DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Seraphin

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Les Masques de la République [ft Orifa Sigrior] InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Lever de Lune
    Derniers sujets
    La mascarade de minuit. [PV Gwynneth De Evelune]Aujourd'hui à 0:23Gwynneth De Evelune
    Le feu de la forge. (Pv- Cyradil)Hier à 23:00Kilaea Sliabh
    [PA] - Un coup que MAGIC ne verra pas venirHier à 22:13Capitaine Saumâtre
    RP's de Mortifère [République]Hier à 17:47Abraham de Sforza
    [PA] Le Chant des RoncesHier à 17:43Résiliente & Crow
    Echappée Belle [PV Kilaea]Hier à 16:46Kilaea Sliabh
    Validation des rps de KassandraHier à 16:30Kassandra Whype
    2 participants
    Aller en bas
    Noble de La République
    Noble de La République
    Verndrick Vindrœkir
    Verndrick Vindrœkir
    Messages : 27
    crédits : 244

    Info personnage
    Race: Humain/Elfe
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Neutre bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3712-termineeverndrick-j-vindroekir
  • Mer 8 Mai - 15:34
    Une nuit de l'an 0.

    L'air était un peu plus frais ce soir. Tel était le sentiment qui animait Verndrick lorsqu'il se dirigeait vers le manoir Rindel. Son propriétaire, Victor Rindel, avait gagné en popularité au fil des années grâce à ses succès commerciaux, mais surtout grâce aux soirées légendaires qu'il organisait dans son manoir. Elles étaient devenues de plus en plus prestigieuses en raison de la qualité des invités qui y étaient conviés. Des familles nobles puissantes, des riches commerçants, des banquiers, ainsi que des officiers occupant des postes stratégiques au sein de la République. Ces soirées avaient désormais la réputation de décider des relations, des alliances et des nouveaux contrats.

    Le bruit régulier des roues de la calèche sur les routes pavées de la ville constituait pour lui un bruit de fond méditatif, qui lui permettait de laisser ses pensées se concentrer uniquement sur les raisons de sa future visite au manoir Rindel. Cela faisait une année déjà qu'il participait aux soirées de Victor dès qu'il était de passage à Liberty. Ce soir, comme les fois précédentes, il s'était vêtu de sa redingote bleue. Des rumeurs circulaient dans certains cercles privés au sujet d'autres activités du nobliau. Des rumeurs de trafic sexuel impliquant des victimes abusées par des citoyens en position de pouvoir. Verndrick voulait que Victor s'habitue à sa présence. Il voulait être en position de pouvoir intervenir si ces rumeurs s'avéraient vraies. "Protéger ceux qui ne peuvent pas se protéger eux-mêmes".

    Cependant, il n'avait trouvé aucune piste. Ses canaux habituels de renseignements n'avaient pas ou ne voulaient pas communiquer d'informations sur le sujet. Cela ne fit que renforcer ses doutes. Ne pouvant intervenir sans preuve ou piste, il avait décidé de continuer sa carrière d'aventurier comme d'habitude, mais également de participer à tout événement organisé par Victor, s'il était disponible. Il avait réussi à se lier d'amitié avec quelques serviteurs et servantes du manoir, espérant récupérer chez eux des informations. Cela resta sans succès. Les serviteurs les plus proches du maître des lieux ne discutaient avec aucun invité si ce n'était pour échanger les politesses habituelles.

    Mais tout avait changé quand Verndrick fut contacté par une mystérieuse cliente quelques jours plus tôt. Elle n'avait pas voulu lui révéler sa vraie identité, alors il s'amusait à l'appeler « Ombre ». Elle semblait toujours surgir de nulle part quand ils se voyaient. Et les fois où elle était au point de rendez-vous avant lui, elle semblait le repérer avant même qu'il n'entre dans son champ de vision. Il pouvait dire en regardant sa façon de bouger que c'était aussi une guerrière. Malgré son attitude douce et charmante, il lisait  dans ses yeux les lueurs d'une folie contenue.

    Elle ne lui avait pas donné son lien avec le noble corrompu. Il ne doutait pas qu'elle aurait pu se débarrasser de ce dernier toute seule. Verndrick n'aimait pas verser le sang sans raison. Heureusement, elle l'avait contacté justement pour réunir des preuves. Et si Victor était coupable, l'enlever pour le confier aux autorités compétentes qui se chargeraient également de gérer ses complices. Ombre pensait que certains effraies étaient corrompus et voulait remettre le noble à un officier de confiance.

    Ainsi, Verndrick se rendait au manoir pour essayer de convaincre Rindel qu'il voulait rejoindre son opération. Il ne le croirait pas au début, vu la réputation de sa famille. Mais sa participation à ses dernières soirées avait dû semer la graine. Maintenant qu'il y pensait, Verndrick trouvait qu'il était un peu trop idéal pour cette mission, comme s'il avait déjà été recruté il y a un an de cela sans son consentement. De qui avait-il déjà entendu les rumeurs sur le noble ? Qui lui avait suggéré de le garder à l'œil ? Qui était Ombre ? Travaillait-elle pour quelqu'un ?

    Le doute s'empara de lui pendant un moment. Mais il le chassa à l'aide d'un exercice de respiration. Quoi qu'il en soit, la mission lui semblait juste. Il pourra toujours gérer les motivations du commanditaire ou les imprévus plus tard. "Garder une vue aérienne et globale. Mais toujours se concentrer sur l'obstacle en face".

    Il allait bientôt rejoindre la rue où il était censé récupérer Ombre. L'idée était de faire croire à Victor que Verndrick se cachait derrière une façade honorable et ses activités d'aventurier pour s'impliquer dans des trafics de tout genre et dans tout le Sekai. Il pourrait mettre le noble en relation avec des partenaires de tout horizon, l'aider dans la gestion et l'expansion de son business en toute discrétion. Une association avec l'héritier Vindrœkir lui donnerait une réputation et une image publique qu'il prendrait des années à construire. Mais surtout, Verndrick, à travers ses voyages, pourrait lui fournir des spécimens exotiques, rares... comme une valkyrie, par exemple.

    C'était là qu'Ombre entrait en jeu. Réussir non seulement à trouver, mais à faire d'un membre d'une espèce aussi spéciale et connue pour son dégoût des hommes une esclave sexuelle, achèverait de convaincre Victor des avantages à avoir un allié comme Verndrick. Ils avaient discuté du plan ensemble. Une nouvelle soirée avait lieu actuellement au manoir Rindel et cette fois-ci, l'aventurier s'était arrangé avec le propriétaire pour qu'on le dirige dès son arrivée vers un bureau discret à l'écart de la fête où ils pourraient discuter d'affaires intéressantes.

    Ils allaient commencer la conversation avec quelques banalités avant d'aborder le sujet de la nuit. Verndrick sortirait ses arguments un à un comme un boucher attendrit un morceau de viande avec son marteau. Ombre, présentée comme une partenaire, exposerait également les avantages d'une alliance. Elle disposait en plus à sa disposition d'une liste de complices potentiels de Victor. Il n'y en avait pas encore assez pour les inculper, mais révéler certains de ses complices à Victor prouverait qu'ils étaient bien informés et que la proposition était sérieuse.

    Et lorsque sa garde serait suffisamment baissée, asséner le coup final. Dévoiler qu'Ombre était plus qu'une partenaire. Bien plus... Et sous ses ordres, elle pourrait fournir le genre de services dont Victor et ses clients les plus spéciaux étaient friands. La rareté et l'exclusivité valaient très cher. Et Ombre était une dangereuse séductrice. Il lui avait fallu plusieurs douches froides le jour où elle lui avait fait une démonstration.

    Une fois l'alliance assurée, ils pourront discuter des garanties et des systèmes de protection mis en place pour assurer le bon fonctionnement des opérations. C'était le moment où Victor risquait de sortir les détails les plus importants pour la constitution de preuves contre son trafic. Ils aviseraient le moment venu sur la suite de la mission.

    La justice, selon les enseignements de la voie, avait plusieurs visages. Il y avait le visage aimant, plein de compassion de la justice qui relève le faible. Il y avait celui, dur comme fer, intraitable et sans pitié réservé pour le coupable. Ce soir, Verndrick prenait le visage sombre, changeant, rempli de nuances de passion et de folie que devait malheureusement parfois prendre la justice pour s'infiltrer dans le nid de serpents avant de les exterminer à la racine.

    La calèche avait ralenti, une silhouette venait de s'asseoir à ses côtés. Il avait fermé les yeux et arpenter la voie pour trouver l'énergie d'opérer le changement. Il ouvrit les yeux en exhalant les derniers vestiges de sa magie dans une vapeur bleue avant de se tourner vers son partenaire.

    "Prête pour la représentation de ce soir ?"
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Orifa Sigrior
    Orifa Sigrior
    Messages : 82
    crédits : 424

    Info personnage
    Race: Valkyrie
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3518-terminee-orifa-sigrior
  • Mer 8 Mai - 23:48
    Les Masques de la République
    Est-ce que c’était volontaire ou alors par pur hasard ? En-tout-cas, il fallait avouer qu’Orifa avait beaucoup de chance, alors qu’elle avait pour mission de sécuriser la pègre de Courage, le QG du SCAR était juste à côté de sa zone de mission bien que pour accéder à la forteresse ce n’était clairement pas une partie de plaisir mais à force on devait s’y habitude. À chaque fois qu’elle devait gravir toute cette montagne elle se demandait si ça ne serait pas plus simple de sortir ses ailes pour pouvoir voler ou alors d’avoir la compétence de téléportation ? Ça serait clairement moins fatigant, mais l’avantage c’était que c’était un peu de sport dans la journée. Les dirigeants lui avaient fait parvenir un message, les informations n’étaient pas très claires mais quand on lui demandait de rappliquer  ce n’était vraiment le genre de chose qu’elle pouvait balayer du revers de la main.

    Bien qu’elle trouvait le lieu assez pittoresque, c’était certainement le seul endroit dans tout de bas monde où elle se sentait réellement en sécurité. Imaginer rentrer par effraction ou alors par la force n’était que pure folie et pourtant Orifa s'y connaissait dans ce genre de chose. Étant là depuis l’origine de l’organisation beaucoup le voyaient comme une sorte de patriarche même si en réalité elle n’en avait ni le rôle ni le titre, pourtant son avis était écouté et respecté. Saluant rapidement tous ceux qui étaient sur sa route jusqu’à la salle du conseil où elle se mit a genou bien rapidement la tête baissée avec révérence.

    - Orifa, tu vas réaliser un test sur un potentiel nouveau membre.


    Après ces quelques mots la voix s’arrêta alors que la valkyrie avait déjà remonté le fait qu’elle en avait marre de réaliser le recrutement, une bonne partie des membres actuels étaient passés par elle. Le problème de ce genre de tests c’est qu’il était important de vérifier ces capacités et donc rester en retrait le maximum. Restant muette, elle comprit rapidement qu’ils étaient en train d’attendre sa réponse bien qu’ils savaient évidemment qu’elle ne pourrait pas refuser leur ordre.

    - Je suis à votre écoute.

    - Tu pars en mission tout de suite, les informations vont t’être transmises en sortant.

    Sans rien répondre de plus elle se releva en saluant avant de partir récupérer avec une certaine touche d’énervement tout en grommelant. Avant tout il lui fallait passer à l’armurerie et surtout de quoi manger sur la route il n’était pas concevable de partir le ventre vide.

    Verndrick Vindrœkir
    Noble de bonne famille
    Compétence de combat importante apparenté à un soldat
    Discrétion à étudier
    Infiltration à étudier
    Loyauté à tester


    Les compétences de combat semblaient intriguer assez fortement la valkyrie, c’était bien la première fois qu’elle voyait indiqué que la personne était désignée comme importante. En général c’était à tester avant tout également au niveau de sa loyauté, il fallait toujours la tester pourtant avant il fallait l’étudier pour savoir ce dont il était capable. Pourtant “ apparenté à un soldat “ qu’est ce que cela pouvait-il bien dire. De toute manière au dos du papier il y avait plus d’information mais Orifa n’était pas le genre à passer trop de temps à y réfléchir, c’était sur le terrain qu’elle allait réellement apprendre de quel bois il se chauffer et s’il avait vraiment des compétences.

    Prenant position à Liberty bien que toujours sur ses gardes pour éviter d’attirer trop l’attention sur elle. Pour tester le nouveau le SCAR lui avait donné une mission assez simple, un noble corrompu semblait prendre un peu trop d'importance, il était évidemment surveillé par l’organisation mais voyant qu’il pouvait faire ce qu’il voulait en toute impunité, son désir de puissance et d’argent avait tellement grandi que l’ignorer aller commencer à être compliqué. Par chance Verndrick semblait connaître ce Victor, nom qui rappelait de très mauvais souvenirs à la valkyrie. Après de multiples échanges, il était clair que le nouveau avait de la ressource au point que la mission qu’ils avaient préparée montrait qu’il était capable d’un stratagème très vicieux mais c’était ce dont le SCAR manquait cruellement.

    Le soir de la mission venue, Orifa se préparait convenablement, devant servir de prétexte pour avoir la confiance de Victor, il était hors de question de ne pas jouer le jeu alors elle s'apprêtait comme jamais. Faisant une longue tresse de ses cheveux enroulés par la suite en chignon pour pouvoir en jouer quand le moment sera venu. Ajoutant correctement son maquillage pour attirer surtout les regards dans ses yeux de braise. En-tout-cas, c’était pour ceux qui n’allaient pas admirer sa poitrine généreusement relevée par une corsée en tissu noir les lanières étaient tenues à l’arrière et le tout descendait jusqu’en haut de ses hanches. La suite était une longue robe qui montrait uniquement ses chevilles en apparence pourtant sur les deux côtés il était facile de remarquer qu’il y avait des grandes ouvertures dévoilant ses cuisses et ses longues jambes. Tout ça était caché sous une longue cape noire et une capuche.

    Au passage de la calèche, Orifa s’en amusant avant de rentrer sans rien dire l'instant au début à côté de lui attendant d’entendre le doux son de sa voix pour commencer. Une fois satisfaite, elle usa de ses charmes tout en faisant tomber sa cape le sur le sol de la calèche en se mettant accroupi au-dessus de lui une jambe de chaque côté de son bassin tout en s'asseyant sur ses jambes.

    - J’attends depuis bien trop longtemps pour ne pas être prête, par contre avant que cela ne commence …

    Glissant ses mains sur le bois derrière la tête de son partenaire du soir en rapprochant son visage du sien.

    - Alors maître, comment me trouvez-vous ? Et surtout quel surnom est-ce que vous allez me donner ?

    Pas sûr qu’il puisse la regarder intégralement dû au fait de la distance qui les séparaient  et que sa poitrine était en train de se déposer sur son torse rapprochant lentement ses lèvres des siennes mais avant qu’elles ne se touchent, un murmure se fit entendre.

    - Si tu continues à faire ces petites vapeurs bleues, pas sûres qu’il arrive jusqu’à la mission à l’heure …

    Pour ponctuer ses mots, elle avait retiré sa main gauche du bois pour pouvoir laisser son ongle effleurer son torse tout en descendant lentement jusqu’à son ventre.  Déposant un baiser au niveau de son cou, elle se releva avec un grand sourire avec un regard de tentatrice satisfaite d’avoir correctement joué son rôle.  Il était à son goût et peut-être même qu’elle accepterait de le croquer une fois la mission terminée, peut-être qu’elle arriverait à faire le teste de loyauté de cette manière-là ?

    - Maintenant tu as aussi mon odeur sur toi, il sera plus simple de rendre tout ça crédible tu ne crois pas ? Qui aurait une esclave comme moi et n’en profiterais pas à chaque instant ?


    Métamorphose P1 / Nyctalopie P1 / Séduction P1 /  Ouïe Augmentée P1 / Vue augmentée P1 / Odorat augmenté P1 / Invisibilité  P1 / Régénération P1 / Senseur magique P1 / Agilité et précision P2 /  Prouesse d'arme P1 / Vitesse P1
    Noble de La République
    Noble de La République
    Verndrick Vindrœkir
    Verndrick Vindrœkir
    Messages : 27
    crédits : 244

    Info personnage
    Race: Humain/Elfe
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Neutre bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3712-termineeverndrick-j-vindroekir
  • Sam 11 Mai - 0:56
    Quand elle se défit de sa cape, il ne lui vint à l'esprit qu'un seul mot : ensorcelante ! Puis elle s’assit sur lui, son regard se perdit sur son buste. Il la sentit se rapprocher et releva la tête pour croiser les deux puits de sang qui lui servaient d’yeux. Pourquoi absolument tout chez elle lui évoquait-il le danger ? Il ne voyait pas un charme naturel, mais un charme calculé. Quand il observait ses pupilles, il ne voyait pas la couleur des fraises, mais plutôt celle du sang, du magma ou du métal porté à fusion. Elle n’avait pas la grâce d’un faon, mais celle d’une prédatrice.

    Ses lèvres étaient si proches. Il ferma les yeux et fit appel par réflexe à sa magie. La mention de la manifestation de sa magie lui fit rouvrir les yeux. Elle continua, tentatrice, à taquiner du bout des doigts son corps. Le baiser dans le cou réveilla en lui un désir animal, un désir de plus. Mais il garda suffisamment la tête froide pour ne pas arracher les fines couches de tissus qui lui servaient d’habits.

    Elle l’avait appelé maître. Il sourit en y repensant. Il ne voulait pas l’appeler Ombre ce soir devant Victor. Il avait fini par aimer le surnom et ne voulait pas le gâcher en l’entendant sortir de la bouche d’un autre. Il ne connaissait toujours pas son vrai nom.

    Merde, Vern, ce n’est pas seulement son nom que tu ne connais pas. Tu ne connais absolument rien d'elle. Peut-être qu’elle adore se baigner dans du sang de bébé.

    Il sourit à cette pensée et cela le calma un peu.

    Maintenant tu as aussi mon odeur sur toi, il sera plus simple de rendre tout ça crédible, tu ne crois pas ? Qui aurait une esclave comme moi et n’en profiterait pas à chaque instant ?

    Il choisit un nom pour elle et resta dans le personnage avant de lui répondre.

    Continue de me provoquer comme ça, Sefi, et je pourrais commencer par vouloir bien plus que ton odeur sur moi. Bien plus ! Tu sais combien mon appétit peut être vorace. Et le maître ne demande jamais la permission. Il se contente de réclamer son dû, de s’en saisir.

    Accompagnant le geste à la parole, il la repêcha pour l’enfermer de ses deux bras dans une étroite étreinte, serrant tout son corps contre le sien. Il déposa un léger baiser au coin de sa bouche avant de faire appel à sa magie et de souffler très doucement des flammes bleues inoffensives le long de la courbe de sa lèvre inférieure. Il détacha leur corps pour mieux l’observer. La calèche venait de s’arrêter.

    Il nous reste toujours une mission à accomplir.

    Il la souleva pour lui laisser de la place et sortit de la calèche. Comme prévu, dès qu’ils s’annoncèrent, on les dirigea vers un bureau au sous-sol du bâtiment. Il était vide quand ils entrèrent. Quelques minutes plus tard, Victor les rejoignit et s’assit derrière son bureau. C’était un bel homme à la silhouette aussi fine que ses traits. Dans tout ce qu’il faisait, ses mouvements étaient exagérés, comme s’il était constamment en pleine représentation devant un public féru de dramaturgie. Il servit trois verres de vin, but une gorgée du sien avant de se mettre à parler.

    Mais quel hôte je fais ! Asseyez-vous, je vous en prie ! Vous auriez dû vous mettre à l’aise bien avant ma venue.

    Verndrick fut le seul à s’asseoir. Il coupa toute question de la bouche du noble en posant la sienne.

    Je dis que je veux te voir et tu viens m’accueillir dans un bureau, seul. Même pas un garde. Je sais que je suis venu sans arme, mais tu devrais savoir que ça ne m’a jamais arrêté par le passé.

    My my !” dit-il en se touchant la poitrine, faussement offensé. “Et moi qui croyais que c’était une visite courtoise.

    Il sourit et Verndrick lui sourit aussi en prenant son verre. Il s’amusait à faire tournoyer le liquide rouge d’un geste circulaire de la main, mais ne le goûta jamais.

    C’est bien le cas mais ça m’offense presque de ne voir aucune sécurité dans la pièce.

    Mon chef de la sécurité m’a dit que vu que la visite était censée être amicale, la présence d’un garde aurait donné l’impression d’une menace. Il m’a aussi dit que tu prenais rarement les menaces à la légère.

    Eh bien voilà quelqu’un qui connaît son travail. Les gens confondent souvent l’héroïsme avec de la faiblesse avant de le regretter... bien trop tard. Tu devrais l’augmenter.

    C’est fait. Ne t’inquiète surtout pas pour moi. J’ai un système de sécurité très efficace capable d’intervenir à tout moment et de me protéger si besoin. Quand un membre de ta famille vient visiter des gens comme moi, ça ne finit jamais bien. Mais ta demande a attisé ma curiosité alors nous voilà.

    Des gens comme toi ? Et quel genre de personne es-tu Victor Rindel ?” Taquina Verndrick.

    Le noble ignora complètement la question.

    Je te proposerais bien de faire le tour de la demeure Rindel et de voir ma collection personnelle de bouquins. Mais je pense qu’on est tous ici pour une autre raison. Et si tu m’expliquais la raison de ta visite ?

    Tu serais surpris. Je ne dirai pas non à une visite complète.” Il mit l’emphase sur le dernier mot. “Mais tu as raison. Mon associée Sefi et moi sommes ici pour une proposition de partenariat,” continua-t-il en indiquant Sefi d’un geste.

    Victor prit le temps de détailler ouvertement la valkyrie de haut en bas, n’essayant même pas de cacher son désir.

    Elle est muette ?"

    Non, elle attend juste le mot magique. S’il te plaît, Sefi, assieds-toi et mets-toi à l’aise.”  

    Victor leva un sourcil quand il la vit s’exécuter. Encore une autre graine. Quand il lui sera révélé que Ombre/Sefi était plus qu’une associée, il se souviendra de ce moment.

    Verndrick se leva et entreprit de faire le tour du bureau. C’était un petit bureau carré avec des peintures d’art sur chaque mur. Il y avait aussi quelques objets de collection protégés derrière du verre le long des murs. L’aventurier avait commencé son exploration par la droite et alternait entre peinture et objet exposé. Il comptait ainsi faire le tour jusqu’à revenir à gauche du bureau.

    Sefi, et si tu expliquais à ce bon monsieur Rindel la raison de notre présence. J'interviendrai pour apporter des précisions si besoin.
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Orifa Sigrior
    Orifa Sigrior
    Messages : 82
    crédits : 424

    Info personnage
    Race: Valkyrie
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3518-terminee-orifa-sigrior
  • Sam 11 Mai - 13:15
    Les Masques de la République
    Sefi donc ? Simple mais efficace, elle pourrait même l’utiliser lors de ces missions par la suite il faisait passe partout, un nouveau bon point pour cet homme assez entreprenant. Quand il s’agissait de jouer des rôles, Orifa se mettait complètement dans la peau du personnage qu’elle devait jouer, ici une esclave sexuelle soumise a son maître et tout aussi entreprenante que lui. Dommage pour Verndrick, elle allait le taquiner encore un peu en lui proposant de prendre ce dont il avait envie mais voilà que la route était déjà terminée et que la mission ne faisait que commencer.

    Récupérant sa cape pour pouvoir la mettre sur ses épaules cachant ainsi sa tenue légère aux yeux de ceux qui n’étaient pas autorisés à la voir. Tout se passait comme prévu pour l’instant, Victor les avait fait venir dans son bureau. Orifa restait de marbre quand il fit son entrée, se positionnant juste derrière Verndrick la place que toute bonne esclave aurait tant que son maître ne lui donnait pas l’autorisation de prendre place. Les échanges par la suite étaient plutôt destinés à la sécurité et à essayer d’avoir un aveux sur ces mauvaises fréquentations sans réussir à lui tirer les vers du nez du moins pas avant que l’attention de l’hôte lubrique ne se pose sur elle. En rentrant dans le bureau elle n’avait pas de suite retiré sa cape pas tant que Verndrick ne lui aurait pas donné l’autorisation, pourtant une ouverture pour donner à aperçu de ce qui attendait Victor avait suffit à le mettre en appétit.

    Lubrique porc … S’il y avait bien un type de marchand qu’elle n’arrivait pas à supporter c’étaient ceux de son espèce. Dans le privé Orifa n’était pas contre de pimenter un peu les jeux car elle savait que ça restait dans le cadre du plaisir partagé mais ici c’était autre chose. Sur son visage pourtant il n’y avait aucune trace de dégoût, jouant parfaitement le rôle d’une esclave dévouée à son maître. S’inclinant pour commencer en direction de Verndrick.

    - Je vous remercie maître.


    Retirant sa cape pour la mettre sur le dossier de la chaise avant de s'asseoir dessus, est ce que c’était maintenant qu’elle allait enfin rentrer dans son rôle de distraction ? Faisant confiance à Verndrick elle avait tout de même positionner des lames au niveau de sa tenue, assez discrète pour qu’elles ne puissent être remarquées puisque les coutures avaient été faites sur ces armes pour rendre le tout plus homogène. Au moment de sa deuxième demande elle compris que c’était l’heure de passer à l’action certainement qu’il allait profiter du lieu pour pouvoir faire le tour du bureau pour subtiliser des preuves ? Ou alors simplement en trouver ?

    - Bien maître.

    Elle se releva de la chaise pour s’incliner devant Victor, les mains au niveau du bas de son ventre pour maintenir sa tenue mais aussi et surtout pour que ses bras serrent un peu plus sur sa poitrine pour attirer le regard du porc.

    - Bonjour monsieur, je suis Sefi, une valkyrie je suis l’humble esclave sexuelle de mon maître.

    Est-ce qu’il fallait préciser que c’était sexuel ? Dire esclave ça ne suffisait pas ? Après-coup, elle s’était posé la question mais il y avait certainement bien plus d'esclaves qui n’étaient pas là pour offrir leur corps ? Regardant du coin de l'œil Verndrick pour vérifier discrètement ce qu’il était en train de faire, après tout elle était là pour le tester non ? Pour éviter de trop attirer l'attention, elle avait rapidement repris. Se releva avec un sourire des plus charmeurs.

    - Mon maître m’a entraîné pour assouvir n’importe lequel de ces désirs mais également tous ceux à qui il offre mes services.

    Il fallait certainement être bien plus entreprenante que ça, si elle voulait donner plus d’ouverture à son partenaire. Déposant son index sur la bordure du bureau alors qu’elle faisait lentement le tour de celui-ci pour se rapprocher de sa cible. Voyant qu’elle ne pouvait pas se mettre entre lui et son bureau, la parade était simple, après un clin d'œil à Victor, sa jambe passa juste au-dessus des siennes. Le lubrique personnage ne pouvait détourner son regard de cette robe qui glissait le long de la cuisse de la valkyrie comme espérant jusqu’au bout voir l’intérieur de ses cuisses mais c’était sans connaître cette dernière.  Une fois les jambes écartées pour être au-dessus de celles de Victor, elle prit place sur le bureau en évitant tout contact physique avec sa victime.

    - Mais mon maître est surtout très généreux, il lui arrive de ne pas seulement partager ces possessions mais d’également les vendre.

    Déposant ses mains sur ses hanches que les ouvertures de sa robe dévoilait très largement, descendant lentement son corps en même temps que ses doigts le long de sa peau jusqu’à arriver à ses genoux étant assez prêt pour sentir l’odeur putride d’un futur cadavre. Se mordant la lèvre inférieure en utilisant sans vergogne ses charmes de tentatrice et lui susurra avec un certain désir dans la voix.

    - Si mon maître vend sa possession, alors celle-ci appartient corps et âme à son nouveau maître à qui elle voue une loyauté et une obéissance sans faille.

    Reculant son corps tout aussi lentement qu’elle ne l’avait avancé alors que ses mains remontent le long de ses jambes mais en arrivant au niveau de ses hanches elles remontent très légèrement au niveau de son ventre pour les tourner, que ses doigts aillent cette fois vers le haut de son corps. Continuant sa route pour effleurer sa poitrine jusqu’à passer sa main doigt au niveau de son cou, laissant un petit soupir de plaisir sortir de ses lèvres. Ses doigts retirent le chignon pour laisser pendre ses cheveux sous forme de tresse. Sa main gauche attendait ce moment-là pour quitter sa poitrine passé cette fois le long de son cou et de son menton passant le bout de ses doigts à travers ses lèvres avant de finir sa longue route en haut de ses cheveux.

    - Mais tant que le maître ne l’a pas désiré, les autres hommes n’ont aucun droit de toucher, ou de s’approprier mon corps.

    Après un nouveau clin d'œil, en mordant la lèvre inférieure, ses mains glissaient le long de son corps pour finir sur le bureau derrière elle, pour pouvoir cambrer un peu plus son buste.


    Métamorphose P1 / Nyctalopie P1 / Séduction P1 /  Ouïe Augmentée P1 / Vue augmentée P1 / Odorat augmenté P1 / Invisibilité  P1 / Régénération P1 / Senseur magique P1 / Agilité et précision P2 /  Prouesse d'arme P1 / Vitesse P1
    Noble de La République
    Noble de La République
    Verndrick Vindrœkir
    Verndrick Vindrœkir
    Messages : 27
    crédits : 244

    Info personnage
    Race: Humain/Elfe
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Neutre bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3712-termineeverndrick-j-vindroekir
  • Dim 12 Mai - 5:15
    Cela faisait la deuxième fois qu’il la voyait se débarrasser de sa cape. La vision était toujours aussi impressionnante, entre autres adjectifs. Vu sa réaction, Victor était lui aussi de cet avis. Il semblait captivé par le corps de Sefi. Il ne parlait plus, toute son attention était concentrée sur le corps et les mouvements de la valkyrie.

    Verndrick en profita pour mieux inspecter la pièce. Il n’était pas senseur, mais il avait de l’expérience avec la dissimulation. Victor était trop confiant et se sentait en totale sécurité, seul avec eux. Il devait avoir dissimulé des systèmes d’alerte ou des pièges. Peut-être même un système de téléportation si sa vie venait à être mise en danger. Il ne remarqua pourtant rien.

    Quand il finit son exploration et revint au bureau, Victor était déjà complètement sous le charme de Sefi. Verndrick claqua du doigt pour attirer son attention.

    Voilà le genre de partenariat que je propose.”

    Le noble cligna des yeux plusieurs fois comme pour se remettre les idées en place.

    Je... je ne comprends pas.” Sa voix avait perdu toute trace du charisme qu’il semblait tout le temps vouloir démontrer depuis sa venue dans la pièce. Il avait réellement perdu ses moyens. Il avait besoin de toute sa tête pour comprendre la situation. Verndrick s’assit, lui laissant le temps de retrouver ses esprits.

    Sefi, ici,” dit-il en tapotant sa jambe. “Arrête de distraire notre hôte le temps qu’il comprenne la situation.

    La valkyrie obtempéra et vint se placer sur ses jambes, s’adossant contre son torse. L’aventurier se mit à jouer du doigt sur son corps, soulignant les courbes de sa jambe, remontant lentement, très lentement en direction de sa poitrine. Victor semblait hypnotisé par le mouvement. Mais il semblait maintenant plus en possession de ses moyens. Il vida d’une traite son verre et, l’attention toujours portée sur le corps de Sefi, il demanda :

    Dis-moi plus.

    Comme tu le sais, dans le cadre de mes aventures, j’ai l’occasion de beaucoup voyager. Cela offre des opportunités... insoupçonnées.”

    Son doigt avait maintenant atteint le ventre de Sefi. Il avait arrêté sa remontée et traçait distraitement de vagues motifs circulaires sur le tissu sombre.

    Pour faire simple, disons que ce que tu essaies de faire ici, je l’ai déjà établi un peu partout dans le Sekai.

    Victor ignora un instant la valkyrie pour porter un regard interrogateur vers l’aventurier.

    Je parle de la partie trafic sexuel de tes activités. Même si j’aime à penser que ce que je fais est un peu plus raffiné que ça.

    Victor prit une minute entière pour digérer l’information avant d’éclater d’un fou rire. Voilà ! Il était retourné à ses mouvements amples et exagérés.

    Je me suis toujours demandé quel genre de vices pouvait se cacher derrière l’image lisse des Vindrœkir.

    Il se resservit du vin.

    Mais bien que j’adore l’idée de t’imaginer baron d’une activité aussi sombre, j’en aurais entendu parler. Rien ne se passe ici sans que je ne sois au courant. Une très grosse partie de mes ressources est allouée à l’information. "

    "Je n'opère pas en République. Comme le dit l’adage, ne chie pas là où tu manges."

    Il avait arrêté de jouer avec les contours de la valkyrie et traçait maintenant une ligne en direction de son torse.

    "C'est seulement parce que tu as fait preuve de discrétion et d'efficacité que je te contacte aujourd’hui. Peut-être qu'avec toi je peux étendre mes activités ici sans risque."

    Comme tous ceux de son espèce, le noble corrompu adorait les flatteries et, après avoir été témoin de la démonstration de soumission de Sefi, il avait arrêté de feindre le doute.

    "Je t'écoute et j'apprécie ce que j'entends, mais je ne vois pas ce que j'ai à gagner dans cette histoire. Je me débrouille très bien sans toi."

    Bien sûr, il connaissait les avantages d'une alliance entre eux, mais il avait juste besoin de les entendre à voix haute.

    "L'expansion, un réseau de contacts plus étendu, la réputation qui vient avec mon nom et des clients d'un standing plus élevé, mon expertise et mes conseils, un pouvoir dont tu ne peux que rêver", énuméra-t-il en caressant le cou de Sefi et déviant sa trajectoire vers ses lèvres.

    "Mais surtout, l'approvisionnement en produits rares et exotiques. Quand as-tu vu une valkyrie pour la dernière fois ?"

    "Pour être honnête, jamais."

    "Combien penses-tu que tes clients seraient prêts à payer pour elle ? Quels services pourrais-tu demander en retour ?"

    Victor se pencha avidement vers ses deux visiteurs.

    "Dis-moi comment tu as fait pour l'obtenir, pour la rendre aussi docile, et je t'offrirai tout ce que je possède."

    "Docile ?" demanda Verndrick avant de tirer violemment sur les cheveux de la valkyrie.

    Elle réagit instinctivement en lui assénant un coup de coude qui l'envoya avec son siège vers l'arrière. Elle était sur lui avant même qu'il ne touche le sol, une dague sous son menton. Victor avait également renversé son siège en se levant précipitamment, tenant un court stylet rougeoyant d'enchantement en direction de Sefi.

    Le rire de Verndrick brisa la tension. Le noble l'imita sans trop de conviction, ne sachant pas ce qui était drôle mais cessant de menacer la guerrière avec son stylet.

    "Farouche !" s'exclama-t-il en caressant le visage de Sefi et écartant ses cheveux. La dague disparut et elle se releva, l'aidant à faire de même.

    "Pas seulement docile. Elle peut être aussi sauvage que je le désire", déclara-t-il en se tournant vers Victor. "Comme tu peux le constater, je n'ai pas besoin de payer, menacer ou droguer mes esclaves pour avoir un contrôle total sur eux."

    Il releva son siège et s'y installa avant d'inviter Sefi à reprendre sa position sur ses jambes. "Rappelle-moi de te récompenser en rentrant."

    Victor se détendit également avant de prendre une gorgée de vin.

    "Comment ? Comment as-tu fait ? Un endoctrinement progressif ? Une malédiction ?

    "Ça, c'est mon petit secret. Sache juste que je peux réaliser n'importe lequel de tes fantasmes avec n'importe quelle créature vivante ou morte, d'ailleurs. Voilà mon offre."

    Rindel resta pensif quelques instants avant de tendre la main vers Verndrick.

    "Donne-moi ta parole de Vindrœkir et tu peux considérer notre association officielle", déclara-t-il.

    L'aventurier fut pris au dépourvu. Il pensait qu'il aurait encore à avancer quelques arguments, donner plus de détails, proférer quelques menaces. Il n'avait même pas encore mentionné les noms des associés potentiels de Victor.

    "Après tout ce que je viens de dire, tu accordes encore de la valeur à ma parole ?" s'étonna-t-il.

    Rindel se leva du bureau et se mit à arpenter la pièce.

    "Pendant près de trois mille ans d'histoire, aucun Vindrœkir n'a failli aux enseignements de la voie. Pas même un seul. Soit vous êtes très doué pour cacher vos linges sales, soit votre code est gravé dans votre sang. Je me demande si le premier Vindrœkir n'a pas maudit toute sa lignée", ajouta-t-il avant de pointer Sefi du doigt.

    "Elle ne semble pas être une âme en peine ou avoir besoin de protection. Si je me fie à ce que j'ai vu jusqu'à présent, je pense même qu'elle est heureuse de la situation. Comme tu l'as dit toi-même, tu n'utilises aucun mal pour gagner leur totale loyauté. Et de toute façon, votre code n'exclut pas l'usage du mal quand la situation l'exige. Je suis sûr que par un raisonnement tordu, tu peux te convaincre que tu n'enfreins pas votre code en l'ayant comme esclave."

    Pour la première fois de la soirée, Verndrick ne put cacher son véritable ressenti. Ses yeux s'écarquillèrent.

    "Ce type est purement, définitivement et complètement fou !" pensa-t-il.

    Mais Victor interpréta l'expression comme un signe qu'il était sur la bonne voie.

    "Oui, je te connais. Je t'ai longuement étudié, attendant le jour de notre affrontement. Jamais je n'aurais espéré que nous pourrions être alliés. Prononce les paroles du serment et nous aurons un accord."

    Il fallait lui reconnaître une chose, il avait fait ses devoirs. Il connaissait aussi le serment. C'est pour cela qu'il était aussi sûr. S'il pensait que Verndrick suivait toujours les enseignements de la voie, il ne briserait jamais un serment. Il lui tendit à nouveau la main. Verndrick écarta Sefi pour se lever et saisit le bras de Victor. Il fit de même. L'aventurier récita solennellement :

    "Victor Rindel, par cette alliance, tu deviens mon frère. Ta famille se lie à la mienne, et ton sang devient mon sang, lié par le serment sacré que nous prononçons aujourd'hui. Tes amis deviennent mes amis, et tes ennemis les miens à combattre. Je fais miens tous tes combats, et je te promets mon soutien indéfectible dans les batailles à venir, qu'elles soient de l'esprit, du cœur ou de l'épée."

    L'enfoiré connaissait aussi la bonne réponse.

    "Je reçois cet engagement avec gratitude et honneur. Que nos destins soient désormais entrelacés, frère. Ensemble, nous affronterons les épreuves et triompherons."

    Victor rompit le contact. Il jubilait.

    "C'est un très vieux serment guerrier, mais ça fera l'affaire. Si on m'avait dit un jour que j'en serais témoin, ou mieux qu'il me serait adressé... Oh, Verndrick, on va faire tellement de grandes choses ensemble."

    "Cette alliance ne prendra effet qu'à la signature de l'accord", intervint Verndrick.

    Le noble se tourna vers l'aventurier, méfiant.

    "Comment ?" demanda-t-il.

    "Je n'ai qu'une seule parole. Je ne sais pas si c'est ton cas. Même si nos activités sont illégales, un document écrit a toujours plus de poids. J'ai besoin que les termes de notre alliance soient définis clairement sur papier et j'ai aussi besoin de tous les détails concernant tes affaires avant de signer. Partenaires, clients, listes d'esclaves, transactions, services, date... Absolument tout. Tu m'as fait prononcer un serment qui va au-delà d'un simple échange de bons procédés. Nous serons bientôt de la même famille. J'ai besoin de toutes les garanties possibles."

    Un sourire rayonna sur le visage de Victor.

    "Mais bien sûr, mon nouveau frère. Et tu feras pareil de ton côté. Je te propose ceci. Je t'informerai du lieu et de la date de notre prochaine rencontre pour officialiser tout ça. Nous viendrons chacun avec les documents détaillant nos activités. Et si nous sommes satisfaits, nous signerons l'accord."

    Il ne lui demanda même pas de venir seul pour la rencontre. Ils savaient tous les deux que Victor serait préparé et en terrain favorable. Il avait démontré qu'il connaissait très bien l'aventurier et essayer de le doubler ce jour-là risquait d'être difficile. Ce serait leur dernier recours. En attendant, ils savaient que Victor réunirait les preuves de ses activités. En le surveillant et en le traquant, ils auraient peut-être l'occasion de subtiliser les preuves avant la prochaine rencontre. Sefi avait peut-être les ressources pour.

    "Ça me convient. Et toi, Sefi ?"
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Orifa Sigrior
    Orifa Sigrior
    Messages : 82
    crédits : 424

    Info personnage
    Race: Valkyrie
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3518-terminee-orifa-sigrior
  • Dim 12 Mai - 19:26
    Les Masques de la République
    Intérieurement Orifa jubilait de voir la cible complètement sous son emprise, peut-être même qu’elle aurait pu l’amener dans un autre endroit du bureau ou dans une autre pièce pour pouvoir laisser plus de temps à son partenaire de trouver des preuves. Pourtant son maître à temps partiel avait une autre idée en tête et d’un ordre rapide voilà qu’Orifa s’écarta de Victor pour reprendre sa véritable place ne jouant plus son rôle de tentatrice pour laisser les deux hommes pouvoir parler plus sérieusement de la suite des événements. Pourtant voilà que Verndrick était taquin et jouait avec son corps de manière assez douce, laissant ses doigts glisser tantôt sous sa peau tantôt sur sa robe. Jouant toujours son rôle, elle laissait parfois des petits soupirs sortir d’entre ses lèvres en mordant par moment l’inférieur en ferment les yeux collant un peu plus son corps au sien comme possédé d’un désir insatiable.

    Mais qu’importe l’aspect extérieur, elle écoutait tout ce qu’ils pouvaient dire, sans qu’au début ça semble avoir son intérêt car c’était surtout prévu dans le texte de ce qui allait se passer pour attirer Victor dans leur piège. Par contre la cible commençait petit à petit a dire des détails extrêmement croustillants sur la famille de la future recrue.

    Au moment où Verndrick lui tira violemment sur les cheveux, Orifa lui sauta dessus après un coup de coude bien placé, ne comprenant pas vraiment ce qu’il avait en tête et pourtant tout cela, il semblait l’avoir déjà prévu. Ce fut ce passage qui avait attiré d’autant plus l'intérêt de la valkyrie, jetant un petit regard vers Victor pour voir qu’il avait pris un stylet rouge, c’était donc ça son arme de protection ? Intéressant, si l’objectif avait été de le tuer ici, elle aurait recherché les pièges avec son senseur magique mais ce n’était clairement pas l’objectif, il y avait en face un gros poisson et il fallait prendre son temps pour l’amadouer.

    Se repositionnant sur Verndrick elle serra ses bras autour de son cou apposant sa poitrine contre son torse tout en baissant sa tête au niveau de son oreille pour lui attraper le lobe entre ses dents avant de murmurer vicieusement et sans chercher à cacher ses paroles a Victor.

    - Avec le plus grand des plaisirs maître.


    Comment une esclave pourrait oublier d’avoir une récompense de son maître ? Elle retourna a sa place religieusement.

    La suite était assez étrange pour Orifa, à part envers Mirelda, elle était prête à utiliser tout ce qui était en son pouvoir pour réussir ses objectifs, tuer, mentir, voler, torturer, humilier, … L’honneur n’avait rien à voir dans toute cette histoire pourtant, est ce que ça avait réellement un impact en vers Verndrick ? L’avenir allait potentiellement répondre à sa demande, c'était une certitude, en tout cas elle avait gardé en mémoire ce qu’ils venaient de se dire mot pour mot, puis que ça semblait avoir une très grande importance.

    Si tout se passait correctement c’était le meilleur moyen d’avoir toutes les preuves au même endroit mais est ce que ça pouvait être seulement si simple ? Est-ce que Victor pouvait avoir autant confiance dans Verndrick au point de rassembler toutes ces informations au même endroit ? En tant que membre du SCAR, il n’aurait pas été utile d’avoir une deuxième entrevue. Avec ce qu’ils avaient déjà appris, le SCAR aurait simplement pu le capturer, le torturer et récupérer toutes les informations dont on avait besoin pour détruire son réseau. Avec le GAR en première ligne tout aurait pu être fait en une seule fois pourtant Verndrick lui n'avait pas ces moyens et désirait tout de même récupérer un maximum de preuves. S’il avait essayé de tuer Victor, Orifa aurait dû l'arrêter pour pouvoir continuer l’enquête à sa manière mais une fois encore il montrait qu’il était actuellement tout à fait capable de tenir le rôle de membre du SCAR.

    En se retournant vers lui avec un grand sourire.

    - Bien sûr maître si c’est ce que vous désirez alors ça me convient également !


    Le premier échange semblait ainsi terminé et Orifa se leva donc de Verndrick en s’écartant pour se positionner derrière lui tout en regardant les deux hommes en train de se saluer.  Il fallait bien avouer que ça avait un aspect assez étrange de se dire qu’ils se connaissaient bien et pourtant l’un comme l’autre avait une certaine distance sans pour autant se détester du moins à première vue. Verndrick avait bien évidemment un code de l’honneur assez strict qui le poussait à trahir cette relation de confiance nouvellement créée, mais en même temps est ce que ce code d’honneur n'allait pas poser problème sur la résolution de cette enquête ? Seule la fin de cette dernière pourrait répondre correctement à la valkyrie.

    S’inclinant devant Victor avec un grand respect, montrant une fois de plus ses atouts au maximum pour éviter qu’il continue de penser à elle-même une fois qu’elle ne serait plus présente dans son champ de vision. Récupérant sa cape pour la déposer de nouveau sur ses épaules avant de suivre calmement son partenaire, ce fut la même personne qui guida le duo jusqu’à la sortie. Bien que la tête baissée, elle commençait à utiliser son senseur magique pour pouvoir reconnaître l'empreinte magique de Victor et des personnes de son staff qu’ils allaient croiser sur la route, c’était la meilleure chose à faire pour pouvoir vérifier à distance s’ils ne se faisaient pas suivre. Sur le retour, Orifa n’avait pas mis sa capuche se montrant plus qu'avenante à chaque personne qu’ils croisent sur la route, si cela pouvait créer des bruits de couloirs autour de Victor c’était clairement à leur avantage. C’était également le meilleur moyen de pouvoir trouver les proies les plus faibles rien qu’en voyant les rougeurs sur leurs joues. Le système de défense de l’endroit était bien trop important pour un lieu comme celui-là pourtant c’était loin d’être suffisant pour pouvoir arrêter le SCAR.

    En arrivant dans le carrosse, Verndrick lui donna la main pour rentrer la première lui répondant avec un grand sourire, heureuse de l’attention. Il était bien rare de voir des hommes aussi attentionnés, peut-être que cela allait changer quand il apprendra qui elle est vraiment ? Autant en profiter tant que c’est fait de manière instinctive. Quand il s’assit à côté d’elle, Orifa se rapprocha de lui pour déposer son visage dans son cou effleurant sa peau avec le bout de son nez, une main sur son ventre et l’autre au niveau de son épaule. Il fallait jouer son rôle jusqu’au bout surtout qu’ils étaient encore potentiellement surveillés.

    Après quelques secondes quand ils étaient assez loin, elle commença à murmurer d’une voix assez calme.

    - Je pense que le temps que cette histoire se termine, il serait peut-être mieux que l’on habite ensemble, si je suis ton esclave. De plus il va falloir jouer le jeu également, est ce que tu penses que ça sera possible ? Est-ce que tu as prévu de chercher des preuves le temps qu’ils nous contactent ou alors tu lui fais confiance pour tout donner et que ce ne soit pas une tromperie ?


    Trouvant la position assez inconfortable, elle s'assit à nouveau sur lui comme elle avait pu le faire un peu plus tôt. Mais cette fois sans chercher à le taquiner, laissant un peu de distance alors que ses mains étaient au-dessus de ses hanches, testant de ses pouces sa musculature. Bien qu’elle n’avait pas retiré sa cape, cette dernière avec la position était ouverte laissant apparaître sa tenue.

    - Alors dites-moi maître, quelle est cette récompense que vous m’avez promise ?


    Se mordant la lèvre inférieure sans détourner son regard du sien, ses pupilles étaient rougeoyante alors qu’elle attendait avec impatience sa réponse


    Métamorphose P1 / Nyctalopie P1 / Séduction P1 /  Ouïe Augmentée P1 / Vue augmentée P1 / Odorat augmenté P1 / Invisibilité  P1 / Régénération P1 / Senseur magique P1 / Agilité et précision P2 /  Prouesse d'arme P1 / Vitesse P1
    Noble de La République
    Noble de La République
    Verndrick Vindrœkir
    Verndrick Vindrœkir
    Messages : 27
    crédits : 244

    Info personnage
    Race: Humain/Elfe
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Neutre bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3712-termineeverndrick-j-vindroekir
  • Lun 13 Mai - 21:52
    De retour au carrosse, elle se blottit contre lui. Sans même s’en rendre compte, il recommença à la caresser comme il l’avait fait en présence de Victor, réfléchissant déjà à la suite de leur opération. Quand il se rendit compte de ce qu’il faisait, il interrompit le mouvement. Cela faisait un peu moins de deux semaines qu’ils planifiaient la mission. Il s’était habitué à sa présence et à son professionnalisme. Et en une nuit, il venait de s’habituer à la toucher.

    Je ne la connais pas vraiment,” se rappela-t-il.

    Pourtant, ses doigts revinrent à son corps. Il se demanda quelle part de son désir venait du personnage qu’il jouait.

    Je pense que le temps que cette histoire se termine, il serait peut-être mieux que l’on habite ensemble, si je suis ton esclave. De plus il va falloir jouer le jeu également, est ce que tu penses que ça sera possible ? Est-ce que tu as prévu de chercher des preuves le temps qu’ils nous contactent ou alors tu lui fais confiance pour tout donner et que ce ne soit pas une tromperie ?

    Cette voix lui manquerait lorsque tout serait fini.

    Une nuit et tu veux déjà emménager ! Tu ne penses pas qu'on brûle plusieurs étapes ?

    Ses mains remontèrent jusqu’à sa hanche et il la serra un peu plus contre lui, pour lui indiquer clairement ce qu’il pensait de la proposition. Que risquait-il ? Après la mission, elle ne serait plus là. Il l’appréciait et voulait profiter de sa compagnie tant qu’ils en avaient l’occasion.

    Tu es la bienvenue aussi longtemps que tu le souhaites.

    Sa tête était au niveau de son cou, il se pencha pour y déposer un baiser.

    Attention, si tu m’habitues trop à ça, je risque de t’enfermer à la fin de la mission pour ne plus jamais te laisser partir.

    Quand elle abandonna sa position pour venir s’asseoir sur lui, il sourit.

    C’est devenu ta position préférée, on dirait. Je ne me plains pas. C’est en train de devenir la mienne aussi.

    Alors dites-moi maître, quelle est cette récompense que vous m’avez promise ?

    La question était-elle sérieuse, ou bien le taquinait-elle encore ? Il était déjà sur la voie, mais rien ne s’échappait de son nez ou de sa bouche car il retenait son souffle. Deux secondes plus tard, de légers effluves bleus caressaient la peau de son visage. Il inspira lentement, profondément, et la magie reflua de son visage comme s’il l’aspirait avec l’air à l’intérieur de son corps.

    Ombre...

    C’était le moment normalement où il aurait dû détourner le regard, rire un coup pour désamorcer la situation et lui rappeler qu’ils n’étaient que des partenaires pour cette quête. Qu’il... Ces yeux avaient-ils toujours été aussi rouges, vifs ?

    Oui, rouge, rouge comme le sang,” se rappela-t-il.

    Rouge comme du rubis, beau, riche et précieux. Rouge velours, sensuel. Où était le danger qu’il y avait vu ? Il était toujours là, mais nuancé par le rouge couleur cerise, doux, délicat. Mais surtout rouge comme le brasier qui le dévorait de l’intérieur quand elle le regardait de cette manière. Rien à voir avec le personnage, il ne pouvait nier son désir.

    Merrrrrrrrrde !” Mais c’étaient d’autres paroles qui sortirent de sa bouche.

    La représentation est terminée pour ce soir. Plus personne ne regarde. Tu n’es pas mon esclave, Ombre,” énonça-t-il tout haut, l’évidence même. Il savait qu’elle ne l’ignorait pas.

    Je ne connais même pas ton nom.

    Sa main alla vers son visage, il lui effleura du pouce le menton.

    Je ne suis pas ton maître.

    Il se redressa, tout en l’attirant vers lui jusqu’à ce que leurs fronts se touchent.

    Je ne te connais pas.” Mais comme précédemment, sa bouche ignora ses pensées. Il murmurait maintenant.

    Sachant tout cela, tu la veux toujours, la récompense ?

    Il ferma les yeux et attendit sa réponse.

    Et si on remettait ça à quand on serait rentrés. Ce serait plus confortable.

    Pour distraire son esprit de la situation, il retourna à la planification de la mission. Il lui expliqua comment il voyait la suite. Il pensait qu’ils devraient recruter d’autres paires de bras pour aider à localiser les preuves. Il pensait déjà à des noms. Maintenant qu’ils seraient sous le même toit, ils pourraient s’entraîner ensemble. Connaître le style de combat de son partenaire permettait de mieux combattre en équipe. S’ils en venaient là, il voulait qu’ils soient prêts.

    Ils ne parlèrent que de boulot le reste du voyage. Arrivés à la demeure, en dehors des gardes, ils furent accueillis par Satoshi. Son père était en voyage pour Melorn. En dehors de lui, Satoshi et des gardes, la maison était la plupart du temps vide, comme ce soir. Ceux qui s’occupaient de l’entretien de la maison rentraient tous à la nuit tombée. Même si elle était souvent déserte, Verndrick aimait y revenir régulièrement après ses aventures. C’était son abri au cœur de la tempête. Un endroit où il pouvait venir se reposer, se ressourcer et, quand c’était possible, accueillir des amis ou compagnons de voyage.

    L’une des raisons pour lesquelles il adorait revenir ici l’attendait sur le pas de la porte quand il s’y présenta en compagnie d'Ombre. C’était une elfe âgée, au visage doux, inspirant cette forme de noblesse et de sagesse qui ne venait qu’avec une longue vie d’expérience. Elle avait les cheveux blancs, mais c’était leur couleur naturelle, ce n’était pas due à l’âge. C’était elle qui avait pris la place de sa mère à la mort de cette dernière à sa naissance. Tout ce que son père lui avait dit sur elle, c’était qu’elle était une alliée de longue date de la famille.
    Satoshi:

    Tu rentres un peu plus tôt que prévu... Et accompagné.

    Oui, ça a été... plutôt rapide. Les jours à venir nous diront si c’est bon signe ou pas.

    Je vois.” Mais elle ne le regardait pas. Un léger sourire aux lèvres, son attention était sur Ombre.

    Ah, désolé ! Ombre, Satoshi. Satoshi, Ombre,” dit-il en continuant à l’intérieur de la maison.

    Satoshi est la vraie propriétaire des lieux. Même les gardes accordent plus de crédit à sa parole qu’à la mienne. Mais ça, c’est parce qu’elle les soudoie avec sa cuisine,” ajouta-t-il en riant.

    Satoshi, Ombre va rester avec nous quelques temps. Montre-lui la chambre des invités, celle du bas. Je monte consigner nos avancées de la soirée. Programme-moi aussi un rendez-vous avec Mouse et Kreg, pour demain.

    Il allait laisser Ombre aux soins de l'intendante avant de se raviser. Il s’approcha et lui dit tout bas.

    Installe-toi. Prends tes marques et ensuite monte. Je serai dans la seule pièce déverrouillée du premier étage. Demande à Satoshi si besoin.

    Il prit soin de s’assurer que leurs regards étaient fixés l’un sur l’autre, avant de chuchoter comme une promesse.

    Je t’attendrai.

    La chambre de Verndrick était spacieuse et richement décorée. Satoshi savait que la vie pouvait être rude sur la route, alors elle faisait tout son possible pour que son retour se fasse dans le confort et le luxe. Elle disait qu’il était important qu’il se reconnecte à sa noblesse avant de retourner côtoyer ses compères de la société. Il aurait préféré quelque chose de plus sobre, mais l’intendante redécorait à chaque fois qu’il vidait la pièce de son opulence. Comme elle passait plus de temps à la maison que lui, c’était un combat perdu d’avance.

    Le sol en pierre polie était recouvert de grands tapis moelleux en laine épaisse, les murs étaient revêtus de velours bleu brodé d’or. Les fenêtres de la chambre étaient aussi grandes et spacieuses, laissant entrer la lumière en journée et offrant une vue magnifique sur le petit jardin, entretenu personnellement par Satoshi.

    Mais à cette heure, les rideaux étaient tirés. Faits de velours bleu doublé de soie dorée, ils ajoutaient à l’élégance de la pièce. Le reste de la chambre était agrémenté de meubles somptueux et d'objets insolites, souvent des souvenirs de ses voyages.

    Au centre de la pièce se trouvait un immense lit à baldaquin, drapé de riches étoffes de soie bleu sombre brodées de motifs complexes. Même les piliers du baldaquin étaient sculptés, ornés de motifs floraux entrelacés et de feuilles dorées. Le lit était surmonté d'une somptueuse couverture en fourrure de loup blanc, des oreillers moelleux recouverts de velours et de satin, invitant au repos et à la détente. Verndrick évitait de rester trop longtemps dans la pièce lors de ses passages à Liberty. C’était le genre de confort qui émoussait les instincts d’un guerrier.

    Il dut se faire violence pour s’installer au bureau à côté du lit. Celui-ci était en bois sombre, orné de glyphes et de sculptures fines. S’éclairant d’une bougie, il sortit un carnet du tiroir et se mit à consigner les détails de la soirée, ses impressions de Victor et les détails de la pièce où ils furent accueillis. De temps en temps, il jetait un coup d’œil vers la porte, attendant comme il l’avait promis, Ombre.
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Orifa Sigrior
    Orifa Sigrior
    Messages : 82
    crédits : 424

    Info personnage
    Race: Valkyrie
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3518-terminee-orifa-sigrior
  • Mar 14 Mai - 13:03
    Les Masques de la République
    Cela faisait déjà un petit moment qu’ils se connaissaient alors vivre ensemble pendant quelques jours ce n’était pas si dérangeant que cela, si ? Elle s’amusait à le voir réagir de la sorte, est ce qu’il commençait déjà à être possessif ?  L’écoutant avec attention il était peut-être préférable de lui répondre dans un endroit un peu moins mouvementé, bien que cela ne la dérangeait pas forcément en règle générale, du moins pas quand il fallait éliminer la cible rapidement. Quand il s’agissait de prendre son temps c’était peut-être préférable d’être dans un milieu plus propice.

    - Je sais bien qu’en temps normal je ne suis pas ton esclave et que tu n’es pas mon maître, mais pour éviter de se tromper est ce qu’il ne vaut pas mieux qu’on garde ce rôle jusqu’à la fin de la mission ?


    Front contre front, elle fermait les yeux également avec un sourire aux lèvres avant de murmurer.

    - Si je te rejoins dans ta chambre, tu auras la réponse à ta question mais si tu réfléchis un peu, je pense que tu la connais déjà.

    Verndrick avait raison de ne pas faire entièrement confiance à Orifa, même si son statut n’était pas vraiment clair, il était inacceptable de le tuer ou alors qu’il meurt en mission alors qu’il était sous la garde de son instructrice. En même temps, comme il ne faisait pas encore partie du SCAR, la confiance n’était pas complète dans le duo.

    Sur le reste de la route la valkyrie restait assez calme, aucune raison d’être trop insistante, elle avait plus ou moins eu ce qu’elle voulait. Étrangement elle qui n’aimait pas vraiment les surnoms, n'avait jamais rien dit quant au surnom qu’il lui avait donné, ombre. C’était quelque chose qui la qualifiait assez bien, tant qu’elle serait l’ombre de Mirelda et de la république elle grandirait avec eux mais une fois l’un ou l’autre allait disparaître … Si un jour la présidente j’avais plus besoin d’elle … Alors cette ombre qu’elle représentait, ne deviendrait qu’une illusion comme si elle n’avait jamais existé.

    La bâtisse était assez impressionnante mais son regard s’était surtout tourné vers une elfe qui semblait extrêmement distinguée. La présentation de cette Satoshi  était assez élogieuse et il fallait avouer qu’elle semblait avoir une prestance extérieure assez impressionnante, mais étant encore avec Verndrick, elle resta muette pour éviter de le couper dans ces présentations. Avant que ce dernier ne parte, elle lui répondit avec un sourire suivi rapidement d'un clin d'œil comme pour lui laisser le doute monter dans son esprit.

    Une fois seule avec Satoshi dans le plus grand des calmes  elle s'inclina avec respect, connaissant l’étiquette bien que beaucoup auraient bien du mal à imaginer cela possible au vu du personnage. Mirelda avait besoin d’une personne avec une certaine capacité d'être présentable pour s’en servir en tant que garde du corps ou de servante.

    - Je suis enchantée, madame Satoshi, vous pouvez m’appeler ombre également, je resterais peu de temps mais je ferai de mon mieux pour vous être au maximum agréable.


    Cette dernière lui répondit sa politesse avant de lui montrer la chambre indiquée par Verndrick. Les lieux étaient propres et bien entretenu peut être un peu trop de bling-bling, mais pour une maison de noble ce n’était pas vraiment surprenant. Au vu de la douceur du tapis sur laquelle se tenait Orifa, elle aurait très bien pu passer toutes ses nuits là-dessus sans le moindre problème étant bien trop habitué à un luxe frugal.

    Le plus important à ses yeux était le fait qu’elle avait une petite salle de bain personnel, c’était dans les normes de la noblesse certainement, cela permettait d’éviter l'embarras pour l’invité mais également pour les propriétaires. Sans attendre une seule seconde de plus, elle profitait de ce petit plaisir solitaire, l’odeur des parfums du bain était assez doux, la valkyrie se demandait même si elle pourrait en prendre avec elle une fois la mission terminée. Pour l’heure, son corps allait en profiter pour se revigorer, quand elle ressentait le regard de porc comme celui de Victor sur elle, il lui était obligatoire de se laver au plus vite du moins une fois la mission terminée. Certainement un reliquat d’anciennes terreurs ..

    Une chose qu’elle n’avait pas vraiment prévue, c’était qu’en allant directement ici sans passer par la résidence où elle était, voilà qu’elle n’avait pas la moindre tenue de rechange. À peine était-elle arrivée dans sa chambre qu’elle éclata de rire en se rendant compte de la situation, Verndrick n’avait sûrement pas non plus prévu ça, une chose était sûre demain elle allait passer récupérer toutes ses affaires. Alors qu’elle pensait remettre sa robe de la journée, elle s’arrêta net, c’était clairement dommage après s’être lavée de devoir remettre une tenue pleine de transpiration …

    Se rabattant sur sa cape lui arrivant jusqu’au genou, elle la ferma correctement pour éviter que pendant son  petit tour de la résidence jusqu’à la chambre de Verndrick, une erreur se produise. Par contre, en se remémorant l’indication de la position de sa destination, la proposition de demander à Satoshi devenait juste impossible, surtout pour la première nuit dans cette résidence. Elle aurait très bien pu utiliser son invisibilité pour minimiser tous les risques mais ça aurait fait perdre beaucoup trop d’amusement à la situation.

    Comme l’avait indiqué Verndrick, sa chambre n’était pas bien compliquée à être trouvée, entrouvrant la porte discrètement en regardant l’homme en train de travailler, elle se glissa dans le lieu, regardant les décorations un peu partout elle était assez admirative, c’était donc là que dormait un vrai noble dans son quotidien ? Avec la richesse de la pièce il était clairement possible de loger 10 voir peut être 20 familles dans un mieux bien moins somptueux mais pourtant confortable.

    Résistant à l’envie de lire par-dessus son épaule, elle s’assit sur son lit, faisant un bruit assez fort pour lui faire comprendre qu’il n’était pas seul mais en même temps assez légué pour ne pas le faire sursauter.  Même dans cette position sa cape ne dévoilait pas son corps nu, mais étant donné qu’elle était maintenant assise, le bas de sa protection visuelle arrivait au-dessus de ses genoux.

    - Alors maître est ce que maintenant j’ai le droit de savoir qu’est ce que j’ai comme récompense ?

    Volontairement elle l’avait appelé maître sachant très bien qu’il lui avait dit qu’elle n’était pas sa possession.

    - J’imagine que tu as compris au vu de ma présence ici et de ce que je viens de dire, la réponse à ta question de toute à l'heure non ?

    Déposant ses mains derrière elle sur le lit pour pouvoir se propulser en avant tout en faisant un mouvement de jambe d’arrière en avant en même temps pour sauter du lit, relevant légèrement la cape quelques instants au milieu de ses cuisses, puis elle se rapprocha de lui, mais cette fois sans s'asseoir dans la position habituelle. Elle prit place sur le bureau juste en face en croisant les jambes.

    - Alors ? Est-ce que tu veux m’appeler ce soir Sefi ? Ou ombre ?


    Avec un regard brûlant, désirant jouer un peu.

    - Et moi je dois t’appeler comment ? Maître ? Ou Verndrick ? Qu’importe ta réponse, je veux quand même connaître ma récompense, mais réfléchis bien, tu n’auras peut-être pas d’autres propositions de la sorte aussi alléchantes tu ne crois pas ?


    Métamorphose P1 / Nyctalopie P1 / Séduction P1 /  Ouïe Augmentée P1 / Vue augmentée P1 / Odorat augmenté P1 / Invisibilité  P1 / Régénération P1 / Senseur magique P1 / Agilité et précision P2 /  Prouesse d'arme P1 / Vitesse P1
    Noble de La République
    Noble de La République
    Verndrick Vindrœkir
    Verndrick Vindrœkir
    Messages : 27
    crédits : 244

    Info personnage
    Race: Humain/Elfe
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Neutre bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3712-termineeverndrick-j-vindroekir
  • Mar 14 Mai - 17:42
    Il venait de finir la description de la pièce où Victor les avait accueillis. Il était en train de visualiser mentalement le bureau pour vérifier qu’il n’avait rien oublié quand une présence se fit remarquer. Tournant la tête dans la direction du bruit, il aperçut Ombre. Un sourire se dessina sur ses lèvres. Quand elle vint se placer sur le bureau, il rangea son carnet avant de se lever pour lui faire face.

    Alors ? Est-ce que tu veux m’appeler ce soir Sefi ? Ou ombre ?

    Dès l’instant où tu m’as appelé maître, tu savais la réponse à la question. N’est-ce pas, Sefi ?

    Il se dirigea vers la porte de la chambre pour la verrouiller. En chemin, il se débarrassa de tout son haut, le laissant tomber sur le sol. Les vêtements avaient été des obstacles contraignants toute cette soirée. C’est torse nu qu’il revint vers elle, écartant ses jambes pour se glisser au plus près.

    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Orifa Sigrior
    Orifa Sigrior
    Messages : 82
    crédits : 424

    Info personnage
    Race: Valkyrie
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3518-terminee-orifa-sigrior
  • Mer 15 Mai - 0:57


    Métamorphose P1 / Nyctalopie P1 / Séduction P1 /  Ouïe Augmentée P1 / Vue augmentée P1 / Odorat augmenté P1 / Invisibilité  P1 / Régénération P1 / Senseur magique P1 / Agilité et précision P2 /  Prouesse d'arme P1 / Vitesse P1
    Noble de La République
    Noble de La République
    Verndrick Vindrœkir
    Verndrick Vindrœkir
    Messages : 27
    crédits : 244

    Info personnage
    Race: Humain/Elfe
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Neutre bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3712-termineeverndrick-j-vindroekir
  • Mer 15 Mai - 15:57


    Le lendemain, à son réveil, il tira les rideaux. Les reflets du soleil sur le corps d’Ombre étaient une nouvelle invitation au plaisir, mais il se contenta de déposer un baiser sur son épaule avant de se diriger vers la douche. Il y avait toujours les prochaines étapes de la mission à préparer. Si Mouse et Kreg avaient reçu son message, ils viendraient probablement vers midi, ce qui leur laissait la matinée. Il imaginait déjà son entraînement avec Ombre quand l'idée lui vint qu'elle avait aménagé sans ses affaires. Tout bien réfléchi, il serait peut-être mieux de profiter de la matinée pour aller les récupérer.

    Il s'habilla et ouvrit la porte pour descendre à la cuisine, mais remarqua que Satoshi avait déjà pensé à tout. Posé au sol sur un plateau se trouvait un assortiment de fruits, du pain, du fromage, de la confiture, du lard fumé, des morceaux de gâteaux et de tartes, il y avait même du poisson. On aurait dit que Satoshi avait opté pour des portions d'un peu de tout, dans le doute des préférences d’Ombre. Il y avait aussi deux tasses de thé fumant. Elle avait toujours eu un timing exceptionnel. Il déposa le tout sur son bureau, prit une tasse et se dirigea vers la fenêtre pour apprécier la vision du jardin.
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Orifa Sigrior
    Orifa Sigrior
    Messages : 82
    crédits : 424

    Info personnage
    Race: Valkyrie
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3518-terminee-orifa-sigrior
  • Jeu 16 Mai - 0:29
    Les Masques de la République
    Verndrick était décidément un homme fougueux et la soirée fut plus active que bien des partenaires qu’elle avait pu connaître en plus de n’utiliser aucune drogue pour maintenir une telle efficacité. Après tout ça, elle ne se voyait même pas retourner dans sa chambre alors ce fut avec joie qu’elle avait accepté de dormir avec lui. Pour elle qui pouvait dormir sans le moindre problème dans les pires des situations, cette fois elle pouvait profiter de la chaleur de quelqu’un d’autre avec qui elle venait de partager une superbe soirée dans un lit tout confort.

    Sans surprise, le matin venu, elle était encore dans un profond sommeil, sa main glissant pour essayer de le rattraper, frissonnant sous son baiser alors qu’elle murmurait des choses incompréhensibles. Il fallut attendre l’odeur du petit-déjeuner pour qu’elle daigne enfin ouvrir lentement un œil. Sans avoir bougé, elle suivait de son œil unique les déplacements de Verndrick jusqu’à ce qu’il sorte de son champ de vision.

    Finissant par se motiver à bouger, son premier objectif c’était de récupérer la chemise de son partenaire pour pouvoir l’enfiler histoire de vêtir quelque peu son corps. Contrairement aux autres femmes plus petites que la valkyrie, le tissu ne pouvait malheureusement pas cacher son intimité, c’était son grand malheur dû à sa taille. Par la suite elle récupéra sa tasse soufflant légèrement dessus avant de se rapprocher de Verndrick. Se glissant dans son dos alors que ses mains venaient emprisonner son buste tout en regardant dans la même direction que l’elfe.

    - Bonjour toi.


    Embrassant délicatement son cou à plusieurs reprises, profitant de l’instant assez calme, mais aujourd’hui il lui fallait absolument récupérer ses vêtements, il était hors de question de passer sa journée sans de quoi s’habiller un minimum ainsi que d’avoir à portée de main son équipement.

    - Tu sens étrangement bon après la douche … Dommage ça faisait sauvage ton odeur naturelle.


    Finissant de le taquiner, pour aller prendre une douche appréciant un long moment l’eau douce et chaude à volonté que la noblesse pouvait apprécier en tout temps. De nouveau la chemise comme seule tenue c’était largement suffisant pour pouvoir manger en douce compagnie, s’il avait résisté à l’envi d’un deuxième round au matin c’était qu’il devait avoir une autre idée en tête.

    - Je vais aller chercher mes affaires, est ce que je peux t'emprunter une monture ?


    Sans surprise, Verndrick était évidemment d’accord sans trop poser de question, son côté noble devait certainement se demander comment elle allait réussir à transporter toutes ses affaires simplement sur une monture. Mais son côté aventurier avait certainement compris qu’Orifa n’était pas le genre de femme à avoir besoin de multiples parures.

    Prenant le temps de finir de manger ensemble appréciant chaque petit plat, cette Satoshi faisait extrêmement bien la cuisine c’était d’autant plus appréciable de pouvoir en profiter jusqu’à la fin de la mission. Pour partir du bureau elle portait sur son dos la chemise qu’elle ne quittait plus depuis son réveil ainsi que sa cape, il était préférable d’éviter de montrer à tout le monde le manque de pudeur dont elle pouvait faire preuve par moment.

    Sur le chemin vers sa chambre elle rencontra même Satoshi, comme à leur première rencontre elle s’était de nouveau incliné avec un grand respect avant de la saluer.

    - Bonjour madame Satoshi, le petit déjeuné était un véritable régal, merci beaucoup.


    Sans forcément attendre de réponse avant de retourner dans sa chambre, il ne lui fallut que quelques instants pour enfiler sa robe, le minimum pour pouvoir sortir en ville. Sur la route vers sa chambre, elle utilisait son senseur magique pour pouvoir vérifier qu’il n’y avait personne de Victor qui était en train de la suivre, cela aurait fait mauvais genre d’avoir une esclave en liberté récupérant des affaires dans une chambre en ville. De plus, le propriétaire aurait pu être largement corrompu pour pouvoir vendre la mèche que cela faisait déjà plusieurs jours qu’elle avait louée.

    Dans un premier temps elle avait fait passer par la fenêtre l’ensemble de ses armes pour éviter d’attirer une nouvelle fois l’attention. Par la suite, en passant par les couloirs de l’auberge, pour aller à l’accueil et ainsi payer ce qu’elle devait pour les nuits passées. Ce n'était clairement pas grand-chose et de toute manière le SCAR remboursera l’intégralité des frais c’était un avantage non-négligeable !

    De retour chez Verndrick, elle ne cherchait même pas à cacher tout son attirail, il avait certainement dû comprendre qu’elle n’était pas une simple civile au vu de leurs échanges. Après avoir déposé ses affaires sur son lit, elle était allée directement dans la cour avec l’ensemble de son matériel de combat. Prévenant le jeune homme  par l’intermédiaire de Satoshi, ce jour était celui où elle avait bien l’intention de voir ce dont il était capable au combat rapproché. S’il était vraiment un guerrier, cela voulait dire que le corps-à-corps était sa spécialité, bien que ce ne soit pas celle d’Orifa il était de son devoir de le jauger.

    S'équipant de son attirail le temps qu’il arrive, ça lui avait manqué ces dernières heures de sentir les ceinturons de couteau au niveau de ses cuisses. Prenant pour cible un tronc d’arbre non loin, pour s’échauffer et après une grande inspiration, elle soufflait par à-coups l’air de ses poumons alors que ses couteaux se plantaient deux par deux au centre du cible qu’elle avait imaginé 2 … 4 .. 6 … 8. A quelques centimètres d’écart l’ensemble était correctement planté et si on dessiné une ligne entre chaque couteau il était facile de pouvoir trouver le centre de la cible. La suite était un peu plus corsée alors que les deux premiers étaient lancés alors qu’elle venait à peine de faire une flexion extension les deux suivants alors qu’elle courait en arrière. Puis le 5 et 6 ème alors qu’elle faisait un tour sur elle-même pour finir, le plus difficile, lors d’un salto arrière. En combat réel, c’était bien plus compliqué puisque sa cible était en mouvement mais on ne pouvait pas toujours tout tester pendant les entraînements.

    Alors qu’elle récupérait ses couteaux, elle n’avait pas fait attention si Verndrick était déjà arrivé, mais en retournant l’endroit du tir de ses couteaux, l’homme était déjà en place.

    - Je me suis déjà échauffée, est ce que ça te dit une petite danse ce matin ? Le perdant à un gage ?


    Dans ses affaires elle récupéra une machette en jouant habilement avec dans sa main.


    Métamorphose P1 / Nyctalopie P1 / Séduction P1 /  Ouïe Augmentée P1 / Vue augmentée P1 / Odorat augmenté P1 / Invisibilité  P1 / Régénération P1 / Senseur magique P1 / Agilité et précision P2 /  Prouesse d'arme P1 / Vitesse P1
    Noble de La République
    Noble de La République
    Verndrick Vindrœkir
    Verndrick Vindrœkir
    Messages : 27
    crédits : 244

    Info personnage
    Race: Humain/Elfe
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Neutre bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3712-termineeverndrick-j-vindroekir
  • Jeu 16 Mai - 14:25
    Le soleil baignait la pièce et leurs corps de sa lueur dorée. Ombre dans son dos couvrait son cou de caresses. Verndrick toucha le bras qui lui enserrait la poitrine et y déposa un baiser en signe d’affection. Il pourrait facilement s’habituer à ce genre de réveil.

    Après le départ d’Ombre, Satoshi vint le rejoindre dans la chambre. Elle s’assit sur le lit défait et lissa une partie du drap de sa main.

    La nuit a été mouvementée à ce que je vois.

    Oui, on peut dire ça,” répondit Verndrick, le rire dans la voix.

    Qu’est-ce qui a changé ? Je pensais qu'entre vous ce n’était que professionnel. Il s’est passé quoi hier soir pour changer la dynamique ?

    Je pense que ça date du début de la planification de l’opération. Hier soir c’était juste...le déclic qu’on attendait.

    Les personnages que vous avez interprétés ont aidé, je suppose. Rassure-moi, vous ne vous êtes pas laissé emporter par les rôles que vous jouiez ?

    Tu me connais. Rien ne serait arrivé si les personnes derrière les rôles n’étaient pas consentantes.

    Satoshi reprit après un moment de silence.

    Ombre donc, toujours rien sur sa véritable identité.

    Ce n’était pas une question mais une affirmation.

    Je vous ai vus ce matin depuis le jardin. On aurait dit des amants de longue date.

    Oui, il y a certaine familiarité... C’est facile de s’habituer à sa présence.

    Hum.

    Verndrick leva les yeux de son carnet pour regarder celle qu’il considérait comme sa mère.

    Tu penses qu’on va trop vite.

    Je ne pense pas, c’est un fait. Câlins matinaux comme un vieux couple, elle vient aussi d’aménager.

    C’est pour la mission.

    Je veux parler d’ici. Elle a, ou va bientôt aménager dans ta chambre. Je suppose qu’on peut dire que ça facilite la communication.

    Satoshi !

    J’énonce juste des faits.

    Oui tu as raison...

    Je ne te juge pas, Vern, c’est plutôt le contraire. Je te connais, il t’arrive parfois de trop réfléchir.

    La conversation ne prenait pas la direction qu’il avait anticipée.

    Qu’est-ce que tu veux dire ?

    Tu ne connais rien d’elle ou de sa vie. Et elle a bien une vie avant tout ceci, une vie qu’elle préfère garder cachée.

    Du moment où ça ne met ni la mission, ni des vies en danger, elle peut garder ses secrets.

    Ah bon ?! Mais là n’est pas le propos. Ce que je veux dire, c’est qu’elle devra retourner à sa vie quand vous finirez.

    Oui, j’en suis conscient.” Pourquoi avait-il l’impression d’être sur la défensive.

    Cette mission, c’est une parenthèse pour elle. Aussi agréable que ce soit, ça reste une parenthèse... qui aura une fin.

    Où veux-tu en venir ?

    Profite tant que ça dure. Ne réfléchis pas trop. Que le fait qu'il y ait une date d’expiration sur ce que vous vivez ne t’empêche pas de l’apprécier pleinement.

    Verndrick savait tout cela. Il n’avait pas besoin qu’on le lui rappelle. Mais Satoshi le connaissait, elle avait raison. Il était le genre de personne à réfléchir à comment convaincre Ombre de rester après la fin de la mission. À se projeter au lieu de vivre l’instant présent. Il savait s’adapter aux imprévus mais aimait avoir une structure, une ligne directrice claire.

    "La voyage avant la destination," récita-t-il.

    "Exactement. Comme le ferða l’enseigne, profite du voyage sans te focaliser sur la destination. Même si ce dernier est important, c’est le voyage qui fait l’aventurier," reprit l’intendante en se levant.

    Verndrick soupira. "Merci... Merci pour le rappel."

    Elle vint se tenir derrière lui et plaça les deux mains sur ses épaules.

    "Avec un peu de chance tout ça finira bien. Mais même si ce n’est pas le cas, ne dévalorise pas l’expérience, sois sans regrets."

    Sur ces mots, elle le laissa à ses pensées.

    Plus tard dans la matinée, elle vint le trouver à l’armurerie pour l’informer du retour d’Ombre. Elle l'attendait dans la cour pour leur entraînement. Verndrick avait enfilé une armure légère en cuir pour l’occasion. Il avait remplacé ses couteaux de combat par des couteaux d’entraînement au tranchant émoussé. Il s’équipa de son bouclier rétractable et rejoignit Ombre dans la cour, le bras chargé d'armes diverses : un cimeterre, un glaive à double tranchant, deux haches, un marteau de combat, une lance, un bâton, un fléau d’armes et un sac de transport de dagues de tailles variées. La létalité des armes avait été modifiée spécialement pour l’entraînement.

    Verndrick avait toujours combattu avec de vraies armes, même lorsqu'il s’entraînait avec son père. C’était ce que le style familial exigeait. Mais cela faisait un moment déjà qu’il n’avait pas connu d’échanges amicaux. Il tenait à prendre des précautions.

    Il assista à la démonstration d’Ombre. Il soupçonnait qu’elle savait se battre et il avait eu l’occasion de tester son agilité, - la pensée lui arracha un sourire - mais le voir de ses propres yeux était impressionnant.

    Il se rapprocha, déposa le kit de dagues, puis planta chaque arme une à une dans le sol, de sorte à obtenir une rangée facilement accessible.

    "Je me suis déjà échauffée, est-ce que ça te dit une petite danse ce matin ? Le perdant a un gage ?"

    "Hum, plusieurs idées viennent de me traverser l’esprit." Il prit le cimeterre qu’il soupesa pour en vérifier l’équilibre. "Et je suis toujours partant pour une danse."

    Après la soirée chez Victor, il avait supposé qu’elle combattrait avec des dagues. Il ne cacha pas sa surprise quand il la vit s’équiper d’une machette.

    "Oh, intéressant !"

    Il jeta le cimeterre et alla récupérer la lance qu’il avait plantée. Il ne fallait jamais sous-estimer un adversaire, tout avantage était bon à prendre. Son corps s’embrasa de bleu et il bondit vers elle. En temps normal, il aurait cherché le moyen de mettre un terme le plus vite possible à l’affrontement. Mais il se rappela que c’était un entraînement. Le but n’était pas d’éliminer, mais de découvrir comment Ombre combattait, comment elle se déplaçait, quelles étaient ses stratégies et techniques favorites.

    Ainsi, après quelques coups successifs pour tester sa garde, il recula pour lui laisser l’initiative. Il maintint la lance entre eux pour la tenir à une distance raisonnable. Il ne voulait pas qu’elle reste trop loin non plus, il avait vu ses capacités de lancer.
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Orifa Sigrior
    Orifa Sigrior
    Messages : 82
    crédits : 424

    Info personnage
    Race: Valkyrie
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3518-terminee-orifa-sigrior
  • Ven 17 Mai - 18:52
    Les Masques de la République
    Un bouclier à la main, voilà que Verndrick acceptait un entraînement au combat au corps-à-corps, est ce parce qu’il voulait gagner le droit de donner un gage ? Les chances de victoire pour la valkyrie étaient très minces, du a la différence de doctrine des deux adversaires, elle qui était plus basée sur l’assassinat, et lui sur le combat plus direct. Du moins c’était ce qu’avait laissé entendre le document le concernant. Certainement que c’était un combat à mort, Orifa avait des chances de gagner mais c’était loin d’être le cas actuellement.

    La lance était surtout une arme de défense dans l’esprit de l’espionne, bien trop difficile à manier dans toutes les situations c’était clairement intéressant pour garder un ennemi à distance, son seul avantage était sa facilité à prendre en main. Le bout pointu dans le corps de son adversaire, même un paysan pouvait comprendre ça, et un bouclier permettait de corriger toutes les erreurs d’un combattant inexpérimenté. Est-ce que le SCAR s’était trompé ?

    Sans réelle difficulté, elle esquiva les attaques successives à raison il était sur ses gardes pour pouvoir jauger son adversaire. S’il l’avait vu s'entraîner contre l’arbre, en tout logique il allait éviter de garder trop de distance même si son bouclier pouvait le protéger de nombreuses attaques si tenté qu’il était assez habile avec.

    Voyant que c’était à son tour elle recula de quelques pas pour rallonger l’écart mais Verndrick n’était pas du même avis, il faisait en sorte de la suivre scrupuleusement tout en maintenant une garde parfaite. Par la suite, faisant des pas de côté pour pouvoir vérifier ces déplacements alternant même des mouvements en arrière pour vérifier qu’il arrivait bien à suivre le mouvement si elle devait le contourner il allait falloir être bien plus rapide que ça très clairement.

    En faisant un pas dans sa direction elle esquiva le premier coup de lance comme prévu et avec un certain élan plongea sa lame sur un bord du bouclier. Sans chercher à aller plus loin c’était juste pour pouvoir tester sa défense rien de plus, des larges épaules étaient suffisamment résistantes pour pouvoir tenir ce coup de lame. À la loyale passer sa défense était un véritable calvaire pour elle.

    Au niveau de sa cuisse, elle récupéra deux petits couteaux tout en maintenant sa garde avec la machette. Sa première lame visait le bout de son épaule qui était visible au-dessus de son bouclier, il suffisait d’une petite courbe pour atteindre sa cible et pourtant son objectif était tout autre. Quand il remonta son bouclier pour s’en protéger, son autre lame quitta sa main pour aller en direction de son pied, le meilleur moyen de le battre était d'endommager sa mobilité un maximum. Loin d’être un manche en défense Verndrick réussi à se protéger des deux lames une avec son bouclier et l’autre en reculant son pied pourtant le troisième assaut fut un peu plus difficile pour l’elfe. Pendant que la poussière du sol était en train de se lever, Orifa sauta dans sa direction a pied joint au niveau de son bouclier pour pouvoir profiter de sa déstabilisation et ainsi le repousser en arrière espérant au moins écarter assez son bras pour qu’à son retour sur le sol, elle puisse donner un coup de machette assez puissant sur sa lance dans l’idée de lui faire lâcher prise.

    Est-ce qu’il avait compris son objectif ? Ou alors est ce que la puissance de sa main était hors norme ? En-tout-cas, malgré son enchaînement parfait, le bout de bois pointu ne quitta finalement pas la main de l’homme. Arrachant un rire nerveux à la valkyrie.

    - Tu avais prévu que j’allais faire ça ? Comment tu as fait pour pouvoir garder ta lance, ce n'est pas normal c’est de la triche !

    Son souffle rapide elle se remit en position tout en reprenant deux nouvelles lames dans sa main libre, son tour de danse n’était pas encore terminé, elle se rapprocha à nouveau pour échanger cette fois des coups de manière assez classique tantôt en esquivent la lame ou tantôt en train de lui donner des coups puissants avec sa machette contre son bouclier ou alors sa lance. L’échange dura plusieurs longues secondes avant de reprendre ses distances laissant le temps au duo de prendre leur souffle.

    - A ton tour je suppose ?


    Métamorphose P1 / Nyctalopie P1 / Séduction P1 /  Ouïe Augmentée P1 / Vue augmentée P1 / Odorat augmenté P1 / Invisibilité  P1 / Régénération P1 / Senseur magique P1 / Agilité et précision P2 /  Prouesse d'arme P1 / Vitesse P1
    Noble de La République
    Noble de La République
    Verndrick Vindrœkir
    Verndrick Vindrœkir
    Messages : 27
    crédits : 244

    Info personnage
    Race: Humain/Elfe
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Neutre bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3712-termineeverndrick-j-vindroekir
  • Sam 18 Mai - 15:20
    Elle avait un bon jeu de jambes et de bonnes parades, sans mouvements superflus. Elle possédait les réflexes d’une combattante aguerrie. Il avait entendu parler de l’entraînement des valkyries et pouvait témoigner que les récits n’exagéraient pas.

    Il bloqua un premier lancer de couteau à l’aide de son bouclier. Le problème avec les boucliers, c’est qu’ils obstruent le champ de vision. Un adversaire averti pouvait en profiter. Il ne réussit à esquiver le deuxième lancer que par pur réflexe. Il leva son bouclier pour encaisser la prochaine attaque. Une diversion ! Il ressentit les vibrations de l’assaut contre sa lance dans tout son bras, mais sa prise resta ferme.

    Deux cents ans d’entraînements, les enseignements des meilleurs maîtres de la famille et des professeurs du Drakstrang. Oui, j’avoue, c’est définitivement de la triche.

    Quelques échanges plus tard, Verndrick avait maintenant une bonne estimation de la force et de la vitesse de son adversaire. Il pouvait se calquer sur son rythme. Il redressa le bout de sa lance pour la trancher d’un mouvement oblique de bas en haut. Elle esquiva en reculant. Verndrick utilisa sa main libre pour se saisir de la partie inférieure de la lance et balaya ses appuis.

    Ombre leva la jambe pour esquiver le coup. Le lancier profita du fait qu’elle ne se tenait plus que sur un seul pied pour la charger avec un coup de son bouclier et l’envoyer au sol. Il avait mal dosé sa force. Elle était au sol, mais accroupie, toujours solide sur ses appuis. Elle avait très bien encaissé le coup.

    Verndrick abandonna la lance et d’une impulsion de magie, rétracta le bouclier qui se réduisit à sa forme de gantelet. Il dégaina un couteau et la pressa à nouveau. Ombre comprit très vite que sa machette risquait de la gêner pour un combat aussi rapproché et passa aux couteaux aussi. C’était maintenant une vraie danse. Les deux adversaires se répondaient coup pour coup. Une parade, une prise pour une tentative de soumission, libération puis contre-attaque. Ombre était visiblement habituée à affronter des adversaires plus corpulents et plus forts qu’elle. Elle utilisait le moindre petit avantage pour matcher l’agressivité de l’aventurier.

    Elle esquiva un coup porté à son visage d’un mouvement sur le côté, mais elle n’avait pas remarqué que Verndrick avait ajouté sa magie du vent pour accroître sa portée. Une fine ligne rouge apparut sur la joue de la valkyrie. Néanmoins, elle n’était pas restée passive. Elle avait profité de l’attaque pour porter un coup à l’estomac du lancier. Si ce dernier n’avait pas dégainé un second couteau pour parer l’attaque, le combat aurait pris fin.

    L’affrontement se transforma plus tard en une lutte. Les deux adversaires avaient perdu leurs lames et essayaient de se soumettre par des prises au sol. Après quelques résistances, Verndrick finit par prendre le dessus. Il se trouvait sous Ombre, utilisant ses jambes pour bloquer les siennes dans une clé et raffermir sa prise. Il avait le bras droit autour du cou de la valkyrie et sa main gauche appuyait pour faire pression. Soit elle abandonnait, soit elle perdait connaissance.

    L’aventurier sentit trois petits coups au niveau de sa jambe et y jeta un coup d’œil. Ombre menaçait son aine avec une dague. Une blessure sur cette partie du corps provoquerait une hémorragie fatale. Son réflexe de combattant était de briser le cou de la valkyrie avant qu’elle ait pu attaquer, mais il se retint. Il ne l’avait pas vue dégainer et elle aurait pu attaquer trois coups plus tôt. Verndrick approuvait. Un aventurier ne pouvait jamais avoir trop de lames sur lui, Ombre semblait partager les mêmes convictions.

    Il se dégagea pour la laisser reprendre son souffle.

    On dirait que l’affrontement se solde par une égalité. On a de bonnes bases maintenant. Les prochaines fois, on pourra s’entraîner à coordonner nos mouvements pour mieux combattre en équipe. Les gardes aideront en jouant nos adversaires.

    Il se souvint du pari avant l’affrontement. Il lui tendit la main pour l'aider à se relever.

    Vu que le match est nul, je propose qu’on s’échange les gages.” Il continua en souriant. “Gentleman que je suis, je te laisse choisir en premier.
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum