DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Siame

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    La Traque Sauvage - Page 2 JvNj4PH
    Gazette des cendres
    Été 2024
    Lire le journal
    #7
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Coeur de Melorn
    Derniers sujets
    Démoniaques philosophies [Savoir]Aujourd'hui à 2:44Savoir
    RPS REPUBLICAINS DE RUBY DRAGLAMEAujourd'hui à 2:24PNJ
    RPs spéciaux - Vaenys DraknysAujourd'hui à 2:18PNJ
    RPs Spéciaux d'Altarus AearonAujourd'hui à 2:15PNJ
    Shahana Daaki [Terminée]Aujourd'hui à 0:26Shahana Daaki
    Rp Reike de la montagne (Kilaea)Hier à 20:30Kilaea Sliabh
    Une Mort Silencieuse - PAHier à 19:43Pancrace Dosian
    [Flash-event] Le Bal du Reflet des ÂmesHier à 19:36Afosios Smaragdi
    Validation RP Qwellaana (Reike)Hier à 19:06Qwellaana Airdeoza
    3 participants
    Aller en bas
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Orion Yamveil
    Orion Yamveil
    Messages : 102
    crédits : 750

    Info personnage
    Race: Lycanthrope
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3369-orion-yamveil-termine
  • Sam 15 Juin - 14:39
    Ses deux compagnons d’aventure désormais réveillés, le Vent du Reike se retourne dans leur direction mais, avant cela, il pose l’une de ses mains sur son visage, s’assurant que le masque, le voile d’acier, était bien en place pour cacher sa véritable identité. En se retournant, il eut la bonne surprise de voir l’impression colosse cornu se tenir devant lui, de toute sa hauteur. Ouais, il était imposant le Kieran, aucun doute là-dessus. Un bon Reikois bien de chez nous, comme le pensait le chef-espion.
    « Oui, tracez-le si vous en avez la possibilité. Il faut que l’on sache dans quelle direction il est parti, si c’est vers son village ou non. Quoi qu’il en soit… » Commença le Vent, tandis qu’il contourna l’imposante figure pour se retrouver entre cette dernière et l’étudiante de Drakstrang. « Nous ne nous arrêterons pas en si bon chemin, il en est tout simplement hors de question. Je veux voir les tripes de ce connard rependues sur l’entrée de son village. Je veux que sa tête soit plantée sur un piquet, au milieu de la jungle, pour que la faune locale puisse venir se délecter de cet infâme fils de pute. Alors, nous continuerons à marcher, sans nous arrêter, jusqu’aux portes du village. Nous aviserons ensuite, une fois devant. » Cracha-t-il, se mettant en marche, suivant les pas de la jeune femme qui les accompagnait. Habituellement, il n’était pas ainsi, mais, simplement, les Consuls, il ne pouvait pas les blairer.

    Petit à petit, tandis que le groupe continuât de s’enfoncer dans les ténèbres de la jungle, qui ne laissait pas la place au Soleil de rayonner en son sein, les protagonistes arrivèrent devant les portes du village. Des remparts, faits avec des piquets de bois, entouraient l’intégralité du petit village de Futso. Le regard écarlate du chef de la Cellule du Vent plongea alors directement dans les émeraudes d’Isolde, qui s’était retournée vers Kieran et lui. Il écouta attentivement chacune des paroles qu’elle prononçât. Son idée n’était pas mauvaise, après tout. Mais il attendit qu’elle terminât véritablement sa prise de parole avant de lui donner une réponse.
    « C’est un chasseur, peut-être même aussi doué qu’un Limier. Je ne veux prendre aucun risque, s’aventurer autour des remparts peut être synonyme de tomber sur un piège qui, malheureusement, nous tuerait sur-le-champ. Mais, nous ne pouvons pas non plus passer directement par la porte. Il doit certainement déjà savoir qu’on est ici ou, au moins moi. » Commença-t-il, laissant un long soupir s’échapper d’entre ses lèvres.

    « Cependant, je suis d’accord pour que vous jouiez quelques instants avec cet homme et que, vous lui montriez vos « talents ». Par contre, ne le tuez pas, on doit se servir de lui comme exemple, un exemple montrant aux habitants de son village qu’ils n’ont d’autre choix que de se soumettre au Reike et à ses valeurs. » Expliqua Orion, se tournant désormais en direction de Kieran. Il n’avait pas pour objectif de jouer au gentil, durant cette quête. Le Fléau de l’Éternité était une organisation bien trop dangereuse pour être laissée de côté. C’était bien pour cela qu’Orion la traquait à travers tout le continent.
    « Je vais aller en direction de la porte principale, pour faire diversion. Quant à vous, entrez à l’intérieur du village quand la voie est libre. Je vais l’occuper quelques instants et me jouer de lui, puis je vous rejoindrai. Trouvez leur lieu de culte et allez m’y attendre. » Conclut Orion, disparaissant instantanément, laissant ses interlocuteurs sur place. Il n’y avait pas une seule seconde à perdre, il fallait qu’il fît diversion, le plus rapidement possible, pour permettre un accès facilité à Isolde et Kieran. Oui, il avait prévu de combattre le Consul sur son propre terrain de jeu mais, après tout, avait-il réellement le choix ? Non, il ne l’avait pas.

    Après quelques instants, Orion arriva devant l’entrée principale du village. Il le savait, son invisibilité était inutile face à son adversaire, qui était capable de le repérer à l’odeur. Mais, cela ne l’empêcha en rien de continuer. Seulement, avant de faire ces quelques pas supplémentaires, il laissa une ombre s’échapper de son enveloppe corporelle, ramper sur le sol, en direction de l’entrée. À chaque pas qu’il faisait, il laisserait une ombre glisser là où il le pensait nécessaire. Notamment à l’intérieur, puis à l’extérieur du village, afin de se jouer du Consul, le temps que ses compagnons fissent ce qu’il leur avait demandé.
    C’était une stratégie de combat pratique, tant elle permettait à Orion d’être partout et nulle part à la fois. Il était facile pour lui de brouiller les pistes, de paraître invisible, de se téléporter sur des projections de ses ombres, pour tromper sa cible.

    Après quelques pas à l’intérieur du village de Futso, le Vent du Reike sentit un danger imminent et, effectivement, à peine eut-il le temps de tourner la tête en direction d’un son léger, qui vit le Consul fondre sur lui. Il brisa instantanément son sort d’invisibilité, puis laissa une ombre fondre en direction du cœur du village, puis se téléporta à l’extérieur. Le Consul, immédiatement, prit en chasse Orion, à l’extérieur des remparts du village. Alors, fatalement, le Vent se mit à courir pour éloigner sa cible. Il courut assez de temps pour permettre à ses camarades d’entrer dans le village, discrètement ou non, cela n’avait aucune importance. Plus il avançait, plus le Consul s’enfonçait dans la jungle avec lui, maintenant suffisamment éloigné. Ils avaient couru cinq longues minutes et, essoufflé, Orion se téléporta sur l’ombre qu’il avait laissée vers l’entrée du village. Ainsi, il rejoignit Kieran et Isolde, pour les prévenir du temps restant avant le retour du Consul.
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Kieran Ryven
    Kieran Ryven
    Messages : 224
    crédits : 658

    Info personnage
    Race: Drakyn
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Neutre Bon
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2655-kieran-ryven-terminehttps://www.rp-cendres.com/t2721-carnet-froisse-d-un-limier-kieranhttps://www.rp-cendres.com/t2732-journal-carbonise-kieran-ryven
  • Mar 2 Juil - 17:35
    Qu'est-ce que je fous là.

    C'était la question à mille pièces d'or.

    Il y avait évidemment le Consul, la volonté d'empêcher une secte de nourrir des conflits. Je n'en avais pas grand chose à cogner dans la forme, du moment que dans le fond, ils étaient neutralisés. Je me suis peut-être planté. Dans les yeux d'Isolde, j'y voyais une enfant qui voulait à chaque fois de la joie dans la tuerie, du plaisir dans la traque, de la déception dans nos répliques. C'était comme essayer de donner une assiette à un client jamais satisfait. Pour autant, il y a de la rigueur, de la discipline, un soupçon de bienveillance, et surtout, de la bonne volonté. Des ingrédients qui m'ont l'air bien amère pour ses papilles, et si ce n'était pas les expression de son visage qui viennent trahir ses pensées, ce sont ses mots, comme des ronces d'une jolie rose noire, écorchant nos esgourdes, spectateur de son discours si... Singulier.

    Qu'est-ce que tu es devenue, ma petite Malkyn. Qu'est-ce que j'ai raté, dans ton chemin de pensée. Je n'ai jamais prit plaisir à traquer quelqu'un. Peut-être une certaine stimulation à mes instincts de prédateur, mais sans plus. Je n'ai jamais pris plaisir à torturer, tuer, amputer, malmener ou bousiller une personne, seul le but de la manœuvre compte ; avoir des informations, le plus souvent, pour l'intérêt commun. Observant Isolde, je ne ferais qu'un signe de tête, pour acquiescer sur la suite de la mission, et nous faire progresser vers notre cible. Car il n'y a que ça qui compte.

    Du côté de Vent, difficile de se positionner. La rage dans ses prunelles, je le vois se redresser et se mettre entre mon ancienne camarade pour qui j'ai été le précepteur. Croisant les bras sous mon torse, je voyais bien que ce type à qui nous avions à faire avait mis le doigt où il ne fallait pas. Menace et insultes, promesse de sang et de carnage, j'avais oublié le parfum Reikois dans l'haleine d'un combattant de l'empire. Je ne ferais que serrer les mâchoires avant d'enchérir sur une simple conclusion.

    « On le traque, on le trouve, on le neutralise. »

    Il n'y a que ça qui compte.

    Prenant de grandes inspirations, la signature olfactive de ma cible se dessine devant moi, emboîtant le poids pour un nouveau plongeon dans une jungle aussi dense que la barbe d'un vieux marin. Les arbres, gigantesques et imposants, formaient une canopée si épaisse qu'elle empêchait presque totalement la lumière du Soleil de pénétrer. Les quelques rayons qui réussissent à se frayer un chemin à travers les feuillages épais créaient des jeux d'ombres mouvantes sur le sol. Devant nous se dressaient des remparts robustes, faits de piquets de bois enfoncés, ses remparts formaient une barrière continue, encerclant tout le village. Difficile de savoir s'ils ont pondu ça récemment ou si ça a toujours été plus ou moins là.

    Une première stratégie est annoncée par l'étudiante, et mon inquiétude prend le pas sur le reste. Le plan, pas moins idiot, nous permettrais de débusquer directement notre cible pour s'en occuper une bonne fois pour toute. Mais ça veut dire, exposer une élève de l'Université dans la gueule du loup, littéralement. Je voyais l'éclat de plaisir dans ses yeux, tandis que les miens affichent une tristesse certaine.
     
    « Fais attention Isolde, s'il te plaît. Magie psychique, ou pas. »

    Pour ma part, selon Vent, j'interviendrais en troisième position. D'un signe de tête, je pose un genou à terre pour rester dissimulé. Vent avait disparu, laissant derrière lui une traînée de mystère et de tension palpable. Je patiente, chaque seconde s’étirant comme un fil de soie dans la nuit épaisse. Enfin, l’agitation au loin me signale que c’était le moment.

    Je me glisse hors de la végétation, chaque pas soigneusement calculé pour éviter de faire le moindre bruit. L’ombre de la jungle me couvrait, et je me faufile le long des remparts, cherchant une brèche, une ouverture, une faille. La porte principale était trop risquée, trop évidente. Non, il me fallait quelque chose de plus subtil.

    Je m'envole par-dessus une section moins surveillée des remparts après avoir observé les rotations quelques secondes. Je retombe de l’autre côté, silencieux comme une ombre glissant sur le sol. Le village s’étale devant moi, une tapisserie de maisons en bois et en chaume, modestes et rustiques. Chaque maison se ressemble, une répétition monotone de structures banales et du monde qui grouille. Bouger, et vite. Je savais que le lieu de culte aurait une architecture différente, quelque chose qui le distinguait du reste. Mes yeux fouillent chaque détail, chaque recoin. Et puis je le vois. Une structure au centre du village, plus grande, avec des sculptures ornant les piliers et un toit plus élaboré.

    Ça devait être là.

    Je me glisse entre les maisons, utilisant les ombres comme des alliées. Arrivé près du bâtiment, je confirme mes soupçons : des symboles gravés sur les portes et les murs, des détails qui n'appartiennent qu’à un lieu de culte. Une respiration calme, le dos contre le mur, ma queue ne dansant plus dans l'air, j'étais parfaitement immobile, attendant patiemment qu'Isolde et notre chef d'expédition radinent dans les parages pour les rejoindre. Ma cible, c'est ce type, mais j'ignore ce qu'ils comptent faire de ce village. S'ils sont tous de mèche...

    Et je n'ai pas le goût au génocide. Les vieux démons d'un passé Reikois que je ne veux pas recroiser...
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum