DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Seraphin

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Dura disciplina, facilis bellum [Kahl/Alasker] InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Lever de Lune
    Derniers sujets
    Mon Voisin Du DessusAujourd'hui à 22:23Lyra Leezen
    Un prêté pour un rendu [Sixte]Aujourd'hui à 22:02Sixte V. Amala
    Seul ? [Hélénaïs]Aujourd'hui à 21:55Hélénaïs de Casteille
    La Fenêtre de l'ÂmeAujourd'hui à 21:01Myriem de Boktor
    Poids lourd et poids plume (PV Kieran Ryven)Aujourd'hui à 20:55Vanay Vyldrithe
    Conversation ou baston ? [Pw Kahl]Aujourd'hui à 19:46Kahl
    La fuite | Leif & Siame Aujourd'hui à 18:39Leif Brynjolf
    Achats de pouvoirs | Kieran Aujourd'hui à 18:32Kieran Ryven
    L'air du Vent | Feat ZéphyrAujourd'hui à 18:05Myriem de Boktor
    RP's de Mortifère [République]Aujourd'hui à 17:40PNJ
    3 participants
    Aller en bas
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Deydreus Fictilem
    Deydreus Fictilem
    Messages : 575
    crédits : 979

    Info personnage
    Race: Vampire
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal mauvais
    Rang: B - Griffe
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t893-deydreus-fictilem-inter-arma-silent-leges-terminehttps://www.rp-cendres.com/t950-liber-legatus-chronologie-de-deydreus-fictilem
  • Dim 26 Mar - 14:05
    Portées par la brise nocturne d'Ikusa, les bannières des Serres Pourpres claquaient doucement contre les murs de la caserne où la troupe d'élite siégeait. Entre chacune d'entre elles, des torches brulaient d'une incandescence orangée. Au dehors de l'enceinte, des hommes patrouillaient pour s'assurer qu'aucun individu suffisamment dangereux, ou fou, n'oserait entrer à l'intérieur. Les rues, devenant de plus en plus silencieuses, n'offraient que le spectacle mourant d'une ville qui s'assoupissait peu à peu. A vrai dire, seuls les échos de lames s'entrechoquant s'élevait dans les airs. Un son métallique, brutal, qui provenait directement de la cour intérieure de la caserne.

    Cette dernière se découpait d'ailleurs en trois parties distinctes. Tout en haut, de nombreux balcons permettaient aux nobles en visites ou, potentiellement, à l'Empereur ou autres membres de la Main de venir assister à l'entraînement des troupes. En dessous, de nombreux couloirs s'élançaient pour former le gros de la caserne, abritant mess, chambres et autres bureaux et armureries. Tout en bas, enfin, une "arène" faite de terre et de paille se trouvait en plein centre et permettait aux guerriers de croiser le fer. Autour d'elle, une estrade avait été dressée afin de permettre aux officiers et entraineurs d'observer plus efficacement les mouvements des bretteurs. Dans le fond de la cour, enfin, des cibles de pailles et mannequins d'entrainement siégeaient silencieusement afin d'offrir la possibilité de s'entrainer à l'arc ou à l'arbalète. Deydreus, lui, se trouvait sur l'estrade et observait en silence les différentes manoeuvres de Léonard, Ikaryon et Esyleij qui s'affrontaient.

    L'entrainement avait duré toute l'après-midi. Il n'y avait eu qu'une pause, afin de boire et se restaurer, avant de reprendre de nouveau les enchainements. D'ailleurs, le blondinet et le demi elfe affichait déjà quelques signes de fatigue légère. Rien de fondamentalement grave, mais un point à améliorer pour plus tard via des exercices de renforcement musculaire, de gainage et de course avec armure lourde. De ses yeux vairons, le vampire analysait tous les mouvements. Toutes les imperfections potentielles. Il était un maître sévère car pour lui l'excellence était de rigueur. Les Serres représentaient l'élite de l'armée. La culmination de la réussite et du talent acquis. Il était hors de question de commettre la moindre faute en manoeuvre. Sortant finalement de ses pensées tandis que Léonard sortait finalement victorieux d'un énième affrontement, le reikois tapota dans ses mains pour attirer l'attention de ses hommes.

    - Bien. Allez boire un coup et changez d'armes. Vous passerez sur les mannequins juste après, travaillez bien vos postures et feintes. Il marqua une pause, observant les armes trainant dans la paille boueuse. Et ramassez moi tout ça, on doit s'entrainer avec Kahl et Alasker. J'aimerais ne pas trébucher sur une masse d'armes oubliée.

    Un sourire s'installa brièvement sur ses lèvres, apercevant ses deux camarades qui arrivaient enfin. Descendant de l'estrade, la Griffe tapota sur l'épaule d'Esyleij qui grognait doucement en se plaignant d'une frappe reçue plus tôt contre son flanc. Arrivant au bout de quelques secondes près de ses deux frères d'armes, le vampire afficha un sourire carnassier tandis que ses crocs se révélaient doucement.

    - Bonsoir à vous messieurs. Venez.

    Il avança alors doucement vers le carré de terre qui servait d'arène. Attrapant une gourde d'hydromel siégeant sur une des tables en bois, l'être aux yeux vairons déversa son contenu dans sa gorge sèche. L'air se rafraichissait peu à peu, tandis que la nuit s'entamait.

    - Outre l'entraînement, j'aimerai vous parler de notre prochaine mission. Mais d'abord... Il lança la dite gourde à Kahl. Tu pourrais nous refroidir un peu plus la zone de combat? Gèle même la terre si cela te sied.  


    Dura disciplina, facilis bellum [Kahl/Alasker] Sgnz7nO

    " Vous, dont la liberté n'est possible que grâce à la rigueur d'âmes plus pures que la votre, ne vous croyez pas libres, vous n'êtes que protégés. Votre liberté est un parasite, vous vous appuyez sur l'énergie des hommes honorables et n'offrez rien en retour. Vous qui avez apprécié la liberté et qui n'avez rien fait pour la mériter, votre heure est venue. Cette fois vous devrez combattre seuls. Maintenant, vous allez devoir payer votre liberté passée de votre sang et de votre sueur. Car il n'y a pas de paix, seulement la Guerre. Et lorsqu'elle se montrera, elle n'épargnera personne. "

    Apparence des épées de Deydreus:


    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Kahl
    Kahl
    Messages : 183
    crédits : 187

    Info personnage
    Race: Oni (demi-archonte)
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t930-kahl-l-ogre-du-blizzard-termine
  • Dim 26 Mar - 16:57
    Kahl était d'humeur massacrante, chose qui n'était sans doute pas passée inaperçue aux yeux avertis de son supérieur et camarade, le dénommé Alasker. Habituellement jovial et riant aux éclats à la moindre occasion, le géant du Nord était aujourd'hui bien trop taciturne pour inspirer confiance. Se pliant aux exigences de ses nouvelles fonctions, il avait fait à Iratus le "plaisir" de s'équiper convenablement en enfilant la partie inférieure de sa tenue règlementaire. Kahl avait par ailleurs passablement perdu l'habitude d'enfiler son masque rouge en présence de ses pairs mais pourtant c'était ainsi qu'il avait exceptionnellement choisi de se présenter à l'entraînement du jour. S'il faisait déjà peur à voir en règle générale, l'oni dissimulait avec peine des cernes si profondes qu'elles paraissaient tracées au couteau. Le duo de colosse fut accueilli par une foule de salutations puis enfin par le sourire bienveillant de leur chef.

    " 'Soir."

    Sa voix grave était faiblarde, pour ne pas dire étranglée. Kahl n'avait pas encore eu le cœur de révéler à l'entièreté de ses frères d'arme la nature de son mal-être mais les bruits allaient vite dans les couloirs de la caserne et puisque beaucoup de Serres avaient été témoins de son premier malaise surnaturel, l'Ogre savait pertinemment que c'était presque avec pitié que certains l'observaient lorsqu'il leur tournait le dos. Il détestait cela plus que tout au monde. Cette malédiction qu'il avait amplement mérité le rongeait jusqu'à l'os, l'affaiblissant et croquant sa raison déjà bien malmenée par cette folie furieuse qui animait ses faits et gestes. Il ne comprenait désormais que trop bien quel combat infernal menait Alasker lorsqu'il luttait contre la bête nichée en lui mais l'oni fier et implacable redoutait plus que tout de devoir admettre un quelconque découragement face à ce problème nouveau.

    "A vos ordres."

    La Griffe lui jeta une gourde et les réflexes de Kahl firent leur travail malgré la fatigue. Reniflant le contenu de ses naseaux immenses, il haussa les épaules puis releva son masque, juste assez pour pouvoir se saouler un petit coup afin d'atténuer ce mal qui lui bouffait le crâne. Cela fait, il déposa la gourde sur une table branlante et vint frotter ses mains en prévision de ce qui allait suivre. Un peu de brume blanchâtre s'échappa de sa gueule et de ses paumes naquit soudain une pellicule de givre. Cela prit beaucoup de temps, son état n'aidant pas, mais bientôt la glace s'empara de la terre dans une foule de craquements à peine audibles.

    Plutôt mourir que de prendre le repos attribué aux faibles, se disait-il. Ce n'était pas comme si la malédiction qui l'avait frappé allait s'éteindre après une sieste, après tout. Deydreus avait lui aussi été atteint par un sort terrible et ne s'en plaignait pas, de même que le loup en armure qui contenait sa rage. Kahl redoubla d'efforts et conclut son œuvre après de longues minutes d'efforts acharnés et lorsqu'il en eut terminé, le sol aride du terrain d'entraînement fut partiellement recouvert d'un linceul blanc et scintillant.

    L'Ogre hocha la tête, confirmant silencieusement qu'il en avait terminé puis il croisa les bras en attendant les explications sur cette fameuse mission qu'envisageait son dirigeant.
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Alasker Crudelis
    Alasker Crudelis
    Messages : 211
    crédits : -25

    Info personnage
    Race: Loup-Garou
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal Mauvais
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t889-alasker-crudelis-iratus-termine
  • Mer 5 Avr - 0:31
    Alasker n’avait jamais fait partie de ces hommes qui appréciaient le luxe, quand bien même sa définition du “luxe” divergeait assez radicalement de celle du commun des mortels. A ses yeux, tout homme ou femme se levant chaque jours sous le même toit, avec un lit bien préparé et de quoi manger sans avoir à se battre ou à craindre pour sa peau, était considéré comme un faiblard vivant une vie trop simple et sans surprise pour avoir un quelconque intérêt à ses yeux. Ainsi, Ikusa paraissait être conçue dans ses pires cauchemars. Ici, tout était si parfaitement réglé pour causer le moins d’inconfort aux habitants tremblottants de la capitale qu’une “autorisation spéciale” était nécessaire pour pénétrer dans son enceinte. Un véritable cauchemar administratif, pourtant farouchement convoité par d’innombrables minables rêvant de choses aussi puériles que la richesse, l’art et…La paix. La paix ! Quelle quiétude y avait-il donc à trouver, au sein d’une ville ne dormant jamais, où théâtres, bains publics et autres tavernes débordent d’âmes avinées, de jour comme de nuit ? Où fourmillent des centaines de milliers d’inconnus remplaçables, tous persuadés d’être devenus importants, simplement en s’installant ici-bas ? Le château lui-même n’échappait pas à ses belliqueuses considérations. Combien de ces clowns de gardes royaux avaient fait couler le sang, ces six derniers mois? Bien à l’abri derrière les remparts du palais le plus sécurisé de tout Sekaï, qui donc espéraient-ils encore convaincre de leur supposée dangerosité? Combien arrivaient même à croire que l’Empereur, éternel conquérant et tueur de dieu, avait besoin d’eux pour assurer la protection du couple royal? N’avaient-ils pas prouvé leur inutilité lorsqu’une flèche s’était frayée un chemin dans la chair de leur impératrice bien aimée, sous leurs yeux?

    Un flocon de neige voleta devant lui, le tirant de ses songes acrimonieux pour le ramener au présent d’un instant, somme toute, pas si désagréable bien qu’un peu inhabituel en de pareils lieux, puisqu’une magie de glace difficilement contrôlée avait su apporter un peu du vent du nord ici-bas.

    Un grondement d’appréciation s’échappa de la gueule entrouverte du géant d’airain pour se matérialiser en un petit nuage blanc, témoignant du froid régnant maintenant sur place. Un coup d'œil en direction de Kahl lui indiqua que son petit tour de passe-passe était désormais terminé. Alasker accueillit la chose en frappant ses gantelets griffus l’un contre l’autre, lui offrant une sorte d’applaudissement cliquetant. Au moins, cette magie-là avait le mérite d’être rafraîchissante.
    Le grand bleu avait gardé son masque mais Alasker devinait aisément l’humeur massacrante qui se cachait derrière. A force de superviser les Dévoreurs, le Lycanthrope était devenu un expert dans la détection de ce genre d’attitude, chez les lunatiques.  Fort heureusement, Kahl faisait partie de ceux qui savaient garder un minimum le contrôle, même en faisant du boudin. Une qualité rare, dans les rangs des guerriers aux armures écarlates. L’Oni pouvait donc s’octroyer le privilège de faire la gueule quand il le souhaitait, chacun ses passe-temps après tout. Son comparse lycanthrope espérait simplement que cette histoire de “malaise” qu’on lui avait rapporté ne cachait rien de…Trop grave.

    “-On attend le soir pour se retrouver, maintenant?” Grinça Alasker en souriant au chevalier noir. “T’avais peur de prendre un coup de soleil?

    Sa plaisanterie lâchée, le géant d’airain s’écarta de ses camarades, le sourire aux lèvres, en décrochant de sa ceinture l’une des hargneuses. Sans vraiment chercher à se concentrer, il jeta la courte hache en direction d’un pantin d'entraînement, qui se fendit en deux à l’impact dans une explosion d’éclats de bois.
    C’était une façon comme une autre de s’occuper les mains pendant une conversation.
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Deydreus Fictilem
    Deydreus Fictilem
    Messages : 575
    crédits : 979

    Info personnage
    Race: Vampire
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal mauvais
    Rang: B - Griffe
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t893-deydreus-fictilem-inter-arma-silent-leges-terminehttps://www.rp-cendres.com/t950-liber-legatus-chronologie-de-deydreus-fictilem
  • Mer 5 Avr - 11:11
    - Tu sais comment c'est Alask'. Il faut que je garde ma pâleur naturelle. Il parait que ma beauté vient de là.

    Un léger rire quitta les lèvres de Deydreus tandis qu'il observait la hache filer dans l'air. Fermant quelques instants les yeux, le sombre chevalier savoura silencieusement l'air frais qui était maintenant présent dans l'arène et qui avait remplacé la chaleur habituelle d'Ikusa. Rouvrant ensuite ses yeux vairons et entrant dans l'arène, le guerrier fit signe au lycanthrope et à l'oni de se rapprocher de l'arène, un sourire aux lèvres. Sourire qui révéla, au passage, ses deux crocs pointues.

    - Au fait Kahl. Je ne sais pas si tu étais déjà au courant par Alasker. Mais je suis un vampire. Il marqua une pause, comme s'il venait de demander le sel en plein repas. Et même si cela apporte quelques inconvénients, j'ai également de nombreux avantages...

    Il claqua alors des doigts, faisant apparaître tout autour de lui différents globes sanguins. Ces derniers vibrèrent dans l'air, tournoyant lentement sur eux mêmes tandis que le vampire avançait doucement sur le sol gelé.

    - Notre prochaine mission se passera loin au nord est. Dans les anciennes ruines. Une troupe a déjà sécurisé l'entrée de ces dernières mais, d'après nos informations, les ruines pourraient détenir plusieurs gisements de rhatonite, ou d'autres minerais. Dans le premier cas, nous devrons les détruire. Eux et tous leurs gardiens. Dans le second cas, nous pourrons réclamer ces gisements pour le Reike. Quoiqu'il en soit, cela sera risqué, et il n'y aura que les Serres, les Dévoreurs, et nous trois.

    Les formes sanguines changèrent alors doucement, prenant peu à peu des formes variées. Lames, masses, animaux. On voyait aisément que le vampire s'amusait à manipuler ses créations et cherchait à pousser ces dernières pour les rendre plus ou moins précises. Finalement, les sphères se subdivisèrent en une succession d'épées de sang cristallisé, vibrant dans l'air comme si la gravité ne les affectait pas.

    - Bien. J'aimerai pouvoir tester la vitesse de mes projectiles. Lequel de vous deux veut s'y coller en premier? Ou bien, non, plutôt, pourquoi pas tester avec vous deux. Il laissa un sourire parcourir de nouveau ses lèvres. Je préviens cependant, je ne connais pas encore toute l'étendue de la puissance de ma magie ni sa résistance, donc si jamais ça pique un peu ou bien que le résultat est peu convainquant, ne m'en voulez pas mesdames.

    Il attendit ensuite que ses deux compères ne se placent, puis il leva la main, faisant passer les lames d'une station verticale à un angle plus menaçant, les pointes dirigées vers les guerriers acceptant l'entrainement. Le but n'était pas de spécifiquement briser l'attaque pour contre-attaquer, mais plutôt de tester la solidité des créations sanguines, et de réagir à leur vitesse.

    - Prêt?

    Le chevalier aux yeux hétérochromes baissa alors les bras, laissant filer dans l'air les épées de sang. L'entrainement venait de débuter, et Deydreus avait hâte de voir comment ses deux amis allaient à présent réagir.


    Dura disciplina, facilis bellum [Kahl/Alasker] Sgnz7nO

    " Vous, dont la liberté n'est possible que grâce à la rigueur d'âmes plus pures que la votre, ne vous croyez pas libres, vous n'êtes que protégés. Votre liberté est un parasite, vous vous appuyez sur l'énergie des hommes honorables et n'offrez rien en retour. Vous qui avez apprécié la liberté et qui n'avez rien fait pour la mériter, votre heure est venue. Cette fois vous devrez combattre seuls. Maintenant, vous allez devoir payer votre liberté passée de votre sang et de votre sueur. Car il n'y a pas de paix, seulement la Guerre. Et lorsqu'elle se montrera, elle n'épargnera personne. "

    Apparence des épées de Deydreus:


    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Kahl
    Kahl
    Messages : 183
    crédits : 187

    Info personnage
    Race: Oni (demi-archonte)
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t930-kahl-l-ogre-du-blizzard-termine
  • Mer 5 Avr - 13:30
    Alasker, comme prévu, accorda à Kahl le luxe de ne pas avoir à se justifier quant à sa mauvaise humeur. Pour cela, l'oni était sincèrement reconnaissant et continua de garder le silence. Lorsque le loup plaisanta au sujet de l'heure du rendez-vous, l'Ogre lâcha tout de même un infime reniflement amusé et suivit du regard son supérieur lorsque ce dernier vint enfoncer l'une de ses armes dans un mannequin déjà bien amoché par les entrainements passés. La voix de Deydreus rappela à l'ordre le colosse, qui pivota pour lui faire face.

    L'annonce de la Griffe ne surprit qu'à moitié l'oni, qui avait déjà été vaguement informé de l'obscur mal qui avait atteint leur dirigeant, sans en connaître pour autant l'appellation. Vampirisme, donc. Décidément, les Serres paraissaient tous frappés par un mauvais sort, car les malédictions de ce genre commençaient gentiment à pleuvoir dans leurs rangs. Les bras croisés, il répondit donc par un faible hochement de tête, exprimant ainsi sans mot dire son indifférence quant à cette nouveauté. Le goût du sang n'était certainement pas une tare, dans l'esprit malade du géant des glaces. D'une certaine manière, cet état de fait ne faisait que les rapprocher les uns des autres. Vinrent alors les nouvelles plus heureuses, plus notamment celle de l'apparition chez Deydreus de pouvoirs acquis par cette condition qu'était la sienne. Avec une certain curiosité, Kahl observa les sphères pourpres qui se manifestaient autour de son dirigeant, imaginant sans mal quels dégâts elles pouvaient causer chez l'ennemi.

    Ce faisant, la Griffe vint fouler du pied la fine couche de glace qu'avait déployé l'Ogre tandis que ses créations magiques le suivaient. Il leur fit part d'une future mission qui les attendait à l'extérieur des murailles impériales et la perspective de pouvoir partir à l'aventure, usuellement si vivifiante pour le colosse, ne fit naître en lui cette fois-ci que de bien sombres réflexions. Était-il capable d'assurer ses fonctions, dans son état ? Cette malédiction qui lui bouffait les tripes ne lui conférait, quant à elle, aucun avantage au combat. Pour l'instant, et ce malgré les efforts de l'oni, la souffrance qu'elle occasionnait s'était même avérée plutôt insurmontable. Ses yeux dissimulés sous son masque suivaient inconsciemment les changements de formes des sphères sanglantes mais son esprit, lui, était ailleurs.

    Ce fut un claquement brutal qui le tira à ces rêveries. Relevant légèrement la tête, Kahl s'ouvrit à la réalité et découvrit non sans une certaine stupeur que les lames de sang étaient désormais pointées sur lui, ainsi qu'Alasker. L'Ogre jeta un regard en biais à son supérieur hiérarchique et réprima difficilement un soupir vaguement anxieux. S'il recevait de plein fouet l'un de ces projectiles, nul doute que son mal intérieur s'éveillerait pour lui faire passer un sale quart d'heure. Foutu mage noir, se disait-il. En temps normal, il aurait accueilli l'exercice avec joie et esprit de défi, mais c'était cette fois-ci avec un sérieux qu'on pouvait méprendre pour de la discipline qu'il prenait la situation. S'avançant machinalement au milieu du terrain givré, il frotta énergiquement ses paumes l'une contre l'autre, en approcha sa gueule masquée puis souffla enfin un épais nuage glacé. La pellicule de givre craquela, se dilata sur elle-même et acheva sa croissance en formant sur chaque main des sortes de rondaches opaques aux finitions grossières.

    "J'suis prêt, chef."

    C'était faux, mais que dire d'autre ?
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Alasker Crudelis
    Alasker Crudelis
    Messages : 211
    crédits : -25

    Info personnage
    Race: Loup-Garou
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal Mauvais
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t889-alasker-crudelis-iratus-termine
  • Jeu 6 Avr - 5:11
    Une fois la nouvelle parvenue jusqu'à eux, certains dévoreurs avaient longuement épilogué au sujet de la nature Vampirique de Deydreus. A l'image de leur chef lycanthrope, la plupart des sauvages guerriers s'étaient permis d'en rire et même de s'en réjouir, puisque l'idée d'être désormais dirigés par deux créatures unanimement craintes avait forcément quelque chose de réconfortant, pour une bande de monstres comme eux. Certains étaient allés jusqu'à dire que son sort était enviable, qu'on pouvait aisément se passer du soleil et même de "pisser des chauves souris" en échange de l'immortalité et, invariablement, les discussions à ce sujet s'étaient terminées dans la joie et la bonne humeur. D'aussi loin qu'Alasker se souvenait, pas un seul de ses gars n'avait semblé faire montre de la moindre inquiétude. Tous, unanimement, avaient simplement décidés de voir la nouvelle condition du chevalier noir comme une évolution plutôt que comme une malédiction. Une différence notable avec les Serres réguliers qui, pendant bien longtemps après l'annonce de la nouvelle, s'étaient quant à eux vu glisser dans une sorte de morbide morosité que seules des heures d'entraînement avaient su chasser. Une différence somme toute logique, bien sûr : pour les Serres, la transformation de Deydreus en vampire était associée à trois compagnons morts au combat et à une mission faite de rage, de crainte et de froid. Pour les Dévoreurs, bien moins impactés par des choses aussi dérisoires qu'un héros se changeant en monstre, le vampirisme de Deydreus n'impliquait qu'une chose : davantage d'occasions de faire couler le sang. Et si Alasker -pour des raisons évidentes qu'il se gardait bien de dévoiler- ne partageait que modérément leur enthousiasme, il était heureux de voir qu'au moins, ces hommes, même confrontés à un mal antédiluvien, restaient les francs imbéciles surexcités qu'ils avaient toujours été.

    Le mensonge hésitant de Kahl, émit de sa voix grondante quoiqu'un peu étouffée par son masque, tira le géant d'airain de ses songes. Il haussa les épaules et tapota le sol rendu un peu humide par le début de fonte de glace, éprouvant son potentiel de dérapage. La magie…cela commençait à devenir un peu trop omniprésent, par ici. Kahl s'essayait à la maîtrise des arcanes de glace et Deydreus, pour sa part, poussait le vice plus loin encore en usant de tours sanglants dont personne, jusqu'alors, n'avait entendu parler. Des projectiles de sang pur. Un bras sanglant. Pour Iratus, qui avait toujours prôné la supériorité du physique sur à peu près tout le reste, ça ressemblait à une mauvaise blague. Ses lames tuaient avec plus d'efficacité que n'importe quelle boule de neige ou lance & lame de sang, et il peinait à comprendre ce qui pouvait bien pousser ces camarades, pourtant tous deux excellents dans l'art du combat rapproché, à dédier une partie de leurs temps libres à autre chose que l'entraînement physique.

    "-Tu sais que tu pourrais nous avoir plus facilement en usant d'une lame solide, hein? Ces trucs font peur aux jouvencelles mais il n'y en a pas ici." Le regard d'encre du lycanthrope fut attiré par un mouvement, à une dizaine de pas à l'extérieur de l'arène, dans le dos du chevalier noir. En reconnaissant l'origine du trouble, le géant d'airain pouffa. "Enfin si, peut-être une."

    Eisyleij -qui finissait de ranger ses armes d'entraînement dans leur râtelier- essuya son front partiellement couvert de sueur d'un revers de main avant de tourner les talons en rétorquant au passage :
    "-Va te faire foutre Al' !"
    Le rire mauvais du géant l'accompagna jusqu'à ce qu'il disparaisse de sa vue.
    "-Bon, fini de rigoler j'imagine." Ponctuant son observation d'un dernier ricanement, le géant se ramassa quelque peu sur lui-même, se préparant à la première série d'esquive.
    "-Au fait, si mes gars doivent venir avec nous dans cette mine, je me disais qu'il faudrait peut-être au moins que je laisse Gatlig dégoter de nouveaux…hm…réservistes. Z’avez vu des Serres avoir des comportements un peu extrêmes, récemment ?"
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Deydreus Fictilem
    Deydreus Fictilem
    Messages : 575
    crédits : 979

    Info personnage
    Race: Vampire
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal mauvais
    Rang: B - Griffe
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t893-deydreus-fictilem-inter-arma-silent-leges-terminehttps://www.rp-cendres.com/t950-liber-legatus-chronologie-de-deydreus-fictilem
  • Jeu 6 Avr - 11:54
    - Effectivement, mais j'aime diversifier mon arsenal. Les armes solides ont souvent leurs limites, surtout face à des peau aussi renforcées que celles de l'Empereur, par exemple.

    Deydreus pivota alors son poignet, déviant légèrement la position des lames sanglantes. Puis, d'un claquement de doigts, les armes écarlates s'élancèrent sur les deux dévoreurs. Les projections étaient rapides, très rapides. Peut-être pas aussi vives que les mouvements de Deydreus lui même, mais leur vélocité augmentait progressivement pour s'approcher peu à peu de sa propre vitesse. Le but n'était pas de blesser ses frères d'armes inutilement, seulement d'augmenter leurs réflexes. Et de forcer le vampire à parvenir à maintenir son pouvoir plus longtemps. Après tout c'était ça, un entrainement.

    - Des Serres? Non, surtout qu'on vient à peine de recruter de nouveaux fantassins pour remplacer nos frères tombés. Il arrêta de parler, modifiant subitement les épées de sang en des haches carmins qui se mirent à tourner sur elles mêmes pour frapper les deux dévoreurs. Je sais qu'Akemi, l'une des nouvelles recrues, a pour charge de trouver plusieurs recrues potentielles pour nous permettre d'avoir des archers dans nos rangs. Au pire des cas, dis à Gatlig de partir avec elle. Ca la mettra aussi dans le bain vis à vis des dévoreurs.

    Un léger rire s'échappa de la gorge du vampire aux yeux vairons qui marchait doucement sur le sol givré, balançant ses armes invoquées sur ses deux camarades. Depuis qu'il avait éveillé son pouvoir, le chevalier noir maniait quotidiennement le sang qu'il parvenait à générer. A vrai dire, il avait même tenté de boire le sang généré. Le résultat avait été probant d'un point de vue vital, car cela le nourrissait mais... Le gout était ignoble. Bien pire que le sang des animaux. Une liqueur infecte qui lui donnait un haut le cœur permanent. Mais bon, au moins, cela lui permettrait de ne pas mourir de soif s'il se retrouvait en plein désert sans le moindre animal pour lui apportait la substance nécessaire à sa survie.

    Une énième lame pivota alors suite à un nouveau claquement de doigts, forçant les deux dévoreurs à dévier et esquiver de nouvelles frappes plus vicieuses. Alasker se débrouillait bien, parvenant à rivaliser assez aisément avec la vitesse des lames étant donné que le vampire ne faisait qu'augmenter doucement la vélocité. En revanche, Kahl semblait avoir plus de difficulté. Principalement car il avait l'air de véritablement vouloir éviter le moindre contact. Ce qui était curieux, étant donné sa rage dominant habituellement ses gestes et ses mouvements brutaux lors des précédents combats. Amusé, Deydreus accentua donc naturellement les frappes sur l'oni, avant de subitement se projeter en avant pour frapper du pied le ventre du guerrier bleu. Un coup de talon, renforcé par la force surnaturelle du vampire et une fine couche de sang cristalline qui se logea directement dans les abdominaux de l'Ogre.

    - Tu es ailleurs Kahl. Un souci? Il se replaça, ramenant les lames sanguines près de lui et les altérant pour leur faire prendre l'apparence de lances écarlates. Ne nous cache rien, surtout si cela occupe suffisamment ton esprit pour te faire perdre ta concentration.

    Puis les lames s'élancèrent de nouveau.


    Dura disciplina, facilis bellum [Kahl/Alasker] Sgnz7nO

    " Vous, dont la liberté n'est possible que grâce à la rigueur d'âmes plus pures que la votre, ne vous croyez pas libres, vous n'êtes que protégés. Votre liberté est un parasite, vous vous appuyez sur l'énergie des hommes honorables et n'offrez rien en retour. Vous qui avez apprécié la liberté et qui n'avez rien fait pour la mériter, votre heure est venue. Cette fois vous devrez combattre seuls. Maintenant, vous allez devoir payer votre liberté passée de votre sang et de votre sueur. Car il n'y a pas de paix, seulement la Guerre. Et lorsqu'elle se montrera, elle n'épargnera personne. "

    Apparence des épées de Deydreus:


    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Kahl
    Kahl
    Messages : 183
    crédits : 187

    Info personnage
    Race: Oni (demi-archonte)
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t930-kahl-l-ogre-du-blizzard-termine
  • Jeu 6 Avr - 12:51
    En fin observateur qu'il était, Deydreus n'avait malheureusement pas été leurré par un artifice aussi médiocre qu'un pauvre masque visant à cacher l'angoisse et la frustration du géant des glaces. Initialement, les  assauts des armes volantes furent portés équitablement entre Alasker et Kahl afin de donner le rythme, l'oni parvint donc à se débarrasser des menaces, non sans effort cependant. Ses boucliers déviaient les projectiles mais le colosse tâchait de faire preuve, quand l'impact arrivait, d'une agilité qui ne lui convenait guère. En temps normal, il se serait contenté de dresser sa défense et, dans l'hypothèse où l'une des armes manipulées à distance venait percer son cuir, il aurait accusé le coup sans broncher.

    Profitant de cet excès de concentration ainsi que ce manque de confiance de la part du goliath, l'habile Deydreus orienta l'ensemble de ses tirs sur le malheureux et ajouta à cela un assaut effectué en personne, au corps-à-corps. Pris au dépourvu, l'Ogre tenta maladroitement d'ajuster ses rondaches pour recevoir le coup de pied de son supérieur mais entre l'épuisement, la glace et la colère, il fut bien incapable de se préparer convenablement et reçut l'attaque de plein fouet, ce qui lui coupa le souffle et le força à reculer de quelques pas. Les lames magiques cessèrent de le harceler et se figèrent en l'air, interrompant l'exercice. Un craquement cristallin retentit et ses maigres protections magiques s'écroulèrent d'un coup, ne laissant au sol que des résidus étincelants qui disparurent dans un nuage de poussière blanchâtre. Haletant, l'oni secoua vivement la tête et parvint à articuler, après avoir retrouvé un semblant de respiration :

    "Non... tout va... pour le mieux..."

    Alors qu'il ajustait avec une difficulté évidente sa posture, la source de ses angoisses décida inévitablement qu'il était temps de jouer, comme à chaque fois depuis cette infame soirée où les problèmes avaient débuté. Au niveau du point touché par Deydreus, la peau bleutée de l'Ogre commença à rougir progressivement, et cette manifestation n'avait clairement rien de naturelle car la blessure se mit à luire fortement avant de se répandre et de corrompre ses veines, ses muscles, et même la partie inférieure de sa cage thoracique. La rougeur ressemblait à s'y méprendre à celle d'un fer rendu brûlant par le brasier d'une forge hurlante et Kahl, en réponse à cela, serra les crocs jusqu'au sang et porta vivement une paume à l'emplacement où sa malédiction œuvrait, tâchant maladroitement de refroidir la zone par magie. Il manqua de tomber à genoux, et ce fut à cet instant que Léonard entra en scène en jetant un regard sévère à son camarade :

    "Il est maudit, ce connard."

    Kahl voulut rugir pour lui dire de la fermer mais, en proie à une douleur si intense qu'elle en devenait étouffante, il n'arriva qu'à pousser un grognement caverneux accompagné d'une œillade noire et emplie de haine. C'était son affaire, et le simple fait de la voir révélée malgré lui à ses supérieurs lui donnait l'envie d'attraper le responsable par la cheville et de lui écraser le crâne par terre. Dans son état, il en était malheureusement incapable. Le perturbateur pivota pour fixer la Griffe, et l'informa sur la situation en lui offrant davantage de précisions :

    "Y'a quelques jours, on buvait un coup et il est tombé d'sa chaise. Ca a commencé comme ça. Dés qu'il frappe ou qu'il est frappé, ça se manifeste. Il nous a dit de pas vous en parler mais ça devient évident là, on peut plus garder ça secret."

    "J'vais... t'étriper, Léonard... Tais-toi."


    "J'aimerais bien voir ça. Tu tiens même pas sur tes jambes, abruti. Tu vas nous ralentir ou nous faire tuer, si on t'emmène quelque part. 'Faut qu'on trouve un moyen de te soigner, Kahl. Arrête de jouer les durs."

    Il n'eut pas le temps de compléter ses mises en garde car, sans prévenir, le monstre fit naître dans sa main libre un pieu de glace aussi long qu'une dague. Malgré la douleur, il avait apparemment su laisser sa rage l'emporter et paraissait désormais de nouveau en pleine possession de ses moyens. Comme un lion affamé, il bondit pour tenter de contourner Alasker afin d'aller mettre ses menaces à exécution, aveuglé autant par la souffrance que par son égo meurtri.
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Alasker Crudelis
    Alasker Crudelis
    Messages : 211
    crédits : -25

    Info personnage
    Race: Loup-Garou
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal Mauvais
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t889-alasker-crudelis-iratus-termine
  • Jeu 6 Avr - 23:47
    Alasker avait senti venir le désastre. A l’instant où Léonard était venu coller son nez un peu trop fragile dans les histoires du Grand Bleu, ce dernier s’était hérissé comme un foutu chat confronté à un concombre. La douleur rendait folles les bêtes, ça n’avait rien de neuf, et Kahl semblait assez en souffrance pour que l’idée d’en transmettre une partie au plus proche emmerdeur vienne naturellement lui titiller l’esprit. Et ça n’avait pas traîné à se confirmer.
    L’attaque s’était déroulée un peu trop tôt, même. Aucun temps mort, aucune pause, n’étaient venues troubler le jeu pour éventuellement faire croire à la retombée de la tension, Kahl, en bonne brute imbue d’elle-même, s’était simplement jeté sur le rapporteur en s’imaginant capable de passer au travers des réflexes du loup-garou juste dans sa trajectoire.

    “-Non.
    Lorsque le fauve du blizzard avait bondi, tous crocs et griffes dehors, le gantelet droit d’Alasker s’était refermé sur l’une de ses cornes pour le ramener sur terre de la plus violente des manières. Interrompu en plein vol et littéralement poussé au sol par deux cent kilos de muscles et de bronze, Kahl s’était écrasé brutalement, la tête la première. Face contre terre, un gantelet de bronze refermé sur sa nuque, son torse déjà supplicié raclant désormais le sable gelé, l’Oni renâcla et pesta au travers de son masque, qu’Alasker lui retira après avoir posé un genoux sur son dos.
    “-Dégage de là, Léo’.” L’ordre fut suivi à la lettre, et alors qu’il s’éloignait au pas de course, le blond entendit tonner la voix du chef des Dévoreurs. “Et estimes-toi heureux que je ne l’ai pas laissé faire, abruti !

    Peut-être qu’au final, Kahl ne faisait pas partie de ceux qui savaient se tenir, une fois de mauvais poil. Ce brusque changement de tempérament s’avérait être un problème conséquent, puisque le Grand Bleu -bien que manifestement souffrant- restait un monstre de plus de deux mètres presqu’aussi lourd qu’Alasker lui-même. Ce type de mastodonte se devait d’être maîtrisé avec plus de…Fermeté que les autres, Iratus le savait mieux que quiconque puisqu’à l’époque où il se trouvait encore à la place de Kahl, sa hache avait proprement coupé la tête du sous-officier ayant eu l’outrecuidance de se tenir entre lui et sa cible.
    Ce raisonnement certes simpliste expliquait en grande partie la posture peu glorieuse dans laquelle il forçait maintenant le Grand Bleu à demeurer, alors que sa genouillère s’enfonçait cruellement entre ses omoplates.

    Un coup d’oeil en direction de Deydreus lui suffit pour s’assurer que le chevalier noir se tenait prêt, juste au cas où. Relâchant la nuque de son camarade pour lui permettre de respirer autre chose que du sable gelé, le géant gronda quelque chose qui ressemblait à la fois à un grognement d’intimidation et à un rire :
    “-Je ne sais pas faire de malédiction, moi, mais je vais quand même te faire très mal si jamais tu ne te calmes pas maintenant, fiston. Nous ne sommes pas tes ennemis.” Son genoux tressauta alors que l’Oni mettait une nouvelle fois ses muscles à profit pour ruer. En réponse, Iratus haussa les épaules avant d’écraser de nouveau le visage de la nouvelle recrue dans le sable.

    Ça n'avait rien de très neuf, chez les dévoreurs. La plupart finissait invariablement par se montrer un peu trop…Enthousiaste, et Alasker avait l’habitude de devoir contrôler les plus fortes têtes en usant de la seule chose qu’ils pouvaient tous comprendre : la force. Lorsque le calme serait revenu et que l’Oni saurait de nouveau parler sans voir rouge, personne ne ferait jamais allusion à cet instant puisqu’en réalité, cette situation, pour les dévoreurs, n’avait rien d’humiliante ou de déshonorante. Ce n’était guère plus qu’un mauvais moment à passer que tous, ou presque, se savaient un jour condamnés à traverser.

    Le gantelet se relâcha, laissant de nouveau au monstre en-dessous de lui le loisir de respirer.
    “-Maintenant rassures-moi et dis-moi que c’est à cause de cette histoire de malédiction que t’as fini dans une brouette, l’autre jour.
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Deydreus Fictilem
    Deydreus Fictilem
    Messages : 575
    crédits : 979

    Info personnage
    Race: Vampire
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal mauvais
    Rang: B - Griffe
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t893-deydreus-fictilem-inter-arma-silent-leges-terminehttps://www.rp-cendres.com/t950-liber-legatus-chronologie-de-deydreus-fictilem
  • Mar 11 Avr - 20:50
    Quand Kahl hurla, Deydreus se contenta de réorienter simplement ses lances sanguines pour qu'elles se placent au dessus de la gorge de l'oni. Naturellement, il ne s'agissait que d'une mesure purement préventive car, comme il s'y était attendu, le géant d'airain s'était déjà jeté sur le monstre bleu pour lui plaquer la tête contre la paille gelée. Léonard, quant à lui, prenait ses jambes à son cou sous les injonctions d'Alasker. Le vampire, lui, fusilla du regard le fantassin qui comprenait, à retardement, que la provocation avait été à la fois dangereuse et stupide. Pourtant, le chevalier comprenait pourquoi le membre des Serres avait fait cela. Les Serres Pourpres étaient une famille. Une meute certes étrange mais pourtant fonctionnelle, obéissant à certains codes, même au sein des Dévoreurs. Et garder un secret ne faisait pas partie des codes inculqués. Il n'était pas ici question de révéler ses sombres fantasmes ou encore son passé nécessairement mais... Lorsque le secret influait sur la sécurité des autres membres de la troupe, la moindre des choses étaient d'en informer au minimum les deux commandants. Même Deydreus n'avait pas caché sa nature changée, ou encore sa relation naissante avec Luvïel. Alors il était hors de question que Kahl agisse comme un enfant gâté. Fort heureusement, l'enfant en question mangeait actuellement un peu plus de paille, sous le regard noir du lycanthrope et du vampire qui approchait peu à peu.

    - Je ne sais pas pourquoi, mais quelque chose me dit que cette brouette à plutôt fait son apparition à cause d'un montant désastreux d'alcool. Je comprend aussi pourquoi une facture de réparation était apparue sur mon bureau. Il soupira. Par pitié, dis nous que c'est à cause d'une bagarre.

    Dans la finalité, Deydreus se moquait bien de la raison qui avait provoqué tout cela. Seule la malédiction l'intéressait véritablement. Pour l'image désastreuse que l'oni aurait pu faire pleuvoir sur les Serres, le vampire ne considérait même pas cette possibilité. Un être seul ne pouvait jeter l'opprobre sur tout un groupe d'élite et, dans le pire des cas, l'alcool excuserait le tout. C'était souvent comme ça pour les militaires. Surtout quand on prenait en considération que les Serres ne sortaient de base que très peu. Continuant de marcher doucement, Deydreus réaligna les lances pour les métamorphoser et les ramener près de lui, créant divers formes, comme s'il continuait son exercice malgré la situation particulière.

    - Qu'en est-il de cette malédiction? Que fait elle exactement et as-tu au moins une piste pour t'en débarrasser? Seras-tu un poids, Kahl, ou penses-tu que tu pourras passer outre ce mal? Tu n'es pas seul mon ami. Si ce mal te ronge et que tu n'as aucune piste, nous t'aiderons. Quitte à ce que je demande à l'Oreille de se renseigner pour toi. Mais comme l'a dit Alasker. Nous ne sommes pas tes ennemis. Ne l'oublie jamais.

    Il attendit ensuite silencieusement les réponses du cornu, tout en laissant un sourire amusé se dessiner sur ses lèvres alors que le lycanthrope enfonçait de nouveau le visage de l'oni dans la paille pour le calmer.


    Dura disciplina, facilis bellum [Kahl/Alasker] Sgnz7nO

    " Vous, dont la liberté n'est possible que grâce à la rigueur d'âmes plus pures que la votre, ne vous croyez pas libres, vous n'êtes que protégés. Votre liberté est un parasite, vous vous appuyez sur l'énergie des hommes honorables et n'offrez rien en retour. Vous qui avez apprécié la liberté et qui n'avez rien fait pour la mériter, votre heure est venue. Cette fois vous devrez combattre seuls. Maintenant, vous allez devoir payer votre liberté passée de votre sang et de votre sueur. Car il n'y a pas de paix, seulement la Guerre. Et lorsqu'elle se montrera, elle n'épargnera personne. "

    Apparence des épées de Deydreus:


    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Kahl
    Kahl
    Messages : 183
    crédits : 187

    Info personnage
    Race: Oni (demi-archonte)
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t930-kahl-l-ogre-du-blizzard-termine
  • Mer 12 Avr - 20:22
    Sur le faciès désormais démasqué du monstre sanguinaire, on ne lisait maintenant qu'une haine viscérale et profonde. Les yeux d'encre du colosse carnassier étaient rivés droit sur le mouchard et sa mâchoire de prédateur entrouverte dans un grognement guttural se serait sans doute refermée sur la gorge du malheureux, tant sa rage aveuglante l'avait dévoré. A chaque endroit où Alasker usait de sa force titanesque pour maintenir au sol le Dévoreur, des marques témoignant de la présence de la fameuse malédiction se manifestaient, noircissant ses veines dans un afflux de corruption qui s'insinuait en lui au point de lui grignoter l'esprit. Malgré cela, le loup ne faiblissait pas et à chaque tentative inachevée de morsure de la part de Kahl, la réponse ne se faisait pas attendre. A force de se faire coller le museau dans la paille givrée, l'oni fit par laisser refroidir ses ardeurs.  

    Aux menaces déjà plutôt convaincantes d'Alasker s'ajoutèrent le regard pesant de la Griffe. Kahl, peu à peu, parvenait à occulter la douleur lancinante qui l'assaillait de toutes parts pour se recentrer sur son environnement direct. Etrangement, il retrouva un peu de réconfort dans la froideur familière de cette neige artificielle qu'il avait déposé sur les ordres de son supérieur et il parvint, lentement mais sûrement, à stabiliser son état mental  et à recouvrer un à un ses sens. La souffrance était si importante qu'elle l'assourdissait mais, à travers le sifflement strident et persistent qui engloutissait sa capacité de compréhension, le géant bleu parvenait enfin à recomposer mentalement le sens des paroles de ses supérieurs.

    "C'est bon Al'. J'me calme, j'me calme."

    Si les deux soldats qui le surplombaient étaient distinctement audibles; ce n'était pas tout à fait son cas. Les crocs enfoncés dans la paille et la terre, c'était avec une grande peine que Kahl tâchait d'articuler ces mots. Il réalisa d'ailleurs à cet instant qu'à force de se crisper de la sorte, il s'était bel et bien ouvert les gencives et sentait déjà le goût de son propre sang qui titillait ses papilles. Quant à cette foutue histoire de brouette, elle l'aurait fait sourire si la situation actuelle s'y était prêté mais il paraissait évident que l'heure n'était, de toute évidence, pas tout à fait à la rigolade. D'une voix étranglée qui avait tout d'un grognement bestial, Kahl se fit cette fois-ci presque suppliant :

    "C'est bon, là ! Merde, tu vas pas me déboiter l'épaule tout d'même !"

    De mémoire d'homme, personne n'avait eu le plaisir de pouvoir mettre au tapis le géant et de le forcer ainsi au respect. Fort heureusement pour la fierté de l'oni barbare, Alasker n'était pas du genre à se vanter en règle générale, sans compter bien sûr que l'affaiblissement notoire de l'oni rendait l'exploit bien moins glorieux. La pression qu'exerçait le chef des Dévoreurs sur l'omoplate s'estompa doucement et lorsqu'il se redressa pour laisser Kahl reprendre son souffle, les marques de corruption effroyables s'effacèrent les unes après les autres dans un sifflement curieusement similaire à celui d'une vipère. Enfin libre, et passablement à l'abri de cette torture insoutenable qu'il vivait un peu trop souvent à son goût, l'Ogre tâcha tant bien que mal de se relever à son tour mais ses jambes chancelantes le contraignirent temporairement à rester assis par terre. S'époussetant les bras pour avoir une excuse afin de ne pas avoir à soutenir les regards perçants de ses confrères, Kahl maugréa :

    "Oui, je suis maudit. L'autre imbécile vous a tout dit, ça me frappe quand je cogne. C'est un foutu mage noir qui m'a collé sur le dos et il a même eu l'arrogance de venir me chiner après coup. C'était un contrat, quelque chose comme ça. Il m'a pas sélectionné au hasard pour essayer ses petits tours, oh que non. C'est une vraie vengeance. Pour couronner le tout, le sorcier m'a dit que je pouvais m'en débarrasser uniquement en retrouvant le nom du commanditaire car, selon ses dires, tuer le lanceur ne lève pas le mauvais sort... Je connais pas son nom, je sais pas qui c'est."

    Aucunement capable de se remettre en question à ce sujet ni même de conceptualiser réellement l'idée du remord, Kahl cracha un peu de sang sur la neige et parvint enfin à récupérer suffisamment d'équilibre pour se relever à son tour. Il jeta un œil à Léonard qui paraissait bien entendu le fuir et qui s'adonnait déjà à des passes d'armes avec d'autres Serres. En soi, c'était sans doute de la reconnaissance et non de la colère que Kahl aurait dû ressentir à l'égard de ce dernier, puisqu'il l'avait débarrassé d'une sacrée épine dans le pied. Admettre ses faiblesses était pour l'Ogre à deux doigts de l'inconcevable. Un rire jaune échappa au géant et il glissa enfin :

    " Bien sûr que je vais surmonter ça. Une malédiction, c'est jamais qu'un gros rhume, n'est-ce pas ?"

    Il ricana, et conclut pour apaiser les tensions accumulées :

    "Et pour l'affaire de la brouette, je... vous rembourserai, chef."
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Alasker Crudelis
    Alasker Crudelis
    Messages : 211
    crédits : -25

    Info personnage
    Race: Loup-Garou
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal Mauvais
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t889-alasker-crudelis-iratus-termine
  • Sam 15 Avr - 17:36
    L’explication de Kahl était assez confuse pour être imprégnée de vérité, ce qui, aux yeux d’Alasker, restait indubitablement une bonne chose, qu’importe le contexte. Jadis, l’un des premiers dévoreurs -manifestement trop intimidé par le lycanthrope à la tête de son détachement- s’était perdu dans une sorte de mythomanie compulsive particulièrement agaçante ayant fini par lui coûter la vie. Après une bataille, l’imbécile s’était mis à soutenir à tous que le dirigeant de leurs défunts adversaires ; un fier champion barbare, était tombé sous ses coups sans parvenir à lui infliger la moindre blessure. Le temps que les autres guerriers ne se rendent compte qu’il cachait une profonde coupure au bras droit, le poison avait déjà atteint le cœur. Ils ne l’avaient même pas enterré. Un Dévoreur cachant la vérité à ses frères d’armes ne méritait rien d’autre que la compagnie des vers et de la pourriture.
    Alasker espérait juste que la fierté de Kahl ne risquait pas de le diriger vers une telle fin, ç’aurait été un sacré gâchis.

    Les bras croisés, le géant signifia d’un haussement d’épaule que ces explications suffiraient pour justifier le comportement emporté du guerrier bleuâtre, puis il dirigea son regard vers Deydreus.
    “-On en apprend tous les jours.
    -De rien !” Gueula au loin Léonard, avant d’immédiatement écoper d’un regard assassin de la part du lycanthrope.
    La décision du jeune Serre avait été la bonne, bien entendu. C’était un fait indiscutable. Dissimuler la souffrance d’un pair pour une question d’honneur mal placé relevait de la plus pure stupidité. Seulement…Aussi prometteur pouvait-il être, Léonard ne restait qu’un soldat de rang protégé ni par le grade, ni par la réputation, deux paramètres qui n’avaient -de toute manière- que bien peu de signification pour n’importe quel Dévoreur à l’instant où la colère prenait le dessus. Ses gars étaient déjà dangereux entre-eux, alors pour tous ceux qui ne portaient pas la livrée sanguine…Si Léonard souhaitait vivre suffisamment vieux pour prétendre au titre de vétéran, il allait devoir apprendre, s’informer pour savoir quand marcher sur des œufs et, surtout, avec qui.
    Mais ça, ce n’était qu’un problème mineur.

    Silencieusement, Alasker quitta le cercle de glace pour marcher jusqu’à un râtelier d'armes et s’emparer de deux lourdes lames volontairement émoussées. Il prit le temps de soupeser chacune d’elles quelques instants avant de finalement gronder sa satisfaction en retournant avec le duo de lames jusqu’à ses comparses, le visage fermé.
    “-Dey’, tu peux nous laisser un peu de place ?” Il y avait quelque chose d’infiniment dangereux, dans cette simple question. Quelque chose qui trahissait le foyer naissant d’une colère que son propriétaire estimait à la fois juste et nécessaire. Sans vérifier si l’armure noir avait accepté ou non, le géant d’Airain alla se placer face à Kahl, après lui avoir jeté l’une des deux armes dans les mains.
    Ni lui, ni l’Oni n’étaient de grands épéistes. Ils préféraient tous deux la sauvagerie des haches et des masses à la sophistication des épées ou des sabres. Et c’était précisément pour cela qu’il avait jeté son dévolu sur pareilles armes. Elles leur étaient tout bonnement étrangères, juste assez lourdes et volumineuses pour leur rappeler l’absence de leurs instruments de morts favoris. Parfaites.
    Alasker se risqua à faire un moulinet de chauffe devant lui, tentant de se rappeler l’époque lointaine où il n’avait pas encore découvert que la hache à deux mains lui était destinée, puis le lycanthrope reporta son attention sur son camarade nouvellement maudit.
    “-Voyons voir ce que tu vaux, avec ton gros rhume.
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Deydreus Fictilem
    Deydreus Fictilem
    Messages : 575
    crédits : 979

    Info personnage
    Race: Vampire
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal mauvais
    Rang: B - Griffe
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t893-deydreus-fictilem-inter-arma-silent-leges-terminehttps://www.rp-cendres.com/t950-liber-legatus-chronologie-de-deydreus-fictilem
  • Dim 16 Avr - 11:31
    - L'arène est à vous.

    Se décalant légèrement, Deydreus laissa donc à ses deux camarades le terrain d'entrainement. Alasker voulait visiblement montrer à son Dévoreur quelques "règles" de la meute et en aucun cas le guerrier aux yeux vairons ne comptait intervenir dans cette affaire. L'espace d'un instant, l'idée de parsemer l'arène de piques ou de barrières magiques pour forcer les deux combattants à la proximité lui traversa l'esprit mais, finalement, le vampire préféra délaisser la scène pour se diriger doucement vers les cibles d'entrainement. Bougeant le poignet, le chevalier manifesta dans ses mains deux épées sanguines avant de s'élancer rapidement sur les mannequins. Une frappe de taille, puis un estoc visant la gorge factice. Il était étrange de s'entrainer avec ses lames carmins car, contrairement à Silence et Hurlement, elles ne présentaient pas de poids véritable. Elles étaient effilées, brutales, solides, mais leur magie leur permettaient de ne pas peser autant que les lames en phantacier. De ce fait, les mouvements n'étaient pas aussi précis pour le vétéran qui s'était habitué au fil des années à manier ses deux épées favorites.

    Après quelques bravades, le vampire cessa son œuvre pour jeter un rapide coup d'œil vers ses deux camarades, constatant que ces derniers étaient toujours en train de faire ce qu'ils devaient faire. Bien. Deydreus reviendrait lorsqu'ils auraient terminé. Ou bien il se jetterait sur eux pour les forcer à réagir à une menace extérieure. Il n'avait pas encore totalement décidé. Faisant finalement disparaitre ses créations sanguines, le sombre guerrier marcha doucement vers la position de Léonard. Le blondinet observa l'arrivée de son supérieur, le regard aussi blasé qu'inquiet. Le fantassin ne regrettait pas sa prise de parole. Pas du tout, mais la Griffe devait tout de même lui expliquer deux trois choses.

    - Merci pour l'information Léonard. Mais à l'avenir, évite de surenchérir vis à vis de tes pairs. Surtout des Dévoreurs.
    - Meh. Je suis pas dans le genre à cacher des choses.
    - Je ne remets pas en cause ce que tu as dit. Il faut communiquer les choses. Cacher quoique ce soit car un de tes camarades estime que son égo est plus important que votre sécurité est stupide. Cependant, il faut que tu apprennes à jauger ces derniers. Et surtout, encore une fois, à ne pas forcer. Nous sommes des combattants, une meute. Et même si d'ordinaire nous ne nous jetons pas les uns contre les autres, certains ont plus de mal à se refreiner que d'autres. Surtout les plus orgueilleux. Un grognement derrière lui le fit sourire, ce dernier provenant de l'Oni. Mais c'est à nous de gérer cet orgueil. Pas à toi.
    - J'ai compris chef.
    - Parfait. Maintenant, va rejoindre les autres à l'armurerie si tu as finis de t'entraîner. On ira surement boire un coup lorsqu'on en aura fini aussi. Et tu paieras un coup à Kahl, ça lui fera oublier ces révélations.

    Il tapota sur l'épaule du blondinet qui ricana doucement. Les Serres avaient beau être des soldats d'élite ils n'en demeuraient pas moins des hommes qui voyaient la troupe comme une grande famille. Et parfois, dans les familles, de petits conflits pouvaient voir le jour. Fort heureusement, ces derniers n'étaient que mineurs. Encore plus lorsqu'on affrontait la mort au quotidien. Observant le fantassin qui repartait, Deydreus soupira doucement, revenant en marchant vers les deux Dévoreurs qui échangeaient des coups.

    - C'est bon messieurs, ou je dois en plus vous offrir le thé?

    Achevant sa phrase, le reikois croisa les bras tout en observant les mouvements de ses camarades.  


    Dura disciplina, facilis bellum [Kahl/Alasker] Sgnz7nO

    " Vous, dont la liberté n'est possible que grâce à la rigueur d'âmes plus pures que la votre, ne vous croyez pas libres, vous n'êtes que protégés. Votre liberté est un parasite, vous vous appuyez sur l'énergie des hommes honorables et n'offrez rien en retour. Vous qui avez apprécié la liberté et qui n'avez rien fait pour la mériter, votre heure est venue. Cette fois vous devrez combattre seuls. Maintenant, vous allez devoir payer votre liberté passée de votre sang et de votre sueur. Car il n'y a pas de paix, seulement la Guerre. Et lorsqu'elle se montrera, elle n'épargnera personne. "

    Apparence des épées de Deydreus:


    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Kahl
    Kahl
    Messages : 183
    crédits : 187

    Info personnage
    Race: Oni (demi-archonte)
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t930-kahl-l-ogre-du-blizzard-termine
  • Jeu 20 Avr - 0:38
    Kahl avait plutôt apprécié de n'être pas vainement sermonné par Deydreus. Il trouva même, l'espace d'un court instant de répit, qu'il s'en tirait à bon compte. Ce ne fut que lorsqu'on lui offrit une lame émoussée et qu'il se trouva seul face à Iratus qu'il comprit que la punition n'allait pas être verbale et qu'elle serait administré par le dirigeant des Dévoreurs en personne. Equipé du bout de métal bien trop petit pour convenir à ses dimensions surhumaines, l'oni s'affaissa légèrement et agrippa fermement la poignée de l'arme qui, dans ses mains énormes et griffues, avait davantage l'air d'une dague que d'une véritable épée. Alasker décrivit quelques moulinets dans les airs et lorsqu'il lança sa boutade visant à annoncer le début de l'entraînement, il n'y eut pour signal de départ que le grognement instinctif du géant cornu.

    Pas de salutation ou de hochement de tête pour lancer les hostilités, seulement le son terrifiant d'une bête colossale lancée à pleine vitesse pour frapper fort, de préférence là où ça risquait de faire mal. Habitué exclusivement à combattre avec sa masse démesurée, Kahl administra un premier balayage latéral une fois arrivée en mêlée mais son adversaire tout aussi brutal ne lui laissa aucunement l'opportunité de mettre fin à l'affrontement d'une façon aussi simpliste et grossière. A défaut d'être particulièrement rapide lorsqu'il ne faisait pas usage de magie, Alasker était doté d'expérience et d'un esprit d'analyse suffisamment affuté pour voir venir ce genre d'assaut barbare.

    Ce fut donc la lame de Kahl qui fut déviée d'une simple manœuvre malgré la force monstrueuse qu'il avait déployé lors de sa frappe. Sous les regards fascinés de quelques traînards, la colossale figure sembla un moment manquer de perdre l'équilibre mais bien vite, l'instinct du combattant reprit le dessus sur la surprise. L'un des pieds de l'oni vint s'abattre sur le sol pour lui permettre de récupérer un appui solide et il se jeta en arrière pour esquiver la riposte de son supérieur mais, du fait de sa posture trop agressive, il ne parvint pas à s'écarter entièrement de la trajectoire de l'épée. Par réflexe, ce fut donc son bras qu'il vint utiliser comme garde après y avoir formé une épaisse couche de glace. Lorsque Iratus frappa à travers et que le maigre bouclier explosa aussitôt, l'oni comprit que la sanction prévue allait s'avérer difficile à encaisser. Malgré la protection, il avait essuyé de légers dommages et sa malédiction toujours à l'affut ne manqua pas l'occasion de lui faire savoir sa présence. Kahl pesta intérieurement, l'adrénaline grimpa d'un cran en réponse à cette douleur trop nouvelle pour être accueillie convenablement par ses petits nerfs et il se laissa maladroitement aller à la violence.

    L'oni ouvrit sa gueule de cauchemar et poussa un cri rauque, puissant et suffisamment cinglant pour surprendre l'assistance. Rendu partiellement sauvage par le léger élan de souffrance, il laissa instinctivement sa magie s'emparer de son corps et ce fut donc avec une force drastiquement accrue qu'il porta une nouvelle frappe latérale qui avait cette fois-ci vocation à démolir l'épée de son adversaire. Malgré la colère, il parvenait encore à se contrôler suffisamment pour ne pas souhaiter attenter à la vie de son camarade.
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Alasker Crudelis
    Alasker Crudelis
    Messages : 211
    crédits : -25

    Info personnage
    Race: Loup-Garou
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal Mauvais
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t889-alasker-crudelis-iratus-termine
  • Ven 21 Avr - 14:16
    Souvent, les poètes et autres conteurs peu inspirés cédaient à la facilité en qualifiant un duel entre deux épéistes de “danse”. Au moins, dans ce cas précis, Iratus éprouvait au moins la satisfaction de savoir que personne n’oserait jamais parler de ce combat-ci en usant d’un terme aussi élogieux.
    Armé d’une épée, Kahl avait l’air aussi à l’aise qu’une poule avec un couteau dans le bec. Alasker avait plus ou moins conscience du fait que sa propre personne ne devait guère paraître plus glorieuse, cependant, il possédait au moins l’avantage de ne pas souffrir d’une malédiction à cet instant précis. Les deux brutes dissimulaient leur manque d’expertise dans le maniement de la noble lame en noyant les spectateurs dans un océan de brutalité. Chaque coups partait trop vite, trop fort et avec bien trop peu de précision, si bien qu’on pouvait, tout à la fois, voir, entendre et sentir les courants d’airs soulevés par chacune des lourdes fentes décrites par les deux géants. Nulle grâce n’émanait jamais de ces mouvements gauches et rageurs, empreints d’une improbable force. Et pourtant, certains des Serres témoins se rapprochaient, peu habitués à voir Iratus se mesurer à quelque chose d’aussi grand, fort et hargneux que lui.

    Alors, lorsque l’Oni lança son ultime assaut, déployant tout ce que la douleur lui laissait en force, pour le diriger sur la fragile lame de son adversaire, tous retinrent leurs souffles. Pas parce qu’il s’agissait d’un coup particulièrement osé, ni à cause de la puissance accompagnant ce geste trop simple…Seulement parce qu’Alasker avait volontairement baissé sa garde en jetant sa propre lame au sol avant d’avancer d’un pas.

    L’arme de l’Oni n’était pas assez solide pour percer une armure de bronze, normalement. Mais la force du coup lui en conféra presque la capacité. Elle éclata au contact de la surface cabossée, la fendant au passage, et d’innombrables éclats de lames allèrent se ficher dans la chair couturée de cicatrices du géant d’Airain, ouvrant de douloureuses plaies partout où les morceaux de fer parvinrent à mordre.
    Un flot de souffrance se déversa dans le corps endurcis du lycanthrope, pourtant bien préparé. Un long et profond soupir s’échappa du mur de crocs serrés servant de gueule à Iratus alors qu’il mettait un genoux à terre, le temps d’encaisser le déluge.
    Et face à lui, Kahl se contorsionnait de souffrance.
    “Ça me frappe quand je cogne” avait-il dit, tout fier de lui. Hé bien, oui, c’était vrai manifestement. Il avait juste eu à toucher son adversaire pour perdre le combat.

    Alasker fourra l’une de ses mains gantées dans la fente béante de son armure pour extirper un éclat de lame que sa chair en pleine régénération poussait déjà en dehors de la plaie. Le bout de ses doigts se teinta d’un rouge bien plus sombre que l’airain coutumier alors qu’il se saisissait du rebut métallique pour le jeter à ses pieds.
    “-Si un petit rhume te met dans cet état, il faudra penser à voir un médecin, Kahl.
    Quelqu’un rit dans l’assistance. Eysileij, sans doute. Alasker se détourna le temps de poser un regard courroucé en direction du plaisantin :
    “-Le prochain qui l’ouvre prend sa place !
    Le silence revint. Seulement rompu par les plaintes rageuses d’un Kahl de nouveau au supplice.
    “-Ça ne me plait pas de faire ça, crois-moi.” Gronda le géant en calmant le rythme de sa respiration. “Mais j’ai une meute à diriger. Je me fous de savoir où mes gars boivent, qui ils bouffent et qui ils baisent, mais si l’un de vous est malade, maudit ou je ne sais quoi, je dois être informé.
    Finalement, Alasker se redressa. Le mouvement décrocha quelques-uns des morceaux de lames expulsés par la repousse de ses propres chairs, et ils crissèrent contre l’armure et la peau, ouvrant au passage quelques nouvelles blessures superficielles.
    “-Nous sommes une meute, Kahl. Si l’un de nous tombe malade, on le soigne, on ne lui saute pas à la gorge. Parce qu’il n’y a aucun honneur à gagner en duel contre un éclopé. Mais pour ça, il faut d’abord qu’on soit au courant. Plus de cachoterie. Pas avec moi. Pas avec Dey. Pas avec la Meute. Ce sera mon seul avertissement. Le sang que j'ai versé pour cette leçon, tu me le rembourseras à notre prochaine bataille. Au centuple.
    Alasker ne lui fit pas l’insulte de proposer son bras au vaincu pour l’aider à se relever. Un guerrier comme Kahl n’aurait jamais supporté l’ajout d’une provocation à un tel soliloque. Le Géant d’Airain croisa donc simplement les bras, la hanche encore saignante, tout en fixant l’Oni prostré par sa propre souffrance.
    “-Et t’as mon autorisation pour briser tous les os du premier enfant de chienne qui ose te rappeler ce qu’il vient de se passer, ici.” Déclara-t-il, tout sourire, prenant soin de fixer tour à tour les quelques Serres ayant encore assez d’estomac pour regarder dans leur direction. Et puis les yeux d'encres se posèrent sur le Chevalier Noir : "Maintenant, ouai, c'est bon. On peut aller boire un coup."

    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum