DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Seraphin

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Une cible en commun [Ersa] - Page 3 InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Lever de Lune
    Derniers sujets
    Validations RP d'Isolde / Reike Aujourd'hui à 11:53PNJ
    Consul K - Le chasseurAujourd'hui à 11:25Orion Yamveil
    La Traque SauvageAujourd'hui à 11:24Orion Yamveil
    Quand la Caravane passe... [PV Kassandra]Aujourd'hui à 10:05Alaric Nordan
    Une recherche tranchante [Pv Corvus]Aujourd'hui à 9:34Alaric Nordan
    Validation des RP d'AlaricAujourd'hui à 7:50Alaric Nordan
    Demande de modification de ficheAujourd'hui à 7:35Alaric Nordan
    2 participants
    Aller en bas
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Kieran Ryven
    Kieran Ryven
    Messages : 184
    crédits : 2873

    Info personnage
    Race: Drakyn
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Neutre Bon
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2655-kieran-ryven-terminehttps://www.rp-cendres.com/t2721-carnet-froisse-d-un-limier-kieranhttps://www.rp-cendres.com/t2732-journal-carbonise-kieran-ryven
  • Dim 21 Avr 2024 - 17:20
    Mes yeux s'ouvrent, de surprise. Si mon visage garde un certain flegme, mon regard me trahit.

    Nora était une gardienne du Berceau.

    Peu de personnes peuvent prétendre avoir ce titre et endosser cette fonction. Être de sang Reikois sur plusieurs générations, être l'élite, mais aussi être sélectionné par le couple Royal en personne. Être un véritable mur contre les attaques psychiques, passer leurs tests réputés très difficiles. Gardienne du berceau, c'est aussi être un gardien de prison. Traquer les agents des Titans.

    Traquer, punir, enfermer. Finalement, on n'est pas si différent.

    Ma bouche s'ouvre, mais rien n'en sort. C'était comme si je la redécouvrais. Réalisant qu'elle est bien plus puissante qu'elle ne le laissait paraître, et qu'elle n'est finalement pas n'importe qui. Elle ne fait pas que me comprendre, elle visualise parfaitement là où je veux en venir. Hormis des conditions macabres du Razkaal, tout nous lie. Plus je creuse dans sa vie, plus elle force le respect. Mais, ça veut dire aussi qu'elle a eu une proximité singulière avec Tensai et Ayshara et donc veut dire également qu'elle "cautionne" tout ce qui a pu se passer lors de la prise du nouveau pouvoir. Ou alors, elle s'est simplement laissé porter. Mais, pour être une Gardienne du Berceau, il faut savoir se positionner. Et choisir les ennemis comme les Titans relève d'une certaine témérité.

    Tout ceci dans un adorable petit corps, le comble.

    « Tu n'es donc vraiment pas n'importe qui. »

    Mais ce n'était pas non plus l'endroit pour façonner sa propre lumière. Et maintenant elle baigne ailleurs, me demandant si ce qu'elle faisait était moralement éthique. Je suppose que tant que ça ne va pas dans les oreilles c'est qu'elle a su être discrète ou bien suffisamment correcte. A la voir rougir à mon compliment, je peux devenir que c'est une proximité qu'elle n'a pas l'habitude d'endurer. C'est le symptôme fatidique d'une solitude trop présente, et la compagnie de personnes qui ne sont pas réellement là pour nous, mais pour eux-mêmes. Mon torse butiné par un nouveau baiser avec la promesse de faire cavalier seul pour sa Lumière, sa mise en garde est écoutée avec beaucoup d'humilité, mais aussi avec la certitude que tout ce qui peut être nocif pour moi et ce qui m'entoure ne saura pas me séduire. Ni le pouvoir, ni la puissance, ni la liberté d'engendrer le chaos ou je ne sais quel merdier qui tourmente le premier assoiffé de vices. Car, pour répondre à sa question...

    « Rien, aucun profit, dans ce monde, ne pourra me donner ce que j'ai perdu. »

    Et il n'y a rien de plus dangereux qu'un Dragon qui n'a plus rien à perdre. En parlant de chose qu'on a perdu, je vais observer le bout de tissu arraché par mes soins, noyé dans le sable, je pense alors à Ineg qui m'avait laissé cette dague qui ne m'a jamais quitté en souvenir, et qui est désormais mon porte-bonheur.

    J'ai l'impression de revivre ce moment, sauf que le visage en face de moi est différent. Je finis par plonger ma main pour saisir le tissu, grognant dans mon torse une note d'envie lubrique.

    « Grr, elle est encore tiède. Que je souffle, avec une voix chaude, le tissu désormais dans ma besace.

    Et comme si les choses n'allaient pas en s'arrangeant, voilà qu'elle m'offre son dos dont j'ai pris tant de plaisir à voir cambré. Mais, elle a raison, le travail m'attends, et je ne suis pas certain que la Forteresse soit très jouasse d'apprendre que leur limier s'amuse au lieu d'aller chercher par la peau des miches sa cible. Avec cette minutie et une douceur inhabituelle, je fais en sorte que le collier habille son propriétaire de la meilleure des manières.

    « Tu ne devines vraiment rien sous mes vêtements ? Dommage. J'ai encore de très belles images rien qu'en te regardant, habillée, ou non.

    Prêt, l'un comme l'autre, on se met en marche. Mes affaires sont mises en sécurité dans un point proche du ponton qui accueille amarré le bateau qui m'a conduit aux îles paradisiaques, on peut plonger dans les boyaux de la ville. Une immense bâtisse, un domaine, grand, assez grand pour contenir un petit quartier est dressé devant nous, gardé par deux personnes qui filtrent les entrées. Pirates, et autres enfoirés de la Pègre passent comme des bon toutous à leur niche. Je plisse les yeux, mais la voix de Nora me ramènera à notre réalité.

    « On va tenter quelque chose, mon amour. »

    Enfin à leur niveau, on s'approche, son bras enroulé autour du mien.

    « Halte, qui va là.
    - Kieran Ryven, mais neveu de Shaira Casris et cousin de l'ambassadrice Rim Casris, qui collabore avec la Banque des Chaînes, envoyé ici pour discuter de notre prochaine interaction financière avec la Main Blanche au regard de ses derniers investissements effectués en République.

    J'appuie ma présentation avec un passeport sorti de ma besace, la notification "Casris" ajoutée dès mon refuge après la guerre. Surplombant les deux gardes avec une sérénité parfaite, l'un d'eux fixe mon binôme.

    « Et c'est qui, elle ?
    - Elle, comme vous dites, c'est ma compagne. On passe prendre des vacances sur ces îles après l'entretien. Ma chérie ? »

    Je la laisse se présenter et après un silence qui ne me fera ni chaud, ni froid, ils ouvrent enfin le double battant. On arrive rapidement sur une grande cour, la fête prend place et l'ambiance est à la fois sauvage et rustique. Le sol dallé  résonne des pas lourds des habitants et des visiteurs, tandis que les éclats de rire et les chants festifs se mêlent au grondement lointain de l'océan. Au cœur de cette cour, un immense feu crépite, projetant des ombres dansantes sur les murs de pierre des bâtisses environnantes. Les gens se pressent autour du brasier, échangeant des récits de mer et des railleries amicales, le tout accompagné du son des tambours battant un rythme tribal et pirates.

    Les tables sont chargées de plats roboratifs : des ragoûts fumants, des pains croustillants et des fruits juteux récoltés sur l'île. Les boissons coulent à flots dans des cruches de terre cuite, tandis que les étables proposent des tonneaux de bière brassée localement.

    Des jeux bruts s'organisent dans les coins de la place : lutte à bras de fer, joutes improvisées et concours de force. Les jongleurs et les acrobates se produisent sur des estrades de fortune, défiant les lois de l'équilibre dans des numéros très divertissants. Au milieu de cette cacophonie, je rapproche mes lèvres à ses oreilles.

    « Il faut trouver la Main Blanche. »

    Mes iris draconiques avisent l'auditoire, derrière nos silhouettes faussement maritales...

    ... Nous étions bel et bien deux prédateurs.
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Ersa Vatt'Ghern
    Ersa Vatt'Ghern
    Messages : 406
    crédits : 583

    Info personnage
    Race: Lycanthrope
    Vocation: Guerrier Assassin
    Alignement: Neutre Bon
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t593-ersa-la-semi-louve-terminehttps://www.rp-cendres.com/t1423-chronologie-d-ersa#11375
  • Lun 22 Avr 2024 - 22:42
    image rp

    Message 16

    La petite louve n’avait pu s'empêcher de sourire à ce commentaire.

    Je n’étais pas quelqu’un non plus. Je restais à l’écart de tout. Ne faisant que mon boulot. La chasse. Comme toi.

    Elle le vit se perdre dans ses pensées, presque s’assombrirent. Elle s’en voulut un peu de le plonger dans cet état, pendant qu’il lui répondait, elle se rapprochait de lui. Posant sa tête contre lui. 

    - Oh, désolé. Mais justement, c’est aussi quand on a plus rien à perdre, quand plus rien nous fais avancer que l’on commence à sombrer. Il te faut plus qu’une lumière, il te faut aussi une raison d’avancer.

    Elle s’était éloignée pour s'habiller en le regardant en souriant ramasser ce souvenir de leur débauche. Le collier chauffé par la peau se glissa dans son décolleté, l’habillant. Il glissa un commentaire en réponse, qu’il l’imaginait encore dans des positions indélicates.

    - Justement, tes vêtements ne me laissent rien imaginer, je pourrais voir à travers, sachant où regarder.

    Elle s’était mordu la lèvre en se rappelant ce qu’avait vu cet endroit, il n'y a encore pas si longtemps. Ils arrivèrent près de la maison, Kieran commença à imaginer un plan, enfin, elle l’imaginait. Il lança une phrase qui la fit frissonner avant de s'avancer, la naine accrochée à son bras. Qui descendait presque jusqu’à son décolleté. L’homme se présente sous une autre famille, présentant des papiers et une justification assez particulière aux yeux de Nora. Elle restait impassible, même si son regard trahissait une partie de son incompréhension. L’attention du garde se posa sur elle et Kieran la défendit, mettant en place réellement leur couverture. Elle prit jeta un regard perdu à Kieran, et sous le regard du garde posa une main pour refermer légèrement son décolleté. La confiance naturelle de la naine avait semblé disparaître.

    - EUh, oui.

    Sa voix paraissait faible.

    - Mais tu m’avais promis que tu ne parlerais pas de travail toute la soirée. Je vais encore me retrouver seule ?

    Ce petit jeu avait suffi à la faire passer pour une femme perdue, étant souvent le cas de ses femmes qui accompagnait les riches. Et elle imaginait que cette différence de gabarit sous-entendait les mariages arrangés de ses familles. Ils purent entrer dans l’endroit désiré, découvrant une fête qui va très bien à l’esprit de la naine. Elle se serra contre son mari d’un soir.

    - Tu aurais juste pu me dire que je faisais femme de noble. Je suis pas sûr que chez vous, elle est ma tenue.

    Les yeux de la louve essayèrent de chercher quelque chose que sa hauteur lui empêchait de voir. Il se pencha, lui rappelant pourquoi il était là. 

    - Je ne vois rien, de mon niveau.

    Elle lui attrapa la main, pour le guider jusqu’au bar, grimpant sur un tabouret. Restant debout pour enlacer le Drakyn. Elle chercha ses lèvres pour ne pas attirer les regards sur le fait d'être debout sur le tabouret. Son baiser était moins passionnel, empli de plus de tendresse. Un baiser d’une femme qui commençait a se comprendre un peu plus sur ce sujet. Elle décollait ses lèvres pour passer son regard sur les invités. L’éclat de lumière qui l’habitait après le baiser fut remplacé par ce reflet sauvage. Elle entrait en chasse. Puis elle se figea, comme un chien de chasse à l’arrêt. Son sourire se forma à la vue d'un balafré. Un visage de brute, frappé de trois griffures parallèles. Sans armures, mais une épée qui trônait à sa ceinture. Il traînait près des jeux de force. C’était peut-être sa chance. Elle se blottit contre Kieran, déposant un baiser dans son cou, lui glissant à l’oreille.

    - Je n’ai pas notre cible, mais je sais qui peut nous l’emmener. Au cas, ou le balafré et la main blanche me détestes. Mais ils ne me connaissent pas… Ainsi.

    Elle sauta de son tabouret pour se diriger vers la table du bras de fer. Se glissant près de la table, juste à côté de sa cible temporaire. Elle regarda un instant les deux hommes jouer de leur muscle, le regard plein de curiosité. Enfin, elle espérait, car elle s’ennuyait du spectacle. Le balafré lui jeta un regard en souriant.

    - Alors petite, tu veux parier ?  

    - Euh… Non… Je me demandais ce que cela faisait, s'il fallait tant de force que cela.

    - Tu veux tenter ta chance alors ?

    Il se mit à rire, la regardant de haut, il mordait à l'hameçon lentement.

    - Oui, mais pas contre eux, il ne ferait qu’une bouchée de mes petits bras. Vous me montrait comment s’y prend ?

    La table trembla quand le bras du joueur s’écrasa dans un cri de joie du vainqueur.

    - À qui le tour ?!

    - Laisse-moi ta place, la petite veut que je lui montre.

    

    Un rire s’empara d’une partie de l’assemblé quand Nora s’installa sur la table, a genoux sur la chaise pour être plus hautes. Ils trouvèrent une position pour que le bras de fer puisse avoir lieu, la main frêle de la chasseuse dans celle du guerrier qui avait un sourire narquois. Les yeux de la louve fuyaient les siens, cherchant ceux de Kieran dans un faux appel à l'aide, cette expression un peu peureuse qu’elle avait au bar. Il commença à forcer sur le bras de la naine qui ne bougeait pas. Le sourire sauvage réapparut, son regard se durcit et se riva dans celui de l’homme.

    - Bon assez rigolé. Tu vas voir ton patron, j’ai des infos pour lui, sur un certain raton gêneur.

    La flamme sauvage dansait sur l’or de ses pupilles.  

    - Tu me reconnais, ou il faut que je me mette à rire ? Tu imagines que si je me montre et que je fais cet effort, c'est que quelque chose à changer non.

    Les yeux de l’homme s’écarquillèrent, il chercha autour de lui pour du renfort, mais Nora abattit son bras d’un coup, le retournant sans lui briser. Mais le choc fit trembler la table dans un écho de brutalité. Elle lui lâcha la main et se recula, se dirigeant vers une porte menant sur la maison. Nora glissa à l’attention de Kieran, au cas où il voulait ne pas rester avec elle.

    - Il viendra soit me parler, soit pour me tuer. Cela m'étonnerait qu’il me fuît.

    La naine retourna au bar, s’installa sur une chaise et appela le barman.

    - Une bière. Allez deux.

    Elle espérait que boire une bière ferait croire à des intentions pacifiques, de réellement lâcher des informations. Elle laissait ses oreilles traînées au cas où, essayant d’entendre une escorte partir au cas où.




    Ersa

    Nora
    Description Ersa:
    Descriptif Nora:
    Visuel Ersa:
    Visuel Nora:
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Kieran Ryven
    Kieran Ryven
    Messages : 184
    crédits : 2873

    Info personnage
    Race: Drakyn
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Neutre Bon
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2655-kieran-ryven-terminehttps://www.rp-cendres.com/t2721-carnet-froisse-d-un-limier-kieranhttps://www.rp-cendres.com/t2732-journal-carbonise-kieran-ryven
  • Sam 27 Avr 2024 - 17:00
    Une raison d'avancer.

    Hm, une raison d'avancer.

    Dégommer tous les salauds, et protéger les personnes qui n'ont pas demandé tout ce chaos. Bonne raison, hm ?

    C'était une réponse qui est restée dans mon esprit, sans pour autant la libérer devant Nora. Mais, j'entendais son conseil. Peut-être que je me suis mis sur un sentier dans lequel je ne verrais jamais les rayons apaisants de sérénité et de paix intérieure. Reste que j'ai une mission à boucler et j'aurais tout le temps après de réfléchir à ce qui pourrait m'aider à avancer. Car, oui, toutes mes journées se ressemblent. Tourner en rond, et enfermer des criminels. En attendant, notre chère naine à la chevelure flamboyante était très amusante à observer devant notre portique. Le sourire disparaît, le décolleté remonte, le dos se raidit, la respiration se saccade, les yeux semblent se perdre dans ma stratégie, j'en jubile si fort qu'un rictus me trahis. Néanmoins elle trouve tout de même le moyen de rebondir, derrière un prétexte solide de la "femme de noble perdue à la voix fluette".

    Elle se blottit davantage, m'attendant à son sermon en pouffant du nez.

    « Règle numéro un du Limier : savoir improviser en infiltration. »

    J'ai beau avoir la gueule du guerrier combattant, je sais lorsqu'il faut casser des bouches et lorsqu'il faut s'approcher dans le feutré pour m'approcher de ma cible. Si être Limier suffisait d'être simplement un bagarreur aguerri, on aurait beaucoup plus de monde au recrutement. Tout comme moi, je voit que dalle dans notre petite fête. Je me laissais partir dans une direction et repère rapidement un comptoir de bar, haussant un sourcil. Elle va pas me refaire le coup de la demoiselle en détresse j'espère ? Debout sur un tabouret, elle applique à merveille ma règle numéro un, les yeux encore ouverts, mes lèvres viennent également capturer les siennes, regardant d'une œillade furtive à gauche et à droite. Nos visages s'écartent et...

    Nora sera plus rapide que moi. Son sourire revient à la charge et j'ai bien compris qu'elle prenait un certain plaisir dans cette traque. On ne changera pas un chasseur qui aime ça. Je suis son regard qui se porte sur un loustic qui a la gueule de clébard qu'on a battu. En train de mesurer ses biceps avec une belle équipe qui n'a pas l'air de conjuguer correctement un verbe. J'hausse une nouvelle fois un sourcil sur sa révélation. Mes mâchoires se serrent. Cette variable dans cette équation peut nous coûter gros.

    « "Ainsi" ? S'ils te détestent, ça va potentiellement changer la donne. »

    Qu'est-ce qu'elle voulait dire par là ? Il y a simplement à juste changer de vêtements pour être méconnaissable ? Encore des successions de mystères dont Nora a le talent de jouer avec. La talonnant doucement, c'est en croisant les bras sous mon torse que je serais témoin d'une scène qui va promettre. Notre homme va l'interpeller. Sa réponse ? Hm, trop fluette, trop candide, trop innocente.

    Elle pue le faux. Et, installe méthodiquement un piège que je découvre au fur et à mesure.  

    Ce qui m'intrigue c'est comment elle peut être aussi sûre d'elle quand on a un bras qui a la corpulence et la fragilité d'un friand au fromage. Posant mon épaule contre l'un des piliers du bar, la scène est assez cocasse ; le costaud attend en public, la frêle se lance dans une bagarre de biceps. Décidément cette journée n'aura pas eu une seule seconde de bon sens. Etrangement, je ne suis pas inquiet. Depuis le début, elle a toujours su ce qu'elle faisait, et si elle étire ce sourire sardonique chaque fois qu'elle se lance dans une manœuvre, soit elle adore le risque, soit elle a une longueur d'avance. Le vainqueur demandant la suite, c'est à nos deux comparses de lier leurs mains pour un affrontement en bonne et due forme.

    Je plisse les yeux, concentrés. Si jamais ça foire, je pourrais toujours dénuquer cet homme sans que personne s'en aperçoive. Puis...

    Les masques tombent. Et d'autres mystères continuent de s'empiler. Un raton laveur qui gênerait la Main Blanche, elle qui lui parle comme un ancien camarade à qui l'histoire s'est mal terminée. L'autre ouvre les yeux, fait certainement une descente d'organes avant de se faire pulvériser dans un échec écrasant, observant, surpris et interdit par les ressources dissimulées de la Rousse. M'asseyant à ses côtés, je laisse le tavernier poser les deux commandes, poussant les deux mousseuses dans sa direction, parce que bizarrement j'ai pas soif.

    Mes yeux commencent à la foudroyer, mais le calme reste encore présent. Pourquoi est-ce que j'ai la sensation de me faire prendre pour une truffe ? Hm, ça colle pas.

    « Je vais le demander calmement. T'es qui, ou quoi. Qui est ce Raton Laveur, et comment tu connais ce type dont tu viens probablement lui briser le poignet. »

    Elle sait que je suis Limier, elle sait que je suis Reikois, je porte mes gênes par des attributs bien plus flagrants que mes congénères, et elle sait que je cherche quelqu'un pour le compte du Razkaal. Mais, de mon côté, qu'est-ce que je sais ? Gardienne du Berceau, Reikoise, Rousse et bonne au lit ? Peut-être que le point d'interrogation se trouve dans ces yeux, finalement. Des jolis yeux qui me narguent ses mystères comme un enfant fier de cacher ses bêtises.

    En attendant, elle vient de lancer un plan, qui offre des scénarios qui peuvent aussi bien nous coûter que nous servir. Les dés étaient jetés, il fallait attendre.

    Mais je n'ai pas dit mon dernier mot.
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Ersa Vatt'Ghern
    Ersa Vatt'Ghern
    Messages : 406
    crédits : 583

    Info personnage
    Race: Lycanthrope
    Vocation: Guerrier Assassin
    Alignement: Neutre Bon
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t593-ersa-la-semi-louve-terminehttps://www.rp-cendres.com/t1423-chronologie-d-ersa#11375
  • Lun 6 Mai 2024 - 16:22
    image rp

    Message 17

    La louve avait remarqué cette réaction discrète par rapport à son jeu, comme si cela l’amusait de la voir endosser le rôle de la femme timide qu’elle n’était pas. Il lui avait partagé la règle numéro un de l’apprentie limier, amusé de la réaction de la rousse. Règle qu’elle avait appliquée rapidement, se hissant sur le tabouret pour repérer sa cible. Il avait réagi à son commentaire, et volontairement, elle avait négligé une partie de la réponse.

    - Justement, cela pourra nous être utile.

    Elle n’était pas prête à lâcher sa dernière carte, cette part de mystère qui changeait le regard des gens, qui faisait qu’on s’attendait à beaucoup plus de choses d’elle, surtout plus de violence en fait. Elle avait aimé que Kieran la voie différemment, elle avait été honnête, en partie, dans ce jeu qu’ils avaient mis en place pour leur cible commune. D’un côté, elle se disait qu’il n’avait pas besoin de le savoir. Que c’était sa mission, qu’il repartirait avec l’homme sous le bras, l’abandonnant sur place une fois qu’il n’avait plus besoin d’elle. Alors pourquoi tout lui raconter, pourquoi vouloir développer autre chose que cette relation forcée. D’un autre côté, le moment qu’ils avaient partagé sur la plage le rendait différent. Il l’avait traité autrement que comme un objet, utilisé pour assouvir ses besoins et la jeter aussitôt, les mots qu’il avait eu avait touché la petite louve qui s'était confiée.

    Peut-être qu’elle pouvait faire preuve d’un peu plus d'honnêteté avec lui. Enfin, là, elle avait une autre priorité à gérer. Il l’avait suivi, peut-être autant par la curiosité de voir son plan que pour la protéger. Elle l’avait vu détailler la situation et pouvait presque le voir ne pas comprendre ce qui était en train de se passer. Même s'il se préparait à devoir intervenir de son apparent excès de confiance. Mais sur ce coup, elle avait bien calculé. 

    Elle se retrouvait à nouveau au comptoir, avec sa bière rapidement rejointe par celle du Drakyn. La louve n’osait pas vraiment le regarder, cette fois, sans surjouer, elle n’était pas fière de ce qu’elle voyait dans le reflet bleu de ses yeux. Son visage n’était plus souriant, juste perdu dans la mousse quelques secondes le temps de briser ce que Wimzit balançait beaucoup plus facilement qu’elle. Elle prit une gorgée. Les yeux clos avant de balayer la mousse qui restait à la commissure de ses lèvres. Puis il lâcha ses questions.

    Elle se tourna pour lui faire face, son air sûr d’elle s’était partiellement effacé, pour de vrai. Elle posa son regard dans le sien, hésitante. 

    - Je ne suis pas… Une simple naine disons. Enfin, tu l’as compris. Ce que je t’ai dit sur la plage n’était pas qu’une plaisanterie. Je suis… Une lycan… Qui ressemble à une gnoll. Le raton gêneur, c’est Crocus. Et la main blanche a voulu empiéter sur ses plates-bandes et comme à chaque fois qu’il fallait jouer les gros bras. J’intervenais sous mon autre forme, les gars me surnomment sans imagination la hyène. Personne ne fait le lien entre une naine et une lycan de deux mètres.  

    Elle but à nouveau une gorgée pour lui laisser une ou deux secondes pour voir sa réaction.

    - Et ce gars à essayer de m’attaquer une fois, il m’a blessé d’ailleurs, et en souvenir, je lui ai laissé sa jolie balafre.

    Elle reposa sa chope, se place entièrement face à lui.

    - Euh... J’en ai pas dit beaucoup jusqu’à maintenant. Je pensais pas que ce serait utile. Mais on a peu de temps. Tu veux savoir quelque chose avant qu’il arrive ? Sinon, je te propose de répondre à toutes tes questions après. Si tu le voudras bien sûr.

     Elle espérait qu'il ne prenne pas son air perdu pour un autre de ses jeux, qu'il lui faisait un minimum confiance malgré tout. Bizarrement, il l'avait aidé à se tracer une nouvelle voie et elle voulait essayer de l'aider, même si elle ne l'avait pas vraiment montré jusque là. 




    Ersa

    Nora
    Description Ersa:
    Descriptif Nora:
    Visuel Ersa:
    Visuel Nora:
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Kieran Ryven
    Kieran Ryven
    Messages : 184
    crédits : 2873

    Info personnage
    Race: Drakyn
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Neutre Bon
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2655-kieran-ryven-terminehttps://www.rp-cendres.com/t2721-carnet-froisse-d-un-limier-kieranhttps://www.rp-cendres.com/t2732-journal-carbonise-kieran-ryven
  • Dim 12 Mai 2024 - 22:20
    Le moment de réduire la voilure sur les jeux et autres conneries.

    Maintenant il était temps de jouer cartes sur table.

    Elle aurait pu très bien essayé de m'entuber. Une coucherie sur du sable et des joutes verbales taquines ne suffisent pas à faire un binôme solide. Une demi-journée qu'on se connaît à balader des gens pour avancer à pas feutré vers notre cible. Finalement, c'est un climat fait d'amusement et de mensonges, pour une infiltration réussie. Reste que ce climat commence à me faire défaut, et j'ai besoin de savoir si celle qui me talonne est authentique ou non.

    Au début, ce n'était pas évident de dissocier le vrai du faux. Jusqu'à ce que ses yeux parlent pour elle, et que sa voix vienne ajouter une profondeur dans sa sincérité. M'exposant sa vulnérabilité autour de deux bières et un loustic qui arrive dans pas longtemps. N'osant connecter son regard au mien dans un premier temps, s'arrêtant sur sa bière comme seul soutien. Au revoir la rouquine farouche et intrépide, je voyais bien qu'elle se mettait en difficulté avec la conscience d'un risque. Le risque d'exposer ses faiblesses à quelqu'un qu'on connaît à peine.

    A ses aveux, je viens récupérer la deuxième bière, buvant doucement une première gorgée comme on pourrait boire un verre de thé. Fronçant les sourcils, concentré à son récit pour ne pas en louper une miette, son identité se dessine concrètement sous mes yeux, répondant enfin à tous les mystères qu'elle a pris un malin plaisir à construire tout au long de nos échanges. Lycan, un raton laveur bossant pour la pègre, dont la Main Blanche pose également un problème. Et, à la surprise générale, ce petit bout de femme est un gorille qui fout des corrections à ceux qui veulent bien essayer d'embêter ses employeurs. Preuve s'il en fallait une d'une cicatrice pas très jolie sur l'un de ces sbires.

    Mon esprit est brouillé. Entre l'estime que j'ai pour elle et le devoir de foutre toutes ces personnes de cette pègre pourrie au Razkaal. Mais, les mots qu'elle a susurrés sur la plage, et la lumière qu'elle a décidé de créer pour faire son propre chemin vont faire la différence. Alors qu'elle est face à moi, mes deux mains engloutissent ses épaules, penchant mon visage droit devant elle.

    « Termine ce boulot, et fous le camp. Je sais reconnaître une personne capable de faire mille fois mieux. Tu es forte, tu es douée, et tu es bourrée de ressources, tu n'as besoin de personne, hormis de personnes qui ne veulent que ton bien. »

    Je regarde autour de moi afin de voir si le type en question arrive dans notre direction. Pour le moment, rien. Je prends donc la peine de poursuivre.

    « J'ai le nécessaire, maintenant on va faire ce travail. Tu as l'air bien sûre de toi pour la suite de la manœuvre, alors, je vais te suivre. Dès que je trouve la Main Blanche, je prends le relais. »

    La naissance de mes cornes se posent contre son front dans une caresse affective, laissant mon doigt sous son menton afin de redresser sa frimousse dans ma direction.

    « Merci, d'avoir été honnête. Pour moi, il n'y a rien de plus précieux. »  

    Je parle donc à un lycan. La terreur glaciale qui vous étreint lorsque ses yeux jaunes luisent dans l'obscurité, perçant l'ombre comme des flammes dans la nuit. Sa silhouette massive se dessine avec une présence intimidante, forgée dans le feu de la colère des dieux, une image qui écrase toute résistance sur son passage. Son rugissement déchire le calme de la nuit, un appel primal qui glace le sang et secoue les âmes les plus téméraires. Sa fourrure émerge comme une armure de guerre, sa gueule s'ouvre pour dévoiler des crocs acérés prêts à déchirer chair et os. Une façade de terreur où se cache une intelligence sauvage, un esprit qui refuse d'être dompté par la civilisation.

    Une partie de moi aimerait voir ce que je pourrais donner face à un Lycan, mais c'est à cause d'un jeune Reikois téméraire et idiot qui continue de vivre dans ma poitrine, et que je me suis juré de faire taire.

    Trinquant mon verre contre le sien, je finis par croiser les bras sous mon torse après avoir finis mon verre, attendant patiemment que les choses viennent vers nous. Et s'ils viennent pour nous tuer...

    Alors ils auront commis la pire erreur de leur vie.
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Ersa Vatt'Ghern
    Ersa Vatt'Ghern
    Messages : 406
    crédits : 583

    Info personnage
    Race: Lycanthrope
    Vocation: Guerrier Assassin
    Alignement: Neutre Bon
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t593-ersa-la-semi-louve-terminehttps://www.rp-cendres.com/t1423-chronologie-d-ersa#11375
  • Jeu 16 Mai 2024 - 11:47
    image rp

    Message 18

    Finalement, Nora avait avoué, fait tomber le masque qu’elle gardait depuis leur rencontre. En même temps, sans que cela ne soit vraiment explicable, il était devenu plus qu’un simple atout pour sa mission. Plus qu’une simple aventure sur le sable, non, elle ne s’était pas amourachée de lui, mais elle s’était légèrement confiée sur sa vie. Cette position bancale ou elle se cherchait loin du Reike, loin d’Ersa et de sa vie. Au final, elle s’était un peu perdue dans un milieu qu’elle n’apprécié pas. Elle pouvait laisser cours à sa violence, mais à chaque instant elle devait avoir un œil rivet derrière elle. Toujours surveiller ses arrières, même les pattes de ce raton qui était son patron n’était pas fiable. Pour le moment, elle lui était utile, mais est ce que ce serait toujours le cas. Est-ce que ce sera toujours le cas, elle n’y croyait pas ?

     

    Il restait pensif, et un moment, elle crut vraiment avoir fait une connerie. Que ses aveux la rangeraient directement dans la case ennemie du justicier. Qu’il ferait cavalier seul pour pouvoir partir en ne laissant qu’un bain de sang. Un instant, l’idée de disparaître traversa son esprit. Mais elle décida de lui faire confiance. Même quand il leva ses deux mains qu’il posa sur ses épaules. La, elle ne pourrait plus fuir, enfin, si elle en avait encore envie. Il s’était penché sur elle, ses yeux d’or cherchaient les intentions dans le bleu qui lui faisait face. Et quand il prit la parole, l’or se mit à briller d’espoir. Il lui lâcha quelques compliments qui confirmaient qu’elle n’était pas à sa place. Ce monde était déjà assez sombre pour qu’elle ne l’assombrisse encore un peu plus.

     

    - Je t’ai dit, je finis le boulot, car tu as besoin de moi et je disparaîtrais.

    Ces quelques mots lancés pendant qu’il regardait si leur cible arrivait. Puis il reprit, qu’il prendrait le flambeau quand on aurait la cible sous les yeux. Elle verrait bien comment cela se passerait. Il releva la tête de la louve, posant son front contre le sien. Pose qui lui imposait sa petite taille comparée au semi dragon.

     

    - De rien. Tu mérites au moins ça. Merci d’avoir éclairé mon chemin surtout.

     

    La louve reprit une gorgée de bière, le regardant se perdre dans ses pensées, comme si pour lui, les lycans donnaient toute une symbolique. Est-ce que les lycans était vraiment aussi impressionnant que d’autre race, peut-être, c’était surtout qu’on les considère comme des bêtes assoiffées de sang, ce qu’ils étaient en partie. Il avait fini sa bière pendant qu’elle sirotait la sienne. Sûr que son plan allait marcher, la seule inconnue qui lui restait était le nombre d’adversaires qu’ils devraient affronter.

    Elle finit par vider son verre dans le silence, pendant que le Drakyn patientait les bras croisés. Une porte s’ouvrit dans le fond de la cour. Une dizaine d’hommes en sortit, mené par celui dont elle avait malmené l’ego et le poignet. Il se redirigea vers la petite rousse accoudée au comptoir.

    - Le boss veut te voir. Seule.

    - Il peut aller se gratter. Soit il vient soit je me casse et vous allez vous pouvez oublier les infos.

    Les hommes se regardèrent, avant de regarder le Drakyn. D’un haussement d’épaules, il lui fit signe. Même menaçant, les deux intrus n’étaient pas armés, la hyène était “vulnérable” dans sa forme naine. Elle sauta du tabouret pour se lancer à la suite du groupe. Il les guiderait à travers quelques pièces où ils découvriront encore quelques gardes, avant d'arriver dans le bureau du capitaine, ou l’homme et la main blanche les attendait. Nora regarda le Drakyn, fit quelques mouvements de doigt comme sur la plage, pour lui rappeler que s'il avait besoin, elle pouvait invoquer son épée pour l’armer. 




    Ersa

    Nora
    Description Ersa:
    Descriptif Nora:
    Visuel Ersa:
    Visuel Nora:
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum