DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Mégère

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Une demande en fiançailles I7Vm50z
    Gazette des cendres
    Hiver 2024
    Lire le journal
    #5
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Chant des Ronces
    Derniers sujets
    Un départ en MerAujourd'hui à 0:16Kris Whistlestorm
    Descente au Marsouin BlancHier à 23:43Takhys Suladran
    Les Premières Braises de l'AuroreHier à 23:38Zelevas E. Fraternitas
    [FB] Aïe ça commence mal [PV Soren]Hier à 23:24Orifa Sigrior
    Le Dilemme du MonstreHier à 23:00Zelevas E. Fraternitas
    Le Vent des AffairesHier à 21:59Soren Goldheart
    Un morceau d'une vieHier à 20:49Dimitri Chagry
    Aller en bas

    L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 30 Juil - 11:24
    Lorsqu'elle avait reçu une nouvelle invitation de la part de son Reikois préféré (elle allait probablement finir par s'y habituer... À moins qu'elle n'aille vivre avec lui sous peu, auquel cas, il n'aurait plus besoin de l'inviter par lettre interposée), Maria s'était mise à réfléchir. Est-ce que.... La dernière fois qu'ils s'étaient vus, il avait insisté pour qu'elle choisisse une bague. Avait-il déjà pensé à la suite ? Après tout, elle lui avait dit que si leur petit test se passait bien, elle accepterait le mariage. Et il s'était encore mieux passé que prévu...

    Alors, que devait-elle faire ? Le connaissant, elle se doutait qu'il avait tout prévu, mais elle ne pouvait pas se permettre d'arriver comme une touriste. Pas cette fois. Il fallait qu'elle lui ramène quelque chose. Un petit cadeau. Et elle savait quoi. Après tout, il n'était pas difficile de savoir que le chocolat était son péché mignon...

    Alors, avant d'entreprendre son voyage, elle passa par une chocolaterie devant laquelle elle passait souvent mais qu'elle n'avait jamais eu l'occasion de tester... La voilà, son occasion ! En espérant qu'elle tienne ses promesses, et qu'elle ne ridiculise pas celle qui offrirait ses produits... L'espace d'un instant, elle hésita. Aujourd'hui était un jour important. Pouvait-elle se permettre de lui donner la possibilité d'être gâché en laissant un peu de place au hasard ? D'un autre côté, la spontanéité la définissait, elle n'aimait pas réfléchir pendant des heures, et Tagar s'en était probablement rendu compte. Alors, elle se laisserait aller.

    Ne sachant pas choisir, elle finit par ressortir avec un assortiment complet de ce que proposait la boutique, avec un échantillon de chacun de ses produits. Après tout, cela avait aussi un avantage : si parmi tout cela se trouvait une saveur capable de complètement séduire son homme, elle saurait quoi lui offrir à chacune de leurs rencontres futures.

    Voilà qui était fait. Elle-même n'avait pas vraiment prêté attention à sa tenue. Ou plutôt, elle s'était assurée d'être élégante, comme à son habitude, mais n'avait pas poussé plus loin la réflexion. Les apparences n'importaient pas. Voilà. Inutile de stresser, ce qui comptait, c'était d'être ensemble. Voilà. Voilà qui devrait tourner et retourner dans sa tête jusqu'à ce qu'elle soit de nouveau sereine. Et puis, après tout, il n'était pas non plus exclus qu'elle se fasse des idées. Voilà qui ne serait même pas étonnant.

    Alors... Contentons-nous de terminer le voyage, sans a-priori. C'était encore l'une de ces invitations dont il avait le secret.

    Lorsqu'elle le vit, fidèle au poste, comme le parfait hôte, elle ne put se retenir d'aller l'embrasser en guise de bonjour. Après quoi elle se reprit :

    - Oups, mes excuses. Mais je n'ai pas pu résister, j'aime tant te voir...

    Ce ne fut qu'à ce moment qu'elle remarqua l'absence de gardes. Tiens, étrange... Enfin, c'est normal, non ? Probablement... Dans tous les cas, elle ne poserait pas de question à ce sujet.Et en parlant de questions...

    - Oh, avant que j'oublie... Tiens, j'ai un petit quelque chose pour toi.

    "Petit", c'était un bien grand mot...

    L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 30 Juil - 15:39
    Sa réaction la fit rire. Il aimait la spontanéité ? Il avait intérêt, tiens ! C'était sa définition, s'il n'aimait pas cela, autant tout arrêter tout de suite entre eux. Et puis, ce fut bien vite à son tour de lui rendre son baiser. Elle en profita un maximum, et lorsqu'il y mit fin, elle se permit de le taquiner :

    - Eh bien, tu vois que toi aussi, tu peux être spontané ! Je pense te l'avoir déjà dit, laisse-toi aller. Tu n'es pas au palais ici, personne ne te jugera. Tu as... Hum, avais, on dirait, tes employés, qui te connaissent et ne se permettraient de toutes façons pas de te faire le moindre reproche. Quant à moi, tu sais bien que si je te fais une remarque, le seul but en sera ton bien, ton bonheur. Tu le sais. Alors... Laissons de côté le stress et toutes les émotions négatives, si cela te convient. Personnellement, j'aimerais vraiment profiter de ta présence, et ne rien laisser d'autre m'atteindre.

    Puis elle continua à parler, guidée par les questions qu'il décida alors de lui poser. Une fois cette conversation terminée, elle se demanda s'il y avait ne serait-ce qu'une chose qu'il ignorait au sujet de sa vie. Mais cette pensée, loin de l'inquiétait, lui faisait plaisir. Bien que de son côté, elle décida de ne pas lui poser trop de questions. Elle le découvrirait au fur et à mesure. Les deux points de vue se défendaient... Alors, autant mettre en place les deux possibilités. Elle n'aurait aucun secret pour lui alors que lui se dévoilerait peu à peu au fil du temps. Après tout, le temps, ce n'était pas ce qui... En fait si. Un humain vivait si peu longtemps... Mais ils trouveraient une solution, elle en était persuadée.

    Elle abandonna ces sombres pensées en arrivant sur la terrasse. Décidemment, il avait pensé à tout. Elle fit quelques pas, avant de tourner sur elle-même pour ne rien perdre de ce qui s'offrait à son regard. Puis, contournant la table en prenant soin de ne rien perturber de ce qui s'y trouvait, elle prit le temps d'admirer le paysage. Tout cela, sur fond de soleil couchant, était tout simplement magique !

    Néanmoins, ce n'était pas aussi magique que la présence de son aimé, qu'elle rejoignit bien vite. Depuis le creux de ses bras, elle lui confia :

    - Tu peux m'offrir les plus beaux lieux du monde, ils n'égaleront jamais celui-ci. Là, dans tes bras, je me sens assez forte pour faire n'importe quoi. Ta présence illuminerait même le fin fond d'un égoût. Je n'ai besoin de rien. Juste de toi. Alors... Attendons un peu avant de manger. La seule chose dont j'ai envie en ce moment précis, c'est de te regarder.

    C'est ce qu'elle fit, admirant ces traits pourtant connus. Mais la baisse de la luminosité leur donnait un nouvel aspect, renforçant les ombres, modelant son visage pour en former un autre, qui ressemblait à celui qu'elle connaissait, évidemment, puisqu'il s'agissait du même, mais avec une dimension différente, plus... mystique. Il semblerait que la nuit réveille ses instincts de poète...

    Elle resta ainsi, à l'observer, jusqu'à ce que son ventre la rappelle à l'ordre d'un gargouillis. Rougissant immédiatement, elle détourna le regard.

    [color:326d=a06633]- Bon... J'aurais voulu dire que je ne voulais pas de nourriture, que tu me suffisais... Mais visiblement, quelqu'un ici n'est pas d'accord.

    Il lui fallut néanmoins faire un effort surhumain pour accepter de le lâcher au moment de s'installer. Décidemment, la séparation ne lui réussissait pas. En attendant que lui-même se serve, elle lança, l'air de rien :

    - Au fait... Je pense prendre la nationalité reikoise. Je n'en peux plus de vivre si loin de toi.

    Puis elle étudia sa réaction. Une réaction à coup sûr spontanée, et qui en dirait beaucoup sur ce qu'il pensait de cette décision.

    L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 30 Juil - 17:56
    Au moins, il validait. Elle hocha la tête. À présent, il fallait s'occuper de toutes les démarches administratives. En effet, elle avait beau être naïve, elle ne l'était pas au point de penser qu''un changement de nationalité se faisait en un claquement de doigts. Mais elle en était presque certaine, Tagar l'aiderait à faire toutes ces démarches, il lui dirait même ce qu'il fallait faire, peut-être qu'il la guiderait...

    Ce fut à ce moment qu'elle s'interrompit. Alors, c'était vrai ? Elle ne se faisait pas d'idées ? C'était vraiment la vraie vie ? Elle n'eut pas le temps de réfléchir avant de se jeter sur lui pour l'enfermer dans une étreinte plus puissante que jamais, avec un cri de joie.

    - Evidemment ! Décidons d'une date !

    Ce fut à ce moment qu'elle remarqua les larmes. Tiens, c'était la première fois qu'elle pleurait de joie. Mais peu importait. Une fois de plus, elle l'observa. Cette fois, avec un nouveau regard. Cette fois, ce serait aux yeux du monde qu'ils ne se quitteraient plus. Elle le serra plus fort contre elle. Fermant les yeux, elle se concentra sur leurs coeurs qui lui semblaient battre à l'horizon. Et immédiatement, elle se questionna. Avait-elle réagi trop vite ? Trop brusquement ? Ah, et la bague, qu'était-elle devenue ? Elle n'y avait pas fait attention sur le moment. Elle espérait ne pas l'avoir perdue...

    - Hum, désolée... Je... Je me suis surprise moi-même.

    Rougissant de sa propre audace, elle se mit à "réparer ses erreurs", se relevant le plus dignement possible, avant de tendre la main à son compagnon pour l'aider à en faire autant. Puis elle remarqua la boîte à bijoux, qu'elle ramassa. Elle était fermée. Anxieuse, elle l'ouvrit... Ouf. La baue était toujours à sa place, elle ne l'avait pas perdue. Elle en profita donc pour l'observer. Il avait suivi ce qu'elle lui avait dit pour ce qui était du métal. Quant à la pierre...

    - Magnifique. Je... Je n'ai pas d'autre mot.

    Elle reporta son attention sur son désormais fiancé... Quelle émotion dans ce simple mot. Son regard n'avait jamais été aussi doux, aussi reconnaissant.

    - Je... Hum...

    Ne trouvant toujours pas ses mots, elle préféra revenir se blottir contre lui. Décidemment, cela valait plus que tous les mots du monde. Et elle repensa à nouveau à la bague. Evidemment, elle se devait de la porter. Mais voulait-il la lui passer lui-même ou serait-il acceptable qu'elle s'en charge ? Elle était soudain plus qu'incertaine... Elle avait déjà détruit une convention, elle préfèrerait éviter d'en casser encore plus.

    L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 30 Juil - 19:08
    Pour toute réponse, elle l'embrassa à nouveau avec passion. Voilà quelque chose dont elle ne se lasserait jamais... Il faudrait simplement qu'elle arrive à le lâcher quand, par exemple, il devrait aller travailler... Voilà qui ne serait pas si facile.

    - Je t'aime bien plus.

    Lorsqu'il lui réaffirma ses sentiments, elle lui prit les mains et l'observa, le coeur battant. À présent, c'était elle qui était presque à genoux devant lui.

    [color:f09a=a06633]- Décidons d'une date ! Mais peut-être préfèrerais-tu attendre d'en avoir parlé à tes proches ? Ou que j'aie terminé ce... Cours de nationalité... Une telle chose existe-t-elle vraiment ? Dans tous les cas, sache que je ne pensais pas garder la nationalité républicaine, ne t'inquiète pas pour cela. J'ai vécu deux cent ans en République, il est plus que temps de donner sa chance au Reike également !

    Elle marqua une pause, avant de penser à une autre chose :

    - Ah, pour ce qui est de la politique... Je ne veux pas de conflit. Je ne partagerai d'information sensible ni à l'une ni à l'autre des nations... Si tant est que j'aie accès à ces informations, ce dont je doute. Mais je voulais t'en assurer.

    Puis elle se releva, lissa sa robe, et lança :

    - Enfin ! Nous pourrons toujours en reparler plus tard ! Faisons honneur à ces plats avant qu'ils ne refroidissent !

    Puis elle rejoignit sa place, ne pouvant s'empêcher de sourire à chaque fois que leurs regards se croisaient. Cette soirée était probablement l'une des plus belles de sa vie. Celle du mariage serait LA plus belle. Mais en attendant... Elle se souviendrait de celle-là.

    L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 30 Juil - 21:42
    Le 15 septembre ? Elle se fit mentalement le compte à rebours. Bien. Trois mois. Elle aurait trois mois pour se préparer. Pour trouver une robe qui l'éblouirait. Pour être la plus belle de toutes, pour... Egalement pour négocier avec ses parents. Mais pour cela, elle aurait le soutien de son frère et d'Azura. À eux trois, ils étaient capables de surmonter n'importe quelle adversité ! Et bientôt, Tagar lui-même pourrait rejoindre l'équipe, s'il le désirait. Elle était certaine qu'il y serait accueilli à bras ouverts, mais elle ne le forcerait en rien. Cela ne lui ressemblerait pas. Et il y aurait également tous les détails à définir. Oui, trois mois ne seraient pas de trop. Et le premier pas serait ce fameux cours de citoyenneté.

    Elle secoua la tête à ses excuses :

    - Au risque de te sembler illogique, oui, il faut penser sérieusement, cette fois. Ce sera une date importante. Tout doit être parfait. Après tout, ce sera une journée que nous n'oublierons jamais, il ne faut rien laisser au hasard. Je propose de m'occuper de la musique et de la décoration.

    Ne rien laisser au hasard ? C'était bien Maria qui venait de prononcer ces mots ? Voilà qui surprendrait sûrement son compagnon. Qu'une femme aussi spontanée qu'elle veuille définir le moindre détail prouvait bien combien d'importance elle accordait à cette future journée. Elle en avait rêvé, elle ne voulait laisser aucune possibilité que quoi que ce soit gâche ce moment, leur moment.

    Puis il fut temps de profiter du buffet. Affichant un sourire en coin, elle s'attendait à ce que son compagnon réclame d'organiser le menu. Après tout, cela semblait être sa spécialité. Elle le savait, la plupart de l'organisation devait être faite à deux, mais elle pensait également qu'il serait gratifiant pour chacun d'eux d'avoir également son domaine, sa spécialité. Enfin, on verrait bien ce que son ministre préféré en penserait.

    Elle l'accompagna avec plaisir et lorsqu'il la prit de nouveau dans ses bras, elle s'y blottit. Avant de rire franchement lorsqu'il s'inquiéta de la température... Pour toute réponse, elle retira son propre châle pour venir le placer sur les épaules de son compagnon, en lui murmurant :

    - Cela te sera probablement bien plus utile qu'à moi.

    Puis elle se fit la réflexion que décidemment, elle semblait décidée à transformer le fait de lui prêter des vêtements en habitude... Elle en était là de ses réflexions lorsqu'il la fit sursauter par un nouvel élan d'affection. Elle ne put retenir un petit rire nerveux, alors qu'elle sentait ses joues chauffer. Elle était probablement rouge pivoine à ce moment précis. Jamais elle n'avait été aussi proche d'un homme... D'un autre côté, jamais elle n'avait promis à un quelconque homme de lier leurs vies. Tout cela était si nouveau pour elle... Et puis... Rencontrer sa mère ? N'importe qui savait que cela était une étape importante dans la vie d'un couple. D'un autre côté, ils étaient fiancés, à présent. Donc leur relation était vraiment sérieuse. Il était donc temps, en effet. La semaine suivante ?

    Elle lui plaça un doigt sous le menton pour pouvoir le regarder dans les yeux.

    - Je serai toujours disponible pour toi. Donne-moi une date, et je serai là.

    Rencontrer sa mère... Elle ne pouvait s'empêcher de stresser, tout en priant pour qu'il ne s'en rende pas compte. Au lieu de cela, elle s'enroula un peu plus dans les bras de son homme, comme si cela pouvait la protéger du monde extérieur.

    L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 2 Aoû - 15:22
    Le ving-deux juin... Bien. Comme promis, elle viendrait, et scella l'accord d'un hochement de tête entendu.

    Elle regretta instantanément de lui avoir posé des questions d'ordre logistique. Elle devrait le savoir, pourtant, qu'il s'agissait là du meilleur moyen pour le perdre ! Et il lui demandait combien d'invités elle voulait ? Mais qu'est-ce qu'elle en savait ? Elle n'avait pas la tête à cela. Pas encore. Alors, se rapprochant un peu plus, elle l'embrassa pour le forcer à se taire. Puis elle déclara :

    - Voilà qui est bien trop terre-à-terre pour une première soirée d'engagement... Je te propose un marché : oublions l'organisation pour aujourd'hui. Nous la reprendrons, hum... Disons... Demain en milieu de matinée, qu'en dis-tu ? D'ici-là, contentons-nous de profiter. Nous sommes ensemble, dans un cadre magnifique, prêts à lier nos vies... Profitons-en un peu avant d'avoir cette discussion, certes indispensable, mais bien moins réjouissante. Ce soir, nous serons simplement un couple heureux de se retrouver, qu'en dis-tu ?

    Puis elle lui offrit un regard séducteur, décidée à le faire craquer et abandonner pour un temps ses idées d'organisation. Elle ne le laisserait pas abandonner son bonheur, elle s'en faisait le serment.

    L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 2 Aoû - 21:00
    - Marché conclu !

    Au moins, ils étaient d'accord. Elle ne le laisserait pas oublier d'être heureux. Avec elle, sans elle, peu importait. Simplement, il devait vivre, voilà tout !

    Elle lui rendit son étreinte, logeant sa tête au creux du cou de l'homme, savourant ce moment autant qu'elle le pouvait. Puis elle ferma les yeux, appréciant la douce brise qui agitait ses cheveux et ses vêtements, la chaleur de l'homme tout contre elle, son parfum, la sensation de son dos sous ses mains... Tout ce que ses sens, augmentés par la privation de la vue, pouvaient percevoir. Voilà le moment pour lequel elle était née, elle en était convaincue. Et elle était ravie de ne pas avoir cédé plus tôt. Ainsi, elle découvrait tout cela, avec celui qu'elle espérait être le seul homme de sa vie. Evidemment, elle avait des hommes dans sa famille, mais cela ne comptait pas. Jamais elle n'apprécierait autant une étreinte avec son frère ou son père. D'ailleurs, jamais elle n'étreindrait son père, maintenant qu'elle y pensait.

    Elle rouvrit les yeux pour admirer les étoiles lorsqu'il les mentionna.

    - Les étoiles veillent sur nous et nous bénissent. Et je suis certaine que, quelque part parmi elles, se trouve ton père. Ton père qui est sûrement fier de toi, en ce moment même. Laisse-toi aller, ce soir nous appartient.

    Elle lui déposa un petit bisou au creux du cou, référence à ceux qu'il lui avait offerts plus tôt ? Simple pulsion ? Peut-être un peu des deux. Et puis, pourquoi se poser des questions ? Elle l'avait dit elle-même, l'important était de profiter. Il serait toujours temps de se prendre la tête avec toutes sortes de problèmes plus tard.

    L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum