DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Pancrace

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Il faut sauver le Marin Doudou [Marimba] I7Vm50z
    Gazette des cendres
    Hiver 2024
    Lire le journal
    #5
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    La marche du vent d'acier
    Derniers sujets
    Validation des RP de Ben [Reike]Aujourd'hui à 2:32PNJ
    [PA] Le Chant des RoncesAujourd'hui à 0:02Ersa Vatt'Ghern
    L'Équilibre de la ConcordeHier à 23:31Lyra Leezen
    Mon Voisin Du DessusHier à 23:17Cyradil Ariesvyra
    [Flashback] Le Pilon et le MortierHier à 22:57Lyra Leezen
    Sous pression — StadzankHier à 20:55Hizuk
    2 participants
    Aller en bas
    HO HO HO !
    HO HO HO !
    Capitaine Saumâtre
    Capitaine Saumâtre
    Messages : 63
    crédits : 207

    Info personnage
    Race: Triton
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3178-terminee-sous-l-ocean-sous-l-oceaaaannn-capitain-saumatrehttps://www.rp-cendres.com/t3198-journal-de-bord-sale-chronologie-de-saumatre#27729
  • Sam 13 Jan - 11:49



    Assis sur son tabouret, Saumâtre fixait son petit compagnon pirate. Tout sourire, le capitaine de la Renégate regardait ce dernier de ses deux yeux jaunes tandis qu'au dessus d'eux flottait une petite lanterne. Cela faisait une bonne trentaine de minutes que les deux flibustiers parlaient et échangeaient sur divers idées, aussi stupides qu'innovantes.

    - Bon. Récapitulons le plan.

    Soudainement très sérieux, Saumâtre se redressa sur son siège pour faire mine de sortir un parchemin. Il leva ensuite un premier doigt, comme pour énoncer une liste qui s'annonçait particulièrement longue.

    - Le client particulièrement chiant arrive. Avec les gars, on l'accueille en grande pompe. Courbettes, petits rafraichissements, tout ça tout ça. La méthode habituelle pour ce genre de personnes. Comme d'habitude, il va tout refuser et se montrer médisant. Monsieur veut des esclaves, mais se dégoute de devoir interagir avec des esclavagistes. Enfin tu connais quoi. Il ricana. On lui montre donc la dernière prise, qu'est franchement pas fameuse. Il râle, comme d'hab'. Et là, j'lui propose une prise unique, car je sais que monsieur a des gouts un peu louches mais jamais avoués.

    Il leva ensuite son deuxième doigt, après avoir fait mine de tourner une page invisible. Ce qui n'avait aucun sens, comme de base il était censé avoir déployé un parchemin.

    - Ensuite donc, je l'emmène en bas, et on avance jusqu'à la séparation des grosses prises habituelles. J'ouvre la porte, et là, bim, t'es là! Il leva le pouce, comme pour montrer à l'axolotl qu'il était la pièce essentielle. Tu fais ton petit numéro. Je vante tes qualités, j'en rajoute même pleins d'autres s'il faut on s'en fout. Genre que t'es un petit coquin, tout ça. Tu vois l'genre. Enfin bref. Le client s'offusque, gueule en disant qu'on le prend pour une endive et il repart. Et nous. Ben nous on s'est bien fendus la poire.

    Il fit ensuite mine de refermer le parchemin invisible pour le ranger dans une de ses sacoches, avant de se relever du tabouret pour fixer la lanterne qui se balançait. Le client en question était un rescapé de Shoumei qui était parvenu par on ne sait quel miracle à récupérer des terres et une demeure digne de ce nom près du Dorei. Le type s'était rapidement refait une fortune en exportant des produits locaux aux autres réfugiés installés en république, et avait rapidement compris que les esclaves, c'était pas une mauvaise idée en terme de financement.

    Le seul problème, c'était que le type en question était un putain de nobliau né avec une cuillère en argent dans la bouche. Et si la plèbe lui inspirait déjà un profond mépris, des êtres comme Saumâtre ou son équipage le dégoutaient au plus haut point. Ils n'étaient pas "beaux" comme des humains alors pour monsieur, c'étaient des monstres. Chaque fois qu'il venait, le client n'hésitait d'ailleurs pas à le rappeler et en parler. Se justifiant par le fait qu'il avait l'argent, et donc parfaitement le droit d'émettre des critiques à l'encontre de ses partenaires d'achats. Et jusque là, il avait pas tort. Saumâtre s'en foutait complètement de son opinion sur sa personne. Et il aurait continué à le faire si l'imbécile n'avait pas osé pousser sa sœur lors de la dernière enchère. Un geste anodin, qui avait pourtant réussi l'exploit de transformer la soif d'argent du triton en une colère froide. Alors, il était allé échafaudé ce plan débile, pour se foutre ouvertement de la gueule de ce client désagréable. Et pour que ce plan marche, il fallait un hybride.

    Il était hors de question que Saumâtre pioche pour cela dans son équipage. Non pas parce qu'ils étaient tous laids, même s'ils l'étaient, mais parce que le client les avait déjà tous vus. Il fallait du sang neuf. Alors le triton était allé voir chez l'équipage de Bigorneau. Eustache, c'était hors de question. Déjà, s'il doutait fortement du fait que le homard ait la capacité de se tenir tranquille le temps de la "vente", il avait honnêtement pas une tête de porte bonheur. Alors, naturellement, l'enfant du Récif Noir était allé voir Doudou Marimba. Qui avait étrangement accepté. Soit il se faisait sacrément chier, soit il était aussi instable que le capitaine de la Renégate.

    Revenant finalement à lui alors qu'il tapait dans ses mains pour se stimuler, le triton reporta de nouveau son attention sur l'axolotl qui se trouvait avec lui. Tout sourire, il enleva son tricorne pour passer sa main dans ses cheveux tentaculaires.

    - Alors mon cher Marimba, on est tout bon?

    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Doudou Marimba
    Doudou Marimba
    Messages : 9
    crédits : 213

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3218-doudou-marimba-termine
  • Mar 16 Jan - 16:02
    Doudou Marimba était toujours le premier à donner un coup de patte quand il s’agissait d’un mauvais coup.  Si il n’en était pas déjà l’instigateur. Aussi, quand le Saumâtre pour la dix milliard cinquante et unième fois s’était plaint de son client bourrée de fric et surtout bien pète-couille comme c’est plus permis, il était venu le voir pour essayer de trouver une solution. Enfin, une “solution”. Les deux compères avaient commencé à échafauder des plans plus ridicules les uns après les autres autour d’une bonne mélasse, et ils avaient tous un point commun : faire tourner en bourrique le client problématique.

    C’était peut être une des premières fois que Marimba et Saumâtre s’entendaient si bien, d’habitude il y en avait toujours pour chercher des noises à l’autre et ça finissait souvent en joute verbale interminable. Cependant, dans un des cales de la Renégate, sa chope dans la patte, assis sur un énorme tonneau, Doudou se bidonnait comme une baleine.

    - Sinon tu lui dis que je suis une sirène venue tout droit d’Aquaria. Oui bonchouraaaanh, je frétille à l’idée de rencontrer ta tête de thon haaaan. Dit l’axolotl en prenant une moue aguicheuse.

    Avec le banc de sirènes que se trimballait Bigorneau, il avait matière à imiter. Il prit la pose que Cyané, une des plus maligne, avaient l’habitude de prendre quand elle voulait arnaquer un ou deux péquenauds. Il battit des paupières, et par un tour assez impressionnant d’anatomie, réussit à passer ses pupilles en mydriase.

    - Je suis un être si fragile et incompris bleuargh ! Continua l’hybride avec un ton intellectuel insupportable. -Tu veux bien être mon nouveau maître et m’apprendre le flux du marché républicain et ses aléas s’il te plait haaan ?

    Il éclata d’un rire incontrôlable et avala une bonne lampée de rhum. Enfin, ça sentait plus la mélasse iodée, mais ce n’était pas bien grave, tant qu’il y avait à boire. Il pensait que Saumâtre allait le suivre dans ses imitations, seulement, le beau gosse des mers se calma d’un coup et commença à lui énumérer le fameux plan où c’était bel et bien son petit cul d’axolotl qui était présenté à la vente.

    - Attends, tu veux vraiment le faire tourner chèvre ? T’as pas peur de perdre un bon client ? Je comprends qu'il te les brise, mais au vu de son portefeuille ça serait dommage. Les vaches à lait, ça se garde, même les teigneuses.

    Doudou prit un air pensif. Il se gratouillait le menton, et ses yeux globuleux se plissaient à chaque inspiration qu’il prenait. Soudainement,  il se releva et tapa un petit poing sur sa paume. Sa chope faillit se renverser, une partie de son contenu se déversa sur une petite table en bois, non loin de son collègue.  Nullement perturbé, le pirate, commença à débiter d’une traite :

    - EURÊKA ! Non pas ton putain de geôlier, juste RAAAH, laisse-moi finir ! Le gars, vu qu’il va te dire non à tout, vu que c’est un insatisfait à vie, titille-le de suite. Dès qu’il arrive, tu lui parles d’un arrivage bien particulier, qui a été mis à part, que t’as pensé à lui, bref c’est toi le marchand de tapis, pas moi. Ensuiiiite, tu prends bien ton temps avec chaque spécimen, histoire de bien le faire mariner l’enc- euh le con. Et tu continues à parler de cet arrivage si précieux, si singulier, mon cul, mes nageoires bref. Une fois que vous avez fini de faire le tour et qu’il a refusé toutes tes propositions, déjà de un : parce que c’est un branquignole et de deux : car il bouille de voire ta marchandise incroyable, tu lui annonces quoi ?

    Doudou empoigna sa chope et grimpa avec habilité sur le tonneau. Malgré le fait qu’il avait déjà une quantité d’alcool non négligeable dans l’organisme, le petit être n’en restait pas moins bien vif. Une fois le tonneau atteint, il se posta en vainqueur et asséna son idée :

    - UN ACOMPTE MON POTE ! Il laissa un petit instant de flottement, pris une gorgée du fond de rhum qu’il restait après son tintamarre et reprit, ses yeux verts pleins de malice - Bah ouais attends, autant le dépouiller à fond les voiles !

    L’axolotl, totalement excité à cette idée, se replace en position assise sur sa barrique, sa queue virevoltant dans l'espace et percutant la petite lanterne qui éclairait cette scène bien cocasse.  Il reprit très sérieusement :

    - T’explique avec ton discours de beau parleur que tu  peux raisonnablement pas montrer ce corps de rêve à n’importe quel pélot, mais que moyennant un acompte bien rondouillard, tu peux le lui montrer. Tu flagornes, lui fait croire que le prix est moins cher pour lui, vu que c’est un habitué !

    Marimba, satisfait, croisa les bras en hochant la tête. Quand il s'agissait d’argent, l’hybride avait de la suite dans les idées, surtout quand il fallait entourlouper un faquin de la rép’.

    - Si t’en es, j’en suis Capitaine, et plutôt deux fois qu’une. Par contre, faudra pas essayer de me la faire car on marche à deux là dedans, je veux ma part d'esbrouffe. Pas de Doudou, pas de filoutage.

    Et il leva son verre en direction de Saumâtre, trinquant à leur future affaire.
    HO HO HO !
    HO HO HO !
    Capitaine Saumâtre
    Capitaine Saumâtre
    Messages : 63
    crédits : 207

    Info personnage
    Race: Triton
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3178-terminee-sous-l-ocean-sous-l-oceaaaannn-capitain-saumatrehttps://www.rp-cendres.com/t3198-journal-de-bord-sale-chronologie-de-saumatre#27729
  • Jeu 18 Jan - 13:13

    Ecoutant les remarques de son compère pirate, Saumâtre éclata d'un rire franc et particulièrement bruyant, manquant de renverser sa propre chope.

    - Ouais, j'suis plutôt bien sûr de vouloir l'envoyer se faire foutre. Des clients, on en a régulièrement et mon boulot c'est la piraterie avant toute chose. S'il est pas content et se barre, tant pis, j'vendrai ma came à d'autres débiles. Ou bien je m'occuperai d'autres bateaux, c'est clairement pas un problème. Et puis là, c'est l'occasion de bien se marrer. En plus de se faire du pognon.

    Il se replaça, fixant dans les yeux le petit hybride qui se dandinait devant lui. Son plan, il était parfait. Aucun risque que quoique ce soit ne tourne pas comme prévu. Après tout, c'étaient des vrais génies. Pas besoin d'universités ou de trucs du genre quand on avait de gros cerveaux comme eux.

    - L'acompte, c'est du putain de génie. Et t'en fais pas l'ami, je partage toujours le butin avec mes gars et le reste de la flotte, pas d'raisons que ça soit pas le cas là. Mais ouais t'inquiète, j'm'occupe de le baratiner comme il faut. Toi... Bha... Fais bien ce que t'as à faire hein. Allez, à toute. T'entendra le signal de toutes façons vu comment mes gars beuglent à chaque fois.

    Il se releva alors, toussotant doucement tandis qu'il replaçait son tricorne. Quittant donc la cale du navire, le triton scruta calmement l'horizon alors que le soleil entamait lentement sa course vers le bord des océans. Respirant longuement, l'enfant du Récif Noir étira un large sourire en imaginant ce qui allait suivre. Oui... Ca allait être une putain de bonne soirée. Et une putain de bonne blague.

    Ainsi, lorsque le début de soirée commença, tout l'équipage de la Renégate avait préparé le pont comme à l'accoutumée. Appuyé contre l'une des rambardes, Saumâtre scrutait silencieusement les différents clients qui pouvaient se présenter. Rien d'inhabituel, jusqu'à l'arrivée du fameux acheteur. Se redressant donc de son appui, le triton s'avança doucement vers le rondouillard qui servait de marchand et le salua d'un signe de tête faussement amical.

    - Bienvenue à bord M'sieur Borginov. J'espère que l'voyage a pas trop été ennuyeux.
    - Epargnez-moi ces imbécilités Saumâtre. Vous savez tout comme moi à quel point venir ici m'ennui. Toute cette... Crasse. Vous n'êtes vraiment que des porcs à Brumerive.
    - Ouais. Mais des porcs avec de la bonne came hein, sinon on resterait bien au chaud dans son manoir du Dorei pas vrai? Il étira un large sourire carnassier. Z'avez de la chance en plus, j'ai un arrivage particulier cette fois. J'ai même pensé à vous. Enfin vous verrez, mais ça n'a rien à voir avec la marchandise habituelle.

    Le nobliau se contenta de renifler, mais son œil pétillant qui glissa vers la porte de la cale en disant long sur son intérêt piqué. Tant mieux. L'hameçon prenait. Faisant donc par la suite tout son manège habituel, Saumâtre mena un début de vente relativement classique, insistant bien sur le fait qu'il avait retenu le meilleur que pour les plus méritants. Chaque fois, en appuyant bien de ses prunelles fendues le bougre à la bourse trop pleine. Les specimens défilèrent donc comme prévu sur le navire, faisant grimper ici et là quelques enchères qui ravissaient au plus haut point l'enfant du Récif Noir. Pourtant, malgré ces gains relativement classiques, le marchand d'esclaves s'amusait à observer le fameux Borginov qui ne levait pas le moindre doigt. Il fallait dire que chaque fois, Saumâtre lâchait des petites infos sur sa prise unique, et sur le fait qu'elle saurait ravir même les plus grands appétits. Des mots choisis volontairement pour attiser la déviance sexuel de son acheteur. Fallait connaître son répertoire après tout. Oh, Saumâtre jugeait pas spécialement les appétences de chacun, tout le monde avait le droit de fourrer ce qu'il voulait, pour ce qu'il en avait à foutre. Par contre, ça devenait important dès que ça affectait les affaires et pouvait lui permettre d'accroitre ses propres finances. Quand les derniers esclaves furent présentés, le capitaine de la Renégate s'approcha de sa proie actuelle, tout sourire.

    - On a rien vu qui plaît à sa majesté M'sieur Borginov?
    - Assez. Votre marchandise unique là, des précisions? Je peux la voir?
    - Hahaha, je savais que vous êtiez un "connaisseur". Disons que la marchandise possède la composition parfaite. Un savant mélange de moiteur et de gluant qui permet de tout accueillir à la bonne température. Si vous voyez c'que j'veux dire. Il fit un clin d'oeil volontairement appuyé. Enfin bref, suivez-moi.

    Il ouvrit donc la porte, descendant doucement vers la cale où se trouvaient les marchandises les plus "exquises". Souriant au plus haut point, le pirate s'arrêta devant la porte qui marquait la séparation avec son ami pirate qui attendait de l'autre côté. Se plaçant devant, le capitaine gratta sa nuque comme un peu gêné avant de reprendre la parole. Un jeu, comme depuis le début.

    - Ah ouais, j'ai oublié. Ce bougre tombe dans la catégorie super rare. Du coup, on peut pas juste le voir comme ça, vous connaissez les règles. Faut verser un petit pécule pour pouvoir poser les yeux dessus. Un petit quelque chose pour compenser la peine même si vous achetez pas car juste le voir, c'est prendre du risque pour nous, surtout à Brumerive. Donc euh... Faut verser des pièces. Un petit acompte en quelque sorte. Si vous achetez, naturellement je retire ça de la vente vous voyez?
    - De combien parlons-nous Saumâtre? Arrêtez de vous perdre en parole.
    - Normalement deux pièces d'or comme la vente est à cinq minimum. Mais vous êtes un bon client. Régulier. Donc on va dire une seule pour vous. Ca vous va?

    Borginov prit une longue inspiration, fermant les yeux. S'il mourrait d'envie de voir la marchandise, le bougre n'était visiblement pas très amateur du fait de se séparer en avance d'un peu de son argent. Fort heureusement, un gémissement improbable provenant de derrière la porte semble l'ancrer de nouveau dans la réalité, et dans les vices qui gisaient derrière son front trop large.

    - Très bien. Voila pour vous. Maintenant Saumâtre, montrez-moi cette merveilleuse marchandise.

    Et la porte s'ouvrit donc sur Doudou. A présent, c'était à lui de faire son numéro.
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Doudou Marimba
    Doudou Marimba
    Messages : 9
    crédits : 213

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3218-doudou-marimba-termine
  • Jeu 25 Jan - 19:07

    Marimba restait là, comme deux ronds de flan. Il ne savait pas trop quoi faire. C’était une chose que d’avoir de grandes idées, c’en était une autre de les mettre à exécution. Il resta assis sur son baril un petit moment, les jambes croisées et un coude posé sur la cuisse. Il regardait la cale où il avait été laissé seul. Mmmmmh qu’allait-il bien pouvoir faire pour se vendre le mieux à l’autre empaffé ? Il fallait que ça soit vraiment ridicule, poussé à l’extrême. Histoire qu’il regrette bien d’avoir fait la fine bouche et d'avoir aligné l’oseille trop vite. Sans vraiment y faire attention la première fois, Doudou pose une nouvelle fois son regard sur un coffre entrouvert. Il semblait usé, et quelques tissus et perles en dépassaient. Cela devait être des souvenirs de pillages de Saumâtre, sans trop d’importance pour qu’on en fasse quelconque commerce mais pas assez gnognotte pour s’en débarrasser.

    L’axolotl s’expulsa de son baril, dans un saut maladroit. L’alcool commençait un peu à taper sur le système de l’amphibien. Il s’agenouilla devant le coffre en métal et l’ouvrit dans un grincement très désagréable. Il y avait de tout là dedans ! Des jupons, de la dentelle, des perles en verre et cristaux semi-précieux. Sacré Saumâtre, que des trucs de gonzesses. C’était peut être le butin laissé par ses poules, au vu de la quantité de fripes présentes. L’hybride poussa un sifflement grivois, puis se mit à fouiller avec entrain, ses yeux verts emplis d’une malice pétillante. Il rigolait dans ses branchies, à la vue d’un sous-vêtement, d’un corsage ou d’une jarretière, tout en répétant “oh le cochon, oh l’animal !”. Il en aurait presque oublié sa mission, si il n’avait pas entendu tout le tintamarre que faisait l’équipage et leur capitaine sur le pont principal. Baste, fallait se dépêcher. Il attrapa quelques dentelles, jarretières et bijoux et les passa de manière presque élégante. Il décida, par amour du risque, d’enlever son inséparable tricorne, et son veston en cuir. Il revêtait, à la place, une chemise à jabots flanquée de froufrous aux manches et de boutons de fausses perles. Il eut la chance de trouver des boucles d’oreilles à clips et se les mit sur chacune de ses branchies. Il enfila un ras de cou et un collier en perles de quartz rouge. Doudou poussa le vice jusqu’à s’attacher un jupon de soie et dentelle à taille, laissant juste une fente où son caleçon de coton pouvait être aperçu. Il avait enlevé ses bottes élimées et avait réussi à enfiler des bottes bien plus raffinées et féminines - Oh le cochon, oh le salaud - Lacées derrière le mollet, galbant bien la plante de pied. On critique, on critique mais au moins avec sa petite taille, il pouvait en faire des choses incroyables !

    Bon, à présent, il fallait qu’il trouve une pose à tout péter quand la porte s’ouvrira enfin. Il placa sur la petite table une énorme jupe en velours côtelé, avec moultes dentelles entrelacées et quelques pierres solitaires très clinquantes. C’était parfait.

    Plus qu'à attendre maintenant. Etrangement, Doudou n’eut pas à patienter bien longtemps. Il était vrai qu’il avait mis un certain temps à s’apprêter, appareillé comme il était. Il entendit enfin la voix de Soso et son insupportable client. Le boug’ mettait mille ans à se décider, alors l’axolotl poussa un énorme soupir, de manière à se faire entendre. Il y eut un instant de flottement, puis le bruit d’une clef qu’on trifouille dans la serrure. La porte de la cale s’ouvrit enfin sur un Doudou Marimba fagoté comme une princesse d’Aquaria.

    - Ciel ! Mais qui voilà ? Qui êtes-vous, qui envoie Messire ! S’écria l’hybride en prenant une mine faussement affolée. - Je vous prie Monseigneur, ne me faite pas de mal. Je suis une créature si délicate, je ne m’en remettrais pas si il m’arrivait malheur…Malheur qui noie déjà bien ma vie, mon pauvre petit être se languissant tout seuuuul dans cette petite, petite, petite caaaaaaaale.
    Et il prit une pose éplorée, le dos de sa patte contre son front plat. Il s’éventa alors avec éventail trouvé à la va vite et improvisa avec, battant des cils sur des yeux larmoyants.

    Le client resta bouche bée. C’était un gars pas bien grand, en costume à jabot, une manteau de soie verte aux broderies d’or. Un chapeau bien trop grand pour sa petite tête lui mangeait le front, et le nombre astronomique de plumes décorant le couvre-chef frisait le ridicule. Il avait en main une canne, dorée elle aussi, en bois sculpté. Mazette, un vrai de la vraie celui-là ! Marimba lança un regard complice à Saumâtre, entre apercevant Syrtes, qui se retenait manifestement d’éclater de rire. Il attendit donc que le client se mette en rage, en rogne, en furie, en continuant de s’éventer doucement et poussant des petits couinements effrayés.

    Au bout de quelques secondes, qui parurent très longues pour le navigateur grimée en jeune pleureuse, le client prononça enfin ses premiers mots :

    -….Mia

    - Hein ? Avaient dit en chœur Doudou et Saumâtre.

    - EUPHEMIA ! S’écria Borginov en s’élançant vers l’axolotl.

    L’homme attrapa les pattes de Doudou, tellement surpris qu’il en lâcha son éventail, et les embrassa. Littéralement sur le cul, l’hybride ne réagissait pas et resta bouche-bée.

    - Hein ? Répéta-t-il complètement perdu.

    - Ma belle, ma douce Euphemia. Où étais-tu donc, ma muse, pendant ces années si mornes, si solitaires, où mon cœur n’appelait que toi ? Se lamenta le client, en admirant l’amphibien, ne lui lâchant toujours pas la main.

    - Euh, ben j’étais ici…

    - Ah sacrebleu, les mécréants ! Ne crains plus rien mon cœur, tu es sauvée de cet endroit de malheur. Rien ne pourra plus se mettre en travers de ton destin, de notre destin !

    - Ouais, tout pareil ahah… Paniqué, l’axolotl reprit son éventail avec une main maladroite et lança des appels désespérés à Saumâtre. Il articula silencieusement au capitaine : ON FAIT QUOI BORDEL ?!

    - Saumâtre ! Borginov virevolta vers le capitaine de la Renégate. - Je vous ordonne de libérer cette divine créature à l’instant ! Qu’importe le prix car, créature viciée que vous êtes vous ne pourriez pas comprendre que l’amour n’a pas de prix ! Ma chère amie, ma chère Euphemia, ne vous en faites pas, votre calvaire est fini et bien fini !

    Et il flanqua une nouvelle fois un baiser sonore sur le dos de la patte de Doudou. Plus du tout amusé, la salamandre ne cachait plus son désarroi, et le ricanement étouffé des hommes de Saumâtre n’arrangeait rien. Bon, la blague avait assez duré, peut-être que le pirate allait foutre le malandrin dehors, histoire d’arrêter les frais. Avec un petit rire nerveux, il se risque à dire :

    - M’enfin conna- euh mon ami, le Capitaine ne me laissera jamais partir, je suis bien trop précieu…Se oui voilà précieuse à ses yeux… Hein Capitaine ?

    Il faut sauver le Marin Doudou [Marimba] A0e27010
    HO HO HO !
    HO HO HO !
    Capitaine Saumâtre
    Capitaine Saumâtre
    Messages : 63
    crédits : 207

    Info personnage
    Race: Triton
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3178-terminee-sous-l-ocean-sous-l-oceaaaannn-capitain-saumatrehttps://www.rp-cendres.com/t3198-journal-de-bord-sale-chronologie-de-saumatre#27729
  • Ven 26 Jan - 21:51

    S'il fallait bien avouer quelque chose, c'est que Doudou était véritablement doué pour ce qui était du grimage. Ainsi vêtu, même Saumâtre avait eu du mal à reconnaître l'hybride. Et surtout... Quel jeu d'acteur incroyable! Retenant sans cesse de rire, le capitaine de la Renégate écouta les mots du navigateur qui se faisait passer, à merveille, pour une jeune axolotl apeurée. En revanche, ce que le triton n'avait pas prévu, c'était que l'acheteur en question se prenne lui aussi autant au jeu.

    Quand le bougre s'enflamma soudainement, et que Doudou sembla finalement réaliser les problèmes dans lesquels ils baignaient, Saumâtre étira un large sourire à son comparse, répondant silencieusement à ce dernier en mime "on, ne, fait, rien". Pour l'esclavagiste, il était clair que tout devait continuer. Le but était de plumer ce bougre après tout, n'est-ce pas? D'ailleurs, en parlant de ce dernier, il venait de se retourner pour prendre des airs de grands princes alors qu'il... Il venait vraiment de préciser qu'il était prêt à mettre toute la somme? Les pupilles fendues de l'orphelin semblèrent briller d'une lueur nouvelle et lorsque Doudou lança sa dernière phrase, l'être marin s'avança légèrement pour tapoter doucement la tête de son camarade pirate travesti.

    - Cent pièces d'or. Le pirate étira un peu plus son sourire carnassier. Normalement le prix devait être de 75 PO avec la ristourne de l'acompte. Mais hey, vous l'avez dit vous même pas vrai? L'amour ça a pas de prix.
    - Vous êtes une ordure Saumâtre.
    - Un marchand. Qui n'applique que les principes basiques du commerce et de l'offre et la demande. Et vous mon bon m'sieur, vous venez de faire grimper la demande.
    - Humpf!

    Se retournant alors soudainement, Borginov quitta la cale en trombe, disparaissant de la vue des deux pirates. Eclatant de rire, le triton retint quelques larmes qui étaient venus se présenter aux coins de ses yeux sous sa propre hilarité.

    - Putain c'était incroyable hahahaha. Ce con. Cette gueule. J'sais pas qui c'était cette Euphemia, mais visiblement, elle savait le combler comme personne! Il fixa la tronche du pirate travesti. Oh, ça va, fais pas cette gueule. Tu sais ce que ça représente cent pièces d'or? Jamais il aurait ramené ça à Brumerive ce con. Jamais il aurait les thu-

    La phrase du capitaine de la renégate s'arrêta au moment même ou le fameux acheteur revint dans la cale, accompagné d'un mignon qui tenait dans ses mains un petit coffret d'argent. S'arrêtant devant l'entrée, le nobliau et son accompagnateur fixèrent le pirate bleu. Puis le sbire de ce dernier vint ouvrir le fameux coffret, révélant à l'esclavagiste et son ami hybride une multitude de pièces dorées.

    - Cent pièces d'or, comme convenu.
    - Oh putain... Euh j'veux dire, très bien. Belle somme que vous avez récolté là. Et surtout. Très vite haha. Vous en avez de la chance Euphemia. En plus d'être dévoué il est sacrément co- pété de thunes votre chéri.
    - Puis-je récupérer mon bien à présent? Vous n'allez pas compter chaque piè-
    - Ola ola ola. On se détend la nouille m'sieur Borginov. Je sais que vous êtes pressé, mais vous voyez bien que mam'zelle est pas maltraitée ici. Et vous connaissez la règle concernant les gros paiements. Syrtes va compter les pièces, mais j'vous fait confiance. Par contre, faut naturellement que j'remette les fers à notre jolie dame avant de vous la remettre. Et en attendant, vous patienterez sur le pont.
    - Fort bien. Je t'attendrai avec patience, ma douce Euphemia!
    - Ouais ouais, faites donc ça hein.

    Claquant des doigts, l'acheteur reparti finalement, laissant enfin les deux pirates ensemble. Se retournant d'une traite pour faire face à l'hybride et être certain que ce dernier ne tenterait pas de le suriner, Saumâtre leva les deux mains comme pour dire à son camarade d'attendre.

    - Okay okay! Deux secondes. Je sais, tu te demandes pourquoi j'ai accepté. Mais réfléchis. Cent. Putain. De. Pièces d'or. Ca vaut plus que nos deux dernières ventes mon grand. Il gratta son menton, y réfléchissant quelques instants. Tu sais te faufiler et jouer l'anguille partout toi. T'es un véritable filou et en plus, ce con t'as à la bonne. Alors voila. On va te filer à ce débile. Tu vas cligner trois fois des yeux, il va sûrement se lâcher dans ses braies et il te verra même pas partir. Tu reviens sur le navire, tu te changes et tout. Et hop. Lui il passe pour un con, et nous on se fait cinquante putain de pièces tous les deux! C'est absolument parfait. Aucun risque que ça foire. Et puis, tu connais la règle aussi vis à vis des esclaves. S'il perd sa propriété après la vente, c'plus notre problème.

    Il s'arrêta un peu, entendant les potentielles remarques du petit hybride tout blanc.

    - Et ça vaaaa. Si ça part en cacahuètes, je file prévenir papa bigbig. Ca te va? Son bateau est là, mais il y a aucun monde où il peut échapper à la Ginette et à la Renégate. Deux heures. Deux heures c'est le temps max avant qu'on se jette à sa poursuite si ça tourne mal. Il tendit les fers à son camarade. On continue, ou bien on se fout cent pièces d'or au cul?
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum