DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Pancrace

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Les chaînes de l'Océan [Isolde] - Page 2 I7Vm50z
    Gazette des cendres
    Hiver 2024
    Lire le journal
    #5
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    La marche du vent d'acier
    Derniers sujets
    Validation des RP de Ben [Reike]Aujourd'hui à 2:32PNJ
    [PA] Le Chant des RoncesAujourd'hui à 0:02Ersa Vatt'Ghern
    L'Équilibre de la ConcordeHier à 23:31Lyra Leezen
    Mon Voisin Du DessusHier à 23:17Cyradil Ariesvyra
    [Flashback] Le Pilon et le MortierHier à 22:57Lyra Leezen
    Sous pression — StadzankHier à 20:55Hizuk
    2 participants
    Aller en bas
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Isolde Malkyn
    Isolde Malkyn
    Messages : 245
    crédits : 1085

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2669-isolde-malkyn-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2706-le-grimoire-d-isolde
  • Ven 2 Fév - 22:32
    Les chaînes de l'Océan
    Feat Saumâtre

    Elle entendit frapper à la porte de la cabine, Isolde ouvrit les yeux. Même si cela faisait déjà un moment qu’elle était réveillée. Les bruits des pirates qui s’affairaient sur le pont avaient déjà eu raison de son sommeil. Un sommeil lourd pendant quelques heures, sûrement était-ce dû à la quantité d’alcool ingéré la veille. La brune se leva péniblement de son lit, en constatant que sa robe pleine de sable en avait répandu dans les draps. Elle secoua le tissu sans la moindre grâce. Sa tête la faisait souffrir et elle sentait son estomac vide et douloureux. Elle avait aussi terriblement soif, de l’eau, voilà tout ce qu’elle désirait.

    - « Entrez. » Dit-elle, d’une voix faible mais suffisamment audible pour se faire entendre à travers la porte de la cabine.

    Le capitaine fit son apparition dans l’encadrement de la porte avant de pénétrer à l’intérieur de la pièce. Isolde s’assit de nouveau sur le lit, en observant le triton.

    - « Bonjour Capitaine. Le nuit s’est bien passée… C’est le réveil qui est plus compliqué. » Répondit-elle, en tentant d’esquisser un sourire.

    Elle se leva néanmoins pour saisir le verre et le sucre posés sur la table. La brune mit d’abord le sucre dans sa bouche, le laissant quelque peu se dissoudre, avant d’avaler le contenu du verre entièrement. De l’eau, voilà qui lui faisait le plus grand bien.

    - « Merci. » Se contenta-t-elle de dire.

    Toutefois, lorsque la créature bleue se mit à ouvrir les fenêtres, la jeune femme grimaça et voulut se jeter de nouveau sous les draps. Elle n’avait pas envie d’affronter la lumière du jour, encore moins les rires des marins et le bruit environnant. Pourtant, il semblait bien qu’elle n’eût guère le choix. Ils devaient reprendre la mer et elle… elle devait rentrer à Ikusa, en compagnie de sa nouvelle esclave.
    En vérité, elle n’avait pas réfléchi au fait de devoir rentrer seule. Mais, le pirate semblait avoir une merveilleuse idée et celle-ci pouvait évidemment lui éviter des ennuis à la frontière. Elle pouvait alors, depuis l’oasis, regagner un petit village et rejoindre une caravane jusqu’à Kyouji pour commencer. Elle avait de toute façon la demeure familiale à disposition pour y faire une pause durant son périple jusqu’à Ikusa.

    - « Je suis partante ! » Dit-elle, avec peu d’hésitation. « Oh d’ailleurs, j’y pense... » Débuta-t-elle, avant de s’approcher pour prendre sa sacoche. Elle en sortit une petite bourse de cuir, qu’elle lança à Saumâtre. « Ce que je vous dois pour l’esclave, puis pour la protection de cette nuit… Et pour le voyage ? Hum. C’est tout ce que j’ai sur moi, j’espère que cela suffira. »

    De toute façon, elle n’avait pas d’autres choix. Et il était difficilement envisageable de faire crédit dans la piraterie. Elle haussa les épaules.

    - « Oh et désolée pour le sable, je crois que ma robe en était bien plus remplie que ce que je pensais ! Il y en a partout dans les draps et sur le sol… » Enfin, tant qu’il ne lui demandait pas de faire le ménage elle-même, cela devrait aller. Ils avaient bien un homme à tout faire sur un navire !
    « Si je peux avoir de l’eau pour me laver un peu, ce serait appréciable, Capitaine. »

    Naviguer en compagnie de pirates ne faisait pas oublier le besoin d’hygiène, déjà qu’elle allait devoir rester dans cette robe plusieurs jours…

    Si le pirate accédait à sa requête, elle allait effectuer un brin de toilette, avant de le rejoindre sur le pont. Chose faite, la mage se dirigea vers l’esclavagiste, puis s’adossa à la rambarde.

    Les chaînes de l'Océan [Isolde] - Page 2 02v9

    - « Mon premier voyage en mer, je ne suis pas si étonnée que cela se passe sur un navire à l’équipage aussi incroyable et à sa cale bondée d’esclaves ! » Ricana-t-elle.

    Puis, elle se tourna vers l’eau. Les mythes qu’elle avait entendus ne paraissaient pas infondés. En effet, l’océan détenait ce pouvoir apaisant, il savait tranquilliser l’âme et calmer les murmures de l’esprit. Le but des pirates restait flou, à part bien sûr cet appât du gain, mais la liberté apportée par la mer valait bien cela, il s’agissait de leur socle, avec la beauté comme horizon. Les effluves marines enivraient la jeune femme et elle appréciait la douceur du courant et des vagues venant cogner contre la coque du bateau. L'astre se levait doucement, dissimulé sous les épais nuages, ses lueurs restaient atténuées et satinées.

    - « Comment êtes-vous arrivé au poste de Capitaine ? Avez-vous débuté simple matelot et gravi les échelons ? Ou peut-être existe-t-il d’autres méthodes de recrutement propres à la piraterie ? » Demanda-t-elle, en conservant la douceur mêlée à la malice. L'émeraude de son regard baigné d'une douce lumière, lorsqu'elle se retourna vers le triton.

    Les effets néfastes s’étaient légèrement atténués, mais son estomac criait famine. Le manque de nourriture la rendait faible et elle espérait que son hôte l’invitât à consommer quelque chose.

    CENDRES


    I am a mortal, but nothing human inside. What will be left of me when I'm dead ?


    La berceuse d'Isolde
    HO HO HO !
    HO HO HO !
    Capitaine Saumâtre
    Capitaine Saumâtre
    Messages : 63
    crédits : 207

    Info personnage
    Race: Triton
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3178-terminee-sous-l-ocean-sous-l-oceaaaannn-capitain-saumatrehttps://www.rp-cendres.com/t3198-journal-de-bord-sale-chronologie-de-saumatre#27729
  • Sam 3 Fév - 0:52

    Souriant à la réponse de la jeune femme, le pirate termina de boire son verre d'eau avant de le déposer doucement. Il observa ensuite Isolde avant de ricaner doucement lorsqu'elle lui jeta la bourse. Ouvrant doucement cette dernière, l'esclavagiste laissa une douce lueur passer sur ses lèvres. Et ce ne fut pas l'or qui provoqua cela.

    - A la bonne heure. Je suis heureux de vous avoir avec nous. Et pour la somme, ça conviendra parfaitement.

    Il laissa ensuite un rire sortir de sa gorge alors que l'humaine évoquait le sable qu'elle avait répandu ainsi que son besoin en eau. Tout sourire le capitaine leva le petit doigt.

    - Je reviens.

    Sortant alors subitement de la cabine, l'orphelin du Récif Noir se dirigea vers la cale pour en récupérer une grande cuve de bois. Remontant ensuite doucement après avoir rempli cette dernière d'eau douce, Saumâtre entra de nouveau, déposant la bassine contre le bureau.

    - Voila de l'eau pour ma dame. C'edt de l'eau douce, ça devrait être plus agréable que l'eau salée. Pour ça là.. Il pointa du menton le sable sur le lit et le bois. J'ai sûrement une solution, faut juste que j'règle deux trois détails. Bonne toilette, Isolde.

    Laissant dobc seule Isolde, l'esclavagiste regagna le pont où ses hommes s'occupaient déjà des manoeuvres de départ. Rejoint rapidement par Syrtes, le capitaine prit la barre en main.

    - Elle reste avec nous alors? J'espère qu'elle a payé. Elle est mignonne mais bon.
    - Bien sûr qu'elle a payé. Pour le reste, dis à Boris de s'occuper de la chambre de la demoiselle. Il y a du sable partout.
    - Ah. Mais Boris est fainéant pour les tâches.
    - C'est vrai, du coup vous échangerez de lit avec notre nouvelle hôte si ce résultat d'une branlette océanique a pas viré jusqu'au dernier grain de sable. C'est clair?
    - T'es un connard Saumâtre
    - Je sais soeurette. Allez au boulot. On part pour longer les côtes à quelques lieux de distances. J'veux qu'on hisse le pavillon aquarien, qu'on s'fasse passer pour des marchands se dirigeants vers le Reike.

    Ne laissant pas le temps à sa soeur le droit de répondre le capitaine de la Renégate beugla ses ordres et, bientôt, le navire pirate quittait Brumerive et fendait les insolentes vagues qui venaient s'écraser contre la proue. Le soleil se levait doucement et laissant finalement la barre à Syrtes lorsqu'elle revint, Saumâtre quitta sa position pour rejoindre doucement le pont principal où il vint se poser contre les bords. Dans un long soupir de satisfaction, le triton savoura les embruns salés qui venaient châtouiller ses narines. Puis Isolde arriva à ses côtés, et automatiquement le sourire du triton gagna en intensité.

    - Et encore, vous avez pas encore entendu les canons tonner et les cris des abordages.

    Un nouveau rire, alors qu'il venait écouter les propos de la nécromancienne qui venait l'observer de ses yeux émeraudes qu'il admira longuement.

    - Voila plusieurs questions intéressantes mais.. que diriez-vous d'entendre la réponse devant un repas?

    Ecoutant la réponse d'Isolde, l'esclavagiste ordonna ensuite la préparation d'un repas rapide pour l'humaine et lui. Menant ensuite cette dernière à l'intérieur de la dite cabine, il invita l'étudiante à s'asseoir devant le bureau. Celui-là même où la veille ils avaient bû. Souriant, le triton sortit une bouteille d'eau ainsi qu'une biuteille de vin.

    - J'aurais bien proposé du rhum mais j'veux pas vous retourner l'estomac. Alors choisissez, eau ou vin. Il vient de Shoumei, une relique d'avant la guerre. Enfin c'est ce que le marchand a dit pendant qu'on pillait son bateau.

    Il ricana, écoutant la réponse de la belle avant de la servir. Puis rapidement, on tapa à la porte pour venir leur apporter le repas. Il ne s'agissait pas d'un repas de roi, mais le capitaine et son invitée avaient au moins le droit à quelque chose de meilleur. Sur un lit de divers légumes, une tranche de viande d'Aazho venait attendre d'être consommée alors qu'elle avait été arrosée pour ne pas être trop sèche.

    - J'espère que vous aimez la viande, on a quasiment que ça ou du poisson à manger. Oh et c'est saignant, j'espère que ça vius va aussi. On fait pas trop dans le luxe ici je vous avoue.

    Il commença alors à manger doucement, savourant la viande juteuse qui venait le sustenter. Buvant un coup, l'esclavagiste reprit finalement la parole.

    - Pour le coup du capitaine.. Ca dépend pas mal des navires. Certains sont des anciens officiers. D'autres d'anciens mutins. J'suis un peu de la seconde catégorie. En fait quand on était gosses avec Syrtes, on a rapidement dû rejoindre un groupe pour survivre. Des malfrats, comme il n'y a que ça au Récif. Chaque fois on nous demandait plus. Plus violent. Plus rentable. Un jour on s'est décidé à lâcher notre train de vie et à former un groupe de pirates détestant ceux qui nous dirigeaient et c'est assez naturellement que j'suis arrivé à ma place. J'étais déjà chez de ma bande. Alors j'suis pas trop surpris qu'ils aient suivi. Puis au fil du temps, l'équipage a gagné en nombre et on a gagné en infamie. Jusqu'à aujourd'hui où on fait partie de la Flotte sans nom. Il fixa Isolde, ricanant. Oui je sais c'est à chier comme titre mais j'me bats pour qu'on change depuis trop longtemps. Enfin globalement j'ai pas gravi des échelons particuliers si ce n'est dans les combats sous l'eau pour finalement regagner les combats au dessus de l'eau. C'est marrant quand on y pense. Et vous du coup, pourquoi vous avez décidé de rejoindre l'université à la base? C'est en rapport avec ce sue vous avez au nain hier, ou votre esclave?

    Réalisant alors qu'il en demandait peut-être un peu trop le marin leva un doigt comme pour attirer l'attention de la jeune femme.

    - Ah oui pour la cabine! J'ai ordonné à ce qu'un des gars s'occupe de virer le sable. Mais si au moment du couchdr il reste quelques grains j'vous inviterai à dormir la. Dans le lit de Syrtes, si vous le voulez. Pour votre robe ensuite comme vous m'dites qu'elle est pleine de sable....

    Il se leva soudqinement, attrapant une grosse malle qu'il tira vers lui.

    - Ce truc contient la blinde de robes et autres de soirées et bals mondains. Enfilez quelque chose à la pkace de ce que vous portez, j'le ferai laver. Et pour l'essayage c'est où vous voulez.

    Il ricana doucement, un sourire malicieux sur les lèvres. Après tout, il l'avait déjà vu nue. Même si, au delà de la provocation et taquinerie, il y avait tout de même un paravent au cas où.

    - Oh et pour votre esclave. C'est une conso' perso? Si vous voulez après on pourra lui rendre visite et la "façonner" un peu. Vous pourrez aussi me montrer où vous voulez que j'mette son faux tatouage.

    Écoutant de nouveau la réponse d'Isolde, le capitaine accepterait dans le pire des cas sa décision et proposerait alors à l'humaine de grimper au grand mât pour qu'elle puisse observer la mer depuis les hauteurs. Puis lorsque Saumâtre quitta ses pensées il revint ancrer ses pupilles fendues dans l'émeraude des yeux d'Isolde.

    - Alors cet essayage. Prête à y aller? Vous verrez j'ai de tout.. Syrtes a tendance à planquer même nos potentielles ressources. Donc éclatez-vous. J'irais porter celle-ci pour qu'on vous la nettoie aussi. En attendant vous êtes libre de porte c'que vous voulez.

    Il restait à présent à l'humaine de choisir la robe ou autre vêtement qui lui plairait.

    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Isolde Malkyn
    Isolde Malkyn
    Messages : 245
    crédits : 1085

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2669-isolde-malkyn-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2706-le-grimoire-d-isolde
  • Jeu 8 Fév - 14:45
    Les chaînes de l'Océan
    Feat Saumâtre

    Le capitaine proposait de répondre à ses interrogations autour d’un repas. Le regard de la mage se fit reconnaissant, elle n’attendait que cela. Son estomac la torturait et l’alcool de la veille lui procurait une faiblesse passagère, qui serait évanouie par la nourriture.

    - « Bien volontiers, je dois avouer que je meurs de faim ! » Se permit-elle d’affirmer.

    Isolde suivit le capitaine jusqu’à sa cabine, elle s’assit en face du bureau, avançant doucement sa chaise.
    Lorsque le triton évoqua le rhum, une expression dégoûtée se dessina sur le visage de l’étudiante.

    - « Je vais rester à l’eau, si cela ne vous ennuie pas... »

    Plus d’alcool, pendant au moins quelques jours. Cette boisson perfide et sournoise avait déjà causé suffisamment de dégâts. Tandis qu’elle avala une gorgée d’eau, elle se retourna pour observer l’encadrement de la porte et la personne qui s’y trouva quelques instants après.
    Le repas fut amené et lorsque la brune posa ses prunelles sur l’assiette, l’eau lui monta aussitôt à la bouche.

    - « Oh cela me convient parfaitement, rassurez-vous. » Dit-elle, en tranchant son premier morceau de viande. Celle-ci était effectivement saignante, le jus sortait du morceau pressé par les couverts. Elle en porta la première tranche à la bouche et la savoura. L’hémoglobine ravivait ses papilles et coulait délicieusement dans sa gorge. Quel plaisir de consommer cette chair tendre. « C’est parfait. »

    La sensation évidemment amplifiée par le fait qu’elle n’avait pas mangé depuis un bon moment. Les légumes étaient également bien cuits et tout à fait acceptable. Elle s’étonna de la bonne cuisine pirate et se dit que la vie au sein de la piraterie s’avérait attrayante, de bien des manières.

    Le repas se poursuivit agréablement, tandis que l’individu aux écailles bleues vint répondre aux questions précédentes de la nécromancienne. Cette dernière l’écoutait attentivement, piochant néanmoins à diverses reprises dans son assiette.
    Elle apprit que le pirate s’était rebellé contre son ancien dirigeant et avait formé sa propre bande avec quelques autres marins. Il se hissa naturellement au poste de Capitaine. Isolde n’en fut pas étonnée, elle avait perçu depuis la veille l’autorité et la prestance innée chez le triton. Elle hocha la tête, avant de prendre une gorgée d’eau.

    - « La Flotte sans nom, c’est vrai que c’est amusant. Et vous la nommeriez comment si vous deviez choisir, Capitaine ? » Demanda-t-elle, en fixant le jaune de ses iris.

    Isolde eut un petit moment de flottement, lorsque son vis-à-vis évoqua l’Université. Elle n’avait pas tellement envie de se lancer sur ce sujet. Aussi, lorsqu’il leva le doigt, pour l’entraîner sur un autre thème, la reikoise se sentit soulagée.

    - « C’est gentil à vous, je vous remercie. Et ne vous en faites pas s’il reste quelques grains, je saurais m’en accommoder. » Dit-elle. Après tout, elle avait dormi dedans toute la nuit, elle n’allait pas se mettre à faire la difficile. Isolde termina son assiette, en vidant également le contenu de son verre. « Et j’apprécie le repas, je me sens nettement mieux à présent. » Poursuivit-elle, en souriant.

    Les calories récemment ingérées lui donnait à nouveau une légère teinte rosée sur les pommettes et son doux sourire revenait. Néanmoins, la brune ne semblait pas au bout de ses surprises. Le pirate se montrait très avenant et le voici qui avançait à présent une malle, remplie de vêtements divers et variés.
    Isolde sortit de table, avant de s’avancer en direction de ladite malle. Elle fouilla à l’intérieur, il y avait absolument de tout, des tenues d’esclaves ou beaucoup plus nobles, des robes de grande valeur ou des tissus de piètre qualité. Des pantalons, des tenues de marins… Il y en avait pour tous les goûts. Pourtant, la brune jeta son dévolu sur une tenue des plus banales. Elle se saisit d’une robe simple et fluide, mais au tissu doux et agréable au toucher. Elle esquissa un sourire à la remarque du pirate, avant de disparaître derrière le paravent pour se changer, en arborant un regard taquin. La mage fit glisser sa robe sombre jusqu’à ses chevilles, avant d’enfiler la nouvelle. Sa peau fraîchement lavée nécessitait de porter un vêtement neuf.

    Elle sortit de sa cache, dévoilant la blancheur du tissu. Elle ne portait jamais cette couleur. Pourtant, elle s’était sentie attirée par celle-ci. La matière était délicate, l’apparence soignée sans être trop sophistiquée. Un blanc immaculé pour se rappeler à sa condition frêle d’humaine, avant de basculer. Un dernier regard en arrière, un rappel à l’insouciance. Elle piocha une nouvelle fois sa main dans la malle, avant d’en sortir une tiare, faite avec de fausses fleurs et quelques pierres. L’étudiante sourit légèrement, détaillant la réaction de son vis-à-vis face à ce changement et cette douceur spontanée, qui contrastait fortement avec la nature sinistre de la reikoise. La longue robe touchait le sol lorsqu’elle le foulait, laissant une agréable sensation de légèreté.

    Les chaînes de l'Océan [Isolde] - Page 2 5bkk

    - « Je suis prête, allons rendre visite à ma nouvelle propriété. Hum. Pour le tatouage, sur la nuque ce sera très bien. » Suite à cela, ils retournèrent à la cave, avec sa robe noire sous le bras. « Inutile de la mettre à laver, l’esclave la portera le temps du trajet et je m’en séparerai une fois arrivée. »

    Isolde laissa à Saumâtre le soin de détacher l’objet de leur visite. Un membre de l’équipage les accompagnait, à l’aide d’un baquet rempli d’eau pure et d’une éponge, il fut chargé de laver la jeune femme à la chevelure cendrée. Isolde s’appuya contre le bois et scrutait sa récente possession.

    - « Effectivement, elle servira d’usage domestique personnel. J’espère qu’elle est docile, je n’aime pas tellement que les proies se rebellent. » déclara-t-elle. Puis, elle s’avança d’un pas lent vers l’esclave. « Tu seras une bonne fille, n’est-ce pas ? » Dit-elle, en lui pinçant la joue, avant de lui infliger une légère claque.

    La captive hocha la tête, tout en baissant ses yeux humidifiés et presque implorants. Même si la nécromancienne ne lui réservait pas un sort glorieux et réjouissant, cela valait mieux pour elle que de rester dans cette cale. Ou terminer avec un être répugnant tel l’horrible nain de tout à l’heure.
    À chaque jour suffisait sa peine.

    CENDRES


    I am a mortal, but nothing human inside. What will be left of me when I'm dead ?


    La berceuse d'Isolde
    HO HO HO !
    HO HO HO !
    Capitaine Saumâtre
    Capitaine Saumâtre
    Messages : 63
    crédits : 207

    Info personnage
    Race: Triton
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3178-terminee-sous-l-ocean-sous-l-oceaaaannn-capitain-saumatrehttps://www.rp-cendres.com/t3198-journal-de-bord-sale-chronologie-de-saumatre#27729
  • Jeu 8 Fév - 16:24

    Enfonçant son couvert dans le morceau de viande saignante devant lui, Saumâtre laissa un léger soupire de satisfaction en savourant le morceau que ses dents acérées étaient en train de déchiqueter. Il n'y avait pas d'autre cuisson possible pour la viande. Il fallait que le sang et le jus giclent à chaque bouchée. Il fallait sentir l'élasticité mêlé à la tendresse du morceau. Essuyant doucement le bord de ses lèvres lorsqu'Isolde lui demanda quel nom il imaginait pour la flotte, le triton étira un large sourire.

    - J'ai pensé à plein de choses à vrai dire. J'ai proposé "la flotte noire", "la rage de l'océan", "la marche des profondeurs"... Mais je crois que le nom que j'aime le plus, c'est "la flotte abyssale". Tous les vaisseaux qui composent notre flotte ne sont pas issus de l'océan, certains sont de simples humains ayant quitté la République mais... Le cœur de la flotte. L'amiral. Moi. On est des bêtes issus du plus profond de la mer. Des profondeurs. Je trouve que ça nous rendrait hommage. Mais bon... Comme on réussit jamais à se mettre d'accord, ça restera sûrement la "flotte sans nom". Quelque part, j'me rassure en me disant que ça fait un peu énigmatique. Les gens aiment bien ça, le mystère. Pas vrai?

    Il ricana doucement à sa propre remarque, avant de venir replanter le couvert dans son morceau de viande.

    Plus tard, lorsqu'Isolde se leva pour aller récupérer des vêtements de rechange, Saumâtre étira un doux sourire en observant l'air taquin qui glissa sur les traits de l'étudiante alors qu'elle allait se placer au niveau du paravent. Alors qu'elle commençait à se changer, le pirate repris doucement la parole, pour ne pas simplement attendre bêtement devant le meuble.

    - Je vous en prie pour le repas. Durant tout le voyage, nous mangerons ensemble si vous le désirez. Je ne tiens pas spécialement à ce que vous mangiez en bas dans les dortoirs avec les gars. Mais si vous préférez être seule, on s'arrangera pour mener le repas jusqu'à vos quartiers. Fin comme vous voulez quoi.

    Il la vit ensuite sortir de derrière sa cachette. Laissant ses pupilles jaunâtres glisser sur la robe et les courbes d'Isolde, le pirate manqua de laisser un sifflement glisser entre ses lèvres. S'il s'était attendu à bien des choses, le capitaine de la Renégate était étonné du choix de couleur de l'humaine. Cela lui allait bien, cette teinte immaculée. Ses traits ressortaient un peu plus tout comme le noir de sa chevelure. D'ailleurs, la jeune femme alla chercher une tiare qui acheva d'embellir l'ensemble. Dans cette tenue, elle paraissait bien plus noble. Une princesse presque. Et cela amusa grandement le triton qui étira un large sourire. Elle se démarquerait encore plus dans le tableau de ce voyage. Et elle le méritait bien. Après tout, elle était l'invitée de l'enfant du Récif Noir.

    - Cette robe vous va à ravir Isolde. Je ne vous savais pas amatrice de blanc mais je dois avouer que la couleur est agréable sur vous. Et je prends note pour le tatouage, j'vais demander à un de mes gars de nous rejoindre en bas. Allons-y.

    Ils quittèrent alors la cabine, se dirigeant naturellement vers la cale où se trouvait la nouvelle propriété de la nécromancienne. Ricanant doucement à la remarque de cette dernière sur la robe, le pirate se contenta de lâcher un "comme vous voulez". Saumâtre ne jugeait pas les décisions de son invitée. Il y avait bien des manières d'accroitre sa domination sur un nouvel esclave. Il avait vu un peu de tout. Il était habitué à tout ça. Aussi, cela évitait à l'un de ses gars une tâche ménagère supplémentaire. Tout le monde était gagnant dans l'histoire alors, pourquoi s'en priver?

    Quand ils arrivèrent enfin, le triton s'approcha doucement de la jeune esclave pour la détâcher. S'il ne fut pas spécialement doux dans sa manœuvre, le pirate prit tout de même le soin de ne pas infliger le moindre mal à la frêle créature. Ce n'était plus sa propriété et, surtout, il ne voulait pas abimer le nouveau jouer de la brune l'accompagnant. Quand le membre d'équipage arriva enfin avec son baquet, Saumâtre approcha doucement de l'esclave et arracha ses haillons d'un mouvement sec. Entièrement nue, cette dernière tenta de couvrir son intimité autant qu'elle put avant que l'enfant du Récif Noir ne vienne la pousser vers son membre d'équipage.

    - Lave là. Partout. Si elle se plaint, continue. Elle a pas son mot à dire de toutes façons. Et il faut qu'elle soit un minimum lavée pour sa maîtresse.
    - Ca marche capitaine.

    Commençant donc à laver la jeune femme, le membre d'équipage grogna quelques rares fois où cette dernière tentait tant bien que mal de venir couvrir ses zones. Amusé, Saumâtre s'adossa contre le bois de la cale tandis qu'il quittait l'observation de l'esclave pour venir analyser l'étudiante. Malgré sa belle tenue blanche, elle paraissait bien moins innocente que dans la cabine. Elle avait cette aura. Cette visible soif d'asseoir son pouvoir sur la petite chose qu'elle avait acheté. C'était amusant de voir cela. Cet éclat dans le regard. Saumâtre ne s'en lassait jamais. Et il comprenait en vérité. Lui qui considérait presque tout comme de simples ressources à vendre au plus offrant. Quand Isolde s'approcha finalement de son nouveau jouet et qu'elle prit la parole, Saumâtre éclata d'un rire franc, assistant aux propos ainsi qu'à la petite claque particulièrement humiliante.

    - Hahaha, ouais, vous en faites pas. Elle sera docile. Pas vrai? Il ancra ses yeux fendues sur la femme. Elle sait ce qu'il se passe quand on obéit pas. Elle a pas envie de finir comme la femme qui l'accompagnait avant. Se faire passer dessus par tout un équipage et finir par subir le supplice de la coque. On recommande pas. Pas vrai?

    Le ton du pirate était soudainement devenu plus froid et menaçant. Comme deux rochers s'entrechoquant pour produire sa voix. S'approchant à son tour, le pirate claqua des doigts et montra la robe noir d'Isolde, puis le sol.

    - Enfile ça. Et à genoux. Obéis, objet.

    Dans un léger sanglot, la belle aux cheveux cendrés s'exécuta doucement. Elle passa la robe pleine de sable et sanglota de nouveau avant de venir se positionner devant le capitaine de la Renégate qui tourna la tête vers son matelot.

    - Dans la nuque. Reike. Environ un an d'âge, faut pas que ça fasse neuf, surtout avec leur décret à la con.

    Ainsi, l'arpenteur commença à saisir l'aiguille et l'encre nécessaire pour venir dessiner sur la peau de l'esclave le tatouage. De ses gestes, on pouvait deviner une grande expertise de la chose. Une bien belle technique qui s'avérait particulièrement efficace dans ce cœur de métier.

    - La marque trompera aisément les gardes frontières et les membres des garnisons de cités-états. Mais faites gaffe, aux senseurs et autres conneries du genre. Il y a pas de magie dans cette encre, c'est trop compliqué et cher d'en avoir. Alors si vous voyez qu'ils font une recherche avec identification magique, barrez-vous. Pour le reste, comme dit un non mage ne pourra pas faire la différence.

    Quand le tatouage fut finalement entièrement achevé, Saumâtre claqua de ses mains avant d'aller saisir un collier de cuir se fermant par une boucle tandis qu'à l'avant se trouvait un anneau d'acier. Venant passer le collier autour du cou de l'esclave, le pirate referma celui-ci avant de venir attacher une laisse de cuir via un système de fermoir à l'avant. Tirant dessus, il força la jeune femme à se redresser, tournée vers Isolde.

    - Tenez, la laisse qui retiendra votre animal. Baladez là comme ça sur le bateau, ça évitera des bêtises éventuelles de sa part. Maintenant, que diriez-vous d'aller observer la mer et de montrer à l'équipage votre nouvelle propriété? C'est bien je pense, que tout le monde puisse voir que c'est votre chose.

    Il étira un large sourire, avant de finalement quitter la cale. Si Isolde préférait, ils pourraient laisser l'esclave dans la cabine de la nécromancienne, où elle aiderait à nettoyer sous la supervision d'un Arpenteur. Sinon, elle serait alors avec le duo sur le pont. Une fois ce dernier atteint, le pirate soupira de satisfaction en sentant la délicate odeur des embruns qui venaient chatouiller ses narines. Menant donc la nécromancienne vers un bord du navire, le pirate s'accouda à ce dernier tandis que le reste de l'équipage s'affairait à la navigation.

    - Vous savez... Il y a quelques mois, j'aurais pu nous faire faire escale à Kaizoku. Une île immense, un véritable paradis pour les pirates. Même si ça avait été annexée par les culs-bleus, la cité était quand même superbe. Malheureusement... Il n'en reste aujourd'hui plus rien. Il fixa alors l'océan quelques instants, repensant à la terrible bataille qui avait eu lieu, ainsi qu'à son départ précipité pour aller harceler les renforts républicains au large. On a failli reprendre la cité à la République, mais le volcan en aura décidé autrement...

    Il ricana doucement, repensant à toute cette situation. Et bientôt, une colère glissa dans son cœur alors qu'il se remémorait sa réaction à l'annonce de la chute de la ville, et son retour vaincu à Brumerive.

    - Kaizoku. Sable d'Or... J'ai parfois l'impression que le monde sur terre devient complètement fou. Pourtant... Regardez. La mer. Ce calme. Quelques mouettes qui gueulent au dessus du navire pour essayer d'attirer l'attention sur elles. Le soleil haut dans le ciel et le vent qui pousse le navire en avant... Voila au moins quelque chose de constant et libérateur. On peut aller où on veut. Quand on veut. Sans se soucier des titans ou toutes ces conneries. Il se tourna alors vers l'étudiante, fixant ses traits et ses yeux émeraude. Qu'est-ce que vous en pensez, Isolde. De tout ça. De la mer. Du vent. Du monde? J'aimerais connaitre votre ressenti sur la chose.

    Il attendait sa réponse avec impatience, souhaitant en apprendre un peu plus sur les pensées qui traversaient l'esprit de celle qu'il avait invité et qui participait à son premier voyage en mer. Il l'écouta alors attentivement, absorbant chaque information et chaque détails de sa réponse tout en ne manquant pas de répondre à la moindre question qu'elle aurait. Par la suite, il étira un large sourire et pointa du doigt l'arrière du navire.

    - Au fait, vous voulez tester un peu l'obéissance de votre jouet? On peut faire ça dans votre cabine si vous le désirez. Et.. Surtout... Il ricana doucement. Ca vous dit de tirer au canon?

    Un moment de légèreté éventuel, qui trancherait bien avec la profondeur philosophique de ses derniers mots.

    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Isolde Malkyn
    Isolde Malkyn
    Messages : 245
    crédits : 1085

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2669-isolde-malkyn-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2706-le-grimoire-d-isolde
  • Lun 12 Fév - 23:07
    Les chaînes de l'Océan
    Feat Saumâtre

    La nécromancienne sourit à la remarque du Capitaine. Il n’avait pas tort, les personnes appréciaient le mystère. Et même si elle était de ceux-là, sa curiosité l’avait toujours poussée à vouloir le percer. La nature du triton le rappelait évidemment à ses origines sous-marines et les abysses pouvaient tout à fait offrir un nom charmant pour leur Flotte. Seulement, il n’était pas le seul à décider. La Flotte Sans Nom avait encore un bel avenir devant elle.

    L’être aux écailles bleutées complimenta la jeune femme et celle-ci trouvait sa franchise agréable et rafraîchissante. Parce qu’il avait compris ce changement dans ses habitudes. Elle ne portait presque jamais de vêtement blanc, la mage affectionnait les tissus sombres rehaussés de dentelle. Cette matière fluide et légère glissait sur sa peau en douceur, à chacun de ses mouvements. La sensation paraissait si douce, amplifiée par ce sentiment de liberté éprouvé car elle se trouvait sur ce navire en mer.  

    Toutefois, arrivés dans la cale en compagnie de sa nouvelle acquisition, la douceur et la pureté n’avaient plus leur place. Isolde reprenait ses traits de caractère et ses yeux pétillaient à l’idée de jouer un peu avec sa proie. Elle la scrutait sans pudeur, lorsque la captive voulait se cacher, alors que Saumâtre et un de ses marins la déshabillaient et touchaient son corps. Le pirate se mit à la laver, parcourant chaque parcelle de peau, insistant sur son intimité jusqu’à ce que des perles naquissent au creux des yeux de l’esclave. Cela étira le sourire en coin de la brune. Elle appréciait porter son regard sur ce genre de scène. Et d’une certaine manière, cela l’animait. Un tableau délicieusement malsain, une étincelle en train d’être brisée.

    Les nouvelles paroles de Saumâtre retinrent l’attention de la reikoise. Non pas pour le supplice qu’avait enduré la femme qui accompagnait l’esclave précédemment, mais parce qu’elle se demandait si l’objet à genoux était encore intacte.

    - « Est-elle vierge ? » Demanda-t-elle, sans éprouver la moindre gêne à l’égard de l’esclave. Son vis-à-vis haussa les épaules, lui indiquant qu’il n’en savait trop rien. Son équipage ne lui était pas passé dessus, voilà ce qu’il était en mesure de lui confirmer. « Je vérifierai donc cela plus tard. » Ajouta-t-elle, sans se formaliser pour autant.

    Puis, le tatouage en forme de dragon, signe de l’appartenance au Reike, fut posé sur la nuque de la femme à la chevelure cendrée tel qu’Isolde l’avait stipulé. Cette dernière hocha la tête face aux conseils promulgués par le pirate. Elle devait éviter les frontières et rentrer par les petits chemins, avant de se fondre rapidement dans la masse. Elle n’était pas inquiète pour autant, de plus, le capitaine l’aidait en la faisant débarquer à l’oasis.

    L’étudiante se saisit ensuite de l’attache en cuir que lui confia le triton, au bout de laquelle se tenait son pantin. Il s’agissait là d’un système ingénieux, bien que la traditionnelle corde restât tout aussi appropriée. Elle acquiesça et suivit alors le capitaine sur le pont, l’esclave sur ses talons. Certains regards se posèrent sur l’étrange trio qu’ils formaient. Cependant, personne ne formula le moindre mot. Après tout, l’équipage en avait vu d’autres et ce n’était pas cette anodine promenade sur le pont qui pouvaient les choquer.

    - « Kaizoku, effectivement, je n’aurais pas eu la chance de contempler cette île. Mais bien des trésors et je ne parle pas uniquement d’or… peuplent le Sekai et ne demandent qu’à être découverts. N’aimeriez-vous pas explorer des terres inconnues ? » Interrogea-t-elle.

    Elle-même s’était prise quelques fois à rêvasser, à propos de conquête de nouveaux territoires, d’exploration et de riche découverte. Ce n’était pas clairement l’expression de ses ressentis sur le monde. Mais la brune restait assez fermée à l’introspection et surtout au fait de se dévoiler sur sa nature profonde. Elle restait donc volontairement évasive et énigmatique, se contentant de répondre par une nouvelle question. Une manière de duper l’interlocuteur, de lui faire penser à autre chose et de masquer son absence de réponse. Enfin, elle ne demeurait pas de mauvaise foi, elle lui avait tout de même offert une piste de réflexion. La jeune femme avait son histoire au Reike, pourtant avec l’avenir qui serait le sien, elle ne pouvait se résoudre à rester ancrée sur un même territoire. L’avant-goût d’éternité lui offrait déjà tant de possibilités.

    À la suite de leur conversation, Isolde se retrouva devant deux choix, tout aussi alléchants. L’idée de tester la docilité du jouet se présentait comme une activité distrayante. Et tirer au canon l’était pareillement !

    - « J’ai très envie de faire les deux, Capitaine. Commençons par celle-ci » Dit-elle, en tirant sur le lien en cuir et donc sur le cou de l’esclave. « Et ensuite, vous me montrerez vos propres jouets. » Poursuivit-elle, affichant de nouveau son rictus empli de malice.

    Isolde entra alors dans sa cabine, celle-ci avait eu le temps d’être nettoyée tandis qu’ils déambulaient sur le pont du navire. Puis elle invita le capitaine à s’installer sur une chaise, face au lit.



    CENDRES


    I am a mortal, but nothing human inside. What will be left of me when I'm dead ?


    La berceuse d'Isolde
    HO HO HO !
    HO HO HO !
    Capitaine Saumâtre
    Capitaine Saumâtre
    Messages : 63
    crédits : 207

    Info personnage
    Race: Triton
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3178-terminee-sous-l-ocean-sous-l-oceaaaannn-capitain-saumatrehttps://www.rp-cendres.com/t3198-journal-de-bord-sale-chronologie-de-saumatre#27729
  • Mar 13 Fév - 11:32

    Fixant Isolde, le triton prit quelques secondes de réflexion face à la remarque de la jeune femme. Des terres à explorer hein? Le pirate avait de nombreuses fois réfléchi à si oui ou non il souhaitait cela. De plus, il ne pouvait s'empêcher de prendre en considération les mots de la nécromancienne la concernant. Elle lui avait donné un début de réponse, mais elle n'en dirait pas plus. Cependant, le capitaine lui répondit tout de même avec franchise.

    - Je ne suis pas attiré par la terre et le continent. Je sais qu'il s'y trouve des choses merveilleuses. Je sais qu'on peut y trouver bien des trésors. Mais... La mer et les océans sont tout aussi vastes. Tout aussi énigmatiques. Je ne suis même pas sûr de pouvoir tout observer à la fin de ma vie. Ni même d'effleurer un peu la surface des mystères que les profondeurs me réservent. Et puis... De vous à moi... Mon train de vie fait que je peux disparaître à tout instant. Une mauvaise attaque. Une mauvaise cible. Et il en sera fini du bon Saumâtre. Mais c'est la vie que j'ai choisi. C'est le rêve que je poursuis. La liberté... Peut être qu'elle me mènera un jour sur les terres. Ou peut être qu'elle continuera à me bercer au gré des vagues.

    Il étira un nouveau sourire lorsqu'elle répondit ensuite à sa proposition. Ainsi, la belle à la robe immaculée souhaitait jouer avec sa possession. Très bien, le capitaine était partant pour cela. Marchant donc aux côtés de l'étudiante, le trio improbable arriva finalement dans la cabine réservée où ils entrèrent prestement. Quand Isolde invita Saumâtre à s'asseoir, ce dernier étira un air satisfait sur son visage avant de venir s'asseoir. Le spectacle allait se dérouler devant lui. Parfait. Reposant ses coudes sur ses cuisses, le pirate ouvrit alors grand les yeux.


    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Isolde Malkyn
    Isolde Malkyn
    Messages : 245
    crédits : 1085

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2669-isolde-malkyn-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2706-le-grimoire-d-isolde
  • Lun 19 Fév - 15:54
    Les chaînes de l'Océan
    Feat Saumâtre




    - « C’est tout. Les canons nous attendent capitaine, laissons cette chose ici. » répondit-elle, en évoquant la demi-elfe, sans lui accorder le moindre regard. « Il ne faudrait pas qu’elle croie qu’elle est le centre de notre attention. C’est le souci avec ce genre de jouet. Je joue avec une fois et je m’en lasse... » dit-elle, en ricanant.

    Le but restait là, encore une fois, de la rabaisser. L’humilier davantage, lui faire prendre conscience qu’elle n’était rien. Un objet, une chose que sa maîtresse pouvait malmener à sa guise. Un caprice, ni plus ni moins. Une vulgaire poupée de chair et de sang, que la mage pouvait utiliser et jeter dans un coin dès qu’elle ne lui plaisait plus. La déshumaniser, lui enlever toute notion d’existence propre. Ainsi, elle lui appartenait, créant une dépendance insidieuse et malsaine.
    Elle se dirigea vers la blonde, puis elle la saisit violemment par les cheveux en fixant son regard dans le sien.

    - « Tu apprendras que tu n’es rien sans moi, lamentable chose. La prochaine fois, évite de me faire répéter les ordres. Je ne les explicite qu’une seule fois, est-ce clair ? Si tu souhaites être autre chose qu’un immonde réceptacle à foutre... » menaça-t-elle, alors que le liquide coulait toujours de la bouche de l’esclave, puis de ses mains.  

    Puis, pour accentuer le dégoût qu’elle ressentait pour cette chose fébrile, la brune lui cracha au visage, avant de s’en détourner sans lui donner plus d’importance. L’objet baissait les yeux, des larmes coulaient sur ses joues. L’envie de la gifler férocement envahit l’esprit d’Isolde. Elle retint pourtant cette pulsion de colère. Elle aurait bien d’autres occasions de battre cette stupide esclave. Se défouler sur une petite idiote lui ferait beaucoup de bien, c’était certain. Puis, par la suite, elle avait de nombreuses idées la concernant. Et tant de nouvelles expériences ésotériques à mener. L’idée suffit à calmer l’envie de violence de la nécromancienne. Elle avait hâte de débuter ses nouveaux projets.
    Isolde se retourna ensuite vers le capitaine, reprenant un léger sourire de façade, comme elle savait parfaitement les dessiner sur ses traits.

    - « Nous pouvons y aller ! » s’exclama-t-elle d’un ton enjoué.

    La reikoise possédait cette faculté d’être plutôt à l’aise avec les émotions et savoir basculer de l’un à l’autre en un rien de temps. Même si cela pouvait paraître déroutant pour ses interlocuteurs. L’effort de la suivre et de la comprendre leur appartenait. Elle ne jugeait pas opportun de s’adapter aux autres. Bien qu’elle sût le faire lorsque la situation l’exigeait. Pas de compromis, elle fonctionnait ainsi. Cela écartait évidemment bon nombre d’esprits faibles et paresseux de sa route. Mais celle-ci se traçait de jour en jour de manière précise et il n’y avait pas de place pour les fragiles, qui se complaisaient dans la médiocrité et l’insignifiance.

    Arrivée devant les canons, Isolde laissa le soin à Saumâtre de lui présenter plus en détail les bestioles. L’étudiante n’y connaissait rien, comme cela s’était vérifié précédemment. Mais elle trouvait l’idée amusante et après tout, il fallait bien profiter de tous les avantages offerts par un navire pirate !
    Elle observait la poudre à canon, quelle délicieuse invention ! Elle ignorait d’ailleurs d’où les matériaux provenaient mais félicitait intérieurement sa terre d’avoir su s’en procurer. Une prouesse technologique qui pesait lourdement dans la balance pour les combats. Enfin, les esclavagistes pirates n’étaient pas reikois. Mais il devait bien y avoir cette même poudre noire sur les bateaux appartenant à la nation des sables.

    - « Puis-je essayer ? » demanda-t-elle, le regard pétillant comme une enfant.

    Les bateaux pirates, les canons etc. il fallait bien avouer qu’il y avait un côté enchanteur et amusant. Et tout cela combiné, avec le côté esclavagiste, le tableau offrait un rendu surréaliste et improbable. Pour quelques heures encore, Isolde appartenait à cet équipage surprenant, peuplé de créatures marines. Et l’ensemble lui paraissait exaltant.

    CENDRES


    I am a mortal, but nothing human inside. What will be left of me when I'm dead ?


    La berceuse d'Isolde
    HO HO HO !
    HO HO HO !
    Capitaine Saumâtre
    Capitaine Saumâtre
    Messages : 63
    crédits : 207

    Info personnage
    Race: Triton
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3178-terminee-sous-l-ocean-sous-l-oceaaaannn-capitain-saumatrehttps://www.rp-cendres.com/t3198-journal-de-bord-sale-chronologie-de-saumatre#27729
  • Lun 19 Fév - 22:23

    Un rire franc s'échappa des lèvres de Saumâtre à la remarque d'Isolde. Visiblement, cette dernière avait pour sa nouvelle possession une volonté de domination totale. Et un sens de l'humiliation particulièrement poussé. Quand elle vint ensuite tirer les cheveux de l'esclave pour ensuite lui cracher au visage après de nouveaux propos insultants, le pirate s'approcha de la jeune femme en larmes, refixant la ceinture qui tenait son bas.

    - Et on sait à présent qu'elle est parfaitement capable dans ce rôle d'avaleuse de sperme. Il ricana après lui avoir tapoté la tête. Hein que j'ai raison? Salope.

    Un nouveau rire, sadique et mesquin, tandis que le capitaine quittait enfin la cabine de son invitée pour refermer la porte de cette dernière, laissant ainsi seule cette pauvre demi elfe seule avec ses sanglots et sa honte. Le ton d'Isolde avait également de nouveau changé pour reprendre un air jovial et enjoué, ce qui ne manqua pas de faire sourire le triton alors qu'il guidait la belle jusqu'au compartiment des canons. A l'intérieur de ce dernier, plusieurs arpenteurs s'affairaient à réarranger certains tonneaux de poudre ou à astiquer les canons. Ici et là, quelques individus nettoyaient quant à eux les sabords et autres écoutilles.

    - C'est ici que se trouve la gueule de la bête! Vingt-quatre canons répartis en deux bordées de douze canons de chaque côté. Comme vous le voyez, les canons sont tenus par des cordes contre la coque et fixés sur roues pour permettre de les replacer efficacement après chaque salve. Le fonctionnement en vérité est très simple.

    Il se dirigea doucement vers l'un des canons, attrapant à la fois un boulet et la tige d'allumage. Souriant, il présenta les deux à l'étudiante comme un enfant présentant à ses parents sa dernière création.

    - Le boulet est en soit une simple boule d'acier qu'on fait parfois chauffer pour infliger plus de dégâts. Des fois, on en place deux via une chaine pour attaquer les mats ou les voilures spécifiquement. Quoiqu'il arrive, ces petits boulets s'enfoncent dans le tube ici, jusqu'au bout. Il étira un sourire moqueur. Comme j'dis à mes gars, faut pas hésiter à pousser au fond. C'est là que la poudre est placée, après tout. Ensuite, on vient allumer la mèche qui se trouve juste là avec cette tige et... Boom. Vous savez, on est extrêmement peu à avoir ces merveilles à bord. j'ai d'ailleurs volé les miens à quelques frégates républicaines et j'me suis procuré la poudre via des moyens détournés. Enfin. Maintenant j'ai mon fournisseur. Mais ouais, la plupart des bateaux en sont encore aux balistes et autres trucs du style. Ce qui nous donne un avantage stratégique énorme en cas de conflit maritime. Même le navire amiral de notre flotte n'a pas ces beautés hahaha.

    Il ricana de nouveau, avant de venir tendre le boulet et la tige à la nécromancienne après que cette dernière lui ai demandé si elle pouvait s'essayer au tir. Fixant cette dernière, le triton attendit qu'elle ne vienne saisir le boulet en question puis il se dirigea vers le sabord correspondant. Poussant ce dernier pour qu'il s'ouvre et vienne tomber contre la coque, le capitaine de la Renégate fixa l'horizon pour s'assurer qu'aucun navire n'était dans la ligne de tir éventuelle du tube d'acier. Puis, il se retourna vers Isolde, l'invitant à s'approcher.

    - Venez, je vous laisse mettre tout ça dedans. Et n'oubliez pas, il est important de mettre le boulet tout au fond. Il faut bien tout enfoncer. Ca serait dommage de rater votre premier tir pas vrai?

    Il étira un large sourire. La légèreté était revenue depuis la sortie de la cabine et donc par la même les blagues vaseuses du capitaine pirate. Guidant donc l'humaine dans sa tâche, l'orphelin du Récif Noir vint ensuite la faire se placer derrière le dit canon. Passant dans son dos et la prenant par les épaules, le pirate la fit légèrement pivoter pour ne pas la laisser dans la trajectoire du tube d'acier.

    - Attention à bien vous placer ainsi. Si vous faites l'erreur d'être un peu trop proche, la détonation peut brûler votre chair en un rien de temps. Ou le recul peut tout simplement vous arracher un membre. Ca serait con. Surtout pour un tir dans le vide comme ça. Il ricana doucement. Allez, tirez, tuez moi ces sales navires qui tentent de nous approcher.

    Il attendit ensuite sagement, observant la belle aux yeux d'émeraude tandis qu'elle venait poser la tige incandescente contre la mèche. Puis, dans un grondement sourd, la détonation résonna dans la cale. Un souffle ardent vint projeter en arrière le canon tandis que les cordages se tendaient pour le retenir. Dans l'air, une odeur de poudre vint rapidement remplacer l'odeur salée des embruns marins et du bois verni. Inspirant longuement, le triton pencha la tête pour observer le boulet qui filait dans l'air et venait s'écraser dans l'eau à une centaine de mètres. Pour une première, c'était un beau tir.

    - Hahahaha, alors Isolde c'est sympa hein? Ce souffle. Cette odeur... Et encore, vous n'avez pas le fracas du bois et les cris des marins paniqués en face. Ni même les autres canons crachant à leur tour. Un véritable orchestre. Dites moi, qu'est-ce que vous en pensez?

    Il écouta sa réponse avec attention, très satisfait d'avoir pu lui présenter et offrir ce spectacle, il s'intéressait fortement au retour de l'humaine qu'il soit bon ou mauvais. Tout le monde, après tout, ne pouvait pas forcément être amateur de ce genre de choses. Quand la nécromancienne eut achevé son retour, le pirate l'invita ensuite de nouveau à le suivre, souhaitant lui montrer de nouveaux secrets de son navire. Il ne savait trop pourquoi, mais Saumâtre se prêtait à ce jeu de découvertes avec un intérêt particulièrement poussé. Il aimait présenter tout cela à l'humaine, tout comme il aimait la curiosité qu'il lisait dans son regard. Ainsi, il l'entraina de nouveau dans sa cabine, lui présentant divers cartes maritimes qu'il avait tracé pour lui expliquer quels chemins prenaient généralement les bateaux républicaines et reikois. Puis, il présenta une carte des fonds marins, racontant à la belle divers aventures qu'il avait vécu sous l'eau. Que ce soit au Récif Noir ou bien dans ses explorations personnelles. Amusé, il passa ensuite sur la bibliothèque de sa cabine, frottant doucement des doigts les couvertures des vieux bouquins présents.

    - Habituellement, on a pas la chance d'avoir une compagnie comme la votre. Certains voyagent durent énormément et pour m'occuper, j'avoue que je lis le plus souvent possible. Des romans. Des récits d'aventures. Des ouvrages politiques même parfois, quand j'm'ennuie vraiment. Il éclata de rire. Mais ça c'est la littérature républicaine. C'est toujours à chier. N'hésitez pas si vous souhaitez lire quelque chose d'ailleurs plus tard. Tant que vous me laissez le livre, vous pouvez emprunter ce que vous voudrez.

    Il attendit un peu une réponse éventuelle puis, à nouveau, il emmena Isolde sur le pont du navire. Avec toutes leurs affaires, le soleil entamait à présent sa course à l'horizon, baignant la mer d'une aura orangée dans laquelle l'astre incandescent venait se refléter, transformant ainsi les vagues en un tapis aux lueurs dansantes. Pour le reste, aucun nuage ne venait gâcher ce magnifique tableau et bien que les marins continuaient de manoeuvrer, le brouhaha de la journée commençait à laisser place à une douce quiétude. Seuls les aboiements de Syrtes venaient troubler le calme qui tentait de s'installer, faisant doucement rire le capitaine de la Renégate.

    - Ce soir, les gars ont prévu quelques petites activités pour vous, si vous désirez. C'pas grand chose, essentiellement des petits tours de passe-passe et comment ils se maquillent pour adopter les traits des enfants de la mer. Mais d'abord, je vous invite à diner, comme pour le déjeuner. Enfin, si le cœur vous en dit. Il étira un sourire amusé. Libre à vous d'aller d'abord voir votre objet si vous le désirez ou de l'emmener à table. Elle vous appartient donc le choix est votre. Pour le reste, je vais vous laisser quelques instants, j'dois aller voir un truc avec ma soeur. A tout à l'heure Isolde.

    Il lui tendit un sourire doux. Sincère. Ses yeux fendus glissèrent sur les traits de la nécromancienne et rencontrèrent l'émeraude de son regard dans lequel il se perdit quelques courts instants. Puis, comme convenu, il se détourna pour se diriger vers la barre du navire. Après tout, il fallait s'assurer que le navire garde le cap et ne dérive pas trop. Les corsaires républicains, après tout, mouillaient assez près de leur trajectoire, surtout depuis la chute de Kaizoku...

    Et même s'il aurait aimé montrer ça à la nécromancienne, une bataille navale n'était pas l'activité la moins risqué pour une douce croisière.
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Isolde Malkyn
    Isolde Malkyn
    Messages : 245
    crédits : 1085

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2669-isolde-malkyn-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2706-le-grimoire-d-isolde
  • Ven 23 Fév - 0:40
    Les chaînes de l'Océan
    Feat Saumâtre

    La brune constata avec un plaisir non dissimulé que le capitaine appréciait l’humiliation de l’esclave. Il y allait également de sa verve acerbe, avant de laisser la pauvre captive à ses tourments solitaires.

    Isolde écouta les premières explication de son vis-à-vis à propos des canons. Ceux-ci étaient judicieusement disposés, astiqués et choyés par leur possesseur. Chaque marin semblait suivre un protocole rondement mené pour prendre soin des gros bijoux du Capitaine. Elle comprenait l’usage des cordes pour retenir les lourds éléments et éviter de les voir se balader sur le pont du navire. Ainsi que les roues pour faciliter leur déplacement.

    Elle avait hâte de voir ces drôles d’engins à l’action. Saumâtre empoigna l’un d’entre eux, de manière à effectuer une démonstration plus poussée à l’étudiante. Cette dernière lui offrait un comportement scolaire, en se montrant studieuse et à l’écoute du maître à bord. Son instructeur, quant à lui, n’avait pas perdu son humour décalé aux métaphores explicites. Par ailleurs, il lui offrait les explications à ses questions silencieuses. Elle apprenait donc comment le pirate s’était procuré ces merveilles et le matériel nécessaire à leur fonctionnement. Par des actes de piraterie, évidemment ! Du vol, du marchandage, des actions musclées, sous le coup des menaces… Enfin, il y avait tant de possibilités pour les individus qui ne sentaient pas leur liberté prisonnière d’une morale castratrice.

    - « Je comprends d’autant plus la fierté qu’ils vous inspirent, Capitaine. » Dit-elle, amusée.  

    Il céda pourtant à l’envie de lui prêter ses jouets et la mage en était vraisemblablement ravie. Elle percevait cela comme un privilège qui lui était octroyé. De ce fait, elle comptait faire bon usage de cette opportunité. Elle esquissa alors un sourire avant de se saisir du boulet afin de l’enfoncer à l’intérieur du canon. Elle suivait scrupuleusement les instructions du triton, refusant de louper son tir.
    Elle sourit lorsqu’il posa ses mains sur ses épaules pour la faire pivoter et se laissa faire, non sans une certaine rigidité. Elle n’était pas habituée à ce que quiconque ne vînt guider ses mouvements. Elle prit ensuite la tige, afin d’allumer la mèche et attendit avec empressement le résultat de ses actions. L’explosion ne se fit point attendre et le bruit résonna dans l’entièreté du navire. Le boulet avait été envoyé au loin, retombant lourdement sur les flots. Elle tentait de visualiser dans son esprit un pavillon ennemi, sur lequel venait s’échouer son tir. Le bois du navire qui explosait, l’eau qui jaillissait, les marins se jetant à l’eau pour tenter d’échapper à la mort.

    - « Cela doit être tellement grisant de percuter un navire avec ces boulets ! » lança-t-elle.
    Subitement, la nécromancienne semblait être curieuse de constater les méfaits des pirates et comment leur bataille faisait rage. Elle souhaitait se retrouver au cœur de l’action et vivre cette expérience hors du commun. Mais cela serait certainement le récit d’une toute autre histoire.
    Même l’odeur de poudre qui émanait de l’explosion lui paraissait agréable et enivrante, comme un appel vers cette technologie dont elle ignorait les secrets. « J’ai trouvé l’expérience très enrichissante. J’espère pouvoir la vivre un jour en situation réelle. » répondit-elle, songeuse. Peut-être en aurait-elle l’occasion.

    Suite à cette activité fort plaisante, l’individu aux écailles bleutées l’invita à l’accompagner dans sa cabine. Il avait d’autres trésors à lui montrer et Isolde s’en trouvait curieuse et impatiente. Elle prenait plaisir à découvrir ce nouvel univers en compagnie du pirate. Celui-ci ne se rendait pas compte à quel point ce dépaysement lui était profitable. Elle s’éloignait de ses pensées obscures et de son objectif sinistrement ambitieux. Elle vivait pleinement l’instant présent et c’était suffisamment rare pour être notifié.

    Et le triton semblait lui aussi particulièrement apprécier le moment qu’ils partageaient ensemble. Loin de ses obligations de capitaine et de pirate aguerri, il paraissait enfin pouvoir être lui-même. Tout comme il s’était montré attentionné et un brin nostalgique la veille au soir, lorsqu’ils s’étaient baignés. Certes, il possédait ce côté rustre, malveillant et sadique. Mais une autre partie de lui vivait et se révélait à la brune. Elle connaissait que trop bien cette dualité et cette façade pour le commun des mortels. Elle considérait sincèrement ce moment de partage à ses côtés. Ainsi, ses traits affichèrent une expression plus douce et son sourire se fit plus franc.

    En outre, la reikoise s’intéressa à la bibliothèque du Capitaine. Elle ne s’était pas attendue non plus à ce qu’il fût autant adepte de livres. Il possédait un côté rêveur et se cultivait avec plaisir, ce qui le rendait d’autant plus intéressant.

    - « Vous êtes bien surprenant, Capitaine. » dit-elle, arborant un petit sourire en coin. Puis elle se laissa happer par les ouvrages entreposés. Elle jeta son dévolu sur un des romans présents. Il traitait de chevalerie dans une contrée lointaine, d’un prince ensorcelé, de magie teintée de romantisme. « Je vous emprunte celui-ci alors. » déclara-t-elle, ravie.

    Elle emporta de ce fait le bouquin avec elle, en quittant la cabine en compagnie du triton. Bien que le bruit troublât encore la sérénité du navire, Isolde profitait du calme de l’océan et des douces couleurs d’un astre sur le déclin. Tandis que Saumâtre lui dictait les activités prévues pour le soir, Isolde paraissait lointaine et pensive. Peut-être aurait-elle apprécié poursuivre ce tête-à-tête avec lui,  sans l’équipage et sans le chahut ambiant. Toutefois, elle devait se résoudre à cette idée. Car bientôt ce périple allait s’achever, abandonnant la poursuite de chimères. La nécromancienne posa délicatement sa main sur celle de Saumâtre, après un échange de regard significatif, avant de le laisser retourner à ses obligations.

    Elle n’avait pas envie de retourner voir son esclave et encore moins de l’inviter à leur table. Elle lui donnerait quelques restes à boulotter plus tard et cela ferait bien l’affaire. Le but n’étant pas de l’affamer, elle devait survivre encore un peu, pour ce qu’elle lui réservait. La brune alla simplement déposer le livre qu’elle lirait certainement avant de dormir, dans sa cabine, en ignorant complètement sa possession demi-elfique. Puis, elle rejoignit le pont du navire, elle cherchait un endroit calme, à l’abri du tumulte et des regards. Elle voulait être seule, profiter de cet océan dont les mystères lui étaient inconnus. La jeune femme observait l’horizon au loin, puis le ciel mordoré qui se zébrait de couleurs plus fades. Les vagues dansaient autour de la coque du bateau et le calme arrivait peu à peu. Cela lui procurait tant de satisfaction. La mer détenait ce pouvoir surprenant d’adoucir mêmes les âmes les plus tourmentées. Les émotions de la reikoise se trouvaient souvent mises à mal, torturées et angoissantes. Elles étaient fortes, démesurées et incomprises. Aussi, cet apaisement agissait comme un puissant remède sur son cœur. Ce dernier battait plus fort, signe qu’elle se sentait pleinement vivante, humaine et passionnée. Étrange sentiment qui parcourait son être, comme le dernier soubresaut d’une condamnée à mort.

    Emportée par cet élan de mélancolie, elle n’entendit pas Saumâtre arriver derrière elle. Elle sentit simplement sa main sur son dos, puis vint le son de sa voix. Il lui indiqua qu’il l’avait cherchée, allant jusque dans sa cabine pour voir si elle ne s’y trouvait pas. Mais il n’y avait vu que la captive endormie. Il en conclut que cette dernière ne se joignait pas à eux pour le dîner.  

    - « Les chiens mangent toujours après leur maître. C’est une règle d’or. » dit-elle, en replaçant son masque d’impassibilité.

    Elle le suivit ensuite pour le repas, qu’ils prirent assez rapidement. La mage ne semblait pas avoir grand appétit ce soir. De plus, les festivités préparées par l’équipage du triton les attendaient. À présent, Isolde se sentait d’humeur à assister au spectacle. Une dernière nuit bercée par la piraterie, avant de retourner à son quotidien.
    Elle s’accouda alors à la rambarde, positionnée à l’arrière de l’assemblée. Elle possédait ainsi une vue d’ensemble sur les marins, les acteurs et ceux qui les observaient. Les peintures sur les visages des hommes semblaient tout à fait réalistes et ils se mariaient parfaitement à l’équipage composé de créatures marines. Les couleurs apportaient leur lot de fantaisie et offraient la place à l’imaginaire. La brune souriait et lançait de temps en temps des regards au pirate aux écailles bleutées. Elle passait un agréable moment. Le ciel nocturne leur offrait un sublime tapis étoilé. Le doux éclat de la lune se reflétait sur les flots rendus ténébreux et Isolde pensait qu’elle n’avait peut-être encore jamais vécu de soirée aussi délicieuse. Et de manière très étonnante, elle le devait à un triton, pirate et esclavagiste de surcroît.  

    CENDRES


    I am a mortal, but nothing human inside. What will be left of me when I'm dead ?


    La berceuse d'Isolde
    HO HO HO !
    HO HO HO !
    Capitaine Saumâtre
    Capitaine Saumâtre
    Messages : 63
    crédits : 207

    Info personnage
    Race: Triton
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3178-terminee-sous-l-ocean-sous-l-oceaaaannn-capitain-saumatrehttps://www.rp-cendres.com/t3198-journal-de-bord-sale-chronologie-de-saumatre#27729
  • Ven 23 Fév - 13:36

    Il était difficile d'expliquer l'émotion que ressentit Saumâtre lorsque l'humaine toucha sa main et qu'ils échangèrent ce regard si particulier. L'espace d'un instant, le temps sembla se suspendre pour le capitaine de la Renégate alors qu'une envie de s'éloigner de son rôle s'insinua dans son esprit. Une envie de flottement, de moment calme et doux en compagnie de la nécromancienne. Répondant par un doux sourire alors qu'il revenait à la réalité et qu'il s'éloignait lentement d'elle, le triton ne put s'empêcher de ressentir encore cette étrange sensation quelques minutes encore. Isolde parvenait à éveiller une part de sa personnalité qu'il ne révélait pas. Qu'il peinait même à reconnaitre. Et il était particulièrement agréable de ressentir cela. Au moins une fois. Au moins là, lors de cette croisière improvisée.

    Arrivant finalement au niveau de la barre, le pirate salua sa soeur d'un signe de tête relativement sobre. Se plaçant à ses côtés, il observa quelques instants l'horizon ainsi que le soleil couchant. Ricanant, la "demi naga" à ses côtés plongea ses yeux dorés dans ceux de son frère.

    - Si tu veux, je peux nous faire dériver encore un peu.
    - Ta gueule Syrtes.
    - Je ne disais même pas ça pour te taquiner Saumâtre. Je vois bien que tu passes un bon moment. Et c'est aussi ça notre crédo, la liberté de s'éloigner de sentiers que nous avions potentiellement tracé.

    Il étira un léger sourire face aux mots de sa soeur. Cette dernière le comprenait visiblement bien plus qu'il n'acceptait de le reconnaitre. Détourner la route du navire... L'idée interessa fortement l'esclavagiste. Car cela signifiait plus de temps en charmante compagnie. Mais... Il avait promis à Isolde de la mener à bon port et il ne voulait pas faire n'importe quoi pour son propre plaisir. Et puis, changer la course risquait aussi d'attirer un peu plus l'attention sur eux, malgré le pavillon flottant à l'arrière du navire.

    - Non, on garde le cap prévu. Fais juste en sorte que les quarts soient répartis convenablement entre les gars, comme on en a qui veulent "faire la fête" ce soir, j'aime autant que le navire s'écrase pas sur un récif parce que l'navigateur s'est endormi.
    - Très bien capitaine, j'y veillerai. Elle ricana doucement. Et détends toi un peu, t'es aussi raide qu'un espadon.

    Il ricana à son tour en guise de réponse. Puis, de nouveau, il se mit à parcourir le navire. Outre sa sœur, le pirate devait veiller à de nombreuses choses afin que tout se passe correctement. De l'état des mats et voilures à la répartition de l'équipage, le capitaine de la Renégate demandait les comptes rendus de son équipage afin de se rassurer. En vérité, les pensées du triton étaient ailleurs. Il semblait parfois un peu perdu dans le vide, comme s'il se déconnectait de la réalité pour se perdre dans des illusions oniriques dont il était le seul spectateur. Le reste de la journée passa alors rapidement, les diverses obligations de Saumâtre le forçant à se concentrer sur ses diverses tâches. Quand il eut enfin fini, l'enfant du Récif Noir se pressa de chercher Isolde pour la retrouver. Ne l'apercevant pas, l'être écailleux se dirigea naturellement vers la cabine de cette dernière. Toquant de prime abord afin de se présenter, l'esclavagiste entra finalement pour ne trouver dans la pièce que la jeune captive étendue sur le lit, ainsi que le livre que la nécromancienne avait emprunté plus tôt. Fixant la couverture de ce dernier, l'être aquatique étira un nouveau sourire avant de se détourner pour finalement quitter la chambre.

    Retournant sur le pont après avoir inspecté les cales, le capitaine arpenta ce dernier à la recherche de l'humaine à la chevelure de jais. Quand il l'aperçut enfin, seule à observer l'océan, le pirate s'approcha doucement. Quand il l'appela, cette dernière ne sembla pas réagir. Se disant qu'elle était sûrement perdue dans ses pensées, le marin posa doucement sa main sur le dos de la belle pour attirer son attention, parvenant à extraire son regard des pensées dans lesquelles elle s'était plongée.

    - C'est beau, n'est-ce pas? J'ai beau parcourir la mer au quotidien, je ne me lasserai jamais de ce charmant paysage. J'ai vu que votre esclave dormait dans vos quartiers, j'imagine qu'elle ne se joindra pas à nous pour le diner?

    Quand elle lui répondit ensuite, Saumâtre étira un léger sourire. Si la remarque pouvait paraitre particulièrement cruelle, elle amusa sincèrement le pirate. Le traitement que la nécromancienne infligeait à sa possession était jouissif. Elle se plongeait dans ce jeu de domination avec un zèle incroyable et semblait particulièrement au fait de comment traiter l'animal qui venait de devenir sa propriété. L'espace d'un instant, le pirate se demandait bien quels genres de sévices elle comptait lui infliger par la suite. Quelque part, il se surprit à être curieux et envieux de voir cela. Même si cela s'avèrerait assez peu probable. Menant par la suite Isolde dans sa cabine pour qu'ils mangent tranquillement, le pirate demanda des plats rapides et légers. La dégustation de ces derniers se fit rapidement, l'appétit ne semblant pas être au rendez vous pour l'humaine et le reste de l'équipage commençant à se préparer pour les festivités. Ils quittèrent donc finalement la cabine et alors qu'Isolde allait se placer vers l'arrière du groupe, Saumâtre quant à lui se plaça assez près d'elle sans pour autant se tenir trop éloigné de ses hommes. Ainsi, il pouvait interagir avec eux tout en observant la brune aux yeux d'émeraude chaque fois qu'il en aurait envie.  

    Ainsi, les représentation des voltigeurs commencèrent. Si leur nom était utilisé principalement en raison de leur manière de combattre, ils confirmèrent en cette soirée qu'ils tenaient également ce patronyme de leurs prouesses acrobatiques. Jouant avec les cordes du mat principal, plusieurs sirènes et tritons s'amusaient à faire des cabrioles et autres sauts dans les airs, jouant de torches et autres coutelas pour démontrer toute leur agilité. Pour peu, la scène aurait pu être assimilée à celle d'une foire ambulante, si on ignorait le bruit récurrent des vagues s'écrasant sur la coque du navire et les quelques remarques des marins travaillant à l'avancée de ce dernier. Quand les voltigeurs achevèrent enfin leur numéro, quelques autres marins vinrent présenter différents petits tours de magie. Des prestidigitations remarquables mais qui en vérité ne dépassaient pas le niveau de ce que l'on pouvait trouver à Brumerive. Des petites manipulations visant habituellement à épater les donzelles et autres spectateurs crédules. Mais bon, l'ambiance était bon enfant. Puis vinrent ensuite les maquillages. S'il s'agissait d'une coutume au sein des arpenteurs, il était toujours remarquable d'observer les sirènes et tritons les plus beaux se grimer volontairement pour prendre des traits plus "monstrueux" en l'honneur du capitaine et de sa second. Une sorte d'hommage, qui renforçait d'autant plus l'aura de l'équipage lors des combats. Et tout ce spectacle, accompagné de quelques morceaux joués au violon par les plus doués de l'équipage, donnait à cette soirée une ambiance pleine de légèreté. Ce qui était d'autant plus étonnant, quand on connaissait la principale activité de ces marins et la cruauté de leur capitaine. A plusieurs reprises, Saumâtre détourna le regard des scènes jouées pour venir déposer ses yeux dorés sur la silhouette et les traits de la nécromancienne. Ce n'était pas une observation pleine de luxure ou malsaine, mais plutôt pleine de sincérité. Quand ils échangèrent divers regards, le pirate sentit en lui une certaine joie se manifester. Un bien être. La soirée était douce, tout comme l'étaient les moments qu'ils passaient ensemble. Une bulle d'air véritable dans le tumulte d'une vie de pillages et de chaos.

    S'éloignant finalement légèrement du spectacle en cours, le marin se rapprocha d'Isolde pour venir se poser près d'elle, reportant ensuite son attention sur les membres de son équipage qui entamaient un nouveau tour, le triton étira un léger sourire alors qu'il prit finalement la parole.

    - J'espère que vous avez aimé tout ça. De manière honnête, je ne crois pas avoir vu l'équipage s'amuser autant depuis pas mal de temps. Faut croire que vous faites votre petit effet. Il lui lança un regard complice accompagné d'un léger sourire. La nuit s'étend peu à peu mais elle est encore jeune. Venez, j'aimerai vous montrer un truc, un peu plus au calme.

    Il tendit alors sa main à la jeune femme, l'invitant ainsi à le suivre. Qu'elle la saisisse ou non, le capitaine mena la nécromancienne jusqu'au niveau de la proue du navire. De là, les sons du reste de l'équipage s'avéraient complètement perdus dans le bruit captivant des vagues et de la nuit. S'approchant un peu plus du bord, le pirate pointa du doigt l'horizon à Isolde, un sourire sincère sur les lèvres.

    - Observez. Observez et... Ecoutez.

    De là où ils étaient, les deux individus pouvaient voir l'horizon aqueux dans lequel la myriade d'étoiles se reflétait, accompagnée par la lune silencieuse. Une fresque sombre et tachetée de lueurs d'argent qui donnait à la mer une robe magnifique. Et surtout. Rien. Aucun parasite audio habituel. Seulement les vagues. Un son régulier et calme, qui venait résonner dans l'air chaque fois que l'eau s'écrasait contre le navire. Se perdant quelque peu dans son observation, les yeux du marins passèrent sur la scène qui se jouait devant eux avant de revenir doucement vers Isolde.

    - Cette soirée m'est particulièrement agréable Isolde. J'espère qu'il en est de même pour vous. Il marqua une pause, reportant son attention vers l'horizon. Si tout se passe bien, nous devrions arriver à destination dans les délais prévus. Enfin... Si ça l'a, ça ne vient pas nous casser les pieds.

    Pointant du doigt de grands nuages noirs qui étaient à peine perceptibles à l'horizon, le triton laissa quelques instants une grimace courir sur ses traits. Les tempêtes étaient bien souvent ce que les marins redoutaient de plus. Un bateau corsaire, la discussion était parfois possible. Mais une tempête? Les forces déchainées de la nature elle même? On ne pouvait que l'affronter et espérer être assez résistant pour y survivre. Bien sûr, la Renégate était faite pour ça. Mais les vents violents pouvaient venir ralentir leur avancée et ainsi prolonger le périple. Même si, pour dire vrai, ce dernier point ne chagrinait pas le moins du monde l'esclavagiste qui étira de nouveau un sourire sincère à la nécromancienne.

    - Au pire des cas, j'utiliserai mes pouvoirs pour aider à la traversée. Ce n'est pas leur usage premier mais pourquoi pas. Il ricana doucement. Et oui, vous l'aurez compris, je suis pas juste une brute incroyablement attirante.

    La phrase avait été prononcée avec beaucoup d'humour. Cette même légèreté dont il faisait preuve chaque fois qu'ils partageaient un moment. Ils étaient là, à l'avant de ce navire d'esclavagistes, à profiter de la quiétude nocturne et de l'océan. Ils étaient unis dans cette sphère temporelle étrange. Elle échappant à un avenir que le triton ignorait, et lui échappant à tout ce que sa vie avait toujours été. Cela faisait du bien. Cela était apaisant. Et pour peu, Saumâtre aurait voulu que jamais ce moment ne cesse. Qu'ils restent là, à simplement profiter de l'instant. Tournant doucement la tête vers l'humaine, le triton plongea son regard aux pupilles fendues dans le vert intense des yeux de la demoiselle. Il y eu un léger flottement, puis il brisa le silence existant, murmurant doucement.

    - Dites moi ce que vous voyez dans l'horizon Isolde. Et ce que vous voyez, ici.

    La question était aussi métaphorique que littérale. La belle nécromancienne pouvait donc choisir d'y répondre comme elle l'entendait. Avec malice, ou sincérité. Saumâtre l'écouterait avec tout autant d'attention. Car le soleil était encore loin de montrer le bout de ses rayons, et pour l'heure, la nuit leur appartenait totalement.

    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum