DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Alasker

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Nuages blancs - Page 4 InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    La justice frappe les injustes
    Derniers sujets
    [Groupe 2] Le Cœur de MelornAujourd'hui à 0:11Kilaea Sliabh
    Étincelles Couragéennes | OrifaHier à 22:38Arès Wessex
    [PA] Le Chant des RoncesHier à 18:22Rêve
    Une Mort Silencieuse - PAHier à 18:16Arès Wessex
    Un regard de capitaine sur l'avenir... Hier à 17:09Altarus Aearon
    [Groupe 1] Le Cœur de MelornHier à 16:43Valmyria
    Validation de StadzankHier à 16:19PNJ
    Aller en bas
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Lun 20 Mar - 22:44
    Il avait fait l'effort de venir poser ses fesses sur une chaise auprès d'elle, alors même s'il ne mangeait pas, elle, elle n'y tenait plus. Dès la première bouchée tout son corps la remercia. Bon sang ce que ça faisait du bien de manger chaud ! Et c'était vraiment bon en plus ! Et pas seulement parce qu'elle avait faim. Bon, le poisson recuit n'était pas des plus fins, Shan avait raison, mais les légumes et les quelques herbes allaient bien avec... Attend, elle en était si heureuse qu'elle failli bien passé à côté d'un détail.

    - Une seconde une seconde. " elle agitait la fourchette en l'air, une main devant la bouche le temps de finir correctement de mastiquer. Un petit temps. Elle parvint à déglutir. " Trois tenues en trois siècles ?!

    Elle attendit patiemment qu'il s'explique tout en continuant à manger avec entrain. L'assiette disparue particulièrement vite et elle reposa sa fourchette avec une sensation de bien être certaine. Elle s'était un peu brulé la langue mais rien qui ne disparaitrait en quelques minutes.

    - Hmmm... Merci. C'était vraiment bon. J'avais faim... Cieux que ça fait du bien.

    Enfin, elle put se renfoncer sur le dossier de la chaise en vérifiant que son drap était toujours bien enroulé autour de sa poitrine.

    - Pour en revenir à tes vêtements. Si c'est le prix qui te gênes dans le sur-mesure, on dit qu'à Melorn, tout se troc, ça pourrait être l'occasion de te trouver quelques pièces vraiment à ta taille contre quelques services. En plus la population est majoritairement elfique. Je suis sûre que leurs coupes te mettront particulièrement en valeur. Tu pourrais même prendre quelques idées pour une tenue de combat plus spécialisé si tu en a envie.

    Elle avait bien remarqué que de son côté, il n'avait pas vraiment fait honneur au plat et son regard se posa un plus plus longtemps sur l’assiette de son compagnon. C'était sûr, quelque chose n'allait pas... Et maintenant qu'elle avait le ventre plein, elle pouvait réfléchir sans avoir envie de planter ses crocs dans le premier truc comestible à portée.

    Elle se leva en le regardant lui, fit le tour de la table et tira un peu sa chaise et s'installa en travers de ses genoux. L'une de ses jambes était dénudée jusqu'en haut de la cuisse par l'échancrure du drap. Elle ne soutint son regard qu'un instant avant de passer ses bras autour de ses épaules pour venir se blottir contre lui, la tête dans son cou.

    - Dit moi ce qui te reste en travers de la gorge...
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Lun 20 Mar - 23:59
    - Content que ca t'ai plu.

    Et ce n’était pas juste dis comme ça, il en était vraiment satisfait. De toute ses compétences, ses talents culinaires faisaient parti de ce dont il était le plus content. La vie en extérieur était devenue plus du plaisir que de la survie, a présent. Elle avait vraiment dévorée son assiette, et il hésita avant de lui désigner le plat.

    - Si tu en veux encore vas y.

    Il n'avait aucun savoir sur la façon dont Melorn fonctionnait, il savait juste que c’était un endroit extrêmement hétéroclite, ou plus que partout ailleurs, la diversité était reine. Au Reike, on croisait de tout, en moyenne quantité. A Melorn, on dirait qu'en dehors des elfes, toute les races étaient présentés a part quasiment égales.

    - Je suppose qu'on verra bien quand on y sera. Je n'y ai jamais réfléchis.

    L'idée d'aller a Melorn s'imposa dans son esprit. Il allait vraiment fouler la terre de sa mere. Ca le fit légèrement palir mais il garda contenance. Jusque la, il n'y avait pas vraiment réfléchit, ne s'en rendait pas véritablement compte. Mais ca allait être la première fois qu'il découvrait une nouvelle contrée depuis deux siècles au moins.

    - Je compte sur toi pour me donner des conseils alors.

    Et finalement, elle se leva, toujours avec ce même regard. Définitivement c’était de pire en pire, voilà qu'il jouait les dépressifs sur une histoire ou ils avaient déjà posés des mots. Il n'eut pas le temps de réellement rassembler ses idées qu'une seconde plus tard, elle était assise sur lui, les bras autour de son cou, la tête contre son torse. Ahem. Ça allait devenir encore plus difficile de réfléchir.

    - Je m'en veut pour tout a l'heure, c'est tout. Et j'avoue que si tu es réellement passée a autre chose, je ne sais pas comment tu fais.

    Elle avait peut être tout simplement beaucoup plus d’expérience en la matière. Ou bien c’était dans son caractère de ne pas être rancunière. Et peut être que lui, c’était le cas. Rancunier envers lui même. Oui, c’était plus que probable.

    - Je hum...je vais m'améliorer. Je te le promet. Je vais essayer d’être plus naturel et de...hum...faire plus attention a ce que je dis, pour ne pas te blesser. Je...je ne supporte pas de te voir triste. Vraiment c'est...Difficile pour moi.

    Ça sonnait un peu ridicule, mais c’était bien pire de la voir triste et touchée que de l'entendre lui crier dessus. Ça il pouvait gérer. L'idée même qu'elle s'éloigne de lui était presque insupportable. Il soupira, et posa timidement une main dans son dos, sur la serviette, l'eau toujours pendante le long de son flanc. Il n'avait aucune ouverture pour la poser après tout.

    - A...aprés tout on aura l'occasion de passer beaucoup d'années ensemble, alors si je pouvais éviter de te rendre triste ou furax a chaque fois que j'ouvre la bouche, ca pourrait etre...bénéfique. Tu ne crois pas ?

    Difficile de dire si c'etait une pointe d'humour ou bien le fond de sa pensée. Probablement un peu des deux. Mais maintenant, sans rentrer dans les détails d'a quel point il s'en voulait lui même, elle savait globalement ce qui lui restait dans la gorge. Ca finirait par passer...sans doute.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 21 Mar - 0:42
    - J'ai simplement beaucoup plus d'expérience en terme de disputes et de malentendu, je pense. " sourit-elle sans se redresser.

    Quand on vivant dans une tribu aux mœurs guerrières, les affrontements étaient fréquents et leur résolutions bénéfique. Depuis qu'elle était républicaine, les affrontements avaient prit une toute autre orientation. Il n'y avait plus de résolutions simple. Seulement des mots et l'acte particulièrement difficile de pardonner et de se pardonner, même quand on se rendait compte de son imperfection. Même au bout de vingt ans c'était à chaque fois un boulot monstre pour prendre sur elle et vraiment tourner la page, mais ce n'était rien comparé aux premiers temps.

    Elle le laissa parler, vide son sac, aussi minuscule soit-il. De son point de vue à elle, ses craintes semblaient si futiles. Elles étaient pourtant véridiques.

    - Oui, ce serait bien... Mais la communication ça nous engage tous les deux. On ne peut pas se disputer tout seul.

    Cette fois elle redressa la tête pour lui faire face, admirant son visage plus que simplement l'observer pour s'assurer que ce qu'elle disait était bien comprit. Les choses viendraient avec le temps et elle espérait de plus en plus profondément en avoir assez pour pouvoir avoir encore ce genre de problèmes dans quelques années.

    - Essaie de ne pas penser à ma place et moi j'essaierai de te demander avant de prendre le mord aux dents. Je crois que tu réfléchi déjà bien assez à ce que tu peux dire ou non...

    Un sourire en coin. Shan n'était pas vraiment l'homme le plus spontané du monde... Jusqu'à ce qu'il passe un cap et là, il n'y avait quasiment plus que la spontanéité. Ou quelque chose comme ça. Il la surprenait encore souvent.

    - C'est avec toi que j'aime passer du temps. Pas une version hypothétique de toi dans quelques années quand tu seras plus si ou ça. Ne nous prenons pas trop la tête, tu veux bien ?

    Elle replaça une mèche noire derrière son oreille pointue et la suivie du bout des doigts.

    - On pourrait rester tranquillement ici cette après-midi. Je pourrais t'aider à te couper les cheveux si tu y tiens toujours, et juste rester au chaud. Peut-être que j'aurai même le droit à un baiser quand tu seras remis de tes émotions ? " ajouta la sirène, taquine.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 21 Mar - 21:53
    - Oui...je vais essayer.

    Il avait juste l'habitude d’être seul, et de faire tous les échanges, toute les conversations, mentalement. Ce qu'il disait, désormais, a une époque n'aurait jamais quitté ses lèvres. Il imaginait en anticipation tous ce que les gens pouvaient penser, pouvaient avoir a dire. Et c’était le cas pour elle aussi, même plus encore vu qu'il l'a comprenait. L'anticipation pouvait avoir du bon, en l’occurrence c’était plutôt du mauvais.

    - Moi aussi j'aime...j'aime passer du temps avec toi.

    Il n'avait même pas besoin de le dire pour qu'elle sache. Il avait suffisamment ouvert son cœur en sa présence pour qu'elle ai totalement connaissance de ce dont il avait envie. Il aurait voulu pouvoir en dire plus, et actuellement, il devait avouer que la voir en serviette lui plaisait. Il en avait presque honte et garda les yeux bien en l'air pour ne pas qu'ils déscendent plutot. Qu'elle idée de s'etre redressée, la serviette était bien nouée, mais tout de même...

    - Tu hum...tu ne vas pas avoir froid, si tu restes comme ça trop longtemps ?

    Il avait relancé la cheminée et il faisait très bon dans la chambre. Un âtre aussi puissant pour une pièce de cette taille, alors que normalement c’était prévu pour chauffer une maison entière, ca permettait vraiment de rendre le sommeil bien plus luxueux. Il se demanda si le tenancier avait beaucoup d'argent, ou si il avait eu la chance de récupérer l'affaire. Enfin, il pourrait toujours lui en parler plus tard.

    - D'accord. Je vais...cesser d'y penser.

    Son esprit vagabonda alors dans l'idée qu'ils pourraient juste rester coller ainsi pendant un long moment. Mais il avait peur que ses yeux finissent réellement par descendre. Pas sur que ca la gène, la connaissant, mais il avait la sensation...de ne pas en etre capable. Il n'avait pas le déclic, la petite poussée qui lui ferait passer un cap supérieur.

    - Je ne comptais de toute façon pas repartir a l'aventure. J'en ai assez pour...quelques jours. Au moins.

    Il baissa la tête en la tournant, sa joue venant se coller contre la sienne, lui permettant ainsi de ne plus avoir la moindre tentation. Et quoi que puisse dire explicitement son corps, son esprit et son cœur devaient rester fort. Il se laissa cependant aller a une petite chose supplémentaire, comme pour lui faire plaisir. Il tourna la tête et embrassa sa joue, puis son oreille. Il avait fait exprès de la même du bon coté, histoire qu'elle puisse le sentir.

    - Je hum...j'ai un peu continué la lecture et l'écriture, avec la petite aide que tu m'avais rédigés. Il est dans ma sacoche. Avec le bijou que tu m'avais confié.

    Il ne l'avait pas quitté, le gardant proche de lui a tout instant. Ses pensées dérivèrent vers son carnet a dessin, et il se souvint une fois de plus la petite blague qu'elle lui avait fait sur l'idée de la dessiner nue. Maintenant qu'elle en était si proche, contre lui, son visage s'embrasa une fois de plus et son cœur accéléra un peu.

    - Enfin, si tu veux on peut commencer par s'approcher de la cheminée.

    Comme un pretexte pour ne pas qu'elle ai a se rhabiller immédiatement.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 22 Mar - 14:16
    - Quelques jours, j'espère bien !  Je te rappelle que tu n'es toujours pas entièrement remis. " le disputa-t-elle gentiment.

    Il ne se rendait vraiment pas compte à quel point il avait eu du bol de s'en sortir à si bon compte. Bon... Certes c'était elle qui avait émit l'idée de se battre et elle y serait aller franco s'il l'avait laissé faire vu l'état de frustration et de colère dans lequel elle était. C'était stupide. Heureusement il avait été plus malin qu'elle. Comme il l'était à l'instant en l'embrassant d'une façon qui, mine de rien, la poussait à s'appuyer davantage contre son torse. Elle sourit puis gloussa quand il atteint son oreille. Elle lassa plus étroitement ses bras contre lui. Autour de son cou. Dans le haut de son dos.

    - Le collier de Gail... " Elle sourit une fois de plus, se rappelant soudain qu'elle lui avait en effet donné. A chaque fois elle se voyait dans un miroir sans cette petite grue son esprit voyageait jusqu'à lui pendant leur absence. Le pendentif qu'elle portait à présent était tout autre. " Je suis contente que tu aies continuer. Bientôt je pourrais recevoir encore d'autres lettres de ta part.

    Malgré toutes les fautes, elle avait adoré la première... Elle l'aimait d'autant plus maintenant qu'elle l'avait retrouvé lui.

    - J'irai ou tu me porteras.

    Non, elle n'avait pas envie de s'éloigner et pour une fois, elle ne lui simplifierait pas les choses. Tempe contre temps, câline comme un chat, ses doigts caressaient la nuque du jeune homme à travers ses longs cheveux sombres. Qu'il lâche l'anicroche du matin était le plus important à ses yeux. Qu'il se rende compte que les disputent avec une fin. Qu'ils ne s'en voudraient pas toujours.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 22 Mar - 22:55
    Il soupira, l'air un peu moins crispé. Forcément il fallait qu'elle lui rappelle son etat physique. Il allait bien, vraiment. Elle ne devait pas s'inquiéter pour lui. Et il n'allait certainement pas lui dire qu'il etait bien moins a l'aise que ce qu'il faisait paraître.

    Il savait très bien qu'il etait toujours proche de sa limite. Il avait juste un peu moins de crispation musculaire, ses os n'etaient en miettes, grace a elle, et la douleur etait aisément supportable. Mais le moindre coup portés pourrait faire du grabuge. Ils n'avaient pas de temps a perdre, et pourtant, il pouvait difficile s'engager dans quoi que ce soit avant d'etre remis au moins a soixante dix pour cent.

    - J'ai envie de pouvoir t’être utile. Si je n'essaye pas encore, il y a toute une partie des choses dont tu as besoin qui me sera inaccessible.

    Il se leva en la portant. Elle venait de lui dire qu'elle le suivrait, et bien si elle ne voulait pas faire attention a la température, lui, s'occuperait de la mettre a un endroit plus chaud. Il se dirigea vers le lit, qui n’était finalement pas juste a coté vu la taille de la pièce, et alla l'y déposer gentiment. En faisant ça, ils s’étaient nettement approchés de la cheminée qui était forcément plus du coté ou ils dormaient.

    Il attrapa ensuite sa sacoche. Avec tout ça il n'avait vraiment pas eu le temps de lui rendre. Il récupéra le pendentif qu'il avait gardé bien précieusement et plutot que le lui tendant, il le posa sur la table de chevet a coté, pour qu'elle puisse l'attraper comme elle voulait.

    - Je vais juste alimenter le feu.

    Il déposa la sacoche a coté, et se dirigea juste un peu plus loin devant la source de chaleur qu'il chargea fortement de plusieurs buches, disposé de sorte qu'elles ne se consument pas toute simultanément. Ainsi, ils avaient un bon paquet de temps devant eux. Il se retourna et revint finalement vers le lit, debout devant d'un air un peu bête.

    - On peut peut etre juste se reposer un peu pour l'instant. Même si toi, quand tu dors, ca dure forcément quelque temps.

    Il sourit légèrement, après sa phrase qui pouvait passer pour un reproche, mais qui était en fait de l'ironie vis a vis des deux dernières nuits de plusieurs jours qu'il avait fait de son coté. Il trouvait qu'il abusait et n'aimait pas trop ça. Il avait envie de se reveiller avec elle, au moins une fois.

    - Si tu veux, on peut faire ça, ou...hum...je peux faire ce que tu as envie, pour changer.

    Il songea a la lecture, au dessin. A la musique, meme si il n'avait plus sa flute habituelle il pourrait sans doute en récupérer une autre. Des activités tranquilles. Il n'y avait pas forcément grand chose d'autres qui lui venait a l'esprit comme possibilité dans une chambre comme celle ci.

    - Tu as juste a me dire, je...je t'obeis pour l'aprés-midi.

    Meme si ca semblait un peu passé, il avait aussi envie de lui faire plaisir pour se racheter.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 22 Mar - 23:37
    Elle regarda la petite grue qu'il avait posé sur la table de nuit et sourit. Pendant un moment, elle la tourna et la retourna entre ses doigts avant de se redresser sur le bord du lit, se relever juste en face de Shan'aël.

    - Oui c'est sûre, contrairement à toi. " rit-elle avec lui en passant ses mains derrière sa nuque.

    Lorsqu'elle les sépara, il avait autour du cou la petite grue dont les ailes étaient discrètement marquées du sceau des Ironsoul. En fait, elle aimait bien la savoir en sa possession. Le cadeau le plus cher à son cœur au cou de l'homme qu'elle avait choisie... Et un porte bonheur aussi. La grue de la longévité et de la liberté qui pouvait veiller un petit peu sur lui. L'acier d'un cœur noble et droit. Le début d'une promesse qui ne trouvait encore ni mot, ni geste véritable.

    Sa main caleuse glissa sur le pendentif et sur son pectoral dénudé, regardant un peu le bijou avant de remonté vers ses yeux verts.

    - En fait, je l'aime beaucoup sur toi... Savoir que c'est toi qui le garde, ça m'a fait très plaisir pendant que nous étions séparés.

    Elle caressait sa joue du bout des doigts et son image du bout des yeux.

    - Méfie-toi, tu ne sais pas ce que je pourrai t'ordonner.

    Elle eut un sourire en coin et s'assit de nouveau sur le bord du lit pour en ouvrir le drap, s'y étendre et reculer pour lui faire de la place. Aussi solidement nouée soit son drap de bain, toute chose avait ses limites et l'échancrure venait de dénuder toute sa jambe à la cheville tatouée jusqu'à la taille, ne laissant que peu de place à l'imagination concernant ce qui était encore caché.

    - Viens. Allonge-toi.

    Ils partageaient tant de chose. Des souvenirs, des entrainements. Elle n'avait pas abandonner l'idée de lui donner goût à la lecture, ils pourraient s'entrainer ensemble. Ils voyageaient, discutaient, partageaient un goût commun pour la musique et le dessin, quoi qu'il pratique bien plus qu'elle. Ils auraient pu passer des semaines dans cette chambre sans se trouver à cours de sujet, comme lorsqu'ils étaient à Taisen. Mais là, plus que tout dessin ou toute discussion, elle avait vraiment envie de sentir ses bras autour d'elle. Leurs peaux l'une contre l'autre. Pas pour la rassurer. Pas pour le soigner.

    Une fois qu'il fut lui aussi sous le drap, elle se pelotonna contre lui, enlaçant son flanc dénudé et calant une jambe sur les siennes en se fichant bien de savoir si le drap tenait encore. Elle cala sa tête au creux de son épaule

    - Voilà... C'est comme ça que je rêvais nos retrouvailles. " murmura-t-elle, son souffle caressant le derme pâle du semi-elfe. " Tu es bien, toi aussi ?
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 23 Mar - 21:44
    Il avait prit le rôle au sérieux. Garder en sécurité le petit objet qui avait tant d'importance pour elle. Une relique de sa mère adoptive. Il avait veillé dessus en faisant attention a ne pas l’abîmer, et l'avait laissé gardé autour du cou durant toute l'épopée dans les montagnes, comme un porte bonheur, sa main sur son épaule l'aidant a toujours aller de l'avant.

    - Tu es sur de vouloir me le laisser?

    Quand ils étaient ensemble elle pouvait le garder, non ? A moins qu'elle ai déjà prévue de repartir de son coté ? A cette pensée, il baissa les yeux, malgré la main qui lui caressa la joue. Il observa le médaillon parfaitement adapté a la lisse de son cou, plutôt que le regard qu'elle portait sur lui.

    Il l'observa s'étendre, et étudia la place qu'elle lui offrait, lui ordonnant de venir a son tour. Il venait de le dire. Qu'il allait l'écouter, lui obéir. Mais çà lui fit quand même un petit frisson de l'entendre le dire comme ça. Il hocha la tête et vint doucement prendre la place, assit...jusqu’à passer les jambes sous le drap, a son tour, et la laissant les recouvrir tous les deux.

    Il se crispa de façon perceptible quand elle vint contre lui. Un réflexe instinctif qu'il ne pouvait tout simplement pas réprimer. Le contact de sa peau contre la sienne le fit frémir, d'une façon inexplicable pour son cerveau un peu étriqué sur le sujet. Il ne la repoussa pas, mais garda ses mains le long de son corps.

    - Tu...hum...es certaine que tu ne vas pas avoir froid, avec rien comme ça ?

    Dans le bain c’était une chose, difficile d'y être habillé. Mais ici, le peu de vêtements qu'elle portait avait très clairement une toute autre signification qu'il ne pouvait ignorer. Elle avait ça en tête depuis le début ? Lui y avait aussi pensé, mais de façon plutôt inverse, comme une crainte. Il ne pouvait pas l'aimer sans avoir envie d'elle. Et ce n’était pas l'envie qui manquait. Mais il y avait beaucoup de poids de l'autre coté de la balance pour qu'il doit détendu totalement. C'est avec deux bonnes minutes de silence qu'il murmura un simple « oui » clairement mal a l'aise.

    Mais si il l’était, il était aussi visible qu'il faisait un effort, et timidement, il remonta le bras pour poser la main sur la sienne et tourna légèrement la tête pour la fixer dans les yeux un bref instant. Il ne su pas quoi dire et cligna simplement des yeux, l'instant en suspend. Son cœur battait fort, et ses joues avaient rougit. Ses yeux continuaient de briller comme des joyaux, seul trace lumineuse de son corps un peu glacé.

    - Tel le soleil et la lune.

    Elle n'aimait peut etre pas, mais depuis la premiere fois qu'il l'avait vu, il avait pensé a ça. Si elle etait un soleil radieux, son coté maudit etait paisible comme la nuit qu'il aimait tant. Ils se battaient pour l'en délivrer, mais parfois, la nuit avait un bon coté.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 23 Mar - 22:19
    - Oui je suis sûre.

    Sinon elle ne le lui aurait pas mis autour du cou. Le voir avec c'était le voir avec un peu d'elle affiché sur la poitrine. Une envie possessive à laquelle elle se laissait aller à bas bruit, sans qu'il ne le réalise et sans que personne ne pose de question. Plus civilisé qu'un suçon ou qu'un tatouage.

    Contre lui, allongée, elle était restée sans un mot, le sentant plus tendu qu'il ne l'avait été depuis longtemps. Elle poussait sûrement sa chance en lui demandant frontalement de s'allonger avec elle, mais elle ne mentait pas en disant que c'était précisément ce dont elle avait envie pour leurs retrouvailles. Elle s'était amusée pendant ce voyage seule. Elle avait revu des amis et son cœur avait autant souffert que danser entre les oublies et les souvenirs. La seule chose qu'il n'avait pas connu durant ces six semaines, c'était le repos. La douceur de retrouver cet homme qui lui avait dit le plus naïvement du monde qu'il ne l'oublierait pas et qu'elle avait fini par croire bien malgré elle. Lorsqu'elle l'avait retrouvé, perdu sur cette lisière où il marchait lorsqu'ils restaient trop longtemps loin de l'autre, puis brisé de corps par leur excursion, comment aurait-elle pu réclamer qu'il l'enlace comme ça... Et même maintenant, elle hésitait à l'exiger.

    Il restait là... Indécis. Oui, il était bien, mais étant donné que c'était bien la trois ou quatrième fois qu'il lui demandait si elle ne voulait pas se rhabiller, il était clair que sa quasi-nudité le gênait.

    Pour une fois, elle n'avait pas envie d'aller trouver une chemise ou quoi que ce soit d'autre pour qu'il se détende. A force, par demie-phrase et aveux parcellaires, elle avait fini par comprendre que ce n'était pas simplement qu'il n'était pas sûr de lui, mais qu'il avait bien des ombres et bien des barrières avec lesquelles composées lorsqu'il en venait au désir physique... Et après plus d'un mois passé loin l'un de l'autre, alors qu'elle retrouvait plus tendu encore qu'à leur séparation, il devenait évident qu'elle devait s'en mêler... Ce qu'elle n'avait absolument pas l'habitude de faire. Pousser l'autre dans ses retranchements au point de l'inviter à quelque chose qu'il n'était pas sûr de vouloir n'était pas quelque chose qu'elle avait souvent pratiquer et pour que l'idée l'effleure, il fallait bien qu'elle remarque à quel point c'était un blocage de son côté à lui.

    Sa longue main couvrit doucement la sienne et elle releva les yeux pour croiser son regard.

    Un cillement. ça avait l'air si difficile pour lui... Elle n'aimait pas le voir comme ça... Mais il y avait ses yeux et c'est bien la seule chose qui l'encouragea à rester ainsi contre lui au lieu de le libérer de son intolérable présence.

    - Alors je suis la Lune ou le Soleil pour toi ? "

    Elle sourit, parlant tout bas, passant de la parole au chuchotement, le visage tendu vers lui. Pour le regarder, elle avait du bouger un peu et il pouvait facilement rouler sur le flanc sans la déloger s'il le souhaitait. Elle avait aussi glisser les doigts entre ceux de la main qui était venue couvrir la sienne pour le caresser du bout du pouce.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 23 Mar - 23:30
    Si elle avait appréciée son voyage loin de lui, profitant d'une époque différent de sa vie, d'un état qui pouvait logiquement venir, lui, avait plus souffert. Pas a cause d'une quelconque malédiction qui l'avait maintenu dans ses retranchements mentaux, obligeant a une certaine vigilance et a un travail sur lui même, non. C’était simplement le manque de sa présence.

    Et si il y avait pensé, et qu'il avait ensuite retracé la journée qu'ils venaient de vivre, il aurait comprit que les disputes n’étaient absolument rien comparés a son absence. Il voulait bien l'entendre lui crier dessus encore, si c’était pour éviter qu'elle ne s'en aille.

    Il ne s’était pas amusé une seule seconde. Il avait combattu, tout du long. Pour la seule et unique raison qu'il savait qu'elle serait la, au bout du chemin. La quitter de temps en temps, oui, mais cinq ou six semaines, c’était compliqué. En République, ça en avait durée deux et il avait déjà eu du mal. Sans la malédiction qui avait des effets sur lui, peut être que tout aurait été plus facile. Il n'en était vraiment pas certain.

    - ...Les deux a la fois.

    Il la laissa prendre le dessus. Physiquement, et mentalement, elle avait le pouvoir dans ce lit, recouvert d'un tissu doux et chaud les maintenant dans un cocon. Elle avait même raison de faire ça. Il n'avait aucune envie de la repousser. Il était juste totalement bloqué. Pour diverse raison qu'il n'expliquait pas. Pas du dégoût. Il n'en avait pas une once pour elle bien sur. Pas de la peur. Pas du doute. Mais peut etre un peu tout ça a la fois, sinon plus. Des années et des siècles au milieu des tourbillons.

    - Tu guides le jour, et tu veilles sur la nuit. J'aime ce que tu es. Tu es belle.

    Il redressa un peu une jambe, donnant l'impression qu'il allait fuir, mais il s'installa plutot d'avantage confortablement, la tete calé dans l'oreiller. Elle faisait plus que veiller sur lui. Elle lui avait offert un sommeil qu'il n'avait pas connu depuis très longtemps. Et ca faisait parti d'elle, parti d'un tout.

    - La chaleur de la vie. Sa joie, sa vitalité, sa vivacité. Tu es un peu tout ça a la fois.

    Il soupira légèrement. Elle etait sur. Pour ça, pour le pendentif, pour tout, souvent. Elle avait beaucoup ne pas etre très confiante, faire tout son possible pour enfuir tous les doutes et les peurs qu'elle avait depuis la guerre, a ses yeux, elle etait la puissance du feu.

    - Et quand tout ça s'endort, prend du repos, tu veilles sur eux, tu observes les ames, tu les apaises. Tu les rassures. Tu es une route sur laquelle il est bon de se perdre.

    Il souffla, après son soupir. La derniere fois qu'il avait parlé aujourd'hui, ca avait mal fini. Il osait encore moins que d'habitude a la regarder. Ca pouvait tout foutre en l'air, c'etait certain. Il en était capable. De ruiner le moment. Et ca serra son cœur, n'aidant qu'encore moins le calme et la quiétude s'installer.

    - D...désolé...Si tu avais envie de quelque chose...D'embrassé..je crois que je ne suis que le cycle plat du torrent.

    Il pouvait faire semblant, de ne pas comprendre, de botter en touche, de répondre a coté. Mais il savait. Et il se savait. Il avait l'impression de ne pas lui offrir ce qu'elle voulait et il etait encore plus frustré a cette idée.

    Il pu simplement accepter les doigts entre les siens, et refermer sa douce paume immaculé.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Ven 24 Mar - 15:28
    Tant de compliments fait sur un ton à ce point sincère... La joue pâle de Rowena se teinta de rose. C'était absurde !

    Se voir à travers les yeux de quelqu'un d'autre était toujours une expérience forte. En bien comme en mal. Les Limiers apprenaient à porter un masque aussi pour maîtriser ce qu'ils laissaient voir. Pour contrôler l'image qu'ils donnaient et ne plus être autant touché par le regard de ceux qu'ils gardaient et asservissaient dans les cellules de profondeurs sous-marines, dépourvues de la moindre lumière. Laisser tomber le masque c'était aussi de prêter à cet exercice qui n'avait plus rien de naturel... Et accepter d'entendre qu'il voyait vraiment tout cela en elle, peu importe ce qu'elle en pensait. Peu importe à quel point c'était disproportionné à ses yeux.

    Accepter que pour lui, ce n'était pas de la corruption ou de la flatterie éhontée, mais qu'elle brillait réellement ainsi... Et qu'elle n'avait pas à prendre peur. Ne pas le prendre comme une responsabilité, un piédestal dont elle risquait de tomber, voilà le plus difficile.

    Elle posa un doigt sur ses lèvres au milieu de sa phrase d'excuse, l'observant tout simplement sans sourire, sans savoir trop quelle émotion elle affichait. Puis elle se blottit dans son cou, déposant sa main à lui sur sa propre taille.

    - Serre-moi fort... S'il te plait. " Et ce ne fut qu'une fois un peu détendu entre ses bras, qu'elle reprit. " Tu n'as pas le droit de t'excuser après avoir dit des choses si belles. Je... J'espère ne jamais perdre cet éclat à tes yeux. Tu...

    Elle ne termina pas sa phrase, pas tout de suite. Elle voulait dire... Elle voulait le faire aussi franchement que lui, abandonnant toute résistance, toute retenu, tout fard. Mais après de longues et lentes respirations, elle n'était toujours pas parvenu à trouver le premier mot et sa main s'était mise malgré elle à caresser lentement l'étendue de peau qu'elle avait sous la paume. En s'en rendant compte, elle stoppa son mouvement.

    - Je ne sais pas comment tu fais pour trouver les mots, les images... Je ne sais pas faire ça. Mon art, c'est ma magie. Un peu la maîtrise de mon corps. Rien par rapport à toi, mais un peu quand même. Tout ce que tu fais, tout ce que tu es, tout ce que tu dis hors de ce qui est nécessaire pour mener une mission à bien est toujours d'une telle intensité... D'une telle sincérité... Je ne veux rien que toi, tu ne veuille pas... Les gestes me sont seulement plus faciles. Si tu savais à quel point je t'admire d'avoir cette sagesse là...
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Ven 24 Mar - 17:36
    Il s’était fait interrompre au milieu de sa dernière phrase, et considéra que c’était la dernière excuse qu'il ferait pour l’après-midi. Il devait faire en sorte de cesser d’être ridicule de la sorte. Il devait se montrer un peu plus sur de lui ! Elle allait apprécier non ? Plutôt que quelqu'un qui passait son temps a regarder le sol.

    Pendant une petite seconde, il eu l'idée d'attraper son doigt entre ses lèvres, mais rien qu'a cette pensée, il songea qu'il en était bien incapable. Il la laissa le regarder avec son air intense, moitié feu, moitié glace. Il se laissa manipuler, et se retrouva avec ses mains sur la serviette, sur sa taille, et les fit glisser un peu plus vers le haut, dans son dos, pour l’enlacer.

    - De...l'art ?

    Il l'écoutait, surpris, la fixant enfin, pensant plus a ses paroles qu'a sa nudité contre lui. Il n'avait jamais eu l'impression de dire quoi que ce soit d'agréable a l'oreille. Il disait simplement ce qui lui passait par la tête sans rien de plus. Ca avait peut etre de l'impact pour elle. Pour lui, c’était au contraire plutôt gênant, maladroit, et il hésitait encore plus désormais après les événements de la journée.

    - Je...je ne pense pas trop. Ce sont...juste des mots.

    Mais elle avait raison sur le fait qu'il était sincère. Plus que la plupart des gens et c’était de la qu'il partait généralement. Ce qu'il ne parvenait pas a dire avec des gestes, il était étonnamment plus a l'aise avec les mots. Et avec tous le reste des gens, les mots étaient tout aussi difficile et il se murait dans son mutisme inerte qu'on lui connaissait généralement.

    - Tu sais faire beaucoup d'autres choses. C'est bien suffisant.

    Il déscendit un peu sa main sans faire exprés, le long de la serviette qui etait désormais a deux doigts de s'ouvrir, a force de mouvements et de caresse. C'etait d'ailleurs peut etre son plan depuis le début, il n'avait absolument pas la faculté de le deviner ou non.

    - Ecoute, il n'y a rien que je n'ai pas envie de faire avec toi. C'est juste...

    Impossible de formuler avec des mots. Un blocage ou quoi que ce soit. Il etait stréssé. Mais c'etait peut etre simplement la meme chose qu'un adolescent qui découvrait ce genres de choses pour la premiere fois ? Il ne savait pas.

    - C'est juste comme ça.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Ven 24 Mar - 20:21
    - Ce n'est pas un concours. Tes mots me touchent, et j'aimerai en trouver d'aussi beau pour toi.

    Sa main coule un peu dans le dos de la sirène, toujours aussi anormalement douce pour une main de guerrier. Enfin, il la regardait sans que son esprit ne se crispe. Elle pouvait le voir derrière ses iris d'émeraude. Elle sourit et dégagea quelques mèches sombres qui se glissaient sournoisement entre eux, pour éviter de les lui tirer, s'attardant sur son col, frôlant sa clavicule et son cou. Il avait oublié rien qu'un peu la situation dans laquelle il se trouvait, ou tout du moins les reproches, les attentes, les doutes et les peurs profondément ancrés en lui après des siècles a ne côtoyer que le pire. Des siècles à être le compagnon d'infortune de femmes comme Aelle et de gamins comme Cirdan... Après ce qu'il avait vécu auprès de ses parents. Des siècles à se considérer comme le bourreau au lieu d'être lui.

    Elle avait attendue, respecté son rythme et ses incertitudes. Elle l'avait laissé venir à elle sans brusquer, sans rien forcé, tentant de ne pas trop provoquer tout en revenant le chercher un peu, ça et là. Comme il lui avait dit : de la part d'un homme s'était quelque chose de répréhensible, mais il aimait qu'elle le touche. ça aurait pu suffire à d'autre mais c'était si loin de ses propres convictions en matière de plaisir partagé qu'elle avait pris sur elle. L'envie et la curiosité lui étaient venues naturellement en son temps à elle. Ne pas en voir l'ombre chez lui était déstabilisant. Et voilà qu'il parvenait à mettre en mot qu'il ne savait pas quoi faire. Qu'il n'était pas farouchement contre sa proximité, seulement... perdu ?

    Le nez dans son cou, Rowena revint lui faire face sans se défaire de son étreinte. Juste assez pour venir poser ses lèvres sur les siennes, sans rien approfondir. Puis scruté au fond de ses yeux, un sourire faisant scintiller ses iris asymétriques.

    - Quand on s'est rencontré il suffisait que tu me regardes pour rougir jusqu'à la pointe des oreilles.

    Elle s'échappa d'une trainer de baiser sur l'angle de sa mâchoire rasée de frais, qui ne lui picotait pas même les lèvres au passage. Jusqu'à son oreille pour en taquiner le lobe. Elle se tenait sur un coude, l'autre main caressant toujours son col, l'invitant silencieusement à profiter de l'oreiller moelleux et et du matelas confortable. De la langue, des dents et des lèvres, elle remontait le long de la pointe bâtarde qui marquait avec légèreté son statut de sang mêlé, pour finalement y glisser, polissonne.

    - A l'époque ça t'arrivais de te demander à quoi je ressemblais nue ?
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Ven 24 Mar - 20:51
    Les mouvements le prit par surprise, et son affirmation ne pu recueillir autre chose qu'un hochement des yeux, a défaut de la tête. Il rougissait encore. Il prenait simplement sur très fort actuellement. Parce qu'il savait que ça lui ferait plaisir de se rapprocher un peu de façon charnelle. Qu'elle avait besoin de physique. Et il avait peur d'énormément la blesser si il refusait.

    Mais d'un autre coté, il n'avait même pas envie de refuser. Vraiment. Seulement, il ne bougeait pas comme il avait envie. Ne savait même pas vraiment ce dont il avait envie tout court. Il voulait. Il aimait. Mais rien n’était concret dans son esprit.

    - C'est un peu logique..qui ne rougirait pas devant toi....

    Il avait soufflé ça au milieu d'une perte de soupir brève, son cœur accélérant et ralentissant sans vraie logique, en fonction des gestes et des baisés qu'elle lui offrait. Elle etait encore plus sur lui désormais, presque totalement a califourchon. C’était agréable. Elle pouvait le sentir, physiquement, qu'il appréciait un tel contact.

    Il se figea de nouveau lorsque le murmure attaque le bout de son oreille, point sensible par excellence chez lui. Il se figea, mentalement. Physiquement, il trembla et eu presque un tout petit spasme incontrôlable qu'il tenta de masquer par un changement de position presque imperceptible.

    - A...a l'époque.. ? Quand ça ? Au début... ?

    Dans la foret ? Pas vraiment. Il n'avait même pas osé imaginé la revoir. Bien que lorsqu'elle avait enfin retiré son masque, de l'autre coté du feu, son esprit avait eu un petit moment de flottement, ou il l'avait imaginé dans le plus simple apparat. Pas vraiment de manière suggestive, ou bien lubrique. Simplement pour essayer de la décrypter le plus précisément possible. Il avait eu plus qu'une envie. Il avait eu une lubie pour elle dés la première seconde, qui ne s’était qu'accentué au fil des semaines. Au fil des mois. Jusqu’à maintenant.

    - Je n'ai pas pu m’empêcher de te regarder un peu...la deuxième fois. Quand on s'est retrouvé a Liberty. Tu portais une jolie robe. Tu étais très belle. Tu es tous le temps belle.

    Puis les fois suivante, quand elle allait bien, qu'elle souriait. Il ne l'imaginait pas vraiment nue, jamais. Il la voyait juste comme elle était dans son ensemble.

    - Je me disais que...

    Zut, il avait faillit recommencer. Il se disait que l'imaginer comme ça n'etait pas correct vis a vis d'elle. La voir nue dans le bain, en partie finalement vu qu'elle avait toujours etait collé a lui sur le coté, c'etait une chose. Elle voulait etre comme ça. Mais l'imaginer a son insu, ca ne lui faisait pas de mal, mais il ne trouvait pas ça bien. Mais vu la façon dont elle le demandait, ca n'avait pas l'air de la déranger.

    - Non, rien.

    Il avait l'impression que ses oreilles avaient frétillé sous son souffle, comme par réflexe. Réflexe qui le fit tourné la tête légèrement, pas pour s'éloigner de son regard, mais simplement parce que ca le stimulait beaucoup trop. Il avait un peu chaud maintenant, sous les draps.

    - Enfin...je me dis que c'est une chose que je pourrais dessiner avec...plaisir ?

    Tant que c'etait elle, il serait fasciné, de toute maniere.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Ven 24 Mar - 21:26
    - Hm hmm. " approuva-t-elle bouche fermée. Elle parlait bien de ce début là. Le tout début.

    Et comme souvent, il prenait sa question très au sérieux. Cherchait dans sa mémoire. Inspectait ses souvenirs, ses ressentis, les couloirs complexes d'un passé qui était peut-être beaucoup plus proche pour lui que pour elle étant donné leur temps de vie respectif. Son esprit vagabondait le plus loin possible. Le plus vite possible. Très loin de se confier à l'instant présent, son corps frémissait malgré lui et il continuait, comme si de rien était, cherchant toujours à le minimiser, le cacher, l'expliquer. Sans la fuir. Sans savoir quoi faire de ses digts doigts non plus.

    Il était tellement dans sa tête après tout, comment aurait-il put ?

    Rowena, elle, s'était attelé a admirer ce qu'il ne pouvait couvrir. Notant sa réaction lorsqu'elle avait atteint la pointe de son oreille, elle revint la taquiner du bout du nez.

    - Il me semble que je t'avais en effet promis quelque chose comme ça... Un dessin de moi... ça me ferait plaisir aussi, un de ces jours. "

    Comme si elle avait prévu qu'il risquait de sauter d'un coup du lit pour se précipiter vers sa trousse à dessin, la main sur sa clavicule descendit doucement le long de son torse, dessinant ses côtes et ses pectoraux, lascive. Elle revint s'emparer de ses lèvres, plus sûre, plus chaleureuse.

    - ... Mais je sais d'expérience que les yeux que tu poses sur moi en tant qu'artiste ne sont pas tout à fait ces yeux là. Je préfères le regard que tu as là, maintenant...

    Elle murmurait aux coins de ses lèvres, soulignant l'une de ses paupières du bout des doigts, certaine de ce qu'elle avançait. ça l'avait surprise à Ikuza. Il avait le même regard que les dessinateurs qui faisaient du nu dans les grandes galeries de Liberty ou de Justice. Rien à voir avec l'éfervescence troublée et incertaine qui y régnait maintenant. Ce simple regard qui lui donnait encore plus envie de lui, de chaque once de peau, de chaque frémissement de son corps.

    Elle vint chercher sa main, comme elle le faisait si souvent, et en un moment d’accalmie où elle s'éloigna rien qu'un peu du visage de Shan, elle porta ses doigts à ses lèvres pour les embrasser, avant de la poser sur le rebord du drap, coincé au niveau de sa poitrine. Celui là même qui ne demandait qu'à lâcher.
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum