DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Alasker

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Dust in the Wind feat Aryan & Rizka [FINI] - Page 2 InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    La justice frappe les injustes
    Derniers sujets
    [Flash-event] Le Bal du Reflet des ÂmesAujourd'hui à 22:13Rachelle Virsce
    Achats de pouvoir - ZéphyrAujourd'hui à 20:27Zéphyr Zoldyck
    Les Flammes de l'Aurore | LéonoraAujourd'hui à 16:56Arès Wessex
    L'air du Vent | Feat ZéphyrAujourd'hui à 16:12Zéphyr Zoldyck
    Venez me corrompre, ou pas !Aujourd'hui à 16:00Advorix Eqqegni
    La Traque SauvageAujourd'hui à 14:39Orion Yamveil
    C'est ici le comptoir aquarien ? Aujourd'hui à 13:51Jovnos Atnoth
    [PA] Les Gorges d'Ildrekyhr.Aujourd'hui à 12:38Kieran Ryven
    Une Mort Silencieuse - PAAujourd'hui à 11:19Pancrace Dosian
    [Challenge] Le festin des loupsAujourd'hui à 10:27Lyra Leezen
    Aller en bas
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Myriem de Boktor
    Myriem de Boktor
    Messages : 878
    crédits : 2335

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Chaotique Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t106-myriem-de-boktor-noble-exilee-finie#326https://www.rp-cendres.com/t124-liens-tisses-myriem-de-boktor#358https://www.rp-cendres.com/t123-nouvelle-ere-myriem-de-boktor#357
  • Lun 21 Nov - 18:10
    Dust in the wind
    Feat. Rizka & Aryan
    10 Février de l’An 2

    J’avais l’impression que j’étais scrutée ou étudiée, je ne savais pas trop comment définir cela, c’était très perturbant en tout cas. Mais je crois que je n’aurais pas laché sa main pour rien au monde, je ne voulais que Wan me voit ainsi, il comprendrait j’en suis certaine mais il serait blessé que je n’ai rien dit tous ces mois durants… Je lui dirai forcément, je n’aurais plus choix dans quelques heures mais je n’avais pas le courage de sentir son regard triste pendant cette épreuve aussi physique que mentale.

    Je regardais Aryan et esquissais un pâle sourire.

    - Eh bien oui c’est rass… rassurant que cela ne dure pas des heures.

    Cependant le reste de ses paroles n’était pas la pour me rassurer, je savais que plus cela allait vite plus c’était simple et moins l’enfant souffrait, je le savais, je m’en doutais. Et pour le coup si il avait caché sa présence des mois durant, il s’agitait. Entre les contractions provoquées par le travail en route et ses gestes incontrôlés je savais qu’il était bien vivant pour le moment.

    Les deux m’avaient donné leur nom et ces détails aussi m’aidaient à relativiser, à me rassurer. Trois minutes entre les contractions, le vrai travail, mon travail n’allait pas tarder à commencer, celui ou j’allais suer sang et eaux, pousser comme une folle comme si je devais profiter ensuite de chaque accalmie entre les contractions pour aider l’enfant à sortir.

    J’écoutais chacune de leurs paroles et pour le moment je n’avais pas répondu à tout. Quand elle me demanda de me dévêtir j’acquiesçais. Je lachais la main d’Aryan et remontais mes jupons, par chance, a cause du climat je n’avais pas plusieurs jupons et bas…

    Le vieil elfe aussi y va de son conseil, oui le temps est l’ennemi de tout bébé à naitre je le sais, j’avais envie de le hurler mais je me suis raidie d’un coup… J’avais coupé ma respiration sans le réaliser… Je le sentais bouger et… je sentais son angoisse, son stress, ce bébé ne comprenait pas plus que moi ce qu’il se passait, il avait peur, une peur primaire, incontrôlée et rien pour le rassurer. Je mis plusieurs minutres avant de parler, après la contraction suivante en fait. J’avais ôté tant bien que mal mes sous vêtements imbibés de liquide amiotique, puis j’avais réussi à faire glisser mon sous jupon, mon jupon… J’avais demandé de l’aide pour enlever la robe de sorte que je me retrouvais en chemise longue de lin… Aux gardiens les convenances et ma pudeur déplacée.

    - Il a peur…

    Ce fut ce que je réussis à dire après la contraction qui m’avait coupé le souffle. Et pour le coup je réalisais que j’avais la sensation que c’était un garçon, pas une fille, pourquoi je n’en savais rien mais de ce que je percevais je l’associais à un garçon.

    Je respirais comme Rizka l’avait demandé, reprenant la main d’Aryan dans la mienne avant de dire.

    - Je fe... ferai comme vous le demanderez, vous êtes la guérisseuse, vous dirigez.

    Et la contraction arriva, elle imprima un mouvement à mon corps, le faisant se plier… Et je suivis et je poussais, bizarrement, c’est quelque chose qui se fait naturellement, la poussée, avec ou sans sangle abdominale puissante on pousse, avec notre instinct.

    Cette première poussée fut l’effort que j’aurais qualifié sur le coup de plus intense de toute ma courte vie. Mais je savais que cela ne serait que la première. Le bébé s’était caché à moi des mois durant mais… Vu la durée de la grossesse…

    - Cela fait onze mois… c’est… c’est… l’enfant d’un drakyn…

    Pourquoi je disais cela? Car si les humaines pouvaient tomber enceinte des drakyns, parfois les morphologies pouvaient poser des gros soucis à l’accouchement, le bébé pouvait être plus gros qu’un bébé humain et surtout au niveau de son crâne si il avait les prémices des cornes… Et je savais que les déchirures et hémorragies étaient courantes hélas et que parfois seule une ouverture du ventre pouvait sauver mère en enfant… Les titans veillent sur moi… Par chance j'étais une humaine de bonne constitution et grande avec mes 1m80... mais Kirig faisait 2m et pratiquement 200kgs de muscles... (Et je n'étais pas Ayshara avec toute sa divinité pour accoucher d'un dragon ;p )

    Message 6

    CENDRES


    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 22 Nov - 18:52
    - Hum...

    Il n’était pas certain de la réponse qu'elle avait fait. Sur la peur. L'instinct animal etait une chose encore bien mystérieuse, mais il songea que la créature a naître n'avait probablement pas une telle conscience de son environnement. C’était plus une histoire d'instinct de survie qu'autre chose. Comme elle lui avait laché la main, il croisa les bras et marmonna a voix haute, pour lui plus que pour les autres.

    - Je ne pense pas qu'il a plus peur qu'un autre bébé...il essaye simplement de respirer...logique oui.

    Il hocha brièvement la tête, comme pour accepter un état de fait dont son esprit n’était pas totalement sur, et analysa la suite. Onze mois. Hu, ça, c’était plutôt bizarre. Elle devait souffrir le martyr...penser que la puissance mentale d'une humaine aussi banale pouvait ainsi affronter la nature.

    A moins que le mâle n'ai aussi un effet sur la gestation ? Mais normalement, c’était principalement en fonction des capacités physiques de la femelle....il n'avait jamais vraiment étudié la question de savoir qui était le facteur prédominant. C’était quelque chose qu'il faudrait noter plus tard, pour s'informer.

    - Elle a raison. Onze mois, pour une humaine, le bébé va être difficile a sortir sans la tuer. Je ne crois pas avoir les compétences magiques pour la maintenir en vie en cas de sortie par voie haute.

    Négligemment, il reposa les yeux sur la bientôt mère, et avec l'une de ses mains, la passa avec douceur sur son front et ajusta une mèche collée par la sueur, a sa place, pour lui libérer un œil qui avait ainsi été brièvement masqué.

    - Je suppose que si vous devez choisir entre votre vie et celle de l'enfant, d’après ce que j'ai compris, vous ne comptez pas vous sacrifier, hum ?

    C’était encore une fois assez pragmatique, mais il considéra que quelqu'un devait bien poser la question, non ? Lui n'avait que faire de ce fameux protocole médical ou il fallait la plupart du temps privilégier le nouveau né. Elle n'avait qu'a choisir elle, puisqu'elle était le mieux placer. Il tourna la tete vers l'elfe qui semblait presque aussi mal que l'humaine. Elle gardait son sang froid en agissant avec rapidité, mais elle semblait touché psychologiquement, émotionnellement.

    - Pas d’inquiétude, si il faut le faire, je m'en occuperais.

    Lui n'aurait clairement aucun état d’âme a euthanasier un nouveau né. A vrai dire, ce serait même une nouvelle expérience qu'il n'avait encore jamais fait. Il ne l'aurait jamais fait de son plein gré en forçant le destin, mais si cela arrivait, autant prendre le bon coté des choses.

    - Deux minutes, mademoiselle. L'une de vous deux vas devoir prendre des décisions, sinon, dans le pire des cas, nous pourrions bien perdre les deux.

    Et ça, pour le coup, ça le peinerait un peu. Il n'aurait plus qu'un sujet d'étude pour sa soirée.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 29 Nov - 17:13
    Dust in the Wind
    Feat Myriem & Aryan

    La jeune mère était terrifiée mais elle se montrait pourtant courageuse. Elle plaçait sa confiance aveuglément en les compétences de la guérisseuse, serrant la main d'Aryan. Myriem était prête à donner naissance, pourtant, alors que le travail commençait, elle leur annonça une information et non des moindres. Le père était un drakyn. Cette naissance avait des risques plus grands que la normale.  

    Évidemment, il fallait que l'homme en rajoute, évoquant ouvertement le fait qu'elle pourrait en mourir mais également en lui affirmant que si elle devait sauver une vie le choix était déjà fait. Rizka reçut ces paroles de plein fouet, d'autant plus lorsqu'il lâcha sans émotion qu'il s'en chargerait s'il le fallait.

    « Parce que vous doutez des capacités de Rizka ? » s'offusque le vieil elfe. « Ma petite fille est une infirmière compétente en plus d'être mage guérisseuse, vous devriez vous manger la langue plutôt que de causer du stress a cette femme ! Quel genre d'éducation avez-vous reçu pour être un petit c… »
    « Ca suffit tous les deux ! » gronda Rizka. « Myriem n’a pas besoin qu’on l’effraie et encore moins qu’on ne se chamaille. Si vous n’en êtes pas capables, sortez ! »

    Le regard orageux, elle venait de pointer la sortie avec autorité. Myriem n'avait pas besoin d'hostilité dans un moment pareil, pas plus que du stress et de la peur en supplément. Les deux hommes n’aidaient en rien à cet instant.

    « Personne ne mourra ici, pas entre mes mains. Je vous sauverai tous les deux, Myriem, je vous le promet. »

    L'elfe se deplaca, venant prendre délicatement la main de la jeune femme. La situation n’avait rien d’évident, pour personne soyons clairs, mais l’humaine était suffisamment inquiète pour qu’on ne heurte ses sentiments davantage. La franchise pouvait être de rigueur mais pas de cette manière. La future mère avait besoin d’être rassurée et de garder espoir.

    « On va commencer normalement mais si cela se révèle trop compliqué ou dangereux pour vous et le bébé je devrai effectivement passer par une césarienne. N’ayez pas peur, ce que je vous ai appliqué est un fort anesthésiant, quoi qu'il arrive cela va amoindrir vos douleurs et je tâcherai d'user de mes dons pour atténuer davantage. Dans tous les cas, quoi qu'il arrive je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour que vous viviez tous les deux. Faites-vous confiance Myriem, on peut y arriver, d'accord ? »

    Doucement, l’elfe relâcha la main de la jeune femme, reprenant sa place au niveau des jambes. Peut-être était-ce aussi pour elle-même que Rizka y croyait, parce qu’elle n’avait pas su sauver tous ces gens pendant la guerre ou qu’elle était responsable de la mort de son mari. Quoi qu’il en soit la guérisseuse refusait la possibilité de perdre cette pourtant étrangère et cet enfant innocent. Non, il ne fallait surtout pas qu’elle flanche. Ce qui devrait être fait le serait.

    Myriem se révéla forte et guidée par l’infirmière, elle parvenait à effectuer de bonnes poussées. Rizka restait malgré tout sur ses gardes, prête à changer d’option si la naissance se passait mal mais elle ne put réprimer un rire nerveux de soulagement lorsqu’elle vit apparaître la tête de l’enfant. Celui-ci se présentait bien et par miracle il ne présenta pas de plus grande difficulté qu’un bébé humain. C’était sans doute parce qu’il n’était qu’à demi drakyn et n’était pas arrivé au terme final de gestation habituel de cette race… Quoi qu’il en soit, le petit se montrait sans heurt.

    « Je le vois ! Il se présente bien, courage encore un effort ! » l’encouragea-t-elle avec émotion.

    La guérisseuse continua ses encouragements, son corps était tendu de concentration, occupé à guider la mère de sa voix et le petit corps qui se découvrait petit à petit de ses mains. Finalement, le tout petit être parvint à quitter la chaleur maternelle. Aussitôt, l’elfe le prit dans ses bras, ses yeux se portant sur les deux hommes. Elle n’avait pas prêté attention au final s’ils s’étaient vraiment calmés ou quand ils étaient revenus exactement, mais elle était soulagée.

    « L’un de vous peut couper le cordon ? » demanda-t-elle.

    Une fois libéré, la guérisseuse pu entreprendre de nettoyer la peau douce du nouveau né gazouillant entre ses bras. Un regard sur lui pourrait faire fondre le cœur de Myriem, c’était déjà le cas de l’elfe. Cette adorable bouille d’ange ne demandait qu’un peu d’amour. Attrapant l’air à pleins poumons, il commençait à expérimenter sa voix.

    « Tout va bien, tout va bien. » dit-t-elle avec douceur en berçant l’enfant. « Tu t’en es bien sorti et ta maman aussi. » Elle jeta un regard à la mère. « Vous aviez raison, c'est un petit garçon. Vous voulez le prendre dans vos bras ? »

    CENDRES
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Myriem de Boktor
    Myriem de Boktor
    Messages : 878
    crédits : 2335

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Chaotique Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t106-myriem-de-boktor-noble-exilee-finie#326https://www.rp-cendres.com/t124-liens-tisses-myriem-de-boktor#358https://www.rp-cendres.com/t123-nouvelle-ere-myriem-de-boktor#357
  • Mar 13 Déc - 21:02
    Dust in the wind
    Feat. Rizka & Aryan
    10 Février de l’An 2

    Je voyais bien dans son regard qu’il n’avait pas compris mes mots, leur sens du moins mais rien de plus normal, comment cet homme aurait pu saisir cela, le fait que je ressente chez les gens autour de moi toutes leurs émotions et que de fait je percevais parfaitement celle de cet enfant qui avait réussi à se cacher pendant des mois, se faire ignorer, grandir en secret, comme une tâche d’encre qui s’étale et qu’on ne sait comment stopper.

    Mais dans le fond la seule chose qui importait c’était de rester à son écoute aussi et de lui broyer gentiment mais surement la main. Expérience unique qu’il était en train de vivre que celle de la main d’une femme qui met un enfant au monde et qui serre avec une force qu’elle ne pouvait même pas imaginer posséder.

    Pour le reste y pouvais-je quelque chose moi à cet état de fait? Ce maudit Drakyn m’avait marqué dans ma chair, dans mon âme et de surcroit avait laissé une marque indélébile de son existence dans ma propre vie en ayant fait germé la vie en moi. Je ne pouvais que me souvenir de sa stature, sa musculature et imaginer sans peine en tant que guérisseuse au fait que le bébé pouvait être plus grand et gros qu’un bébé humain… Par chance, loués soient les titans je n’étais pas petite ni frêle, j’avais une bonne constitution et une santé de fer depuis toujours.

    J’avais hoché la tête aux propos d’Aryan, il me sauverait plutôt que l’enfant, sur le coup cela me semblait sensé mais cela me donnerait des cauchemars plus tard quand j’y repenserai, quelle horreur !

    Le temps semblait s’amenuiser et l’échéance approchait, inéluctable, obligatoire, la délivrance qu’elle quelle fut allait survenir, alors je me concentrais sur la seule chose à faire, ma respiration.

    J’avais souri aux piques du vieil elfe et répondu tant bien que mal entre deux poussées.

    - N’ayez crainte, je me sens entre de bonnes mains.

    Je n'avais pas eu besoin d’en dire plus car Rizka voulait les mettre dehors pour ne pas me perturber mais cela ne serait pas nécessaire.

    Je lui avais répondu d’un sourire confiant un simple “merci” car je savais qu’elle ne ressentait nulle peur ou crainte, elle allait réussir à me faire accoucher, et sa certitude me servait de bouée, de phare dans cette nuit étrange que je devais traverser.

    J’ai ensuite acquiescé à chacune de ses instructions, montrant que je comprenais tout et que je validais sans l’ombre d’une hésitation sa manière de faire et gérer, c’était idéal et elle était prête à agir quoi qu’il se passe.

    Guidée, rassurée, j’ai mené ce qui me semblera longtemps encore être le plus dur combat de ma courte vie. Je me sentais vidée, épuisée et pourtant je poursuivais mes efforts, et je ne lachais rien, j’irais au bout, j’allais mettre cet enfant au monde, mon enfant… Car à mesure que le travail avançait et que l’enfant se montrait, je sentais qu’il était mien, et qu’il en serait toujours ainsi, peu importe son origine.

    Finalement dans une dernière contraction et une poussée douloureuse de plus ce fut enfin la délivrance, je le sentis sortir, s’extirper de mon être et sans attendre pousser un premier cri montrant qu’il respirait. Le cordon fut coupé et j’en profitais pour reprendre mon souffle, j’étais moite, j’avais mal partout, j’étais épuisée mais… je n’avais plus qu’une hâte, le voir…

    J’ai fini par sourire, faiblement mais quand même en tendant les bras vers le nouveau né. Je le pris avec une douceur que je ne me connaissais pas, j’avais peur de le casser, de l’abimer alors que j’avais déjà accouché des femmes mais cette fois il était mien. J’avais le regard embué de larmes car je vivais un moment fort et intense et ce petit être qui bougeait doucement dans mes bras n’avait que moi. Il avait un duvet léger sur le crâne, un duvet de cheveux blancs comme la neige et deux petites excroissances, des cornes à venir bleutées. Son regard n’était pas encore visible, ses yeux ne s’ouvriraient vraiment que dans quelques heures mais déjà il bougeait, tournait la tête en un réflexe naturel, car lui aussi était épuisé par sa propre venue au monde. Dans mes bras je le serrais et déposais un long baiser sur son crâne encore un peu mou, un baiser doux, pour lui demander pardon. J’inspirais fortement, on aurait dit un reniflement même et je dis.

    - Merci… merci pour nous deux à vous trois.

    Puis d’un coup une évidence m’apparu.

    - Je vous présente Amael de Boktor. Ton nom sera un hommage à la blanche Mael et à ta chevelure de neige.


    Message 6

    CENDRES

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 14 Déc - 18:23
    Elle ne semblait pas vraiment inquiète, finalement. A mesure que la situation commençait a approcher de son grand final, et il était assez surpris par sa capacité a reprendre son calme. Il tourna légèrement les yeux vers l'elfe, ignorant le grand père qui s'énervait tout seul.

    C’était sans doute grâce a elle. Elle était clairement compétente, et malgré la légère grimace façonné par le stresse, elle avait géré la situation d'une main de maître. De toute les personnes dans la tente, c’était bien a Rizka qu'il fallait mettre le point pour avoir été l'élément déterminant permettant le bon déroulé des événements.

    Il regarda la petite créature humanoïde...qui n’était pas tout a fait normale pour un bébé humain. Aryan se pencha légèrement, alors qu'il lui avait lâché la main quand elle avait prit son enfant dans les bras. Ses cheveux étaient singulier, son front pas aussi plat que celui des humains normaux. Fascinant.

    - Ne me remerciez pas, tous le mérite reviens a cette jeune femme.

    Il désigna Rizka qu'il inspecta du coin de l’œil. Elle semblait exténuée, principalement émotionnellement. Par chance pour elle, et Aryan ne le savait pas, mais il n’était pas aussi perceptible émotionnellement pour les deux jeunes femmes que des créatures classiques. Ainsi, il devait bien moins peser sur elle que ce qui aurait pu être le cas avec un autre homme.

    - Je dois dire que vous êtes très résistante. C'est un bel enfant, et de ce que je sais, il est vraiment gros. Enfin, c'est sans doute son ascendance masculine qui fait ça.

    Il recula la tête après avoir observé d'assez prêt le nouveau né, et répéta son prénom en silence, comme pour le graver sur sa langue sa dénomination. Il ne l'oublierait sans doute plus jamais, et en voyant son visage, ses cheveux, de toute manière, il y avait peu de chance de se tromper. Amael de Boktor serait reconnaissable entre mille.

    - Et bien je suppose que c'est une grande réussite.

    Il se leva et s'étira. Il n’était pas du tout fatigué, mais il savait très bien que des gestes de la sorte détendait instinctivement toute les personnes se tenant aux alentours. C’était du mimétisme corporel. Il se retint d'en faire trop pour que cela ne soit pas exactement visible. Au contraire même, ca aurait pu avoir l'effet inverse. Il se tourna vers la nouvelle maman.

    - Maintenant que vous avez terminé le travail, il est peut être temps de faire venir votre compagnon ?

    Si il avait masqué le fait qu'il savait, jusque la, pour la préserver, il avait décidé que ce n’était plus nécessaire. Et par la même occasion, il montrait clairement qu'il était au courant. Il se dirigea gentiment du coté de la sortie, sans l'encombrer, et regarda d'abord l'elfe, puis l'humaine.

    - Enfin, si vous etes d'accord. Je le trouverais rapidement.

    Et ainsi, pourrait lui laisser quelques minutes de tranquillité. Il lança un regard appuyé au vieillard, comme pour lui intimer qu'il valait mieux qu'il sorte aussi. Au moins lui permettre de se nettoyer un minimum. Malgré son coté froid et réaliste, il savait faire preuve d'un peu de tact.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 18 Déc - 16:46
    Dust in the Wind
    Feat Myriem & Aryan


    Rizka s'approcha de la jeune mère à pas feutrés, déposant avec une infinie douceur le petit être dans les bras tendus. Elle n'eut pas besoin de lui préciser comment le tenir. Myriem savait et elle l'accueillit avec l'amour inconditionnel qu'une mère éprouve envers son enfant. Ce tableau était touchant, bouleversant même en sachant les circonstances et après toutes ces émotions. Sans attendre, la femme les remercia, présentant l'enfant avec une grande fierté. En réponse, Aryan renvoya les compliments sur la guérisseuse qui n'avait pas encore réagi.

    « Ne me remerciez pas, je n'ai fait que mon travail… » minimisa-t-elle, gênée.

    L'elfe s'était reculée, s'affairent déjà à ranger son matériel médical et nettoyer ses mains à l'eau claire. Rizka se sentait soulagée que l'accouchement se soit bien passé et heureuse pour cette famille qui se découvrait avec tendresse mais pourtant son esprit était perturbé par des souvenirs et un sentiment tenace qu'elle essayait d'ignorer. De la jalousie mêlé à une grande tristesse l'empêchait de jeter un regard à ce duo touchant. Rizka ne pouvait s'empêcher de se demander si sa propre mère l'avait un jour regardée avec ce même amour débordant et protecteur.

    L'homme intervient à ce moment, proposant d'aller chercher le compagnon de la jeune mère. L'elfe releva la tête, son regard passant de Aryan a Myriem tandis qu'elle donne son assentiment d'un hochement de la tête.

    « C'est le bon moment, croyez-moi. C'est important qu'il le sache et que vous soyez entourée de vos proches. »
    « Je l'accompagne. » renchérit le vieil homme. « Ça vous laissera un peu d'intimité et de tranquillité. »

    D'accord ou pas, les deux hommes avaient l'intention de quitter la tente. Rizka se retrouva donc seule à seule avec la jeune femme. Elle s'approcha, se saisit d'une couverture et enveloppa avec gentillesse les deux êtres enlacés.

    « Je reste auprès de vous, si vous avez besoin de quoi que ce soit dites-moi, je… »

    Elle s'interrompit, constatant en passant la main sur sa joue qu'elle s'était humidifiée. Avait-elle versé des larmes ? Ce n'était pas impossible, ses nerfs avaient été mis à rude épreuve. Il y a peu encore Rizka songeait à mettre fin à ses jours, elle l'avait même tenté avant que son grand-père ne la sauve de cette tragique décision. Aujourd'hui voilà qu'elle vient d'en sauver une… voir deux. L'elfe avait aidé une famille à se construire mais son cœur n'en restait pas moins déchiré. Un enfant. La jeune elfe ne pourrait jamais connaître ce bonheur. Elle qui avait été une enfant mal-aimée était condamnée à ne pouvoir délivrer de l'amour à son tour.

    « Je… Excusez-moi, je ne sais pas pourquoi. Ca doit être l'émotion et la fatigue. » menti-t-elle en essuyant les larmes.

    Après tout, elle pouvait bien se contenter de créer du bonheur autour d'elle. C'était un maigre réconfort mais au moins, cela lui donnait un but. Dans sa situation, c'était bien suffisant : malgré son chagrin, elle réalisait qu'elle n'avait plus l'envie d'en finir. Pas après s'être battue pour sauver cette femme et son enfant. Elle pouvait au moins admettre ça.

    « Ça peut vous paraître étrange, mais je vous remercie moi aussi. Vous et votre enfant, vous m'avez sauvée, en quelque sorte. »

    CENDRES
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Myriem de Boktor
    Myriem de Boktor
    Messages : 878
    crédits : 2335

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Chaotique Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t106-myriem-de-boktor-noble-exilee-finie#326https://www.rp-cendres.com/t124-liens-tisses-myriem-de-boktor#358https://www.rp-cendres.com/t123-nouvelle-ere-myriem-de-boktor#357
  • Sam 24 Déc - 16:42
    Dust in the wind
    Feat. Rizka & Aryan
    10 Février de l’An 2

    Je regardais l’homme sans vraiment savoir sur quel pied danser avec lui, je crois bien que pour la première fois de ma vie je ne comprenais pas facilement quelqu’un. Il agissait avec un froid et un pragmatisme désarmant pour moi du coup, ses actes semblaient réfléchis et sans la moindre once d’empathie dans le fond, c'était perturbant !

    - Chaque pierre portée à un édifice laisse une trace dans sa construction.

    La suite me fit sourire malgré moi, il n’avait pas tord cependant.

    - Je suis robuste et bénie des divins je ne vois pas d’autre explication.

    Hormis le fait que je pouvais me soigner de tout magiquement depuis longtemps et que de fait je n’étais jamais malade ou affligée de maux bénins. Avisant mon fils je grimaçais, oui il était particulièrement gros pour un bébé humain et grand.

    - Heureusement que je suis bien plus grande aussi que la majorité des humaines, tout cela m’a rendu service et espérons que … son ascendance héréditaire lui donnera une santé robuste surtout.

    Et que ses cornes ne pousseront pas plus que cela. Est-ce qu’on peut les limer comme des ongles? Est-ce que c’est important d’un point de vue physiologique pour des drakyns les cornes ou pas? Par contre je ne partageais pas son avis pour la grande réussite, c’était au mieux un moindre mal pour moi, mais un épineux problème, je me retrouvais sans époux et avec une bâtard Drakyn, quelle crédibilité pour une fervente diviniste non? De même je le regardais un instant avant de répondre à sa dernière proposition.

    - J’hésite entre le fait de vous attribuer le don de mettre les pieds dans le plat sans le moindre ménagement ou une volonté de mettre les gens en porte à faux. Dans les deux cas j’admire votre capacité Aryan.

    J’avais senti toutes ses émotions qui agitaient l’elfe qui venait de nous sauver la vie à tous les deux par son savoir faire, sa douceur, sa prévenance et ses mots ciblés. Elle rougissait presque alors que je la remerciais tout simplement et sans avoir exagéré surtout.
    Elle revint néanmoins pour appuyer les propos d’Aryan, oui j’avais bien compris et oui ils avaient raison mais je n’étais pas pressée d’expliquer la situation même si mes silences et évitements parlaient d’eux même, Wan savait que j’avais tu des choses qui m’oppressaient pour les oublier… Et voilà le résultat.

    Je lachais donc prise, perdante en un sens et souris au vieil elfe.

    - J'abdique et réclame pitié en ce cas. Mon père de cœur, Maitre Wan Jing doit être dans notre tente, une tente portant les armoiries similaires à mon sceau, une ancre sur fond azur.

    Les deux hommes nous quittant je me retrouvais avec Rizka et je la regardais avec douceur.

    - J’ai besoin de temps pour accepter et réaliser ce qui m’arrive surtout mais je crois aussi avoir besoin de compagnie, je ne souhaite pas rester seule avec mes… peurs…

    Avisant les larmes, sentant sa détresse, sa tristesse, j’hésitais un instant.

    - Je pense que je suis comme vous Rizka… je vois vos réactions, je les sens littéralement, vous êtes une empathe j’en suis persuadée. Je suis comme vous et si vous souhaitez je peux vous aider et apaiser vos douleurs, je n’ai hélas nul moyen de les effacer. Mais je peux aussi vous écouter, nous pouvons partager vos peines et les aider ainsi à s’envoler loin de nous. Il parait que parler est le début du chemin de la guérison, c’est ce que je dis souvent aux autres.

    Mais comme tout bon cordonnier… Amael pour l’heure ne semblait pas décidé à têter mais il dormait, il était épuisé par sa naissance. J’indiquais une place à mes côtés pour qu’elle s’asseoit un peu au moins.

    Message 7

    CENDRES

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 27 Déc - 21:39
    Aryan sentait le regard pesant du vieil homme sur ses épaules et ne pouvait s'empecher de soupirer intérieurement. Il avait proposé de sortir pour être un peu tranquille avec ses pensées, pas pour avoir un chaperon. Bah. Il n'allait pas s'envoler non plus. Il semblait etre quelqu'un d'important pour la jeune infirmière. Qui était bien plus intéressante que tous les autres, au final. Il était même un poil déçu de la réaction finale de l'humaine.

    Déçu car finalement elle avait perdue de son imprévisibilité. Elle avait eu l'air tellement de détester cette idée de mettre au monde, au point ou elle se l'était dissimulé a son propre esprit, que la voir au final épouser cette conception naturelle avait eu le don de le faire soupirer. Il avait pu apprendre quelque chose, quand même. Devant le fait de mettre au monde, une mère ne pouvait jamais rester insensible. Ce serait sans doute la conclusion qu'il apporterait a sa rédaction quand il ecrirait le résumé de la journée.

    - Vous n'avez qu'a apporter de l'eau. Je vais m'occuper de ramener notre homme.

    Il n'avait pas envie de l'entendre encore déblatérer ses inepties sur la responsabilité, la moralité et toute ces choses qui ne valaient bien que pour des gens qui n'avaient rien de mieux a faire que d'y penser. On ne pouvait pas se perdre dans des concepts aussi établis, pour découvrir toujours plus de nouvelles choses.

    Il n'avait pas eu besoin de beaucoup chercher. Il savait pertinemment qu'ils etaient juste a coté de la ou il avait lui meme laissé sa cariole. C'est pour cette raison qu'il avait reconnu Myriem dans la foule, aprés l'avoir vu en arrivant le matin. Il se souvint qu'a la base, il etait venu pour voir la fameuse elfe. Tout ça pour ça, au final. C'etait un peu déroutant.

    Il retrouva le vieil homme, accompagné du fameux protecteur de Myriem qui l'avait suivi en s'étranglant a moitié. Il n'avait pas douté une seule seconde, et Aryan avait dors et déjà soupçonné qu'il devait peut etre etre plus au courant que la jeune femme elle meme. En meme temps, c'etait un etat qui etait visible quand on voulait bien le voir et qu'on vivait chaque jours a proximité.

    Quand ils furent de retour devant la tente, Aryan secoua l'entrée de la toile afin de se signaler, puis laissa l'homme préssé le dépasser pour entrer et voir l'etat de sa protégée.
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 29 Déc - 2:38
    Dust in the Wind
    Feat Myriem & Aryan


    Aryan n'avait de toute évidence pas envie de se retrouver avec un vieil elfe moralisateur entre les pattes mais celui-ci s'en moquait bien. Ce qui lui importait était le bien-être de sa petite fille et pas celui d'un énième petit homme qui se pensait au-dessus des autres. Le dernier avait causé assez de ravages dans sa famille et le cœur de la jeune elfe. Alors quand ce dernier lui indiqua vouloir se séparer, le vieil elfe lui rétorqua :

    « Vous avez le tact d'un buffle, j'ose espérer que vous saurez vous en servir… mais soit, faisons ainsi. »

    ***

    Impossible de tromper la jeune mère. Empathe. Rizka s'en était doutée mais elle espérait malgré tout s'être trompée car ça voulait dire que ses propres sentiments avaient été une page blanche pour la femme depuis le départ.

    « Je suis navrée, mes sentiments n'ont pas dû vous aider dans cette épreuve… »

    Gentiment Myriem invitait la guérisseuse à s'asseoir près d'elle sur le rebord du lit. L'elfe hésita mais elle finit par s'exécuter, las et fatiguée de garder la face. Ça ne servait de toute manière à rien de faire semblant. Cependant, l'idée de parler, de se confier ainsi lui retournait l'estomac. Rien que d'y repenser lui donnait la nausée, ses rêves n'étaient qu'une succession de cauchemars et son esprit lui susurrait tant de fois à quel point sa vie n'avait été qu'une énorme déception et ses choix des erreurs qu'elle n'arriverait jamais à corriger.

    « Je… Je vous remercie pour votre sollicitude mais… Ce que j'éprouve ne pourrait s'apaiser. J'ai… détruit ma vie, je l'ai perdue. Il y a quelques heures encore je n'avais qu'une idée en tête : en finir. Ça ne me quittait pas jusqu'à ce que le destin, prophétie ou le barratin d'une femme, peut importe ce que c'est, me guide jusqu'à vous. J'ai réalisé que si je n'étais plus de ce monde, peut-être que vous et votre enfant n'auriez pas survécu. Ça… ce n'est pas rien. »

    Le regard que portait alors la jeune elfe sur les deux êtres enlacés était douloureux mais pas démuni de tout espoir.

    « Ne vous en faites pas pour moi. Je n'ai certes plus de raison de poursuivre ma vie mais je peux bien encore exister pour en sauver d'autres. C'est suffisant ainsi. »

    Un froissement de toile se fit entendre. Rizka tourna la tête, apercevant alors les deux hommes partis en quête du pauvre bougre qui s'était rué à l'intérieur. Elle se leva alors, laissant sa place à qui de droit, se dirigeant doucement vers la sortie, le cœur serré. Le vieil elfe la rattrapa dehors, inquiet.

    « Rizka ? »
    « Il faut que je sorte. Ils peuvent rester autant qu'ils en ont besoin, dis-leur aussi que notre tente leur sera toujours ouverte le temps de leur séjour s'ils ont besoin de mon aide pour le petit. »
    « D'accord mais toi… Tu es sûre qu… »
    « Ne t'inquiètes pas, je ne recommencerai pas, mais j'ai besoin d'être seule. »

    Le dénommé Grand'pa se pinça la lèvre mais après un soupire las, il laissa la jeune femme s'engouffrer à nouveau dans la foule mouvante, la suivant du regard un moment avant de retourner à l'intérieur délivrer le message.

    ***

    Les pas de la jeune femme l'avaient menée devant un lieu de culte. L'endroit était plongé dans le silence et à l'abri du brouhaha des voyageurs. Rizka sentit ses épaules contractées se détendre alors qu'elle se dirigeait à pas feutrés vers l'autel. Seule une femme encapuchonnée s'y trouvait, à genoux, dans une stature solennelle. Sans un mot l'elfe se laissa glisser elle aussi à genoux. Elle ferma les yeux, inspira profondément.

    « C'est dans la foi que tu trouveras la rédemption. Ce que tu croyais perdu à jamais te reviendra alors, plus fort et plus sincère. »

    La jeune elfe sursauta, ses yeux s'ouvrant à nouveau. Elle tourna la tête mais la femme à ses côtés s'était soudain volatilisée. Était-ce un mirage ?

    CENDRES
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Myriem de Boktor
    Myriem de Boktor
    Messages : 878
    crédits : 2335

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Chaotique Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t106-myriem-de-boktor-noble-exilee-finie#326https://www.rp-cendres.com/t124-liens-tisses-myriem-de-boktor#358https://www.rp-cendres.com/t123-nouvelle-ere-myriem-de-boktor#357
  • Sam 7 Jan - 16:34

    Dust in the wind
    Feat. Rizka & Aryan
    10 Février de l’An 2

    J’avais cela pu parler un avec la jeune elfe guérisseuse, elle n’était pas très âgée j’en aurais mis ma main à couper. Mais elle s’excusait, quelle idée. J’avais saisi sa main alors qu’elle disait cela, avec douceur et chaleur.

    - Nos sentiments nous définissent et si vous étiez aussi tourmentée que moi cela ne vous a pas empêché de mener votre tâche à bien, vous êtes quelqu’un de bon, d’entière Dame Rizka, ne l’oubliez pas, ne vous oubliez jamais vous même.

    Je l’ai écouté parlé de son histoire sommairement, brièvement, comme si chaque mot prononcé pouvait être douloureux et combien je la comprenais… Je n’avais pu crever l’abcès, je n’avais pu parler de ce qui m’était arrivé sur ce navire durant de longues semaines, mais c’était toujours là, prêt à sortir et je l’étouffais autant que possible. Cet enfant était le fruit de mon malheur mais peut-être serait-il la clé de mon futur? Je n’en savais encore rien, tout était à construire. D'abord silencieuse, j'avais ensuite repris la parole.

    - Je comprends ce que vous ressentez croyez le vraiment.

    J’inspirais un instant et défis les liens d’un bracelet de cuir surmonté de pierres précieuses pour laisser paraître dessous une cicatrice fine mais précise.

    - J’aurais pu la faire disparaître mais je l’ai gardé car… j’ai compris que mourir c’était une chose simple, facile à réaliser mais que vivre était un combat et je veux le gagner. Alors vous et moi sommes pareilles en un sens, des survivantes et… Amael l’est aussi grâce à vous. Je pensais pas avoir de raison d’aller de l’avant et voyez comme les divins sont facétieux, le destin frappe à notre porte sans prévenir, il faut juste accepter de l’ouvrir. Merci d’avoir ouvert votre tente ce jour Rizka, je ne l’oublierai jamais.

    Elle me quitta sur ses entrefaites.

    La suite fut assez étrange pour tout dire. Je ne me souviens pas très bien de tout, je crois que la fatigue, le stress et la douleur liée à l’accouchement m’avaient vidés de mes forces. J’ai vu partir Aryan, il prenait la poudre d’escampette littéralement pour moi mais je trouvais cela amusant, preuve que j’allais mieux non?

    Il était donc parti chercher Wan et il n’eut aucun mal à le trouver et le convaincre de le suivre pour me rejoindre, Wan devait savoir plus que moi dans quel état je me trouvais, mais jamais il n’en avait rien dit et il ne m’en parla pas plus.

    Je n’ai fait qu'entre apercevoir la silhouette de ce bel homme qui annonçait l’arrivée de mon mentor et de lui glisser un remerciement sincère pour sa présence et son aide, même si il s’était montré d’un pragmatisme presque effrayant, sa présence m’avait été d’un grand soutien.

    J’ai discuté avec Wan, il a prit Amael, l’a accueilli avec respect et a prié pour lui enfin je crois car je me suis endormie. Et quand je me suis réveillée j’étais dans ma propre tente, Amael dormait à mes côtés et Wan lisait un livret à la lumière des bougies. Les fêtes étaient terminées, la journée de l’Amour aussi mais elle m’avait offert un étrange présent.

    Message 8

    CENDRES

    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum