DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Alasker

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Les roses dispersées par la pluie [PV Isolde] - Page 2 InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    La justice frappe les injustes
    Derniers sujets
    [PA] - Un coup que MAGIC ne verra pas venirAujourd'hui à 22:57Capitaine Saumâtre
    Tout feu tout flamme [Kassandra]Aujourd'hui à 22:46Zéphyr Zoldyck
    [Flash-event] Le Bal du Reflet des ÂmesAujourd'hui à 22:38Brak'Trarg
    Achats de pouvoir - ZéphyrAujourd'hui à 20:27Zéphyr Zoldyck
    Les Flammes de l'Aurore | LéonoraAujourd'hui à 16:56Arès Wessex
    L'air du Vent | Feat ZéphyrAujourd'hui à 16:12Zéphyr Zoldyck
    Venez me corrompre, ou pas !Aujourd'hui à 16:00Advorix Eqqegni
    La Traque SauvageAujourd'hui à 14:39Orion Yamveil
    C'est ici le comptoir aquarien ? Aujourd'hui à 13:51Jovnos Atnoth
    [PA] Les Gorges d'Ildrekyhr.Aujourd'hui à 12:38Kieran Ryven
    2 participants
    Aller en bas
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Isolde Malkyn
    Isolde Malkyn
    Messages : 361
    crédits : 1165

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre Mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2669-isolde-malkyn-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2706-le-grimoire-d-isolde
  • Lun 18 Mar - 18:38
    Les roses dispersées par la pluie
    Feat Vaenys

    Isolde laissa l’ancien prince du Reike ouvrir la porte et lui fournit sans broncher l’aide demandée. Elle ne fit pas de remarque, même si intérieurement elle pensait qu’il avait volontairement rendu la manipulation beaucoup plus complexe qu’elle ne l’était réellement. Tant il demeurait imbu de sa personne, une telle manière d’agir ne l’étonnait pas venue de sa part. Mais elle préféra balayer rapidement le sujet, le but étant de pénétrer à l’intérieur de ce tertre, sans perdre plus de temps que nécessaire. Et ce, même si l’ouverture de la porte lui parut interminable.

    Isolde entra dans la pièce sombre, seulement quelques torches dont la lueur vacillante créait des ombres sur la pierre humide, éclairaient les lieux. Une couche épaisse de poussière se soulevait doucement sous ses pieds. Et de la moisissure émanait, offrant une odeur nauséabonde et tenace.

    - « J’ai l’impression que cela fait longtemps que le sol n’a pas été foulé ici. Cela signifie qu’il y a sûrement une autre issue. Ou bien, que personne n’en est ressorti depuis longtemps… » dit-elle à l’attention de Vaenys, en ne riant qu’à moitié.

    Puis la mage observa les trois portes, massives et toutes ornées d’une gravure représentant une créature. Sur celle sur la droite, un troll horriblement laid était sculpté, ses yeux étaient étroits et brillaient d’une lueur sinistre. Sa peau disgracieuse apparaissait recouverte de cicatrices et de verrues. Toute sa sauvagerie semblait être représentée sur ce dessin. La porte du milieu, quant à elle, caractérisait une figure impressionnante et rare, dont la tête massive était ornée de cornes recourbées. Son visage était celui d’un taureau, puissant et furieux dont les yeux sinistres semblaient scruter les alentours de la salle obscure. Il donnait l’impression de pouvoir charger à travers le dessin. Enfin, sur la porte de gauche, trônait un fier basilic. Son enveloppe reptilienne était mise en valeur par ses écailles luisantes qui reflétaient la lumière des torches. Ses yeux, d’un rouge intense, perçaient l’inconnu avec dédain et lui offrait une allure hypnotique. Ses crocs n’annonçaient rien d’engageant.

    La nécromancienne se retourna vers le baron, elle avait bien envie de connaître son avis sur la question.

    - « Bon. J’imagine que nous allons devoir affronter une de ces trois bestioles. Une préférence Sieur Draknys ? » dit-elle, avec nonchalance.

    Cela ne l’enchantait pas vraiment d’avoir à accomplir des épreuves. Venir jusqu’à la rencontre du mage noir constituait déjà un défi, elle s’était imaginée qu’il lèverait ses pièges pour les accueillir. Mais visiblement non, il était bien décidé à ne pas rendre leur tâche aisée. L’être à la chevelure argentée lui indiqua préférer le Minotaure et la mage s’exécuta alors. Elle se positionna devant la porte massive et la poussa. Pas de mécanisme complexe pour l’ouverture comme précédemment, mais les dessins affreux représentant les monstres constituaient en eux-mêmes une étape importante à franchir. Isolde passa la première, en prenant soin d’observer les alentours. Pas de créature en vue pour le moment, elle traversa un premier couloir humide, avant de prendre sur la droite dans un premier virage et poursuivre le chemin. Elle tomba alors sur une seconde pièce, celle-ci n’était pas plus éclairée que la précédente.
    Les ombres dansaient sur les pierres sombres et usées par le temps. Sur ces dernières, quelques symboles étaient gravés, héritages d’un temps ancien.

    - « Je me demande quelle était l’utilisation de ce tertre avant que le nécromant ne l’occupe. » dit-elle, en laissant glisser ses doigts sur les différents ornements runiques.

    Tandis que le silence s’imposait de nouveau dans la pièce, le bruit des lourdes portes du fond résonna. Elles s’ouvrirent très lentement, laissant planer quelque peu le suspense sur la nouvelle présence qui s’imposait à eux. Soudainement, la silhouette imposante émergea du seuil, laissant traîner ses pas lourds sur le sol poussiéreux. Cette créature difforme, mi-homme mi-bête fit son apparition, dont le souffle rauque envahit la pièce et laissa une atmosphère pesante. Il ne semblait vraiment pas commode et son regard déterminé les mettait déjà au défi. Ses cornes imposantes pointaient vers eux, renforçant sa prestance intimidante.
    Il ne portait aucun vêtement, sa peau musclée d’homme paraissait très velue. Il n’arborait que quelques accessoires en cuir, des bracelets de force autour de ses poignets et une ceinture lourde ornée d’une boucle métallique. Et accrochée à celle-ci pendait une hache imposante dont le manche semblait en bois robuste et sa lame d’acier férocement tranchante. Quelques traces et impacts se logeaient sur celle-ci, signe qu’elle avait déjà servi.

    - « Si vous avez un plan d’attaque, c’est le moment de m’en faire part. » lança-t-elle à son partenaire.

    Tout ceci restait inquiétant, mais cette montée d’adrénaline était grisante pour la jeune femme. Même si elle mesurait le danger, elle ne pouvait nier que l’aventure était finalement plaisante. Elle attendit les conseils de Vaenys pour attaquer.
     


    CENDRES


    Entraînée pour l'éternité dans une valse funeste avec la mort, elle dérive entre deux mondes dans une éternelle danse macabre.

    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Vaenys Draknys
    Vaenys Draknys
    Messages : 243
    crédits : 1483

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2942-vaenys-draknys-le-prince-dechu-le-baron-roi-de-la-pegre-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2986-entretien-avec-un-vosdraak#25931https://www.rp-cendres.com/t2980-l-histoire-du-prince-dechu#25918
  • Lun 18 Mar - 19:20
     
    Les roses dispersées par la pluie
    Feat. Isolde Malkyn
    En pénétrant dans la pièce et après un court instant d’observation, la douce voix d’Isolde résonna au sein de celle-ci, le son divulgué par la nécromancienne se réverbérant parfaitement sur les parois humides. Vaenys l’entendait, il le décelait, Isolde n’était nullement rassurée de se retrouver dans ce genre d’endroit, même si la mort allait bientôt la cueillir. Le prince déchu l’était-il, lui ? Non plus, non pas qu’il eût peur puisque, il était bien trop vaillant pour cela. Alors, étant l’homme de la situation, comme à son habitude, il se devait de rassurer la mage noire concernant la véritable nature de cet endroit. « Hélas, je suis dans le regret de vous annoncer qu’il n’y existe aucune autre issue pour atteindre notre but. Ce chemin est le seul de valide et, croyez-moi, il n’est pas aisé de le traverser en un seul morceau. Si seulement la prochaine épreuve était la seule… Enfin, n’ayez crainte, je suis bien assez puissant pour nous assurer une victoire sur chacune des épreuves qui nous attendent. » déclara-t-il, l’air sérieux. Bon, sa manière de rassurer laissait à désirer, mais au moins, le geste y était.

    Le prince déchu laissa le temps à Isolde d’observer, de ses magnifiques prunelles émeraudes, chacun des sigles se présentant à côté de chacune des portes. En attendant, il ne faisait que de l’observer et de regarder les sigles de loin, puis de se questionner sur sa vie, rien de fort intéressant. Après quelques minutes d’analyse, la nécromancienne laissa sa douce voix briser un silence pesant, cette dernière demandant au prince déchu quelle bestiole il voulait affronter. En réponse, il lui fit un léger sourire, laissant les traits de son magnifique visage s’étirer et, ses prunelles améthystes se planter sur sa chef de Cellule. « J’admets avoir une préférence pour le Minotaure. Il me semble être le plus intéressant à affronter, connaissant nos prouesses magiques et, les prouesses physiques de mes… » un léger soupir s’échappa d’entre ses lèvres, sans qu’il en eût le contrôle. « Mercenaire. » ajouta-t-il, laissant ce léger sourire se dissiper après la prononciation de ces quelques mots.

    Après cela, le groupe se mit en marche, traversant le seuil de la porte menant soi-disant au Minotaure. Vaenys suivit la nécromancienne, la laissant passer devant, à l’intérieur de ce petit tunnel dont l’humidité dominait en maître. Une courte marche, mais dont les pas résonnaient dans cette faible cavité, ne sachant pas réellement sur quoi ils allaient tomber une fois sortis de ce tunnel. Enfin, les protagonistes de cette aventure arrivèrent dans la seconde pièce de ce tertre. Une pièce visiblement marquée par les siècles, voire les millénaires défilant à toute vitesse. La douce voix de la nécromancienne s’échappa de nouveau d’entre ses lèvres, tandis que le Vosdraak laissa un léger sourire se dessiner sur son visage à la pâleur inhabituelle. Pour répondre à la chef de Cellule, les mots de Vaenys vinrent briser la barrière érigée par ses lèvres. « Je dois avouer que c'est une excellente question, Isolde. Si l’avenir vous le permet, peut-être pourrez-vous vous-même le lui demander. Je pense qu’il serait ravi de partager cela avec vous, de vous conter un peu son histoire. Il est, comme tout elfe, féru d’histoire. » rétorqua-t-il, maintenant ce léger sourire sur son doux visage.

    Les claquements provoqués par les portes firent instantanément frissonner le prince déchu, qui s’attendait au pire en l’instant. Il n’aimait en rien se battre, ce n’était un secret pour personne. Mais aujourd’hui, pour rendre service à une personne qu’il eût rencontré depuis seulement quelques mois, il allait devoir user de ses talents. Il pouvait toujours espérer ne pas être trop rouillé. Après quelques secondes, alors que Vaenys et Isolde s’étaient rapprochés, le minotaure fit son apparition dans la salle humide. Un être bien plus grand que le prince déchu et surtout, bien velu. La situation était bien dérangeante, alors qu’Isolde indiqua au Vosdraak qu’il fût temps de lui faire part de son plan pour vaincre la créature. Il laissa donc une nouvelle fois sa voix s’échapper de son corps, mais cette fois-ci, il le fit dans un murmure à peine perceptible, alors que derrière lui, les mercenaires se tenaient prêt à attaquer. « Je pense qu’il est temps pour vous comme pour moi d’user de nos pouvoirs d’invocation. Je vais le plonger quelques secondes dans le noir, du mieux que je le puisse. En attendant, vous allez invoquer autant de vos créations que vous le pouvez et, je vais en faire de même. Le but va être de l’affaiblir par énorme assaut et, une fois qu’il sera immobile, nous le détruirons mentalement à l’aide d’une attaque à l’encontre de sa psyché. Cela vous semble faisable ? De toute façon, vous n’avez pas vraiment le choix. Si ça ne marche pas, faites-moi confiance, je pense pouvoir nous défendre, mais qu'une seule fois. Alors, nous n’avons le droit qu’à deux essais. » rétorqua-t-il, alors que ses prunelles se mirent à luire.

    Son regard d’améthyste s’ancra sur le Minotaure, alors qu’un voile sombre s’érigea devant le regard de ce dernier. Il était plongé dans le noir et, comme une créature dont l’intelligence était limitée, il se mit à se frotter fortement les yeux. En même temps que sa chef de Cellule, il se mit à invoquer une dizaine de soldats des ombres à l’aide de sa magie noire, des soldats munis d’une lance à la pointe acérée. Puis, il attendait qu’Isolde invoquât ses zombies. Une fois cela fait, il laissa une nouvelle fois sa voix s’échapper d’entre ses lèvres. « Maintenant ! » hurla-t-il, ses soldats se ruant tous, lance vers l’avant, sur le Minotaure. Chacune des dix pointes s’obscures se plantèrent dans la chair velue de la créature, lui arrachant un ignoble hurlement de douleur. Il était désormais temps pour Isolde d’attaquer. Seulement, accompagné de ce hurlement gras, l’hybride balaya chacun des soldats de Vaenys. Isolde avait tout juste le temps d’ordonner une attaque avant que la créature se ruât sur les deux protagonistes de cette histoire. Il n’y avait plus qu’à espérer que le plan marchât.
    CENDRES
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Isolde Malkyn
    Isolde Malkyn
    Messages : 361
    crédits : 1165

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre Mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2669-isolde-malkyn-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2706-le-grimoire-d-isolde
  • Mar 19 Mar - 11:22
    Les roses dispersées par la pluie
    Feat Vaenys

    Elle n'allait pas invoquer autant de créations qu'elle le pouvait. Une dizaine devrait suffire, combinée aux ombres du mage ainsi que ses mercenaires, sans compter leurs autres pouvoirs réciproques. Vaenys plongea la créature dans le noir, ce qui permit aux deux mages de préparer leur sort et canaliser leur mana. Isolde sentit le pouvoir monter en elle et elle fit apparaître son catalyseur magique, ainsi que dix morts-vivants. Elle appréciait cette nouvelle utilisation de son pouvoir, acquis par le travail et la discipline. À présent, elle n'avait plus besoin de cadavres sous la main. Elle pouvait faire apparaître bon nombre de réanimés, par la seule force de sa volonté. C'était un gain non négligeable pour l'aider dans ce genre de situation. Évidemment, tous les combats ne se faisaient pas sur un champ de bataille et les morts ne pouvaient pas être relevés aisément en toute circonstance.

    - « Une dizaine suffira. Autant que je le peux, vous pouvez facilement multiplier le nombre par cinq, je ne pense pas que ce soit utile ici. »

    Vaenys ne semblait pas avoir conscience de l'étendue du pouvoir de nécromancie de la brune. En même temps, il cherchait à se mettre en avant en toute situation, il était alors plus difficile de prendre en compte la puissance d'attaque de ses propres alliés.
    Enfin, la faible lumière revint dans la pièce et chaque guerrier d'ombre se plaça autour du minotaure. Celui-ci balaya les guerriers en effectuant des mouvements circulaires avec sa hache. Il était puissant mais Isolde ne perdit pas de temps. À peine eut-il terminé son geste, que les morts-vivants l'attaquaient de toute part. Ils se jetèrent sur lui avec une voracité féroce, leurs dents claquaient et ils tentèrent d'arracher des morceaux de chair, refermant leur mâchoire sur n'importe quelle partie du corps de la créature. Leurs mouvements n'étaient pas précis et calculés, ils voulaient simplement lui infliger le plus de dégâts possibles. Et ralentir ses gestes, gêner ses mouvements offensifs. Et cela semblait fonctionner. L'homme à la tête de taureau laissait ses bras massifs fouiller partout sur lui, cherchant à se débarrasser des parasites tenaces qu'étaient les créations de la nécromancienne. Celle-ci ne perdait pas sa concentration et contrôlait ses morts avec violence.

    Les deux guerriers d'ombre profitèrent de la situation afin d'enfoncer leur lance dans les flancs du minotaure. Ce dernier hurla de douleur en se courbant, ce qui permit à l'un des zombies de le mordre au cou. Le sang gicla et il porta une de ses mains velue à sa gorge pour tenter d'arrêter l'hémorragie. Mais la blessure était importante. Les mercenaires entrèrent dans l'action afin de porter les derniers coups à la créature blessée. Celle-ci posa les genoux au sol, faisant trembler le sol poussiéreux de la pièce. Et dans un ultime coup d'épée, le Minotaure tomba lamentablement sur les dalles vieillies, sa tête frappa contre celles-ci dans un dernier fracas.

    - « Pas si tenace ces hybrides… » lança-t-elle tandis qu'elle ramenait ses créatures vers elle.
    Deux avaient péri durant le combat, elle gardait les autres près d'elle. Inutile de les renvoyer pour le moment, maintenir le sort pour huit zombies n'était pas très coûteux en mana et elle préférait garder leur protection. « êtes-vous prêt pour la suite Sieur Draknys ? » dit-elle malicieusement.

    Elle attendait son éventuelle réponse, afin de marcher en direction des portes dont provenait le minotaure. En passant, elle récupéra sa hache et la confia à l'un des mercenaires. Elle souhaitait la garder en trophée, puis peut-être pouvait-elle s'avérer utile pour la suite de cette aventure.

    La troisième pièce apparaissait très sombre, les torches offraient une lumière faible et cela ajoutait un côté sinistre au lieu. Quelques bougies étaient disséminées un peu partout. La pièce ne comprenait pas beaucoup d'objets mais il trônait en son centre un autel. Il était composé de pierres plus sombres que celles des murs. Il était imposant et dégageait une aura mystique, grâce à ses symboles runiques et ésotériques gravés. Certaines inscriptions semblaient briller, comme celles de l'entrée du tertre. Elles paraissaient renfermer un secret mystérieux presque endormi. Pourtant, cette salle paraissait dangereusement vivante, quelque chose de malsain et de lugubre émanait de cet endroit maudit.

    Isolde fit attention où elle mettait les pieds, tant chaque dalle, chaque recoin appelait au danger et au piège dissimulé. Elle vint poser ses mains sur les pierres sombres de l'autel, quelques offrandes semblaient avoir été déposées ici depuis longtemps. Elles étaient vieillies, fanées et oubliées.

    - « Peut-être qu’Yqyrin se servait de cet autel pour ses invocations et rituels. La pièce semble chargée de pouvoir occulte. »

    La nécromancienne connaissait évidemment cette utilisation et pratiquait elle aussi la magie noire. Ce genre de rituels fonctionnait parfaitement pour réanimer les morts. Elle procédait ainsi lorsqu'elle débuta la nécromancie.

    Dans le coin le plus sombre de la pièce, un renfoncement  sinistre attira l'œil de la mage. Elle se dirigea vers l'endroit. Plusieurs étagères de pierres vieillies et très poussiéreuses étaient alignées le long des murs. Et chacune d'entre elles abritait des squelettes couverts de toiles d'araignées, ils semblaient provenir d'âges reculés. Tandis qu’Isolde avançait vers eux, une énergie ésotérique les anima. Certains se levèrent lentement et sortirent du repos éternel dans lequel ils étaient plongés. Le bruit de leurs os qui craquaient s'élevait dans la pièce alors qu'ils se mettaient en mouvement. Une danse paramétrée où les morts voulaient prendre le dessus sur les vivants. Certains brandissaient déjà des armes rouillées, vestiges du passé.

    L'un d'entre eux se rapprocha dangereusement de la brune au teint pâle et cette dernière envoya ses propres réanimés. Des grognements gutturaux se faisaient entendre et les doigts griffus s'entrechoquaient.

    - « Essayez de les retenir, ne les anéantissez pas. » dit-elle à l'attention des mercenaires. « Je souhaite tenter quelque chose. » ajouta-t-elle.

    En effet, elle se dirigea de nouveau vers l'autel comportant les runes étranges gravées. Elle usa de sa sombre magie et posa ses mains sur la pierre sombre. Elle laissa son mana s'infiltrer dans les symboles occultes et se lier à eux. Comme elle l'avait fait dans la salle de l'archonte, elle souhaitait prendre le contrôle des morts du nécromant. Une autre épreuve qu'elle souhaitait relever pour démontrer l'étendue de son pouvoir et sa propre valeur.

    CENDRES


    Entraînée pour l'éternité dans une valse funeste avec la mort, elle dérive entre deux mondes dans une éternelle danse macabre.

    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Vaenys Draknys
    Vaenys Draknys
    Messages : 243
    crédits : 1483

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2942-vaenys-draknys-le-prince-dechu-le-baron-roi-de-la-pegre-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2986-entretien-avec-un-vosdraak#25931https://www.rp-cendres.com/t2980-l-histoire-du-prince-dechu#25918
  • Mar 19 Mar - 13:21
     
    Les roses dispersées par la pluie
    Feat. Isolde Malkyn
    Il fallait bien l’avouer, le prince déchu ne s’attendait point à ce qu’Isolde fût capable d’invoquer tant de mort-vivant qu’elle le prétendît. Mais, à vrai dire, il la considérait déjà comme étant une des mages les plus douées qu’il eût la chance de rencontrer. Le Minotaure ayant fini de balayer les ombres du prince déchu, Isolde lança l’assaut avec toutes ses immondes créatures, ses morts-vivants semblant affamés, faisant claquer leurs dents. Les claquements incessants résonnaient dans la pièce comme des ondes horripilantes, sonnant le destin tragique qui attendait de la créature hybride. Une mort semblant venir d’être pourtant bien moins imposants qu’elle. Son sang sale peignit les pavés froids de cette pièce. Le merveilleux liquide carmin se mélangeait à l’humidité ambiante, son odeur ne tardant pas à envahir la future tombe du Minotaure. Vaenys  laissa un léger sourire se dessiner sur son doux visage, ses lèvres s’étirèrent pour accentuer la satisfaction qu’il ressentît en l’instant. Alors que le genou de la bête tomba au sol, un léger nuage de poussière écarlate se soulevait du sol tandis qu’un hurlement de douleur s’échappait du museau de l’hybride. Puis, un ultime coup d’épée acheva la bête. Isolde et Vaenys n’eurent pas le temps de pratiquer une attaque mentale simultanée pour faire souffrir le monstre.

    Le délicieux visage du Vosdraak pivota en un mouvement léger vers la nécromancienne, cette dernière laissant sa douce voix réverbérer dans le tombeau du Minotaure. Les traits du visage du prince déchu se déformèrent en un léger sourire, montrant une fois de plus toute la satisfaction qu’il ressentît quant à la démonstration de puissance d’Isolde. Bien sûr, il ne comptait pas le lui dire, ce n’était pas son genre que de vanter les mérites de quelqu’un d’autre que lui. « Effectivement, les hybrides ne sont que de vulgaires erreurs de la nature. Je n’ai aucune considération pour les personnes de cette espèce, sauf peut-être une seule. Mais, cela fait bien longtemps que je ne l’ai plus vu. » rétorqua-t-il, marquant une légère pause, ses prunelles se portant sur la porte de sortie. « Oui, nous pouvons continuer notre chemin. Espérons que les prochaines épreuves nous laissent quelques minutes de répit. » ajouta-t-il, suivant désormais les pas de la nécromancienne. Quelle excellente idée que de récupérer cette hache, un magnifique souvenir de cette expédition que Vaenys aimât tant. Ils n’avaient plus qu’à espérer sortir d’ici en vie.

    Une fois arrivé dans la troisième pièce, le peu de lumière ambiante ne manqua pas de laisser le prince déchu perplexe. Seul un autel trônait au centre de cette nouvelle pièce du tertre, un autel laissant des marques runiques créer son aura lumineuse. Un magnifique endroit, il n’y avait pas le moindre doute là-dessus. La nature de Vaenys le poussant à être craintif, il y avait en ces lieux quelque chose qui semblait le déranger quelque peu, comme une présence inanimée, mais pourtant capable de les observer. Naturellement, le Vosdraak suivit sa comparse d’aventure, faisant lui aussi attention à l’endroit où il venait poser ses délicats pieds. Isolde parvenait, tout comme le prince déchu, à ressentir le pouvoir occulte chargeant cette pièce. Il laissa donc le son de sa douce voix briser la barrière érigée par ses lèvres, rétorquant aux paroles de la nécromancienne. « Il n’y a que très peu de doutes sur ce que vous avancez, Isolde. Yqyrin serait tout à fait du genre à utiliser des autels pour canaliser son immense pouvoir… Je pense que nous devrions rester sur nos gardes, un minimum. »

    Vaenys continua de suivre les pas de la nécromancienne, vers ce renfoncement sinistre qui ne lui inspirait que très peu confiance. Une mauvaise idée que de se diriger là-bas ? Certainement. Soudain, des squelettes semblèrent s’éveiller alors que les pas du prince déchu résonnèrent sur les pavés humides de cette pièce. Alors que les ordres d’Isolde furent donnés à l’intention des mercenaires, celle-ci indiquant de ne pas abattre ces créations du mal, Vaenys usa de son pouvoir pour flotter dans les airs, se positionnant au-dessus de la nécromancienne. Le mana de la brune semblait s’infiltrer dans la pierre de l’autel. Tentait-elle réellement de prendre le contrôle des morts pour les retourner contre leur créateur. « Astucieux… » Un mot que le prince déchu ne put s’empêcher de prononcer. Naturellement, Isolde restait immobile durant son incantation et, le nombre de squelettes animés ne faisait que croître. Ainsi, Vaenys invoqua quatre soldats tout autour de l’autel, afin de prévenir Isolde du danger et de la garder en sureté. Durant ce temps, il attendait patiemment de pouvoir projeter son aura ténébreuse à l’encontre des squelettes qui parviendraient à briser les barrières de ses gardes des ombres. Le prince déchu ne pouvait que le reconnaître, Isolde était une personne ambitieuse. Si elle parvenait à prendre le contrôle de ces morts, elle prouvait d’une certaine manière à Yqyrin qu’elle était digne de devenir une liche.
    CENDRES
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Isolde Malkyn
    Isolde Malkyn
    Messages : 361
    crédits : 1165

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre Mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2669-isolde-malkyn-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2706-le-grimoire-d-isolde
  • Mer 20 Mar - 16:42
    Les roses dispersées par la pluie
    Feat Vaenys

    Les réanimés d’Isolde s’évertuaient à contenir les zombies du tertre, ceux-ci luttaient sans tuer, ils repoussaient sans détruire dans la mesure du possible. La brune à la longue chevelure ébène souhaitait relever ce défi. Si elle avait pu utiliser les piliers contre l’archonte, cet autel semblait fonctionner sur ce même principe. Elle sentait son mana se lier entre elle et l’autel, leur magie fusionner en tissant des toiles invisibles. Et peu à peu, cela opéra. Elle sentit un autre pouvoir s’infiltrer en elle. La mage noire put récupérer l’ensemble des morts-vivants. Il y en avait à peu près une trentaine entre les siens et celui d’Yqyrin. Des réanimés en chair et des squelettes, tous formaient un ensemble funeste des plus exquis.

    La maîtresse des morts vint saisir la main squelettique de l’une des créatures qu’elle venait de s’approprier. Elle enserra ses bras osseux autour de son cou et se serra contre lui dans une étreinte sinistre. Elle était absolument ravie et c’était sa manière à elle de le montrer. Un long frisson parcourut sa colonne vertébrale, tandis qu’elle entamait une danse macabre avec la créature des ténèbres. Puis elle salua Vaenys en s’inclinant et en obligeant le squelette à adopter cette posture grotesque.
    Puis elle contrôla les morts de manière à ce qu’ils touchassent l’ancien prince du Reike. Ils l’encerclèrent et se mirent à tourner en ronde autour de lui. Elle souriait devant ce spectacle, avant d’arrêter la danse et positionner les réanimés autour d’elle. Elle s’avança et ils purent franchir la porte suivante, celle-ci étant scellée avant la lutte contre les morts.

    Elle avançait dans un dédale de couloirs tortueux, où l’obscurité semblait s’épaissir. L’atmosphère était pesante, renforcée par la présence de sa horde sur ses talons. Leurs râles gutturaux perçaient le silence des lieux et résonnaient à travers les longs corridors. Les torches éparses éclairaient le chemin de manière sporadique, comme si éclairer ce lieu sinistre était de mauvaise augure. À la fin de ces couloirs, la mage dut gravir quelques marches afin d’accéder à la salle suivante. Les escaliers étaient étroits et usés. Elle ouvrit la porte. À première vue, la quatrième salle était moins humide que les précédentes, mais non moins glaçante.
    Ils étaient sur une petite plateforme, qui surplombait une salle recouverte de dalles en pierres plus claires que celles des murs. Et sur chacune des dalles était gravée un symbole. Certaines étaient composées d’un cercle, lui-même entouré de runes sinueuses. D’autres présentaient un triangle dont les angles se fondaient partiellement dans l’obscurité. Puis d’autres arboraient un carré avec des lignes entrecroisées formant une toile. Et enfin, les dernières portaient un losange dont les côtés étaient ornés de motifs variés.

    - « Il s’agit sûrement d’une énigme à résoudre. Je vais envoyer un des réanimés traverser les dalles de manière anarchique, pour voir ce qu’il se produit. »

    Puis elle le fit sans tarder, elle ordonna à l’un des squelettes de s’avancer. Celui-ci marcha sur les dalles sans se soucier de rien. Et irrémédiablement, il fut victime du piège qui s’activa aussitôt. Elle perçut un léger frémissement d’abord, puis elle entendit un cliquetis métallique presque imperceptible. Suivit d’un grondement sourd comme si les dalles elles-mêmes se manifestaient pour contester cette intrusion. Les symboles gravés scintillèrent pour révéler leur nature magique et obscure. Et soudain, des lames férocement aiguisés jaillirent des murs, une vingtaine de lames qui transpercèrent très rapidement le mort-vivant.

    - « Il s’agit bien d’une énigme, nous devons réfléchir à la solution, celle-ci réside certainement dans l’ordre de ces formes géométriques. » Elle réfléchissait en même temps, marquant une légère pause. « Peut-être une séquence débutant par la forme la plus simple à la plus complexe. J’aurais tendance à dire : cercle, triangle, carré et losange. Dans cet ordre et en répétant l’expérience jusqu’à la porte au fond. » dit-elle, en la montrant du doigt brièvement. « Qu’en pensez-vous ? » demanda-t-elle à Vaenys.

    CENDRES


    Entraînée pour l'éternité dans une valse funeste avec la mort, elle dérive entre deux mondes dans une éternelle danse macabre.

    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Vaenys Draknys
    Vaenys Draknys
    Messages : 243
    crédits : 1483

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2942-vaenys-draknys-le-prince-dechu-le-baron-roi-de-la-pegre-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2986-entretien-avec-un-vosdraak#25931https://www.rp-cendres.com/t2980-l-histoire-du-prince-dechu#25918
  • Mer 20 Mar - 17:29
     
    Les roses dispersées par la pluie
    Feat. Isolde Malkyn
    La démonstration de pouvoir que lui offrait la maîtresse des morts était tout simplement exceptionnelle. Vaenys savait que cette dernière était particulièrement puissante, mais pas au point de rivaliser avec la magie d'Yqyrin. Le Vosdraak restait bouche bée face à un tel spectacle et un sourire se dessina naturellement sur son doux visage à la pâleur inhabituelle. Ainsi, à elle seule, la nécromancienne avait sous ses ordres ses propres créations, des zombies décharnés dont les dents claquaient entre elles, résonnant dans toute cette pièce macabre. Puis, elle avait également le contrôle sur les créations squelettiques du puissant nécromancien. Ses prunelles d'améthyste restaient rivées sur la mage noire, alors que celle-ci quitta l'autel du maître des lieux.

    Elle s'empara de la main squelettique d'un des morts dont elle vint de prendre le contrôle, puis lui fit une étreinte macabre, dont seul peu de personnes pouvaient entrevoir la beauté de son geste. Vaenys voyait sur le visage de la belle à la chevelure d'ébène, le plaisir qu'elle prenait à mener sa danse, il arrivait à lire dans les émeraudes de sa comparse. Une nouvelle fois, Vaenys eut la chance de pouvoir observer Isolde mener une danse macabre avec un non-vivant. La première fois était déjà bien incroyable, mais celle-ci l'était encore plus. Isolde parvenait à faire passer ses émotions ressenties dans chacun de ses pas ténébreux, reflétant cette joie qu'elle eût en l'instant. Le prince déchu lui, prenait énormément de plaisir à observer la nécromancienne dans ce spectacle sinistre. Une myriade de frissons parcourait son corps, alors qu'un nouveau sourire vînt fleurir sur son magnifique visage. De ses améthystes, il ne quittait pas Isolde, alors que ses quelques mots s'échappèrent d'entre ses douces lèvres. « C'est magnifique. » Des mots qu'Isolde n’entendrait certainement pas, mais le cœur y était et, c'était bien rare lorsque l'on connaissait le Vosdraak.

    Alors que ce délicieux sourire persistât sur les lèvres du prince déchu, les morts contrôlés par Isolde l’entourèrent dans une étreinte macabre. Était-ce là la manière d’Isolde de le remercier pour son incroyable bonté ? Enfin, si tel était le cas, elle aurait pu venir d’elle-même, cela aurait été bien plus chaleureux, mais pourquoi pas. Le Vosdraak rendit les salutations de la nécromancienne d’un signe de la tête, puis il laissa ces quelques mots briser cette barrière de silence macabre. « Vous avez réussi cette épreuve haut la main, Isolde. Je vous félicite. Votre pouvoir est bien au-delà de ce que j’imaginais. » déclara-t-il, avant de suivre Isolde dans la prochaine salle de ce sombre tertre.

    Pour la suite, plusieurs couloirs étaient à franchir, puis, un escalier menant à la prochaine salle. Une plateforme surplombait une salle recouverte de dalles de pierre. Le prince déchu n’aimait pas forcément cela, car, il le savait, cette salle était certainement bien plus piégée que ce que l’on pourrait penser. « Effectivement, c’est une énigme. Je ne suis malheureusement pas certain de pouvoir invoquer des ombres suffisamment denses pour activer les mécanismes. Mais fort heureusement, je possède un intellect dépassant celui des mortels. » rétorqua-t-il, son visage dessinant une expression des plus sérieuses. « L’idée d’envoyer l’un de vos amis me semble excellente dans cette situation, Isolde. Faites ainsi. » ajouta-t-il, laissant les traits de son visage se déformer dans un léger sourire à peine perceptible.

    Comme le pensait le prince déchu, les dalles étaient bel et bien des pièges. Heureusement qu’Isolde eût un minimum de bon sens en y envoyant l’une de ses créations, mourir atrocement. Enfin, mourir, non, elle l’était déjà. Les améthystes du prince déchu se tournèrent donc sans plus tarder en direction du magnifique regard d’émeraude de la nécromancienne, puis, sa douce voix s’échappa d’entre ses lèvres. « Oui, chacun des symboles doit activer un mécanisme précis, puis, au fur et à mesure, ouvrir la porte et désactiver les pièges. Seulement, c’est bien plus ardu que cela en a l’air. » répondit-il, réfléchissant en même temps que la maîtresse des morts. Son hypothèse semblait être excellente, mais, bien évidemment, il ne se risquerait pas à l’essayer de lui-même. « Je pense que c’est une excellente idée. Seulement, cela me semble beaucoup trop simple, non ? Je vous laisse envoyer l’une de vos créations pour essayer cela. Sinon, faites le dans le sens inverse. De la plus compliquée à la plus simple. Ou peut-être devrions-nous nous concentrer sur les runes entourant ces formes géométriques ? »
    CENDRES
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Isolde Malkyn
    Isolde Malkyn
    Messages : 361
    crédits : 1165

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre Mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2669-isolde-malkyn-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2706-le-grimoire-d-isolde
  • Mer 20 Mar - 23:08
    Les roses dispersées par la pluie
    Feat Vaenys

    Elle réfléchissait et écoutait les paroles du vosdraak. Elle ne pensait pas que les motifs avaient une quelconque importance, ils étaient juste là pour décorer les formes et ajouter de la complexité aux symboles. Leur accorder trop d’intérêt semblait être une perte de temps.

    - « Oui, je vais envoyer un des squelettes tester cette théorie. »

    Elle contrôla le réanimé afin qu’il s’avançât vers les dalles. Elle lui ordonna de marcher sur la première dalle qui comportait un cercle. Elle attendit et rien ne se produisit. Puis la dalle avec un carré. Idem, pas de lames à l’horizon ni d’autres pièges. Il s’exécuta alors afin de franchir la dalle avec un carré et rien. Et enfin le losange. La suite semblait bonne. À présent, il fallait réitérer l’expérience, le squelette avança donc sur chaque dalle comme commandé par sa maîtresse. En suivant cette même séquence à plusieurs reprises, il parvint de l’autre côté de la salle. Elle lui ordonna de tenter d’ouvrir la porte. Mais celle-ci semblait scellée.

    - « Peut-être que le mécanisme ne se déverrouille que lorsqu’il n’y plus personne sur la plateforme. Il n’y a qu’un seul moyen de le savoir… » Elle envoya chaque mort-vivant un à un répéter les mêmes mouvements que ceux accomplis par leur prédécesseur. Elle n’avait pas envie de les sacrifier. Peut-être allaient-ils être utiles par la suite. Elle passa ensuite, puis chacun des mercenaires. « N’essayez pas de les survoler Sieur Draknys, je crois que les sortilèges utilisés sont puissants et peuvent détecter l’absence de pas sur les dalles. Ne vous y risquez pas, nous ne connaissons pas l’ampleur de ces pièges... » Elle préféra l’informer de cette hypothèse, elle se doutait que le prince déchu aurait peut-être tenté le coup de zèle de trop, qui pouvait lui être fatal.

    Lorsque tous furent passés de l’autre côté, la nécromancienne entendit un léger cliquetis, signe annonçant que les mécanismes de la porte étaient en train de se déverrouiller. Avec un soupir de soulagement, elle poussa la porte, révélant ainsi la pièce suivante baignée d’une lueur pâle. Le défi relevé avec succès, elle se demandait ce qui les attendait dans cette nouvelle pièce.
    Il s’agissait de la pièce maîtresse du tertre, la principale et la plus vaste. Une aura ténébreuse flottait et ajoutait un caractère mystique à une ambiance déjà bien sombre. La mage déambula précautionneusement dans la pièce, mais les dalles sombres paraissaient ordinaires. Aussi, il flottait un parfum enivrant d’encens de Belladone mélangé à la myrrhe noire. Elle utilisait ses arômes pour la magie noire. Leur parfum intense était reconnaissable et invoquait des pouvoirs obscurs.

    Tout un pan de mur était paré de voiles tissés dans une étoffe noir d’encre. Elle se rapprocha et toucha le voile du bout des doigts. Il était parcouru de motifs tout aussi étranges qu’envoûtants. En effet, des symboles ésotériques étaient brodés avec une telle finesse, qu’elle trouvait le tout incroyable, d’un esthétisme très appréciable. La toile savait captiver l’attention de la brune au regard émeraude, tant elle s’en délectait. Elle y devinait une forme en spirale, qui représentait le cycle éternel de l’existence, la vie, la mort et la renaissance. Le parallèle et la liaison cosmique entre tout cela. Pour avoir longuement étudié ses symboles occultes, elle les reconnaissait. Elle retrouvait également les formes géométriques de la pièce précédente. Les triangles, les lignes et les cercles concentriques qui servaient dans les rituels ésotériques. Et enfin, des symboles alchimiques, constitués de glyphes évoquant les forces naturelles et les mystères de la transformation.

    La nécromancienne sentit son cœur battre plus fort. Elle sentait que le moment se rapprochait. Elle était si impatiente, si excitée à l’idée de rencontrer enfin le maître des lieux.
    Une table rectangulaire accompagnée de chaises en bois sombre et ornées de motifs runiques trônaient au centre de la pièce. Et un autel en pierres sombres, plus petit que celui qu’elle avait vu dans une des salles se tenait à côté. Des offrandes macabres étaient disposées sur l'autel de pierre, des crânes humains sur lesquels des symboles ésotériques étaient gravés. Mais aussi des amulettes couvertes de sang séché , des bougies noires dont la cire avait coulé. Isolde se sentait dans son élément et elle appréciait énormément l’instant. Puis elle sentit la présence de Vaenys derrière elle.

    - « Pardonnez-moi, je me suis laissée happer par l’ambiance de cette pièce… Elle est sublime. »

    CENDRES


    Entraînée pour l'éternité dans une valse funeste avec la mort, elle dérive entre deux mondes dans une éternelle danse macabre.

    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Vaenys Draknys
    Vaenys Draknys
    Messages : 243
    crédits : 1483

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2942-vaenys-draknys-le-prince-dechu-le-baron-roi-de-la-pegre-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2986-entretien-avec-un-vosdraak#25931https://www.rp-cendres.com/t2980-l-histoire-du-prince-dechu#25918
  • Jeu 21 Mar - 8:27
     
    Les roses dispersées par la pluie
    Feat. Isolde Malkyn
    Isolde s’exécuta et envoya sans attendre l’une de ses créations déambuler sur les dalles, de manière à ce que l’hypothèse émise précédemment fût vérifiée. Sans surprise, l’hypothèse de la nécromancienne semblait être la bonne, puisque le mort-vivant était parvenu jusqu’à la porte. Cependant, celle-ci semblait encore scellée. Tout naturellement, le Vosdraak détourna le regard de la porte et du réanimé qui se trouvaient face à lui, de manière à venir capter l’attention de la brune, plongeant ses améthystes dans les émeraudes d’Isolde. Cette dernière semblait avoir une nouvelle idée. Une idée qui ne plaisait pas forcément au prince déchu, il ne voulait pas se risquer à s’aventurer sur les dalles piégées. Mais, après tout, le jeu en valait la chandelle. Isolde était plus importante. De son regard vif, il observait chacun de ses compagnons de route passés sur les dalles ornées des symboles, puis, Isolde lui indiqua de ne pas survoler celle-ci. Bien entendu, il ne le ferait pas. Un léger sourire fleurit alors sur son visage, puis un hochement de tête, les traits de son visage reprenant forme aussitôt.

    Le prince déchu entreprit cette marche pouvant être mortelle sans plus attendre. Il n’était pas forcément confiant, peut-être était-ce dû à sa nature méfiante ? Qui pouvait le savoir ? D’abord le cercle, puis le carré et enfin, le losange. L’opération devait se répéter plusieurs fois mais, elle fut très rapidement un succès. Une fois que ses légers pas furent posés devant la majestueuse porte, un cliquetis retentit de l’autre côté de cette dernière. Certainement l’activation du mécanisme permettant l’ouverture de cette barrière de pierre. Le prince déchu sourit de nouveau à Isolde, tandis que cette dernière poussa la porte pour que tous pussent passer de l’autre côté. Une lueur pâle provenant de la nouvelle salle venait caresser le doux visage du prince déchu, cette dernière se reflétant parfaitement dans ses magnifiques prunelles améthyste. Cette pièce était donc la pièce maîtresse, enfin. Une pièce aussi vaste que sinistre s’offrait désormais aux aventuriers.

    Suivant la nécromancienne, tous pénétrèrent dans cette nouvelle salle à l’odeur particulièrement enivrante. Une odeur que le prince déchu ne connaissait que trop bien, étant donné que son mentor, Yqyrin, aimait la répandre lorsqu’il usait de sa magie ou qu’il possédât à des rituels. Vaenys ne se sentait nullement démuni face à cette grande salle, non, loin de là. Cette salle était vraiment magnifique, même en apparaissant aux yeux d’un prince tel que sieur Draknys l’était autrefois. Il savait apprécier cet environnement singulier, pas autant que la nécromancienne qui l’accompagnait, certes. Il le voyait, il voyait les traits du visage de porcelaine de la magnifique brune se déformer, faisant apparaître les plus doux des sentiments sur elle. Il la voyait ravie et dans son élément. Ainsi, lui-même en était heureux, heureux d’avoir pu aider Isolde dans sa quête,  même si cette dernière n’était pas encore fini, bien entendu.

    Vaenys était proche, il était derrière elle, alors que la douce voix de cette dernière parvînt à capter l’attention du Vosdraak. Un léger sourire naquit sur son doux visage, celui-ci laissant ses quelques mots s’échapper d’entre ses lèvres. « Inutile de vous excuser, Isolde. Je suis tout simplement ravi de pouvoir vous observer dans un tel environnement et surtout, que celui-ci vous plaise. Je peux le voir sur votre visage et, dans vos yeux. Cette lueur qui rayonne dans vos émeraudes, elle veut tout dire, Isolde. » Un nouveau sourire, alors que le prince déchu s’approchât de la table rectangulaire, accompagné de la nécromancienne. Eux ne s’assirent pas, quant aux mercenaires, ils étaient restés en retrait, sous ordre du Baron.

    Soudain, le calme devenant trop pesant, une silhouette apparue. Vaenys pouvait la reconnaître sans le moindre problème. C’était celle de son mentor, Yqyrin. Puis, accompagnée de cette silhouette reconnaissable entre mille, une voix masculine semblant être mystique se mit à résonner dans l’immense étendue macabre, les murs renvoyaient les sons dans toutes les directions. « Te revoilà, Vaenys Draknys, Prince déchu du Reike. Et, tu n’es pas venu seul. » une légère pause, le visage de la silhouette se dirigeant désormais sur la brune. « Isolde Malkyn. Je t’ai observé durant ton long périple jusqu’ici. Tu as remporté chacune de mes épreuves haut la main. Sans le moindre mal, vous avez vaincu le champion, en utilisant les ressources à votre disposition. Votre manipulation des arcanes occultes vous a permis de prendre le contrôle de mes créations alors même que je les contrôlais. Votre être semble contenir un puissant pouvoir que j’ai du mal à analyser. » Une nouvelle pause, l’être reprenant son souffle. « Votre intellect a eu raison de la dernière épreuve, votre capacité de réflexion est tout bonnement incroyable. » La silhouette se rapprocha un peu plus de la maîtresse des morts. « Alors dites-moi, Isolde, quel est l’objet de votre quête. Qu’est-ce qui vous a poussé à venir à ma rencontre ? À braver ces épreuves que peu sont capables d’accomplir ? À risquer votre vie ? » demanda-t-il sincèrement, laissant sa voix résonner dans son antre.
    CENDRES
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Isolde Malkyn
    Isolde Malkyn
    Messages : 361
    crédits : 1165

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre Mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2669-isolde-malkyn-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2706-le-grimoire-d-isolde
  • Jeu 21 Mar - 11:49
    Les roses dispersées par la pluie
    Feat Vaenys

    Tandis que le vosdraak prononçait ses derniers mots, Isolde aperçut l’ombre du maître des lieux apparaître. Sa silhouette était élancée, il était vêtu d'une robe sombre de mage, drapée autour de lui. D'une démarche élégante et légère, il s'avança vers la nécromancienne. Une cape à capuche encerclait son visage, qu'il ôta pour révéler ses traits. Ils étaient fins et anguleux, ses cheveux bruns encadraient son visage. La pâleur de ce dernier contrastait avec sa tenue d'obsidienne. Ses yeux paraissaient eux aussi étrangement noirs, avec une lueur qui dégageait une aura magique. Des symboles occultes, comme ceux représentés sur la toile, étaient brodés en fil argenté sur sa cape, ce qui rendait sa tenue particulièrement sublime. Et autour de sa taille, une ceinture dont plusieurs fioles contenant des liquides aux teintes violacées. La sagesse et l'érudition émanaient de l'elfe, malgré la noirceur sinistre dans laquelle il s'était plongé.

    La brune au teint pâle appréciait les éloges que lui faisait son aîné. Il était un mage et un nécromant d’expérience et entendre les paroles de l’elfe érudit lui était très gratifiant. Elle hocha la tête légèrement pour le saluer et le laissa terminer.

    - « Je vous remercie pour vos mots. Ce lieu est absolument magnifique et les salles qui mènent jusqu’à vous sont toutes aussi splendides que sinistres. Votre savoir-faire magique est impressionnant Yqyrin. C’est pour cette raison que je me présente à vous, votre sagesse et votre pratique des arts occultes vous honorent. Et je souhaite accéder à la non-mort grâce à votre talent. » Elle savait vanter les mérites d’une personne, de manière à ce que cela fût appréciable, sans trop donner l’impression de lui lécher les bottes. Des mots justes, placés correctement de manière à gonfler l’égo et mettre l’interlocuteur dans sa poche. Enfin, les termes du contrat ayant déjà été vus au préalable avec Vaenys, cela ne devrait pas poser problème.

    « Vous complétez vos gestes par un verbe tout aussi juste et précis. Intéressant Isolde. Votre appétence pour les arcanes que je pratique se lit dans votre regard. Et les secrets de votre âme ne me sont pas étrangers. J’arrive à lire en vous, je devine aisément votre désir obscur. Approchez. »

    La jeune femme à la chevelure d’ébène s’approcha du maître de ce tertre, elle avança d’un pas léger mais décidé. Elle ne quittait pas ce regard ténébreux et hypnotisant. Il détenait tant de pouvoirs sinistres, cela transperçait ses iris. Et ressentir l’étendue de ce pouvoir lui procurait des frissons sur tout le corps. Ambitieuse, elle souhaitait obtenir tout son savoir, qu’il pût lui transmettre une partie de ses dons grâce à la magie noire qu’il allait introduire en elle.
    Le nécromant la saisit par les bras et baissa lentement les yeux pour plonger son regard d’obsidienne dans l’émeraude d’Isolde. Celle-ci se laissa faire tandis qu’il paraissait scruter les abysses de son âme. Il possédait le pouvoir de lire dans les pensées, Isolde ne tentait pas de dresser de barrières psychiques, de toute façon elle n’en avait pas la capacité face aux aptitudes d’Yqyrin. Elle le laissa lire ses pensées les plus complexes et ses désirs les plus profonds. Peut-être avait-elle tort de le laisser agir de la sorte, de pouvoir pénétrer son esprit et lui laisser les portes ainsi ouvertes. Mais elle était si près de son but, elle le touchait des doigts. Elle n’avait pas envie de gâcher ce moment en cherchant à se dissimuler. Elle voulait tout lui donner en cet instant, peut-être manipulait-il également ses émotions. Elle n’en savait rien, elle ne paraissait plus détenir la capacité de réfléchir. Elle voulait se donner à lui et lui offrir sa vie, en échange de l’immortalité.

    Puis il brisa le lien et ôta ses mains des bras de la reikoise. Cette dernière revenait peu à peu à elle, mais toujours obnubilée par ses pensées et sa conviction.

    « Comment souhaitez-vous mourir Isolde ? Estimez-vous chanceuse, peu de personnes ont la possibilité d’effectuer ce choix. » dit-il alors qu’un rictus mauvais se dessinait sur ses lèvres fines. Une aura malfaisante émanait de cet être, comme une fumée noire et des ombres invisibles et pourtant saisissantes. Quiconque aurait fait marche arrière, refusant d’accorder son destin à un tel individu. Mais pas Isolde. Elle savait que les arcanes obscurs avaient rongé l’esprit et l’âme de l’elfe qui s’étaient adonnés à tant de rituels impies. Il avait pratiqué bon nombre de sacrifices et avait ôté la vie d’innombrables individus. Dans l’unique but de servir ses sinistres desseins.

    Néanmoins, son choix demeurait intact et elle se tourna doucement vers le prince déchu.

    - « Par une lame faite d’ombre. Sieur Draknys, faites la apparaître pour moi. » lui demanda-t-elle, d’une voix douce avec une pointe de résignation. Une étrange lueur se lisait dans le regard de la mage noire.

    Le geste serait symbolique, non seulement elle comptait s’ouvrir les veines avec, mais du fait de sa faiblesse raciale, la lame d’ombre lui infligerait une immense souffrance. Les plus belles choses se forgeaient dans la douleur et l’adversité. Elle avait hâte.


    CENDRES


    Entraînée pour l'éternité dans une valse funeste avec la mort, elle dérive entre deux mondes dans une éternelle danse macabre.

    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Vaenys Draknys
    Vaenys Draknys
    Messages : 243
    crédits : 1483

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2942-vaenys-draknys-le-prince-dechu-le-baron-roi-de-la-pegre-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2986-entretien-avec-un-vosdraak#25931https://www.rp-cendres.com/t2980-l-histoire-du-prince-dechu#25918
  • Jeu 21 Mar - 13:05
     
    Les roses dispersées par la pluie
    Feat. Isolde Malkyn
    Le prince déchu épia le visage de son mentor, qu’il ne connaissait que trop bien. C’était l’une des rares personnes à être véritablement proches de Vaenys suite à la chute de la dynastie Draknys et, l’une des seules personnes à l’avoir aidée durant la capture de la titanide Zeï, à l’orée des pins argentés. Les traits de son délicieux visage à la pâleur inhabituelle s’étirèrent de manière à laisser un léger sourire fleurir sur celui-ci, alors que le visage de son mentor se reflétait dans le noir de ses améthystes. Il écouta chacun des mots prononcés par le puissant nécromancien et, chacun des éloges faits à la maîtresse des mort semblaient être sincères, au plus haut point. De ce que Vaenys sût de son interlocuteur, il était un homme honnête, malgré son lien étroit avec les arcanes occultes. Enfin, c’était bien ce qu’il voulût faire passer en tout cas.

    Isolde, sans plus attendre, faisait les éloges de son interlocuteur, en ce qui concernait la matérialisation des épreuves auxquelles les protagonistes avaient dû faire face. Pour une fois, Vaenys Draknys, le grand prince déchu du Reike, celui qui régnait sur la Pègre d’une main de maître, celui dont les desseins touchaient même les plus lambda, n’était pas le centre de l’intention. Il n’était que spectateur dans la pièce à l’aura macabre que jouaient parfaitement bien Isolde et Yqyrin. Il pouvait, de ses propres yeux, voir les nombreux points communs qu’avaient les nécromanciens. En Isolde, il retrouvait certains traits caractérisant celui qui, autrefois, était son mentor. S’il y avait bien quelque chose que le Vosdraak sût d’Isolde, c’était sa capacité à manier les mots avec délicatesse et sûreté, lui permettant de se lier à bon nombre d’individus. Elle savait qu’en faisant l’éloge de l’elfe, elle s’attirerait sa sympathie et sa grâce. Était-ce simplement l’usage d’un pouvoir de séduction ? Certainement.

    Lorsque l’elfe demandât à Isolde de s’approcher de lui, le prince déchu le savait, il s’apprêtait à lire dans l’esprit de la belle à la chevelure d’ébène. Malheureusement, Vaenys ne savait point quoi faire en cette situation, il ne pouvait lire dans les  pensées d’Isolde. Et cela, c’était bien dommage. Ainsi, il ne faisait que regarder cette scène majestueuse. Après quelque temps, le mage noir rompit son lien avec la nécromancienne. La question que lui posa ensuite le mage laissait Vaenys perplexe, à tel point qu’il haussât légèrement un sourcil. Il le savait, Isolde devait trouver la mort pour revivre en tant qu’éternelle de ce monde, mais, quelque chose au fond de lui, lui disait qu’il ne le voulait point. Pour dire vrai, il ne savait pas ce qui lui donnait cet étrange sentiment qu’il ne ressentît qu’à de très rares occasions. Puis, il lança un regard noir à son ancien mentor, celui-ci se permettant de rire à sa demande.

    Néanmoins, la nécromancienne se tourna vers le prince déchu, laissant ses émeraudes glisser jusqu'à ses améthystes. Vaenys restait de marbre, il ne savait pas vraiment quoi dire et, il n’avait même pas la moindre envie de laisser un sourire se dessiner sur son visage, la lueur des torches venant légèrement le caresser. Il le voyait, elle le sentait hésiter, mais, il exécuterait sa demande. Ainsi, sans quitter Isolde du regard, il laissa sa magie des ombres opérer dans sa main. Une magnifique lame faite entièrement d’ombre, aussi tranchante qu’un fil de rasoir, se matérialisa dans sa paume. Un brouillard obscur entourait cette arme mortelle. Après quelques secondes d’hésitation, il leva la main puis tandis la lame obscure à la nécromancienne. Sans un sourire, il laissa ses lèvres s’entrouvrirent, dans le but de briser ce silence pesant. « Isolde. Quoi qu’il arrive, je vous interdis d’échouer cet affrontement contre la mort. » puis, il laissa ses améthystes glisser en direction du regard d’Yqyrin. « Quant à toi, si tu échoues ton rituel sur Isolde, tu marqueras la fin de ta longue vie. Ton dernier souffle marquera l’effondrement de ton héritage et, ce tertre qui t’est si précieux deviendra ton tombeau. Un lieu dans lequel ton âme sera condamnée à errer pour l’éternité. Et crois-moi, personne ne viendra te libérer, Yqyrin.  » pesta-t-il, à l’encontre de son mentor. Il pouvait voir cela comme un avertissement s’il le souhaitait, ou comme une menace. Mais une chose était certaine, le prince déchu était plus que sérieux. Il était bien plus puissant que l’elfe et cela, il le savait.
    CENDRES
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Isolde Malkyn
    Isolde Malkyn
    Messages : 361
    crédits : 1165

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre Mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2669-isolde-malkyn-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2706-le-grimoire-d-isolde
  • Jeu 21 Mar - 14:48
    Les roses dispersées par la pluie
    Feat Vaenys

    Isolde observait la création du roi de la pègre et la manière dont il la créa. Lorsqu’il la tendit à Isolde, elle la saisit fermement. Elle était déterminée à se blesser mortellement avec. Cette lame marquerait sa fin de vie humaine. Elle la contempla alors, silencieusement. Il s’agissait d’une pièce redoutable pour sa race. Elle sentait les ténèbres grandissantes et la dangerosité de cet objet. Son obscurité était profonde et ajoutait un côté mystérieux à cette arme pourtant simple. Sa surface paraissait absorber toute lumière pour ne garder que la noirceur. Elle était aussi tranchante que le plus fin des aciers, forgée directement par la magie ténébreuse de l’ancien prince du Reike. Son apparence était menaçante mais n’enlevait rien à sa beauté. D’un esthétisme rare, Isolde semblait satisfaite de posséder cette arme mortelle entre ses doigts.

    La mage noire détourna son attention de lame, afin de la reporter sur Vaenys. Ce dernier semblait préoccupé par son sort et cela l’étonna. Puis elle fut de nouveau surprise tandis qu’il menaçait son ancien mentor. Elle plissa légèrement les yeux. Était-ce là une manière de montrer son ascendant ou souhaitait-il réellement marquer Isolde de sa protection ? Difficile à dire, mais elle trouva les menaces déplacées.
    Yqyrin répondit par un rire qui résonna dans cette pièce caverneuse. Puis il se tourna vers l’être à la chevelure argentée.

    « Vaenys… M’as-tu déjà vu échouer ? Tu connais mes aptitudes et c’est bien pour cela que tu as envoyé ta protégée vers moi. Je suis maître en la matière. Crois en mon expérience. » affirma-t-il en laissant s’étirer un rictus mauvais sur ses lèvres.

    La mage se demanda pourquoi Vaenys semblait hésiter. Est-ce qu’il craignait le savoir-faire du nécromant ? Certainement pas. Mais peut-être ses intentions ou le profit qu’il pouvait tirer de cette situation. Un léger doute se faufila sournoisement dans l’esprit de la mage. Ou peut-être était-ce son appréhension qui commençait à s’élever face à sa mort imminente. L’esprit humain était ainsi fait, il devait se poser des questions, douter, analyser. Elle restait silencieuse face à un conflit intérieur et son cœur se mettait à battre beaucoup plus rapidement. Enfin elle sentit les mains de l’elfe de nouveau sur elle. Il plongea dans ses prunelles et elle se sentit peu à peu plus calme, apaisée. Il jouait de son obscure magie sur elle, comme un calmant qui infiltrait insidieusement son esprit. Cela n’était pas normal, une part d’elle en était convaincue. Pourtant, elle n’avait pas la force de lutter. Il fallait le faire. Il fallait achever ce pourquoi elle s’était rendue en ces lieux lugubres. Ce qu’elle était venue chercher ici.

    « Rassurez la Vaenys. » dit le mage, en déposant la jeune femme dans les bras du prince déchu. Isolde se sentit un peu ballottée, ses gestes étaient moins sûrs et son esprit paraissait confus. Elle regarda son vis-à-vis et lui sourit. Elle n’avait pas une confiance aveugle en lui, mais elle savait qu’il ne lui voulait pas de mal. Elle pouvait se laisser guider par ses gestes.

    L’elfe prépara le rituel à l’aide de ses connaissances occultes et sa pratique habituelle. Il disposa les bougies noires sur la table et sur l’autel, qui lui servait d’invocation pour les énergies sombres nécessaires à la réanimation. Il se dirigea vers Isolde afin de lui faire boire le contenu d’une potion à la teinte violacée. « Ceci permettra à votre corps de lutter plus efficacement contre la décomposition. Votre mort ne durera qu’un bref instant. Mais sachez que même si vous serez immortelle, votre enveloppe corporelle restera victime du temps. Simplement, le processus sera extrêmement long. » Elle but le contenu de la fiole sans poser davantage de question, pendant que la suite se préparait. « Et lorsque vous serez prête... » dit-il en désignant la lame d’un signe de tête et en l’invitant de la main à l’utiliser.

    La nécromancienne saisit alors la lame fermement dans sa main gauche, puis elle s’ouvrit profondément l’intérieur du bras droit, puis elle répéta le geste de l’autre main avec le bras gauche. Malgré la douleur insupportable causée par la magie des ombres, Isolde ne criait pas. Ses traits se déformèrent néanmoins par la douleur. Ses plaies offraient une vision brutale et tragique du geste qu’elle venait d’accomplir. Elles étaient profondes et béantes, le liquide en coulait en perles carmin, elles glissaient sur sa peau et venaient s’échouer au sol. Le mage vint en récupérer à l’aide d’un petit réceptacle, afin de déposer les gouttes de sang sur les bougies noires de l’autel. Un sacrifice pour le rituel. La douleur était lancinante, la peau de porcelaine de la mage était rougie et enflée, sa peau était déchirée avec une cruauté impitoyable. Sa chair était marquée d’une entaille profonde qui ne se refermerait jamais, causée par la lame ténébreuse. Des cicatrices de plus sur cette peau pâle déjà constellée de marques. Sa vitalité tombait au sol, signe qui démontrait que les battements de son cœur allaient bientôt s’arrêter. Les plaies étaient palpitantes et agissaient comme une brûlure, mais bientôt, elle ne serait plus en mesure de ressentir cette douleur.

    CENDRES


    Entraînée pour l'éternité dans une valse funeste avec la mort, elle dérive entre deux mondes dans une éternelle danse macabre.

    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Vaenys Draknys
    Vaenys Draknys
    Messages : 243
    crédits : 1483

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2942-vaenys-draknys-le-prince-dechu-le-baron-roi-de-la-pegre-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2986-entretien-avec-un-vosdraak#25931https://www.rp-cendres.com/t2980-l-histoire-du-prince-dechu#25918
  • Jeu 21 Mar - 15:38
     
    Les roses dispersées par la pluie
    Feat. Isolde Malkyn
    Non, Vaenys n’avait jamais vu son ancien mentor échouer dans les quêtes qu’il entreprît, jamais. Cependant, cette fois-ci, cela affectait directement une personne pour qui le prince déchu éprouvait une certaine affection. Était-elle forte ou non ? Pour être tout à fait honnête, lui-même ne le savait pas. Une seule chose restait certaine, il ne voulait pas voir Isolde mourir, non. Mais, c’était son choix et cela, il le respecterait, bien entendu. En réponse aux paroles de l’elfe, Vaenys ne fit rien, pas même un simple sourire ne naquit sur son doux visage, rien. Seul l’éclairage ambiant mettre en avant les traits de son visage, dévoilant une expression inhabituelle chez lui. Enfin, en l’instant, il n’avait aucun pouvoir. Peut-être était-ce cela qui le dérangeait le plus ? Lui seul le savait.

    Par la suite, le mage noir commença à se faufiler dans l’esprit de la nécromancienne. Il semblait peu à peu la calmer et, c’était peut-être mieux ainsi. Sans plus attendre, il déposa la délicate Isolde dans les bras du Vosdraak. C’était peut-être bien la première qu’il eût une femme dans les bras, de la sorte. Ses améthystes se baladaient sur l’entièreté du corps de la femme à la chevelure d’ébène. Il l’observait, il épiait son visage, les moindres traits qu’elle pût étirer sur son visage. Il cherchait à déceler un éventuel regret sur le visage d’Isolde, mais rien, elle paraissait déterminée à mourir, à perdre la vie. Vaenys vint sans plus attendre briser la barrière érigée par ses fines lèvres, laissant sa douce voix s’échapper, tandis que ses prunelles d’améthystes glissèrent dans les magnifiques émeraudes d’Isolde. « Je ne suis pas doué pour rassurer quiconque, hélas. Cependant, Isolde, si vous ne faites nullement confiance en ce mage, ayez confiance en moi, s’il vous plaît. Quand tout ça sera fini et que vous reviendrez d’entre les morts, et j’en suis persuadé, vous reviendrez, nous irons vous trouver un endroit agréable où vous pourrez vivre pour l’éternité, sans qui que ce soit pour vous importuner. Je vous y aiderai, vous en avez ma parole. » déclara-t-il, d’une voix légère et douce, tout en effleurant du bout des doigts, le visage de porcelaine de la belle à la chevelure d’ébène.

    Alors que la nécromancienne se trouvât encore dans les bras du prince déchu, Yqyrin s’approcha de cette dernière pour lui faire boire l’une de ses potions. Le Vosdraak n’était absolument pas concentré sur les paroles, préférant observer une dernière fois l’humaine se trouvant dans ses bras, avant qu’elle ne devînt une liche. Puis, après un petit discours, l’elfe tandis la lame noire à la maîtresse des morts, lui indiquant que le moment était enfin venu, celui de mettre fin à ses jours, celui de se suicider. « Il est temps, Isolde. Voici venu pour vous le point de non-retour. Si vous le faites, il n’y aura pas de retour en arrière possible. Mais, je vous fais entièrement confiance, soyez-en certaine. » Vaenys prit une grande inspiration, avant de laisser son souffle chaud envahir le cou de la nécromancienne, puis, elle fit l’action marquant le point de non retour. Elle était une femme forte, pas un son ne s’échappait d’entre ses lèvres, alors qu’elle appliquât sur sa douce peau, une lame faite de la faiblesse naturelle de ce qui, en l’instant, était sa race, les ténèbres. Et pourtant, bientôt, ils deviendraient son élément. Les sillons carmins se dessinaient sur la peau de la nécromancienne, deux cicatrices supplémentaires, dont la magnifique lueur se reflétait dans les améthystes du prince déchu, venant mélanger violets et rouges.

    La vie quittant doucement le corps de celle qu’il appréciât tant, Vaenys porta son front contre celui de la nécromancienne, commençant à perdre en chaleur alors que son essence vitale continuât de s’échapper de son corps. « Sois forte, Isolde. » déclara-t-il, lentement. C’était là les derniers mots qu’Isolde entendît, avant de venir cueillir la mort. Les améthystes devenant scintillantes et humides du Vosdraak glissèrent jusqu’aux prunelles de son mentor. Il lui indiquait, d’un geste de la main, de venir déposer Isolde sur la table, au cœur de ce brasier infernal créé par les bougies de ce dernier. Alors, délicatement et sans le moindre sourire, Vaenys s’exécuta. Une faible larme s’échappait de son améthyste droite, coulant tendrement le long de son visage, dessinant un sillon réfléchissant le brasier intense, venant finir sa course à côté de la prunelle droite de la nécromancienne. Peut-être l’avait-elle senti ? Il l’espérait vivement en tout cas.

    Isolde, les bras ensanglantés, se trouvait au cœur de cette table, allongée et sans vie, prête à renaître dans quelques instants. Doucement, le prince déchu pivota en direction de son ancien mentor, le regard aussi noir que la nuit, alors que de nouveaux mots s’échappèrent d’entre ses lèvres. « Ne tente rien de stupide, Yqyrin. » déclara-t-il, s’éloignant petit à petit de la table. « Je vais regarder de loin. Préviens-moi quand le rituel sera fini. » ajouta-t-il, avant de disparaître dans les ténèbres. Il avait une foi inébranlable en Yqyrin, malgré ses précédentes menaces. Cependant, le mage noir pouvait avoir subi des transformations psychologiques durant ces quelques années à vivre seul. Peut-être n’était-il plus l’homme qu’il eût connu. Ainsi, les prunelles améthystes du Vosdraak étaient rivées sur le cadavre de la nécromancienne. La dernière fois qu'il la voyait comme une humaine et non comme une non-vivante. Cependant, un léger sourire se dessina naturellement sur son visage. Mais, pourquoi ?
    CENDRES
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Isolde Malkyn
    Isolde Malkyn
    Messages : 361
    crédits : 1165

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre Mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2669-isolde-malkyn-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2706-le-grimoire-d-isolde
  • Jeu 21 Mar - 18:24
    Les roses dispersées par la pluie
    Feat Vaenys

    Isolde observa ses bras quelques instants, le rouge profond offrant un contraste saisissant sur sa peau de nacre. Elle appréciait tant cette couleur et ce goût, elle passa délicatement son doigt sur l’extérieur de la plaie. Puis elle le porta à sa bouche. Goûter ce sang humain, son sang. Une dernière fois. Ses lèvres prirent une teinte carmin, elles brillaient sous la lueur des bougies. Tout comme ses émeraudes qui scrutèrent un instant le prince déchu.
    Divers sentiments envahissaient l’esprit de la jeune femme au teint pâle. La douleur se dissipait peu à peu, tandis que les gouttes vermillon continuaient de s’échouer sur les dalles vieillies du tertre. Elle se sentait soulagée, même si l’appréhension creusait quelque peu son cœur. La peur de l’inconnu et de ce bouleversement tragique qui allait s’opérer. Elle ne serait plus jamais la même, son humanité perdue à jamais. Peut-être aurait-elle voulu crier, pleurer, exprimer d’une manière ou d’une autre sa souffrance et les tourments de cette situation macabre. Elle n’entendait plus rien autour d’elle, seulement le bruit sinistre des gouttes de sang qui tombaient sur les dalles froides. Ce moment était glacial, elle ne ressentait plus rien dans son cœur. Elle ne percevait plus les sons, ni les couleurs. Les paroles de Vaenys n’arrivèrent pas jusqu’à elle. Et ses gestes ne lui procuraient aucun ressenti. Était-ce là la fin ? Ce vide, ce néant profond. Où tous les sens étaient endormis, pour n’offrir qu’un aspect pâle d’une scène triste et morne.  

    Puis le silence total, le noir. Elle n’était plus consciente. Isolde était morte. Son corps sans vie fut porté sur la table tandis que le mage achevait les préparatifs. Il devait se dépêcher pour la ramener en liche. Il invoqua une énergie obscure pour canaliser sa puissance et concentrer son mana sur le corps inerte de la brune aux bras ensanglantés.
    L’ambiance inquiétante et funeste s’installait dans cette pièce, dans laquelle seuls les murmures presque inaudibles du nécromant brisaient le silence. Il mutila le cadavre de l’ancienne étudiante, en gravant des symboles occultes sur le haut de sa poitrine. Une sensation glaciale envahit la pièce tandis que des brumes ténébreuses émanaient de l’elfe. Ses prunelles noires se teintèrent d’une lueur des plus sinistres alors qu’il poursuivait ses incantations. Des formules sombres et incompréhensibles pour les non initiés, des mots chargés de malédiction. Il pouvait bien invoquer les forces qu’il voulait, décrire ce qu’il souhaitait, personne ne pouvait le comprendre ou l’arrêter dans ces sinistres desseins.
    L’horreur de la scène possédait une part d’infinie poésie macabre, où l’âme perdurait dans ce corps et allait être ramenée. Isolde flottait entre deux mondes, prise au piège d’un destin tragique, bercée entre la vie et la mort. Aucun des deux mondes ne l’accueillait véritablement, une errance éternelle sur une terre pas assez vaste. L’âme de la nécromancienne ne serait plus jamais la même, corrompue par les forces obscures invoquées durant ce rituel impie. Des cris d’agonie peupleront des nuits longues et sans sommeil, où des visions cauchemardesques la hanteraient depuis l’au-delà. Depuis l’abîme de désolation qui l’appelait, pour la ramener là où elle devait reposer.  

    Yqyrin arrêta ses murmures, les brumes noires se dissipèrent peu à peu. L’air se chargea d’une atmosphère lourde. Et la belle endormie ouvra ses paupières. Le teint de sa peau était devenu plus livide, des cernes se creusaient sous ses yeux, ses iris n’offraient plus la même lueur qu’auparavant. Elle ressemblait toujours à Isolde, mais le changement restait flagrant. Comme si une entité avait pris possession de l’ancienne étudiante. Elle n’arrivait pas à bouger pour le moment, ses pensées peinaient à s’ordonner et son esprit se mettre en mouvement.

    « Lève-toi. » Ordonna le nécromant. Et Isolde s’exécuta, portée par une force qui ne semblait pas émaner d’elle. La sensation était curieuse. Elle n’était restée morte que quelques minutes mais cela lui avait semblé être une éternité. Elle ne se rappelait plus de ses derniers instants avant de mourir. Tout semblait terriblement confus et embrumé. « Vois comme tu es devenue, une créature à la hauteur de ton talent et de tes ambitions. » Un rire mauvais ponctua sa phrase. Isolde ne se posa aucune question, elle acquiesça les propos de son maître.

    Yqyrin avait usé d’une forme de magie ancienne et terriblement dangereuse lorsqu'il avait transformé la jeune femme en liche. Un transfert interdit et horrible où il confia une part de lui-même à l’essence de la brune à la chevelure d’ébène. Ainsi, cela lui conférait une forme de contrôle sur la liche. Elle demeurait sa création, sa chose. Évidemment, il s’était bien gardé de révéler cette information. Et la mage ne saisissait pour l’instant pas le stratagème, n’ayant pas les idées claires, ni le recul suffisant sur sa nouvelle situation. Elle n’était pas qu’un pantin ambulant, elle gardait évidemment sa conscience et son intelligence. Seulement, l’elfe pouvait disposer d’un contrôle mental sur elle et la forcer à obéir à certains ordres, même à distance. Vu qu’une part de lui-même s’était transférée en elle lors du rituel. Une expérience qui s’ajoutait au tableau du nécromant, dont il semblait incroyablement fier.

    « Vous pouvez rester ici Isolde, à mes côtés. Vous disposez de tout ce qu’il vous faut pour vos expériences. Vous serez mon élève et je vous livrerai des secrets que vous n’imaginez même pas. »

    L’idée lui parut soudainement très plaisante et merveilleuse. Elle s’apprêtait à répondre mais elle n’arrivait toujours pas à communiquer. Elle se contenta donc de hocher la tête devant son maître.


    CENDRES


    Entraînée pour l'éternité dans une valse funeste avec la mort, elle dérive entre deux mondes dans une éternelle danse macabre.

    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Vaenys Draknys
    Vaenys Draknys
    Messages : 243
    crédits : 1483

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2942-vaenys-draknys-le-prince-dechu-le-baron-roi-de-la-pegre-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2986-entretien-avec-un-vosdraak#25931https://www.rp-cendres.com/t2980-l-histoire-du-prince-dechu#25918
  • Jeu 21 Mar - 19:55
     
    Les roses dispersées par la pluie
    Feat. Isolde Malkyn
    Vaenys, de ses magnifiques améthystes, observait la scène se déroulant devant ses propres yeux avec une certaine admiration. L’ambiance était au sommet de ce qui se faisait de plus macabre, tandis qu’un froid glacial envahissait la pièce. Une admiration envers sa chef de Cellule, Isolde, qui aujourd’hui, bravait la mort pour renaître en tant que non-vivante, en tant que liche. Un être possédant une éthique encore plus limitée que celle du Vosdraak. Les murmures prononcés par son ancien mentor lui étaient complètement imperceptibles, il ne comprenait rien, même en se concentrant sur ses paroles. Ceux-ci ne ressemblaient en rien à la langue elfique, non, ils étaient bien plus inaudibles que cette dernière. Certainement un langage que très peu de personnes connaissaient, une langue réservée à ceux manipulant cet arcane sombre que l’on nommât : la nécromancie. Le léger sourire, plus tôt dessiné sur le visage de Vaenys, disparût aussitôt le rituel terminé.

    Alors que la nécromancienne vînt tout juste d’ouvrir les yeux, Yqyrin fit un signe de la main au prince déchu pour lui indiquer de venir jusqu’à lui. Ainsi, d’un pas tout aussi léger que l’ombre entourant le mage noir elfique, Vaenys s’approcha, sans émettre le moindre son. Puis, cette voix diabolique prononça ces quelques mots, à l’encontre de celui que l’on nommât : Le Baron. « Observe, mon disciple. Observe le pouvoir que j’aurais pu t’offrir. » déclara-t-il, tout en esquissant un large sourire malsain sur son visage. Sans plus attendre, il prononça un simple ordre et, la nouvelle liche s’exécuta sans broncher, instantanément, comme si elle n’eût pas d’autre choix. « Tu vois, le pouvoir de faire revivre les morts. Jamais tu ne le connaîtras. » ajouta-t-il, gardant ce sourire perfide sur les lèvres.

    Vaenys pivota légèrement sa tête, de manière à pouvoir ancrer ses prunelles améthystes sur les douces prunelles de la liche. Si une chose n’avait pas changé chez elle, c’était bien ce délicieux regard envoûtant, qui savait faire sourire le prince déchu. Durant un long moment, il prit le temps d’observer celle qu’il avait accompagnée durant ce long périple. Les runes étranges apparaissaient encore au-dessus de sa poitrine. Le reste de son corps était, lui aussi, mutilé et, elle gardait précieusement les traces de son suicide. Deux magnifiques cicatrices ancrées dans sa peau pour l’éternité. Elles étaient la trace de sa bravoure et de son courage. Isolde était enfin devenue celle qu’elle désirait tant être, elle avait enfin acquis l’immortalité qu’elle convoitait tant. Le Vosdraak ne pouvait qu’être ravi pour elle et, c’était bel et bien le cas. Seulement, les mots suivants ne semblaient pas le faire sourire. Yqyrin fit une proposition à la nouvelle liche, une proposition semblant tout à fait déplaire au Baron. Aucune réponse ne sortit d’entre les délicates lèvres de la liche. Ainsi, le Vosdraak pivota légèrement sa tête et, de ses prunelles améthystes, il regarda son ancien mentor avec un regard noir. Pas la moindre expression se lisait sur son si beau visage, si ce n’était une simple touche de mépris à l’égard de l’elfe. Ses fines lèvres s’entrouvrirent pour laisser le loisir à Yqyrin d’entendre sa réponse.

    « Il est hors de question que cette femme devienne ta disciple, Yqyrin. Je ne l’ai pas amené ici pour la perdre aussitôt. Et puis, elle s’épanouira beaucoup plus dans les souterrains de la ville de Kyouji plutôt que dans ce tertre, tu ne crois pas ? Bien sûr, tu es toujours le bienvenu chez moi, mon cher mentor, tu le sais. » rétorqua-t-il, avant de doucement, faire glisser ses magnifiques prunelles dans celles de la liche. « N’acceptez pas sa proposition, Isolde. Revenez avec moi à Kyouji. C’est là-bas qu’est votre place. » déclara-t-il, laissant un léger sourire à peine perceptible naître sur son visage. Il ne voulait véritablement pas laisser la liche en cet endroit, si sinistre. Il ne se résoudrait pas à la laisser ici, même s’il devait abattre son ancien mentor de sang-froid.
    CENDRES
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Isolde Malkyn
    Isolde Malkyn
    Messages : 361
    crédits : 1165

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre Mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2669-isolde-malkyn-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2706-le-grimoire-d-isolde
  • Sam 23 Mar - 16:57
    Les roses dispersées par la pluie
    Feat Vaenys

    Isolde écoutait sans discerner totalement le sens des paroles qu’elle entendait . Tout restait confus et embrouillé dans son esprit. Son maître lui avait demandé de rester à ses côtés et elle trouvait cela tout naturel. Elle ne se doutait pas de l’emprise qu’il exerçait sur elle. Le nécromant s’était joué d’elle. Elle accusait le coup de la transformation pour le moment, restant étrangère aux artifices de l’elfe. Lorsque Vaenys prit la parole, elle l’écouta d’un air absent. Il n’était pas d’accord avec son ancien mentor et il affirmait vouloir la ramener à Kyouji. La ville de sa naissance, ses souvenirs étaient toujours présent, ils revenaient à grande vitesse et lui laissaient une affreuse douleur dans le crâne. La liche se sentait piégée dans un tourbillon chaotique dans lequel ses souvenirs et ses pensées s’entremêlaient.

    Elle se laissa entraîner par le pince déchu, les rires du nécromant peuplèrent le tertre alors qu’ils s’en allaient. L’elfe acceptait de la laisser partir, car même si la puissance de son contrôle mental n’était pas la même si elle n’était pas proche de lui. Cela allait tout de même l’impacter, vu l’essence qu’il avait introduit en elle. Il avait activé une sortie secrète, telle qu’Isolde l’avait suggéré au début de leur sinistre aventure. Les mots de pouvoir et l’énergie sombre du nécromancien parvinrent à desceller l’ouverture.

    De nouveau à l’extérieur, la mage fut surprise de ressentir le vent parcourir sa peau, mais pas de frissons. Le froid ne la cueillait plus, elle en ignorait la sensation. L’air ne remplissait également plus ses poumons comme avant. Ses sens changeaient drastiquement ainsi que ses fonctions vitales. Ses organes n’étaient pas morts, mais ils fonctionnaient au ralenti. Elle pouvait toujours saigner, néanmoins les battements de son cœur étaient rares et faibles. Sa conscience refaisait surface, plus elle s’éloignait du tertre d’Yqyrin. Elle percevait le monde qui l’entourait d’une manière différente. La puissance obscure qui la maintenait en vie était déroutante. Et dans un même temps, la liche sentait l’étendue des nouveaux pouvoirs qui dansaient en elle.
    La brune au teint pâle s’arrêta, une sensation étrange l’envahit. Elle tenta de l’exprimer, en se tournant vers le vosdraak.

    - « La sensation... » commença-t-elle, avant de porter sa main à sa gorge. Elle semblait asséchée, sans jamais avoir la possibilité d’étancher sa soif. Sa voix résonnait différemment, plus basse, plus ténébreuse, comme enveloppée par les voiles de la Mort. « La sensation est étrange. J’ai l’impression de marcher dans un corps, en ayant les pensées d’une autre personne dans ma tête. Pourtant, je suis consciente qu’il s’agit de mes souvenirs... » Ses paroles, aussi confuses que ses idées sortirent de sa bouche et elle ne reconnut pas le son de sa propre voix.

    Une expérience fondamentalement troublante pour la mage noire, cette aventure l’avait changée à jamais. Elle devait à présent fouler la terre désolée de Shouméi et retrouver le sol poussiéreux du Reike. Néanmoins, elle se sentait comme appelée par Yqyrin, ce qui laissa une impression étrange. Comme un vide qui se creusait dans sa poitrine. Des pensées intrusives naquirent dans son esprit. Elle porta les mains à sa tête, cela allait la rendre folle si elles ne se calmaient pas.

    CENDRES


    Entraînée pour l'éternité dans une valse funeste avec la mort, elle dérive entre deux mondes dans une éternelle danse macabre.

    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum