DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Pancrace

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
     A l'aventure ! [Libre : Pirates de Brumerive et leurs copains] I7Vm50z
    Gazette des cendres
    Hiver 2024
    Lire le journal
    #5
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    La marche du vent d'acier
    Derniers sujets
    Validation des RP de Ben [Reike]Aujourd'hui à 10:37Ben le Bouc
    Derrière le rideauAujourd'hui à 10:22Ben le Bouc
    Souvenirs douloureux [PV Nut Shidhi]Aujourd'hui à 9:01Amédée Sauventreen
    Nomination [Cyradil]Aujourd'hui à 0:33Cyradil Ariesvyra
    Anha zhavvorsa [Tensai]Hier à 23:14Tensai Ryssen
    L'air du Vent | Feat ZéphyrHier à 23:06Zéphyr Zoldyck
    OrigineHier à 22:59Zéphyr Zoldyck
    La lune et ses étoiles - PAHier à 22:54Tensai Ryssen
    Déchéance [Lyra et Alaric]Hier à 22:47Zéphyr Zoldyck
    Mon Voisin Du DessusHier à 22:43Erwin Staal
    +2
    Capitaine Saumâtre
    L'Amiral Bigorneau
    6 participants
    Aller en bas
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    L'Amiral Bigorneau
    L'Amiral Bigorneau
    Messages : 96
    crédits : 552

    Info personnage
    Race: Elémentaire (Eau)
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3122-l-amiral-bigorneau-fleau-des-oceans-terminee
  • Ven 26 Jan - 20:29

     A l'aventure ! [Libre : Pirates de Brumerive et leurs copains] PIRRRRATE


    La Lune était haute, les mouettes raillaient encore les alcooliques locaux malgré l'heure tardive et les vagues paisibles frappaient mollement contre les ponts tendus à la hâte entre les planches pourries qui cernaient Brumerive. Pour les forbans de tous bords qui arpentaient le village côtier en quête de nouveaux contrats à se coller sous la dent, une bien belle soirée s'annonçait.

    Au beau milieu d'un océan de rires et de chants grivois ponctués par les bruits sourds de chopes d'acier entrechoquées les unes avec les autres, les pirates de Brumerive fêtaient partout le retour de l'Amiral qui, à son retour de sa quête sur la terre ferme, avait annoncé subitement qu'il avait une grande nouvelle à communiquer à ses compagnons d'infortune. Ne sachant pas encore de quoi il retournait, la plupart des curieux s'étaient agglutinés dans l'une des tavernes les plus fréquentées par Bigorneau, le bouche à oreille aidant, mais la petite salle ne permettait pas d'accueillir tant de mondes et par conséquent, la fête avait inévitablement débordé à l'extérieur, menant d'abord les crapules sur le parvis de l'auberge crasseuse puis enfin à la plage. Une foule de plusieurs centaines d'âmes s'était constitué et les festivités s'étaient naturellement faites aussi joviales qu'à l'accoutumée.

    " 'l'est supposé débouler quand, ce vieux bernacle ?"

    "Qui ça t-il ?"

    "L'Amiral, pardi."

    "Ah, lui ? Oh j'sais pas, on l'entendra sûrement arriver..."

    Les deux fripouilles aux trognes de baudroies sondaient la meute de crapules dansantes et observaient d'un œil amusé les quelques bagarres qui se profilaient déjà ça et là. La plupart des pirates vaguement saints d'esprit du coin considéraient Bigorneau comme un véritable fou furieux, mais il était toutefois admis qu'il avait tendance à ne pas causer pour rien dire alors, quand il débarquait en lançant à qui voulait l'entendre qu'il revenait de ses pérégrinations avec de grandes nouvelles, on l'écoutait d'une oreille attentive.

    Alors que les célébrations s'ensauvageaient un peu du côté de la plage, un grondement profond se fit entendre dans les eaux bordant le sable fin. Dérangés par cette sonorité curieuse, de nombreux badauds cessèrent leurs activités pour se tourner vers les profondeurs, sachant pertinemment ce qu'annonçait une telle perturbation dans les eaux. Accoudés contre les rambardes du Brocher Cramoisi, les deux hybrides à gueule de poiscaille carnassière sourirent et pivotèrent pour jeter un œil à ce vortex mystique qui naissait dans les ténèbres océaniques.

    "Quand on parle du loup..."

    S'extirpant des flots doucement, la silhouette si caractéristique d'un tricorne couvert d'étoiles de mer et de coquillages se manifesta; suivie de près par d'autres gueules plus ou moins patibulaires qui perçaient la surface noire de la mer pour s'approcher des plages. Toujours désireux d'attirer l'attention partout où il allait, l'étrange personnage fit jaillir autour de lui des eaux de véritables trombes supposées réunir les paires d'yeux sur lui et, sans surprise, sa manœuvre ne manqua pas de faire mouche.

    Les Naufrageurs venaient de se pointer avec à leur tête le fameux Elémentaire au teint si merveilleusement bleuté. Marchant paisiblement jusqu'à la plage, la Tête accrochée à son cou comme un simple pendentif, Bigorneau apparut et écarta les bras en espérant obtenir des acclamations de la foule. Son rictus dément s'agrandit lorsque les applaudissements suivirent effectivement son arrivée. Offrant aux siens une révérence faussement distinguée, il bondit sur place pour cogner les talons de ses bottes ensablées l'un contre l'autre, s'imposant comme toujours en véritable bouffon de cette terre d'asile. Prenant une profonde inspiration, Bigorneau plaça ses mains contre ses hanches et hurla à qui voulait l'entendre :

    "MESSIEURS DAMES, L'AMIRAL EST LA !"

    Les personnages illustres avaient rarement pour coutume de s'annoncer eux-mêmes, mais Bigorneau ne s'embêtant déjà pas avec les lois, il n'allait certainement pas respecter les règles de bienséance ! Progressant sur la plage tout en manifestant un tentacule d'eau pour voler une chope de rhum à un insouciant qui passait trop près de lui, il en but une grande rasade puis expira bruyamment, avant de reprendre avec un entrain caractéristique de ses bons jours :

    "Mes amis ! Je vais commencer par aller me décrotter un peu, puis j'vous rejoindrai pour faire cette grande annonce que je vous ai promis ! Amusez vous, profitez de la fête et préparez vous à vous retrouver la tête à l'envers, car vous n'allez pas être déçus du voyage !"

    Fendant la foule sous un tonnerre d'acclamations, il pivota dans une pirouette ridicule et pointa du doigt deux des hommes situés derrière lui. Ces derniers, chargés d'un coffre colossal, balancèrent au signal de l'Amiral l'objet énorme dont le contenu se déversa sur le sable à l'impact. Des pièces d'or, des bijoux et d'autres breloques apparurent devant les yeux ébahis de l'assistance et Bigorneau, qui progressait désormais à reculons, balança finalement :

    "Servez vous et faites vous péter le caisson avec ça ! Ce n'est qu'un maigre échantillon de la fortune sur laquelle nous nous apprêtons à mettre nos griffes !"

    La horde de voyous se scinda, une bonne partie des fripouilles noyées dans leur avarice se jetant sur le trésor avec la ferme intention de s'en mettre plein les fouilles. Applaudissant l'enthousiasme de ses pairs, Bigorneau rit aux éclats puis disparut pour de bon dans ce festif chaos pour se diriger vers la modeste case qui surplombait les plages.

    Explications:
    HO HO HO !
    HO HO HO !
    Capitaine Saumâtre
    Capitaine Saumâtre
    Messages : 62
    crédits : 199

    Info personnage
    Race: Triton
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3178-terminee-sous-l-ocean-sous-l-oceaaaannn-capitain-saumatrehttps://www.rp-cendres.com/t3198-journal-de-bord-sale-chronologie-de-saumatre#27729
  • Dim 28 Jan - 12:32
    Nageant derrière l'amiral, Saumâtre était aussi curieux qu'excité. Depuis qu'il était revenu avec Altarus et la Tête de son expédition à Benedictus, Bigorneau n'arrêtait pas de parler de sa grande nouvelle à annoncer à Brumerive. Une promesse d'aventure et de richesses qui enchanterait au plus haut point l'ensemble des pirates composant la Flotte sans Nom. Fallait l'avouer, une telle annonce ça donnait envie. Si le capitaine de la Renégate aurait voulu savoir directement de quoi il en était, il n'avait eu aucune réponse à ses questions et simplement ça. Du vague sur une promesse qui plairait à tous. Il aurait pu être frustré, le triton, mais il préféra patienter sagement et laisser cette excitation de l'inconnu prendre le dessus. D'autant qu'en plus, Bigorneau voulait absolument se donner en spectacle.

    Sortant de l'eau juste après son ami et amiral, l'esclavagiste observa les différents visages présents sur la plage. Si une bonne partie semblaient déjà embouteillés, les matelots renégats semblaient tout de même particulièrement joviaux et impatients d'en savoir plus. Puis, lorsque le coffre empli de richesses dégueula sur le sable fin, cette joie de vivre se mua en un véritable torrent d'applaudissements et d'éloges. Des propos particulièrement louangés filèrent sur chef de la flotte, le dressant presque comme un dieu vivant parmi les mortels. Ce qui ne manqua pas de faire ricaner Saumâtre qui avançait derrière l'élémentaire d'eau.

    - Et dire qu'il leur suffit d'un peu d'or pour directement crier au divin. J'sais pas ce que t'as prévu Big', mais j'crois qu'ils vont tâcher leur pantalon vu les réactions qu'ils ont déjà avec cette thune.

    Un nouveau ricanement sortit des lèvres de l'enfant du Récif Noir alors qu'ils s'éloignaient peu à peu de la foule. Derrière eux, les arpenteurs vinrent se mêler aux festivités, surveillés tout de même par Syrtes qui s'assurerait qu'aucun d'entre eux ne vienne croquer un autre marin sous un excès d'allégresse. Après tout, on avait toujours un petit creux lorsqu'on faisait la fête. Quand ils furent assez éloignés de la foule, Saumâtre se rapprocha un peu de Bigorneau, reprenant finalement la parole.

    - Je sais que tu vas attendre le grand discours pour me dire ce qu'il se passe et tout. Mais... Au delà de l'information, c'était comment dans les terres là bas? Dans cette ville de Benedictus? Les gens qui t'accompagnaient, ils étaient comment?

    Oui, l'esclavagiste était curieux. Mais pas uniquement par envie de connaissance. Non, en vérité, il posait ses questions car le capitaine de la Renégate avait clairement vu un avant/après chez son amiral et même s'il lui faisait confiance et bien... C'était un pirate. Aussi il se devait de toujours s'assurer que son ami ne se soit pas écarté de sa voie. Qu'il se soit pas "berrosisé" lors de cette expédition étrange. Ecoutant donc la potentielle réponse de l'élémentaire d'eau, l'esclavagiste vint passer ses mains sur sa nuque, ricanant de plus belle.

    - En tout cas, on peut dire que ça fait du remue ménage tout ça. Promis, si ton annonce fait un bide, je t'accepte dans mon équipage.

    Une énième blague, cachant cependant un soupçon de craintes de la part du triton. Les pirates étaient des esprits libres après tout. Et ce qui pouvait plaire à l'un, pouvait très clairement déplaire à une majorité de poivrots dont le seul but véritable était de se saouler et baiser jusqu'à ce que mort s'en suive. Enfin, ils verraient bien de toutes façons. Ils n'étaient pas non plus du genre à être trop précautionneux les deux pirates. Sinon, l'un ne se permettrait pas d'agir comme il le fait et l'autre n'aurait sans doute pas pactiser avec on ne sait quoi pour permettre à la flotte de devenir plus forte. Mais pour l'heure, Saumâtre se tiendrait aux côtés de Bigorneau. Il l'épaulerait durant son discours et observerait la foule afin de voir ce qu'il en était.

    Et il espérait, au fond de lui, que cette fameuse annonce le motive tout autant que le reste. Car n'y avait-il pas de plus grande espérance que de vouloir obtenir un but commun pour une flotte qui jusqu'à présent n'était même pas parvenu à se nommer elle même?
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Altarus Aearon
    Altarus Aearon
    Messages : 286
    crédits : 1086

    Info personnage
    Race: Humain-elfe
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1914-c-est-l-homme-qui-prend-la-mer-termine#16576https://www.rp-cendres.com/t2080-carnet-de-contact-d-altarus-aearon#17608https://www.rp-cendres.com/t2079-journal-de-bord-du-capitaine-aearon#17606
  • Dim 4 Fév - 8:08
    Altarus observait l'euphorie qui s'était emparée d'une bonne partie des pirates présents pour cette fête nocturne. Calé à la rambarde extérieure de la taverne du Brochet Cramoisi, il avait observé l'arrivée de Bigorneau. D'ordinaire, l'élémentaire exagérait toujours dans son enthousiasme, surtout quand il était de très bonne humeur, mais là, il décrochait presque le pompon. En même temps, il avait de quoi être des plus joyeux. Après l'avoir accompagné à Benedictus, Altarus avait appris de sa bouche même ce que l'Arbre-Monde lui avait révélé comme réponse à sa question. Et ce n'était pas n'importe quelle réponse… Cela avait été LA réponse. Alors forcément, il y avait de quoi faire la fête et de s'enivrer jusqu'à s'en rendre malade le foie et le reste des tripes. Mais là, personne ou très peu de personnes ne savaient la véritable raison de l'exaltation festive de ce soir, sous une belle lune qui plus était et qui se reflétait en toute beauté sur la surface sereine d'une mer ténébreuse. 

    Sans mot dire, le vieux borgne avait suivi du regard son comparse qui partait se débarbouiller un peu, pour se rendre présentable après avoir fait déverser le contenu d'un coffre monumental qu'il avait amené avec lui et laisser le temps aux pirates avides d'or de se remplir les poches, avec la promesse de richesses plus considérables. Aux côtés du demi-elfe se tenait Frenzo, qui hochait horizontalement de la tête en voyant les fêtards se jeter comme des vautours sur le tas d'or et de bijoux répandus sur le sable.

    "C'est ce qu'on appelle se mettre les gens dans la poche avec son déballage de richesse.
    "Tu as l'air dépité..."
    "Je ne comprendrai jamais ce vieux poulpe. Et je ne comprendrai jamais comment vous continuez à le supporter... Regardez-moi ça. Je ne suis même pas surpris de son... spectacle là. "
    "C'est Bigorneau, il est tel qu'il est. N'oublie pas que lui aussi est un pirate. "
    "Oui mais... vous, ce n'est pas pareil et euh.... merde, je ne sais pas comment le balancer."
    "Nous suivons des voies différentes, et qui viennent à se suivre pour rejoindre un même but, un même objectif. "
    "Mais..."
    "Je comprendrai que tu n'adhères pas à mes choix récents, Frenzo. Tu as toujours été un homme loyal, un Second comme jamais je n'en ai eu. Tu as plusieurs fois eu l'opportunité de refaire ta vie, et tu es toujours resté dans mon sillage. Et cela, je peine encore à le comprendre, malgré mon expérience et ma longévite. "

    Pourtant, le demi-elfe savait pourquoi Frenzo acceptait toujours de demeurer avec lui. Il préférait se garder une part silencieuse quant à ce fait. Si un jour, son Second venait à demander à partir, il ne cherchera pas à le convaincre de demeurer à ses côtés. Il l'aidera même à démarrer au mieux sa nouvelle existence. Frenzo était humain également. Le Capitaine sera encore de ce monde quand il rendra son dernier soupir...

    Frenzo se gratta l'arrière de la nuque, ne sachant comment répondre à cela. Pendant qu'il cherchait que dire, il regarda les joyeux festifs qui s'agitaient en tous sens pour ramasser le trésor offert par Bigorneau.

    "Hé ! Mais il y a des hommes à nous dans le tas ! Capitaine, est ce que je..."

    Altarus tendit son oeil valide vers la nuée remuante. Il repéra quelques marins de la Corvette.

    "Tant qu'ils ne provoquent pas de rixes ou qu'ils n'en viennent pas à se battre... Il faudra veiller à ce que cela ne provoque pas de jalousie une fois revenu à bord... "Il tourna sa tête vers l'humain. "Une répartition égale entre tous les membres d'équipage serait de mise, ne crois tu pas ? "
    "En effet, mais il faudrait que je sois dans tout ce brouahah et que je joue des coudes."
    "Vois cela comme une opportunité. Un bon moyen de te défouler aussi. Enfin... juste ce qu'il faut. "

    Le Second eut soudain un très large sourire.

    "Faut pas me le dire deux fois Capitaine. Je surveillais nos hommes et peut-être, que j'en profiterais pour faire chier quelques connaissances. "

    Altarus aurait pu sourire à l'enthousiasme de son subalterne, le regardant se précipiter vers la nuée. Il porta son regard vers la direction prise par Bigorneau pour rejoindre son cabanon. Il se rappela la conversation qu'ils avaient eue en tête-à-tête. À voir comment les pirates poussés à la fête et à l'alcool comprendront son discours. Abrutir les esprits avec de la boisson coulant à flot, d'accentuer la soif d'aventure et de trésors avec son déballage de richesse, de tantôt étaient des méthodes vieilles comme le monde et employées par des armateurs ou des capitaines sans qu'ils soient pirates. Bigorneau était rusé, malgré ses frasques et ses attitudes extravagantes comme brutales. Il avait des cartes en main, pour ses coups d'avance. Altarus ne serait même pas surpris d'en être une d'ailleurs.

    Oui, il n'oubliait pas sa grande conversation avec Bigorneau...


    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Capella Tiamat
    Capella Tiamat
    Messages : 135
    crédits : 407

    Info personnage
    Race: Sirène
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre Mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1311-https://www.rp-cendres.com/t1494-https://www.rp-cendres.com/t1385-
  • Lun 5 Fév - 10:03
    Il n'y a que là où les pirates règnent que les fêtes sont si folles. Capella, assise dans le sable près d'un feu de camp, sirote l'eau d'une noix de coco en même temps qu'elle tient les comptes pour le petit groupe de charognards qui l'entoure. Elle n'avait eu aucune difficulté à s'intégrer aux habitués du coin dès son arrivée, et s'était déjà fait une place parmi les rapaces les plus cupides de Brumerive. Alors que la soirée approchait son apogée, elle et ses "nouveaux amis" observaient une tablée de bons vivants, et faisaient des paris sur leur degré d'ivresse. Qui s'effondrerait en premier ? Qui serait le dernier à tenir debout ? Qui boirait le plus ? Chaque convive avait été affublé d'un sobriquet plus ou moins lié à son apparence physique, et c'est ainsi que les vautours du feu de camp d'à côté théorisaient allègrement sur l'endurance de "Barbe Verte", la gourmandise de "Jambe De Bois" ou les nombreuses pauses pipi de "Bandana". Un passe-temps aussi divertissant que lucratif, qu'elle appréciait déjà quand elle vivait près de Kaizoku. Enfin, elle n'avait pas vraiment le temps de se sentir nostalgique, étant plus que bien occupée depuis qu'elle avait placé sa nouvelle base dans les Mers du Nord.

    La sirène avait mis en pause ses projets personnels pour venir ici, et cela pour deux raisons. Tous les malfrats de la côte Sud parlaient du retour de l'Amiral Bigorneau, et sa curiosité n'avait pu qu'être titillée lorsqu'en se renseignant, elle avait appris qu'il préparait une annonce importante. Mais au-delà de l'appât du gain, Capella voulait également voir cet Amiral de ses propres yeux pour confirmer ses doutes sur un autre sujet. Un sujet lié à son passé, non pas en tant que Capella, mais en tant que Hiran, sa première itération sur le Sekai, vieille de plusieurs siècles. Ce Bigorneau, était-il le même qu'elle avait connu dans sa vie d'avant ? Si oui, alors le nom de son navire, qui revenait régulièrement à ses oreilles depuis son débarquement, n'était pas une coïncidence. Quoiqu'il pourrait aussi être un de ses descendants, ou un autre être réincarné…

    Elle est tirée de ses réflexions par l'arrivée sensationnelle du fameux Amiral. En voilà un qui savait mériter les chopes levées et les joyeuses interjections qui lui étaient adressées. Les yeux vissés sur le bruyant personnage, elle ne se rend pas compte de la taille du sourire qui étire lentement ses lèvres alors qu'elle profite du spectacle.

    C'est lui.

    - Merde, on a perdu Bandana et Gueule de Bouc !

    L'exclamation écœurée de son camarade arrache quelques grognements à l'assemblée - en voilà deux qui n'ont pas résisté à l'appel du coffre qui venait d'être balancé sur la plage. Les yeux bicolores de la sirène quittent enfin l'élémentaire qui s'éloigne, pour scruter les richesses qui ornent le sable et sont déjà arrachées entre mains, crochets, pinces et autres appendices. Une part d'elle est tentée de rejoindre la mêlée, mais cela reviendrait à abandonner sa mise - une perspective qui fait que ni elle ni son groupe ne cède à la tentation. Non seulement ils connaissent déjà la couleur des pièces qu'ils convoitent dans leur petit jeu, mais en plus, ils pourraient bien bénéficier de l'enrichissement des autres s'ils parvenaient à leur faire miser les miettes qu'ils étaient allés picorer. Le doyen des rapaces intime aux déçus de garder à l'œil les convives égarés, au cas où ils reviendraient à leur table plus tard. Les convives qu'ils guettaient avaient doublé en nombre, et il fallut se décider sur les surnoms des nouveaux arrivants.

    Tous n'oubliaient pas non plus l'avantage décisif que deviendrait le fait d'être resté sobre spectateur des festivités. Quand l'ivresse apporterait sommeils profonds et gueules de bois, quand l'euphorie ambiante diminuerait plus encore la vigilance des simples d'esprit, alors viendrait leur propre petite heure de gloire.

    Mais d'abord, continuons de nous enrichir sur celle de Bigorneau, pensaient-ils tous en chœur.

    CENDRES


     A l'aventure ! [Libre : Pirates de Brumerive et leurs copains] Ypnq
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Erwin Staal
    Erwin Staal
    Messages : 110
    crédits : 774

    Info personnage
    Race: Humain/Oni
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3223-erwin-staal-terminee
  • Lun 5 Fév - 18:11
    A l'aventure !
    Feat. Les Pirates
    Durant une magnifique journée d’automne, je m’étais rendu à Brumerive à la recherche d’un nouveau contrat de chasse. Effectivement, comme je l’avais déjà annoncé à Bigorneau par le passé, je comptais devenir un brave pirate, une fois mon enquête sur la fameuse personne qui me recherchait terminée. Enfin, je me disais que, peut-être, en voyageant en mer, je pouvais en apprendre plus sur ce fameux guerrier Oni qui me traquait depuis presque quatre longues années maintenant. Étant un être solitaire, je m’étais installé à l’une des tavernes de Brumerive qui bordaient la plage, écoutant les conversations des autres ivrognes, attendant peut-être d’entendre parler d’une chasse aux monstres ou autres.

    Mais, non, en une après-midi, je n’avais rien entendu de tel. Cependant, l’un des hommes avait parlé du retour de l’Amiral, avec une grande nouvelle qui plus est. Apparemment, son retour se ferait le soir même, sous l’astre d’argent et, sur les plages de Brumerive. Évidemment, je n’allais pas manquer une occasion de revoir l’Amiral, peut-être que lui, il avait un contrat à me donner ou autre. De toute façon, le connaissant, il allait bien me trouver une utilité, enfin je l’espérais. Bref, toujours installé à la taverne, je décidai d’attendre que la nuit tombe et ensuite, d’aller me poser sur la plage, attendant l’apparition de l’élémentaire d’eau.

    La nuit tombée, j’observais les pirates aux alentours et parmi eux, je reconnus une tête qui me semblait familière. Enfin, ce n’était certainement que mon imagination. Durant plusieurs minutes, j’étais plongé dans mes pensées, jusqu’à ce que l’élémentaire nommé Bigorneau daignât sortir de l’eau sombre, en compagnie de quelques-uns de ses amis. Un en particulier attirait mon regard, parce que, je ne l’avais encore jamais vu. Bon, d’un côté, je n’étais allé qu’une seule fois sur la Ginette, je n’avais pas forcément vu tout son équipage.

    L’Amiral, une fois sorti de l’eau, annonça qu’il allait se nettoyer avant de faire son annonce, mais au moins, il avait eu la générosité de laisser un coffre rempli d’or à la disposition des autres. Un avant-goût de ce qu’il y avait à gagner d’après lui. Habituellement, je serais sceptique, mais il fallait bien admettre que l’Amiral voyait les choses en grand. Alors oui, s’il y avait de l’or à se mettre sous la main, je serais forcément de la partie.

    Je décidais de ne pas prendre part aux festivités. Habituellement, je buvais comme un trou, mais pas ce soir. S’il avait une annonce vraiment importante à faire, je tenais à avoir toute ma tête et puis, Carnage était de cet avis aussi, bien évidemment. Même si, la plupart du temps, c’était lui qui m’insistait à boire, bah pas ce soir. J’en étais étonné moi-même, mais bon, notre relation avait tout de même bien évolué.

    - Ah, Erwin, que penses-tu que ton ami va nous annoncer aujourd’hui ? Une chasse à la bête mythique ? Une île remplie de trésor, mais gardée par un dragon ?

    - Je ne sais pas, on va simplement attendre encore un peu et après, on verra ce qu’il a à dire. Je dois avouer que je suis assez impatient, même si, tu me connais, la patience est une des rares qualités que je possède.

    - Oui, t’as pas vraiment le choix en même temps. Tu voudras qu’on essaye ce…

    - On verra Carnage, chaque chose en son temps. Si la mission nous le permet, oui.


    - Me coupe pas petit connard ou je fais tourner ta mère dans la taverne des pirates. Elle va être bien avec des tentacules dans la...

    - Arrête toi là, j'ai compris.

    Toujours aussi agréable ce démon, n’est-ce pas ? Enfin, pour l’heure, j’attendais avec impatience l’annonce de ce cher Amiral. Tant de questions se posaient simultanément dans ma tête.
    CENDRES
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Eustache le Boscambusier
    Eustache le Boscambusier
    Messages : 6
    crédits : 98

    Info personnage
    Race: Hybride (Homard)
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3213-hrriiiiiiiiiiiiii-eustache-le-boscambusier-termine
  • Dim 18 Fév - 15:28
    L’ancre reposée contre le buffet, Eustache, fidèle boscambusier de notre cher amiral, vaquait à ses occupations les plus importantes. Il gérait la bouffe. Parce-que bon, on a beau être pirate, libre, cruel, pillard, violeur et tout ce qu’on veut, il y a quand même des choses que l’on respecte sur les mers. Et les provisions, ça en fait partie.

    Autant l’alcool coule à flot avec les tonneaux mis en perce à grand renfort de pinces, autant la bouffe, ça se mesure, ça se prépare et ça se fait bien. Il ne sera jamais dit, Eustache vivant, que Brumerive ne savait pas faire la fête et rien de tel qu’un festin pour ça. Eustache se sentait chez lui ici, pas de jugement sur sa carapace rouge, les riverains des côtes comprenaient qu’il ne savait pas parler, qu’il avait ses petits défauts lui aussi. Ils arrivaient à lire dans ses grands yeux noirs miroitants ses émotions, déchiffraient sans trop de peines les sons vibrants qu’il produisait en frottant le rostre qui lui servait de nez avec ses pédipalpes.

    Heureusement, les derniers pillages avaient été couronnés de succès, les coffres débordaient de richesses dérobées aux pauvres proies des écumeurs et les calles débordaient de prisonniers et de vivres, parfois des deux.

    Boucher paisible, cuisinier talentueux, il avait pensé a préparer plein de petits plats. Qu’il s’agisses de salades d’algues agrémentées de citrons, de fricassées de légumes sans parler de toutes les préparations que l’on pouvait faire avec des œufs de poissons. Il y avait par-ci par-là des coquillages, à manger crûs ou qui étaient cuits, des homards, nourriture du pauvre qui s’avérait pourtant terriblement goûteuse une fois bien préparée. Certains auraient pu trouver ça étrange qu’un hybride homard colossal ne serve ses congénères les plus sauvages à manger, mais ceux qui connaissaient Eustache savaient bien que ce genre de pratiques était la moins troublante.

    C’était joyeusement qu’il avait enlevé la peau d’un des captifs de Brumerive, ne prenant même pas la peine de l’assommer pour limiter la douleur, voir de tout simplement l’égorger afin de travailler en paix. Non, fin gourmet, Eustache avais découvert tout naturellement que les humains, comme beaucoup d’autres créatures, sécrétaient quelque chose dans leurs chairs quand ils souffraient. Parfois, ça gâtait la viande, comme pour le bétail, où du coup une mise à mort rapide et sans douleur était préférable. Autant, chez les humains, cette étrange substance donnait un côté euphorisant à la viande, surtout celle de la cervelle. Le goût de la peur peut-être ? Ou au contraire, celui du cerveau qui se berce d’illusion pour mieux gérer l’horreur ? Qu’importe en vérité, il expérimentait dans ses petits plats.

    Le ventre évidé et les organes les moins nobles réduits à l’état de viande hachée qu’il bourrait dans les boyaux pour en faire des saucisses qu’il faisait griller avec une minutie particulière. Eustache avait bourré la cavité abdominale du prisonnier avec un mélange de légumes et de cervelle. Les côtes avaient été sectionnées, à grand renforts de pince, au niveau de leurs attaches avec la colonne vertébrales et n’attendaient qu’à être saisies pour être mangée. Les cuissots, avaient été séparés des hanches, désossé, il avait préparé les jambes comme un rôti de porc ficelé, à cuisson lente afin qu’elles restent juteuses.

    Sans parler des friandises préférées de nombreux de ses comparses anthropophages, les doigts, orteils et oreilles, frites dans de l’huile qui devenaient de véritables petits amuses-bouches aussi savoureux que croquants.

    Cependant, connaissant les sensibilités de chacun, il préparait aussi d’autres animaux, du porc, du mouton et j’en passe afin que tout le monde puisse profiter de la générosité et surtout, puisse être témoin de la richesse du capiral qui les avait rassemblés icelieu.

    Et c’est donc tout naturellement qu’Eustache attendait paisiblement que Bigorneau n’explique pourquoi il avait rassemblé tout ces personnages. Proposant à Saumâtre un petit plateau de rouleaux aux œufs de poisson, avec quelques doigts en guise d’amuse-bouche.
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum