DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Mégère

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    La Traque Sauvage I7Vm50z
    Gazette des cendres
    Hiver 2024
    Lire le journal
    #5
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Chant des Ronces
    Derniers sujets
    Mon Voisin Du DessusAujourd'hui à 8:36Azalea Galewind
    Passation de pouvoir [PV - Arès]Aujourd'hui à 1:48Koraki Exousia
    [PA] - Un coup que MAGIC ne verra pas venirAujourd'hui à 1:01L'Amiral Bigorneau
    Validations RP - PancraceAujourd'hui à 0:27PNJ
    Le feu de la forge. (Pv- Cyradil)Hier à 23:51Kilaea Sliabh
    Trois pour un [Sixte]Hier à 22:13Pancrace Dosian
    3 participants
    Aller en bas
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Orion Yamveil
    Orion Yamveil
    Messages : 70
    crédits : 415

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3369-orion-yamveil-termine
  • Mer 6 Mar - 22:21
    La Traque Sauvage
    Feat. Isolde et Kieran
    Le Vent, tel était le surnom de celui qui était à la tête de la Cellule d’espionnage éponyme. Ce dernier était vêtu de son armure classique, faite principalement en soie, de couleur pourpre, venant directement de la maison Leezen et, renforcée par quelques plaques d’acier solides disposées méticuleusement pour protéger ses organes vitaux. Il fut surpris par l’arrivée de l’un de ses subordonnés, assassin de l’Ordre des Ombres, qui avait débarqué dans son bureau, au palais d’Ikusa, pour lui annoncer la venue soudaine de deux personnes. Le premier se présentait comme étant un Drakyn ancien étudiant de l’université de Drakstrang. La seconde se présentait comme étant une étudiante en magie noire. Ces-derniers prétendaient vouloir participer à la chasse aux Consuls, ceux-là mêmes qui formaient l’organisation menaçant directement le Sekai et, portant le vénérable nom du Fléau de l’Éternité. Une secte, si l’on pouvait appeler cela comme ça, qui menaçait grandement le Reike depuis maintenant plusieurs siècles, voire plusieurs millénaires. Dirigeant adroitement son visage balafré, caché derrière un voile d’acier mystérieux, sur son subordonné, Orion Yamveil laissa ses prunelles écarlates s’ancrer dans le regard, bien mystérieux, de son acolyte.

    - Tu peux les faire entrer. Aussitôt, la belle et le Drakyn pénétrèrent tous deux dans le bureau du maître des ombres. En premier lieu, les prunelles écarlates et scintillantes du chef de Cellule se portèrent en direction de l’étudiante. Baladant son visage masqué par un fin voile d’acier de bas en haut, il ne manqua pas de décortiquer dans les moindres détails l’étudiante à la chevelure de jais, analysant le moindre de ses gestes, la moindre de ses potentielles paroles. Rien n’échappait au dernier-né de la famille Yamveil. Il nota par ailleurs que ses prunelles, émeraudes éclatantes, dégageait une certaine beauté inhabituelle. Prenez place, je vous prie.

    Une fois la jeune étudiante en place, face au maître des ombres, le visage balafré et couvert d’un masque de ce dernier pivota en direction du Drakyn. Une figure impressionnante, dépassant largement les deux mètres et, possédant une carrure quasiment aussi large que la porte du bureau. Les prunelles sanguines et éclatantes du jeune Yamveil s’écarquillèrent, ce dernier décortiquant cette fois-ci l’imposante présence du Drakyn. Un être ayant l’air de savoir se battre, nul doute, au vu de ses caractéristiques physiques. Il serait apte à réaliser une mission périlleuse dans la jungle, sans le moindre souci. Les traits dissimulés d’Orion s’étirèrent de manière à laisser un léger sourire satisfait fleurir sur son visage bien pâle. Vous aussi, prenez place face à moi, s’il vous plaît.

    Le visage du maître des ombres se figea, alors que ses prunelles écarlates jonglèrent entre ses deux invités, étant aussi différents que le jour et la nuit. La brise soufflait violemment sur la capitale Reikoise, le vent venant s'abattre contre les murs du palais, fouettant les fines couches de verre servant de fenêtre. La main droite de l’assassin vint se loger délicatement dans l’un des compartiments sous-jacents du bureau, afin d’y débusquer une carte. Aussitôt cette dernière attrapée, le maître des ombres la posa, sans la déplier, sur le bois noble de son bureau. Courbant quelque peu sa colonne vertébrale, le chef-espion se pencha légèrement en avant et, croisa ses bras sur son bureau. Le regard écarlate de ce dernier jonglant entre la belle et le Drakyn, les traits dissimulés du manipulateur des ombres s’étirèrent dans un sourire sincère, alors qu’une douce voix, déformée par le voile d’acier couvrant son visage, s’échappa d’entre les lèvres du dernier-né de la famille Yamveil.

    - Tout d’abord, je vous remercie pour l’intérêt que vous montrez envers cette traque que le Reike a récemment lancée. Puis-je vous demander vos noms ? Pivotant légèrement la tête vers Isolde, il fixa les émeraudes de l’étudiante. Et surtout, j’aimerais savoir en quoi cette traque aux hérétiques vous intéresse ? Laissant son regard glisser doucement sur les azurites du Drakyn, un léger sourire fleurit sous le masque d’acier. Bien que nous n’ayons pas systématiquement affaire à des hérétiques, cela va de soi. Mais, il faut s’attendre à tout avec ce genre de personnes, croyez-moi.

    Toujours sur ses gardes, naturellement, l’espion cherchait à connaître les véritables intentions de ses interlocuteurs. Laissant ces derniers répondre, le maître des ombres n’eut pas grand-chose à rajouter, considérant qu’il connaissait désormais l’essentiel concernant ses invités. Il se redressa alors légèrement dans son fauteuil de velours, puis, d’un geste tout aussi délicat, il vint ouvrir la carte qu’il avait au préalable sorti. Sur cette dernière était dessinée l’entièreté du Sekai et, à divers endroits, des croix étaient marquées. Elles étaient les supposées places et forteresses d’où agissaient les Consuls. En cet instant, le village Vermeille était rayé d’un fin trait rouge s’étendant sur sa largeur, probablement tracé avec le sang d’Orion, au vu de la couleur terne qu’il avait pris. Ses prunelles écarlates et éclatantes se portèrent sur la carte et, à l’aide de son index ganté, le chef-espion indiqua, en pointant du doigt, une croix se situant entre la jungle et le Lac Rebirth.

    - Puisque vous êtes venus pour enquêter, c’est ici que nous allons nous rendre, en compagnie de l’Ordre des Ombres. Un léger sourire fleurit sur le doux visage balafré du chef de Cellule. Ici se trouve un Consul, j’en suis persuadé. Cependant, j’ignore tout de lui, si ce n’est que c’est un excellent chasseur. Je ne sais donc pas à quoi m’attendre en me rendant sur place, ni même s’il agit seul. Sa tête se releva légèrement, alors que ce léger sourire s’intensifiait, tout comme ses prunelles qui devenaient de plus en plus scintillantes. C’est extrêmement risqué mais, le jeu en vaut la chandelle, croyez-moi. Et puis, je m’assurerai de votre sécurité respective si d’aventure les choses devaient mal tourner. Alors, souhaitez-vous m’accompagner pour un voyage dans la Jungle de Sang ?
    CENDRES
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Kieran Ryven
    Kieran Ryven
    Messages : 150
    crédits : 2611

    Info personnage
    Race: Drakyn
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Neutre Bon
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2655-kieran-ryven-terminehttps://www.rp-cendres.com/t2721-carnet-froisse-d-un-limier-kieranhttps://www.rp-cendres.com/t2732-journal-carbonise-kieran-ryven
  • Mer 6 Mar - 22:23
    Fléau de l'Éternité.

    Trois mots qui sonnaient comme de vieux contes pour faire peur aux enfants il y a plusieurs décennies. Avant cela, c'était quelque chose qui avait du poids et qui était pris sérieusement en considération par le gouvernement Reikois durant des siècles. Aujourd'hui, ça revient à la charge. Un gars, qui connaît un gars, qui connaît un gars, avance des rumeurs jusqu'à ce qu'une toile d'information arrive jusqu'à mes longues esgourdes et plus loin encore.

    Apparemment, ils s'y remettent. Et les murmures de ces histoires dansent avec les Ombres du Chef de Cellule Vent.

    Il y a dix ans, j'étais du côté du conflit. L'idée que l'arme contre une autre était le seul langage pour écrire l'Histoire. Aujourd'hui c'est terminé, et j'ose espérer ne plus jamais avoir à lever Portecendres contre le crâne d'un ennemi. Ce jour-là, peut-être que je me reposerai dans un petit chez-moi dans un patelin du Sekaï, creusant un potager qui sentira les aromates la journée, et le jasmin le soir. Avoir un énorme peuplier à l'entrée, des figues, des pommes et une terre, noire comme la chevelure d'Isolde. Des vignes au sud, des olives au nord. Voir des chevaux sauvages narguer Elnael qui voudrait être aussi libre qu'eux.

    Mais pour le moment, des gens doivent encore mourir.

    Savoir qu'une secte avec de sombres desseins, quand on est quelqu'un comme moi, un Limier dans la punition constante de ce genre de faits, empêche de rester immobile. Ces dernières semaines, du Lac Rebirth aux îles paradisiaques, Liberty, en passant désormais par le Reike suite à une rencontre bien chaleureuse qui me pousse à la nostalgie, les missions n'ont fait que s'enchaîner, et le navire de ravitaillement a emmené beaucoup d'hommes inculpés dans la Forteresse. Trois grandes arrestations plus une dizaine de sbires, Séraphin doit probablement me détester de remplir les cellules à cette vitesse. Mais, on n'a pas le temps. Et j'espère que cette investigation me permettra de trouver une issue à mes ambitions.

    Que les conflits s'arrêtent, un jour. Il faut commencer quelque part, et à ma grande surprise, ce sera la terre de mes ancêtres. Les Astres sont farceurs en ce moment.

    Mon arrivée au Reike embrasse donc un joli rêve, et j'en ai fait part à la Mage Noire et ancienne sœur d'arme, la petite Malkyn. La voir marcher à mes côtés me ramène à des souvenirs chaleureux, mais aussi à l'ancien cadre Reikois. Draknys portait la couronne, Vaenys promettait d'être l'Héritier, Ayshara était encore une jeune Princesse loin d'être promise à un Barbare, et mon père m'envoyait des coups de cornes contre les miens pour me dire bonjour. Entrer dans le palais ne m'a jamais autant fait battre le cœur, mais il fallait rester concentré. Ne pas laisser balader ses yeux dans cette immense architecture comme le ferait un étranger... Ou bien un ancien rebelle qui rentre chez lui.

    Passant le battant, nous voilà dans le bureau du Maître des Ombres. Deux rubis perçants traversant un masque en acier nous poignardent sans deviner l'intention. On peut voir ce regard couler sur mon binôme, dont je ne réalise pas encore qu'elle ait pu accepter de m'accompagner. Au départ, c'était une curiosité, le début d'une investigation peut-être. Finalement ça prendra forme. Lui laissant le soin de prendre place sur ses consignes, j'attends mon tour. Gardant un visage placide à sa manière de m'aviser. Mieux encore, j'en profite pour le détailler davantage ; ce visage caché, se mettant dans le ton de son métier, sa carrure moyenne si lambda qu'il pourrait disparaître dans une foule sans même qu'on puisse s'en rendre compte. Cette peau pâle qu'on devine, lui donne des airs d'un dangereux albinos qui pourrait disparaître dans un écran de fumée pour mieux frapper.

    Un léger signe de tête en réponse à son invitation, je pose ma carcasse sur l'assise en priant celle-ci de ne pas céder.

    Le premier mouvement de cet homme sera sur un document qu'il pose encore plié sous nos yeux. Devinant déjà qu'il fallait probablement passer un portique de sécurité pour prétendre à sa mission. Difficile de cerner autre chose. Une voix douce résonne dans son masque, et on pourrait presque deviner un sourire si ce n'est plus. Je finis par prendre une inspiration.

    « Kieran. Cette traque m'intéresse, parce que je suis un Drakyn simple qui veut faire le ménage. » Que je rétorque avec une voix caverneuse.

    Pas besoin de grand discours, il a juste à comprendre que moi et la vermine ne feront jamais bon ménage. Mes aspirations, ma volonté à ce qu'un jour les choses iront mieux ne le regardent pas. Ce sont des lieux communs en principe, des truismes, et les politiciens s'en servent à foison avec leur langue de bois. Le plus important est que je reste sincère dans la manœuvre. Je laisse à ma comparse le soin de se présenter, rapidement mes yeux reptiliens se promènent sur la carte, où des points sont méticuleusement inscrits. Je souris lorsqu'il désigne le point proche du Lac Rebirth, dire qu'il y a plus d'un mois je me suis battu pour que tout un village puisse faire la fête des chapeaux sans que les mercenaires de Goldheart continuent de les surtaxer et pire. Alors, la jungle de sang, hein ?

    Plus il parlait du possible danger, plus je voyais que son visage s'illuminait. Est-ce que lui aussi fait partie de ces barrés qui adorent le goût du sang ? Qui suis-je pour le blâmer, surtout si ça peut aider le Reike. J'étire mon plus beau rictus, long d'un demi-centimètre, à peu près.

    « Évidemment que je veux vous accompagner. Un Consul, alors. Vous pourriez m'en dire plus sur leur rôle en question ? »

    Calibrer mon regard sur mon ennemi pour mieux le dégommer.
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Isolde Malkyn
    Isolde Malkyn
    Messages : 332
    crédits : 463

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2669-isolde-malkyn-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2706-le-grimoire-d-isolde
  • Mer 6 Mar - 22:55
    La traque sauvage
    Feat Orion & Kieran

    Lorsque Kieran avait évoqué une chasse au consul, Isolde s’était contentée de hausser les épaules. Elle ne se sentait pas vraiment concernée par cette traque et elle se disait qu’il y avait de toute façon, suffisamment de personnes mobilisées. Certainement bon nombre de sujets de l’Empire ou autres. Elle ne comprenait d’ailleurs pas pourquoi son ancien frère d’armes souhaitait prendre partie dans cette expédition. La nostalgie de son ancienne terre sans doute, couplée à son sens du devoir. Punir les coupables, rendre justice, toutes ces choses que font les personnes loyales qui possédaient une âme noble. Tout ce qu’elle n’était pas, en somme. Alors comment en était-elle venue à proposer finalement de l’accompagner… Elle semblait déjà convaincue qu’il s’agît d’une mauvaise idée et elle regretta instantanément cette déclaration. Pourquoi irait-elle s’embourber elle ne savait où pour une cause dont elle se fichait… Peut-être pour prolonger encore un peu l’aventure avec ce fantôme qui appartenait à son passé. Puis cela allait la changer de la monotonie des cours.

    Ensemble, ils se rendirent alors à la rencontre de l’individu qui dirigeait ces traques aux consuls. Ces derniers rassemblaient leurs fidèles autour d’idées absurdes. Ils formaient une secte relativement puissante, dont les chefs opéraient de manière sournoise. S’immiscer dans l’esprit des plus faibles, leur insuffler de l’espoir et les endoctriner. En y réfléchissant, la brune trouvait le concept intéressant. Elle se voyait bien à la tête d’une secte. Des faibles d’esprit, des personnes manipulables au point de faire tout ce qu’elle désirait et même mourir pour elle. Dicter leurs faits et gestes par sa seule volonté. Oui, l’idée ne lui paraissait pas déplaisante. elle comprenait pourquoi des petits futés s’en donnaient à cœur joie.

    Isolde entra dans le bureau, elle fut accueillie par un homme vêtu d’une armure simple, celle-ci était constituée de tissu noble et de quelques plaques de métal. Il apparaissait masqué et sa voix s'en trouvait déformée. Elle saisissait le besoin de cet homme de dissimuler son identité. Le Reike possédait un imposant réseau d’espionnage et il était amusant de pouvoir pénétrer quelques instants au sein de cette cellule secrète. Même si elle n’y allait pas forcément avec de la bonne volonté au début, elle pouvait trouver un certain charme à cette traque. Puis, il fallait bien l’avouer, quoi de plus distrayant qu’une chasse à l’homme ? Elle sourit de manière distraite, lorsque l’individu lui demanda de prendre place face à lui. Elle balaya rapidement la pièce du regard, tandis que l’espion sortit une carte d’un des tiroirs de son bureau. La mage jeta un rapide regard sur cette dernière, avant de prendre la parole.

    - « Isolde Malkyn. » répondit-elle simplement, d’une voix claire et assurée.
    Elle laissa répondre en premier son partenaire à la question suivante, en tournant doucement la tête vers lui. Puis, elle répondit à son tour. « Il est fondamental de débusquer les ennemis de l’Empire. Chaque individu hostile, chaque personne suspecte mérite un traitement spécial. Je suis formée pour devenir l’élite du Reike et je n’oserais plus me regarder dans le miroir si, en connaissance de cause, je n’agissais pas contre ces hérétiques aux obscurs desseins. »

    La nécromancienne, en symbole de la justice. Si ce n’était pas formidable. Un formidable mensonge, surtout. Mais elle paraissait suffisamment convaincante. Ses prunelles emplies de fierté et sa voix douce mais déterminée jouaient en sa faveur et offraient la carte de la sincérité.
    Leur interlocuteur prit de nouveau la parole pour leur fournir quelques explications quant à cette traque et la position de celle-ci. Il ne s’agissait pas d’un lieu habituel pour la brune et elle fut un peu déçue de devoir se rendre du côté de la jungle. Pour autant, elle n’en montra rien, elle se contenta de hocher la tête et d’écouter patiemment les recommandations. Lorsqu’il stipulait que le jeu en valait la chandelle, voulait-il dire qu’il y avait une récompense à la clé ? Isolde s’interrogea silencieusement, elle se dit que formuler cette question pouvait mettre en péril ses paroles précédentes. Après tout, ce n’était pas l'appât du gain qui était censé la motiver.

    - « Absolument. » Répondit-elle.

    Elle restait présente, donc autant aller jusqu’au bout. Peut-être l’aventure se révèlerait plus intéressante que prévu. Les sectes possédaient une aura de mystère et d’obscénité qui savait attiser la curiosité de la mage noire.

    Ils firent alors le tour de leur équipement. Évidemment, la brune au teint pâle n’était pas une guerrière et ne portait pas d’armure. Son système défensif reposait sur sa maîtrise des arcanes. Puis, elle avait un drakyn robuste à ses côtés et une cellule d’espions. Normalement, cela devrait suffire.
    En attendant que la force impériale de l’espionnage fût prête à partir, Isolde et Kieran marchèrent vers le point de rendez-vous, une zone aux abords du palais.

    - « Dans quel plan foireux je me suis embarquée… » dit-elle en riant, à l’attention de son ancien frère d’armes. « Enfin, espérons que ce soit divertissant. »

    L’espion arriva accompagné de son Ordre et la jeune femme à la chevelure d’ébène reprit son sérieux.

    - « Comment dois-je vous nommer ? » demanda-t-elle à l’homme en armure, tandis qu’ils se mettaient en route.


    CENDRES


    Entraînée pour l'éternité dans une valse funeste avec la mort, elle dérive entre deux mondes dans une éternelle danse macabre.


    La berceuse d'Isolde
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Orion Yamveil
    Orion Yamveil
    Messages : 70
    crédits : 415

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3369-orion-yamveil-termine
  • Sam 16 Mar - 13:24
    La Traque Sauvage
    Feat. Isolde et Kieran
    Le Drakyn à la carrure imposante, positionné face au chef de la Cellule du Vent, se prénommait donc Kieran. D’après ses dires, le jeune homme souhaitait faire le ménage, eh bien, il allait indéniablement être servi. L’épreuve qui les attendait leur permettra d’assouvir sa soif de sang, si tant était qu’il en eût une, bien entendu. À l’entente de cette première réponse, un large sourire carnassier vint se dessiner sur les traits du visage balafré d’Orion, masqué par un léger voile d’acier lui permettant de garder son identité secrète. Désormais, le regard du Vent du Reike se tourna en direction de la jeune femme à la chevelure de jais qui l’accompagnait. Le contraste entre les deux personnes était amusant à voir. D’un côté, l’immense Drakyn, à la carrure imposante et au regard menaçant. De l’autre, la jeune femme au teint pâle et à la chevelure d’un noir aussi profond que la nuit. Ses prunelles émeraudes étant tout aussi envoûtantes que le reste de sa silhouette. Seulement, il fallait toujours se méfier des apparences et cela, Orion ne le savait que trop bien. Une femme, pouvait paraître aussi innocente qu’elle était dévastatrice.

    La jeune femme à la peau semblant aussi douce que sa voix répondait au nom d’Isolde Malkyn. Orion n’eut le droit à aucune information supplémentaire, comme pour Kieran d’ailleurs. Il ne savait, que par sa subordonnée, qu’elle était une étudiante de la prestigieuse université de Drakstrang, certainement sur le campus d’Ikusa. Peut-être l’avait-il rencontré lors de sa dernière année d’études dans cette dernière, ne remontant que de quatre ans seulement. Qu’importait, il ne comptait de toute façon point se révéler à ses interlocuteurs. Une nouvelle fois, les traits de son visage masqué par ce voile d’acier se déformèrent, laissant un léger sourire fleurir sur ce dernier. Ses prunelles carmines balayaient rapidement ses interlocuteurs, rapidement, mais méticuleusement, cherchant à trouver le moindre détail pouvant lui révéler quelque chose sur eux.

    La première réponse du duo fut apportée par le Drakyn, affirmant que ce dernier fût prêt à accompagner le Vent du Reike dans cette chasse à l’homme, au cœur de la jungle sanglante. Un lieu dont le nom pouvait paraître terrifiant, où les créatures y rôdant faisait gicler le sang de leurs victimes sur ces arbres. Le risque d’une telle expédition était réel, la mort, peut-être, mais cela ne semblait pas déstabiliser les deux acolytes, prêts à aider leur nation dans ce combat contre l’inconnu. Naturellement, Orion allait apporter de plus ample indication sur la cible principale, afin de répondre à la demande de Kieran, mais avant, il laissait Isolde répondre à son tour, écoutant d’une oreille attentive sa douce voix. Cette jeune mage noire avait du cran et, en plus de cela, elle était patriote. Le chef-espion laissa de nouveau un léger sourire se dessiner sur son visage balafré, avant de porter ses prunelles écarlates, luisantes en travers ce voile d’acier, sur Kieran. Puis, d’une voix déformée, il rétorqua à la demande de ce dernier, sans omettre le moindre détail qu’il eût à sa disposition.

    - Bien entendu, Kieran. Je ne sais hélas pas grand-chose de notre cible principale, si ce n’est qu’il est un grand chasseur agile et tuant quiconque s’approche de trop près de son territoire sans le moindre remords. Il faut savoir que ces personnes sont extrêmement discrètes, il est très difficile d’avoir une quelconque information sur elles, quand bien même nos services de renseignement soient les meilleurs du Sekai. Comprenez bien qu’il est déjà difficile de débusquer ce genre d’individus, alors avoir une véritable information sur sa manière de faire, de chasser, c’est déjà une aubaine. Aussi, il vivrait dans un village caché non loin des berges du Lac Rebirth, ce qui veut dire, que si nous parvenons à nos fins, nous devrons nous occuper du village. Trouver un remplaçant qu’ils seront à même d’accepter ou que sais-je encore. Une fois cette première réponse apportée, les prunelles carmines du Vent du Reike vinrent capter les émeraudes de l’étudiante. J’aime votre manière de penser, Isolde. Le Reike a besoin de beaucoup plus de personne comme vous, des personnes prêtes à tout pour faire régner le Reike sur le Sekai. Mais, je n’en attendais pas moins de l’élite de notre Nation, soyez-en certaine. Les extrémistes sont une menace véritable pour le monde et, c’est une excellente chose que vous en soyez consciente. Orion ne parvenait pas à faire confiance à Isolde. En fait, il n’avait confiance en personne, sauf en quelques élus qui n’étaient malheureusement pas présents aujourd’hui. Une fois la discussion terminée, le chef du Vent ajouta sans plus attendre ces quelques mots. Bien, nous partons dès maintenant. Suivez-moi, je vais vous laisser choisir vos équipements. Quand vous aurez fini, retrouvez-moi devant le palais.

    Sans plus attendre, le Vent du Reike se leva calmement de sa chaise, puis il emmena ses deux comparses dans une pièce adjacente à celle de son bureau, là où tout un tas d’équipements y était exposé. Naturellement, le jeune chef de cellule leva doucement le bras, indiquant à Isolde et à Kieran qu’il fût temps de s’équiper et de se préparer à cette aventure. Puis, il partit sans plus attendre dans ses quartiers. Seuls deux des hommes d’Orion étaient restés en compagnie du Drakyn et de la belle, le temps qu’ils se préparassent. Puis, quelques minutes plus tard, il se rendit, accompagné de l’Ordre des Ombres, au point de rendez-vous donné plus tôt, alors que les jeunes gens étaient déjà présents. Aussitôt, ils se mirent en route, montant à cheval, pour le long périple qu’ils allassent entreprendre. Isolde eut la délicate intention de poser une question qui fit sourire le chef-espion sous son voile d’acier. Il ne mit pas longtemps à répondre, sa douce voix étant malheureusement bien trop déformée par son voile d’acier, la jeune étudiante ne pouvait pas entendre l’original.

    - Vent suffira.

    - - -


    Après quelques jours à arpenter les délicieux décors du Reike, le groupe de huit personnes arriva enfin devant la merveilleuse Jungle du Sang. Cela faisait fort longtemps qu’Orion n’y eût pas mis les pieds, depuis son service militaire pour tout dire. La vue de ces gigantesques arbres lui remémora bon nombre de souvenirs, aussi exquis les uns que les autres. Descendant de son cheval, le jeune chef de Cellule se retourna vers ses comparses d’aventure, afin de donner les indications nécessaires. En premier lieu, son regard carmin se dirigea en direction du Drakyn et de l’étudiante. Puis, d’une voix aussi légère que le vent, ces quelques mots s’échappèrent d’entre ses lèvres.

    - Êtes-vous déjà venus dans la Jungle du Sang, Isolde et Kieran ? Tâchez de ne pas trop vous éloigner de moi, il faut que nous restions en groupe. Puis, ses prunelles virent capter l’attention de sa troupe, l’Ordre des ombres, étant au nombre de cinq. Quant à vous, surveillez les alentours, comme vous savez si bien le faire. Je veux que nos invités rentrent à Ikusa saint et sauf, me suis-je bien fait comprendre, messieurs ? Tous hochèrent la tête promptement, puis disparurent dans l’épaisse canopée s’étendant devant le groupe. Les prunelles d’Orion jaugèrent quelques secondes cette forêt dense, avant de revenir en direction d’Isolde et de Kieran. Êtes-vous prêts à affronter le danger de la nature, jeunes gens ?
    CENDRES
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Kieran Ryven
    Kieran Ryven
    Messages : 150
    crédits : 2611

    Info personnage
    Race: Drakyn
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Neutre Bon
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2655-kieran-ryven-terminehttps://www.rp-cendres.com/t2721-carnet-froisse-d-un-limier-kieranhttps://www.rp-cendres.com/t2732-journal-carbonise-kieran-ryven
  • Dim 17 Mar - 13:34
    Au Razkaal, traiter une réponse se base sur plusieurs facteurs, le non-verbal et la posture en font partie. Certainement pour ça qu'on met également un masque, si on met de côté que ça nous protège de la corruption de la Forteresse. Lui, il en met également un. L'énigme s'ouvre, sans vraiment avoir la volonté de la résoudre. Il y a parfois des mystères qu'il faut garder la porte fermée. Mais, si je devine la semi-fermeture de ses yeux qui cachent un sourire qui n'a pas l'air sain dans ma réponse de vouloir faire le ménage, la réponse d'Isolde résonne dans une fausse note à mes oreilles.

    Torturer, questionner des centaines de prisonniers, lire leurs âmes brisées, leurs visages meurtris, ou même les interrogatoires à l'extérieur de nos murs, m'ont permis de piger la nature humaine. La conclusion est très simple : tout le monde ment. Mon visage va tourner doucement sur ses traits doux, qui bougent et s'étirent dans le laïus qu'elle étale et qui me rappelle les discours à rallonge que nous avions à l'armée, avec des objectifs qui doivent certainement différer d'aujourd'hui. Mon nez se replie, mes mâchoires se serrent et le doute m'habite. Comme un réflexe, comme un système de défense qui s'engage naturellement dans la pièce.

    Sa réponse était parfaite. Peut-être, un peu trop parfaite. Tout à l'heure, elle hausse les épaules quand je lui propose de massacrer du consul pour arrêter ces conflits, maintenant voilà la soldate que notre instructeur de l'époque aurait chérie pour ce discours héroïque.

    Ouais, quelque chose ne colle pas.

    Mais je n'aurai pas le temps de m'y attarder davantage. Le descriptif est étalé sur notre cible, et on n'aura que des miettes. D'une révérence légère de la tête, je réponds silencieusement que les informations sont bien assimilées. Discret, agile, chasseur, qui a le meurtre facile, terré dans un village à la lisière de Rebirth. Deuxième village dans ces parages dont je vais devoir jouer les diplomates même si finalement, c'est Elnael qui a fait le plus gros du travail. Alors qu'il est en train de monter des éloges face à la tirade "exemplaire" de la jeune brune, je finis par croiser les bras sous mon torse, le regard dans le vide.

    On naît tous au monde avec une raison bien précise. La mienne est très simple : dégommer tous les salauds. Mais, elle ? Et puis, finalement, quelle est la posture de ce type ? Il est aux ordres de Ryssen, un ancien barbare qui peut jouir du trône de Draknys avec ses méthodes aussi brutales que lui-même. Rien ne me dit que sa politique ne s'est pas déversée sur ses sujets et qu'ils ont des sombres desseins. Avoir confiance en quelqu'un dans le Reike est aussi rare que chercher une bulle d'air dans l'océan.

    En tout cas, il était l'heure de décamper et de se mettre au travail. Nous sommes rapidement escortés dans une pièce qui met à disposition plusieurs râteliers et pièces d'équipements. Je n'ai pas pris mon uniforme du Razkaal, ni ses pièces d'armure. Sous ma cape, je n'ai ni plus ni moins que ma tunique et des braies facilement déchirables. Mon médaillon soigneusement caché à l'intérieur de mon col, mes doigts caressent la manufacture prêtée avec une nostalgie et une mélancolie singulières. Ce pays sait faire, il n'y a pas à dire. Doucement, comme un soldat qui doit retrouver ses gestes automatiques de l'époque, j'habille mes épaules, puis mes avants-bras, mes tibias, et enfin mon torse et mon dos de pièces d'armure, avant de mettre Portecendres et Luciole à la taille, puis mon ceste au poing droit.

    C'est en marchant vers le lieu de rendez-vous que la jeune mage me ramène sur terre, tandis que j'étais parti loin dans de nombreuses années de service pour le Reike. Son ton était léger, son rire mélodieux et détaché de la situation. Je finis par froncer les sourcils, mais la voix reste douce.

    « Ce n'est pas un divertissement, c'est une mission. » Que je reprends, le doute encore dans les yeux.

    Et voilà que sa posture exemplaire revient à la charge. En tout cas, à sa question nous aurons une réponse.

    « Très bien, Vent. »

    Mission dévoilée, présentations terminées, il est l'heure de se mettre au travail.

    Marchant aux côtés des chevaux vers notre destination, je tends une oreille à la nouvelle interrogation de notre chef de mission pour faire plus ample connaissance. Oui, j'ai déjà erré dans la jungle de Sang. C'était un foutu mélange de beauté et de danger. Les arbres étaient si denses que le soleil peinait à percer, et le sol était imprégné de l'histoire violente de cet endroit. J'ai entendu toutes sortes de légendes, mais j'ai surtout senti l'atmosphère pesante de cet endroit. Pas le genre d'endroit où on se promène pour le plaisir. C'était plutôt un test de survie, un défi que j'ai relevé, bien que je ne sois pas sorti de là sans quelques égratignures. C'était à la fin de mon voyage de Kaizoku, où j'ai traversé le Sekai en passant par Kyouji, puis la jungle de sang pour retourner à Taisen voir mes parents. Quelle purge. À la fin de cette réflexion, ma bouche s'ouvre.

    « Oui, et j'ai eu de meilleures expériences. » Que je finis par souffler.

    J'ajuste ma tenue, regarde les alentours, avant de poser mes yeux sur Isolde, très curieux de ce que l'avenir nous réserve tous les deux. Décrochant ma gourde pour quelques lampées d'eau je me rapproche de Vent, le regard durci par une détermination qui va rester enracinée sur mes traits jusqu'à la fin de la manœuvre. Finalement, ce n'est pas bien différent d'une traque du Razkaal.

    On va le traquer, le trouver. Sauf qu'au lieu de le capturer et de le ramener à la forteresse, j'ai l'opportunité de dézinguer ce salaud selon les conventions juridiques du pays.

    Que c'est bon, de rentrer à la maison.
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Isolde Malkyn
    Isolde Malkyn
    Messages : 332
    crédits : 463

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2669-isolde-malkyn-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2706-le-grimoire-d-isolde
  • Mar 26 Mar - 12:08
    La traque sauvage
    Feat Orion & Kieran

    Tandis qu’elle écoutait la réponse du drakyn à son besoin de distraction, celui-ci évidemment ne l’entendait pas de cette oreille., Isolde laissa se dessiner un léger rictus en coin de ses lèvres. Puis Le chef de la cellule d’espionnage vint rapidement à leur rencontre. Seulement le pseudonyme de Vent sera prononcé par l’homme masqué. Elle comprenait évidemment les raisons de cette discrétion. Les cellules d’espionnages du Reike, dirigées par l’Oreille étaient les meilleures du Sekai, il était évident que ces personnes devaient préserver leur anonymat. Afin d’assurer la continuité de leurs actions. Enfin, la mage noire s’en moquait pas mal, elle s’était effectivement jointe à cette expédition pour se divertir. Puis voir ce qui découlerait de sa relation avec son ancien frère d’arme.

    À la question de l’homme qui menait cette aventure, elle laissa Kieran répondre en premier. Apparemment il était déjà venu en ses lieux inhospitaliers. Isolde y était étrangère.

    - « Ce sera la première fois pour moi. » répondit-elle. Puis, lorsque Orion demanda s’ils étaient prêts à s’aventurer dans cette jungle, elle fit un signe de la main les invitant à continuer. Ils n’étaient pas venus jusqu’ici pour s’arrêter à l’orée de cette forêt.

    L’expédition s’aventura alors à travers les profondeurs de celle-ci. Guidée par leur traque, les explorateurs avancèrent dans cette épaisse couche verdoyante et pourpre, où l’air était lourd et chargé d’humidité. Isolde ne se sentait pas à son aise face à cette atmosphère étouffante, mais elle continuait sa marche, prenant garde où elle mettait les pieds. Les rayons de l’astre de jour transperçaient de temps à autres à travers le feuillage dense. De doux éclats lumineux se réfléchissaient ainsi sur les feuilles humides.

    La mage noire restait attentive aux bruissements ou craquements, ses pas tentaient de se faire légers sur le sol parsemé de feuilles et de branches. Les lieux restaient peuplés de mystère, témoins de tant de légendes et histoires sinistres. Ces endroits chargés d’un lourd passé possédaient toujours une lueur d’angoisse, mêlée à l’excitation de tomber sur quelque chose d’insolite.
    La végétation luxuriante l’entourait et les diverses lianes enroulées autour de troncs anciens offraient un paysage exotique. Renforcé par les couleurs pourpres inhabituelles de cette forêt légendaire. Quelques cris d’animaux perçaient parfois le silence et résonnaient dans ce décor d’apparence tranquille.

    La brune posa son regard émeraude sur les ruines disséminées plus loin sur le chemin. Elle s’avança doucement, malgré les recommandations du Vent de ne pas s’aventurer hors du groupe. Elle appréciait ces vestiges d’anciennes civilisations et passa délicatement ses doigts sur les pierres vieillies. Elle aperçut une sculpture ancienne brisée, dont les morceaux avaient été emportés ou enfouis par le temps.

    - « Les légendes racontent que des trésors inestimables sont dissimulés dans cette forêt, ainsi que des reliques. Dommage que nous n’ayons pas le temps de fouiller la zone. » dit-elle.

    Cela lui aurait plu de jouer à l’apprentie chercheuse de trésors ou débusquer des reliques. Il s’agissait d’une activité intéressante, mêlant un savoir-faire ancestral et l’histoire riche de ces territoires.
    Après avoir avalé quelques gorgées d’eau, la jeune femme épongea doucement la sueur de son front, causée par cette chaleur humide et étouffante. Le groupe se remit en route. Ils marchèrent calmement, toujours à l’affût du danger tapi dans l’ombre, les hommes de l’espion en éclaireurs.

    La nécromancienne découvrit au cœur de cette jungle de sang, dissimulée sous des plantes grasses et des lianes qui pendaient, une grotte. Son entrée était presque invisible, mais il semblait que ce fût l’objet de leur prochaine destination. Elle se positionna devant le groupe, adressant un léger sourire espiègle au chef d’expédition.

    - « Eh bien Vent, quel est le plan pour la suite des opérations ? Je suppose que c’est dans cette grotte que débute la véritable aventure ? » dit-elle avec malice.

    Elle attendit la réponse du chef, prête à explorer cette grotte et découvrir les mystères qui l’occupaient.

    CENDRES


    Entraînée pour l'éternité dans une valse funeste avec la mort, elle dérive entre deux mondes dans une éternelle danse macabre.


    La berceuse d'Isolde
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Orion Yamveil
    Orion Yamveil
    Messages : 70
    crédits : 415

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3369-orion-yamveil-termine
  • Sam 30 Mar - 19:15
    La Traque Sauvage
    Feat. Isolde et Kieran
    Le groupe continua d’avancer et de s’enfoncer dans la jungle de sang. L’épaisse canopée empêchait les rayons de l’astre solaire de venir jusqu’aux protagonistes, ne laissant qu’un très faible éclairage au sol. Mais, cela n’empêcha la brune étudiante de l’université de Drakstrang à débusquer une grotte au beau milieu de cette jungle. Alors, le chef-espion, voyant la délicieuse femme se poster devant le Drakyn et lui-même, laissa ses prunelles écarlates glisser jusqu’aux émeraude d’Isolde, dessinant un léger sourire sous son voile d’acier. Bien entendu, cette grotte était connue pour avoir été l’objet d’une exploration de jeunes gens effectuant leur service militaire il y a de cela plusieurs années. De ce fait, le Vent du Reike ne les avait pas amenés ici sans raison. C’est ainsi qu’il laissât sa douce voix, déformée par l’acier de son masque, s’échapper d’entre les fentes de ce dernier, venant faiblement résonner dans l’épaisse forêt.

    - C’est effectivement une de nos étapes. Elle est beaucoup plus sûre, si l’on peut le dire, que la surface. Du moins, à mon sens. Il marqua une légère pause, détournant son regard en direction de Kieran. Cependant, je tiens à vous le préciser, cette grotte est infestée de monstres en tout genre, notamment des Géomi. Je n’ai pas la connaissance de vos capacités au combat, mais, je ne doute pas une seule seconde que vous soyez doué. Une nouvelle pause, alors qu’il fermât légèrement ses prunelles. Je vais passer devant, ma vision nocturne m’aidera à capter l’éventuelle présence des monstres en ces lieux. Essayez de ne pas vous perdre une fois à l’intérieur, je ne tiens pas à rentrer à Ikusa sans vous. Je sais que vous êtes adulte et responsable, mais je ne souhaite pas perdre deux éléments. Puis, il se mit directement en marche, passant à l’avant. Il jeta un dernier coup d’œil aux alentours, s’assurant qu’ils ne fussent pas suivis. Bien, Allons-y. Essayez d’être discret et surtout, ne faites pas le moindre bruit. Sinon, les araignées géantes vont s’exciter et venir à plusieurs.

    Sa démarche imitait toujours une légère brise caressant le sol sableux du désert, si légère qu’elle ne souleva pas le moindre nuage de poussière. Son surnom de Vent, il ne le tenait pas que de son poste en tant que second de Zéphyr. C’était ainsi que les protagonistes de cette histoire s’enfoncèrent dans cette grotte, disparaissant dans les ténèbres, s’échappant de la lumière du soleil. Il n’aimait pas particulièrement s’aventurer dans les grottes, surtout en l’absence de ses subordonnés, l’Ordre des Ombres, qui était toujours prêt à intervenir en cas de besoin. Là, si jamais il y avait un problème, il se devait de se fier à des inconnus, qu’il avait rencontrés quelques jours plus tôt. Enfin, il n’y avait pas de raison que cela ne tournât mal, n’est-ce pas ?

    Plus ils avançaient dans cette grotte, plus l’atmosphère devenait humide et les toiles de Géomi nombreuses, à croire qu’ils s’aventurassent sur leur territoire. Même avec sa vision nocturne, le chef-espion avait du mal à discerner véritablement son environnement, heureusement que sa vision était accrue. Son ouïe aussi d’ailleurs et, il leva rapidement la main, indiquant au groupe de se stopper. D’un mouvement calculé, il tourna sur lui-même, observant les alentours, mais rien. Ce n’était qu’en levant la tête qu’il discernât une incroyable Géomi de sept mètres qui surplombait les aventuriers qui l’accompagnaient. Instinctivement, il fit apparaître ses shurikens rotatif, et en envoya trois sur la Géomi, lui tranchant trois de ses pattes, puis il bondit au-dessus d’Isolde et Kieran, pour trancher l’araignée en deux. La partie supérieure de son corps tomba juste devant ces derniers et, la partie inférieure, elle, était restée pendue à une toile. De ce fait, cela fit vibrer cette dernière, une vibration résonnant dans l’esprit du Vent du Reike. Forcément, cela ne pouvait pas être plus simple pour le groupe, simplement ne croiser aucun monstre. Non, cela n’aurait pas été marrant sinon.

    - Fais chier. Siffla-t-il, détournant son regard vers Isolde et Kieran, ses prunelles écarlates scrutant ces derniers. Si vous savez vous battre, ça va être le bon moment. Les vibrations causées par le corps de la Géomi vont attirer ses copines, elles vont toutes rappliquer dans quelques instants.  Les lames dissimulées dans ses gantelets sortirent, dans un sifflement strident résonnant dans l’entièreté de la grotte. Suivi de cette onde, un hurlement ressemblant à celui d’un loup. Il ne manquait plus que ça. Un Cerberus. En un saut magistral, le chef-espion se repositionna devant Isolde et Kieran. Si l’un d’entre vous peut cramer les Géomis, c’est le moment. Il faut à tout prix qu’on s’en débarrasse avant l’arrivée du chien.

    Scrutant aux alentours, le Vent du Reike vit une dizaine de Géomis pénétrer dans la cavité, venant de petits trous dans le plafond. Enfin, petit. Par chance, la maîtresse des araignées était déjà morte, il ne restait plus que des petites d’un mètre. Mais, ce n’était qu’un avant-goût, avant l’arrivée du Cerberus. À son cri, il devait facilement mesurer dans les trois mètres cinquante, déjà une belle bête pour un monstre de sa race.
    CENDRES
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Kieran Ryven
    Kieran Ryven
    Messages : 150
    crédits : 2611

    Info personnage
    Race: Drakyn
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Neutre Bon
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2655-kieran-ryven-terminehttps://www.rp-cendres.com/t2721-carnet-froisse-d-un-limier-kieranhttps://www.rp-cendres.com/t2732-journal-carbonise-kieran-ryven
  • Dim 31 Mar - 23:35
    On est parti pour refroidir du consul. Dans l'une des zones les plus dangereuses de tout le Sekaï. La jungle de sang, en compagnie d'un groupe qui est tapi dans l'ombre du Reike.

    Isolde se contente de sourire face à ce qui semble être la distraction de la journée. Mon esprit a cru vaciller sur le coup.

    J'ignore si c'est un excès de confiance, de l'assurance ou tout simplement le goût du danger. Peut-être un peu de tout ça réunis. Je me contente de froncer les sourcils, de plus en plus intrigué. Pourtant, c'est sa première expédition dans le coin. Quelque chose ne colle pas. J'ai des doutes et des appréhensions, avec évidemment le souci de protéger Malkyn coûte que coûte. En attendant, on progresse. Rien ne m'a manqué dans les parages, aussi bien l'aspect tropical, la densité des feuillages, l'humidité ambiante, le fait que la lumière passe à peine, tant et si bien qu'on a l'air d'être coupé du monde.

    Ce coin reste et restera hostile, l'homme n'a pas sa place à l'intérieur. Mais, faut croire que certains se sont essayés, en y laissant des vestiges pour les plus curieux. Le problème, c'est que la curiosité est un vilain défaut. Si on cache du pognon et des biens précieux dans les parages, c'est bien pour que personne ne vienne se servir. Probablement dans une autre vie, ou peut-être lorsque je serai épuisé de décaniller des dizaines de criminels par semaine, je me serai essayé en tant qu'explorateur ou bien aventurier. À fouler le sol de tous les points cardinaux pour apprendre à le connaître, en appréciant le risque comme la beauté du relief changeant.

    Peut-être que ce jour arrivera.

    Mais là, il était question de rester en vie pour retrouver une personne. Et cette grotte est donc la suite du chemin. Le sourire espiègle de la brune m'interpelle de nouveau, puis ça sera au tour de Vent et ses mises en garde. Son regard dans ma direction, mes mâchoires se serrent et mon esprit se renforce. Je n'en suis pas à mon premier géomi, mais il ne faut surtout pas négliger ces arachnides. Je suis fort, mais pas au point de me promener sereinement ici.

    « Comptez sur moi. »

    La stratégie me convient, à savoir Vent qui sera nos yeux, on éclaircira probablement le coin avec des torches quand on n'aura plus besoin d'être discret. La consigne donnée et comprise, on le talonne. Le silence retrouve le groupe, un silence différent cette fois. Celui où on entend les battements de nos cœurs, les oscillations dans nos expirations, le bruit de nos pas sur des feuilles trop bruyantes, le cliquetis de nos armes tapant en rythme d'horloge. Une tension qui prendra un octave de plus une fois qu'on se retrouvera à l'intérieur. La température est plus clémente, mais l'ambiance n'est pas plus agréable. Le chef de notre escouade bouge plus discrètement qu'une brise légère du vent derrière mes oreilles. Et rapidement, on peut deviner les innombrables toiles qui tapissent les coins et les recoins de cette caverne.

    Pas de tactique militaire, pas de stratégies offensives ou défensives, seulement trois personnes qui doivent rester vigilantes et riposter en se coordonnant au mieux. Alors que ça fait que quelques heures qu'on est ensemble. Impossible de repérer quoi que ce soit, si ce n'est Vent qui vient se mettre en position de combat et fait chuinter des projectiles. Ensuite, ensuite...

    Tout va beaucoup trop vite.

    On m'avait parlé des capacités de cette unité Reikoise. Les rumeurs se rapprochent de la réalité. Les projectiles sifflent et s'arrêtent sur des impacts qui font mouche, il saute aisément au-dessus de nous et rapidement on retrouve un Géomi fendu en deux. Au vu de la taille, la mère. Une prestation qui appelle à l'applaudissement, mais apparemment, c'est le début des ennuis.

    « Fais chier.
    - Hm ?
    - Si vous savez vous battre, ça va être le bon moment. Les vibrations causées par le corps de la Géomi vont attirer ses copines, elles vont toutes rappliquer dans quelques instants.
    - Génial, une fête de groupe. »

    Pas le temps d'admirer les griffes sortir de son propriétaire qu'un hurlement résonne dans les parois de la grotte. J'extirpe Porte-cendres de son fourreau et le pose sur mon épaule. À l'affût.

    « Il ne manquait plus que ça. Un Cerberus.
    - Un ennemi à la fois.
    - Si l’un d’entre vous peut cramer les Géomis, c’est le moment. Il faut à tout prix qu’on s’en débarrasse avant l’arrivée du chien.
    - J'arrive. »

    Mes yeux deviennent incandescents tandis qu'une lumière vive et rougeoyante s'illumine depuis mon torse. Une grande inspiration plus tard, j'avance de quelques pas devant... Oh bordel. Voir autant de Géomis au même endroit, ça n'inspire pas confiance. Sans plus attendre, ma bouche s'ouvre dans un souffle puissant, libérant un torrent de feu qui jaillit avec une force destructrice, embrasant tout sur son passage. Le flux gras et continu illumine la caverne durant de longues secondes, où le reflet des flammes met en exergue les dizaines d'orbites qui nous scrutent avec l'envie de nous garder pour la bouffe du midi. Un grognement plus tard, je charge.

    Directement à portée, un coup en diagonal achève un premier, puis d'une rotation qui précède le même coup un deuxième. Enchaînant la même chose sur le suivant. Il ne reste plus qu'à espérer qu'on ait le temps de tous les fumer avant l'arrivée du cabot.

    Isolde, c'est maintenant ou jamais.
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum