DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Siame

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    He's a Pirate [Event "Attaque sur  Kaizoku" - République.] - Page 4 JvNj4PH
    Gazette des cendres
    Été 2024
    Lire le journal
    #7
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Coeur de Melorn
    Derniers sujets
    Le Musée du Courage - LibreAujourd'hui à 22:19Ruby Draglame
    Le passé au présent | Altarus Aujourd'hui à 18:13Altarus Aearon
    Quand la Caravane passe... [PV Kassandra]Aujourd'hui à 16:37Alaric Nordan
    [Groupe 2] Le Cœur de MelornAujourd'hui à 16:29Savoir
    Réunion de l'État-Major du 21 Février, An 5Aujourd'hui à 9:55Vandaos Fallenswords
    [Groupe 1] Le Cœur de MelornAujourd'hui à 3:18Koraki Exousia
    [Flash-event] Le Bal du Reflet des ÂmesHier à 23:41Ayshara Ryssen
    La couleur du sable I Kieran RyvenHier à 21:55Arkanon Ikhilosho
    Validation RPs normaux de Vern J. V.[République]Hier à 21:34Verndrick Vindrœkir
    +10
    Althéa Néphériane
    Le Docteur
    Gunnar Bremer
    Ruby Draglame
    Neera Storm
    Altarus Aearon
    Klak-Klak Boom
    Pancrace Dosian
    Azura Aiwenor
    Koraki Exousia
    14 participants
    Aller en bas
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 20 Juil - 15:18
    Bon, faut croire que ces balistes sont pas aussi précises qu'elles en ont l'air... Tant pis, on y reviendra plus tard, quand ces guignols auront approché un peu plus des quais. En attendant, va falloir trouver autre chose... Et justement Crocus arrive avec la mine d'un raton qui a une idée en tête, et des molotov dans les bras. Les ingrédients d'une bonne nuit en perspective !

    - "Bon, on s'taille ? A moins que t'aies envie de réessayer ? Parce que c'est pas que je m'ennuie mais je suis pas non plus là pour porter des trucs d'un bout à l'autre, et le bâteau est prêt."

    - "Hmm, ouais. D'façon elle tire pas droit cette baliste." que je lui bougonne, avant de me rapprocher du quai, juste derrière lui, et de sauter sans hésitation sur le bateau qui commençait tout doucement à prendre de la vitesse. J'avance rapidement vers l'avant du bateau, histoire d'avoir le temps d'analyser un peu le bourbier dans lequel on est en train de se jeter.


    Alors qu'on passe devant une petite troupe d'officiers républicains, ils sautent à bord. Eh y'a le grand brun de tout à l'heure tiens ! Faudra que je le nargue à l'occas'. Et là, un coup de coude de Crocus me tire de mes pensées.

    - "Il ressemble pas carrément à Cactus celui-là ? T'penses qu'il serait content si on lui ramenait sa moustache ? Vu qu'il loupe une baston pareille, ça lui fera un souvenir, puis on pourra lui mettre dans la gueule que pendant qu'il se tournait les pouces, on a quand même pensé à lui."

    - "Oh carrément qu'il lui ressemble. Eh bordel, c'est vraiment pas un compliment.", je lui réponds à voix haute, en passant juste devant le concerné, en ricanant. "Jamais là quand on a besoin de lui c'ui là, et pourtant on en a pas b'soin souvent. S'il voulait un souvenir, il avait qu'à v'nir. Il se s'rait peut-être même fait un pote moustachu aujourd'hui." Comme quasiment tous nos autres frères et sœurs, je l'aime bien le Cactus, mais comme tous les autres, il en prend pour son grade à la première occasion.


    J'arrive tout à l'avant du pont, Crocus un peu derrière moi. Allez, on prend le temps de bien regarder ce qui se trame. On prend note des effectifs, on retient qui fait quoi. Qui sont les capitaines des deux navires qui s'en prennent à celui qu'on va rejoindre, qui tire, qui manœuvre. Tiens, y'en a une qui dénote du décor qu'il va falloir garder à l'oeil, ce qui va pas être bien difficile vu qu'elle est plus colorée que tous les autres protagonistes réunis. Je sais pas de quoi elle est capable, mais j'ai vu de la magie de l'eau et de la terre. La terre ça peut percer une coque, l'eau ça peut éteindre des incendies, et vu ce qu'on a dans les bras, c'est chiant.


    Ok, j'ai un plan. Je siffle un coup pour attirer l'attention de Crocus et lui montre en tendant du doigt un des bateaux pirates, situé sur le flanc droit du navire républicain en mauvaise posture, entre l'abordage d'un côté et l'attaque à distance de l'autre.

    - "Avant d'aller aider les républicains qui se font aborder, on va d'abord s'occuper de celui là pour qu'il les laisse respirer un peu, qu'ils soient pas pris entre deux feux. On balance tout ce qu'on a dès qu'on peut, pour y foutre le feu. Tu vois la piñata géante sur le pont là ?" Je pointe du doigt la fae. N'importe qui serait pas capable de la voir à cette distance dans cette purée de pois, mais je sais qu'il a presque d'aussi bons yeux que moi. "Elle balance de l'eau. Entre autres. Faut que je la descende avant qu'elle ruine tout. Et pour ça, je vais avoir besoin que tu fasses un truc pour moi."


    Pendant que je transmets à l'équipage et aux officiers républicains les informations utiles que j'ai pu glaner sur les bateaux qu'on s'apprête à attaquer, je prends un des molotov. Ca m'fait mal au cœur de sacrifier un de ces projectiles, mais ça en vaudra la peine. Je retire le tissu que je déchire en plusieurs bandes, que j'enroule, juste derrière la pointe d'une dizaine de carreaux. Quand c'est fini, je trempe tout ça dans l'alcool de la bouteille et paf, ça fait des carreaux incendiaires.

    - "Quand on est à portée de tir, allume-moi ça... Si la cible sur pattes là-bas est en feu, ça va être plus compliqué pour elle d'éteindre son bateau" je ricane, sans aucun scrupule. "Et d'façon, je tire pas juste pour blesser. Le feu, ça sera juste au cas où elle respire encore."


    Avec tout ça, on est presque à portée. Je me concentre, arme la grande arbalète, charge le carreau. Crocus l'allume, je vise. Je prends bien mon temps, pour être sûr de mon tir, et qu'on soit bien à portée. Et ça part. Un carreau, puis un autre. J'attends même pas de voir si ça touche, j'en charge un autre et je continue. Et encore, et encore. Hors de question que je fasse dans la dentelle cette nuit.


    Une fois la rafale partie, on passe aux molotov. J'en garde un peu sous le coude, on sait jamais, mais on pilonne quand même le bateau occupé à canarder nos « potes » bleus. Faut les garder occupés pour la suite du plan.



    Pouvoirs et résumé:
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 20 Juil - 17:48

    Attaque sur Kaizoku
    Jusque-là, tout se passe comme sur des roulettes. Là-bas, les animaux qui ont répondu à son appel, ce dont Lil' leur est infiniment reconnaissante, sèment le chaos. De ce côté-ci, ce sont attaques qui parviennent à leur cible et compromettent la progression d'un navire ennemi. Quant à l'équipage dont elle fait partie, du moins plus ou moins, Altarus exulte presque. En bref : le plan improvisé dans l'urgence du moment, car l'improvisation, c'est exactement ce qu'est sa présence, se déroule parfaitement, sans accroc. Peut-être même trop bien. Mais qu'importe ! Pour le moment, la Fae savoure son moment de gloire, les félicitations de ses compagnons de fortunes et d'infortunes.

    Avec un sourire aussi grand que celui réservé aux meilleures des nouvelles heureuses, la jeune femme observe le déroulement du combat, lors d'un moment de répit qu'elle sait bref. Des cris déchirent la nuit, des flammes s'élèvent et dansent comme pour embraser les étoiles, la mort se devine, la magie fuse et vibre tout autour d'elle, et le pillage d'après-bataille se dessine lentement dans son esprit. Des richesses l'attendent, là, quelque part, sûrement sur l'un des navires républicains ou dans les entrailles d'une coquille de noix pirate. Cela lui rappelle Benedictus, nonobstant de nombreuses différences : l'omniprésence de la mer partout à l'horizon, le fracas du bois contre le bois des embarcations qui s'éperonnent, le bruit cadencé de rames qu'on manipule avec force et désespoir. La scène n'est définitivement pas la même, noire davantage que rouge, et la finalité elle-même diverge de cette lutte passée. Son adversaire est également d'une tout autre nature, à leur manière, moins fatale qu'un Titan. Mais que peuvent en savoir les républicains, eux qui se sont détournés du sort de Shoumeï ?

    Regonflée par sa colère, sa haine, Lil' Nwalma lance une dernière pierre à l'assaut du navire déjà condamné lorsque Altarus cri de nouveau. La jeune femme se retourne sur le qui-vive, comme nombre de marins à bord, juste à temps pour constater que six rafiots républicains prennent le large depuis les quais, et qu'au moins l'un d'eux vient sur eux. Elle est trop petite, et faussement cachée comme elle l'est, dans le dos du capitaine quoiqu'à quelques pas, ce dernier est néanmoins un obstacle dans son champ de vision. Alors, elle se décale, cours d'un côté pour mieux voir l'ensemble des vaisseaux républicains dont elle fait un rapide calcul mental, en omettant celui qu'ils entreprenaient de couler quelques instants plus tôt, puis de l'autre pour en saisir la situation. Celle-ci semble complètement s'inverser à chaque seconde qui s'écoule. La République se montre plus offensive, puis ce sont les pirates qui se reprennent, et l'avantage avec eux. L'effet de surprise ne tardera plus à se dissiper.

    « Oui ! Je m'en charge ! »

    Se déplaçant avec une vitesse qui rivaliserait presque avec celle des vols circulaires de Bigarrées, quoique ses talons soient lourds et retentissants, Lil' détourne son regard ancré dans l'unique orbe bleu d'Altarus pour le poser sur ce qu'il lui désigne. Les instructions sont claires, nettes, précises. Le navire est encore hors de portée, mais la Fae se prépare, sa concentration à son paroxysme. Les idées fusent, jaillissent dans son esprit à la vitesse du vent que produit le capitaine, presque à côté d'elle. Il y a tant de manière de transformer un bateau en véritable passoire, mais les meilleures prennent du temps.

    Loin de l'attention de chacun, ou du moins sous les flots, à l'abri de leurs regards, Lil' Nwalma lance sa magie à la rencontre du vaisseau. Sitôt qu'il parvient à sa portée, à la manière d'une délicate caresse d'un drap de soie, elle épouse chaque aspérité du bois, glisse dans ses nervures polies… Jusqu'à toucher des plantes, certainement des algues, qui réagissent en réponse à ce pouvoir qu'elle leur injecte. Elle les nourrit, de manière tout à fait imagée, les gorge de cette énergie si particulière qu'est le mana ; leur donne tout ce qui leur est nécessaire pour croître et croître encore, tant en taille qu'en appétit, afin qu'elles viennent à bout des calfatages et envahissent chaque centimètre de l'embarcation ou, au pire, simplement pour en ralentir la progression. Pour les aider, lorsqu'elle espère être parvenue au résultat escompté, c'est l'eau elle-même que Lil' manipule, déplace en vrilles sous la ligne de flottaison pour la prendre d'assauts. L'eau sous-pression n'aime guère la résistance, mais la châtaine sait que des matelots se tiennent prêt à colmater la moindre fuite, c'est pourquoi elle compte sur l'assaut de plusieurs petites vrilles haute-pression. Il suffit d'un interstice, d'une petite brèche, pour qu'algues enchantées et flots furieux ne s'y engloutissent, et fassent hypothétiquement sombrer le navire. Ses "flèches-lances-vrilles" sous-marine fusent ainsi droit sur la coque.

    C'est à ce moment précis, celui où la jeune femme façonne une dernière projection tout en guettant très attentivement la moindre réaction du navire adverse, que Bigarrée s'agite à son tour. Ses cris d'alertes retentissent à ses oreilles qu'elle pince de son bec, tire sur le côté avec des battements d'ailes furieux ; la dernière vrille échappe à son contrôle, et surgit de l'océan à proximité du navire.

    La dernière fois qu'un tel affolement s'est dégagé de quelqu'un, ou d'une créature, était lors de l'attaque titanesque qui lui couta son aile, quatre années plus tôt. L'espace d'un fragment de seconde, le chaos de Kaizoku laisse place au carnage de Benedictus, et la douleur fantôme ressurgit dans son dos, la pliant à terre –ou plutôt sur le pont. Fermant les yeux, que cela soit pour prier ou oublier ce cauchemar, Lil' refuse néanmoins de céder sans résister. Même si cela doit être en vain. Comme quatre ans plus tôt, la Fae dresse sa fortification d'urgence, un dôme de pierre et de terre dont émergent racines et branches indistinctes, qui ressemblent aux serres d'un rapace refermées sur sa proie. Prison autour de ses ennemis, bouclier pour leur propre vaisseau, cocon étendu à Bigarrée et Altarus ou, malheureusement, à un seul d'eux trois… Toutes les formes possibles sont passées à l'esprit de Lilas Nwalma, qui attend, prostrée et comme sourde, n'osant ouvrir les yeux sur un résultat bien trop prévisible, dramatique. Pourvus qu'ils soient saufs !


    Résumé :
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Pancrace Dosian
    Pancrace Dosian
    Messages : 392
    crédits : 1883

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t917-pancrace-dosian-terminehttps://www.rp-cendres.com/t945-liens-pancracehttps://www.rp-cendres.com/t946-chronologie-pancrace
  • Jeu 20 Juil - 18:33

    J'retiens un juron quand on reçoit l'ordre de sauter sur le bateau. J'aurais dû faire semblant d'échouer, tomber à l'eau, et retourner sur le quai. Le bleu qui s'est planté doit être le plus malin d'entre nous, et j'vois à la gueule de certains autres qu'ils le pensent aussi. Bon, après, si on avait été douze à pas y arriver, ça aurait été carrément bizarre. C'est jamais qu'une raison de plus de se passer les nerfs sur lui au retour.

    Si on revient.

    Au pire je me téléporte sur les quais, nique la solidarité.

    Les deux monstruosités raton-laveurs nous filent des cocktails molotovs livrés par un habitant soucieux de notre bien-être, et si lui a pas dûment commercé avec la SSG, alors j'suis prêt à bouffer mon képi. Ca, j'vais pas m'en plaindre, mais le rafiot dont on s'approche, avec les puants à bord, il dira p'tet autre chose. Sur un signe du capitaine, on arme tous nos bras, et dans un bel ensemble, les bouteilles enflammées décollent dans les airs en direction du navire pirate.

    Puis j'entends une voix criarde et horriblement bruyante, il faut bien ça pour que je la capte par-dessus le fracas des combats, prononcer un nom que j'ai appris y'a pas si longtemps. J'plisse les yeux, avec nyctalopie, et j'vois un vioque au loin qui pourrait être ou ne pas être le vieux capitaine pointu avec lequel j'me suis accroché quelques jours plus tôt. Il serait là ? Ca serait un pirate ? Hé, vais pas faire semblant d'être surpris non plus. Juste, j'aurais préféré qu'on en arrive pas là. Pas comme si je pouvais utiliser une projection astrale pour aller sur son navire et lui dire de rentrer chez lui, trop le bordel autour pour se concentrer.

    « Au moins, c'est pas nous qui dirigeons le navire.
    - C'est plutôt une bonne nouvelle, répond Gunnar.
    - M'en parle pas. Cela dit, ça serait l'occasion de le diriger loin de tout ça.
    - Je croyais qu'on comptait les uns sur les autres ?
    - Pour s'en sortir, ouais. Cette île moisie vaut pas un galopin de mon sang.
    - Un galopin, voilà ce qui nous manque.
    - Putain, ouais. »

    Sans conviction, je tire un projectile magique en direction d'un pirate accroché à ses haubans, sans même me préoccuper du résultat.

    Spoiler:
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 20 Juil - 20:12

    Là tout de suite la ville ressemble à une fourmilière. En moins bien organisé. Beaucoup moins bien organisé. C’était tellement ironique de voir les pirates avoir une organisation aux petits oignons là où la République ressemblait à s’y méprendre à un poulet à qui on venait de couper la tête et qu’on laissait courir pour un spectacle assez morbide dans le concept même.

    La livraison s’était globalement bien passée. Tu avais fait ce que tu sais mieux faire, évité le conflit et atteindre ton objectif. Mine de rien c’était une qualité comme une autre qui était utile ce soir. La caisse des futures bouteilles enflammée avait trouvé un destinataire et presque aussitôt une nouvelle livraison avait terminé dans tes bras. Au final voir le monde brûler ainsi, même si l’attaque est frustrante pour plein de raison, ça reste amusant, ça fera une lettre fournie pour Capella.

    La nouvelle livraison était une caisse d'armes pour un bateau encore à quai qui termine ses préparatifs d’urgence pour mouiller dans le chaos ambiant qui se dessine tout autour. La livraison se passe bien quand tu entends un sifflement bien distinctif, un habitant du coin, membre de la flotte républicaine visiblement, les joies de la reconversion, t’interpellent de manière assez classique ici.

    On siffle et Pyxis ne fait les correspondances pour pas grand-chose avec l’assurance que tout arrive à bon port. On est déjà dans le port ça aide pas mal.

    – Tu es en service ?

    Encore et toujours la même question, comme la vieille Maguite, comme la personne qui t’avait donné la caisse pour ici. Tu hoches la tête, étant dans la lumière d’une torche tu es certain d’être vu, aucune envie de devoir hurler pour se faire entendre dans le chaos ambiant. Ce qui semble un soupir de soulagement sort des lèvres de ton interlocuteur avant de te tendre une missive.

    – C’est pour le quartier général. C’est urgent.

    Urgent comme tout ce qui se passe ici. Qu’importe, pas le temps de faire du mauvais esprit et tu prends la missive avant de courir vers le centre de commandement. La livraison est tout ce que tu peux faire pour le moment.

    La lettre que tu ne liras pas est un contre rendu rapide des effectifs et forces du navire pour aider à la logistique future, comme savoir vers objectif lancer l’assaut pour lui. Certes les ordres étaient visibles à distance même sans lettre, mais il y a certaines informations qu’il valait mieux avoir sous la main pour faire le moins d’erreurs possible malgré l’urgence de la situation. Il y avait aussi tout un passage sur des doutes sur le fait qu’il y est une taupe au sein des forces républicaines en place quand on constate le manque d’information pour une attaque de cette envergure qui semblait avoir pris tout le monde par surprise.

    Au passage, alors que tu remontes le quai, d’autres membres d’équipage pour qui ton visage t’est familier te donnent aussi les missives à remonter au quartier général. Comme quoi avoir une bonne réputation de base dans son travail peut servir.

    Est-ce que tu vas au moins être payé pour ton travail à la fin de tout cela ?

    Aucune idée, pour le moment tu livres.

    résumé:
    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 20 Juil - 20:13
    Elle observait son amie, les yeux ronds, bouche bée. Bien sûr, une telle démonstration n'aurait pas dû l'étonner. Bien sûr, elle était capable d'obtenir le même résultat, bien que les moyens employés seraient différents. Mais agir et voir l'action d'un point de vue extérieur, c'était bien différent. Il lui fallut un moment pour s'en remettre et se rendre compte qu'à présent, ses boucliers ne servaient plus à rien. Alors, elle cessa de les invoquer. Au lieu de quoi, elle reporta son attention sur les navires. Eux étaient la clé, n'est-ce pas ? Si elle pouvait les effrayer, comme initialement prévu... Mais comment ? Elle ne voulait pas s'épuiser en invoquant un sort trop puissant. Pas tout de suite.

    Néanmoins, elle pouvait toujours créer une sorte d'illusion... À ceci près que son objet serait réel. Mais restait une question : de quoi avait peur un pirate ? Il lui fallut un moment d'introspection pour étudier cette question. Puis un sourire satisfait étira ses lèvres. Bien. Faisant quelques pas en avant, elle se concentra et prit le contrôle de l'eau de la mer. Puis elle la modela, prenant son temps pour créer sa forme en esprit avant de la faire plonger dans la réalité. Lorsque le processus fut terminé, un seedra entièrement fait d'eau se baladait nonchalament entre les embarcations, côté pirates. De temps en temps, il tournait son regard vers l'une ou l'autre des structures de bois, comme s'il hésitait lors du choix de sa prochaine proie. Finirait-il même seulement par attaquer ? Seul l'avenir le dirait...
    Résumé :

    Pouvoirs utilisés :
    Noble de La République
    Noble de La République
    Neera Storm
    Neera Storm
    Messages : 540
    crédits : 1515

    Info personnage
    Race: Demi-titan
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Chaotique bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t832-neera-storm-termineehttps://www.rp-cendres.com/t837-neera-liens#5839https://www.rp-cendres.com/t836-neera-storm-chronologie#5836
  • Jeu 20 Juil - 21:31
    Des cris. Des flammes. De la peur et de la férocité. Voilà tout ce qui se mélange sur ce port de Kaizoku qui était pourtant bien paisible quelques heures plus tôt. Dans les airs, Neera contemple ce spectacle d’un air préoccupé. Sa seule satisfaction, dans l’immédiat, c’est d’avoir su protéger quelques navires et d’avoir pu éteindre les incendies naissants sur les vaisseaux maritimes. Cela leur a offert du répit et cela leur a permis de limiter la casse. Mais ce n’est pas suffisant, non. Pas suffisant du tout. Les pirates continuent leur assaut et ce n’est pas une manœuvre comme la sienne qui va renverser la situation. L’ancienne apprentie de la Dame a bien sûr les moyens d’équilibrer un peu cette bataille. Mais déployer ses pouvoirs à pleine puissance a de fortes chances de créer des victimes de part et d’autre. Et puis... Se dévoiler trop vite, c’est se mettre de facto en danger. Non seulement parce qu’elle risque d’être une cible à abattre – même si Neera a bien quelques atouts dans sa manche – mais aussi parce qu’elle perdra énormément du mana en créant une tornade sur le port de l’île. Avant d’agir, autant mieux comprendre quelles sont les forces en présence pour ne pas gaspiller un sort inutilement.

    La professeure de Magic revient donc comme elle l’a promis sur les quais. Juste le temps de s’assurer que Maria et Azura vont bien. La vérité, c’est que la maîtresse de la foudre songe déjà à repartir. Elle a la capacité de voler et est, de facto, bien plus polyvalente que certains de ses compatriotes qui doivent se résoudre à rester sur les quais ou à monter un bateau. Paradoxalement, il suffit d’un tir bien placé pour que la Tornade soit amochée, à moins qu’elle ne place autour d’elle une protection suffisamment solide pour se protéger. Elle devra être prudente, mais ce n’est pas la jeune femme qui va se tourner les pouces. Et Azura non plus. La belle Lumina souhaite enrayer la course pirate sans faire de victimes, et ma foi, elle utilise avec sagacité ses pouvoirs de lumière pour créer un anneau autour d’elle. Bien vite, celui-ci tourbillonne de plus en plus vite et la sénatrice lâche son projectile vers un navire à proximité. Il n’y a plus qu’à espérer qu’il fasse mouche. Neera attendrait bien pour voir le résultat, mais un bruit apocalyptique lui fait bientôt relever la tête dans une direction précise. L'élémentaliste fronce des sourcils lorsqu’elle voit un brûlot foncer vers un navire de la République. Les pirates sont suffisamment fous pour brûler leurs propres embarcations ? Quelle idée... Mais la Tornade doit bien raviser son jugement. C’est peut-être totalement cinglé de la part de leurs adversaires, mais c’est véritablement efficace. D’abord parque le vaisseau ennemi a su correctement éperonner le bateau républicain, leur offrant peu de chance de s’échapper. Ensuite, parce que le bois et le feu font bon ménage. Et par conséquent, les flammes se répandent rapidement sur le second vaisseau maritime. Neera claque la langue, et elle s’adresse à ses deux amies :

    - Je dois aller en mer pour sauver le bateau là-bas. Nul doute que les deux filles ont vu aussi à quel point il est en train de s’embraser. Je vais aussi chercher à localiser ceux qui font le plus de dégâts à nos navires. Les pieds de la semi-titanide ont déjà quitté la terre ferme, et alors que ses yeux s’illuminent, elle croit bon donner la précision suivante. Je risque de ne pas revenir de suite, alors agissez comme bon vous semble. Maria, si l’équipage là-bas doit utiliser leur chaloupe, je compte sur toi pour les aider à revenir au plus vite sur la terre ferme ou à diriger le courant si cela t’est possible. Tes dons aquatiques pourraient aussi beaucoup aider les navires républicains. S’il y a une urgence, appelez-moi en créant signal ou un animal de lumière dans la nuit. Si je le peux et que rien ne me retient... Des cris affolés lui font à nouveau tourner la tête en direction des malheureux marins. Si je le peux, je viendrai, souffle-t-elle.

    Elle aimerait rajouter qu’il leur faudra être prudentes, mais les deux Républicaines en sont déjà conscientes. Alors Neera les abandonne pour prendre encore de la hauteur, puis elle va aussi vite qu’elle le peut en direction des deux navires incrustés l’un dans l’autre. Il y a peu de monde dans les airs et elle sait donc vite progresser jusqu’à sa destination. Bientôt, elle descend en tournoyant légèrement vers les navires. La fumée s’élève bien sûr dans la nuit, et si la diviniste l’a négligée au tout début, elle a rapidement changé d’avis quand elle a commencé à tousser et à avoir les larmes aux yeux.  Saleté de… de… de pirates, voilà. C’est de leurs fautes si elle en est là. Mais elle ne perd pas son temps à maudire inutilement les insurgés de Kaizoku. Au contraire, déviant l’air corrompu par plusieurs petites bourrasques, elle finit par se rapprocher du pont du vaisseau républicain. Sans mettre les pieds au sol, elle profite de sa hauteur pour avoir une vue d’ensemble. Et la situation est peu en leur faveur.

    Le brûlot a joué parfaitement son rôle. Les flammes ont désormais envahi le second véhicule flottant, et l’équipage est pour ainsi dire désespéré. Certains matelots essaient vainement d’endiguer le feu ; d’autres sont au gouvernail et essaie de redresser le navire pour se libérer du brûlot ; certains ont même perdu toute foi d’être secouru et ont sauté à l’eau, sans prêter attention à l’huile qui est présente à la surface. Neera secoue la tête de dépit, tend le bras pour utiliser ses pouvoirs…

    S’arrête quand un projectile vient violemment heurter le bateau.

    Un projectile ? Non. Il y en a deux. Liés par une chaine. Neera est trop en hauteur pour être touchée, mais que le mât soit brisé ou non et que la coque soit éventuellement percée de part de part ne change rien à son regard ébahi.

    Qui…
    Qui a eu cette…
    La colère qui l’embrase rend un instant ses pupilles plus luminescentes, et l’espace d’un instant, un éclair vient caresser sa main, comme pour lui rappeler que la foudre n’est là que pour la servir. Et il est vrai que la demi-titan n’a qu’une envie : se tourner dans la direction du lancer et demander directement des comptes aux responsables. Mais si elle affreusement tentée par cette option, c’est la chute désespérée d’un marin qui la ramène à la raison.

    Il n’est pas temps d’être juge ni bourreau.

    Bien qu’elle ne soit pas experte en bateau, il lui semble évidemment que, si le tir a fait mouche, le navire est perdu. De plus, ce n’est pas un, mais deux bateaux qu’elle devrait éteindre pour totalement briser l’incendie. Ce serait possible, mais cela prendrait beaucoup de temps, pour peu de résultats. Autant se concentrer sur les vies qui peuvent être sauvées, et pas sur les bâtiments maritimes qui sont trop endommagés pour être utilisés.

    Jetant un œil aux matelots qui nagent pitoyablement au sol, Neera descend à hauteur du pont pour aborder un type qui semble être le capitaine.

    - La chaloupe, fait simplement Neera. Où est-elle ?
    - Par là-bas, croasse le capitaine en désignant l’un des bouts du bateau. Mais elle est inaccessible à cause du feu qui bloque le passage, continue-t-il en voyant la belle aux cheveux d’argent s’avancer résolument dans cette direction. Vous voyez bien le mur de flammes, n…

    L’eau qui jaillit dans la main de Neera l’interrompt, et celle-ci projette résolument sa magie contre le feu qui dévore planche, bois, et tout ce qui peut être consumé sur le navire. Ce feu-là a l’avantage d’être très localisé et de bloquer un passage restreint, ce qui lui permet de facilement prendre le pli sur cette portion de l’incendie. Ca n’empêche pas le reste du vaisseau de gémir sous l’avidité des flammes, mais l’accès au canot est désormais possible. Le pauvre Républicain en a manifestement perdu son latin alors que Neera se retourne vers lui sans ménagement.

    - Que vos gars restants s’occupent de défaire les nœuds et ce qui retient votre chaloupe, fait-elle presque d’un air pragmatique. Quelles sont les chances de sauver le bateau ?
    - Pas belles, grogne l’intéressé alors qu’il houspille ses matelots qui ne demandent pas mieux que d’avoir leur place sur le canot. S’il y avait eu que le brûlot, j’aurais dit que c’était peut-être faisable avec une mage comme vous. Mais l’attaque, là… Faudrait voir si elle a touché. Et si c’est le cas, c’est fini.
    - Si vous voyez que ça n’a pas touché, vous m’appelez et je collaborerai pour éteindre l’incendie. Le cas échéant, vous vous taillez sur votre canot. Moi, je vais rassembler vos matelots qui sont à l’eau.

    Joignant le geste à la parole, Neera s’envole. Elle surveille qu’on ne la vise pas en traître et s’intéresse à ses concitoyens qui luttent pour s’en sortir. Si l’huile lui cause des soucis, elle arrive néanmoins à stabiliser temporairement l’état des marins en créant des fines couches de glace auxquelles les marins peuvent s’agripper le temps de récupérer. Ces couches sont très éphémères face aux eaux maritimes de Kaizoku, mais l’élémentaliste ne les a pas conçues pour durer. Si elles durent une ou deux minutes, tout au plus, ce sera très bien. L’idée est simplement que les nageurs arrêtent de s’affoler et récupèrent leur souffle pour mieux collaborer. Manipulant légèrement l’eau en surface, Neera essaie de manipuler la direction du courant pour les diriger dans la même direction : la chaloupe. Ensuite, il n’y a plus qu’à laisser faire l’entraide républicaine. Les marins seront bientôt dedans et pourront regagner le large. Evidemment, Neera prend le temps de recueillir l’avis du capitaine, pour savoir si le navire républicain a une chance de survie. Si c’est le cas, et si cela lui semble utile, elle collaborera pour éteindre l’incendie, mais sinon, elle laissera les matelots prendre le large en direction des quais. Et ensuite…

    Elle tournera les yeux vers le bateau qui lui semble avoir tiré les carreaux.
    Il serait peut-être temps de lui rendre une petite visite.

    Résumé:

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 20 Juil - 22:47
    Attaque sur Kaizoku
    Battle of Navarino - Ivan Aivazovsky
    Comme prévu, le touriste préféré de votre touriste préféré n'a pas eu de mal à contourner la zone de conflit et à rejoindre rapidement le port. Avec le début des hostilités et l'effervescence des premiers combats, un piaf à la con qui traverse tranquillement le ciel étoilé de Kaizoku est vraisemblablement le cadet des soucis de la défense républicaine. Enfin, c'est ce qu'il croyait. Eliëndir survole les lignes de défenses des culs-bleus, prenant le temps d'observer l'agitation qui règne un peu partout et  la panique bien visible dans les yeux des belligérants. Les premiers bâteaux de la marine républicaine succombent enfin à l'assaut des pirates, rejoignant le fond et offrant un avantage non négligeable aux assaillants. Malheureusement et à son grand désarroi, il n'a plus vraiment l'occasion de profiter du spectacle qui se déroule toujours dans la baie de l'ancienne cité pirate. Quelques bateaux prennent feu en a rien de temps et même s'il se doute de connaître l'identité d'une des responsables de ce coup d'éclat, Eliëndir n'a pas le temps... Son esprit vise ailleurs...

    Il s'attarde tout particulièrement sur les différentes allées et venues sur les quais ainsi qu'aux regroupements qui pourraient trahir la position de quelques personnalités importantes. Et justement, c'est un attroupement un peu plus loin sur son chemin qui attire immédiatement son attention. Pas de chance, ils sont bien trop loin pour y voir clairement quelque chose et plus important encore, il est interrompu par une flèche qui siffle tout près de lui, sans l'atteindre mais c'était pas loin. Curieux, il n'a pourtant pas l'apparence d'un pirate. Qui est le connard qui vise comme un manche ? En jetant un coup d'œil en contrebas, Eliëndir comprend rapidement qu'il était bel et bien la cible de cette flèche solitaire. Un soldat l'a repéré et a déjà alerté ses petits copains qui commencent déjà à encocher leurs flèches assassines. Visiblement, ces incultes ne sont pas au courant que les Pygargues sont une espèce protégée et qu'ils s'exposent donc à de très lourdes sanctions juridiques. Comment ça, pas dans cet univers ? C'est honteux ! Je vais me plaindre au MJ.

    Au vu de l'animosité dont font preuves les soldats républicains à l'égard d'un oiseau sans défense, Eliëndir n'a aucune intention de se venir se présenter. Il vire immédiatement de bord en accélérant sa course et en zigzaguant du mieux qu'il peut pour anticiper et éviter les quelques flèches qui tenteraient de l'abattre. Par précaution, Eliëndir lève un voile d'ombre opaque autour de lui pour camoufler ses mouvements mais surtout pour faire office de bouclier afin de se protéger, dans le cas où une flèche réussirait à l'atteindre. Le mage noir n'engage pas le combat bien au contraire, il se dirige encore un peu plus vers la ville pour disparaître derrière un bâtiment quelconque, se déplaçant entre les toitures jusqu'à ce que les soldats le perdent de vue. Quand il sera à nouveau en sécurité, Eliëndir ira calmement se poser sur un toit pour modeler sa chair et ses os, changeant à nouveau d'apparence. D'un aigle à tête blanche, le mage noir arbore maintenant les traits d'un chat à l'épais pelage noir comme la nuit et aux yeux violets.

    Sous cette forme, il devrait être bien plus simple d'avancer discrètement de toit en toit en veillant à ne pas recroiser les soldats qui l'ont reconnu un peu plus tôt. Il n'en reste pas moins sur ses gardes, faisant attention à ne plus faire de mauvaises rencontres. Se cachant si nécessaire. Il continue donc sa route en s'approchant le plus possible de l'attroupement de culs-bleus en uniforme de tout à l'heure, depuis le sommet des bâtiments adjacents au port pour aller y jeter un œil. Toujours à la recherche de l'état-major de la République.

    Résumé:

    CENDRES
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Ruby Draglame
    Ruby Draglame
    Messages : 190
    crédits : 1216

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique bon
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t179-ruby-draglame-termineehttps://www.rp-cendres.com/t375-les-aventures-de-soeur-hematite-alias-ruby-draglame#1569
  • Ven 21 Juil - 0:11
    Ruby était contente que sa stratégie avait permis de renverser la situation sur la bateau où elle se trouvait. Toutefois, comme tout le monde elle avait  eu des nouvelles de projectiles de lave qui partaient d’un navire pirate. Néanmoins elle se trouvait trop loin pour agir en groupe sur le bateau où elle se trouvait. Elle demandait  au responsable du navire une situation géographique  des autres bateaux les plus proches et ceux qui étaient sous les feux d’attaques élémentaires magiques.  Celui lui montrait que les navires les proches étaient  deux navires pirates qui croisaient leurs attaques sur un navire républicain. Toutefois  des navires républicains venaient contrer ces deux navires. De l’autre côté pour le navire en feu, il y avait un navire qui pouvait récupérer les marins et éventuellement les chaloupes.


    La rousse remarquait  que les deux navires  Altarus et Alvida compromettaient la défense sur les quais, si les troupes marines ne les stoppaient pas sur le champ. Elle conseilla au responsable du bateau  de porter une nouvelle attaque sur  l’Altarus, car il  était le plus proche de leur position. Ruby voulait participer à l’attaque , mais elle voulait porter un coup qui ralentissait l’avancée de ce bateau. Elle avait une idée un peu risquée, mais  elle allait jouer le rôle  d’appât. Le temps que le navire républicain  fonçait  sur le flan arrière, vers la cabine. Toutefois la manœuvre pour changer de direction allait prendre du temps. Entretemps,  elle allait pour sa part  s’occuper du mât en utilisant une grande partie de ses pouvoirs. C’était risqué  comme attaque, mais cela donnait le temps pour le bateau d’arriver vers le bateau pirate pour lui renter dedans, toutefois, elle avait un atout dans sa manche qui pourrait grandement l’aider si elle se trouvait en situation de danger.

    Ruby  laissait le responsable et ses hommes discuter entre eux, son idée. Ils devaient prendre une décision rapidement, mais elle n’ attendait pas  le résultat. Elle partait directement vers la vigie et  elle gardait sa peau rouge. Elle se concentrait pour se projeter dans les airs de manière ascendante  en poussant sur ses deux jambes  et elle activait son pouvoir de vol dans la foulée. Elle arrivait de cette manière à être très haut dans les airs. Elle commençait son attaque en piquée   en se focalisant sur le mat principal. Elle concentrait son attaque élémentaire de l’air à travers son épée. Quand elle voyait  le mat en vue, elle commençait  à faire son mouvement circulaire  avec son bras qui s’allongeait. Elle portait  son coup pour attaquer deux  fois le mat avec  une technique d’épée combinée son pouvoir élémentaire. Elle mettait toute sa force et elle exécutait avec une rapidité. elle finirait son descente sur le bateau qui était en proie eux feux croisés des deux navires.

    Spoiler:
    Maire de Courage
    Maire de Courage
    Koraki Exousia
    Koraki Exousia
    Messages : 676
    crédits : 5048

    Info personnage
    Race: Hybride (Femme/Corbeau)
    Vocation: Mage Noire
    Alignement: Neutre Mauvais
    Rang: A
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t109-koraki-exousia-mairesse-de-courage-terminehttps://www.rp-cendres.com/t143-clients-et-detracteurs-de-l-ambrosiaque-koraki-exousiahttps://www.rp-cendres.com/t142-koraki-exousia-mairesse-de-courage
  • Ven 21 Juil - 6:18
    Résumé de la situation globale :
    He's a Pirate [Event "Attaque sur  Kaizoku" - République.] - Page 4 Ceb8

    Les eaux étaient agitées, tout comme les ambitions des pirates qui tentaient de prendre le contrôle de plusieurs navires républicains. Ils connaissaient bien les mystères de l'océan et les tactiques de combat pour submerger les défenses des marins républicains. Les compétences nautiques et combatives des pirates étaient légendaires, forgées par les épreuves de nombreuses batailles passées. Ils savaient que cette fois-ci, le défi serait de taille, car ils se heurtaient à la République.

    Les marins républicains défendaient la cité avec ferveur, formant une ligne infranchissable pour protéger leurs navires et leur territoire, observés par la silhouette massive de l'Hephaerm, ce volcan qui dominait Kaizoku. Les quais étaient garnis d'hommes et de femmes aguerris, à présent parfaitement coordonnés dans le ravitaillement des imposants navires de la Démocratie.

    Le choc entre les pirates et les marins républicains fut épique. Les deux camps se livrèrent à une danse mortelle, manœuvrant leurs navires avec une habileté incomparable mais malgré leur détermination, les pirates furent confrontés à la grande capacité défensive de la République. Les marins républicains résistaient avec bravoure et intelligence, utilisant des tactiques bien étudiées, et parfois inventifs, pour repousser les assauts ennemis.

    Pourtant, les pirates ne se découragèrent pas. Leurs capitaines les exhortaient à tenir bon, à exploiter chaque faille dans la défense de la République. Ils savaient que la victoire ne serait pas facile, mais ils étaient prêts à tout risquer pour atteindre leur objectif, ainsi la bataille fit rage avec plus d’intensité, et les destins de ces marins d'élite étaient enchevêtrés dans une lutte acharnée pour la suprématie en mer. Les vagues mugissaient autour d'eux, semblant porter les échos des batailles passées. Dans cet océan de défis et d'adrénaline, les pirates et les marins républicains se disputaient la maîtrise des flots.

    Point de vue Républicain :
    He's a Pirate [Event "Attaque sur  Kaizoku" - République.] - Page 4 Vylw

    Azura – Cigue – Crocus – Gunnar – Idunn – Neera – Pancrace – Pyxis – Ruby #lesculsbleus

    La Marine de la République bénéficie d'un excellent approvisionnement sur les quais, ce qui lui permet de maintenir sa flotte dans une position de force. Alors qu’un des navires républicains se fait aborder par le capitaine Alvida, une intervention rapide change la donne. Le navire comportant Cigue, Crocus, Gunnar et Pancrace arrive à temps pour défendre efficacement le navire attaqué.

    Azura et Maria, expertes en magie, mettent en place une stratégie ingénieuse pour faire paniquer le navire ennemi qu'elles ciblaient. Azura utilise sa magie de lumière pour éventrer la proue du navire pirate sous la ligne de flottaison, causant une entrée d'eau rapide dans la cale. Comme prévu par Azura, ces derniers se hissent tous sur le pont de leur navire et s’ apprêtent à lancer les signaux de détresse à l’adresse de leur comparse, dans l’optique d’être sauvé. Cependant, lorsque Maria manipule l'eau pour créer un faux monstre marin, elle réveille chez eux un intense sentiment de superstition. Entre cette apparition soudaine et l’impossibilité pour eux de sauver leur navire, ils n’ont d’autres choix que de se rendre.

    De leur côté, Cigue et Crocus rejoignent un navire républicain, préparant une attaque ciblée contre le navire du capitaine Altarus, renforcé par l’arrivée de Gunnar et Pancrace. Grâce à leur préparation minutieuse et aux armes fournies par Pyxis, l'équipage du navire républicain obtient un avantage stratégique lors du bombardement. Malgré la magie de Lil’, qui protège le navire du capitaine Altarus en utilisant un dôme de magie végétale, certains traits parviennent tout de même à passer aux travers et à blesser les pirates. Le navire n’est que peu endommagé, mais la situation n’est pas excellente pour lui et son équipage, d’autant plus que Pancrace, profitant toujours des informations transmissent par Crocus et Cigue, réussi son tir et tue la vigie. Enfin, Gunnar et ses collègues de la police républicaine qui ont embarqués sur le même navire bénéficient grandement des renseignements fournies par les deux hybrides et, lorsque l’heure de l’affrontement sonne, l’avantage est clairement de leur côté. Du moins, jusqu’à ce que les hommes d’Alvida ne se mêlent à la danse, eux aussi ...

    Pendant ce temps, Idunn, à bord du "Persephone", tire des flèches de terre avec sa magie sur le capitaine pirate ennemi, le tuant sur le coup et créant la panique parmi son équipage. Cette situation facilite l'attaque des marins républicains à bord du navire pirate, qui se trouve déjà isolé du reste de la flotte et se retrouvant à présent sans capitaine. La prise de contrôle est assurée.

    Pyxis, de son côté, était chargé d'un rôle vital en tant qu'estafette, lui qui transportait les messages entre les lignes de front et les postes de commandement disséminés dans toute la cité. Alors qu'il avançait à travers les ruelles sinueuses de la cité, il peut clairement apercevoir et entendre l’activité militaire qui ne fait que s’intensifier à mesure qu’il se rapproche de la forteresse où se tient le quartier général. Des soldats s'affairaient, ajustant leurs armures et leurs armes, se regroupant en formations organisées. Les tambours de guerre résonnaient dans l'air, annonçant l'imminence de l'action. Une aura de tension flottait dans l'atmosphère, révélant que quelque chose d'important était en train de se préparer.

    Arrivé au fort, Pyxis fut accueilli par des officiers en pleine effervescence. Des cartes étaient déployées sur les tables, des plans de bataille soigneusement élaborés, illustrant autant le port et la baie que diverses positions stratégiques de la cité. Les yeux perçants des stratèges scrutaient les plans, calculant chaque mouvement avec minutie, alors que les officiers donnaient leurs ordres avec fermeté, déterminés à mener leurs troupes à la victoire. Une fois le message livré et lut, l'officier déclare avec un regard grave :

    - Une grande opération se prépare. Nous avons reçu des renseignements sur les mouvements des pirates, et nous devons agir rapidement pour les repousser et protéger notre cité.

    Mais avant que l’estafette ne puisse s’éclipser, le militaire lui remet une nouvelle lettre, à transmettre cette fois au commandant du Guet, qui gérait les troupes stationnées aux différentes portes de la cité, non sans préciser que c’était urgent.

    Et voila le triton reparti pour une course effrénée à travers la cité.

    Pour Neera, l’expérience ne fut pas des plus agréables, tant la fumée qui s'élevait du navire en feu, remplissant l'air d'une épaisse couche de cendres noires, et que les différents tirs provenant du navire pirate non-loin n’arrangeaient pas. La puissante magicienne agit cependant avec rapidité et détermination pour sauver l'équipage en danger. Cependant, malgré ses efforts héroïques, les dégâts infligés au navire étaient trop considérables, tant par les tirs de baliste qui prélevait leur dime sanglante que par le feu qui avait laissé son empreinte, rendant le navire inutilisable. Le Capitaine, conscient de la gravité de la situation, fit face à une décision difficile mais nécessaire. Il s'approcha de Neera, ses yeux reflétant à la fois la gratitude et la tristesse.

    - Madame, je vous suis reconnaissant pour votre courage et votre dévotion, commença t-il d'une voix solennelle. Mais les dégâts sont trop importants, surtout sur les voiles. Nous ne pouvons plus naviguer sur ce navire. Nous devons le saborder pour éviter qu'il ne tombe entre les mains des pirates."

    Telle était la dernière mission que souhaitait donner le capitaine, meurtri de ce sacrifice demandé, à Neera, avant qu’elle ne s’envole en direction des personnages qui représentaient, à l’heure actuelle, les plus dangereux éléments de la flotte pirate.

    Enfin, pour Ruby, les choses évoluèrent … Étrangement. Alors que, du haut de sa vigie et auréolée de sa réputation sur l’île, elle encourageait les soldats et apportait ses conseils, elle décida de tout bonnement s’en aller. Alors qu’elle interpellait le capitaine en lui indiquant la confrontation qui avait lieu à l’est, ce dernier n’eut pas le loisir de répondre, alors qu’il continuait de mener ses hommes à l’assaut contre les forbans.

    - T’as pas l’impression que je suis un peu occupé ? Pensa t-il tandis que son équipage, sans réellement comprendre ce qu’il se passait, ne put qu’être le décontenancé spectateur d’une militaire qu’ils avaient appris à respecter qui abandonnait un combat.

    Peut-être était-ce pour le mieux, car lorsqu’elle toucha le mat de sa lame, se dernier se fractura. Certes, il n’était pas encore brisé, mais à présent à ce point fragilisé, il devenait une menace pour le navire d’Altarus tout entier. Cependant, alors qu’elle atterri au milieu du navire ennemi, elle sent une fatigue s’emparer de son corps. Semblerait-il qu’elle ait usé de trop de magie simultanément en trop peu de temps. Cet état ne durera pas longtemps, pas plus de quelques minutes, mais cela quelques minutes où il lui serrait plus difficile d’affronter la marée de pirate qui allait se jeter sur elle.

    En résumé, grâce à la coordination et aux actions conjointes de ces membres de la République, la situation évolue en leur faveur, témoignant de leur compétence et de leur détermination dans cette lutte pour le contrôle des mers et la défense de la Nation Bleue. Déjà 5 autres navires quittaient les quais pour rejoindre la ligne de front. Si la situation devait continuer ainsi, alors même l’ensemble de la flotte pirate ne pourrait rien faire, car même s’ils avaient l’avantage du nombre, la qualité et la puissance était du côté de la Patrie de la Démocratie.

    Missions :
    - Faire résister les navires en première ligne le plus longtemps possible.
    - Aider à l' approvisionnement des navires restés en retrait.
    - Sauver le navire en flamme. => Réussite partielle.
    - Aider à la défense du navire abordé par Alvida et Altarus, prendre le contrôle de leurs navires et aider Ruby qui est en bien mauvaise posture.
    - [Pyxis] → Livrer la missive sans encombre.

    Point de vue Pirate :
    He's a Pirate [Event "Attaque sur  Kaizoku" - République.] - Page 4 Ls0x

    Altarus – Alvida – Klak Klak – Le Docteur – Lil’Nalwa – Rulka #lesmalandrins

    Malgré les difficultés actuelles auxquelles les pirates font face, ils conservent toujours l'avantage numérique en termes de navires. Les capitaines Altarus et Alvida, avec l'aide de leurs équipages, abordent les navires républicains, alors que Lil' utilise sa magie pour ralentir le navire ennemi qu'ils s'apprêtent à aborder. Cependant, il se retrouvent rapidement en difficulté face au tirs nourris des culs-bleus et auraient certainement subis de nombreuses pertes si la Fae n’avait pas crée un dôme protecteur grâce à sa magie pour défendre son navire contre les attaques de Cigue, Crocus, Gunnar et Pancrace. Bien que partiellement réussi, le bouclier ne peut empêcher certains traits incandescents de passer à travers et une partie des pirates fut victimes du brasier qui, heureusement, n’endommagea par sérieusement le navire.

    Alvida et Alatarus avait cependant face à eux une force ennemie bien ravitaillée et organisée, parmi laquelle se tenaient des membres de l’ OR, bien entraînés et bien armés. Si les républicains furent aux préalables accueillit par la volée de flèche provenant du navire d’Alvida, cela ne suffit pas à rompre la disciple propre à cette nation. Le combat s’annonçait rude, mais fort heureusement pour la flotte au pavillon noir, la supériorité numérique était de leur côté, grace aux deux navires de la capitaine aux cheveux rouges.

    Klak Klak lance avec détermination des boules de feu sur le navire ennemi le plus proche, tandis que de son côté, Rulka déploie son pouvoir dévastateur en lançant des rayons de lave. Le Docteur tente des tirs de baliste sur le navire en flamme qui semblaient être devenu son ennemi juré. Même si la brume et la fumée rendirent les tirs difficiles, il parvint tout de même à causer des ravages dans les rangs des marins ennemis.

    Toutefois, malgré cette perte d’initiative de la part des pirates, l'Amiral Béros, en maître stratège, reste confiant, conscient que malgré les difficultés actuelles, l'avantage numérique en termes de navires jouera en sa faveur, aussi alloue t-il 6 autres navires à la ligne de front. Il sait que la force des pirates réside dans leur nombre, et que le temps qui passe leur permettra de reprendre l'initiative dans cette lutte pour la suprématie en mer. En dépit des obstacles, les pirates sont loin d'avoir dit leur dernier mot, et leur détermination reste inébranlable dans cette bataille maritime intense. Déjà se dessine, devant les yeux de l’amiral, une possibilité : un navire esseulé, situé non loin des navires des capitaines Altarus et Alvida. Donnant ses ordres, 12 navires s’isolèrent du reste de la flotte et se préparèrent à foncer pour tenter une percée à cet endroit.

    Missions :
    - Faire le plus de dégâts sur les navires républicains en première ligne.
    - Prendre le contrôle des navires républicains.
    - Assurer la défense des navires d’Altarus et d’ Alvida.

    Point de vue Neutre :
    He's a Pirate [Event "Attaque sur  Kaizoku" - République.] - Page 4 5oux

    Eliendir #letouriste

    Eliendir s'était aventuré discrètement sur les quais, déterminé à trouver le général Fieracier et à recueillir des informations cruciales pour l'effort de guerre. En maître des métamorphoses, il se transforma en chat, pensant que cette forme lui offrirait une parfaite dissimulation parmi les nombreux fûts et caisses qui jonchaient les lieux. Oh, qu’il doit être fier de sa ruse, cet elfe qui s'avançait silencieusement, se croyant à l'abri de toute menace. Cependant, cette lui fit sous-estimer le danger qui le guettait.

    Alors qu'il glissait entre les ombres des bâtiments, un soldat survint soudainement derrière lui, le visage emplit de détermination et d’une pointe de satisfaction.

    - Il est là ! L’espion a la forme d'un chat !

    Le cri perçant du soldat déchira l'air et provoqua une agitation immédiate parmi les militaires présents. Eliendir réalisa alors que les quais étaient bien protégés par des militaires dotés d'un senseur magique. Sa confiance aveugle avait été sa plus grande erreur. Il avait négligé l'étendue des capacités de surveillance des forces de la République.

    Missions :
    Eliendir – Attaquer ou fuir, le choix t’appartient.

    Bilan des forces maritimes - A LIRE:
    Note du MJ - A LIRE:


    He's a Pirate [Event "Attaque sur  Kaizoku" - République.] - Page 4 98e0

    Pouvoir de la Reine des Catins:
    Noble de La République
    Noble de La République
    Azura Aiwenor
    Azura Aiwenor
    Messages : 166
    crédits : 587

    Info personnage
    Race: Lumina
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal-Neutre
    Rang:
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1881-azura-vir-gaia-braelohn-jidmasdottir-aiwenor-termine
  • Ven 21 Juil - 8:55




    Azura avait visé juste, le pyromancier qui les canardait tantôt à bord du navire pirate n'avait plus la tête à lancer ses boules de feu, sentant le niveau de la mer se rapprocher dangereusement de ses pieds. Le bateau avait été fendu en deux, la proue s'enfonçant déjà considérablement sous les flots tandis que tous les marins s'étaient rassemblés au niveau de la poupe, se bousculant pour avoir une place dans la chaloupe qu'ils avaient mis à l'eau. La Lumina, depuis la côte était satisfaite de son action, des soldats républicains se pressant sur les quais pour embarquer dans des barques, ramant déjà vers l'épave en devenir, comptant bien arrêter les pirates qui ne pouvaient de toute façon pas rallier leur flotte, un Seedra d'eau se muant entre eux et les autres navires. Ils ne pouvaient prendre le risque de s'approcher du serpent élémentaire de Maria.

    - Bien joué Maria, je vais essayer de faire un peu pareil ! Déclara Azura à l'attention de son amie. Essaye d'orienter les courants vers la rive, pour que la chaloupe des pirates vienne par ici, comme indiqué par Storm.

    La tactique dissuasive de Maria avec son Seedra était efficace, les marins étant bien au fait des dangers d'une telle créature, et bien que ce ne soit pas une bête vivant près des côtes, l'agitation des combats avait très bien pu en attirer un. Qui plus est, les plus observateurs des boucaniers qui s'étaient rendus compte que c'était une manipulation élémentaire n'en était pas moins terrifiés, sachant que le Seedra fait d'eau pouvait briser un navire tout aussi bien qu'un vrai. De fait, ils ne se risqueraient pas à s'approcher de trop près du monstre.

    Azura allait en rajouter une couche. Si la plupart des combattants engagés dans cette bataille usaient de la force pour éliminer leurs adversaires, Maria et Azura ne voulaient pas faire de victimes et tenteraient - tant que cela était possible - de faire fuir les pirates. Il suffisait de leur faire faire demi-tour pour mettre fin aux hostilités et sauver des vies. Et bien que la sénatrice de Liberty ne maitrisait pas l'élément aquatique, elle avait bien un pouvoir sous le coude qui se montrerait tout aussi efficace. Mais pour cela, elle devait se rapprocher. Alors qu'une chaloupe de soldats passa près du quai, elle les héla :

    - Vous me faites une petite place ?! Sans attendre de réponse, elle sauta dans l'embarcation.

    Les quatre rameurs armés et le sergent assis à la poupe la regardèrent avec un air circonspect auquel elle répondit d'un sourire timide.

    - Je suis magicienne, j'aurai moyen de repousser les deux navires ennemis qui approchent, mais pour ça il me faudrait être à une quinzaine de mètres, vous m'aideriez ? Nouveau sourire.

    - On voudrais bien ma petite dame, répondit le sous-officier, mais leurs arbalètes ne vous laisseront pas user de votre magie.

    - De leurs carreaux, je m'en charge aussi.

    Sa mine confiante sembla décider le sergent qui ordonna à ses quatre rameurs de se diriger vers les navires pirates à l'approche. Azura était assise sur la proue de la chaloupe, ne quittant pas du regard les deux bateaux ennemis, guettant le moindre carreau. Ceux-ci ne se firent pas attendre, lorsqu'ils furent à portée, des flèches fusèrent droit vers la barque. Le sergent lâcha un vilain juron tout en s'abaissant dans le vain espoir de ne pas être atteint, les marins, faisant dos à l'attaque ne purent que continuer de ramer. Mais à l'instant où les carreaux atteignirent la petite embarcation, un bouclier de lumière scintilla, les pointes s'écrasèrent contre la lumière concentrée et tombèrent lamentablement à l'eau. Le bouclier disparu aussitôt.

    Par chance, seuls deux archers les avaient repérés, tant les autres étaient occupés à canarder le navire républicain qu'ils s'apprêtaient à aborder. Deux nouvelles flèches fusèrent, deux nouvelles flèches se brisèrent. Mais Azura était en position, à une trentaine de mètres du navire pirate, elle commença à créer son illusion, fermant les yeux pour mieux se concentrer. Les flots se mirent subitement en mouvement, l'équipage du navire pirate, qui avait été alerté, se penchèrent tous au dessus du bastingage, en oubliant même la petite barque. Une sorte de courant apparu bientôt près du navire, soudain, un pirate hurla de terreur :

    - Yagim !

    Ce fut la panique totale sur le pont du navire pirate, un immense requin de près de huit toise nageait dangereusement en direction de la corvette, venant de tribord, ayant le vent en poupe, le capitaine pirate vira de bord et tourna le gouvernail le plus à bâbord qu'il pouvait dans le vain espoir d'esquiver l'assaut de la créature des mers. L'illusion était plus vraie que nature, et même s'il y avait un senseur magique à bord du navire, il était déjà trop tard pour qu'il alerte le capitaine de la corvette : Celle-ci avait déjà changée de cap et fonçait droit sur le second navire pirate qui se trouvait à tribord. L'éperonnage menaçait.

    Si le Seedra de Maria avait déjà éveillé les superstitions des marins, le Yagim d'Azura - une créature bien moins rare que le Seedra - éveillait la terreur chez ces marins qui en avaient assurément déjà croisé. La Lumina avait savamment joué là-dessus pour les faire se rentrer dedans avec une autre corvette.
    Résumé/Pouvoirs :




    Personnages similaires à Azura
    Giselle (Enchanted) - Amélie Poulain (Le Fabuleux Destin) - Margaery Tyrell (Game of Thrones) - Mantis (Guardians of the Galaxy) - Sam Gamgee (Lord of the Rings) - Jaskier  (The Witcher)

    Thème musical d'Azura
    Noble de La République
    Noble de La République
    Neera Storm
    Neera Storm
    Messages : 540
    crédits : 1515

    Info personnage
    Race: Demi-titan
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Chaotique bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t832-neera-storm-termineehttps://www.rp-cendres.com/t837-neera-liens#5839https://www.rp-cendres.com/t836-neera-storm-chronologie#5836
  • Ven 21 Juil - 12:24
    Neera n’est pas surprise quand le Capitaine lui annonce que son navire est hors d’état de nuire. L’incendie est trop avancé, et le tir des balistes a réduit à néant les chances de survie du bateau. Quand le Républicain lui demande de couler elle-même le navire, par contre, elle hausse légèrement un sourcil. Bien sûr, le magicienne en comprend la raison, et elle en a les moyens mais… La Tornade ne s’est jamais amusée à détruire des vaisseaux maritimes. Comme quoi, il y a une première fois à tout, et la diviniste laisse échapper un soupir alors qu’elle accède à sa demande.

    - Evacuez le vaisseau. Pendant ce temps, je vais chercher le meilleur angle de tir. J’attendrai que votre canot soit suffisamment éloigné pour viser. Vous, dépêchez-vous d’atteindre un autre navire pour venir en renfort ; ou alors, rejoignez les quais et organisez-vous avec la Défense.

    La semi-titanide l’abandonne sur ses mots. S’envolant encore, elle prend de la hauteur et tournoie un moment autour du vaisseau qu’elle doit couler. Elle pourrait profiter des dégâts causés par les carreaux et simplement se contenter d’accentuer la pression sur le navire. De sorte que, au lieu de refermer ses plaies, elle les empirerait et l’enverrait ainsi rejoindre les poissons. Cela lui permettrait d’ailleurs de ne pas trop puiser dans ses réserves. Faisant une légère moue face à ce qu’on lui demande de faire, Neera finit par se stabiliser et un arc de foudre apparaît dans sa main. Dans l’autre, un projectile électrique apparaît et après avoir vérifié que les marins ne seront pas impactés par les vagues qui seront sans doute créées par l’impact, elle encoche sa flèche, l'agrandit, et prend son temps pour tirer. Elle vise essentiellement la proie du bateau, dont la zone a d’ailleurs été touchée par une des balistes. Son tir pénétrera dans la coque déjà amochée du navire républicain, et sa foudre percera, tranchera tout le bois qu’elle rencontre.  

    Le trait part, et avec lui, un bruit plus au moins assourdissant, marquée par une lumière violette très éphémère, marque la mort définitive du navire. Le bois est déjà trop affaibli par l’incendie pour avoir une vraie résistance face à son attaque, et par conséquent, le haut du vaisseau se déchire avec fracas. Désormais, le bâtiment va définitivement rejoindre le fond marin et Neera fait disparaître son arc de foudre sans ménagement. Un dernier regard aux matelots lui permet de voir qu’ils sont en sécurité, ce qui lui permet de se tourner vers le côté est de la crique. Les bateaux républicains et pirates s’entremêlent, mais il lui semble que les insurgés sont plus nombreux de ce côté. La belle s’élève encore à quelques mètres de hauteur pour se donner une sécurité relative, et elle plisse les yeux afin de discerner qui fait quoi. Si Kalk-Klak et Rulka continuent à viser à ce moment-là, les boules de feu et de lave pourront forcément attirer son attention et l’attirer par là. S’il y a cependant un moment de répit parmi les adversaires de la République, elle pourra survoler la zone de manière un peu plus large, aviser le combat entre les pirates et l’office républicaine plus loin, et se rendre compte de l’arrivée de nouveaux navires pirates. Après avoir fait le tour de la zone et s’être rendu compte de l’état de la bataille, elle se concentrera sur les navires républicains les plus en difficultés.


    Résumé:
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Klak-Klak Boom
    Klak-Klak Boom
    Messages : 112
    crédits : 1722

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: E
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1696-klak-klak-boom-la-salamandre-complet
  • Ven 21 Juil - 13:45

    Le ricanement de Klak-Klak se fit entendre dans tout le vaisseau. Aussi machiavélique que ridiculement théâtral, le petit monstre fier d'avoir participé une fois encore à l'anéantissement d'un ennemi leva ses poings minuscules en signe de victoire, agitant et faisant tournoyer sa lance de fortune tout en laissant sa queue incendiaire frotter le pont de son propre navire, ce qui déclenchait par intermittences l'apparition de fébriles étincelles. Sautillant sur place, indifférent qu'il était à la souffrance inévitablement occasionnée par les brasiers déclenché par ses compagnons et lui-même, il fut subitement accosté lors de sa performance par un mystérieux personnage qu'il ne reconnut même pas comme un homme, mais plutôt comme une sorte d'énorme volatile recouvert de cuir.

    Klak-Klak feula aussitôt en réponse à l'intrusion, mais lorsque l'étranger lui offrit des globes majoritairement métalliques, il cessa son désagréable sifflement et ouvrit grand ses yeux luisants tout en jetant au sol son arme fétiche. Après avoir passablement reniflé les curiosités que lui tendait l'étranger sans la moindre hostilité apparente, Klak-Klak se livra à une inspection plus directe en prenant dans ses pattes les engins bizarroïdes. Il les soupesa, les secoua mais, incapable de comprendre leur utilité première, il dut s'en remettre aux indications de leur propriétaire d'origine. Ce ne fut que lorsque ce dernier mima avec excellence la forme et le mouvement d'une grande explosion que Klak-Klak, la bouche en cœur, finit par vocaliser sa surprise et sa satisfaction.

    "Oooooooooooh. Gachou bah mi glénada ? GLENADA HE !"

    Sans demander son reste, il glapit de plus belle et tourna les talons pour accourir auprès de Rulka qui, pendant ce temps, se livrait à la destruction la plus pure en projetant sur leur ennemi commun un rayon si terriblement puissant qu'il semblait comparable au souffle d'un dragon légendaire. Par courtoisie, Klak-Klak se retourna tout de même et glissa au Docteur :

    "Apich, popo."

    Mais constatant que ce dernier s'était déjà éclipsé, sans doute pour apporter des présents à d'autres combattants, il ne vint pas étendre les politesses plus longtemps. Au lieu de cela, Klak-Klak fonça tête baissée jusqu'à Rulka malgré la chaleur étouffante que générait son rayon de lave et se risqua à tendre à bout de bras les dispositifs, directement dans le flux incandescent, ce afin d'en allumer les mèches. Lorsque Rulka mit fin à son assaut effroyable et qu'elle put de nouveau lui accorder son attention, il se mit à sauter sur place pour lui montrer ses trouvailles avant d'effectuer une énième pirouette. Enfin, il mit à l'essai les projectiles en les jetant droit sur le navire adverse le plus proche. Le résultat ne se fit pas attendre mais lorsque les objets explosèrent sur le pont adverse, Klak-Klak fut décontenancé par le résultat. Une immense fumée s'éleva mais la compréhension limitée de la Salamandre en matière de gaz ne lui permit pas d'établir les effets de son lancer. Incrédule, il haussa les épaules et se gratta la tête avant de poser ses petits poings sur ses hanches.

    A cet instant précis, un son monstrueusement puissant vint l'assourdir et ce fut davantage son corps que son esprit qui réagit. Son camouflage surnaturel se déclencha par réflexe et son pelage rougeoyant se teinta aussitôt, mimant les formes et la texture du bois l'espace d'une seconde tandis qu'il se tournait pour faire face à l'écrasante lumière provoquée par l'éclair violacé qui perçait la brume et la fumée. Le tonnerre étant voisin de la pluie, Klak-Klak se sentit aussitôt fort démuni. Son camouflage cessa d'opérer et ses poils hérissés reprirent rapidement leur teinte d'origine mais la Salamandre, les yeux larmoyants et les jambes tremblantes, commença à tirer sur le pantalon de Rulka d'une main tout en pointant l'orage magique de l'autre, ce en bafouillant :

    He's a Pirate [Event "Attaque sur  Kaizoku" - République.] - Page 4 317e8cb21d1ce58a1489a5bd5e130193

    "Wulka. Klak-Klak alimi go caza. Mi caza. Papoulètt issi. Wulka beuplé."

    Ce fut la voix explosive et gutturale de l'homme à la barre qui, quant à lui, hurlait à gorge déployée, qui sortit la bestiole de son moment de faiblesse. Le vieux pirate borgne et saoul jusqu'à l'os lâcha un grand éclat de voix avant de hurler à la créature :

    "Bah alors mon p'tiot bulot ! T'as peur d'un pet de Titan ? 'Va falloir te ressaisir mon grand, on est pas sortis de l'orage encore ! Allez !"

    Incapable de saisir toute la substance du discours, Klak-Klak fut néanmoins suffisamment détourné de ses craintes pour en oublier la source. Comme s'il ne venait pas tout juste de se mettre à chouiner, il se contenta donc de laisser Rulka tranquille et se posta à nouveau en position de tir, projetant à la chaîne des glaviots de feu en direction du navire républicain qu'ils avaient pris pour cible.

    Resumé:
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Gunnar Bremer
    Gunnar Bremer
    Messages : 152
    crédits : 2578

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t908-gunnar-bremer-terminehttps://www.rp-cendres.com/t926-fiche-de-liens-de-gunnarhttps://www.rp-cendres.com/t925-chronologie-de-gunnar
  • Ven 21 Juil - 14:19
    Se faire équiper par des ratons-laveurs, c’est bien un truc que j’aurais jamais cru possible. Avec Pancrace et les autres, on hoche du chef quand ils nous filent leur truc, mais on les dévisage quelques secondes. C’est que c’est bien moche. Et dégueulasse. On s’imagine le dégénéré qui a dû tapé dans l’animal. Ou l’inverse. Il y a vraiment des tarés partout. J’aime pas trop les hybrides, c’est différent de nous. Alors autant les ratons-laveurs, ça a pas l’air impressionnant, mais des machins avec des gros, des queues, des défenses ou autre joyeusetés dans le genre, c’est clairement des gens dangereux.

    Équipé d’un molotov ; bizarre ce nom ; je fais pas honneur à l’Office Républicain. Mon projectile est intercepté par une sorte de bouclier magique ce qui me fait dire qu'il n'y a pas que des pignoufs à bord. Mauvais plan. Pas trop envie de m’attaquer à des gens qui ont des surprises dans leur sac. Surtout qu’on est probablement en infériorité numérique. trois bateaux pirates contre deux, dont un qui s’est fait engagé depuis un moment. On peut voir des cadavres flotter dans l’eau, illuminés par les flammes çà et là. Je fais la grimace ; pas envie de les rejoindre.

    Les bêtes à poils ont l’air intéressées par le navire de gauche, celui qu’on a tenté de bombarder et que d’autres ont touché. Même Pancrace porte un peu trop d’attention dans cette direction. Je comprends qu’ils vont aller s’en occuper, eux et d’autres braves soldats, naturellement. Alors, je me focus sur prêté mains fortes aux collègues. Pensez pas que je veux jouer aux héros. Faut se mouiller pour survivre à ce genre d’affrontements. Du coup, on aborde le bâtiment allié maintenant qu’on est suffisamment proche avec d’autres officiers républicains, dont Serge et Tarot.

    Sur le pont, c’est le bordel complet. Où que tu regardes, c’est des corps qui se battent, des corps qui saignent, des corps qui meurent. Les pauvres gars qui sont dans la mêlée voit arriver des renforts de toutes parts ce qui n’est pas forcément bon pour eux. C’est les plus fatigués qui ont des chances de clamser prochainement. Pas le temps de réfléchir trop longtemps, un gus arrive pour me cueillir à l’arrivée. Je sors le surin, j’esquive et je le poinçonne trois fois avant de le repousser.

    Bref, on se bat. Ce n'est pas artistique. C’est pas très honorable. ça tache les vêtements. On en vient à oublier où l’on est et ce qui nous entourent. Avec les officiers républicains, on fait front ensemble, laissant le moins d’espace entre nous pour nous prendre à revers. Ça a l’air de bien se passer quand les renforts de l’autre navire nous rentrent dedans façon brutale, au point de briser la formation. ça canarde autant que ça surine. J’utilise le corps d’un bougre comme bouclier pour un trait lorsque je sens une grosse masse approchée dans mon dos. Je me retourne rapidement et je m’apprête à frapper quand je m’arrête soudain dans mon élan. Je regarde. Je souris.

    -OUIIIIIIIIIII !

    Même dans le tumulte des affrontements, les gars à côté m’entendent, tournant la tête dans ma direction, surpris et décontenancé. Je me retourne vers eux, très content de moi.

    -Je le connais ! C’est un ami du travail !

    Je me retourne vers Garric, parce que c’est ainsi qu’il se nomme, décontracté d’avoir une bonne nouvelle arrivée inopinément. Il a l’air aussi décontenancé que mes collègues.

    -Où est-ce que vous étiez passé ? Tout le monde pensait qu’il vous était arrivé quelque chose ! Tant de choses se sont passées depuis qu’on s’est vu… La compagnie du Loup a pris cher, tu te rends compte ? Ah Garric, je n’aurais jamais cru le dire, mais je suis content de te voir.

    Que ça fait plaisir de voir les corsaires d’Alvida prêter main-fortes à la République. On a bossé ensemble, c’est tout à fait naturel d’apprécier leur soutien. Garric, en plus, c’est un sacré cogneur. Un élément de poids. Avec des paluches, difficile d’en trouver plus grosse. Justement, ladite paluche, il l’arme pour me la foutre dans la  gueule. Mon sourire tombe à moitié.

    -Garric ? Mais enfin c’est moi, Gunnar !

    Il frappe brutalement. Obligé de sortir ma meilleure esquive tandis qu’autour de moi, tout s'effondre dans une bouillie de corps, de lumières et de sang. Je vois d’autres membres de l’équipage d’Alvida s’en prendre aux républicains. Je comprends plus rien. C’est une corsaire, elle est de notre côté, non ? Je fais plusieurs cabrioles pour sortir de la zone d’influence de Garric, mais c’est pour entrer dans le territoire d’autres gars. J’esquive un trait lancé par ce létal de Friedrich ; le genre à pas louper souvent ; avant de me faire chopper par Sarah dont la lame ripe contre la mienne. On roule au sol et je retiens sa main portant son arme. Je lutte pour éviter de me faire poinçonner à mon tour en tentant de lui faire reprendre raison.

    -Attends ! Ne me dites pas que vous passez côté pirates ? Vous êtes fous. Vous êtes corsaires ! Vous pensez vraiment que les pirates vont vous pardonner ? Z’êtes juste de la chair à canon dans ce champ de bataille ! Si vous mourrez, tant mieux pour eux. Si vous survivez, vous pensez vraiment qu'ils ne vont pas vous exécuter pour l’exemple ? Regarde autour de toi ! Vous êtes en première ligne ! Ils n'ont aucun intérêt à vous voir vivant ! Faut faire revenir Alvida à la raison ! Dis quelque chose merde !

    Et c’est là que je me souviens qu’elle est muette.


    Spoiler:
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Ven 21 Juil - 16:02

    Chaque nouvelle livraison te plonge un peu plus dans ce qui se passe actuellement tout en te gardant à distance d’une certaine façon, c’est un peu compliqué à expliquer, mais juste, actuellement c’est le travail qui prime et le conflit est une toile de fond à cette nuit qui n’a pas de sens. On serait en plein songe ça semblerait être la même chose. L’agitation présente donne même un côté encore plus onirique à la chose qu’autre chose. Un gardien fait son apparition là tout de suite, ça ne serait pas plus louche que cela. Peut-être même que ça serait logique.

    Au final, sans même le vouloir à la base, par la force des circonstances, te voilà estafette de la République, peut-être que ton poste dans la SSG est pas si grillé que cela si le combat est remporté par les culs-bleus. Peut-être que c’est un complet tire contre son camp, mais là les questions sont inutiles. Pleines fuses, beaucoup trop, dès complètement inutiles et qu’il faudra tenter d’avoir une réponse plus tard, là tout de suite savoir de pourquoi une vieille de base avait des armes artisanales chez elle qu’elle donnait au premier inconscient du coin juste parce qu’il semblait voir le monde brûler. Ce genre de question sera pour beaucoup plus tard.

    Là, une nouvelle missive est entre tes mains et plus cela avance plus ce que tu transportes semble avoir de l’importance, une part de toi ne comprend pas pourquoi on te fait confiance pour ce genre de chose. En même temps en temps de crise on fait confiance à ceux en qui ont a déjà confiance de base et tu es un des gars sûrs de l'île. Les joies de la réputation mine de rien.

    – Tu es en service ? Vraiment ?

    Cette intervention est moins sympathique que ce que tu as pu avoir jusqu’à présent. Déjà cela vient d’un homme masqué qui vient de te sauter dessus de l’ombre à la base. Ces mains allaient clairement sur la missive qu’il y a dans celle-ci, tu ne dois l'esquive réussite qu’au fait de bien connaître les lieux de base et d’avoir laissé ta nyctalopie active tout au long pour voir correctement autour de toi. La voix de la personne en face de toi est clairement étrange, comme si une illusion était présente pour en modifier le son, c’est très certainement le cas d’ailleurs.

    – Gamin, donne ça et rentre chez toi, tout ira bien ainsi.
    – C’est fou, la dernière fois qu’un voleur de courrier m’a dit la même chose il a cherché à tuer même si je n’avais plus rien.

    La livraison avait déjà été faite à l’époque, détail. Tu n’es pas un combattant et tu regardes autour de toi les possibilités, c’est une étincelle et la chair de poule qui se forment sur tes bras qui te font à nouveau réagir avant qu’un éclair ne termine de se créer pour aller sur toi. Tu es un triton, l’électricité c’est tout sauf ce que tu aimes et la peur suite à cette attaque fait battre ton cœur à cent à l’heure.

    – Donne, ça sera plus doux si tu donnes directement.

    Il y a une part de toi qui souhaites faire un long laïus pour lui expliquer que tu n’es pas si con que cela pour ne pas comprendre qu’il parle clairement de ta mort, mais dans ce genre de moment en vrai les mots ne viennent pas en bouche, surtout pour quelqu’un comme toi et, après avoir mis la missive rapidement dans ta sacoche pour plus de sécurité, tu prends tes jambes à ton cou. Si c’était si simple, ça serait bien beau, mais ce n’est clairement pas le cas.

    Une putain de souris qui fuit un chat. L’avantage c’est que tu connais le lieu comme ta poche, d’avoir appris la magie des ombres et d’être un putain de triton bordel de merde qui a appris à chanter même si tu trouvais cela stupide à la base de savoir faire cela. Pour un peu de contexte, voilà le chant qu’il a fait en boucle tout le long de sa course poursuite.

    « Le corsaire le Grand Coureur
    Est un navire de malheur
    Quand il se met en croisière
    Pour aller battre le Kraken
    Le vent, la mer et la guerre
    Tournent contre le Kaizokian

    Allons les gars gai, gai
    Allons les gars gaiement

    Il est parti d’Aquaria
    Avec belle mer et bon vent
    Il cinglait bâbord amure
    Naviguant comme un poisson
    Un grain tombe sur la mature
    Voilà le corsaire en ponton

    Allons les gars gai, gai
    Allons les gars gaiement

    Il nous fallut remater
    Et diablement bourlinguer
    Tandis que l’ouvrage avance
    On aperçu par tribord
    Un navire d’apparence
    À mantelets de sabords

    Allons les gars gai, gai
    Allons les gars gaiement

    C’était un Kraken vraiment
    À double rangée de dents
    Un marchand de mort subite
    Mais le Kaizokian n’a pas peur
    Au lieu prendre la fuite
    Nous le rangeons à l’honneur

    Allons les gars gai, gai
    Allons les gars gaiement

    Ses boulets sifflent sur nous
    Nous lui rendons coups pour coups
    Tandis que que la barbe en fume
    À nos braves matelots
    Nous voila pris dans la brume
    Nous échappons aussitôt

    Allons les gars gai, gai
    Allons les gars gaiement

    Pour nous refaire des combats
    Nous avions à nos repas
    Des gourganes, et du lard rance
    Du vinaigre au lieu de vin
    Le biscuit pourri d’avance
    Et du camphre le matin

    Allons les gars gai, gai
    Allons les gars gaiement

    Nos prises au bout de six mois
    Ont pu se monter à trois
    Un navir' plein de patates
    Plus qu’à moitié chaviré
    Un autre plein de savates
    Un troisième de fumier

    Allons les gars gai, gai
    Allons les gars gaiement

    Pour finir ce triste sort
    Nous venons périr au port
    Dans cette affreuse misère
    Quand chacun s’est cru perdu
    Chacun selon sa manière
    S’est sauvé comme il a pu

    Allons les gars gai, gai
    Allons les gars gaiement

    Si l’histoire du Grand Coureur
    A pu vous toucher le cœur
    Ayez donc de belles manières
    Et payez-nous largement
    Du vin, du rack, de la bière
    Et nous serons tous contents
    Du vin, du rack, de la bière
    Et nous serons tous contents
    Alors, donnez-nous, donnez-nous
    Du vin, du rack, de la bière
    Et nous serons tous contents

    Allons les gars gai, gai
    Allons les gars gaiement
    Allons les gars gai, gai
    Allons les gars gaiement »


    Toute la magie du chant des sirènes dans la voix et bordel, ça n’a fait que ralentir ton adversaire, mais bon, dans une fuite un ralentissement est toujours mieux que rien, surtout quand l’ennemie contrôle la foudre et envoie des projectiles magiques régulièrement. Un a même touché ton épaule droite, cela a coupé quelques secondes ton chant à cause de la douleur, instantanément l’ennemie masquée à repris du poil de la bête et seul ton instinct de survie a su te faire reprendre le chant avant de sauter dans une ombre pour esquiver un coup. Vraiment après ça tu prendras des cours pour te défendre et pas juste fuir.

    L’adversaire a une agilité qui te surprend et surtout manque à deux fois, peut-être même trois, mais là tu ne comptes plus vraiment, de te faire prendre ta sacoche et donc ton chargement. Tu pourrais laisser cette dernière entre ses mains et juste sauver ta peau, mais non, tu as une putain de réputation sur le fait de toujours apporter ton courrier a destination, même si ça demande de marchander de manière étrange avec un pirate parfois. Oui, ta vie est importante, mais les courriers à livrer aussi et en plus c’est pour ton île.

    À force de tourner dans les ruelles, de sauter d’ombre en ombre, de chanter et croire dans les gardiens la lumière se forme dans tes yeux, celle du camp de base du Commandant du Guet, la destination est juste en face de toi, ton champ redouble et pourtant cela ne ralentit que très peu la rage de la personne qui te suit, mais qui arrête pour ne pas se prendre une attaque des soldats de la république qui viennent de réagir à ton arrivée. En même temps tu chantes fort avec toute cette merde mine de rien. On te tient en joue alors que tu reprends ton souffle et attrape la missive dans ta sacoche.

    – Courrier urgent pour le commandant du Guet.
    – Attends… Tu es en service Pyxis ?

    Oui, tu es en putain de service et toi-même t’y crois pas vraiment à cette soirée une fois encore.

    – Oui. Le commandant du Guet, c'est urgent.

    résumé:
    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Ven 21 Juil - 17:09
    Sa création avait eu l'effet escompté. Qui plus était, Azura s'en empara pour s'en inspirer. Mais elle n'eut pas le temps de la féliciter que, déjà, elle n'était plus là. Elle semblait avoir rejoint un bateau...Bien. À présent, que faire ?
    On lui avait dit d'utiliser son contrôle sur la mer... Sur les courants... Hum...

    Elle prit le temps d'observer ce qui s'offrait à son champ de vision. Les courants, hein ? Alors qu'elle ramenait le bateau pirate selon les instructions d'Azura, elle se forgea son propre plan d'attaque. Comme toujours, le plan restait en fait le même : jouer avec les forces naturelles, en l'occurrence aquatiques, pour provoquer le plus de panique possible du côté des ennemis. Alors, elle prit en main les courants, créant même de petites vagues sous les bateaux ennemis, dans l'optique de les faire percuter leurs alliés... Lorsqu'une meilleure idée la traversa. S'emparant par le biais des vaguelettes qui s'étendaient sous lui de l'un des navires pirates, doucement, mais de manière imparable, elle le guida hors de la baie. Puis elle centra son attention sur un autre. Si personne ne l'interceptait, elle était prête à tous les éloigner de la sorte.
    Résumé :

    Pouvoirs utilisés :
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum