DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Siame

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Une Arme contre nature JvNj4PH
    Gazette des cendres
    Été 2024
    Lire le journal
    #7
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Coeur de Melorn
    Derniers sujets
    Démoniaques philosophies [Savoir]Aujourd'hui à 2:44Savoir
    RPS REPUBLICAINS DE RUBY DRAGLAMEAujourd'hui à 2:24PNJ
    RPs spéciaux - Vaenys DraknysAujourd'hui à 2:18PNJ
    RPs Spéciaux d'Altarus AearonAujourd'hui à 2:15PNJ
    Shahana Daaki [Terminée]Aujourd'hui à 0:26Shahana Daaki
    Rp Reike de la montagne (Kilaea)Hier à 20:30Kilaea Sliabh
    Une Mort Silencieuse - PAHier à 19:43Pancrace Dosian
    [Flash-event] Le Bal du Reflet des ÂmesHier à 19:36Afosios Smaragdi
    Validation RP Qwellaana (Reike)Hier à 19:06Qwellaana Airdeoza
    3 participants
    Aller en bas
    Affilié au Reike
    Affilié au Reike
    Stadzank
    Stadzank
    Messages : 135
    crédits : 425

    Info personnage
    Race: Gobelin
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2574-stadzank-le-nettoyeur-du-couple-imperial-fiche-terminee#22157
  • Jeu 11 Avr - 12:46
    Encore tout retourné de l’aventure sordide qu’il venait de vivre dans les souterrains, le gobelin relisait, pour la cinq ou sixième fois, le rapport qu’il comptait rendre à ses maîtres. Les mots de Mégère résonnaient encore dans sa tête : un Rituel à l’ombre de l’Arbre-Monde, la Forge Divine, une femme à l’œil unique, le Portail menant au Royaume Divin, un enfant des Divins et du Sekai, un outil pour communiquer avec l’entité... Oui, il avait bien consigné toutes les informations sur ce parchemin et s’était assuré de la véracité de ses souvenirs en recoupant les informations qu’avaient entendu ses deux Arlequins présents dans la salle d’interrogatoire au moment des révélations.

    Des bruits de pas se firent entendre. N’ayant pas perdu la méfiance de l’assassin indépendant, Stadzank planqua le parchemin et se saisit de ses deux dagues. Même si la sécurité du Palais d’Ikusa était irréprochable, lui était bien placé pour savoir qu’un bon agent était capable de s’infiltrer partout pour faire sa basse besogne. Surtout qu’il détenait à la fois des informations sensibles qu’il avait dû malheureusement coucher sur le papier et un artefact en sa possession : si pour une raison ou pour une autre des agents des titans étaient au courant, il était “de facto” une cible prioritaire.

    Les sons des pas se rapprochèrent jusqu’à s’arrêter devant la seule issue de sa cellule. Une lettre fut glissée sous la porte, une lettre portant le cachet du chambellan du Palais. Zéphyr avait donc suivi l’affaire de loin mais n’avait pas oublié la précieuse audience dont ils avaient discuté lors des festivités à la suite du retour de la Marche de Vents d’Acier. Une invitation au Palais pour Strytart Gloidveeld : l’Oreille avait exhaussé les vœux du petit être vert et avait eu la délicatesse de lui laisser quelques jours pour se préparer.

    C’était la bonne nouvelle idéale pour arrêter de cogiter et de chasser les images d’horreurs qui ne cessaient de le perturber. Une invitation pour le faux bijoutier pour une entrevue avec le Couple Impérial et quelques membres du Conseil, c’était le retour en grâce du clan Gloidveeld devant le “Tout Ikusa” ! Et une sacrée revanche sur le clan rival des Treagveeld... Mais encore fallait-il que tous sachent ce que contenait le petit carton d’invitation que le gobelin tenait entre ses mains et toute la difficulté résidait dans le fait que finalement, personne ne verrait ce carton d’invitation. Pas avare d’idées, Stadzank se précipita à la surface et notamment à la bijouterie de son cousin Gluglil . Il allait mettre à profit les ressources de son clan pour montrer à toute la Capitale qu’ils étaient “de retour aux affaires”. Déjà, leur première arme et non des moindres : la rumeur. C’était la préférée de son cousin car elle ne coutait rien, le pingre. Glulgil et ses nombreux cousins-cousines répandraient la nouvelle lors de discussions endiablées à la bijouterie et aussi (et surtout) dans toutes les tavernes les plus bondées d’Ikusa.

    Deuxièmement et le gérant de la bijouterie avait insisté sur ce point : des petits cadeaux pour chaque membre de la famille royale et un joli écrin pour l’artefact que Stadzank avait eu le bon sens de ne pas montrer à Glulgil. Moins de gens en savent sur le sujet, mieux le secret serait gardé.  

    Et dernier point : un magnifique cortège pour l’invité du jour. Une arrivée qui fasse du bruit et qui marque les esprits. Stadzank se débrouilla pour louer un majestueux carrosse, flanqué pour l’occasion du blason des Gloidveeld, et se paya les services d’une tribu de cavaliers du désert - pas moins de 100 cavaliers en arme - pour l’escorter de la porte de Taisen jusqu’aux grilles du Palais. Ses Arlequins s’étaient fait faire des uniformes à l’image des militaires du Reike mais bien sûr toujours griffés du blason du clan de gobelins.

    Le jour tant attendu était enfin arrivé. Le carrosse, conduit par deux de ses hommes de main, était sorti discrètement par la porte nord de la ville et avait longé les murailles de la ville pour rejoindre son escorte quelques kilomètres avant la porte de Taisen : la centaine de cavaliers l’attendait bien sagement, parfait. Bien sûr Glulgil hurlerait quand il prendrait connaissance du coût faramineux de l’opération mais qu’importe ? Le prestige du clan passait avait tout selon Stadzank et vrai Patriarche de la famille.

    Cinquante cavaliers s’élancèrent puis le carrosse et enfin le reste des guerriers du désert en direction de la porte de la Capitale. Elle était grande ouverte pour l’occasion, le gobelin s’était chargé de prévenir la garde de la cité de son arrivée, avec quelques couronnes en guise de “pourboire” qui feraient certainement le bonheur des taverniers ce soir. Arrivé au niveau de la porte, un des cavaliers de tête sonna du cor pour prévenir les citoyens de la ville de l’arrivée du cortège. Les badauds, certains prévenus par la rumeur qui circulaient depuis quelques jours, se pressèrent pour apercevoir le carrosse richement décoré et vérifier de leurs yeux la véracité de ce bruit de taverne.

    Un petit attroupement de curieux s’était d’ailleurs formé devant les grilles du Palais mais voyant le cortège arrivé à la vitesse du petit trot, tous s’écartèrent pour leur laisser la place d’ouvrir les portes de l’enceinte du lieu de résidence des Souverains. Seul le carrosse entra, les cavaliers, eux, s’alignèrent en rang de chaque côté de la porte, attendant visiblement le retour de leur maître.

    Enfin arrivé devant l’entrée du Palais, un des Arlequins ouvrit la porte du carrosse et c’est un gobelin richement vêtu - certes des habits de mauvais goût - qui en sorti.  

    Une Arme contre nature OIG1

    S’appuyant sur sa canne aux armoiries du clan Ryssen, qui dissimulait une fine épée, Strytart Gloidveeld et ses cinq Arlequins furent escortés par des gardes royaux jusqu’à un petit salon privé plus adéquat pour parler de sujets sensibles que la grande salle d’audience. On indiqua aux hommes du faux bijoutier d’attendre dans l’antichambre réservé aux escortes, le gobelin récupéra la mallette que tenait un de ses hommes et s’introduisit dans le salon après s’être fait annoncer par le chambellan.

    Il put constater que le Couple Impérial était déjà présent et son arrivée avait visiblement interrompu une discussion avec Zéphyr. L’épée-lige s’inclina respectueusement devant ses souverains.

    Majestés.

    Tout en se relevant de sa petite courbette, il fit un clin d’œil fugace à l’Oreille résumant à lui seul leur complicité.

    Messire Zoldyck.

    Il constata que l’Esprit n’était pas encore arrivé. Peut-être souhaitaient-ils aborder quelques sujets avant de faire venir ce nouveau membre de la main ? Ou bien arriverait-elle juste après lui ? Seul l'avenir le dirait
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Zéphyr Zoldyck
    Zéphyr Zoldyck
    Messages : 254
    crédits : 447

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation:
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: B - Oreille
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1330-zephyr-zoldyck-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2145-chronologie-de-zephyr#18202
  • Ven 3 Mai - 16:38
    Zéphyr avait tenu parole. En tant que conseiller royal, il avait fait en sorte que leurs Majestés impériales reçoivent un certain Strytart Gloidveeld. L’audience avait été fixée facilement, et l’Oreille avait bien sûr averti Ayshara et Tensai de ce qu’il en était réellement. Leur homme-lige demandait à les rencontrer pour leur rendre compte de l’expédition de Vent d’Acier. Le couple avait déjà eu des rapports de Melorn et de Deydreus, qui avait été le commandant des troupes reikoises : en conséquence, les souverains et le maître-espion avaient déjà une bonne idée de ce qui s’y était déroulé. Stadzank pouvait cependant y apporter un œil neuf, et surtout, il avait eu pour mission de ramener tout élément utile lié à leur lutte contre les Archontes. Un objectif qu’il avait su remplir avec brio, semblait-il, et qui justifiait déjà l’entrevue avec les dirigeants du Royaume.

    Mais ce n’était pas tout. Mégère, une diviniste, avait été capturée par les forces reikoises, et elle avait été soumise à la torture par le gobelin. Sans surprise, elle avait fini par parler. Son esprit était brisé, mais ce n’était ni l’assassin aux yeux dorés, ni le roi de cette nation qui allait la pleurer. Au contraire, son sort serait décidé prochainement, et alors que l’assassin progressait tranquillement dans le palais, il devinait déjà quelle serait la réponse de Tensai à ce sujet. A moins qu’Ayshara ne vînt tempérer sa décision ? Non, il en doutait. La vieille folle faisait pitié, mais cela voulait pas dire qu’on lui ferait miséricorde pour autant, en la laissant retrouver sa liberté. Au contraire…

    S’arrêtant près d’une fenêtre qui lui montrait la belle ville d’Ikusa, un sourire effleura les lèvres de Zéphyr lorsqu’il aperçut de loin le cortège qui s’était mis en route. « Stryrtart » serait bientôt là, et il serait alors conduit dans un salon privé, où les précéderait le couple impérial. En toute honnêteté, l’Oreille n’était pas sûr qu’il fallût en faire autant au point de défiler avec plus de cent cavalier dans la capitale – le serviteur d’Ayshara aurait très bien pu entrer en toute discrétion au palais – mais puisque le clan des Gloidveeld lui tenait manifestement à cœur, il n’y avait aucune raison de ne pas le laisser faire. Sur ce point, Zéphyr différait particulièrement de Stadzank, car si ce dernier agissait en tant que patriarche de sa famille, le maître-espion, pour sa part, s’était très tôt désolidarisé des attentes familiales. Comme le vent dont il portait le nom, il s’était fait brise et était devenu insaisissable. Mais il ne méprisait pas ceux qui tenaient à la prospérité de leurs pairs, bien au contraire. C’était un désir légitime et honnête. Et puis, son ami devait bien prendre plaisir à cette petite revanche qui ferait pâlir d’envie les rivaux des Gloidveeld.

    Détachant son regard de la suite d’honneur, qui se dirige désormais vers le palais, Zéphyr reprend la route, d’un pas un peu plus vif. Il n’est pas pressé, mais il veut s’assurer que tout est en ordre. Aussi, quand il tourne à l’angle d’un couloir, il n’est pas surpris de trouver une de ses Sentinelles, qui lui confirme que tout a été fait selon ses désirs. Le salon privé pour accueillir Stadzank a bien été sélectionné dans une partie reculée du palais, et des mages d’état ont bien su mettre en place un sortilège pour qu’aucun son ne sorte de la pièce. De la même manière, il n’y a aucune âme qui vive dans les horizons. D’ailleurs, leurs supérieurs sont déjà arrivés, et le regard de Zéphyr dérive alors vers les portes qui conduisent au petit salon privé.

    - Je vais aller les saluer en ce cas. Soyez prêts à nous amener tout ce qu’il faut quand je vous le dirai.

    L’espion acquiesce et ne bronche pas quand l’Oreille le quitte et ouvre la porte pour entrer dans le petit salon. Un sourire empreint de respect, mais aussi de franchise, apparaît alors sur ses lèvres.

    - Majestés. Je suis désolé que nous ne soyons pas allés dans la salle du trône, mais au vu des sujets qu’on va aborder, et de ce qu’ils risquaient de faire tous ensemble, si expertise il y avait, j’ai préféré prendre quelques dispositions. Notre ami commun va bientôt arriver.

    D’ailleurs, il devait certainement être aux grilles du palais actuellement.

    - Je ne serai pas pointilleux au point de dire que nous serons en danger. Avec Ayshara et Tensai dans la même pièce, difficile de craindre quoi que ce soit en réalité. Mais nous ne savons pas à quoi aboutira notre entrevue. Autant ne pas laisser des yeux indiscrets prendre connaissance de notre rencontre.

    C’est sur ces entrefaites que Stadzank arrive. Zéphyr, naturellement, renvoie son salut par un sourire chaleureux, mais c’est Tensai qui le salue le premier de vive voix.

    - Entre, Stadzank. Il n’y a que des âmes de confiance, ici, et ton secret ne sera pas divulgué si tu te présentes sous ton vrai jour. Assis à côté de son épouse, dans des coussins moelleux, surtout destinés à l’Impératrice, le colosse reste comme à son habitude imposant et autoritaire, mais pour une fois, un sourire vient tempérer ses traits. L’homme est content de revoir son homme-lige, peut-être parce que cela va leur permettre d’avancer les pions du Reike dans la lutte contre les Archontes. Ayshara et Zéphyr m’ont fait part de ton désir d’avoir une audience sous un autre nom. Je ne vais pas mentir, ce genre de faux semblant et de m’as-tu vu avec tes hommes m’indiffère complètement. Au moins, ça c’était dit. Mais si ça a pu remplir tes objectifs concernant ton clan, grogne-t-il, j’espère que tu en es satisfait. Attendons-nous l’Esprit ? Veux-tu parler de quelque chose avant qu’elle n’arrive ?[/b] Naturellement, Tensai ménage un temps pour que leur homme de main puisse leur répondre. Dans le même temps, l’Empereur tourne son regard vers sa moitié avec une mine interrogatrice. Il s’agit là une invitation muette pour qu’elle prenne la parole si elle le désire. Ce qui est bien, dans des cas comme celui du couple impérial, c’est que les mots ne sont parfois pas nécessaires pour se faire comprendre ; et pourtant, malgré ce silence, il est difficile de ne pas voir la connivence entre Ayshara et Tensai. Tout en lui permettant d’avoir une position confortable et digne, le Drakyn a passé son bras dans le dos de sa chère et tendre, dans une attitude à la fois aimante et protectrice. Une fois que cette dernière a éventuellement pris la parole, il ajoute :

    - Il semble que nous ayons beaucoup à discuter.
    - Des rapports que nous avons obtenus de Stadzank, oui, confirme Zéphyr, et sa moue montre qu’il n’est pas forcément heureux de ce qu’il va dire. L’expédition du Vent d’Acier, l’artefact récupéré par Stadzank, ce que l’on sait de Bénédictus et de l’Arbre-Monde, la… « chose » en possession de la diviniste Mégère… Et bien sûr, le sort de cette dernière. Un soupir. Le premier point me semble dépendre de Stadzank ; le second de moi pour ce qui a trait à l’ancienne capitale shoumeïenne, le troisième, avec les artéfacts, d’Ayshara et de l’Esprit. Stadzank et moi resteront bien sûr présents pour donner notre point de vue. Et le sort de Mégère relèvera de votre décision, Altesses. Une légère pause. En ce qui concerne les artéfacts, je préférerais laisser cela aux femmes. Ne le prenez pas mal, Tensai, mais vous, vous risquez de vouloir tout casser…

    Un sourire en coin de Zéphyr montre qu’il se moque un peu de son souverain, c’est vrai, mais cela permettra peut-être de détendre un peu l’atmosphère, et chacun saura s’amuser même un peu de la dernière pique du maître-espion.
    Impératrice-dragon du Reike
    Impératrice-dragon du Reike
    Ayshara Ryssen
    Ayshara Ryssen
    Messages : 545
    crédits : 2706

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: S - Impératrice
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t202-l-imperatrice-dragon#612
  • Lun 13 Mai - 8:12

    - Aaaaaaaaaaah ! Quelle merveilleuse journée !

    Aujourd'hui, une joie immense l'habitait. La cause ? Très probablement la découverte de sa nouvelle grossesse. Ce petit bonheur - encore secret excepté pour son époux et le maître-espion - rayonnait de son auguste personne telle une aura diablement contagieuse. Et même s'ils avaient décidé de rester silencieux quant à cette fabuleuse chose, histoire de voir comment les premiers mois se passeraient avant de faire une grande annonce publique, Ayshara, elle, ne pouvait résolument pas se contenir. Ça grouillait à l'intérieur. Elle voulait partager son émerveillement auprès de chaque individu au sein du palais. Il fallait absolument qu'elle leur fasse comprendre, en ne révélant rien cependant.

    Ce fut donc ainsi que la souveraine de la nation du sable se promena dans les couloirs du château avec un plateau en argent chargé de douceurs sucrées. Sa démarche était celle d'une danse, ses pas rythmés par la mélodie de son propre contentement. Ces succulentes pâtisseries maison plairaient sans doute au personnel !

    - Un doux merci pour votre dévouement ! Dit-elle en distribuant un gâteau vanille à un garde, son sourire éclatant illuminant son visage d'une manière enfantine. Il semblait difficile de ne pas répondre positivement à son enthousiasme.

    Rapidement, les domestiques commencèrent à se poser des questions à propos de l'état de l'impératrice. Oui, elle se comportait (quasiment) toujours de façon bienveillante... Toutefois, quelque chose clochait, en ce jour spécifique. Ils n'arrivaient pas à mettre la main sur quoi exactement.

    - Vous avez remarqué comme l'impératrice est de bonne humeur ?
    - Oui, elle donnait des gâteaux ce matin, avec un sourire si large que j’ai cru qu'elle avait vaincu un titan !
    - C’pas son habitude de faire le tour des postes avec des friandises...
    - Peut-être que l'Empereur lui a offert un cadeau spécial hier soir, si vous voyez ce que je veux dire...
    - Tensai doit être sacrément doué, ha ha ha !
    - Ça doit être ça, ouais !
    - En tout cas, ça leur ferait du bien quelques vacances. Les grosses nouvelles n'arrêtent pas, depuis la guerre à Shoumei.
    - C'est sûr, et pendant ce temps, qui c'est qui garde le palais ? Nous autres !


    En après-midi, le couple impérial patientait au sein d'un salon privé. Des coussins brodés d’or soutenaient délicatement la jeune reine qui s’adonnait à un moment de tendresse partagée avec son époux, en attendant le signal de Zéphyr, celui confirmant l'arrivée de ce cher gobelin.
    Entre les mains d'Ayshara, son ventre, presque imperceptible, devenait l'épicentre de ses attentions, qu'elle caressait affectueusement.

    - Draknys va être grand frère, imaginez un peu. Chuchota-t-elle, capturant de façon sournoise la paume du drakyn pour la presser doucement. La belle se rapprocha encore et trouva le confort dans la chaleur du Conquérant. Sa tête se réfugia à l'intérieur du creux de son cou. Un soupir. Nous sommes vraiment chanceux. Stadzank fait tant pour nous, bravant des dangers que bien d'autres refuseraient même de considérer. Il s'agit d'un courage que j'admire beaucoup. Cherchant à accentuer cette proximité physique, la vosdraak se hissa légèrement et déposa un baiser espiègle sur sa joue, puis glissa son nez contre le sien dans un geste qui se voulait affectueux et intime. Vous pensez que le bébé sait déjà qu'il nous rend si heureux ? À peine avait-elle évoqué leur futur enfant que son besoin de chaleur semblait redoubler.

    Mais hélas, le Maître-espion interrompit ce petit moment d'oisiveté en venant leur annoncer l'arrivée imminente de leur invité du jour. L'impératrice se détacha - à contrecœur - de son époux et accueillit cordialement son ami et confident de longue date. Décidément, elle ne pouvait pas lui en tenir rigueur !

    - Zéphyr, merci pour votre vigilance ! Nous savons que vous ne prendriez jamais de décisions à la légère. Faites entrer notre invité dès qu'il sera là ! Avec une grâce naturelle, elle porta une main à sa robe azurée et réajusta consciencieusement le noble vêtement qui s'était quelque peu froissé pendant l'attente. Ses doigts habiles glissèrent le long du tissu soyeux, lissant les plis pour restaurer l'élégance de sa tenue. Elle tenait simplement à être convenable devant son loyal serviteur.

    Les améthystes de la jeune femme pétillèrent d'amusement en voyant l'accoutrement spécial de l'être vert. Tiens tiens, il revêtait un bien beau costume, celui-là ! L'image de Stadzank se présentant sous un faux nom, jouant à ce jeu d'espionnage avec ses hommes, lui paraissait à la fois absurde et charmante. Elle appréciait l'audace et l'ingéniosité qu'une pareille ruse requérait. Malheureusement, cela ne plut pas tant que ça à son mari qui fut d'ailleurs le premier à prendre la parole d'un ton direct et sans ambages. Par chance, Ayshara lui pardonna assez vite lorsqu'il passa sa main chaude dans son dos, chérissant cette sensation de protection que ce simple contact physique lui procurait.

    Quand le colosse tourna son regard vers sa bien-aimée, lui donnant l'espace pour s'exprimer, elle ne manqua pas de le faire, sourire aux lèvres.

    - Moi je les trouve absolument ravissants, vos habits ! S'exclama-t-elle avant de reprendre un faciès plus sérieux. Stadzank, laissez-moi vous féliciter sincèrement pour vos réussites à l’expédition de Vent d'Acier. Comment avez-vous trouvé votre expérience, là-bas ? J'ai cru comprendre que cela n'a pas été de tout repos. Demanda-t-elle, franchement intéressée par son vécu et sa vision de l'événement. Tout en continuant à afficher un sourire charmant et chaleureux, la dragonne adressa un regard complice à Tensai. Je m'occuperai d'appeler Cyradil lorsque le moment sera venu. Mais avant, écoutons un peu ce que notre ami a à nous dire !

    C'était vrai qu'ils avaient énormément d'affaires à discuter. Difficile de savoir par où commencer exactement. Empathique, l'impératrice pensait qu'il valait mieux sonder les impressions de leur épée lige en premier lieu, ainsi il leur serait peut-être plus aisé de rebondir sur d'autres sujets ensuite. Pour l'instant, l'épouse du roi ignorait moult détails concernant l'interrogatoire de Mégère. Elle ne savait pas qu'ils avaient mis la patte sur un gros poisson, et que celui-ci possédait des informations plutôt croustillantes en lien avec les agissements de leurs ennemis jurés, les titans. Un maillon important d'une chaîne beaucoup plus vaste, en somme.

    Quelles pourraient être les conséquences de ces révélations de cette vieille dame sur la sécurité du Reike ? Et comment les exploiter efficacement pour se préparer à la suite des efforts ?

    Affilié au Reike
    Affilié au Reike
    Stadzank
    Stadzank
    Messages : 135
    crédits : 425

    Info personnage
    Race: Gobelin
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2574-stadzank-le-nettoyeur-du-couple-imperial-fiche-terminee#22157
  • Lun 27 Mai - 16:04
    Malgré une arrivée des plus triomphales, le gobelin n’en menait pas large devant le guerrier le plus puissant de tout le Sekaï. C’est vrai qu’il n’avait pas du tout anticipé la réaction de son maître qui ne pouvait partager sa position. Après tout comment le “Conquérant” pouvait-il se mettre à la place du petit être vert ? Lui qui a la seule évocation de son nom faisait fuir quasiment tous ses ennemis. Tout le monde n’avait pas les attributs du Drakyn pour imposer son statut et les gobelins devaient composer avec les cartes dont ils disposaient, et celle de prouver qu’ils étaient des proches du couple impérial était une carte maîtresse dans la politique reikoise. Mais Tensaï, même si certains le qualifiait de “barbare”, n’était pas né de la dernière pluie et comprenait, avec toute la “bienveillance” dont il était capable de montrer, les besoins de son épée-lige.

    Oui, j’ai quelques sujets à aborder avant la venue de l’Esprit, votre Majesté.

    Alors que Stadzank souleva sa petite mallette pour la déposer sur une table qui se trouvait devant le canapé, il fût coupé dans son élan par l’interruption enthousiaste de l’Impératrice. Mais comment s’offusquer devant les compliments provenant de la plus charismatique des femmes du Reike ?

    C’était une aventure éprouvante, le Grand Nord, c’est déjà un sacré morceau pour nous les habitués du désert. Mais j’admets que vous avez eu le nez creux de me confier une telle mission où j’ai eu l’occasion de mettre à contribution bon nombre de mes compétences... D’abord j’aurais néanmoins un sujet bien plus jovial à traiter si je ne veux pas me faire incendier par mon cousin lors de mon retour à la bijouterie. Lorsque je lui ai parlé de notre entrevue, Glulgil n’a pu s’empêcher de faire travailler ses équipes nuits et jours pour vous offrir ceci, de la part du clan Gloidveeld...  

    Sur ces mots, le faux bijoutier installa sa mallette sur la petite table se situant devant le canapé où se trouvait le couple Ryssen et l’ouvrit devant les trois paires d’yeux curieuses d’en découvrir le contenu.  


    Une Arme contre nature OIG2

    Trois couronnes, une pour sa Majesté l’Empereur. En même temps qu’il disait ces mots, le petit être vert se saisit délicatement de la couronne destinée à Tensaï et lui tendit pour qu’il s’en saisisse.

    Une pour sa Majesté l’Impératrice. Même cérémonial mais cette fois-ci à destination de la Mère des Dragons.

    Et la troisième pour son Altesse le Prince héritier, Draknys Ryssenn.  

    Puis l’attention de “Strytart Gloidveeld” se reporta sur Zéphyr une fois que le Couple aurait fini d’examiner leurs présents.

    Mais nous ne t’avons pas oublié mon ami même si ce cadeau n’est pas vraiment palpable, pour le moment. J’ai un contact en République qui m’a suggéré de faire des investissements à Liberty qui depuis la catastrophe, se reconstruit peu à peu. L’occasion était trop belle pour ne pas la saisir et j’ai donc envoyé un de mes cousins acheter quelques commerces, qui deviendront des planques potentielles pour tes agents. Je ne sais pas quelle tournure vont prendre les affaires là-bas mais mon petit doigt me dit qu’il est toujours intéressant d’avoir un pied chez le voisin pour mieux l’espionner ou... le déstabiliser.

    L’Oreille avait bien évidemment lui aussi des caches et des planques en République. Mais peut-être que ce nouveau petit réseau, *gratuit*, pourrait lui donner l’opportunité de distribuer ses ressources ailleurs, sur les fronts les plus sensibles.

    Une fois que l’Empereur puis Zéphyr enchaînèrent sur les points à discuter, la parole revint donc à Stadzank pour qu’il puisse donner ses impressions concernant l’expédition de la Marche du Vents d’Acier.

    Alors revenons sur la route du Grand Nord et au cœur de l’Expédition du Vent d’Acier... Comme vos soldats, j’ai été étonné à première vue de voir des civils mêlés à cette aventure mais c’était la bonne décision. Les soldats ont souvent grogné à cette idée mais les civils ont prouvé à maintes reprises leur importance dans cette affaire : déjà ce froid glacial était une grosse contrainte pour nous reikois et les mélornois nous ont apporté toute leur expertise pour endurer les semaines de marches éprouvantes. Ensuite lorsque la situation s’est gâtée, tous s’en sont sortis à merveille et ont œuvré au succès de la Marche.

    Debout devant ses suzerains tout en prenant légèrement appuie sur sa canne, le gobelin dans ses fringants habits de nouveau riche prit une petite inspiration et continua son récit :

    Je me suis glissé dans l'habit d'un saltimbanque pour passer inaperçu auprès de tous. A dire vrai j’aurais pu trouver une couverture plus discrète mais j’ai fait confiance aux préceptes inculqués par mon maître qui m’avait dit un jour : “L’ironie dans la méfiance, c’est que la majorité d’entre nous ne peut s’imaginer qu’un être excentrique, attirant l’attention de tous, est le costume idéal pour cacher les plus sombres secrets”. Et vous pouvez me croire, personne parmi les membres de l’expédition à part la Griffe ne soupçonne ma double identité. Quoiqu'après réflexion, le Tovyr Alasker doit surement s’en douter... Mais ce n’est son genre de creuser ce type de mystère.

    Perdu dans ses pensées, l’espion se grattait le menton puis reprit son discours :

    Après de longs jours à parcourir les terres maudites du Grand Nord, les éclaireurs finirent par tomber sur les morts-vivants. Le camp fut fortifié sur ordre de la Griffe et d’autres éclaireurs furent déployés pour continuer les investigations. Une bataille s’engagea alors contre des animaux bizarres, avec des boursouflures violettes plein le corps puis contre un petit contingent de mort-vivant datant du Grand Empire Elfique. La bataille fût rude et nous perdîmes quelques valeureux mais nous savions tous dans quoi nous mettions les pieds... Alors que nous fêtions, en “chansons”, notre première victoire, nous avons découvert qu’une petite étudiante de Drakstrang s’était mise à réveiller nos propres morts pour combattre à nos côtés. Cela a profondément divisé la Marche entre ceux qui ne comprenaient pas qu’on souille les corps de nos héros avec cette sombre magie et ceux qui voyaient la une chance de pouvoir compter encore une fois sur nos guerriers... Sans la fermeté de Deydreus qui a pris parti pour la jeune femme, il y aurait pu avoir un lynchage en bon et due forme... Cet épisode est loin d’être anodin car je pense qu’il image parfaitement le risque, politique, que nous encourrons si nous utilisons l’artefact que j’ai récupéré des mains de l’Archonte. Je vais finir mon rapport, vous comprendrez peut-être mieux là où je veux en venir.

    La Griffe a ensuite pris le parti de suivre l’un de ses Dévoreurs qui avait eu la bonne idée de manger un bout d’un de ses animaux bizarres qui nous avaient attaqué auparavant. Avoir mangé cette chair semblait l’avoir “connecté” avec notre ennemi, l’Archonte lui-même. Comme si désormais la magie de l’enfant des divins faisait partie de lui. A ce moment-là, l’Oni semblait avoir encore le contrôle et il nous fournit de précieuses informations car il avait visiblement accès aux pensées de notre ennemi. Je vous passe un peu les détails, nous nous engouffrâmes avec tous nos chariots dans des souterrains se trouvant sous notre campement qui menaient droit à la Forge Divine. Tout en menant des combats acharnés contre les morts vivants, nous réussirent à pénétrer dans ce lieu où baignait une lumière verte surnaturelle, illuminé par la flamme verte de la Forge Divine. Et c’est au moment où mes yeux se posèrent sur l’Archonte que je compris l’objet de ma mission. J’ai vu sa main sortir des flammes avec cet anneau au doigt...


    A ce moment-là, le gobelin fouilla dans sa poche intérieure et en sorti un écrin qu’il ouvrit devant les yeux ébahis du couple impérial et de l’Oreille. L’anneau de l’Enfant des Divins était en leur possession désormais puisque le petit être vert le remis solennellement à ses suzerains. Une fois cela fait , il reprit.

    La bataille fût épique à bien des égards et je vous avoue que dès lors que je l’ai vu, je ne me suis concentré uniquement dessus. J’ai donc participé à l’assaut de l’Archonte avec l’Avant-Garde pour arracher l’anneau des mains de son maître avant qu’il finisse dévorer par les hommes d’Alasker... Je suis intimement persuadé que cet anneau est la clé qui permet de faire fonctionner cette forge de la non-vie, pouvant créer une infinité de soldats mort-vivant. Et si j’étais partisan de laisser la Forge en l’état en partant, je me demande si nous avons fait le bon choix... En tout cas je sais que le bon choix est de remettre cette décision entre vos mains.

    L’épée-lige était soucieuse, comme si quelque chose ne tournait pas rond au fond de son âme tiraillée entre l’idée d’acquérir plus de puissance et le danger que cela pouvait représenter.

    Je ne vais pas y aller par quatre chemins : je crains que cet anneau soit un cadeau empoisonné. Qu’il nous donne une armée immortelle qui puisse se retourner à tout moment contre nous. Qu’il nous divise plus qu’il nous protège. Je suis bien soulagé que le choix de l’utiliser ne me revienne pas et j’espère de tout cœur que dans votre immense sagesse vous trouverez quoi faire de cette arme... contre-nature.
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Zéphyr Zoldyck
    Zéphyr Zoldyck
    Messages : 254
    crédits : 447

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation:
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: B - Oreille
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1330-zephyr-zoldyck-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2145-chronologie-de-zephyr#18202
  • Jeu 13 Juin - 22:14
    La joie contenue d’Ayshara ne pouvait échapper à son époux, qui était assis à côté d’elle, dans un des salons privés du palais. Il avait ouï-dire que les serviteurs avaient été surpris par l’humeur guillerette de la Vosdraak, qui leur avait offert quelques douceurs sucrées à l’occasion de ce beau jour. La raison de cette bonté royale, ils ne la connaissaient pas, et ce n’était pas Tensai qui allait leur donner un indice supplémentaire à ce sujet. Contrairement à son âme-sœur, l’homme était resté de marbre une fois en dehors de l’intimité familiale ; par contre, lorsque sa reine lui avait annoncé, non sans émotion, qu’elle était enceinte, la surprise de cette nouvelle avait un instant fissuré son masque d’impassibilité. Fierté, bonheur, inquiétude pour le nouveau-né à venir, ou encore sur la santé de sa femme, une foule de sentiments avait surgi dans son cœur. Bien sûr, il avait aussitôt serré l’heureuse mère dans ses bras, en lui murmurant des paroles de félicitations et en lui faisant voir, à elle et elle seule, comme cette nouvelle le ravissait au plus haut point. Une caresse était venue se poser sur le ventre de sa moitié, et c’était uniquement parce que leurs devoirs respectifs les appelaient qu’il s’était séparé d’elle. Un moment qu’Ayshara avait mis à profit pour commander des gâteries en cuisine, pendant que Tensai s’entretenait avec quelques-uns de ses gardes royaux. Déjà il réfléchissait à qui aurait en priorité la joie des confidences. Nagisa, à n’en point douter, en ferait partie, comme Brak, certainement, puisque Draknys deviendrait bien apprendre la nouvelle  un moment donné.

    - J’attends avec impatience sa réaction, souffla Tensai avec un éclair d’amusement dans les yeux, pendant que l’Impératrice vient réfugier sa tête au creux de son cou. Mais bien vite, elle embraie sur un autre sujet, celui de leur homme-lige, et son regard devient plus sérieux, alors qu’il approuve ses dires. C’est un gobelin qui n’a pas peur de prendre des risques pour notre cause, et je l’ai en haute-estime. Bien qu’il puisse paraître dur. Mais Tensai l’était, l’avait toujours été, et ce n’était pas parce qu’il appréciait certains de ses subordonnés que sa carapace s’émoussait si facilement.

    Quand sa reine l’embrasse, le Conquérant tourne sa tête dans sa direction et leurs visages se trouvent face à face. Leurs souffles s’entremêlent alors que la jeune femme lui demande, avec des yeux pétillants, si leur bébé sent déjà les premiers signes de joie de ses parents. Il faut être honnête, ce n’est pas le colosse qui saura deviner la psychologie des bébés, et prudent, Tensai décide d’éviter à sa manière la question :

    - Je crois qu’il sent ton énergie débordante depuis que tu as découvert que tu l’avais dans ton ventre. Un sourire un peu plus franc, un peu plus espiègle. Je crains qu’il n’ait la vigueur que son grand-frère, tant tu rayonnes grâce à ta grossesse.

    Mais Zéphyr s’immisce à la fête et leur signale que Stadzank va bientôt arriver sur les lieux. Ayshara lui répond pour eux deux, et bientôt, le petit bonhomme vert fait effectivement son entrée. Le maître-espion ne semble pas dérangé du tout par son accoutrement – forcément, se présenter sous des couvertures est une part de son monde – et Ayshara le trouve ravissant ; l’Empereur, pour sa part, n’a pas autant de tact et il le lui fait savoir clairement. Mais ce n’est qu’un détail quand on y pense, quelque chose de secondaire, qui intéresse moins le monarque. Savoir que l’assassin royal est en vie, en bonne santé, et qu’il a réussi non pas une, mais plusieurs missions, le satisfont beaucoup, bien qu’il n’en montre rien à première vue. Et l’idée qu’il leur rapporte le récit de Vent d’Acier, en plus de celui de Deydreus, peut être très intéressant pour le couple, qui aura ainsi encore une meilleure vision d’ensemble de cette expédition.

    Le laissant déposer une mallette sur la petite table en face d’eux, le dirigeant laisse naturellement la parole à Stadzank, et quand il leur dévoile qu’il leur a apporté des cadeaux, Tensai hausse un sourcil, sans pour autant avoir une mine réprobatrice. Contrairement aux nobles et aux aristocrates, qui cherchent des privilèges de la royauté, l’homme-dragon a toutes les raisons de penser que ce n’est pas pour faire du lèche-botte qu’il agit ainsi, et il saisit d’une main prudente la couronne que l’espion lui tend. Elle est bien proportionnée, se dit-il. Redoutablement fragile, comme toute chose qui passe entre ses doigts, mais il saura bien faire l’effort de ne pas la détruire en deux minutes. Autre détail, qui n’est pas moindre, c’est que Stadzank a aussi pensé à leu fils, et c’est peut-être le détail qui plait le plus au chef d’état.

    - Des couronnes en forme de dragon. Un silence. Vous remercierez votre cousin et votre clan pour avoir voulu nous offrir ces présents. Nous pourrons les utiliser pour certaines cérémonies officielles. Qu’en penses-tu ? demande-t-il à sa moitié alors qu’il tourne son visage vers Ayshara. Attendant sa réponse, il se reconcentre ensuite sur Stadzank. J’apprécie toutefois votre délicatesse pour le prince-héritier. Bien que je soupçonne qu’il n’accueille sa couronne comme un jouet plutôt que comme un signe de son statut et de sa position. Un sourire, qui vient pour une fois adoucir le visage de Tensai, germe sur ses lèvres. - J’espère que vous le pardonnerez, car il est capable de la perdre un, deux, cent fois.

    Mais ce ne sera pas le problème de Stadzank, évidemment. Ce sera plutôt celui de la garde royale.

    Quant à Zéphyr, c’est avec bienveillance qu’il répond à son ami.

    - J’aurais été honoré d’un présent en bonne et due forme, mais tu me fais encore un plus grand cadeau en permettant à mon réseau de se renforcer dans la Nation Bleue. J’en aviserai l’Eau afin qu’il juge quels commerces et quelles planques seront les plus profitables pour ses subordonnés.

    Comme toute chose, il fallait savoir déléguer, et c’est un point que le guerrier n’hésitait pas à faire avec ses hommes de main. Cela voulait dire aussi qu’il fallait porter plus de responsabilités, évidemment, mais si l’homme qui parlait aux serpents avait eu peur d’une telle chose, il n’aurait jamais accepté de s’élever dans la hiérarchie des services secrets.

    Quoi qu’il en soit, c’est Stadzank qui a le monopole de la parole et le gobelin le comprend bien puisqu’il commence à leur faire son rapport. Exprimant d’abord son étonnement sur la participation des civils, il estime toutefois que cela a été une bonne chose, puis il revient sur sa couverture. Zéphyr, qui sait déjà qu’il a pris l’apparence d’un troubadour, a cependant une expression songeuse en songeant aux désagréments que cela a pu causer : non seulement pour la nécessité de maintenir ce rôle pendant des semaines, mais aussi pour la nécessité de ne pas se faire non plus trop remarquer.

    - Alasker a sans doute eu envie de te faire taire, déclare sans ambage l’homme aux yeux ambrés, mais c’est un tovyr, et tant que tu n’empiétais ni l’armée, ni les éclaireurs de la Marche, alors il ne pouvait que te tolérer.

    Et Deydreus, sachant l’implication du gobelin, ne lui aurait pas permis de toucher à Stadzank, accessoirement.

    Le silence revient et Stadzank continue, relatant leur avancée dans le Grand Nord. Il leur décrit le premier combat marquant et l’intervention d’une étudiante, apparemment nécromancienne, qui avait divisé l’expédition en relevant leurs propres hommes tombés au combat. Deydreus avait pris son parti, ce qui avait certainement été providentiel pour la mage noire. L’Oreille connaît déjà son nom pour avoir entendu les déboires de la Marche grâce à la Griffe et il avait été surpris de savoir que la belle aux cheveux ébènes avait été celle qu’il avait rencontrée il y a longtemps, aux côtés de Dimitri. Tensai, de son côté, ne bronche pas à l’annonce de ses capacités particulières, il reste même stoïque puisque son homme lige n’a pas fini son récit. Que Kahl ait mangé un bout d’une de ses créatures et se soit connecté à l’Archonte, qu’il ait découvert la Forge semble le laisser de mamrbre : d’aucuns, comme Zéphyr et Ayshara, comprendront bien sûr qu’il est tout à fait attentif aux paroles de Stadzank. Il saisit le premier l’écrin dans lequel se trouve l’anneau, avant de le tendre à Ayshara. C’est elle la magicienne, c’est donc elle l’experte. Et puis, la belle a toujours eu une meilleure intuition pour cerner la vraie nature de ce qui l’entoure, en bien comme en mal. Il en sera de même avec cet artéfact.

    - Cela a été long. Cela a aussi certainement été éprouvant, et surtout cela a été dangereux. Mais vous avez réussi à vaincre les périls des terres gelées, à maintenir votre couverture, à récupérer ce bien de l’Archonte. Vous ne pouvez que recevoir nos félicitations, Stadzank.

    Un léger silence, et cette fois, c’est Zéphyr qui embraie.

    - J’ajoute par ailleurs que vous ne semblez ni las, ni fatigué, comme peuvent l’être des espions qui reviennent d’un voyage éprouvant. Au contraire, à peine rentré, voilà que vous effectuez un interrogatoire sur une diviniste et que vous mettez votre clan au travail. Un sourire conciliant apparaît sur ses lèvres. Vous semblez infatiguable, cher ami, et votre dévouement fait plaisir à voir.

    Tensai acquiesce.

    - Et tout travail mérite récompense. Que voudrais-tu pour récompenser ta dure labeur Stadzank ? Tant que cela n’est pas disproportionné, mon épouse et moi serions disposés à te l’accorder.

    Puis, le colosse se tourne vers Ayshara, qui a peut-être su sonder l’anneau en question.

    - Qu’en penses-tu ? Que veux-tu en faire ou à qui voudrais-tu le confier ? Une œillade vers l’homme-lige. Si la Forge a été laissée telle quelle, ne faudrait-il pas que nous y envoyions nos mages noirs – voire ceux de Melorn, dans le cadre de notre alliance et de leur expertise à ce sujet – pour en tirer un bénéfice ?
    Impératrice-dragon du Reike
    Impératrice-dragon du Reike
    Ayshara Ryssen
    Ayshara Ryssen
    Messages : 545
    crédits : 2706

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: S - Impératrice
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t202-l-imperatrice-dragon#612
  • Ven 12 Juil - 10:26

    Le coin de ses lèvres se releva, traçant un sourire qui s'épanouit davantage à mesure que les mots tendres et taquins de son compagnon de vie infiltraient ses oreilles. Cette complicité qui les unissait était extrêmement précieuse pour la jeune monarque, et elle souhaitait que celle-ci ne se flétrisse jamais. Pas de son vivant. Ces petits moments de couple - pourtant si simples - importaient réellement à ses yeux... Presque autant qu'une grande bataille remportée. Son époux avait constamment eu ce don de la faire se sentir extraordinaire, unique, irremplaçable; là où beaucoup ne la voyait que comme une tête couronnée. Le cœur de la belle s'embrasa doucement, à l'instar de chaque regard enflammé que le drakyn lui octroyait.

    - Vous vous rendez compte ? Si ce mini bout de chou hérite ne serait-ce qu'un peu de l'énergie et de la bonne humeur de Draknys, on va avoir du fil à retordre ! Pas une seule minute de répit ! Rit-elle en scrutant les prunelles de son âme sœur, étoiles de joie pétillant dans ses améthystes. Déjà, elle visualisait leur nouveau bébé en train de foutre le bordel partout au sein du palais. Et curieusement, une telle idée la rendit encore plus heureuse. Très clairement, ce n'était pas elle qui s'occupait de faire le ménage ici, parce que sinon ça l'aurait bien moins amusée... J'aime à penser qu'il sent tout l'amour qu'on a pour lui, même s'il n'est pas encore parmi nous.

    Inopportunément, le devoir, lui, n'attendrait pas qu'ils aient terminé de savourer leur moment de paillettes. Aussitôt, ils engagèrent la discussion avec leur loyale épée lige, le Maître-Espion participant également à l'échange. Les affaires royales écartèrent rapidement le bonheur maternel qu'expérimentait la douce vosdraak. Son visage se recomposa, arborant cette expression de bienveillance distante, ce masque parfait qu'elle affichait toujours face à ses sujets. Derrière ce dernier, il était somme toute difficile de lire les vraies émotions de la reine. Seule une poignée de proches pouvaient prétendre connaître les subtilités de ses pensées.

    Par chance, la compagnie de l'être vert s'avérait plutôt agréable pour la mère des dragons. Et de toute évidence, ce sentiment s'amplifia lorsqu'il leur présenta un joli coffre doté de splendides couronnes draconiques à l'intérieur. Contrairement à l'Empereur, Ayshara avait évolué au sein d'une opulence certaine. Les objets de valeur faisaient partie intégrante de son quotidien depuis sa tendre enfance et elle savait très bien comment apprécier leur beauté. Ce fut donc sans difficulté qu'elle acceptât ce fabuleux cadeau que lui tendait gracieusement Stadzank. Ses doigts effleurèrent les contours ouvragés de ce diadème lui étant destinée. Elle admira le travail d'orfèvrerie, notant les subtils détails qui rappelaient les écailles ainsi que les cornes des créatures emblématiques du Reike. Son visage s'illumina d'un éclat qui rivalisait avec celui de ces gemmes incrustées. Puis, elle jeta un coup d'œil à Tensai, amusée par son attitude réservée, ne partageant probablement pas son affection pour les belles choses.

    - C'est vraiment un travail remarquable. Je suis convaincue que Draknys appréciera ce présent !

    Curieuse, l'épouse du Conquérant écouta le petit gobelin raconter la suite de ses folles mésaventures. En l’entendant, un minuscule brin de jalousie - sûrement mal placé - la traversa : elle aurait voulu participer à cette expédition au Grand Nord, affronter ces hordes de morts, botter le cul à ce maudit Archonte, aider les troupes à panser leurs blessures, sauver des vies. Maiiiiis non, il avait encore fallu qu'elle reste en sécurité au château, à régner. Son rôle ne permettait pas aisément ce genre d'absence, surtout quand il ne s'agissait pas d'une nécessité absolue. Ah, si seulement... Elle chassa ces pensées, se concentrant à nouveau sur le récit de l'espion. Après tout, n'était-ce pas le lot d'une impératrice ? Demeurer au palais, veiller sur l'Empire... Même si quelquefois, l'appel de l'aventure se faisait terriblement alléchant.

    Alors que Stadzank continuait de narrer les péripéties du Vent d'Acier avec une verve animée, il sortit soudain un anneau de sa poche, un bijou imprégné d'une puissante aura divine, ancienne possession de l'enfant de ce X'o-Rath. À cet instant précis, la quasi-totalité de l'attention de la sœur de Vaenys se focalisa sur cet objet. Il y avait cette force irrésistible qui l'attirait. Le monde devint flou, les voix des personnes ici présentes se transformèrent en un murmure lointain et indistinct. Qu'est-ce qui se passait ? Grâce à sa maîtrise des arcanes, la souveraine possédait des affinités spécifiques avec les magies du Sekai, capable de les ressentir et de les décrypter afin d'en comprendre les origines. Mais là, ça échappait à son contrôle immédiat. À un tel point qu'elle même ne réalisait pas ce qui lui arrivait, absorbée, momentanément dépossédée. Elle tendit finalement la main et saisit l'artéfact que son homme lui donna. Une énergie glaciale monta le long de son bras, engourdissant sa peau, tandis qu'une sueur froide perla sur son front. Insidieux, ce malaise grandissant s'emparait de sa boîte crânienne, lui causant une irritante migraine. Quelque chose ne tournait pas rond.

    - Il faut... les tuer tous.

    Elle pivota lentement la tête vers Tensai, un sourire malsain tordant ses lèvres auparavant si douces et joviales.

    - Quel esprit étroit, cher époux. Envoyer ces vermisseaux de mages noirs ? Pour que la puissance que je tiens entre mes mains les dévore ? Ne soyez pas aussi pathétiquement prévisible. Leur agonie serait délectable, certes, mais triviale. Ensuite, dédaigneuse, la jeune femme à la chevelure d'argent balaya l'idée d'utiliser cette fameuse alliance qui incluait ces elfes du nord, les "nobles" melornois. Ces imbéciles de Melorn nous considèrent que comme des barbares. Ils ne méritent que notre mépris, pas notre collaboration. Ils ne sont que des parasites. S'approchant du drakyn, elle effleura délicatement sa joue. Et vous, mon aimé, croyez-vous vraiment avoir le contrôle ? Une main glissa, et saisit fermement son menton, ses ongles pénétrant pratiquement dans son derme. Ce pouvoir pourrait nous appartenir, nous pourrions régner sur des terres bien au-delà des nôtres, écraser quiconque oserait se dresser sur notre chemin. Elle s'éloigna de lui, dirigeant cette fois-ci ses prunelles sur Zéphyr et Stazdank. Nous devrions commencer par purger notre cour, mon amour. Un bain de sang qui célèbrera notre nouvelle ère.

    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum