DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Seraphin

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Descente au Marsouin Blanc InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Lever de Lune
    Derniers sujets
    Validations RP d'Isolde / Reike Aujourd'hui à 11:53PNJ
    Consul K - Le chasseurAujourd'hui à 11:25Orion Yamveil
    La Traque SauvageAujourd'hui à 11:24Orion Yamveil
    Quand la Caravane passe... [PV Kassandra]Aujourd'hui à 10:05Alaric Nordan
    Une recherche tranchante [Pv Corvus]Aujourd'hui à 9:34Alaric Nordan
    Validation des RP d'AlaricAujourd'hui à 7:50Alaric Nordan
    Demande de modification de ficheAujourd'hui à 7:35Alaric Nordan
    2 participants
    Aller en bas
    Maire de Courage
    Maire de Courage
    Arès Wessex
    Arès Wessex
    Messages : 65
    crédits : 106

    Info personnage
    Race: Humain - Elfe
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal-Mauvais
    Rang: A
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3623-ares-b-wessex-terminehttps://www.rp-cendres.com/t3726-le-carnet-d-ares-chronologie#34928
  • Sam 13 Avr 2024 - 13:55
    Lentement, le soleil semblait disparaître sur l’horizon, derrière l’océan bordant avec élégance les côtes de Courage, tandis que dans le ciel commençaient à scintiller l’astre lunaire. Les douces lueurs argentées venaient faire pâlir les façades des édifices républicains à l’architecture si belle. Les quelques étoiles commençaient à clairement se faire voir, le ciel perdant de cette lueur orangée.

    En cette soirée du mois d’Avril, les vents marins et chauds soufflaient sur la cité portuaire. C’était ainsi que son Maire, Arès Wessex, décida de sortir prendre l’air, accompagné de sa Garde personnelle : Les Protecteurs d’Ébènes, mais aussi suivi de quelques Officiers Républicains, au cas où les choses viendraient à mal tourner. De sa Garde, il n’avait que le chef, Marcus Armfiel et deux fantassins, c’était amplement suffisant. Surtout si l’on ajoutait à cela la poignée d’Officier. En se promenant ainsi, il montrait au peuple que la sécurité était renforcée, que personne n’avait quoi que ce soit à craindre de l’Assemblée des sorcières.

    Montant dans la diligence accompagné de Marcus, le chef des Protecteurs, Arès partit de la Mairie de Courage et se mit en route une destination encore inconnue. Dans la voiture, le Wessex laissa ses prunelles océaniques venir à la rencontre du regard brun de son serviteur et, comme à son habitude, il se contenta d’être le moins expressif possible, ne laissant aucun trait de son visage elfique se mouvoir. « Marcus, as-tu de bonnes adresses à Courage ? J’en ai marre de côtoyer les lieux luxueux tout le temps, j’ai besoin de changer d’air un peu. » Demanda-t-il, le plus sérieusement possible, avant de reporter son regard vers la fenêtre, observant la plèbe.

    Marcus, étonné, haussa un sourcil. « Monsieur, avec tout le respect que je vous dois. Êtes-vous certain de vouloir aller côtoyer le bas peuple, maintenant ? » Rétorqua-t-il, formulant au passage, une nouvelle demande. Un léger rictus s’échappa alors d’entre les lèvres du Maire.

    « Bien sûr. Je reste un homme après tout. Et puis, en faisant ça, je prouve au peuple que les rues de la ville sont sûres. Et c’est le cas. Avec ma politique de renforcement de la sécurité, ce n’est pas demain la veille que l’Assemblée se pointera à Courage. Et, si ça ne suffit pas, j’aurai bien d’autre solution pour réduire la criminalité à la surface. » Fit-il, observant son propre reflet dans la fenêtre.

    De nouveau, le chef des Protecteurs haussa un sourcil, ne comprenant pas où son interlocuteur voulait en venir. « Bon, si vous insistez. Le Marsouin Blanc. Une ravissante taverne située dans les hauteurs de la ville, avec une vue imprenable sur l’Océan. Je pense que vous allez beaucoup l’aimer. » répondit-il sincèrement et sans la moindre hésitation. Il toqua au petit encadré séparant l’intérieur de la diligence au conducteur. Ce dernier ouvrit, attendant les ordres. « Au Marsouin Blanc s’il vous plaît, dans les hauteurs de Courage. » Il sortit, de son pourpoint, une carte, qu’il donnât au voiturier. Et ainsi, Arès, les quelques Protecteurs ainsi que quelques Officiers se mirent en route pour la taverne du Marsouin Blanc.

    La diligence Wessex, d’un noir profond et orné de quelques filaments d’or, ainsi que de l’emblème du Maire, se mit en route en direction des collines bordant la ville. Après une vingtaine de minutes tout au plus, le convoi quitta l’abondance de la ville pour se retrouver sur un petit chemin, vaguement éclairé par les luminaires magiques et les lueurs argentées de la Lune. Tout homme accompagnant le convoi du Maire était sur ses gardes, prêt à bondir sur la moindre menace voulant s’attaquer à Arès et, au-dessus d’eux volait Hela, le Griffon, tapis dans le ciel nocturne, presque invisible.

    Oui, le demi-elfe voulait montrer à quel point la sécurité dans sa ville était renforcée, mais pour autant, il ne risquait pas sa vie, prenant soin de s’entourer des meilleurs -ou presque- Officiers Républicains présents à Courage. Il aurait eu meilleur temps de s’y rendre à dos de Griffon, mais, ce n’était pas forcément montrer le bon exemple.

    Après une longue balade en diligence, Arès et ses gardes arrivèrent enfin à la Taverne du Marsouin Blanc. Un ravissant petit édifice où la fête battait déjà son plein. « On y est. Marcus, emmène tes hommes et assure-toi que je puisse y aller sans me faire égorger. » Ordonna-t-il, froidement. Tandis que le chef des Protecteurs s’exécutât. Il revint quelques instants plus tard, indiquant au Maire que tout était bon et, qu’il pût sans mal venir prendre un verre ou deux.

    Arès descendit de la diligence, vêtu d’une chemise blanche et de la cape des Protecteurs. Il entra ainsi dans la Taverne, accompagné de Marcus et des deux fantassins, découvrant un riche décor chaleureux. Les clients, voyant le Maire arriver, se mirent à parler à voix basse, avant de reprendre le cours de leur vie. Ce dernier s’avança en direction du comptoir, ou la tenancière à la chevelure claire et au regard foncé gardait ce dernier droit dans les prunelles du Wessex.

    Il se posta au comptoir, laissa son bras se poser sur ce dernier, puis, sans montrer la moindre expression, sans laisser le moindre trait se mouvoir sur son visage elfique, il plongea ses prunelles azur dans le regard de la tenancière. « Bonjour, Madame. Je voudrais vous prendre ce que vous avez de meilleur. » Fit-il, regardant rapidement ses hommes. « Quatre. » ajouta-t-il, avant de reporter son regard dans celui de son interlocutrice. Il attendit sa réponse et éventuellement son service, avant de reprendre. « C’est une belle taverne que vous tenez là. Depuis combien de temps êtes-vous ici ? » demanda-t-il, froidement, comme à son habitude.
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Takhys Suladran
    Takhys Suladran
    Messages : 382
    crédits : 3412

    Info personnage
    Race: Sirène
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1636-takhys-suladran-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2575-liens-avec-la-poiscaille-takhys-suladran#22178https://www.rp-cendres.com/t2576-grimoire-mouille-de-takhys-suladran#22179
  • Lun 15 Avr 2024 - 23:43
    L'heure était en effet à la fête. C'était juste une petite fête, parce que la tavernière et propriétaire du Marsouin Blanc avait eu la délicieuse idée d'offrir une première tournée de bière à tous ses clients présents. Alors forcément, ça rendait l'atmosphère joyeuse. Juste un peu plus que d'ordinaire. L'ambiance était toujours bonne et chaleureuse dans la petite taverne tenue par la belle blonde. En même temps, comment ne pas se sentir à l'aise dans un environnement joliment décoré aux motifs de la mer toute proche, et de croiser le regard charmeur et le sourire enjôleur d'une damoiselle à la magnifique crinière dorée, qui avait toujours eu le sourire. Les rares qui avaient pu réellement la voir en colère, étrangement, n'étaient pas repassés dans les parages. Sous ses airs de beauté délicieuse se cachait une redoutable lionne, qui savait faire usage de la voix et de son caractère pour virer les importuns et les ivrognes de passage.  Elle avait bien un ou deux habitués qui se plaisaient à se torcher régulièrement la trogne, mais eux avaient vite compris qu'il valait mieux l'écouter que de la fâcher. Mais ce soir, point d'esclandre, point d'échanges d'insultes, ou de risque de rixe. Juste des rires, des échanges blagueurs, des joueurs de cartes ou de dés qui pestaient leur malchance avant de rigoler… tout était bon pour que la soirée se passe dans la bonne humeur.

    Takhys guettait le bon moment pour proposer une seconde tournée de bière. Beaucoup penseront que parce qu'elle avait un élan de générosité, tant pour faire remonter le moral des citoyens du coin que pour fêter, encore une fois, la victoire de la République sur l'attaque vicieuse subite par l'Assemblée. Dans les faits, elle avait juste besoin de terminer quelques tonneaux pour pouvoir les remplacer et mettre ceux qu'elle avait pu acquérir à un très bon prix, défiant presque la concurrence. Avec Liberty qui devait encore attendre de retrouver sa superbe tant par les conséquences de l'assaut que des inondations, il y avait des fûts de bière qui manquaient d'acquéreurs et donc, que quelques-uns disparaissent... Ça arrivait, un souci de comptabilité, ou alors un tonneau qui avait explosé par effet de pression, d'une fermentation qui n'avait pas été stabilisée.

    Cette seconde tournée, elle l'offrira dans un petit instant. Un ou deux clients lèvera sans doute encore son verre en mémoire de la défunte Présidente et de la précédente Mairesse de Courage, avant de s'intéresser à des sujets plus locaux et de ragots. Que les terrestres pouvaient être bavards une fois la langue déliée par l'alcool. Bien, comment allait-elle énoncer la bonne et seconde bonne nouvelle à ses buveurs ?

    Le grincement typique d'une calèche qui stoppait attira son attention. Elle tendit son regard brun pailleté d'ambre vers l'extérieur ? Un invité surprise ? Elle n'attendait personne pour ses affaires parallèles ce soir. Hum… une visite surprise ou un commanditaire un peu trop pressé ? Quand des gardes entrèrent, elle ne put s'empêcher de sourire. Une escorte, quoi d'autre ? Les gardes ne se baladaient pas en voiture tous seuls. Et à avoir leur tenue impeccable et leur posture sérieuse. Puis vint l'invité surprise. Ses lèvres s'étirèrent plus encore. Voilà qui rendra la soirée plus qu'intéressante. Comment ne pas le reconnaître quand on vivait à Courage.

    Il y eut quelques chuchotements et marmonnements. Takhys n'en eut cure. Ce ne serait pas la première voir que le Marsouin Blanc recevra du beau monde. Mais il était vrai que c'était la première fois que le Maire y pénétrait.

    "Bienvenue au Marsouin Blanc, Noble Sir.

    Dans sa belle robe écarlate au décolleté judicieusement ouvert pour dévoiler sa poitrine sans outrage, elle prit une magnifique posture, pour se dévoiler avenante et ravie de voir un nouveau "client". Elle compta l'escorte personnelle du Maire. Quatre commandes donc. Mais avant de les servir, elle prit le temps de leur répondre :

    "Je vous remercie. Depuis de combien de temps. Hum... j'avoue de ne pas compter le temps qui s'écoule. J'ai acquis cet endroit après la lutte contre les Titans. "et toujours avec le sourire, elle prit une belle bouteille à la teinte rougeâtre, prit quatre verres, d'un geste élégant sut retirer le bouche de liège et remplit les quatre récipients de verre.

    "Ceci est une cuvée distillée de manière particulière, avant d'être sereinement macéré avec des cerises griottes. Vous avez de la chance, Messire, vous serez avec vos "amis", le premier à apprécier sa texture en bouche. "

    Elle tendit les verres à chacun des terrestres, le Maire en premier, cela allait de soi. Et toujours avec un léger sourire.... charmeur.
    Maire de Courage
    Maire de Courage
    Arès Wessex
    Arès Wessex
    Messages : 65
    crédits : 106

    Info personnage
    Race: Humain - Elfe
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal-Mauvais
    Rang: A
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3623-ares-b-wessex-terminehttps://www.rp-cendres.com/t3726-le-carnet-d-ares-chronologie#34928
  • Mar 16 Avr 2024 - 18:39
    Installé sur un tabouret, le bras droit sur le comptoir et, le visage rivé sur son interlocutrice, Arès écouta attentivement les réponses de cette dernière. Il pouvait être amusant de voir le contraste entre la position du Wessex en temps que Maire et sa présence dans une taverne, bien que celle-ci ne soit pas un établissement digne des bas-fonds, loin de là. De ses prunelles océaniques, il observa tout autour de lui et, il pouvait avouer sans mal que la tenancière avait bon goût. Ayant voyagé en mer durant une courte période de sa vie, le demi-elfe appréciait l’aura présente dans cet endroit. Quoi qu’il en fût, il reviendrait certainement au Marsouin Blanc, s’il en avait l’occasion.

    Toujours avec son expression froide, il observa la tenancière, le mouvement de ses lèvres, puis il épia le moindre de ses mots. « C’est encore récent. J’espère que vous vous plaisez dans cette merveilleuse ville et surtout, que vous vous y sentez comme chez vous. » Rétorqua-t-il, loin d’imaginer que son interlocutrice était en réalité une sirène. Doucement, il pivota à quarante-cinq degrés en direction de Marcus, toujours le bras sur le comptoir.

    Marcus, laissant ses prunelles noisettes rencontrer les azurites du Maire, prit la parole. « C’est un endroit véritablement charmant, je vous l’avais dit. » Fit-il, un léger sourire aux lèvres. Sourire non rendu par le Maire, qui se contenta de simplement hocher la tête pour lui répondre positivement.

    Les quatre verres déposés sur le comptoir de bois noble, Arès reprit place face à la tenancière à la chevelure d’or, puis, de sa main droite, il vint s’emparer du verre rempli de liquide à la teinte rougeâtre. Un liquide dont le Maire était le premier à pouvoir y goûter, quelle chance. Il ne prit pas même le temps de répondre à son interlocutrice, qui en prît immédiatement une gorgée. Délicieux.

    Posant brusquement le verre sur le comptoir, il tendit ce dernier à la tenancière, lui faisant comprendre qu’il en voulut davantage. « Je vous remercie, c’était tout bonnement excellent. » S’exclama-t-il, balayant du regard ses gardes, rapidement, mais sûrement. « Ce ne sont pas mes amis, simplement ma garde personnelle. Par ailleurs, bon nombre d’officiers attendent à l’extérieur, mais, ils ne sont pas là pour vous causer du tort à vous où à vos clients. » Continua-t-il, détournant le regard vers Marcus. « Allez-donc à une table plus loin, pendant que je discute avec la dame. » Ordonna-t-il, froidement de nouveau.

    Marcus et les quelques gardes l’accompagnant s’exécutèrent sans plus attendre, se dirigeant, d’un pas léger, mais noble, vers une table située contre une fenêtre. Ainsi, il pouvait observer le moindre passage devant la taverne, même si, en ces lieux et à cette heure, cela restait relativement rare. Enfin, il fallait aussi garder un œil sur certains des officiers républicains, Arès ne leur faisant pas réellement confiance. Enfin, cela faisait certainement partie du jeu.

    Un léger coup d’œil, pour s’assurer que ses hommes restaient loin, puis le Maire reporta ses azurites dans le regard de la tenancière à la chevelure rayonnante. Toujours sans laisser le moindre trait de son visage se déformer, le Wessex prit la parole. « Quand vous dites que cette cuvée distillée de manière particulière, que voulez-vous exactement dire ? Quel est le secret pour obtenir une liqueur si délicieuse ? » Demanda-t-il sincèrement, le demi-elfe sachant apprécier les alcools qui lui étaient totalement étrangers.

    Il prit un léger temps pour épier le moindre des mouvements du visage de son interlocutrice, cette dernière prenant des airs charmeurs. Il l’avait déjà cerné. Une femme se mettant en valeur et charmant pour plaire, sans le moindre doute, mais, pourquoi ? Qu’importe. Il pouvait bien admettre que la vue de cette ravissante humaine ne lui était vraiment pas désagréable. Si c’était bien une humaine. Bref.

    Après la réponse de son interlocutrice à la dernière question, le Wessex détourna légèrement le regard, observant une nouvelle fois, l’ensemble de la pièce. Puis, il se leva, et fit un signe de la tête à la tenancière pour que cette dernière le suivît. Il se dirigea devant un tableau représentant la mer, ce vaste étendu d’eau magnifique. Alors à quelques pas de la tenancière, Arès pivota légèrement la tête, laissant son regard océanique croiser celui de cette dernière. Un léger sourire presque imperceptible apparut au coin de ses lèvres.

    « Puis-je vous demander votre nom, tenancière ? Il serait malpoli de ma part que de ne pas prendre connaissance de votre identité, n’est-ce pas ? » Questionna-t-il, froidement. Enfin, sincèrement ou par simple acte de méfiance au cas où. Quoi qu’il en fût, il trouvait le cadre de cette taverne véritablement chaleureux. « Quel rapport entretenez-vous avec la mer, ma dame ? »  Demanda-t-il, sincèrement, étant curieux de le savoir. Il se doutait déjà de la réponse, sinon pourquoi recréer un tel cadre ?
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Takhys Suladran
    Takhys Suladran
    Messages : 382
    crédits : 3412

    Info personnage
    Race: Sirène
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1636-takhys-suladran-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2575-liens-avec-la-poiscaille-takhys-suladran#22178https://www.rp-cendres.com/t2576-grimoire-mouille-de-takhys-suladran#22179
  • Jeu 18 Avr 2024 - 22:00
    Takhys n'avait pas vraiment compté le temps qui s'était écoulé depuis l'acquisition de la petite taverne. Elle avait su la rendre attrayante et rentable. Le secret ? un magnifique cadre, de la bonne boisson, de quoi bien remplir sa panse et surtout la magnificence d'un sourire avenant, parfois enjôleur, qui s'accrochait avec beauté au petit minois d'une magnifique jeune femme à la crinière longue et dorée, bien parée par la nature. Pouvait-on rêver mieux pour passer un moyen de détente, se rassasier ou étancher sa soif ? La preuve, la belle tavernière avait le Maire de Courage en personne dans son modeste établissement.

    "Comment ne pas se plaire à Courage. Il y a un bon climat, nous avons la proximité de la mer qui apporte une large gamme de produits qui me permet, si je le souhaite, de varier les plaisirs culinaires des repas de la journée. Et entre nous, je me sens partout chez moi quand il n'y a pas de danger..."Elle n'esquivait pas ce point-là quand la plus autorité de la cité débarquait avec une escorte armée ? "Et c'est le cas au sein de Courage."Elle se permit de faire un sourire plus assuré. "Aussi loin que je puisse me le rappeler, je ne crois pas avoir ressenti la peur serrer mon ventre ou la crainte de me pousser à accélérer le pas dans les rues et les ruelles la nuit. "

    En même temps, qui oserait s'attaquer à sa personne risquerait d'avoir une belle surprise. Le Maire se tourna d'un quart vers un de ses hommes les plus proches. Donc, c'était ce terrestre là qui avait conseillé son établissement au bellâtre. Elle garda modestement son sourire aux lèvres. Nul besoin d'afficher sa petite fierté qui enflait son cœur. Et quand il parut apprécier la saveur sucrée du cognac à la griotte qu'elle lui avait servie, cette fois, elle eut un sourire satisfait.

    "Amis ou gardes personnels... Ça reste une forme d'entourage proche de vous. Je conçois que l'amitié n'est pas abordée, voir pas du tout, de la même façon."

    Elle n'avait pas sursauté quand le verre vidé avait rencontré le bois du comptoir avec un  certain choc. Être dans les hautes sphères ne signifiait pas qu'on avait le sens des convenances. Ou alors, profitait-il d'être dans sa taverne pour s'en défaire un peu  ? Se sentir plus libre de sa personnalité ? Elle remplit son verre, ravie de voir que cette cuvée était prometteuse pour d'autres clients.  Après quoi, il ordonna à ses gardes de s'éloigner, ces derniers s'exécutant sans broncher. Le ton fut un poil différent pour celui qui l'avait conseillé ces lieux.

    "La présence d'officiers de la République dans ma taverne ne signifie pas que je vais avoir des soucis. Quand on n'a rien à se reprocher, qu'aurait-on à redouter ? "

    S'il savait… Et maintenant, il était tout seul, en face d'elle, le comptoir comme seul rempart.

    "Oh, Messire s'intéresse à l'art de la distillation. Je ne saurai vous expliquer tout le processus, mais je sais que mon fournisseur rajoute des cerises griottes à une certaine phase de la fabrication de ce savoureux alcool. Bien entendu, il se garde bien de partager ses secrets, même avec moi..."minauda-t-elle un peu.

    Puis, quand il se leva, comme pris d'un peu de bougeotte, elle comprit le geste qu'il fit. Tout sourire, elle le rejoignit et se plaça à ses côtés, admirant tout comme lui son tableau donnant presque une vue réaliste de la mer se trouvant en contrebas de la cité.

    "Takhys Suladran. Et ne vous faites pas de mouron, il m'en faut plus pour me froisser"Elle se permit un léger rire cristallin  quand à sa dernière question. "Comment pas rappeler la mer partout où nous marchons à Courage ? Avec le Marsouin Blanc, je tenais tout simplement à dévoiler la beauté de la mer, qui n'est pas qu'une étendue de flotte à perte de vue. Montrer qu'il y a aussi des créatures vivantes, lui donner un côté plus mystérieux, plus vivant, alors qu'elle est toute juste à nos pieds. Et vous, très cher, est-ce que vous suivez la voie de la mer,  comme certains de vos proches ? "

    Puis, elle le fixa, avec une bien étrange lueur dans son regard, comme voulant se montrer plus avenante à son égard.

    "Je vais offrir une tournée gratuite de bière à tous mes clients présents. Peut-être que vos hommes apprécieraient de se désaltérer un peu ? J'ai des verres à la place des chopes, si vous redoutez le volume d'alcool qui pourrait réduire leur concentration... "
    Maire de Courage
    Maire de Courage
    Arès Wessex
    Arès Wessex
    Messages : 65
    crédits : 106

    Info personnage
    Race: Humain - Elfe
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal-Mauvais
    Rang: A
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3623-ares-b-wessex-terminehttps://www.rp-cendres.com/t3726-le-carnet-d-ares-chronologie#34928
  • Ven 19 Avr 2024 - 21:42
    Les réponses de la belle à la chevelure d’or réussirent à arracher de force un léger sourire au Maire Wessex, ce dernier tentant pourtant de rester de marbre, lorsqu’il apparût en public. Une habitude qu’il prît depuis son accession à la Mairie, voulant laisser le moins possible son expression le trahir devant les journalistes trop mielleux de la ville de Courage. Bien entendu, la sécurité était de mise au sein de la ville portuaire, c’était même l’objectif principal du demi-elfe, qui ne tarderait pas à la renforcer davantage grâce aux Protecteurs d’Ébène.

    « Effectivement, les rues de Courage sont pour le moins sûres et, depuis que j’ai accédé au siège de la Mairie, je m’efforce de renforcer davantage la sécurité. C’est très important pour moi que de savoir les citoyens sans danger, qui se plaise à se promener sans crainte dans la ville. » Fit-il, plus en tant qu’homme politique qu’autre chose. Une manière de montrer que, malgré sa vie de luxe, il se soucie du bas peuple. N’était-ce pas ce que la plèbe recherchât ? Un Maire à l’écoute et se souciant de leur sort plus que de son pouvoir ?

    Une nouvelle question s’échappa d’entre les fines lèvres de la tenancière, portant sur la présence des Officiers Républicains aux alentours de la taverne. Un léger rictus s’échappa de l’expression du demi-elfe, qui semblait se détendre davantage. Une aubaine pour un homme tel que lui, qui se devait de rester droit toute la journée, pour garder l’opinion publique de son côté.

    « Non, ne vous inquiétez pas pour ça. Si j’étais venu pour vous mettre en porte-à-faux, ça n’aurait pas été en pleine soirée. Votre taverne m’a été recommandée par le chef de ma garde personnelle, qui est assis là-bas. Je cherchais simplement un endroit où me détendre et, m’éloigner de la paperasse d’homme politique. Les Officiers Républicains ne sont là que pour m’escorter, avec la potentielle présence des résidus de cette secte qui a mis sous les flots la capitale. » Avança-t-il, tentant de rassurer la dame se trouvant face à lui, ne donnant pas des airs d’innocente. Il n’était pas dupe, mais, après tout, il n’en avait pas grand-chose à faire.

    « Je comprends. Ce genre de secrets doivent être bien gardés, n’est-ce pas ? » Rétorqua-t-il, de marbre face à la tenancière. « Mais, commandez-donc davantage de cet alcool. Il est possible que je vous en achète pour ma consommation personnelle. » Demanda-t-il, ne laissant pas trop le choix à son interlocutrice sur la réponse. Il était prêt à payer très cher, ça oui.

    Devant le tableau dévoilant ce magnifique étendu d’eau, la tenancière à la chevelure étincelante révéla enfin son nom au demi-elfe. De nouveau, il ne révéla aucune émotion face à cette révélation, bien qu’intérieurement, cela l’enchante de le connaître. Le rire cristallin de son interlocutrice résonna comme une douce mélodie, assez étrange, dans le crâne du Wessex.

    Vint ensuite les explications sur la nature du tableau dont Arès ne parvint pas à détacher ses douces prunelles océaniques. Puis, une question, sur le rapport à la mer qu’entretenait le bâtard elfique. Cette fois-ci, il ne put s’empêcher de sourire en se rappelant quelques souvenirs, les bons comme les mauvais. Son visage pivota gracieusement vers son interlocutrice, captant ses prunelles ambrées.

    « Je l’ai suivi, il y a de cela quelques années, alors que je travaillais encore sous le joug de mon paternel. Je voyageais en mer, sur les Galions de la famille Wessex, qui sont désormais miens. Ikusa, Mael, Kaizoku. Toutes de merveilleuses cités que j’eusse la chance de visiter ou de voir au moins depuis les côtes. » Rétorqua-t-il, l’air songeur, pensif. « Les quelques combats avec des pirates. Ceux-là mêmes qui ont failli me coûter un œil, mais, heureusement, la pointe de la lame ne l’a pas touchée. Une chance, n’est-ce pas ? » Fit-il, laissant les traits de son visage légèrement se déformer, sans le vouloir.

    « Mais, hélas, tout cela est fini depuis maintenant plusieurs années. Il n’est pas coutume pour un directeur d’entreprise et, encore moins pour un Maire, de s’aventurer sur les eaux dangereuses du Sekai. Même si, je ne le cache pas, ça me manque quelques fois. La liberté sauvage de la mer. Mais bon, je ne vais pas non plus me plaindre de ma situation actuelle, celle que beaucoup de mes confrères politiques rêveraient d’avoir. » Ajouta-t-il, détournant son regard des ambres de Takhys, portant celui-ci sur sa garde personnelle.

    Ils riaient, s’amusaient, alors qu’ils étaient actuellement en service. Heureusement, Arès avait pris soin de faire venir les fonctionnaires avec lui, assurant davantage sa sécurité. Enfin, de toute façon, ils ne buvaient pas. C’était beaucoup mieux ainsi.

    Une question venant de la blonde allait par ailleurs certainement changer cela. Arès réfléchit quelques instants, puis, laissant ses prunelles océaniques scruter son interlocutrice, il répondit franchement.

    « Non, ça ira. Ils n’ont pas besoin d’être plus idiot qu’ils ne le sont déjà. Cependant, j’apprécie grandement votre geste, dame Suladran. Offrez donc un verre à tous vos clients, de la part d’Arès Wessex. Je suis certain qu’ils apprécieront le geste. » Répondit-il, froidement. « Bon, un seul verre de votre bière la moins forte pour mes hommes. » Finit-il par ajouter, après quelques secondes de réflexions.

    Tandis que Takhys se dirigea au comptoir pour préparer tout cela, Arès la suivit, se posant sur le même tabouret que précédemment. Le bruissement de la soie frottant contre sa peau n’était même pas perceptible, le vacarme causé par les clients s’intensifiant à chaque instant.

    De sa sacoche dissimulée sous sa chemise, le Maire sortit une bourse remplie de pièce, qu’il déposât lourdement sur le bois du comptoir.

    « Tenez. Je n’ai pas compté, mais ça devrait amplement suffire pour couvrir cette tournée, ainsi que la prochaine. » Avoua-t-il, un léger rire dissimulé sous sa barbe déjà bien fournie. « Est-il courant qu’autant de monde fasse acte de présence dans votre taverne le soir ? C’est assez impressionnant à voir, à vrai dire. » Demanda-t-il, sincèrement, détournant son regard de la belle pour le plonger au travers du carreau, faisant presque un demi-tour. De ses prunelles océaniques, il observait la lune, attendant la réponse de son interlocutrice.
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Takhys Suladran
    Takhys Suladran
    Messages : 382
    crédits : 3412

    Info personnage
    Race: Sirène
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1636-takhys-suladran-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2575-liens-avec-la-poiscaille-takhys-suladran#22178https://www.rp-cendres.com/t2576-grimoire-mouille-de-takhys-suladran#22179
  • Sam 27 Avr 2024 - 18:17
    Qui affirmait que les politiciens pouvaient être barbants ? Takhys ne saurait dire où elle avait pu entendre cela, mais chose certaine était que le Maire ne naviguait pas dans les mêmes sphères que les membres plus éminents de la politique républicaine. Ceux-là, pour la plupart, se préoccupaient plus de leurs fessiers et de leur carrière que de la population en général. Qui se dévouerait réellement à mettre en péril sa haute place, ses rangs, ses privilèges ? Oh, peut-être qu'elle en avait croisé un ou deux sans précisément savoir qui se trouvaient à ce stade, durant les funérailles en grande pompe de la Présidente et de l'ancienne Mairesse de Courage. Chose certaine était que le beau Wessex qui lui faisait face se mêlait à la populace. Par devoir, par nécessité, ou pour se rappeler que derrière son rôle de dirigeant, il demeurait un terrestre banal, respirant, mangeant et buvant comme les autres ? Bah, qui sait, elle le saura, comme elle ne le saura probablement pas. Il était là, à apprécier sa boisson. Un parfait client qu'elle avait en face d'elle, n'était-ce pas déjà satisfait ?


    "Vous remercierez le chef de votre garde personnelle de ce fait. Il est un homme avisé pour vous avoir conseillé mon établissement, non sans que je me montre prétentieuse, cela va de soi"Dit-elle avec un coin narquois à ses lèvres souriantes. "Songer à rendre la sécurité de Courage la plus optimisée possible est une chose..."Les humains disaient-ils cela comme terme ? Tant pis, elle avait le droit de se tromper, et puis ça reste compréhensible, non ? "... Mais le surmenage en est une forme de danger à votre intégrité personnelle, plus silencieuse, plus vicieuse. Votre "ami", excusez-moi de le renommer ainsi, contribue à votre sécurité physique, mais aussi mental. Oui, il a bien fait et un petit quelque chose me dit que vous êtes ravi de pleinement vous poser. "

    Il était peut-être le Maire, mais à ses yeux de Sirène, il n'était qu'un terrestre, avec un rang social supérieur aux autres.

    "Si un des sbires de cette abjecte assemblée venait à se pointer... je sais qu'ils repartiront aussi rapidement qu'ils sont venus..."fit-elle avec un rictus à peine carnassier, qu'elle ne cherchait guère à dissimuler. "Mais il faudrait être cinglé sous la caboche pour défier tous vos officiers présents. "

    Elle se permit un léger rire. Que risquait-elle véritablement ? Il était accompagné de toute une unité armée. De quoi se sentir totalement protéger. Et puis, ici, derrière son comptoir, le Wessex était devenu un client ravi d'être présent et satisfait que son palais eut su apprécier les délices du verre de cette cuvée d'un genre de brandy aux cerises griottes qu'elle avait acquis pour une certaine classe de client. Elle avait fait mouche avec, ce qui était très positif pour ses prochains consommateurs, sauf si... Sauf s'il optait pour lui en prendre pour sa réserve personnelle. Voilà qui était intéressant.

    "Des secrets révélés feraient perdre le charme ou la magie de certaines choses. N'était-il pas plus plaisant de garder un petit voile de mystère sur certaines d'entre elles ? "Elle illustra ses mots en rendant son sourire un tantinet mystérieux lui aussi, avant de reprendre un peu plus sérieusement, mais toujours jovialement : "Je peux m'arranger pour que ce breuvage puisse être consommé exclusivement par vous. Il est parfois bon d'avoir quelque chose bien à soi, qui vous correspond, non ?"

    Ce qui rendrait l'attrait du Marsouin Blancun peu plus intéressant encore. Puis, quand elle observa enfin un sourire bien plus franc sur son visage de terrestre, elle ne put que se montrer plus ravie intérieurement. Un client satisfait revenait toujours dans sa petite taverne. Avec une oreille attentive, elle écouta ce que lui dévoila le Maire sur son rapport à la mer.

    "Vous m'impressionnez Messire. J'avoue m'être attendu à une petite expérience en mer, mais pas d'une telle ampleur. "

    Elle darda un regard intense sur les cicatrices qui témoignaient de son affrontement avec des pirates.

    " Cela rajoute un côté redoutable à la personne que vous êtes... Malgré les épreuves, il y a de la volonté à aller de l'avant... Mais je m'égare un peu. Pardonnez-moi. Et donc, vos fonctions actuelles vous privent de parcourir les flots. Cela est dommage. J'espère qu'il ne vous est pas interdit de mettre les pieds nus lors d'une balade sur la plage "

    La liberté de faire ce qu'on voulait et quand on le voulait. Elle ne saurait comment elle y réagirait si on venait à lui retirer cela d'un coup. Difficile de se faire une idée quand on avait toujours eu l'habitude de prendre le chemin de vie qu'on désirait, et ce, malgré quelques dures épreuves sur le fil de l'existence. Elle le regarda, pendant qu'il fixait ses gens. Quelques songes envahissaient sans nul doute sa tête. Dommage de ne pas avoir la capacité de lire à son intérieur. Cela aurait été intéressant !

    Un instant, le Maire eut une hésitation pour la tournée de bières proposée par la belle blonde pour ses militaires. Après quoi, il concéda à leur permettre de prendre un verre. La Sirène sourit, se retint de glousser et d'un pas agile et gracieux, elle se retourna pour rejoindre l'arrière de son comptoir pour préparer toutes les nouvelles consommations. Elle récupéra et prépara plusieurs chopes que le Wessex vint déposer, une bourse cliquetante de pièces. Elle regarda le paiement, avant de porter ses yeux pailletés d'ambre vers ceux emplis de ce bleu intense qui rappelait les eaux chaudes de la mer du Sud.

    "Ne vous sentez pas obligé, vous savez. Et si je refuse ce paiement, acceptant de bonne grâce que c'est ma tournée, le prendrez-vous ? "Elle se montra taquine pour le coup, tout en continuant de servir les chopes sur son comptoir. "J'ai mes clients habituels, mais c'est vrai que ce soir, j'ai des moins habitués. Leur recoin de beuverie bien à eux, à ce que j'ai entendu dire, offre une soirée un peu spéciale et privée à des clients fortunés. Et comme le Marsouin Blanc est accueillant et que j'ai offert une première tournée de bière, la liesse est présente et enthousiaste. "

    Elle fit un clin d'œil aguicheur au Maire, lui remplit son verre de sa cuvée spéciale et emporta déjà les premières chopes vers les officiers républicains, avec un beau sourire à ses lèvres, les épaules droites et fières, juste assez pour se mettre en valeur.
    Maire de Courage
    Maire de Courage
    Arès Wessex
    Arès Wessex
    Messages : 65
    crédits : 106

    Info personnage
    Race: Humain - Elfe
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal-Mauvais
    Rang: A
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3623-ares-b-wessex-terminehttps://www.rp-cendres.com/t3726-le-carnet-d-ares-chronologie#34928
  • Dim 28 Avr 2024 - 18:11
    Tout en écoutant la belle tenancière, le maire laissait ses prunelles océaniques scruter les environs. Les moindres détails se dessinant sur les murs du Marsouin Blanc, mais aussi sur les tables faites de bois nobles. Rien n’échappait au Wessex, à tel point qu’il épiât en détail les quelques tableaux décorant la taverne, comme pour voir d’où ils venaient. Le demi-elfe n’était en rien un expert en œuvre d’art, même si, avec son projet d’ouverture de musée à Courage, il se devait de s’y connaître un minimum.

    Arès était une personne très investie dans ce qu’il entreprît. Que ce soit personnellement ou professionnellement, lorsqu’il eût une idée en tête, il faisait en sorte d’être le plus renseigné possible. Par exemple, pour son thé personnel, il faisait attention à prendre les meilleurs produits. Et là, pour son projet de musée d’œuvre d’art, il faisait en sorte d’en apprendre davantage sur les artistes de l’Histoire de la République, les différents courants artistiques.

    De nouveau, le demi-elfe ne put s’empêcher d’émettre un léger sourire quant aux remarques de son interlocutrice, concernant la sécurité de Courage et son bien-être. Il laissa donc ses prunelles azur venir à la rencontre des ambres de Takhys.

    « Le surmenage fait partie de ma vie dorénavant. Je ne suis pas que Maire, je possède aussi une grande entreprise implantée à Courage et, le cumul des deux peut parfois être usant, je vous l’accorde. C’est un mal pour un bien et, aujourd’hui, j’aimerais faire de Courage une ville sûre, où les bons citoyens républicains pourront venir s’installer pour opter pour la tranquillité. » Répondit-il, sincèrement, tout en laissant un bref sourire traverser son visage.

    « Mais, pour attirer du monde dans la cité portuaire, il faut aussi pouvoir assumer toutes ces bouches à nourrir, tous ces travailleurs ainsi que leurs enfants, qui ont besoin d’éducation. C’est pour ça que je mise principalement sur les entreprises locales. J’aimerais les aider à se développer, mais je développe aussi Wessex Maritime. Et, à terme, il faudra ouvrir davantage d’écoles et d’infrastructures publiques favorisant l’éducation, les loisirs, et tant d’autres choses. Et cela, exclusivement pour les citoyens républicains. » Ajouta-t-il, toujours en gardant son regard sur la belle.

    « Mais, je ne vais pas vous embêter avec de la politique et autres. Pour en revenir à nos moutons, cette petite visite dans votre taverne me permet de me rappeler qu’au-delà de mon statut de Maire, je reste un citoyen comme les autres, qui a besoin de se détendre un peu. » Avoua-t-il, même si, certaines de ses pensées affirmaient le contraire. Son égo le savait, il n’était pas qu’un simple citoyen, il était bien plus que cela. Pour que la société fleurît, il fallait des personnes qui travaillaient sans relâche, prêtes à faire une croix sur leurs loisirs. Mais Courage n’en était pas encore là. Le courant Optimate n’était pas assez répandu au sein de la Nation de la Chouette.

    La Sirène laissa ensuite un léger rictus s’échapper d’entre ses lèvres. Une mimique faciale qui ne manqua pas d’interpeller le Maire, qui la scrutait de ses prunelles océaniques. C’était à ce moment qu’il commençât à se demander si son interlocutrice était bel et bien une Humaine. Qu’importait, tant qu’elle en eût l’apparence, c’était un bon point. Il n’avait pas encore pour but de chasser les non-humains de sa ville.

    « Il faudrait être cinglé et, pourtant… Ils s’en sont bien pris à la Maison-Bleue, qui pourtant, était l’édifice le plus sécurisé de toute la Nation. Alors, croyez-moi, que ce soit votre charmante Taverne ou la Maire, ils n’auraient aucun mal à tenter de me tuer. Enfin, qu’ils essaient, je les attends de pieds fermes. » Répondit-il, avec un soupçon d’arrogance dissimulé derrière son visage elfique.

    « Enfin, de toute façon, je me considère beaucoup plus malin que feu la Présidente… Je serais capable de fuir autrement que… Bref. Que pensez-vous de cette bataille, ayant ravagé la capitale, dame Takhys ? » Demanda-t-il, avec la plus grande des sincérités. Quoi de mieux que de demander à un citoyen ce qu’il pensât de ce genre de catastrophe, pour mieux le cerner.

    « Si, vous avez raison Takhys. Les secrets les mieux gardés sont les plus savoureux. » S’exclama-t-il, ricanant légèrement, un bref sourire dessiné sur ses lèvres elfiques. Il maintenait ses prunelles océaniques dans le regard de la tenancière à la chevelure d’or.

    « Ça serait un crime de m’approprier ce délicieux alcool. Mais, pourquoi pas, après tout, j’en ai largement les moyens. » Répondit-il sincèrement et, surtout, sérieusement, sans même laisser un sourire décorer son visage elfique. « Bien, c’est d’accord. Donnez-moi donc l’exclusivité sur ce breuvage. Et, au moins, ça me donnera une excuse pour revenir ici, de temps en temps. » Fit-il, un léger sourire fleurissant sur son visage, empli d’une certaine malice qu’il n’eût pas l’habitude d’afficher.

    « Je vous impressionne, tant que ça ? » Rétorqua-t-il, le timbre de sa voix emplie d’une certaine arrogance qui, pour le coup, n’était qu’une simple habitude chez lui. Le regard insistant de la belle sur les cicatrices présentes sur son visage ne pouvait que plaire au Wessex, qui appréciait recevoir de tels regards venant de la gent féminine.

    « Ne vous excusez pas, Takhys, ce n’est en rien un problème. Ces épreuves, comme vous dites, je prends un certain plaisir à les partager avec qui veut entendre ce genre d’histoire. » Fit-il, froidement. Évidemment, le sujet de discussion préféré d’Arès Wessex était… Arès Wessex.

    « Oui, je suis un peu déçu de ne pas pouvoir me rendre en mer comme par le passé. Enfin, c’est un sacrifice nécessaire pour le bien de ma carrière politique, mais aussi pour le bien de la Nation. » Répondit-il, de nouveau, froidement. Il ne fallait pas oublier que, pour Arès, il était un héros de la Nation et, le courant Optimate était le futur du pays. Il était persuadé que c’était une issue inévitable, que cela fît du bien au peuple, ou non. C’était d’ailleurs cela qui le différenciait des Populars. Ça et bon nombre d’autres choses.

    « Plus sérieusement, j’ai le droit de me balader pieds nus sur les plages de la cité. Je ne le fais simplement pas, pour des raisons d’hygiène et autres. Et puis, ce serait bien mal vu auprès de l’opinion publique, croyez-moi. » Continua-t-il, baissant légèrement les yeux.

    Les prunelles d’ambre de la belle tenancière venant capter le regard intense du Wessex, ce dernier glissa ses azurites sur Takhys. Un léger sourire à peine perceptible s’affichait sur le coin de ses lèvres, tandis qu’il poussât légèrement la bourse remplie de quelques pièces, laissant le bruissement mélangé du tissu, de l’argent et du bois résonner sur le comptoir.

    « Oui, je serai contraint de l’accepter. Mais, vous retrouveriez cette même bourse demain matin dans votre boîte aux lettres. » Répondit-il, prenant un air taquin avec son interlocutrice. Cependant, le Maire de Courage tiqua sur un détail. Une soirée réservée aux clients fortunés et, il n’en avait point entendu parler ? Étrange.

    « Une soirée, vous dites ? Pouvez-vous m’en dire davantage à ce sujet ? » Demanda-t-il, poliment et, se montrant curieux. Quoi qu’il en fût, il prit une légère gorgée de la boisson que vînt de lui apporter Takhys, puis laissa ses prunelles océaniques glisser jusqu’aux ambres de cette dernière.

    « Délicieux. » Avoua-t-il, un bref sourire décorant son visage elfique.
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Takhys Suladran
    Takhys Suladran
    Messages : 382
    crédits : 3412

    Info personnage
    Race: Sirène
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1636-takhys-suladran-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2575-liens-avec-la-poiscaille-takhys-suladran#22178https://www.rp-cendres.com/t2576-grimoire-mouille-de-takhys-suladran#22179
  • Lun 29 Avr 2024 - 17:36

    Vivre avec le surmenage… Est-ce qu'un être humain en bonne condition physique et avec la meilleure volonté d'acier du monde accepterait de vivre avec un excès de pression qui délitait petit à petit les nerfs comme l'esprit ? Takhys ne vivait pas à la surface depuis assez longtemps pour voir comment cela affectait ou dégradait un corps de terrestre. Chose certaine était qu'un stress permanent changeait les comportements. Elle avait pu observer cela chez des poissons et certains crabes. Mais un humain n'était pas de ce genre d'espèce. Bien que plus fragile qu'un Triton ou une Sirène, cette race aérienne avait une certaine forme de résistance. La belle blonde en avait déjà testé une ou deux. Elle se garda bien d'en sourire, en repensant à certaines petites expériences qui s'étaient montrées très... enrichissantes. Donc, pour revenir sur cette affaire de surmenage, peut-être qu'il y avait certains hommes ou femmes qui naissaient avec des prédispositions à occuper des places de dirigeants. Après tout, tous ne pouvaient pas devenir Maire, non ? C'était assez logique en même temps. Dans la nature, tous les animaux ne pouvaient pas être des dominants. 

    "Vous avez tellement de projets pour la ville de Courage que je comprends ce besoin de les mener à bien, sans relâchement, avec dévouement, avec passion, pour l'intérêt premier de la cité, pour ses habitudes. Qu'elle devienne un joyau rutilant, pour le bien de tous... Mais je suis ravie d'entendre de votre bouche de l'importance de vous accorder à vous ménager. Un peu de temps de détente, comme vous venez de le dire... "

    Elle fit un léger sourire taquin. Il était citoyen, en effet. En se montrant au Marsouin Blanc, il se montrait à ses clients, qui ne pourront que narrer la présence du Maire en personne, venu profiter d'un moment de sérénité et d'une bonne atmosphère pour passer un moment de répit. Un homme qui se mélange aux autres citoyens, sans réticence aucune. 

    "Qui veut aller loin ménage sa monture, n'est-ce pas ? "

    Elle sut tenir sa langue, quand il souhaitait ne plus l'embêter avec ses histoires politiques. Personnellement, elle était attentive à tout sujet. Un rien pouvait avoir de la valeur avec le temps. La moindre once d'information servait toujours, à un moment ou un autre. Bah, elle n'était pas pressée de toute manière. Cette soirée était fructueuse pour elle : ses clients étaient ravis ; avec sa bière gratuite, elle avait un invité d'exception présent. Que demander de mieux ? Le bonheur quotidien dans toute sa simplicité !

    Elle agença une autre série de chopes, pour servir la suite des clients et des derniers gardes présents.

    "La folie revêt bien des formes chez des adversaires qui croient réussir leur offensive"reprit-elle sur le sujet de l'Assemblée. "Quelque chose me dit que l'ennemi aurait passé un sale quart d'heures si vous étiez à Liberty.".

    Puis à la question de son avis sur cet affront à la République tout entière qu'avait été cette bataille, elle veilla à perdre un peu de sa jovialité sur son visage, pour marquer un minimum de sérieux.

    "De mon point de vue ? C'est une bataille qui s'est produite parce qu'elle a su profiter de quelques failles "oubliées" au sein de la République. Il a frappé dans son cœur même, en s'en prenant à Liberty, mais c'était sous-estimé la détermination des combattants républicains d'affronter cet ennemi. Néanmoins, le mal est fait... Et rien ne dit que cela ne va pas provoquer tout un effet de conséquences intérieures qui…"
    "Et vous y retournez alors, M'dame Suladran ? "

    Une voix venait de se faire entendre à la table d'à côté. Un barbu d'une cinquantaine d'années, aux joues bien rougeaudes déjà pour avoir bu bien plus que de la bière avant la première tournée, souriait un peu bêtement.

    "Non, Volbert, je devrais pouvoir rester à la taverne cette fois, si c'est pour vous rassurer. "
    "S'il y a des gens à soigner, je comprendrai, m'dame. Mais laissez-nous les clés de la taverne alors".

    Quelques autres clients rirent.

    "Je la laisserai à Bertrude, promis."

    Ça rit plus encore quand la tête du vieux barbu fut celle d'un merlan à la bouche ouverte. Elle fut souriante, se demandant comment ce petit intermède sera pris par le Maire.

    "Ce serait donc un crime si cet alcool n'est que pour vous ? "fit-elle en calant son bassin gracieusement contre le rebord de son comptoir, quand elle reprit la discussion avec le Wessex. "Auriez-vous des remords à ne pas partager cet élixir délicieux avec vos pairs, s'ils venaient à se rendre ici pour le faire découvrir à leur palais ? "Elle se permit de glousser avec un timbre léger cristallin. "Je vous garderai donc rien que pour vous ce breuvage. Avoir les moyens est une chose, mais savourer quelque chose qu'on apprécie et l'avoir rien qu'à soi apporte une petite note de... d'exclusivité ? "

    Elle le regarda avec une petite lueur dans ses yeux bruns pétillants d'ambre.

    "Ou de pécher par gourmandise ? "

    Elle en profita pour remonter son regard sur la cicatrice du visage de son interlocuteur.

    "Les cicatrices narrent une histoire. La vôtre raconte un fait... compliqué, plus encore que vous ne cherchez pas à la camoufler. Et quand on vous écoute, on sent la volonté, la détermination... Votre posture droite, la tête haute... On voit là le maintien d'un homme qui n'a pas peur d'affronter les prochaines épreuves. Donc, oui, vous êtes impressionnant... "

    Ah les compliments pour flatter l'égo d'un homme... Il suffisait juste de trouver ceux parfaits à employer.

    "Rien n'est gravé dans la pierre, comme on dit. Qui sait si un jour prochain, vous serez amené à sillonner sa surface à nouveau, pour le bien de la République. "Après quoi, elle se retint de rire, gardant un rictus amusé à ce qu'elle venait d'entendre. "Parce que cela fait va-nu-pieds ? "Elle rit"C'est dommage. Rien n'est aussi bon que de marcher sur le sable. Alors pour cette bourse… très bien, elle est mienne alors. " Elle l'attrapa et la plaça derrière le comptoir, pour éviter de possibles convoitises.

    À voir la mine un poil dépitée du Maire, intérieurement, elle sourit. Il ne paraissait pas encore tout savoir de ce qui se tramait dans sa ville, donc. Un point intéressant, qui ne durera pas, bien entendu. En tout cas, elle l'avait appâté, sa curiosité demandait à être rassasiée.

    Elle se rapprocha de lui, ses lèvres esquissant un délicat sourire. Quand elles furent assez proches de son oreille, elle put lui murmurer :

    "De ce que j'ai ouï-dire, c'est une soirée privée, mais avec des individus qui se sont enrichis par le biais de certaines... voies guère légales... Si vous voyez ce que je veux dire… Et comme Liberty n'était plus un lieu adéquat pour une petite "réunion", cela se serait organisé à Courage. Voilà pourquoi vous n'avez peut-être pas eu vent de cette petite sauterie. "

    Elle se recula, passant une main délicate dans sa longue chevelure dorée, comme pour marquer un sujet de conversation tout autre que celui qu'elle lui avait susurré.

    Maire de Courage
    Maire de Courage
    Arès Wessex
    Arès Wessex
    Messages : 65
    crédits : 106

    Info personnage
    Race: Humain - Elfe
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal-Mauvais
    Rang: A
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3623-ares-b-wessex-terminehttps://www.rp-cendres.com/t3726-le-carnet-d-ares-chronologie#34928
  • Mer 1 Mai 2024 - 18:05
    Même si la ville était déjà en parfait état lorsque le Wessex la récupéra, succédant à la grande Koraki Exousia, il ne la trouvait pas encore parfaite. Elle manquait de quelque chose et, le demi-elfe ne savait pas encore quoi. Était-ce ce sentiment de sécurité qui, visiblement, commençait à naître dans l’opinion publique ? Était-ce cette suprématie républicaine ? Ce qui serait la raison naturelle poussant le directeur d’entreprise à vouloir ouvrir son musée au cœur de la ville ? Peut-être. La réponse y serait, de toute façon, apportée tôt ou tard.

    Mirant son interlocutrice de ses prunelles océaniques, le Maire laissa un bref sourire lui échapper, étirant ses traits elfiques. Le surmenage. Pourquoi Takhys s’intéressait-elle tant à cela et, au bien être de son Maire ? Ce n’était pas une mauvaise chose, loin de là. Mais, il ne s’attendait pas à être apprécié si rapidement, surtout en étant un politicien du parti Optimate qui, s’évertuait à chasser les étrangers.

    « Je pourrais rester ici toute la nuit, à vous détailler chacun des projets que j’ai pour cette magnifique ville. Les idées que j’aimerais mettre en place pour faire de Courage, une cité aussi séduisante que Liberty, avec le côté portuaire et montagneux en plus. » Répondit-il, marquant une légère pause, se caressant légèrement la barbe.

    « Vous êtes-vous déjà rendue dans les montagnes bordant la cité, Takhys ? J’imagine que oui, étant donné l’emplacement de votre ravissante taverne. Mais, si vous avez une ou deux anecdotes à me raconter, je suis tout ouïe. » Continua-t-il, détaillant de ses azurites, les traits du visage de son interlocutrice, se mouvoir en réaction à sa question.

    « Comprenez bien qu’une personne en surmenage baisse en efficacité. C’est tout à fait normal. La fatigue, le stress, ce n’est pas une bonne chose pour le travail et la concentration. C’est pour cela que j’accorde une grande importance au repos, que ce soit pour moi où mes employés. Et puis, soyons honnêtes, une personne ayant besoin de travailler sans jamais s’arrêter n’est pas une personne douée gérant bien son temps. C’est comme cela que je raisonne et, c’est un peu mon mode de fonctionnement. Bien gérer son temps. » Fit-il, en mentant légèrement. Ses employés, il s’en foutait légèrement. Il ne les surmenait pas, non, mais il les poussait à bout, jusqu’à leurs limites.

    Arès lui-même ne savait pas comment les choses auraient terminé s’il avait été présent durant la bataille de la Maison Bleue. Après tout, il n’était pas réellement fait pour être un héros. Se serait-il battu ? Certainement. Mais, aurait-il été prêt à y laisser la vie ? Certainement pas. En tout cas, la Maison Bleue, pour subir une telle attaque et surtout, par des ennemis comme l’Assemblée, n’était pas suffisamment sécurisée. C’est exactement là le problème. C’est exactement ça qu’Arès reprochait à la Présidence.

    « Je ne sais pas s’ils auraient passé un sale quart d’heure. Mais, ce qui est certain, c’est que notre Présidente serait certainement encore en vie à l’heure qu’il est. » Mentit-il, sans la moindre honte. Il aurait été le premier à la pousser dans les escaliers ou à la faire tuer. Mais, visiblement, quelqu’un d’autre, de très lucide, s’en était occupé. Il faudrait récompenser cette personne, plutôt que de l’enfermer au Razkaal.

    Un pouilleux vint interrompre la conversation entre le Maire et la belle tenancière à la chevelure d’or, ainsi que la réponse de cette dernière, qu’Arès attendît promptement. Le demi-elfe lui jeta un regard noir, il hésitait à prendre la parole, à couper son interlocutrice. Mais, il ne fit rien, pas maintenant. Il se tourna vers Marcus, puis lui fit un léger signe de la tête, faisant comprendre au chef des Protecteurs de garder un œil sur cet homme. Bref, une fois de nouveau seul, Arès retourna ses prunelles océaniques dans les ambres de son interlocutrice.

    « Les valeureux guerriers ont gagné une bataille, mais pas la guerre, c’est certain. Qui sait ce qu’il se produira par la suite. » Répondit-il, soupirant légèrement puis, passant sa main devant lui, frottant le bois du comptoir.

    « Alors comme ça, vous y étiez et, en plus, vous êtes soigneuse ? Je ne l’aurais jamais cru. Quel genre de magie de soins pratiquez-vous, dame Suladran ? » Demanda-t-il froidement, dissimulant une réelle sincérité. Il était, lui aussi, capable de soigner. Un héritage que sa mère lui avait laissé.

    Arès gardait ses prunelles océaniques dans les ambres de son interlocutrice lorsque celle-ci s’avança sur le comptoir. Il avait du mal à cerner cette dernière, mais, n’était-ce pas là ce qui faisait son charme ? Le fait d’être mystérieuse, insaisissable ? Enfin, il se contenterait de ne pas rentrer dans son jeu et, restait complètement de marbre, laissant parfois de brefs sourires illuminer son visage, sans en faire trop.

    « Un crime, oui. C’est délicieux, alors pourquoi devrais-je le garde uniquement pour moi. Après, en avoir l’exclusivité ne me contrarierait pas non plus. Alors, pourquoi pas. J’ai tendance à apprécier l’exclusivité, surtout quand ça me concerne. Partons donc là-dessus. Mais, je tiens tout de même à ce que vous en gardiez ici, que je puisse revenir lorsque l’occasion se présentera à moi. » Répondit-il, laissant un bref sourire décorer son visage elfique, fendu d’une magnifique cicatrice.

    Chacune des paroles de la tenancière semblaient être calculées pour mettre le Maire en confiance et, le saucer. Ce dernier était-il suffisamment dupe ? Non. Ce n’était pas la première femme qu’il rencontrât et qui tenait ce genre de discours. Mais, Takhys semblait assez différente, comme si ses attentes étaient flouées.

    « Eh bien, je vous remercie, Dame Suladran. Ce n’est pas tous les jours que je reçois ce genre de compliments. Enfin, c’est assez souvent quand même. Je suis réputé pour être assez sûr de moi, il faut bien l’admettre. » Rétorqua-t-il, laissant un faible rictus s’échapper d’entre ses lèvres. « Mais oui, je n’ai pas peur de me plonger tête baissée dans les épreuves qui m’attendent. Au contraire, ça n’est jamais déplaisant, même pour quelqu’un comme moi, ayant beaucoup de responsabilités. » Ajouta-t-il, se tournant d’un quart de cercle. Laissant son coude glisser sur le comptoir, le Wessex prit appui sur celui-ci, offrant une vue de profil à Takhys.

    « Ce ne serait pas pour me déplaire, croyez-moi. Mais, je ne pense pas que servir la République à l’aide d’une arme soit fait pour moi. Non. Je suis très bien placé derrière la scène, à ma place de politicien. Les mots peuvent être tout aussi efficaces qu’une épée bien affûtée, lorsqu’ils sont intelligemment employés, vous ne pensez pas ? » Questionna-t-il, laissant, de nouveau, un bref sourire fleurir sur son visage, accompagné d’un petit rictus.

    « Oui, je sais, ça peut paraître stupide. Mais, j’ai une image à entretenir. Je pense que la cicatrice que j’arbore sur mon visage me donne déjà une réputation de pirate, alors, je n’imagine pas ce que l’on penserait si je me promenais comme une fleur sur les plages, sans chaussures. » Rétorqua-t-il froidement, tout en refaisant un quart de cercle pour se repositionner face à Takhys.

    Il la regarda ensuite, sans dire le moindre mot, s’emparer de sa bourse, puis la dissimulé derrière le comptoir. Le Maire, de ses prunelles océaniques, mirait les gestes de son interlocutrice, tandis que celle-ci se pencha légèrement en avant pour lui murmurer quelques mots à l’oreille. Elle lui apprit qu’une soirée réunissant les membres de la Pègre aurait en ce moment même lieu à Courage.

    « Oh, je vois. » Murmura-t-il, laissant un léger blanc s’emparer de l’atmosphère, alors qu’en fond, les rires gras des poivrots résonnèrent « Très bien. Je vous demande juste une petite seconde, dans ce cas. » Ajouta-t-il, détachant ses prunelles azur des ambres de la belle.

    Arès se leva puis, d’un pas extrêmement léger, il se dirigea là où Marcus était posté. Il flottait dans la pièce, tel un spectre, ne se faisant même pas remarquer par les individus buvant comme des sacs autour de lui. Doucement, il chuchota quelques mots dans l’oreille du chef des Protecteurs, qui sortit aussitôt de la taverne, après s’être légèrement incliné devant le Wessex.

    Puis, le demi-elfe revint à sa place, posant un coude sur le comptoir, toujours en s’appuyant dessus. Son autre main restait invisible, dissimulée derrière le bar.

    « Excusez cette légère pause dans notre conversation. » Fit-il, laissant de nouveau un bref sourire naître sur son visage elfique. « Alors, avez-vous d’autres alcools à me faire découvrir, chère Takhys, si je puis vous appeler par votre prénom, bien entendu. » Questionna-t-il, regardant rapidement à droite et à gauche.
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Takhys Suladran
    Takhys Suladran
    Messages : 382
    crédits : 3412

    Info personnage
    Race: Sirène
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1636-takhys-suladran-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2575-liens-avec-la-poiscaille-takhys-suladran#22178https://www.rp-cendres.com/t2576-grimoire-mouille-de-takhys-suladran#22179
  • Jeu 9 Mai 2024 - 23:10
    Est-ce que Takhys en faisait un peu trop ? Pas du tout. Elle était juste elle-même, aussi imprévisible qu'elle pouvait l'être, et ce, malgré son radieux sourire. Tout pouvait l'intéresser, plus encore quand elle pourrait en tirer quelque chose pour son commerce ou ses petits à côté du moment... ou juste pour le plaisir de combler sa curiosité. Cette dernière se fit sentir comme gourmande d'en savoir plus. Mais tout venait à point qui savait attendre. La belle blonde n'était pas pressée.

    "Toute la nuit ? C'est presque une délicieuse invitation que vous énoncez très cher. Vous savez marquer l'attention. Je serai toute ouïe à entendre les entendre, à être même la première à qui vous les partageriez. "

    Elle se permit un léger rire.

    "Qui sait, je pourrai apporter sans le savoir une petite approche supplémentaire. En tout cas, j'ai déjà hâte de voir Courage devenir ce petit joyau qui n'attend que d'être taillé pour être parfait. "Et elle poursuivit, ne le quittant pas du regard, lui laissant toute liberté à l'observer. Tous les hommes prenaient plaisir à la contempler, pensant être discrets. Les petits malins qu'ils se croyaient être. "J'ai eu l'occasion, deux ou trois fois, de me rendre sur leurs hauteurs, effectivement. Le panorama est tout autre. Il y a une autre splendeur, un autre environnement. C'est plaisant pour s'y balader, changer d'air. Ou pour avoir de quoi narrer quelques histoires stupéfaites."Souhaitez-vous vraiment que je vous narre ma dernière petite péripétie dans les froides cimes de ces dames de roc ? "dit-elle sur un ton semi-captivant, comme le ferait un vieux conteur pour attiser l'envie de ses auditeurs. Le Maire en rougirait-il si elle la contait ?"Avez-vous déjà entendu parler du fromage lunaire ? "

    Pour ce qui était de l'affaire du surmenage, elle garda une oreille attentive quand il détailla sa vision de ce sujet et comment il le contrait. Intéressant sa manière d'insister sur la gestion du temps... Les humains s'accrochaient beaucoup à cette notion. En même temps, ils avaient la vie si courte. Pourtant, à voir les traits du Wessex, Takhys devinait qu'il n'était pas entièrement humain. Un petit soupçon d'elfe dans ses traits. Oui, c'était cela. Elle s'étonna quelques secondes de ne pas l'avoir remarquée plus tôt. En même temps, les détails raciaux n'étaient pas la première chose qu'elle détaillait chez un homme. Donc, pour cette histoire de la gestion de son "quotidien", l'éducation humaine avait dû jouer d'influence là-dessus.

    "Gérer son temps permet une certaine efficacité, je puis le confirmer. Ne serait-ce que pour la gestion de mon établissement. Je ne fais pas que servir à boire. dit-elle avec une certaine assurance. Alors, d'accord, elle n'avait pas un poste aussi important que celui qu'occupait le Maire, mais elle aussi ne pouvait pas se permettre d'être négligente pour ses comptes, par exemple. Et pour bien des aspects.

    Elle parut moins convaincue quant au fait que Mirelda aurait pu demeurer en vie. Aurait-il réellement pu se ramener à Liberty, qu'elle n'était pas certaine que cela aurait changé quoi que ce soit. Quand la guerre engendrait le chaos, c'est là que certaines tombaient. Celle de la Présidente n'y avait pas fait exception, dans le sens imagé bien évidemment. Est-ce que le Wessex était sincère dans ses mots ? Elle en doutait un peu, mais cela n'était pas une grande gêne. Par contre, elle avait bien suivi le mouvement de tête du dirigeant, en titre de Courage, vers l'un de ses clients un peu enivré du moment. La coupure avait dû déplaire. On était dans une taverne, après tout, parmi les gens du commun. Telles furent ses pensées, qu'elle se garda bien d'évoquer à travers ses lèvres. Cette interruption n'aurait, normalement, rien de fâcheux.

    "Je ne suis pas véritablement une soigneuse. Disons que mes talents permettent d'avoir leurs utilités dans bien des circonstances. Surtout après cette bataille. Bien des gens avaient besoin de soins et les personnes capables d'user de magie de soin étaient en sous-effectifs. Ma maîtrise de l'eau a été un baume apaisant à bien des maux"glissa-t-elle sans aucune honte, sans aucune hésitation à la question du Maire. Elle lui sourit en même temps. Il l'avait déjà questionné sur son attrait pour la mer. Voilà qu'elle dévoilait sa maîtrise de l'élément liquide… Il était loin d'être un idiot et serait capable d'être plus pointilleux dans ses prochaines interrogations. Bah, elle n'avait rien à cacher. C'est juste qu'elle jouera d'omission avec verve et élégance, comme elle savait si bien le faire.

    Ses orbes bruns pailletés d'ambre n'avaient toujours pas quitté la surface océanique des yeux du Wessex. Elle sentait qu'il cherchait à atteindre la profondeur de son être, de la percer à jour. Il sentait le petit jeu de charme qu'elle avait commencé à distiller dans la conversation. Malin et intelligent. Elle sut tenir sa langue qui dardait de sortir pour se frotter le coin de ses lèvres pulpeuses. Une proie difficile était encore plus savoureuse à attraper.

    "Je veillerai à ce qu'une bouteille soit toujours prête pour vous être servie. Et je donnerai des consignes précises pour que moi seule l'entoure de ma main pour vous la servir, quand vous serez amené à revenir au Marsouin Blanc. Je veillerai personnellement à ce qu'une petite caisse vous soit livrée dans les moindres délais, bien entendu. Un crime tel que celui-ci ne mérite point de retard à la livraison. "

    Elle avait ri par la suite, tout en appréciant son changement de position, se mettant en valeur avec son profil.

    "On ne vous complimente pas assez, faute de temps, faute de gente féminine présente à vos côtés, ou parce que vous inspirez la crainte ? "Un rictus dressa un coin de sourire plus prononcé. "Vous avez une réputation de forban ? Voilà qui est amusant. Cicatrice et mer ne riment pas forcément avec piraterie. Sinon, vous ne seriez pas présent, en face de ma modeste personne, à tailler une savoureuse bavette. "

    Elle n'insista pas plus sur l'histoire de se balader pied nu sur le sable de la plage toute proche. Il fallait concéder à céder un peu de terrain pour mieux revenir à la charge.

    "Une langue acérée peut être plus dangereuse qu'une épée tranchante. On peut tirer la puissance des mots par l'acquis du savoir, sous bien des formes. La connaissance, la plus infime, la plus sommaire, même la plus inutile, peut avoir son importance, un jour ou l'autre."

    Ça, c'était un de ses principes et cela lui servait toujours, jusqu'à maintenant. La preuve, elle avait réussi à attiser l'attention de son client prestigieux quant à la taverne concurrente qui avait accepté un dessous de table pour une soirée privée. Ses mots murmurés avaient l'air de porter ses fruits. Il s'excusa de devoir s'absenter un bref instant. Elle fit mine de ranger un peu le bazar sur son comptoir, pendant que le Wessex s'entretenait avec son chef de sa garde rapprochée. Ce soir, les geôles auront quelques locataires en plus.

    Elle sourit de plaisir en le revoyant revenir à sa place de l'instant.

    "Il n'y a pas de mal. Et je puis vous faire déguster quelques breuvages. J'en ai un que je ne fais pas déguster à tout le monde. Uniquement pour les palais qui savent cerner les subtilités. "Sa tête avait pris la direction d'une belle bouteille de couleur saphir, avec une étiquette peinte à la main : le grand classique, avec un petit navire qui voguait sur une belle mer bleue. "Vous pouvez m' appeler par mon prénom, si tel est votre souhait. "

    Elle prit la bouteille, tout en prenant un verre petit et fin. Elle le remplit avec sa gestuelle expérimentée, avant de reboucher la bouteille. L'élixir qu'elle venait de servir ? un gin un peu spécial, qui en plus de faire sentir en bouche le goût des baies de genévrier, le buveur pourra sentir une saveur iodée, avec un étrange et plaisant arôme de sucré salé, qu'on ne trouvait que dans la mer...

    "Vous m'en direz des nouvelles. Et si de m'appeler par mon petit prénom vous inquiète, ne vous affolez pas, les autres clients ne vous sauteront pas dessus pour préserver ma dignité. "Etait-ce un sourire amusé qu'elle eut cette fois ? Elle avait remarqué son petit manège de regarder à droite et à gauche. Franchement, il n'avait rien à redouter de ses habitués du soir. Peut-être à cause des autres clients qui venaient moins souvent, privilégiant l'autre taverne qui aura une fermeture forcée dans pas longtemps ? Cela aussi, elle se garda de le dévoiler...
    Maire de Courage
    Maire de Courage
    Arès Wessex
    Arès Wessex
    Messages : 65
    crédits : 106

    Info personnage
    Race: Humain - Elfe
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal-Mauvais
    Rang: A
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3623-ares-b-wessex-terminehttps://www.rp-cendres.com/t3726-le-carnet-d-ares-chronologie#34928
  • Ven 10 Mai 2024 - 12:45
    Si Arès savait bien faire une chose et, c’était tout naturel, étant donné la position qu’il occupât pour la ville de Courage, à savoir le poste de Maire, c’était bien savoir capter l’attention des personnes avec qui il parlait. Un talent somme toute utile, lorsque l’on était amené à prononcer bon nombre de discours devant des centaines, voire parfois des milliers de personnes, dont certaines attendissent bien souvent qu’une seule chose, une faute, une erreur de locution.
    Les erreurs de locution lors d’un discours politique étaient certainement ce qu’il y avait de pire pour les politiciens. Une faiblesse exploitable, qui, dans le pire des cas, pouvait conduire à l’arrêt total d’une carrière, voire à la mort.

    Laissant un laisser rictus lui échapper, ainsi qu’un bref sourire décorer son visage elfique, le Maire mira attentivement les prunelles ambrées de son interlocutrice.
    « Je ne voudrais pas non plus vous déranger ou vous empêcher de dormir, Dame Suladran. Ce n’est pas l’objectif. Je suis certain de pouvoir vous trouver certaines histoires, même si je ne suis pas le genre d’homme qui aime se confier. Dans certains cas et, bien racontés, les histoires peuvent être vraiment enrichissantes, pour celui qui écoute tout comme pour celui qui la raconte. » Argumenta le demi-elfe, ne lâchant pas un seul instant le regard de la tenancière à la chevelure dorée.
    « J’ai la chance de succéder à une Mairesse qui a su forger la ville comme il le fallait, qui a su la mener dans le bon sens. Il n’appartient désormais qu’à moi de faire de Courage une ville à mon image et, à celle de ma famille. Même si je ne partage que la moitié de mon sang avec ces elfes. » Continua-t-il, se permettant un petit mensonge au passage. Il n’avait aucune intention de forger la ville en suivant l’image des Wessex. Il n’avait de cette famille que le nom et une partie de son sang, contrairement à tous les autres membres au sang pur.

    « Le Formage Lunaire ? Ça ne me dit rien. Mais, je ne serai pas contre entendre cette fameuse histoire, Takhys. Je vous avoue que, malgré le fait que je sois un homme étant plus attaché aux mers et océans, j’aime parfois me rendre dans les magnifiques montagnes qui bordent la cité. C’est, comment dire… plus rafraîchissant, oserais-je dire. » Répondit le Maire, une voix légèrement plus détendue que lorsqu’il fût arrivé.
    Il se demandait bien quel genre d’histoire son interlocutrice allait lui conter. À vrai dire, il avait le temps pour l’écoute, n’étant pas spécialement pressé ce soir-là et, s’étant accordé un jour de repos pour le lendemain. C’était certainement pour cela qu’il se montrait plus détendu, moins froid, ce soir-là. La pression du travail de Maire et d’homme d’affaires important n’était plus.
    Ainsi, il gardait une oreille attentive le temps que son interlocutrice à la chevelure d’or lui contât son histoire dans les hautes montagnes. Et surtout, qu’était ce fameux Fromage Lunaire dont Takhys semblait accorder une certaine importance ?

    Comme tout bon chef d’entreprise, Arès savait que, derrière l’activité principale, il y avait toute une part de gestion qui, parfois, était bien trop ennuyeuse. Cela valait tout aussi bien pour une firme nationale comme Wessex Maritime, que pour une entreprise un peu plus modeste comme le Marsouin Blanc. Le demi-elfe se permit de nouveau un léger sourire, presque imperceptible, l’alcool commençant doucement à faire effet sur lui, déliant sa langue.
    « Je n’en doute pas une seule seconde. Croyez-moi, j’en sais quelque chose. J’étais bien loin de penser, avant de prendre les rênes de Wessex Maritime, que gérer une entreprise était si compliqué. Même si, je savais que ça l’était un minimum. Il y a tant à faire en si peu de temps, cela peut parfois être usant et les simples salariés ou autres ne s’en rendent pas forcément compte. En plus de toutes les responsabilités que peuvent apporter un simple membre du personnel. » Fit-il, mirant de ses prunelles océaniques, son interlocutrice. Il fit une légère pause. « Vous n’avez d’ailleurs pas de personnel, Takhys ? Vous gérez votre taverne seule ? » Demanda Arès, un léger ton de curiosité dissimulé dans sa voix.

    Vint ensuite la révélation de la maîtrise élémentaire de l’eau. Arès arqua légèrement un sourcil lorsqu’il entendît cela. Il était loin de se douter qu’une tavernière serait capable de maîtriser une magie élémentaire, aussi complexe soit-elle.
    « La magie de l’eau, vous dites ? C’est impressionnant. Rares sont les personnes ayant le don de maîtriser une magie élémentaire. Est-ce la seule que vous maîtrisez, Takhys ? Ou, il y en a d’autre ? D’ailleurs, comment avez appris la maîtrise de l’eau ? » Questionna-t-il, plusieurs questions.
    « Excusez-moi pour toutes ces questions. Je ne veux pas me montrer intrusif. » Avoua-t-il, prononçant un nouveau mensonge. Bien sûr qu’il voulut se montrer intrusif et curieux. C’était même dans sa nature, de tiquer sur ce genre de détail. Ce n’était pas la première fois que cela arrivait. Il ne fit même pas attention à ces dernières paroles, tant cet aveu l’impactait. En même temps, en tant qu’ancien étudiant de Magic et fils d’une médecin Reikoise qui lui apprit à maîtriser la magie de la lumière, ce n’était pas étonnant.

    Le visage elfique du Maire se fendit en un léger sourire lorsque la belle tenancière lui affirma que l’alcool servi plus tôt lui serait dédié. Était-ce la réalité ? Peut-être. Pour tout dire, il s’en moquait pas mal de cela, tant qu’il avait son alcool si jamais il vint à remettre les pieds ici. Bien entendu, il reviendrait sûrement, le cadre restait très sympathique et, Takhys, malgré le fait qu’elle fût difficile à cerner, était une personne tout à fait avenante.
    « Je tiens à vous remercier pour cette délicate intention, c’est très sympathique de votre part. » Rétorqua-t-il.
    À vrai dire, bon nombre de personnes était, pour lui, difficile à cerner. Ce n’était pas forcément Takhys en elle-même. Simplement, lorsque l’on occupât le poste de Maire d’une des trois grandes villes de la République, bon nombre d’opportunistes étaient prêts à devenir amis avec le chef de la ville.

    Il se contenta d’esquiver la première question de Takhys. Bien entendu, un homme tel que lui inspirait la crainte. Il n’avait pas forcément le choix, en plus de cela, lors de son dernier entretien avec Koraki, celle-ci le lui avait conseillé. Que ce soit avec ses ennemis ou, avec ses amis.
    « Disons qu’un politicien du Courant Politique des Optimates est, comme vous vous en doutez, rarement bien vu. Du moins, par la majorité du peuple. Mais, depuis la montée en puissance de l’Assemblée et, encore plus depuis la disparition de la Présidente à cause de cette organisation, on observe chez le peuple un certain mouvement nationaliste. Disons que, les tendances changent et le Courant des Optimates montent dans les sondages. » Argumenta-t-il, sans savoir si son interlocutrice avait de l’attrait pour la politique.
    « Enfin, je vous parle de ça, mais je ne sais pas si vous vous intéressez de près à la politique, Takhys. » Continua le demi-elfe, tentant d’en savoir plus sur la tenancière.

    « Effectivement, les mots sont une arme bien plus redoutable que certains le pensent. C’est surtout vrai chez nous, en République, qui est une Nation civilisée. Ça l’est beaucoup moins de l’autre côté du Lac Rebirth. Le Reike est… comment dire… Barbare ? Oui, je pense que c’est le bon mot. Regardez le dirigeant actuel, Tensai. A-t-il usé de sa langue pour prendre le pouvoir et renverser la dynastie Draknys ? Non. Les armes, un siège et la ville ainsi que la tête du Roi et de la Reine étaient à lui, en plus de la main de la princesse. N’est-ce pas merveilleux ? Une telle chose serait impossible en République, fort heureusement. Nous avons la Présidence et le Sénat. Le pouvoir de décision n’appartient pas à une seule personne, et heureusement. » Conta-t-il.
    Même si, il aimerait bien que les pleins pouvoirs lui soient accordés. Il était clair que, si un jour, Arès Wessex devait devenir Président, alors la démocratie deviendrait une dictature, sans l’ombre d’un doute. Mais, la présidence n’était de toute façon pas dans ses projets.

    Le Maire s’était bien gardé de parler de son échange avec Marcus. Et il s’en garderait même ici !

    Les prunelles océaniques du Maire de la ville portuaire glissèrent désormais sur une magnifique bouteille de couleur saphir. Il se demanda naturellement ce qu’elle contentait. Le mieux était de goûter, de toute façon.
    « Pourquoi pas, faites-moi donc découvrir ce délicieux breuvage, Takhys. Que contient-il ? Si ce n’est pas un secret. » Demanda le bâtard des Wessex, un bref sourire en coin de lèvres.
    « Je n’en doute pas une seule seconde, les personnes fréquentant les tavernes gardent un certain lien avec le ou la tenancière. C’est pour ça que je peux parfois me montrer méfiant. » Argumenta-t-il, même si, sauter sur le Maire serait du véritable suicide.

    Doucement, il prit une gorgée du délicieux breuvage saphir apporté par la tenancière à la chevelure éblouissante. Il prit quelques instants pour savoureux, fermant les yeux, puis enfin, il reporta ses prunelles océaniques dans les ambres de son interlocutrice.
    « Délicieux. »
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum