DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Shan'ael

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    En route pour la cité des elfes [Thylie] EFZvhIHe_o
    Gazette des cendres
    Hiver 2022-2023
    Lire le journal
    #1
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Erit sanguinem
    2 participants
    Aller en bas
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Cyradil Ariesvyra
    Cyradil Ariesvyra
    Messages : 107
    crédits : 2232

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t372-la-premiere-condition-de-l-immortalite-est-la-mort-cyradil-ariesvyra-termine
  • Mar 30 Aoû 2022 - 17:58
    Les jours avançaient et l’intégration de la jeune liche au sein du Reike se faisait de manière relativement calme. Elle n’avait pas eu de problèmes pour l’instant et avait repris de manière tout à fait légale ses activités qu’elle pratiquait avant sa transformation. Aujourd’hui, la jeune femme s’occupait surtout de superviser sa forge, un héritage laissé par son père. Même si elle pratiquait beaucoup moins ce travail que dans le temps, c’était surtout pour garder une source sûre d’argent et de perpétrer l’œuvre que son paternel avait durement bâtie. Et puis, Cyradil aimait bien le confort que lui procurait son aisance financière alors elle ne se plaignait pas de fournir de temps en temps un travail de supervision.

    Parallèlement, elle exerçait également au sein des forces médicales reikoises. L’unité lui permettait de continuer ses recherches en terme de magie et l’élaboration de nouveaux procédés médicaux qui permettraient aux soldats de posséder de quoi se soigner en cas d’absence de médecins. A part cela, la jeune blonde entreprenait quelques fois des voyages afin de récolter certaines ressources rares nécessaires à l’élaboration de certaines armes et armures. Cependant, aujourd’hui, c’était surtout pour des raisons personnelles que Cyradil voulait partir en direction du nord. La cité-état des elfes l’attirait en raison de sa non-affiliation à l’empire du Reike et surtout parce que cela faisait plusieurs décennies qu’elle n’y avait plus remis les pieds.

    Jadis grande magicienne aux mille savoirs, Cyradil se disait qu’elle aurait sans doute pu participer à l’un de ces célèbres concours d’érudition et s’offrir une place de choix dans la cité des elfes. Malheureusement, elle avait été bien trop occupée par son apprentissage des arcanes et sa recherche d’immortalité pour tourner son regard vers le monde extérieur. Rien de plus ne comptait à ses yeux que de faire en sorte que la flèche du temps en s’arrête à jamais pour elle. Libérée de cette contrainte, Cyradil voyait le monde d’un œil nouveau désormais, désireuse de l’explorer pour y accomplir tout ce qu’elle n’avait pas pu faire avec sa courte vie d’humaine.

    Ayant perdu la majeure partie de ses pouvoirs et voulant s’armer en cas de problèmes, la jeune liche avait préparé quelques affiches décrivant sa requête. Il s’agissait donc simplement de trouver quelqu’un de suffisamment téméraire pour l’accompagner jusqu’à Melorn. La jeune liche pourrait probablement y arriver toute seule en usant de magie mais cela était sans doute toujours agréable de voyager en compagnie de quelqu’un. La jeune femme en distribua dans quelques lieux populaires au sein d’Ikusa, laissant toujours une petite somme d’argent aux tenanciers afin de faire la promotion de son offre aux clients potentiellement intéressés.

    Consciente que tout le monde ne possédait pas le minimum requis en terme de niveau éducatif, Cyradil veillait à bien traduire sa requête en quelques mots afin que ses promoteurs en fasse part si toutefois ils rencontraient des aventuriers illettrés. La récompense pour cette petite traversée du continent était bien sûr généreusement récompensée, Cyradil étant loin d’être sur la paille en terme de moyens financiers. Pour finir, la jeune blonde indiqua les emplacements où l’on pouvait la joindre, les principaux étant sa forge relativement bien connue du public ou alors un des lieux hospitaliers où exerçaient les membres des FMR. S’assurant qu’elle n’avait rien oublié, Cyradil se mit à attendre patiemment que quelqu’un se manifeste.
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Thylie Wildfire
    Thylie Wildfire
    Messages : 120
    crédits : 885

    Info personnage
    Race: Onie
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t157-thylie-wildfire-la-flamme-eternelle-termine
  • Jeu 1 Sep 2022 - 21:24
    Melorn, la cité elfe, première étape de mon voyage à la recherche des origines de mon clan. Je suis la dernière des miens depuis que le titan X’o les a tous massacré, la Flamme Éternelle, la mémoire de tout un peuple. Même si mes épaules sont larges, le fardeau est lourd à porter et j’ai besoin de trouver des réponses à ces questions qui me hantent, dont la plus prégnante de toutes. Pourquoi ai-je survécu ?

    J’ai débarqué à Ikusa, la capitale du Reike, il y a quelques jours, passage obligé pour toute personne souhaitant s’aventurer plus loin vers le nord. Je pourrai surement me lancer seule à l’aventure, mais je ne suis jamais allée aussi loin vers le septentrion et surtout j’apprécie d’avoir un peu de compagnie de temps en temps, afin d’oublier mes idées noires. L’avantage est que je suis une mercenaire maintenant, une épée à louer et de nombreuses personnes ont besoin d’une escorte ou de bras pour les accompagner dans leur pérégrination. Le lien entre clients et mercenaires se fait souvent à travers les tenanciers d’auberges habituées à recevoir des personnes telles que moi, c’est-à-dire pas trop regardant sur les bonnes manières et l’étiquette.

    En revanche la concurrence est rude, l’offre est pléthorique même si la demande est dynamique. Surtout je suis relativement pressée, hors de question donc d’accompagner une lourde caravane marchande qui mettra le double du temps nécessaire pour rejoindre ma destination finale. Tant et si bien que je me demande au bout de quelques jours s’il ne vaut pas mieux que je fasse le voyage seule, ce qui ne m’enthousiasme guère.

    Heureusement une offre d’emploi parvient à mes oreilles, une personne seule à priori qui recherche une escorte pour l’accompagner jusqu’à Melorn. L’offre est séduisante sur le papier et semble correspondre à ma recherche.

    C’est donc pleine d’enthousiasme que je me rend au lieu de rendez-vous fixé, une forge relativement bien connue des gens du cru. Je me prends à imaginer la physionomie de mon potentiel employeur, surement un forgeron reikois bourru et barbu, le genre à faire un bon compagnon de beuverie. Mais surtout ce qui m’intéresse c’est que la forge est un lieu où le feu est roi, car sans la puissance des flammes il serait tout bonnement impossible de fondre le métal. Cela ne peut donc que me séduire en tant que fille de la flamme, car j’aime la chaleur du feu et le crépitement des flammes dans l’âtre.

    L’endroit est ouvert pour permettre à son occupant de ne pas fondre sous l’effet de la chaleur intense du foyer. J’entends de bruit caractéristique du marteau sur l’enclume et je peux sentir l’odeur du métal qui se tord et qui prend forme. J’ai toujours trouvé cela fascinant, la capacité qu’ont ses artisans du métal à créer des objets à partir d’un matériau si dur et résistant.

    Je m’arrête sur le palier, hélant d’une voix forte.


    - Hey, je suis Thylie, je viens pour l’annonce.
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Cyradil Ariesvyra
    Cyradil Ariesvyra
    Messages : 107
    crédits : 2232

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t372-la-premiere-condition-de-l-immortalite-est-la-mort-cyradil-ariesvyra-termine
  • Ven 2 Sep 2022 - 22:33
    La jeune liche n’eut pas à attendre longtemps avant que son annonce ne trouve preneur. Au vu de la somme que la jeune femme proposait, le travail était plutôt bien payé pour un voyage entre Ikusa et la cité des elfes. Elle n’avait pas de critères définis, quelqu’un de capable ferait largement l’affaire. Lorsque l’onie se présenta à la forge, on lui demanda simplement de patienter. Par chance, la maitresse des lieux s’y trouvait aujourd’hui, ce qui évitait à Thylie de devoir se rendre sur un autre lieu. Par acquis de conscience, Cyradil n’est pas de celles qui faisaient attendre volontairement ses clients et la jeune blonde descendit relativement rapidement pour venir à la rencontre de la mercenaire.

    « Enchantée Thylie. Je m’appelle Cyradil, la maitresse des lieux. Vous êtes effectivement au bon endroit. Je ne pensais pas trouver une intéressée aussi vite mais soit, cela m’arrange. Comme vous l’avez certainement appris, je souhaite me rendre à Melorn mais j’aimerais éviter autant que possible les dangers qui y rôdent et je me suis dit que ce serait sans doute mieux de voyager à deux que toute seule. »

    Non pas que la jeune liche était inhabituée aux voyages mais cela faisait un moment qu’elle n’avait plus quitté les terres de l’Empire. Elle gardait les souvenirs de son ancienne vie et connaissait relativement bien les dangers du monde extérieur mais son apparence actuelle et ses manières distinguées pouvait laisser transparaitre une certaine fragilité. Il aurait été sans doute plus facile de directement jauger son interlocutrice du regard mais dans l’état actuel des choses, cela était un peu fastidieux. Cela dit, sa voix laissait entendre un certain enthousiasme quant à l’idée de réaliser la tâche que Cyradil voulait lui confier.

    « Est-ce que vous pouvez me parler de ce que vous savez faire pour que je puisse…jauger vos compétences ? Votre intonation me fait comprendre que vous êtes motivée, ce qui est déjà pas mal. Rassurez-vous, je ne cherche pas à faire de sélection. Vous êtes d’ailleurs la première à venir me voir pour l’offre. » Finit-elle en souriant.

    Quand on se prive volontairement de sa vue, le cerveau cherche à compenser ce manque en décuplant les autres sens. Sa cécité volontaire avait obligé la jeune magicienne à récolter la moindre information que le son pouvait lui faire parvenir et il fallait reconnaître qu’elle se débrouillait plutôt bien. Cyradil avait déjà planifié son absence, demandant au nain qui lui servait de contremaître de la remplacer pendant son déplacement. Ce faisant, la jeune blonde était prête à partir à n’importe quel moment. Il lui suffisait simplement de faire un saut chez elle pour y rassembler ses affaires et le tour était joué.

    « D’ailleurs, si vous avez des armes, des armures ou des outils à faire réparer, n’hésitez pas. »

    Après tout, c’était toujours une bonne occasion d’attirer de nouveaux clients. Cela dit, Cyradil ne faisait pas dans l’insistance et proposait ici simplement son expertise en guise de bonne foi, pour un futur service rendu. Car au-delà du simple paiement que proposait la jeune blonde, c’était surtout des relations qu’elle cherchait à tisser.
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Thylie Wildfire
    Thylie Wildfire
    Messages : 120
    crédits : 885

    Info personnage
    Race: Onie
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t157-thylie-wildfire-la-flamme-eternelle-termine
  • Mer 5 Oct 2022 - 19:05
    Je m’étais attendu à… autre chose alors que ma future employeuse parait enfin devant moi. Je dois avouer que je suis un peu décontenancée par cette apparition ne m’attendant pas à voir une femme de sa corpulence dans un tel endroit. Comme quoi certains stéréotypes ont la vie dure. Sans compter qu’elle port un étrange bijou qui dissimule son regard et la rend encore plus mystérieuse.

    D’ailleurs mon odorat capte une odeur familière, un parfum fugace que j’ai eu le temps d’appréhender pour avoir partagé la couche d’une liche très récemment, un souvenir très agréable encore vivace dans mon esprit. L’odeur de la non-vie, le parfum de la mort et le silence d’un cœur qui ne bat plus depuis longtemps.

    Note-t’elle mon hésitation lorsque je découvre sa vraie nature ? Possible, mais j’essaie de ne laisser rien paraître dans le ton de ma réponse.


    - Il faut croire que le destin fait bien les choses. J’ai besoin de me rendre à Melorn, mais je ne connais pas cette cité. En revanche, je peux t’offrir une escorte si tu acceptes ma présence bien entendu. Je pourrai m’y rendre seule sûrement, mais je préfère moi aussi la compagnie.

    Un rire.

    - Je n’ai jamais été très à l’aise pour me parler à moi-même.

    Je m’approche légèrement de la liche, me demandant si elle me voit ou non. Cela me semble assez étrange que personne n’ait encore répondu à son offre d’emploi. Ou peut-être que les autres savent qui elle est et qu’ils n’ont pas envie de servir de garde du corps à une créature de X’o…

    - Quant à mes capacités et bien je pense être capable de te protéger physiquement de la plupart des dangers que nous pourrions rencontrer sur la route. Je suis une mercenaire et j’ai combattu avec les armées du Reike sur le front de Mael.

    J’y ai d’ailleurs affronter des créatures de X’o à cette occasion et voir un non-vivant évoluer librement dans la capitale du Reike a quelque chose d’assez incongru.

    Et décidément cela me perturbe vraiment de ne pas pouvoir capter son regard. Je jette un coup d’œil dans la pièce.


    - Je pourrai te montrer ma force, mais je ne sais pas si tu peux me voir. Quant à mes armes, je te remercie pour ta proposition mais elles sont un peu spéciales.

    Ce sont les armes de mon clan, des artefacts uniques qui n’ont à ma connaissance pas d’équivalent. Je doute d’ailleurs qu’il soit possible de les réparer dans une forge classique si jamais il le fallait.

    - Je ne sais pas quoi te dire de plus, si ce n’est que j’ai aussi répondu car tu as précisé que tu pouvais partir rapidement. Je suis assez pressée pour être franche.

    J’évite cependant d’en dire trop pour l’instant. Finalement je ne la connais pas et je me demande un instant s’il se pourrait qu’elle soit un agent de Morndrizel…
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Cyradil Ariesvyra
    Cyradil Ariesvyra
    Messages : 107
    crédits : 2232

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t372-la-premiere-condition-de-l-immortalite-est-la-mort-cyradil-ariesvyra-termine
  • Jeu 6 Oct 2022 - 13:04
    Thylie déclina proprement l’offre de la jeune liche, clamant que ses armes étaient spéciales. Sans doute y accordait-elle un certain attachement mais dans tous les cas, Cyradil n’insista pas davantage sur la question. Ainsi donc l’onie avait combattu sur le front de Mael…Cela devait remonter à deux années maintenant. Même si la jeune blonde n’y avait pas participé directement, elle se souvenait avoir participé à des missives au sein des forces militaires reikoises, notamment en établissement des hôpitaux de campagne pour soigner les soldats. D’apparence, la volonté du Reike de défendre Mael pouvait sembler juste mais Cyradil y avait surtout vu une opportunité supplémentaire d’étendre l’influence de l’Empire.

    « Effectivement, cela fait quelques jours que j’ai fait mon paquetage et j’ai déjà pris toutes les dispositions pour que l’on me remplace. Je serais prête à partir d’ici un quart d’heure. »

    L’on pouvait d’ailleurs remarquer que le regard de Cyradil suivait parfaitement les mouvements de l’Oni. A défaut de pouvoir la voir directement, on pouvait au moins supposer que Cyradil pouvait percevoir suffisamment son interlocutrice pour pouvoir interagir avec. La jeune blonde se doutait bien que cela pouvait être parfois déconcertant et cela avait le mérite de beaucoup l’amuser. Thylie semblait être honnête sur ses intentions. En effet, il lui serait difficile de lui faire une démonstration mais ce n’avait été là qu’un subterfuge de la part de la liche pour sonder les intentions de l’onie. Rassurante, elle lui indiqua, d’un geste de la main, l’inutilité d’une telle démarche. Elle ne possédait peut-être pas la faculté de lire dans les pensées (ou plutôt, elle ne la possédait plus) mais rares étaient ceux qui savaient dissimuler le mensonge dans leur voix sans en changer l’intonation.

    « Non, ne t’inquiète pas, ça ira et je ne doute pas que tu auras maintes occasions de me le prouver pendant notre voyage. J’ai déjà visité Melorn quelques fois alors je pourrais toujours te guider une fois arrivé. De souvenir, les elfes qui y vivent sont plutôt sceptiques concernant les étrangers qui viennent visiter leur cité et il est parfois assez difficile de gagner leur confiance. »

    Elle-même se rappelait qu’il lui avait fallu bien des décennies pour commencer à y être accueillie chaleureusement. Sous son apparence actuelle, tout était à refaire. Cyradil pouvait certainement fournir des preuves de son ancienne vie ou faire jouer certaines relations passées mais elle ignorait le traitement qui était réservé aux morts-vivants là-bas, une raison de plus pour laquelle elle voulait se rendre à Melorn.

    « Mael donc. C’est un joli fait d’arme. Voilà encore un point que nous partageons même si j’étais souvent affrétée à soigner les blessés plutôt qu’à combattre sur le front. Enfin bref, dit-elle en présentant une chaise, tu es libre de t’assoir en attendant, je ne serais pas longue. »

    Remontant dans son bureau, la jeune liche n’eut qu’à empoigner son sac de voyage, étonnamment léger. C’était là un autre avantage de sa non-vie qui lui permettait de s’affranchir de la plupart des besoins vitaux dont les mortels avaient besoin. Nul besoin de manger, de boire ou de dormir. Les changements climatiques n’avaient que très peu d’effet sur sa personne, en témoignait son style vestimentaire plutôt chargé si l’on considérait les températures désertiques du Reike. La jeune blonde redescendit donc, invitant sa compagne de voyage à lui emboîter le pas.

    Ses sorties de la ville étaient plutôt fréquentes et personne ne l’avait jamais questionné sur ses dernières, ou du moins, plus depuis longtemps. Cyradil faisait preuve de suffisamment de bonne foi pour justifier ses voyages dont la plupart contribuaient à l’essor de sa forge et par extension donc, des forces militaires du Reike. C’est donc sans mal qu’elle quitta la capitale, entamant son long périple vers le nord. Partir d’Ikusa représentait l’avantage de ne pas avoir à contourner la chaine de montagnes et de laisser cette dernière à l’est, chose que les deux femmes n’auraient pas pu faire en partant de Taisen par exemple. De mémoire, il ne devrait pas y avoir de terrain abrupt entre Ikusa et Mélorn, Cyradil se souvenant surtout d’un terrain plat et froid, parsemé de quelques arbres ça et là. Une fois l’agglomération d’Ikusa franchie, la jeune liche rompit le silence.

    « Je sais ce que tu te demandes. Est-ce que j’arrive à te voir ? Et bien, pas tout à fait. Mais je peux entendre tes pas, ton cœur battre, le mouvement de tes muscles. La privation d’un sens pour en aiguiser d’autres, une expérience plutôt enrichissante je dois dire même si elle ne convient pas à toutes les situations. Je ne suis pas aveugle pour autant, je te rassure. »

    En effet, en cas de besoin, Cyradil pouvait évidemment se servir de sa vue pour exprimer pleinement son potentiel mais cela n’avait jamais été nécessaire jusqu’ici. Elle se terrait dans son mystère, évitant d’ébruiter son dernier. La jeune blonde n’était pas particulièrement choquée que des personnes éparses puissent découvrir sa vraie nature mais cela était bien différent que de l’exposer à l’échelle de la nation et que l’on vienne l’importuner pour cela. En fait, elle serait même plutôt attristée que le Reike la blâme pour sa non-vie après tant d’années de bons et loyaux services qu’elle s’efforçait d’ailleurs toujours de fournir à l’heure actuelle.

    Cela dit, les premières péripéties des jeunes femmes se présentaient sous la forme d’un petit contingent de champas dont certains se tenaient sur leurs gardes, fixant les deux voyageuses.

    « Ce n’est pas la menace la plus dangereuse qu’il m’ait été donnée de voir mais bon, j’imagine que cela fera au moins un bon repas ? »

    Cyradil ne portait pas d’armes. Ayant reçu l’éducation militaire du Reike, elle savait évidemment manier l’épée mais son ascension fulgurante en terme de magie arcanique lui avait bien vite fait abandonner l’art des lames. Aujourd’hui, même si sa puissance n’était plus que l’ombre de celle qu’elle possédait jadis, il allait sans nul doute qu’un petit groupe de lapins à cornes ne faisait pas le poids contre elle.

    « Si on en tape juste un ou deux, les autres seront effrayés alors je te demande de te ménager un peu. »

    La jeune liche présentait une facette plutôt altruiste de sa personnalité, évitant de tuer inutilement. Si une simple sommation suffisait alors les bêtes s’en iront d’elles-mêmes…En espérant qu’un autre danger ne se cache pas derrière.
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Thylie Wildfire
    Thylie Wildfire
    Messages : 120
    crédits : 885

    Info personnage
    Race: Onie
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t157-thylie-wildfire-la-flamme-eternelle-termine
  • Mer 9 Nov 2022 - 21:29
    Je m’assieds sur la chaise attendant que la liche ait terminé de rassembler ses affaires. Pour ma part mon paquetage est prêt, j’ai toujours voyagé léger, maîtrisant parfaitement la survie dans les espaces naturels ce qui me permet de ne pas avoir à prévoir trop de nourritures notamment. Le barda de la liche est encore plus petit que le mien, l’avantage de la non-vie, mais, à vrai dire, pour une raison étrange cela ne m’attire pas plus que cela. La mort fait pour moi partie intégrante du cycle de la vie. Si on ne meurt pas vraiment, alors notre âme ne peut pas rejoindre le royaume des flammes et elle erre sur ce plan dans l’attente de… quoi ? Puisqu’il n’y a pas de fin.

    Je la suis en silence et c’est elle qui le rompt en premier. Un léger sourire s’inscrit sur mes lèves alors qu’elle semble lire dans mes pensées.
    Effectivement le bijou qu’elle porte sur ses yeux m’intrigue vraiment. Ses réflexions sont censées, se priver d’un sens pour exacerber les autres. Mais je ne vois pas les choses totalement de la même manière.

    - Tu as raison. La plupart des gens s’en remettent uniquement à leur vue, par facilité j’imagine et ils oublient que la nature nous a offert d’autres atouts. Dans ma culture tous les sens ont leur importance, la vue n’en est qu’un parmi les autres.

    Je marque une courte pause.

    - Pour ma part je n’entends pas de cœur battre dans ta poitrine et je peux sentir l’odeur particulière du corps d’un non-vivant, percevoir la froideur d’un corps qui n’est plus parcouru par le sang.

    D’autant plus que j’ai pu côtoyer de très près une liche récemment. J’ajoute rapidement afin d’éviter tout malentendu.

    - Cela ne me dérange pas du tout que tu sois une non vivante.

    Je me garde cependant de dire que je hais X’o le titan et que si j’en avais l’occasion je le tuerai pour ce qu’il a fait aux miens.

    - Mais je préfère garder mes yeux grands ouverts. Cela aide tout de même à voir plus loin et je peux voir très loin.

    A plusieurs kilomètres de distance en me concentrant bien.

    Nous poursuivons notre route, jusqu’à croiser celle d’un groupe de champas. Ces créatures peuvent sembler charmante au premier abord, mais ce sont avant tout des nuisibles qui peuvent ravager réserves de nourriture et champs. Par contre ils sont plutôt craintifs et préfèreront effectivement fuir plutôt que d’affronter une opposition déterminée.

    Je hoche la tête lorsque la jeune liche propose d’en tuer une paire pour la nourriture. Si elle n’a pas besoin de manger, ce n’est pas mon cas, et j’ai un sacré appétit. En plus la viande des champas est plutôt savoureuse.

    - Ne t’inquiète pas, je m’en occupe.

    Je pose en silence mon barda sur le sol, détachant deux javelots à la pointe effilée. J’avance lentement dans leur direction d’une démarche silencieuse aux vues de ma masse. Si j’avance trop près, ils risquent de s’enfuir, mais heureusement ma force surhumaine me permet de lancer mes javelots à une distance bien supérieure à la normale. Deux lapins à cornes sont transpercés, les autres s’enfuyant en couinant de peur. Je les attache ensemble par les pattes arrière avec une cordelette pour les pendre sur un javelot que je cale sur mon épaule avant de lâcher dans un sourire.

    - J’ai de quoi manger pour ce soir.

    Nous reprenons notre route, mais le temps change brusquement des nuages noirs s’amoncelant à l’est. Je lève le visage vers le ciel, comme pour le renifler.

    - Il va pleuvoir. Il faut trouver un abri.

    Nous repartons en accélérant le pas, trouvant une faille dans une escarpement rocheux juste avant que des trombes d’eau ne s’abattent sur nous. L’endroit est plutôt étroit, mais nous n’avons pas vraiment eu le temps de trouver mieux. Une obscurité humide nous entoure rapidement et je prépare un feu en prononçant des mots étranges dans une langue inconnue aux accents crépitants.

    Cette fois-ci c’est moi qui engage la conversation en premier.

    - Je vais à Melorn pour aller à la Grande Bibliothèque. Une amie m’a dit qu’on pouvait tout y trouver et j’ai besoin de chercher des réponses.

    Mon regard se perd dans les flammes naissantes.

    - J’ai perdu beaucoup de choses durant la guerre et maintenant qu’elle est officiellement terminée, j’ai besoin de trouver un nouveau sens à ma vie.
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Cyradil Ariesvyra
    Cyradil Ariesvyra
    Messages : 107
    crédits : 2232

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t372-la-premiere-condition-de-l-immortalite-est-la-mort-cyradil-ariesvyra-termine
  • Sam 12 Nov 2022 - 13:54
    Même si Cyradil ne pouvait voir la scène, elle fut plutôt étonnée par son dévouement. Elle entendit les sifflements des javelines percer l’air et deux râles d’agonie avant que l’onie n’abatte ses cibles. Une précision remarquable qui ferait frissonner les mortels les moins aguerris. Cependant, malgré son apparente brutalité, la jeune blonde percevait une sorte de bienveillance de la part de Thylie. La jeune magicienne fut très surprise quant à la révélation de sa partenaire de voyage qui décela sans aucun effort sa véritable identité. Elle qui s’efforçait à cacher sa nature de non-vivante, la voilà qu’elle se faisait débusquer comme un vulgaire champa. Cependant, Cyradil n’en montra pas plus qu’un simple étonnement, consciente qu’il y aura toujours des gens qui seront capables de la percer à jour. Le tout était que cela ne s’ébruite pas à l’échelle de la nation toute entière. Du moins, pas avant d’avoir pu récupérer des pouvoirs décents.

    « Effectivement, tu as l’art de percevoir les choses. Mais bon, je pense que tu n’es pas la première ni la dernière à avoir découvert mon secret. Je te demanderais juste d’essayer de ne pas trop partager cette information. Je doute que le Reike soit très joyeux à l’idée de savoir qu’une liche parcourt ses terres librement. »

    Cyradil voulut continuer sur sa lancée mais bientôt d’épais nuages noirs assombrirent le ciel et d’énormes trombes d’eau commencèrent à tomber. Fort heureusement, sa compagne avait anticipé ce changement de climat et leur avait trouvé un endroit au sec juste avant que les averses ne les trempent complètement. Un renfoncement dans la roche qui agissait en tant que grotte. Sûrement la tanière d’un animal abandonné à en juger par les carcasses qui jonchaient au sol et dont la jeune blonde sentait les craquements des os sous ses bottes. Il n’était plus nécessaire de se couvrir la vue désormais et la jeune forgeronne se sépara donc de son diadème révélant des yeux d’un bleu glacé et d’une lumière perçant la demi-clarté qu’avait installé le feu de camp. Elle apprit en même temps les objectifs de Thylie concernant le voyage vers la cité des elfes.

    « La guerre nous a tous laissé de profondes marques. Dans de tels conflits, il n’y a jamais vraiment de gagnant finalement. Toutefois, il est assez marrant de voir que nos buts sont plutôt similaires finalement. J’ai également besoin de passer par la Grande Bibliothèque afin d’exploiter certains de ses savoirs. Ma transformation en liche ne s’est malheureusement pas faite comme je le souhaitais. Certes, j’ai pu obtenir l’immortalité et la jeunesse éternelle mais au prix de la majeure partie de mes pouvoirs et de mon savoir magique. Fort heureusement, ceux-ci me reviennent petit à petit mais de manière relativement lente. Je cherche donc à savoir s’il est possible d’accélérer le processus pour que je puisse récupérer mes magies de haut niveau. »

    Cependant, contrairement à sa vie passée, Cyradil n’était plus motivée par la soif de pouvoir. Certes, elle aspirait toujours à retrouver sa puissance d’antan mais elle voulait également profiter de sa nouvelle vie pour explorer le monde et forger des liens. Elle avait tellement dédier sa vie aux études qu’elle en avait simplement oublier de vivre.

    « Bon, je t’avoue que je ne me remettrais sans doute plus dans un tel danger volontairement. L’expérience de ma renaissance m’a laissé un arrière-goût plutôt amer concernant la nécromancie alors pour l’instant, j’ai simplement envie de profiter. »

    Profitant des rares fois où elle pouvait utiliser sa vue, Cyradil détailla sa compagne pour la première fois. Plutôt sympathique à regarder pour quelqu’un qu’elle imaginait plus sauvage. Sans doute profiterait-elle de ce voyage pour en savoir un peu plus bien que la jeune forgeronne ait pu déterminer sa race presque au premier coup d’œil. Après tout, elle avait toujours son livre de bestiaire quelque part chez elle. C’est même fou à quel point il était complet alors qu’elle-même n’avait pas tellement voyagé dans sa vie humaine.

    « Si tu le souhaites, je pourrais t’aider dans ta quête. Je me débrouille plutôt bien avec les bouquins » Dit-elle par plaisanterie avant d’ajouter :  « C’est la première fois que je rencontre une onie d’ailleurs et je crois que sur mes neuf décennies de vie, j’en ai rarement vu d’autres, ne serait-ce que de loin. Les membres de votre peuple sont si rares que cela ? » Ajouta-t-elle par simple curiosité.

    Cyradil était sans doute loin d’imaginer le pire.
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Thylie Wildfire
    Thylie Wildfire
    Messages : 120
    crédits : 885

    Info personnage
    Race: Onie
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t157-thylie-wildfire-la-flamme-eternelle-termine
  • Jeu 17 Nov 2022 - 11:01
    Effectivement j’ai découvert son secret mais il faut dire que je suis plutôt bien placée pour cela.

    - En fait j’ai une relation avec une liche…

    Un mince sourire s’inscrit sur mon visage avant qu’un profond soupir ne soulève ma poitrine.

    - …même si je ne sais pas trop où nous en sommes toutes les deux. Il faut croire que l’immortalité ne refroidit pas que les corps.

    Je secoue une main lasse comme si je voulais chasser certaines pensées négatives.

    - Elle m’a cependant ouvert les yeux sur ce qui était important. En fait je suis la dernière de mon clan et je porte en moi le souvenir de tout un peuple, nos coutumes, nos croyances. J’ai cru que mon salut résidait dans la vengeance, une vengeance qui a failli me consumer perdant de vue ce qui était primordial.

    Je baisse le regard, visiblement affectée par le poids des responsabilités qui pèsent sur mes épaules pourtant solides.

    - Les miens vivent encore à travers moi. Dans ma croyance, on ne meurt pas vraiment tant que quelqu’un se souvient encore de vous. Et je suis la seule encore en vie pour me souvenir d’eux.

    Un sourire faible et triste alors que je la regarde de nouveau.

    - Alors je n’ai pas le droit de mourir. Mais je ne sais pas ce que je dois faire. J’ai besoin d’apprendre d’où nous venons, les origines de mon peuple pour en être la digne représentante et peut-être, qui sait, transmettre ce que j’ai en moi. A ce moment-là, j’aurai alors le droit de me reposer et de rejoindre le royaume des flammes.

    J’efface d’un revers de la main quelques larmes qui menacent de perler sur mes joues.

    - Quoiqu’il en soit, saches que ce n’est pas dans mes habitudes de révéler des secrets. Et je pense effectivement que les reikois n’aiment pas trop les non-vivants.

    Comment leur en vouloir d’ailleurs ? Même moi j’ai combattu des hordes de morts-vivants décérébrés sur les champs de bataille de Shoumeï et j’ai voulu tuer la liche Morndrizel avant de succomber à son charme vénéneux.

    Je la regarde plus précisément lorsqu’elle enlève son diadème. Son regard est glacial et perçant et je ne peux réprimer un étrange frisson qui remonte le long de mon échine. Ces êtres ont vraiment une présence et une aura troublante, même si je ne comprends pas comment on peut accepter d’abandonner sa mortalité pour fouler cette terre pour l’éternité. Surtout quand cela ne se passe pas comme prévu comme cela semble être le cas pour elle.

    - Un peu d’aide sera la bienvenue. Surtout que…


    Je détourne les yeux un peu honteuse.

    - …je ne sais pas lire. Nos traditions se sont toujours transmises à l’oral. Et il paraît que les elfes ne sont pas très accueillants. Surtout avec les… sauvages.

    Une légère grimace. Je sors alors quelques réserves de mon paquetage.

    - Par contre je dois dire que la mort-vivance a quelques avantages. Pas besoin de manger ni de dormir.

    Un léger rire alors que je mords à pleines dents dans un morceau de viande séchée.

    - Dis-moi, pourquoi est-ce que tu ne veux pas mourir ?
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Cyradil Ariesvyra
    Cyradil Ariesvyra
    Messages : 107
    crédits : 2232

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t372-la-premiere-condition-de-l-immortalite-est-la-mort-cyradil-ariesvyra-termine
  • Sam 19 Nov 2022 - 17:58
    L’évocation d’une autre liche ne la surprit pas davantage. La jeune blonde avait bien conscience qu’elle n’était certainement pas la seule à avoir découvert le secret de l’immortalité bien qu’il était peu probable que ce savoir soit tellement répandu. Cette personne semblait toutefois importante pour l’onie et Cyradil en conclut qu’elle avait peut-être nouer un lien très affectueux avec la non-vivante bien que, selon les dires de Thylie, sa compagne ne semblait pas aussi réceptive qu’elle le voudrait.

    « Je ne saurais te conseiller sur ce point. A vrai dire, même dans ma vie de mortelle, je n’ai jamais eu l’occasion de pouvoir rencontrer quelqu’un avec qui je puisse partager ce genre de lien. C’est dire à quel point j’étais occupé avec mes recherches. »

    Son histoire était vraiment émouvante. Cyradil ne pensait pas que l’onie était capable de témoigner autant de fragilité. Cela la rendait moins impressionnante mais également plus affective. Cela renforçait l’idée de la jeune liche de vouloir l’aider dans sa quête et elle comprenait maintenant à quel point il avait du être difficile de confronter la liche lors de la première rencontre. Après tout, les morts-vivants étaient vu comme une sorte de personnification de la mort, un douloureux souvenir pour quelqu’un qui avait perdu tous ses proches. La jeune blonde s’approche donc du feu, s’installant près de l’onie, plus par sympathie que par réelle envie de se réchauffer.

    « C’est une bien honorable tâche que tu t’es confiée Thylie. J’en comprends parfaitement les enjeux et je ne peux que te souhaiter le courage dans ta quête. Je suis sûre que des membres de ton ethnie vivent encore quelque part dans ce monde. Je t’aiderai à rassembler toutes les connaissances dont tu as besoin et tu parcourras le monde à la recherche de tes semblables et tu leur conteras ton histoire. Dans une certaine mesure, je pourrais même essayer de compiler tes récits et de faire en sorte qu’ils traversent les âges. Je ne mourrais jamais alors je ferais en sorte que tes contes ne soient jamais détournés. »

    Sa révélation quant à son illettrisme la fit sourire. Ce n’était pas très grave, il n’était jamais trop tard pour apprendre d’autant plus que Cyradil savait se montrer patiente avec quiconque manifestait autant de bonne volonté que l’onie.

    « Je pourrais t’apprendre à l’occasion. Melorn n’est pas accueillante envers n’importe quel étranger si tu veux mon avis. Les elfes ont tendance à vivre de manière assez recluse surtout après la guerre. Quant à ta question, c’était au départ par simple volonté de ne pas voir toutes les connaissances accumulées disparaitre. Puis, au fur et à mesure que je travaillais sur ce rituel, j’ai commencé à songer à ce que je voulais réellement faire de cette seconde vie si je réussissais. J’ai énormément apporté d’aide aux gens et je pense pouvoir continuer sur cette lancée. Je pensais qu’en me transformant en liche, je perdrais une partie de ma personnalité et que mon âme serait corrompue par le titan de la mort. Cela dit, il semblerait que je me sois trompée et je ne ressens aucune envie de jouer de près ou de loin avec la mort. A vrai dire, je suis en tout point semblable à ce que j’étais avant ma transformation. »

    Elle tourna le visage vers Thylie avant de reprendre en reprenant :

    « Une gentille liche qui veut faire le bien autour d’elle et peut-être profiter des choses qu’elle n’a pas pu faire en étant mortelle ? Enfin, avec les rides en moins et une poitrine plus ferme. »

    La jeune blonde rigola, espérant que sa joie et sa bonne humeur puisse dissiper la tension du moment.



    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Thylie Wildfire
    Thylie Wildfire
    Messages : 120
    crédits : 885

    Info personnage
    Race: Onie
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t157-thylie-wildfire-la-flamme-eternelle-termine
  • Lun 5 Déc 2022 - 19:05
    Le soutien de la liche est réellement le bienvenu. Il faut dire que l’ampleur de la tâche qui m’attend me désespère parfois et même si je ne la connais pas vraiment, cela fait du bien de recevoir ce genre d’encouragements.

    Je grimace lorsqu’elle me propose de m’apprendre à lire et à écrire.

    - C’est-à-dire que…

    Un soupir.

    - …j’ai du mal à voir ce que cela peut m’apporter. Je ne comprends pas ce besoin que vous avez de tout inscrire sur des feuilles de papier.

    Mon index qui pointe mon crâne.

    - C’est comme si vous n’aviez pas la place là-dedans.

    Je lâche un petit rire avant de poursuivre.

    - Pour les miens, c’est important de transmettre, mais nous le faisons par la parole et gardons ce qu’on nous dit dans nos mémoires.

    Un soupir triste.

    - Mais maintenant que je suis la dernière, je me demande si vous n’avez pas raison, même si j’imagine qu’un livre ne sert à rien si plus personne n’est là pour le lire.

    J’accueille sa dernière phrase moi aussi avec un rire avant de lui répondre.

    - Dans ma culture, la mort n’est pas une fin, elle n’est que le chemin qui mène à la porte qui s'ouvre sur le Royaume des Flammes. Alors ce que tu fais, la… repousser, c’est contre nature. Ce n’est pas bien car cela va à l’encontre de la volonté du feu.


    De nouveau une expression amère sur le visage.

    - Pourtant je ne peux te juger pour cela, surtout après ce qui est arrivé à mon peuple. Mes croyances ne les ont pas empêchés de mourir.

    Un soupir pour évacuer ces idées noires et mon regard qui se fait brusquement taquin.

    - Mais je dois dire que juste pour la poitrine ferme, ça peut valoir le coup.

    Un rire qui s’échappe d’entre mes lèvres avant que je ne redevienne sérieuse.

    - Je ne voudrai pas paraître indiscrète mais de quoi veux tu profiter dans cette nouvelle vie ? Moi j’ai envie de tellement de choses parfois que je me dis effectivement qu’une vie ne suffira pas. C’est pour cela que j’essaie d’en profiter un maximum, même si parfois je me suis laissée consumer par la colère et la soif de vengeance.
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Cyradil Ariesvyra
    Cyradil Ariesvyra
    Messages : 107
    crédits : 2232

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t372-la-premiere-condition-de-l-immortalite-est-la-mort-cyradil-ariesvyra-termine
  • Mer 14 Déc 2022 - 15:57
    « En fait, c’est assez simple à expliquer. Je respecte sincèrement la tradition orale qu’a cultivé ton peuple à travers les générations mais il arrive parfois que l’on se confronte à certains imprévus. Tu l’as dit toi-même. Tu es la dernière représentante de ton clan alors ton savoir est précieux. Les gens peuvent oublier, déformer certains propos et parfois, il arrive qu’une partie de l’information se perde à travers les âges. Si tu continuais à diffuser les contes de ton peuple comme tu le fais déjà mais qu’en plus tu écrivais un recueil, ça permettrait de multiplier les chances que tes traditions ne se perdent pas. Tu sais…au cas où il t’arriverait quelque chose. »

    L’explication de Cyradil était méthodique mais elle ne voulait pas forcer son interlocutrice à accepter son idée. Elle trouvait juste dommage que tant d’informations ne soient « stockées » qu’à un seul endroit. D’expérience, elle savait que la transmission des savoirs se faisaient bien mieux à travers les bouquins pour la simple raison que, si bien préservés, ils ne périssaient pas. Elle sortit un livre sur les plantes médicinales pour illustrer ses propos.

    « Par exemple, ce petit recueil contient un inventaire des plantes médicinales que l’on peut trouver dans le Reike et leurs utilisations. Son auteur l’a écrit il y a une bonne décennie maintenant et avec l’extension de l’empire, ce livre aurait sans doute besoin d’une petite révision mais il n’en reste pas moins fort utile lorsqu’on a besoin de trouver de quoi se guérir dans la nature. Bref, ce que je veux dire, c’est que son auteur est mort depuis longtemps mais les gens continuent à profiter de son savoir car des centaines de milliers de copies de son livre se sont répandues à travers le Reike. Tu pourrais faire la même chose avec ce qui se trouve dans ta tête ? Je suis sûr qu’il y a plein de personnes qui s’intéresseront à votre culture. »

    Sa vision sur la mort était compréhensible. En réalité, Cyradil ne s’en serait pas voulue si elle avait échoué. Elle l’aurait acceptée sans rechigner. Il s’agissait là d’une expérience qui, si elle marchait, lui donnerait l’opportunité de traverser les âges, un rêve pour une érudite férue de connaissances comme elle. Néanmoins, la jeune blonde se contentait simplement de profiter pour l’instant.

    « Difficile de dire ce que j’ai envie de faire précisément. J’ai bien une ambition que je nourris depuis mon ancienne vie. J’ai vocation à occuper la fonction d’Archimage du Reike. J’ignore encore comment y parvenir mais si je pouvais occuper une haute fonction, j’aurais plus de pouvoir pour aider le peuple reikois. Jadis, je pouvais compter sur mon potentiel magique pour outrepasser mes potentiels opposants mais j’en ai perdu une grande partie. A part cela, j’aimerais juste explorer le monde. Mon père possédait plusieurs forges à travers le pays. J’ai réussi à relancer celle à Ikusa mais d’autres sont disséminés à travers les autres villes de l’Empire. Cela serait sans doute un bon moyen de me faire connaître davantage. »

    La jeune forgeronne continua ensuite sur des envies plus personnelles et moins ambitieuses. Cyradil avait passé beaucoup de temps à étudier et sans doute avait-elle côtoyé plus de bouquins que de réelles personnes. Cela dit, malgré son autarcie, la jeune blonde n’avait jamais vraiment ressenti cela comme un sentiment de solitude.

    « Ah et puis il y a aussi cette chose que les gens appellent amour. Cela doit être vraiment bien d’avoir quelqu’un que l’on puisse aimer et qui nous aime en retour. Je n’ai jamais eu l’occasion d’expérimenter ce genre de sentiment mais si je pouvais rencontrer quelqu’un qui puisse m’accepter comme je suis, sans que j’ai besoin de dissimuler ma vraie nature alors cela me rendrait sans doute plus que heureuse. Enfin bref, ce n’est pas très pressant. J’ai littéralement toute l’éternité devant moi. Sinon, à part découvrir les origines de ton peuple, tu as d’autres ambitions ? »
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Thylie Wildfire
    Thylie Wildfire
    Messages : 120
    crédits : 885

    Info personnage
    Race: Onie
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t157-thylie-wildfire-la-flamme-eternelle-termine
  • Jeu 12 Jan 2023 - 22:09
    Une moue accueille les paroles de la liche. Même si son discours paraît censé, quelque chose en moi s’y oppose et j’essaie de le traduire à travers les mots.

    - Gerda a essayé de m’apprendre à déchiffrer quelques-uns des signes que vous utilisez.

    Un soupir accueille cette évocation, comme s’il s’agissait d’un souvenir barbant.

    - Mes les livres sont… froids. Pour moi ils n’arriveront jamais à exprimer ce que l’on peut obtenir par les mots, l’intonation de la voix, les mouvements des mains, l’expression du visage. Ce qu’ils transmettent est donc…

    Je secoue la tête de droite à gauche pour essayer de trouver le mot juste.

    - …incomplet. Mais je comprends que ton livre sur les plantes puisse être utile.

    Un haussement d’épaules.

    - Ce n’est juste pas pour moi.

    Je ne peux pas m’empêcher de sourire lorsqu’elle évoque l’amour et sa quête d’une âme sœur.

    - Moi j’aime beaucoup.

    Un rire.

    - J’aime la bière, surtout la Bleue de mon amie naine Gerda, j’aime la nature, j’aime me battre aussi et puis j’aime aussi les belles femmes. Même les liches.

    Un clin d’œil qui s’accompagne d’un nouveau rire qui s’éteint dans un soupir.

    - Mais j’imagine que tu parles d’une autre forme d’amour et cette quête est tout aussi valable qu’une autre. J'espère que l'éternité sera suffisante pour cela.

    Je jette une volée de bois pour relancer le feu qui commence à faiblir.

    - Pour être franche pour l’instant je vis au jour le jour. Je profite de ce que la vie veut bien m’offrir car je sais qu’elle est trop courte pour en gâcher un seul instant. Cependant, j’essaie de ne pas trop m’attacher à des endroits ou à des gens car je connais la souffrance insupportable que l’on ressent lorsque l’on perd quelqu’un.

    Un voile de tristesse traverse mon visage, trahissant la douleur encore vive de la perte des miens.

    - Il y a peu, mon seul objectif était de me venger ce qui m’aurait sûrement conduit à la mort à plus ou moins court terme. Mais maintenant j’ai un nouveau but et j’essaie de procéder par étape pour canaliser la rage que j’ai en moi et la focaliser sur une chose à la fois.

    Mes poings se serrent signe furtif de la colère qui couve toujours en mon cœur.

    - Je vais avoir besoin de dormir pour reprendre la route demain.

    L’orage semble se calmer, mais la pluie continue à tomber.

    - Si tu as besoin de méditer ou de te reposer d’une manière ou d’une autre, tu peux me réveiller.

    Je m’étire, avant de sortir une couverture épaisse de mon bardas pour m’y emmitoufler.
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Cyradil Ariesvyra
    Cyradil Ariesvyra
    Messages : 107
    crédits : 2232

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t372-la-premiere-condition-de-l-immortalite-est-la-mort-cyradil-ariesvyra-termine
  • Ven 13 Jan 2023 - 13:18

    Visiblement, Thylie ne semblait pas emballée par la proposition de la liche. Elle découvrit qu’on avait déjà essayé de lui enseigner l’écriture et que cet exercice s’est avéré être insatisfaisant pour l’onie. Cyradil respectait son choix et décida de ne pas lui en imposer davantage. Si Thylie avait choisi de vivre une vie d’illettrisme et bien qu’il en soit ainsi. Ses rêves semblaient plutôt simplistes et Cyradil comprenait que la guerrière voulait mener une vie sans trop d’encombres. Elle lui avoua aimer les belles choses y compris la liche elle-même.

    Cyradil avait du mal à imaginer si elle devait prendre cela comme une invitation tacite mais Thylie avait eu l’air d’avoir compris avant même que la forgeronne puisse réagir. En effet, la jeune blonde n’était pas de celles qui se faisaient facilement séduire et sa conception de l’amour était bien trop pure que pour se laisser aller un soir. Et puis même si c’était le cas, Cyradil se sentirait bien trop mal à l’aise, bien incapable de réaliser ce genre de choses alors qu’elle ne ressentait aucun sentiment amoureux envers l’onie.

    « Je pense que tu devrais essayer de tisser des liens tout de même. C’est très compliqué de supporter la solitude tout au long de sa vie. J’en ai fait les frais durant ma vie de mortelle jusqu’à ce que je me rende compte à la fin de celle-ci que…je n’avais finalement pas fait grand-chose pour en profiter. Je pense que t’ouvrir aux gens te permettra d’apaiser ta douleur. Mais pas le temps d’un soir mais durant toute ta vie. Ne t’inquiète pas, ça ira, je n’ai pas besoin de me reposer de toute manière. Cela aurait été le cas si j’avais usé de ma magie aujourd’hui mais nous avons eu un début de voyage plutôt calme. Bonne nuit, Thylie. »

    La jeune blonde laissa donc l’onie s’endormir tandis qu’elle faisait le guet. Elle profita du calme de la nuit pour s’essayer encore à la magie élémentaire. Depuis peu, Cyradil essayait de forcer le destin en se demandant s’il n’était pas possible d’accélérer son processus de recouvrement de ses capacités. Si sa magie de glace avait déjà évolué au niveau intermédiaire, ce n’était toujours pas le cas de sa magie d’ombre. Il n’y avait pas de trace non plus de ses autres manipulations élémentaires. Toujours concentrée, la jeune forgeronne se réessaya à la fusion duale de l’ombre et du givre mais ses deux magies se refusaient à s’unir. Un soupir s’échappa de ses lèvres tandis qu’elle regardait les orbes tournoyer dans ses mains.

    « Trop faible encore…réessayons une autre fois. »

    Durant la nuit, Cyradil s’occupa d’entretenir le feu puis s’approcha doucement de l’onie, guettant son sommeil. Elle approcha une main de son visage et en écarta une mèche. Cyradil avait eu beaucoup de peine en entendant son histoire. Pauvre brin de femme. Elle devait se sentir si seule…Si elle avait pu, la jeune blonde aurait sondé son esprit mais elle n’avait plus ce pouvoir. A la place, Cyradil se demandait si l’onie faisait encore des cauchemars en dormant. Si c’était le cas, elle tenterait de l’apaiser en la serrant dans ses bras ou toute autre manœuvre qui pourrait la calmer. Dans le cas contraire, Cyradil veillerait jusqu’à l’aube en attendant que l’onie veuille bien se réveiller. Les deux femmes continueront ensuite leur voyage en attendant qu’une éventuelle péripétie ne vienne interrompre leur traversée du désert.



    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum