DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Mégère

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    L'éclat de la lune noire [PV Stadzank] I7Vm50z
    Gazette des cendres
    Hiver 2024
    Lire le journal
    #5
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Chant des Ronces
    Derniers sujets
    Passation de pouvoir [PV - Arès]Aujourd'hui à 1:48Koraki Exousia
    [PA] - Un coup que MAGIC ne verra pas venirAujourd'hui à 1:01L'Amiral Bigorneau
    Validations RP - PancraceAujourd'hui à 0:27PNJ
    Le feu de la forge. (Pv- Cyradil)Hier à 23:51Kilaea Sliabh
    Trois pour un [Sixte]Hier à 22:13Pancrace Dosian
    Leur combat Hier à 21:51Isolde Malkyn
    Anha zhavvorsa [Tensai]Hier à 20:57Tensai Ryssen
    3 participants
    Aller en bas
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Vaenys Draknys
    Vaenys Draknys
    Messages : 220
    crédits : 1362

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2942-vaenys-draknys-le-prince-dechu-le-baron-roi-de-la-pegre-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2986-entretien-avec-un-vosdraak#25931https://www.rp-cendres.com/t2980-l-histoire-du-prince-dechu#25918
  • Ven 24 Nov - 20:50
     
    L'éclat de la lune noire
    Feat. Stadzank
    Apparence de Vaenys:

    Kyouji, Reike
    Novembre de l’an 4

    Wulfric, un homme de prestance à la carrure imposante, pénétra dans une petite auberge, laissant derrière lui les ruelles de la ville de Kyouji, en proie au crépuscule. Il se présenta à la réceptionniste à la chevelure de feu, en faisant un léger signe de la tête. « Est-il là ? » demanda-t-il, d’un ton assuré. La rousse ne lui répondit pas, absorbée par la beauté de ce visage balafré, plongée dans ses yeux jaunes, semblant la percer du regard. Elle affirma simplement d’un léger signe de la tête, souriant bêtement au mercenaire, lui faisant un clin d’œil. Ce dernier sourit, l’air gêné, puis monta les escaliers menant à l’étage. Il arriva devant une petite porte en bois, à laquelle il toqua, avant de la franchir.

    Le lycanthrope entra dans un immense appartement, semblant appartenir non pas au tenancier de l’auberge, mais à une personne bien plus importante. Un être, vêtu de noir, était posté sur ce que l’on pouvait appeler un « trône », bien délabré. La capuche sombre était rabattue sur le visage de l’être, formant un voile sombre sur son visage, ne laissant seulement ses yeux mauves percer les ténèbres. Le lycanthrope pouvait distinguer son regard, un regard scrutant le lycanthrope, cherchant à discerner la moindre expression sur son visage. Le mercenaire avança de quelques pas, s’approchant de l’être dont l’ambiance était pesante de par sa simple présence. Il posa un genou au sol, portant ce regard en direction du sol, semblant s’incliner devant une personne qu’il considérait comme son roi.

    « Messire, je vous apporte des nouvelles venant des recoins les plus sombres de Kyouji. » annonça-t-il, portant un timbre de voix assuré.

    « Relève-toi Wulfric, et parle ! » ordonna-t-il, portant sa main droite à son menton, s’accoudant sur son trône. Sa voix était grave, elle retentissait à travers la pièce.

    Wulfric se releva sans plus attendre, portant son regard en direction des lueurs mauves qui perçaient les ténèbres. « Il semblerait qu’un assassin ait été capturé et torturé par des soldats de l’empire. D’après mes informations, il est décédé. » exposa-t-il, détournant son regard de celui de l’être. « Cependant, il semblerait qu’ils aient révélé certaines informations quant à vos affaires avec messire Rayker. Les autorités seront obligées d’obéir à l’empire, les pots-de-vin ne nous seront d’aucune utilité cette fois-ci. Vous m’en voyez désolé. » conclut-il, appréhendant la réaction de son interlocuteur.

    Un léger soupir s’échappa de l’être malfaisant. « Encore un lamentable pantin qui échoue, c’est la seconde fois en très peu de temps. Ce sous-officier ne me plaît guère, il me faut un nouvel assassin pour le mettre hors d’état de nuire. » confia-t-il au mercenaire. « Et si l’échec perdure, je m’occuperai de ce rat moi-même. » dit-il, d’un ton agacé. « Quant à Rayker, cela ne pose que très peu de problème, il était totalement incompétent et ne générait pas suffisamment de fond. Dites au capitaine de l’exécuter, il sera récompensé pour cela. » ordonna-t-il, ne montrant aucune empathie pour le pauvre marchand, lui qui faisait affaire avec la pègre pour nourrir ses nombreux enfants.

    « Très bien, ça sera fait. Dois-je me rendre également à la taverne du « Loup Hurlant » afin de recruter un nouvel assassin ? » questionna-t-il, tournant de nouveau son regard vers l’être.

    La créature se leva, laissant sa cape noire descendre en cascade le long de son corps, le recouvrant entièrement. Il se tourna vers la fenêtre, observant le soleil émettre ses dernières lueurs avant de disparaître derrière la montagne cracheuse de feu. « Je vais me rendre à la taverne moi-même, occupez-vous simplement d’avertir le capitaine quant au sort de Rayker. Et revenez ici par la suite. Il me semble qu’une transaction se prépare dans le sous-sol de cette auberge. Assurez-vous que tout se déroule comme prévu. » ordonna-t-il, se retournant en direction du mercenaire. « Vous pouvez disposer, Wulfric. » déclara-t-il, concluant la courte discussion avec son bras droit.

    Wulfric quitta l’appartement, laissant seul l’être à l’allure mystérieuse. Ce dernier s’était de nouveau tourné vers la fenêtre, observant la ville de Kyouji, ses ruelles, les personnes qui s’y promenaient. Il retira sa capuche, laissant surgir une longue chevelure argentée, descendant en cascade sur ses épaules, laissant un visage semblant parfait, se découvrir dans les derniers rayons du soleil. Il étendait ses bras de part et d’autre de son imposante carrure, laissant paraître une tenue sombre, décorée de quelques bijoux argentés. Ses yeux violets, semblait observer le ciel orangé qui surplombait la ville de Kyouji. La créature mystérieuse semblait cacher un tout autre être, un Vosdraak, une race de sang pur. Ce dernier n’avait plus de réelle identité, ne répondant plus qu’au nom de « Le Baron », roi de la pègre depuis plus d’un siècle.

    Le Vosdraak, après avoir passé quelques minutes à attendre que le soleil ne soit totalement dissimulé, laissant place à l’astre argenté, remit sa capuche sombre sur son délicat visage. Il quitta l’appartement, se dirigeant en direction de la réception. Ses pas lourds résonnaient dans les escaliers faits de bois, puis, il arriva à la réception. Il vit quelques hommes alcoolisés y entrer avec de charmantes dames, certainement des filles de joie. Il fit un signe de la tête à la réceptionniste, avant de quitter l’auberge, se dirigeant dans les ruelles de la cité frontalière.

    La créature déambulait dans les ruelles de Kyouji, telle une ombre sombre, prête à bondir sur sa proie. La nuit tombée, la cité de donnait à la débauche et au vice. Alcoolisme, drogue, fille de joie, trafic en tout genre, combats à paris illégaux, tous étaient de la partie. Le baron devait tout de même faire attention aux autorités qu’il n’avait pas corrompues, les soldats fidèles à Tensai, prêts à fondre sur la créature à l’instant même où ils l’auraient repéré. Le Vorsdraak usa de sa magie pour se rendre invisible, ainsi détectable uniquement par les soldats dotés de senseur magique. Il s’était arrêté pour écouter l’hymne d’un troubadour, chantant les louanges d’une créature des ténèbres.

    Sous une lune brillante.
    Il ne se contente pas d’embrasser la lumière.
    Mais il absorbe la brillance de la lune et s’en sert pour se dissimuler.
    Et avec une vitesse incroyable
    La mort arrive sans attendre.
    Une forme élégante et gracieuse
    Jamais vue par sa proie

    La créature reprit sans plus attendre son chemin, se dirigeant rapidement en direction de la taverne du « Loup Hurlant ». Une taverne où les plus grands criminels de Kyouji faisait affaire, récoltant des contrats et autres visant bien souvent le pays qui faisait frontière à la ville, la République. Le Vorsdraak le savait, il n’hésitait pas à corrompre les autorités de Kyouji, offrant une protection considérable à l’auberge. Les autorités s’assuraient également que les soldats de l’empire n’y missent pas les pieds, pour éviter d’interférer avec la pègre.

    La créature se présenta à la porte, fixant le jeune garde de ses yeux violets. Il le laissa passer sans se questionner, reconnaissant, d’un simple regard, son roi. Le Vosdraak marchait, direction du tenancier, faisant ressentir sa présence de par l’aura malsaine qui se dégageait de lui. L’homme, voyant la créature arriver, avait déjà pris la liberté de préparer une boisson douce et légère, connaissant les goûts spéciaux du Baron.

    « Messire, que me vaut l’honneur de votre présence dans mon humble taverne ? » demanda-t-il, s’inclinant légèrement, marquant le respect qu’il portait à l’égard de la créature.

    « Je suis à la recherche d’un assassin, afin de proposer un contrat plus que périlleux, mais qui sera grassement récompensé. Si vous repérez un individu capable de l’accomplir, envoyez-le dans la pièce adjacente, je l’y attendrai. » rétorqua-t-il, saisissant la boisson que lui avait préparée le tenancier. Il prit une gorgée, et la reposa sur le comptoir. « Excellent, comme à votre habitude. » conclut-il, s’éloignant petit à petit.

    Le Vosdraak se dirigea vers une porte, menant à une pièce adjacente au comptoir. Il franchit la porte, pénétrant dans une pièce de taille moyenne, meublée par une table et quelques chaises faites de bois nobles. Il se posta en bout de table, sur un siège semblant appartenir à une famille de haute noblesse, il était fait de matériau noble. Une servante, vêtue d’une tenue légère, lui apporta un second rafraîchissement, esquissant un grand sourire au Baron, avant de quitter la pièce. Le Vosdraak attendait avec impatience la venue d’un assassin sournois et discret, prêt à accomplir une mission périlleuse pour servir le roi de la pègre.

    CENDRES
    Affilié au Reike
    Affilié au Reike
    Stadzank
    Stadzank
    Messages : 112
    crédits : 1668

    Info personnage
    Race: Gobelin
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2574-stadzank-le-nettoyeur-du-couple-imperial-fiche-terminee#22157
  • Mar 28 Nov - 15:38
    Quelques mois avaient passé depuis sur dernier passage à Kyouji. Et ces quelques mois avaient complètement bouleversé son existence, au point qu’il n’était plus du tout le même gobelin : aussi bien physiquement qu'au plus profond de sa psyché. Mais la ville frontalière, elle, était restée comme il l’avait laissé : grouillante, fascinante... mais pleine de dangers. Car qui connaissant la ville comme Stadzank savait que derrière la plupart des beaux sourires se cachaient l’amorce d’une arnaque, que derrière les plus belles échoppes des grandes avenues se trouvaient des ruelles étroites où l’on trouvait tout ce qu’on ne pouvait pas vendre au grand jour.

    Regardant par la fenêtre de son carrosse, celui qui voyageait sous les traits de Strytart Gloidveeld, le bijoutier des établissements du même nom, était soudain pris de nostalgie en voyant les portes de la ville qui se rapprochaient. La dernière fois qu’il les avait passé, c’était au fond d’une cariole entre deux cagettes avec un sac sur la tête. Dans son siège réhaussé et richement rembourré, il esquissa un sourire : décidemment, bien des choses avaient changé.

    Une fois arrivé en ville, il paya le cocher non sans oublier de le complimenter sur la qualité de son service et surtout le confort de son carrosse. C’est vrai que depuis qu’il avait goûté au luxueux service depuis son voyage à Taisen pour le Jour de la Force, il avait du mal à s’en passer et le gobelin se remercia une nouvelle fois pour le génie dont il avait fait preuve lorsqu’il avait inventé cette première identité. Mais il était désormais temps d’en travailler une autre pour mener à bien une tout autre catégorie de mission : plus sale, plus sombre, plus mystérieuse.

    C’était déjà lors d’un premier voyage en carrosse qu’il avait créé sa première identité et tous les détails de sa seconde peau lui étaient venus dans les mêmes circonstances. Il fallait désormais la faire sortir de sa matière grise pour l’imprimer, dans un premier temps visuellement, dans l’inconscient collectif d’une taverne peu recommandable où il était de notoriété publique que tous les malfrats de la ville y passaient de bon temps et discutaient affaire. Si ses renseignements étaient bons, celui pour lequel il était venu finirait bien par envoyer un de ses sbires pointer le bout de son nez dans cet établissement.

    Métamorphosé sous les traits d’un hybride d’homme-albatros de deux mètres de haut, Stadzank débarqua dans la taverne du “Loup Hurlant”. Encapuchonné, son allure svelte cachée par une armure légère en cuir et sa démarche particulière qui lui permettait de se déplacer en faisant un minimum de bruit pour ce genre de gabarit avait étonné la plupart des gens louches qui servaient de clientèle à ce trou à rat. Assis au comptoir, l’hybride commanda une bière, dérangeant le tenancier de la boutique en pleine discussion avec deux caïds qui roulaient des mécaniques.

    Nous voulons boire notre bière tavernier...

    Ce dernier se tourna vers l’hybride, fronça les sourcils puis ignora le semi-volatil pour ensuite reprendre sa discussion. Contrarié, l’assassin se saisit d’un de ses très nombreux couteaux de lancer dissimulés le long de son avant-bras et le faisait tournoyer avec sa main droite tout en fixant de ses yeux rouges l’aubergiste.

    NOUS voulons boire notre bière, tavernier...

    Intimidé et sentant les problèmes arrivés, la discussion fût écourtée et pendant que la bière fût servie, les deux hommes se rapprochèrent de lui, visiblement irrités.

    Hey tu sais à qui tu causes abruti d’oiseau ? J’crois que t’as pas compris où t’étais !

    Les deux hommes s’étant approché d’un peu trop près, l’assassin tira un deuxième couteau qui vint se placer dans sa main gauche et en se relevant, plaça les lames sous les parties intimes de ses deux voisins et exerça une petite pression avec chacune des armes pour faire comprendre que la menace était bien réelle.

    Nous sommes dans une taverne, nous voulons boire notre bière !

    Blêmes, les caïds levèrent les mains en signe de renonciation. L’hybride enleva ses couteaux tandis que ses opposants reculèrent.

    Tu vas le payer, j’te promet qu’on va te plumer tête de piaf !

    Puis les deux petites frappes sortirent de l’établissement avec l’esprit bien revanchard. Dans le même temps, l’Homme-Albatros but tranquillement sa pinte et posa les quelques pièces que coutait sa bière sur le comptoir. Lorsque le tavernier vint récupérer son dû, l’hybride se saisit de son poignet.

    Nous cherchons du travail. Puis il relâcha le tavernier.

    Ok, ok. Et tu sais faire quoi ?

    Nous réglons les problèmes.

    Ah, ok...

    Puis le semi-volatil se leva et quitta la taverne. Non loin de la sortie, les deux gars louches qui l’avaient menacé un peu plus tôt l’attendaient. Ils le suivirent pendant quelques minutes et l’assassin décida de s’engouffrer dans une ruelle étroite, à l’abri des regards indiscrets. Tandis que les deux hommes avaient dégainé leurs épées et s’apprêtaient à raccourcir leur proie, l’Homme-Albatros se retourna avec un couteau de lancer dans la main droite et l’envoya à pleine puissance dans la gorge du plus proche de ses poursuivants. Ce dernier s’écroula sur le sol en portant les mains à son cou et fit le mauvais choix de retirer la lame, ce qui provoqua un déversement d’hémoglobine bien plus prononcé. Son collègue assista à cette scène, médusé. Et alors que la colère affluait dans son esprit pour lui dire de reprendre sa quête initiale, il sentit un corps étranger pénétrer sa gorge. La puissance du choc le déstabilisa tellement qu’il perdit l’équilibre et il s’écroula par terre. L’instinct lui dictait d’arracher ce corps métallique qui n’avait rien à faire là mais ce qu’il venait de voir lui rappela de ne pas faire la même bêtise. La douleur était insoutenable et le malheureux sentait qu’il commençait à perdre quand même pas mal de sang... Il fallait s’enfuir, trouver un guérisseur. Et il se mit à ramper, espérant ainsi sauver sa peau.

    L’assassin, de son côté, assistait à ce triste spectacle sans s’émouvoir. Alors que le dernier survivant rampait en laissant une traînée rougeâtre derrière lui telle une limace, l’hybride dégaina tranquillement la dague accrochée au dos de son armure et marcha jusqu’à sa cible. Une fois arrivé assez proche, il planta le malfrat au niveau du cœur pour abréger ses souffrances. Ceci fait, il retourna le corps en le poussant irrespectueusement avec le pied, récupéra son couteau de lancer puis essuya ses lames sur la veste du cadavre. Ensuite il se saisit de sa bourse qui se trouvait à sa ceinture et versa le contenu de ce qui s’y trouvait sur les yeux et dans la bouche de la tête inerte du malfrat. Il répéta la même opération sur sa première victime, versant également du sable sur les yeux et dans la bouche du malheureux. Stadzank n’était pas peu fier du résultat : le décor était posé et la légende de sa nouvelle identité ne faisait que commencer.

    Ensuite, l’assassin quitta la scène de crime pour aller reprendre sa forme de gobelin quelques ruelles plus loin. Il se mit tranquillement en route vers l’auberge où Strytart Gloidveeld disposait d’une petite chambre confortable. Là-bas, il prit le temps d’écrire quelques courriers et s’apprêta à tuer le temps nécessaire à l’arrivée de celui qu’il recherchait. Chaque soir, une fois la nuit tombée, il arpentait les rues de la ville sous les traits de l’Homme-Albatros et venir siroter une bière à la taverne du “Loup Hurlant”. Désormais personne n’osait venir l’aborder et le tavernier se dépêchait de le servir en espérant le voir déguerpir au plus tôt.

    C’était le même rituel, cinq jours de suite jusqu’à cette fameuse soirée où le Baron l’avait précédé. Lorsque l’hybride mystérieux commanda sa bière, le tavernier prit son courage à deux mains et en même temps qu’il apporta la pinte, il se pencha pour chuchoter à l’oreille du semi-volatil.

    J’ai p’t’être quelqu’un qui a besoin d’un gars comme toi qui... “résout les problèmes”. Va dans l’arrière-boutique pour lui causer s’tu veux.

    Sans dire un mot, l’assassin se leva, non sans oublier de prendre sa bière et alla se placer derrière le tenancier du bar qui toquait à la porte. Lui n’entendit pas vraiment la voix qui venait de l’autre pièce mais l’aubergiste lui ouvrit la porte et lui fit signe d’entrer.

    Le Vosdraak se trouvait assis tranquillement dans son siège prestigieux à boire son rafraîchissement. Sa cible était devant lui et il resta de marbre, malgré l’excitation qui parcourait son corps d’avoir trouvé le “Prince déchu” en un temps record : même pas besoin de passer par un ou deux sous-fifres, il était directement surclassé ! L’hybride ne s’arrêta même pas en guise de respect pour saluer le “Roi de la Pègre” et s’installa sur une petite chaise qui se trouvait en face de l’homme qui contrôlait les bas-fonds du Sekai. Une fois la chope posée sur la table qui séparait les deux hommes, il s’adressa ainsi au Vosdraak :

    Nous cherchons du travail. Nous réglons les problèmes.  

    Un petit silence s’installa et alors que son interlocuteur semblait vouloir prendre la parole, l’assassin ajouta ceci :

    Nous sommes le Marchand de Sable.


    L'éclat de la lune noire [PV Stadzank] OIG..ou5mDdnKMD
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Vaenys Draknys
    Vaenys Draknys
    Messages : 220
    crédits : 1362

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2942-vaenys-draknys-le-prince-dechu-le-baron-roi-de-la-pegre-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2986-entretien-avec-un-vosdraak#25931https://www.rp-cendres.com/t2980-l-histoire-du-prince-dechu#25918
  • Ven 1 Déc - 12:40
     
    L'éclat de la lune noire
    Feat. Stadzank
    Un bruit sourd retentissait sur la porte en bois séparant la taverne de l’arrière-boutique. Le Vosdraak, buvant sa boisson, fut surpris que le tavernier présentât un client en si peu de temps. Cela faisait à peine quelques minutes que le Baron s’était installé dans la petite pièce, il n’eut même pas le temps de terminer toute sa boisson. Il posa son verre devant lui, soupira légèrement, puis il se repositionna sur son siège, prenant une posture montrant toute la prestance dont il était capable de faire preuve.

    Avant d’ordonner l’entrée de son client, il prit soin d’invoquer deux ombres tangibles, prenant la forme de gardes armés d’épées. Ces gardes des ténèbres, obéissant à la moindre volonté de leur maître, se placèrent de part et d’autre du Vosdraak, prêts à attaquer au moindre soupçon du Baron. Ce dernier était extrêmement prudent, il savait qu’il était recherché, que ce soit par le couple impérial, ou par ses nombreux ennemis. Il ne pouvait pas se permettre de rester sans protection lorsqu’il avait un entretien avec un inconnu.

    « Entrez. » ordonna-t-il, prenant une voix inflexible, attendant de voir quelle créature allait se présenter à lui. La porte s’ouvrit doucement, provoquant un léger courant d’air frais dans la pièce, les flammes des bougies dansaient sous la pression du vent. Une créature à bec vêtue de noir pénétra la pièce, prenant un air mystérieux. L’être entama une marche dans la pièce, venant se positionner face à la créature aux yeux mauves, ne prenant pas la peine de saluer le roi de la pègre. Le Vosdraak haussa un sourcil, prenant un air étonné.

    Lorsqu’il put deviner le visage de la créature, il vint un être couvert de plumes, possédant des yeux rouges semblant menacer la moindre personne sur laquelle ils se posaient. Son long bec ne semblait pas provenir d’un masque, mais bien de l’être lui-même.  Le Baron semblait être en présence d’un hybride, ces créatures qu’il voyait comme une erreur de la nature, une preuve de la faiblesse des Titans. Il ne put s’empêcher de le regarder avec dégoût dans un premier temps, ne voyant là qu’un être faible.

    L’hybride se présentait comme étant surnommé « le Marchand de Sable », un nom bien étrange, certainement une métaphore indiquant que l’être à bec était réputé pour mettre fin aux jours des personnes qu’il chassait. Si c’était le cas, le Vosdraak ne pouvait que laisser une chance à l’hybride. Il porta son regard reflétant la vaste voute céleste dans celui de l’être au regard rougeâtre. Les gardes des ombres se tenaient prêt à attaquer, voyant le regard menaçant de l’hybride.

    « Vous réglez les problèmes ? Très bien, j’ai certainement une mission pour vous, Marchand de Sable. » annonça le Vosdraak, baissant légèrement la tête, tout en maintenant son regard sur celui de la créature à bec. Le Baron souhaitait plus que tout éliminer le sous-officier Reikois qui se montrait trop intrusif dans les affaires de la pègre, mais avec déjà deux assassins morts, il fallait que la troisième attaque soit la bonne.

    Il ne pouvait cependant pas perdre trop de temps à faire passer un quelconque entretien, proposer la prime et envoyer l’hybride faire son travail était plus que suffisant. Et, si lui aussi venait à trouver la mort dans cette mission, le monde serait débarrassé d’une abomination supplémentaire. Alors autant l’envoyer faire de sale boulot tout de suite, un être tel que lui n’était d’aucune utilité sur le Sekai.

    « La cible est un sous-officier de l’armé Reikoise. Il est le chef d’une petite garnison veillant sur Kyouji. Le problème est qu’il refuse catégoriquement tous les pots de vin que lui propose la pègre. Son existence ne fait que ralentir le développement de mes affaires. » affirma-t-il, venant croiser les bras, détournant son regard de celui de l’hybride, avant de fermer ses yeux mauves.

    La lumière émise par la lune commençait à disparaître petit à petit, absorbée par les nuages qui venaient se placer devant l’astre d’argent. Les gouttelettes d’eau venues du ciel claquèrent sur les tôles réparties à l’extérieur du bâtiment. Le vent se montrait violent, c’était le résultat d’une proximité avec le Lac Rebirth et le mont Kazan.

    « J’ai déjà pu engager deux assassins pour ce contrat, mais tous deux ont perdu la vie après s’être fait repérer par les gardes de le sous-officier. La discrétion est une vertu capitale pour mener à bien cette mission, soyez-en certain. » continua-t-il, esquissant un léger sourire sadique. Il n’énonçait pas tous les détails, comme les gardes munis de senseur magique qui pouvait repérer un être invisible, par exemple.

    Au fond de lui, le Baron se fichait totalement du sort de l’hybride, au contraire, s’il trouvait la mort après avoir abattu le sous-officier, il pouvait garder la récompense pour une autre occasion. La pluie devenait torrentielle, parasitant l’ambiance sonore de la piécette. La déferlante venue du ciel s’abattait sur la ville de Kyouji, les ruissèlements se faisaient entendre dans les combles du bâtiment. Le Baron porta son attention sur l’hybride humanoïde à tête d’oiseau, scrutant attentivement ses yeux.

    « Pour ce qui est de la récompense, la pègre vous fournira suffisamment d’argent, soyez-en certain. Mais uniquement lorsque vous aurez ramené la tête de cette pourriture. » indiqua-t-il, marquant une légère pause avant de reprendre. « Alors ? Marchand de Sable. Est-ce une mission qui vous semble être à votre portée ? » questionna-t-il, esquissant un sourire malsain. Le Baron n’était pas connu pour sa gentillesse bien au contraire, c’était un être froid, qui aimait manipuler les pauvres gens afin de les avoir sous son contrôle. Et en éliminant le sous-officier, il pouvait parvenir à ses fins bien plus facilement.

    CENDRES
    Affilié au Reike
    Affilié au Reike
    Stadzank
    Stadzank
    Messages : 112
    crédits : 1668

    Info personnage
    Race: Gobelin
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2574-stadzank-le-nettoyeur-du-couple-imperial-fiche-terminee#22157
  • Mar 5 Déc - 15:25
    Le regard rouge et énigmatique du semi-volatil semblait sonder l’âme du Roi de la Pègre ainsi que celles de ses familiers qui devenaient de plus en plus nerveux à mesure que la réponse de l’hybride se faisait attendre. Mais ce dernier prenait largement son temps, après tout sa nouvelle identité pouvait se le permettre. Et il avait besoin de faire de l’ordre dans ses pensées pour trouver une réponse qui satisfasse son interlocuteur tout en lui garantissant le succès de sa mission.

    C’est qu’il ne s’attendait pas à tomber sur “lui” finalement : comment se faisait-il qu’il recevait seul des assassins ? Visiblement ces quatre années de cavale lui avaient donné une confiance telle que son cou était désormais à portée de ses couteaux de lancer. Il lui suffisait que d’un bref instant pour lui propulser une lame dans la gorge puis bondir sur la fenêtre et échapper à ses deux sbires des ombres. Mais ce n’était pas les ordres, enfin pas pour l’instant...

    Ce sous-officier avait dû sacrément faire du tort au Syndicat pour que le Baron lui-même se charge de recruter ses petites mains. Assassiner un bon officier, même dans le cadre de sa mission, c’était tout de même un sacré dégât collatéral... Pas sûr qu’en haut lieu on soit d’accord. L’homme-albatros s’affala un peu sur le dossier de sa chaise en signe d’apaisement, décontractant ses muscles et s’exprima ainsi :

    C’est un problème que nous pouvons régler. De la façon dont vous le souhaitez ou d’une autre.

    L’hybride porta sa pinte jusqu’à sa tête qu’il fit pivoter d’un bon quart de tour, ouvrit grand son bec et envoya une rasade dans son gosier. Une fois cette scène improbable terminée, il ajouta :

    Puisque nous pensons savoir qui vous êtes et que nous voulons travailler avec vous, nous allons vous donner un conseil sans demander rémunération. La mort de cet homme risque de causer bien plus de problèmes que vous allez en résoudre : lorsqu’Ikusa apprendra ça, ils doubleront les effectifs de la garnison, enverront leurs soldats d’élite pour écumer les bas-fonds et exterminer tout ce qui ressemble au Syndicat. Pas bon pour les affaires.

    N’en aurait-il pas fait autant s’il avait été à la place de Tensai ? Celui qui avait été élevé pour devenir le futur Roi du Reike devrait pouvoir facilement se mettre à sa place. Mais il fallait tout de même prendre une décision, l’assassin n’avait pas toute la soirée car la métamorphose lui imposait un certain rythme.

    Nous devons simplement l’éliminer ou seulement l’écarter de vos affaires ?

    Il y avait bien des manières d’écarter quelqu’un : la manière forte, celle qui consistait à éliminer complètement la menace en balançant son corps aux charognards du désert et des manières plus subtiles comme remplacer un homme par un autre, plus disposé à accepter les pots de vin et à fermer les yeux sur le petit commerce illégal du Syndicat. Toutes les solutions n’engendraient pas les mêmes conséquences, en tout cas maintenant le Baron était prévenu et ferait son choix en son âme et conscience.
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Vaenys Draknys
    Vaenys Draknys
    Messages : 220
    crédits : 1362

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2942-vaenys-draknys-le-prince-dechu-le-baron-roi-de-la-pegre-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2986-entretien-avec-un-vosdraak#25931https://www.rp-cendres.com/t2980-l-histoire-du-prince-dechu#25918
  • Sam 9 Déc - 10:29
     
    L'éclat de la lune noire
    Feat. Stadzank
    Le Vosdraak savait déjà que l’hybride mi-humain mi-oiseau était capable de mener à bien un tel contrat, un meurtre de sous-officier de l’armée Reikoise. Les hommes travaillant pour le Baron avaient retrouvé deux cadavres, semblant avoir été tués d’une manière très précise, c’était là forcément l’œuvre d’un assassin aguerri, qui d’autre sinon. Le tavernier avait aussi discuté avec le Vosdraak au sujet de l’hybride étonnant qui venait dans la Taverne ces derniers jours. La créature à la chevelure argentée espérait le rencontrer ce soir, et ça ne manquait pas. Un être si spécial, cela attisait forcément la curiosité du prince déchu.

    Le Baron attendit la fin de la tirade de son interlocuteur, qui donnait une opinion pour le moins… intéressant, sur le contrat qu’il se voyait confier. L’être au regard violet intense ferma les yeux, réfléchissant aux dires de l’hybride. Devait-il l’écouter ? Ce n’était pas le style du prince déchu d’écouter les autres, mais au moins, il pouvait y réfléchir. Les paroles de son interlocuteur n’étaient pas factices, il y avait de gros risques de provoquer le renforcement des autorités Reikoise à Kyouji. Après tout, peut-être était-ce l’objectif du roi de la pègre Reikoise ?

    L’être à la chevelure argentée se leva, usant de sa cape pour recouvrir son corps. Il se dirigea, d’un pas assuré, devant la fenêtre de l’arrière salle de la taverne. Son regard d’un intense violet, reflétant le ciel nocturne, était dirigé vers l’extérieur. Il regardait la pluie torrentielle s’abattre sur les dalles de pierre de la ruelle. Il écoutait les gouttelettes tomber de plus en plus lourdement sur les tôles exposées à l’extérieur. La lune n’avait plus sa place dans le ciel, laissant place à un voile épais de nuage menaçant.

    Le prince déchu était dos à l’assassin, qui pouvait le tuer à tout moment s’il le désirait. Étant d’une nature très prudente, le puissant mage noir tourna légèrement la tête, afin d’avoir, dans le coin de l’œil, l’hybride mi-homme mi-oiseau dans son champ de vision. Il créa une légère illusion, puis se rendit invisible, afin de se poster plus loin dans un coin de la pièce, pour éviter toute tentative futile d’assassinat. Aux yeux du Marchand de Sable, le Baron n’avait pas bougé d’un cheveu, il était toujours là, dos à lui, regardant par la fenêtre.

    L’illusion reporta son regard sur la fenêtre. Le Baron quant à lui, resta non loin de cette dernière, afin de pouvoir parler à son interlocuteur sans émettre le moindre soupçon sur l’utilisation de sa magie. « Vos dires sont intéressants, cher Marchand de Sable. Cependant, je n’ai nullement besoin que vous me donniez votre point de vue sur la stratégie que j’emploie pour mener à bien mes projets. Je sais ce que je fais et pourquoi je le fais, ce sous-officier n’est en rien un bon soldat, ni pour le Reike, ni pour le couple. Peut-être ma chère sœur et son amant ne le verront pas, mais sa mise à mort leur rendra service, croyez-moi. » annonça-t-il, prenant un ton sérieux. L’illusion se tourna en direction de l’hybride, et avança de quelques pas, plongeant ses améthystes dans le regard écarlate de l’hybride.

    « Si mes affaires doivent en prendre un coup, alors qu’il en soit ainsi, mais je sais déjà que ça ne sera pas le cas. Cela fait plus d’un siècle que je mène mon commerce caché et personne n’a jamais réussi à le stopper. Ce n’est pas si facile de réduire à néant la pègre, cher Marchand de Sable. Je n’ai absolument pas peur de l’empereur et de ses sous-fifres. Mais si vous êtes ici, c'est pour abattre un être abject et sans intérêt, protégé par des dizaines de soldats extrêmement bien entraînés, et non pour me faire part de votre point de vue sur mes actions, est-ce que cela est clair ? Je n’ai pas de conseils à recevoir par une immondice telle que vous, issue d’une abominable reproduction entre deux espèces qui sont vouées à disparaître. Je ne sais pas quel est votre âge, mais je sais que les monstres comme vous ont, fort heureusement, une espérance de vie très faible. Alors ne tergiversons pas plus longtemps je vous prie. » continua-t-il, commençant à prendre un ton menaçant, avant de reprendre son calme. Il ferma les yeux, marqua une légère pause, reprenant sa respiration.

    « Alors, Marchand de Sable, je vous sens déterminé. Débarrassez-moi de l’abject sous-officier qui me bloque dans mes projets. L’écarter de mes affaires est totalement inutile, je le veux mort. Faites-vous discret surtout, que l’on ne sache pas que je vous envoie personnellement. » ajouta-t-il, faisant s’asseoir l’illusion sur son siège. « Avez-vous d’autres questions ? Je pourrais avoir plus de contrats pour vous, si vous le souhaitez. Des contrats que vous pouvez mener à bien sans aucun souci en même temps que la mise à mort du sous-officier. » conclut-il, l’illusion esquissant un sourire malsain sur son doux visage.

    CENDRES
    Affilié au Reike
    Affilié au Reike
    Stadzank
    Stadzank
    Messages : 112
    crédits : 1668

    Info personnage
    Race: Gobelin
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2574-stadzank-le-nettoyeur-du-couple-imperial-fiche-terminee#22157
  • Sam 16 Déc - 8:22
    Le Baron venait de le gifler verbalement et Stadzank sourit intérieurement en reconnaissant très clairement les traits caractéristiques de sa “cible”. Mais le semi-volatile ne broncha pas, toujours stoïque quoique pouvait dire son interlocuteur. Que ce soit les insultes sur sa nature ou bien sur ses conseils tactiques, rien n’atteignait cet être sans émotion.

    Pourtant, Stadzank qui se cachait sous cet hybride, ne perdait pas une miette des informations qu’il glanait au fur et à mesure de leur discussion. Malheureusement, il n’avait pas réussi à sauver ce pauvre Nylsark, qui allait finir sacrifier sur l’autel du Syndicat du Crime par la lame du Couple Impérial avec pour raison principale un excès de zèle. Pour le bien de sa mission, l’espion se disait qu’il ne valait mieux ne pas trop réfléchir à cette injustice tellement criante. Son mentor lui avait toujours dit que les dégâts collatéraux faisaient partis du métier... Il y a quelques mois, il ne se serait pas posé la question d’essayer d’éviter ce drame mais depuis qu’il avait changé d’allégeance, c’était devenu plus compliquer de devoir planter la chair de son propre camp. La mort de ce sous-officier faisait partie prenante du “grand plan” et désormais rien ne pourrait le sauver.

    Pour s’enlever les quelques remords qui lui restaient, il pouvait toujours se dire que si ce n’était pas lui qui s’y collait, le Prince déchu enverrait d’autres à sa place jusqu’à ce que le “travail” soit fait. Et sa famille recevrait une pension de l’Empire ainsi que l’assurance qu’il était mort en héros. En martyr serait plus juste mais pourquoi s’embarrasser de cette vérité contraire à la propagande actuelle ?

    Un détail attira également l’attention de l’Espion, le Roi de la Pègre désignait l’Empereur comme l’amant de sa sœur... Insinuait-il qu’il était le mari légitime de sa sœur ? Le gobelin avait toujours entendu - et l’histoire le mentionnait d’ailleurs fort bien, sans censure aucune – que les Vosdraak se mariaient entre eux pour garder la pureté de la lignée. S’était-il marié secrètement avec sa sœur juste avant la chute de sa Maisonnée ? Voilà un imprévu qui pourrait faire exploser en vol ses projets... Mais il fallait arrêter pour le moment le fil de ses pensées, le Prince déchu attendait une réponse de sa part.

    Nous règlerons le problème. Nous devrons surement faire appel à votre réseau pour quelques... détails.

    L’homme-Albatros fit tourner la bière dans sa choppe et comme si regarder la mousse se déposer sur les bords pour revenir dans le liquide inspirait ses mots, il poursuivit :

    Pour les autres problèmes, nous verrons au cas par cas ce que nous pourrons faire. Nous gardons à l’esprit que la priorité reste notre homme et si nous estimons que les autres missions mettent en péril le plan, nous nous en occuperons ultérieurement. Pour la récompense, nous ne souhaitons pas d’argent mais juste pouvoir faire appel à vous ou à votre réseau, lorsque le besoin se fera sentir.

    Le silence qui s’en suivit sonnait comme un “Cela vous pose-t-il un problème ?”. Et alors qu’il attendait un retour du Baron, l’assassin repensait à l’attitude tellement confiante de son interlocuteur qui venait de lui tourner le dos... Comment pouvait-il être si sûr de lui ? Loin de se douter qu’il avait à faire à un tour de passe-passe, le métamorphe aurait voulu se mordre ses lèvres pour lui crier que son système de sécurité était aux abonnés absents. Alors il répéta le mouvement précédent : il fit pivoter sa tête d’un bon quart de tour, ouvrit grand son bec et envoya une rasade dans son gosier. Au moins il garderait son bec fermé plutôt que de donner des conseils gratuits mais surtout, malvenus.
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Vaenys Draknys
    Vaenys Draknys
    Messages : 220
    crédits : 1362

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2942-vaenys-draknys-le-prince-dechu-le-baron-roi-de-la-pegre-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2986-entretien-avec-un-vosdraak#25931https://www.rp-cendres.com/t2980-l-histoire-du-prince-dechu#25918
  • Lun 1 Jan - 15:51
     
    L'éclat de la lune noire
    Feat. Stadzank
    L’homme-albatros demandait à faire appel au réseau du Baron, ce qui, évidemment, se ferait sans le moindre souci. Cette fois-ci, le Baron était prêt à tout mettre en œuvre pour voir le sous-officier impérial écarté de sa fonction, peu importe le moyen employé par l’assassin. Pour ce qui était des autres problèmes, l’assassin souhaitait voir au cas par cas, par peur, sûrement, d’être mis hors de sa véritable mission. Une attitude que le Baron pouvait apprécier en l’instant, son interlocuteur voulait visiblement faire preuve d’un grand investissement dans sa mission.

    L’illusion, alors postée sur le siège, face à l’assassin, ancra son regard mauve dans celui de l’assassin au regard écarlate. « Bien, Marchand de Sable. Je mettrai à votre disposition tout ce dont vous avez besoin, que ce soit des hommes, des renseignements, des armes, de la nourriture et le logement. Tout vous sera fourni, évidemment, vous allez me rendre un grand service. » annonça-t-il, puis, un léger soupir se fit entendre dans l’arrière-salle de la taverne. « Faites ce que bon vous semble de lui, tant qu’il ne met plus le nez dans mes affaires. Pour les autres missions, je vous en ferai part lorsque vous reviendrez de celle-ci, il est inutile de vous en demander plus. » continua-t-il, gardant son regard ancré dans celui de l’hybride.

    « Pour ce qui est de votre récompense, je tiens tout de même à vous faire parvenir quelques pièces d’or, c’est la moindre des choses. Je sais tout de même récompenser un bon service rendu. Évidemment, si vous avez besoin de faire appel à mes hommes à l’avenir, n’hésitez pas. Je vous mettrai en contact avec mon bras droit, il trouvera tout ce dont vous aurez besoin à l’avenir. » ajouta-t-il, si l’homme-albatros venait à faire du bon travail, il pourrait faire ce que bon lui semble avec la pègre, sans non plus dépasser certaines limites, évidemment.

    « Pour ce qui est du sous-officier, voici les quelques informations que j’ai sur lui. L’homme à qui vous aurez affaire est donc un Sous-Officier de l’armée impériale, opérant dans la cité-état de Kyouji. Il est à la tête de deux escouades, et donc, il dirige un total de vingt hommes, qui sont prêts à le défendre au péril de leur vie. Il se nomme Daren et est originaire de Kyouji. Il vit dans un quartier résidentiel qui se trouve en direction du Lac Rebirth, avec sa femme et ses deux enfants. Pour ce qui est des autres informations, je vous laisserai voir avec Wulfric, il est en contact direct avec les espions. » dit-il, se redressant.

    L’illusion se leva du fauteuil et alla se diriger à l’endroit où était posté le prince déchu, puis disparu, laissant place au véritable être à la chevelure d’argent. Le Vosdraak se plaça devant la fenêtre, puis fit face à l’assassin au regard écarlate. « Vous pouvez disposer. Revenez ici demain matin dès la première heure, Wulfric vous attendra et vous donnera toutes les informations nécessaires. Après cela, mettez-vous au travail, je vous laisse une semaine, pas plus. » conclut-il, regardant ce nouvel assassin.

    Le Baron, d’un geste du bras, salua l’homme-albatros qui se trouvait toujours dans la salle. « Je paie l’addition. » annonça-t-il, quittant l’arrière-salle de la taverne. Il jeta un sac de quelque piécette sur le comptoir, puis quitta le « Loup Hurlant », disparaissant dans les ténèbres de la nuit qui régnaient sur la cité-état de Kyouji.
    CENDRES
    Affilié au Reike
    Affilié au Reike
    Stadzank
    Stadzank
    Messages : 112
    crédits : 1668

    Info personnage
    Race: Gobelin
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2574-stadzank-le-nettoyeur-du-couple-imperial-fiche-terminee#22157
  • Jeu 11 Jan - 18:22
    L’assassin engrangea toutes les informations au fur et à mesure que Le Baron lui communiquait : un Nylsark, une femme et des enfants, quartier résidentiel en direction du Lac Rebirth... Pas de quoi prévoir des plans sur la comète mais déjà ça permettait d’y voir plus clair et il pouvait désormais préparer mentalement toutes les questions qu’il poserait à se dénommer “Wulfric” qui semblait être le sbire en chef du Prince déchu.

    Congédié presque comme un malpropre, encore un signe qui ne trompait pas qu’il avait bien à faire au dernier Vosdraak mâle qui foulait le Sekai, l’Hybride se releva tranquillement et fit un hochement de tête à l’attention du Roi de la Pègre pour le remercier et ne jeta même pas un œil à sa bière qu’il n’avait malheureusement pas eu le temps de finir.

    Quittant la taverne du “Loup Hurlant”, l’homme-albatros parcourut quelques ruelles et fit bien attention à ne pas être suivi avant de remétamorphoser sous ses traits de gobelin à l’abri des regards indiscrets. Il était redevenu Strytart Gloidveeld, un commercial en bijouterie fort guilleret car il venait de trouver sa cible bien plus tôt qu’il ne le pensait, s’évitant ainsi des semaines voir des mois d’attente. Même si sa chambre à l’auberge était fortement agréable, il se sentait plus à l’aise dans l’action.

    Mais chaque chose en son temps, tout d’abord il devait envoyer son rapport et surtout bien choisir les termes utilisés. Ce qui n’était pas chose aisée quand on abordait le sujet au combien délicat du frère de l’Impératrice.

    Message crypté:

    Une fois le message rédigé puis crypté, le gobelin enflamma son parchemin qui lui avait servi de brouillon et qui contenait le message permettant à qui savait lire de mettre le nez dans les affaires de la Couronne du Reike. Tout en regardant la lettre se consumer, l’espion avait déjà en tête les questions qu’il allait devoir poser à ce “Wulfric”. Porter le message via les services de l’Oreille, s’assurer de la rapidité d’exécution du service, rentrer à l’auberge et réfléchir, réfléchir, réfléchir. Telle était le programme de sa soirée et elle risquait d’être longue, très longue...


    ***


    Le jour n’était pas encore levé que l’assassin impérial était déjà en route pour la taverne du “Loup Hurlant”. La nuit avait été courte et le petit homme vert avait finalement pris le parti d’arrêter de réfléchir étant donné le si peu d’informations qu’il avait entre ses mains pour planifier quoique ce soit. Mieux valait garder son énergie pour le moment où il aurait toutes les cartes en main.

    Dans une des nombreuses ruelles de Kyouji, non loin du “Loup Hurlant” ainsi qu'à l’abri des regards indiscrets, l’espion se métamorphosa en homme-albatros et entra dans le lieu de rendez-vous.

    Alors qu’il s’approcha du comptoir, le tenancier lui indiqua d’un petit geste de la main une table où se trouvait un homme d’une large carrure et qui semblait avoir déjà bien roulé sa bosse. L’hybride était connu comme le loup blanc et l’espion ne s’étonna pas d’être aussi vite redirigé vers le bras droit du Baron.

    En tout cas c’était plutôt rassurant de voir que son collaborateur du jour était ponctuel. Pour le gobelin c’était une marque de sérieux fort appréciable étant donné l’importance des informations qu’ils allaient échanger.

    Wulfric ?

    L’“Armoire à glace” hocha de la tête pour confirmer l’information. L’hybride s’installa alors sur la chaise en face et rentra dans le vif du sujet. Tout en fixant de ses yeux rouges l’homme qui partageait sa table, le Marchand de Sable commença son interrogatoire sur son ton si particulier.

    Nous avons besoin de savoir beaucoup de choses sur notre homme, nous avons peu de temps pour agir. Le plus important est de prévoir ses déplacements, nous devons connaître ses habitudes journalières pour savoir quand il est le plus isolé. Se rend-il dans une taverne en fin de journée pour se détendre ? Au bordel ? A-t-il une maîtresse ? Hummm vu les problèmes que vous rencontrez avec lui nous supposons qu’il ne se procure pas chez vous de stupéfiants... Beaucoup de questions et à chacune de tes réponses tu dois nous certifier la fiabilité de tes sources. Nous insistons sur ce dernier point, c’est capital pour la réussite de notre entreprise.
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Vaenys Draknys
    Vaenys Draknys
    Messages : 220
    crédits : 1362

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2942-vaenys-draknys-le-prince-dechu-le-baron-roi-de-la-pegre-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2986-entretien-avec-un-vosdraak#25931https://www.rp-cendres.com/t2980-l-histoire-du-prince-dechu#25918
  • Mar 16 Jan - 18:55
    L'éclat de la lune noire
    Feat. Stadzank
    Wulfric s’était rendu à la taverne du Loup Hurlant, à la date prévue, comme convenu par son Maître, Sieur Vaenys Draknys. Oh oui, mieux valait éviter de contrarier celui que l’on nommait le Baron, lorsque l’on était à la place de Wulfric. Chef de la Cellule touchant au mercenaire, à l’assassinat et à l’espionnage, mais aussi bras droit du grand Roi de la Pègre Reikoise, ou du moins, ce qu’il en restait. Il était assis à une table, attendant que le Marchand de Sable daignât pointer son bec. Contrairement à son Maître, Wulfric était totalement indifférent sur la question des hybrides, il serait donc certainement moins désagréable que Vaenys. Et puis, le lycanthrope n’avait pas un égo surdimensionné. On pouvait même se demander comment il était arrivé jusqu’ici en un seul morceau.

    Enfin, la créature hybride s’approcha du bras droit du Baron, après avoir demandé il ne savait quoi au tenancier. Il le salua d’un signe de la tête, ne prenant pas la peine de lui serrer la main. Non, ce n’était pas le style de Wulfric. « Marchand de Sable, je suppose ? Je suis ravi d’enfin faire votre connaissance. Notre contact commun m’a parlé de vous en bien. Enfin, si j’omets toute la partie qui concerne votre… nature. Oui nature, disons cela comme ça. » rétorqua Wulfric. Il prenait bien plus de pincettes que le Baron, ne voulant pas émettre de jugement ou même vexer son vis-à-vis. Il était poli, bien éduqué et savait se montrer sympathique, lui.

    Il attendit ensuite que la créature à bec se posât face à lui, puis lui explique la raison de sa venue. Enfin, il la connaissait déjà, mais visiblement, elle était bien bavarde cette créature. Le lycanthrope était contre les agissements du Baron, il pensait que l’élimination du sous-officier ne pouvait qu’apporter de mauvaises choses. Évidemment, le prince déchu était un être pragmatique, c’était là le problème. Il fallait faire preuve de plus de bon sens, et Wulfric s’y accorderait aujourd’hui. Après tout, il était chef de cellules, il avait son mot à dire sur un assassinat. Enfin, non pas vraiment, mais il le ferait quand même.

    « Dans un premier temps, sachez que j’ai moi-même menée la mission d’espionnage sur notre cible. Daren est, comme vous le savez, il est un Nylsark, un sous-officier de l’armée impériale. Ne me demandez pas d’où ils tiennent ce nom stupide, bref. Daren vit dans un petit quartier résidentiel situé à quelques rues d’ici, au nord. Vous ne pouvez pas le louper, remonter la rue pendant quelque trois cents mètres, tourner à droite, puis continuez dans la petite ruelle. Enfin, au bout de celle-ci, vous arriverez sur une petite place, tournez à gauche, dans une petite ruelle. Ainsi, vous arriverez dans le quartier résidentiel de la cible.

    Il habite dans la maison la plus spacieuse, pareille, vous ne la louperez pas. Je sais qu’il quitte sa baraque au lever du soleil, pour rejoindre là sa troupe au centre du quartier marchand. Car oui, il opère au quartier marchand ? C’est pas pratique, hein ? C’est difficile de l’éliminer dans ce genre d’endroit. À la fin de la journée, le gars se rend dans une taverne du quartier marchand, la plus luxueuse. Il se bourre la gueule avec ses soldats avant de rentrer chez lui. Malheureusement, il est toujours raccompagné. Bon, vous m’avez l’air vivace, alors vous n’aurez aucun mal à détourner leur regard mais bref.

    Sa femme travaille en tant que professeur à l’académie. Elle a des horaires classiques de profs, à savoir, bah je sais pas. Mais avant de rentrer chez elle, elle passe prendre ses enfants chez sa sœur, qui habite dans un des bas quartiers de la ville. Visiblement, les deux petites dames n’ont pas eu la même chance.

    Pour ses enfants, évidemment, je ne vous dirai rien. J’ai beau être un criminel recherché, je ne suis pas un fumier qui veut du mal à des enfants. Je pense que les informations que je vous ai données devraient suffire. En bref, je résume :

    Daren habite dans un quartier riche, au nord d’ici, il part des chez lui au lever du soleil. Il se rend au quartier marchand où il déjeune avec ses soldats avant de faire des rondes dans le quartier. Après cela, il se rend dans une taverne luxueuse de ce même quartier. Le soir, il rentre chez lui totalement soûl, raaah je dirais bien deux bonnes heures après le lever de la lune.

    Sa femme elle, est prof à l’université de Drakstrang. Elle a des horaires classiques de professeur. Elle donne ses gosses à sa sœur le matin, puis les récupère le soir. Sa sœur habite dans les bas quartiers de Kyouji.

    Voilà, si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas mon p’tit. Je serai présent tous les soirs à cette même table. Venez donc ici une fois le travail fait. Ah et, ne le tuez pas si vous en avez la possibilité. Occupez-vous simplement de le dissuader de faire ses rondes trop près des affaires de monseigneur le Baron. »

    CENDRES
    Affilié au Reike
    Affilié au Reike
    Stadzank
    Stadzank
    Messages : 112
    crédits : 1668

    Info personnage
    Race: Gobelin
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2574-stadzank-le-nettoyeur-du-couple-imperial-fiche-terminee#22157
  • Dim 21 Jan - 14:57
    L’homme-albatros buvait les paroles de Wulfric, ses yeux rouges fixant le bras droit du Roi de la Pègre sans cligner des yeux une seule fois. Au fur et à mesure que les informations intégraient son cerveau, l’analyse se faisait perpétuellement pour échafauder un “plan” : telle était la formation qu’il avait reçu de son maître. Être capable de planifier et d’évaluer les risques en un minimum de temps : une compétence essentielle puisque son mentor lui avait toujours dit “La plupart du temps on nous demande d’exécuter une cible pour hier” et la maxime s’était à nouveau appliquer pour les ordres du Baron. Une semaine pour exécuter un Nylsark qui avait subi déjà plusieurs tentatives d’assassinat, ce n’était clairement pas raisonnable pour un homme seul. Mais avec les ressources dont pouvaient profiter le “Marchand de Sable” grâce à Wulfric, c’était du gâteau.

    Une fois le monologue de l’armoire à glace terminé, quelques longues secondes s’écoulèrent. Wulfric était à la limite de quitter la table que l’hybride reprit la conversation.

    Dans la mesure où ces informations sont bonnes, vous allez nous aider à exécuter notre plan.

    Les ordres du “Prince déchu” étaient clairs : son réseau était également à sa disposition au moins le temps de la mission. Si l’homme assis en face de lui voulait s’en offusquer libre à lui mais l’homme-albatros saurait faire valoir que seule la parole du ”Patron” faisait loi.

    Va chercher trois filles, les plus belles de ta collection mais choisit trois styles différents. Tu réserveras une chambre dans la taverne pour deux nuits et les filles passeront la soirée avec notre homme. Promet une prime conséquente à celle qui arrivera à le faire monter avec elle dans la chambre que tu as réservée. Lorsque l’élue de son cœur aura fini sa “petite affaire” avec notre cible, elle lui promettra qu’elle sera là le lendemain.

    L’homme-albatros fit claquer son bec. Ça exprimait un sentiment de satisfaction d’avoir trouvé un plan plutôt sympa pour éviter une “boucherie” dans les quartiers résidentiels de Kyouji. S’il pouvait éviter de liquider toute une famille juste pour une opération de mise en couverture, c’était plutôt pas mal. Mais pour les autres, c’était clairement une nouvelle bizarrerie du “Marchand de Sable”.

    Si tout se passe comme prévu, c’est dans la soirée de demain que nous passerons à l’action. Et nous verrons ensemble les détails de l’opération demain matin.

    Puis l’hybride se lança sur le dossier de sa chaise, attendant une confirmation de son partenaire “d’assassinat” comme s’il avait lancé un “c’est entendu ?” à la fin de sa dernière réplique.

    Une fois que les deux hommes eurent fini leur conversation, chacun repartit de son côté. Le gobelin reprit le dédale des ruelles des quartiers mal famés de la ville frontalière pour reprendre sa forme originelle à l’abri des regards indiscrets. Il était donc l’heure pour Strytart Gloidveeld de reprendre du service. Bon, il avait un sacré paquet de temps à tuer avant que le soir ne tombe mais il ne put s’empêcher de se diriger directement vers l’auberge luxueuse indiquée par Wulfric par ses renseignements : il était impératif d’aller inspecter les lieux et de s’imprégner de l’ambiance. Tout d’abord, il flâna dans le quartier, examinant la disposition des rues environnant la taverne et nota qu’elles étaient très fréquentées à cette heure-ci. Il lui faudrait certainement repasser ce soir pour voir si c’était toujours le cas mais dans un quartier très animé comme celui-ci, c’était fort probable. L’assassin examina également la bâtisse où devrait avoir lieu le crime et nota un petit escalier à l’extérieur qui menait directement au premier étage : voilà qui offrait une belle opportunité, il était donc possible de se rendre en haut sans forcément passer par l’intérieur de la taverne...

    Ensuite le commercial en bijouterie entra dans l’établissement et s’approcha du comptoir pour réserver une chambre également pour deux nuits consécutives. Il exigea d’ailleurs de visiter les lieux avant de laisser un quelconque acompte prétextant qu’il ne laisserait pas la moindre piécette de cuivre pour des draps sales ou une chambre infestée de cafards ! Ah qu’il était plaisant de jouer les clients richissimes et exigeants : et voilà qu’il avait une pensée émue pour sa défunte mère, un vrai modèle en la matière. Même si le tavernier s’offusqua au premier abord, il finit par faire appel à une femme de chambre pour effectuer la visite de l’établissement et notamment l’étage qui l’intéressait particulièrement. L’assassin interrogea l’employé sur l’escalier et lui confirma que c’était bien un escalier de service, utilisé par le personnel lors de la fermeture nocturne du rez-de-chaussée. Idéal comme issu de secours.

    Une fois le tour du propriétaire effectué, le gobelin congédia la femme de chambre et versa l’acompte au tenancier de l’établissement pour ensuite aller à son autre chambre dans un établissement un poil moins luxueux. Finalement, cette mission aura également eu le mérite de lui faire découvrir une belle adresse de Kyouji et il espérait bien que ses prochains séjours se déroulent ici. Constatant qu’il n’avait pas encore eu de réponses de ses maîtres, le commercial en bijouterie retourna à son point de départ et choisit une table au fond de la taverne pour déguster un délicieux verre de vin en provenance d’un vignoble réputé de la République tout en ayant une place de choix pour observer le déroulé de la soirée et donc savoir si elle se passait bien selon son plan.

    *Voyons si Wulfric a réussi à nous trouver la perle rare...*
     
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Vaenys Draknys
    Vaenys Draknys
    Messages : 220
    crédits : 1362

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2942-vaenys-draknys-le-prince-dechu-le-baron-roi-de-la-pegre-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2986-entretien-avec-un-vosdraak#25931https://www.rp-cendres.com/t2980-l-histoire-du-prince-dechu#25918
  • Mar 23 Jan - 17:39
    L'éclat de la lune noire
    Feat. Stadzank
    Wulfric soupira longuement aux ordres donnés par le Marchand de Sable. Mais bon, il avait lui-même reçu des ordres du Baron et, il devait s’efforcer d’écouter son vis-à-vis, même si cela lui déplaisait fortement. Et son plan était, douteux ? Mais bon, peu importe, si le prince déchu lui faisait confiance, alors lui aussi. Même si la « confiance » était un bien trop grand mot pour la situation. « Très bien Marchand de Sable, ça sera fait. Je sais déjà où je vais aller chercher les putes. On en a toute une réserve. Et cessez donc de vous balancer, ce n’est pas vous qui payez les pieds cassés. Ce n’est pas moi non plus, d’ailleurs. Bref, je m’en branle, faites ce que vous voulez, je vais y aller. À plus tard cher ami. » rétorqua-t-il avec un ton hautain et impoli. Ce n’était d’ailleurs pas dans ses habitudes d’être comme cela, à croire que son interlocuteur ne lui avait pas fait une si bonne impression.

    Après son entrevue avec le Marchand de Sable, Wulfric se rendit en direction de la Grand-Place où il espérait trouver la chef de la Cellule de Prostitution fraîchement nommée, Isolde Malkyn. En entrant dans la cellule des Châtiments de la Rose, Wulfric parvint à trouver Isolde. « Bonjour Isolde, j'espère que votre nouveau travail au sein de la Grand-Place vous sied. J'aurais justement besoin de vos filles pour une mission, rien de bien méchant. Il m'en faudrait trois, qui soient capables de mener un homme marié dans leur lit, voyez-vous ? » annonça-t-il, souriant légèrement à la brune.

    « Bonjour Wulfric. Hélas, nous n'avons pas eu l'occasion de nous revoir après ma nomination. Toutefois, oui, sachez que je prends cette nouvelle place à cœur. Séduire un homme marié... Une vilaine mission, mon cher Wulfric. » Dit-elle, ses douces paroles accompagnées d'un regard malicieux. « Une fille talentueuse, Justine, la petite à la chevelure brune, jusqu'au menton. Pour un peu plus d'exotisme... La peau rosée de l'hybride juste derrière, accoudée au comptoir devrait faire l'affaire. Elle s'appelle Calistia. Et enfin, Adelmyra. Une blonde vénitienne, au visage angélique et juvénile. Elle a été recadrée dernièrement, son dos en porte les marques fraîches. Cela dit, certains aiment ça. » déclara-t-elle, une lueur vicieuse dans le regard.

    « Cela me semble parfait chère Isolde. Je savais que je pouvais compter sur vous. Comptez sur moi pour vanter vos mérites auprès de notre bienfaiteur. Bien, sur ce, je vais engager ces femmes de ce pas. Isolde, je vous remercie et vous souhaite une agréable journée. » rétorqua-t-il, le sourire aux lèvres et s'inclinant légèrement, saluant la protégée du Baron puis, tournant les talons.

    Suite à cette rapide entrevue avec la belle, Wulfric embarqua avec lui Justine, Calistia et Adelmyra, puis, ils se rendirent en direction de la taverne. Il prépara rapidement les trois femmes qu’Isolde lui avait gentiment prêtées, puis, l’heure de la soirée arriva à grands pas. La cible entra comme à son habitude, dans la taverne. Wulfric lui, était allé se poster à une table plus loin, afin d’observer toute la scène. Habituellement, le sous-officier Daren n’avait pas de visite de trois belles femmes. Mais aujourd’hui était un jour différent. Alors qu’il buvait tranquillement accompagné de quelques-uns de ses gars, Justine, Calistia et Adelmyra arrivèrent non loin de sa tablée. Étonné, l’homme habituellement fidèle ne put s’empêcher d’observer avec attention les généreuses formes de l’hybride entre une femme et un cochon avec des traits beaucoup plus féminins qu’animaliers. « Ah ! j'avoue que ça me tente pas mal... j'ai toujours rêvé de me taper une cochonne. » Avec en prime de l’alcool dans le sang, il ne lui fallut que quelques minutes de danse sensuelle avant qu’il ne se décidât à monter à l’étage avec Calistia.

    Les deux passèrent une longue heure ensemble, à avoir de longs ébats à l’étage, avant de finalement redescendre. Wulfric, qui avait alors pris la place du Tenancier, regarda Daren venir payer avec un grand sourire. Il ancra son regard perçant dans celui de son vis-à-vis, puis il lui sourit également. « Calistia est une véritable bombe. Je vois qu’elle vous a fait de l’effet ! Si jamais, elle sera présente demain soir. Et, vous aurez le droit à une petite ristourne pour un deuxième tour. » annonça-t-il, faisant un grand clin d’œil à son nouvel ami.

    L’autre idiot, complètement bourré et vidé rigola bêtement en réponse à Wulfric. « Ah ça oui, une vraie cochonne héhé. Et je ne dis pas ça parce que sa mère est une véritable truie héhéhé. Tiens mon garçon, t’iras t’acheter des bonbons avec le surplus d’or. Oh et, à demain mon petit. » rétorqua-t-il, avec un rire gras, aussi gras que lui. Puis il partit en titubant. Wulfric poussa un long soupir suite à cela.
    CENDRES
    Affilié au Reike
    Affilié au Reike
    Stadzank
    Stadzank
    Messages : 112
    crédits : 1668

    Info personnage
    Race: Gobelin
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2574-stadzank-le-nettoyeur-du-couple-imperial-fiche-terminee#22157
  • Sam 27 Jan - 13:38
    C’est avec un œil des plus attentifs que le gobelin observa l’arrivée de Wulfric puis des trois jolies demoiselles. Le bras droit du Baron prit une table non loin de lui et semblait surveiller que les jeunes femmes respectent les consignes qu’on leur avait assigné. Le Nylsark et une partie de ses hommes étaient attablés depuis déjà un bon quart d’heure, mais ils n’avaient pas traîné pour descendre une sacrée quantité de bière et accueillirent les trois jeunes femmes avec des sourires qui en disait long sur leurs intentions.

    La soirée se passa telle qu’il l’avait souhaité, le sous-officier avait choisi l’hybride et avait passé un moment privilégié avec elle. Pendant ce temps-là, le petit être verdâtre prétexta d’avoir besoin de prendre l’air auprès du tenancier pour quitter la taverne et faire une petite promenade juste autour de l’établissement. Voilà qui lui appris qu’aucun garde ne surveillait les alentours et qu’à cette heure-là, les rues étaient peu fréquentées et les quelques regards qu’il croisa étaient plutôt méfiants. En tout cas le petit escalier de service n’était pas surveillé et c’était bien là l’essentiel. A son retour dans la taverne, le gobelin reprit sa place initiale et commanda une petite infusion pour l’aider à patienter.  

    Lorsque Daren descendit de sa chambre, l’assassin fut étonné de voir Wulfric passer derrière le comptoir et parler directement à leur cible. C’est vrai que tout le monde semblait bien trop émécher pour se rappeler de la tête d’un gars une soirée avant un meurtre, néanmoins le Marchand de Sable devrait faire en sorte que le bras droit du Baron soit loin de l’action, histoire qu’il ne soit pas inquiété ultérieurement. Et puis à la réflexion, garder sa chambre pour la nuit prochaine était également une erreur, il ne pouvait pas se permettre de ternir la réputation de Strytart Gloidveeld : il avait d’autres projets pour le commercial en bijouterie et l’assassin n’avait pas forcément besoin d’être surplace au moment de l’ ”action”.


    ***


    Le lendemain matin, le Marchand de sable arriva une nouvelle fois dans la taverne du “Loup Hurlant”, son lieu de rendez-vous privilégié avec l’”Armoire à glace”. Wulfric était attablé au même endroit que la veille et l’assassin reprit la même place également.

    L’affaire se présente bien, ta fille a réussi à le faire monter et elle réussira ce soir. Nous voulons qu’une fois qu’elle commence sa petite affaire, elle prétexte au bout de quelques minutes qu’elle a besoin de sortir. Elle prendra l’escalier de service et nous l’attendrons avec un cheval en bas. Nous chevaucherons ensuite jusqu’à ce qu’à la porte direction Taisen. Toi tu nous attendras à une bonne dizaine de minutes de cheval à l’extérieur de la ville. Entendu ?

    Wulfric hocha la tête en signe d’acquiescement et l’homme-albatros quitta alors la table. Il lui fallait rentrer à la luxueuse taverne sous ses traits de gobelin afin de rendre la chambre une journée avant la date prévue.

    Le vin était délicieux, le ragoût excellent et la literie était des plus moelleuses. Malheureusement mon rendez-vous de ce soir a été annulé et je dois rentrer à la Capitale. Mais il est clair que je recommanderais votre adresse à mes amis et que je ne manquerais pas de revenir à mon prochain voyage

    C’est donc le souvenir d’un client enchanté que le petit homme vert laissa au tenancier qui le regardait sortir de son établissement. Ensuite notre assassin tua le temps en rejoignant une bande de gamins qui jouait au jeu de la Dame, arnaquant les passants et se cachant dès qu’une patrouille pointait le bout de son nez. C’était une des activités qui distrayait le plus notre gobelin et qui lui permettait de contenir le stress qui montait au fur et à mesure que l’on s’approchait de l’heure fatidique.


    ***


    L’hybride venait de rentrer à peu près une demi-heure après Daren et sa petite troupe de joyeux lurons. L’assassin avait préféré garder un œil sur l’entrée de la taverne pour s’assurer que tout se déroulait comme prévu. Il se posta alors sous l’escalier de service et attendait patiemment la venue de la jeune femme pour passer à l’action.

    Deux ombres tangibles attendaient dans la chambre des deux tourtereaux : la consigne était simple, il fallait décapiter l’homme une fois seul dans la pièce tandis que la deuxième étoufferait le cri avec un coussin et ramasserait le trophée qu’elle viendrait placer dans un sac de jute.

    Au moment où il entendit la porte s’ouvrir, l'homme-albatros sentit l’afflux de mana réclamé par une de ses ombres qui venait de changer sa main par une hache belle et bien coupante. Ensuite les bruits de pas de quelqu’un qui descendait l’escalier : c’était bien l’hybride, pas de doute là-dessus, elle était facilement reconnaissable.

    Pssst, par ici.

    Il lui balança une cape tandis qu’une ombre était en train d’attacher un sac à la selle du cheval juste à côté.

    Enfile-ça et grimpe. Nous devons filer au plus vite.

    Calistia ne demanda pas son reste et s’exécuta. Le Marchand de Sable grimpa à sa suite une fois avoir détaché le cheval. Il prit alors la direction de la Porte de Taisen et chevaucha à trop vive allure pour que ce soit honnête mais ralentit le rythme avant de passer les sentinelles qui gardaient la Porte.

    Il chevaucha à peu près 10 minutes une fois sorti de la ville et repéra un cheval un peu à l’extérieur de la grande route commerciale. Lorsqu’il s’approcha, il reconnut Wulfric qui l’attendait à l’endroit prévu.

    Nous voilà. Mais je dois parler à la jeune femme seul avant que nous repartions.

    Le bras droit du Baron le regarda avec un air suspicieux puis reprit son attente interminable bon gré mal gré... Dix mètres plus loin le Marchand de Sable et Calistia n’échangèrent pas un seul mot. Un bruit de lame se fit entendre puis la jeune femme s’écroula sur le sable dans un bruit sourd. L’homme-albatros revint alors vers Wulfric tout en essuyant sa dague avec un chiffon.

    Ne nous regarde pas comme ça. Nous savons que tu sais tenir ta langue. Mène-nous au Baron, j’ai un présent pour lui qui n’attend pas.  

    Il désigna alors le sac de jute accroché à la selle de son cheval d’où dégoulinait un liquide plutôt visqueux.
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Vaenys Draknys
    Vaenys Draknys
    Messages : 220
    crédits : 1362

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2942-vaenys-draknys-le-prince-dechu-le-baron-roi-de-la-pegre-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2986-entretien-avec-un-vosdraak#25931https://www.rp-cendres.com/t2980-l-histoire-du-prince-dechu#25918
  • Sam 27 Jan - 14:23
    L'éclat de la lune noire
    Feat. Stadzank
    Lorsque Wulfric se tourna de nouveau pour faire face à l’hybride albatros, il eut la mauvaise surprise de voir que cet imbécile venait de buter la fille de joie sous ses yeux. Le voilà dans l’embarra vis-à-vis d’Isolde qui lui avait généreusement prêté l’un de ses jouets. Pour l’une des premières fois depuis le début de l’an 4, une expression de colère apparut sur le visage du Lycanthrope, qui était largement saoulé par les agissements de l’assassin. Mais bon, peut-être avait-il une bonne raison de faire cela, comme par exemple, ne pas laisser de témoin.

    Les iris d’or de Wulfric se dirigèrent sur le Marchand de Sable, avec un fond de haine dans le regard. « Putain, tu fais chier. Comment je vais expliquer ça à ma chef de Cellule. Rah, laisse le corps là, il aura disparu sous le sable d’ici le lever du jour. Putain. » rétorqua-t-il, puis, son regard vint se porter sur le sac de jute de l’assassin. « Bien, au moins, t’as fait ton travail. Remonte sur ton cheval et suis-moi, on va passer par une entrée secrète. » ajouta-t-il, se remettant en selle avant de se diriger vers la ville.

    Après une dizaine de minutes, les deux protagonistes arrivèrent aux portes de la ville. Wulfric s’arrêta devant un mur qui, à première vue, n’avait rien d’exceptionnel. Cependant, il fouilla dans l’une de ses poches pour sortir un réceptacle en forme de pièce, avec des inscriptions runiques gravées dessus. La magie de l’ombre du Baron émanait de cette dernière, c’était flagrant. Ce réceptacle était comme une clé permettant à Wulfric d’accéder aux tunnels de catégorie deux, ceux qui mènent à la Grand-Place.

    Wulfric, réceptacle en main, releva le bras, puis il le tendit face au mur. Les runes gravées sur la pièce s’illuminèrent en violet, puis, le mur devant eux se dissipa pour laisser place à un tunnel. « Suivez-moi je vous prie, nous avons une longue marche à parcourir avant d’arriver devant messire Draknys. » annonça-t-il, entamant une marche en travers des veines souterraines sans attendre la réponse de son coéquipier. Puis, ils marchèrent pendant de longues minutes dans ce labyrinthe souterrain, avant de finalement arriver devant une nouvelle porte, en bois cette fois-ci, mais encore, scellée par une magie des ténèbres.

    Là encore, Wulfric leva le bras, tendant son réceptacle devant l’imposante porte, puis, elle s’ouvrit. Devant les deux individus se dessina la Grand-Place, cœur de la Pègre de Kyouji, là où tout était dirigé. Le regard d’or de Wulfric s’ancra dans les prunelles écarlates de l’hybride, puis, un léger sourire se dessina sur le visage du lycanthrope. « Voici la Grand-Place mon cher Marchand de Sable. C’est ici que… Enfin, je laisserai le Baron t’expliquer le tout concernant ce magnifique lieu. » annonça-t-il, laissant à peine le temps à son vis-à-vis de découvrir cet endroit. « Suis-moi je te prie » ajouta-t-il, se dirigeant un peu plus profondément dans la Grand-Place.

    Plus loin, une mystérieuse porte se dessinait. La simple présence de cette porte indiquait que le Baron était de l’autre côté. Wulfric frappa trois fois à la porte, avant qu’une voix l’invite à entrer. Devant les deux protagonistes se dessinait la silhouette de Vaenys Draknys. Le lycanthrope s'inclina légèrement, puis, ses prunelles se portèrent dans celles de son chef. « Messire Draknys, le Marchand de Sable semble avoir quelque chose pour vous. » annonça-t-il. Le Baron les invita donc à entrer, puis, il alla se placer à son bureau, attendant que l’hybride ne se décide à parler.
    CENDRES
    Affilié au Reike
    Affilié au Reike
    Stadzank
    Stadzank
    Messages : 112
    crédits : 1668

    Info personnage
    Race: Gobelin
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2574-stadzank-le-nettoyeur-du-couple-imperial-fiche-terminee#22157
  • Ven 2 Fév - 21:49

    Oui Wulfric était un peu colère, oui il allait avoir un peu des emmerdes : mais après tout ce n’était pas vraiment son problème. Par contre avoir la caserne de Kyouji qui risquait de mettre la ville sans dessus-dessous pour trouver un “coupable”, ça pouvait devenir un très gros problème. Enfin maintenant que le principal témoin mais aussi le suspect numéro un gisait inerte non loin d’eux, ça leur assurait une certaine tranquillité : jamais personne ne moufterait et si jamais ils tombaient sur le corps avant que les charognards s’en occupent, l’enquête serait résolue et personne ne pourrait soupçonner le Baron.

    L’hybride laissa donc jurer le bras droit du Prince déchu et remonta en selle sans dire un mot. Imperturbable, il attendit avant de donner quelques conseils à Wulfric concernant la gestion de la “crise” du lendemain. Après tout il était encore sous le coup de la colère même s’il faisait genre d’être passé à autre chose.

    Devant l’entrée secrète de la pègre de Kyouji, l’assassin fût admiratif de l’ingéniosité des mécanismes mise en place par cette bande de criminels, c’était presque plus sophistiqué que la façon de procédé plus “à l’ancienne” des services secrets reikois. Certes il ne connaissait pas tous les secrets de l’Oreille mais il n’avait jamais eu à ouvrir une porte scellée par la magie. Impressionné mais l’homme albatros ne montrait aucune émotion et gardait un ton neutre face à toutes les situations qui se présentaient à lui, son sac de jute dégoulinant de sang à la main. Habitué aux longues marches souterraines, le gobelin-lige du couple impérial profita de ce petit moment monotone pour délivrer quelques conseils au lycanthrope.

    Nous vous conseillons de vite régler l’affaire avec celle qui vous a fourni la “fille”. Demain ils retourneront tous les bordels de la ville, dis-lui de faire profil bas voir de fermer la boutique quelques jours, le temps que ça se tasse.

    L’assassin atterrit ensuite sur la “Grand Place”, sorte de grande cavité avec une multitude de portes qui surement cachaient bien des secrets. Subjugué par la quantité de travail qui avait été dissimulé au nez et à la barbe des officiels reikois, il était difficile de contenir son excitation : il multipliait les tics et autres brefs mouvements bizarres afin de rester focus sur son identité. Lui-même pensait connaître la ville comme sa poche pourtant il avait l’impression de découvrir un nouveau quartier de la ville et ça lui en bouchait un coin.

    Arrivé dans le “saint des saints” du réseau du Baron, Wulfric guida l’homme-albatros jusqu’à l’entrée du bureau du dirigeant. Toujours sans dire un mot, l’assassin sortit la tête du Nylsark du sac de jute et la posa sur le bureau du Vosdraak. Tous purent constater qu’une flaque de sang était en train d’apparaitre sous la tête de Daren et allait très certainement souiller tout le bureau du maître des lieux. L'histoire de la décapitation était son idée et l'assassin voulait tester notre homme en lui montrant les conséquences d'ordres accomplis au pied de la lettre.

    Nous avons réglé votre problème.
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Vaenys Draknys
    Vaenys Draknys
    Messages : 220
    crédits : 1362

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2942-vaenys-draknys-le-prince-dechu-le-baron-roi-de-la-pegre-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2986-entretien-avec-un-vosdraak#25931https://www.rp-cendres.com/t2980-l-histoire-du-prince-dechu#25918
  • Dim 4 Fév - 14:49
     
    L'éclat de la lune noire
    Feat. Stadzank
    Le regard améthyste du prince déchu se laissa porter en direction du Marchand de Sable, qui venait d’entrer dans son prestigieux bureau, en compagnie de son fidèle bras droit, le Lycanthrope, Wulfric. Vaenys était ravi de revoir l’assassin qu’il avait engagé aussi vite et, surtout, avec un butin, une preuve de la mort de Daren. À la vue de la tête, Vaenys Draknys esquissa un léger sourire. Cependant, ce n’était pas le cas de Wulfric, qui lui, se laissait dessiner une expression de dégoût vis-à-vis du trophée de l’hybride. Ainsi, les prunelles de Vaenys, toujours aussi radieuses, s’ancrèrent dans le regard doré de son second.

    « Que se passe-t-il, Wulfric ? Un problème ? Je vois que tu n’as pas l’air très réjoui. Pourtant, il vient me voir avec la tête de l’homme, que demander de plus ? » demanda le Baron, sa voix déformée par le masque en acier que le Vosdraak portait.

    « Pardon messire, je ne voulais pas paraître désobligeant. Le travail de notre ami est excellent, simplement. » rétorqua le Lycanthrope, s’inclinant légèrement en fermant les yeux. Il avait beaucoup trop de respect envers son chef pour dire le moindre mot qui pourrait le contrarier.

    « Retourne à tes occupations Wulfric, dépêche-toi. » cracha-t-il, faisant un geste de la main, indiquant au lycanthrope de déguerpir de son bureau. Le bras droit s’exécuta et quitta les lieux bien rapidement, sans attendre. Maintenant seul à seul avec l’assassin, Vaenys Draknys ancra ses magnifiques prunelles dont les pupilles étaient améthystes sur son vis-à-vis. Ce dernier était spécial, certes, mais il faisait un travail incroyable. Malgré les particularités du Marchand de Sable, Vaenys sentait qu’il pouvait lui faire confiance, enfin, confiance était un bien grand mot. Il sentait plutôt qu’il n’allait pas le décevoir.

    « Marchand de Sable, si je peux être honnête, je ne m’attendais pas à ce que vous tuiez cet homme. À vrai dire, lorsque vous m’avez suggéré de simplement l’évincer, je pensais que c’est ce que vous feriez. Enfin, peu importe, j’aime que l’on m’obéisse et que l’on exécute mes ordres à la lettre. » annonça-t-il, balançant un petit sac rempli de pièces d’or sur la table. « Voici vingt pièces d’or, j’espère que cela vous sera amplement suffisant, Marchand de Sable. Cependant, ce n’est pas la seule récompense que j’ai pour vous. Disons que, la seconde récompense est plus une proposition qu’autre chose. Une proposition à laquelle je suis certain que vous ne direz pas non. » continua-t-il, avant de se lever de son prestigieux fauteuil.

    Puis, le Vosdraak se mit à marcher au sein de son bureau, son lieu d’habitation. Il avait une proposition plus qu’alléchante à faire à l’assassin, à celui qui avait su mener une mission à bien, là où bien d’autre avait lamentablement échoué. « Mon cher Marchand de Sable, ou dois-je plutôt simplement vous appeler Marchand ? C’est plus court, non ? Enfin, voyez-vous, j’ai méticuleusement organisé la Pègre Locale de manière à ce que tout soit plus simple. Ainsi, mon réseau est organisé en sept Cellules, et aujourd’hui, la Cellule de l’assassinat et de l’espionnage est sous le joug de Wulfric. » dit-il, se stoppant dans ses pas et ancrant son regard sur l’hybride.

    « Ce que j’aimerais, Marchand de Sable, c’est libéré Wulfric de cette Cellule. Ainsi, je vous propose d’en prendre la tête. Vous géreriez mes assassins et mon réseau d’espionnage. Aussi bien celui de Kyouji que celui de tout le Reike entier. Bien que le réseau ait du mal à perdurer à la capitale, Zéphyr est décidément bien trop efficace. Alors, acceptez-vous ma proposition, cher Marchand ? » demanda-t-il, en toute sincérité.
    CENDRES
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum