DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Alasker

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Nuages blancs - Page 8 InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    La justice frappe les injustes
    Derniers sujets
    [Groupe 2] Le Cœur de MelornAujourd'hui à 0:11Kilaea Sliabh
    Étincelles Couragéennes | OrifaHier à 22:38Arès Wessex
    [PA] Le Chant des RoncesHier à 18:22Rêve
    Une Mort Silencieuse - PAHier à 18:16Arès Wessex
    Un regard de capitaine sur l'avenir... Hier à 17:09Altarus Aearon
    [Groupe 1] Le Cœur de MelornHier à 16:43Valmyria
    Validation de StadzankHier à 16:19PNJ
    Aller en bas
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 30 Mar - 18:39
    Agréable... Un mot qui sonnait bien dans la bouche d'un homme si peu habituer à le prononcer. Si peu habituer à le vivre sans doute ? Ce simple mot prononcé sur ce ton là plaisait beaucoup à Rowena. Presque autant que ses caresses au final. En tout cas, ça ne faisait que rajouter au bien être profond qu'elle ressentait par delà la chaleur de ses instincts. Il était bien avec elle cette fois. Sans contrainte ni peur. ça changeait... tout. Vraiment tout. Et malgré les tensions dans son corps et sa propension à râler, la sirène aurait été prête sur un battement de cil de la part de son compagnon, de tout arrêter pour juste le serrer dans ses bras, contre elle. Seulement l'avoir près d'elle.

    Elle se rendait aussi compte de la légère tension qui existait toujours chez lui. Ce qu'elle associait systématiquement à cette image de cerf aux abois, capable de disparaitre d'un bond. Elle commençait à entrevoir à quel point cela conditionnait profondément sa vie. Son humeur. Ses relations avec elle, mais aussi avec les autres êtres humains. Elle ne l'avait jamais vu comme ça, comme une peur de son prochain. Et pourtant... La seule chose qui avait changé en quelques minutes c'était la forme qu'elle arborait. Même l'esprit embrumé par les mains chaude du jeune elfe, elle n'avait pas pu s'empêcher de se faire la remarque... Et d'en voir une explication qui lui fendait le cœur.

    Qu'avait-il vécu de si atroce que la proximité d'un corps humain nu le terrifie à ce point ?

    Elle n'en était pas encore à l'humain tout court mais l'ombre que dégageait déjà ce premier pas lui gonflait le cœur d'une envie viscérale de prendre soin de lui... Sans doute pour la première fois à ce point. Pas de le protéger ou de le mettre à l'aise, vraiment de le soutenir dans tout ce qu'il était et de tout son être.

    Comme quoi... Elle n'était pas la seule à ne pouvoir avouer certaine choses, prendre conscience de certaines choses, qu'à travers le langage de son corps.

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 30 Mar - 23:31
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Ven 31 Mar - 11:53
    Il la frôla à peine avant que sa main ne vienne se poser sur les écailles, refusant l'obstacle. Elle inspira profondément et libéra sa main de bonne grace... mais à regret.  

    - Prend ton temps. " souffla-t-elle en fermant les yeux. " Promène-toi à ta guise.

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Ven 31 Mar - 18:37
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Ven 31 Mar - 22:36
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 1 Avr - 2:28
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 1 Avr - 10:44
    Il la rapprocha de lui et la queue de la sirène heurta brusquement le bord de la baignoire dans le mouvement qu'elle avait amorcé pour s'enrouler autour de lui. Sur le flanc, désormais plus en travers que dos à lui, Rowena le voyait bien mieux qu'elle ne l'aurait voulu. Si son corps criait après le sien, le sentir et le voir étaient deux choses bien différentes finalement. Elle savait déjà que ce n'était pas n'importe quel amant de passage, mais elle était ce qu'elle était et son corps inassouvi depuis trop longtemps aurait frémi peu importe l'identité des doigts qui la parcouraient depuis tellement longtemps maintenant. L'effet en était instinctif, primal. Avec cette curiosité retenue elle aurait cédée auprès de n'importe quel homme depuis un moment déjà.

    Le fait que ce soit Shan lui avait apporté de la retenue, de la patience, de la compassion et un peu d'espoir. Mais il y avait toujours quelque chose qui clochait un peu et qu'elle sentait instinctivement. Elle ne le remarquerait sûrement en mettant des mots dessus que lorsque le monde se serait remis à tourné. Il y avait toujours cette étrange distance dans ses mots, dans son être, qui détonnait avec l'état du corps contre lequel elle était serrée. Moins clair de minute en minute, mais bien présente. Ils se retrouvaient par petites touches, par moments bénis où elle parvenait à se laisser un peu moins portée par ses sens et lui à les écouter un peu plus.



    Mais... Lui aussi s'était tendu ? Oh, Shan... L'un des bras de la sirène fusa pour l'enlacer, le serrer contre elle, pour lui dire qu'elle était là pour lui, avec lui, qu'il n'avait pas à se forcer... Et s'arrêta à une courte distance de son épaule. Elle resta là un moment, hésitante. L'esprit vide. Elle s'était retournée vers lui, suffisamment près à présent pour avoir non seulement son image, mais le parfum de sa peau... Et l'image de la terreur avec laquelle il avait reculé un peu plus tôt alors qu'elle lui caressait le dos.

    Une image brutale.

    Elle perdit tout sourire.

    Le bras de la jeune femme recula sans l'avoir touché et se posa sur le bras de son amant.

    - ça va ? " demanda-t-elle soudain. Il n'y avait plus la moindre trace de plaisir dans son timbre essoufflé. Seulement une angoisse viscérale. Il allait bien ? Il s'était rendu compte que ça allait trop vite ? Elle lui avait encore fait du mal ?
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 1 Avr - 14:11
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 1 Avr - 16:21
    Le cœur battant si fort qu'elle le sentait contre sa propre peau, luisant de sueur, il avait l'air d'être en pleine crise ! De quoi ? Bonne question. Coincé, immobile, puis reprenant pied comme s'il avait eu une absence... Ce qui ne contribua pas franchement à rassurer la jeune femme qui s'inquiétait de plus en plus.

    - Non. Rien de mal. Tu avais l'air... J'ai cru... " Fini tes phrases bon sang ! " J'ai cru que tu t'arrêtais parce que ça... allait trop vite. Que tu ne supportais plus...

    Elle avait repris doucement son visage pour l'observer, la rassurer autant qu'elle se rassurait elle en guettant dans son regard qu'elle ne l'avait pas heurter à nouveau. Mais... Il ne voulait pas rester. Elle bougea aussitôt et heurta à nouveau le bord de la baignoire qui lui sembla soudain bien trop petite. Elle était restreinte. Ne pouvait pas vraiment bouger, ni se lever. A la force des bras, elle se dégagea de son étreinte et s'appuya sur le rebord de la cuve, se soulevant pour lui permettre de se glisser hors du piège que constituait son corps trop lourd afin qu'il puisse sortir du bassin.

    - Oui. Pardon...

    Elle se sentait... Minable et ridicule.

    Revenir à côté d'elle...

    - Je... Tu peux aller te sécher. Je vais rester un peu seule si ça te va. En profiter pour prendre un peu soin de moi. Me laver les cheveux. " ajouta-t-elle en gardant les yeux sur la coiffeuse non loin.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 1 Avr - 17:50
    C’était lui qui avait fait la proposition, mais il ne s’était pas attendue a ce qu'elle le repousse et s'éloigne de la sorte. Il resta immobile, interdit, en la regardant. Elle avait cru. Il se demanda un instant, son cerveau parvenu a réfléchir convenablement a nouveau, finalement, aprés tout ce temps passé a etre un peu sur stop, si il n'y avait pas un soucis de communication entre eux, une fois de plus.

    - D'accord, je vais sortir.

    Il était redevenu comme d'habitude, calme, neutre, mais avec cette petite étincelle dans le regard qui signifiait toute son affection pour elle. Il se hissa sur le rebord, et d'un petit bond, fut debout, avant de s'enrouler dans une serviette.

    Mais il ne sortit pas immédiatement. Il n'avait pas envie de la laisser toute seule, aprés tout ça. Il avait eu le sentiment qu'elle lui avait dit de partir un peu a contrecœur, perdu dans son propre esprit, le flot de ses émotions. Elle n'allait pas bien. Aprés les deux « essais » de l'apres-midi, elle devait s'en vouloir, alors que c'etait l'inverse, que c'etait sa faute et qu'il n'y avait absolument rien a se reprocher de son coté. Elle avait été gentille, douce, patiente. Ardente.

    - Hé. Ma...

    Donner un surnom était encore trop dur. Il s'en voulait pour ça. Il était capable de lui caresser la poitrine, de l'embrasser franchement, mais même pas de lui offrir un petit nom affectueux. Il avait déjà eu du mal a la tutoyer. A la regarder de face. D'utiliser son prénom. Alors un surnom...

    Il se mit a genoux au bord, a coté du haut du corps de sa sirène. De sa déesse, de son aimée. Il passa le bras autour de ses épaules, et l'autre derrière sa tête, pour la retourner et lui approcher la joue de son torse pour qu'elle vienne la poser, et l'y serrer dans une toute petite étreinte pourtant remplit d'affection.

    - Tu...c'est très agréable. Pardon de ne pas toujours pouvoir répondre comme il faudrait mais...le temps n'est jamais passé aussi rapidement que lors de cette liaison entre nos corps, dans l'eau. C’était...un peu magique.

    Pas grand chose peut etre pour le commun des mortels. Pour lui, une telle proximité physique, c’était presque comme si ils l'avaient définitivement fait, pour son cœur. Si elle pensait qu'il était mal, elle n'avait qu'a levé les yeux vers le très léger sourire sur son visage. Il était vraiment heureux. Pas soulager, juste content de l'instant qu'ils venaient de partager.

    - Je sais désormais que je devrais faire attention avec ton odeur...Sinon, mon esprit va vraiment finir par être sous ton emprise total.

    Il faisait bien sur référence a l'instant ou son cerveau s’était littéralement déconnecté a cause d'une trop grande arrivé de dopamine, un trop plein qui l'avait mit sur off un instant. Il n'avait jamais connu ça dans sa vie. Jamais une telle sensation de perdre prise, perdre pied. Il n'y avait qu'elle capable de faire ça.

    - Si tu veux que je revienne quand tu te transformera, tu as juste a murmurer mon nom et je viendrais te serrer dans mes bras, d'accord ?

    Il l'embrassa sur la tempe et la relacha. Il aurait voulu pouvoir dire plus, mais ca restait compliqué. Et ca faisait plus que beaucoup en une journée, pour lui. Mais tout serait un peu plus facile désormais. Et a chaque fois, encore plus.

    - Je vais préparer le repas, ma...ma Rowena.

    Pas de surnom, mais enfin, il avait reussit a dire ça, ce qu'il voulait depuis longtemps, depuis avant meme leur séparation. Il il caressa les cheveux, et sur ce, se glissa hors de la piece, revenant a la réalité.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 1 Avr - 20:18
    Appuyée contre le rebord comme elle aurait été échouée sur une plage, sa poitrine cachée par la baignoire et le visage cherchant n'importe quoi pour s'occuper plutôt que de le regarder lui. Elle avait besoin qu'il parte pour se reprendre, pouvoir baisser la garde comme elle n'y arrivait que seule. C'était plus simple. Elle n'aurait pas à expliquer, pas à le blesser, elle pourrait laisser sortir la honte et la tension qu'elle ressentait à l'idée de ce qu'elle avait fait. Une fois c'était une erreur, chose qu'elle avait déjà du mal à admettre. Deux fois, c'était juste sa défaillance. Elle n'était pas du genre a faillir.

    Il s'agenouilla près de la baignoire, près d'elle et passa ses bras autour d'elle, mais ça ne lui fit aucun bien... Enfin elle l'aurait cru. Mais c'était lui. Et parce que c'était lui, elle soupira et sa joue se posa contre son torse sans qu'elle ne puisse se résoudre à le regarder. Elle garda les yeux grands ouverts sur le carrelage et dégluti. Elle ne vit pas son sourire heureux. Elle entendit ses mots de réconfort, la chaleur tendre dans son ton, et n'était pas certaine de les mériter.

    Puis elle entendit autre chose qui la pris à la gorge et lui fit serrer les mâchoires plus fort que jamais. Murmurer son nom... C'est vrai qu'avec ses sens sur-développés, ce n'était pas parce qu'il n'entendrait rien. Il pourrait tout aussi bien être dans la pièce... Et pour la première fois elle détesta ça, se sentant soudain cernée, acculée. Elle appuya un peu plus sa joue contre lui, fermant cette fois les paupières à se les fendre pour profiter de sa chaleur et de sa présence, du battement de son cœur encore un instant, même si elle se sentait tellement mal par rapport à lui.

    Elle ne passa pas les bras autour de lui, gardant les phalanges crispées sur le bord de la baignoire. A deux doigts de lui demander pardon d'en faire autant pour finalement pas grand chose. Puis elle se fit enfin plus légère contre lui, le laissant partir sur un hochement de tête.

    - Ok. " souffla-t-elle sans vraiment réussir à y mettre les forme.

    Une fois seule, elle profita du silence, ne pouvant s'empêcher de tendre l'oreille pour essayé de déterminer ses mouvements à lui dans l'autre pièce. Puis, avec une longue expiration, elle se laissa glisser au fond de l'eau chaude, sur le dos. La queue ressortant à moitié de la baignoire, les panaches diaphanes en traine sur le carrelage, elle avait la tête contre le fond et regardait la surface par en dessous. Les changements de lumière et de décor à travers ce prisme si différent. Il n'y avait pas une bulle pour en changer le spectacle. Plus la moindre respiration ne venait troubler l'air, l'infime mouvement de ses ouïe dans l'eau produisant moins de courant que le clapotis de ses quelques mouvements.

    Elle posa un bras en travers de ses yeux et se permis de ne pas réfléchir pendant de longs instant. Seulement respirer. Seulement lâcher prise. C'était trop difficile de le voir comme ça... De vibrer sous ses doigts tout en guettant le moment où il se briserait entre les siens... Le corps sensible et l'esprit perclus, elle pleura en silence, immobile et contenue pour que personne ne puisse le voir ni même le deviner. Elle pleura sa honte et sa frustration. Elle pleura se peur pour ce qui s'était passé et pour ce qui se passerai. Elle pleura aussi, parce qu'en cet instant précis, Elzéar ne lui avait jamais autant manqué depuis sa sortie de l'académie. Pourquoi était-elle incapable de tomber amoureuse des bonnes personnes ? Pourquoi tout ce qui était doux avec Shan'aël étaient précisément ce qui avait été compliqué avec El' ? Pourquoi tout ce qui lui explosait à la figure avec lui avait été si simple et évident avec El' ? Les regard. Les non dit. La force stable qu'il était sur les failles de la sirène tout comme elle était le pilier de celle de l'élémentaire. Finalement elle et Shan étaient peut-être trop semblables dans le gouffre qui les habitait ? ... Mais elle se souvint de ce moment où il avait plongé avec elle dans l'océan... Son étreinte lorsqu'il était revenu la chercher au sous-sol du monastère. Elle l'aimait... Pourquoi s'obstinait-elle dans des relations qui la mettait dans un état pareil bon sang ?!  Sous le coup de la colère, elle en profita pour se transformer, le feu qui calcinait son corps avait au moins l'avantage d'être une bonne distraction à ce qui lui labourait le cœur. Seules les ouïes perdurèrent sur son corps humain. Les émotions se déroulaient et évoluaient trop vite pour poser des mots dessus, alors les larmes faisaient leur office. Jusqu'à ce qu'elle parvienne à se sentir un peu mieux. Juste un peu. Elle se sentait épuisée... et seule. Elle l'avait cherché en même temps.

    Elle ne savait pas combien de temps s'était passé. Sous l'eau le temps n'avait jamais eu la même prise sur elle que dans le monde de la surface. Comme au milieu du désert. Mais il fallait bien traverser le miroir et c'est ce qu'elle fit.

    Assise dans la baignoire, elle se lava rapidement puis sortie. Pas la moindre goûte d'eau ne maculait le sol, elle était déjà entièrement sèche. Un regard circulaire lui certifia qu'il n'y avait pas de vêtement à portée. Elle s'enroula dans le drap de bain que Shan n'avait pas pris et traina son cœur lourd jusqu'à la coiffeuse, ramassant son carnet de recherche sur le chemin pour en lire quelques passages et sortir de ses propres pensées. Retrouver sa maîtrise. Avant de quitter la salle de bain, fatiguée et d'une humeur qu'elle tentait de garder douce malgré un regard maussade.

    Lorsque la silhouette de Shan se dessina dans on champ de vision, elle en eu un pincement au coeur mais sourit... Qu'elle le veuille ou non, elle l'aimait. Elle approcha pour poser un baiser sur sa joue. Au moment où elle approcha, elle sentit sa poitrine se révulser en une inquiétude réelle, mais elle ne pouvait pas se résoudre à ne plus jamais le toucher.  Alors elle alla au bout de son geste, ses lèvres le saluant d'une façon éphémère.

    - Il faudrait faire un peu sortir Zim, non ?
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 1 Avr - 21:54
    Lui, de son coté, se sentait étrangement léger. Il avait la sensation d'avoir fait un vrai pas en avant, d'avoir progressé. Il ne savait pas vraiment les raisons qui faisaient qu'il avait plus apprécier. Alors il avait tout mit sur une seule possibilité. C’était elle. Comme elle l'encourageait et le guidait, il parvenait a passer au dessus de ses troubles. Il l'aimait tant. Il était si heureux de l'avoir rencontré.

    Pour la première fois depuis des années, il etait heureux d’être né. Il avait le sentiment qu'il vivait uniquement pour ce jour, pour cette rencontre avec cette belle Sirène.

    Il n'écoutait absolument pas ce qu'elle faisait, comme d'habitude. Le bout de son oreille restait sur la salle de bain, au cas ou elle l’appelle, mais autrement, il la laissait seule, comme elle voulait. Il pourrait réagir au quart de tour, mais il avait la capacité d'augmenter ou diminuer l'intensité de ses sens, quand il le voulait. Si il avait toujours entendu tous les sons alentours en continu, il serait véritablement devenu fou.

    Alors qu'il était dans la petite salle ou il faisait a manger, il commença a fredonner. Oui, c’était agréable. De faire un bon repas pour quelqu'un d'autre. Comme ils mangeaient beaucoup de poissons, il songea que cette fois, il allait essayer une viande. Quelque chose de tout, qui fondait sur la langue, et qui ne soit pas trop agressif pour elle qui avait un régime alimentaire naturellement opposé a ça.

    Il faisait des aller-retour, et ouvrit la porte pour que Zim rentre. Il agitait joyeusement la queue, et semblait ravi que son maître soit d'aussi bonne humeur. Après les événements de la journée, ce n’était pas évident.

    La viande commença a mariner dans ses propres graisses chaudes, au milieu d'un bouillon de légumes qu'avait naturellement formé la cuisson. Des champignons, un peu de lentilles, des tomates, des carottes. Une espèce de pot au feu fait un poil en accéléré mais qu'il parvint a faire plus vite grâce a certaine plante qui rendait plus rapide l’imprégnation de la sauce par la viande.

    Il était en train de mettre la table comme le midi, alors que l'odeur de cuisson avait envahit légèrement la pièce, depuis l'autre coté de l'ouverture. C'est a ce moment la qu'elle sortit, et il tourna la tête vers elle en lui souriant pleinement. Pleinement pour lui, c'est a dire de façon assez fine, visible surtout dans le regard. Son odeur etait de nouveau humaine, comme son allure. Différente, et toujours plus elle a chaque fois. Il se demanda si un jour, il parviendrait a mêler les deux odeurs en une. Il en frissonna brièvement de curiosité et d'envie.

    - Ca a été, tu as profité de la fin de ton bain ?

    Il déposa les verres, ainsi que la bouteille d'alcool sur la table, a coté du pichet d'eau. Il s’était dit avant qu'elle n'arrive qu'elle aimerait sans doute boire un peu, le soir, par exemple. Le goût était sans doute bon quand on avait pas un blocage comme le sien. Alors il avait acheté quelques bouteilles, sans doute de moyenne qualité, a un marchant étant passé par le village, une semaine plus tot.

    Il tourna légèrement la tête pour qu'elle approche, et sentit son contrôle, sa retenue. Il fronça un poil les sourcils, un peu étonné. Elle n'allait pas bien, elle. Elle devait être frustrée, ou bien agacée de quelque chose. Il commençait a la connaître. Il la laissa s'éloigner a nouveau, un peu.

    - ...Il vient de rentrer. Tu veux qu'on aille se balader après ? Il fait froid mais en étant bien couvert, ca peut être agréable après être resté enfermé toute la journée, et avant de se reposer.

    Il la dévisagea sur son flanc, guettant ses réactions. Une journée pareille ne pouvait pas finir simplement, de toute manière. Une fois, deux fois. Jamais deux sans trois. Il ne s'approcha pas, lui laissant de l'espace, et alla plutot s'asseoir sur le lit, en la regardant.

    - ...Qu'est ce qui ne va pas ?

    C’était encore lui, encore le résultat de son soucis de s'offrir totalement ? Il avait cru que cette fois...c’était un peu mieux. Mais sans doute pas assez.

    - Tu n'es pas obligée de me parler...mais ce n'est pas bon de garder tout a l'intérieur. Et j'ose croire qu'a chaque fois que nous avons fini par dire ce qui n'allait pas, l'un ou l'autre...les choses s'arrangeaient ensuite. Tu peux me parler.

    Oh, c’était parce qu'il l'avait renifler ? C’était inconvenant ? Ce n’était que le cou...mais si cela lui faisait cette réaction, il n'irait pas au delà. Il savait, au final, que c’était bel et bien bizarre comme action. La renifler comme un chien. Mais en même temps...Elle sentait si bon...a tel point qu'il avait littéralement perdu pied un instant. Si il laissait son nez un peu ailleurs, un bref instant...Que c’était pire...Son cœur allait peut être même lâcher prise, littéralement.

    - Je m'excuse pour le...euh...nez. Je n'aurais pas du te renifler de la sorte...C'est juste une...mauvaise habitude, de laisser mon nez agir plutôt que mes autres sens. Si c'est ça je...ça ne se reproduira plus.

    Il la regarda timidement, désolé d'avoir était aussi vulgaire et grivois. Lui qui aspirait a la douceur etla beauté, principalement. Enfin, c'etait ça qu'il avait imaginé toute sa vie, si un jour, cela lui arrivait. Ce jour etait la, déjà.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 2 Avr - 1:11
    - Oui. ça a fait du bien.

    Le sourire... Il souriait... Vraiment. Un sourire qui lui montait jusqu'aux yeux. Il respirait le... bonheur ? L'avait-elle déjà vu comme ça ?

    Après avoir poser un baiser sur sa joue, il n'avait pas changé... Ou un peu. A peine. Il voyait clair en elle, comme d'habitude mais cela ne semblait venir de lui, bien au contraire. Les épaules de la sirène se dénouèrent. Le voir comme ça, simplement heureux d'être là, était un réel bonheur après les montagnes escarpées de l'après-midi. Voilà de nouveau le simple, le doux, le concret.

    Son sourire se fit un peu plus tendre, un peu plus détendue. Toujours aussi fatiguée mais d'une douceur sincère, rassurée... et étonnée de le voir se diriger de nouveau vers le lit... Et carrément surprise de ce qu'il dit en suite. Encore enroulée dans son drap de bain, elle s'approcha, en une parodie de leur déjeuner. Pourtant, cette fois c'était totalement différent.

    Au lieu de s'asseoir près de lui, elle lui prit les mains pour le remettre debout avant de passer les bras autour de sa taille. Une étreinte douce qui n'attendait, ne voulait ou n'imaginait rien de plus.

    - C'est pas une mauvaise habitude, que tu aimes l'odeur de ma peau est un compliment en soi. Et j'aime ton côté loup blanc. " On entendait son sourire dans sa voix revenue à la normale quoi qu'encore très mélodieuse. Du bout du nez, elle vint frotter celui de Shan avant d'enfouir la tête dans son cou. " Tout ça était très agréable et je suis désolée de t'avoir mis la pression. J'avais peur d'en avoir trop fait, que ça te gêne et que ça te coupe de toi-même comme de moi. Tu sais... Notre relation est l'exacte opposée de tout ce que j'ai connu jusque là. Te sentir effrayé par moi a été... difficile. Parfois l'idée de te faire du mal me terrifie autant que l'idée de te perdre... Je n'arrive pas à savoir comment me comporter ni où mettre la barre pour que tu te sentes bien... ça me fait peur. "

    Elle se redressa mais elle avait toujours l'air aussi bien.

    - Mais tu n'y peux rien. Et là, tout de suite, je suis surtout heureuse de te voir heureux. Maintenant, ça va... Et ne m'en veut pas mais on a passé presque toute la journée dehors. En plus la dernière fois qu'on a voulu faire une balade on s'est retrouvé dans un monastère infesté de zombis. Si ça te va, je préfèrerais rester là, faire honneur à ce que tu nous a préparer sans que tu n'aies à le réchauffer, peut-être une partie de carte, lire un peu et juste dormir. Tu veux bien ?
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 2 Avr - 1:55
    Il accepta les mains dans les siennes, en se levant. Et l'etreinte. Et l'écoute. C'etait donc bien qu'elle se reprochait quelque chose. Et il etait surpris qu'elle puisse vraiment penser ça. Elle n'avait pas totalement compris la violence que son odeur avait produit chez lui. Mais ca n'avait pas l'air de la déranger, au contraire. Et cela le soulagea. La suite un peu moins.

    - C...comment peux tu croire un seul instant que j'ai peur de toi ? Ce n'est pas ça, cela n'a jamais été ça. Ni dans le lit, ni dans le bain.

    C’était bien une forme de peur, mais absolument pas d'elle en tant que personne, plutôt d'une idée générale qui s'offrait a lui a partir d'un moment, quand les choses commençaient a déraper. La peur d'un concept, et surtout la peur de lui meme. Il passa les bras en réponse, pour rendre l’étreinte plus intime, plus douce. C’était agréable.

    - C'est simplement moi qui ai des...soucis, je suppose ? Je ne sais pas exactement comment parler de ça de maniere tangible. Mon corps a des réactions que je voudrais éviter. Je ne veux pas que tu penses que c'est ta faute. Cela ne le sera jamais, d'accord ? Tu fais déjà tout ton possible. Tu m'as appris, guidé, tu me rend heureux.

    Si elle en doutait, alors il fallait remédier a ça sur le champ, lui expliquer, lui dire, et redire, encore et encore, pour que cela se grave dans son esprit. Elle n'allait pas le perdre, il n'allait pas partir a cause d'une caresse un peu trop prononcé. Il serait toujours la.

    - Quand au reste hum...quand j'ai posé le nez dans ton cou...je pense que je suis tombé dans un etat proche de la breve inconscience. J'ai sous-estimé l'effet que ton odeur aurait sur moi. Mon cerveau s'est fermé pendant un instant. Tu es très...Intense pour moi. Et ce n'etait que ton cou....c'est pour ça que c'etait probablement mieux de faire une pause. Je ne suis pas sur que mon cœur resiste a plus que cela, aprés tout ça. Si jamais je tombais sur quelque chose de...

    Plus forte, plus intense, plus compact. Il n'acheva pas sa phrase, rougissant un peu. Il ne manquerait plus que dans un excès d’espièglerie, elle finisse par s'asseoir sur son visage ou autre grivoiserie de la sorte. Il tomberait sans doute littéralement dans le coma. Et il ne voulait pas lui donner de mauvaises idées, elle était assez capable elle même d'en avoir sans qu'il l'aide.

    - Restons la alors, si ca te conviens. Nous sommes la pour nous reposer encore un peu aprés tout. Je veux bien...Essayer de jouer, aprés. Je ne sais pas trop comment faire, mais tu vas m'apprendre.

    Elle lui apprenait toujours, elle etait douée pour ça, pédagogue. Ou en tout cas, lui, il arrivait a comprendre assez simplement ce qu'elle lui expliquait, en general. C'etait peut etre simplement parce que c'etait elle, et aucune autre raison.

    - Je te demande juste de continuer a me faire tes beaux sourires m...ma Rowena.

    Il l'embrassa sur le front et la relâcha. Il la regarda de haut en bas, et Zim lâcha un petit aboiement content, ayant la sensation qu'ils s’était définitivement rabibocher. Ca lui faisait plaisir. Shan désigna la cuisine et s'y dirigea, pour y disparaître. A la seconde ou il fut hors de vision, il s'appuya sur le mur, le souffle court. L'avoir serré dans ses bras avait été très intense. L'odeur, encore une fois. Alors que sa version sirène était plus fine, tenue, une fois en humaine, il avait l'impression de se prendre soudainement un ouragan en plein visage, stimulant son esprit.

    - J...j'ai fais de la viande pour changer un peu, j'espere que ca t'ira ? Je sais que ce n'est pas ce que tu preferes.

    Une petite phrase pour donner le change de loin, en attendant qu'il devienne assez fort pour lui resister assez pour ne pas perdre la tete a chaque fois qu'elle etait proche de lui. Une vraie drogue.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 2 Avr - 10:08
    - Oh...C 'était ça alors ? Trop intense... Je suis contente. " Merci... Pour une fois elle n'avait pas commis d'impair finalement et elle sourit plus franchement, loin de toute idée grivoise pour une fois. " Ton corps exprime ce que ton esprit n'arrive pas à gérer. J'ai déjà vu ça. Je... " elle prit quelques secondes pour trouver ses mots avant de continuer. " J'ai bien compris que ce n'était pas moi en tant que personne. Mais j'ai remarqué la différence de tes réactions entre ma forme naturelle et ma forme humaine.

    C'était le jour et la nuit. Bien plus marqué que la retenue qui lui restait une fois dans l'eau à la caresser comme si de rien était, cette différence là on ne pouvait pas passez à côté et pour la jeune femme qui avait travailler entourée de personnes plus traumatisées les unes que les autres dans un lieu insufflant la folie au cœur des gens, l'origine d'un tel comportement n'était jamais simple.... encore moins heureuse.

    - On a pas à en parler si tu n'en as pas envie. Sache seulement que je veux aller à ton rythme.

    Aussi coûteux que ça risque d'être pour elle... Cette fois elle en avait conscience. Elle espérait seulement que vouloir suffirait et ils verraient sur le long terme. Ce soir, elle ne pouvait plus se permettre un autre looping émotionnel. C'était trop.

    Alors elle lui sourit et le laissa se diriger dans la petite cuisine pour s'asseoir plutôt à table après avoir récupérer le jeu de carte dans ses affaires, le temps qu'il parachève son plat. Toujours épuisée mais sereine. Zim vint timidement s'approcher d'elle, d'abord la regardant pour avoir des grattouilles - Ce qu'elle avait toujours parfois du mal à lui donner comme ça sortie de nulle part, même après leur traverser du Reike en duo - puis s'allongea, la tête sur ses pieds nus, lui arrachant un sourire mi contente mi agacé.

    - ça ira très bien ! J'aime ça. La viande ça reste passablement du poisson de la terre, ça sera parfait. " lança-t-elle de loin, inconsciente de l'effet qu'elle avait encore et toujours sur lui. " C'est plutôt le sucre qui ne me réussit pas... Enfin j'imagine qu'en vrai, ça ne réussi pas à grand monde, mais je ne suis pas fan du goût non plus.  

    La soirée s'annonçait calme... Et après vérification, le paquet de carte était complet. Elle passait tranquillement en vue les différents styles de jeux qu'elle connaissait en se demandant lesquels plairaient le plus à son compagnon. Pas trop intellectuel, inutile de compter les cartes... Pas trop basé sur la rapidité non plus sinon elle perdrait à coup sûr. Bwof, elle lui en proposerait plusieurs et ils verraient bien. Après tout il n'y avait pas de grand enjeux là dessus.
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum