DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Mégère

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Nuages blancs - Page 6 I7Vm50z
    Gazette des cendres
    Hiver 2024
    Lire le journal
    #5
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Chant des Ronces
    Derniers sujets
    Descente au Marsouin BlancAujourd'hui à 23:43Takhys Suladran
    Les Premières Braises de l'AuroreAujourd'hui à 23:38Zelevas E. Fraternitas
    Beaux quartiers | Mortifère & SiameAujourd'hui à 23:35Siame
    [FB] Aïe ça commence mal [PV Soren]Aujourd'hui à 23:24Orifa Sigrior
    Le Dilemme du MonstreAujourd'hui à 23:00Zelevas E. Fraternitas
    Discussion pimentée (PV Brak'Trarg)Aujourd'hui à 22:21Brak'Trarg
    Le Vent des AffairesAujourd'hui à 21:59Soren Goldheart
    Un morceau d'une vieAujourd'hui à 20:49Dimitri Chagry
    Demande de reroll - Qrupp Aujourd'hui à 20:08L'Âme des Cendres
    Aller en bas
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 26 Mar - 19:20
    Il avait de la chance de comprendre... Elle non.

    Et voilà qu'il lui embrassait le visage. De lui-même. Sans qu'elle n'ai rien demandé. Sans qu'elle n'ai rien prévu. Juste comme ça. Son front. Sa joue. Son nez. Bénis par ses lèvres incertaines.

    Et voilà qu'il recommençait à se forcer. A prendre sur lui pour être meilleur. Faire plus. Faire mieux. Faire pour elle. Elle garda le tissus contre elle, ne laissant aucune marge de manœuvre à Shan pour le tirer ou l’entrebâiller. Elle ne pouvait pas faire ça encore une fois... Elle se laissa installer en travers de ses genoux, mais pas à califourchon. Elle posa une main sur son torse, ses larmes coulants moins vites, mais loin d'être taries pour autant.

    Après un long moment, elle secoua la tête de gauche à droite et sécha son œil détrempé. Son visage retrouvait un peu d'ordre, mais sa voix était réduite en éclats ternes et disparates.

    - Je t'en prie... Arrête de vouloir faire ça pour moi. De vouloir... être meilleur, ou prendre sur toi, ou... craindre que je te tourne le dos si tu ne sautes pas le pas. Ne le fait pas pour moi. Jamais.

    La main toujours posée sur son torse nu, elle regardait ses doigts sur lui et son visage à l'expression si douce et craintive, passant de l'un à l'autre tout en murmurant des mots qui lui arrachaient la gorge.

    - Tu n'as pas idée de ce que ça me fait d'avoir l'impression de te forcer... de sentir que tu te fais violence pour me... t-toucher me regarder.

    Elle s'y était repris à deux fois pour articuler, manquant de se mettre pour de bon à sangloter. Elle respirait plus fort, perdant son souffle alors qu'elle ne faisait aucun effort physique. Elle baissa les yeux et serra les paupières, son visage chiffonné  s'accordant un moment de silence.

    - Je ne peux pas... Pas comme ça. Je ne peux pas imaginer que tes premiers moments soient des souvenirs de panique, de peur, de combat... C'est pas...

    Elle souffla et se reprit, venant chercher ses yeux verts.

    - Je ne sais pas comment faire, mais je sais que l'amour n'a pas à être douloureux. Ni physiquement. Ni moralement. Et je ne supporte pas l'idée d'être un bourreau pour toi. J'ai besoin de savoir que tu diras non à la moindre hésitation, au moindre malaise. Pas par rapport à moi mais par rapport à toi et uniquement toi.

    Elle s'était détendue peu à peu, au fur et à mesure que les mots coulaient, que les éclats harmonieux de sa voix se rassemblaient. Elle avait réussit à le dire... Elle ne voulait pas qu'il le prenne mal ou de travers. Qu'il culpabilise encore moins. Mais elle ne pouvait pas faire ce qu'il lui demandait comme ça, comme si de rien était. C'était impossible. Ils pouvaient trouver d'autres approches, d'autres voies, d'autres façons, mais le pousser à nouveau dans ses retranchements, elle aurait l'impression d'être un monstre et d'abuser de lui.

    Il n'y avait qu'une chose dont elle avait envie pour le moment. Creusant dans les draps qu'ils partageaient, elle se libéra un peu de place.

    - Tu veux bien  que je me mette contre toi ? " demanda-t-elle en cherchant un véritable accord dans ses yeux. Une seule once de douleur ou de crispation et elle reculerait sans lui laisser l'occasion d'argumenter. La propositions était simple et clair. Pouvait-elle venir se pelotonner contre son torse, peau contre peau sous la couverture ? Rien de plus. Rien de moins.

    Et une fois installée, contre sa peau ou près de lui sagement enroulée dans une couverture à elle seule, elle respira longuement.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 26 Mar - 19:48
    Elle repoussa sa tentative. Pas vraiment violemment mais il soupira intérieurement. Elle ne voulait pas comme ça. Et il pouvait comprendre, toujours est il qu'il etait un peu déçu de ne pas pouvoir lui prouver qu'il pouvait faire mieux. Elle accepta le mouvement, et se mit en travers de ses jambes. Elle continuait de pleurer. Il ne savait plus trop quoi faire de plus.

    Il commença a ouvrir la bouche, mais c'est elle qui reprit la parole. Pour s'expliquer. Pour qu'il comprenne. Visiblement ils n’étaient pas sur la même longueur d'onde. Il avait la sensation de la décevoir, de l’empêcher de s'exprimer physiquement, de se retenir. Mais il n'avait pas songé qu'elle pouvait avoir l'impression inverse, de la forcer.

    - Non je...

    Elle ne lui laissa pas le temps, continuant, presque durement, comme lui faisant la leçon. Il comprenait bien mais....elle ne l'avait jamais forcée. En tout cas, pas frontalement, il n'avait jamais eu cette sensation.

    - Si je n'avais pas voulu que tu sois proche de moi...je ne serais pas venu.

    Il l'aimait fort, très fort. Assez pour avoir envie de lui faire plaisir. Ce n’était pas ce qu'elle voulait pour lui, elle voulait qu'il ai plus, d'avantage de désirs de son coté. C’était la la différence, entre le faire pour elle et le faire par envie. Et elle avait vu juste. Il n'avait pas spécialement envie de ça. La toucher, la regarder, la sentir. La prendre, pas tellement. Il avait une vision trop sombre de la chose pour que ce soit un réflexe dans son esprit.

    - Ce n'est pas douloureux...

    Mais il n’était vraiment certain de ce qu'il disait. Son esprit et son corps parlaient deux langues différentes sur ce sujet. Il voulait, et en même temps non. C’était difficile a exprimer. Mais il ne savait pas si lui obéir sur le sujet était une bonne idée. Car si il refusait au moindre doute...alors ils n'y arriveraient sans doute jamais. Ça le fit tressaillir, les yeux de nouveaux brillants.

    - Viens.

    Il remonta les mains qui s’étaient attardés sur elle un petit moment, sur ses flancs, et les passa derrière elle pour tirer la couverture. Elle pouvait laisser le reste tomber. Elle n'avait qu'a s'allonger sur lui. Il passa les bras dans son dos, et la serra. Fort. Dans cette position, il l'a sentait sans la voir, et c’était aussitôt plus facile. Ça le fit enrager encore plus, contre lui même. Il parla moins fort, comme un murmure.

    - Ma vie entiere....est un combat. Je ne sais de toute façon pas comment vivre autrement. Alors si...ce combat me permet de continuer a etre avec toi d'une façon ou d'une autre...ca ne me dérangerais pas, tu sais... ?

    Si c’était peut etre ce qu'il lui fallait pour passer le cap ? Prendre sur lui, affronter le desirs, qui etait dans son esprit un synonyme de crainte et d'anxiété, pour découvrir ce qu'il y avait en dessous, il était prêt a le faire. Il devrait être plus fort que précédemment. Pour ne pas se retrouver dans la meme situation, avec le meme reflexe. D'ailleurs, il avait aussitôt détourner le regard pour ne pas qu'elle puisse lire quoi que ce soit, avant de la serrer fort. Tout etait plus simple quand elle ne le regardait pas.

    - Ton regard est trop intense pour mon cœur.

    Il avait dit ça encore moins fort, une seule larme, retenue jusque la, roula sur sa joue. Qu'il tenta de lui dissimuler en caressant son dos doucement.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 26 Mar - 20:14
    - Parce que tu ne connais rien d'autre... " avait-elle naturellement complété lorsqu'il lui avait avoué que cela ne le gênerait pas de se battre pour ça.

    De la hanche aux épaules, le ventre suivant celui du semi elfe, elle était à présent étendue contre lui. Sa poitrine pressée contre son torse. Un bras glissé dans son dos, dans l'interstice entre ses reins et la tête de lit. Un bras en travers de son torse, la main caressant sa joue. Son visage sans son cou, leurs cheveux défaits, entremêlés.

    A les voir ainsi, qui aurait pu penser autre chose qu'à deux amants venant de connaitre l'extase qui se serraient encore amoureusement l'un contre l'autre pour prolonger le moment ? Il y avait dans cette étreinte un peu plus de normalité. Un peu plus de connivence que d'ordinaire. Enfin, elle pouvait reprendre son souffle. Rien qu'un peu. Quelques secondes. Quelques minutes. Par pitié...

    Elle était si étroitement blottie contre lui que la larme passa de sa joue à lui à la mâchoire de la sirène qui frissonna. Elle ne s'éloigna pas. Ne se redressa pas pour le regarder. La main qui flattait sa joue remonta seulement dans ses mèches noirs, dégageant son visage et s'amusant paisiblement de la douceur de sa crinière. Elle lui avait dit que tout irait bien et elle le répétait. Elle le penserait autant de fois que nécessaire.

    - Alors nous sommes peut-être à égalité finalement. Mon regard vaut tes mots...
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 26 Mar - 21:23
    Il ne répondit pas et la serra juste un peu plus. Il ferma les yeux, alors qu'elle venait se perdre dans ses cheveux. Le temps avait passé, et dehors, il faisait plus sombre. Pas encore la soirée, mais déjà les nuages gris venant obscurcir une journée blanche qui avait vu de nouveau la neige tomber. La neige. Il avait l'impression d'avoir oublié quelque chose.

    Il ramena sa tête, ses lèvres, contre ses cheveux, et remonta une main dans la blancheur qui lui couvrait la tête. Épuisé, encore, beaucoup plus par l'intensité émotionnelle des derniers heures que par la blessure qui n’était pas encore totalement guérit, il tomba a moitié dans une sorte de sommeil peu profond. Il avait comme l'impression d'avoir toujours conscience de ce qu'il y avait autour d'eux, mais elle pouvait sûrement dire qu'il était vraiment en train de se reposer.

    La luminosité baissa de plus en plus, comme le feu qui commençait a se tarir. La pièce était plus froide, et pourtant, il était bien, au chaud, avec sa présence flamboyante lui réchauffant l'esprit. Il n'eut d'autres rêves que sa belle, dans son plus simple apparat, le serrant dans ses bras. Ayant du mal a comprendre que c’était simplement la réalité...

    - … ?

    Il se réveilla alors qu'il avait commencé a atteindre cet état profond qui le caractérisait. Difficile de dire combien de temps s’était écoulé. Une heure. Peut être deux. Elle était toujours la. Si elle avait bougée, il ne s'en était pas rendu compte.

    La première chose qui lui vint en tête, fut de s'excuser, mais il ne le fit pas, ça n'aurait rien apporter. Alors il essaya plutôt de la regarder, en laissant son esprit retrouver ses sens. Il n’était pas habitué a cet état de surprise sur son environnement. Car il avait toujours cette habitude de faire attention ou il etait. Mais a chaque fois, avec elle, il etait surpris par les alentours.

    - ...Je me suis assoupis... ?

    Il se redressa très légérement, en jaugeant ou elle se trouvait par rapport a lui, si elle avait bougé ou non, et si elle etait toujours la, il se serra contre elle et enfouissant son visage dans ses cheveux.

    - On...hum...on retourne dans le bain ? Il faut juste aller le faire couler.

    Il hésita, voulant lui proposer que dans le bain, elle pourrait reprendre sa vraie forme. Il ne l'avait vu de prêt qu'une fois, mais il avait envie de recommencer. Ca avait été plus qu'agréable, et aprés tout ça, il avait la sensation que ca pouvait leur etre benefique, l'un comme l'autre.

    - On pourra peut etre hum...en profiter pour voir pour couper mes cheveux.

    Elle lui avait proposé après le repas. Ca pouvait etre l'occasion de continuer a rester ensemble, mais changer un peu l'ambiance précédente qui s’était alourdit.

    Il avait extrêmement envie de faire en sorte que tout redevienne doux.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 26 Mar - 22:21
    Elle ne s'était pas assoupit, le sommeil étant une chose que se refusait à elle. Elle était vidé pourtant, épuisée émotionnellement. Les larmes lui avaient fait du bien mais elle aurait volontiers dormit pour se remettre. Une des nombreuses choses d'apparence insignifiante dont elle était privée pour le moment. Alors elle était resté là, sans bouger. Sans un bruit. Profitant simplement de ce qu'elle avait gagné en un sens. Il lui avait fallut un très long moment pour s'en apercevoir, mais au bout d'un moment, ses pensées inutiles calmées et ses émotions revenues à un état supportable, elle avait sourit.

    Elle avait tout de même gagné en un sens. Elle était contre l'homme qu'elle aimait, même s'il ne pouvait pas la regarder. Elle entendait le battement régulier de son cœur sous son oreille, sentait le souffle de sa respiration sur sa tempe. Elle était... Finalement oui, elle pouvait dire qu'elle était bien.

    Elle se serra un peu plus contre lui. Pour l'heure, elle ne voulait rien de plus. Tout le reste était trop compliqué.

    Si elle ne dormait pas, ce fut probablement la fois où elle passa le plus près de vraiment tomber en transe. Après des années à essayé de méditer par tous les moyens pour se remettre plus vite, comme des maîtres et enseignants de tout poils le lui avaient conseillés, ça aurait été cocasse d'y arriver enfin ne faisant rien d'autre qu'écouter le battement de cœur de plus en plus lent de son amant. Elle n'avait pas bougé lorsqu'il reprit pleinement possession de son environnement.

    - Je crois. Juste un peu. " En tout cas, elle avait eu l'impression qu'il dormait, veillant sur lui comme le Limier qu'elle était.

    Elle rit un peu quand il la serra en enfouissant son son visage dans sa chevelure de neige et lui rendit son étreinte. Voilà ! C'était ça ! Gonflée d'une profonde inspiration apaisée, Rowena releva la tête pour poser un baiser léger sur la pommette de son amant.

    - Si tu savais comment j'ai envie de me réveiller comme ça un matin avec toi un jour...

    C'était exactement ça dont elle avait besoin. Ce naturel.

    - Je vais finir par croire que tu aimes les baignoires plus que les lits... " souffla-t-elle à sa proposition, s'écartant juste assez pour lui parler à peu près de face. " Mais pourquoi pas. Tu me laisserais te couper les cheveux ? ... Reste sous la couverture, je vais ouvrir l'eau.

    Elle s'était levée, toujours dans le plus simple appareil et s'était occupé en quelques instants de préparer la salle de bain. Au passage, elle avait aussi attrapé un carnet dans son sac qu'elle avait posé hors de ce qu'elle estimait être la zone inondable de l'endroit. Pas de ciseaux à l'horizon mais elle ne s'inquiétait pas pour ça.

    - Alors monsieur, vous visez quelle longueur ?
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 26 Mar - 23:57
    Il hocha légèrement la tête. Il voyait bien ce qu'elle voulait dire. Obtenir ce reveil, ce serait etre libéré du fardeau qu'elle avait sur les épaules. Etre soignée. Plus de malédiction. Plus de peur de ne pas se reveiller un matin. Plus de crainte d'etre oubliée du jour au lendemain. Oui, il savait exactement ce qu'elle sous entendait. Etre libre. Une sorte de liberté qu'elle n'avait pas encore actuellement.

    On va le faire, encore un effort. Compte sur moi pour que tu puisses dormir toute les nuits que tu veux, et ouvre les yeux autant de fois que possible en sortant d'un sommeil doux, sous une couverture chaude.

    Et que ses deux yeux puissent s'ouvrir, pas seulement celui actuel. Il aimait bien son coté plus sombre, mais voir les deux pupilles bleutés etait aussi une inspiration qu'il essayait de dissimuler pour ne pas lui transmettre la moindre frustration.

    - Oh, j'aurais pu y aller....enfin, vas y.

    Il retira ses bras, aprés un dernier baisé sur la joue et la laissa se lever. D'abord observant la fenêtre, son point classique d'observation, il tourna le regard vers elle alors qu'elle se retournait pour aller jusqu'à la salle de bain. Il se figea, les yeux grands ouverts, fixés sur son dos. Non, plus bas que son dos. Il l'avait vu de face, un peu de profil. Mais jamais nue, de dos. C’était la première fois. Il l'avait trouvé belle, toujours, mais ce qu'il voyait la réveilla un instinct enfouis qu'il ne s'expliqua pas.

    C’était une splendeur.

    Il resta figé, la forme musclée comme encré sur sa retine, bien aprés qu'elle ai disparue dans l'autre piece. Il se redressa légérement, les yeux dans le vague. La chaleur le gagna a nouveau dans la poitrine, dans l'estomac, ainsi qu'un peu dans le bas ventre. C'etait peut etre son truc. Il n'y avait jamais réfléchit avant.

    - H...hein ?

    Il l'avait entendue lui parler, sans comprendre exactement ce qu'elle voulait dire. Il n'avait en fait juste pas bien écouté. Il essaya de remettre des mots sur la phrase qu'elle venait d'énnoncer mais il avait l'esprit trop préoccupé par...autre chose.

    - Je...euh, excuse moi, tu peux répéter ?

    Il etait difficile pour lui de jouer la carte du manque de sonorité. Il etait impossible qu'il n'ai pas entendu quelque chose, a cette distance. Il se leva de façon un peu mécanique, sans réfléchir le moins du monde au fait qu'il était dévêtue comme elle, et se dirigea vers la porte. En passant, il laissa sortir Zim, qui, comme d'habitude, n'avait pas manqué une seule miette de toute les dernières scènes ayant rythmé leur vie.

    - Ah...euh...

    Il pénétra la salle de bain, la chaleur humide l'attaquant de façon agréable. Il n'avait jamais eu l'impression de particulièrement apprécier les bains. Il aimait la sensation de propreté. Mais pas passer trois heures dans l'eau. Sauf depuis qu'il la connaissait. Un bain avec elle, ce n’était pas pareil.

    - J'en...j'en sais rien. Je n'y ai pas trop réfléchis.

    Il n'arrivait plus a réfléchir tout court, la. Il resta debout, au milieu de la pièce, fixant l'eau d'un air perdu. Et quand il se leva, il était droit, encore, en tout ou parti, et les yeux sur elle, elle pu discerné une fascination un brin différent, et qu'elle n'avait pas encore perçut chez lui. Le vrai désir était dans sa pupille, brûlante.

    - Je...excuse moi mais...je crois ne pas te l'avoir déjà dis...

    Ca sortait un peu de nulle part, mais aprés tout ce qu'il s'etait juré de faire plus tot, de montrer des efforts, pour la combler, ca devait commencer dés a présent. Et la situation s'y prettait.

    - Mais tu as des...belles fesses...hum...voila.

    Rouge de honte de s'exprimer de la sorte, il s'avança vers l'eau, comme pour couper court a la conversation.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Lun 27 Mar - 1:11
    Totalement inconsciente des étoiles vertes qui suivaient son déhanché mais particulièrement heureuse du baiser qu'il avait posé sur sa joue, Rowena s'étira de toute sa hauteur en passant dans la salle de bain bien trop grande. Finalement, la journée n'était peut-être pas si horrible que ça. Elle était rincée. Les écarts émotionnels lui avaient retiré toute patience pour la moindre complication et elle n'aspirait qu'à une fin d'après midi paisible, sans trop avoir à réfléchir. Un bain il avait proposé. Un bain ça serait. Elle était loin de s'en plaindre.

    Habituée à son ouïe fine, elle avait continué à parlé normalement, même dans la pièce d'à côté... Mais il n'y eu pas de réponse. Sans doute réfléchissait-il ? A moins qu'il ne soit en train de se rhabiller pour faire le chemin entre le lit et la salle de bain ? ... C'est vrai qu'elle-même n'avait pas eu cette délicatesse là. Elle ne s'était pas sentie obligé de l'avoir pour lui... Et ça lui faisait du bien.

    - Shan ?

    Il apparut aussitôt dans l'encadrement de la porte, l'air... troublé ? Assise sur le bord de la baignoire, une main dans l'eau et l'autre sur les runes qui contrôlaient la température de la cuve, la sirène l'observa avec une certaine surprise. Il était vraiment ailleurs s'il ne l'avait pas entendu. ... ça ne lui ressemblait pas.

    - Tes cheveux. D'habitude tu les coupes à quelle longueur ?

    Réponse distraite yeux sur elle. Il lui semblait... différent. Elle fronça les sourcils, ce qui sembla vaguement l'éveiller. Nu comme un ver, il l'observait... intensément. Un frisson hérissa les épaules de la sirènes qui fini par se retourner pleinement. Elle ne posa pas de question, l'expression sur son visage en était une assez éloquente à laquelle l'elfe fut visiblement sensible puisqu'il entrepris rapidement d'y répondre.

    ...

    Et quelle réponse.

    Le temps qu'elle intègre les mots qu'il venait de prononcer, il était déjà passé près d'elle et entrait dans l'eau.

    Il... Il avait bien dit qu'elle avait de belles fesses ?

    Il l'avait dit... Donc il l'avait pensé... Donc il les avait regardées...

    *floc* fit l'eau sur le bord de la baignoire lorsqu'il s'assit au fond du bassin. Elle se tourna vers lui, comme une chouette, puis lui tourna de nouveau le dos dans la foulée pour ne pas risquer de l'effaroucher encore plus qu'il ne l'était déjà. C'était euh... Elle était un peu coupée en deux. Moitié dans l'incompréhension la plus totale par rapport à la scène qui s'était joué un peu plus tôt et l'incapacité chronique dans laquelle il était de poser les yeux sur elle, moitié... très heureuse.

    " Ton regard est trop intense pour mon coeur. "
    ... Ses mots prenaient un autre sens. ... Il avait vraiment du mal à la regarder quand elle le regardait ?

    Eské... ?!

    Stop. D'abord répondre. Avec des mots. Dans l'ordre de préférence.

    - Merci, mon amour. " roucoula-t-elle, toujours de dos, comme si le compliment qu'il venait de lui faire était le plus anodin du monde.

    Retirant la main de l'eau - objectivement à une température acceptable - dans un clapotis discret, elle se releva pour aller changer son carnet de place et trouver un autre savon, faisant quelques pas de plus dans la pièce pour accomplir une œuvre totalement indispensable avant d'aller récupérer le drap de bain perdu quelque part dans le lit pour le ramener à sa juste place juste en face de la baignoire. Puis, une fois la porte fermée et ses cheveux brossés, elle revint vers la cive d'eau chaude, pour y glisser une jambe puis l'autre dans le champ de vision de son compagnon sans se coller à lui pour autant. Elle s'assit plutôt déjà à courte distance, s'immergeant le corps et se mouillant jusqu'au cou.

    - Si tu veux toujours qu'on s'occupe de tes cheveux, il faudrait commencer par les démêler et les coiffer. Je peux m'en occuper si tu veux.

    Elle rayonnait d'une joie simple... Le fait d'avoir de belles fesses ne l'avait jamais rendue aussi heureuse.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Lun 27 Mar - 9:49
    Elle l'avait regardé étrangement et il etait devenu un peu plus pale. Ce qui lui donnait une expression étrange quand on additionnait sa couleur avec le rouge qui etait apparut lors de sa remarque. Il se depecha d'aller dans l'eau alors qu'elle se tournait dos a lui. Ca n'avait pas l'air de lui avoir plu. Pire, voilà qu'elle ne cherchait meme plus a le regarder. C'etait de pire en pire.

    Il songea a s'excuser, mais voilà qu'elle le regardait cette fois, il le repéra du coin de l'oeil. Il ne savait plus sur quel pied danser. Elle fit le tour, s'occupa encore de la température, l'observa avec de grands yeux, puis se mit a nouveau dos a lui. C'etait un piege, il le sentait. Il la regarda quand meme, bien malgré lui, un peu hypnotisé.

    Et voilà qu'elle repartait encore, bouger son carnet, les muscles de ses cuisses se developpant dans une danse presque animale qu'il suivait précisément. Ca avait toujours été aussi beau, le déplacement des muscles sous la peau ? Avec sa vue aiguisé, il pouvait quasiment voir le roulement précis de celle qui avait été entrainé comme une guerriere toute sa vie.

    Il sursauta quand elle le regarda, souriante. Mon amour. Encore ce terme qui lui brula la poitrine de désirs et d'affection. Il etait bien incapable de l'appeler comme ça. Dans sa bouche, ca sonnait tellement fort. Tous le poids de ce qu'elle avait pu lui dire avant résonnait avec de l'impact dans ces mots. A chaque fois qu'elle le disait, il avait l'impression qu'elle le tirait un peu plus dans les profondeurs de son affection pour elle.

    Elle disparut encore, avant qu'il n'ai pu lui répondre quoi que ce soit, parti faire il ne savait quoi dans la chambre. Son sourire avait prit le pas sur ses formes sur sa rétine, et il se surpris a sourire légérement aussi. Il remarqua sa nudité, sans etre particulièrement choqué. Il etait dans l'eau, c'etait normal. Il réalisa cependant e qu'il avait fait avant, pour faire le chemin du lit jusqu'ici. Il songea qu'elle etait particulierement dangereuse, pour parvenir a ce qu'il fasse des choses sans vraiment s'en rendre compte. Elle avait un poids sur son esprit. Ils pouvaient dire ce qu'ils voulaient, la réalité, c'etait qu'il lui appartenait totalement.

    Elle revint souriant toujours, et lui redevint de marbre, en baissant les yeux alors qu'elle se dirigeait enfin vers l'eau pour le rejoindre. Elle rentra a l'autre bout du bassin, au niveau de ses pieds, qu'il écarta légérement. Elle n'avait pas du le faire pour rien, et il lui laissa l'espace dont elle avait besoin. De façon pas si évidente, dans la mesure ou en etant a deux a l'intérieur, l'espace etait quand meme prévue pour que le contact physique soit un peu obligatoire. L'endroit etait luxueux, mais clairement prévu pour faciliter la proximité comme pouvait le faire une maison de passe.

    - Oh euh...oui, je veux bien. C'est plus facile depuis l’arrière pour s'en occuper.

    Il se rendit compte qu'il l'avait encore fixé un peu intensément, et détourna encore le visage. Il en profita meme, pour eviter qu'elle ne bouge, pour se tourner tout court. Elle etait a la base vers ses pieds, et il modifia sa position pour inverser et avoir son dos proche d'elle. Toute sa peau etait affreusement parfaite, pas une blessure, pas une rougeur autre que celle provoqué par la chaleur de l'eau. Il n'avait rien de la rudesse de la peau de la plupart des guerriers.

    - J'ai...au fil des ans, parfois coupés très courts. Je les ai rasé entièrement une fois....c’était une longue histoire. Et ancienne.

    Mais il s'en rappelait parfaitement, comme de la plupart de ses aventures. Qu'il ne considérait pas comme telle. C'etait simplement du travail. Si il etait satisfait de ce qu'il avait fait a la fin, ca lui suffisait. L'argent, les contacts, tout ça ne l'interessait pas. Il avait tout ce dont il avait besoin, et encore plus maintenant qu'elle etait la.

    - Si tu veux...tu peux choisir. Je te fais confiance.

    Dans sa bouche, ca avait de l'impact. Il ne disait ça a personne d'autre, jamais. Mais pas sur qu'elle s'en rende vraiment compte. Il pouvait peut etre parvenir a mieux s'exprimer, plus tard, a plus lui faire comprendre a quel point elle etait importante, si ce n'etait pas le cas. Ca commençait par les mots.

    - Merci mon...ma...

    C'etait difficile, plus qu'il ne l'aurait cru. Dans sa bouche a elle ça, sonnait juste, et facile. Il avait du mal, de son coté, a dire ça. Il avait l'impression de prendre une place qu'il ne méritait pas.

    - ...Rowena.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Lun 27 Mar - 17:16
    Alors qu'il se tournait pour lui laisser un accès total à son dos, vulnérable comme le moins aguerri des nobliau de palais qui s'entouraient d'ordinaire de personnes comme Shan pour tenter de survivre, elle s'était perdu à admirer les traits de son corps comme elle le faisait de façon plus ou moins discrète depuis bien des semaines déjà lorsqu'il s'entrainait. L'avantage c'est que lorsque son cœur accéléra au contact de l'eau, sa forme naturelle frétillant sous sa peau, elle avait déjà une cible sur laquelle posée son attention pour ne pas déraper et faire redescendre doucement la tension. Heureusement, il ne la touchait pas, sinon les choses auraient été bien différentes.

    Les lignes rosées s'effaçant de chaque côté de son cou, elle pouvait l'écouter, paisible... Ou presque parce qu'il l'avait quand même complimenté d'une façon nouvelle et ça, elle n'allait pas l'oublier tout de suite.

    - Ah non, pas rasé. " refusa-t-elle catégoriquement en fronçant le nez.

    Il avait les cheveux trop doux pour qu'elle utilise une telle infamie... Et elle savait à quel point c'était long de les avoir de nouveau d'une longueur acceptable, voilà des mois qu'elle prenait soin de sa propre tignasse comme elle le pouvait. Elle se redressa et se mis finalement à genoux, des remous diverses créant des gouffres entre son corps et celui de son compagnon avant que la surface ne revienne à peu près à la normale. Puis, passant les mains dans l'eau, elle les leva jusqu'à la nuque de Shan. Étant donné la façon dont il s'était installé au départ, ses cheveux étaient noir ébène jusqu'à la nuque, gorgés d'eau pour formé des rivières d'encres sur ses muscles dorsaux. Elle les rassembla doucement, faisant coulisser les quelques mèches perdues sur ses épaules et sur l'avant de son corps pour les rassembler dans sa poigne souple, comme si elle s'apprêtait à lui faire un catogan.

    - Il faudra quand même que tu me racontes comment tu en es arrivé là...

    Doucement, une vague d'eau chaude remonta le long du torse de Shan, agrippant vaillamment aux falaises de son corps jusqu'à attendre ses épaules en un léger bruit d'eau continu, à peine audible. De là, l'eau glissait le long de son dos en une cascade régulière. La magie de la femme dans son dos étaient seule responsable bien sûr. A se tenir droit ainsi, il finirait immanquablement par avoir froid.

    Avec application, elle caressait et mouillait les longueurs, passant et repassant sa main dessus sans jamais les tirer ou y plonger vraiment les doigts. A vrai dire, l'eau faisait tout le travail. Chaque peuple avait ses astuces de beauté et les sirènes ne faisaient pas exceptions. Chaque nœud, chaque irrégularité était défaite et lissée doucement par le flots que la magicienne imposait à la cape translucide qui recouvrait les épaules de l'elfe. Elle serra les lèvres pour ne pas rire lorsqu'il laissa gravement tombé son prénom après une tentative charmante de lui donner ce qui aurait sûrement été un petit nom.

    - Je t'en prie... Mais j'aurais bien aimé savoir, je suis ta quoi ?

    Les doigts de la sirène remontèrent petit à petit le long du crâne de Shan, sans qu'une autre sensation que celle de l'eau qui court ne vienne lui hérisser le cuir chevelu. Et lorsqu'enfin elle passa ses doigts en peigne, du haut de sa tête au creux de son dos, la crinière sombre n'opposa pas la moindre résistance. Séparée en trois, Rowena la tressa en une queue lâche. Puis elle s'arrêta pour observer son œuvre, réfléchissant à la façon de procéder... Elle n'était pas coiffeuse aussi avait-elle pas mal de doutes.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Lun 27 Mar - 18:16
    Il baissa les yeux, s'étant douté qu'elle n'allait pas apprécier l'idée. Elle semblait ne meme pas vouloir avoir envie qu'il se les coupes tout court. Mais il avait l'impression que ses cheveux etaient parfois plus une gene qu'autre chose. Il avait d'ailleurs un peu songé a les couper en se disant qu'elle aimerait peut etre. Visiblement c'etait l'inverse.

    - Je ne pensais pas que tu appreciais le fait que j'ai les cheveux aussi long. A vrai dire je n'ai jamais réfléchis au fait que ca puisse plaire a quelqu'un ou non.

    C’était une mesure de inconvénient. C’était un peu une galere a se couper les cheveux sois même tout en faisant en sorte que ce soit propre. Et il n'allait pas lui avouer, mais il n’était même pas sur que quelqu'un les lui ai déjà coupé.

    - Si tu ne sais pas, tu peux juste les raccourcir de moitié. Que j'ai assez pour les attachés. La période entre les cheveux courts et assez longs pour attacher est la plus ennuyante. Alors sois plus court, sois moins. Enfin, si tu vois ce que je veux dire ?

    Il avait bredouillé plusieurs fois, comme si quelque chose restait encré dans son esprit. Il devait faire attention. A ne pas etre trop pris par surprise. Ne pas lui donner l'impression soudaine qu'il etait une sorte de...détraqué ? Mais le compliment semblait lui avoir fait plaisir.

    - Tu veux vraiment que je te raconte cette histoire ? J'ai l'impression de t'ennuyer avec toute mes vieilles anecdotes, composés de gens qui sont tous morts pour la plupart.

    Elles étaient souvent disséminés dans les décades, et il n'etait parfois plus réellement sur de quand c’était. Il situait globalement. Un siècle, deux siècles, sans parvenir a lui donner des dates précises. Fut une époque ou il n'avait même pas de calendrier clairement en tete. Une époque ou il avait été encore moins lettré qu'aujourd'hui.

    Il se pencha un peu pour faciliter l'eau chaude sur ses épaules, la magie aller et venir, et se surpris a frémir sous les mouvements de ses doigts manipulant l'une des parties les plus sensibles du corps humain.

    - H...hein ?

    Mince, il aurait du s'en douter, qu'elle allait vouloir savoir. Il ne pouvait pas lui dire clairement « mon amour ». Il avait essayé et ça avait été dur, sur le moment. Alors le sortir, alors que c’était elle qui demandait, ça allait être de l'ordre de l'impossible.

    - Non rien...je...je pensais simplement que...

    Qu'elle stratégie adopter alors ? Pas de meilleure idée que de détourner son attention en utilisant d'autres questions et remarques, qui etait en plus, a sa grande surprise, assez facile a sortir en observant le vide devant lui.

    - Que je t'aimais très fort. Et puis hum...

    Retourner la situation, en donnant l'idée sans etre obligé de le dire. Oui, cette idée ne pouvait pas etre idiote.

    - Que je trouvais ça...un peu...étrange, quand tu m'appelais « mon amour ». J...j'aime bien je crois...mais j'ai du mal a croire que je mérite vraiment cet...honneur.

    Erf, il aurait mieux valu ne rien dire plutot que de s'embourber la dedans.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Lun 27 Mar - 19:07
    Elle voyait tout à fait ce qu'il voulait dire pour la longueur et elle n'était en effet, pas assez doué pour se risquer à lui faire une coupe vraiment courte. Elle aurait fini en effet par tout rasé pour limiter la catastrophe. Alors non. Elle avait désormais une idée plutôt bonne de la façon dont elle procèderait.

    - J'aime entendre tes histoires. Tu raconte bien, c'est vivants et... Je ne suis pas forcément très impartial, j'avoue. J'aime ta voix. "
    avait-elle ajouter

    Un petit plaisir, comme celui de l’embarrasser un peu. Une fois qu'elle eut noué ses cheveux avec un ruban à la base de son cou et un autre au bout de la tresse, elle prit tout le temps du monde pour passer ses bras autour des épaules de son compagnon. Ses paumes passèrent de ses cheveux à ses épaules, de ses épaules à sa clavicule, descendant se croiser sur ses pectoraux. Collée tout contre son dos, l'eau courant sur leurs deux peaux sans réelle discontinuité, elle le surplombait assez pour pouvoir venir lui voler un baiser. Un immense sourire aux lèvres, elle vint l'embrasser dans le cou et sur la joue.

    - Tu n'es pas sûr d'aimer quand je t'appelle comme ça ? "
    minauda-t-elle en un murmure. " Je vois plein de raison pour lesquelles tu me mériterais pourtant

    Sa main détrempée remontait en petites caresses vers son col et sa joue, le tenant moins étroitement contre elle mais s'appuyant aussi un peu plus sur lui.

    - Déjà tu raconte très bien les histoire. Puis il y aurait aussi ta loyauté, ta gentillesse. Ta capacité à supporter mes coups de gueule. Tu es loin d'être désagréable à regarder et tu commences à te promener nu dans notre chambre. Tu t'améliore beaucoup en compliments...

    Tout en égrainant son chapelet de compliment, elle avait piqué baiser après baiser sur ton profile, sa tempe, sa mâchoire, le coin de ses lèvres, les lèvres toujours retroussées en un sourire de chat heureux ayant trouvé la plus douce et la plus précieuses de toutes les pelotes de laine. Elle s'était finalement nichée de nouveau le long de son oreille, mise à jour par ses cheveux soigneusement coiffés en arrière.

    - Oh... Et tu fais aussi très très bien la... cuisine.

    Le trémolo dans la voix de la jeune femme quand elle souffla le dernier mot était d'une chaleur toute démoniaque... Alors qu'en effet, il n'y avait là aucun double sens. Le ton seul suggérait tout autre chose et c'était bien là ce qui l'amusait. Elle poussa même encore un peu le jeu et mordilla l'extrême pointe de son oreille, maintenant qu'elle avait trouvé ce point sensible, il risquait de souffrir bien plus souvent...

    - Alors avec tout ça, tu ne veux vraiment pas accepter cet honneur, mon amour ?

    Une main descendit de nouveau le long de ses cheveux tressés, s'y accrochant juste assez pour l'invité à basculer un peu la tête en arrière pour qu'elle puisse lui poser un baiser sur le nez.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Lun 27 Mar - 21:39
    Il ne s'attendait pas a ce qu'elle repasse a l'attaque de la sorte. Mais pourtant, étrangement, dans cette position c’était...plus simple. Il la sentait. Son odeur, sa présence, les bruits infimes qu'elle faisait. Sa peau qui se détendait au rythme de ses mouvements, la pliure de ses genoux quand elle se redressa. Il pouvait choisir d’occulter, mais elle était tellement intense que tout lui revenait avec clarté.

    - Ça fait beaucoup de compliment d'un coup.

    Quand elle apparut dans le coin de son œil, il sentit son cœur stopper net un instant. Elle etait belle, et en même temps, le fond de l'émotion qu'il avait connu au lit, plus tot, refit surface. Par reflexe, il détourna très légèrement le visage. Il n'avait eu aucune vraie réaction avait, malgré la poitrine brûlante collée contre ses omoplates.

    - Quand au fait d’être nu...ce n’était pas...

    Volontaire. Parce qu'il avait fallut qu'elle lui en parle, juste la, pour qu'il le réalise. Il secoua la tête. Et se laissa très légèrement en arrière, s'appuyant contre elle. Il avait presque envie d'appuyer sa nuque sur son épaule, mais elle n'aurait pas pu continuer a travailler les cheveux. Et si il la voyait encore...

    - Je...hum...

    Il tressaillit une énième fois...et lâcha...un gémissement ? Les baiser semblait avoir eu un petit effet...voir meme un moyen. Surtout sur l'oreille, le gemissement provenait de la. Un peu plaintif, et suppliant. Il baissa le nez, serrant un peu plus les jambes. Le martyrisant de bisous semblait etre une technique très intimidante pour son esprit, et capable meme de le mettre clairement a mal.

    - Bon euh...hum...l'histoire...

    Il essaya de se remettre les idées en place. Oui, songer a la fameuse histoire pouvait etre le meilleur moyen de passer a autre chose. Il ferma les yeux, la laissant continuer euh...ce qu'elle voulait continuer, pas forcément rassuré par la tournure des événements. Elle semblait a nouveau taquine, comme au lit juste avant. Il était content de ça, et en même temps, un peu anxieux.

    - C’était il y a...longtemps. Je ne saurais dire combien de temps exactement, mais ce qui est sur, c'est que j’étais très jeune. C’était l'une de mes premières missions, l'un de mes premiers contrats. J'avais a cœur de bien faire et je n’étais pas...pas hyper rassuré.

    Si il était comme ça a trois cent cinquante ans, a cinquante ca devait etre quelque chose. Plus d'années que ce qu'elle avait actuellement vécue, et pourtant, l’expérience et l'allure d'un enfant. Il avait du être mignon, en ce temps la.

    - Une adolescente s'etait faite kidnappé. Je me suis fait alpagué par une mercenaire. Une grande blonde qui arrêtait pas de me faire des clins d’œil pour tout et pour rien. Je m'en souviens parfaitement. A chaque fois elle parlait, faisait une blague, clin d’œil. C’était terrible.

    Mais il avait gardé bon souvenir de cette brève rencontre. Ça ne datait pas d'hier. Mais c'etait l'une des premieres fois ou il avait sentit la souffrance dans le cœur des gens, émotion s'écoulant sur lui, comme une cascade. Sa tristesse a elle, et sa...

    - Il a fallu infiltrer une culte. Ils avaient tous le crane rasé, alors elle m'a un peu forcé a le faire pour m'infiltrer. Elle a eu raison, ca a marché.

    Sans y pensé, il s'etait réellement un peu appuyée sur elle, en gardant le menton baissé pour qu'elle ai un bon axé sur ses cheveux.

    - Enfin, comme j'ai dis...l'histoire n'est pas très interessante.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Lun 27 Mar - 22:36
    Pour réponse à son manège, il s'appuya un peu plus contre elle et le gémissement qui lui échappa... Magique. Mais elle le sentait aussi se raidir, se trémousser légèrement. Encore une fois. Se tendre comme plus tôt, aussi, alors qu'il cherchait ses mots et déjà très contente d'avoir déclencher chez lui ces rares réactions, la coiffeuse en herbe s’apaisa peu à peu en revenant lui enlacer les épaule et le haut du torse, ses baisers taquins ralentissant pour finalement disparaitre alors qu'elle s'affalait contre lui aussi surement qu'une vague roule pour s'échouer sur la grève, écoutant l'histoire qu'on lui avait promise.

    Pas hyper rassuré... Étrangement, la liberté de langage qu'il venait de prendre - chose qu'il prenait rarement d'ailleurs elle avait une mauvaise influence sur lui... D'ici quelques années il jurerait peut-être de temps à autres - collait particulièrement bien avec le présent. Le pauvre, mis à mal par tant de clins d’œil. ça avait du être terrible. Elle était certaine que quelques semaines plus tôt, elle aurait pu le désarçonner avec quelques clins d’œil... A voir si c'était encore possible peut-être.

    - ... Attend... Toi... En gamin cultiste au crane rasé...

    Bizarrement, un mix entre les traits de Shan et ceux de Cirdan, la boule à zéro venait d'apparaitre dans l'esprit de la sirène qui eu quelques instants d'absence... Puis elle coula le long de son dos pour s'agenouiller à nouveau. Elle s'empara de la tresse gorgée d'eau. Il ne sentit qu'un léger changement dans le courant qui descendait le long de sa colonne vertébrale. Un bref hiatus. La tête de l'elfe se fit un peu plus légère.

    Rowena enroula consciencieusement la tresse, désormais parfaitement sèche, avant de la déposer un peu plus loin sur le bord. Les cheveux de Shan étaient coupés net aux épaules. Elle retira le ruban et ils s'étendirent en nappe qu'elle fini d'égaliser avec la plus grande attention, sans un mot, ni un geste déplacé. Au final, lorsqu'ils seraient secs, ils remonteraient un peu au-dessus des épaules du jeune homme. Encore suffisamment longs pour être attachés sur sa nuque ou dégager son visage en une demie queue, mais guère plus.

    - Ferme les yeux. " ordonna-t-elle doucement, sans la moindre trace de taquinerie. Elle redemanda au besoin, argumentant qu'elle avait encore quelques détails à fignoler... Et il la senti se lever pour faire le tour de lui et s'agenouiller juste devant.

    - Je vérifie juste que c'est égale devant et je te montre. Promis, je ne ferai rien de louche.

    Et elle tint sa promesses. Ses mains restèrent exclusivement autour du visage du jeune homme, l'aidant à mettre la tête parfaitement droite, passant dans ses mèches noires, en faisant tomber quelques unes de plus pour le mettre un peu en valeur, sans trop tenter le diable non plus. Ce n'était pas l'art le plus délicat qu'elle ait vu dans la haut société républicaine, mais au finale, ce n'était pas si horrible non plus... Elle était même assez fière de s'en être tirée à ce point... Ou seulement heureuse que finalement...

    - En fait les cheveux plus courts ça te va bien aussi.

    ... Avec un visage aussi symétrique et doux que le sien, pouvait-il vraiment y avoir des coupes qui ne lui iraient pas du tout ? Voilà une autre question qui lui effleura l'esprit alors qu'elle s'attardait sur sa pommette, profitant honteusement qu'il ait les yeux clos pour le regarder de tout son saoul... N'y résistant pas, elle s'avança pour poser un seul baiser chaste sur ses lèvres avant de s'écarter pour se relever de nouveau et se glisser derrière lui. Une main trempé se posa sur son épaule et les cheveux chassés par l'eau avaient été également gardés dans un coin pour ne pas polluer leur baignoire, leur permettant de continuer de profiter d'un bain limpide.

    Elle se colla de nouveau contre son dos et posa le menton sur son épaule, une main passant sous le bras de son compagnon pour enlacer son torse. L'autre se tendit en avant pour décrire quelque geste circulaires. Une surface d'eau plane s'éleva à hauteur de leur visage en un ovale formant un miroir parfait dans lequel se reflétait le visage du jeune homme et celui de sa compagne appuyée contre lui.

    - Tu peux ouvrir les yeux.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Lun 27 Mar - 23:39
    Il hocha plus des yeux que de la tete pour acquiescer.

    - Ce n’était sans doute pas mon meilleur déguisement, mais ils étaient trop content d'avoir un enfant supplémentaire sur qui mettre le grappin. Au final j'ai réussis a sauver la plupart des enfants, mais elle...hum....

    La femme n’était pas faite pour ce boulot. Elle avait cru que les enfants ne pouvaient pas lui causer du tord, avait baissé sa garde. Il avait tué des enfants ce jour la, et c’était une des rares fois ou c'etait arrivé. Il arrivait généralement a faire autrement. Parfois. Il n'avait pas toujours eu le choix. Les petits fanatiques, jeunes ou non, armés de couteaux étaient tout aussi mortels.

    - Hum ? Oh, désolé, je me suis un peu perdu. Tu as déjà terminée ?

    Il obéit et elle pu sentir ses paupières se fermer. Ce n’était pas vraiment un effort pour lui, et il s’exécuta de bonne grâce. Il était même content de l'avoir fait quand elle le contourna, et se retrouva face a lui.

    - Que ca m'aille ou pas...je n'y ai jamais vraiment réfléchit...

    Il lui faisait parfaitement confiance de toute manière. Il l'avait montré plusieurs fois, en baissant sa garde devant elle. Elle aurait pu le tripoter a volonté plusieurs fois déjà, mais elle ne l'avait jamais trop fait. Il se souvint de sa larmes. Elle tenait a lui et ne voulait pas le brusquer, il le savait parfaitement.

    - Je te fais parfaitement confiance mo...m....Rowena.

    Fichtre, encore raté. Bon, tant pis. Il la sentit s'affairer, sur les cotés, puis devant puis de nouveau derriere. La sensation de sa poitrine devenait au fur et a mesure plus familière. Agréable. Apaisant. Il aiment sa présence...Et son contact...mais que dans son dos..bizarre.

    - ...Je regarde alors.

    Il ouvrit, et fut surpris de la voir. Pendant un bon moment, il avait les yeux sur elle, sur son visage, sur son sourire, sur sa beauté, et il sentit ses oreilles bouger légèrement, rougit encore une fois. Comment faire pour ne plus etre aussi touché par son existence....Elle était un véritable mystère vivant a ses yeux.

    - Tu es sublime.

    Oh, oui, ses cheveux, c’était ça qu'il était senser regarder. Il détourna les yeux de son jolie visage, pour les poser sur sa chevelure beaucoup plus court. Il tourna légèrement la tete pour voir de coté, offrant pour résultat sa joue se coller contre celle de son amie.

    - Tu as de plus en plus de talents qui se découvrent a moi a longueur de journée.

    Il avait accepté le baisé, les yeux fermés, et il avait envie de lui en offrir un a son tour. Mais ce regard, sur lui. Il trembla, une éniéme fois, et la seule chose qu'il parvint a faire, ce fut de lever la main et de lui caresser l'autre jour.

    - Merci, je t'aime.

    Il resta appuyé contre elle, réfléchissant a quoi faire de plus, et bredouilla.

    - Maintenant hum...tu veux que moi, je fasse quelque chose pour toi ?
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 28 Mar - 0:05
    - C'est toi que tu es sensé regardé. " rit-elle... Mais le rose sur sa joue avouait pour elle qu'il l'avait touchée.

    Un petit temps de silence, joue contre joue. Le miroir dégoulina à nouveau dans la baignoire effaçant les yeux asymétriques du champ de vision du jeune elfe qui lui offrit une fois de plus une de ses folles déclarations à la fois si simple et si évidente. Cette petite phrase que la jeune femme n'arrivait pas si facilement à prononcer telle qu'elle était.

    - C'est vrai que je ne suis pas mécontente... Je ne m'attendais pas à ce que ça se passe aussi bien.

    Et les doigts de la sirène passèrent et repassèrent dans la courte crinière brune de son compagnon, pour le simple plaisir de s'y perdre maintenant qu'elle était plus légère... et de caresser encore un peu sa tête.

    - Quelque chose ? Comme quoi ? Me raser la tête ?

    S'éloignant de son dos dans un gloussement, elle se laissa aller contre le borde de la baignoire avec un soupire de plaisir. Ses jambes se déplièrent et, appuyées contre la hanche de Shan, suivirent les siennes sous l'eau translucide. Enfoncée jusqu'au cou dans l'onde, elle pouvait se détendre maintenant que son devoir était accompli et qu'elle avait réussit à ne pas se foiré. Elle ferma les paupières, la tête calée sur le rebord.

    - Oh tu pourrais me masser le dos tout à l'heure. Ce sera plus pratique au sec, mais ça me ferait vraiment plaisir. " à l'aveugle ses doigts avaient caresser le dos du jeune homme, peut-être son flanc. " ... Tu sais pendant que tu dormais je repensais au monastère... Tu étais très convainquant. Je ne t'aurais jamais cru capable de jouer aussi bien un rôle. C'était impressionnant.
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum