DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Mégère

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    [Challenge] Salut, ça va ? I7Vm50z
    Gazette des cendres
    Hiver 2024
    Lire le journal
    #5
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Chant des Ronces
    Derniers sujets
    Casus BelliAujourd'hui à 2:03Ayshara Ryssen
    Mon Voisin Du DessusHier à 22:59Arès Wessex
    Echappée Belle [PV Kilaea]Hier à 22:11Kilaea Sliabh
    [PA] Le Chant des RoncesHier à 20:30Rêve
    Le passé au présent | Altarus Hier à 20:29Altarus Aearon
    Une Bête AcculéeHier à 20:05Takhys Suladran
    Validation des RP de Takhys - RépubliqueHier à 16:29Takhys Suladran
    3 participants
    Aller en bas
    PNJ
    PNJ
    Messages : 339
    crédits : 1313

    Info personnage
    Race:
    Vocation:
    Alignement:
    Rang:
    qui suis-je ?:
  • Mer 15 Nov - 4:24
    Salut, ça va ?
    Mise en contexte

    CHALLENGE :  INSOLITE
    PARTICIPANTS :
     @Leif Brynjolf  @Leonora de Hengebach



    Niché au pied des montagnes majestueuses de la République, le village de Smile est un endroit pittoresque connu pour son calme et sa sérénité. Cependant, une matinée ordinaire se transforme en un spectacle insolite et mémorable...

    Ce phénomène commence subitement.

    Les premiers rayons du soleil éclairent les rues pavées et les habitants de Smile débutent calmement leur journée. Mais quelque chose d'inhabituel se produit. Au lieu des salutations matinales habituelles, un enthousiasme débordant s'empare des résidents. Un "Salut, ça va ?" excessivement animé et plein de joie se fait entendre dans les rues, surprenant tout le monde... Au début, ce changement semble anodin, voire amusant.Ah ! Quelle erreur !  Les gens sourient davantage, leurs voix animées d'une énergie contagieuse. Mais bientôt, l'étrangeté de la situation devient apparente. Chaque interaction se transforme en une exclamation surdimensionnée. Les commerçants saluent leurs clients d'une vigueur théâtrale, les amis se rencontrent en riant bruyamment, et même les inconnus s'adressent l'un à l'autre avec une familiarité déroutante.

    Les rues de Smile, d'ordinaire paisibles, deviennent le théâtre d'un carnaval de bonhomie exagérée. Les enfants, intrigués et amusés, se joignent au jeu, criant des salutations à tout va.  Les personnes âgées, d'abord perplexes, commencent également à adopter cette nouvelle coutume...

    Hélas, cette hilarité soudaine n'est pas sans conséquences. Les réunions d'affaires se transforment en séances de rires et de plaisanteries, perturbant la productivité. Les classes d'école sont interrompues par des élèves trop zélés pour saluer leurs camarades de classe et leurs enseignants. Même les services publics ne sont pas à l'abri, les employés de bureau et les agents se saluant avec une exubérance qui frôle l'absurde.

    Franchement, il faut vraiment que cet élan de joie et de cordialité cesse. Et qui de mieux que Leonora et Leif pour gérer cela ?



    - Ici à Smile, ça va tellement que le monde entier veut savoir comment ça va ! Et toi, mon ami, ça va encore ?
    - Ça va si fort que même le soleil a mis ses lunettes pour voir combien ça va ! Et toi, le champion du ça va, ça va comment ?
    - Ça va si extraordinaire que j'ai peur de m'envoler tellement ça va haut ! Et toi, l'as du ça va, ça va toujours ?
    - Tu sais quoi ? Ça va tellement que... je crois qu'on pourrait parler d'autre chose maintenant !
    - Ah, ça va, je suis d'accord. Parlons de comment ça va avec un café ! Ça te va ?
    - Ça va parfaitement ! Allons-y !




    Note:

    CENDRES
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Leif Brynjolf
    Leif Brynjolf
    Messages : 82
    crédits : 117

    Info personnage
    Race: Lycanthrope
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal Neutre (juge)
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2435-leif-brynjolf-un-loup-sans-meute-fini
  • Jeu 28 Déc - 11:28


    Salut ça va?
    Feat. Leonora - Message 1


    Ma vie, mon œuvre...

    Ca sonne bien dit comme ça mais en réalité c'est du genre très très basique. J'écoute, je me renseigne, je cherche, je traque mes proies et ensuite quand je les ai enfin dénichées je me délecte de leur peur à ma vue, enfin elles n'en ont souvent pas trop le temps. On m'a toujours appris à ne pas jouer avec la nourriture, je ne suis pas une vulgaire chat voyez vous ! Bref ma proie préférée maintenant c'est le diviniste qui se cache qui se terre.

    Le truc c'est que plus les mois passent plus ils se cachent et se font discrets, comme quoi la foi c'est bien de la merde, elle leur servait de paravent dans leur ancienne vie à Shoumei et aujourd'hui ils se torchent bien avec et n'en ont plus rien à foutre et deviennent tous athées en bons petits républicains qu'ils deviennent. Heureusement, je dis bien heureusement que certains ont un semblant d'honneur et préservent leur divine conn... foi envers et contre tout !

    Et c'est bien grâce à ça que je suis tombé sur la piste d'un jeune nobliau, pas la trentaine encore, fier parangon de vertu ou pas, qui a quitté la capitale et sa famille (faudra que je m'y intéresse plus tard d'ailleurs au reste de la famille) pour rejoindre un bled paumé du nom de Smile. Qu'est-ce qu'il est parti foutre la bas y a plusieurs semaines? J'en sais encore rien mais je suis bien décidé à le trouver et jouer avec lui pour le coup (oui l'exception à la règle mais je peux, c'était un chevalier de Shoumeï, un gars de la Main, prêt à servir les divins et les titans jusqu'au jour où ils sont apparus et que finalement non... Bref un preux chevalier, sans femme, sans enfant, avec son honneur en bandoulière venu pour...

    Me voilà donc depuis une journée dans ce petit village de campagne, normal, accueillant. Le truc qui me sort par les trous de nez en fait c'est leur trop plein de bonnes intentions, de gentillesse, de bonhomie.

    - Bonjour jeune homme, comment allez vous bien?
    - Mais qu'est-ce que ça peut te foutre?
    - Mais si allons ça va forcément bien? N'est-ce pas Martha?
    - Bien sûr que ça va bien et toi Ruppert?
    - Ca va parfaitement et merveilleusement bien ! Et vous jeune homme?
    - Mais bordel, t'es lourd et t'as pas répondu à ma...
    - Bonjour jeune homme ça va? Vous voulez des fleurs? Vous avez forcément une dulcinée?

    Bon ça me gave du coup j'ai collé une baffe au fleuriste qui s'est retrouvé le cul par terre et vous savez quoi?

    - Ca va Jules?
    - Ca va très bien oui, le sol est admirablement agréable en cette saison.
    -Parfait alors.

    Et l'autre blaireau de se jeter au sol à son tour et de dire en riant.

    - Ca va super bien en effet une fois au sol.


    Ils sont fous ici? Mais c'est quoi ce bordel ? Je sens la moutarde qui me monte au nez et rien pour la faire passer vu que personne ne répond, tout le monde va biennnnnnnnnnnnn..... Il est où l'autre con que je suis venu chercher, avec du bol il ressemble pas trop à ces dégénérés... d'ailleurs, au loin j'aperçois une silhouette qui dénote mais dis donc... Ca serait pas ....





    CENDRES


    [Challenge] Salut, ça va ? 7ffr
    Noble de La République
    Noble de La République
    Leonora de Hengebach
    Leonora de Hengebach
    Messages : 157
    crédits : 1937

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyale neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2438-leonora-de-hengebach-valideehttps://www.rp-cendres.com/t2451-liens-de-leonora-de-hengebach
  • Dim 31 Déc - 3:22
    … Léo qui fait son marché ? …

    Les Histoires de famille, jamais je ne m’en débarrasserais. Et quand on a une famille aussi grande que la mienne, quand on pense avoir fini avec l’un, c’est l’autre qui pointe son nez. Après le paternel qui ne voyait plus en moi qu’une vache à lait, j’ai appris que mon frère Rénald était toujours en vie, ce qui avait empli mon cœur de joie. Il avait à peine trois années de plus que moi et nous avons toujours été proches, plus proches qu’avec mes aînés. Nous partagions une connexion spéciale depuis notre enfance jusqu’à ce que je sois mariée.

    Par le plus grand des hasards, j’ai appris qu’il vivait dans une bourgade à l’étrange nom de Smile, posée aux pieds des montagnes. Cela tombait à point nommé, j’avais besoin de grand air. Cependant, j’étais étonnée qu’il vienne se perdre dans ce qui s’apparente plus à un village qu’une ville animée. Lui si enjoué et avec un besoin permanent de bouger… Puis en me renseignant un peu plus sur cet endroit, j’ai eu vent que cette ville mystérieuse aux allures étranges semblait cacher quelques secrets et ses habitants auraient une attitude peu ordinaire.

    Entre le plaisir de retrouver ce frère et la curiosité de Smile, je me suis décidée à prendre la route rapidement afin de comprendre, sans même attendre une réponse à la missive que j’avais envoyée.

    Lorsque je suis arrivée chez lui, l’accueil ne fut pas aussi chaleureux que je ne l’avais envisagé, tout comme l’étreinte plutôt timide. Nous nous sommes vus pour la dernière fois quelques semaines après mon mariage, pour ne plus avoir aucune nouvelle ou simplement par le biais d’une de mes sœurs. Puis avec la guerre, je n’ai plus jamais eu signe de vie. L’expression préoccupée de son visage m’indiquait que quelque chose n’allait pas. Evidemment, il a nié et s’est efforcé d’être un hôte plus agréable pour sa jeune sœur.  Le lendemain, je me suis décidée à fouler les pavés du centre ville.

    Mais qu’est-ce qu’elle veut la belle dame ? Elle va bien ?
    Très bien, merci… Je vous prendrai quelques pommes s’il…
    Ca va alors ! Moi aussi ça va. Comment sont vos pommes ce matin Léonie ?
    Ca va bien Bernard, bien juteuses et sucrées !

    Puis se sont amassés plusieurs personnes autour de la maraichère. En effet, leur comportement est assez inhabituel. Il est même étonnant que Renald ne m’en ait pas touché un mot. Quelques gouttes tombent sur mon visage lorsque je lève les yeux au ciel. La pluie s’est invitée, il était peut être temps de rentrer.
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Leif Brynjolf
    Leif Brynjolf
    Messages : 82
    crédits : 117

    Info personnage
    Race: Lycanthrope
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal Neutre (juge)
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2435-leif-brynjolf-un-loup-sans-meute-fini
  • Ven 5 Jan - 14:46


    Salut ça va?
    Feat. Leonora - Message 2


    Mais c'était bien elle, la jolie monte en l'air des nuits de Liberty. Nous nous étions quitté après une nuit étrange et un jeu qui aurait pu mal tourner mais cette silhouette élégante, fière, encore que... Vêtue ainsi j'aurais pu ne pas la reconnaître, pour tout avouer j'ai cru voir une petite noble qui faisait son marché en ville, déambulant, voguant au travers des étals... Pas du tout le genre !

    Cette vision m'a permis de lâcher prise et de ne plus écouter les abrutis congénitaux qui m'entouraient, ils avaient du tous se donner rendez vous autour de moi, réunion de famille de débiles impromptue. Bref je leur ai faussé compagnie, après tout moi je cherchais le chevalier de Von Kayserberg, pas des clampins, Rénald même qu'il s'appelait le bougre de diviniste.

    J'approchais donc alors que le ciel s'était obscurcit d'un coup et que les premières gouttes tombaient, bien ma veine. Je détestais la flotte, sur la fourrure de mon col quand c'est trempé ensuite ça pue le chien mouillé, une misère ! Elle ne m'avait pas vu j'en avais la quasi certitude et quand je me suis approchée à son niveau j'ai entendu ses échanges et j'ai grimacé, non c'était pas possible en fait, ils jouaient à quoi dans ce bled paumé? Ils parlaient des pommes visiblement mais tout de même. J'avais entendu la phrase de Leo et pour le coup j'avais la certitude qu'elle ne l'avait pas démarré par un "ça va" de mes deux...

    - Bienvenue chez les gravos de Smile.
    - Oh bien le bonjour mon brave, ça va?
    - Oui allez vous bien? Parce que nous ici, ça va super bien. Vous voulez nos belle pommes juteuses? La belle Dame en veut car ça va bien pour faire des délicieuses tartes.
    - Dans ta gueule la tarte oui ça ira bien sérieux...

    Je secouais la tête, l'horreur en fait ces gens.

    - Il fait un temps mitigé visiblement qui vire à la flotte, si jamais çaaaaaaaaaaaaa vous vaaaaaaaa pas ma bonne Dame, je vous propose de nous replier dans la taverne qui trône au bout de cette place. Ici ils me semblent des plus bizarres.
    - Vous avez raison, ça va le faire dans la taverne, il y fait bon et la bière est bonne et fraîche.
    - Oui et ça va parfaitement avec leur ragoût de cerf en cette saison.
    - .....

    Et visiblement ils étaient décidés à continuer de débiter leurs conneries sans queue ni tête. D'ailleurs maintenant que j'y fréfléchissais, je réalisais qu'ils ne faisaient rien ils parlaient mais personne n'achetait rien, les paniers étaient vides et certains semblaient avoir les traits un peu tirés, fatigués? Etrange étrange... Mais l'appel de la taverne pour éviter de se prendre une saucée était grand.

    - Vous m'suivez gente Dame ?

    Non parce qu'elle avait tout d'la Dame maintenant que j'étais à côté d'elle, c'était amusant non?


    CENDRES


    [Challenge] Salut, ça va ? 7ffr
    Noble de La République
    Noble de La République
    Leonora de Hengebach
    Leonora de Hengebach
    Messages : 157
    crédits : 1937

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyale neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2438-leonora-de-hengebach-valideehttps://www.rp-cendres.com/t2451-liens-de-leonora-de-hengebach
  • Dim 21 Jan - 11:58
    Dans ces échanges qui n’avaient ni queue ni tête entre les villageois,
    Je me retournais brusquement, surprise par la voix qui venait de derrière. Mon cœur battait rapidement alors que je cherchais des indices dans la foule pour identifier la personne qui avait parlée. Les souvenirs tourbillonnaient dans mon esprit, essayant de comprendre comment il pouvait se trouver ici, à cet endroit précis.
    Je balayais les lieux du regard et, finalement, mes yeux se posèrent sur la silhouette imposante qui émergeait de la foule. C'était lui, avec son franc parlé, son éclat malicieux dans les yeux. Pourquoi fallait-il qu’il ait vu mon visage ce soir là… Je ne pouvais m'empêcher de me demander comment et pourquoi il pouvait se trouver au même endroit que moi, dans ce lieu anodin à première vue. Le mystère planait encore, mais dans ce moment, j’étais simplement heureuse de le retrouver, peu importait les circonstances énigmatiques qui l'entouraient, il avait l’air normal lui au moins, cependant il était hors de question que je lui avoue mon soulagement.

    - Ils ont l’air de passablement t’agacer, non ?

    Et j’avoue m’en amuser intérieurement, le lycan n’était pas doté d’une très grande patience à l’entendre. Ce qui ne m’empêchait pas de me questionner sur tout cela.

    A mesure que les secondes passaient, la pluie se mit à tomber de plus en plus fort. Les villageois, qui venaient de partager leur humeur, ne furent pas pris au dépourvu par cette soudaine averse de plus en plus intense. Certains se mirent à courir pour se mettre au centre de la place et crier en choeur, « ça va ! C’est de la pluie » tandis que d'autres en temps normal, auraient tenté de protéger les fruits et légumes du marché, mais ils souriaient car « ça allait ».
    De quoi devenir aussi fou qu’eux, mais étrangement et heureusement, nous n’étions pas atteint par cet étrange « mal ».

    Je ne savais pas que les discussions sur la météo t’intéressaient à ce point.

    Lui dis-je en relevant les sourcils, moqueuse de la situation et avec une seule envie, m’éloigner de ces gens. Après un signe de la tête, je ne pus m’empêcher de sourire en entendant sa proposition. Bien que je fus consciente de mon apparence distinguée et de mes manières empreintes d'élégance qui devaient détonner avec la femme qu’il avait croisée cette nuit là, j’acceptais l'invitation avec une pointe d'autodérision.

    Une taverne, vraiment ? Je ne suis pas sûre que ma tenue délicate soit à la hauteur de cet endroit.

    Nous nous sommes ensuite dirigés ensemble vers la taverne voisine, le contraste entre ma sophistication et l'aspect décontracté du lieu tout comme la tenue du lycan qui m’accompagnait, ne passa pas inaperçu, mais tout allait bien... Nous nous sommes installés à une table, je choisis celle près de la fenêtre, ce qui me permettait d’observer la rue animée et la météo avant de me reconcentrer sur Leif pour lui confier mon étonnement.

    Je ne m'attendais vraiment pas à te croiser dans cette ville, toi ni personne d’ailleurs. C'est une surprise, bien que je sois curieuse de savoir comment tu as atterri ici.
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Leif Brynjolf
    Leif Brynjolf
    Messages : 82
    crédits : 117

    Info personnage
    Race: Lycanthrope
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal Neutre (juge)
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2435-leif-brynjolf-un-loup-sans-meute-fini
  • Sam 24 Fév - 18:32



    Salut ça va?
    Feat. Leonora - Message 3


    - Passablement m'agacer? Non mais t'es carrément très loin du compte pour le coup. Ils me sortent pas tous les pores de la peau avec leur connerie. Ils ont bouffé quoi pour être tous aussi bas du plafond sérieusement? T'as déjà vu ou entendu un truc pareil? J'avais envie de leur en coller pour voir si ils disent c'est bon ça va... et crois moi ou pas... après une grosse baffe le gars m'a dit que ça allait super bien...

    Je hausse les épaules passablement dépité et agacé de ne pas comprendre ce qui arrive à cette bande de bouseux.
    La pluie je n'aime pas ça, tout simplement parce qu'ensuite il faut s'occuper des pièces de cuir imbibées par celle-ci.
    J'éclate de rire à sa réflexion sur les discussions sur la météo.

    - Ca va j'adore ces conversations sans queue ni tête !

    Ce n'est qu'au moment ou elle me parle de sa tenue que je prends le temps de l'observer. Pour tout avouer je n'ai vu que ses grands yeux émeraude, ce sont eux qui ont attiré mon regard sur elle alors que je pestais sur cette place de village sans obtenir la moindre réponse à mes questions. Ce village de Smile portait bien son nom, bien trop en réalité. Cette observation me laissa muet durant de longues secondes, sa tenue n'allait pas du tout avec le souvenir que j'avais d'elle et pourtant elle était d'une grande élégance et surtout elle semblait parfaitement à son aise. Elle... était littéralement faite pour cette belle robe de qualité, mettant ses courbes délicates en valeur, c'était du sur mesure à n'en pas douter, mais... pourquoi?

    - Désolé mais je n'ai pas mieux sous le coude, je ne connais même pas ce village je suis arrivée il y a quelques heures à peine pour tout dire.

    Une fois la porte ouverte de l'établissement je la maintins ouverte jouant une fois de plus le cabot en esquissant un semblant mal dégrossi de révérence.

    - Si ma Dame veut bien entrer, nul danger n'est à craindre dans ce lieu enfin je crois.

    Je refermais la pluie à l'extérieur et je la laissais choisir sa table. Elle se dirigea sans une once d'hésitation vers celle près de la fenêtre, celle permettant d'observer la rue mais aussi la taverne, judicieux, cela lui ressemblait plus. Je m'installais en face d'elle non sans avoir déposé ma cape sur la chaise à côté, c'est encombrant ce genre de choses.

    - Ce que je fais ici? Je viens profiter de la spécialité locale le "ça va"?

    Je n'avais pas prononcé et terminé cette phrase que la serveuse jovial fit son apparition à mes côtés en souriant avec chaleur et empressement.

    - Bonjour bonjour, vous allez bien? Oui bien sûr que vous allez bien, ici ça va toujours ! Qu'est-ce que je vous sers?
    - Une douche froide et une baillon pour fermer votre mouille
    - Ca va aller allons, je n'ai pas ça à vous proposer mais j'ai une bonne bière fraîche et des pains salés ça va bien ensemble. Ca vous va?
    - Ouais ça va dégage.

    Elle me répondit d'un grand sourire avant de partir chercher sa bière à la con et ses petits pains salés... Elle me prenait pour un nobliaud ou quoi? Quand elle fut sortie de mon champ de vision pour aller en cuisine chercher nos bières fraîches je reposais mon regard sur Leonora.

    - Moi je suis venu ici pour chasser ma proie préférée, le diviniste qui se cache et fuit l'ex shoumei. Parait qu'il y en a un d'une vieille famille de Benedictus qui s'est installé dans le coin et j'ai pas pu en savoir beaucoup plus car les gens semblent quand même bien ravagés du cerveau dans le coin. Ou alors c'est le divinisme qui leur monte sévère à la tête, ça se propage comme une maladie et ça rend dingue les gens sensés de République... va savoir.... Et toi qu'est-ce que tu fais dans le coin? Ou pardon, faut que je te donne du vous peut-être vu ta tenue? La damoiselle fait quoi dans ce trou paumé?


    CENDRES



    [Challenge] Salut, ça va ? 7ffr
    Noble de La République
    Noble de La République
    Leonora de Hengebach
    Leonora de Hengebach
    Messages : 157
    crédits : 1937

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyale neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2438-leonora-de-hengebach-valideehttps://www.rp-cendres.com/t2451-liens-de-leonora-de-hengebach
  • Lun 4 Mar - 22:32
    Je regarde Leif avec un sourire amusé. Il n’était guère doté d’une grande patience. Il valait mieux ne pas trop le titiller. Et pour l’avoir vu à l’œuvre, je n’aimerais pas me retrouver face à lui.

    Tu n'y vas pas de main morte avec elle. La pauvre, elle ne fait que son travail.

    Je regarde autour de moi, observant les autres clients, la plupart habitants du village. Je dois avouer que tout est étrange ici. Tout comme l’attitude de mon frère. J’avais pris cela pour de la fatigue ou la contrariété des suites de nos fuites respectives. Sa réaction à ma vue était toute modérée, ou j’en attendais sans doute un peu trop de sa part. Après toutes ces années séparés, nous avons mûris et les épreuves de la vie, la guerre nous avaient tous changés.

    Je dois dire que ce village est vraiment unique, n'est-ce pas? On dirait presque que nous sommes tombés dans une parodie de conte un peu bizarre.

    Je fixe Leif qui me donne les raisons de sa présence. Mes pensées tournaient rapidement dans ma tête.

    Un Diviniste fuyant l'ex-Shoumeï... De Bénédictus, vraiment ?

    Je sens un frisson me parcourir l'échine alors que je réalise comme un coup de tonnerre, que cela pourrait être mon frère. Un diviniste de Bénédictus, exilé, dans ce village au milieu de nulle part, je ne suis pas certaine qu’ils soient si nombreux. J’ouvre la bouche pour répondre, mais je suis interrompue par la serveuse qui revient avec nos bières et de quoi grignoter. Elle nous lance de sa voix « joviale ».

    Et voilàààààà ! Deux bières et ça va elles sont bien fraîches pour les deux tourtereaux et…
    … Non mais nous ne sommes pas ensem….
    … voilààààààà qui va bien, une assiette de pains salés. Et comme ça va bien avec, je vous ai mis de la charcuterie. Ca vaaaaa comme çaaaa !! Régalez-vous !!

    Je la regarde s’éloigner presque en sautillant. Celle-ci était vraiment atteinte à un niveau de compétition. Je regarde Leif en grimaçant puis je tente de reprendre la conversation là où nous en étions.

    Je suis ici car je suis invitée à assister au bal populaire de ce soir. Je crois que c’est une tradition, enfin je suppose, c’est la première fois que je me rends ici.

    Puis je reviens sur le sujet qui m’interesse le plus pour le moment. Et mes craintes grandissent.

    Mais… Tu ne penses pas que tu fais une véritable fixation sur les Divinistes ? Ils ne sont pas responsables de tous les maux du monde. Et sinon… Tu connais le nom de celui que tu traques?

    Mon regard se trouble alors que je me perds dans mes pensées en prenant la première gorgée. Une vague de crainte et d'espoir mêlés m'envahie alors que j’espère qu’il ne s’agit pas de Rénald. Je repose la chope alors que je pose mes mains autour de mon verre de bière.
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Leif Brynjolf
    Leif Brynjolf
    Messages : 82
    crédits : 117

    Info personnage
    Race: Lycanthrope
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal Neutre (juge)
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2435-leif-brynjolf-un-loup-sans-meute-fini
  • Mer 6 Mar - 23:05



    Salut ça va?
    Feat. Leonora - Message 4


    Je soupire en l'écoutant chercher une excuse à la serveuse, je finis par hausser les épaules et me caler bien confortablement dans la chaise.

    - Si tu le dis.

    Autant dire que je ne suis pas d'accord mais que je n'ai pas la moindre envie de débattre sur ce sujet au demeurant parfaitement inutile et futile, la serveuse et ses états d'âmes je m'en cognais. Enfin elle reconnut à son tour que les gens d'ici n'étaient pas des plus normaux, cela me rassurait, et l'idée du conte bizarre ne me semblait pas bête au final.

    - C'est ça, ils sont dans une histoire à la noix, bloqués sur du ça va jusqu'à ce que quelqu'un remettre tout en ordre. En général on devrait trouver une fée maléfique ou un démon derrière tout ça dans le fond, mieux, un démon diviniste !

    Ma propre boutade me fit sourire, oui les titans et les démons n'avaient jamais fait bon ménage du coup c'était assez antinomique tout ça mais dans l'idée... Retrouvant mon sérieux j'allais répondre quand on nous amène nos bières et de quoi manger. La tête de Leo alors qu'elle tente de faire entendre que nous ne sommes ni des tourtereaux ni des étourneaux, amusant de la voir de débattre en un sens, j'ai failli dire une ânerie pour aller dans le sens de la serveuse et je me suis souvenu de la dextérité et du sang froid de ma compagne du moment, c'était trop hasardeux et je tenais à ma couenne.

    Je ne l'aide pas par contre j'attends qu'elle retrouve contenance pour poursuivre notre précédente conversation.

    - Un bal populaire? Allons bon .. c'est pas terrible ça pour enquêter surtout avec leur satané bonne humeur contagieuse. Mais d'un autre côté, si c'est une tradition, il y a des chances que cela rassemble tout le monde. Vu le temps j'espère que ça va s'éclaircir d'ici à la nuit tombée à moins que cela n'ait lieu quelque part de couvert?

    Je levais ma choppe pour trinquer par principe et j'en bus une bonne rasade avant de reprendre. J'arborais un air sérieux et moins futile, comme lorsque nous devisions tous les deux en fin de nuit lors de notre rencontre, sans masque de pitre. Ce qu'elle me demanda dénotait d'un constat mais elle ne pouvait pas savoir. Je quittais son visage pourtant admirable et fascinant pour glisser mon regard dehors à regarder la pluie dégoulinant sur la fenêtre et le vent battant les volets mal fermés de la maison en face de l'autre côté de la grand place du village.

    - Cinquante trois sont morts dans mon village, il y avait des guerriers d'âge adulte ou mûr mais aussi des vieillards, des enfants et un bébé. Cinquante trois tombes j'ai creusé. J'en emporterai tout autant c'est la promesse que je leur ai faite mais tu as raison oui je fais une fixation la dessus, c'est ce qui me pousse chaque jour à agir, progresser, avancer... Le chevalier que je cherche faisait parti de l'Ordre originel de la Main de ce que j'ai appris et ça me va. Les réfugiés de Shoumeï sont tous obligés de s'enregistrer à Liberty à leur arrivée, et mon employeur travaille à l'accueil des réfugiés et il n'est pas précautionneux ni cachottier, juste peureux.

    Je reprends ma choppe et j'en bois une nouvelle gorgée avant de reposer mon regard sur elle, énigmatique chasseuse des ombres aujourd'hui habillée comme une noble et se déplaçant toujours avec sa grâce féline mais la tête haute, une démarche altière, fière, différente... Qui est-elle?

    - Et ce bal tu dis avoir été invitée, il faut cela pour y participer? Si c'est le cas, as-tu besoin d'un cavalier? Enfin non, accepterais-tu que je t'accompagne? Même si je suis un piètre danseur enfin non ça va quand même je me débrouille.

    Dans mon esprit une sorte de sonnette d'alarme retentit, je vais de dire quoi encore une fois? Que ça allait? Non ça n'allait pas si ce truc était contagieux...

    CENDRES



    [Challenge] Salut, ça va ? 7ffr
    Noble de La République
    Noble de La République
    Leonora de Hengebach
    Leonora de Hengebach
    Messages : 157
    crédits : 1937

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyale neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2438-leonora-de-hengebach-valideehttps://www.rp-cendres.com/t2451-liens-de-leonora-de-hengebach
  • Dim 10 Mar - 21:35
    J’avais toujours trouvé Leif quelque peu agacé. J’aimais la manière dont ses yeux s'illuminaient lorsqu'il parlait même si c’était souvent lourdement, la façon dont son enthousiasme semblait teinter l'air autour de lui d'une énergie contagieuse. Pourtant, il y avait ce moment, imprévisible et déconcertant. Son humeur basculait sans avertissement, plongeant dans une froideur abrupte. Le silence s'était installé entre nous. Je n'avais pas anticipé une réaction aussi glaciale de sa part. Ma remarque, que j’avais initialement pensée anodine, voire légèrement amusante, avait visiblement fait un tollé.

    Quand la conversation semblait reprendre sur une même connexion, concernant l'étrangeté des habitants, c’est à Leif de lancer sa pique avec un sourire en coin, comme s'il cherchait à provoquer une réaction, mais il avait probablement sous-estimé ma sensibilité à ce sujet. Je sentis une pointe de frustration monter en moi, mêlée à une touche d'irritation. Mon regard se durcit légèrement alors que je fixais Leif, mes lèvres contenaient la réplique qui montait en moi. J’avais eu une tolérance pour son humour espiègle, il avait clairement franchi une frontière que je ne pouvais ignorer et je me contentai à mon tour de lui répondre, alors que je me se sentais en partie insultée, (même s’il n’avait pas tout à fait tord).

    Si tu le dis…

    La conversation devint un espace silencieux rempli de non-dits et de malentendus.
    Après un moment de silence tendu, et le passage de la serveuse, je posai doucement son verre sur la table en bois usée, la condensation glissant le long de mes doigts que je frottai doucement sur la paume de ma main.  

    Notre conversation semblait trouver un nouveau souffle alors que nous revenions sur le sujet du bal populaire. C'était comme si ce changement de sujet offrait un répit bienvenu à notre échange, nous permettant de revenir à des eaux plus calmes, du moins temporairement.

    L'organisation de ce bal semble un peu mystérieuse. Commentai-je avec un léger sourire, essayant de ramener une touche de légèreté. Mais il me semble que cela se passe à l’extérieur... J’haussai les épaules, mais honnêtement, si ce temps perdure, j’ai peur qu’il finisse par être annulé.

    J’esquissai un sourire déterminé, comme pour souligner ma résolution à profiter de mon séjour, en apparence. Car la fixation de Leif sur ce Diviniste commençait à me peser. Mais comment en vouloir au Lycan qui maintenant se livrait. Son récit poignant fit taire instantanément toute légèreté dans l'atmosphère. Je sentis mon cœur se serrer d'empathie devant la douleur évidente de l’homme face de moi. Les paroles qu'il avait lancées auparavant, teintées de mépris envers les Divinistes, prenaient soudainement un sens beaucoup plus profond.
    Je baissai mon regard, honteuse de ce que « les miens » avaient fait, exprimant à ma façon, mon soutien silencieux alors qu'e j’écoutais attentivement son récit. Je pouvais presque sentir le poids du chagrin et de la perte qui pesait sur lui, comme s'il portait le fardeau de tout un monde sur ses épaules.
    Mes propres mots seraient insuffisants face à une telle tragédie. Mais parfois, il n'y en avait pas pour guérir les blessures les plus profondes, pas de réponses faciles à la question du "pourquoi ?". Tout ce que je pouvais offrir, était mon écoute alors qu'il se livrait, mais j’étais incapable de croiser son regard. Je réalisai alors que les attitudes de Leif envers les Divinistes n'étaient pas simplement le fruit d'une antipathie superficielle, mais plutôt le reflet d'une douleur profonde et d'une colère légitime face à une injustice insupportable.

    Mais à l'évocation du chevalier de l'Ordre de la main, mon sang se glaça. Le doute ne pouvait plus subsister. L'air sembla s'épaissir autour de moi, chaque battement de mon cœur résonnant comme un coup de tambour dans mes oreilles. Le monde autour semblait ralentir, alors que les mots de Leif se répétaient dans mon esprit, chaque syllabe alourdissant le poids de la révélation. L'homme au centre de sa quête de vengeance, n'était autre que le frère que j’aimais plus que tout.
    Je ne pouvais me résoudre à laisser les choses se passer de cette manière. Rénald n’était pas un de ces fanatiques. Peut être pourrait-il l’entendre.

    Un second répit, l’homme aux cheveux argentés retrouva un nouvel intérêt au bal qui serait donné dans la soirée. Je n’étais pas dupe et il ne s’en était pas caché. Cet événement rassemblerait beaucoup de monde et même sa cible avec de la chance. Evidemment que mon frère serait présent, puisqu’il s’était proposé pour l’organiser dans les grands jardins de sa demeure. Sa proposition de devenir mon cavalier avait un air de normalité. Après tout, cela permettrait de garder un œil sur lui.
    Je forçai un sourire.

    Si ça va, alors j’accepte. Tu peux m’accompagner si tu épargnes mes pieds. Il y a simplement un code couleur qui est le blanc ou l’argenté je crois. Si tu as cela dans tes valises.

    Je finis ma bière avant de me lever, il était temps de le laisser et de me préparer et surtout, réfléchir à comment éviter un drame cette nuit.
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Leif Brynjolf
    Leif Brynjolf
    Messages : 82
    crédits : 117

    Info personnage
    Race: Lycanthrope
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal Neutre (juge)
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2435-leif-brynjolf-un-loup-sans-meute-fini
  • Lun 18 Mar - 21:31


    Salut ça va?
    Feat. Leonora - Message 5


    L'empathie ce n'était pas mon truc pour tout dire, je n'étais pas du tout sensible aux émotions des gens et pourtant j'ai vu que Leo changeait d'air, un truc m'échappait totalement mais je ne voyais pas vraiment comment comprendre ce que j'avais fait ou dit qui avait déplu à la belle noctambule.
    Par chance pour moi et ce silence aussi dérangeant qu'oppressant nous sommes revenus sur un sujet moins complexe, celui de ce bal populaire dont je n'avais même pas idée quelques minutes auparavant.

    - Bal mystérieux donc et en extérieur, eh bien ça ne nous aide pas des masses tout ça.

    En deux belles gorgées j'avais terminé la choppe de bière et je l'avais levée pour qu'on vienne m'en servir une seconde, elle était correcte. La serveuse vint et demanda si tout allait bien et j'ai répondu sans même m'en rendre compte un horripilant "ça va bien merci." Oui en fait ce qui aurait pu me choquer c'était ce petit mot de politesse glissé dans une phrase anodine mais par chance je m'écoute pas parler. Ca m'avait permis aussi de passer outre le souvenirs du nombre de morts que j'avais enterré et que je me refusais à pleurer tant que le sang n'avait pas coulé en quantité équivalente.

    Revenant sur le bal populaire elle me posa une question légitime et pour le coup je pris le temps de regarder sa tenue. Elle ne ressemblait en rien en celle de cuir qui mettait ses formes félines en valeur sous le clair de lune, mais cette robe bien que simple, était de bonne facture et surtout, elle semblait lui aller comme un gant, limite une robe sur mesure, vous savez du genre que celles les nobles dames ou les bourgeoises portent... Mon regard s'agrandit alors que je réalisais ce fait et je regardais plus attentivement ses traits fins et délicats, ce menton droit, ce port fier, ces lèvres carmines, fines et maquillées avec légèreté et élégance. Mon regard coula sur son cou à la peau pâle, un cou délicat, une peau de pêche, je poursuivais cette étude en glissant à la naissance de sa poitrine, mise en valeur par un décolleté discret mais présent, son torse se soulevait doucement au rythme de son coeur apaisé. Je changeais d'axe pour fixer ses mains et je les vis, de longs doigts effilés, une peau parfaite, pas de cals, pas de rugosité, bon sang de bonsoir, Leo c'était pas une fille de la rue du tout loin s'en fallait, elle venait de la haute. Mais pourquoi?

    J'étais restais muet en l'observant, me sentant un peu con, un peu pris pour un idiot aussi, moi j'étais un benêt montagnard sans éducation, je devais bien la faire rire et puis... pour le coup...

    - Je crains de n'avoir rien de plus qu'une chemise propre pour me changer mais... J'vais me débrouiller pour trouver de quoi pas de faire honte ce soir. Ca va aller !

    Elle s'était levée et sortit de la taverne de son pas léger et discret, une noble bordel et j'avais rien vu. J'étais sur le cul. La serveuse revint me voir à ce moment là.

    - Ca va bien?
    - Oui ça va et ...
    - Une autre bière?
    - Non enfin si une bière ça va le faire et dites moi, y aurait un marchand de frusques dans le patelin? Ou moyen de... moyenner une tenue pour la soirée enfin le bal vous savez?
    - Ah oui le bal de l'acceptation ce soir, vous venez?
    - Oui j'pense bien venir mais j'ai rien à m'mettre voyez.
    - Bah ça va aller vous en faites pas, tenez allez voir Rodrick d'la part de Zelia, il tient une échoppe de maroquinier à l'entrée du village mais sa femme est couturière à ses heures, elle pourra vous aider.
    - Ca va être parfait merci !

    J'ai fini ma bière et je suis parti voir le gars puis sa femme et tout est allé super bien et je savais que la soirée serait sous les mêmes augures, ici ça va toujours bien ! J'ai donc trouvé tenue convenable et le temps a décidé d'être clément, plus de pluie. Sur la place du village comme par magie des tables avaient été dressées, une estrade installée, des musiciens s'installaient et les gens étaient bien nombreux, l'humeur et l'ambiance joyeuse.

    Nourriture, boisson, tout était présent et rien à payer, que demander de plus? Moi je me disais que j'allais peut-être rester ici à Smile c'était parfait comme village finalement? Et même que dans mon esprit, l'ombre de celui que je cherchais s'estompait, j'attendais juste la soirée, profiter, m'amuser, danser, le truc que je ne fais pas depuis... Rah suffit de penser à au passé, ça va aller mon petit gars , tout ira bien.

    Près de l'estrade une table était dressée avec des chaises de qualité, une tonnelle installée au dessus pour le cas ou la pluie reviendrait. Un couple avançait au loin et se dirigeait au loin, mais ça serait Leo au bras d'un bel homme avec autant de prestance qu'elle? Une sorte de cour naviguait autour d'eux, servantes, gardes et un homme âgé qui faisait grise mine, le pauvre, lui ça n'avait pas l'air d'aller bien...

    Sourire accroché au visage je me suis dirigé vers Leo, je pensais être son cavalier, elle avait déjà changé d'idée? Dans le fond elle avait raison, il était bien plus élégant que moi, j'avais fait un effort, pantalon propre, bottes décrottées, chemise de lin toute neuve, pimpante, un peu serrée aux entournures pas ma taille mais bon, elle sentait bon le frais et je m'étais même rasé de près et lavé ! Que d'efforts pour m'amuser au bal ce soir ! Oui dans ma tête il n'y avait que ça même si j'avais l'impression que j'aurais du réfléchir et faire autre chose...

    - Dame Leo, vous êtes parfaite ! Ca va? bonsoir l'ami, moi c'est Leif Brynjolf !

    Et de tendre ma main à son cavalier endimanché.

    CENDRES



    [Challenge] Salut, ça va ? 7ffr
    Noble de La République
    Noble de La République
    Leonora de Hengebach
    Leonora de Hengebach
    Messages : 157
    crédits : 1937

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyale neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2438-leonora-de-hengebach-valideehttps://www.rp-cendres.com/t2451-liens-de-leonora-de-hengebach
  • Sam 23 Mar - 23:11
    Le cœur battant, je quitte la taverne avec une détermination nouvelle. Mes pas me mènent à travers les ruelles tortueuses du village, la pluie plus menaçante que jamais. J’arrive finalement devant la demeure qui se détache des autres par son allure plus soignée, plus grande bien que toujours enveloppée dans cette aura de mystère propre au village.
    L'intérieur de la demeure, baigné dans un silence profond, semble suspendu dans le temps.  Guidée par une intuition que je ne m'expliquais pas, je monte l'escalier en bois qui craque sous ses pas. Arrivée dans ma chambre qui m’avait été attribuée par Rénald, je m'arrête sur le seuil. La pièce est baignée d'une lumière douce, filtrée à travers des rideaux qui dansent au rythme d'un vent qui se lève. Et là, sur le lit, une étoffe scintillait avec une douceur presque énigmatique. Une robe argentée, d'une beauté simple mais captivante, comme tissée à partir de la lumière de la lune elle-même. À côté de la robe reposait un petit mot, plié avec soin, qui porte l'écriture familière de Rénald. Je le prends délicatement entre mes doigts, comme si le papier pouvait à tout moment se dissoudre et emporter avec lui les derniers vestiges de mon frère.

    "Ma très chère Léonora,
    J'espère que cette robe te plaira et te rappellera les nuits où nous contemplions ensemble les étoiles. Porte la ce soir, pour moi, et rejoins-moi dans le hall entre chien et loup. Il y a tant de choses que je souhaite partager avec toi, tu m’es indispensable pour cette soirée mémorable pour les Von Keyserberg.
    Attends le crépuscule, quand le jour et la nuit se confondent, et viens.
    Avec tout mon amour, Rénald"


    Les mots dansent devant mes yeux tandis que  je fronce les sourcils. Un mélange de joie de retrouver mon frère et de doute de par ces mots couchés sur le papier. Je caresse le tissu de la robe, promesse de retrouvailles longtemps attendues et étranges, peu importe, je serai là, dans le hall, enveloppée dans l'argent, prête à retrouver mon frère.

    La robe argentée m’enveloppe, comme si elle avait été tissée à partir de la lumière de la lune elle-même. Je me regarde brièvement dans le miroir, la transformation opère, me laissant perplexe. Elle était magnifique mais c’était une robe bien trop luxueuse pour un bal populaire selon moi. Je descends les escaliers. Le hall, baigne dans la lumière crépusculaire, là, se tient dans cette lumière douce Rénald, aussi élégant que dans mes souvenirs, mais marqué par une gravité nouvelle. Il se tourne vers moi, son regard s'illumine d'un nouvel éclat.

    Léonora, dit-il simplement, sa voix trahit une émotion contenue. Il s'approche, son regard ne quittant pas le mien, capturé par l'image d’une sœur transformée par la robe argentée. Elle te va à merveille, murmura-t-il, m'offrant un baiser sur mon front avec une étrange délicatesse. J'espérais que tu accepterais de la porter... pour rendre cette soirée inoubliable.
    Rénald. Mais pourquoi tout ceci ? Ma voix chargée de curiosité.
    Rénald prend ma main. Ce soir est un nouveau départ pour nous, il me guide vers la porte. Un moment pour laisser derrière nous les ombres du passé et pour célébrer l'avenir. Le bal populaire, ce n'est pas juste une fête, c'est le premier instant d’une nouvelle aire.

    Ensemble, nous franchissons le seuil de la demeure, dans l'air frais du soir qui porte déjà les échos de la musique et des rires provenant du cœur du jardin. Je me pose mille questions sur le comportement étrange de mon frère, surtout lorsque un vieil homme qui attendait sur le porche et nous rejoint sans un mot. Un regard sur Rénald qui me fait comprendre de ne pas m’en occuper…
    Quelques pas à peine dans la fête j’aperçois Leif à travers la foule. Il se tenait là, dans son allure décontractée, il s’approche de nous en se frayant un chemin dans la foule. Il avait fait un effort vestimentaire notable, troquant ses vêtements de voyageur pour une tenue qui semblait spécialement choisie pour l'occasion. Je l’accueille avec un sourire, contrairement à mon frère qui le regarde comme un misérable insecte et ne lui accorde aucune attention, ni ne répond à la poignée de main tendue.

    Bonsoir Leif, je me demandais si tu viendrais, finalement.
    Tu connais cette personne ?
    Oui, c’est mon cavalier, un ami que j’ai invité à nous rejoindre.
    Vraiment…
    Détends-toi Rénald, c’est la fête ce soir.
    Attends, il me dépose un long baiser sur le front, ne t’éloigne pas, j’aurai bientôt besoin de toi.

    Je prends la main de Leif, et l’invite à rejoindre la foule et le bruit. Je jette un regard en arrière vers Rénald, lui adresse un sourire rassurant. Guidée par l’instinct partagé, j’invite Leif directement à travers la danse et la mélodie, quelque peu contrariée.
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Leif Brynjolf
    Leif Brynjolf
    Messages : 82
    crédits : 117

    Info personnage
    Race: Lycanthrope
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal Neutre (juge)
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2435-leif-brynjolf-un-loup-sans-meute-fini
  • Sam 30 Mar - 17:06


    Salut ça va?
    Feat. Leonora - Message 6


    Je m'étais donc préparé comme il se devait pour cette soirée enfin c'était ce que j'avais cru, parmi les gens de cet étrange village tout allait pour le mieux, vraiment, je passais inaperçu à ma taille et ma carrure près en fait mais c'était quelque chose dont j'avais l'habitude. Mais la j'avais tendu la main pour saluer l'homme qui avait la chance d'avoir l'incarnation de la beauté au bras en cette soirée. Jamais je n'aurais parié qu'elle put paraître aussi lumineuse et étincelante, Leo était belle à se damner peut-être pour certains mais là elle était comme un bijou mis en valeur par l'écrin qui allait bien. Elle venait d'un autre monde et me semblait inaccessible, étrange non?

    Par contre son cavalier à qui le tends la main en guise de salut, ne me parle pas, m'ignore superbement et parle de moi comme si je ne pouvais pas entendre. D'accord j'ai pas inventé le fil à couper le beurre mais par contre je suis loin d'être sourd. Je remballe ma main comme le con que je semble être aux yeux de ce... ce... putain de noble de mes deux bordel !

    Et je détourne donc mon attention de lui, celle pour qui je suis là ce soir ce n'est pas lui, il n'a rien qui m'attire pour tout avouer.

    - Je n'allais pas manquer l'occasion de profiter d'une grande soirée festive en agréable compagnie.

    Et voilà que l'autre persiste à faire comme si j'étais invisible, j'ai bien envie de lui en coller une, ça me démange sévère mais il parait que cela ne se fait pas. Par contre je notre son prénom dans mon esprit, Rénald... Par contre il dépose un baiser sur le front de Leo et s'éloigne en annonçant qu'il aura besoin d'elle plus tard... Mais c'est qui?

    Néanmoins je me laisse entrainer par Leo sur la piste de danse, je suis pas le meilleur des danseurs, manque d'habitude pour le coup mais je ne suis pas maladroit ni mal habile aussi rapidement je prends le rythme et suit la danse sans souci même si je n'ai aucune élégance dans cet exercice.

    - Dis moi c'est qui le frigide qui te parle comme si t'étais à lui? T'es mariée?

    Non parce que pour le coup j'ai cru voir un époux jaloux mais c'était logique non plus vu qu'il n'aurait jamais laissé son épouse danser avec un autre que lui pour débuter le bal. Et malgré tout un truc me chiffonnait, quelque chose ne tournait pas rond et mon regard se rive dans les emeraude de ma cavalière.

    - C'est quoi le nom de famille de Rénald?

    Mon regard était devenu inquisiteur, dans mes tripes je pressentais le pire et que dans une sens non "ça n'allait pas du tout" dans cette putain de ville de Smile et que ce que je pensais n'être qu'une formalité, trouver, chasser, tuer un diviniste allait s'avérer plus compliqué que prévu. Leo était tendue je le percevais et Renald alors qu'il discutait l'homme au teint blafard que je pensais maladif et leurs regards souvent se posaient sur nous. Serait-ce moi qu'ils regardaient ou ma belle et délicieuse partenaire? La danse arrivait à sa fin et la musique prit fin alors que Rénald, sur l'estrade se tenait devant la foule assemblée, emplie d'une liesse trop pregnante pour naturelle, elle suintait de partout.

    - Mes très chers amis, habitants de Smile, est-ce que ça va?

    Cette phrase me hérissait le poil, sur ma nuque ils venaient de se dresser et c'était mauvais signe et autour de nous comme si on venait d'annoncer que demain tout serait gratuit, une envolée de cris de joie s'éleva et de partout retentirent les maudits mots "ça va"... D'une voix, tous répondirent et sur le visage du vieillard un sourire apparut enfin...

    - Je savais que nous allions partager un moment exceptionnel habitants de Smile. Ce soir nous allons fêter un événement qui scellera l'avenir de notre ville croyez moi. Ce soir nous allons célébrer l'avenir. Ce soir sous l'égide du père Nathanael de Benedictus nous allons festoyer après l'union de deux âmes isolées qui une fois unies célèbreront à toujours la joie et nous scellerons pour toujours l'avenir de Smile dans la félicité. Léonora, ma douce amie, ma confidente, ma soeur chérie, en cette soirée, accepte de me rejoindre et de joindre à moi pour offrir à ce lieu un destin placé sous l'égide de nos divins, que leurs volontés soient faites ce soir, que notre union à venir, bénie par tous soit le symbole d'un nouveau jour pour Smile, pour nous et pour notre foi antique.

    Le prêtre s'était avancé, sa cape repoussée en arrière dévoilait une tenue de prêtre aux symboles de ... Zeï? Cette maudite manipulatrice? Ma main dans celle de Leonora je m'étais crispé, avais-je bien compris?

    CENDRES



    [Challenge] Salut, ça va ? 7ffr
    Noble de La République
    Noble de La République
    Leonora de Hengebach
    Leonora de Hengebach
    Messages : 157
    crédits : 1937

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyale neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2438-leonora-de-hengebach-valideehttps://www.rp-cendres.com/t2451-liens-de-leonora-de-hengebach
  • Dim 31 Mar - 3:44
    Nous nous sommes laissés emporter par la musique, mais un tourbillon de pensées occupait mon esprit. La joie éphémère apportée par la danse ne parvenait pas à dissiper entièrement l'ombre d'inquiétude qui s'était installée dans mon cœur depuis mes retrouvailles avec Rénald. Mon frère, dont l'attitude étrange et la froideur envers Leif m'avaient profondément troublée, occupait mes pensées.
    Leif, sensible aux variations subtiles de mon humeur, ralentit leur danse pour me regarder plus attentivement. J’hésitai, partagée entre le désir de préserver cette bulle et la nécessité de partager mes craintes. Finalement, je ris doucement à sa question, mais mon regard se perdait un instant dans le vague

    Rénald n’est pas frigide Leif, mais je ne sais pas ce qu’il se passe. Son comportement aujourd'hui... il était différent, et pas seulement envers moi. Il a été franchement impoli avec toi, et ça me tracasse. Ça ne lui ressemble pas.

    Je soupirai. Alors que la musique du bal populaire enveloppait la soirée d'une atmosphère joyeuse, Leif, se laissa aller à une curiosité plus profonde concernant Rénald et moi. Le changement subtil dans son regard indiquait qu'il avait des questions qui brûlaient ses lèvres, des interrogations qu'il ne pouvait plus taire. J’étais encore sous le coup de mes propres inquiétudes concernant mon frère. Nous nous sommes arrêtés de danser en même temps que la musique stoppa, la lumière des lanternes  dansait au vent nocturne.  

    Alors que je m'apprêtai à répondre, à partager peut-être un peu plus de cette histoire, la voix de Rénald résonna dans l'air, captant l'attention de tous les invités. Nos regards se tournèrent vers lui, surpris par l'interruption soudaine. Mon frère se tenait sur l’estrade, sa posture, empreinte d'une autorité naturelle, contrastait avec l'attitude plus réservée qu'il avait adoptée plus tôt, le vieil homme à ses côtés. Il semblait être tout à fait dans son élément, captivant l'assemblée avec sa seule présence.
    L'annonce de Rénald avait créé chez moi, un tourbillon de confusion et de surprise. Mon cœur s'était arrêté un instant, mes pensées se bousculant dans une tentative désespérée de donner un sens à ses paroles. Une réalité que refusais d'accepter.

    Je... je dois avoir mal entendu, murmurai-je à Leif, ma voix trahissant mon incertitude. Il ne peut pas... ce n'est pas possible. La perspective que Rénald ait orchestré ce bal dans l'intention de nous unir, moi sa soeur, semblait sortir d'un autre monde.
    Leif, sentant l'urgence du moment, serra ma main, offrant un soutien silencieux. Les mots de Rénald résonnaient profondément avec mes craintes sous les applaudissements. Il tendit la main vers moi pour que je le rejoigne. Son visage, habituellement calme et maître de lui, trahissait maintenant une pointe d‘agacement.

    Léonora, viens maintenant, pour la grandeur des Von Keyserberg.

    L'évolution soudaine de la situation, avec Rénald se comportant d'une manière totalement inattendue et alarmante, changea instantanément l'atmosphère. Je ressentis un frisson d'angoisse parcourir mon échine au constat du changement drastique dans le comportement de Rénald.

    Je dois partir d'ici. mon ton bas mais ferme, tranchant à travers le brouhaha ambiant et les cris de joie qui commençaient à s'élever parmi les invités tandis que le prête tendit à son tour une main vers nous...
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Leif Brynjolf
    Leif Brynjolf
    Messages : 82
    crédits : 117

    Info personnage
    Race: Lycanthrope
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal Neutre (juge)
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2435-leif-brynjolf-un-loup-sans-meute-fini
  • Dim 31 Mar - 13:20


    Salut ça va?
    Feat. Leonora - Message 7


    Pour le coup j'étais un gars plutôt simple, voire même manichéen parce que voir les nuances du monde ça demande un effort que je n'ai pas vraiment envie de faire donc je range les gens dans des cases comme sur un échiquier sauf que je bouge pas les pièces ou rarement. Bref... Osons dire que je suis capable d'émettre des jugements hâtifs sur les gens, sur le vif et de rester campé sur mes positions sans sourciller et sans la moindre honte et donc... Ce Rénald était un gars mal baisé de mon point de vue, fallait qu'il se détende des chausses sérieux !

    - Si tu le dis...

    La phrase qui veut dire que je n'y crois pas du tout mais que j'ai pas envie de débattre, danser, m'amuser, profiter du moment c'est bien plus sympa. La musique stoppée nos regards s'étaient tous portés vers les acteurs du soir.

    Maître Rénald, sur une estrade perchée,
    Tenait en ses mains l'assemblée.
    Maître Vieillard, par l'odeur alléché,
    Lui tint à peu près ce langage :
    Et bonjour, Monsieur de Keyserberg.
    Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !
    Sans mentir, si votre panache
    Se rapporte à votre lignage,
    Vous êtes le servant des titans de l'endroit.
    À ces mots, le Rénald ne se sent pas de joie ;
    Et pour montrer sa belle voix,
    Il adresse un large sourire, laisse vibrer sa voix
    Le Vieillard s'en saisit, et dit : Mon bon Seignieur,
    Apprenez que tout flatteur
    Vit aux dépens de celui qui l'écoute.
    Cette leçon vaut bien un village, sans doute.
    Le Rénald honteux et confus
    Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus.

    Pourquoi cette comptine? Pour montrer combien ce pauvre chevalier s'est fait manipulé et que dans le fond nous allons le comprendre il n'était pas vraiment maître de lui même... Oui je lui cherche des excuses pour ne pas aller lui démonter la tête pour avoir soumis la simple idée de devenir le mari de sa sœur, bordel on est pas chez les Draknys !!!
    Mais reprenons... Ma main toujours glissée dans celle Leo, je vois son inquiétude, et j'entends sa voix qui faiblit et qui hésite.

    Leo veut partir et en un sens je la comprends, il faut fuir cet abruti congénital qui la veut pour lui. J'étais venu pour le buter soyons clair mais je ne peux pas concevoir de laisser Leo dans la panade et si je tue son frère elle risque de mal le vivre non? Mais j'aime les choses simples, pas les dilemmes à la noix Mac Aydis.

    - On y va.

    Je donne mon accord à celle que j'aimerais compter comme une amie, je l'aime bien c'est tout. Alors tenant toujours sa main dans la mienne je fais un pas en arrière. Et c'est la que ça se corse. Je comprends pas bien sur le coup ce qu'il se passe mais je vous jure tous les villageois assemblés se tournent vers nous, nous sommes le centre de toutes leurs attentions. Le chevalier sur l'estrade attend le regard brillant d'espoir que sa sœur le rejoigne. Mais ses regards sur nous me dérangent, j'ai l'impression de sentir un truc bizarre, comme si on chatouillait mon esprit? Non je dois rêver en fait. Je fronce les sourcils inquiet.

    D'un geste vif Leo dégage sa main de la mienne, mais à quoi elle joue?

    - Leo on y va, faut dégager de là, on a pas envie d'un bain de sang hein?

    Mais elle me répond pas. Et d'une voix unie les habitants du village se mettent à scander un "ça va aller Leonora, rejoins nous". Non mais ils sont givrés définitivement ici. Mais Leo prend la direction de l'estrade sous mon regard ébahi, elle se dirige vers son frère, mais sa démarche? Ce n'est pas la sienne, elle avance mécaniquement. Je m'avance vers elle mais la masse se glisse et s'immisce entre nous. J'ai un mouvement d'hésitation et la voix du vieux s'élève alors.

    - Rares sont les humains à résister aux murmures de ma maitresse. Les Murmures de Zeï sont puissants et les esprits humains réceptifs à ses promesses. Ne luttez pas jeune homme, laissez vous guider dans la félicité, servez Zeï et vous aurez un avenir radieux.

    Pour le coup j'ai une épiphanie, voyez le genre, j'ai vu la lumière, il est con, enfin il a pas de bol, je suis pas humain, c'est vrai que ces blaireaux de titans en nous maudissant ils ont renforcé notre esprit, on est pas sensibles aux manipulations mentales, nos barrières sont bien solides. Bien sûr un mage très puissant pour nous manipuler, nous faire souffrir avec sa magie mais faut s'accrocher, ce qui fonctionne basiquement chez d'autres ne nous fait rien à nous lycans.

    - J'vais avoir un souci par contre voyez. C'est que la belle demoiselle je la voulais pour moi, je compte pas la partager avec son frangin, c'est un peu trop dégueulasse pour moi. Donc éventuellement, dans le calme je peux accepter votre offre mais Leo enfin Leonora von chais pas quoi *si je savais* elle reste avec moi. Ca va comme ça?

    Oui je me foutais de sa gueule avec son ça va et je sentais la pression populaire qui se rapprochait pour m'éloigner de Leonora qui partait vers son frère. Que faire pour l'aider? Bah une bonne baffe visiblement ça fonctionnait pas trop contre les débiles donc ça risquait de pas l'aider... Et celui qui manipulait la foule c'était le vioc non? Du coup sans prévenir j'ai envoyé un trait de glace dans sa direction. Il a réagi avec rapidité le bougre, il a détourné l'énergie avec une lame de feu. Il n'était pas content ni jouasse ça se voyait mais pour le coup il a perdu son contrôle sur Leo qui proche de l'estrade allait retrouver ses esprits momentanément alors que son propre frère venait de lui attraper fermement la main.

    Le vieux avait reculé et dressé instinctivement un mur de feu devant lui pour repartir à l'assaut.

    - Enfants des murmures, servants de Zeï, rendez aux gardiens cette âme égarée. Tuez le et ça ira pour le mieux !

    CENDRES


    [Challenge] Salut, ça va ? 7ffr
    Noble de La République
    Noble de La République
    Leonora de Hengebach
    Leonora de Hengebach
    Messages : 157
    crédits : 1937

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyale neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2438-leonora-de-hengebach-valideehttps://www.rp-cendres.com/t2451-liens-de-leonora-de-hengebach
  • Dim 31 Mar - 18:34
    Je me sentis incomprise. Malgré mes tentatives pour expliquer le comportement étrange de mon frère, je pouvais percevoir dans le regard de Leif un doute persistant, je commençais à le connaître… Je soupirais doucement. Ce soupir était chargé d'une multitude d'émotions : de la frustration face à l'incompréhension de Leif, de l'anxiété concernant les événements à venir, et de la résignation devant la complexité de la situation avec Rénald.

    Cependant, le soulagement m’envahit à l'annonce de la décision de Leif. J’avais ressenti le besoin urgent de quitter cet endroit chargé de tension et d'incertitude. Et savoir que Leif partageait mon sentiment  m’apporta le soutien nécessaire.
    Merci, ma voix teintée de gratitude. Leif hocha simplement la tête.
    Nous voulions rebrousser chemin, mettre de la distance entre nous et le tumulte du bal. Je resserrai instinctivement ma prise sur la main de Leif, trouvant dans sa présence une source de réconfort face à l'hostilité tacite qui nous faisait face. Je ne pouvais m'empêcher de ressentir une pointe de tristesse et de confusion face à cette image de mon frère, debout sur l'estrade, attendant en vain que je vienne le rejoindre. Rénald, autrefois si proche, semblait maintenant si éloigné, un étranger.

    Soudain, je ressentis une sensation étrange et oppressante, comme si quelqu'un tentait d'entrer dans ma tête, me plongeant dans un état d'inquiétude croissante. Je me sentais vulnérable et exposée, comme si mes pensées les plus intimes étaient scrutées par une force inconnue et menaçante. Je fermai les yeux un instant, essayant de me concentrer sur ma respiration pour chasser cette sensation dérangeante. Mais plus je luttais contre elle, plus elle semblait s'intensifier, s'enroulant autour de smon esprit comme un serpent invisible.
    Je me sentais prise au piège dans mon propre corps, impuissante face à cette force mystérieuse qui semblait me contrôler. La terreur montait en moi alors que je réalisais que je n'avais plus le contrôle de mes actions, que  j’étais manipulée comme une marionnette par une volonté inconnue et puissante. Je tentai désespérément de crier, de lutter contre cette emprise invisible, mais mes efforts étaient vains. mon esprit était comme enfermé dans une cage tout comme mes propres mouvements, mes propres paroles, sans pouvoir les arrêter.

    Comme en apnée, j’avançais malgré moi vers Rénald dont le sourire grandissait à mesure que je m’approchais. Les encouragements des villageois résonnaient autour de moi, et contrastaient violemment avec la lutte intérieure que je menais en vain. Chaque pas vers Rénald était comme une torture, une progression inexorable vers un destin qu'e je ne voulais pas embrasser. Mon esprit criait de me libérer, de lutter contre cette emprise oppressante qui me contrôlait, mais mon corps continuait d'avancer, répondant docilement aux manipulations invisibles qui le guidaient. Alors que j me tenais enfin devant lui, Rénald tendit la main dans un geste accueillant, comme pour m'inviter dans ses bras. Je sentais un frisson glacé me parcourir l'échine, j’étais soumise au marionnettiste qui tirait les ficelles avec une habileté perverse. J’entendais Leif parler au loin, mais j’avais cette étrange sensation de ne plus réellement comprendre ce qu’il disait.

    Un sentiment de soulagement indicible m’envahit lorsque je me sentis soudainement libérée de l'emprise oppressante qui avait étouffé ma volonté.
    Alors que je reprenais conscience de mon environnement, je réalisai que Rénald me tenait fermement par la main, refusant de me lâcher. Je tentai de me dégager de sa prise, mais mes muscles étaient encore engourdis par l'effet de la manipulation mentale.  
    La tension était palpable. Je tournai mon regard vers Leif et le vieil homme, ne pouvant m'empêcher de ressentir une vague de panique alors qu’un mur de feu se dresser entre eux. La situation devenait de plus en plus chaotique.

    Concentrant toute mon énergie, je canalisai mon pouvoir électrique à travers mon corps, sentant l'électricité crépiter dans l'air. Mon regard se fixa sur la main de Rénald qui me retenait fermement, et avec une force surprenante. Je déclenchai une décharge électrique puissante pour qu’il me relâche. Il lança un cri de douleur et tenait sa main endolorie. Ce qui me permis de concentrer à nouveau la mana autour de moi. Un éclair d'énergie jaillit de ma main, frappant Nathanaël de plein fouet. Sous l'impact de la décharge électrique, il lâcha un cri de surprise et de douleur, ce qui nous ferait gagner quelques précieuses secondes.

    Rénald, secoué mais déterminé, il se dressa devant moi avec une fureur brûlante dans les yeux. Sortant son épée d'un mouvement rapide, il se lança dans une attaque impétueuse, son visage déformé par la rage. Je savais que je n'avais pas d'autre choix que de me défendre. Sans hésitation, je dégainais ma propre dague de ma jarretière, me préparant à parer l'attaque de Rénald. Le choc des lames résonna dans l'air alors que nous nous engagions dans un combat intense. Je puisais dans toute ma force et mon agilité pour contrer les attaques de Rénald bien plus fort que moi. Je finis par disparaître de sa vue ce qui le fit entrer dans une rage folle.

    LEONORA ! TU NE PEUX T'Y SOUSTRAIRE ! TU SERAS MIENNE !
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum