DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Pancrace

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Leur combat     I7Vm50z
    Gazette des cendres
    Hiver 2024
    Lire le journal
    #5
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    La marche du vent d'acier
    Derniers sujets
    Validation des RP de Ben [Reike]Aujourd'hui à 10:37Ben le Bouc
    Derrière le rideauAujourd'hui à 10:22Ben le Bouc
    Souvenirs douloureux [PV Nut Shidhi]Aujourd'hui à 9:01Amédée Sauventreen
    Nomination [Cyradil]Aujourd'hui à 0:33Cyradil Ariesvyra
    Anha zhavvorsa [Tensai]Hier à 23:14Tensai Ryssen
    L'air du Vent | Feat ZéphyrHier à 23:06Zéphyr Zoldyck
    OrigineHier à 22:59Zéphyr Zoldyck
    La lune et ses étoiles - PAHier à 22:54Tensai Ryssen
    Déchéance [Lyra et Alaric]Hier à 22:47Zéphyr Zoldyck
    Mon Voisin Du DessusHier à 22:43Erwin Staal
    2 participants
    Aller en bas
    Impératrice-dragon du Reike
    Impératrice-dragon du Reike
    Ayshara Ryssen
    Ayshara Ryssen
    Messages : 373
    crédits : 1697

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: S - Impératrice
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t202-l-imperatrice-dragon#612
  • Lun 12 Fév - 7:05

    Depuis sa tendre enfance, le cœur d'Ayshara battait d'indignation contre certaines lois archaïques de la nation du sable, particulièrement celles qui réduisaient ses sœurs d'armes et d'esprit à des silhouettes qui évoluaient froidement dans l'ombre de leurs homologues masculins. Il s'agissait d'une injustice qui la consumait de l'intérieur. Ces mâles, ils ne se gênaient pas de brandir leurs privilèges tels des oriflammes, régnaient en maîtres, monopolisaient les postes de pouvoir et la prééminence familiale. Elle-même, malgré sa couronne et l'héritage quasi divin qu'elle représentait, ressentait l'étau de ces traditions désuètes qui entravaient l'épanouissement véritable des reikoises. La question de la chasteté et du sexe hors mariage s'avérait une autre plaie béante au sein de cette société aux mœurs guerrières. Les femmes - en particulier - se voyaient accablées par le poids des coutumes ancestrales, leur corps devenant un enjeu de pureté et d'honneur familial. La vérification de leur virginité leur enlevait toute forme de liberté, de dignité et d'autonomie. Cette injustice, si viscérale, faisait rage dans la tête de l'impératrice. Les regards de ces jeunes filles, ces sourires contraints... Tout cela lui révélait le reflet de cette oppression silencieuse qui n'allait probablement jamais s'évanouir.

    Consciente que l'égalité des sexes n'était pas une priorité des grands seigneurs de l'Empire, la vosdraak essayait néanmoins de tracer son bout de chemin, une petite victoire à la fois. Toujours en pétant les couilles du plus de mecs possible. Et aujourd'hui, elle allait accomplir une nouvelle action allant exactement en ce sens : un discours qu'elle réservait exclusivement aux étudiantes de la prestigieuse Université de Drakstrang. Histoire de mener à bien une potentielle révolution féministe, il fallait commencer par avoir la future élite féminine du Reike de son côté.

    Escortée de sa garde royale, la souveraine immaculée progressait au sein de la capitale, son fils de quatre printemps ayant "décidé" de la suivre pour cette journée spéciale. L'air matinal encore frais caressait leurs visages alors qu'ils avançaient, confiants et excités par ce qui les attendait. Les rues s'animaient peu à peu. Les marchands préparaient leurs étals, les citadins vaquaient à leurs occupations, mais tous s'arrêtèrent un court instant afin de saluer respectueusement la reine ainsi que son écailleux héritier. Et lorsque le cortège arriva enfin devant la meilleure école militaire du Sekai,  l'âme sœur de Tensai ne put réprimer un sourire de satisfaction en contemplant cette grandiose bâtisse dont les pierres anciennes racontaient des siècles, non, des millénaires d'histoire et de savoir. Après le palais impérial, c'était très certainement l'institution la plus précieuse - et puissante - de l'Empire. Avec le retour des titans et des différentes tensions géopolitiques, ça devenait de plus en plus nécessaire de la protéger.

    Évidemment, le directeur principal de l'endroit, le légendaire Keerius, fut le premier à accueillir la belle jeune femme. Via leurs positions respectives, les deux personnages se connaissaient déjà relativement bien. Peut-être pas au point d'être des amis intimes, mais ils entretenaient une relation basée sur la cordialité et le respect mutuel. Ayshara admirait le Dévastateur pour ses prouesses martiales, son leadership hors du commun, et surtout pour ses liens extrêmement directs avec la fondation de leur patrie. Ce type, il avait quand même été super proche des premiers monarques, Tensai et Akasha Draknys. Ce n'état pas rien.
    Toutefois, ils ne s'éternisèrent pas avec des formalités et retournèrent assez vite à leurs occupations. Sourire aux lèvres, la mère-dragon, sa progéniture et sa garde pénétrèrent à l'intérieur d'un auditorium bondé, vaste salle aux voûtes élancées. Des étudiantes, des enseignantes, des érudites de tous horizons y avaient pris place, leurs yeux rivés sur la scène où allait se tenir l'événement. Aucun homme ici. À l'exception de son escorte et du dragonnet. Lorsque la blonde fit apparition, un frisson presque palpable traversa l'assemblée. La lumière tamisée du lieu semblait se courber en hommage à sa présence tandis que la beauté pure de la vosdraak captiva immédiatement l'attention de l'auditoire exclusivement féminin. En s'avançant, Ayshara salua la foule d'un geste souverain, d'une élégance naturelle et d'une aisance royale lui étant singulière.

    - Bonjour, mes sœurs ! Aujourd'hui, je m'adresse à vous en tant qu’épouse, mère et compagne dans cette lutte qui est la nôtre. Nous vivons une époque où les titans et les archontes menacent tout ce que nous aimons. Pourtant, il y a une vérité qui ne doit jamais être négligée : sans notre participation, le Reike n'aurait jamais été aussi puissant et splendide qu'à l'heure actuelle. Chaque victoire sur les champs de bataille a été soutenue, nourrie et inspirée par une femme. Constamment, nous avons veillé et protégé, à l'ombre. Nous avons offert aide, amour et sagesse... Ne pensez-vous pas qu'il serait temps que ce rôle capital soit reconnu et célébré au grand jour ? Aujourd'hui, 5000 ans plus tard, je vous appelle à sortir de cette ombre, à revendiquer votre place parmi notre société. L'Empire a plus que jamais besoin de cette force, de ce courage et de cette précieuse capacité à guider et à inspirer nos prochains. Nous représentons le cœur battant de notre patrie. La flamme ardente qui brûle en son centre, c'est nous. Ensemble, nous pouvons forger un avenir différent. Un avenir où nos filles ne seront plus des figures secondaires et soumises, mais des piliers sur lesquels reposera la grandeur de nos héritages. Alors, mes sœurs, futures collègues et amies, levons-nous ! Unissons-nous au sein de cette quête de justice et de parité. Faisons entendre notre voix, non pas en chuchotements, mais en cris puissants capables de provoquer de si terribles tempêtes de sable que ces hommes ne pourront continuer de nous ignorer éternellement. Mesdames, nous ne demanderons pas de permission ! Nous revendiquerons notre droit. Le droit de marcher à côté de nos frères comme des égales. Car, sans nous, le Reike ne serait qu'une coquille vide. Avec nous, il est, et demeurera toujours, invincible.

    Suite à la prononciation de ce dernier mot, la salle éclata en un tonnerre d'applaudissements et d'acclamations. Certes, Ayshara aurait souhaité prolonger ce moment de communication forte, mais elle savait l'importance d'un message concis et impactant, le but n'étant pas d'endormir ces reikoises, qui, après cela, devaient sûrement retourner en classe pour une rude session d'apprentissage ou d'enseignement. Sourire aux lèvres, la dragonne fit des gestes de la main gracieux à la foule bruyante, ses améthystes pétillant d'une passion absolument contagieuse. Son cœur se rythmait à la même fréquence que cette solidarité manifeste et espérait avoir enflammé des étincelles de révolte et d'ambition dans l'âme de ces demoiselles à l'avenir prometteur.

    Quittant l'auditorium, l'impératrice et Draknys, suivi de près par leur escorte, se dirigèrent vers sa loge. L'atmosphère y était vachement plus calme. Soupirant doucement, la vosdraak posa ses prunelles sur le planning de cette journée spéciale Drakstrang que ne faisait que débuter. Des rencontres programmées avec plusieurs professeures et responsables féminines de l'établissement universitaire y figuraient. Ces échanges étaient cruciaux, parce qu'ils serviraient à tisser les premiers fils d'un réseau de soutien et d'action, une étape essentielle à la concrétisation de ses idées hors normes. En s'asseyant, elle réfléchit aux discussions à venir. À comment aborder la chose sans passer pour une philogyne extrémiste qui cherchait à dénigrer la gent masculine... Malgré les avancées des dernières années en la matière, la cadette de Vaenys ne se trouvait toujours pas en territoire conquis. Ses dents grincèrent d'une légère frustration en repensant à son voyage avec la Griffe, la fois où ils avaient passé la nuit à Taisen et que le Seigneur de la ville ne s'était pas gêné de lui présenter une pièce de théâtre de très mauvais goût. Ça... Elle s'en souvenait comme si c'était hier. Si Ayshara n'avait pas été une femme dotée d'un immense sens de la miséricorde, elle aurait sans doute exécuté les responsables de cette médiocrité sur le champ.

    - Majesté ! Pardonnez-moi du dérangement, mais une jeune étudiante souhaite vous rencontrer quelques minutes. Êtes-vous disponible pour la voir ?

    Un garde interrompit brusquement son état de réflexion et de repos. Assise sur son siège à siroter une tasse de thé, elle hocha la tête en signe d'approbation. Une petite visite ne lui ferait pas de mal avant d'aller dialoguer avec les grosses pointes de l'école. Et qui sait, peut-être que cette rencontre inopinée pourrait lui apporter un lot de surprises intéressantes.

    - Oui, bien sûr. Faites-là entrer !



    Leur combat     Wow
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Isolde Malkyn
    Isolde Malkyn
    Messages : 240
    crédits : 1077

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2669-isolde-malkyn-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2706-le-grimoire-d-isolde
  • Dim 18 Fév - 21:49
    Leur combat
    Feat Ayshara

    Les jeunes femmes de l’Université de Drakstrang avaient été prévenues de l’arrivée de l’Impératrice sur leur campus d’Ikusa. En cette matinée, élèves et personnel de l’établissement s’affairaient de toute part pour préparer cette intervention royale. Chaque salle devait être minutieusement rangée, le lieu transpirait la propreté surfaite et la décoration apparaissait plus poussée que d’ordinaire. Les professeurs revêtaient une tenue soignée et leurs élèves se devaient d’être eux aussi irréprochables.

    Isolde, dont certains cours avait sauté ce matin d’automne, se préparait dans sa chambre étudiante. Une tenue élégante, en restant dans les tons sombres, rehaussée d’une cape aux couleurs de l’Université. Elle avait également pris le soin de tresser sa longue chevelure d’ébène et opter pour un maquillage raffiné aux couleurs chaudes et automnales.
    Chaque étudiante semblait avoir fourni des efforts quant à son apparence. Certaines souhaitaient peut-être attirer l’œil de leur souveraine ou au moins, lui faire bonne impression.

    « Je suis sûre que l’intervention de l’Impératrice sera grandiose ! J’ai si hâte ! » Lança une des camarades d’Isolde, lorsque cette dernière fit irruption dans le couloir.

    La brune haussa les épaules et répondit par une simple moue désinvolte. Non pas parce qu’elle n’avait cure de la présence de leur souveraine sur le campus, mais parce qu’elle n’accordait pas d’intérêt particulier aux femelles surexcitées qui peuplaient l’Université. Par son comportement, quelque peu asocial et froid, elle ne s’était pas fait beaucoup d’amis durant sa scolarité. Elle avait certes manipulé certains individus afin de servir ses intérêts personnels. Mais rien de concret, aucune relation sincère de confiance ne s’était établie. Elle y était pour beaucoup, elle le reconnaissait bien volontiers. Et pourtant, elle n’avait rien fait pour faire évoluer la situation. Il fallait bien avouer que ses études portant essentiellement sur la magie noire, ne lui accordaient pas beaucoup de sympathie de la part des autres étudiants. Et ce, même de la part de ses partenaires dans le domaine. Son goût prononcé pour la nécromancie, qui accaparait l’essentiel de son temps et de ses pensées, n’avait pas joué en sa faveur. Elle passait pour la fille un peu bizarre et obscure, et cela n’allait pas en s’arrangeant. Toutefois, la jeune femme s’en accommodait et elle ne vivait pas mal le fait d’évoluer en solitaire. Surtout si cela lui évitait d’avoir pour compagnie, une de ses filles hystériques et aveuglées par leurs émotions puériles. La nécromancienne ne se reconnaissait pas dans cet archétype de l’étudiante modèle, populaire et joviale. Les approches se faisaient donc assez rares et ceux qui s’y essayaient se frottaient bien souvent à un mur. Pour autant, la jeune femme au regard émeraude s’autorisait quelques rares exceptions, qui ne se révélaient pas être désagréables. Seulement, c’était lorsqu’elle le désirait et à petite dose, choisissant elle-même ses fréquentations. Elle n’appréciait pas se sentir obligée, bien qu’elle se forçât parfois, pour sauver les apparences.  

    Isolde pénétra dans l’amphithéâtre déjà bien rempli, elle prit place dans la partie haute de la salle. Rapidement, elle fut rejointe par la camarade qui lui avait adressé la parole précédemment. Elle était visiblement restée sur ses talons. Il s’agissait d’une élève brillante, mais à mille lieux du tempérament de la mage noire. Certes, elle ne semblait pas fondamentalement rebutante et elle pouvait entretenir quelques conversations courtoises de temps à autres. Mais Isolde possédait cette mauvaise impression que son vis-à-vis cherchait à percer les mystères de la brune, à satisfaire sa curiosité la concernant, plutôt que de lier une quelconque relation. Ainsi, la reikoise gardait encore plus de distance, cette étudiante ne lui donnait pas envie de se confier à elle.  

    Après quelques instants de patience, la salle se remplit totalement. Bon nombre de femmes étaient venues écouter le discours de l’Impératrice. Cette dernière fit son apparition dans la grande salle, face à un auditoire qui se fit aussitôt silencieux et discipliné. La Dame du Reike était accompagnée de son fils et de sa garde. L’étudiante laissa glisser ses yeux sur le petit écailleux, qui paraissait ravi d’accompagner sa mère à l’évènement. Isolde se posait beaucoup de questions sur cet enfant, sur la divinité accordée au couple royal et les mystères qui les entouraient. Elle savait qu’il ne s’agissait pas du sujet du jour, pourtant elle gardait ces interrogations à l’esprit.

    Enfin, la prise de parole de la vosdraak débuta, alors elle rangea tout cela dans son esprit afin de se concentrer uniquement sur le discours. Celui-ci débuta par l’évocation des titans et des archontes. Ils désignaient une menace incessante pour l’Empire et chaque individu se devait d’en être pleinement conscient. L’épouse de Tensai avait raison de chercher à sensibiliser les femmes sur la situation et leur offrir le soutien nécessaire.
    Par ailleurs, même si Isolde restait pleinement ouverte à la présence des femmes guerrières dans l’Armée, elle ne s’attendait pas à une prise de position aussi radicale de la part de leur souveraine. Et elle se demandait ce que pensait l’Empereur de ce genre d’éloges faites aux femmes, voire à un appel au soulèvement. Les mots de celle à la longue chevelure dorée amenèrent un nouveau lot de questions. Sa réflexion ne put néanmoins être poussée, vu qu’au dernier mot prononcé, le vacarme produit par les applaudissements prit beaucoup d’ampleur. L’effervescence se propagea dans l’assemblée et une certaine euphorie se lisait sur les visages.

    « J’aimerais tellement pouvoir lui parler ! Je suis tellement d’accord avec tout ce qu’elle a dit ! » s’exclama sa camarade.

    - « Hum, cela doit être possible, j’imagine. Tu devrais tenter ta chance et lui demander un entretien. » Répondit la brune, par simple provocation.

    « Ohlala non, je n’oserai pas... »

    - « Très bien, je vais le faire à ta place alors. » énonça-t-elle, en défiant son vis-à-vis du regard.

    La mage se leva alors, sous l’œil médusé de l’autre jeune femme. Puis elle se dirigea vers l’un de ses professeurs afin de lui demander si elle avait la possibilité d’échanger avec l’Impératrice. La femme d’âge mûr l’encouragea d’un sourire fier et démonstratif, elle devait elle aussi être sous le feu ardent provoqué par le discours libérateur et avant-gardiste. Elle l’entraîna ensuite dans les couloirs, de manière à rejoindre la loge où se trouvait la souveraine.

    Isolde patientait docilement, bien que son cœur s’accéléra subitement lorsqu’elle entendit la voix de l’Impératrice à l’intérieur de la salle. Cette dernière avait prononcé quelques mots et ils n’étaient pas ceux que l’étudiante avait envisagé. Elle acceptait leur entrevue. La brune y était allée par provocation, guidée par son audace. Évidemment, elle n’avait rien préparé et se retrouvait bientôt face à la dirigeante de la nation. Il fallait improviser.
    Elle pénétra à l’intérieur de la pièce, son professeur lui sourit avant de fermer la porte. Elle se retrouvait alors seule avec la souveraine du Reike, son fils qu’elle gratifia d’un sourire, ainsi que les gardes.

    - « Majesté, mes hommages. » Dit-elle, en s’inclinant. « Isolde Malkyn, étudiante en quatrième année. Je vous remercie de m’offrir l’opportunité de cette rencontre, qui je l’espère n’impactera pas votre emploi du temps chargé. » déclara-t-elle, d’une voix douce.

    Son attitude semblait irréprochable, la brune affichait un sourire délicat et léger, elle se pliait aux règles de courtoisie et de respect, en essayant de rester naturelle.
    Bien sûr, la retenue dont elle devait faire preuve devant son Impératrice, l’empêchait de laisser courir son regard le long de ses courbes qu’elle savait délicieuses. L’effort restait notable vu leur proximité dans cette pièce. Sans compter qu’il s’agissait de la toute première fois que la jeune femme se retrouvait si proche de la beauté éthérée de la vosdraak. Le Reike restait chanceux de posséder une dirigeante aux particularités physiques voluptueuses. Tout comme l’Empire l’était d’avoir un valeureux guerrier émérite pour Empereur.  

    - « Votre discours s’est avéré édifiant et j’ose me faire la porte-parole de mes camarades pour vous le faire savoir. Nous sommes conquises par vos idées et par l’intérêt que vous portez aux femmes de l’Empire. » énonça-t-elle, toujours très respectueusement. « Je suis curieuse de connaître vos éventuels projets pour mettre à bien cette mission, qui semble vous tenir à cœur, Majesté. »

    Bien qu’elle mît naturellement davantage les formes et elle enjolivait volontairement ses propos, Isolde ne manquait pas de sincérité quant à la curiosité qu’elle portait face aux futurs projets de l’Impératrice. Elle espérait que cette dernière pût l’aiguiller sur sa manière visionnaire de voir la nation du désert.


    CENDRES


    I am a mortal, but nothing human inside. What will be left of me when I'm dead ?


    La berceuse d'Isolde
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum