DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Alasker

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Liberté encrée dans la peau - feat. Ersa InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    La justice frappe les injustes
    Derniers sujets
    [PA] - Un coup que MAGIC ne verra pas venirAujourd'hui à 22:57Capitaine Saumâtre
    Tout feu tout flamme [Kassandra]Aujourd'hui à 22:46Zéphyr Zoldyck
    [Flash-event] Le Bal du Reflet des ÂmesAujourd'hui à 22:38Brak'Trarg
    Achats de pouvoir - ZéphyrAujourd'hui à 20:27Zéphyr Zoldyck
    Les Flammes de l'Aurore | LéonoraAujourd'hui à 16:56Arès Wessex
    L'air du Vent | Feat ZéphyrAujourd'hui à 16:12Zéphyr Zoldyck
    Venez me corrompre, ou pas !Aujourd'hui à 16:00Advorix Eqqegni
    La Traque SauvageAujourd'hui à 14:39Orion Yamveil
    C'est ici le comptoir aquarien ? Aujourd'hui à 13:51Jovnos Atnoth
    [PA] Les Gorges d'Ildrekyhr.Aujourd'hui à 12:38Kieran Ryven
    2 participants
    Aller en bas
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Aylan Kaviani
    Aylan Kaviani
    Messages : 27
    crédits : 313

    Info personnage
    Race: Élémentaire de vapeur
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3338-aylan-kaviani-dit-le-feu-termine
  • Sam 24 Fév - 13:48
    Aux abords d’une ruelle qui se profilait sur plusieurs mètres, un atelier bien particulier se trouvait ouvert. Rien qu’en approchant du lieu, une chaleur humide s’en dégageait. Par moments, on en voyait presque des volutes de vapeur s’échapper de la grande ouverture, permettant de voir un artiste particulier s'adonner à son travail.
    Les TOCR étaient tous des hommes et femmes du Reike ayant obtenu le droit d’apposer la nationalité reikoise, et même de la retirer si besoin, sous réserve des conditions requises rencontrées. Mais la personne qui occupait ce service, s’occupait de bien plus de choses.

    Dans la boutique d’Aylan, les arabesques de la condensation ambiante émanaient de sa personne. En plein mois de novembre, se chauffer résumait à user de bois ou d’un autre moyen comme source de chaleur, mais la particularité de l'élémentaire résidait dans son sang : sa lignée plus proche du côté feu, rendait sa magie utile dans des moments de froids légers. Cependant, il ne cherchait pas ce but premier dans son art élémentaire. Il s’attelait à fabriquer son encre magique, utile pour refaire les tatouages imprégnés. Le processus demandait une dose de concentration, et de mana de l’utilisateur. De plus, il ajoutait un petit pigment naturel pour donner une couleur spécifique à chaque fois. D’une certaine manière, cela justifiait aussi les prix des tatouages, non-officiels surtout, qu’il effectuait sur demande ou par créneau. Par chance, sa journée était courte.
    N'ayant officié qu’en début de matinée, il s’était alloué l’après-midi à seulement prendre des rendez-vous, esquisser quelques idées nouvelles, et pouvoir rester disponible si ses agents venaient à l’informer directement sur son lieu de travail. Ils ne délivraient rien, mais simplement à se montrer signifiait qu’à son retour chez lui, il devra revêtir un autre rôle.

    Le début de cette seconde moitié de journée s’annonçait calme. Quelques passants saluaient le tatoueur, d’autres discutaient un peu de business, quelques places pour des jours à effectuer un tatouage furent réservées, et même quelques connaissances nobles vinrent à son encontre pour lui rendre des… Respects ? Ils venaient sûrement par envie, connaissant l’histoire tragique de sa lignée, surtout après ce qui s’était passée. À ceux-ci, il leur souriait comme simple retour de politesse, mais au fond, la mélancolie serrait son étreinte insidieuse. Quand ils passèrent hors de son champ de vision, sa jovialité disparaissait, avant de repenser au doux sourire de sa femme. Une époque plus radieuse, et prometteuse.
    Puis, des paroles venant de la porte ouverte se manifestèrent. Relevant la tête dans la direction sonore, il observa une jeune femme rousse, une allure plutôt combattante, une posture assurée. Elle réitéra son identité, avant d’expliquer que son idée requiert une dose de discrétion.
    Certains mots n’étaient pas à employer face à un homme tel que le Kaviani. Par sa position de TOCR, mais surtout de celle du Feu — qu’il espérait que cette femme ne soit pas une énième espionne débutante — il ne pouvait cacher le froncement de ses traits aux mots énoncés. Se levant aussitôt pour jeter un coup d'œil à l’extérieur, il ferma la porte avec douceur, ainsi que la grande ouverture visuelle. Se dirigeant sans peine avec sa nyctalopie, il chercha la lampe à huile centrale, et l’alluma pour éclairer la pièce d’une lueur jaune-orange blafarde. Toujours debout, il tourna juste son regard vers les deux yeux brillants de la présence féminine. Des yeux semblables d'une prédatrice… Son ton habituel s’était durci. Ce n’était pas de la colère ou de la frustration qu’il éprouvait. Il prenait plutôt au sérieux la situation qu’il s’apprêtait à se confronter. Il était un tatoueur, certes, mais récolter des informations pendant ses nombreuses sessions lui avait permis d’éviter bien des problèmes à la nation.

    “Je sens que vous ne me dites pas tout. Mais je sens aussi la sincérité dans vos paroles. Je vais être clair : je risque ma place. Or, je ne peux pas faire semblant d’ignorer votre cas. Si vous souhaitez en dire plus, parlez. Sinon, asseyez vous, et nous pourrons commencer.”

    Machinalement, il s’était déjà installé sur son siège personnel, quelque chose fait en cuir de couleur lie-de-vin, qui se retrouvait plus sombre dans cette lumière faible. Son dos épousait bien le dossier, sa main ainsi que son bras, se tenait sur la table où se disposait de nombreuses encres. L'autre était libre, prêt à saisir l’outil de son art… Ou réagir à une confrontation surprise. Mais pour l’heure, il ne sentait pas l’intention agressive de l’inconnue.

    Pour le contexte:


    Aylan parle en #b6c9d2, *pense en #b6c9d2*

    Demeure des Kaviani:
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Ersa Vatt'Ghern
    Ersa Vatt'Ghern
    Messages : 425
    crédits : 1104

    Info personnage
    Race: Lycanthrope
    Vocation: Guerrier Assassin
    Alignement: Neutre Bon
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t593-ersa-la-semi-louve-terminehttps://www.rp-cendres.com/t1423-chronologie-d-ersa#11375
  • Dim 25 Fév - 23:47
    image rp

    C’était presque une journée comme les autres, une journée ou l’efle qui avait partagé un bout de sa vie l'évitait totalement. Relation tuée par le quotidien compliqué d’une naine a deux personnalités opposées. Sa journée de repos où elle n’avait rien, ni rien à faire. 

    Ersa avait quand même fait un tour d’un des secteurs de Luxuriance. Celui qu’elle ne quittait jamais vraiment. C’était le regard perdu sur les gnolls qui étaient en pleine partie de chasse. Son esprit vagabondait encore et toujours. Elle se mit à fredonner cet air qui la suivait depuis un certain temps maintenant. Son premier souvenir remontait à la réunification des deux âmes, mais est ce que c’était vraiment la première fois. 

    - Hé, la naine, arrête de rêvasser, on va se balader.

    Elle frissonna à ce surnom, ce que personne n’oserait dire à part elle. Nora, celle qui faisait exactement la même taille qu’elle. La naine aux yeux émeraude se tourna pour apercevoir sa “sœur” arrivée, toujours dans une tenue plus féminine qu’Ersa, elle avait l’habitude maintenant. Quand Ersa arborait un pantalon simple et une tunique fermé, Nora optait toujours pour le penchant plus moulant, gardait le col de sa tunique ouvert pour en dévoiler un peu plus aux yeux des passants, montrait qu’elle n’était pas qu’une naine, qu’une chasseuse, aussi une femme. 

    - Je te sors d’ici, j’ai trouvé exactement ce qu’il te faut pour te changer les idées. On sort en ville.

    Le sourire qui ornait son visage pouvait faire peur à sa jumelle. Nora était tellement contente d’elle qu’Ersa s’attendait presque à tomber dans une des énièmes blagues qu’elle lui préparait, mais quelque chose dans ses yeux lui intimait que c’était réellement une surprise. La naine quitta l’appui de sa barrière en soupirant, et se laissa guider jusqu’à la surface. 

    Le soleil inondait les rues, réchauffait sa peau. La journée était déjà bien entamée et les rues étaient toujours pleines de vie. Ersa soupira.

    - J’espère que cela en vaut la peine, rien que de penser à toute cette foule qui ne fera pas attention à nous. 

    - C’est pour ça que le plus simple, c’est le cheval.

    Nora lui désigna leur jument qui attendait en bas des marches. C’était étrange que la louve se donne autant de mal pour organiser quelque chose, sans vraiment l’attendre, Nora dévala l’escalier. Un détail sauta aux yeux de la naine, ce fut à dessin qu’elle avait accroché à sa ceinture. Nora ne dessinait jamais, elle avait essayé une ou deux fois, mais elle n’avait pas trouvé le sujet qui lui donnait assez de patience. Plus le moment passait, plus les détails étaient étonnants. Enfin, elle se laissa guider à travers les rues de la ville, rythmée par les pas de sa monture pour se retrouver assez vite devant la devanture d’une boutique qui ne disait rien à Ersa. 

    Elles descendirent de la selle pour se retrouver devant la devanture du tatoueur. Ersa commençait à comprendre, et quand elle vit l’artiste en train de travailler elle compris encore un peu plus.

    - Un tatoueur ?

    - Oui, il est temps de passer à autre chose de recouvrir ce que l’on traine inutilement dans le bas de notre dos. Et puis vu que cela reste un tatouage officiel, nous voici devant un T.O.C.R.

    - Tu l’as choisi juste par professionnalisme ?

    - On va dire ça, mais ce sera toujours mieux que celui qui nous hurlait dessus il y a trois ans pour nous le faire, ou ce vieux qui te l’as désactivé en début d’année en profitant du moment pour te peloter les miches.

    Nora gloussa, pendant qu’Ersa frissonnait au souvenir de ce vieux pervers aux mains baladeuses, profitant du fait qu’elle soit escorter pour la désactivation de son tatouage, comme une vulgaire prisonnière. Nora tendit la main dans sa direction, pour qu’elle ne fasse plus qu’un à nouveau.

    Ersa se sentit réintégré son corps, sentait à nouveau l’esprit de Nora effleurait le sien. Le plus dérangeant était la sensation du soleil léchant sa peau sur la naissance de ses formes. Elle voulut refermer ce col, mais la volonté de la louve l’en empêcha.

    ( Laisse-moi faire)

    La naine se mit à avancer entrant dans la boutique. Cette fois Nora ne jouait pas, sa démarche restait fluide, féline, mais pas ondulante comme quand elle voulait aguicher son monde, elle était là surtout pour Ersa. Elle s’arrêta quand il lui demanda de se présenter.

    - No… Ersa Vatt’Ghern, Chasseuse pour le RSAF. J’aimerais faire recou… Enfin, ça a un rapport avec un tatouage officiel.

    L’homme se leva de son fauteuil pour plonger la boutique dans le noir. Nora ne put s'empêcher de le détailler dans cette noirceur. Leur différence de taille, comme à chaque fois qu’elle rencontrait quelqu’un, mais aussi détailler un peu le physique de l’homme qui exhibait son torse derrière ce tablier de cuir. Puis elle détourna les yeux quand son esprit lui mit en évidence qu’il se déplaçait aussi bien qu’elle malgré l’absence de lumière. Il avait peut-être remarqué son regard bicolore.

    La lumière revint et elle cligna des yeux par habitude, la lueur orangé restait juste suffisante pour des yeux normaux, parfaite pour les yeux de la chasseuse. La lueur se reflétait sur son iris vert, mais rehaussait le doré de l’autre œil. Une de ses mains se déplaça sur la tubulure qui pendait contre ses fesses. Le doute d’Ersa face à cet homme troublait légèrement la louve.

    - Non, normalement il n’y à pas de risque. Je…

    Elle soupira.

    - Le comment ne vous interessera pas, mais je faisais partie des gardiens du Berceau. J’ai changé d’affectation, et on n’a désactivé mon tatouage d’affectation. Bien que j’ai quelque doute sur le professionnalisme de celui qui l'a fait. Enfin, bref, je voulais le faire recouvrir et je préfère venir voir quelqu’un qui touche au sujet pour ne pas avoir d’ennui, mais je ne sais pas si cela est très légal. Pour que vous soyez sûr.

    Elle s’approcha de la table, de lui lentement. Sans vraiment prendre de précaution, elle leva sa tunique pour exhiber son ventre, même si le but n’était pas de lui montrer sa peau, mais le tatouage de citoyenneté qui contrastait sur les muscles de la chasseuse.

    - SI vous voulez vérifier que celui-ci est en ordre.

    Elle le laissa faire si il avait besoin avant de s'asseoir sur le siège, lui tournant le dos. Elle ôta sa tunique complétement, Nora se moquait de la nudité, mais Ersa ne savait plus où se mettre. La louve lui dévoilait le fameux tatouage du Dragon du berceau qui ornait le bas de son dos, dans la cambrure de ses reins, il pourrait aussi voir la pâleur de sa peau et son épaule brulée.

    ( Vraiment ?! Obligé de se mettre à poil ? Tu ne veux pas lui sauter dessus tout de suite aussi ?

    - Tu crois que je ne pense qu’à ça ou à quoi ? Je suis là, car sinon le tatouage ne sert à rien. Après, si c'est une autorisation. Et puis laisse moi gérer.)

    Elle garda les bras croisés sur la poitrine, plaquant le tissu sur sa peau pour dissimuler ses formes. Elle s’allongea devant lui avant que ses mains ne rejoignent la tubulure. Elle sortit deux feuilles qu’elle déplia devant elle pour s’assurer de ce qu’elle allait dire. Ersa resta muette intérieurement. Ces dessins ne lui disaient rien, c’était fait avec sa patte, mais ce n’est pas elle qui les avait réalisés. Elle lui tendit le premier, représentant une espèce d’hydre à trois têtes dans un cercle des couleurs particulières.

    - Est ce que j’ai le droit de l’enlever si je n’en fait plus partie, qu’il n’est plus magique ? Et est ce que vous pouvez le recouvrir par celui-là ? 

    Tatouage de recouvrement:

    (C’est toi qui l’as dessiné ?

    - Non, c’est une des gnolls du parc. Bah oui. On rêve souvent de cette hydre et je trouvais que ça rendait pas mal comme ça.

    - Il est génial.

    - Attends la suite)

    La naine déroula le deuxième dessin. Et si Ersa avait pu, elle aurait lâché une larme. Un symbole d’un soleil entourant une lune dégoulinant et une patte de loup. Cela les représentait, lié par cette lune sanglante, par leur condition de lycan et par ce cycle jour/nuit de leur malédiction.

    - Est ce qu’il y a la possibilité de laisser la place sur le haut de mon dos pour celui-là, de ne faire que la pâte de loup. J’aurais quelque chose de vraiment particulier à faire à ce moment.

    Tatouage de la lune sanglante:

    Elle reposa la tête sur ses bras croisés, son regard tourné vers le tatoueur, se disant qu’elle pourrait le regarder travailler sur elle pour occuper son esprit. Où au moins le regarder pendant la discussion.




    Ersa

    Nora
    Description Ersa:
    Descriptif Nora:
    Visuel Ersa:
    Visuel Nora:
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Aylan Kaviani
    Aylan Kaviani
    Messages : 27
    crédits : 313

    Info personnage
    Race: Élémentaire de vapeur
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3338-aylan-kaviani-dit-le-feu-termine
  • Mar 27 Fév - 14:21
    Il regarda attentivement son invitée surprise, de sa silhouette à ses traits les plus inédits. Entre autre, l'hétérochromie de ses yeux, l'un aux couleur d'une émeraude claire, l'autre comme ce qui permettait à chacun de s'offrir un bon repas chaque jour. Puis à l'interrogatoire furtif et rapide de l'espion, il su bien mieux avec qui il allait converser et travailler : il possédait des connaissances sur ces fameux gardes au Berceau, une tâche sans repos pour éviter une catastrophe titanesque. Et depuis qu'elle ait quitté ce groupe, sa marque corporelle d'appartenance fut retirée… Enfin, selon ses dires. Le noble n'avait pas détourné le regard pendant son explication, et lorsqu'elle s'avança, il se redressa un peu plus droit sur le mobilier qui le soutenait, et à la vue du tatouage reikois, il renifla assez bruyamment, avant de se pencher un peu plus avant pour y distinguer les finitions de l'encre.

    Ce qui était sûr, c'était pas son œuvre : trop grossier, pas uniforme sur les teintes et les traits, on voit un travail de débutant. Soit cela venait d'un TOCR médiocre — ou débutant — soit quelqu'un qui ne semblait pas prendre sa tâche au sérieux. Il leva simplement les yeux, pour voir la légère gêne pourpre des joues qui se nuancait sur les pommettes encore blanches de l'ex-gardienne.

    “En effet. Le tatouage n'est certes pas parfait, mais il remplit sa fonction. Seul celui qui vous l'a fait peut décider de le retirer, même à distance. N'oubliez pas de le renouveler auprès de lui, ou même d'un autre.”

    Satisfaite de la réponse donnée, elle se retourna et fit tomber la haut pour dévoiler l'entièreté de son dos. Si le tatouage spécifique des Gardiens du Berceau ornait et soulignait la cambrure du bas de son dos, c'était la pâleur, et surtout la cicatrice qui faisait des arabesques sur son épaule droite. Cela était soit une arme à la nature inconnue, soit quelque chose d'autre. Peut être un empoisonnement ?
    Il ne s'attarde pas trop à chercher une origine à cette marque, et la laissa s'allonger une couche spécifique pour son travail. L'objet rembourré était à la fois confortable et agréable au toucher. Cela devait être bien le seul matériel cher de sa boutique, étant donné que le cuir était une qualité supérieure.

    Par la suite, elle sortit deux morceaux de feuilles, dont l'une montrait le remplacement du tatouage actuel, et le second une idée personnelle.

    “Belle patte artistique.”

    Le Feu ne pouvait pas mieux dire. Il sentait une volonté derrière chacun des traits, du choix des couleurs et peut-être, de la symbolique derrière les représentations. Après tout cela était différent pour chacun qui venait à observer les esquisses, comme chacun interprétait le Shierak à sa manière.

    “Cela ne posera pas de soucis pour moi, ni pour vous. Vous l'avez dit vous même : vous n'êtes plus parmi eux. Pour ce qui est de votre seconde demande…”

    Il approcha un tabouret pour se mettre à hauteur d'œuvre pour observer la place que prendrait les deux dessins. Leur dimension était sensiblement différent et la surface n'était pas aussi permissive. Cependant, rien ne l'empêchait d'essayer. C'était pour lui comme un défi.

    “Aucun soucis. Il y aura assez d'espace pour le faire dans son intégralité si vous décidez autrement. Je vais opter pour les mêmes tons de couleur et d'ombres. À présent vient la manière : soit tel qu'on nous l'enseigne, soit ma façon de faire. Pour la version courte : les deux seront toujours désagréables, en fonction de votre tolérance à la douleur.”

    Il se releva de son support pour aller chercher les outils nécessaires, ainsi que les encres qui allaient servir pour le travail d'aujourd'hui. Il ne savait combien de temps cela prendrait, ce pourquoi son atelier était fermé pour le reste du temps qu'il allait consacrer à œuvrer pour ce qui serait, un bon challenge.
    Il revint aux côtés de Ersa, avant de commencer à tremper son aiguille dans l'encre.

    “Méthode simple : je devrais picorer comme un oiseau votre peau assez profondément pour permettre que cela ne bave pas. Ma méthode…” Il encapsula une fiole dans une sorte de seringue, mais qui présentait plusieurs cavités à son extrémité, pour un œil des plus aiguisés. “J'ai une magie particulière pour permettre la diffusion nette et précise de l'encre. Contrepartie : vous aurez l'impression de brûler de l'intérieur. Je suis à votre demande. Par ailleurs, je peux vous installer un miroir si vous voulez m’observer œuvrer. Oh, et ceci.” Il donna comme un traversin. “Ce sera toujours plus confortable.”


    Aylan parle en #b6c9d2, *pense en #b6c9d2*

    Demeure des Kaviani:
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Ersa Vatt'Ghern
    Ersa Vatt'Ghern
    Messages : 425
    crédits : 1104

    Info personnage
    Race: Lycanthrope
    Vocation: Guerrier Assassin
    Alignement: Neutre Bon
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t593-ersa-la-semi-louve-terminehttps://www.rp-cendres.com/t1423-chronologie-d-ersa#11375
  • Mer 28 Fév - 11:23
    image rp

    Le tatoueur était resté professionnel, ne plaçant ses yeux que sur la partie tatoué de son corps. Ses mots la rassuraient à moitié, son tatouage était bien bâclé, mais au moins, ce tatoueur identifiait un mauvais travail et était assez franc pour lui dire. 

    Il la laissa s’installer sans un mot, pendant que les deux parties de sa personnalité essayaient de trouver un accord. Les pensées de Nora divaguèrent un peu, le silence pouvait signifier deux choses. Soit cela signifiait son professionnalisme, soit que son esprit était occupé par autre chose.

    La sensation du cuir était agréable et Nora laissa glisser la tunique pour profiter pleinement de sa caresse. Elle sourit, presque timidement, à son compliment.

    - Merci.

    Si Nora restait sur d’elle pour beaucoup de sujets, celui de faire un art, de prendre le temps de dessiner, ce n’était pas dans ses habitudes. Le cacher à Ersa encore moins. Elle avait même été jusqu'à sceller certains de ses souvenirs pour être sûr de ne pas les partager. Tout un travail pour cette surprise, qui elle l’espérait, lui ferait plaisir.

    Alors qu’elle avait dû elle-même chercher dans les souvenirs d’Ersa pour retrouver des détails importants de l’hydre. Nora gardait le sourire à cette “belle patte” qui ne pouvait pas mieux lui correspondre.

    Elle le regarda observer ses dessins, puis il lui confirma qu’il pourrait recouvrir le dragon décorant cette zone particulière. Il se rapprocha, étudiant son dos avec attention pour savoir comment il pourrait intégrer les deux dessins sur ce fin support. Elle se tortilla légèrement pour essayer de détendre son dos au maximum.

    

    La louve fut soulagée qu’il puisse aussi accéder à sa deuxième demande. Il commença à lui parler de différentes méthodes qui s’offraient à elle et qu’aucune ne serait agréable. Elle se mit à réfléchir quelques secondes, un sourire déforma ses lèvres. Il se leva avant d’expliquer quoi que ce soit et parti cherché du matériel. La louve ne put s'empêcher de le suivre du regard. Il ramena l’encre, les aiguilles. Elle ferma les yeux, au lieu de détourner la tête, pour éviter qu’il ne remarque qu’elle ne le quittait pas des yeux. 

    Il expliqua enfin la différence entre les deux méthodes, être un morceau de pain pour piaf ou une braise d’un feu de camp. Le choix était vite fait pour la chasseuse. Il lui proposa un miroir pour pouvoir le regarder pendant qu’il travaillait. La louve pour la première fois depuis longtemps se trouvait gênée, rougissante et baissant un peu le regard, un peu de timidité d'Ersa insufflé à cette louve. 

    - J’imagine que votre méthode est mieux, c’est parti pour être chauffé à blanc.

    Ses yeux passèrent rapidement sur lui, son petit sourire revint.

    - Ça me permettra aussi d’avoir l’impression de ne pas être seule, j’aime bien voir à qui je parle, ou à qui je confie mon corps.

    Elle attrapa le coussin, pour l’installer et se posa dessus. 

    - Merci, déjà que j’ai l’impression d’être sur un nuage. Je pourrais presque dormir.

    Son sourire s'étira un peu plus. 

    - Vous êtes sûres qu'on ne peut pas faire pénétrer l'encre avec un massage ?  




    Ersa

    Nora
    Description Ersa:
    Descriptif Nora:
    Visuel Ersa:
    Visuel Nora:
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Aylan Kaviani
    Aylan Kaviani
    Messages : 27
    crédits : 313

    Info personnage
    Race: Élémentaire de vapeur
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3338-aylan-kaviani-dit-le-feu-termine
  • Dim 3 Mar - 16:21
    Ainsi, la jeune femme semblait plus conquise par la méthode personnelle qu’avait développée le tatoueur. En effet, le plus courant était bien celle de pouvoir faire pénétrer l’encre assez pour qu’elle y reste, mais pas trop pour cause des blessures. Cela demandait une précision à chaque mouvement, chose qui était presque aussi naturelle que respirer pour l’espion. C’était son domaine de compétence : précision, et surtout vitesse. Mais pour le deuxième attribut, cela n’allait pas être d’une grande utilité.

    Elle exprima un sentiment, le fond de sa pensée concernant sa façon d'interagir. Aylan ne pouvait pas réfuter l'argument avancé sur la confiance.

    “D’où ma nature prudente à votre arrivée. Moi aussi, j’aime savoir avec qui je travaille.”

    Après lui avoir passé le coussin long, et entendu ses deux réactions verbales, surtout la dernière, il ne put réprimer un regard en sa direction, usant du miroir pour qu’elle ait une vue directe de face du visage du TOCR.

    “Je n'en ai pas l'expertise, mais je connais un masseur, à quelques rues d’ici, plus proche du centre. En fin de séance, j’appliquerais quelques huiles essentielles aux zones tatouées : la peau doit être continuellement nourrie. Je vous expliquerais cela en temps voulu.”

    Dans un premier temps, il prit les dessins, et pour commencer, usa d’un fusain et d’un parchemin spécifique pour décalquer les contours de l’image. En y donnant du relief, et avec une bonne expérience, seules quelques minutes suffire pour avoir les deux objets prêts à être apposé sur la chair pâle d’Ersa.
    En second temps, dans un petit bol de terre cuite, se trouvait de l’eau fraîche qu’il avait conservée par des moyens propres aux objets artisanaux de la famille Kaviani. De là, tout liquide gardait sa composition et nature aussi intact qu’à la source. Il y trempa le bout de ses doigts, index, majeur annulaire, et mouilla la zone du bas du dos. Bien sûr, la réaction première fut une peau douce et blanche qui se figea et contracta au contact du froid aqueux. Mais ne s’arrêtant pas, et après avoir bien humidifié l’endroit qui allait accueillir la première esquisse, il prit le premier calque, et posa délicatement, ne laissant aucune pliure s’effectuer. De là, l’eau fut absorbée par les propriétés spongieuses de la fabrique, mais à l’endroit où le gras noir était souligné, ce fut l’inverse : lors du décollage, on pouvait distinguer le transfert des deux matières, et ainsi, tel un patron de tissage, les tracés étaient sur la peau.

    “Parfait. Maintenant, je vais pouvoir débuter. Si vous avez mal, mordez le coussin. Si vous n’arrivez plus à supporter, on prendra une pause.”

    Tendant la peau sur le premier qu’il allait insérer l’aiguille, c’était avec une grande délicatesse qu’il glissa le pique métallique. De là, il tint l’instrument, et tourna la fiole une autre fois. Un clic caractéristique le fit acquiescer d’un signe approbateur.

    “Commençons.”

    De la vapeur commençait à s'échapper du corps du noble, et pas seulement que de lui. La vapeur contenue dans l’encre, au préalable condensée et compressée, pouvait être manipulée à travers ce procédé. C’était là, la sensation de brûlure qu’allait ressentir la Gardienne. Ruisselant comme une rivière, se déplaçant comme un serpent dans le désert chaud, le doigt du Feu agissait telle la plume d’une écriture calligraphique, et déplaça le liquide noir à travers l’épiderme de sa cliente.

    “Dites-moi” dit l’homme lors de son œuvre “Que pensez-vous faire après notre délibération ? Des affaires à Ikusa ?”

    Par sa maîtrise, il arrivait à créer la courbe de ce cercle qui allait contenir le trio de tête d’une hydre, aux couleurs chatoyantes. Le remplissage n’allait pas être la meilleure des parties, car si la sensation n’était qu'une simple ligne, la sensation diffuse qui viendra lors de cette étape sera bien au-delà de la douleur actuellement ressentie. Au bout de quelques minutes, les traits furent imprimés de manière permanente dans son corps.

    “Bien, j’espère que vous tenez le coup. Je vais m’attaquer au remplissage. Ce sera bien plus insupportable. Je continue ?”


    Aylan parle en #b6c9d2, *pense en #b6c9d2*

    Demeure des Kaviani:
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Ersa Vatt'Ghern
    Ersa Vatt'Ghern
    Messages : 425
    crédits : 1104

    Info personnage
    Race: Lycanthrope
    Vocation: Guerrier Assassin
    Alignement: Neutre Bon
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t593-ersa-la-semi-louve-terminehttps://www.rp-cendres.com/t1423-chronologie-d-ersa#11375
  • Mar 5 Mar - 23:33
    image rp

    Le tatoueur confirma une partie des dires de la naine, même si pour elle, la partie de savoir à qui elle confiait son corps n’était qu’une excuse. Autant pour Ersa, c’était une réelle inquiétude, autant la louve n’allait pas se priver de regarder un bel homme travailler sur son corps. Elle soupira à sa réponse trop professionnelle sur le massage et Ersa se cachait tout au fond de cet esprit qu’elles partageaient.

    Elle détailla ce qu’il faisait sur le parchemin, reproduisant son dessin. Dans un silence qu’elle ne voulait pas briser pour ne pas gêner sa concentration. Ses gestes étaient sûrs et précis, trahissant une maîtrise ne s’arrêtant pas seulement à la tenue d’un fusain. Elle remarqua ce petit bol quand les doigts de l’homme plongèrent dans le liquide. Elle s’attendait à une sensation chaude, au pire tiède, mais non, ce fut le froid qui s’installa dans le bas de son dos. Ses muscles tressaillent de surprise, de cette contradiction du chaud de l’ambiance, attendu face à ce froid réel qu’il étale de ses doigts. Il fallait l'avouer, cela restait agréable.

    Elle accueillit cette page dessinée sur sa peau en essayant de ne pas bouger pour ne pas déranger l’artiste à l'œuvre. La louve ne put distinguer le rendu de ce travail, juste un air un peu plus satisfait sur les traits de l’homme. Elle l’écouta attentivement, pris d’un excès de confiance, elle allait balayer l’idée, mais préféra s’abstenir en se disant que s’il le précisait ce n’était pas innocent.

    - Nous verrons bien.

    Ses yeux s’écarquillèrent quand la vapeur commença à envahir la pièce, s’échappant du corps du tatoueur. Elle se demandait si cela était un bon choix de rentrer dans cette échoppe finalement. Le vrai travail commença et la sensation enflamme son dos. Elle tourna sa tête pour presser ses lèvres contre le traversin dans un premier temps. Cela lui rappelle la sensation du venin qui avait brûlé son épaule. Ses dents se serrèrent, l’encore tracé son chemin sur la peau pâle de la rouquine. Son œil doré restait braqué sur le miroir. Il lui posa une question simple, comme pour éloigner son esprit de son travail.

    - Je ne sais pas, je n’ai rien prévu à part venir vous voir. J’imagine que ça dépend dans l’état que vous me laissez. Pour l’instant, je ne pense qu'à un massage ou à un bain froid.

     

    Son sourire déforma ses lèvres, Ersa avait réussi à retenir cette phrase, mais la louve aimait trop embarrasser la naine pour ça.

    - Enfin, surtout trouver quelque chose pour m’occuper l’esprit ailleurs que sur mon dos. 

    Elle se stoppa, laissant planer ses mots. Avant de reprendre.

    - Je n’aime pas trop sortir, je préfère la quiétude de mon affectation, les animaux sont souvent plus compréhensibles que les hommes. 

    Elle serra les dents un instant.

    - Comment vous est venue cette idée, la vapeur ?

    Le temps passé lentement sous cette sensation qui embrasait sa peau. Le fait qu’il l’avait prévenu que ce serait encore pire ne la rassura pas, mais elle n’allait pas s'arrêter là. Elle lui fit signe de continuer. Et cela dérapa. La diffusion de cette chaleur l’emporta, elle mordit dans l’oreiller, son corps se contracta. Elle tourna la tête, son regard habité une lueur animale. Elle serra les mains, faisant crisser le cuir. Son corps s’était tendu à un point tel qu’on aurait pu croire que ses articulations allaient se briser.

    - Je veux bien une pause, juste pour un verre d’eau.

    Elle n’allait pas lui dire que son corps avait réagi à cette douleur par un départ de transformation. C’était un inconnu, elle n’avait pas besoin de lui expliquer sa race, la louve arriverait à se contrôler. Elle releva légèrement son corps, le décollant du cuir qui commençait à lui coller à la peau sous sa transpiration. Elle essaya de détendre son corps un instant, sans vraiment prêter attention au regard de l’homme. Même si en se relevant, elle en dévoile un peu plus. Elle commença à se redresser, et rattrapa sa tunique, pour essayer de préserver un peu la pudeur d’Ersa. La louve dissimula ses formes sous le tissu.




    Ersa

    Nora
    Description Ersa:
    Descriptif Nora:
    Visuel Ersa:
    Visuel Nora:
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Aylan Kaviani
    Aylan Kaviani
    Messages : 27
    crédits : 313

    Info personnage
    Race: Élémentaire de vapeur
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3338-aylan-kaviani-dit-le-feu-termine
  • Jeu 2 Mai - 17:43
    La cliente du jour semblait bien encline aux directives du tatoueur, enfin, elle laissait supposer que sa tolérance à la douleur était bien mesurée. Une chose que beaucoup d’autres intéressés avaient dite, en repartant souvent avec la sensation d’une brûlure indélébile… Pour seulement quelques jours.
    La question posée fut son effet, et les paroles énoncées étaient tout intéressantes à ne saisir qu’à laisser pour compte. Au moins, Aylan avait de quoi rebondir sur quelques propos croustillants et simples sans perdre sa concentration.

    “À Ikusa, massages et bains font la paire. Ce n’est pas ce qui manque, en tout cas.”

    Puis, son penchant à être plus dans la nature sauvage pour trouver un semblant de silence était assez logique : il arrivait par moment que le reikois lui aussi aurait voulu prendre du large et aller là où le vent du désert lui souffle d’aller, mais toute sa vie a été dans les villes, villages et hameaux du territoire. Il demandera un jour à ses subalternes qui préfèrent ce train de vie comment ils envisagent leur journée.

    “L’esprit, hum ? Et qu’est-ce qui permettrait cela ?”

    Le retour verbal allait attendre, car malgré un signe approbateur pour continuer, le corps d’Ersa se crispa, pris d’un spasme si violent que ses muscles se dessinaient avec une finesse exagérée. Ses mains s'étaient comme aussi enfoncées dans la table à tatouer de cuir, et sa position était, à la limite autorisée d’une dislocation entière de ses articulations principales.
    Si elle ne l’avait pas remarqué, le Feu avait posé habilement son instrument sur le côté, et était prêt à agir en conséquence : son regard fixait la nuque de la femme, prêt à l’écraser pour avoir un avantage. Mais au vu de la finition de sa forme, s’engager dans une bataille de force ne serait que cause perdue. La pause préconisée par le premier, et demandée par la dernière, était un juste choix.

    De lui-même, il apporta non loin de lui de quoi sustenter la soif de sa cliente. L’eau était fraîche, et peut-être dans la précipitation ou un manque de son attention, quelques flots coulaient le long de ses commissures, ruisselant le long de sa gorge et imbiba très peu la tunique qui couvrait son devant. Puis, après cette observation, le tatoueur lui tendit de quoi s’essuyer, aussi bien l’eau qui s’était échappée du gobelet, et que la sueur apparente sur son corps. Lui aussi sortit une pièce de tissu, qui vint essuyer le mobilier, pour garder un minimum de propreté et d'hygiène.

    “Vous vous en sortez plutôt bien, même mieux que certains. Mais ne me refaites pas ce que vous venez de faire. Un instant, et j’ai eu l’impression d’avoir plongé là où il ne fallait pas.”

    C’était mentir à moitié : il n’avait pas mal visé, mais il aurait bien fait à l’encontre d’un de ses points vitales. Elle avait presque bousillé la planche de travail.

    “Reprenons donc. En-tout-cas…” Il pointe l’un des miroirs pour montrer l’esquisse “Le cercle extérieur est fait, et j’étais sur le point d’attaquer les têtes. Par ailleurs être allongée vous gêne, prenez une position qui vous plaît et qui vous met à l’aise. Je peux travailler sous n’importe quel angle.”

    Il avait intentionnellement pas répondu à la nature d'origine de la vapeur utilisé pour son art. Enfin, il pourra lui dire, quand il se sentira moins alerte après ce petit sursaut surprise.


    Aylan parle en #b6c9d2, *pense en #b6c9d2*

    Demeure des Kaviani:
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Ersa Vatt'Ghern
    Ersa Vatt'Ghern
    Messages : 425
    crédits : 1104

    Info personnage
    Race: Lycanthrope
    Vocation: Guerrier Assassin
    Alignement: Neutre Bon
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t593-ersa-la-semi-louve-terminehttps://www.rp-cendres.com/t1423-chronologie-d-ersa#11375
  • Mer 15 Mai - 14:57
    image rp

    Message 4

    Le tatoueur répondit à son envie, lui indiquant qu’elle n’aurait pas forcément à choisir. Le sourire de la naine s’étira lentement.

    - Vous allez devoir me donner des adresses alors, ou m’y emmener si cela est trop douloureux. 

    La dualité de ses deux esprits continuait, Ersa se demandait pourquoi elle avait laissé Nora gérer, mais il était trop tard pour reprendre le contrôle sans que cela ne soit vraiment étrange. Et la louve jubilée de pouvoir gêné la naine, en ne faisait pas grand-chose a part jouer à un jeu qui était naturel pour elle. Son esprit recherché qu’est ce qui pourrait emmener ses pensées loin de cette douleur. Avant qu’elle ne puisse répondre, son corps se contracta, obligeant l’artiste à faire une pause. Quand elle se calma, et que son esprit put analyser ce qui l’entourait de nouveau. Elle remarqua qu’il s’était préparé à une autre action, loin de celle de l’art. Pour le moment, elle ne ferait comme si elle n’avait rien remarqué, mais l’homme devait soit être légèrement différent ce qu’il laissait paraitre, ou avait un passif martial comme beaucoup au Reike.

    Elle attrapa le verre, but avec une légère précipitation. L’eau fraiche bridait le feu que son corps éprouvait. Elle attrapa le tissu que lui tendait l’homme pour s’essuyer. Elle le passa pour récupérer la goutte qui lui avait échappé. Son regard reflétait un peu de sa culpabilité. Elle se rallongea, sur la table reprenant sa position, être allongés était ce qui serait le mieux, elle ne se voyait pas demander à ses muscles d’être contracté en plus de la douleur. Le cuir crissa sous ses mouvements, le contact chaud sur sa peau était agréable.

    - Ça ne se reproduira plus, maintenant que je sais à quoi m’attendre et je vais rester allongée. C’est la première fois que vous tatouez un Lycan ?

    La naine recala son visage sur ses bras, croisant son regard dans le miroir. Elle inspira, voulant détendre l’atmosphère repris la réponse qu’elle n’avait pas eu le temps de dire.

    - J’imagine que pour rester professionnelle, je pourrais imaginer une chasse. Traquer dans les bois, plongés dans la tranquillité de la forêt, à l’affut du bruit. Ou pour profiter de cette permission, je pourrais simplement penser à ses mains apaisant ma peau, les odeurs des huiles. Ou alors une bonne bière fraiche, sur une terrasse avec un cigare, protégé du soleil et sous une brise agréable.

    Son sourire refit surface, et son regard bicolore se posa sur le tatoueur.

    - Où peut être faire la discussion, cela ne me regarde peut-être pas, mais vous avez fait l’armée avant de devenir tatoueur ? 

    Ce n’était peut-être pas un sujet qu’il voudrait aborder, c’était surtout pour pouvoir être sûr de penser a autre chose, même ce qui était sur c’est que cette fois elle tiendrait.




    Ersa

    Nora
    Description Ersa:
    Descriptif Nora:
    Visuel Ersa:
    Visuel Nora:
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum