DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Seraphin

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Au temps béni des colonies InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Lever de Lune
    Derniers sujets
    La mascarade de minuit. [PV Gwynneth De Evelune]Aujourd'hui à 0:23Gwynneth De Evelune
    Le feu de la forge. (Pv- Cyradil)Hier à 23:00Kilaea Sliabh
    [PA] - Un coup que MAGIC ne verra pas venirHier à 22:13Capitaine Saumâtre
    RP's de Mortifère [République]Hier à 17:47Abraham de Sforza
    [PA] Le Chant des RoncesHier à 17:43Résiliente & Crow
    Echappée Belle [PV Kilaea]Hier à 16:46Kilaea Sliabh
    Validation des rps de KassandraHier à 16:30Kassandra Whype
    Aller en bas
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Gunnar Bremer
    Gunnar Bremer
    Messages : 141
    crédits : 2466

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t908-gunnar-bremer-terminehttps://www.rp-cendres.com/t926-fiche-de-liens-de-gunnarhttps://www.rp-cendres.com/t925-chronologie-de-gunnar
  • Jeu 16 Mai - 18:31
    -Préparez vous à accoster !

    Les mains sur le bastingage, je regarde l'île s’approcher sous nos regards. On est tous en rang d’oignons pour admirer la vue. La fine fleur de l’Office Républicain de Courage. Des vétérans de Kaizoku et de Justice. Peu peuvent s’en vanter. Il y a Pancrace, évidemment, mais aussi tous nos subalternes : Tarot, Serge, Bistouri, Madame, Fifi, Surin, Krueger. Même Gégé est là. Je dois en oublier. C’est normal d’oublier et c’est dans les moments importants qu’on retrouvera les noms, généralement quand il faudra donner une mission qu’on ne veut pas faire soi-même.

    Quand on nous a dit qu’on allait être envoyés en mission aux îles paradisiaques pour quelques temps, on a tout de suite senti l’arnaque malgré les arguments sensés de la hiérarchie. C’est vrai que les îles paradisiaques, outre les îles sous plein contrôle de la république, c’est plus d’une centaine de bouts de terre plus ou moins gros où l’autorité républicaine n’est clairement pas établie. Alors, les autochtones sont les premiers à revendiquer leur indépendance et gueuler pour le respect de leur culture, mais c’est pas les derniers à venir pleurer dans les jupes de la République quand il y a une merde par chez eux. Dans les îles comme Jardin, les gens du coin accueillent volontiers les républicains et surtout l’argent qu’ils transportent à leur ceinture. Quand c’est des matraques, ça fait tout de suite plus la gueule. Sauf qu’avec la fin de Kaizoku l’année dernière qui a vu la piraterie se choisir d’autres repères, les remous de l’Assemblée, les racines jamais enfouis des sectes locales et les possibles ingérences d’éléments étrangers, les îles ne manquent pas d’éléments perturbateurs.

    Et la République ayant déjà perdu Kaizoku et sa dignité à Liberty, ça serait con de perdre ces îles paradisiaques parce qu’on a pas voulu regarder.

    -En formation !

    Sous l’impulsion de l’ordre, on se met en rang, Pancrace et moi un pas devant la ligne de nos subalternes, nos galons bien en évidence. Sortant de sa cabine, Patoche nous lance un grand sourire et nous rejoint alors que le bateau frappe le dock et qu’on envoie la passerelle. Derrière lui, l’escouade d’Effraies apparaît et quelques officiers républicains ne peuvent s'empêcher d’avoir un rictus méprisant. J’essaie de faire bonne figure, mais j’en pense pas moins. D’autres officiers de l’Office sortent et se rangent derrière Patoche et les Effraies avant de commencer la descente. Une fois passée, on se met en position pour descendre, mais on est brusquement arrêté par notre chef.

    -Ah non, vous ne vous arrêtez pas ici.
    -Comment ça ?
    -Vous avez mal écouté, Capitaine Bremer ? Quel exemple pour les troupes.

    Je jette un coup d'œil sur mes voisins. Personne ne bronche. En même temps, qui a écouté lors du briefing ? C’était il y a une semaine et il était l’heure de rentrer à la maison. Patoche sourit.

    -Mes homologues et moi-même, nous allons faire de la politique auprès des factions de Jardin. Vous, vous allez sur le terrain. Nous avons une poignée d'îles qui méritent l’attention de la République et qui de mieux que l’Elite de la République pour remplir cette tâche ?
    -Mais… les effraies… eux…
    -Qui de mieux que l'Élite, capitaine ?

    Il est fort. Très fort. Piégé par notre fierté, on se contente de saluer tandis que Patoche part en vacances sous prétexte de politique, nous laissant au moins entre collègues. Presque.

    -Bremer. Dosian. Faites revenir à leurs postes les hommes, nous repartons.

    Assis sur un petit tabouret devant un pupitre simple, le second de Patoche nous regarde d’un œil morne. Le commissaire adjoint Trouvenik est unanimement haï par tout le service, mais l’homme a la fâcheuse tendance de ne jamais s'énerver, assénant ces ordres de sa voix neutre mais terriblement horripilante. On échange un regard entre capitaine avant de donner l’ordre que tout le monde a attendu, mais personne n’a osé bouger. Trouvenik est de cette catégorie d’officier très à cheval sur les règles qu’il connaît toutes par cœur, à croire presque qu’il en invente car il peut nous arriver d’avoir des lacunes dans la connaissance du code de la République.

    On est pas parfait.

    -Putain, je vais trop me le faire ce petit batard. J’vous jure, ça me démange.
    -Ta gueule, Cinglé.

    A la suite de Kaizoku et de Liberty, les événements ont mis en lumière des éléments à la loyauté discutable dont certains se sont dressés contre la République. Si les plus véhéments ont trouvé le repos, d’autres ont eu la chance de déposer les armes pour croupir en prison. Pour d’autres encore, la marteau de la Justice a frappé au milieu sans savoir s’ils étaient vraiment coupables ou totalement innocents. Cinglé est de cette catégorie. Homme du Guet, il n’a pas rejoint la rébellion par conviction, d’après ces dires, mais par volonté de ne pas finir suicider de coups de couteaux dans le dos, une nuit, dans le dortoir de son unité. Les argument qu’il a avancé lui ont évité la mort et la prison, mais la République ne pardonne pas si facilement et il fait partie de ces quelques individus qu’on envoie en probation dans des unités fidèles de la République pour juger leur loyauté. On a quelques gars dans son genre, franchement patibulaire avec un pet au casque pour la majorité. Les troupes apprécient cet ajout récent, notamment parce que tous les officiers républicains ont l’ascendant hiérarchique sur les soldats en probation. C’est une récompense agréable, même pour le plus simple des Officiers Républicains, de pouvoir renvoyer à quelqu’un d’autres sa garde de nuit.

    Cinglé est certainement le pire taré du groupe et il ne serait pas étonnant qu’il nous claque entre les doigts. Heureusement, là où l’on va, l’autorité de la République est discutée et comme on nous l’a expliqué en première année de la GAR, il faut parfois se salir les mains pour obtenir des résultats, surtout quand il s’agit de ramener nos colonies dans le giron aimant de la République.
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum