DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Pancrace

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    L'épreuve de la Nécromancienne [PV Isolde] I7Vm50z
    Gazette des cendres
    Hiver 2024
    Lire le journal
    #5
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    La marche du vent d'acier
    Derniers sujets
    [PA] Le Chant des RoncesAujourd'hui à 0:02Ersa Vatt'Ghern
    L'Équilibre de la ConcordeHier à 23:31Lyra Leezen
    Mon Voisin Du DessusHier à 23:17Cyradil Ariesvyra
    [Flashback] Le Pilon et le MortierHier à 22:57Lyra Leezen
    Sous pression — StadzankHier à 20:55Hizuk
    Validation des RP de Ben [Reike]Hier à 20:49Ben le Bouc
    2 participants
    Aller en bas
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Vaenys Draknys
    Vaenys Draknys
    Messages : 169
    crédits : 763

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2942-vaenys-draknys-le-prince-dechu-le-baron-roi-de-la-pegre-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2986-entretien-avec-un-vosdraak#25931https://www.rp-cendres.com/t2980-l-histoire-du-prince-dechu#25918
  • Sam 25 Nov - 11:55
     
    L'épreuve de la Nécromancienne
    Feat. Isolde Malkyn
    Apparence de Vaenys:

    Kyouji, Reike
    Novembre de l’an 4

    La journée commençait à toucher à sa fin, les lueurs du soleil s’estompaient, laissant une lumière légèrement orangée prendre place dans l’immensité du ciel du Sekai. Le Baron se rendait en direction d’un petit village forestier, non loin de Kyouji, situé à la frontière avec la République. Une petite bourgade habitée par une petite centaine d’habitants, en majorité peuplée de Reikois, mais quelques républicains et ex-shoumeiens y vivent. La créature arriva, il y vit quelques ravissantes petites maisons, construites de bois et de paille.

    Le Baron, vêtu de sa longue cape noire, cachait son visage à l’aide de sa capuche, ne laissant que ses yeux mauves, qui semblait aussi intense qu’un ciel nocturne étoilé, s’échapper du voile obscur cachant son visage. Les pas légers du Baron le menèrent vers une petite auberge, présentant une façade bien modeste. Elle portait le nom de « Le Béhémoth cornu », qui faisait référence à une créature qui vagabondait autour du village la nuit. Le Baron pénétra dans la petite auberge, voyant en premier lieu son bras droit, Wulfric, un mercenaire lycanthrope. Il n’était pas vêtu de sa principale combinaison de combattant, ayant privilégié un style plus sobre et moins barbare.

    Wulfric était accompagné d’un autre homme, qui semblait être le tenancier de l’auberge. Un humain assez enrobé, sans aucune chevelure, et avec une barbe grisâtre de dessinant sur son visage joufflu. Ses yeux étaient d’un marron intense, s’accordant parfaitement avec sa tenue marron et blanche. L’homme portait le nom de Bovag, il était une connaissance du Baron, ayant déjà fait affaire avec le roi de la pègre à de nombreuses reprises par le passé.

    « Messire ! » s’exclama Wulfric, s’inclinant, voyant son maître franchir la porte. Bovag fit de même, montrant une marque de respect pour la créature aux yeux violets.

    « Messieurs, les traîtres sont-ils ici ? » demanda le Baron, sans montrer aucun signe de respect.

    « Oui, ils sont attachés dans la cave. » rétorqua Wulfric, indiquant la direction de la cave.

    « Bovag, retournez à votre poste ! » ordonna-t-il, lançant un regard menaçant à l’humain. « Votre travail pour ce soir sera de vous assurez que personne n’entre dans la cave de cette auberge. Vous serez payé à mon départ plus tard. » indiqua-t-il au tenancier. Ce dernier s’exécuta sans émettre un son, faisant un simple signe de la tête pour montrer son accord. « Wulfric, rendez-vous en ville et ramenez moi cette personne dont vous m’avez parlé. J’espère pour vous qu’elle nous sera utile. » annonça le Baron, commençant à avancer en direction de la cave.

    « Bien messire. D’après mon contact, elle nous sera d’une grande utilité à l’avenir. » conclut-il, s’inclinant devant le passage de la créature, puis quittant l’auberge, pour se rendre à Kyouji.

    Le Baron se dirigea vers la cave, franchissant cette porte délabrée et rongée par le temps. Un long escalier, sombre, éclairé par une faible lueur émise par une torche, se dessinait devant la créature. Des marches de pierre, humidifiées par les infiltrations d’eau, laissant des gouttes terminer leur chemin sur les dalles rocheuses. Les ondes émises par les filets aqueux résonnaient dans l’étroit chemin de pierre. Il descendit les marches, laissant s’échapper des bruits de pas sourds, apeurant les trois hommes qui étaient enchaînés et bâillonnés dans le sous-sol de l’auberge.

    L’être émanant une aura malfaisante finit par mettre les pieds dans la cave, une pièce totalement faite de pierres, à l’atmosphère froide et humide. Il n’y avait qu’une table en bois, rongée par la moisissure, sur laquelle était disposée une épée émoussée. La créature imposa sa présence par sa voix résonnant dans la pièce à l’acoustique laissant à désirer. Les trois hommes avaient les yeux grands ouverts, ils se débattaient comme ils le pouvaient, laissant leur poignet rongé par le métal rouillé frottant et esquintant leur chair. Les traces de sang laissées sous les menottes ne mentaient pas, ils avaient peur, peur de leur sort à venir.

    Le Baron retira sa capuche et sa cape, allant poser ses couvertures sur la table moisi. Il laissa s’échapper un visage d’ange et une longue chevelure argentée. Ses yeux d’un magnifique violet se dirigèrent vers les traîtres, laissant paraître un regard de dégoût envers ces pathétiques êtres. Il alla se poster sur un banc de pierre, surplombé par une légère torche, illuminant en priorité sa personne. Il dirigea son regard menaçant sur les traîtres, leur faisant comprendre que la fin était proche.

    « Votre trahison vous coûtera la vie, je le crains. » annonça-t-il, d’une voix douce. « C’est fort dommage, les mages sont un grand atout pour mes affaires. Cependant, j’ai horreur que l’on me trahisse. Heureusement pour moi, l’officier auquel vous avez indiqué ma position était corrompu. » dit-il, riant bruyamment. « Vous êtes pathétique, des déchets qui ne mérite rien d’autre que la mort. Mais vous n’allez pas mourir tout de suite. Je vais m’amuser un peu en attendant le retour de Wulfric. » conclut-il, souriant aux trois êtres qui étaient enchaînés devant lui.

    Des ombres surgirent des murs, avançant à pas feutrés en direction des traîtres. Elles les torturèrent, laissant s’émaner des cris de terreur de la part des pauvres hommes enchaînés comme des chiens. Ils ne pouvaient plus se mouvoir, ils étaient totalement paralysés par la terreur qui traversait leurs corps en cet instant. Les ténèbres s’abattirent sur la pièce, les laissant gésir sur le sol froid de la cave. Le Vosdraak se leva, saisissant l’épée rouillée par la même occasion, marchant, allant vers ses proies, afin de leur infliger la punition qu’elles méritaient. Des dizaines de coups frappèrent les traîtres, laissant s’évacuer quelques sillons de sang. Il les laissait volontairement en vie, pour la suite. Une flaque de sang se dessinait à ses pieds, il en était satisfait. Il retourna s’asseoir, levant le voile obscur qui recouvrait la pièce en cet instant. Les mages étaient étalés au sol, saignant légèrement. Ils ne souhaitaient que la mort immédiate, mais le Vosdraak en avait décidé autrement.

    - - -

    Le soleil commençait à émettre ses derniers rayons, laissant petit à petit la nuit prendre le dessus sur lui. Wulfric avait monté un cheval, qui lui permettrait de se rendre plus rapidement à Kyouji, et d’ainsi, revenir plus rapidement auprès de son maître avec le butin. Il ne s’attarda pas sur les quelques criminels qu’il vit sur le chemin, les laissant s’adonner aux vices des activités du monde de la pègre. Le lycanthrope se contentait simplement de se rendre le plus rapidement possible dans la petite taverne.

    Wulfric arriva à Kyouji, habillé tel un citoyen lambda, se rendant en des tavernes afin de retrouver ses amis. Il déambulait dans les rues de la ville, cherchant la taverne nommée « Cerberus ». C’était un petit bâtiment à l’architecture purement Reikoise, n’étant gangréné par la pègre que par la mise en lien entre plusieurs personnes. Le lycanthrope s’y rendait afin de retrouver une jeune fille, étudiante à Drakstrang, capable de déjouer la mort elle-même. C’étaient les seules informations qu’il avait sur elle, son physique restant un mystère pour lui. Son contact lui ayant indiqué cette taverne comme lieu de rendez-vous, il imaginait que la fille savait au moins à quoi lui il ressemblait.

    Il arriva rapidement devant le « Cerberus », laissant son cheval à l’entrée avant d’y pénétrer. Une petite taverne qui ne payait pas de mine, c’était certain. Il entra, faisant preuve d’une grande discrétion. L’ambiance festive régnait en son sein, l’alcool coulait à flot, certain était même sous l’emprise de différentes drogues. Il sourit en voyant cela, l’œuvre de son maître portait ses fruits depuis tant d'années, et perdurait encore et toujours. Wulfric se présenta au tenancier, s’accoudant sur le comptoir.

    « Bonsoir Alfric. Sers-moi une bière s’il te plaît, la même que d’habitude. » demanda-t-il avec un grand sourire. Le tenancier s’exécuta, le saluant d’un signe de la tête. Le lycanthrope scrutait la bruyante pièce, cherchant une jeune fille pouvant s’apparenter à une étudiante de l’université militaire du Reike. Tout ce qu’il voyait était la débauche reikoise, l’étudiante ne semblait pas encore être présente.

    CENDRES
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Isolde Malkyn
    Isolde Malkyn
    Messages : 245
    crédits : 1085

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2669-isolde-malkyn-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2706-le-grimoire-d-isolde
  • Lun 27 Nov - 18:35
    L'épreuve de la nécromancienne
    Feat Vaenys Draknys

    Depuis qu’elle avait ramené sa première défunte à la vie, la nécromancienne s’était entraînée avec acharnement à son art. En effet, sa récente rencontre avec le Docteur, lui avait permis d’avoir accès à son nid, l’endroit où il pratiquait ses actes terribles pour la science. Isolde pouvait à son tour pratiquer l’art obscur de la nécromancie, il lui laissait les cadavres et elle, elle les réanimait. Elle avait aussi consulté ses notes, en complément des ressources de la bibliothèque de l’Université et des conseils de ses professeurs de magie noire. Certes, elle faisait attention de ne pas trop éveiller les soupçons. Même si son goût pour la nécromancie n’était pas un secret, l’Université devait bien être gardée d’apprendre qu’elle souhaitait obtenir un état de mort absolu, pour ensuite revenir parmi les vivants, immortelle.

    Ainsi, elle menait ses affaires, dans l’ombre. Et en parlant d’ombre et d’affaires louches… Quelle organisation semblait plus appropriée que la Pègre ! Isolde n’avait jamais mis les pieds dans les affaires de cette organisation, plus ou moins secrète. Cependant, avec de la volonté et quelques contacts avisés, rien ne paraissait impossible. Et cela, la brune l’avait bien compris. Même si elle demeurait de nature asociale, elle savait qu’il restait primordial de se constituer un réseau de solides relations, de tisser des liens un peu partout. Afin de jouir de ses fréquentations et d’obtenir tout ce qu’elle désirait.

    Un étudiant de sa promotion avait des contacts dans les recoins sombres de Kyouji, elle avait usé de son pouvoir de persuasion, et un peu de séduction mais sans magie, pour parvenir à ses fins. Les personnes restaient souvent tatillonnes pour rendre ce genre de service. Après, elle les comprenait. Après tout, il ne s’agissait pas d’une bonne adresse où manger le meilleur plat de la ville. Mais bien d’un contact influent, qui menait à un empire du vice, directement confronté à l’empire régnant sur le Reike. La pègre et la couronne se livraient une guerre de l’ombre. Les premiers parce qu’il voyait d’un mauvais œil que l’Impératrice vînt troubler leurs affaires liées notamment à l’esclavage. Et les seconds, pour protéger les intérêts du Reike et détruire le réseau criminel. Et voilà, Isolde, non concernée véritablement par l’un ou par l’autre. Et en même temps, par les deux à la fois. Elle était reikoise et restait fidèle à l’Empire, du moins, en apparence. Toutefois, dès qu’elle pouvait profiter de leurs ennemis, pour ses profits personnels, elle n’hésitait pas à s’allier avec eux. Pour autant, elle savait que la Pègre restait un milieu très dangereux. Et y mettre un pied, signifiait aussi, s’attirer des ennuis.
    Pour autant, la nécromancienne était déterminée à mettre ses idées à exécution et poursuivre son plan jusqu’au bout.

    Orion, le camarade d’Isolde, avait donc consenti à lui fournir le nom de son contact. Il s’agissait d’un homme de la Pègre, dont elle ignorait les fonctions principales au sein de l’organisation. Elle savait simplement qu’elle devait le retrouver dans une taverne, nommée Cerberus. Le nom ne lui paraissait pas inconnu, même si elle n’y avait jamais mis les pieds.

    - « Cerberus, dans les bas-quartiers, j’imagine ? » demanda Isolde à son camarade, en soupirant.

    « Eh bien, oui ma belle. Navré de ne pas t’envoyer dans les quartiers huppés de la ville. Mais c’est un contact plutôt habitué aux endroits mal famés et aux filles de petite vertu, si tu vois ce que je veux dire. » Répondit Orion, un sourire carnassier aux lèvres.

    Isolde leva les yeux en l’air, le poussant légèrement sur le côté.

    - « J’imagine bien, le genre de type qu’il doit être. »

    « Tu t’y feras. Sinon, tu peux toujours annuler. Et reprendre ta petite vie, oubliant toute cette histoire. D’ailleurs, tu ne m’as pas dit pourq... » Débuta-t-il.

    - « Chut. » Coupa la brune, en posant son index sur les lèvres d’Orion. « Moins tu en sais et mieux tu te portes, crois-moi. » Dit-elle, en un sourire taquin.

    Puis, la ténébreuse abandonna son camarade, elle avait quelques petites choses à faire, avant de rencontrer le fameux contact, le soir même.

    Le crépuscule arrivait, il était temps pour Isolde de se préparer afin de se rendre à la taverne au nom de Cerberus. Elle avait enfilé une longue robe noire, avec quelques dentelles et des bijoux, pour rehausser sa tenue sobre. Une cape par dessus, et la voici prête à affronter la nuit qui tombait sur la ville. Kyouji apparaissait toujours aussi magnifique, la nuit. L’étudiante dévala les beaux quartiers, éclairés de mille bougies, afin de descendre vers des lieux beaucoup moins bien fréquentés. Elle n’avait pas d’autres choix, il fallait bien rejoindre la taverne.
    Arrivée enfin devant cette dernière, la nécromancienne entra, elle sentit de nombreux regards sur elle, tandis qu’elle avançait vers le bar.

    - « Bonsoir. Un verre de vin, je vous prie. » Commanda-t-elle au tavernier, avant de se retourner vers l’homme à sa gauche. « Bonsoir Wulfric, je ne pense pas me tromper, mon contact n’a pas été avare en détails. Je suis Isolde. » Dit-elle à l’inconnu, en lui tendant sa main.

    L'épreuve de la Nécromancienne [PV Isolde] Zn39

    Il n’y avait pas de doute, il correspondait trait pour trait à la description que lui avait faite Orion. Dans les un mètre quatre-vingt dix, de corpulence imposante, large d’épaules. Sa chevelure était châtain, ses mèches courant jusqu’à sa nuque, une barbe légèrement plus foncée. Des yeux jaunes perçants et plutôt originaux. Ainsi que diverses cicatrices qui parsemaient son visage, dont celle sur le nez, décrite par son camarade. Il portait des vêtements plutôt simples, dans les tons fauves et marrons.

    - « Je suis ravie de constater que vous ayez répondu à ma demande. » annonça-t-elle, avant de récupérer sa commande. Elle jeta un coup d’œil au tavernier, avant de reprendre. « Peut-être devrions-nous nous attabler plus loin. » proposa-t-elle, en montrant une table du fond, d’un signe de la tête.

    CENDRES


    I am a mortal, but nothing human inside. What will be left of me when I'm dead ?


    La berceuse d'Isolde
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Vaenys Draknys
    Vaenys Draknys
    Messages : 169
    crédits : 763

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2942-vaenys-draknys-le-prince-dechu-le-baron-roi-de-la-pegre-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2986-entretien-avec-un-vosdraak#25931https://www.rp-cendres.com/t2980-l-histoire-du-prince-dechu#25918
  • Mar 28 Nov - 18:05
     
    L'épreuve de la Nécromancienne
    Feat. Isolde Malkyn
    Apparence de Wulfric:

    Wulfric attendait tranquillement au bar, se remémorant les moments agréables qu’il avait pu y passer durant sa vie. Il avait rencontré tant de personne depuis qu’il travaillait pour le Baron, il était son bras droit après tout. Il buvait sa bière, l’air pensif, attendant que l’étudiante daignât montrer son visage. Le temps passait, une minute, puis cinq, puis dix. Quand une ravissante jeune femme vint se poser délicatement à ses côtés. Wulfric ne put s’empêcher de poser son regard jaune perçant sur la ravissante humaine.

    Elle paraissait très jeune, le teint de peau clair, une magnifique chevelure noire, aussi intense que les ténèbres de la nuit, descendant en cascade le long de ses épaules, venant finir sa course en haut de son dos. Ses yeux étaient d’un vert magnifique, donnant l’impression de refléter l’éclat d’une émeraude, son regard quant à lui, était charmeur. Elle arborait de magnifiques bijoux, un collier et des boucles d’oreilles, s’accordant parfaitement avec la splendeur de ses yeux. De légères taches de rousseur venaient colorer ses joues, lui donnant un air encore plus séduisant. Elle portait une magnifique robe noire, arborant de légères dentelles sur le dessus, se reflétant parfaitement avec sa chevelure, faisant un contraste plus qu’agréable à l’œil avec sa peau.

    Wulfric n’était pas un coureur de jupon, loin de là, mais elle lui fit tout de même de l’effet. Peut-être était-ce dû à l’alcool, certainement pas. Il dirigea de nouveau son regard sur sa bière, la pinte qu’il avait devant lui étant presque vide. Il s’interrogea, était-ce la jeune femme dont Orion lui avait parlé ? Quelle affaire une si belle femme voulait mener avec la pègre ? Ces questions n’allaient pas tarder à trouver des réponses, enfin, il l’espérait. L’étudiante commanda un verre de vin à Alfric, avant de se tourner vers le lycanthrope, le saluant, tout en lui tendant la main.

    « Bonsoir belle demoiselle, je suis bien Wulfric, vous ne vous trompez pas. Je vois qu’Orion a toujours autant de mal à tenir sa langue, j’espère qu’il n’a pas donné trop de détails non plus. » annonça-t-il, souriant et prenant la main de la jeune femme, la saluant poliment. Wulfric fit un signe de la tête au tavernier, lui signifiant qu’il désirait la même chose que l’étudiante, afin de l’accompagner. Il n’aimait pas spécialement le vin, mais il ne refusait jamais un bon verre. Et puis, s’il avait bien appris quelque chose durant toutes ces années au sein de la pègre, c’était qu’en partageant la même boisson que son interlocuteur, il était plus simple d’en venir à une conclusion satisfaisante pour les deux parties.

    Ici, l’objectif était avant tout d’écouter les souhaits de la brune, pour voir s’ils étaient réalisables par son maître, le Baron. La jeune étudiante proposa à Wulfric d’aller s’attabler plus loin, ce qu’il accepta bien évidemment. Peut-être voulait-elle demander quelque chose de personnel, ou qui nécessitait de la discrétion. Il saisit son verre de vin, puis tendit sa main droite à la jeune fille, afin de l’aider à descendre de son tabouret. « Bien entendu, suivez-moi je vous prie. » demanda-t-il à la belle brune, entamant une marche à travers la taverne portant le nom de « Cerberus ».

    Il conduisit l’étudiante au regard d’émeraude jusqu’à la table qu’elle lui avait indiquée, esquivant les hommes trop alcoolisés, qui commençaient à faire monter le ton. Une bagarre n’allait pas tarder à exploser au sein de la salle, c’était certain. Il regarda le vigile, puis fit un léger coup de tête en direction des abrutis qui haussaient le ton, lui indiquant qu’il fallait les dégager d’ici au plus vite. Le garde de la salle s’exécuta aussi tôt, virant à grand coups de pieds les idiots.

    Wulfric et la belle brune arrivèrent à la petite table, une magnifique table en bois, ronde, donnant une vue imprenable sur les ruelles de la ville. Wulfric saisit une chaise afin d’aider l’étudiante à prendre place, puis il se plaça face à elle. Les rayons de la lune venaient illuminer de leur lumière argentée le doux visage de la belle femme. Wulfric prit une gorgée de vin, avant de prendre la parole.

    « Permettez-moi tout d’abord de vous demander votre nom, cela me paraît essentiel pour pouvoir amener notre future collaboration dans le bon sens. » demanda-t-il, venant poser son regard étincelant dans celui de la brune. « D’où êtes-vous originaire ? Êtes-vous Reikoise ? » continua-t-il. « Et que faites-vous dans la vie, j’ai cru comprendre de par Orion que vous êtes étudiante à Drakstrang, mais, qu’étudiez-vous exactement ? Je suis navré si je pose des questions indiscrètes, mais j’apprécie savoir avec qui je traite, avant de ne devoir passer aux choses sérieuses. » conclut-il, marquant une légère pause, prenant une gorgée de ce délicieux liquide pourpre.

    « Ensuite, la question primordiale. Que souhaitez-vous accomplir dans le milieu du crime organisé ? En vous voyant, j’ai du mal à le discerner. Une si belle femme et étudiante en plus, elle ne devrait pas avoir recours à de telles solutions pour assouvir ses envies. À moins que ce que vous désirez ne soit pas faisable autrement. » questionna-t-il, l’air dubitatif quant à la présence d’une si belle femme à sa table. Il prit une gorgée de vin, finissant la première moitié de son verre par la même occasion.

    Wulfric restait très prudent sur les personnes qu’il rencontrait, surtout lorsque le Baron lui-même souhaitait les recevoir. Le Vosdraak voyait sa tête être mise à prix par la famille royale elle-même, tout individu devant le rencontrer devait être passé au peigne fin au préalable. D’autant plus que le Baron était une personne très prudente, Wulfric s’occupait donc lui-même de décider de si oui ou non, la personne pouvait être menée à son maître.

    Il fallait surtout se méfier des apparences, une belle jeune femme telle que l’étudiante pouvait facilement dissimuler une véritable tueuse, prête à tout pour mettre la main sur le Vosdraak. Wulfric ayant fait de multiples rencontres, il était capable de reconnaître un assassin sous couverture, ou même un espion de l’Oreille, assez rapidement et sans grand problème.

    CENDRES
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Isolde Malkyn
    Isolde Malkyn
    Messages : 245
    crédits : 1085

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2669-isolde-malkyn-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2706-le-grimoire-d-isolde
  • Jeu 30 Nov - 0:23
    L'épreuve de la nécromancienne
    Feat Vaenys Draknys

    L’homme de la pègre paraissait bien charmant, poli et usait de la galanterie pour satisfaire. Et évidemment, cela ne déplaisait pas à la brune. Bien qu’elle eût l’habitude d’être courtisée, contempler un individu avec de bonnes manières, cela restait tout à fait satisfaisant. Aussi, il l’aida à descendre du tabouret, Isolde consentit à lui donner la main. Elle lui lâcha afin d’attraper son verre et se joindre à lui, à la table désignée, dans le fond de la taverne.

    - « Aucun détail trop compromettant, ne vous en faites pas. »

    Pourtant, elle se rappelait bien des paroles d’Orion, reflétant un goût certain pour les femmes. Enfin, peut-être qu’il blaguait, ou non. Après tout, peu importait, il faisait bien ce qu’il voulait de son temps libre, ce Wulfric. Enfin, vu le qualificatif qu’avait employé ce dernier en saluant la brune, ainsi que son regard insistant sur sa silhouette, il était fort probable qu’Orion fût dans le vrai. Elle perçut l’homme de la pègre faire signe à un homme qui devait gérer la sécurité de la taverne et aider à diverses taches, le tavernier. Le colosse jeta les bagarreurs alcoolisés hors de l’établissement, voilà qui leur offrait davantage de silence, afin de converser tranquillement. La ténébreuse sourit doucement, avant de prendre place à la table. Elle déposa sa cape sur le dossier, avant de s’asseoir.

    - « Isolde Malkyn. » Répondit-elle, rapidement.

    L'épreuve de la Nécromancienne [PV Isolde] 1701300114-vin

    Elle ne lui retourna pas la question, elle n’avait pas forcément besoin de connaître son nom. Wulfric paraissait, pour le moment, suffisant. L’étudiante porta le verre à ses lèvres, afin de goûter sa première gorgée de vin, tandis qu’elle écoutait l’homme parler. Le vin n’était pas fameux, elle passa légèrement le bout de sa langue sur sa lèvre inférieure, avant de lui répondre.

    - « Je viens de Kyouji. » dit-elle, posément.

    Elle avait eu l’idée de mentir. Toutefois, elle se dit que la pègre, avec son réseau étendu de relations et le nombre d’individus à sa botte, ils pouvaient parfaitement enquêter sur elle. Autant jouer carte sur table. De toute façon, elle n’avait nullement envie de faire tomber à l’eau cet entretien. Elle tentait le tout pour le tout, en se montrant le plus honnête possible. À la question de l’homme au regard doré, concernant son appartenance au Reike, elle acquiesça simplement à levant son bras. Ainsi, il pouvait vérifier l’intérieur de son poignet, où se situait son tatouage, signe qu’effectivement, elle donnait son allégeance à l’Empire.

    - « Je comprends tout à fait que vous vous renseigniez sur moi, il n’y pas de souci. Je peux vous répondre avec sincérité. Sachez bien qu’il m’est parfois reproché certaines choses, mais jamais mon honnêteté. Je suis loyale, c’est une valeur primordiale. » Mentait-elle.

    Elle lui souriait légèrement, comme à son habitude. Elle penchait doucement la tête sur le côté et plongeait le vert intense de ses iris dans l’or de son interlocuteur. Son jeu d’actrice ne la trompait que très rarement. Elle jouait finement, avec élégance.

    - « Cela fait quatre ans que j’étudie la magie noire à l’Université. Je suis spécialisée dans l’étude et la pratique des arts obscurs. » enchaîna-t-elle.

    Les traits de l’étudiante s’étirèrent en un sourire amusé, en entendant Wulfric évoquer ses désirs. Sous prétexte qu’elle paraissait jeune et belle, ses désirs devaient être comblés facilement. Bon, peut-être qu’effectivement, il y avait une part de vérité. User de ses charmes afin d’obtenir tout ce qu’elle désirait, une action que la brune avait effectué maintes et maintes fois. Cela dit, cette fois-ci, les faits contrastaient avec ses précédentes affaires.
    Elle prit une nouvelle gorgée de vin, laissant ses pensées se fluidifier et sa réponse s’articuler.

    - « J’ai besoin de la pègre, afin d’établir des relations de confiance. J’ai un désir très fort, voyez-vous. Et qui mérite un traitement très particulier. Je ne peux pas y arriver seule, c’est bien pour cela que je me tourne vers vous maintenant. »

    Elle ne formulait pas son souhait le plus cher, elle lui exposait simplement les raisons qui l’avaient menée vers l’organisation criminelle. Son influence, ses contacts multiples, un lien spécial qui pouvait les unir et solidifier leur collaboration.
    Elle tapota brièvement le verre avec ses ongles, avant de porter de nouveau le liquide pourpre à ses lèvres. Elle fit une petite moue, le vin n’avait définitivement rien d’exceptionnel. Isolde ne gardait de fréquenter les tavernes des bas-quartiers, évidemment, les meilleures auberges de la ville, n’accueillaient pas les pires crapules en leur sein.

    CENDRES


    I am a mortal, but nothing human inside. What will be left of me when I'm dead ?


    La berceuse d'Isolde
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Vaenys Draknys
    Vaenys Draknys
    Messages : 169
    crédits : 763

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2942-vaenys-draknys-le-prince-dechu-le-baron-roi-de-la-pegre-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2986-entretien-avec-un-vosdraak#25931https://www.rp-cendres.com/t2980-l-histoire-du-prince-dechu#25918
  • Jeu 30 Nov - 22:10
     
    L'épreuve de la Nécromancienne
    Feat. Isolde Malkyn
    La jeune étudiante était assise face au lycanthrope au regard étincelant. Cette jeune femme répondait au nom d’Isolde Malkyn, un nom que Wulfric ne connaissait pas. La famille Malkyn devait faire partie de celles qui ne pactisent pas avec le crime organisé, ou alors elle n’était pas issue de la noblesse Reikoise. De facto, le bras droit du Vosdraak devait faire preuve de prudence à son égard, elle pouvait être n’importe qui ou se faire passer pour ce qu’elle n’était pas.  Le loup au regard d’or devait essayer d’en savoir plus sur la jeune femme, avant de la conduire devant son maître.

    Le lycanthrope à la chevelure brunâtre devait continuer d’écouter les réponses de la belle aux yeux émeraudes. Il attendit qu’elle apporte les réponses à toutes ses questions, analysant les moindres mots prononcés par l’étudiante. Elle prétendait être originaire de la cité frontalière à la République, Kyouji, ce qui n’étonna pas plus que cela Wulfric. Il fut cependant convaincu de la véracité des propos de la brune lorsqu'elle leva le bras, dévoilant le tatouage du dragon marqué sur son poignet, symbole d’appartenance à la nation du Reike.

    En voyant cela, Wulfric esquissa un léger sourire, il était désormais convaincu qu’Isolde ne venait pas d’une autre nation, le Reike contrôlant chacune des personnes qui se faisaient tatouer le symbole sacré. Elle se disait loyale, cela, Wulfric ne demandait qu’à le voir, mais c’était encore une fois quelque chose qu’il ne put vérifier de lui-même. Évidemment, il devait la croire sur parole, et cela, il ne l’appréciait point. Le lycanthrope ne pouvait se permettre de mener n’importe quelle personne au Baron, mais, lorsque cela lui était imposé, il n’avait guère le choix.

    La mention de sa raison d'être à l'université de Drakstrang ne surprit pas Wulfric. Bien qu'il n'eût pas abordé ce sujet jusqu'alors, le jeune Orion l'avait déjà informé à ce sujet. Après tout, si le Baron souhaitait la recevoir, c’était bien pour ses prétendues capacités et connaissances dans les arts obscurs. Toutefois, il ne connaissait pas le domaine exact qu’Isolde pratiquait dans la magie des ténèbres. Était-ce simplement la magie élémentaire de l’ombre ? La possession ? La corruption ? La nécromancie ? Toutes ces possibilités pouvaient avoir un intérêt certain pour le Vosdraak, certaines plus que d’autres.

    L’étudiante recherchait à obtenir des relations de confiance au sein de la pègre, ce qui pouvait sembler pour le moins étranges au premier abord. Des relations de confiance avec des criminels, les pires pourritures de ce monde, les malfrats en tout genre qui rongent le Reike de l’intérieur. Pourquoi pas après tout, mais Wulfric n’était pas certain de pouvoir lui fournir ce qu’elle désirait, du moins, il ne pouvait pas lui assurer dans qu’il ne savait pas quel était ce « désir très fort » qu’elle évoquait. Elle ajouta avoir besoin d’un traitement particulier, qu’elle ne pouvait pas y arriver seule.

    Wulfric prit un air interrogatif, se penchant en arrière sur sa chaise, haussant un sourcil, puis portant sa main droite sous son menton. Quel désir pouvait-elle avoir pour se tourner vers la pègre maintenant ? Un désir sombre, profond, que seuls des criminels peuvent accomplir certainement. Wulfric restait perplexe, il décida de lui en demander un peu plus sur elle. S’il n’avait pas pu enquêter avant leur rencontre, il devait le faire maintenant.

    Le lycanthrope se pencha sur la table, s’approchant de la brune aux yeux d’émeraude. « Mademoiselle Malkyn, j’ai plusieurs questions à vous poser. » chuchota-t-il, portant son regard d’or dans les prunelles émeraude de la brune. « Tout d’abord, permettez-moi de vous demander quelle sorte d’arts obscurs étudiez-vous ? Voyez-vous, mon maître peut se montrer beaucoup plus enjoué à l’idée de s’entretenir avec des personnes possédant certaines connaissances qui ne sont pas… habituelles. » ajouta-t-il, toujours parlant avec une voix très basse.

    Il se redressa sur son siège, reprenant un timbre de voix grave. Il prit une gorgée de son verre de vin, puis reprit la parole. « Quel est ce désir, Isolde ? Qu’est-ce qui peut pousser une jeune étudiante qui n’a, de toutes évidences, aucun lien avec la pègre, à se tourner vers cette dernière ? Avez-vous besoin d’un tueur à gages ? Des esclaves pour mener des expériences sadiques ? De drogue ? » questionna-t-il, tentant de trouver une réponse à cette question. « Comprenez bien que si je ne sais pas ce que vous cherchez, je ne pourrai vous conduire auprès de mon maître. » conclut-il, portant son regard d’or sur la brune.

    Il était conscient du désir du Vosdraak de rencontrer la jeune femme. Ce dernier avait déjà tout préparé dans la cave de la petite auberge ; ce qui lui manquait, c'était simplement la présence de la jeune étudiante capable de manier la magie des ténèbres, quelle qu'elle soit.

    CENDRES
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Isolde Malkyn
    Isolde Malkyn
    Messages : 245
    crédits : 1085

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2669-isolde-malkyn-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2706-le-grimoire-d-isolde
  • Lun 4 Déc - 0:00
    L'épreuve de la nécromancienne
    Feat Vaenys Draknys

    La brune se rendait compte que les réponses fournies ne convenaient pas totalement à son interlocuteur. Ou plutôt, celles-ci amenaient davantage d’interrogations. Elle le regardait donc, amusée, passer sa main sur son menton, d’un air songeur. L’étudiante reprit une gorgée de vin, passant doucement sa langue sur sa lèvre inférieure, tout en plongeant son regard émeraude dans celui doré de l’homme qui lui faisait face.

    - « Je m’intéresse aux arts obscurs dans leur ensemble. Mais, je dois avouer avoir un net penchant pour la nécromancie. » Répondit-elle, le regard s’intensifiant.

    Elle appréciait jouer de son regard, le vert profond de ses iris paraissait souvent hypnotiser les hommes. Elle était douée pour séduire pour parvenir à ses fins. Wulfric avait déjà démontré son attirance à maintes reprises. La ténébreuse savait qu’elle pouvait exiger de lui certaines faveurs. De plus, les termes de leur accord étaient déjà plus ou moins actés.

    - « Wulfric… Nous savons vous et moi, que cet entretien n’est qu’une formalité. Je ne vous livrerai pas tous mes petits secrets. Je laisse ce privilège à votre maître. Conduisez-moi à lui, je suis certaine que vous ne le regretterez pas. » Lança-t-elle, dans un sourire amusé.

    Bien qu’elle jouât d’une certaine taquinerie, elle demeurait très sérieuse. Elle ne prenait aucunement cette affaire à la légère. Elle était décidée à aller jusqu’au bout. Et même si le moment ne lui paraissait pas désagréable, elle n’avait pas envie de s’attarder davantage, dans cette taverne assez miteuse.

    - « Ne faites pas attendre votre maître plus longtemps. Vous avez ce qu’il vous faut comme informations me concernant, mon nom et tous les moyens possibles pour me retrouver. »

    Ceci dit, elle se leva et passa sa cape sombre sur ses épaules.

    - « Alors, allons-y ! » Dit-elle, avec empressement.

    Elle laissa le soin à l’homme au regard ambré de régler sa consommation, avant de quitter l’établissement. Aussitôt dehors, Isolde rabattit sa cape, recouvrant partiellement sa chevelure et dissimulant quelque peu son visage. Ainsi, il était plus aisé de déambuler dans les ruelles nocturnes. Elle attendit que Wulfric revînt, celui-ci la fit monter sur son cheval, avant de grimper à son tour.

    - « Le point de rendez-vous se situe où ? » Demanda-t-elle.

    Il lui répondit qu’ils seraient sur place en moins d’une heure à cheval. Ils se mirent en route et quittèrent peu à peu la ville, l’auberge se situant dans les bas-quartiers, proche des faubourgs en périphérie de la cité. La ville s’éloignait et Wulfric entraîna la monture au galop. Même si à deux, le confort restait amoindri, Isolde savait parfaitement monter à cheval et ne subissait pas les soubresauts causés par l’allure cadencée. L’animal possédait une belle robe baie, ses crins manquaient de discipline, mais son pas restait sûr.  

    L’homme au regard doré, ayant certainement compris que la jeune femme ne reviendrait pas sur sa décision, ne posa pas d’autres questions au sujet de ses véritables intentions avec la pègre. La conversation resta légère le temps du trajet, essentiellement centrée sur la cité poétique de Kyouji et sa vie nocturne mouvementée.

    La destination approchait, Isolde percevait, au loin, les premières lueurs du village en lisière de forêt. Une petite cascade coulait doucement à son abord. La beauté des bourgades forestières demeurait intacte, protégée dans un écrin verdoyant. Bientôt, Wulfric mit pied à terre et aida la reikoise à en faire de même.

    - « S’agit-il de cette auberge ? » Demanda la brune, adressant un signe de tête vers le panneau de bois qui indiquait son nom.

    Scrutant rapidement les alentours, il ne semblait pas y avoir d’autres établissements de ce type. Il était question d’un modeste village, d’une centaine d’âmes.

    CENDRES


    I am a mortal, but nothing human inside. What will be left of me when I'm dead ?


    La berceuse d'Isolde
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Vaenys Draknys
    Vaenys Draknys
    Messages : 169
    crédits : 763

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2942-vaenys-draknys-le-prince-dechu-le-baron-roi-de-la-pegre-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2986-entretien-avec-un-vosdraak#25931https://www.rp-cendres.com/t2980-l-histoire-du-prince-dechu#25918
  • Lun 4 Déc - 19:32
     
    L'épreuve de la Nécromancienne
    Feat. Isolde Malkyn
    Wulfric écoutait attentivement la jeune femme qui se trouvait face à lui. Elle disait avoir un intérêt pour les arts obscurs en général, mais avoir un attrait plus particulier pour la nécromancie. Cela tombait à pic, la nécromancie était un art peu commun, mais très intéressant à exploiter pour le Baron, lui qui manquait cruellement de ce genre de mage dans son entourage. Wulfric fit un large sourire en réponse aux paroles d’Isolde, plus que satisfait que cette dernière se concentrait sur la manipulation des morts.  Et puis, toutes ces questions n’avaient pas réellement de sens, Wulfric avait suffisamment d’éléments sur Isolde pour la traquer si les choses venaient à mal tourner. Et puis, le Baron était assez puissant pour se défendre seul.

    Le lycanthrope paya avec grand plaisir la boisson d’Isolde ; de toute façon, c’était un faible prix face à ce qu’elle pouvait rapporter à son maître. La mage et le mercenaire quittèrent donc l’auberge, montant à cheval en direction du petit village voisin de la ville de Kyouji. Un charmant petit village situé dans la périphérie, en forêt très exactement. C’était un endroit paisible où le Vosdraak pouvait agir à sa guise, loin des regards des autorités et militaires Reikois.

    Wulfric et la jeune femme à la chevelure de Jais arrivèrent rapidement devant la petite auberge dans laquelle le Vosdraak se terrait. Le lycanthrope fit un signe de tête à la mage noire, lui affirmant que c’était bien cette auberge-ci. Effectivement, c’était la seule auberge présente dans le village, ne comportant que très peu d’habitant. Toutefois, elle était extrêmement bien placée, se trouvant sur la route commerciale principale entre Kyouji et Liberty, utilisée majoritairement par des voyageurs et petits commerçants. Wulfric conduisit Isolde à l’entrée de cette petite auberge, la regardant un instant avant de pénétrer à l’intérieur. « Isolde, je dois tout de même vous mettre en garde. Le Baron a avec lui, des… invités. Mais ne vous en faites pas, il a tout de même tenu à vous recevoir en personne ce soir. » murmura-t-il doucement à la belle femme à la chevelure de jais et au regard émeraude.

    Wulfric ouvrit doucement la porte, l’aubergiste les y attendait. « Me revoilà, je vais mener cette jeune femme vers le Baron, et je reviendrai vous voir pour une ou deux affaires. » annonça-t-il, fixant l’aubergiste de son regard ambré. Il fit rentrer Isolde, puis lui indiqua d’un simple signe de la tête de le suivre. « Avant de continuer, déposez toutes vos armes ici, si vous en avez. » demanda-t-il à Isolde. Tous deux se dirigèrent au fond de la pièce à vivre de l’auberge, d’un pas léger, puis ils descendirent les escaliers. Des marches de pierres sur lesquelles ruisselaient encore quelques petites gouttes d’eau croupies. Wulfric prit la torche qui se trouvait à l’entrée de ce couloir descendant, éclairant ainsi le chemin menant à la cave, l’endroit où était caché le Baron, accompagné des traitres.

    Des hurlements se faisaient entendre, de plus en plus fort. Wulfric regarda la belle brune aux yeux émeraudes un instant. « J’espère que ces hurlements ne vous effraient point, dame Isolde. Vous n’avez rien à craindre, votre sort ne sera pas le même que celui des rats qui se trouvent de l’autre côté de cette petite porte. » murmura-t-il, indiquant par la même occasion la porte qui se trouvait à quelques marches du lycanthrope et de la mage noire.

    Ces derniers arrivèrent devant la porte, Wulfric toqua, attendant la réponse de son bien aimé maître. Les hurlements cessèrent brusquement, quand une voix vint résonner de l’autre côté de la petite porte en bois. « Entrez ! » annonça le Baron, positionné sur le banc en pierre situé à côté de la porte d’entrée. L’homme au regard étincelant entra dans la cave, poussant doucement la porte de bois. « Messire, Isolde Malkyn. La jeune femme que vous tenez à rencontrer ce soir, nous fait l’honneur de sa présence. » chuchota-t-il, posant son regard sur l’être à la chevelure d’argent.

    Lorsqu’il passa la tête dans la pièce, Wulfric eut le plaisir de voir les trois hommes que le Baron avait pris soin de faire souffrir, allongés au sol, dans une mare de sang. « Ne vous en faites pas, ils ne sont pas encore morts. » annonça le Baron, s’adressant à son bras droit et à la personne qui l’accompagnait. Il se leva de son petit banc puis s’approcha d’Isolde, qui venait tout juste d’entrer dans la pièce. « Vous êtes donc la jeune femme dont Wulfric m’a parlé. Je ne m’attendais pas à recevoir une si ravissante créature. » exprima-t-il, perçant le regard émeraude d’Isolde avec ses yeux d’un magnifique mauve.

    Il porta ensuite son regard dans celui de Wulfric, plaçant ses mains dans son dos. « Tu peux disposer Wulfric. Je m’occupe du reste. » dit-il, esquissant un léger sourire. Maintenant que la jeune femme était dans la cave avec le Vosdraak, Wulfric n’avait plus d’utilité aux yeux de la créature aux cheveux argentés. Le lycanthrope s’exécuta, s’inclinant en signe de respect avant de disparaître lentement de la vue du Baron. Le Vosdraak entreprit une marche vers les hommes qui se trouvaient à terre, les regardant de haut, avec mépris et dégoût. « Votre heure est venue, bande d’immondices. » cracha-t-il aux pauvres hommes à terre. Il avait pris le temps de jouer un peu avec eux, usant de sa magie de l’ombre pour les terroriser et les blesser.

    Il retourna s’asseoir sur le petit banc de pierre, marchant d’un pas assuré. Ses pas résonnèrent dans la pièce faite de pierres. Il s’assit gracieusement, puis, il plongea son regard dans celui de la jeune mage noire, l’invitant à faire de même. « Venez, Isolde, et parlez-moi de vous. Quelles sont vos intentions à vouloir rejoindre le monde du crime organisé ? Personne ne met les pieds dans ce milieu sans être dans le besoin, hormis les fous. Mais en vous regardant, je ne pense pas que vous en fassiez partie. » interrogea-t-il, regardant la belle femme aux cheveux de jais dans ses prunelles émeraudes.

    CENDRES
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Isolde Malkyn
    Isolde Malkyn
    Messages : 245
    crédits : 1085

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2669-isolde-malkyn-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2706-le-grimoire-d-isolde
  • Jeu 7 Déc - 22:09
    L'épreuve de la nécromancienne
    Feat Vaenys Draknys

    Alors qu’ils s’aventuraient dans l’auberge, Wulfric retint Isolde avant de lui faire part d’une information concernant le baron. Des invités ? Étrange. Elle ne s’attendait pas à converser de choses très personnelles devant d’autres inconnus. L’idée ne lui plaisait pas, mais elle n’avait pas vraiment d’autres choix. Elle allait y aller et elle verrait bien.
    Wulfric semblait être habitué des lieux et le baron devait traiter souvent ici, vu que l’aubergiste répondait en connaissance de cause. Sans doute était-il grassement payé pour fermer les yeux sur les agissements de la pègre, au sein de son établissement. Une petite auberge à la lisière de la forêt, à part les voyageurs et les villageois du coin, ne devait pas faire rentrer tant d’argent. Il arrondissait ses fins de mois comme il l’entendait. Ce n’était pas les affaires de la jeune femme. Toutefois, elle appréciait que les choses parussent claires et bien organisées. Le tenancier de l’auberge était un homme apparemment d’une quarantaine d’années, chauve, la barbe grisonnante et en bonne chair. Elle le salua poliment.

    Lorsque l’homme au regard ambré lui demanda de déposer ses éventuelles armes, la jeune femme répondit qu’elle n’en possédait pas. Ce qui n’était pas tout à fait vrai, elle avait toujours sa petite lame aiguisée, dissimulée sous ses vêtements. Cela dit, elle était si bien cachée que personne n’irait la trouver. Aussi, au besoin, elle pouvait toujours plaider l’omission.

    Enfin, les deux protagonistes purent descendre à la cave, là où se trouvait le baron. Les parois du couloir paraissaient humides, en piteux état. Elle ne s’en formalisait pas et continuait son chemin, derrière Wulfric. Celui-ci les éclairait à la torche, la lumière vacillait contre les parois, créant des ombres ici et là. Des hurlements inquiétants se firent soudain entendre. La brune tendit l’oreille et chercha à capter le regard de son accompagnateur.

    - « Ce sont… les invités dont vous m’avez parlé ? » interrogea-t-elle.

    L’étudiante reçut un vague signe de tête de la part de l’homme de la pègre, avant qu’il ne la fît entrer. Isolde s’approcha doucement, restant à une distance suffisante, afin d’observer ce qu’il se passait ici. Elle dirigea son regard émeraude rapidement sur l’ensemble de la pièce. Toujours cette même humidité sur la pierre qui recouvrait les murs. Il y faisait froid, l’ambiance paraissait glauque et pesante. Trois hommes étaient étendus sur les dalles salies par leur sang, enchaînés. La reikoise ne leur prêta pas plus d’attention et posa ses prunelles sur le baron. Une longue chevelure argentée descendant en cascade sur ses épaules, un regard mauve, rare et étincelant. Isolde avait entendu tellement de choses à propos du baron de la pègre et surtout, de sa véritable identité. Beaucoup de choses circulaient, il suffisait de tendre l’oreille et de converser avec les bonnes personnes. Aussi, ce n’était pas tous les jours que le prince déchu pouvait soutenir le regard de la plèbe. Les légendes paraissaient véridiques en ce qui concernait la beauté pure et exceptionnelle des Vosdraaks.

    Elle ne s’attendait pas à recevoir un compliment de la part du baron sur son physique. Aussi, elle pencha très légèrement la tête, détournant son regard sur le côté, avant de le replonger dans le mauve du vosdraak.

    - « Ravie de pouvoir vous rencontrer, monsieur. » dit-elle, d’une voix douce.

    Wulfric, sous les ordres du baron, quitta la cave et retourna à ses occupations. Elle lui adressa un dernier regard, avant de le voir disparaître. L’homme au regard doré restait courtois et rassurant, étrangement, l’étudiante aurait apprécié le savoir à ses côtés. Toutefois, elle n’allait pas se décontenancer. Si illustre personnage qu’il était, l’héritier royal ne demeurait plus. Il ne restait qu’un individu tentant de se faire une place, dans un monde cruel et sans pitié.
    Isolde prit le temps de l’observer, il paraissait bien grand, tandis qu’il promettait une fin proche aux individus au sol.

    Lorsque le baron l’invita à le rejoindre, la brune s’exécuta. Elle avança d’un pas léger et gracieux en sa direction, avant de s’installer près de lui. Elle se tourna légèrement, en rabattant sa longue chevelure ébène sur le côté.

    - « Sans doute avons-nous tous une petite part de folie. » Dit-elle, en reportant son regard dans celui de son interlocuteur. « Toutefois, je viens vers vous ce soir, en mon âme et conscience. Je souhaite apporter mes services, voyez-vous, je pratique les arts obscurs, notamment la nécromancie. Wulfric m’a fait part de votre intérêt dans ce domaine. »

    Elle n’avait pas encore abordé les raisons qui l’avaient poussée à venir. Elle préférait lui faire savoir qu’elle pouvait se soumettre à ses ordres et ses demandes. La mage lui présentait ses atouts en premier, voir ce que le baron avait à en dire, avant de demander quoique ce soit.
    Son attention se dirigea vers les trois hommes étendus, qui gesticulaient, et cherchaient le regard de la jeune femme. Ils tentaient peut-être d’implorer sa pitié, de lui demander de l’aide. Une assistance que la mage noire ne pouvait leur accorder.

    - « Puis-je demander qui sont-ils ? » Demanda-t-elle.

    Une nouvelle preuve de la désormais célèbre curiosité d’Isolde.
    CENDRES


    I am a mortal, but nothing human inside. What will be left of me when I'm dead ?


    La berceuse d'Isolde
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Vaenys Draknys
    Vaenys Draknys
    Messages : 169
    crédits : 763

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2942-vaenys-draknys-le-prince-dechu-le-baron-roi-de-la-pegre-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2986-entretien-avec-un-vosdraak#25931https://www.rp-cendres.com/t2980-l-histoire-du-prince-dechu#25918
  • Ven 8 Déc - 17:53
     
    L'épreuve de la Nécromancienne
    Feat. Isolde Malkyn
    La magnifique brune aux yeux émeraudes avança gracieusement en direction du Baron, s'asseyant à ses côtés pour honorer le Baron de sa présence. La jeune mage noire expliqua la raison de sa présence à l’être à la chevelure argentée, lui indiquant qu’elle pratiquait les arts obscurs, plus particulièrement la nécromancie. En effet, l’art de manipuler la mort était une forme de magie que le Baron souhaitait exploiter, afin de mener certains de ses projets à bien. Si l’étudiante de Drakstrang réussit à faire ses preuves ce soir, elle pourrait certainement devenir un élément travaillant de près avec le Vosdraak.

    La créature à la beauté naturelle exceptionnelle plongea son regard d’un violet intense dans les prunelles émeraudes de la nécromancienne. Un léger sourire se dessina sur son visage. « Wulfric vous a bien renseignée, jeune Isolde. Une créature aussi splendide que vous serait donc capable de manipuler la mort elle-même ? Je suis impatient de vous voir à l’œuvre. » annonça-t-il, détournant légèrement son regard de celui de la jeune femme, le dirigeant, comme cette dernière, vers les trois immondices allongées sur le sol. La nécromancienne fit preuve d’une curiosité soudaine, étonnant légèrement le Baron. Elle le prit de court, il allait pouvoir lui dévoiler la suite de cette petite entrevue.

    Un long soupir se fit entendre suite à la question d’Isolde, non pas qu’elle l’embêtait, mais devoir continuer de regarder ces traîtres devenait plus qu’ennuyeux pour le Baron. « Ces trois déchets ambulants étendus au sol ne sont que de vulgaires traîtres. » dit-il, marquant une légère pause. « Voyez-vous, cela fait quelques jours que je suis au courant de leur trahison. Ces imbéciles ont révélé ma position à l’un des officiers corrompus de Kyouji. De ce fait, j’ai été mis au courant rapidement. J’ai tenu à rencontrer un mage, car ces trois êtres abjects que vous voyez ici maîtrisent la magie. » ajouta-t-il, détournant son regard sur la créature aux prunelles émeraudes, tentant d’attirer son regard.

    « Isolde, je suppose que votre présence ici n’est pas uniquement due au fait que vous tenez tant à travailler dans mon syndicat du crime, non. Il doit forcément y avoir quelque chose d’autre. Je ne vous ferai cependant pas l’affront de vous le demander tout de suite, rassurez-vous. Je souhaiterais tout d’abord m’assurer de votre bonne volonté. » continua-t-il, portant sa main devant la poitrine d’Isolde, la paume dirigée vers la tête de la jeune femme. Il usa de sa magie de l’ombre, les extrémités de ses doigts devenant aussi noirs que les ténèbres, créant un magnifique poignard, aussi sombre que la nuit, possédant quelques reflets violets. La lame du poignard grandissait au fur et à mesure que le temps passait, sa course venant se terminer sous le menton de la magnifique créature qui faisait face au Vosdraak.

    Un léger sourire se dessina sur le doux visage du Baron, qui plongea aussitôt son regard dans celui de l’étudiante. « Ce poignard sera l’outil de votre première mission en tant que membre de la pègre. Voyez-vous cette lame, aussi sombre que tranchante ? Elle est tout aussi bien capable de trancher que de pénétrer la peau de n’importe lequel de ces pathétiques êtres humains qui se trouvent sur votre droite. » annonça-t-il, continuant de regarder la magnifique jeune femme. Il posa délicatement ce poignard, aussi noir que la nuit, entre Isolde et lui.

    Il se leva délicatement, avança jusqu’à la jeune mage noire, puis il se pencha vers son oreille. « Saisissez ma lame, Isolde. Ressentez les ténèbres de la nuit, parcourir chacune des parties de votre corps. Ressentez le pouvoir de ma magie, accaparez-le-vous. » murmura-t-il doucement à Isolde. « Montrez-moi ce dont vous êtes capable, réduisez en cendre la moindre once d’espoir que possèdent les trois êtres abjects allongés sur le sol pierreux de cette cave. Faites jaillir tout le sang qui les habite, amusez-vous avec leurs corps, leurs cadavres, leurs psychés. Je veux qu’ils souffrent, physiquement et mentalement. Vous n’avez aucune limite ici. Me suis-je bien fait comprendre Isolde ? » demanda-t-il lentement. « Impressionnez-moi, magnifique créature. » conclut-il, se redressant, puis marchant lentement en direction des trois traîtres.

    Si en l’instant présent il ne donna aucune limite à la nécromancienne, c’était bien parce qu’il voulait voir si la jeune femme en possédait, si elle était capable de tuer trois inconnus, sans même lui donner de raison claire. En plus d’espérer la voir s’épanouir pleinement dans son art macabre, le Baron en profitait pour montrer à Isolde ce qui arrivait à ceux qui osaient le trahir. Le Vosdraak n’avait confiance en personne, pas même en Wulfric, de qui il pouvait parfois se méfier malgré leur longue histoire commune.

    Le Vosdraak arriva lentement aux côtés des trois mages, les regardant geindre de leur situation actuelle. « Vous avez voulu jouer à un jeu que vous ne maîtrisiez point, je le crains. Avant de vous voir disparaître dans les ténèbres de la mort, j’aimerais vous faire savoir que vous ne m’avez été d’aucune utilité. » dit-il, reportant son regard sur la nécromancienne. « Ressentez-vous la noirceur qui habite l’âme de cette jeune femme ? À elle seule, elle sera bien plus performante que vous ne l’avez été durant les dix dernières années à me servir. » continua-t-il, riant légèrement. Il plongea désormais son regard d’un mauve intense sur les déchets qui jonchaient le sol. « Je ne manquerai pas d’envoyer vos têtes à ce cher Tensai, si la nécromancienne ne les a pas pulvérisés bien entendu » conclut-il, riant aux éclats, imaginant la magnifique scène qui allait se dérouler devant ses yeux ébahis.

    En une fraction de seconde, le Baron disparut, usant d’un sortilège d’invisibilité. Il alla se placer dans un coin de la pièce, afin d’avoir le meilleur angle de vue sur le sombre dessein qu’Isolde pouvait lui offrir. Il espérait jubiler devant les actions de la jeune étudiante. Il espérait se sustenter de chacune des actions de la mage noire. Il espérait voir la nécromancienne manipuler la mort avec grâce et prestance.

    CENDRES
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Isolde Malkyn
    Isolde Malkyn
    Messages : 245
    crédits : 1085

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2669-isolde-malkyn-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2706-le-grimoire-d-isolde
  • Mer 13 Déc - 23:52
    L'épreuve de la nécromancienne
    Feat Vaenys Draknys



    La brune ne réagit pas aux compliments du baron. Elle attendit la suite, avec une attention marquée et une retenue dans ses actes et ses paroles. Elle n’avait pas envie de se louper. Lorsqu’il évoqua les traîtres allongés au sol, cela ne surprit pas la mage. Des ennemis, le baron en possédait beaucoup. Toutefois, ses pires craintes se reflétaient certainement sur ses propres alliés, qui se détournaient de lui, à l’affût d’un gain plus important. Pour de l’or, pour la réputation, le pouvoir, ou toute autre raison. Il y en avait des centaines, qui justifiaient, pour ces criminels, de trahir leur chef. Ce n’était pas une vie confortable et de tout repos que l’ancien héritier avait choisi. Mais, avait-il seulement eu le choix ? Comment se créer une nouvelle autorité, dans cette faction qui l’avait bannie. Isolde restait curieuse sur ce point, et tant d’autres. Sur le ressentiment du prince déchu envers le nouvel Empereur, sur le royaume du crime, qu’il avait créé et façonné selon ses désirs, sur ses ambitions futures. Mais, ce n’était pas le moment. Peut-être auront-ils le temps, prochainement, d’aborder des sujets plus personnels.

    Dans l’instant, le baron semblait plutôt occupé à faire une démonstration de ses talents magiques à la jeune femme. Cette dernière restait prudente et attentive aux agissements de l’être à la longue chevelure argentée. Certes, il ne paraissait pas trop offensif à son égard. Toutefois, la magie de l’ombre restait une grande faiblesse, pour l’humaine qu’elle était. Sa manipulation, si proche de sa tête, ne lui plaisait pas. Pour autant, elle ne se décontenançait pas. Il fallait montrer au baron sa détermination et son sang-froid. Ainsi, elle se saisit de la lame tranchante et ténébreuse, comme le roi de la pègre le lui avait demandé. Elle n’était pas sereine lorsqu’il se pencha vers elle, en murmurant à son oreille. Il cherchait sûrement à la troubler, à voir si elle savait contenir ses émotions. Il n’était pas n’importe qui, en plus d’être une des personnes les plus recherchées du Reike. La nécromancienne savait qu’elle se mettait sa nation à dos, en collaborant avec lui. Pourtant, elle appréciait ressentir cela. La danger, l’excitation, la crainte, l’interdit. Évidemment, tant de choses qui la faisaient frissonner. Mais, elle ne se trouvait pas ici, dans cette cave, pour rigoler. Elle devait agir. Il lui demandait d’agir.

    - « Il s’agit d’une sorte de test, c’est cela ? » Demanda-t-elle.

    Elle posait cette question, plus pour se rassurer elle-même, plutôt que par désir de recevoir une réelle réponse. Elle la connaissait déjà, de toute façon. Il s’agissait d’une épreuve à passer. Le baron souhaitait tester la mage, lui faire franchir une limite, afin d’exercer son emprise sur elle. Elle n’était pas dupe. Pourtant, l’acte ne serait pas si facile à accomplir. Pour la simple et bonne raison qu’Isolde n’avait encore jamais tué. Elle avait du sang sur les mains, certes. Mais pas encore de victimes qui agonisaient sous ses coups. Elle savait que cette étape devait bien être franchie un jour. Reculer l’évidence ne menait à rien. De plus, le baron souhaitait contempler son art obscur, assister à une démonstration de nécromancie. Elle allait lui donner ce qu’il désirait. Plus rien ne la faisait reculer, elle était déjà allée trop loin. Inutile de croire qu’il la laisserait gentiment repartir. Puis, il ne le fallait pas. Elle avait choisi cette voie pour tracer sa destinée. Pas de retour en arrière, pas de scrupules. Le meurtre lui permettait aussi de se détacher un peu plus de sa nature humaine, d’abandonner ses faiblesses pour progresser. La vie, la mort, la barrière infime entre les deux.

    La nécromancienne se leva, se plaça en face du baron, le laissant parler aux traîtres qui se trouvaient à ses pieds. Elle observait les traits de ses individus, qu’elle ne connaissait pas. Ils ne lui avaient rien fait personnellement. Et pourtant, elle allait les achever ce soir. Annihiler leur corps et leur esprit. Les voir disparaître à jamais.
    Isolde restait silencieuse, concentrée. Elle se contenta d’adresser un signe de la tête au baron, pour lui indiquer qu’elle était prête. Cela fait, l’être aux cheveux d’argent disparut instantanément. Un sortilège d’invisibilité, très certainement. Voilà qui, étrangement, rassurait la mage. Ainsi, elle ne sentait pas les yeux mauves du vosdraak sur elle. Même si évidemment, elle le savait toujours dans la pièce, à observer avec délectation, chacun de ses mouvements.

    La reikoise commença par lancer un puissant sort psychique aux mages. Une attaque mentale terrible et sans précédent. Ils restaient eux aussi des mages, alors elle souhaitait mettre toutes les chances de son côté. L’objectif étant d’impressionner le baron par sa magie, lui montrer de quoi elle était capable. Et surtout, qu’il n’hésitât pas à miser sur elle et ses compétences.
    Le choc fut brutal, les individus roulèrent sur le sol, se débattant comme des vermisseaux trop proche de braises ardentes. Ils convulsaient, se tordaient et rejetaient violemment la tête en arrière. Elle atténua peu à peu les effets de sa magie, sans l’éteindre totalement. Elle les laissait amoindris par la puissance de l’attaque psychique, tout en conservant un contrôle sur leur esprit. Vu qu’ils ne pouvaient pas agir ou se défendre. L’étudiante possédait toujours la lame magique créée par le baron, elle la brandit vers le mage du milieu, tout en venant s’asseoir à califourchon sur lui. Elle passa la lame sur son visage, d’une lenteur sadique. Le liquide carmin perlait sur les joues de la victime, qui l’observait avec un regard apeuré, suppliant et larmoyant. Cependant, les larmes n’amadouaient pas la brune. Elle avait changé, beaucoup changé. Même si elle n’avait jamais possédé un grand cœur, ce dernier devenait au fil du temps noir et vide. Elle savait au fond d’elle, qu’elle pouvait maintenant tuer un être, sans en éprouver de remords. Elle percevait ce regard qui la suppliait d’arrêter, et pourtant, elle le soutenait, tout en enfonçant la lame ombreuse dans la gorge de son jouet. Car oui, ils demeuraient des jouets, des êtres insignifiants. Elle ne leur devait rien. Elle avait un objectif. Rien de plus. Pas de place pour les remords, pas de temps pour s’apitoyer.
    Et comme pour enfoncer le clou, pour terroriser les deux autres, ou pour prouver quelque chose au baron, elle enfonça la lame noire à plusieurs reprises dans le corps déjà mort. Le sang giclait, sur les mages allongés et captifs. Puis, sur elle, sur ses vêtements, sur son visage et ses cheveux.

    Puis, elle se releva, jetant la lame plus loin dans la pièce. Elle détacha les liens du macchabée, avant de sortir son matériel de nécromancie. Elle disposa ses bougies rapidement, mis la pierre magique sur la poitrine du défunt et récita ses habituelles incantations. Les paupières s’ouvrirent, révélant un blanc immaculé. Elle caressa la joue de sa nouvelle création, lui sourit tendrement et déposa un baiser sur son front.

    - « Tu n’étais rien. Un ver s’agitant parmi les autres vers, cherchant stupidement à se faire une place, dans un monde triste et pathétique. Voilà qu’à présent je t’ai élevé en une créature plus féroce. Et plus agréable à regarder. » dit-elle, en ricanant.

    Puis, elle ordonna à sa marionnette de chair et de sang, de se lever. Elle vint s’approcher de sa création, qui levait les bras vers elle, sous ses ordres. La nécromancienne entoura de ses bras le mort-vivant et se mit à danser dans la pièce, sous les yeux stupéfaits et outrés des deux autres insectes, toujours allongés au sol. Lorsqu’elle mit fin au ballet improvisé, sa créature se rua aussitôt sur les mages. Les directives de la mage noire étaient claires, les anéantir. Les dévorer, arracher leur chair et s’en délecter jusqu’au bout, afin qu’il n’en restât que les os. Le tableau apparaissait horriblement sanglant, un dîner macabre se déroulait dans cette cave, mêlé aux cris bientôt étouffés, laissant place à la longue mastication.

    - « Monsieur, j’espère que le spectacle fut distrayant. J’ai, pour ma part, pris beaucoup de plaisir à le réaliser pour vous. » Déclara-t-elle au baron, en faisant une révérence théâtrale, tandis que son pantin infernal poursuivait son repas sanguinaire et sauvage.

    Elle mettait ainsi fin à cet acte. En espérant que le prochain pût lui apporter les promesses qu’elle espérait tant.

    CENDRES


    I am a mortal, but nothing human inside. What will be left of me when I'm dead ?


    La berceuse d'Isolde
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Vaenys Draknys
    Vaenys Draknys
    Messages : 169
    crédits : 763

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2942-vaenys-draknys-le-prince-dechu-le-baron-roi-de-la-pegre-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2986-entretien-avec-un-vosdraak#25931https://www.rp-cendres.com/t2980-l-histoire-du-prince-dechu#25918
  • Jeu 14 Déc - 21:50
     
    L'épreuve de la Nécromancienne
    Feat. Isolde Malkyn
    Le Baron, tapis dans l’ombre, scrutait avec une grande attention les réactions et les agissements de la jeune femme. Il était certain qu’elle allait mettre fin au misérable jour des trois pathétiques êtres qui gisait devant elle, mais de quelle manière procèderait-elle ? Tant de possibilités s’offraient à elle, que ce soit par l’utilisation de la dague éphémère que venait de lui créer le baron, ou par l’utilisation d’arcane et de magie. Enfin, le Vosdraak n’en avait que faire, tant qu’au final, elle lui prouvait qu’elle était capable de commettre un meurtre, qu’elle lui montrait qu’elle était prête à obéir et enfin, qu’elle usait de sa nécromancie pour montrer au Baron un majestueux spectacle macabre qui ne pouvait que donner satisfaction au prince déchu. Effectivement, durant sa longue existence, Vaenys n’eut que de très rares occasions de contempler de telles démonstrations de pouvoir. Et il le savait, un tel pouvoir ne pouvait que l’aider à accomplir ses futurs projets. Le Baron demeurait encore curieux quant à l’intention d’Isolde à rejoindre la pègre, mais cela, il le saurait bien assez tôt.

    L’être à la chevelure argentée, alors dissimulé face à Isolde, plongeait ses améthystes dans les émeraudes de la jeune femme, se délectant de voir une telle rage dans les yeux de cette dernière. Elle avait envie de lui montrer ce dont elle était capable, de prouver qu’elle pouvait lui être utile et cela, il le remarqua simplement en observant ses prunelles émeraudes. Ce regard si agressif, si terrifiant, elle était en train de détruire la psyché de ses proies. Rien ne lui résistait, elle déchainait son pouvoir sur les trois pauvres hommes qui se roulaient au sol tels de misérables larves. Le Baron, contemplant la scène avec enthousiasme, ne put s’empêcher de laisser un léger sourire s’échapper sur son visage, jouissant de la souffrance qu’Isolde leur causait d’un simple regard. Pour cette première démonstration, le Vosdraak restait pour le moins impressionné, il ne pensait pas qu’une aussi jeune femme détenait un tel pouvoir. Mais ce n’était pas fini, ils n’étaient pas encore morts.

    La créature aux yeux d’améthystes contourna discrètement la scène, marchant d’un pas feutré, tout en observant les pathétiques immondices tenter de se débattre. Il appréciait la vue, tout ce qu’il voyait ne pouvait que le satisfaire. Lorsqu’il arrivât dans le dos d’Isolde, cette dernière brandissait la lame des ténèbres qu’elle avait entre ses douces mains. Le Baron restait stupéfait, les ombres étaient pourtant la principale faiblesse des êtres humains. Pourtant, elle tenait fermement le manche de ce poignard, prête à tuer l’une de ces pourritures humaines. Le Vosdraak observait, il observait la jeune femme s’asseoir sur sa victime, puis lui entailler lentement le visage, faisant ressortir ce précieux liquide écarlate. L’être à la chevelure argentée se déplaça, afin de pouvoir porter ses améthystes sur le visage d’Isolde. Il la dévisageait, étudiant la moindre des expressions qui se dessinaient sur ce si délicieux visage. Un visage d’ange, qui renfermait une véritable diablesse prête à semer le chaos et la destruction dans la petite cave. Sa proie pleurait, essayait-il de quérir la pitié auprès de la nécromancienne. Était-il si stupide ? Si pathétique ?

    Isolde, afin d’abattre une bonne fois pour toute ce pathétique mage, enfonça calmement la lame des ténèbres dans la gorge de l’humain. Elle venait de tuer devant les yeux améthystes du Baron, sans éprouver le moindre scrupule à l’égard de sa victime. Et, comme si cela ne suffisait pas, elle assainit de multiples coups dans le corps du cadavre, faisant gicler le sang du mage tout autour d’elle. Un spectacle magnifique, une scène tout bonnement agréable à observer. Le Vosdraak esquissa un léger sourire, pour une nouvelle fois, montrer son enthousiasme quant aux agissements de la brune. Une fois relevée, Isolde jeta l’arme du crime plus loin dans la pièce, faisant claquer la magie de l’ombre contre la pierre polie qui servait de sol. Le Baron s’éloigna tranquillement de la scène, tout en gardant ses améthystes dirigés sur la nécromancienne.

    La jeune brune disposa ses petites bougies tout autour du cadavre avant de venir y déposer, sur sa poitrine, une pierre magique. Le Vosdraak regardait une nouvelle fois avec attention, chacun des mouvements de la jeune femme semblait être calculé. Elle ne commettait aucune erreur et faisait cela avec rapidité et précision, montrant bien là son expertise dans le domaine de la nécromancie. Elle savait parfaitement ce qu’elle faisait, c’était certain. Une qualité fort appréciable aux yeux du Baron. Les faibles indécis n’avaient pas leur place dans l’entourage du roi de la pègre Reikoise. Les quelques paroles récitées ensuite par la nécromancienne étaient totalement incompréhensibles pour la créature à la chevelure d’argent, qui n’avait vraisemblablement jamais entendu cette langue auparavant. Puis, Vaenys admira le cadavre du mage s’animer, ouvrant ses paupières, laissant paraître un regard vide, dépourvu de toute vie. Il fut dégoûté par la suite, voyant la jeune Isolde déposer un doux baiser sur le front du défunt auquel elle venait de redonner vie.

    Les améthystes du Baron vinrent ensuite se focaliser sur le cadavre réanimé, qui se releva sous les ordres de la nécromancienne. Elle le manipulait telle une marionnette, ce qu’il avait été toute sa pathétique vie, il le l’était encore après la mort. Le Baron ne pouvait qu’en rire, voir un traître qui se pensait plus malin que lui dans un tel état, c’était amusant. Par la suite, le Vosdraak scruta avec stupéfaction le ballet que menait la jeune Isolde avec sa création macabre. Elle semblait heureuse, heureuse de danser avec un cadavre ambulant. La démonstration ne dura que quelques instants, puis elle y mit gracieusement fin, en ordonnant à la créature de se ruer sur les pathétiques êtres humains qui avaient pu observer toute la scène de très près. Le cadavre dévorait ses anciens compères, mastiquant leur chair fraîche, faisant claquer ses dents. Le Baron contemplait ce spectacle avec attention, mais encore plus, il observait l’expression d’Isolde, le sourire malsain qui se dessinait sur son doux visage lorsqu’elle tua de sang-froid ses proies. À la fin de ce spectacle macabre, Isolde fit une révérence théâtrale au Vosdraak, marquant là la fin de cette épreuve qu’elle avait su mener d’une main de maître.

    Le Baron restait à quelques mètres de la nécromancienne, à sa gauche, ne bougeant pas. Il se contenta simplement de réapparaître sans dire un mot, simplement en applaudissant distinctement la jeune Reikoise pour cette magnifique scène macabre qu’elle venait de lui offrir. Il se mit ensuite en marche, tournant autour d’Isolde, la tête baissée vers le cadavre qui bouffait les traîtres. « C’était tout bonnement excellent, jeune Isolde. Pour tout vous avouer, je ne m’attendais pas à vous voir dégager une telle puissance. Vous avez largement surpassé mes attentes, Isolde. D’autant plus que la passion qui vous anime pour la manipulation de la mort est grandiose. » annonça-t-il, ramassant au passage le poignard qu’Isolde avait utilisé pour abattre sa première proie.

    Vaenys s’arrêta face à la belle brune, puis, d’un geste simple, il lui tendit la lame des ténèbres l’invitant à la saisir. Une fois cela fait, il se recula de quelques pas. « Isolde, ouvrez-vous le bras avec cette lame. Prouvez-moi une nouvelle fois votre bonne foi. » demanda-t-il, portant son regard d’améthyste dans les prunelles émeraudes de l’étudiante. « Savoir tuer d’autres personnes sans le moindre scrupule est essentiel dans ce monde, nous sommes d’accord. Cependant, vous ne pouvez pas vous attendre à être intouchable, même sous ma protection. Il faut que vous sachiez encaisser les pires douleurs possibles. » continua-t-il, esquissant un léger sourire malsain. Avant même que la jeune femme eut le temps de faire quoi que ce soit, les yeux de Vaenys se mirent à dégager une lueur intense, d’un magnifique mauve. Des ombres tranchantes commençaient à se former autour d’Isolde, elle était prise au piège, si elle tentait de fuir, elle serait instantanément découpée. « Maintenant Isolde, permettez-moi de vous poser ces simples questions. Qu’est-ce qui vous anime réellement, d’où provient cet éclat scintillant dans votre regard, lorsque vous manipulez la mort ? Pourquoi souhaitez-vous tant vous joindre à la pègre, quel est votre raison de vivre, votre véritable objectif, Isolde Malkyn ? » demanda-t-il, resserrant petit à petit la menace qui entourait la jeune femme. Une seconde épreuve à présent, comment réagirait Isolde sous la menace ? Saurait-elle garder son sang-froid ? Le Baron resserrait cette tempête aussi tranchante qu’une lame parfaitement affûtée, jusqu’à ce qu’elle frôlât Isolde. Elle n’avait plus d’autres choix que d’obéir au prince déchut et de répondre aux questions à présent.

    CENDRES
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Isolde Malkyn
    Isolde Malkyn
    Messages : 245
    crédits : 1085

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2669-isolde-malkyn-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2706-le-grimoire-d-isolde
  • Jeu 21 Déc - 11:05
    L'épreuve de la nécromancienne
    Feat Vaenys Draknys

    La mage entendit les applaudissements du baron, tandis qu’il réapparaissait dans la cave. De toute évidence, le spectacle macabre qu’elle avait offert avait plu à l’être aux iris mauves. Isolde écoutait les commentaires de ce dernier et ne manqua pas de hausser les sourcils, en laissant se dessiner sur ses lèvres, un léger sourire en coin. Tous les qualificatifs employés par Vaenys, quant à son art obscur, ainsi que sa démonstration, surprirent agréablement la brune. En effet, elle ne s’attendait pas à une réaction grandiloquente. Mais évidemment, cela n’était pas pour lui déplaire.

    - « Je vous remercie, monsieur. » dit-elle, de manière faussement humble.

    Après tout, elle savait ce qu’elle valait et elle n’avait pas à rougir de ses talents. Pourtant, lorsqu’il lui tendit la lame sombre, elle comprit rapidement qu’il ne comptait pas s’arrêter en si bon chemin. Tout tableau horrifique et sanglant qu’elle lui avait offert, le baron n’était pas homme à se laisser convaincre aisément. Il fallait donc passer de nouvelles épreuves, afin qu’il pût lui accorder une once de sa confiance. Elle comprenait. Elle avait usé de sa magie contre des inconnus, cela ne prouvait finalement pas grand-chose. Ce que lui demandait le chef de la pègre à présent, consistait à se blesser elle-même. Elle s’était ouverte à maintes reprises les bras, les cicatrices sur ces derniers le démontraient, à quiconque posait ses prunelles dessus. La nécromancienne réalisait ce geste pour un sortilège sombre, lui fournissant de nouveau une quantité de magie nécessaire à se défendre ou attaquer. Mais, elle l’avait fait également par plaisir, pour la douleur ressentie, pour les marques, qu’elle trouvait esthétiques sur sa peau de porcelaine et aussi pour se délecter de cet exquis goût ferreux.
    Toutefois, l’être à la chevelure argentée lui demandait d’effectuer ce geste avec sa lame ténébreuse, la création du maître des ombres. Et celles-ci restaient dangereuses pour l’humaine qu’elle était, elles représentaient sa plus grande faiblesse.

    Pourtant, la brune ne se décontenança pas. Elle saisit la lame sombre, offerte par Vaenys. Elle la retourna contre son bras gauche et en enfonça la pointe, remontant sur son avant-bras. Elle serrait les dents, mais elle ne grimaçait pas. Elle lançait, par défi ou provocation, ses prunelles émeraudes intensément dans le mauve du vosdraak. Tandis qu’elle sentait les ombres danser près d’elle, la jeune femme émit un petit rire.

    - « Inutile de déployer votre force pour me retenir. Je fais cela de mon plein gré. » Dit-elle, en passant le bout de sa langue, sur son bras ensanglanté. « Délicieux. » Ajouta-t-elle, ne lâchant pas le baron des yeux.

    Il souhaitait la tester, il n’allait pas regretter ce qu’elle comptait lui offrir. Elle avait à présent franchi une limite qui ne lui permettait plus de contrôler ses actions, sous le poids d’une morale vaine. Ainsi, par-delà la conception de bien et de mal, elle agissait de manière autonome et sans limites définies. Aucun frein n’était associé à son art.

    Tandis que Vaenys resserrait ses ombres vers elle, Isolde sentait la menace planer sur elle. Elle tentait évidemment de la dissimuler, ne voulant pas paraître faible aux yeux du baron. Elle prenait donc sur elle, même si son cœur battait étrangement vite. Lorsqu’il l’interrogea sur ses aspirations, désirs et motivations, cela eut le mérite d’apaiser l’étudiante. En effet, parler de son art la fascinait et évoquer sa plus grande envie en ce bas monde, lui permettait d’évincer le reste. Elle ne se concentrait plus que sur son objectif.

    - « La nécromancie est un art obscur extrêmement intéressant. Il m’offre la possibilité de défier la Mort, de contourner ses règles. Cela confère un sentiment de toute puissance très agréable à toucher du doigt. » Répondit-elle, un léger sourire en coin. Elle guettait les ombres, sans leur donner trop d’importance. Elle reprit sur sa lancée, répondant à la question suivante. « Votre organisation, monsieur, semble menée d’une main de maître. Ce serait pour moi, un honneur, que d’y être conviée. » Quelques flatteries ne faisaient pas de mal à l’égo du vosdraak. « Par mon art, je sais que je pourrais vous apporter beaucoup. Pour dissuader, ou… plus encore. » Dit-elle, en jetant un regard vers les mages ou ce qu’il en restait. Sa créature avait terminé entièrement son repas, il ne restait que des os. « Comme… Faire disparaître des preuves gênantes. » Dit-elle, malicieusement.

    Alors que le baron libérait la nécromancienne de ses ombres, celle-ci avança vers son pantin funèbre, elle saisit sa main cadavérique et lui ordonna de se relever et d’avancer vers le banc, puis de s’asseoir.
    Elle reporta son attention sur le prince déchu, marchant lentement et gracieusement dans la pièce, réfléchissant à ses mots.

    - « En toute franchise, car je me dois d’être transparente quant à mon objectif, j’aspire à l’immortalité. Je compte y parvenir, avec votre faveur, Monsieur, si je puis me permettre. Je suis à votre disposition, mon art est vôtre. Je ne demande qu’une seule chose, que vous m’aidiez à défier la Mort pour moi-même, grâce à vos contacts et vos ressources. »

    De la sincérité émanait du regard émeraude de l’étudiante. Sur cette question, elle ne jouait pas ni ne trichait. Elle se livrait sur sa plus grande aspiration. Elle espérait que le baron pût consentir à sa demande bien singulière.

    CENDRES


    I am a mortal, but nothing human inside. What will be left of me when I'm dead ?


    La berceuse d'Isolde
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Vaenys Draknys
    Vaenys Draknys
    Messages : 169
    crédits : 763

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2942-vaenys-draknys-le-prince-dechu-le-baron-roi-de-la-pegre-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2986-entretien-avec-un-vosdraak#25931https://www.rp-cendres.com/t2980-l-histoire-du-prince-dechu#25918
  • Jeu 21 Déc - 19:05
     
    L'épreuve de la Nécromancienne
    Feat. Isolde Malkyn
    Le Vosdraak contemplait les actions de la jeune étudiante avec intérêt, voir cette dernière s’infliger elle-même une blessure, avec la lame ténébreuse que lui avait créée le Baron, était si plaisant à observer. C’était encore plus plaisant pour la créature à la longue chevelure argentée de voir la satisfaction qu’affichât la nécromancienne suite à la douleur qu’elle ressentît en l’instant, lorsqu’elle ouvrât délicatement son bras, laissant perler son précieux liquide pourpre, qui coulait le long de son bras. Le prince déchu porta son regard d’améthyste dans les prunelles émeraudes de l’étudiante, qui, malgré la situation dans laquelle elle se trouvait, ne bronchait pas. Aucune peur ne pouvait se lire sur son visage, aucun regret, aucun sentiment d’insatisfaction. Elle lança un regard provocateur au Baron, qui ne put s’empêcher de laisser un sourire se dessiner sur son si parfait visage, admirant l’audace dont faisait preuve Isolde. Vaenys trouvait même l’instant présent excitant, lorsqu’Isolde le fixât tout en léchant langoureusement le sang qui sortait de sa plaie. Elle aussi, avait l’air de profiter de l’instant présent, elle se délectait du goût de son sang, c’était certain. Peut-être aimerait-elle le sang pur d’un Vosdraak ? Et le regard provocateur d’Isolde ne pouvait que plaire au Baron, qui trouvait la scène de plus en plus excitante, voyant la jeune étudiante se plaire dans son vice. « C’est pour le moins, surprenant… » murmura-t-il, n’étant même pas sûr que ses mots arrivassent aux oreilles de la nécromancienne.

    Suite à cela, la nécromancienne, piégée par les ombres dansantes, répondait à toutes les questions sans laisser paraître la moindre forme de mensonge, tous ses dires semblaient vrais et cela, le Baron l’appréciait grandement. Après tout, si l’on veut qu’une relation, quelle qu’elle soit, puisse fonctionner, il faut au préalable instaurer une certaine confiance entre les individus et cela, Isolde semblait être déterminé à le faire. La passion qu’affichait l’étudiante lorsqu’elle parlait de l’art de la nécromancie était tout simplement remarquable, elle parlait de cet art obscur comme si elle le connaissait sur les bouts des doigts. Et grâce à ses connaissances, elle était capable de défier la mort elle-même, pouvant ressusciter brièvement un cadavre, et le contrôler comme une marionnette. Peu de personnes en ce bas-monde pouvait se vanter d’être capable de telle prouesse, d’autant plus qu’il était connu que la nécromancie pouvait à terme, atteindre le physique et la psyché de la personne l’employant, et cela, le Baron ne pouvait que le respecter. Lui-même ne mettrait pas sa propre vie en danger pour pouvoir pratiquer une quelconque forme de magie, préférant se contenter de sa magie des ombres.

    Vint ensuite des compliments sur le Baron et son organisation. En entendant les paroles, Vaenys ne put qu’esquisser un grand sourire sur son visage au trait si parfait, après tout, il appréciait que l’on reconnaisse son génie. D’autant plus que le Vosdraak savait parfaitement qu’il dirigeait le monde du crime organisé d’une main de maître, et, après tout, n’était-il pas né pour diriger ? N'était-il pas venu au monde pour devenir le roi de la plus grande nation au monde ? Bien qu’il n’en eût jamais réellement envie. Et puis, la preuve en était qu’il était doué, cela fait plus d’un siècle que le Baron fut reconnu comme le roi de la Pègre Reikoise.

    En effet, Isolde semblait voir juste, la présence d’une personne sachant maîtriser l’art de la nécromancie et des arcanes devenait de plus en plus important dans la pègre. Isolde était, à l’instar du Baron, capable à l’aide d’un simple regard, de faire plier n’importe quel être à sa volonté. La dissuasion était l’une des armes les plus importantes au sein de la pègre Reikoise, au même titre que l’information en république. C’était grâce à cela que le Baron avait pu évincer toute la concurrence. L’étudiante pouvait également se montrer capable de faire disparaître facilement des preuves, encore quelque chose de bien utile dans les temps qui courent, avec la présence de l’armée impériale au sein de la cité-état. Ainsi, grâce à Isolde, Vaenys Draknys n’aurait plus besoin de se mouiller autant que par le passé, pouvant laisser une autre personne faire le sale boulot à sa place. Heureusement pour la brune, ce n’était pas là l’objectif de l’être à la chevelure d’argent.

    Le Baron, d’un simple geste de la main, dissipa les ombres qui dansaient tout autour de la belle brune, la laissant entièrement libre de ses mouvements, sans la contrainte du cercle des ténèbres. Elle avait su répondre correctement et avec honnêteté aux questions que lui avait posées le Vosdraak, qui affichait par la même occasion un air de satisfaction sur son si noble visage. Cependant, la nécromancienne n’en avait pas encore fini, elle expliqua ensuite la véritable raison de sa présence dans cette cave, elle révélait son véritable objectif. La jeune Reikoise aspirait donc à l’immortalité, et pour cela, elle venait quémander de l’aide directement au Baron. Elle avait bien fait, Vaenys possédait un vaste réseau de connaissances, dont beaucoup d’entre elles étaient capables de venir en aide à Isolde dans sa quête.

    Isolde annonça, sans marquer de pause, qu’elle était prête à se mettre, elle et ses pouvoirs, à la disposition du Baron, ce qui ne pouvait que ravir ce dernier. Après les majestueuses scènes qu’elle venait de lui faire, il n’espérait que ça, de pouvoir la compter dans son cercle restreint. C’était tout ce qu’il avait besoin de savoir pour pouvoir accepter d’apporter son aide à la belle étudiante, d’autant plus qu’il pouvait l’aider sans le moindre problème, lui qui, durant sa vie antérieure, côtoyait les mages les plus puissants du Sekai. Il porta ses améthystes dans les prunelles émeraudes de la jeune femme, contemplant toute la sincérité qui pouvait se lire sur son visage. « Bien. Savez-vous ce que cela veut-dire, devenir immortelle ? » demanda-t-il, reprenant rapidement. « Enfin, je me fiche éperdument de vos raisons, tant que vous faites votre travail correctement, Isolde. J’accepte donc de vous apporter mon aide, en échange de vos services, évidemment. » continua-t-il, commençant à marcher en direction du banc de pierres. « J’ai des contacts qui seraient prêts à vous venir en aide, en échange d’or, évidemment. Pour que mon investissement ne soit pas inutile, je vais donc vous confier quelques contrats, afin de m’assurer de votre bonne foi, et surtout, de votre engagement envers les bas-fonds. » ajouta-t-il, regardant la marionnette d’Isolde avec dégoûts.

    « Peut-être qu’une fois transformée, je pourrai vous enseigner mes connaissances sur la manipulation des ombres. » annonça-t-il, portant ses améthystes en direction d’Isolde. « Venez à ma rencontre dans deux lunes, lorsque le soleil sera à son apogée dans le ciel, devant la taverne du Loup Hurlant. Pour des raisons évidentes, je ne serai pas sous ma forme de Vosdraak. Tout ce que je peux vous dire, c’est que je porterai une pierre d’améthyste autour du cou. » conclut-il, regardant la jeune brune.

    CENDRES
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Isolde Malkyn
    Isolde Malkyn
    Messages : 245
    crédits : 1085

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2669-isolde-malkyn-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2706-le-grimoire-d-isolde
  • Mar 2 Jan - 13:27
    L'épreuve de la nécromancienne
    Feat Vaenys Draknys

    À en croire les réactions du Baron, ce dernier semblait particulièrement apprécier le spectacle offert par la brune. En effet, le sourire de l’homme à la chevelure argentée s’étirait, son regard mauve se faisait plus pénétrant. Évidemment, en comprenant cela, Isolde faisait son possible pour en jouer. S’il était séduit d’une manière ou d’une autre, il se montrerait plus apte à accéder à ses requêtes. La belle n’avait jamais beaucoup de mal à se donner pour obtenir les faveurs d’un homme. Pour autant, là il s’agissait du baron de la pègre, elle devait la jouer fine. Mais pour l’instant, les choses se déroulaient plutôt à son avantage, elle avait bien l’intention de poursuivre sur cette lancée.

    Ce fut donc, naturellement, qu’il accepta de porter assistance à l’étudiante et de l’accompagner dans sa funeste démarche. Il se moquait des raisons l’ayant poussée à un tel extrême et c’était tant mieux. Elle n’avait pas à se justifier. Elle souhaitait simplement accomplir son objectif, avec l’aide de Vaenys. Et s’il était disposé à l’aider, sans poser de questions, cela était encore plus satisfaisant. Cela dit, évidemment, dans le milieu du crime organisé, rien ne s’obtenait gratuitement. Elle allait devoir débourser une petite somme, en plus de devoir aider le baron dans des missions obscures et illégales.

    Isolde acquiesça d’un signe de tête aux paroles du baron. Elle lui avait confirmé précédemment qu’elle restait à sa disposition et demeurait prête à découvrir les rouages de l’organisation secrète et criminelle.
    Lorsqu’il évoqua une éventuelle autre collaboration entre eux, il retint toute l’attention de la mage. Surtout qu’une fois transformée en liche, elle ne craindrait plus les ombres. Bien au contraire, sa faiblesse deviendrait sa force et inversement. Manier les ombres était une magie tout à fait appropriée, et quoi de mieux d’apprendre avec un maître. Isolde saurait être une élève disciplinée et studieuse, afin de perfectionner son art.

    - « C’est un honneur que vous me faites, monsieur. Je serais ravie d’apprendre de vous. » Dit-elle, en s’inclinant légèrement.

    Elle faisait quelques manières, mais elle se doutait fortement qu’il devait apprécier sa servitude, même si cette dernière restait fausse. Elle jouait la comédie, à merveille, comme à son habitude. Il était aisé d’entrer dans la peau d’un personnage, de manipuler et de faire croire à son interlocuteur ce qu’elle voulait. Du moment que leur entente mutuelle n’était pas brisée et que chacun obtenait ce qu’il désirait. Au fond, un petit mensonge ou deux, ne pouvait pas faire de mal.

    Leur prochain rendez-vous fut fixé dans deux lunes, ils se quittèrent alors, Isolde remerciant le baron pour cet entretien. Elle était ravie d’avoir enfin pu avancer dans sa quête personnelle et sceller cet accord, tout aussi sinistre fût il. La nécromancienne sortit avec sa création macabre, qui l'accompagnerait sur le chemin du retour, paisiblement.

    ***

    Deux jours après, il était temps de retrouver le vosdraak à la taverne du Loup Hurlant. Celle-ci était située dans les bas-quartiers de Kyouji et servait, d’après ce qu’elle avait compris, de quartier général de la pègre. En cet établissement, se rencontraient les divers malfrats, concluant des accords dans l’ombre et la débauche. Les contrats se glissaient sous le manteau, sous l’œil grassement payé des tenanciers. Aussi, les autorités corrompues laissaient les trafics en tout genre prendre vie, dans ce petit refuge du crime et du vice.  
    La reikoise était vêtue, comme à son habitude, d’une robe noire et près du corps, rehaussée d’une cape, légère et sombre, ainsi que d’une capuche sur sa tête, afin de masquer quelque peu son apparence. Elle avait délaissé sa parure émeraude, afin d’opter pour des bijoux plus sobres et moins nombreux, seules ses prunelles étincelaient.

    L'épreuve de la Nécromancienne [PV Isolde] Sdey

    Le baron lui avait fait part de sa métamorphose lors de leur précédente rencontre. Elle ne savait pas exactement quelle serait son apparence en ce jour. Ainsi, lorsqu’elle franchit les portes de la taverne, elle chercha du regard l’homme pouvant correspondre à la description légère qu’il lui avait faite. En d’autres termes, un être qui portait une pierre d’améthyste autour du cou. La ténébreuse balayait la pièce d’un rapide coup d’œil, tant de bandits en tout genre semblaient réunis ici. Des fidèles du baron, des hommes de main baignant dans des trafics louches, des complotistes, des hommes perdus cherchant la compagnie de demoiselles de petite vertu. Elle avait bel et bien mis les pieds dans cette organisation vicieuse, dénuée de valeurs morales. Et à vrai dire, cela l’exaltait.
    Cette sensation se révélait dans sa démarche, elle était assurée, fière et charismatique. Isolde n’avait rien d’une petite fille apeurée, qui était entrée dans cet établissement par mégarde. Non. Elle était une femme, déterminée et sûre d’elle, qui se dirigeait vers l’être qui allait contribuer à changer drastiquement sa vie.

    - « Bonjour, monsieur. » dit-elle, d’une voix douce, en se positionnant près du roi de la pègre. « J’ai bien failli ne pas vous reconnaître, sous cette peau. » précisa-t-elle, plus bas. « Heureusement que ceci vous trahit. » ajouta-t-elle, en touchant doucement, du bout des doigts, la pierre d’améthyste.

    Puis, elle ôta la fine capuche de sa tête, passa les mains dans ses cheveux brièvement, pour les remettre en forme. Et enfin, ancra son regard émeraude dans celui du baron.

    - « Dites-moi, en quoi puis-je vous être utile ? »

    CENDRES


    I am a mortal, but nothing human inside. What will be left of me when I'm dead ?


    La berceuse d'Isolde
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Vaenys Draknys
    Vaenys Draknys
    Messages : 169
    crédits : 763

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2942-vaenys-draknys-le-prince-dechu-le-baron-roi-de-la-pegre-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2986-entretien-avec-un-vosdraak#25931https://www.rp-cendres.com/t2980-l-histoire-du-prince-dechu#25918
  • Mar 2 Jan - 20:22
     
    L'épreuve de la Nécromancienne
    Feat. Isolde Malkyn
    Deux jours étaient passés depuis sa première rencontre avec la nécromancienne aux capacités surprenantes. Voyant l’astre solaire s’approcher de son apogée dans les cieux, Vaenys se décida à se métamorphoser directement dans la chambre de l’auberge dans laquelle il logeait. Il prit une forme tout ce qu’il eût de plus banal. Un homme, peinant à approcher le mètre quatre-vingt, d’une carrure svelte. Il possédait une crinière dorée, laissant ses cheveux descendre en jusqu’au niveau de ses épaules. Son regard était d’un bleu azur, reflétant parfaitement la clarté du ciel journalier. Une barbe d’or parfaitement taillée se dessinait délicatement sur son visage meurtri par de nombreux combats à l’épée. Pour ce qui était de ses vêtements, de simples habits de roturier brun venaient couvrir son corps. Cependant, si ces vêtements pouvaient être le signe d’une pauvreté certaine, une pierre d’améthyste, pierre précieuse relativement rare, était implantée sur le pendentif qu’il portait autour de son cou. Ce pendentif était le signe distinctif que la jeune étudiante devait repérer afin de reconnaître le Vosdraak sous son immonde apparence humaine.

    Lorsque le soleil atteignit le zénith, Vaenys, alors sous sa nouvelle apparence, quitta l’auberge dans laquelle il séjournait afin de se rendre dans la taverne du Loup Hurlant. Cette dernière se situait à une rue de l’auberge, de ce fait, le Baron n’en avait que pour quelques minutes avant d’arriver à destination. Il marchait dans les rues de Kyouji, sur les pavés brûlants, sur lesquels les rayons du soleil scintillaient. Il arriva rapidement devant la taverne, celle-ci même qui était le lieu de rencontre de la plupart des pires criminels de la cité-état, voire du Reike et même de ceux venant de République.

    Il y pénétra sans attendre, à son arrivée, ceux qui reconnaissaient la pierre que portait l’être à la crinière dorée s’inclinaient sans attendre. Pour les autres, ils subissaient les jugements des hommes de main et autres pions du Baron. Ce dernier avança entre les brigands et mercenaires présents, qui reprirent le cours de leur conversation. Le Vosdraak alla s’installer à une table qui lui semblait réservée, à l’écart des autres tables, afin d’être au calme pour son entrevue avec la belle étudiante. La femme du tenancier, voyant le Baron arriver, vint jusqu’à sa table afin de lui demander s’il voulait un rafraîchissement. Ce dernier porta ses prunelles azur sur la femme, puis la regarda avec d’un air sévère. « Lorsque la jeune femme à la chevelure de jais sera là, apportez-nous la meilleure bouteille de vin de votre cave. » ordonna-t-il, lui faisant un signe de tête, indiquant à la femme de partir sur-le-champ.

    Un court instant plus tard, la jeune femme, cachée par une cape et une capuche, entra dans la Taverne. Vaenys l’observait, attendant que la nécromancienne ne le repérât. Une fois cela fait, le prince déchu esquissa un léger sourire à l’étudiante qui était en train de se diriger d’un pas assuré vers lui. Lorsque cette dernière vint se positionner près de lui, le Vosdraak laissa un sourire un peu plus insistant s’échapper, il en était visiblement heureux. Il prit un court instant pour lui répondre, voyant la jeune femme poser ses délicats doigts sur la pierre qu’il portait autour du cou. Était-ce un quelconque moyen de séduction afin de s’offrir les faveurs de l’ancien prince du Reike ? Peu lui importait, tant qu’elle se montrait intéressée par le Vosdraak, cela lui était bien égal.

    « Bonjour Isolde. Ravi de vous voir en si belle forme. Ne vous en faites pas pour cela, à vrai dire, il est plus facile d’échapper aux autorités lorsque l’on change d’apparence chaque jour. Étant l’homme le plus recherché par le couple royal, je ne peux pas me permettre de me promener avec ma magnifique apparence de Vosdraak, voyez-vous. Le seul signe distinctif que je porte est cette pierre d’améthyste, qui a l’air de fortement vous intéresser. Sachez que toutes les personnes qui travaillent avec moi sont au courant de ce fait, et vous n’y faites pas exception désormais. » annonça-t-il, portant son regard d’azur dans les prunelles émeraudes de son interlocutrice.

    La femme du tenancier arriva aussitôt Isolde assise, elle n’eut le temps de poser une seule question. Question à laquelle le Vosdraak répondrait bientôt. Elle présenta la bouteille de vin aux deux protagonistes, avant de servir le liquide pourpre dans de magnifiques verres en cristal venant tout droit de la République. Une fois cela fait, elle repartit sans dire un mot, s’inclinant une nouvelle fois devant le roi de la pègre Reikoise.

    « Du vin républicain, venant de Liberty précisément, le meilleur qu’il soit. Je l’ai fait importer de la capitale républicaine peu de temps après mon dernier voyage là-bas. J’attendais une grande occasion pour le sortir. Wulfric m’a dit que vous appréciez le vin, du moins c’est l’impression que vous lui aviez donnée lors de votre dernière entrevue. J’espère pour lui qu’il ne m’a pas menti. Enfin, je tiens à célébrer votre intégration au sein de la pègre Reikoise avec un bon vin, vous êtes des nôtres désormais, Isolde. » annonça-t-il, levant son verre et goûtant au délicieux liquide pourpre.

    Après une première gorgée, puis une seconde, le Vosdraak posa son verre devant lui, puis dévoila ses prunelles d’améthyste, avant de les plonger dans le regard d’émeraude de la nécromancienne. « Comme vous le savez, tout travail mérite récompense. Et la vôtre, c’est l’accession à l’immortalité. » dit-il, souriant légèrement à la brune. « Je vais vous confier quelques missions, menez-les à bien selon mes critères. Lorsque je considérerai que vous m’avez suffisamment aidé, vous déjouerez la mort. C’est aussi simple que cela. J’imagine que si vous avez fait appel à la pègre, c’est que vous êtes déterminée, je ne perdrai pas de temps avec des futilités. Allons directement dans le vif du sujet. » ajouta-t-il, portant désormais son regard sur une lettre posée sur la table.

    Il saisit la lettre, déjà ouverte, et la montra à Isolde. « Voyez-vous, ce cher Monsieur Erneis pense pouvoir se retirer du syndicat du crime en envoyant une simple lettre. Évidemment, il se trompe lourdement, une fois entré dans le réseau de la pègre, on en sort difficilement. » continua-t-il, soupirant légèrement. « Erneis n’a pourtant pas une activité qui m’est très utile. C’est un simple artisan qui fabrique les masques dédiés aux différents gangs de Kyouji. Seulement, il ne souhaite pas honorer sa dernière commande. C’est embarrassant. Votre première mission est donc, dans un premier temps, de découvrir pourquoi il a décidé de rompre ses liens avec la pègre. Dans un second temps, vous lui ferez payer pour sa débilité maladive. Vous trouverez l’adresse sur la lettre. » conclut-il sur ces explications.

    Il enleva la pierre d’améthyste de son amulette, puis l’offrit à Isolde. « Tenez, en signe de votre appartenance à la pègre -et donc à lui-. Comme c’est votre première mission, je vais venir avec vous, mais je serai une présence invisible. Je n’apparaîtrai que si cela tourne mal ou s’il se montre trop bavard. Nous partirons dès que vous serez prête. » annonça-t-il, montrant tant d’impatience à l’idée de voir la nécromancienne en action.
    CENDRES
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum