DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Pancrace

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Le prix d'une vérité macabre [Avec Seraphin]   I7Vm50z
    Gazette des cendres
    Hiver 2024
    Lire le journal
    #5
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    La marche du vent d'acier
    Derniers sujets
    Validation des RP de Ben [Reike]Aujourd'hui à 2:32PNJ
    [PA] Le Chant des RoncesAujourd'hui à 0:02Ersa Vatt'Ghern
    L'Équilibre de la ConcordeHier à 23:31Lyra Leezen
    Mon Voisin Du DessusHier à 23:17Cyradil Ariesvyra
    [Flashback] Le Pilon et le MortierHier à 22:57Lyra Leezen
    Sous pression — StadzankHier à 20:55Hizuk
    2 participants
    Aller en bas
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Kieran Ryven
    Kieran Ryven
    Messages : 72
    crédits : 983

    Info personnage
    Race: Drakyn
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Neutre Bon
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2655-kieran-ryven-terminehttps://www.rp-cendres.com/t2721-carnet-froisse-d-un-limier-kieranhttps://www.rp-cendres.com/t2732-journal-carbonise-kieran-ryven
  • Sam 23 Déc - 14:36
    Les murs du Razkaal paraissent comme un nid douillet après être sorti de cette cellule.

    Dans ce bastion aux mille tortures, cauchemars, obscurités, des murs qui contiennent ce qu'il y a de pire de notre civilisation, je pensais avoir tout vu. On m'a formé. On m'a montré et travaillé au corps des choses que l'homme moyen n'est pas capable de supporter sans entraînement, ou plutôt, un conditionnement. Un format qui me constitue aujourd'hui, pas en tant que personne, mais en tant que limier.

    Jusqu'au jour où cette carapace fricote avec un Titan. On se rend compte que l'armure mentale qu'on pensait avoir construite n'est finalement qu'une membrane insignifiante qu'on peut balayer du revers de la main. Le Razkaal n'est donc plus infaillible, et ses défenses ne peuvent empêcher à cette magie Titanesque d'entrer. Dans cette forteresse, je pensais que le prix de voir des choses horribles se compensait avec une sécurité inébranlable. Je me suis fourvoyé sur toute la ligne. Aucun endroit dans ce monde n'est sûr. Je suis sur le ponton qui donne sur un navire qui récupère l'officier Dosian, Professeur Natsk et Lieutenant Noirvitrail. Un immense silence planait jusqu'à leur départ. Eloïse avait effectivement donné des propositions qui pourraient nous aider dans l'investigation. Mais ça veut dire aller questionner des prisonniers qui ont un lien avec le syndicat ou bien de la pègre pour tenter de choper des informations, qui ont un lien direct ou indirect avec l'Assemblée. Mais ça veut dire recommencer de cuisiner des taulards et j'avoue ne pas avoir l'esprit assez renforcé pour y retourner.

    En regardant l'horizon, j'ai encore la voix de Kaiyo en tête. Une voix sourde qui résonne comme l'écho de mille vagues frappant la terre ferme. Je suis persuadé que c'est lui. Il a la République dans le viseur, et il n'est pas seul, l'Assemblée compte faire quelque chose. Me mordant les lèvres, les mâchoires et les poings serrés, je toise les quelques membres du Razkaal qui errent dans la Forteresse. Ils ne sont pas encore au courant du bourbier dans lequel nous sommes. Et dans tous les visages qui me viennent en tête, un seul me vient. La directrice ? Non, même si elle aura un rapport détaillé de la situation, mais bien... Seraphin. Si Gerbald m'a montré la voie du limier, Seraphin est celui qui m'a recruté. Il me connaît dans la majorité de mes aspects et je n'ai pas besoin de porter un masque lorsque je m'adresse à lui.

    J'ai conscience qu'il est rongé par de mauvais sentiments qui peuvent facilement dessiner des ambitions obscures pour le commun des mortels. Mais, nous avons suffisamment passé de temps ensemble, dans nos patrouilles comme nos missions, mais aussi des échanges qui m'ont ouvert les yeux sur qui il est vraiment, que je le vois difficilement autrement qu'un frère d'arme. Il a ses démons, et un jour, j'espère l'aider à les détruire pour de bon. Mais peut-être qu'il voit les choses autrement...

    En attendant, un rapport est prévu. Et il doit savoir.

    Le pas pressé, je commence à plonger dans les escaliers, pour remonter au niveau deux; l'Apaisée et l'Alarmée. Le salon des officiers, lieu de répit pour ceux qui détiennent les clés de l'enfer, est un sanctuaire austère, meublé de lourds sièges de bois sombre et éclairé par des luminaires vacillants. L'atmosphère y est chargée d'une tension palpable, comme si chaque conversation se déroulait sous le regard vigilant de l'ombre même de la forteresse. Et entre ces ombres, Sera s'y trouve. Malgré les années, Seraphin conserve une allure juvénile, son visage pâle marqué par de profondes cernes et des stigmates nocturnes. Élancé et athlétique, vêtu de cuir sombre et de sangles, il porte l'empreinte de ses nuits sans repos. Son corps est le récit silencieux de son combat éternel contre ses démons, une silhouette prédatrice parée d'outils discrets d'un assassin. Tout le monde doit s'en méfier, même moi. Je me racle la gorge pour me manifester avant de le surplomber, les traits préoccupés.

    « On a un gros problème. »

    Je regarde d'un côté comme de l'autre pour être certain de ne pas être entendu.

    « La Directrice va lire mon rapport, mais il faut que je t'en touche deux mots. J'aimerais éviter que ça s'emballe dans La Forteresse, raison pour laquelle il faudra maintenir cela secret en attendant ses ordres. »

    Je pousse un soupir qui en dit long avant de commencer à regarder le battant de la pièce.

    « On doit descendre à l'Implacable, faut que je te montre quelque chose. »

    Après tout, c'est dans cette cellule que sont sorties ces... Vérités macabres.
    Noble de La République
    Noble de La République
    Seraphin d'Élusie
    Seraphin d'Élusie
    Messages : 142
    crédits : 470

    Info personnage
    Race: Lycanthrope
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3067-terminee-seraphin-du-razkaal-d-elusiehttps://www.rp-cendres.com/t3164-liens-de-seraphin-d-elusie#27376https://www.rp-cendres.com/t3162-chronologie-du-limier-seraphin-d-elusie#27373
  • Mar 26 Déc - 0:23
     
    Journal du Limier
    Prison du Razkaal, bureau de Seraphin
    Assis au salon des officiers, Seraphin parcourt les dossiers éparpillés devant lui, une mer de paperasse où nagent les espoirs et les désespoirs des candidats Limiers. Ses doigts effleurent les pages, caressant le destin de ces âmes perdues, cherchant à trouver un sens dans ce monde chaotique. Ses pensées se perdent dans un labyrinthe philosophique, où chaque recoin révèle une vérité plus sombre sur la nature humaine.

    "Phantasme, avec sa voix éthérée et trompeuse, s'insinue comme une brume insidieuse dans ses pensées. Peut-être que ces candidats sont juste des ombres, des pantins dans notre grand théâtre de douleur."

    ...susurre-t-elle, évoquant ses vision infernales.

    Envie, avec sa voix aiguisée comme un poignard, injecte un venin de jalousie et de suspicion.

    "Ils veulent tous quelque chose de toi, Seraphin. Ils convoitent ta place, ton pouvoir. Ne leur fais pas confiance."

    ...gronde-t-il, éveillant un soupçon de paranoïa dans son cœur.

    Ces voix, tels des échos distordus, se mêlent aux dossiers que Seraphin range avec une précision obsessionnelle. Chaque feuille glissée dans le tiroir est un acte de résistance contre le chaos que ces entités cherchent à semer en lui. Alors tant bien que mal, le Limier luttait pour garder son propre flux de pensée à flot et ne pas succomber à celui de ses bourreaux. "Sommes-nous des fantômes dans une machine de chair, ou simplement des marionnettes dansées par le destin ?", songeait-t-il, avant d'être arraché à ses réflexions par l'arrivée de Kieran.

    Les yeux levés, son regard se posant sur le Drakyn aux tatouages enchevêtrés, un kaléidoscope de souvenirs et de batailles. Un sourire sincère, rare, illumine son visage pâle. "Kieran," salue-t-il de la plus pure des manières, une chaleur dans la voix qui contraste avec le froid ambiant du Razkaal. Les souvenirs de leurs missions communes surgissent, images d'une danse mortelle où chaque pas est calculé, chaque mouvement, un poème de violence et de survie.

    Lorsque Kieran lui parle du problème imminent, un frisson d'anticipation parcourt l'échine de Seraphin. Des secrets chuchotés dans les ombres du Razkaal, des vérités qui menacent de s'échapper. "Descendre à l'Implacable ?" murmurait le Limier,, la curiosité éveillant une lueur dans ses yeux.

    Sans même attendre de réponse à sa question, le lycanthrope se relevait alors, rassemblant les dossiers avec une précision maniaque, chaque feuille trouvant sa place dans un ordre presque obsessionnel. Ses gestes, méthodiques et élégants, trahissent une quête de contrôle, un besoin de mettre de l'ordre dans le chaos. Les dossiers glissent dans un tiroir verrouillé, une tentative de cloisonner l'incertitude.

    L'Implacable. Un nom qui résonne comme un défi, une promesse de secrets enfouis et de dangers insondables. Guidé par Kieran, le Prévot prenait alors la route des escaliers vers cet étage sombre et silencieux, où chaque cellule est un tombeau pour les âmes les plus tourmentées du Sekai. Les murs, épais et insonorisés, murmurent des histoires de folie et de désespoir, des échos de magie et de trahison. Comme à son habitude, il imaginait les visages derrière ces portes, les regards perdus dans l'obscurité, les pensées tordues par la solitude.

    Alors qu'ils avancent, Seraphin ne cessait d'être dévoré par une curiosité mêlée d'appréhension. Quels secrets Kieran s'apprête-t-il à révéler ? Quelles vérités macabres attendent-ils dans les profondeurs de l'Implacable ? Les ombres semblent s'étirer autour d'eux, enveloppant leurs pas dans une étreinte sombre et inquiétante. Et pourtant, il avance, poussé par un désir ardent de savoir, de comprendre ce qui se trame derrière les murs de la forteresse.

    "A quoi dois-je m'attendre ?" demandait finalement le d'Elusie qui cédait face au poids de l'attente.



    CENDRES


    Disclaimer : Ouvert à tout dans mes RPs : torture, blessure, infirmité, supplice psychologique, mort etc...

    Liens :
    Troupes - Démons
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Kieran Ryven
    Kieran Ryven
    Messages : 72
    crédits : 983

    Info personnage
    Race: Drakyn
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Neutre Bon
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2655-kieran-ryven-terminehttps://www.rp-cendres.com/t2721-carnet-froisse-d-un-limier-kieranhttps://www.rp-cendres.com/t2732-journal-carbonise-kieran-ryven
  • Mar 2 Jan - 15:13
    Je ne peux m'empêcher, de fouiller dans son regard pour trouver ces démons qui le bousillent un peu plus chaque jour. Trouver la fenêtre, comme si j'allais apercevoir un œil d'une couleur étrange et éthérique.

    Evidemment, je vais trouver que dalle. Seulement entendre sa voix douce qu'il parvient à me dire malgré ce qu'il le tourmente. Une partie de moi se sent impuissante face à cela, une autre aimerait mobiliser toute la magie possible pour les sortir de son hôte et leur défoncer vigoureusement la gueule. Silencieusement, je réponds d'un simple signe de tête, confirmant la descente vers l'Implacable. Avec toute la patience du monde, je le laisse récupérer ses affaires, en remarquant habituellement cette tendance à ce que tout soit impeccable. Une posture contrôlante qu'il applique dans tous les aspects de sa vie, que ça soit en patrouille avec moi, en mission, où bien lors de nos questionnettes envers les prisonniers du Razkaal.

    Et ainsi, nous descendons.

    Je marchais plus vite que d'habitude. Ma respiration, plus forte qu'à l'accoutumé. Mes poings,  étrangement serrés. J'ai encore la peau partiellement humide par la manifestation. Tout est encore frais, encore présent dans mon esprit, repassant la scène encore et encore comme un écho qui refuse de s'éteindre. Je ne fais même plus attention au décor de la Forteresse, qui étrangle d'une pression hostile n'importe qui, même les limiers les plus expérimentés. Sans même faire attention aux sanglots, au bruits de chaînes rouillées, aux porte massives qui  s'ouvrent et se ferment indéfiniment dans une résonnance sinistre. Seraphin me sort de ma torpeur, ma tête bouge doucement dans sa direction, mais mon regard trahit mon sursaut. Sa question, légitime, mérite une réponse aussi claire.

    « Au pire, pour nous, et la nation bleue. » Que je termine, grave.

    On s'arrête devant la porte. La porte qui contient tout ce merdier. J'avise Seraphin, une dernière fois, et pose une main sur son épaule. J'étais déjà inquiet, pour lui. Une histoire qui comprend l'intégrité de tout un peuple, avec l'arrivée possible d'un Titan, un scénario parfait pour un être stimulé n permanence par ses démons, mais aussi par ses volontés. Je le connais cynique, misanthrope et qui ne dérange pas son esprit à imaginer un monde brûler. Mes iris plonge dans les siens. Il sait parfaitement que je n'ai jamais ma langue dans ma poche, et que les termes seront toujours posé par soucis de transparence mais aussi de bienveillance.  

    « Mon ami, tu as plusieurs loups qui vivent en toi. Celui que tu nourris sera le vainqueur, choisis le bon. Je ne veux que ton bien, mon frère, je t'interdis de l'oublier. »

    Mes traits se durcissent.

    « Quant à vous, hantise démoniaque de mes deux... Ouais, c'est à vous que je parle. Écrasez, et laisser Seraphin bosser. » Que je siffle, dans un calme fébrile.

    Ma voix empeste la barbarie impitoyable et brutale du Reike, qui ne sourcille pas devant la menace. Sans un mot de plus, la poitrine gonflée, j'ouvre le battant et laisse à mon confrère le soin d'aviser la cellule. Attachée, suspendue au mur d'en face, la criminelle qui se faisait appeler la Princesse de Coeur n'était plus qu'un amas de chair auquel on avait dépossédé toute identité. Nue, la peau brûlée presque entièrement, on lui avait découpé chacun de ses membre et attaché ses moignons à des chaînes organiques qui semblaient injecter en elle d'étranges substances. De quoi la maintenir en vie de force. Avant qu'elle ne meurt par la magie titanesque de Kaiyo. Le corps, sans vie, bringuebale comme une carcasse de veau dans l'obscurité partielle de la pièce.  

    Ses yeux avaient été arrachées pour la plonger dans le noir absolu tandis que sa bouche avait été bâillonnée de force par plusieurs verrous dont moi seul possédais les clés. Enfoncée dans ses omoplates, deux barres noires du roi, s'assurant que la malheureuse ne pourrait utiliser aucune forme de magie quelconque. Ce qu'on pensait suffisant avant que...Bref.

    Je finis par croiser les bras sous mon torse. Dépité.

    « Est-ce que tu es au courant de la bataille qui a sévit à Kaizoku, les rangs de la république ont essuyé des attaques par une organisation terroriste appelée "L'Assemblée." Ca te parle ? Quand tu apprendras le fin mot de l'histoire, tu diras que je suis fou. Mais, trois autres témoins étaient avec moi. Je ne suis pas devenu taré, Sera. Je te le promets. »

    Seraphin n'est pas une bugne, autant partir sur ses connaissances propres avant d'étaler le vif du sujet. Parce qu'il lui faudra de quoi encaisser.  
    Noble de La République
    Noble de La République
    Seraphin d'Élusie
    Seraphin d'Élusie
    Messages : 142
    crédits : 470

    Info personnage
    Race: Lycanthrope
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3067-terminee-seraphin-du-razkaal-d-elusiehttps://www.rp-cendres.com/t3164-liens-de-seraphin-d-elusie#27376https://www.rp-cendres.com/t3162-chronologie-du-limier-seraphin-d-elusie#27373
  • Ven 5 Jan - 12:52
     
    Journal du Limier
    Prison du Razkaal, bureau de Seraphin
    Dans les couloirs crépusculaires du Razkaal, Seraphin avançait tel un spectre, suivant Kieran à travers ce labyrinthe de pierre et de souffrance. Chaque pas résonnait, écho lointain de sa propre histoire en ces murs qui avaient sculpté son âme. Les ombres dansaient autour de lui, comme pour rappeler la danse incessante entre la lumière et les ténèbres de son existence.

    Face aux sages conseils du Drakyn, le possédé ne mouftait point mot, ne trouvant nulle palabre pouvant donner réponse aux paroles de son ami. Le silence était la seule répartie qu'il pouvait avoir qui ne ferait pas tâche dans la situation présente.

    "..."

    Les murmures malveillants de ses démons intérieurs tissaient quant à eux une trame sombre, s'entremêlant avec la réalité, agacés d'entendre les instigations de celui qu'ils n'avaient jamais affectionné, du fait qu'ils représentaient pour Seraphin un certain salut pour lui, une menace donc pour eux.

    "Kieran, le grand chevalier errant, perdu dans sa quête d'illusions.""

    ... susurrait Envie, sa voix serpentant comme un vent froid dans les méandres de son esprit.

    "Un paladin égaré dans un monde sans honneur."

    ... ajoutait Cabale, avec un sourire narquois dissimulé dans l'ombre.

    Lorsque Kieran leur adressa la parole, un tourbillon de colère s'empara de Seraphin. Cabale, s'imposant avec force, changea l'essence même de son visage, le marquant de son empreinte démoniaque, tissant des tatouages méphistophéliques sur son minois et aiguisant ses traits au point d'en venir à douter de la nature humaine de celui qui se dressait devant le Drakyn.

    "Oh, Kieran, noble guerrier de pacotille,
    que sais-tu seulement de nos abîmes ?"

    ... lança-t-il, la voix chargée d'un mépris glacial. Puis, dans un sursaut de lucidité, Seraphin repoussa l'entité, se giflant, comme pour chasser les ombres de son âme, dissipant aussitôt les marques des ténèbres qui avaient fait surface. "Je... Pardonne-moi mon frère... ce n'était pas moi,"" murmura-t-il, la voix empreinte de remords.

    En pénétrant dans la cellule, Seraphin fut accueilli par un tableau dantesque. Le corps mutilé de la Princesse de Cœur, suspendu tel un pantin désarticulé, évoquait une symphonie tragique de douleur et de désespoir. Chaque cicatrice racontait une histoire, chaque plaie un poème de souffrance. Le spectacle était une fenêtre ouverte sur l'abîme, un rappel de la fragilité de l'existence.

    Face à Kieran, Seraphin sentit la gravité de l'instant. "Parle Kieran, n'omets rien. Tu es mon frère d'âme, je jure de te croire, quelles que soient les ténèbres que tu t'apprêtes à dévoiler ici."" Son regard, profond et confiant, cherchait dans les yeux de son ami la clé des mystères qui les entouraient. Dans l'air lourd du Razkaal, la vérité attendait d'être libérée, prête à déchirer le voile du silence.


    Disclaimer : Ouvert à tout dans mes RPs : torture, blessure, infirmité, supplice psychologique, mort etc...

    Liens :
    Troupes - Démons
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Kieran Ryven
    Kieran Ryven
    Messages : 72
    crédits : 983

    Info personnage
    Race: Drakyn
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Neutre Bon
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2655-kieran-ryven-terminehttps://www.rp-cendres.com/t2721-carnet-froisse-d-un-limier-kieranhttps://www.rp-cendres.com/t2732-journal-carbonise-kieran-ryven
  • Mer 10 Jan - 21:08
    La première fois que j'ai vu leur apparition, c'était étrange. J'en ai encore un bon souvenir.

    Un mélange d'appréhension, de crainte, et peut-être un peu de manque de confiance. Être certain que ce n'était pas Seraphin, mais bien ces créatures. Voir ce visage angulaire et cette voix éthérique qui lance un écho sinistre, ne m'a fait ni chaud, ni froid. Non, il empoigne mon cœur d'une empathie singulière. Le rappel que Sera' est dans une cage, sa propre cage dont il ne peut pas se libérer. Mon nez s'est juste retroussé - très rare - de colère. De dégoût, d'amertume. Ce n'est pas juste. Des démons qui se revendiquent d'une certaine puissance et qui se cachent dans un corps qui n'a rien demandé. Qui n'a pas de socle corporel pour exprimer leurs desseins aussi odieux qu'eux-mêmes.

    Pour moi, ce n'est, ni plus ni moins, que trois petites biquettes qui font du bruit dans le coin d'un pré. Et je donnerais cher pour les décapiter, toutes.

    Une main affective finit sur son épaule, un regard doux, mièvre, presque doucereux, avant de tenir son bras qui s'est levé pour se gifler lui-même. Seraphin, lui, n'avait que mon estime et mon admiration. Il dort avec ça, mange avec ça, pense avec ça, parle avec ça. Tout le temps. Ce cauchemar ne s'arrête jamais et il trouve le moyen d'avoir un esprit lucide, des idées claires et même un temps pour la réflexion, comme aujourd'hui, ici. Je ne prendrais même pas la peine de répondre à ces trois-là. Seul, le Prévot compte.

    « Je t'interdis de t'excuser, je sais reconnaître mon ami... De mes ennemis. »

    Adossé désormais à l'un des murs de la cellule, mes yeux ne peuvent quitter la carcasse qui continue de se balancer comme un pendule cadavérique, d'avant en arrière. Sur des grincements qui nous rappellent que le Razkaal et ses espaces ne sont plus tout jeunes. J'avais la confiance du Lycan, et ça me suffisait. Je commence à me rapprocher du corps de la Princesse de cœur, arrive à son dos, et commence à retirer l'un des clous que j'ai enfoncés dans le système nerveux de sa colonne vertébrale.

    « Un Titan a toqué à notre porte, Seraphin. Le Razkaal et ses défenses étaient aussi utiles qu'une paire de claquettes dans le grand Nord. »

    J'arrache un deuxième clou, et les pose sur l'établi dans lequel je me servais en outils pour la torturer et arracher des informations.

    « À Kaizoku, il y a eu une grande bataille. Nos chers soldats de la République, les pirates, et... L'Assemblée. L'une de leurs lieutenantes est en face de toi. Princesse de Cœur. Elle n'a pas moufté d'un millimètre durant une grande partie de ma questionnette. »

    Je m'essuie les mains avec un chiffon déjà bien crade.

    « Puis elle a commencé à négocier. Des réponses contre sa condition. J'ai fait ça bien. Elle nous a donné l'organigramme d'une grande partie de nos futurs ennemis. Mais pas que. La plupart vivent dans la République depuis des années. Trois sœurs, des figures mineures, et une Mère, disait-elle. Elles se sont infiltrées chez nous, chez les MAGIC, la GAR, en mentant, séduisant et soudoyant, et en manipulant. Apparemment, la Reine de Pique serait la plus forte, et qu'il faudrait s'en méfier. »

    Je me tourne dans sa direction.

    « Une partie de ce que tu as pu voir dans notre nation est peut-être dû à leur influence et on n'a rien vu depuis tout ce temps. Je ne sais pas si tu saisis l'ampleur de cette putain de supercherie, Sera'. Les votes, les élections, les trafics d'informations, des décisions cruciales... Elles ont mis leurs ongles crochus dedans. Et pour finir... »

    Mes deux poings se posent doucement sur le bois de l'établi, qui craque sous le poids.

    « Notre chère Mairesse. Koraki Exousia. "La Seraphin", ou "la Mairesse de l'Assemblée"; qui mutualiserait tout ce beau monde et qui les gouverne toutes. Elle n'a fait que parler d'elle durant tout l'interrogatoire. Évidemment, sans dire son nom. Mais est-ce qu'on connaît beaucoup des Maires à la République ? On a eu pas mal d'informations sur chacune de ces femmes, leurs pouvoirs, leur rôle, et leur projet en République ; prendre le pouvoir. »

    Un long soupir me trahit.

    « Et juste après... »

    Je me déporte et marche jusqu'à la fenêtre, qui ne dégage désormais plus aucune lumière. Pourtant, j'ai l'impression qu'elle y est encore. Me fixant comme un œil qui ne cligne pas.

    « Une étrange lueur est sortie de cette fenêtre. Et notre chère taularde s'est fait posséder par nul autre que le Titan Kaiyo. Tu aurais vu son visage, déformé, de la lumière dans ses orbites arrachées... "République, entends mes mots et prépare-toi à la guerre. Aux ides de Janvier, lorsque sonnera l'heure des Sorcières, ta maison brûlera et tu pleureras la perte de ta mère." »

    Un frisson parcourt ma colonne.

    « La Princesse de Cœur finira morte, noyée, et plus un mot n'est sorti de sa bouche. Quelque chose se prépare, Sera, et ce n'est pas bon du tout. Les Limiers ne sont plus en sécurité au Razkaal, aucune magie défensive n'a pu contrer quoi que ce soit de son intervention, l'Assemblée est dans la moelle de notre nation, et le Titan des Océans nous déclare la guerre avec ces femmes, surpuissantes. »

    Mes traits se durcissent.

    « Beaucoup de gens vont mourir, et je n'ai pas envie de partir en guerre, encore une fois. Mais nous n'aurons pas le choix. Trop de morts, trop de sang versé, pour quoi ? Les foutus rois, les foutus territoires, les foutus titans, les foutus pouvoirs. Ça n'a plus de sens. Des familles vont encore pleurer, et des gens vont perdre leurs terres. L'homme est bouffé par la soif et la colère, une fièvre... Qui le rend bien cruel. »

    Je me redresse de toute ma masse, les mâchoires serrées, une main sur la garde de Portecendres. Le regard dans le vide, qui hurle ma lassitude. Mon désespoir. Me battre, c'est ce que je sais faire le mieux. Mais aujourd'hui, j'en ai marre.

    Mais dans la prochaine lune, le Razkaal aura besoin de ce combattant.
    Noble de La République
    Noble de La République
    Seraphin d'Élusie
    Seraphin d'Élusie
    Messages : 142
    crédits : 470

    Info personnage
    Race: Lycanthrope
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3067-terminee-seraphin-du-razkaal-d-elusiehttps://www.rp-cendres.com/t3164-liens-de-seraphin-d-elusie#27376https://www.rp-cendres.com/t3162-chronologie-du-limier-seraphin-d-elusie#27373
  • Jeu 18 Jan - 14:34
     
    Journal du Limier
    Prison du Razkaal, bureau de Seraphin
    Le Limier aux reflets argentés, perdu dans l'antre sombre de son bastion, se tenait stoïquement face à son confrère, absorbant ses paroles avec une intensité qui trahissait la tempête intérieure se tramant en son for intérieur qu'il tentait de maîtriser. Ses bourreaux, ces échos intérieurs malicieux et moqueurs, tissaient une toile de sarcasmes autour de son esprit, mais leurs voix n'étaient que murmures impuissants face au réconfort que les paroles du Colosse apportaient.

    "Voir quel quelqu'un te tient en haute estime... Pathétique. Allez vous suçotter le dard qu'on en finisse, vous n'êtes bons qu'à ça... pédérastres des mes couilles."

    ... raillait Envie, sa voix éthérée tentant de pénétrer l'armure mentale du Fraternitas. Mais les mots de Kieran étaient un baume, une lumière dans les ombres, et même les ombres ne pouvaient obscurcir la vérité que portait son cœur.

    Cabale, avec son timbre grave et son rire silencieux n'en mordait pas moins lui aussi, bien motivé à insuffler le doute :

    "Sera-t-il toujours à tes côtés lorsque tu devras choisir ton camp, oh hôte de nos cauchemars ?"

    Mais le Limier découvrait ici la valeur d'une fraternité forgée dans les flammes de l'adversité, une forteresse contre laquelle même les flots tumultueux de l'enfer ne pouvaient prévaloir.

    Cependant, cet instant bienheureux fut vite éclipser par les nouvelles palabres du Drakyn. Seraphin absorbait alors chaque mot de Kieran, pesant l'écho de chaque révélation avec la gravité d'un sage contemplant les arcanes du destin. Chaque syllabe résonnait comme le martèlement d'un forgeron divin, façonnant l'acier de son âme pour une guerre à venir, inéluctable et terrifiante. Lorsque la prophétie titanique fut dévoilée, un cataclysme émotionnel balaya le Prévot, un tumulte intérieur où se mêlaient effroi et fascination, le désir ancestral de destruction luttant contre la fraternité forgée dans le combat. L'homme qui se tenait devant le Razkaal n'était plus seulement le chasseur de l'ombre, mais un être à la croisée des chemins, tiraillé entre l'appel du néant et la lumière vacillante de l'amitié.

    Des pensées d'une densité suffocante éclataient en lui, des fragments de philosophie sombre et de raison éthérée s'affrontant dans un duel sans merci. La voie du Limier était pavée d'incertitudes, chaque pas vers l'avant résonnait de l'écho des possibles, un chorus des futurs qui auraient pu être et qui pourraient encore advenir.

    Luttant pour revenir à la surface de sa propre mer intérieure, il retrouva enfin la rive de sa détermination. "Je te remercie, frère", répondit-il avec une voix où vibrait la sincérité d'un guerrier sans oripeaux, "ensemble, nous nous devrons d'écrire la fin de ce chapitre funeste", répliquait-il, incapable de déterminer lui-même si ses propres paroles portaient ou non un semblant de vérité.

    Là, sous le poids impie et millénaire du Razkaal, le futur restait un voile indéchiffrable, une toile de possibles tissée par des mains invisibles. Mais dans le regard de l'homme aux cheveux de lune, un éclat de résolution brûlait, un phare dans la nuit des siècles.

    "Pour la République, pour nos frères et sœurs d'armes, nous tiendrons le cap", proclama-t-il, sa voix se levant comme un étendard contre les sombres murmures de ses démons alors qu'il n'avaint encore aucune idée de ses réels propres motivations. "Et quand le crépuscule de cette bataille s'éteindra, nous saurons qui nous sommes réellement."

    Seraphin se dressait ainsi - au moins en apparence - prêt à affronter la tempête, les chaînes de ses bourreaux tintant comme un défi lancé à l'univers. "Nous sommes les enfants de la République, et nous ne céderons pas", déclarait-il, sa parole résonnant comme le coup de tonnerre qui précède la bataille, promesse d'une tempête à venir, tandis qu'il déployait son bras arché vers son confrère, l'invitant à sceller ces ardentes promesses dans le creuset de leur amitié guerrière.


    Disclaimer : Ouvert à tout dans mes RPs : torture, blessure, infirmité, supplice psychologique, mort etc...

    Liens :
    Troupes - Démons
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Kieran Ryven
    Kieran Ryven
    Messages : 72
    crédits : 983

    Info personnage
    Race: Drakyn
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Neutre Bon
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2655-kieran-ryven-terminehttps://www.rp-cendres.com/t2721-carnet-froisse-d-un-limier-kieranhttps://www.rp-cendres.com/t2732-journal-carbonise-kieran-ryven
  • Ven 9 Fév - 19:59
    Observer Seraphin, c'est comme voir plusieurs reflets dans un miroir cassé. Chacun de ces reflets projette une expression et une énergie différente. Un qui est vicieux, un second qui est destructeur, le suivant très méprisant et sinistre, un autre très animal, et le dernier, celui d'un enfant qui plonge ses fines mains dans sa crinière pour supplier que ce calvaire s'arrête. Quand on connaît le Prévot, on peut voir que ce conflit éternel danse systématiquement dans ses yeux ambrés.

    J'avais parfaitement conscience de ce que je faisais ; lui parler d'un chaos potentiel dans notre monde et qu'il devait faire un choix.

    Mais ce choix, il ne le fera jamais seul tant que je suis là, à ses côtés. Je vais laisser le silence s'étirer, le temps de digérer ces informations, de les traiter, et de voir en lui qu'il peut lui aussi faire le choix, le bon choix. Certains hommes sont sans but logique. On ne peut les acheter, les intimider, les raisonner ou négocier avec eux. Certains hommes veulent juste voir le monde brûler. Seraphin d'Élusie ne fait pas partie de ces hommes, et j'en suis persuadé. Soudainement, il revient à lui, comme une ascension une nouvelle fois affreuse à traverser. Revenir à la surface d'un bassin rempli par les flammes, et qui ronge son esprit comme un bûcher qui refuse de s'éteindre.

    D'une voix fluette qui veut s'armer de conviction, il pose les termes. Même si l'écho de ces mots baigne dans l'incertitude.

    « On ne peut pas les laisser faire. » Que je renchéris, ferme et convaincue.

    Puis, habitée par une énergie nouvelle, c'est mon regard qui s'assombrit, le détournant aussitôt. Je n'en ai jamais eu rien à faire de la République. Tout comme le Reike après notre défaite contre Tensai. Je suis fatigué, las, ennuyé, et terriblement déçu que chaque pouvoir qui gouverne un état songe au sang et au conflit plutôt que de s'unir contre l'adversité et embrasser une paix qui baignerait tout le monde dans une sérénité inestimable. L'utopie n'existe pas, mais la dystopie non plus. Mais je pense que la nature et le monde nous équilibrent ce bien avec suffisamment de ténèbres pour nous l'infliger entre nous. Le monde n'est pas tout rose, mais notre peuple peut s'unir.

    Il arrivera un jour où ma lassitude ira bien plus loin que les desseins du Razkaal, mais ça voudrait dire que j'aurais carrément laissé tombé l'idée que je suis capable de nettoyer le monde de tous ces criminels. Mais ce jour n'est pas arrivé. Alors, peut-être que Sera a raison. Oui, peut-être que nous saurons qui nous sommes réellement. À la guerre au Reike, je pensais être un soldat de l'empire, je me suis trompé. Aujourd'hui, je suis un membre de la république, et un geôlier du Razkaal.

    Me serais-je trompé également ?

    Le loup blanc, armé d'une énergie qui devient contagieuse, se retrouvera bousculé par une claque sur l'épaule, amicale et chaleureuse.

    « Nous sommes les enfants du monde, et on doit le protéger à tout prix. »

    Un sourire s'affiche difficilement sur mes traits. Je ne serais jamais un patriote de la république, par contre je sais que des innocents qui n'ont rien demandé vont mourir à cause de personnes qui ont des idées aussi viles qu'eux-mêmes. Et si on peut éviter ce bain de sang, un renversement du pouvoir et une civilisation à son extinction... Je serais en première ligne, comme d'habitude. Mais revenons à notre affaire.

    « Une professeur de MAGIC qui m'accompagnait m'a demandé qu'au regard du potentiel implication du syndicat et de la pègre de questionner des potentiels incarcérés qui ont trempé dans ces deux organisations. Tu crois qu'on peut en sortir des informations ? »

    Je n'ai pas envie de partir dans des aventures qui peuvent être évitées, mais il est clair qu'il faut balayer un maximum de pistes.
    Noble de La République
    Noble de La République
    Seraphin d'Élusie
    Seraphin d'Élusie
    Messages : 142
    crédits : 470

    Info personnage
    Race: Lycanthrope
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3067-terminee-seraphin-du-razkaal-d-elusiehttps://www.rp-cendres.com/t3164-liens-de-seraphin-d-elusie#27376https://www.rp-cendres.com/t3162-chronologie-du-limier-seraphin-d-elusie#27373
  • Sam 17 Fév - 2:47
     
    Journal du Limier
    Prison du Razkaal, bureau de Seraphin
    Devant les ombres mouvantes du Razkaal, Seraphin, l'âme encore vibrante des mots de Kieran, sentait les liens de leur fraternité se resserrer, telle une armure invisible les protégeant des tempêtes à venir. "Les enfants du monde, tu dis ?" répéta-t-il, un sourire espiègle éclairant son visage meurtri par les batailles passées. "Je préfère cela à n'importe quel titre que la République pourrait nous offrir."

    La claque amicale de Kieran, bien que lourde, ne fit que renforcer sa résolution. "Protéger à tout prix... C'est une quête qui transcende les frontières de ce monde déchiré par la guerre et la soif de pouvoir." Sa voix, portée par l'ombre et la lumière de leur sanctuaire maudit, était empreinte d'une gravité nouvelle.

    Puis, la proposition de Kieran de questionner les incarcérés liés au syndicat et à la pègre résonna en Seraphin comme un appel à l'action. "Des informations ?" murmura-t-il, la lueur de l'astuce dansant dans ses yeux. "Les murs du Razkaal ont plus d'oreilles qu'on ne le pense, et les langues se délient facilement dans l'obscurité... Nous trouverons nos réponses, frère. Et s'il le faut, nous ferons trembler les fondations mêmes de ce monde pour protéger ceux qui ne peuvent se défendre."

    Se redressant, le Limier semblait déjà tracer dans son esprit le chemin tortueux de leur prochaine aventure. "Je dis que nous commencions par les ombres les plus profondes, là où la lumière du Razkaal peine à percer. Là, nous dénicherons nos rats, et de leurs murmures, nous tisserons le filet qui capturera nos proies."

    Un rire complice s'échappa de ses lèvres, témoignage de l'excitation guerrière qui bouillonnait en lui. "Allons, Kieran, façonnons notre légende, non pas comme les enfants de la République, mais comme les gardiens de ce monde. Que notre alliance soit le phare guidant les égarés dans cette nuit sans fin."

    Dans le silence qui suivit, seul le bruissement des flammes du Razkaal témoignait de leur serment silencieux. Ensemble, ils se dressaient, deux âmes liées par un destin plus grand que leurs propres vies, prêts à affronter les abîmes pour une cause qui dépassait l'entendement.


    Disclaimer : Ouvert à tout dans mes RPs : torture, blessure, infirmité, supplice psychologique, mort etc...

    Liens :
    Troupes - Démons
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Kieran Ryven
    Kieran Ryven
    Messages : 72
    crédits : 983

    Info personnage
    Race: Drakyn
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Neutre Bon
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2655-kieran-ryven-terminehttps://www.rp-cendres.com/t2721-carnet-froisse-d-un-limier-kieranhttps://www.rp-cendres.com/t2732-journal-carbonise-kieran-ryven
  • Lun 19 Fév - 12:40
    Oui, voilà la ligne d'arrivée.

    Et je ne la franchie pas seul, Sera non plus.

    Sentir ses propres paroles faire écho dans le cœur de son vis-à-vis peut être quelque chose de simple, mais pas avec le Prévot. Pas avec la Légende du Razkaal. Il était le reflet macabre d'une Forteresse abîmée, usée, en putréfaction, et qui tient encore debout par un mystère que personne ne désire élucider. Chacune de mes phrases était une joute contre les forces néfastes qui le rongent à petit feu. J'en avais conscience, mais c'étaient mes seules armes. Alors, j'essaie de ne pas réagir à ce sourire espiègle et me contente de garder le corps de ses réponses comme vérités.

    Mais, rien ne dit que nous pourrions nous rencontrer dans un carrefour de divergence morale et dresser nos armes l'un contre l'autre. Puisse les Astres nous en préserver.

    Il n'en reste pas moins habité par une motivation nouvelle, qui devient contagieuse. Ma journée ne fait que commencer, pour autant, j'étais sur la situation de la Princesse il y a maintenant une heure. Il y a encore des questions à poser. Il y a encore des obscurités qui attendent qu'on les éclaire. Il y a encore des éléments qui peuvent nous aider dans l'épreuve de la nouvelle année. Sur sa décision, je lui réponds silencieusement de la tête, renforçant mon esprit pour plonger dans les abysses du Donjon.

    « Les gardiens du monde... » Que je susurre, le regard perdu.

    Un Gardien du Razkaal, mais un tortionnaire. Un Gardien, mais un bourreau. Un Gardien, mais un tueur. Si quelque chose de puissant m'écoute, j'aimerais pouvoir apporter autre chose que du sang et du carnage, mais c'est à ça que je suis le meilleur. Je pensais qu'en m'occupant des criminels de la plus brutale des manières, je deviendrais un Dragon dont l'ombre serait une crainte pour ceux qui osent faire du mal à quelqu'un, et une protection pour l'environnement et les habitants vulnérables qui veulent bien s'y abriter.

    Est-ce que c'est ce que je suis vraiment ? Ou, je me voile la face ?

    Sur son rire, plein de bonne volonté et d'une détermination guerrière qui le caractérise si bien, je n'aurais qu'un timide sourire et un regard empli d'une réflexion qui me tourmente en retour. Il faut se ressaisir. Pour l'instant, je suis là, et j'ai du travail, et ce travail consiste à faire le ménage dans ce monde pourri de personnes malveillantes qui cultivent le chaos avec un amour insensé. Je récupère une torche, ouvre la porte, laisse évidemment le Prévot sortir en premier, et, après un dernier regard à la carcasse de la Princesse, je ferme la cellule.

    Nous allons descendre, en y laissant évidemment une partie de nous-même. Tel est notre fardeau, mais un fardeau que je porte pour une cause que j'évalue juste. Même si cela veut dire abîmer des personnes, détruire et briser leurs âmes, les punir par des châtiments discutables.

    Qu'il en soit ainsi.

    ***
    **

    Les heures vont défiler. Les questions aussi. Mais les réponses, hélas... Bien trop timides.

    Cellule après cellule, les captifs se retrouvent entre nos mains qui n'ont rien de bienveillantes. Nous fermons les portes de notre bonté, de notre humanité, et se dégagent de nos silhouettes macabres deux entités sinistres et sans pitié qui viennent châtier les occupants du Razkaal, d'une main de fer dans un gant de fer, avec la douceur d'une chaîne rouillée sur des plaies béantes. Les uns après les autres, c'est le même cauchemar, les mêmes supplications, seuls les souhaits changent. Certains veulent mourir, d'autres veulent sortir, le reste ne parvient même plus à répondre et souhaite simplement qu'on les laisse là.

    Arracher des informations sur la pègre était une chose facile, tout comme avec le Syndicat. Mais rien de ce que l'on sait déjà sur l'Assemblée. Trop bas dans l'organigramme, ou bien s'arrêtant qu'au stade de rumeurs sur des femmes capables de choses surpuissantes, des ordres de missions annexes qui n'ont pas de réels impacts sur la République, leur témoignage est la preuve de l'efficacité de ces sorcières d'un pouvoir que je ne veux même pas imaginer.

    Fermant la dernière cellule, dans laquelle je plie un tablier que j'ai évidemment imbibé de sang, Seraphin et moi-même laissons un silence qui en dit long. Nous avons fait ce que nous pouvions. Reste à trouver une solution pour que les défenses du Razkaal puissent prévenir des manifestations magiques de ce genre de puissance, ou bien des prisonniers qui sont parvenus à fuir par le passé. On va devoir faire sans pour le moment, mais ce qui est sûr...

    ...C'est que nous serons là, le moment venu.

    Et ces sorcières ne savent pas encore de quoi des Limiers sont capables de faire.
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum