DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • Dernières imagesDernières images  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    Cendres ᚠ ᛊ ᚢ ᛟ ᚪ ᛊ ᛥ ᛉ
    Relevez-vous, peuple des cendres ! Les Titans existent, la guerre d'il y a 5000 ans résonne davantage dans vos cœurs depuis que ces immortels sont revenus revendiquer leurs droits. La victoire vous est une nouvelle fois acquise, mais à quel prix ? Suite à cette nouvelle guerre plus violente et mortelle que toutes les précédentes, il en va de votre responsabilité de vous accrocher à la vie et de rebâtir sur les ruines. Vers un nouveau futur encore incertain.

    Shoumei, autrefois membre des trois grandes nations régnant sur les terres des cendres et capitale de la religion diviniste, a payé le tribut ultime pour offrir la victoire aux vivants. Désormais, son peuple se retrouve égaré, dispersé. Privés de leur nation, de leurs foyers, les shoumeiens tentent tant bien que mal de retrouver un semblant de paix, mais la tâche est ardue. Le Reike, nation guerrière en proie à une lutte intestine contre le dirigeant s’étant imposé dans un sillage de sang, ainsi que la République, nation de l’ordre et des lois, ont tous les deux beaucoup à gagner avec ces nouveaux territoires à revendiquer. Choisiront-ils la voie de l’alliance et tendront-ils la main aux shoumeiens ? Où feront-ils passer leur peuple avant le reste des cendres ? Seul le futur écrira l'histoire de ces deux nations que tout oppose depuis des temps immémoriaux. Enterrer ou reluire la hache de guerre pour les combats à venir.

    Quoi qu’il en sera, peuple des cendres. C’est à vous de faire pencher la balance. Battez-vous pour le futur que vous chérissez. Entamez votre ultime chant du cygne, et brisez une bonne fois pour toutes ce cycle incessant de guerres contre les titans, ou tentez de poursuivre ce dernier selon vos convictions. Il ne tient qu’à vous d’offrir au monde des cendres la paix qui lui est due ou de le plonger à jamais dans les flammes…
    votez pour nous ♥1234
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu

    derniers messages

    membre
    du mois
    Bravo à Gerda !

    prédéfinis

    +
    Forum RPG Dark Fantasy. Avatars illustrés 300 x 500 px. Cendres est un monde magique où plusieurs puissances économiques et politiques règnent. Ici, les enjeux sont importants et une situation peut changer du jour au lendemain. Incarnez un simple paysan, un talentueux magicien ou même un riche seigneur ! De nombreuses possibilités et combinaisons différentes vous attendent avec impatience !

    from the ashes

    24.07.22
    Ouverture du forum et début du jeu. Bienvenue sur Cendres !
    28.06.22
    Le forum est accessible au public.
    17.06.22
    Début des travaux de construction.
    2 participants
    Aller en bas
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Gunnar Bremer
    Gunnar Bremer
    Messages : 12
    crédits : 40

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t908-gunnar-bremer-terminehttps://www.rp-cendres.com/t926-fiche-de-liens-de-gunnarhttps://www.rp-cendres.com/t925-chronologie-de-gunnar
  • Lun 21 Nov - 15:34
    -Tu te casses ?

    Je me retourne, haussant un sourcil en direction de Trevor qui a la gueule des mauvais jours alors qu’il me lance un regard larmoyant que si j’étais pas une demi-crevure, je me laisserais peut-être prendre à m’apitoyer sur son sort. je me contente de répondre dans un ricanement.

    -Ouai, j’ai une grosse soirée qui m’attend.

    En l'occurrence, écluser des godets, écouter des rumeurs et dire du mal sur les voisins d’à côté. Une soirée calme. Il en faut. Ma petite satisfaction ne déteint pas sur Trevor qui s’assoit à la chaise branlante de son bureau en soupirant.

    -T’as de la chance, le capitaine m’a mis sur un truc ce soir. Quel enfer. Dire que je devais aller voir Milly.
    -Dur.

    Je m’en fous. Trévor est bien gentil, mais il ne m’est pas sympathique. Le genre semi-couard qui se repose toujours sur les autres pour lui faire le sale boulot. Attention, je vous vois venir, je suis pas le plus courageux dans ce domaine, mais je sais m’acquitter de ce que je dois faire sans devoir attirer l’attention de toute l’escouade sur moi. En même temps, j’aime bien qu'on ne me regarde pas trop. Sinon, on trouverait des choses pas très jolies. Pour ça, Trévor me va. Il attire les regards, même si c’est du dédain. Mais humainement, je l’aime pas.

    -Alors, je me disais peut-être…

    Que j’aurais pu faire le boulot à sa place ? Tout ça pour pouvoir compter fleurette à sa Milly qu’il drague depuis trois mois. C’est sûr qu’il a besoin de temps, ils n'ont qu’à se tenir la main. Bigre. C’est un gros investissement pour peu de résultat, si vous voulez mon avis, qu’est plutôt qu’il doit avoir des trucs croustillants à dire là-dessous. Peut-être pour ça que Trévor nous l’a jamais montré. Il dit qu’il est timide. Quand même pas la meilleure profession pour être timide, s’agit pas de rougir quand tu te fais suriner au détour d’une ruelle. Je souffle pour lui intimer de se taire. Il s’exécute. Brave gars. J’ai envie de me moquer de lui.

    -C’est quoi ta corvée ?
    -Je dois aller surveiller incognito un débat sur la situation de Kaizoku.

    Je m’arrête dans ce que je suis en train de faire, c'est-à-dire jeter ma capote usé sur les épaules parce que dehors, il drache sévère. Je me retourne doucement, le sourire narquois sur la gueule et je lui demande le plus innocemment du monde.

    -De quoi ?

    Je sens que Trevor a flairé une solution à son problème et il s’engouffre dans la brèche.

    -On a appris qu’il y a une réunion dans le port, dans une taverne tenu par un émigré de l’île justement qui voudrait discuter sur l’avenir de l’île. C’est qu’à Courage, il y a quand même une sacrée communauté de gens en lien avec Kaizoku. A cause du transport maritime. Alors, on peut s’attendre à avoir un peu de monde et pas forcément des gens très calmes. C’est que débattre, c’est pas interdit, mais les comportements séditieux, vaut mieux les surveiller.
    -Tu m’étonnes.

    Je réfléchis vite fait parce qu’en apparence, mon idéal de soirée vient rapidement de changer. Personne ne connaît mes liens familiaux avec l’île de Kaizoku et c’est temps mieux. Ça a beaucoup changé dernièrement et je sais pas trop où me mettre dans l’histoire, alors tout ce qui touche à l'île, ça m'intéresse, en quelque sorte. J’écoute dans la limite de ce que je peux faire sans que ça devienne trop visible et qu’on se pose des questions. C’est un peu le problème quand on veut habituellement passer pour le gars qui se fout un peu de tout en temps normal : dès qu’il pose des questions, c’est intrigant. Heureusement, Trévor est trop con et impatient de lâcher sa patate chaude pour voir le problème.

    -A tous les coups, ça va se foutre sur la gueule. Le sujet est sensible.
    -Oui…

    Difficile de charmer en revenant crotter et la gueule en sang. C’est l’image que le bougre doit avoir en tête. Je pousse un soupir sonore et exagéré. Trevor lève les yeux vers moi comme si j’étais une divinité.

    -Allez, je vais m’en occuper. Ça risque d’être amusant.
    -Vraiment ? Je te le revaudrais Gunnar.
    -C’est clairement pas tomber dans l’oreille d’un sourd. Et n’oublie pas que si tu faillis à ta promesse, toute la garnison sera tenue au courant.
    -Promis !

    Se serrer les coudes parmi les officiers républicains, c’est un peu la base. On peut s’envoyer chier, mais chaque dette se paie. Parce que si même ça, c’est pas respecté, où va le monde ? C’est au delà du Code Civil, c’est la loi fondamentale entre les soldats. Quand ça sera la merde, faudra pas qu’une vieille dette vienne conduire une dague rouillé entre ces entrailles. ça serait tout de même con.

    J’ai même pas le temps de me retirer la cape que le gus a déjà couru vers le bureau du capitaine pour lui annoncer la nouvelle. Je vois sa tête se tourner vers moi avec un haussement de sourcil interrogatif et je lui réponds en frappant ma paume de main avec mon poing. Il comprend que je m’attends à de la bagarre. C’est un argument acceptable pour justifier ma bonne action mensuelle. Trevor revient en courant haletant d’excitation.

    -Et c’est où ?

    Il me file les infos et l'heure prévue, même si ça doit déjà boire en ce moment. Puis je me mets en route sous la pluie en pensant au débat. J’aime bien débattre. Surtout quand j’ai raison.
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Tagar Reys
    Tagar Reys
    Messages : 900
    crédits : 2276

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Mage Elementiste
    Alignement: Loyal Neutre
    Rang: B - Coeur
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t113-tagar-reys-terminehttps://www.rp-cendres.com/t160-liens-de-tagar-reyshttps://www.rp-cendres.com/t156-la-vie-de-tagar-reys#464
  • Ven 25 Nov - 17:27
    Récit de Fabius

    Image de Fabius:

    Année 3, le 1er novembre :

    J’aime les pigeons voyageurs, pas quand ils sont bien cuit pour être manger, mais parce qu’ils apportent toujours des nouvelles intéressantes. Et c’est encore le cas aujourd’hui, alors que je montais sur un toit terrasses d’une de mes petites caches, de la ville de Courage.

    C’est en effet important pour un espion d’avoir de multiples petites retraites, n’attirant pas l’attention que j’ai mis en place au fur et à mesure des siècles, sous différentes identités. Tagar, le nouveau Ministre des Finances, toujours bien planqué dans son Palais à Ikuza, situé à des centaines de kilomètres de là, me demande d’assister à une réunion.

    Je me change donc pour porter une tenue d’ouvrier, mon physique assez imposant me faisant passer pour un manœuvre et à l’heure dite, je rejoins la taverne dans le port. Je suis déjà entrée dans cet établissement, mais c’était il y a des années et j’avoue que je n’en garde aucun souvenir. Je passe la porte, content de laisser la pluie derrière moi et je comprends pourquoi les lieux ne m’ont pas fait forte impression, c’est assez sale, bas de plafond, la seule originalité, c’est l’espèce d’estrade au milieu de la pièce, où se tient actuellement une jeune femme, plutôt jolie, mais qui est habillée comme un sac. Elle parle justement de l’île de Kaizoku, je prends donc une chaise et va m’installer un peu à l’écart. La serveuse arrive et je commande un verre de vin, coupé à l’eau comme si j’étais un pauvre docker, ce que mes vêtements laissent suggérer.

    Je tends l’oreille quand l’oratrice parle de l’avenir des habitants, car c’est justement la raison de ma venue ici. Tagar veut savoir si un mouvement de résistance à la République se met en place, profitant ainsi du vieil adage : les ennemis de mes ennemis, sont mes amis.
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Gunnar Bremer
    Gunnar Bremer
    Messages : 12
    crédits : 40

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t908-gunnar-bremer-terminehttps://www.rp-cendres.com/t926-fiche-de-liens-de-gunnarhttps://www.rp-cendres.com/t925-chronologie-de-gunnar
  • Dim 27 Nov - 14:00
    J’arrive à la bourre, mais ce genre de truc, ça commence rarement à l’heure. Et puis au début, c’est souvent pas très intéressant. ça jauge l’ambiance. On avance petit à petit pour savoir si on est en terrain conquis où s’il va falloir négocier la moindre réflexion avec des tonnes d’arguments. Je rentre donc, la cape plus imbibée d’eau que si je m’étais jeté à la mer. C’est dire. La chaleur étouffante des lieux m’accueille, salutaire, subtile mélange des corps, de la bouffe et d’un feu dans un âtre. On reconnaît rapidement deux types d’individus. Il y a ceux qui sont là parce qu’ils ont l’habitude de l’être. Accoudé au comptoir ou réunis à plusieurs autour des tables, ça bat le carton, ça discute et ça rigole comme si c’était juste une soirée normale comme ils en ont vu des tas. De l'autre, il y a ceux qui sont venus pour l’occasion. Et on repère deux sous-catégories. Il y a les curieux. Ils sont là, en plein milieu, les yeux braqués vers l’estrade pourri monté à la va-vite, à attendre que ça démarre vraiment. Puis y a les gens impliqués. Ya la donzelle sur l’estrade plongeait dans un discours inaugural avec la flamme dans la voix de ceux et celles qui pensent défendre une noble cause. Dans le fond, il y a d’autres gens, qui attendent d’intervenir, quand ça sera le moment le plus opportun.

    -... Et c’est donc pour ça, mes amis, que je sais que tout le monde ici est inquiet de l’avenir de notre île. Car ce n’est pas parce que nous n’y sommes pas. Notre coeur y est toujours. Qu’importe les années, nous y serons toujours liés. Et c’est pour ça qu’il est important d’en parler. Autour de nous. De réunir la grande communauté de ceux de Kaizoku.

    C’est quoi le gentillet pour les habitants de l’île ? Question bête, mais que je me pose soudainement avant d’en oublier l’existence jusqu’à la prochaine fois. Généralement, ils ne se désignent pas eux-mêmes. Bref, l’ambiance est posée. Je fais un tour de la salle du regard. Je connais quelques têtes pour les avoir croisées sans avoir non plus baver toute la nuit ensemble. Un ou deux que je sais avec des attaches sur l’île. Pas de collègues de l’Office. Tant mieux. Je préfère être seul sur ce coup. Je commence à jouer des coudes pour me faire une place jusqu’au comptoir pour commander une mousse probablement pas très bonne, mais on est pas là pour se faire plaisir. Avoir une bière en main, c’est crédibiliser davantage sa présence dans les lieux. Je me fonds dans la masse. J’avise mon voisin qui sirote sa chope en observant la tribune.

    -Alors, c’est comment ?

    Sur le ton de la conversation. il se tourne à peine vers moi et souffle.

    -Du gros blabla pour ne pas dire grand chose. Faut attendre un peu. Parait qu’il y a un invité de l’ile.

    Oh ? Intéressant ça. Je me demande qui ça peut être. Surement pas un représentant de la République venus expliquer ô combien l'île est heureuse de voir débarquer les règlements, l’administration et l’armée, remplaçant la liberté, la piraterie et le code des affranchis. Plutôt que je penche de l’autre côté. C’est là que je les vois. deux gaillards façon armoires qui passent entre les gens, discrets pour ceux qui veulent pas de problème. J’en veux pas, mais avec mes fonctions, j’ai un peu l’habitude de repérer ce genre de type. Ils posent quelques questions, pressent un gars contre un mur pour vérifier qu’il n’y a rien de suspect sur lui. Ils sont en train de vérifier l’assemblée. Qu’il n’y ait aucun ver dans la pomme pour gâcher la fête. ça me confirme l’idée qu’on va pas avoir n’importe qui sur cette tribune. Peut-être un frère-des-côtes ? ça serait incroyable, mais ça justifierait la sécurité.

    Au niveau de la tribune, la femme a laissé la parole à des gens dans l’assemblée pour qu’ils exposent leurs craintes et ce qu’ils ont sur le coeur. A côté de ceux qui s’inquiètent pour leur famille, que l’on cherche à dénaturer les principes millénaires de l’existence de l'île, d’autres ont un discours un peu plus anti-républicains, assez critique envers l’invasion militaire de l’île. On a un gars qui remarque que la piraterie faisait du mal au commerce et que priver cette engeance de cette forteresse, c’est une bonne chose pour tout le monde. Je peux vous dire que ce type, il se fait huer et rapidement mettre dehors. Ici, on apprécie pas trop les voix discordantes. Quelques autres prennent la porte d’eux-mêmes en constatant qu’ils ne seront pas entendus, voire pire, qu’ils risquent de se faire rosser pour exprimer leur opinion.

    J’ai beau être d’accord dans le principe avec les gens pour dire que cette invasion, c’est une belle merde, mais faut quand même accepter les gens d’avoir une opinion différente. Le type devait être un marin qui s’est déjà fait raidé. Clairement pas la meilleure expérience de vie, faut dire ce qu’il en est, d’après les codes sociétaux de la République. A trop se comporter comme des sagouins, on fait pas mieux que les sangsues qui nous exploitent. Mais bon, c’est pas moi qui vais militer pour l’égalité. Surtout pas ici. Je finis par prendre la parole, histoire de montrer aux gens que je suis du même bord.

    -Moi ce que j’en dis, c’est qu’aujourd’hui, ils se sont attaqués à Kaizoku. Mais est-ce que c’est pas le début d’autre chose ? D’autres opérations militaires ? Et après, c’est nous qui allons payer les pots cassés !

    Certains approuvent. D’autres surenchérissent. Mon voisin fait la moue.

    -Je pense pas si loin.
    -J’ai fait un effort. Faut laisser ça à ceux qui pensent mieux.

    En coulisses, ça s’agite. C’est que la salle se chauffe plutôt bien et que l’assemblée semble éliminer ces derniers opposants. Il va être probablement temps de commencer le gros du morceau.
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Tagar Reys
    Tagar Reys
    Messages : 900
    crédits : 2276

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Mage Elementiste
    Alignement: Loyal Neutre
    Rang: B - Coeur
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t113-tagar-reys-terminehttps://www.rp-cendres.com/t160-liens-de-tagar-reyshttps://www.rp-cendres.com/t156-la-vie-de-tagar-reys#464
  • Mar 29 Nov - 22:00
    La jeune femme parle de l’avenir de l’île, mais le plus intéressant, n’est pas son discours, qui semble assez consensuel et guère susceptible d’intéresser le ministre des Finances, rassembler la communauté étant un vœu pieux. Ce qui attire mon regard, ce sont les deux gars bâtit comme des armoires qui viennent d’entrer et posent des questions aux personnes présentes. Après avoir interrogé un pauvre type de façon musclé, ils passent devant la table et l’un d’eux me demande :

    Tu es de Kaizoku, toi ?


    C’est une sacrée question et je lui dis réponds d’un ton renfrogné :

    Je cherche juste à faire mon boulot de docker, où je peux, je ne cherche pas de problème.

    Ma réponse semble le satisfaire, mon physique et ma tenue de manœuvre, jouant en ma faveur. Il faut dire que je n’ai aucune arme, ce qui les rassure. Finalement, plusieurs personnes s’en vont et j’entends alors quelques personnes exposer leur doléance avant qu’un des gros-bras ne quitte les lieux. Je finis mon verre de vin, coupé à l’eau et je vois entrer cinq hommes, dont celui de tout à l’heure, qui semble encadrer un homme d’une cinquantaine d’années, assez bien habillé, mais qui a surtout un regard très pénétrant.

    Je suis immédiatement sur mes gardes et je ne suis pas le seul, car les différentes discussions s’arrêtent d’un coup. Le pirate, je ne peux pas penser à une autre profession, toise la salle et souris d’un air mauvais, avant de rejoindre l’estrade, trois de ses hommes restant à côté de lui et les deux derniers bloquant la sortie. Après avoir ménager un instant de silence, histoire de jaugé l’assembler, je baisse d’ailleurs les yeux pour montrer que je suis une personne soumise, il prend la parole :

    Certains parmi vous doivent savoir qui je suis. Pour les autres, je me nomme Jack. Je suis là à cause de cette putain de République.


    Il crache par terre un mollard bien noir, avant de continuer.

    J’ai besoin de personnes prêtes à m’aider pour un gros coup, qui fera de chacun d’entre vous, des hommes libres à nouveau !

    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum