se fermèrent alors qu'il prenait une grande respiration qui faisait gonfler son torse. Ses doigts, alors, se mirent à jouer les notes d'une ballade calme, faisant appel à la curiosité des passants, à leur coeur d'enfant, mais aussi à la triste réalité des adultes. Beaucoup de tête se tournèrent vers le vieil homme à ce moment, ceux-ci pouvant constater le sourire qu'il avait en coin alors que ses paupières s'ouvraient de nouveau et que son regard parcourait les leurs, les invitants à venir écouter son histoire enchantée, accompagnée d'une voix musicale simple, mais qui accompagnait très bien les notes qui s'échappaient de son instrument à corde.


    ♫-musique jouée par Sazabi-♫:

    - -Souvenez-vous, il y a très longtemps
    Un jeune enfant. Sans toit, sans parent.
    son seul ami, son crayon d'argent
    et avec il écrit, des histoires sans fins
    un héro orphelin

    Demain, un autre jour, à vivre pour toujours
    de rêves et de bravoures
    un voyage sans retour

    Demain, une autre histoire, un autre soir
    de rêves et de victoires
    Et le coeur plein d'espoir...il veut vivre son histoire.

    Après un temps, l'enfant grandissant
    oublie dans le temps, son crayon d'argent
    Le travail et la vie, occupant son esprit
    un monde d'ennui, des histoires sans but
    un héro perdu

    Demain, un autre jour, séjour un peu lourd
    sans rêves et sans bravoures
    un voyage sans amour

    Demain, une autre histoire, un autre soir
    sans rêves et sans victoires
    Et le coeur sans espoir...il oublie son histoire.

    Âgé et mourant,  le vieil enfant
    retrouve enfin, son crayon d'argent.
    ses rêves sans fin, reviennent enfin
    des elfes et des nains, buvant jusqu'au soleil levant
    Un héro vivant.

    Demain, un autre jour, à rêver pour toujours
    de rêves et de bravoures
    un rêve sans retour

    Demain, une autre histoire, un autre soir
    de rêves et de victoires
    il dit aurevoir...son coeur rempli d'espoir.


    Et alors que son doigt martelait la dernière note sur le manche de sa mandoline que le vent emportait cette dernière sonorité jusqu'aux oreilles de son publique attentif, le vieil homme offrit un sourire sincère aux passants qui s'étaient arrêtés. Devant lui, aucun chapeau, aucun pot, aucun linge étalé et si quelques personnes s'approchèrent en tendant une ou deux pièces du creux de la paume de leur main, un simple "Merci" se fit entendre de la bouche du sexagénaire qui avait alors une voix beaucoup plus silencieuse et fragile que lors de son spectacle, suite à quoi, il ne fit jouer paisiblement de son instrument, sans chanson cette fois-ci, n'ajoutant qu'à cette journée une ambiance musicale qui se perpétuait dans le temps alors que tous et chacun vaquaient à leurs occupations quotidienne.



    Affilié au Reike
    Affilié au Reike
    Stadzank
    Stadzank
    Messages : 138
    crédits : 443

    Info personnage
    Race: Gobelin
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2574-stadzank-le-nettoyeur-du-couple-imperial-fiche-terminee#22157
  • Mar 17 Oct - 11:34
    Ça barde à Ikuza (Libre) J7iy

    Les chiffres, les chiffres, toujours les chiffres. Ils avaient fini par avoir eu raison de sa cervelle. Le gobelin ne pouvait pas faire autrement que de sortir de son bureau sinon c’était sûr, il allait faire des erreurs et mieux valait être “clean” lorsque les contrôleurs royaux viendraient mettre le nez dans ses comptes. Pour l’instant, ils ne connaissaient même pas l’existence de sa boutique et plus longtemps ça pouvait durer, mieux ça serait.

    Bref, le chef d’entreprise avait besoin de s’aérer l’esprit et aussi le corps. Il était tout courbaturé à force de rester de longues heures à trafiquer ses livres de compte et une petite balade dans la ville lui ferait le plus grand bien : peut-être irait-il se promener jusqu’au port ? Les bateaux lui rappelaient un temps révolu où son clan était tout puissant et pouvait se vanter que la plupart d’entre eux transportait une de leur cargaison. Non, ce n’était pas de nostalgie dont il avait besoin mais plutôt d’un endroit vivant, un lieu effervescent serait à coup sûr plus divertissant et pourquoi pas, inspirant.

    C’est vrai qu’il avait toujours dans l’idée de faire monter en gamme sa bijouterie et de travailler pour les familles les plus prestigieuses du Reike. Mais lorsqu’on vient d’une de ses familles déchues, difficile de remonter la pente : il fallait trouver un moyen. Son cerveau prêt à exploser à cause des chiffres s’était focalisé sur un autre problème, moins compliqué et pourtant quasi insoluble. Bizarrement, c’était tout de même pour lui une forme de repos que de focaliser ses pensées sur autre chose.  

    En marchant au gré de son intuition, le gobelin traversa la place marchande qui aujourd’hui était plus que bondé. Des vendeurs se disputaient un petit mètre de “stand”, d’autres faisaient un raffut de tous les diables et le petit homme vert manqua plusieurs fois de se faire écraser par une charrette. Dans ces conditions, difficile de se détendre et c’est comme ça que le bijoutier atterrit sur la place publique, bien moins bruyante car elle lui permit d’entendre la douce mélodie d’une chanson. Pourtant pas vraiment mélomane, le chef d’entreprise prit place dans le petit attroupement qui s’était formé autour du barde.

    La musique était plaisante et bien qu’insensible à la poésie, le gobelin apprécia ce moment. D'ailleurs une idée germa dans son esprit. A la fin de la chanson, il applaudit copieusement et laissa les quelques personnes qui souhaitaient donner une pièce s’avancer puis une fois que tout le monde s’était retiré, il s’adressa au barde.

    Dis-moi l’ami, tu as un vrai talent ! Est-ce que tu ne pourrais glisser dans une de tes chansons quelques compliments au sujet de ma boutique ? Passe me voir à la bijouterie Gloidveeld si ça t’intéresse et peut-être que ça pourra t’inspirer quelque chose !

    Peut-être arriverait-il à faire venir les amateurs d'art dans sa bijouterie ? Généralement c'était une population plutôt aisée et qui à coup sûr ferait monter d'un cran le prestige de son échoppe : quel coup de génie !
    Affilié au Reike
    Affilié au Reike
    Alaric Nordan
    Alaric Nordan
    Messages : 291
    crédits : 2308

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal Neutre
    Rang: E
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2761-alaric-nordan-termine
  • Sam 21 Oct - 19:18
    La place du marché était animée aujourd'hui. Alaric regrettait de pas avoir fait ses emplettes la veille. Préparant son voyage pour un départ en fin de journée pour profiter de la fraîcheur de la nuit, il avait encore besoin de quelques denrées pour compléter ses besaces de voyages plus quelques petits trucs personnels. À voir le fourmillement vivant du moment, il se demanda tout en se dirigeant vers un étal de viandes séchées, s'il arrivait à tout réunir. Tiens, des gamins criaient par là. Oh bon sang ! Il dut un pas de côté pour esquiver les  quelques marmots qui manquèrent de le bousculer. Grommelant, il les regarda s'éloigner. Un bref sourire se dessina au coin de ses lèvres. Ça lui rappela les bêtises de sa prime jeunesse. Il vérifia néanmoins qu'il avait toujours sa bourse et sa sacoche de couturier à la ceinture et bien fermése. Ce serait une sacrée déveine et même une honte sans nom de se faire dépouiller par des gosses présents sur le marché. Bon, certes, il avait été de ce bord-là, tout comme eux. Mais bon, un voleur se faisant détrousser par un autre voleur... vous voyez le genre.

    Revenant à ses songes personnels, il en revint à sa petite virée vers Kyouji. Il pourrait peut-être reporter encore d'un jour son départ. Hum, mauvaise idée. Le voyage jusqu'à Kyouji était déjà bien assez long comme cela pour se permettre de différer le début de son périple. Il se retint de ronchonner dans sa barbe. Ca lui apprendra à ne pas se montrer plus prévoyant. En même temps, il n'avait pas vraiment prévu que les apports à faire sur certains rapports durent aussi longtemps. La paperasse, quelle plaie… Il finit par lâcher un soupir. C'était barbant, mais des plus nécessaires. Le savoir préservé sur des parchemins, dans des livres, sur des rouleaux était une richesse bien plus important que l'or. Tout ce qu'il savait provenait de toutes ces connaissances écrites. Et de ce qu'il laissait pour certaines affaires pourront toujours servir, pour pêcher des informations, procéder à des recherches. Bon, s'il cessait de cogiter de la sorte là ? Il avait un voyage à préparer. Bon, cet étal de viandes séchées, elle était où. Ah quel benêt, juste sous son nez. 

    Après avoir acheté un bon lot de tranches séchées de bœuf local, il se fit un peu plaisir en grignoter une petite lame bien fumée et salée.  Bon, la suite de sa petite liste mentale... Trouverait-il cela ici aujourd'hui ? Son oreille se tendit à un air de musique qui s'imposait dans le brouhaha de la foule. Curieux, il se rapprocha assez pour apercevoir le barbe jouer de ses doigts sur la corde de la mandoline et juste à temps pour entendre sa voix s'exclamer en vers chantés. Il y avait un savant mélange de mélancolie et d'espoir, dans le ton de la voix et les vibrations des sons de l'instrument. Alaric n'était pas genre d'homme à apprécier la musique, trop accaparé dans ses tâches et ses devoirs, mais là... il y avait quelque chose qui le faisait frissonner... frémir ? Vibrer ? Rha, que c'était chiant de pas trouver un mot pour définir ce qu'on ressentait dans les tripes. 

    Quand la musique prit fin, le mage fut presque attristé que cela se termine déjà. Bon ! Ce n'était pas tout cela, mais il n'avait pas terminé ses courses lui. Il fouilla dans sa bourse pour trouver quelques pièces à offrir au barde. Sa prestation avait été magnifique. Quand il eut en main ce qu'il fallait, il remarqua un gobelin s'approcher du chanteur à la mandoline. Voyait-il bien ? Ah, il se disait bien quand il l'entendit s'adresser au barde. Il cherchait à se faire de la publicité par le biais de ses chants. Malin, quoiqu'un peu osé. Il remit sa capuche en place, le soleil tapait lourd et.... il avait une bijouterie le vert sur pattes ? Hum... peut-être qu'il allait différer son voyage d'un jour finalement. La bijouterie était récente pour que l'autre cherche à s'attirer de la clientèle. Cela pourrait être très intéressant... 
    Affilié au Reike
    Affilié au Reike
    Stadzank
    Stadzank
    Messages : 138
    crédits : 443

    Info personnage
    Race: Gobelin
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2574-stadzank-le-nettoyeur-du-couple-imperial-fiche-terminee#22157
  • Jeu 9 Nov - 13:42

    Ça barde à Ikuza (Libre) J7iy



    Devant le silence et le petit sourire de l’artiste, le bijoutier comprit tout de suite que son petit projet venait de tomber à l’eau. Ces artistes et leur liberté... Une petite publicité ne devrait pas nuire à leur création, au contraire, il avait l’occasion de trouver un mécène et surement d’autres une fois que les autres commerçants du quartier se rendront compte du potentiel ”marketing” d’un beau slogan sur quelques notes de musique. Peut-être que Glulgil était trop en avance sur son temps ? En tout cas lui ne doutait pas une seconde de son idée de génie. D’ailleurs, une fois s’être sorti de l’attroupement allégé de quelques pièces d’argent - certes le gobelin était une “pince”, mais il avait un standing officiel à tenir-, le bijoutier se jura de noter son idée sur un bout de parchemin dès qu’il rentrerait à son bureau.

    D’ailleurs, peut-être était-il temps de rentrer ? Non, la balade avait été trop courte et son cerveau n’avait pas vraiment eu le temps de se reposer. En fait il venait de se rendre compte que même lorsqu’il cherchait à se relaxer, tout le ramenait à son travail. Un bien triste constat qui l’encouragea à continuer sa petite “pause”. Il se laissa aller un peu au petit bonheur la chance dans les différentes ruelles d’Ikusa, suivant le flux de la population grouillante de la Capitale de l’Empire.

    Finalement, il finit par arriver là où à la base, il ne souhaitait pas aller : le port de la ville. Depuis que la nouvelle était arrivée, il arrivait toujours à cet endroit. Le chef d’entreprise s’assit sur un fût vide qui se trouvait contre un entrepôt, toujours le même depuis quelques jours. Vu sur les quais, il observait les allers-et-venues de tout ce petit monde qui faisait vivre cet endroit. Depuis qu’il était gosse, il venait ici avec ses cousins et cousines, avec “lui”. A l’époque, une partie du port travaillait pour sa famille et les quais étaient devenus naturellement le terrain de jeu des plus jeunes. Ici, ils avaient fait les 400 coups. Ici ce n’était plus chez eux maintenant...  

    A une centaine de mètres, il pouvait observer un gobelin aboyer des ordres à des manouvriers qui couraient dans tous les sens pour satisfaire leur employeur. Un Treagveeld... Cette maudite famille régnait désormais sur leur ancien commerce et Glulgil se sentait tellement impuissant devant la tâche qui désormais se trouvait entièrement sur ses épaules.  

    “Il” devait trouver un moyen, c’était “sa” tâche. “Il” devait les venger... Pourtant “il” n’avait rien fait et s’était fait tuer dans une cellule glauque de Kyouji comme le vulgaire criminel qu’il était devenu.

    Stadzank Gloidveeld, sale lâcheur !
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum