DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • Dernières imagesDernières images  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    Cendres ᚠ ᛊ ᚢ ᛟ ᚪ ᛊ ᛥ ᛉ
    Relevez-vous, peuple des cendres ! Les Titans existent, la guerre d'il y a 5000 ans résonne davantage dans vos cœurs depuis que ces immortels sont revenus revendiquer leurs droits. La victoire vous est une nouvelle fois acquise, mais à quel prix ? Suite à cette nouvelle guerre plus violente et mortelle que toutes les précédentes, il en va de votre responsabilité de vous accrocher à la vie et de rebâtir sur les ruines. Vers un nouveau futur encore incertain.

    Shoumei, autrefois membre des trois grandes nations régnant sur les terres des cendres et capitale de la religion diviniste, a payé le tribut ultime pour offrir la victoire aux vivants. Désormais, son peuple se retrouve égaré, dispersé. Privés de leur nation, de leurs foyers, les shoumeiens tentent tant bien que mal de retrouver un semblant de paix, mais la tâche est ardue. Le Reike, nation guerrière en proie à une lutte intestine contre le dirigeant s’étant imposé dans un sillage de sang, ainsi que la République, nation de l’ordre et des lois, ont tous les deux beaucoup à gagner avec ces nouveaux territoires à revendiquer. Choisiront-ils la voie de l’alliance et tendront-ils la main aux shoumeiens ? Où feront-ils passer leur peuple avant le reste des cendres ? Seul le futur écrira l'histoire de ces deux nations que tout oppose depuis des temps immémoriaux. Enterrer ou reluire la hache de guerre pour les combats à venir.

    Quoi qu’il en sera, peuple des cendres. C’est à vous de faire pencher la balance. Battez-vous pour le futur que vous chérissez. Entamez votre ultime chant du cygne, et brisez une bonne fois pour toutes ce cycle incessant de guerres contre les titans, ou tentez de poursuivre ce dernier selon vos convictions. Il ne tient qu’à vous d’offrir au monde des cendres la paix qui lui est due ou de le plonger à jamais dans les flammes…
    votez pour nous ♥1234
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu

    derniers messages

    membre
    du mois
    Bravo à Gerda !

    prédéfinis

    +
    Forum RPG Dark Fantasy. Avatars illustrés 300 x 500 px. Cendres est un monde magique où plusieurs puissances économiques et politiques règnent. Ici, les enjeux sont importants et une situation peut changer du jour au lendemain. Incarnez un simple paysan, un talentueux magicien ou même un riche seigneur ! De nombreuses possibilités et combinaisons différentes vous attendent avec impatience !

    from the ashes

    24.07.22
    Ouverture du forum et début du jeu. Bienvenue sur Cendres !
    28.06.22
    Le forum est accessible au public.
    17.06.22
    Début des travaux de construction.
    2 participants
    Aller en bas
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Ersa Vatt'Ghern
    Ersa Vatt'Ghern
    Messages : 40
    crédits : 499

    Info personnage
    Race: Lycanthrope
    Vocation: Guerrier Assassin
    Alignement: Neutre Bon
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t593-ersa-la-semi-louve-termine
  • Mer 28 Sep 2022 - 9:46
    A bon Chat bon loup
    Feat Konrad


    La nuit commençait à tomber dans ce coin perdu des rocheuses, on y trouvait une ancienne auberge fortifiée qui servait de relais aux voyageurs et aux soldats qui patrouillaient dans les environs. La pluie battait son plein emplissant l’air de l’odeur de l’ozone et de la terre humide, des éclairs déchirées la noirceur des nuages régulièrement illuminant les contours des montagnes toutes proches de façon sinistres, comme pour rappeler à tous les voyageurs qu’ici n’était plus leurs places et que ce monde appartenait au titan. Ersa s’était emmitouflée dans son manteau une capuche camouflant son visage, sa monture avançait au trot en espérant bientôt rejoindre une écurie. Quand enfin elle descendit de sa selle, sa jument hennit et plongea directement son museau dans le tas de foin rendu humide par l’air.

    La naine se dirigea tranquillement vers l’auberge d’où sortait quelque note de musique, le bruit de la pluie sur les toits l’empêcher de reconnaitre un air en particulier. Quand elle poussa la porte une odeur de liqueur et de feu de bois chargeaient l'atmosphère, elle marqua un arrêt autant pour scruter les personnes présente que pour laisser son manteau s’égoutter quelques instants. La clientèle était surtout composée de soldat du Reike, quelques réfugiés était attablé près du feu et un barde joué de son luth, Ersa ne reconnaissait toujours pas la musique mais cela ne l’étonnait pas tellement vu qu’elle ne s’intéressait jamais vraiment à la musique.

    Une jeune serveuse allait de table en table ramenant boisson et nourriture au client. Une auberge assez classique en somme mais où régnait toujours une tension pesante, que la musique et l'alcool essayait de dissimuler. Elle décida de s’avancer jusqu’au comptoir vers l’endroit assez loin du feu qui attirait la plupart des visiteurs.  Ersa enleva sa capuche, révélant son visage à la lumière du feu, ses cheveux avait pris une teinte ardente. Sa cape s’écarta quand elle fit glisser son arc pour le poser contre le comptoir laissant apparaitre son armure d’écaille métallique.

    Le barman posa la bière sur le comptoir devant la naine, elle le remercia et posa quelques pièces sur le bois. Son regard émeraude se perdait dans la mousse de sa choppe pendant que son esprit partait à la dérive. Cela faisait quelques mois que tout cela c’était passé qu’elle avait était séparé de son équipe car affectée dans une équipe qui chassé les mages psychiques mais ses compagnons elfes ne pouvait pas la suivre. Et cela faisait quelque mois qu’elle était tombée sur un survivant de leur expédition qui lui avait alors annoncés qu’un nécromancien avait décimés toutes leurs équipes.

    Depuis une chasse à l’information avait commencé, elle avait participé à toutes les missions qu’elle avait pu dans les rocheuses, elle avait fait des recherches pour retrouver la trace du nécromancien, jeter des bouteilles à la mer au près des gardes en patrouille. Aujourd’hui était un jour différent, peut être celui qui lui ouvrirait une nouvelle voie, quand elle eut enfin la nouvelle que les patrouille sur place avait retrouvé sa place. Elle avait réussi à convaincre sa hiérarchie que des patrouilleurs de serait pas de taille qu’elle devrait y aller mais bien sur elle n’irait pas seule, que l’on enverrait quelqu'un de plus à même de surveiller cette mission.




    CENDRES
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Konrad Tyran
    Konrad Tyran
    Messages : 20
    crédits : 392

    Info personnage
    Race: Hybride (Guépard)
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t285-konrad-tyran-le-vilain-menteur-termine
  • Mer 28 Sep 2022 - 15:10
    Au pied des rocheuses, alors que le crépuscule bat son plein, un homme pose le pied. Un homme ? Nenni, il n'est que la moitié de ce qu'on exige de la race humaine. Le bougre, dont les oreilles frétillent avec la venue de quelques courants de vent brisés par les monts de pierre, s'avance à vive allure. On peut même dire qu'il trotte. Il ne fait après tout pas bon de se balader dans la tristement célèbre terre des titans de nuit. Enfin... au moins, si ces vieilles routes pavées dont environs neuf caillasse sur dix a été emportée par des glissements de terrains est régulièrement empruntée par des escouades de soldats, disons que notre espion ne devrait pas crever tant qu'il ne fait pas de vague. En revanche, parlant de glissement de terrains, la pluie qui commence aussi à s'abattre sur sa gueule lui donne une certitude qu'il ne peut s'empêcher de laisser sortir de sa gueule à haute voix...

    -Putain on m'a encore bien baisé !

    Il y a quelque jour, quand on lui a ordonné de faire plusieurs jours de voyage jusqu'à ce lieu, le tout sans lui prêter de monture, et en lui disant de faire bien gaffe à la faune particulièrement hostile, Konrad sentait déjà que la solde ne valait pas vraiment les jours qu'il allait passer dans ces montagnes. Mais là, à chaque pas, transit par le froid et agacé par la difficulté à trouver sa route, l'envoyé de l'armée regrette toujours un peu plus de ne pas avoir simulé un rhume, une diarrhée, une syphilis, que sais-je... tout pour ne pas partir se les peller à des centaines de mètres d'altitude. Hélas, c'est bien trop tard pour rentrer. Alors c'est en dégoulinant d'eau que notre connard va continuer à avancer... C'est presque deux heures plus tard qu'il trouvera enfin son lieu de rendez-vous. Il perçoit au loin une lueur. Ses deux pieds se figent dans le gravier, et il observe en silence. Cette bicoque est grosse. Il y a de quoi y mettre une garnison. La lumière vient de quelques fanaux à l'extérieur. On perçoit des bases de pierre, et de grands rondins formant les murs. Une véritable petite forteresse, cette vieille auberge. En même temps, c'est un peu l'un des derniers refuges avant d'entrer dans les terres sauvages. Au-delà, on croise au mieux des bêtes sanguinaires et méconnues, au pire des saloperies d'étrangers. Cette conne d'auberge est défendable.

    Scrutant la place, l'individu reprend sa route. Minute après minute, il approche l'édifice, et parvient à le scruter de mieux en mieux. La pénombre le dérange un peu moins que les autres badauds, alors il peut en admirer l'entièreté bien avant d'être en face. Son regard se perd dans les nuages... Il n'y a ni étoile, ni lune pour le guider. Si par malheur il avait perdu sa voie avant de percevoir le fanal, il aurait probablement dû camper, et serait mort sous un éboulement provoqué par l'humidité. Chassant ces pensées, notre connard de compétition approche la porte. Elle est massive, et est fait du bois local. Les fameux pins d'argent. Notre connard se retourne un instant. On n'en voit pas un à l'horizon sans la lumière des astres célestes pour leur donner un reflet à envoyer. L'espion entre, et est immédiatement sorti de sa torpeur par un chant. Un sourire lui vient alors immédiatement à la trogne, et il envoie ces mots...

    -Putain ! Ils ont des troubadours !

    Si il ne somnolait pas depuis une heure, sans doutes les aurait-il entendu avant de les voir. C'est donc tout sourire et les oreilles en l'air qu'il pénètre la taverne. La porte s'ouvre, il apparaît derrière. Sa longue chevelure mouillée lui tombe sur les épaules, dans le dos, sur la trogne... son œil gauche est cachée. Mais le vert pomme de sa pupille droite reste observable à quiconque l'apercevrait. Sa tunique violacée se fait un peu remarquée, malgré sa prédominance sombre. On note aussi, à la lueur des torches, que sa ceinture est de métal et brille. Le gaillard a des couteaux rengainés au bassin, et le teint matte. Il s'avance doucement, regardant à droite à gauche. Sur la route, il envoie deux pièces de cuivre aux pieds du barde local. Sans ralentir, il va jusqu'au comptoir principal, en scrutant la cheminée. En s'arrêtant devant la tablée, il envoie un regard vif au tenancier, et comme ça, sans hésitation, au milieu des soldats, il dit à voix bien haute, si bien que toute personne proche du comptoir peut l'entendre...

    -Vous braconnez du cerf ?

    -Qu... Bien sûr que non ?!

    Répond le tenancier, confus de cette question...

    -Bon, tant pis. Mettez moi un poulet. Je crève la dalle.

    -Trois pièces d'argent.

    -Ah... Bon ben tant pis mettez moi la même tambouille que les autres fauchés, ça ira très bien.


    Déposant une seule pièce d'argent sur le comptoir, notre prix nobel, scrutant le tenancier se reculer vers une marmite au feu, pour en prendre la louche et la vider à trois reprises dans un bol, ajoute alors ces mots...

    -Je cherche une gonzesse.

    -Moi aussi.

    -Nan mais une soldate.

    -Je recommande pas. La dernière fois que j'ai voulu m'en faire une j'ai failli me faire couper les...

    -Ouai, nan, votre gueule.


    Konrad se retourne face à la salle, et en tout bon espion discret qu'il est, il la joue fine... et il gueule...

    -SAJENTI VATT'GHERN ! Je cherche Vatt'Ghern ! Vous l'avez vu ?

    Parce que la subtilité, c'est rigolo... mais Tyran va pas se faire chier à longer les murs dans une auberge remplie de soldats de sa faction, hein. Faut pas déconner. Inutile de préciser qu'entre sa gueulante, sa demande de produits braconnés, et sa gueule de connard... la plupart de ses voisins de comptoir le regardent bien salement. Ce serait ironique que par hasard, par pur hasard... la donzelle en fasse partie.


    Theme de Kondrad:
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Ersa Vatt'Ghern
    Ersa Vatt'Ghern
    Messages : 40
    crédits : 499

    Info personnage
    Race: Lycanthrope
    Vocation: Guerrier Assassin
    Alignement: Neutre Bon
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t593-ersa-la-semi-louve-termine
  • Jeu 29 Sep 2022 - 16:26
    A bon Chat bon loup
    Feat Konrad


    La naine avait patienté le temps de deux ou trois bières, l’avantage d’être une naine, personne ne venait vous dire de faire attention sur la descente de bière. Elle était restée dans ses pensées, essayant de ses soustraire à la musique, aux bruits des autres soldats. Son esprit effleura l’idée plusieurs fois d’imaginé la personne envoyée pour la surveiller, qu’on lui avait demandé de rester un minimum discret car les soldats n’aimaient pas avoir des personnes d’autres régiment venir faire leur travail. Elle espérait juste ne tomber sur un homme imbu de sa personne qui aurait du mal a accepté la présence d’une femme et d’autant plus une naine.
    Ses pensées vagabondèrent sur le nécromancien et sa vengeance, elle voulait en finir, tourner la page. Elle revint à elle quand un homme entra dans la taverne, il dénoté par rapport aux autres clients, sa tenue colorée sans être criarde. Il avança jusqu’au comptoir sous le regard de certain client.

    Elle se reconcentra sur sa bière imaginant s’être fait poser un lapin son surveillant. Mais l’homme commença a discuté assez fort avec le patron, comme si son but était de se faire entendre de tous. Après quelques conseils matrimoniaux du patron envers le voyageur qui s’était déjà fait remarquer par une grande partie de la clientèle. Il se tourna et se mit à gueuler dans la salle.


    « -SAJENTI VATT'GHERN ! Je cherche Vatt'Ghern ! Vous l'avez vu ? »

    [Putain ! Ils ont vraiment osé m’envoyer le premier péquin qu’ils ont trouver même pas foutu de lui dire ce qu’il cherche]

    Après cette entrée remarque digne d’un chien dans un jeu de quille, la naine descendit de son tabouret et se dirigea vers l’hybride. Ses pas ouvrir un peu plus sa cape, dévoilant son plastron et son ceinturon pourvu de son glaive et de son éternel carquois de cuir. Elle se planta devant le grand homme, il faisait environ un pied de plus que la naine.

    Visuel armure:

    « On m’avait annoncé quelqu’un de discret, venez on sera plus tranquille dans un coin. »

    Elle s’installa sur le tabouret qui lui laissait les jambes pendantes comme une enfant, elle aurait pu se mettre à une table ou elle aurait été plus à sa hauteur mais elle préférait être au comptoir pour pouvoir tout voir et avoir plus de bières. Le temps que l’homme s’installe, elle reprit une gorgée de bières, une fine couche de mousse resta sur le coin de ses lèvres qu’elle fit disparaitre un coup de langue. Elle reposa sa choppe sur le comptoir de pin d’argent puis se redressa.

    « Bon j’imagine que si on ne vous a pas renseigné sur votre rendez-vous on ne vous a pas expliqué dans quoi on vous a mis le nez, J’me trompe ? »

    La naine lui expliqua rapidement l’histoire en déformant légèrement son appartenance. Qu’une patrouille était tombée sur un nécromancien, qu’ils avaient remontés l’info et demandé à des spécialiste de venir en espérant qu’il ne se pose pas de question sur la spécialiste qui venait du RSAF. Plus elle donné d’explications plus son regard s’éclairer d’une lueur bestiale, comme si la louve se caché derrière l’émeraude de ses iris.

    « Vous pouvez m’appeler Nora, le grade n’a pas d’importance et le nom est trop long.»

    Son regard s’apaisa quand elle le redirigea vers sa choppe à demi vide, avec un sourire naissant elle la vida et fit signe au patron de remplir sa choppe et de ramener un verre de quoi réchauffer l’hybride trempé. Le barde commençait a jouer des musiques plus vive plus rythmique, l’alcool et la fatigue détendaient l’atmosphères progressivement.

    La jeune femme ne pouvait s’empêcher de surveiller les soldats autour d’eux, un hybride discutant avec une naine, des soldats alcoolisés et la pression qu’infligé les rocheuse aux esprits des patrouilleurs dans la même soirée.

    « Je vous laisse même le luxe de choisir avec qui vous voulez dormir, dit elle en souriant et en pointant les soldats du comptoir.Ou si tu veux repartir .»


    CENDRES

    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Konrad Tyran
    Konrad Tyran
    Messages : 20
    crédits : 392

    Info personnage
    Race: Hybride (Guépard)
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t285-konrad-tyran-le-vilain-menteur-termine
  • Sam 1 Oct 2022 - 15:04
    Le gaillard à la grande gueule a au moins ça de bien qu'en envoyant l'appellation d'une personne un peu plus gradée que le connard moyen, il s'est probablement immunisé de toute action hostile des soldats de rangs les moins téméraires. Nan parce que rien qu'après le coup de "vous braconnez du cerf", ça pouvait vite partir en passage à tabac. La plupart des gars du comptoir estiment donc que cet étranger, en plus d'être un étranger ce qui est un défaut en soi, est un connard. Mais comme l'homme est en lien avec une sajenti, les premières classes peuvent juste bien fermer leur gueule. De surcroît, la donzelle que le fauve cherchait vient à lui assez vite. Une voix s'éleva dans son dos, se plaignant subtilement de la discrétion de cet agent. Ce dernier se retourne, l'index haut, prêt à pointer du doigt le visage de cette lady, avec un sourire en coin. En se retournant vivement, il fait faire à son œil gauche un clin vif, tout en maintenant sa pupille droite bien visible, elle et le vert pomme qui la caractérise. Sa chevelure vole au vent, son charisme est optimal, il dit...

    -Mademoiselle, apprendrez que... que....

    Rien... il pointe du doigt l'autre bout de l'établissement. En face de son doigt, il n'y a rien. Il baisse un peu la tête, l'air incongru, et voit bien en dessous de sa main sa camarade de fortune qui, admettons le, ne correspond pas à l'image qu'il s'en était fait en l'entendant de dos. Il lâche même sans réfléchir, comme une constatation à voix haute...

    -Petite...


    C'était dit sans méchanceté. Juste avec beaucoup, beaucoup de surprise et d'incompréhension. Une myriade de question passèrent en tête du gaillard. La première étant...

    [Je fais une blague ou je tiens à la vie ?]

    Mais avant qu'il n'ait le temps de penser à une phrase bien faite, la donzelle le traîne à un coin du comptoir. Là, elle boit une bonne lichette de sa bière. Le fourbe a apporté avec lui sa soupe. Hé, une pièce d'argent c'est précieux. La donzelle a même la gentillesse de lui expliquer sa mission. Elle est bien urbaine ! C'est patiemment, en bouffant petit à petit ce plat fade comme la pluie que notre gentil petit Tyran écoute les mots de la donzelle. Il y a en gros quelques détails à retenir. Un nécromancien à buter, il est assez fort ou à minima assez malin pour exécuter une escouade de soldats. Le plus souhaitable est que la cible ait piégé ses victimes dans des embuscades. Sinon, ça veut dire qu'on demande à Konrad et à une gnome de buter un type qui vaut huit soldats endurcis et entraînés. Non pas que ça emmerde déjà Tyran de se balader dans un coin où tout ce qui relève de la faune veut votre mort, mais si en plus c'est pour se taper un archimagie... autant se jeter du haut d'une falaise tout de suite. La finalité sera la même, et le tout sera plus rapide. Notre joyeux luron demandera tout de même...

    -Et vous savez un peu précisément où le trouver, votre copain le tueur ? Nan parce que si il s'agit de lui faire la peau je vote pour partir de nuit, si il s'agit de gambader à travers les montagnes pendant des heures comme des cons, je vote pour attendre la fin de ce temps de merde.

    Puis la demoiselle se présente sous l'appellation de Nora. Konrad n'a pas la moindre idée d'où vient ce nom, il ne se souvient pas que le gars lui ayant donné sa mission a nommé sa collaboratrice Nora une seule fois. Mais qu'à cela ne tienne. Cette dernière veut se faire appeler Nora, elle se fera appeler Nora. Pour autant, un problème turlupine Tyran. Il hésite à en parler... et finalement il ferme sa gueule un instant lorsque la lady a l'aimable idée de lui prendre un verre, non sans avoir bu comme un trou sa choppe. Le bâtard boit une gorgée de sa boisson, les cils vaguement froncés. Il écoute alors la lady faire une blague manifeste, sur l'idée que toute piaule devra être partagé avec les autres soldats. Quoique... C'est vrai que rien n'indique qu'une piaule ne soit disponible. Tyran scrute alors les hommes. Aucun d'eux ne l'a encore agressé, mais on ne peut pas dire que le chevelu ait l'air très apprécié. Il fait un petit signe de la main amicale à un type le fixant, ce dernier ne réagit pas. Mais putain quel regard ! On jurerait que l'espion a fourré sa figure maternelle. Derrière cet antipathique personnage, un type se lève soudainement, et s'en va en vitesse vers l'extérieur, se tenant la bouche, et prêt à gerber. Il n'est d'ailleurs pas le seul. Notre fourbe de compétition en conclu qu'ils ne tiennent guère bien l'alcool. Mais par réflexe et pure paranoïa, il lâche sa cuillère dans sa soupe et n'y touchera plus. Après, vous me direz qu'il l'a déjà vidé à moitié. Le bougre se retourne vers la bougresse, et dit...

    -Mh, dans ce cas je vous choisis vous~

    Il boit une gorgée, et se dépêche de lever la paume gauche en signe de paix pour ajouter...

    -Je plaisante, je plaisante. Si nous passons la nuit ici, je me débrouillerais... En revanche, j'aimerai aborder un point. Je suppose qu'à mon instar vous avez été missionnée sur cette tâche et que vous êtes donc plus ou moins obligée de l'accomplir. Aussi je voulais vous proposer une chose. Vous... vous me laissez m'en charger, et puis on dit qu'on l'a fait à deux.

    La proposition semble sortir de nulle part. Aussi, le bougre surenchérit.

    -Hum... Comment expliquer... Tout d'abord, ne le prenez pas mal, hein ? Mais ça m'a l'air... plus sécuritaire pour nous deux. Seul je serais plus discret, et puis... je sais pas moi... imaginez que... 'fin... qu'on soit menés à courir ? Si on fait face à une horde de macchabés que l'autre con a réanimé, et qu'on doit se replier. Disons que... ce serait plus assuré avec de plus... euh... de plus longues jambes.

    Est-ce qu'il est en train de dire qu'elle est incapable parce que c'est une naine ? Non... Si... C'est étrange, parce qu'il cherche vraiment ses mots. On dirait vraiment qu'il marche sur des œufs pour ne pas la vexer. Mais d'un autre côté... ce qu'il dit, peu importe comment il le dit, c'est tellement condescendant que c'est presque impossible de bien le présenter. Enfin, soyons clair. Il essaie de sortir la version polie de "vous êtes pas un peu petite pour vous battre". Dire ça à un soldat, c'est doucement lui chier sur les bottes. Cela, Konrad a du mal à le concevoir...

    -Disons que... le cas échéant, je pourrais probablement pas vous proté-couvrir... vous couvrir. Bref, euh... ce serait meilleur pour notre survie à tous les deux, pis à la fin y'a aucun problème, on dit qu'on a fait le boulot à deux. C'est plutôt un bon deal, hein ?

    Parce que dire à un soldat que vous allez le protéger, c'est vraiment lui pisser sur les pompes. Ah, décidément ! Tyran c'est un as de la négociation et du respect !


    Theme de Kondrad:
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Ersa Vatt'Ghern
    Ersa Vatt'Ghern
    Messages : 40
    crédits : 499

    Info personnage
    Race: Lycanthrope
    Vocation: Guerrier Assassin
    Alignement: Neutre Bon
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t593-ersa-la-semi-louve-termine
  • Mer 5 Oct 2022 - 13:08

    A bon Chat bon loup
    Feat Konrad



    La première réflexion sur sa taille lui était passé au-dessus, ne préférant pas réagir sur la surprise de l’homme. La réponse du voyageur pour ses nouveaux compagnons de chambré ne l’étonna pas, mais passé de la boutade de passer la nuit ensemble à l’insulte fit qu’elle avala sa gorgée de travers.

    Après quelques toux, elle se figea, la mâchoire serrée comme si elle s’imprégnait de chaque mot énoncé par l’homme avant de lui répondre. Mais c’était surtout pour faire redescendre la bouffé de fureur qui l’assaillait. Il insulté sa taille, son métier et ses capacités en moins de cinq minutes, avant même de finir le verre qu’elle lui avait offert. Dans n’importe quelle circonstance elle l’aurait remis à sa place à la manière des nains de taverne, a grand coup de tabouret.

    Elle porté sa choppe à ses lèvres espérant que la fraicheur de la boisson puisse apaisait le brasier de sa colère mais c’est l’idée de lui faire avaler la boisson avec la chope qui lui tira le plus de satisfaction. Elle eut un léger sourire a cette idée, posa sa choppe sur le comptoir avant de se tourner vers l’homme qui venait de l’insulter.


    « Je ne sais même pas par ou commencé tellement vous débitez de conneries à la minute. Vous ne savez ni parler aux nains, ni aux soldats.

    Elle souffla se demandant comment il avait pu survivre aussi longtemps avec le tact qu'il avait fait preuve jusque-là.,

    J’espère qu’au moins vous ronronner mieux aux oreilles des minettes que vous convoitez. »

    Elle se préféra se stopper, attrapa sa bière pour reprendre une gorgée se sentant s’emportait au fur et a mesure que les mots franchissaient ses lèvres. Elle reprit d’un ton sec n’arrivant pas à contrôlé totalement sa colère.

    « On n’aurait pas une mission en commun je t’aurais fais finir ta soupe avec la cuillère et le bol. Tu as pour optique de pouvoir fuir, moi je suis là pour combattre. Si t’es grandes jambes te permettre de me semer que grands biens t’en fasse et ne te retourne pas, je sais me défendre »

    Les yeux d’Ersa brulait de colère, la couleur de ses iris variées du vert émeraude au jaune. Il lui faudrait tout son calme pour aboutir à la mission avec lui.

    « Sois-tu arrives à oublier tes préjugées ou je te propose l’offre inverse. Je me demerde avec ce salopard et je te laisse tirer les lauriers. »

    Elle vida le reste de sa choppe, se mit malgré elle a fredonnait faiblement une chanson en redemandant une bière. Une chanson qui la calmait et exprimer bien son ressenti sur les gens de là-haut.

    Chanson Naine:

    « Aux dernières nouvelles il y en a pour une heure de route. A toi de me dire ce que je fais de toi. »

    Le regard de la naine se promena sur les soldats en attente, l’alcool n’aidait pas à garder la tête froide. Un des hommes qui les regardait de travers depuis l’arrivée de l’hybride se leva et commença à se diriger vers eux sous le regard de ses quatre collègues. Il les interpella d’un ton agressif profitant surement de l’engueulade entre les deux intrus.

    « Hé les deux … »

    Il n’eut pas le temps de finir sa phrase que la chope d’Ersa traversa la distance entre le comptoir et le visage du soldat. Elle explosa à l’impact projetant de la bière aux alentours. Elle posa ses mains sur ses tempes, perdant progressivement les contrôles aux bords de la transformation à cause de l’alcool et la colère.

    Elle arriva assez rapidement à faire suffisamment redescendre la tornade d’émotions qui la tiraillait. Elle descendit de son tabouret en posant une main sur sa ceinture en jetant un regard noir aux autres soldats qui s’étaient redressé mais se rassirent rapidement. Ce n’était pas fini soit a la prochaine insulte ou durant la nuit.


    « Si tu souhait dormir je te laisse la chambre j’irais dans l’écurie, je ne souhaite pas rester à proximité de toutes ses conneries. Tu pourras me rejoindre dès que tu seras prêt. »

    Elle resta un moment sur place au cas ou l’hybride face une autre connerie, avec son tact qui avait l’air habituel, ou s’il avait autres chose à lui dire.

    CENDRES


    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum