DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Siame

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
     A l'aventure ! [Libre : Pirates de Brumerive et leurs copains] InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Coeur de Melorn
    Derniers sujets
    Retour par les vents arides | [Enkara] Aujourd'hui à 19:05Kieran Ryven
    Brouillard [Orion]Aujourd'hui à 17:03Orion Yamveil
    Une Mort Silencieuse - PAAujourd'hui à 15:54Arès Wessex
    BahornAujourd'hui à 14:30Bahorn
    Picole... What else ? Aujourd'hui à 14:09Takhys Suladran
    Une oasis en danger ? [PW Takhys]Aujourd'hui à 13:19Takhys Suladran
    Pas d'bol | Pancrace & PerrineAujourd'hui à 12:09Pancrace Dosian
    [Groupe 2] Le Cœur de MelornAujourd'hui à 9:36Vaenys Draknys
    Descente au Marsouin BlancAujourd'hui à 9:14Takhys Suladran
    La ballade du voyageur [ft. Hestia]Aujourd'hui à 0:53Verndrick Vindrœkir
    +3
    Altarus Aearon
    Capitaine Saumâtre
    L'Amiral Bigorneau
    7 participants
    Aller en bas
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    L'Amiral Bigorneau
    L'Amiral Bigorneau
    Messages : 149
    crédits : 1141

    Info personnage
    Race: Elémentaire (Eau)
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3122-l-amiral-bigorneau-fleau-des-oceans-terminee
  • Ven 26 Jan 2024 - 20:29

     A l'aventure ! [Libre : Pirates de Brumerive et leurs copains] PIRRRRATE


    La Lune était haute, les mouettes raillaient encore les alcooliques locaux malgré l'heure tardive et les vagues paisibles frappaient mollement contre les ponts tendus à la hâte entre les planches pourries qui cernaient Brumerive. Pour les forbans de tous bords qui arpentaient le village côtier en quête de nouveaux contrats à se coller sous la dent, une bien belle soirée s'annonçait.

    Au beau milieu d'un océan de rires et de chants grivois ponctués par les bruits sourds de chopes d'acier entrechoquées les unes avec les autres, les pirates de Brumerive fêtaient partout le retour de l'Amiral qui, à son retour de sa quête sur la terre ferme, avait annoncé subitement qu'il avait une grande nouvelle à communiquer à ses compagnons d'infortune. Ne sachant pas encore de quoi il retournait, la plupart des curieux s'étaient agglutinés dans l'une des tavernes les plus fréquentées par Bigorneau, le bouche à oreille aidant, mais la petite salle ne permettait pas d'accueillir tant de mondes et par conséquent, la fête avait inévitablement débordé à l'extérieur, menant d'abord les crapules sur le parvis de l'auberge crasseuse puis enfin à la plage. Une foule de plusieurs centaines d'âmes s'était constitué et les festivités s'étaient naturellement faites aussi joviales qu'à l'accoutumée.

    " 'l'est supposé débouler quand, ce vieux bernacle ?"

    "Qui ça t-il ?"

    "L'Amiral, pardi."

    "Ah, lui ? Oh j'sais pas, on l'entendra sûrement arriver..."

    Les deux fripouilles aux trognes de baudroies sondaient la meute de crapules dansantes et observaient d'un œil amusé les quelques bagarres qui se profilaient déjà ça et là. La plupart des pirates vaguement saints d'esprit du coin considéraient Bigorneau comme un véritable fou furieux, mais il était toutefois admis qu'il avait tendance à ne pas causer pour rien dire alors, quand il débarquait en lançant à qui voulait l'entendre qu'il revenait de ses pérégrinations avec de grandes nouvelles, on l'écoutait d'une oreille attentive.

    Alors que les célébrations s'ensauvageaient un peu du côté de la plage, un grondement profond se fit entendre dans les eaux bordant le sable fin. Dérangés par cette sonorité curieuse, de nombreux badauds cessèrent leurs activités pour se tourner vers les profondeurs, sachant pertinemment ce qu'annonçait une telle perturbation dans les eaux. Accoudés contre les rambardes du Brocher Cramoisi, les deux hybrides à gueule de poiscaille carnassière sourirent et pivotèrent pour jeter un œil à ce vortex mystique qui naissait dans les ténèbres océaniques.

    "Quand on parle du loup..."

    S'extirpant des flots doucement, la silhouette si caractéristique d'un tricorne couvert d'étoiles de mer et de coquillages se manifesta; suivie de près par d'autres gueules plus ou moins patibulaires qui perçaient la surface noire de la mer pour s'approcher des plages. Toujours désireux d'attirer l'attention partout où il allait, l'étrange personnage fit jaillir autour de lui des eaux de véritables trombes supposées réunir les paires d'yeux sur lui et, sans surprise, sa manœuvre ne manqua pas de faire mouche.

    Les Naufrageurs venaient de se pointer avec à leur tête le fameux Elémentaire au teint si merveilleusement bleuté. Marchant paisiblement jusqu'à la plage, la Tête accrochée à son cou comme un simple pendentif, Bigorneau apparut et écarta les bras en espérant obtenir des acclamations de la foule. Son rictus dément s'agrandit lorsque les applaudissements suivirent effectivement son arrivée. Offrant aux siens une révérence faussement distinguée, il bondit sur place pour cogner les talons de ses bottes ensablées l'un contre l'autre, s'imposant comme toujours en véritable bouffon de cette terre d'asile. Prenant une profonde inspiration, Bigorneau plaça ses mains contre ses hanches et hurla à qui voulait l'entendre :

    "MESSIEURS DAMES, L'AMIRAL EST LA !"

    Les personnages illustres avaient rarement pour coutume de s'annoncer eux-mêmes, mais Bigorneau ne s'embêtant déjà pas avec les lois, il n'allait certainement pas respecter les règles de bienséance ! Progressant sur la plage tout en manifestant un tentacule d'eau pour voler une chope de rhum à un insouciant qui passait trop près de lui, il en but une grande rasade puis expira bruyamment, avant de reprendre avec un entrain caractéristique de ses bons jours :

    "Mes amis ! Je vais commencer par aller me décrotter un peu, puis j'vous rejoindrai pour faire cette grande annonce que je vous ai promis ! Amusez vous, profitez de la fête et préparez vous à vous retrouver la tête à l'envers, car vous n'allez pas être déçus du voyage !"

    Fendant la foule sous un tonnerre d'acclamations, il pivota dans une pirouette ridicule et pointa du doigt deux des hommes situés derrière lui. Ces derniers, chargés d'un coffre colossal, balancèrent au signal de l'Amiral l'objet énorme dont le contenu se déversa sur le sable à l'impact. Des pièces d'or, des bijoux et d'autres breloques apparurent devant les yeux ébahis de l'assistance et Bigorneau, qui progressait désormais à reculons, balança finalement :

    "Servez vous et faites vous péter le caisson avec ça ! Ce n'est qu'un maigre échantillon de la fortune sur laquelle nous nous apprêtons à mettre nos griffes !"

    La horde de voyous se scinda, une bonne partie des fripouilles noyées dans leur avarice se jetant sur le trésor avec la ferme intention de s'en mettre plein les fouilles. Applaudissant l'enthousiasme de ses pairs, Bigorneau rit aux éclats puis disparut pour de bon dans ce festif chaos pour se diriger vers la modeste case qui surplombait les plages.

    Explications:
    HO HO HO !
    HO HO HO !
    Capitaine Saumâtre
    Capitaine Saumâtre
    Messages : 85
    crédits : 375

    Info personnage
    Race: Triton
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3178-terminee-sous-l-ocean-sous-l-oceaaaannn-capitain-saumatrehttps://www.rp-cendres.com/t3198-journal-de-bord-sale-chronologie-de-saumatre#27729
  • Dim 28 Jan 2024 - 12:32
    Nageant derrière l'amiral, Saumâtre était aussi curieux qu'excité. Depuis qu'il était revenu avec Altarus et la Tête de son expédition à Benedictus, Bigorneau n'arrêtait pas de parler de sa grande nouvelle à annoncer à Brumerive. Une promesse d'aventure et de richesses qui enchanterait au plus haut point l'ensemble des pirates composant la Flotte sans Nom. Fallait l'avouer, une telle annonce ça donnait envie. Si le capitaine de la Renégate aurait voulu savoir directement de quoi il en était, il n'avait eu aucune réponse à ses questions et simplement ça. Du vague sur une promesse qui plairait à tous. Il aurait pu être frustré, le triton, mais il préféra patienter sagement et laisser cette excitation de l'inconnu prendre le dessus. D'autant qu'en plus, Bigorneau voulait absolument se donner en spectacle.

    Sortant de l'eau juste après son ami et amiral, l'esclavagiste observa les différents visages présents sur la plage. Si une bonne partie semblaient déjà embouteillés, les matelots renégats semblaient tout de même particulièrement joviaux et impatients d'en savoir plus. Puis, lorsque le coffre empli de richesses dégueula sur le sable fin, cette joie de vivre se mua en un véritable torrent d'applaudissements et d'éloges. Des propos particulièrement louangés filèrent sur chef de la flotte, le dressant presque comme un dieu vivant parmi les mortels. Ce qui ne manqua pas de faire ricaner Saumâtre qui avançait derrière l'élémentaire d'eau.

    - Et dire qu'il leur suffit d'un peu d'or pour directement crier au divin. J'sais pas ce que t'as prévu Big', mais j'crois qu'ils vont tâcher leur pantalon vu les réactions qu'ils ont déjà avec cette thune.

    Un nouveau ricanement sortit des lèvres de l'enfant du Récif Noir alors qu'ils s'éloignaient peu à peu de la foule. Derrière eux, les arpenteurs vinrent se mêler aux festivités, surveillés tout de même par Syrtes qui s'assurerait qu'aucun d'entre eux ne vienne croquer un autre marin sous un excès d'allégresse. Après tout, on avait toujours un petit creux lorsqu'on faisait la fête. Quand ils furent assez éloignés de la foule, Saumâtre se rapprocha un peu de Bigorneau, reprenant finalement la parole.

    - Je sais que tu vas attendre le grand discours pour me dire ce qu'il se passe et tout. Mais... Au delà de l'information, c'était comment dans les terres là bas? Dans cette ville de Benedictus? Les gens qui t'accompagnaient, ils étaient comment?

    Oui, l'esclavagiste était curieux. Mais pas uniquement par envie de connaissance. Non, en vérité, il posait ses questions car le capitaine de la Renégate avait clairement vu un avant/après chez son amiral et même s'il lui faisait confiance et bien... C'était un pirate. Aussi il se devait de toujours s'assurer que son ami ne se soit pas écarté de sa voie. Qu'il se soit pas "berrosisé" lors de cette expédition étrange. Ecoutant donc la potentielle réponse de l'élémentaire d'eau, l'esclavagiste vint passer ses mains sur sa nuque, ricanant de plus belle.

    - En tout cas, on peut dire que ça fait du remue ménage tout ça. Promis, si ton annonce fait un bide, je t'accepte dans mon équipage.

    Une énième blague, cachant cependant un soupçon de craintes de la part du triton. Les pirates étaient des esprits libres après tout. Et ce qui pouvait plaire à l'un, pouvait très clairement déplaire à une majorité de poivrots dont le seul but véritable était de se saouler et baiser jusqu'à ce que mort s'en suive. Enfin, ils verraient bien de toutes façons. Ils n'étaient pas non plus du genre à être trop précautionneux les deux pirates. Sinon, l'un ne se permettrait pas d'agir comme il le fait et l'autre n'aurait sans doute pas pactiser avec on ne sait quoi pour permettre à la flotte de devenir plus forte. Mais pour l'heure, Saumâtre se tiendrait aux côtés de Bigorneau. Il l'épaulerait durant son discours et observerait la foule afin de voir ce qu'il en était.

    Et il espérait, au fond de lui, que cette fameuse annonce le motive tout autant que le reste. Car n'y avait-il pas de plus grande espérance que de vouloir obtenir un but commun pour une flotte qui jusqu'à présent n'était même pas parvenu à se nommer elle même?
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Altarus Aearon
    Altarus Aearon
    Messages : 365
    crédits : 2372

    Info personnage
    Race: Humain-elfe
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1914-c-est-l-homme-qui-prend-la-mer-termine#16576https://www.rp-cendres.com/t2080-carnet-de-contact-d-altarus-aearon#17608https://www.rp-cendres.com/t2079-journal-de-bord-du-capitaine-aearon#17606
  • Dim 4 Fév 2024 - 8:08
    Altarus observait l'euphorie qui s'était emparée d'une bonne partie des pirates présents pour cette fête nocturne. Calé à la rambarde extérieure de la taverne du Brochet Cramoisi, il avait observé l'arrivée de Bigorneau. D'ordinaire, l'élémentaire exagérait toujours dans son enthousiasme, surtout quand il était de très bonne humeur, mais là, il décrochait presque le pompon. En même temps, il avait de quoi être des plus joyeux. Après l'avoir accompagné à Benedictus, Altarus avait appris de sa bouche même ce que l'Arbre-Monde lui avait révélé comme réponse à sa question. Et ce n'était pas n'importe quelle réponse… Cela avait été LA réponse. Alors forcément, il y avait de quoi faire la fête et de s'enivrer jusqu'à s'en rendre malade le foie et le reste des tripes. Mais là, personne ou très peu de personnes ne savaient la véritable raison de l'exaltation festive de ce soir, sous une belle lune qui plus était et qui se reflétait en toute beauté sur la surface sereine d'une mer ténébreuse. 

    Sans mot dire, le vieux borgne avait suivi du regard son comparse qui partait se débarbouiller un peu, pour se rendre présentable après avoir fait déverser le contenu d'un coffre monumental qu'il avait amené avec lui et laisser le temps aux pirates avides d'or de se remplir les poches, avec la promesse de richesses plus considérables. Aux côtés du demi-elfe se tenait Frenzo, qui hochait horizontalement de la tête en voyant les fêtards se jeter comme des vautours sur le tas d'or et de bijoux répandus sur le sable.

    "C'est ce qu'on appelle se mettre les gens dans la poche avec son déballage de richesse.
    "Tu as l'air dépité..."
    "Je ne comprendrai jamais ce vieux poulpe. Et je ne comprendrai jamais comment vous continuez à le supporter... Regardez-moi ça. Je ne suis même pas surpris de son... spectacle là. "
    "C'est Bigorneau, il est tel qu'il est. N'oublie pas que lui aussi est un pirate. "
    "Oui mais... vous, ce n'est pas pareil et euh.... merde, je ne sais pas comment le balancer."
    "Nous suivons des voies différentes, et qui viennent à se suivre pour rejoindre un même but, un même objectif. "
    "Mais..."
    "Je comprendrai que tu n'adhères pas à mes choix récents, Frenzo. Tu as toujours été un homme loyal, un Second comme jamais je n'en ai eu. Tu as plusieurs fois eu l'opportunité de refaire ta vie, et tu es toujours resté dans mon sillage. Et cela, je peine encore à le comprendre, malgré mon expérience et ma longévite. "

    Pourtant, le demi-elfe savait pourquoi Frenzo acceptait toujours de demeurer avec lui. Il préférait se garder une part silencieuse quant à ce fait. Si un jour, son Second venait à demander à partir, il ne cherchera pas à le convaincre de demeurer à ses côtés. Il l'aidera même à démarrer au mieux sa nouvelle existence. Frenzo était humain également. Le Capitaine sera encore de ce monde quand il rendra son dernier soupir...

    Frenzo se gratta l'arrière de la nuque, ne sachant comment répondre à cela. Pendant qu'il cherchait que dire, il regarda les joyeux festifs qui s'agitaient en tous sens pour ramasser le trésor offert par Bigorneau.

    "Hé ! Mais il y a des hommes à nous dans le tas ! Capitaine, est ce que je..."

    Altarus tendit son oeil valide vers la nuée remuante. Il repéra quelques marins de la Corvette.

    "Tant qu'ils ne provoquent pas de rixes ou qu'ils n'en viennent pas à se battre... Il faudra veiller à ce que cela ne provoque pas de jalousie une fois revenu à bord... "Il tourna sa tête vers l'humain. "Une répartition égale entre tous les membres d'équipage serait de mise, ne crois tu pas ? "
    "En effet, mais il faudrait que je sois dans tout ce brouahah et que je joue des coudes."
    "Vois cela comme une opportunité. Un bon moyen de te défouler aussi. Enfin... juste ce qu'il faut. "

    Le Second eut soudain un très large sourire.

    "Faut pas me le dire deux fois Capitaine. Je surveillais nos hommes et peut-être, que j'en profiterais pour faire chier quelques connaissances. "

    Altarus aurait pu sourire à l'enthousiasme de son subalterne, le regardant se précipiter vers la nuée. Il porta son regard vers la direction prise par Bigorneau pour rejoindre son cabanon. Il se rappela la conversation qu'ils avaient eue en tête-à-tête. À voir comment les pirates poussés à la fête et à l'alcool comprendront son discours. Abrutir les esprits avec de la boisson coulant à flot, d'accentuer la soif d'aventure et de trésors avec son déballage de richesse, de tantôt étaient des méthodes vieilles comme le monde et employées par des armateurs ou des capitaines sans qu'ils soient pirates. Bigorneau était rusé, malgré ses frasques et ses attitudes extravagantes comme brutales. Il avait des cartes en main, pour ses coups d'avance. Altarus ne serait même pas surpris d'en être une d'ailleurs.

    Oui, il n'oubliait pas sa grande conversation avec Bigorneau...


    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Capella Tiamat
    Capella Tiamat
    Messages : 135
    crédits : 808

    Info personnage
    Race: Sirène
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre Mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1311-https://www.rp-cendres.com/t1494-https://www.rp-cendres.com/t1385-
  • Lun 5 Fév 2024 - 10:03
    Il n'y a que là où les pirates règnent que les fêtes sont si folles. Capella, assise dans le sable près d'un feu de camp, sirote l'eau d'une noix de coco en même temps qu'elle tient les comptes pour le petit groupe de charognards qui l'entoure. Elle n'avait eu aucune difficulté à s'intégrer aux habitués du coin dès son arrivée, et s'était déjà fait une place parmi les rapaces les plus cupides de Brumerive. Alors que la soirée approchait son apogée, elle et ses "nouveaux amis" observaient une tablée de bons vivants, et faisaient des paris sur leur degré d'ivresse. Qui s'effondrerait en premier ? Qui serait le dernier à tenir debout ? Qui boirait le plus ? Chaque convive avait été affublé d'un sobriquet plus ou moins lié à son apparence physique, et c'est ainsi que les vautours du feu de camp d'à côté théorisaient allègrement sur l'endurance de "Barbe Verte", la gourmandise de "Jambe De Bois" ou les nombreuses pauses pipi de "Bandana". Un passe-temps aussi divertissant que lucratif, qu'elle appréciait déjà quand elle vivait près de Kaizoku. Enfin, elle n'avait pas vraiment le temps de se sentir nostalgique, étant plus que bien occupée depuis qu'elle avait placé sa nouvelle base dans les Mers du Nord.

    La sirène avait mis en pause ses projets personnels pour venir ici, et cela pour deux raisons. Tous les malfrats de la côte Sud parlaient du retour de l'Amiral Bigorneau, et sa curiosité n'avait pu qu'être titillée lorsqu'en se renseignant, elle avait appris qu'il préparait une annonce importante. Mais au-delà de l'appât du gain, Capella voulait également voir cet Amiral de ses propres yeux pour confirmer ses doutes sur un autre sujet. Un sujet lié à son passé, non pas en tant que Capella, mais en tant que Hiran, sa première itération sur le Sekai, vieille de plusieurs siècles. Ce Bigorneau, était-il le même qu'elle avait connu dans sa vie d'avant ? Si oui, alors le nom de son navire, qui revenait régulièrement à ses oreilles depuis son débarquement, n'était pas une coïncidence. Quoiqu'il pourrait aussi être un de ses descendants, ou un autre être réincarné…

    Elle est tirée de ses réflexions par l'arrivée sensationnelle du fameux Amiral. En voilà un qui savait mériter les chopes levées et les joyeuses interjections qui lui étaient adressées. Les yeux vissés sur le bruyant personnage, elle ne se rend pas compte de la taille du sourire qui étire lentement ses lèvres alors qu'elle profite du spectacle.

    C'est lui.

    - Merde, on a perdu Bandana et Gueule de Bouc !

    L'exclamation écœurée de son camarade arrache quelques grognements à l'assemblée - en voilà deux qui n'ont pas résisté à l'appel du coffre qui venait d'être balancé sur la plage. Les yeux bicolores de la sirène quittent enfin l'élémentaire qui s'éloigne, pour scruter les richesses qui ornent le sable et sont déjà arrachées entre mains, crochets, pinces et autres appendices. Une part d'elle est tentée de rejoindre la mêlée, mais cela reviendrait à abandonner sa mise - une perspective qui fait que ni elle ni son groupe ne cède à la tentation. Non seulement ils connaissent déjà la couleur des pièces qu'ils convoitent dans leur petit jeu, mais en plus, ils pourraient bien bénéficier de l'enrichissement des autres s'ils parvenaient à leur faire miser les miettes qu'ils étaient allés picorer. Le doyen des rapaces intime aux déçus de garder à l'œil les convives égarés, au cas où ils reviendraient à leur table plus tard. Les convives qu'ils guettaient avaient doublé en nombre, et il fallut se décider sur les surnoms des nouveaux arrivants.

    Tous n'oubliaient pas non plus l'avantage décisif que deviendrait le fait d'être resté sobre spectateur des festivités. Quand l'ivresse apporterait sommeils profonds et gueules de bois, quand l'euphorie ambiante diminuerait plus encore la vigilance des simples d'esprit, alors viendrait leur propre petite heure de gloire.

    Mais d'abord, continuons de nous enrichir sur celle de Bigorneau, pensaient-ils tous en chœur.

    CENDRES


     A l'aventure ! [Libre : Pirates de Brumerive et leurs copains] Ypnq
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Erwin Staal
    Erwin Staal
    Messages : 181
    crédits : 470

    Info personnage
    Race: Humain/Oni
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3223-erwin-staal-terminee
  • Lun 5 Fév 2024 - 18:11
    A l'aventure !
    Feat. Les Pirates
    Durant une magnifique journée d’automne, je m’étais rendu à Brumerive à la recherche d’un nouveau contrat de chasse. Effectivement, comme je l’avais déjà annoncé à Bigorneau par le passé, je comptais devenir un brave pirate, une fois mon enquête sur la fameuse personne qui me recherchait terminée. Enfin, je me disais que, peut-être, en voyageant en mer, je pouvais en apprendre plus sur ce fameux guerrier Oni qui me traquait depuis presque quatre longues années maintenant. Étant un être solitaire, je m’étais installé à l’une des tavernes de Brumerive qui bordaient la plage, écoutant les conversations des autres ivrognes, attendant peut-être d’entendre parler d’une chasse aux monstres ou autres.

    Mais, non, en une après-midi, je n’avais rien entendu de tel. Cependant, l’un des hommes avait parlé du retour de l’Amiral, avec une grande nouvelle qui plus est. Apparemment, son retour se ferait le soir même, sous l’astre d’argent et, sur les plages de Brumerive. Évidemment, je n’allais pas manquer une occasion de revoir l’Amiral, peut-être que lui, il avait un contrat à me donner ou autre. De toute façon, le connaissant, il allait bien me trouver une utilité, enfin je l’espérais. Bref, toujours installé à la taverne, je décidai d’attendre que la nuit tombe et ensuite, d’aller me poser sur la plage, attendant l’apparition de l’élémentaire d’eau.

    La nuit tombée, j’observais les pirates aux alentours et parmi eux, je reconnus une tête qui me semblait familière. Enfin, ce n’était certainement que mon imagination. Durant plusieurs minutes, j’étais plongé dans mes pensées, jusqu’à ce que l’élémentaire nommé Bigorneau daignât sortir de l’eau sombre, en compagnie de quelques-uns de ses amis. Un en particulier attirait mon regard, parce que, je ne l’avais encore jamais vu. Bon, d’un côté, je n’étais allé qu’une seule fois sur la Ginette, je n’avais pas forcément vu tout son équipage.

    L’Amiral, une fois sorti de l’eau, annonça qu’il allait se nettoyer avant de faire son annonce, mais au moins, il avait eu la générosité de laisser un coffre rempli d’or à la disposition des autres. Un avant-goût de ce qu’il y avait à gagner d’après lui. Habituellement, je serais sceptique, mais il fallait bien admettre que l’Amiral voyait les choses en grand. Alors oui, s’il y avait de l’or à se mettre sous la main, je serais forcément de la partie.

    Je décidais de ne pas prendre part aux festivités. Habituellement, je buvais comme un trou, mais pas ce soir. S’il avait une annonce vraiment importante à faire, je tenais à avoir toute ma tête et puis, Carnage était de cet avis aussi, bien évidemment. Même si, la plupart du temps, c’était lui qui m’insistait à boire, bah pas ce soir. J’en étais étonné moi-même, mais bon, notre relation avait tout de même bien évolué.

    - Ah, Erwin, que penses-tu que ton ami va nous annoncer aujourd’hui ? Une chasse à la bête mythique ? Une île remplie de trésor, mais gardée par un dragon ?

    - Je ne sais pas, on va simplement attendre encore un peu et après, on verra ce qu’il a à dire. Je dois avouer que je suis assez impatient, même si, tu me connais, la patience est une des rares qualités que je possède.

    - Oui, t’as pas vraiment le choix en même temps. Tu voudras qu’on essaye ce…

    - On verra Carnage, chaque chose en son temps. Si la mission nous le permet, oui.


    - Me coupe pas petit connard ou je fais tourner ta mère dans la taverne des pirates. Elle va être bien avec des tentacules dans la...

    - Arrête toi là, j'ai compris.

    Toujours aussi agréable ce démon, n’est-ce pas ? Enfin, pour l’heure, j’attendais avec impatience l’annonce de ce cher Amiral. Tant de questions se posaient simultanément dans ma tête.
    CENDRES
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Eustache le Boscambusier
    Eustache le Boscambusier
    Messages : 17
    crédits : 384

    Info personnage
    Race: Hybride (Homard)
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3213-hrriiiiiiiiiiiiii-eustache-le-boscambusier-termine
  • Dim 18 Fév 2024 - 15:28
    L’ancre reposée contre le buffet, Eustache, fidèle boscambusier de notre cher amiral, vaquait à ses occupations les plus importantes. Il gérait la bouffe. Parce-que bon, on a beau être pirate, libre, cruel, pillard, violeur et tout ce qu’on veut, il y a quand même des choses que l’on respecte sur les mers. Et les provisions, ça en fait partie.

    Autant l’alcool coule à flot avec les tonneaux mis en perce à grand renfort de pinces, autant la bouffe, ça se mesure, ça se prépare et ça se fait bien. Il ne sera jamais dit, Eustache vivant, que Brumerive ne savait pas faire la fête et rien de tel qu’un festin pour ça. Eustache se sentait chez lui ici, pas de jugement sur sa carapace rouge, les riverains des côtes comprenaient qu’il ne savait pas parler, qu’il avait ses petits défauts lui aussi. Ils arrivaient à lire dans ses grands yeux noirs miroitants ses émotions, déchiffraient sans trop de peines les sons vibrants qu’il produisait en frottant le rostre qui lui servait de nez avec ses pédipalpes.

    Heureusement, les derniers pillages avaient été couronnés de succès, les coffres débordaient de richesses dérobées aux pauvres proies des écumeurs et les calles débordaient de prisonniers et de vivres, parfois des deux.

    Boucher paisible, cuisinier talentueux, il avait pensé a préparer plein de petits plats. Qu’il s’agisses de salades d’algues agrémentées de citrons, de fricassées de légumes sans parler de toutes les préparations que l’on pouvait faire avec des œufs de poissons. Il y avait par-ci par-là des coquillages, à manger crûs ou qui étaient cuits, des homards, nourriture du pauvre qui s’avérait pourtant terriblement goûteuse une fois bien préparée. Certains auraient pu trouver ça étrange qu’un hybride homard colossal ne serve ses congénères les plus sauvages à manger, mais ceux qui connaissaient Eustache savaient bien que ce genre de pratiques était la moins troublante.

    C’était joyeusement qu’il avait enlevé la peau d’un des captifs de Brumerive, ne prenant même pas la peine de l’assommer pour limiter la douleur, voir de tout simplement l’égorger afin de travailler en paix. Non, fin gourmet, Eustache avais découvert tout naturellement que les humains, comme beaucoup d’autres créatures, sécrétaient quelque chose dans leurs chairs quand ils souffraient. Parfois, ça gâtait la viande, comme pour le bétail, où du coup une mise à mort rapide et sans douleur était préférable. Autant, chez les humains, cette étrange substance donnait un côté euphorisant à la viande, surtout celle de la cervelle. Le goût de la peur peut-être ? Ou au contraire, celui du cerveau qui se berce d’illusion pour mieux gérer l’horreur ? Qu’importe en vérité, il expérimentait dans ses petits plats.

    Le ventre évidé et les organes les moins nobles réduits à l’état de viande hachée qu’il bourrait dans les boyaux pour en faire des saucisses qu’il faisait griller avec une minutie particulière. Eustache avait bourré la cavité abdominale du prisonnier avec un mélange de légumes et de cervelle. Les côtes avaient été sectionnées, à grand renforts de pince, au niveau de leurs attaches avec la colonne vertébrales et n’attendaient qu’à être saisies pour être mangée. Les cuissots, avaient été séparés des hanches, désossé, il avait préparé les jambes comme un rôti de porc ficelé, à cuisson lente afin qu’elles restent juteuses.

    Sans parler des friandises préférées de nombreux de ses comparses anthropophages, les doigts, orteils et oreilles, frites dans de l’huile qui devenaient de véritables petits amuses-bouches aussi savoureux que croquants.

    Cependant, connaissant les sensibilités de chacun, il préparait aussi d’autres animaux, du porc, du mouton et j’en passe afin que tout le monde puisse profiter de la générosité et surtout, puisse être témoin de la richesse du capiral qui les avait rassemblés icelieu.

    Et c’est donc tout naturellement qu’Eustache attendait paisiblement que Bigorneau n’explique pourquoi il avait rassemblé tout ces personnages. Proposant à Saumâtre un petit plateau de rouleaux aux œufs de poisson, avec quelques doigts en guise d’amuse-bouche.
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    L'Amiral Bigorneau
    L'Amiral Bigorneau
    Messages : 149
    crédits : 1141

    Info personnage
    Race: Elémentaire (Eau)
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3122-l-amiral-bigorneau-fleau-des-oceans-terminee
  • Sam 24 Fév 2024 - 22:45
    "Comment c'était ? Comment c'était..."

    Tout en effectuant de grandes enjambées pour grimper la côte faite de sable qui le séparait encore du perchoir où il désirait se rendre, Bigorneau fit mine de réfléchir un instant pour se réimprégner des souvenirs de son voyage extraordinaire et les mémoires de cette aventure aussi folle que brève ne tardèrent pas à lui revenir. Tournant la tête sur le côté, il réalisa qu'ils avaient été suivis par Eustache qui, malgré sa stature plus qu'imposante, parvenait encore à le surprendre de par son étonnante furtivité.

    "Bigre ! Eustache ! Fais au moins un clic ou deux quand t'arrives, tu m'as fichu une frousse bleue."

    Se remettant vite en selle, Bigorneau agrippa une rambarde branlante qui longeait quelques marches séparant la plage et le cœur de Brumerive et alors qu'il les gravissait quatre à quatre, il répondit non sans un soupçon de nostalgie aux interrogations de son second, ce avec un enjouement qu'il ne prenait évidemment pas la peine de cacher :

    "Franchement, y'avait un sacré gratin. Déjà l'Docteur, pour commencer. Tu sais, c'est l'Démon avec lequel j'ai pactisé pour nous fournir de l'armement et d'la poudreuse. Je t'en ai parlé ? J'sais plus. Un bon gars, en tout cas. 'Fin "bon"... tout est relatif, ça reste une engeance diabolique. Il m'a présenté au Baron. Pas n'importe lequel, le VRAI Baron. Le "Prince Déchu du Reike", comme on l'appelle. Nan vraiment, du beau monde hein."

    Une fois au sommet de l'escalier, Bigorneau fit volte-face et compléta son explication en étirant son dos que le voyage en mer avait bien fatigué :

    "Pis y'avait un autre Démon, un genre de gros machin avec plein d'yeux. 'M'a gonflé celui-là. Y'avait tout un tas d'autres gens, dont une minette borgne sacrément jolie et une blondasse pas vilaine pour un sou non plus. Franchement, j'en ai oublié la moitié. Y'avait Altarus, la Tête, d'ailleurs 'faudra qu'on cause tous les trois je crois pas que t'ais causé régulièrement avec Altarus ? Il est dans la flotte, désormais. Bref, c'que j'ai retenu, c'est la conclusion et c'est précisément ce que je m'apprête à révéler aujourd'hui. Tiens, montez avec moi les gars, vous serez aux premières loges."

    Alors que la fête battait son plein et que les aventuriers de tous bords se rassemblaient sur les plages de Brumerive, les pirates rassemblés en trio continuèrent quant à eux leur ascension en longeant les abords de Brumerive, ce qui les amena à l'une des cases de Bigorneau, à savoir une bien modeste cabane équipée du strict nécessaire de survie et d'hygiène. Incapable de passer trop de temps à terre, l'Amiral ne s'encombrait que de peu et n'avait aucun goût particulier pour la décoration d'intérieur, aussi les cabanons dans lesquels il se reposait occasionnellement paraissaient tous plus décrépis les uns que les autres.

    Une fois à l'intérieur du cabanon, Bigorneau balança son épais manteau sur une chaise et matérialisa via une bassine d'eau abandonnée un tentacule d'eau qui vint saisir une bouteille de rhum. Claquant des doigts, il usa de l'excroissance générée par magie pour jeter la bouteille en direction de Saumâtre et d'Eustache, puis déboutonna sa chemise crasseuse qu'il retira avec empressement, révélant ainsi de nombreuses plaies suturées que son second reconnaissait aisément car c'était lors de leur dernière bataille menée contre les Limiers qu'il les avaient subi. Pas prude pour un sou, il se débarrassa également de son froc troué et se balada ainsi à moitié à poil dans sa loge, sans cesser ses explications :

    "C'que j'vais dire va marquer un tournant dans notre histoire, les gars. J'ai pas besoin de vous dire que je compte sur votre soutien, je sais que je l'ai déjà."

    Visiblement très pressé d'en finir avec la toilette, il s'en chargea de la façon la plus sommaire qui fut en se contentant de flanquer ses paluches dans une bassine pour se jeter un peu d'eau à la face, puis s'arrosa sans conviction des avant-bras aux coudes en se frottant un peu pour faire bonne mesure et pour se défaire d'un peu de sable. C'était franchement peu efficace, mais cela ferait l'affaire. Après s'être un peu paumé dans son foutoir, il retrouva enfin le coffre dans lequel était entreposé son linge "propre" et claqua des doigts pour jouer une fois encore de sa magie, ce afin de retirer l'excédent d'eau de son épiderme. Par cet geste, une sphère aqueuse fut matérialisée puis jetée par la fenêtre sans plus de cérémonie.

    "Bon, j'me sape et on y va. Saumâtre, tu peux gueuler un coup dehors pour attirer l'attention ?"

    Le concerné obtempéra et Bigorneau ouvrit son coffre à fripes pour constater non sans surprise qu'il n'avait plus aucune chemise à se mettre. Pas de bol, mais rien d'essentiel. Après avoir hésité un très court instant, l'Amiral récupéra un grand manteau blanc, doré rouge et -étrangement- plutôt présentable et se le balança sur les épaules. Tapotant le dos du gros crustacé qui l'avait observé sans mot dire -logique, puisqu'il était muet- et il sortit enfin de sa tanière après avoir passé une main dans ses cheveux azurés.

    Enfin à l'extérieur, il s'avança tel un roi s'apprêtant à annoncer à son peuple une nouvelle doctrine et lorsqu'il vit toutes les têtes se lever en sa direction depuis son perchoir, il laissa un sourire carnassier apparaître sur ses vilaines lèvres. Inspirant à pleins poumons, il hurla à s'en arracher les cordes vocales :

    Ultime Révélation:

    "MES AMIS ! ECOUTEZ-MOI !"


    Après s'être assuré d'avoir monopolisé l'attention, l'Amiral leva une main au dessus de sa tête et les réserves d'eau accumulées dans les tonneaux autour de lui vinrent répondre à son appel pour former au dessus de sa tête un titanesque arbre constitué d'eau maintenue en place par magie. Son rictus vint s'agrandir encore et il entreprit d'effectuer sa fameuse annonce :

    "Vous n'êtes pas sans savoir que j'ai récemment fait le choix de me rendre jusqu'aux racines de l'Arbre-Monde. Vous vous doutez bien que je me moque éperdument du sort d'un chêne vaguement magique mais j'ai flairé la bonne affaire alors Altarus, Sir la Tête et moi-même; nous nous y sommes rendus en compagnie de quelques fripouilles. Lorsque nous nous sommes enfoncés dans les galeries souterraines, nous avons eu la mauvaise surprise de faire face à deux engeances diaboliques ayant subtilisé les traits du couple Impérial..."

    L'Arbre d'eau se déforma et l'énorme structure aérienne se scinda en deux pour former dans les airs des portraits pour le moins fidèles des deux figures à la tête de l'Empire. Avec ce même enthousiasme, Bigorneau continua son récit :

    "Fort heureusement, grâce à mon génie stratégique et à l'intervention -pas nécessaire mais appréciée- de quelques compagnons, JE suis parvenu à tirer tout le monde de ce mauvais pas en détruisant les deux créatures, ce afin d'obtenir un accès direct aux racines de l'Arbre-Monde !"

    L'eau reprit une forme sphérique, puis se changea en une véritable tornade avant d'adopter sa forme finale, celle d'une poignée d'îles vers lesquelles se dirigeaient d'innombrables navires.

    "...Et lorsque j'ai mis la main sur l'une d'entre elle, l'Arbre m'a remercié personnellement de l'avoir sauvé en m'offrant une vision. Le choix m'appartenait, et devinez lequel j'ai fait ?"

    Dans la foule, plusieurs forbans mirent leurs paluches en entonnoir et hurlèrent leurs hypothèses :

    "Où trouver les plus belles filles d'joie du Sekaï !"

    "De l'or ? Une carte au trésor !"


    Secouant sa main pour indiquer que le public chauffait mais qu'ils n'avaient pas tout à fait mis le doigt sur la réponse, Bigorneau reprit :

    "Pas loin, mais pas du tout, bande de débiles. J'ai ordonné à l'Arbre de me révéler comment raviver la flamme de la piraterie sur le Sekaï, voilà c'que j'ai fait !"

    Il y eut un bref silence, puisque peu de crapules comprenaient ce qu'impliquait une telle révélation, mais l'entrain qui enveloppait globalement l'assistance permit aux acclamations de reprendre le dessus sur le léger malaise.

    "ET L'ARBRE M'A RÉPONDU ! Il m'a montré lors d'une vision ces îles mystérieuses que vous voyez ici et m'a dit :

    Regarde au-delà des mers connues, là où les légendes et la réalité se confondent. Trouve ce Sanctuaire Oublié, une île cachée de brumes éternelles, gardienne des mystères de la piraterie ancienne."


    L'annonce enfin conclue, Bigorneau croisa les bras et ajouta :

    "Vous savez ce que signifie un tel signe du destin, camarades ? Il signifie que nous avions raison depuis le début. L'Arbre-Monde, source d'une magie plus ancienne que ne l'est le monde, nous encourage à mener notre quête d'absolue liberté envers et contre tout. Les pirates sont et resteront les seuls êtres libres de ce monde en ruine ! Faites fi des lois, ignorez les chiens qui veulent injustement vous gouverner et rendons au pavillon noir sa superbe d'antan !"

    Bigorneau tira son sabre et le leva bien haut, provoquant l'explosion du tableau aqueux qui se fissura subitement dans une détonation massive. Cela fit s'abattre, l'espace de quelques instants, un semblant de pluie sur la tête des spectateurs.

    "Celui ou celle qui parvient à mettre la main sur la moindre information concernant ces îles sera grassement récompensé ! Lorsque nous saurons où nous rendre, nous mènerons une expédition et nous mettrons nos griffes sur ce trésor qui, j'en suis sûr, nous offrira l'ascendant sur nos ennemis, CES FOUTUS RÉPUBLICAINS !"

    La plupart n'avaient absolument rien pigé à ce que venait de dire l'Amiral, mais la simple évocation d'une attaque menée contre la Nation Bleue suffit à déclencher une seconde vague d'engouement. Des centaines de sabres furent tirés à leurs fourreaux et des cris grivois se mêlèrent aux rires et aux rugissements bestiaux.

    Fier comme un coq, l'Amiral abaissa son arme et se pencha vers Saumâtre pour lui murmurer :

    "Tu vois ? Pas d'bide. Ils ont pas tous saisi, mais ils ont l'esprit."

    Après un clin d'oeil adressé au crustacé et à son second, il s'engagea dans l'escalier et redescendit vers la foule.
    HO HO HO !
    HO HO HO !
    Capitaine Saumâtre
    Capitaine Saumâtre
    Messages : 85
    crédits : 375

    Info personnage
    Race: Triton
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3178-terminee-sous-l-ocean-sous-l-oceaaaannn-capitain-saumatrehttps://www.rp-cendres.com/t3198-journal-de-bord-sale-chronologie-de-saumatre#27729
  • Dim 25 Fév 2024 - 15:51

    Marchant aux côtés de Bigorneau, Saumâtre retint un ricanement amusé lorsque l'amiral se retourna pour interpeler Eustache. Le crustacé avait été incroyablement discret, surtout compte tenu de sa taille et son poids. Tout sourire, le triton écouta ensuite ce que lui déclara le grand patron de la flotte sans nom.

    - Ah ouais, il y avait effectivement un sacré paquet de personnes. Il repensa alors à Altarus. Ca me dérange pas qu'il fasse partie de la flotte. C'est un très bon capitaine et ses hommes l'apprécient. Il a sans doute une vision proche de la notre enfin... Quand il cherche pas à avaler les couleuvres des tritons d'Aquaria. J'espère qu'il est pas rancunier, aussi.

    Etirant un large sourire, l'enfant du Récif Noir suivi ensuite Bigorneau dans sa case et attrapa avec impatience la bouteille d'alcool qui lui fut envoyée. Enlevant le bouchon, le pirate laissa ensuite le liquide alcoolisé glisser dans sa gorge et après quelques gorgées, déposa la bouteille dans la main "normale" d'Eustache.

    - C'est qu'il est délicieux ce rhum. C'vraiment une occasion spéciale pas vrai?

    Observant les plaies qui recouvraient le corps de Bigorneau, Saumâtre sentit en lui une pointe de colère fuser alors qu'il se remémorait l'affrontement passé aux côtés de son amiral. Des enfants de viols les républicains. Tous autant qu'ils étaient. Revenant à ses pensées alors que son père adoptif évoquait son soutien, Saumâtre se contenta d'un signe de tête approbateur. Effectivement, il n'avait pas besoin de confirmer quoi que ce soit. Les actes parlaient d'eux même. Et bien qu'il pouvait y avoir des désaccords entre eux, notamment sur les efforts déployés contre Aquaria, Bigorneau savait que la loyauté du capitaine de la Renégate lui était acquise. Tout du moins, tant qu'il ne faisait pas n'importe quoi. Des pirates restaient des pirates après tout.

    Ne pouvant retenir un rire franc lorsque Bigorneau à moitié à poil lui demanda d'attirer l'attention des zouaves qui se trouvaient sur la plage, le triton acquiesça avant de se diriger sur le balcon. Observant Brumerive de ses pupilles fendues, Saumâtre prit une profonde respiration avant de finalement beugler à qui pouvait bien l'entendre.

    - OKKAAAAYYY ON ARRETE DE S'ENTRE-SUCER QUELQUES INSTANTS LES FILLES! VOUS LE VOULIEZ, VOUS L'ATTENDIEZ? VOICI EN EXCLUSIVITE LE SEUL, L'UNIQUE, LE BEAU GOSSE TOUT BLEU... J'AI NOMME L'AMIRAL BIIIIIIIGORNEEAAAAUUUUUUUUU.

    Il n'avait pas cherché à s'étendre, ni à spécifiquement être poète ou séducteur. Le but, c'était juste de beugler suffisamment fort pour que malgré l'alcool et les cris de filles peu farouches, l'assemblée puisse détourner son attention suffisamment longtemps vers le cabanon pour que Bigorneau puisse énoncer ce qui devait être dit. Alors, quand l'amiral débarqua avec son manteau, Saumâtre ricana doucement et se plaça sur le côté, un coude posé contre le rebord. Après tout, lui le premier souhaitait savoir de quoi il était question.

    Et quel spectacle! Manipulant l'eau avec brio, Bigorneau commença son discours en dessinant dans les airs des figures suffisamment équivoques pour que malgré leur cerveau ravagé la plupart des personnes puissent comprendre ce qu'il voulait dire. L'arpenteur quant à lui montra un intérêt particulier pour le discours de sa figure paternelle et écarquilla les yeux tandis que les propos continuaient. Quelque part, le triton regrettait de ne pas être venu avec l'amiral vers l'Arbre-Monde mais il avait déjà eu assez à faire comme ça.

    Ainsi, un destin avait été énoncé. Une solution. Une quête pour restaurer la piraterie. Leur rêve. Leur but et leur soif de liberté. Tout cela se trouvait quelque part, sur les mers. Un océan de possibilités, plus que jamais.

    - Effectivement, j'pense pas qu'ils aient tous compris mais l'essentiel a l'info qui leur faut. Une quête. Un trésor. Un moyen de foutre la branlée aux républicains. C'était un beau récit, et un beau discours. J'ai hâte d'étendre les voiles et de partir chercher tout ça. La mer nous appelle. Et il est encore une fois temps qu'on y réponde.

    Ricanant de plus belle, le triton emboita le pas à l'Amiral et commença à redescendre avec lui et Eustache en direction de la foule. La fête allait sûrement battre son plein. Il y aurait surement une foule de questions. Mais Saumâtre le savait, Bigorneau y répondrait avec éloquence. Sinon au pire si un mec se montrait trop chiant, ils pouvaient toujours lui éclater la gueule. Faut dire, ça restait Brumerive.

    Même si à présent, tous les yeux des marins se tourneraient vers l'horizon, et ce fameux sanctuaire oublié.
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Altarus Aearon
    Altarus Aearon
    Messages : 365
    crédits : 2372

    Info personnage
    Race: Humain-elfe
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1914-c-est-l-homme-qui-prend-la-mer-termine#16576https://www.rp-cendres.com/t2080-carnet-de-contact-d-altarus-aearon#17608https://www.rp-cendres.com/t2079-journal-de-bord-du-capitaine-aearon#17606
  • Ven 8 Mar 2024 - 13:32
    Altarus, toujours le dos calé à la rambarde extérieure de la taverne, les bras croisés sur son torse, observait la frénésie des pirates se partageant à leurs manières le contenu de l'énorme coffre ramené par Bigorneau. L'assaut d'avidité ressemblait à un encerclement excité de vautours sur une carcasse. Ça braillait, ça hurlait, ça rigolait, ça piaillait. Le vieux capitaine n'eut même pas de nouveau soupir à lâcher, devant pareille scène. Tant qu'ils y trouvaient leurs comptes et cela servait à suivre Bigorneau, autant que cela soit ainsi. Quand on était pirate, bien des comportements étaient dans le sang, pour d'autres, c'était gravé à jamais jusqu'à la moelle.

    Entre ceux qui festoyaient, qui s'enivraient, qui cherchaient à remplir leurs poches ou leurs fripes déjà vomissant d'or et de bijoux, ou d'autres qui cherchaient à s'attirer les faveurs de quelques donzelles de mœurs inavouables venus profiter de la fête, il y avait de ceux qui étaient venus à l'appel de l'Amiral, attisés par la curiosité de la fameuse annonce qu'il avait promis de dévoiler, ou attirer comme un requin par une proie alléchante. Tous ne s'étaient pas précipités sur le généreux cadeau de l'élémentaire. Le borgne les observait tour à tour, reconnaissait certains visages, d'autres lui étaient encore inconnus. Il s'attarda quelques instants sur un de qu'il pensait ne pas connaître. Ses sourcils se froncèrent en mettant une identité sur l'individu : le mercenaire reikois. Ainsi, il était finalement venu. Son désir de devenir un pirate paraissait être concret... ou alors était-il venu juste pour accomplir un contrat, jouant en même temps les yeux et les oreilles d'un haut commanditaire de l'Empire ? Ce dernier point n'était pas impossible, vu le grand projet de Bigorneau, qui prenait vie et force un peu à chaque jour.

    Une rumeur enfla parmi les rangs pirates. Altarus se redressa et tourna sa tête vers la cabane branlante où s'était rendu Bigorneau. Le voilà qui s'amenait vers la foule grouillante et non sans un certain panache. Le grand manteau qu'il portait sur ses larges épaules aux teintes blanches et de rouge bordé d'or contrastait fortement avec son teint azuré. Il visait la première impression pour marquer les esprits. Le vieux borgne, impavide, suivait son approche. Bigorneau avait toujours eu le sens du spectacle et pour captiver l'attention, pour qu'on n'écoute que lui avant même qu'il n'eut ouvert sa bouche gluante de flotte. Saumâtre veilla à attiser un début de foyer ardent pour faire crépiter les coeurs. Pour parfaire son arrivée, un immense arbre composé entièrement d'eau prit forme à l'appel de la gestuelle du pirate d'eau, formant une canopée liquide s'étirant dans toutes les directions, arborant toute la majesté séculaire d'un végétal de cette taille.

    *Une parfaite représentation pour entrer dans le sujet...*

    Ainsi, Bigorneau démarra son annonce, narrant ses exploits quand il eut rejoint les tréfonds souterrains où se lovaient les restes des racines de l'Arbre-Monde. L'imposant arbre se mouva à sa volonté, prenant la forme des deux simulacres ombreux du couple impérial, quand arriva ce passage de son élocution. Quelques mots franchirent ses lèvres, et l'eau prit la forme d'un globe, dessinant les formes reconnaissables de navires voguant vers des îles. Bigorneau se préparait à aborder le point crucial de son annonce.

    Les pirates buvaient chacune de ses paroles, de plus en plus impatients de la révélation. Sauf à l'instant où Bigorneau expliqua qu'il avait soi-disant ordonné à l'Arbre-Monde de lui révéler son ultime désir. Le silence fut un peu étrange et cessa aussi rapidement qu'il s'était installé, car Bigorneau, en parfait chef pirate qu'il était, sut rebondir sans la moindre once de difficulté, arrivant sur  ce qu'il visait depuis le début : motiver tous ces gens à se lancer dans l'aventure, à répondre à son appel pour rendre ses lettres de noblesse à la piraterie, de renforcer son feu qui n'était pas éteint... et à abattre les républicains, une fois qu'ils auront mis la main sur leur destinée. D'affronter les républicains provoqua une série de levées de sabre vers les cieux. Ce vieux aqueux à deux pattes avait su les toucher jusqu'au bout, jusqu'au point le plus sensible.

    Si le demi-elfe avait été moins réservé, il aurait sans doute applaudi de toutes ses forces Bigorneau. Pour qui l'observerait, on verra dans son œil bleu-gris une certaine lueur vive, qu'il n'avait guère souvent. Le vieux capitaine ne pouvait cacher que ce foutu élémentaire avait réussi à le motiver un peu plus. La conviction et la détermination de Bigorneau étaient très contagieuse.

    Il se décolla de la rambarde, remit un peu sa tunique noire un peu en ordre et descendit rejoindre la foule, à son tour.
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Erwin Staal
    Erwin Staal
    Messages : 181
    crédits : 470

    Info personnage
    Race: Humain/Oni
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3223-erwin-staal-terminee
  • Mer 3 Avr 2024 - 15:07
    A l'aventure !
    Feat. Les Pirates
    Il ne fallut que quelques instants aux trois pirates ayant pénétré dans la cale pour se préparer dignement pour cette fameuse annonce. Le premier à sortir était Saumâtre, le capitaine. Un être que je n’eusse malheureusement pas encore la chance de côtoyer véritablement, mais, j’étais certain que cela arriverait en temps et en heure. Quoi qu’il en fût, le triton à la peau bleue s’était perché sur le balcon, puis, il hurla de manière à attirer l’attention. Naturellement, cela fonctionna et, mes prunelles étaient directement attirées par le grand poisson. Carnage, comme à son habitude, ne put s’empêcher d’émettre un commentaire déplacé. C’était certainement cela qui faisait son charme, à l’évidence.

    - T’as entendu Erwin ? Faut que t’arrêtes de…

    - Arrête-toi là, c’est mieux. Et tais-toi, l’amiral va faire une annonce et, si c’est possible, j’aimerais entendre tout ce qu’il a à dire. C’est important pour nous, je te le rappelle.

    - Pour toi si tu veux, oui…

    - Pour toi aussi. Jusqu’à preuve du contraire t’es condamné à vivre avec moi jusqu’à ce que je crève. Et, il ne me semble pas avoir d’enfant caché. Du moins… Je l’espère.

    - Pfff.


    Naturellement, je me mêlai à la foule pour me rapprocher du mieux que je le pouvais du balcon où le grand Bigorneau venait tout juste de faire son apparition. Avec tous ces cris de grande folle, j’avais vraiment du mal à entendre ce qu’il dît. De ce fait, j’étais obligé de bousculer des personnes, certains était des pirates, d’autres des sirènes qui n’attendait qu’une seule chose : me bouffer. Heureusement pour moi, j’étais quand même relativement grand, mesurant plus de deux mètres si ma mémoire fut bonne. De ce fait, je n’avais pas grand-chose à craindre des autres, sauf peut-être des petits teigneux, et ça, putain il y en avait vraiment beaucoup chez les pirates.

    J’avais eu le temps de m’approcher suffisamment pour pouvoir écouter l’entièreté du discours de l’Amiral, une chance, cela allait de soi. Au-dessus de sa tête se matérialisa un arbre impressionnant, fait d’eau. Je restais bouche bée face à une telle maîtrise de la magie de l’eau. Apparemment, ce qu’il matérialisât à l’aide de sa magie n’était autre que l’arbre-monde lui-même. Il avait eu la chance de pouvoir s’y rendre. Carnage aurait aimé pouvoir y aller lui aussi, lui qui luttait contre les titans. Cela lui aurait permis d’en apprendre davantage sur ses ennemis naturels.

    Quoi qu’il en fût, l’Amiral nous conta sa superbe aventure à Bénédictus, sans omettre le moindre détail. Je pouvais l’admettre, ouais, il était un excellent orateur, à n’en point douter. Ainsi, la grande annonce concernait les îles mystérieuses, cachées de la brume éternelle et Sanctuaire Oublié. Ça claque comme nom.  Le discours suivant de Bigorneau était très encourageant, même si, pour l’instant, je n’étais pas encore un pirate. Mais, c’était la seule voie me permettant d’accéder à la pleine liberté. Au Reike, je ne suis pas en prison, mais je ne suis pas non plus libre. Être sous surveillance perpétuelle de la Tovyr Leezen parce que j’ai cet abruti de démon dans la tête, je n’appelle pas ça de la liberté. Et, quand j’allais devoir lui annoncer mon départ pour les pirates, ça n’allait qu’être explosif. En tout cas, ce que je tirais de tout ça, c’était que j’allais enfin pouvoir me battre contre des républicains. Non pas que je les détestais, mais juste parce que c’étaient des têtes de cons.

    - Dis-moi Erwin. Tu me laisserais parler à l’Amiral vite fait ?

    - T’es taré ? Et puis quoi encore, que je te laisse en liberté au milieu de la foule ?

    - Tu as ma parole, je te rends le contrôle du corps une fois ma prise de parole terminée.

    - Très bien, allons-y.


    Sans plus attendre, je laissais le démon faire apparaître son masque sur mon visage et, naturellement, prendre le contrôle de mon corps.

    Une fois le masque bien ancré sur le visage et Carnage en pleine position du corps, ce dernier se dirigea rapidement vers les trois pirates. Oui, un mec de deux mètres avec un bras en feu ne passerait vraiment pas inaperçu. Heureusement qu’il fût au moins connu de l’Amiral, sinon, on lui aurait déjà sauté dessus depuis bien longtemps. Une fois aux côtés de l’Amiral, de Saumâtre et du crustacé, le démon prit la parole, esquissant un large sourire sous ce masque couvrant son visage.

    - Amiral. C’est un plaisir de te revoir après tout ce temps. Tu peux compter sur moi et l’autre abruti d’Erwin, on va le trouver, ce Sanctuaire oublié. Je suis certain qu’il contient bon nombres de secrets qui auront mon intérêt.

    Comme promis, le masque disparut et je repris possession de mon corps. Naturellement, mes prunelles se dirigèrent vers le triton, que je n’avais pas encore eu la chance de rencontrer.

    - Capitaine Saumâtre, c’est un plaisir. Une légère pause. Erwin Staal, mais Erwin suffira. J’ai beaucoup entendu parler de vous. J’espère que nous aurons l’occasion de collaborer. Je suis certain de pouvoir mettre mes talents à votre disposition. Du moins, quand j’en aurai fini avec le Reike.

    Puis, mon regard retourna sur l’Amiral.

    - Comme l’a dit le mec dans ma tête, je suis là si besoin. Tu sais où me trouver.
    CENDRES
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    L'Amiral Bigorneau
    L'Amiral Bigorneau
    Messages : 149
    crédits : 1141

    Info personnage
    Race: Elémentaire (Eau)
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3122-l-amiral-bigorneau-fleau-des-oceans-terminee
  • Mer 3 Avr 2024 - 17:28


    "AH ! IL A RÉUSSI A VENIR !"

    Très heureux de découvrir que le fameux mercenaire qu'était Staal avait pu faire le chemin pour assister à son discours, l'Amiral s'empressa de faire signe à Eustache ainsi qu'à Saumâtre de le suivre et il vint naturellement à la rencontre du bretteur masqué qui l'approchait. Son immense sourire s'étira encore davantage et se fit narquois lorsqu'il se souvint qu'en présence du masque, le corps de l'homme était cédé à la bête indomptable. Se reprenant après un éclat de rire gras, il ajouta donc :

    "J'veux dire... "ils" ont réussi à venir !"

    Carnage, dont les inflexions de voix étaient aisément reconnaissables pour qui l'avait déjà côtoyé, prit la parole pour assurer qu'il serait de la partie et la promesse sanglante qu'annonçait son implication dans ces affaires de sanctuaire ne déplut pas le moins du monde à Bigorneau qui, avec un entrain non dissimulé, vint tapoter l'épaule du possédé pour lui signifier les égards qu'il lui portait.

    "Bien parlé, Carnage ! Bien parlé !"

    Erwin reprit le contrôle de son enveloppe dans une flamboyante manifestation du pouvoir commun qu'entretenait les deux propriétaires du corps et le jeune homme reprit la conversation, s'introduisant auprès de Saumâtre dont il avait vraisemblablement entendu parler à maintes reprises. La réputation du second de Bigorneau le précédait sans doute. Avec une fierté presque paternelle, l'Amiral adressa un coup d'œil malin à son compagnon à face de squale puis il renchérit :

    "Merci Erwin. T'as déjà les notions, mais on prendra le temps de t'apprendre les ficelles du métier lorsque tu nous reviendras. J'ai hâte de pouvoir rebosser avec toi, fiston."

    A la limite de son champ de vision, le pirate particulièrement alerte aperçut la silhouette du vieux briscard qu'était le capitaine Aearon, un autre notable de l'évènement ainsi qu'une personnalité qui valait bien sûr la peine d'être introduite aux autres. Bigorneau coinça ses index et majeurs entre ses lèvres et poussa un long sifflement pour attirer l'attention du forban borgne qui longeait une rambarde en ajustant son col. Lorsqu'Altarus fut enfin à portée de voix, Bigorneau beugla en invitant ce dernier à les approcher :

    "Altarus, mon frère ! Viens voir par là dis, y'a du beau monde à rencontrer !"

    Saumâtre savait que les deux ancêtres avaient entretenu des décennies durant une relation plutôt houleuse mais ils étaient vraisemblablement parvenus, au fil de longues conversations, à mettre de côté leurs épineux différends pour prendre le large côte à côte. Fier de pouvoir se tenir aux côtés du demi-elfe certes lugubre, mais ô combien efficace, Bigorneau entama les introductions de circonstances :

    "Pour ceux qui ne l'connaissent pas, même s'ils doivent être rares, voici le capitaine Altarus Aearon, mon conseiller et... je l'espère, mon ami ! Altarus, je n'te présente pas Saumâtre que tu as déjà eu l'occasion d'apercevoir, mais voici Eustache le Boscambusier ainsi qu'Erwin Staal, le jeune mercenaire dont je t'ai parlé."

    Il porta ses paluches à ses hanches et reprit après une grande inspiration exaltée :

    "Rien que d'vous voir réunis ce soir, je sens une seconde jeunesse s'emparer de moi ! Tiens, en parlant de ça..."

    Il tendit l'une de ses paumes en direction d'un seau d'eau claire qui traînait dans le coin et, par magie, un tentacule d'eau s'y manifesta pour venir donner un grand coup de fouet dans un tonneau de rhum entreposé non loin de là. L'objet roula jusqu'au rassemblement de malfrats, seulement pour être stoppé dans sa course par la botte ensablée de l'Amiral. Sans ménagement quelconque, il attrapa une chope abandonnée par un autre sur une table puis fit signe à Eustache qui, sans protestation, comprit quel rôle il avait à jouer.

    Le crustacéen géant agrippa le tonneau pour le redresser puis, d'un coup de pince à la puissance démentielle, il défonça le bois pour accéder au liquide contenu à l'intérieur. Bigorneau remercia d'un clin d'œil son cuisinier à la force barbare et fourra sa chope à l'intérieur du tonneau aux anneaux desserrés dont débordait désormais quelques gouttelettes de rhum. Cela fait, il leva son verre bien au dessus de sa tête et hurla :

    "A NOUS !"
    HO HO HO !
    HO HO HO !
    Capitaine Saumâtre
    Capitaine Saumâtre
    Messages : 85
    crédits : 375

    Info personnage
    Race: Triton
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3178-terminee-sous-l-ocean-sous-l-oceaaaannn-capitain-saumatrehttps://www.rp-cendres.com/t3198-journal-de-bord-sale-chronologie-de-saumatre#27729
  • Sam 6 Avr 2024 - 11:45


    Marchant aux côtés de Bigorneau, Saumâtre était tout sourire. Du discours aux événements qui venaient d'avoir lieu, le pirate sentait un nouveau vent de liberté et d'aventure qui soufflait entièrement sur Brumerive. Pour peu, le triton aurait sut se retenir de ne pas fracasser le crâne d'un imbécile qui se serait trop approché de son amiral. D'ailleurs, il retint un mouvement vif vers son sabre lorsqu'il remarqua le mercenaire que l'élémentaire d'eau venait de saluer. Faisant glisser ses prunelles fendues sur ce dernier, l'orphelin du récif noir analysait l'individu, curieux. Bigorneau lui en avait parlé, vaguement. Une chasse au monstre, un potentiel certain, et un délire avec un masque ou il ne savait trop quoi. En soit, Saumatre s'en foutait un peu de ce qui composait l'individu, si l'amiral l'estimait utile et sympathique, alors il partirait de ce postulat là. Et une fois en mer, il pourrait se faire son avis sur la question et arrêter de se poser des questions quant au masque qui venait de disparaître pour laisser le fameux Erwin lui adresser la parole. Haussant un sourcil tandis qu'il étendait sur ses traits un sourire carnassier, l'esclavagiste laissa un rire gras s'échapper de sa gorge avant de s'approcher de l'oni pour lui tapoter doucement l'épaule.

    - Ravi de faire ta connaissance Erwin! A ce qu'il parait t'en est pas à ta première virée en mer, j'espère que t'es préparé pour celle-ci car je pense que ça va secouer un peu. Ca sera autre chose qu'un bestiau marin à choper hahaha. J'ai hâte de voir tout ça alors que la poudre parle et que le sang gicle! Et moi c'est Saumatre, visiblement tu le sais déjà mais si tu veux pas te faire chier à dire mon nom toutes les deux secondes, tu peux juste dire capitaine, ça marche aussi.

    Laissant ensuite tranquille le bougre au masque, le triton replaça son tricorne avant de fixer Altarus qui les rejoignait. Quand Bigorneau parla, le pirate retint une remarque mesquine et se contenta plutôt de fixer le vieux marin borgne avant de venir le saluer plus proprement.

    - Salut Al', j'espère que ça va tout bien pour toi. Ca me fait toujours bizarre de t'avoir avec nous ici mais, c'est quand même bien d'avoir ton expérience à nos côtés. Sans rancune hein? Beaucoup d'eau a coulé comme on dit, pas vrai?

    L'amiral reprit alors son discours et dans une nouvelle démonstration de magie, fit venir à eux un tonneau de rhum qu'Eustache éclata sans la moindre difficulté. Hilare, le triton alla à son tour prendre une choppe qu'il plongea sans ménagement dans le liquide translucide.

    - Et ben Eustache, mon con, il avait aucune chance ce pauvre tonneau. J'imagine qu'il manquera à sa famille. Il ricana doucement, levant à son tour le contenant empli d'alcool. A nous!

    Attendant que les autres fassent de même, l'esclavagiste porta ensuite la choppe à ses lèvres et sentit dans sa gorge le brulant liquide alcoolisé glisser doucement jusqu'à son estomac. Un gout aussi exquis que nocif pour les sens. Puis, un bruit plus féroce que les autres attira l'attention du capitaine. Une voix rauque, semblable à des cailloux qu'on frappait entre eux. Sa sœur, encore enragée, semblait faire des siennes.

    - Mesdames, veuillez m'excuser. J'en ai pour trente secondes.

    Il fit une révérence faussement exagérée puis quitta le petit groupe afin de se rendre jusqu'à ce qui commençait à être un petit rassemblement. Là, dans le sable, la sirène du Récif Noir terminait de défoncer le visage d'un pauvre être qui, en plus d'être à moitié dans le sol, se voyait à présent avec une partie de la mâchoire brisée.

    - C'est quoi ça?

    Retenant un énième coup de poing, la presque-naga se retourna et observa son frangin non sans un air accusateur. Grognant, elle cracha sur le visage du pirate éclaté avant de se relever et d'épousseter doucement ses vêtements.

    - Il disait que le discours de Big' était des conneries. Et qu'il préférait plutôt passer la nuit avec moi pour me montrer son trois mats. Elle étira un large sourire, révélant ses dents pointues. Du coup j'me suis dit que lui faire une petite leçon de rattrapage sur où il était et à qui il parlait c'était pas mal.
    - Je vois. Il observa la foule. Il est de quel équipage ce con?
    - Le Pouilleux.
    - Ah ouais. Comme quoi on a ce qu'on mérite hein. Il ricana. Dite au boiteux que j'lui offre la nuit chez madame Citrine. Ca lui passera l'envie de râler pour ce gars là. Et ramassez le et envoyez le à la tente ce con, on va pas le laisser crever là quand même hein. Et toi. Il pointa sa sœur du doigt. Tu me dégommes pas plus de pouilleux ce soir, ok?
    - Reçu, capitaine.

    Elle ricana, provoquant chez lui un rire similaire. Puis, il repartit en direction de l'assemblée qu'il avait quitté plus tôt, reprenant une gorgée de rhum au passage avant de regarder l'Amiral.

    - Excusez. Vous savez ce qu'on dit, c'est pas vraiment une fête pirate sans un peu de sang versé hein. Bon, du coup Big', on a nos projets et tout mais, permets moi de poser la question qui brule les lèvres de tout le monde. On part quand?

    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Erwin Staal
    Erwin Staal
    Messages : 181
    crédits : 470

    Info personnage
    Race: Humain/Oni
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3223-erwin-staal-terminee
  • Sam 6 Avr 2024 - 14:28
    A l'aventure !
    Feat. Les Pirates
    J’avais réussi à venir oui, et pas sans mal. Mais, en réalité, j’en étais bien heureux. M’éloigner du Reike pendant un court instant était tout ce dont j’avais besoin. Enfin, non, m’éloigner tout court du Reike était très clairement le meilleur que je pusse faire. Pour l’instant, j’étais ici simplement pour l’annonce de l’Amiral et, j’étais déjà bien heureux qu’il me reconnût directement. Difficile de passer inaperçu quand on eut un bras comme le mien, d’un noir d’ébène sombre, possédant des veines orangées magiques. Décidément, les pirates aimaient taper les épaules des petits bleus. C’était plus… convivial qu’au Reike, disons. Mes prunelles encore orangées suite à l’apparition de Carnage se tournèrent en premier lieu sur le capitaine, lui adressant un large sourire amical.

    - Merci, Capitaine. J’ai vraiment hâte qu’on prenne le large, que je m’éloigne un peu de la terre ferme. Et surtout, je suis heureux d’enfin pouvoir travailler avec vous… ou toi ? Disons que, je n’ai pas froid aux yeux, ça facilite certaines actions lorsque le besoin d’un taré suicidaire à bord se montre.

    Suicidaire, c’était un grand mot. Ni Carnage ni moi ne voulions en arriver là. C’était plus une façon de parler. Puis, je reportais mon regard en direction de l’Amiral, gardant ce sourire précédemment adressé au capitaine. Une ambiance particulière régnait chez les pirates, une ambiance qui me plaisait réellement. Je ne savais pas réellement pourquoi mais, j’étais certain que c’était ici qu’était ma place.

    - Je pourrais venir à vous bien plus tôt que prévu. Enfin, je l’espère. J’ai encore quelques affaires à régler sur le continent, mais, après, je serai prêt à m’engager à vos côtés, sois-en certain. Je me sépare petit-à-petit de l’armée. Par contre, j’espère simplement ne pas me faire traquer par les services secrets Reikois par la suite, tu sais, au sujet de Carnage. C'est pas facile de pouvoir se promener en toute liberté comme ça. Enfin, bref, on s'en branle. Hâte qu'on parte à l'aventure.

    Puis, l’Amiral siffla, de manière à capter l’attention d’un vieux pirate borgne. C’était assez amusant de retrouver ce bon vieux contrebandier croisé quelques temps plus tôt à la forteresse du Cercle Solaire de l’Ardent. Finalement, j’avais raison, il était bien un pirate, comme quoi, je n’étais pas totalement fou. Je ne montrai finalement aucune expression sur mon visage, puis, je suivis l’Amiral, Saumâtre et Eustache pour rejoindre le borgne. Une belle équipe, c’est ce que nous étions selon moi. J’étais véritablement heureux d’en faire partie, étonnamment, je m’y sentais presque à ma place. En tout cas, je l’étais plus qu’au Reike, ou n’importe où d’autre d’ailleurs.

    - Ravi de vous revoir, Altarus. Capitaine Aearon donc ? Je savais que vous étiez un pirate, je ne suis pas fou. Le cache-œil vous trahit mon cher.

    Un léger sourire se dessina sur mon visage, adressé au vieux borgne. Comme tout le monde, je levai mon verre, à la future aventure qui permettait de tous nous rassembler ici en ce jour.

    - À nous.

    Dans les festivités, je picolais légèrement. Fallait quand-même que je fusse en état pour la suite de l’aventure. Ce Sanctuaire Oublié. Il avait éveillé la curiosité de mon démon intérieur, mais pourquoi ? Je ne le savais pas et, je n’avais pas vraiment envie de lui demander. Je voulais surtout profiter de ce moment avec ces personnes avec qui j’espérais, vivre de grandes aventures.
    CENDRES
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Doudou Marimba
    Doudou Marimba
    Messages : 14
    crédits : 503

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3218-doudou-marimba-termine
  • Mar 9 Avr 2024 - 18:33
    - HEIN QUE QUOUAH ? Doudou Marimba se releva d'un coup. Il était pété comme un coing, et faillit tomber de son tonneau. L'axolotl s’était manifestement assoupi dedans. - Que…Y’s’passe quoi encore ? Demanda-t-il à une des serveuses, faite comme une déesse, qui passait par son baril.
    - Bah tu débarques toi ! C’est Biggie qui fait son grand retour, il promet une…
    - Nouvelle ère de piraterie, ouais mon cul. Marimba ricana et se redressa tant bien que mal. Il était encore tout vexé de n’avoir pu suivre son supérieur à l’Arbre Monde. Tout l’équipage parlait plus que de ça, c’était si chiant. Gnagnagna les îles mystérieusesaaanh, gnagnagna quand on était au Grand Aaaaarbranh. Il essaya d’attraper une chope que transportait la môme, mais avec un sourire malicieux, elle fit en sorte qu’il ne puisse pas s’en saisir.
    - C’est plus Marimba qu’tu vas t'appeler mais Mariné ! Ria-t-elle.
    - Eh, on a le droit à des vacances nous aussi, en bons fonctionnaires de l’illégalité !
    - Des vacances, ‘pi quoi encore. C’est plutôt moi qui devrait en prendre, avec vos têtes de thon à la citronnelle. C'est souvent le bordel ici, mais quand l'Biggie se ramène, c'est vraiment  un sacré brol !
    - Oooh d’ailleurs si t’as encore la liqueur au citron que tu m’avais fait découvrir l'aut' fois, j’en veux bien ! Répondit-il en se léchant les babines. D’une patte agile, il donna une tape affectueuse sur le divin séant de la demoiselle. La donzelle poussa un faux soupir de désarroi et avec un minois à croquer, elle lui fit un clin d'œil, scellant leur accord.

    Marimba, satisfait, croisa ses bras derrière sa tête plate. Il remarqua qu’il n’avait plus son tricorne et regarda autour de lui. Dans les effluves de l’alcool, il l’aperçut sur le crâne d’un pecnaud assis au bar. Ayant toute la flemme du monde à se lever pour le récupérer, il sortit une de ses dagues et la fit virevolter afin de s’en emparer. Même avec les grammes de spiritueux polluant son corps, il réussit cette petite manœuvre sans mal. Non sans avoir un sourire insolent imprimé sur son faciès d’hybride.
    Le voleur de chapeau ne sut pas se qui lui arrivait et resta bouche bée.

    - Ca t’la coupe hein, écornifleur de mes deux ! Lui adressa Doudou, tout en lui envoyant un baiser d’une patte et en lui faisant un signe équivoque de l’autre. Il éclata d’un rire aigu, et faillit se casser la binette de son tonneau.
    - MARIMBA ! Qu'est ce qu'on a dit pour les dagues ! La rabroua la petite serveuse, les mains sur les hanches.
    - Aaah chiures de mouettes !
    Le pirate avait soif. Sans vraiment savoir comment, il réussit à se procurer un autre verre de rhum, et le sirotait avec délice. Il s’apprêtait à vider le rester du contenu de son verre, lorsqu’il aperçut deux silhouettes bien familières.
    - OH AMIRAL OH ! ET SOSO GROSSE TÊTE VA !
    Certains clients se regardèrent incrédules, étonnés voire effrayés par l’effronterie d’un si petit bonhomme. Des chuchotements fusèrent, se demandant quel sort était reservé pour ce bêta d’axolotl murgé comme un goret.

    - Ils vont le tuer non ?

    - Peut-être le cuisiner ? A c’quip’ l’amiral il…Fin tu vois…

    - Bah nan je suis aveugle t’es con ou quoi.

    - Mais nan connard, genre il a des penchants…

    - Il aime le faire par le c…

    - MAIS NON ! Genre, ça le gêne pas de manger ses congénères…

    - Arrête…

    - Sisi jteuldis comme j’te vois.

    - Tu dis ça parce que je suis aveugle ?

    - Putain mais tu le fais exprès ou quoi ?


    Doudou se mit debout sur son tonneau, avec la grâce d’une ballerine sous doses, et fit une révérence théâtrale à son supérieure et son meilleur ennemi-ami.

    - MESSIEURS, JE VOUS SOUHAITE LA BIENVENUE.

    - Ça fait pas, genre, un bon bout d’temps qu’ils sont arrivés ?

    - Chhhht, tais-toi je veux savoir comment il va y passer le petit poiscaille.

    - QU’EST CE QUE CA SERA POUR VOUS MH ? DU CHAMPAGNE AUX FRAISES AVEC DES GLAÇONS EN FORME DE COEUR ?

    - On a ça ici ?

    - Beh non, corniaud, c’est ça la blague.

    - Ah dommage.

    - OU ALORS UN RÔTIE DE BICHE AUX PRUNES, SERVI AVEC SA MOUSSELINE DE COURGETTES AVEC MON FOUTRE DEDANS ?

    - Ah ouais nan, j’étais chaud pour le premier plat, le deuxième moyen…

    Doudou Marimba regardait les deux personnages, avec un air ravi, sans savoir que d’autres personnes, venues pour le discours de Bigorneau, l'avaient certainement entendu. Mais, honnêtement, il s’en foutait royalement. Il leva son verre à l’adresse de son patron, et cria joyeusement :

    - ET A LA VÔTRE BIEN SÛR !
     A l'aventure ! [Libre : Pirates de Brumerive et leurs copains] _b711010
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Altarus Aearon
    Altarus Aearon
    Messages : 365
    crédits : 2372

    Info personnage
    Race: Humain-elfe
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1914-c-est-l-homme-qui-prend-la-mer-termine#16576https://www.rp-cendres.com/t2080-carnet-de-contact-d-altarus-aearon#17608https://www.rp-cendres.com/t2079-journal-de-bord-du-capitaine-aearon#17606
  • Mar 16 Avr 2024 - 20:53
    À peine avait-il fait quelques pas qu'un long sifflement réussit à se faire entendre avec force, reléguant les conversations des pirates, des beuglards et autres excités de tout poil et de toute écaille à de simples caquètements, le temps que le son strident fasse son office. L'œil valide du demi-elfe s'était posé sur la source. Bigorneau ne l'oubliait pas. Malgré tout le petit monde fourmillant dans son sillage et autour de lui qu'il l'entourait, l'Amiral avait su l'apercevoir. En même temps, comment ne pas louper la haute et mince silhouette d'Altarus ? À l'évidence, Bigorneau était aux aguets, l'œil acéré et l'esprit vif. Comment ne pas l'être après avoir discouru avec sa verve de tantôt ? Lui-même s'était doublement passionné pour le proche avenir prometteur que lui avait offert la vision de l'Arbre-Monde.

    Sans broncher, sans paraître ennuyé ou agacé de cet appel aérien aigu, il rejoignit donc son comparse, qui l'accueillit avec un enthousiasme plus que redoublé. Du beau monde à rencontrer, qu'il disait. Le capitaine borgne guettait non sans une légère curiosité la manière de l'introduire auprès des autres individus qui étaient présents. D'un simple regard, il en avait déjà reconnu plus d'un. Mais dans cette liesse qui débordait par tous les pores de la peau bleue et humide, autant laisser la main à Bigorneau. Celui-ci adorait cela en plus.

    "Bien entendu, mon ami."confirma-t-il avec une véritable sincérité.

    Il y a encore quelques années en arrière, Altarus n'aurait jamais imaginé prononcer de pareilles paroles.

    *Les choses changent...*

    Les présentations se firent donc. À son faciès squameux, il eut comme la sensation que le Capitaine Saumâtre avait eue envie de sortir quelque chose de... particulier. La présence de Bigorneau calmait certaines ardeurs, semblait-il... ou alors s'assagissait lui aussi ? Ce serait plus que surprenant. S'il ne s'était pas acoquiné avec Bigorneau, nul doute qu'un des deux aurait fini par rejoindre le fond des abysses...

    À son tour, il le fixa, de son seul unique orbe bleu acier. Puis, avec un minimum de dignité, il inclina la tête en signe de salut envers le triton.

    "Salutations Saumâtre. Tout va pour moi, comme pour toi, il paraîtrait. Tant que la mer arrive à nous supporter sur ses flots, tout ne peut qu'aller pour le mieux, pour soutenir Bigorneau. N'est-ce pas ? "

    Vient ensuite Eustache. Chose certaine avec ce pirate qui tenait plus de la langouste que de l'humain dans son mélange hybridé, était que le demi-elfe était loin d'avoir vu toute l'étendue de ce que ma nature était capable d'offrir quand des esprits dépravés dépassaient toute raison pour qu'on abuse à pareille créature. Dans la piraterie, il fallait un peu de tout et nul doute qu'il avait parfaitement sa place parmi les forbans et les sbires de Bigorneau. Dans les autres contrées, il n'aurait pas eu autant de chance... voir pire. Il déploya sa force en amenant un tonneau à l'Amiral, et d'un brutal coup de pince, il décapita, ou plutôt broya son sommet pour que tous puissent accéder à son contenu alcoolisé.

    Altarus se retint de soupirer. Il ne pourrait échapper à la beuverie. Il veillerait à boire juste ce qu'il faut. Mais avant, il y avait le mercenaire reikois. Il n'avait donc pas menti quant à son souhait de rejoindre la piraterie.

    "C'était donc lui, ce jeune Reikois qui souhaitait ardemment rejoindre la flottedit-il à Bigorneau, tout en fixant le merco'. " Nous avons eu l'occasion de nous croiser, pour résoudre une tâche commune. Ravi de te voir ici, Erwin. Il aurait été malvenu de confirmer auprès des forces reikoises que j'étais effectivement un brigand des mers. Et un cache-œil ne fait pas le pirate. "

    Il sut prendre une chope dans les mains d'un gamin qui n'avait pas encore l'âge d'avoir un premier poil au menton. Puis, il imita ses comparses, remplissant sa chope d'alcool.

    "À nous…"

    Saumâtre s'excusa un instant. À entendre ce qui enflait dans l'air, ce devait encore barder avec un des membres de l'équipage de Saumâtre.

    *Il y a, par contre, des choses qui ne changeront jamais...*

    Il se prépara à boire une gorgée de ce que contenait sa chope quand une autre personne braya sa bienvenue. L'hybride Axolotl. Doudou, qu'il se rappela maintenant son nom. Les choses changeaient pour certains, pas pour d'autres. Cette fois, il but et une longue gorgée, contrairement à son souhait de base.
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum