DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Pancrace

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Les chaînes de l'Océan [Isolde] I7Vm50z
    Gazette des cendres
    Hiver 2024
    Lire le journal
    #5
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    La marche du vent d'acier
    Derniers sujets
    Validation des RP de Ben [Reike]Aujourd'hui à 2:32PNJ
    [PA] Le Chant des RoncesAujourd'hui à 0:02Ersa Vatt'Ghern
    L'Équilibre de la ConcordeHier à 23:31Lyra Leezen
    Mon Voisin Du DessusHier à 23:17Cyradil Ariesvyra
    [Flashback] Le Pilon et le MortierHier à 22:57Lyra Leezen
    Sous pression — StadzankHier à 20:55Hizuk
    2 participants
    Aller en bas
    HO HO HO !
    HO HO HO !
    Capitaine Saumâtre
    Capitaine Saumâtre
    Messages : 63
    crédits : 207

    Info personnage
    Race: Triton
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3178-terminee-sous-l-ocean-sous-l-oceaaaannn-capitain-saumatrehttps://www.rp-cendres.com/t3198-journal-de-bord-sale-chronologie-de-saumatre#27729
  • Lun 1 Jan - 22:06


    Il faisait bon vivre en cette délicate soirée à Brumerive. Comme d'habitude, les nombreux pirates rassemblés dans le refuge se plaisaient à s'alcooliser, à chanter entre membres d'équipages et à se rendre dans les nombreux bordels de la zone. Cependant, près de la rive ouest, se tenait au niveau d'un des pontons un attroupement spécial. Débarquant quelques caisses d'un trois mâts impressionnant et grognant presque entre eux, une multitude de sirènes et tritons venaient décharger leur bateau avec empressement tandis que deux figures aux visages inquiétants les observaient tout en adoptant visiblement un faciès agacé. C'était là que se trouvait l'équipage du Capitaine Saumâtre.

    - J'espère qu'on aura des acheteurs fiables, cette fois.

    La remarque fusa comme un coup de poignard dans les côtes du triton. Ce dernier, affichant une mine agacée huma l'air afin de repérer quelque chose, n'importe quoi, qui aurait pu lui permettre de ne pas participer à la traite à venir. Malheureusement pour, seules les odeurs caractéristiques de la mer et du sable ne vinrent chatouiller ses narines, le forçant à soupirer longuement tandis qu'il venait prendre une des chopes se trouvant près du ponton permettant l'accès au navire. Puis, d'une traite, le pirate laissa le liquide alcoolisé glisser dans sa gorge épaisse.

    - Tu pourrais me faire confiance frangin. Ca mangerait pas de pain.
    - Premièrement, j'aime pas le pain je préfère la viande. Et ensuite, on pourrait aussi organiser les ventes autre part que sur notre navire. Faut croire que proposer à des gens fortunés de monter sur le pont d'un bateau composé d'un équipage d'individus habitués à enlever précisément ce genre de personnes, c'est pas super vendeur.
    - Hey. C'était pas ton idée?
    - A cause de qui? C'est pas moi qui a emmené la fille d'une des maquerelles de Brumerive à la vente de l'été dernier.
    - Je savais pas!
    - "Madame Irma, fille de la Viviane oeil-fou". C'est vrai que ça prêtait à confusion.
    - J't'emmerde Saumâtre.
    - Moi aussi je t'aime. Bon. C'est dans combien de temps cette vente à la con?
    - Dans une heure à peu près.
    - Super. Bha tu sais quoi. Vous préparez tout ça, moi j'vais aller voir ce qu'il se passe dans la "ville".
    - Vraiment?
    - Ouais. C'est un avantage d'être le capitaine, faut croire. T'inquiète, j'irais pas au bordel sans toi.
    - J'espère bien.

    Un rire rauque, des deux intéressés, puis enfin Saumâtre parvient à quitter le reste de son équipage. Marchant d'un pas grognon contre les planches de Brumerive, le triton laissa son regard jaune glisser sur toutes les formes et silhouettes qui évoluaient dans le refuge. Des pirates. Des pirates... Et encore des pirates. C'était logique, en soit, d'en trouver dans un territoire comme celui-ci seulement... L'exilé d'Aquaria aurait préféré apercevoir directement des acheteurs potentiels. Si ses petits camarades venaient plus tard à la vente, ce ne serait que pour acheter les esclaves capturés pour ensuite les revendre plus cher le lendemain dans de meilleures conditions. Un long soupir se faufila alors entre les dents de l'être main tandis qu'il relevait la tête. Il avait soif. Toute cette histoire, ça lui donnait soif. Et c'était toujours le bon moment pour boire, et avoir soif. Entrant comme une brute dans l'une des tavernes du refuge, c'est un Saumâtre patibulaire qui pénétra dans l'établissement avant d'aller s'accouder au comptoir, grognant presque pour lui même.

    - Salut Saumâtre, pas l'moral?
    - 'Lu Billy. Comme d'hab. Tu sais que parfois j'préfère être en mer qu'ici.
    - La vente d'esclaves?
    - La vente d'esclaves.

    Deux rires fatigués, tandis que le tenancier venait essuyer une choppe moins sale que les autres. La déposant devant le capitaine de la Renégate, l'humain attrapa deux boissons qu'il vint déposer devant lui.

    - Rhum, ou bien du vin?
    - Rhum.

    D'un signe de tête approbateur, le tenancier commença donc à verser rapidement le contenu alcoolisé dans la chope du capitaine. Une fois la tâche réalisé, il laissa la bouteille sur place avant de se détourner de son consommateur pour aller prendre d'autres commandes. Ricanant doucement pour lui même, l'exilé se retourna doucement tout en prenant la chope, commençant à en boire le contenu tandis que ses pupilles fendues venaient analyser les différents clients. Des marins perdus, des officiers corrompus venus chercher un peu de plaisir, des membre de l'armée paumée et bientôt morts, encore d'autres pirates.... Encore une fois, un florilège certes varié mais sans grand intérêt pour les petites affaires de Saumâtre. En soit, ce n'était pas très grave, les esclaves qui n'étaient pas venus à Brumerive se revendaient bien à la pègre reikoise ou encore à quelques fanatiques shoumeien recherchant des sacrifices pour leurs dieux à la con. Donc au final, la mauvaise humeur du pirate tenait plus de son caractère natif que d'une véritable contrainte. Il fallait avouer que la dernière capture s'était déroulée sans le moindre accroc. En fait, elle avait été tellement simple qu'ils n'avaient même pas eu à combattre. Et comme l'équipage s'était fait chier, le capitaine avait dut inventer un nouveau jeu.

    Sélectionnant au hasard l'un des malheureux captifs, le triton était venu attacher ce dernier aux cordes de mats, suspendus à une poulie de soutien. Puis, plaçant un sac sur la tête du pauvre homme, il avait commencé à tourner doucement la poulie, après avoir fait plonger sa victime dans l'eau. Le bruit du corps râclant contre les crustacés accrochés à la coque de la Renégate avait été aussi satisfaisant que les énormes flaques de sang que le corps lacéré avait fait pleuvoir sur le pont. Seulement, le pauvret était mort avant même le deuxième tour. Alors ils étaient tous restés un peu sur leur faim, et cela avait encore plus agacé le triton vengeur.

    Terminant sa gorgée dans un énième soufflement de nez, le pirate grognon déposa la chope pour venir la remplir de nouveau avant de retirer son tricorne pour l'épousseter doucement. Et c'est lorsqu'il le replaça sur son chef que ses yeux dorés vinrent accrocher la silhouette frêle qui venait de pénétrer dans l'établissement. S'il la remarqua, ce n'était pas à cause d'un typique éclat de voix ou quelque chose de similaire. Non, s'il l'avait repéré aussi vite, c'est parce qu'elle dénotait quand même pas mal du reste du paysage, cette petite humaine aux cheveux d'ébènes et aux yeux de jade. S'il ignorait qui elle était ou ce qu'elle cherchait, le triton s'imagina déjà les potentielles altercations que la jeune femme pourrait avoir avec la plupart des habitués de l'établissement. Elle était un morceau de viande, déjà repéré par quelques soulards trop confiants. Mais, Saumâtre n'était pas dupe. On ne venait pas à Brumerive par pur hasard et si cette demoiselle était là. Alors elle serait très capable de se débarrasser des imbéciles qui voudraient la traiter comme une ribaude.  

    Un sourire carnassier déforma les traits du capitaine pirate. La soirée serait peut-être intéressante finalement.

    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Isolde Malkyn
    Isolde Malkyn
    Messages : 245
    crédits : 1085

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2669-isolde-malkyn-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2706-le-grimoire-d-isolde
  • Jeu 4 Jan - 17:08
    Les chaînes de l'Océan
    Feat Saumâtre

    Après son étonnante rencontre avec Mortifère, Isolde profita de sa situation géographique pour effectuer une tache, qu’elle jugeait intéressante et qui lui servirait au quotidien. L’idée lui trottait dans la tête depuis quelques temps, sans qu’elle ne pût mettre son plan à exécution. Elle avait beaucoup changé au cours de cette année, elle avait prit bon nombre de décisions qui allaient modifier de manière drastique, le cours de sa vie. Ses liens avec la pègre en faisaient partie. Ainsi que cette fascination pour les mises en danger et le non-respect évident de la loi. Le sujet de ce jour prenait ses racines dans l’esclavagisme, ou plutôt son interdiction. L’étudiante trouvait les nouveaux décrets, sur ce sujet, affreusement dommageables et pénalisants pour le Reike. Cela dit, elle savait que le trafic d’individus et leur asservissement n’avait pas totalement disparu, il sévissait encore dans les villes et villages éloignés, ainsi que dans certaines maisons nobles ou bourgeoises de l’Empire. Puis évidemment, la pègre avait son réseau. Pour autant, la brune avait choisi une autre filiale, très intéressante également et toute aussi surprenante, la piraterie.
    Elle ne connaissait absolument rien à ce monde, elle ne prenait d’ailleurs jamais le bateau. Mais pour une fois, pourquoi ne pas faire exception. Comme une folle envie de découvrir des choses encore insondées par sa personne, de se jeter pratiquement dans la gueule du loup, de poursuivre des quêtes et des aventures hors du commun. En somme, de dernières doses d’adrénaline, avant de livrer son âme à la Mort.  

    Ainsi, sa destination visait le sud des forêts de République où elle était précédemment, près de la mer. Les dernières lueurs du jour s’affaiblissaient, alors qu’elle pénétrait dans le village portuaire. Brumerive, un nom ô combien charmant, pour désigner ce lieu, qui ne l’était plus. En effet, elle avait entendu toutes sortes d’histoires sordides à propos de ce petit port, fréquenté par les plus odieux pirates du Sekai. Pourtant, ces fables ne l’avaient pas empêchée de mettre les pieds ici. À vrai dire, elle trouvait le lieu horriblement malsain et évidemment, y trouvait un curieux plaisir. La mage savait se défendre, bien qu’elle évitât de s’attirer trop d’ennuis. Elle savait qu’il régnait en ces lieux, un panel étendu de trafics louches aux conséquences délétères. Celui qui intéressait la demoiselle spécifiquement en ce jour, restait l’esclavage. Elle allait donc procéder intelligemment, en choisissant plutôt les tenanciers d’établissements, afin d’obtenir des renseignements. Mieux valait ne pas aborder les individus louches qui traînaient sur le port ou dans les ruelles, les malfrats s’en serviraient comme prétexte pour l’importuner. Elle évitait soigneusement de croiser les regards des êtres les plus suspects et entra dans une taverne, qui paraissait peut-être moins glauque qu’une autre. Enfin, tout restait relatif.  

    Aussitôt à l’intérieur, elle sentit les regards des pirates et autres malandrins, se poser sur sa silhouette, détaillant son physique et se posant sur ses formes avantageuses. Elle était vêtue d’une robe noire à dentelle, qu’elle affectionnait tant, ainsi que d’une parure émeraude assortie à ses yeux. La dentelle couvrait ses bras jusqu’aux poignets et la robe tombait sur ses chevilles. Ses cheveux noirs, lâchés, couvrant en partie ses épaules. Rien de trop luxueux et tape-à-l’œil, pourtant, cela suffisait à attirer les regards et dénoter fortement du paysage ambiant.

    Les chaînes de l'Océan [Isolde] W58k

    L’étudiante s’avança vers le comptoir, saluant le tenancier et demandant un verre de vin rouge. Alors que le liquide pourpre lui était versé, la reikoise observait brièvement les individus qui l’entouraient. Elle n’avait aucunement l’habitude de croiser des hybrides à caractéristiques maritimes, ou encore des tritons et autres créatures tout à fait incroyables et exotiques. Ces êtres lui apparaissaient alors plutôt repoussants, bien qu’énigmatiques. Evidemment curieuse de nature, elle ne put s’empêcher de détailler l’être tout bleu, qui sirotait sa choppe, non loin d’elle. Des écailles bleues parsemaient son corps, ses cheveux arboraient la même couleur océan, même si les mèches de sa chevelure semblaient se confondre avec plusieurs tentacules. Le plus spectaculaire restait certainement ses dents acérées et sa mâchoire si peu commune. Une telle dentition faisait froid dans le dos. Croisant l’espace d’un instant ses yeux jaunes aux pupilles fendues, Isolde se hâta de reporter toute son attention vers le tavernier et son verre de vin.

    Elle hésita un instant, cherchant la meilleure manière de formuler ce qu’elle désirait. Existait-il seulement une bonne manière de demander ce genre de choses ? La voyant hésitante et visiblement perdue, le tavernier s’approcha d’elle.

    « Elle veut quelque chose d’autre, peut-être, la p’tite dame ? » s’écria-t-il.
    Isolde, qui n’avait pas vraiment envie d’attirer encore davantage l’attention sur elle, se rapprocha de lui, se penchant sur son tabouret et parla plus bas.
    - « Mh. Oui. À vrai dire, où est-ce que je pourrais… enfin. Des esclaves, où puis-je en trouver ? »
    C’était sorti, de manière maladroite et confuse, mais peu importait. Elle ne quittait pas le tenancier des yeux, tout de même bien décidée à obtenir quelques informations.
    « Oh… ça ! » s’écria-t-il, une nouvelle fois, beaucoup moins discret que la jeune femme.

    En guise de réponse, il se contenta de montrer, d’un signe de tête, l’être aux écailles bleues et aux yeux jaunes. Isolde tourna la tête vers ce dernier, regarda une nouvelle fois le tavernier. Celui-ci lui adressait un sourire moqueur qui semblait presque la défier. La brune soupira alors, puis se leva avant de saisir son verre de vin. Quand il fallait y aller… D’un pas… presque décidé, elle se dirigea vers l’étrange et terrifiante créature bleue.

    - « Bonjour. Puis-je m’asseoir ? » Demanda-t-elle, sans expression particulière, en montrant le tabouret adjacent. « Il semblerait... » débuta-t-elle, en observant brièvement le tavernier qui lui avait conseillé de venir à la rencontre de l’être bleu. « ...que vous soyez la personne qu’il me faut. Je recherche un sujet, voyez-vous, qui pourrait m’accompagner durant mes… voyages. Pouvez-vous faire quelque chose pour moi ? »

    Bon. Le ton était posé, sa demande explicitée. Elle espérait, bien évidemment, que le tavernier ne s’était pas joué d’elle et que ce drôle et inquiétant personnage possédait la marchandise convoitée.

    CENDRES


    I am a mortal, but nothing human inside. What will be left of me when I'm dead ?


    La berceuse d'Isolde
    HO HO HO !
    HO HO HO !
    Capitaine Saumâtre
    Capitaine Saumâtre
    Messages : 63
    crédits : 207

    Info personnage
    Race: Triton
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3178-terminee-sous-l-ocean-sous-l-oceaaaannn-capitain-saumatrehttps://www.rp-cendres.com/t3198-journal-de-bord-sale-chronologie-de-saumatre#27729
  • Jeu 4 Jan - 18:57

    Tout le long de ses déplacements, Saumâtre avait analysé l'humaine qui était entrée dans la taverne. De ses pas aux mimiques de ses traits le pirate avait tenté de percevoir les intentions de l'étrangère. Et lorsque leurs regards s'étaient croisés une première fois, le triton avait manqué un éclat de rire. Elle n'était visiblement pas habituée à évoluer dans un pareil endroit et cela se voyait. Mais en vérité, le capitaine de la Renégate ne pouvait pas trop lui en vouloir. Brumerive était une terre de refuge pour les pires ordures que les océans pouvaient accueillir. Et il en savait quelque chose comme il en était une. Visiblement plus intelligente qu'à l'aise, la demoiselle alla commander quelque chose au tenancier et Saumâtre décrocha alors rapidement de son observation. S'il y avait au moins une chose qu'il respectait, c'était la vie privée des gens et de leurs affaires. Surtout quant ils n'étaient pas des flibustiers tels que lui.

    Reportant donc son attention sur le reste de la taverne, Saumâtre avala de nouveau quelques gorgées de rhum avant de se faire interrompre par la jeune femme qu'il venait d'arrêter d'observer. Plongeant ses pupilles fendues dans l'émeraude du regard de l'intéressée, le triton écouta bien sagement les premiers mots de cette dernière. Puis son sourire s'étira doucement, lui offrant un air encore plus monstrueux.

    - Effectivement, c'est possible que j'ai ce que je vous cherchez. Mais avant toute chose, venez, faut qu'on cause de deux trois choses avant d'aller plus loin. Il cessa de s'accouder au bar, et leva son pouce pour inviter la femme aux cheveux de jais à le suivre. Vous v'nez?

    Il marcha alors doucement, sa chope toujours en main, jusqu'à l'une des tables "à l'abri" des regards un peu plus loin dans la taverne. S'arrêtant devant l'une d'elle et pestant en remarquant qu'elles étaient toutes occupées, le capitaine esclavagiste vint s'approcher de deux jeunes humains semblant échanger sur des sujets dont il se moquait bien. De ce qu'il voyait, il ne faisait partie d'aucun équipage alors, ils n'avaient aucun droit. Posant lourdement sa chope sur le bois de la table, le triton attendit que l'un des deux gars ne lève sa tête vers lui pour prendre la parole.

    - Dégage.

    Joignant le geste à la parole, le pirate empoigna le pauvre malheureux qui avait eu l'audace de l'observer et ne pas réagir instantanément. Le projetant derrière lui, il prit soin d'éviter que ce dernier ne cogne par erreur sa potentielle cliente. Ricanant doucement, le pirate observa le second individu se lever dans un gloussement étrange tandis qu'il invitait dans une courbette exagérée le belle aux yeux de jade à s'asseoir sur le siège plus propre que les autres. Il s'apprêta alors à faire de même, quand un crissement derrière lui attira son attention. Relevé, l'individu projeté plus tôt semblait insatisfait de sa nouvelle situation.

    - De quel droit osez-vous? Bordel de merde j'ai le dr-

    La fin de sa phrase fut coupée par la pointe tranchante de l'un des carreaux de l'arbalète de Saumâtre. Plongeant son regard jaunâtre dans celui du perturbateur, le triton grogna plus qu'il ne répondit au malheureux qui lui faisait face.

    - Dégage.
    - On bouge Etienne, tu sais pas à qui tu parles là, viens on va chez madame Clothilde, ça te passera des idées stupides.
    - Bonne idée ça, écoute ton pote mon gars.

    Louchant sur l'arme et celui qui la tenait, l'inconnu déglutit douloureusement avant de finalement reculer de quelques pas et se détourner de la table, partant dans un juron à peine étouffé. Ricanant longuement face à cette scène pitoyable, le capitaine de la Renégate désactiva le mécanisme de son arbalète de main avant de la ranger dans son étui, venant par la suite tirer une chaise pour l'enjamber afin de se placer face à l'inconnue.

    - Tout d'abord, votre nom. J'veux savoir à qui j'ai affaire. Moi c'est Saumâtre, Capitaine de la Renégate. Esclavagiste, pirate, et j'en passe. Il attrapa sa chope, laissant un peu de rhum couler dans sa gorge. Ensuite vous voulez un esclave, c'est bien, mais me faut quelques renseignements. Taille approximative, race, avec ou sans dents, capable de se battre... Les esclaves c'comme les filles de joies à Brumerive, il y a de tout.

    Il écouta les premières réponses de sa nouvelle interlocutrice, avant de reposer sa chope pour reprendre une fois qu'elle se serait présentée.

    - Pour le reste, quelques petites précisions. Premièrement, si on apprend que vous êtes de l'office républicaine, ou tout autre service secret à la con, on vous passe par le fond. Ou j'vous laisse à mes consœurs et croyez-moi, se faire effilocher comme un bâtonnet de fromage c'est pas agréable. Ensuite,  j'ai un nouveau "lot" de marchandise, on procède généralement à une enchère sur le pont de mon navire directement, histoire d'éviter que l'un d'eux tente de s'enfuir vous comprenez? Vous êtes déjà montée sur le pont d'un navire d'ailleurs? Il ricana. Enfin c'pas important. Le plus important, c'est ce qui suit. Le paiement.

    Faisant claquer sa langue, le triton vint attraper un petit sachet qu'il ouvrit délicatement avant de déposer sur sa paume un peu de poudre verte qu'il sniffa ensuite rapidement. Soupirant de satisfaction, il proposa un peu du sachet à la femme aux cheveux noirs.

    - Poudre verte, on vient d'en recevoir, vous voulez?

    La laissant se servir ou acceptant son refus, le pirate reprit finalement la bourse pour venir la replacer dans sa sacoche. Puis, comme si de rien était, il refixa ses pupilles fendues sur l'humaine.

    - Comme je disais, le paiement. Ce dernier s'effectue en une fois, et juste après les enchères. On accepte pas les crédits ou les promesses de dettes comme ces pleutres de cul bleu. Donc c'est monnaie pure. Des bonnes pièces d'or ou d'argent sonnantes et trébuchantes. C'est clair?

    Il se redressa alors un peu, toussotant alors qu'il subissait un léger retour de poudre qui venait chatouiller ses narines d'amphibien. Reportant ensuite son attention sur la jeune femme, le pirate attendit la confirmation de cette dernière avant de reprendre.

    - Pour l'reste, vous serez sous notre protection durant toute la vente. On s'assurera que personne vienne tenter de vous suriner parce que vous leur auriez pris une marchandise qu'ils désiraient. Mais une fois que vous aurez posé le pied en dehors du bateau, ce sera votre problème, nous, on s'en contrefout. Bien bien bien...

    Il tapota alors frénétiquement le bois de la table, avant d'observer sa chope vide puis de revenir à son interlocutrice.

    - Vous avez des questions avant que j'vous mène au navire? On a encore un peu de temps et de toutes façons, la vente commencera pas sans moi.
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Isolde Malkyn
    Isolde Malkyn
    Messages : 245
    crédits : 1085

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2669-isolde-malkyn-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2706-le-grimoire-d-isolde
  • Lun 8 Jan - 23:06
    Les chaînes de l'Océan
    Feat Saumâtre

    Le sourire de cette créature s’étira, laissant apparaître plus clairement ses dents acérées. Isolde ne put s’empêcher de fixer son regard sur celles-ci, avant de s’en détacher. Impressionnant de converser avec un tel individu. Elle n’était absolument pas habituée à ce genre d’environnement et aux êtres marins extraordinaires. Pour autant, même si tout cela semblait effrayant, le dépaysement était tel qu’il ne pouvait être qu’agréable.
    Pourtant, lorsque la créature marine lui demanda de le suivre, afin de discuter plus calmement, elle n’était pas sereine. Elle se leva pourtant, le suivant d’abord du regard. Lorsqu’elle le vit marcher vers une table au fond de la taverne, avec sa choppe à la main, elle fut rassurée. Ils allaient bavarder quelques instants à l’intérieur de l’établissement, cela lui permettait alors d’en apprendre davantage et de jauger ce curieux personnage.

    La créature au chapeau peu anodin semblait chercher une table de libre. Mais vu qu’il n’y en avait aucune, il posa sa choppe sur l’une d’entre elles qui était déjà occupée, sous l’œil médusé des occupants. Le langage fut grossier et les menaces ne tardèrent pas à tomber. Puis tout à coup, l’individu aux écailles bleues joignit les paroles aux actes, en pointant son arbalète à main vers l’un des individus. La brune ne savait pas trop s’il souhaitait asseoir son autorité devant elle, ou s’il se montrait ainsi en toute occasion. Sa carrure et son faciès étant déjà tous deux si impressionnants, il ne devait pas souvent avoir recours aux démonstrations de violence pour se faire entendre. Enfin, ces recoins du Sekai abritaient tant de crapules, qu’il n’était pas nécessaire de ressembler à un monstre pour en être véritablement un.
    L’homme menacé et de toute évidence contrarié, jeta un regard vers Isolde avant de quitter la taverne. Mais elle se contenta de détourner le sien, ne souhaitant pas être mêlée de près ou de loin à cette histoire. Sans doute devait-il se demander comment une frêle humaine comme elle, plutôt embourgeoisée, se retrouvait à partager la table du rustre et bien étrange individu. D’ailleurs, elle aussi se le demandait encore. Toutefois, elle prit place en face du Capitaine Saumâtre, ce fut ainsi qu’il se présenta. Un Capitaine, voilà qui était plutôt impressionnant. Elle qui ne connaissait absolument rien à tout ce qui avait attrait aux bateaux, elle pourrait peut-être en apprendre un peu plus par la même occasion. De plus, un pirate. Un vrai de vrai. Voilà qui s’avérait encore une fois, très intéressant.

    - « Je suis Isolde. » Dit-elle simplement. Elle n’avait pas envie de s’étendre sur qui elle était en détail. Le plus important restait la raison de sa venue. Et surtout, pour le pirate, comment elle comptait payer.

    Cependant, elle n’avait pas réfléchi au type d’esclave qu’elle souhaitait. Elle s’imaginait qu’ils allaient défiler devant elle. Ou encore, qu’ils étaient entreposés quelque part et qu’elle pouvait les observer sous toutes les coutures et les tâter, pour choisir celui qui conviendrait le mieux. Comme elle pouvait le faire au marché avec les fruits, en somme. Au lieu de cela, voilà qu’elle devait lui donner ses préférences maintenant. Elle soupira, pencha légèrement la tête sur le côté et ses lèvres formèrent une vague moue boudeuse.

    - « Hum. Je ne sais pas trop. Il n’est pas possible de les voir, afin de me décider ? Mais… oui, capable de se battre, sans être trop imposant non plus. Il faut que cela reste facile à transporter et pas trop voyant. » répondit-elle.

    Elle espérait tout de même ne pas froisser son vis-à-vis, ne connaissant pas sa jauge de patience. Puis, les hommes poissons là, étaient-ils seulement sensibles à son charme ? Pouvait-elle utiliser son pouvoir, magique ou non, de séduction si jamais il ne se pliait pas à ses demandes ? Elle verrait cela selon les réponses du Capitaine et surtout ses actes.

    Lorsqu’il mentionna ce qui l’attendait si elle se jouait de lui ou si elle faisait partie des forces républicaines, la brune haussa les épaules.

    - « Certes, j’imagine bien que se faire effilocher n’a rien d’agréable. Cela dit, je suis reikoise. » Elle montra son poignet, avec le tatouage qui prouvait son affiliation à l’Empire. « Et je viens ici, pour les affaires et le plaisir. » dit-elle, un sourire amusé sur les lèvres. « Et non, malheureusement, je n’ai pas encore eu l’occasion de monter sur le pont d’un navire. Mais cela ne saurait tarder, en votre compagnie, Capitaine. »

    Elle n’était pas plus montée sur un bateau, qu’elle n’avait participé à une vente aux enchères, d’ailleurs. Mais elle ne s’en faisait pas trop pour cela. Après tout, la créature bleue allait bien lui apprendre la manière de procéder, s’il voulait conclure son affaire et empocher l’argent. Le paiement, il y venait d’ailleurs. Enfin, après avoir inhalé une poudre verte qui lui servait de drogue, qu’il proposa à l’étudiante. Cette dernière déclina l’offre, en le remerciant et agitant légèrement sa main de gauche à droite. Après, elle ne le jugeait pas pour cette consommation et passa à autre chose, en même temps que lui.
    La mage écouta les paroles de son interlocuteur, celui-ci insistait sur les modalités du paiement. Elle lui accordait une attention toute relative, tandis qu’elle scrutait l’éventuelle émotion qui pouvait s’échapper de ses pupilles fendues. L’appât du gain, voilà tout ce qui semblait animer ce pirate.

    - « Aucun souci pour le paiement. » répondit-elle à la va-vite.

    Toutefois, les dernières paroles du triton eurent le mérite de recevoir l’intérêt de la jeune femme. Elle n’avait pas anticipé les potentielles menaces venues d’autres acheteurs insatisfaits. Même si elle percevait cet achat comme l’un de ceux qu’elle pouvait effectuer sur le marché de Kyouji… La clientèle en restait différente, plus féroce et menaçante, prête à s’écharper pour la marchandise convoitée.

    Elle se laissa le temps de la réflexion. Puis, visualisant la choppe vide de l’esclavagiste, elle capta l’attention du tavernier, afin de la remplir de nouveau. Et, toute en légèreté, elle commanda la même boisson alcoolisée. Du rhum, une véritable boisson pirate et exotique. Elle n’en avait jamais bu et ce jour semblait parfaitement convenir pour commencer. Le tenancier apporta les deux choppes, elle leva la sienne, puis la porta à ses lèvres. Le goût lui apparut fort en bouche, mais pas si déplaisant.

    - « C’est plutôt bon. » déclara-t-elle, à l’adresse du triton. Elle reprit deux grosses gorgées. « Une vraie boisson de pirate, donc ! Et vous parvenez à maintenir le cap, avec tant d’alcool dans le sang ? » Plaisanta-t-elle.

    Cela dit, restait encore le problème de sa sécurité. Elle n’allait pas monter sur un bateau d’esclavagistes inconnus, ce qui était déjà suffisamment risqué… Et en plus, s’exposer à une mort brutale par de jaloux faquins complètement ravagés. Elle but une nouvelle rasade, tout en croisant le regard de la créature marine.

    - « Et qu’avez-vous à me proposer pour assurer ma sécurité, après la vente ? Moyennant paiement, évidemment. »

    Nul doute que cet alcool étonnant allait vite lui monter à la tête.

    CENDRES


    I am a mortal, but nothing human inside. What will be left of me when I'm dead ?


    La berceuse d'Isolde
    HO HO HO !
    HO HO HO !
    Capitaine Saumâtre
    Capitaine Saumâtre
    Messages : 63
    crédits : 207

    Info personnage
    Race: Triton
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3178-terminee-sous-l-ocean-sous-l-oceaaaannn-capitain-saumatrehttps://www.rp-cendres.com/t3198-journal-de-bord-sale-chronologie-de-saumatre#27729
  • Mar 9 Jan - 0:24

    Ecoutant sagement l'humaine qui se trouvait devant lui, Saumâtre se contenta au début de juste lancer des "hein hein" de manière absolument cynique. Non pas que les premiers mots de la nouvelle arrivante ne l'intéressaient pas, loin de là, mais le pirate attendait simplement de voir si sa potentielle cliente serait simplement une pintade hautaine ou bien un minimum intéressante. Surtout pour une humaine. Et grande fut sa surprise lorsqu'elle lança ses premières blagues. Juste après avoir commandé du rhum pour eux. Rhum qu'elle porta à ses lèvres. Bon. Ok. Elle était marrante celle-là. Attrapant donc la choppe nouvellement remplie qui se trouvait devant lui, Saumâtre porta le liquide alcoolisé à ses lèvres puis savoura le rhum qui glissa dans sa gorge. Dans un soupire satisfait, il se mit à ricaner bruyamment lorsqu'elle parla de l'alcool dans son sang.

    - Hahaha, ouais, vous en faites pas ma belle, j'ai aucun souci à faire en sorte que la figure de proue regarde toujours dans la bonne direction. Mais vous le verrez peut être après la vente, si vous êtes aussi venue ici pour le plaisir. Un clin d'œil, volontairement appuyé. Je déconne, je déconne.

    Il ricana de nouveau, se penchant un peu plus sur le dossier de la chaise tandis que ses pupilles fendues venaient glisser sur les traits d'Isolde. Elle avait visiblement les moyens d'acheter un esclave, mais ne savait absolument pas comment s'y prendre. Pour peu, Saumâtre aurait pu en tirer profit et l'arnaquer. Mais elle avait fait une blague alors il la trouvait marrante. Ca n'avait aucun sens d'un point de vue économique, mais Saumâtre était pirate. Pas comptable.

    - Alors. Ok. Déjà du coup pour en revenir à vos esclaves là. Normalement les gens ont des demandes précises. C'visiblement pas vot' cas. Mais c'pas grave, on s'arrangera. Au pire je vous les ferais danser un peu si c'est votre délire, ou bien au contraire on ira les secouer un peu. Ca aussi vous verrez, c'est marrant. Enfin. Pour nous ça l'est en tout cas.

    Un nouveau rire, tandis qu'il reprit une gorgée de rhum. La question de la marchandise était réglée. Il ferait découvrir à la jeune femme la marchandise que détenait la Renégate juste avant le début des enchères. Ah. Ca aussi il fallait p'tètre lui expliquer à l'humaine.

    - Pour la vente à proprement parler, c'est simple. Vous serez plusieurs sur le pont. En face de vous arriverons les marchandises. On les fera bouger un peu, on vous les garantira "zéro puce", puis on établira le prix de vente de base. Là, si vous êtes intéressée, vous levez la main. Et je compte. Chaque levée, c'est une mise supplémentaire de cinq. Que ce soit pièce d'argent, ou pièce d'or. Si personne n'a levé la main au cours des vingt dernières secondes, je compte jusqu'à trois. Et à trois, le bougre est à vous. C'est aussi simple que ça. Et comme je vous disais, on vous remet l'gugus après la vente avant de vous laisser redescendre sur la plage. Voila voila.

    Il jaugea sa choppe, hésitant à reprendre une nouvelle gorgée. Mais il avait quand même pas mal enchainé là, et ça aurait pas été malin d'enchainer encore une nouvelle gorgée. Surtout avec la bougresse face à lui qu'avait le mérite de pas avoir de traits disgracieux. Soupirant de lassitude face à son propre refus de boire pour préserver sa raison, le pirate reprit.

    - Ah et pareil, on a pas de légumes. Enfin. Si. Sur le bateau on en a faut bien bouffer. Mais j'veux dire dans ce qu'on vous vend. A vous entendre, c'est un peu l'marché mais promis on en a aucun qui se bave sur les chausses. Enfin on peut en avoir si vous voulez, mais ça se bat pas super bien un poireau. Un poivrot non plus au demeurant. Enfin bref.

    Il tapa dans ses mains, avant de revenir ancrer ses pupilles dans celles de la jeune femme devant lui. Il étira un sourire carnassier alors que la dernière phrase de la demoiselle résonnait dans son esprit.

    - Il y a peut-être effectivement moyen de s'arranger. Vous êtes reikoise du coup, ça facilite un peu la chose. Ici, ils aiment pas trop trop les républicains vous voyez, car c'est un peu comme des ennemis naturels pour les gens de la mer. Mais ils aiment pas trop les reikois non plus. Faut dire que les rapports sont trop souvent conflictuels. Alors voila. En fait, ils aiment personne. A part les pirates. Alors voila ce qu'on peut faire. Vous me payez, une certaine somme, et j'assure votre protection durant la vente comme prévu. Et après. Pour toute la nuit. Si ça vous va. J'vous promet zéro entourloupe.

    Il éclata alors de rire avant de tenter de se calmer pour en revenir à ses moutons.

    - Ouais je sais, ça sonne faux. Mais pour le coup j'vais vraiment pas vous arnaquer. Alors, ça vous tente? Si vous êtes pas partante, vous pourrez toujours vous décider en chemin. Maintenant venez, si j'reste trop longtemps à boire bien installé dans cette taverne avec votre joli minois, j'risquerai de faire une connerie.

    Nouveau rire, puis il se leva en invitant dans une courbette volontairement abusive Isolde à le suivre. Ensemble, ils quittèrent finalement l'établissement avant de commencer à marcher sur les planches de Brumerive. Laissant un long soupir de plaisir quitter sa gorge tandis qu'il sentait le vent nocturne qui venait frotter ses joues écailleuses, Saumâtre se tourna vers la reikoise tout sourire.

    - Et vous v'nez d'où au Reike? Des montagnes, ou près d'la flotte? J'suis sûr vous avez jamais vu un endroit comme ici. Un taudis à la base. C'était tout ce que c'était. Et maintenant, avec la flotte et tout ce qu'on en a fait, c'est un vrai coin de paradis. Enfin. Pour nous. Bref. Voici mon navire.

    Arrêté au bout des planches, le triton tendit le bras vers la Renégate. Même en pleine nuit et avec les voiles redressées, le navire se dégageait dans l'obscurité de manière particulièrement menaçantes, ses sabords dirigés à la fois vers les terres et vers l'horizon.

    - Ah ouais. Dernière chose. Mon équipage, ils sont tous affreux. Faut dire qu'ils essaient de me ressembler sans y parvenir. Une fois là bas. On évite certains mots. "Aquaria". Par exemple. Ou "conseil d'Aquaria". Ou... Il se pencha un peu vers l'humaine. Ouais. En fait parlez juste pas de la ville des sirènes. Bien! Il tapa dans ses mains, alors que plus loin Syrtes soupirait en voyant son frère revenir avec une humaine. Vous êtes prête à monter pour la première fois sur un navire pirate ma belle?
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Isolde Malkyn
    Isolde Malkyn
    Messages : 245
    crédits : 1085

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2669-isolde-malkyn-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2706-le-grimoire-d-isolde
  • Ven 12 Jan - 14:50
    Les chaînes de l'Océan
    Feat Saumâtre

    Le Capitaine riait franchement aux plaisanteries de la brune. Cette dernière s’en amusait, percevant qu’il la trouvait drôle et surprenante. Cependant, elle allait devoir ralentir sur les allusions douteuses. L’idée semblait un peu trop plaire au triton, au vu de son clin d’œil appuyé. Bon, même s’il précisait plaisanter également, Isolde n’y connaissait pas grand-chose à l’humour des pirates.
    En tout cas, il paraissait s’amuser en sa compagnie et cela restait sans doute une bonne chose de le distraire. Il pouvait ainsi se montrer arrangeant avec elle. Voilà donc ce qu’il fallait faire, continuer sur cette lancée, sans trop pousser, jouer sur un équilibre parfait entre affaire sérieuse et légèreté. Pourtant, elle gardait à l’esprit ce sentiment que les choses allaient devenir de moins en moins sérieuses, plus elle avalait de ce liquide alcoolisé et exotique. Le rhum, une boisson démoniaque, à coup sûr ! Cela dit, elle en reprit deux longues gorgées. Après l’épisode de torture psychologique qu’elle avait fait subir à Mortifère, elle accueillait volontiers des choses plus légères. D’ailleurs, ce fut en portant une nouvelle fois la choppe, qu’elle constata que la douleur à son poignet restait bien présente.

    Tandis qu’il lui expliquait la marche à suivre pendant la vente aux enchères, la brune restait un peu distraite. Elle jouait machinalement avec son contenant, ou observait les autres clients dans la salle. Certains se montraient bruyants et donc happaient l’attention de la mage. Celle-ci revenait ancrer ses prunelles émeraudes dans le jaune de son vis-à-vis, mais elle avait loupé un bout de l’explication. Tant pis, elle hocha la tête, puis sourit. L’alcool n’aidant pas à maintenir sa concentration, elle supposait qu’elle aviserait le moment venu. Cela ne semblait pas si compliqué après tout.

    - « Tout cela m’a l’air très intéressant ! Je suis certaine que nous allons conclure une belle affaire, vous et moi. » Dit-elle, la voix quelque peu altérée par le breuvage diabolique, qu’elle venait de vider d’un trait.

    Elle ria, de manière bien trop appuyée qu’elle ne l’aurait fait sans l’état d’ivresse, à la blague sur les légumes.

    - « Oh, j’en suis sûre, vous n’avez pas du tout une tête d’arnaqueur de toute manière ! »

    Non, du tout. Il torturait des esclaves, les revendait de manière illicite, peut-être en mangeait-il certains ? La brune ne s’était pas encore véritablement posé la question… mais arnaquer ? Jamais. L’alcool rendait beaucoup plus confiant, moins méfiant et surtout, très bête. Mais qu’importait, elle voulait de l’aventure, elle en aurait. Elle ria encore, lorsqu’il mentionna le fait qu’il pouvait faire des bêtises, en sa compagnie. Sans savoir exactement de quoi il voulait parler, elle se dit que rire restait une option tout à fait valable.

    Lorsque Saumâtre se leva et invita la reikoise à en faire de même, celle-ci tapa sa main sur la table et se mit en route. Les voilà partis en direction du navire, l’occasion de discuter un peu avec son accompagnateur.

    - « Je suis native de Kyouji, mais je passe le plus clair de mon temps à la capitale. Parce que je fais mes études à Ikusa, enfin… Je vais sans doute devoir les arrêter. C’est dommage quand même, j’allais obtenir mon diplôme l’année prochaine. Avez-vous fait des études ? » Demanda-t-elle, en se retournant vers le Capitaine. Puis, elle éclata de rire. « Question idiote, navrée. » L’alcool rendait aussi beaucoup plus bavard, non ?

    Déambuler ivre sur les planches s’avérait beaucoup plus difficile qu’il n’y paraissait. L’étudiante hésita à attraper le triton par le bras, pour l’aider à marcher à ses côtés. Cependant, elle conclut tout de même assez rapidement que ce n’était pas une bonne idée. Mieux valait ne pas devenir tactile avec ce genre d’individus.
    Elle se concentra alors, puis observa dans la direction que lui montrait Saumâtre. Sa vision nocturne, même si quelque peu troublée, lui permettait de visualiser très nettement les environs. Le bateau lui apparaissait magnifique. Elle en avait évidemment vu plusieurs au port d’Ikusa, mais jamais un qui ressemblait à celui-ci !

    - « Wouah ! Un véritable bateau pirate, très classe ! » Dit-elle, de manière quelque peu enfantine, en s’avançant vers celui-ci. « Totalement prête ! » répondit-elle, lorsqu’il lui demanda si elle souhaitait monter à bord.

    Elle avait plus ou moins entendu lorsqu’il avait évoqué son équipage, mais rien concernant ses mises en garde. Elle verrait bien sur le moment, après tout !
    Ensuite, montée à bord, elle parcourut du regard, en balayant rapidement les environs. Il lui proposa de lui faire une visite du navire, ou bien se rendre directement à la cale, afin de scruter les esclaves.  

    - « À la cale, mon Capitaine ! » déclara-t-elle.

    Évidemment, elle comptait bien découvrir aussi le bateau et ses secrets… Ils feraient cela après et elle en sera enchantée. Isolde l’accompagna alors, descendant pour rejoindre la marchandise entreposée. Les esclaves étaient entassés comme du bétail, dans des cages de fer. Certains avaient le luxe de disposer d’anneaux aux poignets et être accrochés en solitaire au mur.

    - « Et… entassés ainsi, ils ne sont pas sujets aux maladies ? Je n’ai pas envie de me retrouver avec un animal malade, ce serait… embêtant. » dit-elle, l’expression écœurée qui allait avec ses paroles.

    La mage noire ramassa ensuite une tige de fer et la pointa vers l’un des captifs, retenu au mur. Elle le piqua un peu, pour voir comment il réagissait. Lorsque les traits du visage de l’esclave se tordirent, il exposa quelque peu sa mâchoire.

    - « Eh bien, quelle abjecte dentition ! Cela non plus, je n’en veux pas. »

    Beaucoup semblaient émaciés, faibles et plutôt décrépits, même si quelques spécimens sortaient du lot. Elle ne trouvait rien pour le moment qui l’enchantait réellement. Elle tourna la tête vers le Capitaine, attendant de voir ce qu’il avait à lui proposer de mieux.

    - « Je suis certaine que vous dissimulez des petites merveilles, pour vos meilleurs clients. Montrez les moi, Capitaine. » dit-elle, d’une voix enjôleuse, contrastant drastiquement avec la situation.

    CENDRES


    I am a mortal, but nothing human inside. What will be left of me when I'm dead ?


    La berceuse d'Isolde
    HO HO HO !
    HO HO HO !
    Capitaine Saumâtre
    Capitaine Saumâtre
    Messages : 63
    crédits : 207

    Info personnage
    Race: Triton
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3178-terminee-sous-l-ocean-sous-l-oceaaaannn-capitain-saumatrehttps://www.rp-cendres.com/t3198-journal-de-bord-sale-chronologie-de-saumatre#27729
  • Ven 12 Jan - 17:36


    L'œil pétillant, Saumâtre étira un très large sourire lorsqu'Isolde lui déclara qu'elle était prête à monter à bord de la Renégate. Cependant, avant, le triton s'arrêta prestement avant d'observer un peu la brune des pieds à la tête.

    - Très bien, laissez-moi alors vous faire découvrir notre humble embarcation.

    Riant fortement, le pirate mena donc la jeune humaine jusqu'à sa frégate. Observant sa sœur, le capitaine prit la parole avant même que cette dernière ne dise quoique ce soit, signifiant qu'Isolde était sous sa protection et qu'en tant que future cliente, il allait lui montrer la marchandise. Enfin. Ce fut un peu plus brouillon que ça, l'alcool n'aidant pas non plus. Haussant les épaules, la sirène aux airs de nagas se contenta d'hausser les épaules dans un soupire fatigué.

    Gravant donc les planches menant au pont principal, Saumâtre laissa son regard doré s'étendre de la proue à la poupe de son navire. Chargeant et reliant du matériel, les différents marins de la Renégates se préparaient à la venue prochaine des acheteurs en déposant de petites chaises ainsi qu'une ou deux tables qui accueilleraient bientôt du vin et d'autres mets "délicats" que Brumerive pouvait offrir aux acheteurs. Naturellement, tout serait le fruit d'un larcin passé. Mais cela, tout le monde s'en moquait. Posant leurs yeux sur la nouvelle arrivante, les matelots demeuraient silencieux mais leurs yeux trahissaient une curiosité amusée. Si la plupart des pirates présents possédaient des traits similaires à ceux de Saumâtre et sa soeur, le reste était composé d'hommes-poissons ou bien encore d'être à l'apparence "normale" qui s'étaient maquillés afin d'arborer sur leur facies des caractéristiques bleutées ou écailleuses. Comme des enfants enfilant une cape pour ressembler à leurs parents, l'équipage de la Renégate semblait vouloir absolument ressembler au monstre qui les dirigeait.

    - C'est sympa hein? Bon, la déco est pas au gout de tout le monde mais franchement, ça le fait je trouve. Alors, très chère, vous voulez aller voir direct nos bestiaux en bas ou bien visiter d'abord? Ca m'gêne pas de d'abord vous présenter la marchandise.

    Elle lui répondit sur un ton particulièrement enjoué, ce qui étira un nouveau sourire carnassier sur les joues écailleuses de l'enfant du Récif Noir. Cette humaine, elle l'amusait. Ou bien c'était l'alcool qui avait fait son chemin jusqu'à ses neurones ramollis? Il n'aurait pas sut le dire mais pour l'heure il s'en moquait bien. Ce qui importait, c'était que dans l'instant, il appréciait la compagnie de cette acheteuse potentielle. La preuve en était qu'elle n'était d'ailleurs pas encore passée par dessus bord.

    - Et bien d'accord, à la cale alors ma p'tite dame.

    Un nouveau rire, franc, alors qu'il venait attraper une lanterne et menait ensuite la nécromancienne jusqu'au lieu de dépôt du bétail. Et quel bétail! Entassés dans leurs cages, les esclaves ramassés lors des dernières prises émirent un pitoyable gémissement en remarquant l'arrivée de leur tortionnaire et bourreau. Ricanant doucement alors qu'il venait ensuite déposer la lanterne sur l'un des crochets suspendu, le triton tapota sur les barreaux pour faire sursauter les malheureux et les forcer à s'activer un peu. Puis vint la remarque de l'étudiante, qui fit de nouveau rire le capitaine pirate.

    - Ca pourrait être un problème en mer ouais, mais on s'occupe généralement de les soigner une fois arrivés à Brumerive. On a une soigneuse qui a chopé du très bon matos récemment donc ça aide. On promet une livraison sans puce comme j'ai déjà dit haha.

    Elle s'éloigna ensuite, se dirigeant vers l'un des esclaves attaché aux anneaux métalliques. Le piquant doucement elle afficha une moue dégoutée similaire à celle qu'elle avait fait lorsqu'elle avait évoqué les maladies quelques instants plus tôt. Ricanant, le triton plongea ses prunelles jaunes sur les traits de la jeune humaine alors qu'elle venait lui demander de montrer sa meilleure marchandise.

    - Madame est difficile à ce que je vois. Ok. Suivez-moi.

    D'un signe de tête, il invita la nécromancienne à lui emboiter de nouveau le pas pour les diriger vers une des pièces fermées du fond de la cale. Ouvrant la séparation de bois, le triton invita ensuite la reikoise à passer de l'autre côté, avant d'à son tour entrer. A l'intérieur de cette partie, une dizaine d'individus se retrouvaient à genoux, des fers passant sur leurs poignets et leurs chevilles. Sur cette dizaine d'individus, on pouvait trouver différentes races et statures. La principale différence avec l'autre marchandise, cependant, était la qualité de cette dernière. Le poils était propre, les traits peu amoindris et les corps portaient au final assez peu de traces de sévices infligés par l'équipage subaquatique. Tous, relevèrent la tête à l'arrivée du capitaine. Il y avait la hommes et femmes, et ce serait à Isolde de voir si l'ensemble lui plaisait.

    - Voila ce que j'ai de mieux sur cet arrivage. J'vous laisse regarder un peu, même en toucher quelques uns si vous le désirez. Si un truc attire votre œil, notez son numéro, ils seront tous aux enchères tout à l'heure. Et au moins ceux-là, ils sont tous bien portants.

    Il laissa ensuite la demoiselle faire son "marché", inspectant les différents bestiaux selon son bon vouloir. Le grain de peau, le pédigré, tout était fait pour que cette barbaque là soit de très bonne qualité. Fallait dire, il y avait toujours plusieurs classes d'acheteurs. Le Reike, par exemple, se souciait assez peu du gros bétail en cage. Une bonne exécution des familles près de la mer des anciens, et hop hop, ça partait en esclavages zombies récupérés "officiellement" sur l'ancienne Shoumei. Ou alors ça faisait signer un joli petit contrat de travail qui réduisait quasiment le type à l'esclave. Et hophophop, ça devenait républicain. Enfin. On avait de tout quoi. C'est ça qu'était beau dans le commerce. Pas une seule vente n'était la même. Dehors, ouste, l'ennui du quotidien. Quand Isolde eut finalement achevé son inspection, Saumâtre claque des mains et ricana doucement, invitant la belle à le suivre de nouveau.

    - Si madame veut bien se permettre, je serai ravi de lui montrer mon navire avant la vente.

    Une courbette volontairement exagérée tandis qu'il retirait son tricorne et laissait ses mèches tentaculaires danser doucement. Puis, il se redressa et les refit monter au niveau de la cale intermédiaire. Là, une vingtaine de canons étaient disposés face aux sabords qui leur étaient affectés, attendant sagement de faire pleuvoir la mort sur les navires républicains ou de commerces. Posant sa main sur le tube d'acier le plus proche, Saumâtre étira un sourire digne d'un enfant alors que derrière lui plusieurs artilleurs s'occupaient d'entretenir les engins et réarranger les barils de poudre.

    - Ca, c'est mon petit plaisir personnel. Même si faut toujours bien les lustrer. Vingt canons de 8 livres, spécialement chipés à la nation bleu et permettant de couler en deux bordées une caraque républicaine. J'vous ferais bien une petite démonstration, mais j'vais me faire engueuler si j'tire à l'intérieur de la baie.

    Il ricana doucement, voyant d'ores et déjà Bigorneau l'engueuler à cause d'un dernier "essai" ayant eu lieu il y a quelques lunes et qui avait emporté le toit de la demeure du vieux Gégé. Quittant ensuite la cale intermédiaire, le triton poussa doucement la porte des quartiers d'invité. Une chambre spacieuse, arrangée pour être relativement luxueuse et agencée pour permettre un déplacement efficace à l'intérieur. Entrant doucement, le pirate alluma la lanterne qui siégeait sur le bureau de la chambre.

    - Ca, c'est là où nos invités peuvent venir dormir. A la base, la Renégate était un navire d'escorte et il n'était pas rare qu'un ou deux officiers ne vienne pioncer le temps d'un trajet. A présent, on y met les personnalités qu'on compte pas réduire en esclavage, et qui mérite mieux que les hamacs des quartiers principaux.

    Un léger sourire, laissant le temps à la belle d'inspecter la pièce avant de finalement la mener à l'extérieur. Le triton et son accompagnatrice passèrent alors sur le pont principal, naviguant entre les matelots qui préparaient encore la future vente tandis que Saumâtre décrivait doucement les différents éléments, le plus simplement possible. Non pas uniquement car il ne voulait pas perdre la jeune, mais car il sentait bien que l'alcool lui jouait quelques tours. Il insista cependant sur le proue du navire, montrant la figure de proue, puis il la mena à l'arrière du vaisseau, lui montrant la barre.

    - Franchement, allez-y, prenez là en main. Vous verrez comme c'est agréable.

    Il ricana doucement, laissant l'étudiante venir se poser contre la barre ou non, avant d'ensuite lui montrer l'emplacement prévu pour le pavillon de poupe. Il lui expliqua brièvement que c'était là que le pavillon noir était dressé, ou le cas échéant d'autres couleurs pour tromper les bateaux adverses. Puis, il décida qu'il était temps de montrer la plus belle pièce du navire à la jeune humaine. Descendant avec elle les marches du pont arrière, le pirate sortit ses clés et ouvrit la lourde porte menant aux quartiers du capitaine.

    A l'intérieur, la pièce était majestueuse. Bien plus grande que n'importe quel endroit du navire. Si les lits étaient visibles, le bureau principal l'était tout autant comme les nombreuses armoires où siégeaient livres et cartes maritimes. Et enfin, au fond, l'énorme verrière à volets sur laquelle était peints les récifs océaniques, rappelant le lieu de naissance du triton. Ce dernier referma la porte sans la verrouiller puis se dirigea doucement vers le bureau d'où il sortit une nouvelle bouteille d'alcool. Versant dans deux verres le liquide transparent si cher à son coeur, le capitaine invita la belle à boire si elle le désirait, avant d'enfiler pour sa part d'une traite le contenu. Il soupira ensuite doucement, se posant contre le bureau pour ancrer ses yeux jaunes sur la belle humaine.

    - Il reste un peu de temps avant que la vente ne débute. De toutes façons, Syrtes gueulera quand ça débutera. Il quitta momentanément l'étudiante des yeux observant une des armoires avant de revenir observer la brune. Alors comme ça vous venez de Kyouji? J'ai visité une fois. C'est une belle ville. Ikusa aussi, même si je suis jamais rentré dans la cité, juste dans son port. Trop d'aquariens à la con.

    Il grimaça, revoyant dans son esprit les comptoirs commerciaux et pseudos entreprises qui cherchaient à créer une relation stable et un protectorat avec l'Empire. Puis, il s'enfila un nouveau verre avant de reprendre.

    - Pour répondre à votre question de tout à l'heure. J'ai pas fait d'études nan. J'ai grandi dans un taudis sous l'eau après avoir été chassé de ma ville quand mes parents se sont fait exécutés sous mes yeux, le Récif Noir. Un repère de malfrats et de paris, rejetés par les autres sirènes et tritons, mais potes avec les nagas. Il y avait pas un jour sans qu'un cadavre ne jonche les rues et se fasse bouffer par des confrères.

    Ce n'était pas jovial comme information, mais c'était son histoire.

    - Vous étudiez dans quel domaine? j'me souviens d'un prof qu'on avait chopé, un Alvin j'sais pas quoi, prof de combat je crois? J'me souviens plus il était insupportable. Et pourquoi vous l'aurez pas votre diplôme? Vous êtes enceinte? Il laissa quelques secondes de battement, avant de reprendre. Nan désolé, ça se pose pas je crois c'genre de questions.

    Il quitta finalement le bureau, se rapprochant de la nécromancienne pour mieux observer ses traits, la terre commençant doucement à lui semblait plus vaste et l'air plus léger. Il ancra ses pupilles fendues dans l'émeraude du regard de la brune, l'analysant.

    - Qu'est-ce qui vous a mené jusqu'ici Isolde? Même si vous recherchiez un esclave, vous êtes bien loin d'Ikusa quand même...

    Elle n'était pas obligée de répondre à ses questions, naturellement, mais il y avait encore du temps devant eux. Et il était curieux de cette humaine qui le faisait rire et l'intriguait. Elle semblait spéciale, différente des autres pimbêches des terres qu'il avait déjà croisé, ou baisé dans les maisons closes. Elle était particulière et il aimait bien sa façon de traiter les esclaves de la même façon que lui. Elle était marrante, alors autant pousser un peu le vice.

    Ou alors c'était l'alcool qui lui faisait penser ça?

    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Isolde Malkyn
    Isolde Malkyn
    Messages : 245
    crédits : 1085

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2669-isolde-malkyn-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2706-le-grimoire-d-isolde
  • Sam 20 Jan - 16:08
    Les chaînes de l'Océan
    Feat Saumâtre

    Le capitaine lui promettait que le bétail était garanti sans puces et sans maladies. Isolde restait sceptique, mais lorsqu’il mentionna une soigneuse et ses nouvelles capacités médicales, cela rassura quelque peu la mage. Quelle bien odieuse affliction pouvait-elle ramenée avec elle, en compagnie de ses spécimens à l’hygiène douteuse.

    Ce qui rassura également la jeune femme, c’était que Saumâtre n’hésita pas à lui faire traverser une autre pièce, afin de l’emmener vers une marchandise de meilleure qualité. Il la laissa les observer. Isolde s’approcha alors, balayant les nouveaux esclaves du regard. Beaucoup d’individus masculins, de races différentes. Elle pensait se diriger vers un homme robuste, pour l’accompagner. Cependant, elle se rappela ses expériences passées et son questionnement quant à l’absence de figure féminine autour d’elle. En pensant à cela, ses prunelles émeraudes furent attirées par l’une des rares femmes dans cette pièce. Elle ressemblait à une simple humaine, plutôt mince, mais au visage élégant. Deux iris clairs, une peau délicate, pas trop maltraitée par la rudesse de sa condition. Des cheveux blonds cendrés et ondulés. Elle pouvait presque paraître jolie, si elle n’avait pas ce visage crispé et fataliste. Elle semblait déjà avoir renoncé à tout, déjà vaincue. Toutefois, cela plaisait à la reikoise. Et son origine fut trahie par la présence d’oreilles pointues, qui se révélèrent lorsque la nécromancienne souleva la chevelure de la captive. Elle ne devait pas descendre d’une lignée importante et elle demeurait sans nul doute victime de brassages raciaux qui avaient souillé son sang elfique. Elle était impure, bâtarde et absolument perdue. Elle était donc parfaite pour servir les desseins de la mage noire.

    - « Pourriez-vous mettre ceci debout, je vous prie Capitaine. J’ai envie de l’observer davantage. » Demanda-t-elle, près de l’esclave aux oreilles pointues.

    Lorsqu’il le fit, Isolde jaugea la taille du sujet. Celle aux gouttes de sang elfique restait plus grande que la brune, de plus d’une tête. Cela ne la dérangeait aucunement. Elle tourna autour de l’esclave, touchant sa peau à divers endroits. Puis, la regardant en face, plongeant son regard intense dans celui de son vis-à-vis. Elle souhaitait lui faire comprendre qu’elle allait bientôt devenir sa propriété, sa chose. Elle allait faire d’elle l’objet qui répondrait à ses plus sombres désirs. Elle voulait que l’animal, fers aux mains et aux pieds, en prît tout à fait conscience. Même si elle pensait son destin scellé et brisé, elle n’était certainement pas au bout de ses surprises. Elle n’était qu’au début d’un voyage qui serait très enrichissant et intensément grandiose…  

    Lorsqu’elle eut fini, elle laissa Saumâtre attacher de nouveau la chose, qui se repositionna à genoux. La mage prit soin de regarder attentivement autour d’elle, pour être tout à fait sûre de son choix. Puis, elle fit un signe de la tête au triton, tandis que ce dernier lui proposait une visite du navire.
    Celle-ci commença avec la présentation des armes navales, Isolde n’y connaissait strictement rien. Mais cela restait amusant à observer, surtout à voir l’expression enfantine et enjouée du pirate.

    - « Ah… les hommes et leur canon, une grande histoire. » affirma-t-elle.

    Plus pour elle-même qu’autre chose, mais l’idée la faisait rire. Fichu rhum, qui embrumait bien trop son esprit et le sens de la réalité.
    L’étudiante suivit ensuite le propriétaire du bateau, il la fit entrer dans une pièce, beaucoup plus luxueuse que ce qu’elle avait pu voir jusqu’à maintenant.

    - « C’est donc ici que je viendrai me reposer j’imagine, sous votre protection. » Dit-elle, en ricanant.

    Elle n’avait que vaguement conscience de ce qu’elle déblatérait. Mais qu’importait, cette rencontre tranchait du tout au tout avec la précédente. Elle s’efforçait de ne pas repenser à Mortifère et au mal qu’elle lui avait fait. Elle avait encore une conscience, si infime fût-elle. Mais elle demeurait. Il fallait s’en débarrasser, ne plus être polluée par ses sentiments handicapants et sournois. Cette faiblesse humaine si écœurante et incapacitante.

    Tandis qu’elle accompagnait le Capitaine à travers cette visite fort plaisante, la brune ne put s’empêcher de remarquer l’équipage. Les individus marins lui adressaient pour la plupart de drôles de regards. Elle se contenta de les ignorer, à demi consciente qu’elle restait sur un territoire hostile. Elle écoutait, de manière distraite, les paroles du triton. L’appareillage du navire en tant que tel ne l’intéressait pas particulièrement. Aussi, il fallait bien avouer que se concentrer sur des détails techniques devenait hasardeux. Aussi, son interlocuteur ne s’y attarda pas, pour son plus grand bien. Puis, lorsqu’il mentionna la barre… Isolde émit un rire franc. Et cela faisait bien longtemps que cela ne lui était pas arrivé. Elle riait, de manière presque candide. L’alcool et la piraterie formaient visiblement un heureux mélange. Elle prit donc la barre en main, comme suggéré par le Capitaine.

    - « Eh bien… C’est vrai que c’est plutôt agréable de l’avoir en main ! »

    Mais qu’est-ce qu’elle racontait… Bref. Le pavillon noir, voilà une chose aussi fortement intéressante, qui laissa briller une petite lueur dans les prunelles émeraude de la brune.
    Ensuite, ses pas la menèrent dans la cabine du Capitaine. Elle inspecta les lieux, là encore elle fut surprise de la grandeur de la pièce et de son petit côté charmant. Les effets personnels de Saumâtre ne reflétaient pas la noirceur supposée de son âme et l’atrocité de son apparence.

    - « Quel honneur vous me faites Capitaine, je ne pensais pas avoir le privilège de visiter votre cabine… ainsi que de… boire votre rhum. » Dit-elle, en prenant le verre et en l’avalant également d’une traite.

    Bon. Le ridicule de la situation n’allait sans doute pas s’améliorer avec le liquide démoniaque nouvellement ingéré.

    - « Aquaria ! Voilà, c’était ça le mot à ne pas dire. Enfin, que je viens de dire là.... Mais vous aussi, donc bon, ça ne compte pas. Pas vrai ? » Dit-elle, de manière très confuse. Elle écouta les paroles du triton, elle ne saisissait pas exactement de quoi il parlait.
    « Le Récif Noir ? C’est où exactement ? Il s’est passé quoi à Aqua… là-bas ? » Se reprit-elle.

    Elle ricana lorsqu’il évoqua le professeur de combat, puis encore plus à la question sur son éventuelle grossesse. Elle secoua la tête, en regardant le sol. Lorsqu’elle releva de nouveau la tête, elle fut surprise de constater la proximité du triton. Il la scrutait de ses pupilles fendues, elle resta un moment figé, avant de reprendre constance. Elle le contourna, se positionna dos à lui, avant de finalement se retourner en s’installant à son tour contre le bureau.

    - « Je n’étais pas très loin en vérité, dans la forêt, juste à la frontière. Et je savais qu’ici je trouverai ce qu’il me fallait. De l’aventure. De l’exotisme. »

    Et pas de mélancolie. Non. Elle ne devait pas replonger dans cette lente tourmente qui lacérait son âme. L’alcool avait plusieurs visages et elle luttait pour conserver le côté joueur. Saumâtre s’avança vers elle et la brune fût attirée par les tentacules disséminées dans la chevelure bleue du triton. Elle avança sa main et l’une d’elle s’enroula autour de son doigt. Ce qui eut le mérite de la faire ricaner de nouveau. Elle ancra son regard émeraude dans celui du triton.

    « Saumâtre ! » s’écria la sœur du Capitaine, accompagné d’un tambourinage intempestif à la porte de la cabine. « Frangin, ça va commencer, ramène-toi ! »

    Sauvée par le gong. Isolde se releva, l’esprit embrumé, elle se dirigea vers la porte, l’allure vacillante. Elle se retourna et laissa au Capitaine le loisir de répondre à sa cadette.

    CENDRES


    I am a mortal, but nothing human inside. What will be left of me when I'm dead ?


    La berceuse d'Isolde
    HO HO HO !
    HO HO HO !
    Capitaine Saumâtre
    Capitaine Saumâtre
    Messages : 63
    crédits : 207

    Info personnage
    Race: Triton
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3178-terminee-sous-l-ocean-sous-l-oceaaaannn-capitain-saumatrehttps://www.rp-cendres.com/t3198-journal-de-bord-sale-chronologie-de-saumatre#27729
  • Sam 20 Jan - 17:47

    Fixant la nécromancienne, Saumâtre laissa un léger rire s'échapper de sa gorge lorsqu'elle évoqua Aquaria avant de se reprendre. Puis, son sourire s'étira encore plus lorsqu'elle le contourna pour venir se placer contre le bureau.

    - Effectivement, c'est tout nous ça. Exotisme... Et aventure.

    L'alcool, un véritable fléau pour la raison et le bon sens. Qui autorisait son consommateur à déblatérer des mots beaucoup trop directs. Se rapprochant doucement, le triton scruta la jeune femme qui lui faisait face, dévoilant ses dents dans un léger sourire alors qu'autour d'elle les choses semblaient se troubler légèrement. Quand elle approcha ensuite sa main de sa chevelure, le capitaine laissa une de ses tentacules agir par réflexe et savoura le ricanement délicat de la brune aux yeux de jade. Bientôt, leurs regards s'ancrèrent et un certain poids sembla régner dans la cabine alors qu'il continuait de s'approcher. Puis le son violent de la porte de sa cabine qui se faisait frapper tira le triton de son observation. Puis la voix rauque de Syrtes résonna derrière cette dernière, faisant lâcher un long, très long soupire au marin.  

    - Ouais ouais! C'est bon, j'arrive. Il fixa de nouveau l'humaine. Et bien, je pense qu'on va devoir... Y aller. Ouais, venez. Au pire on fêtera votre achat plus tard.

    Il avait marqué la fin de sa phrase avec un sourire, tandis qu'il se dégageait doucement de la proximité de la demoiselle, lâchant au passage son doigt contre lequel l'une de ses tentacules était encore enroulée. Frustré? Oui, le triton l'était. Accentué par l'alcool, son désire venait de se faire tuer dans l'œuf par l'intervention de sa très chère sœur et il devait bien avouer qu'il n'avait pas particulièrement aimé qu'on le stoppe dans ce moment particulier. Mais bon, l'argent appelait. S'approchant de l'ouverture, le capitaine ouvrit finalement la porte pour laisser passer Isolde puis il lui emboita le pas, revenant sur le pont principal. Là bas, les chaises avaient toutes été installées tout comme les nombreuses tables sur lesquelles reposaient quelques bouteilles de vin volé et de rhum. Déjà, quelques acheteurs potentiels étaient venus s'asseoir et attendaient sagement tandis que les membres de l'équipage les observaient avec un regard empli de dégout et d'anticipation. Indiquant une chaise située vers "l'avant" des assises, Saumâtre fit une révérence particulièrement exagérée alors qu'il indiquait cette dernière à la nécromancienne.

    - Si madame veut bien se permettre...

    Il ricana doucement, laissant l'humaine s'asseoir avant de porter son regard sur les nouveaux arrivants. Si elle le désirait, elle pourrait reprendre un peu d'alcool le temps que la fête commence. Enfin. Si elle avait encore confiance en sa propre résistance. Parmi les nouveaux arrivants, le capitaine pirate remarqua un nain particulièrement gras et à la longue chevelure verte. Finalement, cette soirée s'avérait être très intéressante. S'approchant du petit homme, le capitaine souleva son tricorne pour souhaiter la bienvenue à ce dernier.

    - M'sieur Valaki. J'm'attendais pas à vous voir ce soir dites donc. La route a été bonne?
    - Merveilleuse Saumâtre. Mer-veil-leuse. On a été attaqué trois fois par des bandits de grands chemins depuis qu'on a passé la frontière reikoise et mon valet, en plus d'être un mauvais amant, s'est pris un carreau dans la cuisse.
    - Ah ouais c'est chiant. Bha allez vous asseoir hein, vous trouverez sûrement de quoi remplacer son handicap avec un peu de came!

    Valaki était un porc. Bon, pas au sens animal du terme. Même si le triton se doutait bien qu'il devait exister des mélanges étranges parcourant le monde. Mais ce nain était un sacré déviant. Chaque fois, il venait acheter les esclaves les plus beaux ou les plus chers, dans le seul but de les "consommer" de manière tordue jusqu'à son retour chez lui. Bon, en soit, Saumâtre s'en foutait bien de ce qu'il faisait avec sa marchandise. Mais ça le faisait déjà un peu plus chier quand le dit nain passait toute la vente à commenter chaque formes et comment il utiliserait ces dernières pour satisfaire "mr bite". Fallait avouer que ça plombait un peu l'ambiance quoi. Les gens venaient acheter de la marchandise, pas entendre le plus grand amateur de sexe que Sekai eut connu. Une fois le nain installé, le capitaine attendit encore quelques instants avant de finalement relever doucement le ponton permettant la descente du bateau. Comme prévu, la vente se ferait sous la supervision des Arpenteurs et personne ne viendrait la perturber. Que ce soit à l'extérieur ou l'intérieur du bateau. Après quelques minutes donc, le capitaine de la Renégate se plaça près de la porte menant aux caves avant de frapper soudainement dans ses mains pour attirer l'attention de son auditoire.

    - Mesdames, messieurs, bienvenue sur notre humble petit navire! J'espère que vous êtes tous confortablement installés. Si vous le désirez, des rafraichissements sont à votre disposition. N'hésitez pas à boire surtout. C'est gratuit ça, au moins.

    Il ricana doucement, avant d'ouvrir finalement la porte pour laisser un premier lot d'esclaves passer et se placer sur le pont.

    - Alors voila! C'est bien simple on a de tout. De la brune, du brun, de la blonde, du blond, de la rousse etc... Même du vert et du cornu. C'bien simple, tout ce qui marche, on vous l'a chopé! Allez allez, le premier lot commence à cinq pièces d'argent les esclaves. A vous!

    Et ainsi, les premières ventes commencèrent. Naturellement, il ne s'agissait pas des meilleures pièces. Il fallait y aller crescendo pour rendre la vente épicée. D'abord le grouillot, puis l'élite. Et saigner à blanc les acheteurs pour forcer les plus riches à tout dépenser sur les meilleures prises. Pourtant, malgré la piètre qualité du premier arrivage, le fameux Malaki commençait déjà à faire des siennes. "Oh, regardez la poitrine de celle-ci, délicieuse!" "Ah, comme il doit être agréable de se faufiler entre les cuisses de ce jeune homme" Et ça continuait, encore, et encore. Très vite, un malaise sembla s'installer chez quelques acheteurs alors que les membres de l'équipage laissaient des rires moqueurs s'échapper chaque fois que le nain aux cheveux colorés lançait ses commentaires. Puis soudainement, l'un des acheteurs en eut assez et se retourna subitement vers le demi homme, sortant une dague.

    - Encore une commentaire gros porc et je te trancherai la langue!

    Sans dire mot, Saumâtre se rapprocha subitement et attrapa le bougre par la nuque. Dans un réflexe, ce dernier vint planter sa lame dans l'épaule du triton qui ricana face au client qui réalisait enfin son geste. Juste avant de rencontrer violemment le bois du pont. Dans un soudain afflux de violence, le capitaine fracassa le crâne du bougre d'un violent coup de pied, projetant une gerbe de sang sur le bois humide, avant de le soulever pour le trainer jusqu'au bord du navire, sous le regard de toutes les personnes présentes. Et, dans un mouvement le pirate sauta sur la rambarde, transportant l'humain sonné.

    - Personne perturbe la vente. Personne menace. Et personne ne tente de s'en prendre à un arpenteur.

    Retirant alors la bourse d'or qui siégeait à la ceinture du malheureux, Saumâtre ricana doucement après l'avoir pesée puis jetée vers Syrtes.

    - Maintenant ça dégage.

    Jetant alors soudainement l'humain dans les airs, le capitaine de la Renégate sortit vivement son arbalète avant de décocher les deux carreaux qui vinrent s'enfoncer dans la gorge et la poitrine de celui qui avait osé briser l'une des seules règles du bateau pirate. Quand son corps mou fit un "plouf" magistral, la plupart des arpenteurs éclatèrent de rire tandis qu'une très grande partie des acheteurs acclamèrent le pirate.

    - Merci. Merci. Allez, on reprend.

    Sautant pour retourner sur les planches, le marin retira le couteau qui était toujours dans son épaule et admira silencieusement la plaie qui se refermait doucement. Une cicatrice de plus. Un énième sourire carnassier. Retournant donc à sa place attitrée, le marin fixa de son regard la foule, puis ancra ses deux pupilles fendues sur les traits d'Isolde pour voir ses réactions. Et enfin, dans un sourire, il tapa doucement contre la porte de la cale.

    - Et maintenant, les vraies enchères commencent. Nos meilleurs spécimens. Juste pour vous. Pour chacun, la mise de base sera de 8 pièces d'argent. Et on fera monter ça vite j'espère. Allez... A vous, mes chers clients.

    Et dans un nouveau sourire, la porte s'ouvrit enfin, révélant au public la chevelure de la seule femme esclave du lot de meilleure qualité.

    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Isolde Malkyn
    Isolde Malkyn
    Messages : 245
    crédits : 1085

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2669-isolde-malkyn-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2706-le-grimoire-d-isolde
  • Mer 24 Jan - 14:43
    Les chaînes de l'Océan
    Feat Saumâtre

    La situation devenait vraiment étrange et Isolde fut finalement soulagée d’être interrompue par la sœur du Capitaine. Celui-ci semblait plutôt contrarié. Il aurait très certainement préféré poursuivre l’action qui se déroulait avec l’humaine. Pourtant cette dernière reprenait quelque peu conscience de ses actes. En effet, si certains gestes avaient pu l’amuser, elle reconnaissait maintenant qu’ils étaient déplacés et… dangereux. Beaucoup trop. Surtout que la dernière parole du triton, accompagnée d’un sourire équivoque, ne laissait pas de place au doute quant à ses intentions. La mage déglutit, avant de quitter la cabine en première. Quelle curieuse journée.

    Place à la vente aux enchères, qui allait mettre fin au malaise de la situation entre les deux protagonistes que tout opposait. Mais ce qui restait sûr, c’était qu’il la faisait rire. Les scènes sur le navire la dépaysaient totalement, ce bol d’air marin paraissait être la meilleure chose qui pouvait lui arriver en ce jour, parfaitement ce qui lui fallait en ce moment. Alors, l’étudiante se laissait prendre au jeu et souriait face aux manières volontairement exagérées du pirate. Lorsqu’elle prit place, le triton se préoccupa des autres potentiels d’acheteurs présents sur le pont. Isolde balaya rapidement les clients du regard, elle n’en avait que faire à vrai dire. Ses prunelles émeraudes se posèrent plutôt sur les caisses de vin et de rhum qui se trouvaient non loin d’elle. Ce n’était absolument pas raisonnable de se servir à nouveau. Évidemment, c’était ce qu’elle aurait dû penser et rester confortablement assise sur sa chaise, en attendant le début de la vente. Pourtant, le liquide exotique coulait déjà dans son contenant. Quelle diabolique boisson. Elle avait été attirée par celle-ci, comme une moule vers son rocher.
    Lorsqu’elle revint vers sa chaise, elle entendit bien malgré elle, la curieuse voix d’un nain s’élever. Il parlait d’une attaque, de son amant… et d’autres choses banales. En revanche, ce qui retenait particulièrement l’attention de la reikoise restait l’incroyable laideur du nain. De longs cheveux verts encadraient un visage disgracieux et rubicond, sa silhouette adipeuse reflétait une vie d’opulence et d’excès en tout genre. Et ses pratiques les plus intimes, qui ne regardaient normalement que lui, devenaient sujet de conversation. Les acheteurs semblaient médusés par cet homme de petite taille à l’apparence affreusement repoussante et son manque cruel de retenue.

    Le nain n’arrêtait pas ses commentaires, il décrivait à tous les scènes qu’il imaginait avec le premier lot d’esclaves. Un des clients, plus remonté que les autres, lui fit comprendre avec fermeté et menace, son mécontentement. Hélas, cela ne faisait pas partie du règlement des esclavagistes. Aussi, l’homme se prit des remontrances par le capitaine, qu’il vint finalement achever et jeter par dessus-bord après avoir reçu un coup de lame dans l’épaule.

    - « Eh bien, les affaires sont rudes. » lança doucement Isolde, qui ne s’ennuyait pas un instant.

    Que de rebondissements durant cette vente. Sans que l’évènement ne semblât la gêner outre mesure, elle sirota son verre de rhum paisiblement. Saumâtre reprenait la vente, comme si rien ne s’était passé et après un furtif coup d’œil, la nécromancienne en fit de même.
    Enfin, le meilleur lot arrivait sur le pont. Isolde observa et aperçut directement l’objet de sa convoitise. Évidemment, l’horrible nain à la barbe mal rasée et négligée, lui donnant une allure encore plus repoussante, y allait de ses commentaires. Sur sa poitrine, ses courbes, ses cheveux, sa bouche. Le moindre détail y passait, sur toutes les choses qu’il comptait lui faire une fois en sa possession. Pourtant, il s’agissait de la chose déjà réservée par la mage noire. Elle l’avait vue la première. Elle lui appartenait. Et elle ne comptait pas se laisser faire par ce détestable petit personnage.

    Lorsque l’esclave à la chevelure blonde cendrée fut présentée aux potentiels acheteurs, le nain leva tout de suite la main. Mais quel stupide nain ! Et le rhum avait empêché à Isolde de se souvenir de la marche à suivre pour les enchères… Elle leva alors aussi la main subitement. Laissant le loisir au Capitaine de faire les comptes, elle n’y comprenait de toute façon rien et elle demeurait bien trop ivre pour cela. Mais le prix augmentait et le nain continuait de lever la main, ainsi que d’autres clients. Isolde continuait à en faire de même. Après plusieurs échanges, seuls le nain et la mage restaient en course. La note commençait à être salée et l’être à l’affreuse chevelure verte ne lâchait pas l’affaire. La jeune femme eut une terrible idée, lourde de conséquences si elle se faisait prendre. Mais l’alcool donnait toujours plus d’assurance et faisait faire beaucoup de choses stupides. Déterminée et tachant de se faire la plus discrète possible, elle lança une attaque psychique sur le nain. Pour le faire céder. Parce que rien ne semblait l’arrêter pour obtenir l’esclave blonde… Une attaque de faible intensité, mais qui dérangerait fortement sa concentration. Des maux de tête vinrent alors perturber l’individu, qui se tenait les tempes et se recroquevillait sur sa chaise. Le temps qu’il pût reprendre un peu plus de constance, Isolde gardait la main levée et espérait que cela eût suffit à conclure la vente. Elle regardait furtivement autour d’elle, l’équipage ne semblait pas avoir décelé quoique ce soit. Il en était peut-être pas de même pour le Capitaine. Soit, il allait fermer les yeux sur le léger incident et conclure l’affaire à l’avantage de la brune aux yeux clairs. Soit, il allait elle aussi la faire passer par-dessus bord pour tricherie. Bon, après tout, elle ne l’avait pas menacé. Juste un petit maux de crâne, ce n’était pas la mort ! Puis, de toute façon, il n’avait pas de preuve évidente… Isolde laissa se dessiner un léger sourire sur ses lèvres et une expression douce, accentuée par l’émeraude scintillante de ses yeux. Innocente, évidemment ! Et hop, elle termina son petit verre de rhum, l’air de rien.

    CENDRES


    I am a mortal, but nothing human inside. What will be left of me when I'm dead ?


    La berceuse d'Isolde
    HO HO HO !
    HO HO HO !
    Capitaine Saumâtre
    Capitaine Saumâtre
    Messages : 63
    crédits : 207

    Info personnage
    Race: Triton
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3178-terminee-sous-l-ocean-sous-l-oceaaaannn-capitain-saumatrehttps://www.rp-cendres.com/t3198-journal-de-bord-sale-chronologie-de-saumatre#27729
  • Mer 24 Jan - 16:25

    Ce qu'il y avait de merveilleux avec les ventes aux enchères alcoolisées, c'est que ça s'enflammait souvent très très vite. Saumâtre le savait parfaitement et c'était spécifiquement pour ça que le triton venait déposer autant d'alcool sur les tables de ses acheteurs potentiels. Tout était souvent calculé d'avance, où le pirate présentait éventuellement sa marchandise à celles et ceux qu'il estimait plus que les autres. Ou bien qu'il savait bon payeur. A vrai dire, Isolde faisait un peu exception à cette règle. Elle, il l'avait fait visiter car elle l'amusait. Car l'alcool avait parlé avant tout le reste. Mais... Lorsque Saumâtre vit la belle lever la main, il sut directement qu'il avait fait le bon choix.

    - Allez, on continue messieurs-dames! J'ai une main levée ici, une autre là! Ca grimpe, vous laissez pas avoir, regardez moi cette pièce! Que du bon!

    Pour agrémenter son propos, le combattant marin ricana alors qu'il venait faire tourner l'esclave, dévoilant ses formes au public prêt à l'acheter. Il s'amusa doucement, passant ses mains pour envelopper sa poitrine et la mettre en valeur, avant d'ensuite lui faire prendre diverses poses, tout en donnant divers ordres simples qu'elle devait réaliser. Le but était simple. Montrer le pédigré de l'esclave, ainsi que sa soumission. C'est ce que recherchait ces clients, peu importe leurs ambitions la concernant. Ainsi, les mains se levèrent successivement, jusqu'à ce que bientôt il ne reste que le gros porc de nain et la belle étudiante.

    - Hahaha, on dirait qu'on a nos deux compétiteurs. Allez, que le meilleur gagne hein.

    Ou le plus riche, surtout. Quoiqu'il en était, Saumâtre se pris au jeu de voir les deux adversaires se livrer à une course folle pour obtenir l'objet de leur désir du moment. D'un côté, un être que la nature n'avait clairement pas gâté mais que les richesses avaient entretenu. De l'autre une jeune humaine intrigante qui semblait avoir la bourse aussi remplie que celle de son opposant. Et curieusement, le pirate avait son favori dans cette course à l'achat. Puis soudainement le nain vint poser ses mains sur ses tempes. Il sembla grogner, fermant les yeux quelques instants. Faisant glisser ses pupilles fendues de l'accident d'accouplement à la belle brune, Saumâtre étira un large sourire en regardant cette dernière qui levait la main fièrement, le regard posé sur le demi homme. Le Capitaine de la Renégate n'avait qu'une connaissance limitée de la magie et de ses effets, mais il n'était pas stupide pour autant et quelque chose s'était clairement joué pour qu'Isolde puisse prendre l'ascendant. Et à vrai dire, ça faisait mourir de rire le triton. Qu'y avait-il de plus pirate que de faire un coup bas ainsi? Elle ne l'avait pas suriné, elle avait respecté la règle du "pas de menace, pas de sang". Alors, c'était tout benef' pour elle. Souriant de plus belle, l'esclavagiste compta une fois, deux fois, puis ricana en déclarant la nécromancienne comme nouvelle propriétaire de sa marchandise.

    - Bravo à vous, ma dame, cette merveilleuse marchandise est à présent votre. Il ricana. Bien, marchandise suivante!
    - Il y a eu quelque chose!
    - Pardon?

    Se relevant difficilement, Valaki cracha sur le bois du pont alors qu'il pointait de son doigt boudiné l'humaine aux yeux émeraudes. La scène, en vérité, s'avérait particulièrement ridicule étant donné l'air grossier du nain et de sa presque barbe mal proportionnée.

    - Cette sorcière a fait quelque chose! J'ai eu mal au crâne!
    - Et vous accusez tout le monde pour vos propres défaites, Valaki?
    - Taisez-vous monsieur Filrmond, ce n'était pas normal. Et elle le sait, regardez la!

    S'avançant doucement, Saumâtre se pencha sur le nain aux cheveux verts qui se retourna, les yeux à la fois emplis de colère et de terreur face au pirate qui faisait presque trois fois sa taille. Posant une de ses mains sur ses épaules, le capitaine étira un nouveau sourire.

    - Allons allons m'sieur Valaki. On va pas accuser les gens pour des migraines hum? Vous avez pas mal bu ce soir, l'alcool a ptètre fait effet, ou alors quelqu'un vous a empoisonné, j'sais pas. Mais la dame là, elle est à votre opposé, donc ça pourrait pas être elle. Vous voulez pas faire de bruit hum? La vente est pas encore finie. A part si un plongeon vous tente?

    Déglutissant, le nain fixa d'un air rageur la nécromancienne, avant de reporter finalement son attention vers l'esclavagiste.

    - Non. Non. Vous savez bien que je ne sais pas nager.
    - Excellent choix. Et vous verrez en plus m'sieur Valaki, il reste encore de la bonne came. Je suis sûr que vous trouverez de quoi vous dégorger le poireau.

    Et ainsi, la vente repris, presque sans incident. Enfin. Mis à part les nouveaux commentaires libidineux du nain déviant.

    *
    *  *


    Les derniers clients commençaient à partir du pont de la Renégate, alors que Saumâtre se penchait doucement sur la barrière de son navire. De ses yeux jaunes, le pirate observait doucement les différents esclaves achetés qui repartaient avec leurs nouveaux maîtres. Grâce à la vente, l'équipage avait eu suffisamment pour payer de nouveaux matériaux et surtout, de la poudre pour pouvoir combattre. En plus de s'en mettre plein les poches et de rincer Brumerive et la flotte, bien sûr. Des bonnes affaires, qui enchantaient grandement l'enfant du Récif Noir. Se tournant finalement, le capitaine de la Renégate remarqua Isolde qui avançait doucement vers lui.

    - Ah!!! Madame la sorcière! Il ricana franchement, avant de balayer l'air de la main. Je rigole, vous en faites pas. Même si vous avez fait quelque chose à ce con de nain, ça me fait rire de voir les clients se tirer dans les pattes. Et puis bon, vous la méritiez cette marchandise, j'aurais pas trop aimé qu'il reparte avec pour se la farcir ce gros dégueulasse. Vous imaginez même pas, ce con a une pompe qu'il se fout sur la queue pour créer un vide d'air et... Il s'arrêta, éclatant de rire alors qu'il se rendait compte de ce qu'il disait. Pardon pardon. C'est l'alcool.

    Se redressant alors soudainement, le pirate invita la belle à le suivre tandis qu'autour d'eux les membres de l'équipage rangeaient le mobilier. Attrapant une bouteille de rhum qui n'avait pas encore été rangée, Saumâtre en bu plusieurs gorgées avant de tendre la dite bouteille à Isolde.

    - Vous en voulez?

    Qu'elle prenne ou non la bouteille, le pirate continua ensuite doucement sa route, amenant l'humaine vers l'arrière du navire. De là, il s'arrêta quelques instants pour admirer le ciel étoilé qui se reflêtait dans les douces vagues qui venaient s'échouer sur la plage.

    - Mes gars vont sûrement passer la nuit à dilapider leurs thunes dans les bordels ou les tavernes de Brumerive. Mais j'vais rester près de vous, ne serait-ce que pour m'assurer que personne ne vienne suriner ma nouvelle meilleure cliente. Il étira un large sourire, tournant la tête vers la femme aux cheveux noirs. Votre nouvelle propriété a été réattachée dans son espace prévu. On va pas la mettre de suite dans votre cabine, au cas où elle serait prise d'une envie de sang. Enfin.

    Il se retourna alors complètement fixant l'humaine. Ses yeux glissèrent sur ses traits quelques instants, avant qu'il se mette à rire de nouveau.

    - Du coup, ça vous fait quoi, d'être sur ce bateau? De vivre tout ça? De découvrir le monde merveilleux de notre chère piraterie? Ca doit être assez changeant de ce que vous avez pu vivre au Reike, ou chez les culs-bleus.

    Il écouta doucement sa réponse, souriant légèrement.

    - La nuit va être longue je pense, on fait toujours la fête chez les Arpenteurs lorsqu'on fait des belles ventes comme ça. Alors ce soir ça va pas y manquer. Il plongea ses yeux dans ceux de l'humaine. Comme vous êtes avec moi pour la soirée. Ca vous tente de faire partie de ces célébrations? On peut rester sur le bateau ou... Si vous préférez, aller sur la plage.

    Et il attendit sa réponse, tandis qu'au loin les cris amusés des arpenteurs commençaient déjà à se répandre dans les ruelles du refuge pirate.

    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Isolde Malkyn
    Isolde Malkyn
    Messages : 245
    crédits : 1085

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2669-isolde-malkyn-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2706-le-grimoire-d-isolde
  • Jeu 25 Jan - 15:29
    Les chaînes de l'Océan
    Feat Saumâtre

    Le nain protestait, il se doutait de quelque chose qui venait d’Isolde et pourtant celle-ci paraissait très calme et détachée. Elle ne prit même pas la peine de nier, vu que les autres acheteurs la défendait déjà très bien à sa place. La situation semblait tourner à l’avantage de la reikoise et cette dernière n’allait pas s’en plaindre. Elle souriait intérieurement tandis que l’affreux nain bougonnait. Le Capitaine, quant à lui, paraissait avoir compris la supercherie et s’en amusait plutôt que de hurler à la tromperie. Après tout, duper résonnait comme un art dans la piraterie. Et sans preuve tangible, impossible de douter de l’innocence de la brune. L’abominable petit personnage fut finalement ramené à la raison par l’esclavagiste et il put se résoudre à poursuivre la vente sans encombre.

    Lorsque celle-ci toucha à sa fin, que les clients repartaient docilement avec leur animal de compagnie, Isolde s’approcha du marin bleu. Son ricanement eut aussitôt raison d’elle et elle ria aussi à ses paroles. Bon, la quantité de rhum nouvellement ingérée n’y était pas non plus étrangère.

    - « Ne vous en faites pas, ce ne serait pas la première fois que quelqu’un me prend pour une sorcière. Cela vient sûrement de la robe noire. » Dit-elle, en riant et vacillant.

    Oui, elle était totalement ivre et tout lui semblait plus ou moins drôle. Ou flou. Très flou d’ailleurs. Et le bateau, pourquoi semblait-il tanguer comme pas possible, comme s’ils étaient en pleine mer. Alors que l’ancre demeurait vers le fond. Les images tournoyaient un peu autour d’elle et les mots du triton lui arrivaient de manière beaucoup moins claire et sensée. Maudit breuvage. De ce fait, elle n’avait pas tout saisi sur son histoire de pompe à air, alors elle se contenta de rigoler en haussant les épaules.

    Lorsque son interlocuteur lui proposa une nouvelle gorgée de rhum, elle refusa d’un geste de la main.

    - « Je pense que j’ai eu mon compte là, merci. » déclara-t-elle.

    Vraisemblablement, elle avait trop abusé de cette boisson sournoise et diabolique. Elle commençait à ne pas se sentir en grande forme.
    Elle suivit difficilement le capitaine, cherchant à dissimuler son mal-être du mieux qu’elle le pouvait. Elle ne pensait pas que l’alcool allait rendre son esprit aussi troublé. Après, il était certain qu’elle en avait abusé. Peut-être une manière de fuir la réalité de ces dernières semaines. Des pensées obscures qui continuaient de l’assaillir et de cette fin imminente pour son humanité. Un désir et une angoisse mélangée, qui offrait un curieux assemblage face aux divagations alcoolisées.

    Alors qu’ils arrivaient à l’arrière du navire, Isolde se positionna face à la rambarde. Le ciel étoilé était magnifique et lui permettait d’ancrer ses pensées et ne pas se perdre dans les méandres de son esprit embrumé. L’esclave serait de nouveau attachée, dans l’attente de lui être rendue la nuit achevée, lorsque la reikoise ne serait plus la cible d’un éventuel danger.

    - « J’apprécie le moment passé sur votre bateau. C’est vraiment dépaysant oui et je trouve, honnêtement, qu’il s’agit d’un monde passionnant. »

    Quant à la proposition du triton… Isolde entendit les cris des marins, prêts à brailler de plus belle en dépensant leurs pièces dans les établissements de luxure et les débits de boissons. La mage secoua doucement la tête, elle n’avait pas envie de cela. Elle préférait au contraire retrouver un peu de calme. Et l’idée de contempler la plage éclairée par les étoiles et la lueur de l’astre nocturne lui était plus plaisante.

    - « La plage me tente bien, allons-y. »

    Ils quittèrent alors le navire ensemble, laissant le triton passer devant, elle le suivait légèrement en retrait. Isolde ôta ses chaussures, le sable durant cette nuit paraissait frais au contact de sa peau. Mais cela restait très agréable comparé à celui du désert qu’elle avait déjà foulé maintes fois en plein jour.
    Arrivée près de la mer, elle ne put s’empêcher de vouloir tremper les pieds dans l’eau. Elle était fraîche mais restait aussi agréable. Ou la quantité d’alcool présente dans son sang annihilait quelque peu les effets déplaisants. Elle ne ressentait pas vraiment le froid.

    - « Pour revenir sur votre question, je trouve qu’il y a ce sentiment de liberté dans la piraterie. Mais ce n’est peut-être qu’une idée fantasmée. Vous sentez-vous libre, Capitaine ? » Demanda-t-elle.

    La liberté était une notion floue. Certains pensaient la posséder, simplement parce qu’ils n’étaient pas contraints de la même façon que d’autres. Évidemment, un esclavagiste avait plus de liberté que les esclaves qu’il vendait. Pour autant, restait-il pleinement maître de lui-même ? Ne dépendait-il pas lui aussi d’un chef ou même du système pécuniaire pour subsister. Enfin, l’océan offrait cette sensation de liberté. Comme appelée par cela, ou par sa folie alcoolisée, la jeune femme se débarrassa de sa robe, la laissant tomber sur le sable avant de marcher droit vers l’eau. Elle avançait d’un pas lent, ne s’arrêtant seulement lorsqu’elle fut entièrement immergée. Le sensation lui paraissait agréable, elle plongea dans l’eau et nagea un peu les yeux fermés avant de revenir à la surface.  

    CENDRES


    I am a mortal, but nothing human inside. What will be left of me when I'm dead ?


    La berceuse d'Isolde
    HO HO HO !
    HO HO HO !
    Capitaine Saumâtre
    Capitaine Saumâtre
    Messages : 63
    crédits : 207

    Info personnage
    Race: Triton
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3178-terminee-sous-l-ocean-sous-l-oceaaaannn-capitain-saumatrehttps://www.rp-cendres.com/t3198-journal-de-bord-sale-chronologie-de-saumatre#27729
  • Jeu 25 Jan - 17:02


    Etirant un léger sourire, le pirate écouta la réponse de l'humaine aux yeux d'émeraude. Ainsi, la demoiselle venait de faire son choix quant à la suite de cette soirée. Roulant légèrement de l'épaule qui avait reçu le coup de dague un peu plus tôt, le triton se redressa pour finalement reprendre la parole.

    - Si c'est la plage que madame veut, alors c'est la plage que madame aura.

    Commençant à marcher doucement, le capitaine de la Renégate attendit tout de même que son accompagnatrice ne lui emboite le pas avant de se diriger ensuite doucement vers le ponton menant au sable fin.

    - Je suis content que ce monde vous plaise Isolde. Les navires, la mer, les pirates.. Tout cela est un spectacle particulier que beaucoup n'apprécient pas. On nous pense rustres. Stupides. C'est souvent le cas. Mais ils ne saisissent pas l'essence de ce qu'est véritablement la piraterie.

    Il ne comptait pas spécialement se lancer dans de grands débats philosophiques. Enfin. A vrai dire, il en était surtout incapable compte tenu de la quantité d'alcool qui était venu jouer avec ses pensées. A l'heure actuelle, tout ce qui comptait pour l'enfant du Récif Noir, c'était de se détendre. De profiter du moment. De vivre sa vie pleinement. Demain, il pouvait sombrer et disparaître. Une ancienne amante. Un ancien ennemi des fonds marins. Les républicains. Les gardes d'Aquaria. Bon nombre de personnes voulaient faire la peau au marin renéguat. Et pourtant... Pourtant en cette nuit il était serein. C'était sûrement l'alcool. C'était sûrement pas malin. Mais Saumâtre n'avait jamais eu la prétention de l'être. Il n'était pas stupide, oh ça il ne le pensait pas. Mais il se savait suffisamment intelligent pour visualiser les choses sous un angle qui lui était propre. Et si son fatalisme pouvait sembler téméraire, il lui permettait en réalité de vivre les choses à sa manière.

    Rapidement, le duo se retrouva à marcher sur le sable frais de la plage de Brumerive. Observant la belle qui retirait ses chausses pour marcher ensuite tranquillement dans le sable fin, le triton imita l'humaine et se mit à son tour à savourer la sensation délicate des plages nocturnes. Sous sa plante, le pirate pouvait sentir ici et là l'humidité d'anciennes vagues ayant laissé leurs écumes chatouiller les petites perles sableuses. Sortant de ses pensées lorsque la nécromancienne reprit soudainement la parole, Saumâtre écouta cette dernière avant d'écarquiller un peu les yeux lorsqu'il vit ensuite l'humaine retirer sa robe. De ses pupilles fendues, le pirate vint observer les formes et courbes de l'humaine à la peau pale, savourant chacune d'entre elles. Elle n'était pas vulgaire, comme les catins des bordels du refuge pirate. Elle n'était pas "bestiale" comme pouvaient l'être certaines sirènes du Récif Noir. Non. Elle était belle. Et séduisante. L'alcool, visiblement, avait en prime la fâcheuse tendance à embrumer encore plus l'esprit déjà intrigué du triton. Aussi, ce dernier continua son observation, dévorant des yeux la brune jusqu'à ce qu'elle ne vienne s'immerger. Quand elle ressortit enfin la tête de l'eau, le capitaine de la Renégate s'avança légèrement, laissant ses bottes choir alors qu'il retirait doucement sa chemise.

    - La liberté... Ah! On peut dire que vous avez vu juste Isolde. Est-ce que je me sens libre? Hum... Sur terre, cela est difficile à dire. Il y a une multitude de codes. De civilisations. De règles. Je fais partie d'une flotte, donc je dépend d'un amiral. Un ami à qui je dois la vie. Pour autant, je ne suis pas lié à lui de la même façon qu'on peut être lié à un seigneur. Le partage équitable. Une autre notion des pirates. Que ce soit dans les questions d'autorité ou bien de biens. Pour le reste... Je ne suis pas un être aimant se retrouver prisonnier d'une situation...

    Il avança de nouveau, retirant cette fois son pantalon pour le jeter machinalement sur la chemise. Puis, enfin, ce fut le tricorne qui quitta sa personne pour venir s'écraser contre le tas de vêtements et d'objets appartenant au capitaine. Bientôt, ses jambes écailleuses commençaient déjà à s'enfoncer dans les vagues alors qu'il avançait vers la mer, souriant doucement.

    - Mais une fois dans l'eau... Les choses sont bien différentes. Plus aucune règle. Plus aucune condition. Des courants allant ici et là, auxquels on peut s'opposer ou s'allier. C'est pareil lorsque je navigue, je peux décider d'aller où je le désire. Je peux vivre ma vie comme je l'entends. Au diable les règles de bienséances. Les avis des autres. La lune pourrait bien se mettre à saigner que ça ne m'empêcherait pas de naviguer, boire, baiser, vivre. Je suis un être assez simple, quand on me compare aux diplomates et autres nobles de ce monde. Mais c'est peut être cette simplicité, qui me rend bien plus libre qu'ils ne le seront jamais. Aucun royaume à diriger. Aucun compte à rendre. Aucun organisme à gérer.

    S'immergeant enfin totalement à son tour, le triton savoura silencieusement l'eau qui venait entourer son corps. Un véritable plaisir pour l'être aquatique qui demeura ainsi quelques instants avant de nager subitement vers l'humaine. Il ne transforma pas ses jambes. Pas besoin, il ne comptait pas partir trop loin de toutes façons. Nageant donc rapidement jusqu'à l'humaine, le triton ouvrit les yeux avant de finalement ressortir la tête de l'eau, presque au niveau de l'étudiante. Etirant un léger sourire, l'esclavagiste reprit alors la parole.

    - La mer et l'océan possèdent des vertus bien particulières. Chaque fois que je nage parmi les vagues, je ressens ce frisson. Cette sensation de plénitude. Comme si je redevenais pleinement moi. Il y a dans l'eau comme un sentiment d'émancipation. De plénitude. L'eau porte nos corps, les allège du poids qui nous encombre habituellement sur terre. Après c'ptètre juste moi qui ressent ça à cause de ma nature. Mais j'ai l'impression que vous comprenez ce que je veux dire.

    Il se mit alors doucement à tourner autour de l'étudiante, ricanant légèrement alors qu'il profitait de son aisance aquatique pour se déplacer sans le moindre mal. Là aussi l'océan avait un avantage par rapport à la terre ferme. Surtout lorsqu'il avait trop bu. S'arrêtant soudainement face à Isolde, le capitaine de la Renégate vint ancrer ses pupilles fendues dans le jade du regard de la nécromancienne.

    - Prenez mes mains. Allez. Il ricana. Promis je compte pas vous entraîner sous l'eau pour vous bouffer.

    Il attendit qu'elle ne vienne poser ses mains contre les siennes puis, d'un geste tendre, le pirate vint attirer la belle à lui. Suffisamment pour qu'elle soit proche sans pour autant qu'elle ne se retrouve pleinement collée à lui. Puis, dans un mouvement léger, le triton commença une danse aquatique. Un ballet dirigé aux grés des vagues dans lequel il dirigeait chaque pas. Ils bougeaient, ainsi, dansant dans l'écume comme s'ils se trouvaient au milieu des salles de bal des plus grands palais. Autour d'eux, la lueur blanchâtre de la lune venait se refléter dans une eau troublée uniquement par les différentes valses que le duo effectuait.

    Guidant la nécromancienne au travers de cette échange, le pirate les dévia peu à peu pour qu'ils se retrouvent sous un des arbres penchés qui s'étirait depuis les criques de Brumerive. De ses longues feuilles, on pouvait apercevoir légèrement le reflet délicat des astres célestes à cause de la myriade de gouttelettes qui stagnaient sur le vert des arbres. Achevant doucement leur danse, le triton attira de nouveau la nécromancienne près de lui, la fixant de nouveau tandis qu'ils se retrouvaient à présent de nouveau près l'un de l'autre. Ses yeux ne quittèrent alors plus ses prunelles tandis qu'il se mit à sourire doucement, sans révéler l'entièreté de ses dents. Dans son dos, les lueurs éloignées des torches du refuge pirate venaient créer un tableau aux couleurs opposées, où le bleuté des écailles du renégat venait s'opposé à l'orangée des flammes. Ses cheveux, quant à eux, baignaient doucement à la surface de l'eau lorsqu'ils ne se retrouvaient pas plaqués contre sa peau. Les mains de la nécromancienne toujours dans les siennes, Saumâtre faisait en sorte de nager pour eux deux, profitant doucement de sa force et ses facilités aquatiques.

    - La liberté est un fruit délicieux qui permet de se détacher, ne serait-ce qu'un instant, des soucis qui nous accompagnent et qui nous ralentissent. Actuellement, je suis libre de faire ce que je veux, tout comme vous. Peut-être pas dans une heure. Peut-être pas demain. Mais dans l'instant nous le sommes. Peut-être que tout misérables que nous sommes, nous ne faisons que voler bêtement vers le soleil avec des ailes de cires...

    Il ricana doucement, réalisant toute la verbe que provoquait l'alcool et ses pensées.

    - Mais en attendant de se cramer comme des cons... Profitons un peu de la vue.

    Et il arrêta de parler, observant le brune qu'il portait dans l'eau. Bientôt, ils retourneraient au bateau. Et ses responsabilités de capitaine reviendraient. Mais là, dans l'eau. Il n'était que lui. Saumâtre, le triton orphelin du Récif Noir. Alors autant en profiter encore un peu.

    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Isolde Malkyn
    Isolde Malkyn
    Messages : 245
    crédits : 1085

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2669-isolde-malkyn-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2706-le-grimoire-d-isolde
  • Dim 28 Jan - 12:33
    Les chaînes de l'Océan
    Feat Saumâtre

    La sensation de l’eau fraîche paraissait si agréable, les douces vagues caressaient la peau de porcelaine de la mage. L’immensité de l’océan semblait si apaisante, faisant oublier les diverses préoccupations. Un sentiment d’étrange plénitude envahit la jeune femme, elle laissait sa longue chevelure d’ébène flotter, gardant la tête à moitié dans l’eau. Son visage tourné vers le ciel, elle observait silencieusement les étoiles. Ce moment était apaisant, cela pansait les blessures de son âme. Cet instant serait bref, elle le savait. Elle profitait des dernières secondes, sachant que ses obscures pensées n’allaient pas tarder à venir de nouveau tirailler son esprit.

    Par chance, elle n’était pas seule ce soir. Les paroles du pirates s’élevèrent dans la nuit, tandis qu’il s’approchait doucement d’elle. Il parlait de sa vision de la liberté et elle ne paraissait pas éloignée de l’idée qu’Isolde s’en faisait. Pour lui, ce sentiment était bien sûr exacerbé, sa nature marine amplifiait la sensation d’émancipation. Il ne dépendait que de son amiral et à en croire ses paroles, ce n’était pas une hiérarchie dure et liberticide. Ils fonctionnaient avec une notion de partage de biens. Et les autorités ne leur posaient pas vraiment de problèmes. Ces difficultés pouvaient être annihilées s’ils savaient à qui graisser efficacement la patte.

    - « Une vie simple, sans perturbations à l’horizon, voilà qui fait rêver. »

    Le soleil au zénith, la mer comme horizon, la recherche de trésors et de plaisirs en objectifs. Voilà une vie plaisante et savoureuse. Pourtant, la nécromancienne s’était lancée dans une quête bien différente en tout point. Où le soleil et la chaleur d’un cœur qui bat n’avaient plus sa place.
    Elle releva la tête, lorsqu’elle sentit le triton venir à sa hauteur et plonger son regard dans le sien. Elle sourit légèrement.

    - « Si les choses venaient à mal tourner pour moi, je songerais sérieusement à m’orienter vers la piraterie. » Dit-elle, en riant.

    L’idée ne paraissait pas si folle, à cet instant. Elle l’observait tourner autour d’elle, elle tenta de le suivre, mais ses mouvements étaient bien trop fluides pour l’humaine qu’elle était. L’être marin possédait une aisance évidente dans l’eau et évoluait gracieusement. Lorsqu’il lui demanda ses mains, elle hésita. Elle connaissait les histoires des sirènes et des tritons. Elle savait qu’il pouvait l’entraîner dans les profondeurs et la dévorer en un rien de temps. Il promettait que cela n’était pas dans ses intentions. Il aurait déjà pu le faire. Puis, l’or ne restait-il pas sa priorité ? Avec l’achat de l’esclave, puis la nuit passée à la protéger, elle lui devait déjà un bon paquet de pièces.

    La reikoise donna alors ses mains au pirate, sans plus tergiverser. Il l’entraîna près de lui, tout en gardant des distances respectueuses qu’elle apprécia. Il entama un ballet aquatique doux et agréable. L’étudiante se laissait totalement guider, lâchant prise et savourant les effets de l’eau glissant contre son corps. Elle ressentait à nouveau cette délicate sensation de satisfaction et de légèreté. Il lui faisait vivre un moment agréable et elle le remerciait pour cela. Une évasion totale, un calme entre deux tempêtes.

    Isolde s’étonna elle-même de trouver de la beauté dans cet être qui lui contait les délices de ce moment éphémère. Malgré son apparence effrayante et tout à fait improbable, elle était comme séduite par ses mots, par cet instant de félicité qu’il lui offrait. Cela faisait peut-être partie de ses talents de créature marine obscure et tentatrice… Ou ce tableau enchanteur mêlé au rhum perfide procurait à la nécromancienne des pensées chimériques et délirantes.

    - « Votre verbe devient juste et poétique lorsque vous êtes imbibé de rhum, cher Capitaine. Est-ce dû seulement à ce pernicieux breuvage, ou essayez-vous de me séduire ? » dit-elle, de sa voix douce et malicieuse.

    Elle se laissa entraîner dans une dernière danse marine, avant de regagner le rivage. Elle s’aida du pirate pour sortir de l’eau, s’appuyant contre lui. Sa tête tournait beaucoup, l’alcool dans le sang accompagné par la danse, elle se sentait vaciller. Elle se détacha du triton, fit quelques pas, sa vision paraissait de plus en plus trouble.
    La jeune femme porta la main à sa tête, avant de tomber à genoux sur le sable. Son estomac lui jouait à présent des tours, le tout combiné n’avait pas eu un effet désirable sur son organisme. Et voilà qu’elle rejetait le contenu de son estomac, souillant le sable de la plage.

    - « Non, ne vous approchez pas. » Parvint-elle à dire, entre deux nausées.

    Décidément, le rhum était vraiment une boisson diabolique. Pliée en deux, rejetant le liquide fourbe et mesquin de son estomac, la brune semblait en piteux état. Toutefois, elle se releva, se dirigeant vers la mer pour nettoyer en vitesse ses mains et ses cheveux, souillés eux aussi. Puis passer de l’eau fraîche sur son visage. Cela fait, elle se dirigea vers sa robe pour l’enfiler, assez maladroitement.

    - « Je suis navrée pour cet écœurant spectacle. Faites-moi promettre de ne plus jamais boire de rhum. » Dit-elle, un peu honteuse.

    Enfin, il en avait sûrement vu d’autres. Ce n’était pas la première fois qu’il voyait une personne vomir ses tripes à cause d’une consommation un peu trop poussée d’alcool. Surtout que la demoiselle n’avait rien consommé de solide depuis plus d’une journée et qu’il s’agissait de la première fois qu’elle goûtait au rhum.

    - « Nous devrions retourner au bateau. »

    Sans lui laisser le choix, elle sentit les mains du triton la soulever afin de la porter jusqu’au navire. Elle ne s’en offusqua pas, à vrai dire, cela l’arrangeait. La brune sentait bien que ses jambes affaiblies n’étaient pas en mesure de la conduire jusqu’à bon port. Il l’emmena dans la cabine qu’il lui avait montrée précédemment, celle pour les visiteurs de prestige. Enfin, après cette scène aberrante, elle ne se sentait plus vraiment prestigieuse.

    Elle le remercia néanmoins pour la soirée et pour avoir veillé à sa sécurité. Malgré ce fâcheux incident de parcours, Isolde ne comptait pas oublier les moments partagés qui surent quelque peu réchauffer son cœur. Et demain serait un autre jour.

    CENDRES


    I am a mortal, but nothing human inside. What will be left of me when I'm dead ?


    La berceuse d'Isolde
    HO HO HO !
    HO HO HO !
    Capitaine Saumâtre
    Capitaine Saumâtre
    Messages : 63
    crédits : 207

    Info personnage
    Race: Triton
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3178-terminee-sous-l-ocean-sous-l-oceaaaannn-capitain-saumatrehttps://www.rp-cendres.com/t3198-journal-de-bord-sale-chronologie-de-saumatre#27729
  • Dim 28 Jan - 14:08

    Aux mots d'Isolde, Saumâtre laissa un rire franc sortir de ses lèvres alors qu'il sentait sur son corps le délicat toucher de l'eau. Ses yeux aux pupilles fendues s'ancrèrent alors dans l'émeraude du regard de la belle nécromancienne.

    - Peut-être les deux Isolde. Peut-être un peu des deux.

    L'alcool était un mal certain. Il faisait souvent dire des choses qu'en temps normal le commun des mortels n'osait pas spécifiquement dire. Saumâtre était habitué à boire. Il ne tournait pas de l'oeil comme n'importe qui après ses chopes de rhum mais comme tout un chacun, il subissait tout de même les effets néfastes du breuvage. Entrainant doucement l'étudiante dans une nouvelle valse aquatique, le triton les dirigea peu à peu de nouveau vers le bord de la plage, conscient aussi que plus ils resteraient dans la crique, et plus des envies pouvaient venir s'installer dans son esprit. Non pas uniquement libidineuse d'ailleurs. Le pirate sentait que ses propres mots avaient provoqué chez lui une vague de nostalgie et de mélancolie. Il laissa son esprit glisser quelques instants, repensant à sa vie et comment cette dernière aurait été si ses parents n'avaient pas été assassinés. S'il avait simplement vécu parmi les nagas... Et puis ces questionnements s'évanouirent dans l'écume des vagues qui venaient s'écraser sur les formes délicates d'Isolde. Un rappel à une douce réalité qui venait chasser des idées étranges.

    Aidant finalement la belle humaine à sortir de l'eau, Saumâtre continuait de l'observer doucement, avant de la voir légèrement tituber en se tenant la tête. Et, comme trop souvent il l'avait vu, il la regarda rendre le contenu de son estomac sur le sable de Brumerive. Un léger sourire glissa sur les traits du triton. Non pas par moquerie, quelque chose rendait chez lui la scène étrangement... Mignonne. Ce qui était assez drôle, compte tenu du côté "malodorant et inesthétique" de la scène. Une femme à genoux, nue, en train de vomir. Quand elle se nettoya ensuite et commença à enfiler sa robe maladroitement, Saumâtre avait déjà remis ses braies et son tricorne, approchant d'Isolde silencieusement. Et malgré sa demande de ne pas s'approcher, d'ailleurs.

    - Vous êtes sûre? Pourtant le rhum avait l'air de vous plaire.

    Une petite remarque accompagnée d'un petit ricanement, puis sans crier gare alors qu'elle avait suggéré le retour au bateau, le capitaine de la Renégate vint saisir l'étudiante au niveau des genoux et de l'épaule, la soulevant de terre pour la porter contre lui. Tout sourire, il plongea ses pupilles fendues dans les yeux de la demoiselle.

    - Effectivement, mais laissez-moi faire.

    Il la porta donc, ainsi, jusqu'au navire. Croisant quelques arpenteurs qui commencèrent à rire avant de se taire lorsqu'ils remarquèrent leur capitaine, ce dernier mena finalement Isolde jusqu'à la cabine qui lui était réservé. Cette femme était alcoolisée, au point d'en avoir été malade. Et si Saumâtre était beaucoup de chose, il se refusait à faire quoique ce soit à celle qu'il avait promis de protéger. Encore plus sous rémunération. Alors il l'allongea doucement sur le lit attitré. Doucement, le triton retira tout de même les chausses de la jeune femme pour les jeter aux pieds du lit avant d'ensuite recouvrir son corps d'un drap. Puis, se relevant doucement, il se contenta de lui sourire lorsqu'elle le remercia doucement.

    - Bonne nuit, Isolde. Nous nous reverrons demain.

    Sortant de la cabine, l'esclavagiste annonça que quiconque oserait ne serait-ce que toucher la poignée de la porte menant à la cabine d'invité subirait la planche. Voir pire. Remontant à son tour sur le pont principal. Rejoint par Syrtes, le triton vint se poser doucement contre l'un des bords de la Renégate.

    - Elle était bien, cette petite balade avec l'humaine?
    - Ouais.
    - Vous avez ...?
    - Ta gueule.
    - Donc non. J'ai vu plusieurs gars s'amuser à aller chez Dame Claude. T'aurais vraiment pas dû les laisser faire ce qu'ils veulent.
    - Qu'ils s'éclatent, ça fait longtemps qu'on avait pas eu une aussi belle vente.

    Un rire rauque s'échappa de la gorge de sa sœur, alors qu'elle se remit à enfiler une chope de rhum. Puis, posant cette dernière contre la rambarde, elle vint à son tour fixer son capitaine de ses yeux jaunes.

    - Et demain?
    - Bha on avait prévu de bouger et prendre la mer. Ca tient toujours.
    - Donc je les réveille comme prévu.
    - Ouais. Et j'm'occuperai d'aller réveiller notre belle endormie.
    - Comme tu l'sens. Moi. J'vais aller chez madame Claude.
    - Sérieux?
    - Ouais. J'ai envie de baiser.

    Un long ricanement s'échappa de la gorge des deux êtres sous marins. Puis, quand Saumâtre fut enfin seul, il se dirigea doucement vers sa cabine. Une fois à l'intérieur, le marin renégat observa la bouteille de rhum qui était restée sur son bureau avant la vente. La soulevant doucement, le pirate en avala une nouvelle gorgée avant d'aller la ranger. Puis, il alla s'étaler dans son lit, fixant le plafond griffé de sa cabine. Et enfin, les songes vinrent le saisir.

    Le lendemain matin, Saumâtre fut l'un des premiers debout. Grattant son menton, le triton observa le lit vide de sa sœur, qui avait probablement passé la nuit chez la maquerelle. Observant son équipage qui commençait à bosser pour préparer le départ, le triton descendit finalement pour se diriger vers la cabine d'Isolde. Frappant contre la porte, le pirate attendit tout de même qu'on lui accorde le droit d'entrer avant de pénétrer dans la chambre de l'humaine. Souriant, ce dernier posa ses yeux dessus avant de prendre la parole.

    - Bonjour Isolde, la nuit n'a pas été trop... Difficile? Il ricana doucement, venant déposer sur la table de la cabine une carafe d'eau et du sucre. Buvez ça ensemble. Ca aidera pour les maux de tête.

    Il s'approcha ensuite doucement d'une des fenêtres, ouvrant ces dernières pour laisser l'air marins venir glisser dans la cabine et apporter un peu de fraicheur vivifiante. Se tournant ensuite vers l'humaine, l'esclavagiste posa son dos contre le bois.

    - Normalement on devrait partir dans la matinée pour prendre la mer. On va longer un peu  les côtes tout en restant éloignés de ces dernières pour pas se faire prendre à partie par ces cons de navires républicains. Vous allez repartir par la terre? Ou bien...

    Il chercha ses mots. Etrangement, sa proposition lui paraissait aussi étrange qu'étonnante. Mais il se lança quand même. Reprenant un peu de contenance en toussotant.

    - Vous vouliez un peu de liberté et d'aventures. Alors que dites-vous de rester à bord? Vous voulez retourner au Reike mais si vous passez par la frontière on risque de vous emmerder et vous bloquer avec votre esclave. J'peux vous déposer vers l'oasis. Ca vous facilitera la vie et puis... Vous pourrez vivre un peu plus longtemps les joies de la piraterie. Vous savez... Au cas où tout le reste part en cacahuètes pour vous, au moins là, vous aurez déjà effectué votre stage préparatoire.

    Il ricana doucement à sa propre phrase, avant de se redresser pour venir se servir à son tour un verre d'eau. Ensuite, il replongea ses yeux sur les traits de la brune.

    - Alors qu'en dites vous? On va pas tarder à prendre la mer, aussi on se bougera plus ou moins vite selon votre réponse.

    Car la mère appelait, et il restait simplement à savoir si Isolde voulait lui répondre ou non. Ne serait-ce que quelques jours.

    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum