DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Pancrace

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    [PA] Reprise de Justice. - Page 2 I7Vm50z
    Gazette des cendres
    Hiver 2024
    Lire le journal
    #5
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    La marche du vent d'acier
    Derniers sujets
    Validation des RP de Ben [Reike]Aujourd'hui à 10:37Ben le Bouc
    Derrière le rideauAujourd'hui à 10:22Ben le Bouc
    Souvenirs douloureux [PV Nut Shidhi]Aujourd'hui à 9:01Amédée Sauventreen
    Nomination [Cyradil]Aujourd'hui à 0:33Cyradil Ariesvyra
    Anha zhavvorsa [Tensai]Hier à 23:14Tensai Ryssen
    L'air du Vent | Feat ZéphyrHier à 23:06Zéphyr Zoldyck
    OrigineHier à 22:59Zéphyr Zoldyck
    La lune et ses étoiles - PAHier à 22:54Tensai Ryssen
    Déchéance [Lyra et Alaric]Hier à 22:47Zéphyr Zoldyck
    Mon Voisin Du DessusHier à 22:43Erwin Staal
    4 participants
    Aller en bas
    Noble de La République
    Noble de La République
    Seraphin d'Élusie
    Seraphin d'Élusie
    Messages : 140
    crédits : 462

    Info personnage
    Race: Lycanthrope
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3067-terminee-seraphin-du-razkaal-d-elusiehttps://www.rp-cendres.com/t3164-liens-de-seraphin-d-elusie#27376https://www.rp-cendres.com/t3162-chronologie-du-limier-seraphin-d-elusie#27373
  • Sam 13 Jan - 20:29
     
    Journal du Limier
    Taverne de la Loutre Outrée, Justice
    La semaine s'ouvrait sur un plan ourdi par le Limier : une ruse pour piéger Maine, le Superviseur Interne, et déjouer les manœuvres de la Sinistrée. L'échange entre Seraphin et Maine se faisait dans une rue à sens unique, sous un ciel plombé, où le Limier, dissimulé sous l'apparence d'un citoyen lambda, abordait Maine pour sonder son inquiétude grandissante.

    Maine, nerveux, glissait à Seraphin que les contacts habituels étaient introuvables, leur lien rompu. En guise de réponse, Seraphin, saisissant Maine par le bras, l'interrogeait d'une voix ferme, "Qu'est-ce que tu veux dire par là ?" La tension dans sa voix trahissait l'urgence de la situation. Maine, désemparé, révélait que son superviseur avait coupé tout contact, laissant planer une menace inconnue. Seraphin, d'un ton impérieux, rejetait l'inutilité apparente de Maine, "Tu ne me seras donc d'aucune utilité, c'est bien ça ?" Mais Maine, désespéré, offrait une dernière lueur d'espoir, ses informateurs. Cependant, pour Seraphin, seul un lien direct avec les sommets de l'organisation avait de la valeur. "Tu te rappelles de ma proposition ? Ton salut contre la tête d'un de tes supérieurs, je n'ai cure de tes sous-fifres."

    La décision de Seraphin était donc prise. Dans l'ombre d'une ruelle adjacente, il exécutait Maine, mimant un acte de brigandage hâtif, laissant quelques pièces éparpillées autour du corps sans vie. Cet acte, loin d'être gratuit, visait à ébranler l'organisation de la Sinistrée, à semer le trouble dans ses rangs.

    Le jour suivant, guidé par son flair infaillible, le Loup remontait la piste jusqu'à un entrepôt sordide. L'odeur des Deniers guidait chacun de ses pas, le menant à travers les méandres de la pauvreté et du crime. L'entrepôt, grouillant de vie et de trafics illicites, s'ouvrait sur un monde souterrain où armes et marchandises s'empilaient dans un désordre organisé. En remontant vers le bureau, Seraphin se retrouvait face à un Oni, très certainement Superviseur, un être aux traits violets, tapi derrière son bureau. La confrontation était inévitable, et le Limier, dévoilant son arbalète, imposait le silence. "T'étais pas simple à trouver," lançait-il, une pointe de défi dans la voix.

    L'échange avec l'Oni était tendu, chaque mot pesé, chaque information scrutée. Seraphin exigeait des détails sur la Sinistrée, son emplacement, ses habitudes, mais dans un premier temps ce ne sont pas des réponses qu'il reçut, mais une offensive de la part de celui qui s'était jusqu'ici montré inoffensif. Le premier assaut surprena Seraphin qui découvrait la maîtrise de l'encre du questionné, ça coûtera une coûte brisée au d'Elusie qui se retrouvait alors propulsé par la porte du bureau, se retrouvant entouré des sbires du patron des lieux qui leur somma d'attaquer l'officier du Razkaal :

    "Mes chéris, oyez votre Roi, la Municipalité nous fait cadeau d'un de ses meilleurs mets, aujourd'hui vos mains viles et crasseuses peuvent accueillir le sang d'un chien errant d'un tout autre calibre. Un Limier." criait-il. Mais si le Prévot se retrouver seul contre une petite légion, il n'en perdait pas son mordant, comprenant rapidement par leurs auras dégagées que les sous-fifres n'étaient points des foudre-de-guerre, en gros, les meilleures victimes pour un acte d'intimidation. Les menaçant par sa parole dans un premier temps, il fit de même physiquement après, prenant les traits de sa forme lupine avant de bondir sur le premier venu et lui montrer la différence de sauvagerie. Le sang embrumait la pièce sous les coups de griffes et les craquements du Loup-Garou, une première introduction suffisante pour raccourcir une première partie des autres. Les autres mourraient par les flèches. Bondissant sur les poutres supérieures, il en fit sa jungle, esquivant les projectiles de métaux et d'encres, usant de sa précision pour empaler quelques têtes de ses flèches ainsi que de sa maîtrise de l'air pour éteindre les quelques foyers et torches, transformant ainsi la situation en un avantage certain, devenant le seul individu à vraiment voir dans ce carnage. La suite ? Un spectacle de sang et d'os, l'Oni ne mit point trop de temps pour se retrouver déposséder de la maîtrise de ses bras et de ses jambes qui s'approchaient plus de l'hérisson que de l'humain.

    Le dialogue entre Seraphin et l'Oni reprit alors, sur un ton cette fois-ci plus unilatéral, tissant une toile complexe d'informations et de contreparties. Le Limier encore baigné du sang de ses adversaires, demeurait imperturbable, gardant le contrôle de la conversation, ses mots tranchants comme des lames. "La Sinistrée," demandait-il simplement, son regard fixé sur l'Oni.

    L'Oni, comprimé sous la pression, cédait, dévoilant le secret des catacombes menant à la Sinistrée. Le Fraternitas, absorbé par les révélations, méditait sur la tâche à venir, une confrontation avec un adversaire aussi insaisissable que redoutable. Il se profilait alors une quête périlleuse dans les tréfonds de la Grande Bibliothèques Ironsoul, via une entrée des catacombes. Seraphin, avec une prudence calculée, sondait chaque recoin du bureau, cherchant des indices supplémentaires. L'Oni, comprimé entre la peur de la trahison et la promesse d'une nouvelle vie, faisait état de la métamorphose et du clonage maîtrisés par la Sinistrée. "Elle est accompagnée d'elle-même," murmurait-il, un frisson parcourant sa voix.

    Seraphin pesait chaque mot, chaque silence, analysant l'Oni avec l'acuité d'un prédateur. "Qu'essayes-tu de me faire comprendre ?" La réponse venait alimenter le feu de sa détermination. "Tu entends donc qu'elle est à la merci du premier qui foulerait son domaine ? Et tu espères que j'y crois ?" La méfiance était palpable dans sa voix.

    Après avoir extrait toutes les informations nécessaires, Seraphin prévoyait de laisser l'Oni entre les mains des Limiers, une assurance contre toute trahison future. L'entrepôt, désormais vidé de ses secrets, n'était plus qu'une coquille vide, un souvenir lointain d'une étape franchie dans la traque de la Sinistrée.

    Le Limier, seul avec ses pensées et les chuchotements de ses démons, se retirait dans l'ombre de la nuit, son esprit déjà tourné vers la confrontation à venir. La Grande Bibliothèque Ironsoul et ses catacombes l'attendaient, un labyrinthe de mystères où la Sinistrée se tapissait, attendant le prochain acte de ce jeu mortel.

    [PA] Reprise de Justice. - Page 2 Signas

    Résumé :
    - Seraphin utilise Maine afin qu'il passe une fausse information au réseau de Clochard, afin de remonter au Superviseur.
    - Manque de pot, impossible pour Maine de trouver les clochards de la Sinistrée, il semble que le réseau se protège.
    - Maine ne représentant plus d'intérêt pour Seraphin, ce dernier le charcute dans les rues, faisant passer ce meurtre pour un acte de bandit pressé.
    - Par son flair, il remonte les traces des deniers jusqu'à arriver à un grand entrepôt, bondé de clochards, un bâtiment de la Sinistrée.
    - Il rentre à l'intérieur, invisible, et finit par rejoindre le bureau qui trônait à l'intérieur, se dévoilant au maître des lieux, un Oni, assis sur son siège.
    - Si l'interrogatoire débute calmement, il ne faudra pas attendre très longtemps pour que l'Oni attaque Seraphin, le propulsant en dehors du bureau grâce à sa maîtrise de l'encre.
    - Un affrontement un contre tous prend lieu, le Limier utilise l'intimidation que sa forme de Loup lui accorde, et finit par faire des poutres supérieures son terrain, tirant ses flèches sur la plèbe en contre-bas, et sa maîtrise de l'air pour éteindre foyers et torches alentours.
    - Victorieux, le d'Elusie dépossèdera l'Oni de la maîtrise de ses bras et jambes, le laissant incapable d'utiliser sa magie, il ne lui restait plus qu'à parler.
    - L'Oni Superviseur dévoilera alors, via un arrangement, des informations cruciales pour dévoiler l'emplacement du Chef du gang, la réelle Sinistrée, qui se trouve apparemment dans les sous-sols de la Grand Bibliothèque Ironsoul, qui sont accessibles par une entrée des Catacombes.
    - Les Limiers de la Meute récupèrent l'Oni pour le garder au chaud et Seraphin quitte les lieux.

    Pouvoirs :

    Invisibilité (Palier 1) *2
    Odorat augmentée (Palier 1) *2
    Vue augmentée (Palier 1) *1
    Agilité et précision augmentées (Palier 1) *3
    Agilité et précision augmentées (Palier 2) *3
    Element Air (Palier 1) *3
    Prouesse d'arme (Palier 1) *6

    - P1  * 20 / ∞
    - P2 * 3 / 10


    Disclaimer : Ouvert à tout dans mes RPs : torture, blessure, infirmité, supplice psychologique, mort etc...

    Liens :
    Troupes - Démons
    Noble de La République
    Noble de La République
    Zelevas E. Fraternitas
    Zelevas E. Fraternitas
    Messages : 197
    crédits : 6753

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal mauvais
    Rang: B - Directeur de la Comptabilité
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1873-zelevas-d-elusie-fraternitas-la-poigne-de-mithril-terminehttps://www.rp-cendres.com/t3139-liens-de-zelevas-e-fraternitas#27228
  • Mar 16 Jan - 15:46
    Reprise de Justice.
    ACTION, TOUR 4

    Altarus, seul au point de rendez-vous le Mercredi 1er au soir:






    Parvis de la GBI, Jeudi 2 Janvier à 9h

    L’hiver commence à faire connaître sa présence de façon toujours plus insistante, le froid du matin couplé au soleil timide caché derrière les nuages et à l’humidité stagnante dans l’air à cause de la proximité du Lac Rebirth créé une lourde chappe de brouillard dans les rues de Justice. Les toits des maisonnées et les étages des immeubles des beaux quartiers percent cette mer brumeuse comme des amanites dans un sous-bois d’automne, et au loin, excentré de la ville mais toujours à l’intérieur de son enceinte, la Grande Bibliothèque Ironsoul surveille Justice. Située sur une colline, le parvis de la GBI offre un panorama sur la cité administrative qui permet à la fois d’apercevoir l’énorme bâtiment depuis de multiples points de vue de Justice, mais aussi de contempler une grande partie de la ville depuis la bibliothèque millénaire. Aujourd’hui, la petite foule qui attend devant le parvis de la GBI en trépignant d’impatience ne peut cependant pas voir la toile de ruelles massive qui s’offre normalement à eux d’ici. Nul n’est cependant présent pour profiter de la vue, les gens dont le quotidien est rythmé ou bien par la bibliothèque elle-même ou alors par la Famille Ironsoul et sa santé financière attendent avec impatience l’arrivée d’une certaine personne sur l’estrade temporairement dressée devant l’entrée du grand bâtiment.

    Soudain, les portes s’ouvrent, un petit comité de libraires et d’archivistes sortent en rang pour se poster les mains jointes sur les côtés de la scénette et un homme en redingote noire s’avance jusqu’au podium sous les applaudissements des spectateurs. En arrivant devant le pupitre, il tousse pour dégager sa voix et assure le foulard de col blanc un peu plus près de sa gorge pour se protéger du froid. Il prend un instant pour parcourir du regard l’assemblée qui s’est agglutinée là et prend la parole:

    ”Mes chers concitoyens. Je vous remercie de votre présence en ce matin, je tiens tout d’abord à souhaiter à tous et à toutes une bonne et heureuse année. J’espère que chacun d’entre vous a su trouver avantage de cette période de fête pour se rapprocher des valeurs importantes que sont la famille, les enfants et la paix. L’An 4 a été marqué par bien plus de troubles que nous ne l’aurions souhaité, par des drames irréparables, des catastrophes naturelles effroyables, et une instabilité qui perdure encore dans les fondations de notre République. Cependant, le tableau n’est pas entièrement noir non plus.” James Ironsoul rabaisse ses yeux pour relire son discours sur son feuillet. ”Nous sommes fiers, chez les Ironsouls, d’avoir pu nous démarquer cette année passée en apportant notre pierre à un édifice collectif, grâce non seulement à nos efforts mais aussi à votre soutien continu, à celui de nos investisseurs et de nos généreux donateurs, la Grande Bibliothèque a permis de collecter et de sauvegarder plus de quatre cent cinquante ouvrages d’édition unique. Nous avons également grâce à la participation cette année des mages copieurs de Liberty, publié et distribué à travers la République plus de dix mille exemplaires d’oeuvres peu répandues pour en accroître la portée. De par les efforts conjoints de plusieurs de nos soutiens, nous avons aussi sensibilisé plusieurs écoles à la valeur des écrits, nous permettant ainsi de protéger et d’assurer le passage des traditions républicaines aux générations futures. J’espère que ces bonds en avant en matière de culture et d’éducation, grâce au soutien d’un gouvernement de plus en plus concerné par les valeurs Humanistes et Réformatrices, planteront une graine qui germera un peu plus au cours de l’An 5.” Une nuée d’applaudissements accompagne le bilan sommaire présenté par le Directeur de la GBI, l’élémentaire attend patiemment que les acclamations retombent avant de continuer. ”Maintenant j’en viens à ce qui intéresse la curiosité des plus pécuniers d’entre vous: la Grande Bibliothèque, comme à chaque nouvelle année, tiendra des ventes aux enchères d’une collection d’exception le 10 Janvier. Cette année nous vous proposerons un catalogue de différentes oeuvres shoumeïennes exclusives, des ouvrages sauvegardés du cataclysme qui a ravagé les terres saintes du royaume de l’ouest, et la pièce maîtresse de cette vente sera un livre original exceptionnel, un recueil de prières du Haut Prêtre Menos retrouvé il y a quelques mois à Sancta.” Des sifflements et des rumeurs admiratives accompagnent cette annonce. James poursuit, ”Exceptionnellement, en raison de la part importante de ces oeuvres qui résident actuellement dans les archives de la GBI, nous fermeront nos portes pendant les prochains jours pour profiter de l’occasion et effectuer un grand nettoyage et un inventaire complet de nos rayons.” Les rumeurs changent perceptiblement d’une excitation fébrile à une forte déception. ”Je vous prie de bien vouloir nous excuser mes chers concitoyens pour la gêne occasionnée, mais cet inconvénient est nécessaire pour que notre établissement prestigieux puisse continuer à assurer toutes les missions dont il a la responsabilité pour les années à venir. Et ceci, nous ne saurons le faire sans votre soutien à nos côtés. Je vous adresse donc, en toute sincérité, un merci du fond de mon coeur. À une bonne et heureuse année, gloire à la République en cet An 5!”




    Égouts de Justice sous la GBI, Jeudi 2 Janvier à 22h

    Un rat sautille en faisant de petits bonds  pour passer de pavé en pavé sur l’accotement du tunnel de canalisation. Le petit bruit de ses pattes griffues sur la roche vaseuse et nauséabonde se perd dans le gargouillement continuel de l’eau qui s’écoule dans la rigole centrale du conduit. Ça et là, les masses de calcaire accumulé au fil du temps déforment la chaussée et les murs, forçant les rares personnes à les emprunter en faisant attention à là où ils mettent leurs pieds et leur tête. Le rat s’arrête soudainement, ses petits yeux de rongeur agressif viennent d’identifier la silhouette d’une sauterelle naine dans la pénombre quasi-totale qui règne ici-bas: c’est son repas du soir qui vient de se présenter à lui. Le nuisible sautille rapidement, il bondit sur l’insecte et le saisit en plantant ses deux dents acérées dans la carcasse de l’insecte. Il n’a cependant pas le temps d’entamer son festin qu’il est perturbé par une soudaine lumière dansante qui apparaît au détour d’un couloir. Filant en emportant son dû, le rongeur regarde d’un air curieux les ombres se mouvoir de façon anormale le long des paroies de l’égoût, il se faufile dans un coin plus tranquille et attaque enfin sa collation, mais ce que sa vision rendue approximative par la brusque clarté n’avait pas relevé, c’était que les formes qui se manifestent sur les murs ne sont pas qu’un simple jeu de lumière. La mâchoire d’un loup d’ombre se décolle du mur, prend subitement relief pour donner du volume à des dents carnassières et le muridé n’a pas le temps d’apercevoir les deux yeux rouges qui s’ouvrent du néant que la gueule de la bête se referme brutalement sur lui. Les glapissements de douleur sont intenses bien que trop bref, et les seuls qu’il ait pu pousser sont de toute façon masqués par les pas de trois hommes qui avancent en silence le long du tunnel, un d’entre eux portant une torche à la main.

    Vaenys Draknys, celui qui répand désormais son nom dans le territoire républicain sous le pseudonyme du Loup Blanc, est accompagné de deux alliés de circonstances: Séraphin F. d’Élusie et Altarus Aearon. En cette soirée fatidique pour la pègre de la République, le trio sinistre s’est infiltré dans les égouts de Justice avec un seul et unique objectif en tête, détrôner la Sinistrée. Des semaines d’enquête, de filature et d’investigation les ont mené d’hypothèses en déductions jusqu’à un des bâtiment les plus imposants et historique de la ville, la Grande Bibliothèque Ironsoul et son savoir inestimable, qui comporte d’après les trois comparses des secrets plus sombres que de simples recueils occultes ou feuillets de sciences perdus. Décidés à passer à l’action, leurs efforts coordonnés les mènent maintenant dans les souterrains de la cité administrative et plus précisément en dessous de la GBI, quelques tournants de plus dans des couloirs moisis à l’odeur nauséeuse et ils voient enfin quelque chose de plus intéressant que les immondice s’offrir à leur vue. La rigole d’évacuation bifurque pour s’enfoncer à travers le mur, tandis que la plateforme sur laquelle ils évoluent rejoint un petit couloir au fond duquel une grande porte en bois aux pentures rouillées et au bois à moitié pourri les accueille. Une fois s’être assuré qu’il n’y avait aucun signe d’activité de l’autre côté, le trio passe la porte et débouche sur une grande pièce au plafond voûté qui sert d’intersection entre plusieurs galeries sanitaires, des escaliers montent jusqu’à une plateforme sur laquelle une porte cette fois bien entretenue les surplombe. En gravissant les quelques marches, l’un d’entre eux fait un signe pour les mettre à l’arrêt en désignant au dessus de l’entrée la grande dalle de pierre sur laquelle figure l’inscription “Grande Bibliothèque Ironsoul”. Un léger courant d’air frais passe à travers la porte, apportant aux trois hommes un soulageant répit à la puanteur omniprésente des égouts tandis qu’un minuscule jour peut se percevoir à travers le pas de la porte.


    Objectifs:
    Espionner la Sinistrée (Gang): 0.8/1
    Identifier la Sinistrée (Chef): ?/1
    Fragiliser la Sinistrée (Gang) 1/1

    NOUVEAU: Mettre la main sur La Sinistrée (Chef): 0/1

    RÈGLES IMPORTANTES À LIRE:
    CENDRES
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Altarus Aearon
    Altarus Aearon
    Messages : 286
    crédits : 1086

    Info personnage
    Race: Humain-elfe
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1914-c-est-l-homme-qui-prend-la-mer-termine#16576https://www.rp-cendres.com/t2080-carnet-de-contact-d-altarus-aearon#17608https://www.rp-cendres.com/t2079-journal-de-bord-du-capitaine-aearon#17606
  • Jeu 8 Fév - 19:23
    Lors de son premier passage dans les souterrains de la cité, Altarus n'était pas demeuré assez longtemps pour subir la pestilence des eaux usées, qui stagnaient suffisamment longtemps pour que des algues vertes se forment, croissent et se décomposent en émettant d'immondes effluves. Cet air putride, n'ayant pas de cheminement vers la surface, finissait par imprégner les lieux peu aérés, se mêlant à l'odeur des détritus, des déjections animales comme humaines, et de temps à autre à celle de carcasses de toutes sortes. Cette fois, le demi-elfe était vraiment dans les égouts et il peinait à comprendre comment des hommes et des femmes arrivaient à s'habituer à cet endroit. Il regrettait presque de pas avoir sous la main un mouchoir imprégné d'huile essentielle de menthe poivrée, tant pour soulager son odorat malmené que pour avoir une substance pour parer à la migraine qui ne manquera pas de se manifester à un moment ou un autre à force de respirer cette atmosphère viciée.
     
    Altarus se retenait d'inspirer par le nez, redoutant d'avaler une goutte de l'eau infâme que le trio côtoyait ou qu'une venait à tomber du plafond, qui était peu engageant en termes de propreté. Par moment, il y avait des lambeaux qui pendaient telles des stalactites molles à la couleur incertaine, comme des toiles d'araignée… ou étaient-ce des racines ? Le vieux loup de mer ne s'y attardait guère, essayant de lutter contre la pestilence qui agressait ses sens. Même un port peu entretenu à marée basse avait bien meilleures odeurs ! Même une carcasse de rorqual sur une plage de galet ne sentirait pas aussi fort ! Il serra sa main gantée de cuir noir sur le manche en bois de la torche. Les flammes rendaient les ombres des trois hommes étranges et vacillantes.
     
    La levant à hauteur d'épaule, il était au milieu du groupe. Le Baron se trouvait derrière, et Seraphin en avant. Ses capacités lui permettaient de mieux cerner l'obscurité que la seule et lumière flamboyante ne pouvait pas complétement repousser. Dans ces couloirs nauséabonds, il y avait toujours le risque de faire de mauvaises rencontres. Pour l'instant, hormis le couinement des rats outrés d'être dérangés durant leur petit train-train quotidien, on n'entendait que le son des gouttes d'eau, perturbant le silence lourd et humide de ces cavernes artificielles. Le pirate n'avait qu'une hâte : respirer de l'air frais. Heureusement, après quelques détours au sein des chemins empestant de ces égouts, ils arrivèrent devant une porte en bois que l'air humide et pollué n'avait pas épargnée. Après s'être assurés que personne ne traînait derrière, qu'il n'y avait pas un comité d'accueil pour leur régler leurs comptes, ils l'ouvrirent. Le vieil homme crut que le battant allait s'effriter et totalement se déliter sous leurs mains.

    Quand ils débarquèrent dans une grande salle, l'environnement souterrain changea, annonçant la promesse de leur approche sur leur objectif. Après avoir parcouru quelques galeries quelque peu plus "propres", des escaliers se présentèrent. L'odeur des égouts, elle, demeurait toujours présente. En haut des escaliers, il y avait une porte. Ils gravirent tous les trois les premières marches. Seraphin, toujours en tête, leva sa main droite, pour faire signe de stopper, avant de désignant silencieusement le porcher de l'entrée close. L'énoncé était un peu plus clair. Ils étaient enfin arrivés. Un léger courant d'air repoussait les effluves écœurantes. Quel délice à sentir ! 

    Restait plus qu'à monter jusqu'à cette porte. 

    "Je vais tenter de voir si ce n'est pas piéger."Murmura le pirate juste pour se faire entendre de ses deux alliés. 

     S'il ne détectait rien, ils pourront franchir cette porte et se trouver au sein même de la Grande bibliothèque. 

    "Une fois là-haut, il faudra encore qu'on s'assure qu'il n'y a personne derrière cette porte. "poursuivit-il en léger murmure. "Après avoir ouvert précautionneusement cette porte, j'emploierai mon écholocalisation et un autre coup de sonde senseur. Nous sommes dans une Grande Bibliothèque, mais vu les récents évènements… Après, il nous faudra rejoindre les Archives... "

    Si la porte qu'ils avaient là-haut, au sommet des marches, n'était pas "piégé", bien entendu, Altarus emploiera sa magie comme énoncé.

    résumé des pouvoirs:
    Noble de La République
    Noble de La République
    Zelevas E. Fraternitas
    Zelevas E. Fraternitas
    Messages : 197
    crédits : 6753

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal mauvais
    Rang: B - Directeur de la Comptabilité
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1873-zelevas-d-elusie-fraternitas-la-poigne-de-mithril-terminehttps://www.rp-cendres.com/t3139-liens-de-zelevas-e-fraternitas#27228
  • Mar 13 Fév - 14:04
    Reprise de Justice.
    ACTION, TOUR 4


    Après avoir confirmé que la porte en chêne qui leur barrait le passage n’était effectivement pas piégée, Altarus enclenche précautionneusement la poignée pour l’ouvrir, prenant grand soin de restreindre son mouvement afin d’éviter les grincements traîtres. Rien qu’au pas de la porte, le jour et la nuit se fait entre l’intérieur de la pièce dans laquelle ils pénètrent et celle où ils se tiennent qui fait encore partie des égouts, le pavé est plus clair, rapidement recouvert par un paillasson qui a connu des jours meilleurs. Une lumière qui leur paraît bien forte en comparaison de l’obscurité ambiante des souterrains s’engouffre immédiatement dans les bas-fonds et les force à attendre quelques instants de plus que leur vision ne s’y adapte, Altarus qui ne perd cependant pas de temps pendant cette courte cécité utilise sa magie de détection, et si l’écholocation ne relève que trois présences vivantes situées à une dizaine de mètres de la porte vers sa droite, les retours du senseur magique affolé le surprennent malgré son apparente courte portée. Une myriade d’éclairages magiques est parsemée régulièrement tout au long de l’endroit, plusieurs signatures d’objets enchantés et d’illusions permanentes l’assaillent. Quel que soit l’endroit où ils pénètrent, il regorge d’une haute concentration de magie.

    Une fois l’éblouissement premier passé, le petit groupe peut enfin voir la cause de cette vivacité. La porte par laquelle ils accèdent au bâtiment semble déboucher sur une énorme salle remplie à ras bord d’étagères. Deux escaliers semi-circulaires bordent le côté où ils se trouvent et remontent vers un étage en mezzanine où sont dressés des rangées d’écritoires, là-haut, au mur, des dizaines de fenêtres à croisillons paraissent donner sur l’extérieur et sur un soleil radieux, pourtant le climat ensoleillé et chaleureux qui y est visible trahis la fausse nature de ces fenêtre illusoires qui n’ont pour but que d’égayer les lieux. Au sol plusieurs tables de lecture ainsi que des étagères de livres en rayons sont disposées pour faciliter l’usage de la pièce, et une multitude de lanternes magiques sont alimentées par la mana environnante pour éclairer le tout. Au milieu des deux escaliers, juste en face du groupe qui vient d’une porte dérobée sous un des colimaçon,, un globe géant encagé dans une grille dorée semble représenter un artéfact magique inconnu aux trois aventuriers, cette statue énorme paraît centrale à la disposition de la salle, et de là où ils sont, ils peuvent apercevoir un bon tiers de la pièce. En face d’eux une autre porte similaire est nichée sous l’autre escalier, tandis que plus loin sur leur droite, là d’où Altarus avait ressenti à l’écholocalisation la présence de trois individus, du bruit se fait entendre.



    Trois humains attablés devant une pile de livres décourageante discutent calmement, chacun avec un ouvrage à la main. La teneur de leur conversation échappe quelques peu au groupe à cause de la distance et du volume de leurs échanges, mais ils ne semblent pas avoir immédiatement remarqué la présence du Loup Blanc et de ses deux acolytes. Ce jusqu’à ce qu’une des trois figures ne se lève de son banc quelques secondes après leurs entrées et lève son livre à bout de bras, l’ouvrage quitte alors sa main comme par magie pour aller se reposer dans une étagère à l’autre bout de la pièce, et c’est là que d’un seul coup, le vieillard aperçoit les trois silhouettes lugubres qui ont fait irruption dans la pièce. Si la réaction du groupe est immédiate, celle des trois employés de la GBI l’est tout autant. Alors que le vieillard alerte subitement ses deux compagnons de la présence des intrus, le nom de Loup Blanc est hurlé dans le chaos soudain, la jeune fille se retourne brusquement vers le groupe avec un air de panique tandis que le garçon se précipite vers la grande double porte qui trône au fond de la salle. Un capharnaum de livres s’abat sur la pièce sous l’action précipitée des dons télékinétiques du vieillard qui espère entraver le groupe, les ouvrages et les reliures fusent en dehors des rayons qui paraissent vomir leur précieux contenu pour alimenter un tourbillon naissant.

    Objectifs:
    Empêcher l’alarme d’être donnée: 0/1
    Localiser OU Attirer la Sinistrée (Chef): 0/1
    Pacifier les employés:  0/1

    Carte de la salle:

    RÈGLES IMPORTANTES À LIRE:
    CENDRES
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Vaenys Draknys
    Vaenys Draknys
    Messages : 162
    crédits : 755

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2942-vaenys-draknys-le-prince-dechu-le-baron-roi-de-la-pegre-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2986-entretien-avec-un-vosdraak#25931https://www.rp-cendres.com/t2980-l-histoire-du-prince-dechu#25918
  • Hier à 18:42
    Reprise de Justice
    Feat. Altarus et Séraphin
    L’aveuglement temporaire provoqué par le contraste de luminosité entre l’intérieur éclatant du bâtiment républicain et l’obscurité profonde de la cavité d’où le groupe émergeait s’était dissipé après un court instant. Les prunelles améthystes et resplendissantes du Vosdraak se posèrent avec délicatesse sur les étagères emplies de livres qui se dessinaient face à lui. La lecture constituait sans aucun doute l’un des passe-temps favori du prince déchu et, il éprouvait une grande satisfaction à découvrir un lieu aussi impressionnant que fascinant tel que la Grande Bibliothèque Ironsoul. Cette dernière était sans l’ombre d’un doute l’un des plus grands bâtiments renfermant de nombreux ouvrages de la Nation Bleue. Il regrettait néanmoins que cette visite dut se faire clandestinement. À cause de cela, il fut privé de la possibilité de s’immerger pleinement dans la lecture d’ouvrages millénaires. Il ne fut pas déçu pour autant, l’histoire de la République n’étant pas celle qu’il voulait tant découvrir, étant donné son dégoût envers ses citoyens.

    L’irruption soudaine du groupe de Vaenys au cœur de l’immense Bibliothèque Ironsoul ne demeura point inaperçue. Les trois personnes semblant être affiliées à l’établissement se mirent en état d’alerte instantanément. Le pseudonyme récemment acquis par Vaenys, le « Loup Blanc », fut hurlé au travers des vastes étendues de la salle, tandis qu’il prit immédiatement l’initiative de se métamorphoser, de manière à prendre l’apparence qui allait avec ce nouveau nom. Désormais, le temps était compté et, cela, le groupe ne le savait que trop bien. Le prince déchu, d’un œil aiguisé, tentait tant bien que mal d’évaluer la situation de manière rapide et concise, observant de ses prunelles d’améthyste les trois individus qui semblaient être des employés. Le plus vieux d’entre eux semblait être celui qui usa de ses compétences télékinétiques pour éparpiller les ouvrages entre son groupe et celui du prince déchu. La jeune femme quant à elle, paraissait tétanisée par la présence des trois intrus dans la pièce et, le jeune homme se précipita avec hâte vers les majestueuses portes d’entrée.

    Une onde de confusion traversa l’être divin étant habité par l’esprit rusé de Vaenys Draknys, plongé dans l’incertitude quant à la marche à suivre pour faire face à cette alerte. Il lui manquait irrémédiablement de la préparation, des indications sur le fonctionnement de l’endroit qu’il venait de pénétrer car, le prince déchu ignorait tout de l’immense Bibliothèque Ironsoul et, de l’endroit exact d’où il venait d’émerger des ténèbres. Il n’avait pas la moindre idée du mécanisme d’alerte mis en place dans cette immensité républicaine. Il envisageait sans mal que, dans une nation où la magie tenait une place prépondérante, les employés disposaient certainement du pouvoir de senseur magique, mais aussi d’un moyen simple de donner une alerte d’intrusion, par voie magique par exemple. Petit à petit, mais rapidement, une stratégie commença à se dessiner dans l’esprit affûté du Vosdraak mais, pour la mettre en œuvre, il fallait à tout prix qu’il arrivât à distraire les trois individus qui barraient son chemin.

    Le visage légèrement plus vieux et marqué de cicatrices de la nouvelle incarnation du Vosdraak pivota doucement vers la droite, en direction du limier du Razkaal. Les iris d’un améthyste profond du prince exilé se fixèrent sur son acolyte, de manière à capter son attention. Alors, de légers murmures ténus s’échappèrent des lèvres de Vaenys, destinés au républicain, que ce dernier allait capter sans mal grâce à son ouïe certainement fine. « Je pense avoir un plan. Il est risqué mais, je pense qu’il a de grande chance de fonctionner. Cependant, je vais avoir besoin de votre plus grande discrétion. Je vais attirer l’attention sur moi pendant que vous, cher Limier, les neutralisez. Seulement, essayez de ne pas les tuer, ils pourraient nous être utiles pas la suite. » chuchota-t-il, essayant de rester discrets. Une fois son discours achevé, le regard du Vosdraak se déplaça jusqu’aux trois individus, ceux-là mêmes qui avaient déjà repéré le groupe du prince déchu.

    Le Vosdraak progressa sans la moindre hésitation en direction des employés de la Grande Bibliothèque Ironsoul. Si cela ne tenait qu’à lui, le prince déchu aurait déjà plongé l’ensemble de ses proies dans les profondes ténèbres de sa magie. Cependant, l’incertitude quant à la capacité de son nouvel allié, le limier du Razkaal, à naviguer dans l’ombre à l’aide d’une quelconque nyctalopie le freinait. De ce fait, il fit apparaître, directement depuis le sol de la pièce, une brume sombre et dense qui, rapidement, enveloppait l’atmosphère de la salle, brouillant la vue de ses adversaires. Naturellement, Vaenys avait pris soin de laisser le temps nécessaire à Séraphin pour se dissimuler dans une invisibilité et potentiellement, de se repositionner en hauteur, si tel était son désir. Il espérait que cette manipulation de la magie des ombres allait suffire pour brouiller un certain senseur magique de la part de ses ennemis et ainsi, permettre à Séraphin de pouvoir agir convenablement et sans obstacle.

    Le plan du Vosdraak était risqué, certes. Mais, comme l’on ne pouvait que trop bien le dire, même pour un prince. On a rien sans rien.

    Pouvoirs:
    CENDRES
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum