DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Seraphin

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Pas de doute, c'est bien elle... InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Lever de Lune
    Derniers sujets
    La mascarade de minuit. [PV Gwynneth De Evelune]Aujourd'hui à 0:23Gwynneth De Evelune
    Le feu de la forge. (Pv- Cyradil)Hier à 23:00Kilaea Sliabh
    [PA] - Un coup que MAGIC ne verra pas venirHier à 22:13Capitaine Saumâtre
    RP's de Mortifère [République]Hier à 17:47Abraham de Sforza
    [PA] Le Chant des RoncesHier à 17:43Résiliente & Crow
    Echappée Belle [PV Kilaea]Hier à 16:46Kilaea Sliabh
    Validation des rps de KassandraHier à 16:30Kassandra Whype
    2 participants
    Aller en bas
    Noble de La République
    Noble de La République
    Seraphin du Razkaal
    Seraphin du Razkaal
    Messages : 252
    crédits : 32

    Info personnage
    Race: Lycanthrope
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3067-terminee-seraphin-du-razkaal-d-elusiehttps://www.rp-cendres.com/t3164-liens-de-seraphin-d-elusie#27376https://www.rp-cendres.com/t3162-chronologie-du-limier-seraphin-d-elusie#27373
  • Mar 2 Jan - 1:42
     
    Journal du Limier
    Liberty, Manoir de Hengebach
    À Liberty, là où les derniers rayons du soleil déclinaient en un adieu mélancolique, une ombre se glissait entre les ruelles pavées d'histoires et de murmures. Seraphin d'Elusie, vêtu de sa sombre tenue de Limier, avançait d'un pas résolu, tel un spectre en quête d'une destinée insondable. Sa longue cape, semblable à un pan de nuit, glissait silencieusement sur les pavés, traçant derrière lui un sillage d'ombres et de mystères.

    Les habitants, rentrant dans l'intimité de leurs foyers, se décalaient à sa vue, frôlés par l'aura intimidante que dégageait sa présence. Le Limier, symbole de justice et de terreur, incarnait pour beaucoup l'annonce d'un danger imminent, un présage de traque et de mort. En cet instant, il était le spectre que l'on fuit, la figure que l'on redoute de croiser au crépuscule.

    Pourtant, sous les atours d'une noblesse éclatante, un autre monstre, plus redoutable encore, se dissimulait à Liberty. Une tueuse, dont la réputation n'avait d'égal que l'élégance de ses robes, masquait une nature bien plus sinistre. Comme une rose aux épines empoisonnées, elle incarnait la beauté et le danger, déguisée sous les traits d'une dame de haute société.

    Approchant de sa destination, le manoir de Hengebach, cette demeure qui se dressait tel un monument à la gloire d'une époque révolue, Seraphin pénétra le domaine sans s'être préalablement annoncer. Son allure, qui se voulait à la fois majestueuse et inquiétante, faisait de lui un messager des ombres. Arrivé au seuil de l'édifice, portant sa mitaine à la porte pour y toquer deux fois d'un geste assuré, il se tenait là, encapuchonné, dévoilant juste assez de son museau pour que la lueur des lanternes vienne caresser les traits de sa mâchoire légèrement effilée.

    D'abord, la voix de Cabale, à la fois suave et insidieuse, s'insinua avec une douceur presque caressante :

    "Seraphin, es-tu sûre que ce serait elle,
    la bonne personne ?"

    ... susurrait Cabale, d'un ton insidieux.

    "La dame de Hengebach...
    un nom qui dissimule bien des secrets...
    N'oublie pas, même le papillon le plus éblouissant
    dissimule parfois un venin mortel sous ses ailes chatoyantes."

    Sans s'attarder sur l'intervention du diable et sans attendre réponse à ses heurts de porte, il s'annonçait finalement, d'une voix teintée d'autorité et d'une élégance froide :

    "Je me nomme Seraphin d'Elusie, Limier au service de la République. J'ose solliciter une audience avec la maîtresse des lieux, et ce, afin d'échanger sur des affaires qui ne se suffiraient point de simples correspondances."

    Ses yeux, porteurs d'une curiosité ténue, plongeaient dans les abîmes de sa mémoire, tâtonnant pour saisir l'effigie fugace de la dame insaisissable, dont les contours n'avaient été effleurés qu'une seule fois, dans un moment aussi fugitif que le frémissement d'un battement d'ailes. Mais bien que démuni de la faculté de reconnaître les galbes de son portrait, il savait que si la silhouette qui se tiendrait devant lui lui stimulerait en lui l'écho d'un des plus plaisants minois de la République, ce serait bien celle de la redoutée maîtresse du manoir, une des figures les plus fascinantes et dangereuses de la République.


    Disclaimer : Ouvert à tout dans mes RPs :
    torture, blessure, infirmité, supplice psychologique, mort etc...

    Liens :
    Troupes - Démons - Présentation de base
    Noble de La République
    Noble de La République
    Leonora de Hengebach
    Leonora de Hengebach
    Messages : 172
    crédits : 209

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyale neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2438-leonora-de-hengebach-valideehttps://www.rp-cendres.com/t2451-liens-de-leonora-de-hengebach
  • Sam 6 Jan - 16:20
    Dans la douce quiétude d'une soirée banale, la demeure de Léonora s'emplissait d'une atmosphère sereine. Les lueurs tamisées des lampes suspendues éclairaient délicatement le salon, créant une ambiance apaisante. Le crépuscule avait peint le ciel laissant place à une transition douce entre chien et loup. Les effluves enivrants d'une bougie parfumée, soigneusement choisie, flottaient dans l'air, diffusant des notes délicates d’ambre grise dans le salon où un feu crépitait depuis peu. Léonora, flânait dans la demeure, ses pas silencieux résonnant à peine sur le parquet poli. Elle portait une robe soyeuse verte en velours, simple mais raffinée. La matière épousait délicatement sa silhouette, reflétant la grâce naturelle de la maîtresse des lieux.
    Dans l’espace des domestiques, La cuisine du manoir s'activait. Les arômes envoûtants des plats délicieusement préparés emplissaient l'air, créaient une ambiance chaleureuse et appétissante dans cette partie de la demeure. C'était une soirée calme qui s’annonçait et toute aussi semblable que les précédentes et les futures de la Noble Républicaine.

    Léonora, dans un rituel très précis, prit le large escalier qui donnait dans la grande entrée, afin de  se retirer dans sa chambre pour se préparer avant de dîner. Son ascension fut interrompue par deux coups sûrs contre la porte d’entrée. Le serviteur qui faisait aussi office de majordome, se dirigea vers celle-ci alors qu’une voix inattendue se fit entendre avant même que la porte ne fut ouverte et l'écho des mots résonna dans l'air, réveillant une inquiétude latente en elle.

    "Séraphin d'Elusie, le limier…" dit la voix avec une clarté délibérée.

    Léonora, submergée par une soudaine vague d'appréhension, figea son pas au milieu des escaliers. L’atmosphère apaisant semblait s'estomper alors qu'elle écoutait attentivement. Le nom de Séraphin d'Elusie avait une résonance mystérieuse et inconnue. Pourquoi un limier se présentait à sa porte ? Un frisson d'incertitude lui parcourut l'échine. Des questions tourbillonnaient dans son esprit. Pourquoi venait-il la voir ? Était-ce lié à elle personnellement, ou était-ce une coïncidence malheureuse ? La Dame se retrouva partagée entre le désir de rester dans la sécurité de sa demeure et la curiosité mêlée d'effroi quant à la nature de cette affaire mystérieuse. Elle prit une profonde inspiration, se raffermissant, et tourna le visage sur l’homme qui attendait l’ordre d’ouvrir.

    L’assassin, se trouvait face à une situation inhabituelle. La voix du limier, résonnait toujours dans l'air, mais aucun souvenir de ce nom ne venait à l'esprit de Léonora. Elle en connaissait plusieurs. Auparavant, certains la recherchaient, d’autres n’étaient qu’un simple nom parmi d’autres ou n’étaient tout bonnement plus de ce monde et ce n’était pas de son fait. Mais celui-ci lui était totalement inconnu.

    Elle secoua enfin la tête pour ordre et le serviteur acquiesça avant d’ouvrir la porte, suffisamment pour se présenter à lui mais pas suffisamment afin de dissimuler le reste des lieux derrière lui.  Quant à Léonora, elle attendait dans les escaliers en les grimpant au ralenti, espérant que le visiteur abandonne l’envie de s’entretenir avec elle.

    Bonsoir Monsieur.

    Il le détailla de la tête aux pieds et à la vision de ses traits, il ne fut pas le plus rassuré.

    Madame ne reçoit plus à cette heure. Dois-je lui transmettre un message ?

    Dos à la porte, la main posée sur la main courante et la tête tournée vers la porte  d’une oreille attentive, elle attendit la réponse du mystérieux visiteur.
    Noble de La République
    Noble de La République
    Seraphin du Razkaal
    Seraphin du Razkaal
    Messages : 252
    crédits : 32

    Info personnage
    Race: Lycanthrope
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3067-terminee-seraphin-du-razkaal-d-elusiehttps://www.rp-cendres.com/t3164-liens-de-seraphin-d-elusie#27376https://www.rp-cendres.com/t3162-chronologie-du-limier-seraphin-d-elusie#27373
  • Sam 6 Jan - 22:39
     
    Journal du Limier
    Liberty, Manoir de Hengebach
    Devant le seuil de la demeure noble, un silence habité de mystère enveloppait le Limier, sa silhouette se découpant dans la pénombre du crépuscule. Il observait la façade opulente, un édifice qui parlait des murmures de la bourgeoisie, où chaque pierre semblait taillée dans les secrets et les intrigues de ceux qui se drapaient dans le luxe et la discrétion.

    La porte s'entrouvrit avec une réticence pesante, dévoilant le majordome dont le regard trahissait une appréhension contenue. Le Limier, en scrutant ce visage, pencha sa tête avec une curiosité presque féline, ses yeux d'un or perçant se révélant dans leur pleine splendeur nocturne. "L'audace de repousser un Limier peut s'avérer imprudente," murmura-t-il, sa voix basse résonnant avec autorité.

    "Il ose...
    Laisse nous jouer avec ce gueux quelques instants.
    Je te promet qu'elle ne le regrettera pas.

    ... commentait Envie.

    Il marqua une pause, laissant le silence amplifier le poids de ses paroles et diluer dans son esprit celle de son démon. Son corps, autrefois tendu, se délassa en un geste de nonchalance étudiée. "Je ne viens point troubler la quiétude de cette demeure," reprit-il, levant les yeux vers le ciel où les premières étoiles commençaient à scintiller. "Mon dessein est de dialoguer sur un sujet d'importance certaine, une affaire que je porte à coeur."

    Le prédateur nocturne qu'il était se tenait immobile, une présence à la fois menaçante et fascinante, attendant la réaction du serviteur et, inévitablement, celle de Léonora. Son regard d'ambre, reflet d'un monde secret et insondable, s'attardait sur la porte entrebâillée, comme une promesse voilée d'histoires ténébreuses à dévoiler.


    Disclaimer : Ouvert à tout dans mes RPs :
    torture, blessure, infirmité, supplice psychologique, mort etc...

    Liens :
    Troupes - Démons - Présentation de base
    Noble de La République
    Noble de La République
    Leonora de Hengebach
    Leonora de Hengebach
    Messages : 172
    crédits : 209

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyale neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2438-leonora-de-hengebach-valideehttps://www.rp-cendres.com/t2451-liens-de-leonora-de-hengebach
  • Sam 6 Jan - 23:37
    Léonora, perchée en haut de l'escalier majestueux, tendit l'oreille à la conversation qui se déroulait derrière la porte massive. Les notes de la voix du Limier, résonnaient distinctement pour elle dans le couloir silencieux. Le majordome, un homme habituellement impassible aux manières impeccables, semblait évaluer chaque mot prononcé avec une inquiétude compréhensible malgré les paroles de Séraphin et son attitude qui se voulaient plus rassurantes.

    Le majordome, un homme d'âge mûr au visage qu’il pensait impénétrable, acquiesça légèrement, mais son regard fuyant trahissait son inconfortable position que même la Dame de Hengebach pouvait percevoir. Intriguée par ces allégations, elle se questionna. Quel sujet pouvait être aussi important et pouvait potentiellement l’intéresser ou même la concerner. Elle décida de descendre les escaliers avec discrétion pour rejoindre la scène. Il s’agissait peut être de son père… Puis elle ne pourrait repousser cet homme de ses murs, il finirait sans doute par user de la force s’il était de la même veine que ses homologues.

    "Madame n'est pas disposée à recevoir de visiteurs en ce moment. Elle traverse une pério..."
    Et fut interrompu par une voix féminine, posée et assurée.

    Elias, laisse donc entrer notre visiteur.

    Bien, Madame.

    Soulagé de ne pas à tenir tête au sombre visiteur, le serviteur se décala. La porte s’ouvrit doucement, laissant Léonora apparaître à la vue du traqueur, dans les escaliers qu’elle finissait de descendre, partagée entre la curiosité et l'appréhension. Elle décida de patienter les mains jointes devant la dernière marche, que le Limier fasse son entrée pour lui apparaître.

    Que puis-je pour vous ?

    Elle fit les quelques pas qui les séparaient.
    Noble de La République
    Noble de La République
    Seraphin du Razkaal
    Seraphin du Razkaal
    Messages : 252
    crédits : 32

    Info personnage
    Race: Lycanthrope
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3067-terminee-seraphin-du-razkaal-d-elusiehttps://www.rp-cendres.com/t3164-liens-de-seraphin-d-elusie#27376https://www.rp-cendres.com/t3162-chronologie-du-limier-seraphin-d-elusie#27373
  • Dim 7 Jan - 0:52
     
    Journal du Limier
    Liberty, Manoir de Hengebach

    Dans la pénombre raffinée du manoir de Léonora, le Limier se mouvait tel un spectre, ses pas effleurant à peine le sol de marbre poli. La demeure, baignée d'une lumière tamisée, déployait un charme discret, presque mystérieux, où chaque détail semblait raconter une histoire d'élégance et de grandeur passées. Le d'Elusie, silhouette sombre enveloppée dans une cape qui ondulait doucement derrière lui, observait avec un intérêt discret la scène qui s'offrait à lui, comme un tableau vivant de délicatesse et de finesse.

    À la vue de Léonora descendant l'escalier, un sentiment d'admiration silencieuse ébranla l'âme du Limier. Elle incarnait une grâce naturelle, une élégance sans pareille dans sa robe de velours vert qui épousait parfaitement sa silhouette athlétique, fruit d'un engagement physique assidu. Ses cheveux bruns, tantôt ondulés, tantôt lissés, encadraient un visage dont chaque trait semblait sculpté avec art. Ses yeux verts, changeant de teinte selon la lumière, brillaient d'une lumière captivante, comme des gemmes rares. Son sourire, s'il existant seulement en cette nuitée, aurait illuminé la pièce de son éclat radieux.

    D'une voix suave et envoûtante, l'homme rompit le silence. "Je ne m'étais point trompé, votre beauté éclipse les étoiles de cette nuit orageuse," dit-il en s'approchant avec une assurance mesurée, son regard plongé dans celui de Léonora. "Je me présente, Séraphin d'Elusie. Et même si l'éclat de votre simple présence est un spectacle en soit, ce n'est point votre toilette qui m'amène mais bien votre savoir-faire. En effet, c'est une affaire d'ombre et de silence qui m'amène à votre porte."

    Il marqua une pause, son regard sombre et profond s'échappant accompagné de quelques pas, avant de rejoindre de nouveau celui de Leonora, comme cherchant à y déceler une étincelle de curiosité. "Remonter vos "exploits" ne fut point chose aisée, croyez-moi. Et Dieu sait que d'aucuns chercheraient à mettre votre tête sur pique, aussi adorable soit-elle. Mais... non... C'est quelque chose de bien plus onéreux que ça que je souhaite m'approprier en cette soirée."

    Sa voix, maintenant plus basse, prenait une tonalité énigmatique tandis qu'il laissait son doigt glisser sur le vernis du mobilier, comme pour y relever quelconque poussière. "Vous aurez beau accepter moult contrat, que votre trace en ce monde demeurera aussi discrète que vos talents." Une nouvelle pause cherchait à instiguer une curiosité latente. "C'est pourquoi... je viens avec une proposition, que je vous prierai de considérer comme j'ai pu le faire autrefois."

    Les flammes du foyer dansaient en communion tandis qu'elles dessinaient sur le visage du Limier des vagues de chaleur aussi réconfortantes que plurielles. "La République a be-... Non, "j'ai" besoin de vous. Les temps ne sont plus ce qu'ils sont et il devient ardu de trouver de véritables prédateurs en nos cités, car il faut de vrais massacreurs pour en juguler d'autres."

    Ces paroles au demeurant énigmatiques en étaient devenus révélateurs pour qui se serrait arrêter au sens des mots.

    "Oui... Vous l'avez bien compris. Leonora, les Limiers du Razkaal vous appelle à les rejoindre. Ce rôle, loin des fanfares et des honneurs, est fait pour ceux qui, comme vous, dansent avec les ombres. C'est dans les méandres de la nuit que nous, Limiers, traquons les menaces, protégeant notre cité des griffes de l'invisible et de l'indicible."

    Le Prévot s'approcha alors encore, réduisant l'espace entre eux. Son regard intense ne quittant plus celui de la dame sombre, tandis qu'un sourire en coin se dessinait sur ses lèvres. "Votre décision, Madame de Hengebach, influencera le cours des choses bien au-delà de ce que vous pouvez imaginer. J'espère que vous comprendrai le poids de mon invitation."

    A quelques centimètres de plus, il se serait tenu si près d'elle que leurs souffles se seraient entremêlés. Dans ses yeux brillait une lueur d'admiration sincère, mêlée à une pointe de malice. La tension de ce moment suspendue dans l'air, tel un secret partagé.

    Le Fraternitas attendit alors, patient et attentif, prêt à éclaircir ses doutes. Il restait une figure sombre, mais captivée par la lumière de la beauté et de la compétence de la noble devant lui.


    Disclaimer : Ouvert à tout dans mes RPs :
    torture, blessure, infirmité, supplice psychologique, mort etc...

    Liens :
    Troupes - Démons - Présentation de base
    Noble de La République
    Noble de La République
    Leonora de Hengebach
    Leonora de Hengebach
    Messages : 172
    crédits : 209

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyale neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2438-leonora-de-hengebach-valideehttps://www.rp-cendres.com/t2451-liens-de-leonora-de-hengebach
  • Dim 7 Jan - 4:31
    Un limier… sombre personnage mystérieux et fascinant, évoquant une aura d'obscurité et de mystère. La silhouette de l’homme se profile dans la pénombre, presque indiscernable dans les ténèbres, tandis que ses sens aiguisés et sa capacité à traquer les moindres indices en font un prédateur redoutable.
    Sa tenue est d'un noir profond qui absorbait la lumière, lui permettait de se fondre dans l'obscurité environnante. Les contours de son corps sont définis par des nuances sombres, créant une silhouette gracieuse et sinistre. Ses yeux brillent d'une lueur énigmatique, perçant l'obscurité avec une lueur étrange, révélant une certaine détermination. Ses pas feutrés ne laissaient aucune trace audible. Son allure mystérieuse et sa présence imposante inspirent à la fois la crainte et la fascination, faisant du limier un être à part et celui qui se présentait à elle ne dérogeait pas à la règle.

    L'homme s'approcha lentement de Léonora, son regard scrutateur traversait l'ambiance tamisée avec une lueur étrange. De ses yeux, perçants et insatiables, détaillaient chaque trait du visage de la jeune femme avec une intensité qui peut évoquer à la fois l'admiration et quelque chose de plus sinistre. Sa voix, douce comme une caresse et pourtant empreinte d'une étrange gravité, résonne en elle. Chaque mot était chargé d'une étrange séduction. Pourtant, derrière cette flatterie apparente, plane un sentiment d'inquiétude. Ses compliments semblaient teintés d'une admiration presque excessive, suscitant un malaise palpable chez la Hengebach. Les gestes de l'homme sont calculés, son approche méthodique, comme s'il cherchait à capturer quelque chose d'innateignable. La brune ressentit un frisson glacial, une prémonition que quelque chose ne tourne pas rond. La beauté, vantée avec une telle intensité, devient soudainement un miroir reflétant les ombres cachées dans les intentions de Séraphin.


    Il n’ignorait rien de la sombre activité de Léonora, arborait un sourire teinté d'une fascination morbide. Ses yeux, déjà perçants, semblaient maintenant dévoiler une profonde compréhension des ombres qui se dissimulaient derrière le masque de beauté de la maitresse des lieux. Son approche devenait moins subtile, exprimant une étrange admiration pour les talents qu'elle possédait, ceux d’une virtuose de la mort. Vint ensuite une proposition que jamais elle n’aurait imaginé même dans ses rêves les plus loufoques. Devenir elle-même un traqueur, poursuivre ceux qu’elle était, entre autre. Pour le Razkhaal et devenir aussi étrange que celui qui se tenait maintenant dans sa zone de confort, bien trop près, à soutenir son regard que Léonora ne détournait pourtant pas malgré la situation inconfortable dans laquelle elle se trouvait.

    Elle fit face à l'homme, puis répondit d'une voix calme mais ferme .

    Gardez vos flatteries pour vous-même.

    Son regard, aussi froid que l'acier, cherchait à dissuader toute tentative de manipulation ou de séduction. Elle se tint droite, émettant une aura de détermination qui la rendait presque intouchable malgré la proximité de l'homme qu’elle réduisit à son tour pour lui souffler ces quelques mots à l’oreille.

    Nous devrions nous éloigner des oreilles trop indiscrètes.

    D’un geste de la main, elle l’invita à la suivre dans la pièce à côté, un petit salon où ils seraient à l’abri des indiscrets. Une fois la porte fermée, elle reprit la parole d’une voix claire mais suffisamment discrète du commun des mortels.

    Je ne me tiens pas devant vous pour être admirée ou pour que mes compétences  quelles qu'elles soient, soient glorifiées, ajouta-t-elle, sa voix trahissant une pointe d'agacement. Si vous cherchez à vous divertir à mes dépens, vous avez fait fausse route.

    Sa réplique visait à établir des limites claires, à signifier qu'elle ne tolérerait aucune tentative de manipulation ou d'exploitation de sa réputation. Léonora était déterminée à conserver sa distance et à dissuader toute tentative de Séraphin de pénétrer son monde ou d'exploiter ses compétences pour ses propres desseins.

    Pourquoi accepterai-je ? Je me fiche bien des sombres activités des prédateurs, tout comme les raisons qui les y  poussent. Pourquoi cela changerait aujourd’hui ? Je ne recherche aucune gloire.

    Elle revint vers lui pour de nouveau lui faire face.

    Et si je refusais ? Vous me conduiriez fissa à Razkhaal mais du mauvais côté de la cellule qui m’attend déjà?
    Noble de La République
    Noble de La République
    Seraphin du Razkaal
    Seraphin du Razkaal
    Messages : 252
    crédits : 32

    Info personnage
    Race: Lycanthrope
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3067-terminee-seraphin-du-razkaal-d-elusiehttps://www.rp-cendres.com/t3164-liens-de-seraphin-d-elusie#27376https://www.rp-cendres.com/t3162-chronologie-du-limier-seraphin-d-elusie#27373
  • Lun 8 Jan - 1:39
     
    Journal du Limier
    Liberty, Manoir de Hengebach
    Dans la pénombre du petit salon, où les étagères croulaient sous le poids des livres anciens, Seraphin se mouvait avec une grâce silencieuse, évoluant dans cet espace comme un prédateur dans son élément naturel. Ses pas étaient mesurés, calculés, chaque mouvement trahissant une précision presque chirurgicale. Il effleurait du bout des doigts les reliures cuirassées des ouvrages, laissant entrevoir, à travers ce geste, un respect mêlé d'une curiosité brûlante pour les secrets qu'ils renfermaient.

    Le regard du Loup, pénétrant et scrutateur, dérivait sur Leonora, une contemplation où se mêlaient étonnement et admiration. La délicatesse de sa silhouette contrastait avec la brutalité sous-jacente de son métier. Elle était comme une énigme vivante, un mystère incarné qui appelait à être résolu. Il la suivait dans la pièce adjacente, son allure confiante masquant à peine l'intensité de ses pensées.

    Dans le sanctuaire de la bibliothèque, il arpentait l'espace, ses doigts parcourant les surfaces des meubles, en quête d'une imperfection dans ce monde ordonné. Ce tic, presque imperceptible, révélait une facette de sa nature obsessionnelle, son besoin de contrôle, son désir de saisir l'invisible.

    Le Limier, face à la dame de Hengebach, s'était retourné avec un intérêt marqué lorsqu'elle avait évoqué la notion de gloire. "La gloire dites-vous mademoiselle ?" clamait-il avant de s'interrompre un instant, l'air ironique. "Une chimère pour ceux qui cherchent la lumière," répondit-il d'un ton empreint d'un fatalisme teinté d'amertume. "Ce que je vous propose, ce n'est pas de la gloire. C'est quelque chose de bien plus sombre, et pourtant, bien plus essentiel."

    Il fit quelques pas dans la pièce, laissant ses yeux s'attarder sur les reliques du savoir entassées dans la bibliothèque. "En tant que Fantômes du Razkaal, nous sommes les protecteurs silencieux de cette République. Nous veillons dans l'ombre, loin des éloges et des lauriers. Nous faisons face aux démons, aux créatures qui menacent non seulement les riches et puissants mais aussi les plus humbles de nos citoyens. Et pourtant, notre seule récompense est souvent la folie, le déclin de notre propre esprit sous le poids écrasant de la corruption qui infeste le Razkaal."

    Il se retourna vers la douce, son expression marquée par une gravité profonde. "Finalement, notre destin est souvent celui de finir oubliés, enfermés dans une cellule ou abandonnés dans un sanatorium. Des fous parmi d'autres, éclipsés par la grandeur de notre mission. C'est la réalité du Limier, un chemin loin de tout glamour ou honneur."

    L'angelot s'approcha alors de la gwendoline, saisissant délicatement sa main dans la sienne, marquée par les cicatrices du combat. "Si c'est le confort et les honneurs que vous cherchez, je n'ai rien de tel à vous offrir. Mais si ce que vous désirez est l'excitation de la chasse, le frisson de la traque, alors peut-être comprendrez-vous pourquoi je continue à porter ce titre."

    Dans ses yeux, une lueur ardente témoignait de cette passion brûlante, cette exaltation qui le poussait à poursuivre cette voie tortueuse. "Liberty pourrait bien brûler pour mon propre amusement que je n'en aurai cure. Les valeurs de patriotismes dont certains d'entre nous se couvrent ne sont qu'un voile de suffisance. Notre vraie dessein, la vraie essence de la vie, c'est de sentir son cœur battre, de sentir qu'on est vivant. Et rien ne rend plus vivant que la chasse à l'homme, la traque des monstres qui se cachent dans l'obscurité."

    Dans le petit salon baigné d'une lumière tamisée, le nobliau, les yeux plongés dans ceux de la belle, poursuivit son discours, la main toujours posée sur la sienne. Ses paroles, empreintes d'une intensité poignante, déployaient une réflexion philosophique sur la nature même de leur existence.

    "La chasse, voyez-vous, est bien plus qu'un acte de poursuite ou de traque. C'est un ballet entre le chasseur et sa proie, un jeu de dupes où chaque geste, chaque regard peut renverser l'issue. C'est dans cet affrontement silencieux, dans cette lutte pour la survie, que l'homme touche à son essence la plus primaire, la plus authentique. Être un Limier, c'est embrasser cette vérité brute, c'est reconnaître que la civilisation n'est qu'un vernis fragile sur notre nature profonde."

    Il laissa sa voix s'abaisser, presque à un murmure, comme pour confier un secret ancestral. "Dans la traque, il y a une liberté pure, indomptée. On se dépouille de toutes les conventions, de toutes les attentes. On devient un élément indomptable de la nature, guidé par l'instinct, par cette soif viscérale de découvrir, de démasquer, de conquérir. Chaque pas dans l'ombre, chaque souffle dans le silence, est un rappel de notre véritable condition."

    Le Prévôt fit une pause, laissant ses mots imprégner l'atmosphère de la pièce. "Dans cette danse macabre, il n'y a pas de place pour la faiblesse ou l'hésitation. Chaque choix est un pas vers la victoire ou la défaite. Et dans ce jeu périlleux, la mort n'est jamais loin, toujours tapie dans l'ombre, prête à bondir sur celui qui faiblit."

    Le damoiseau se pencha légèrement en avant de la damoiselle, son regard plongeant encore plus profondément dans celui de sa complice du moment. "Mais c'est dans cet affrontement constant avec l'inéluctable que l'on se sent véritablement vivant. Chaque respiration est un triomphe, chaque battement de cœur une célébration de notre existence éphémère. La chasse à l'homme, c'est l'apogée de cette expérience, où l'intelligence, la ruse et la force se mêlent en un combat sans merci."

    Tenant toujours la main de noble de Hengebach, il la fixait avec une intensité qui trahissait la profondeur de ses convictions, une invitation à rejoindre ce monde où la vie et la mort dansaient dans un équilibre précaire. "Alors, qu'allez-vous choisir ? La sécurité de l'ignorance, ou l'éveil du chasseur qui sommeille en vous ?" Sa voix, empreinte d'une conviction inébranlable, était un écho aux profondeurs les plus cachées de leur existence.


    Disclaimer : Ouvert à tout dans mes RPs :
    torture, blessure, infirmité, supplice psychologique, mort etc...

    Liens :
    Troupes - Démons - Présentation de base
    Noble de La République
    Noble de La République
    Leonora de Hengebach
    Leonora de Hengebach
    Messages : 172
    crédits : 209

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyale neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2438-leonora-de-hengebach-valideehttps://www.rp-cendres.com/t2451-liens-de-leonora-de-hengebach
  • Sam 13 Jan - 16:43
    La Hengebach se tenait là, immobile, observant Séraphin parcourir la pièce de ses yeux, tels des lames cherchant à disséquer chaque parcelle de sa vie dont il semblait s'être insinué comme une ombre curieuse. Il avançait lentement, ses pas feutrés résonnaient à peine sur le sol. Chaque coin de la pièce était minutieusement exploré, chaque étagère scrupuleusement scrutée. Les livres, les objets, qui sait, peut être même les odeurs semblaient être absorbés par ses sens affûtés. Léonora, intriguée par ce comportement étrange, ressentait une pointe d'appréhension. Elle était consciente que Séraphin déchiffrait les indices invisibles, traquait des informations dans chaque recoin de la pièce comme un prédateur face à sa proie et qui plus était, marquait son territoire.

    Léonora affichait son visage impassible en observant ce rituel silencieux alors qu'il s'arrêtait devant une étagère remplie de livres anciens. Ses doigts caressaient doucement les reliures puis le meuble, comme s'il cherchait à dévoiler les mystères ou messages enfouis dans chacun des titres. Séraphin finit par se tourner vers elle, ses yeux rencontrant les siens avec une intensité déconcertante. Elle se sentit curieuse en écoutant le laïus de Séraphin. Une danse silencieuse entre cette ardente excitation de la vie dans l’ombre de l’homme et la vulnérabilité de sa situation quand celui-ci se saisit délicatement de sa main.

    Il parlait avec une passion sombre, décrivant la traque comme une danse effroyable avec le destin. Il détaillait les nuits où les ombres devenaient des alliées, où la mort n'était qu'un souffle sur la nuque, toujours présente, toujours imminente. Ses mots révélaient une intimité particulière avec le danger, comme s'il avait fait de l'excitation de la traque une compagne familière.

    Séraphin avait toujours la main de Léonora dans la sienne, son toucher doux contrastant avec le récit sombre qu'il dévoilait. La tension persistait dans l'air, laissant un voile subtil de mystère entre les deux Elle restait là, enveloppée dans ses propres pensées, laissant la pièce empreinte de cette étrangeté silencieuse, où les mots semblaient flotter comme des ombres dansantes. Léonora finit pas rompre le contact physique qu’elle ne souhaitait pas prolonger. Elle la retira aussi délicatement qu’elle fut prise et prit la parole.

    Finir oubliée, enfermée dans une cellule ou abandonnée dans un sanatorium. Et bien , vous savez faire naître les ambitions… Dit-elle à son tour sur le ton de l’ironie et de la confidence.

    Puis dans une réflexion empreinte de gravité.

    La réalité du Limier est effectivement sombre et souvent dépourvue de reconnaissance. Je sais que même dans l'ombre, il y a une noblesse. J’entends l'importance de votre mission en tant que limier, ce plaisir de la traque, de cette tension, la justice peut-être… Mais mon chemin diffère. Je ne fais qu’accomplir des contrats sans chercher à savoir pour quelle raison on me le demande. Ce n'est pas la traque qui m'attire, mais plutôt l'art de l'assassinat. Chaque mouvement est une chorégraphie minutieuse.

    Elle fit lentement le tour de Séraphin.

    Je sais où mon objectif se trouve ou sera. Je l’attends dans un jeu de patience. Et soudain, tout est rapide, propre. Ce moment où la vérité se reflète dans les yeux de ma cible, dans la surprise qui s'inscrit sur son visage ou dans le reflet du miroir alors qu’il est déjà trop tard. C'est là que réside la satisfaction pour moi, dans cette fraction de seconde où tout devient clair pour eux. C'est un choix différent, mais qui a son propre éclat. Finit-elle dans un sourire en soutenant le regard du sombre homme.

    Léonora parlait avec une émotion contenue, une combinaison subtile de passion et de froideur. Ses yeux, d'ordinaire énigmatiques, s'illuminaient d'une lueur particulière à mesure qu'elle décrivait les détails de son art. Il y avait une certaine intimité dans sa voix, comme si elle partageait à son tour un secret, un aspect caché de son être. La passion transparaissait dans la manière dont elle décrivait la rapidité et la propreté de ses actions, comme si elle trouvait une forme d'accomplissement artistique, une satisfaction dans l'exécution impeccable de sa tâche. Cependant, sous cette passion, une froideur calculée persistait, son ton restait mesuré, dépourvu d'excès d'émotion. Elle évoquait le moment de la révélation, la surprise figée sur le visage de sa victime, avec un détachement apparent, comme si elle avait appris à séparer ses émotions, où la satisfaction de l'accomplissement se mêlait à la complexité morale de ses actes.

    Pouvez-vous le comprendre ?
    Noble de La République
    Noble de La République
    Seraphin du Razkaal
    Seraphin du Razkaal
    Messages : 252
    crédits : 32

    Info personnage
    Race: Lycanthrope
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3067-terminee-seraphin-du-razkaal-d-elusiehttps://www.rp-cendres.com/t3164-liens-de-seraphin-d-elusie#27376https://www.rp-cendres.com/t3162-chronologie-du-limier-seraphin-d-elusie#27373
  • Jeu 18 Jan - 18:20
     
    Journal du Limier
    Liberty, Manoir de Hengebach
    Dans l'antre feutrée où les secrets murmurent à chaque recoin, l'ombre du Razkaal, tel un fantôme au milieu des vivants, écoutait la mélodie des mots de Léonora. Sa silhouette élancée se mouvait avec une grâce presque surnaturelle, chaque pas une promesse silencieuse, chaque geste une esquisse dans l'obscurité.

    "Elle se pâme de ses propres exploits, la petite coupe-gorge. Elle aime se voir comme une artiste, mais au fond, elle n'est qu'une autre humaine parmi tant d'autres, une énième petite putain dans la grande tragédie du monde"

    ... raillait Cabale, dans un souffle moqueur qui caressait les pensées du traqueur.

    "Elle se croit tisseuse de destinées, mais n'est-elle pas elle-même prisonnière d'un fil plus sombre ?"

    ... postulait quant à elle Phantasme, l'air intrigué.

    La danseuse de l'ombre de Hengebach, son éclat glacial et calculateur, faisait valser les mots avec une dextérité qui captivait l'agent des ténèbres. Il l'observait, telle une énigme à déchiffrer, un mystère enveloppé de murmures et de silences.

    "Une artiste de la mort aujourd'hui certes, mais elle n'est qu'un papillon épinglé à l'obscurité de ton monde, elle finira comme toutes les godiches qui ont deux "beaux atouts" et une arrière-boutique bien bombée : Enviandée par le premier rupin croulant qu'elle attrapera sous ses griffes, en espérant durant toutes les nuits qu'elle passera à lui pomper le bout qu'il calanche "enfin" dans son sommeil pour qu'elle puisse hériter son beurre, après toutes ces années de labeur et ces litrons de sève divine qu'elle aura dû avaler."

    ... susurrait poliment et délicatement Envie, son venin teinté d'une "petite" jalousie mordante.

    Pas de doute, c'est bien elle... Expression_101

    Le prédateur aux cheveux d'argent, dont les yeux brillaient d'une lueur acérée, répondit dès lors avec une éloquence sombre, tissant ses propres fils dans le tissu du dialogue. "Votre art, Madame de Hengebach, est une symphonie silencieuse, où chaque note est un souffle volé. Nous sommes semblables dans notre quête, mais divergents dans nos pas. Vous êtes la mélodie rapide et fatale, tandis que je suis l'harmonie lente et patiente... Si les dernières complaintes des diables qui passent sous le fil de ma lame sont en effet un délice singuliers, elles ne sont que des sucreries éphémères comparée à la délectation d'imaginer et contempler mes proies en peine souffrant le supplice du Razkaal."

    Il faisait lentement le tour de la dame, effleurant de ses doigts les quelques mèches dissidentes de cette dernière et esquissant un sourire de complaisance lorsqu'il fut surpris par la grâce des effluves de la maîtresse de maison. Sa voix, telle une caresse dans la nuit, enveloppait les mots de Léonora d'un voile de compréhension tacite.

    "Peut-être que nous pourrions, vous et moi, participer à un moment de "plaisir nocturne" afin que je puisse vous faire découvrir la différence entre une prompte concupiscence périssable et une jouissance réservée et... interminable."

    Et si les témoins nigauds de cette discussion aurait pu méprendre les palabres du Limier pour une invitation charnelle, il n'en était rien, le sujet était bel et bien le même : la chasse à l'homme.

    La tension entre les deux êtres était palpable, un fil invisible tissé d'admiration mutuelle et de défis silencieux. Dans l'esprit tourmenté du Fraternitas, les voix de ses démons se mêlaient à la mélodie amère de la réalité, mais c'était lui, le maestro de cet orchestre chaotique, qui choisissait la partition à jouer.


    Disclaimer : Ouvert à tout dans mes RPs :
    torture, blessure, infirmité, supplice psychologique, mort etc...

    Liens :
    Troupes - Démons - Présentation de base
    Noble de La République
    Noble de La République
    Leonora de Hengebach
    Leonora de Hengebach
    Messages : 172
    crédits : 209

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyale neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2438-leonora-de-hengebach-valideehttps://www.rp-cendres.com/t2451-liens-de-leonora-de-hengebach
  • Dim 21 Jan - 12:02
    Un frisson d'inconfort se fit sentir lorsque cet homme, telle une ombre sinistre, commença à tourner lentement autour d'elle. Chacun de ses pas résonnait comme une menace à ses oreilles, et la proximité de son toucher suscitait une tension palpable dans l'air.
    Elle se crispa imperceptiblement lorsque ses doigts effleurèrent délicatement quelques mèches de ses cheveux, il la scrutait comme il avait pu le faire avec chacun des meubles, des objets. Un silence tendu s'installa, et le contact, bien que léger, laissa une empreinte froide sur la nuque de la brune. Son regard vert dur et méfiant fixait l'homme, exprimant clairement son mécontentement face à cette nouvelle intrusion. Léonora était déterminée à ne pas montrer de vulnérabilité malgré son malaise, faisant front face au Limier et à sa curiosité malsaine.

    Malgré le malaise, la de Hengebach ne pouvait ignorer la perspicacité avec laquelle il avançait. Ses observations semblaient pénétrer au-delà des apparences, s'aventurant dans les zones les plus sombres de son être. Cela ajoutait une couche de complexité à la situation, car elle se retrouvait dérangée et intriguée par la justesse de ses remarques, sa finesse d’esprit. Un sentiment de méfiance persistait, mais elle était consciente que sa propre histoire et ses secrets semblaient n'être qu'à un souffle d'être dévoilés par cet observateur perspicace.

    Il est évident que je suis différente de vous. Je ne tire aucune satisfaction dans la souffrance d'autrui.

    Son regard restait inébranlable, refusant de céder à la pression. Elle voulait marquer une distinction claire entre eux, soulignant sa propre moralité. Un poids vint s'abattre sur ses épaules alors que le sombre homme évoquait la proposition indécemment sinistre d'une chasse à l'homme.

    Je refuse de m’abandonner à ce genre de plaisir, même si je ne doute d’apprendre de votre main experte.

    La réalité de la situation se refermait sur elle comme un piège, et la contrainte pesait lourdement sur sa décision. Elle se retrouvait à la croisée des chemins, tiraillée entre sa propre éthique et la nécessité de naviguer dans les eaux troubles de cette rencontre. Une opportunité de découvrir les talents de ce d’Elusie  dans un cadre qu’elle maitrisait. Léonora évalua les implications de cette proposition et un choix difficile s'imposa à elle ; entre refuser catégoriquement et risquer les conséquences car il ne pouvait qu’en avoir, ou accepter et plonger dans un jeu dangereux orchestré par Séraphin.

    Mes compétences peuvent être sombres, mais elles sont utilisées avec discernement, sans cruauté gratuite. La souffrance n'est pas un divertissement pour moi. Cependant...


    Léonora, contre toute attente, prit une profonde inspiration, elle se surprit à accepter la proposition sinistre. Un éclat indéfinissable traversa son regard, une lueur de détermination mêlée à une curiosité morbide.

    Très bien…

    Sa décision était déroutante pour elle-même. Elle avait choisi de s'engager dans ce jeu, un territoire où les frontières entre prédateur et proie qu’ils étaient, semblaient s'estomper. Léonora, malgré son apparente résignation, gardait un regard perçant, laissant planer un doute sur ses véritables intentions.

    Mais je ne serai que simple observatrice.
    Noble de La République
    Noble de La République
    Seraphin du Razkaal
    Seraphin du Razkaal
    Messages : 252
    crédits : 32

    Info personnage
    Race: Lycanthrope
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3067-terminee-seraphin-du-razkaal-d-elusiehttps://www.rp-cendres.com/t3164-liens-de-seraphin-d-elusie#27376https://www.rp-cendres.com/t3162-chronologie-du-limier-seraphin-d-elusie#27373
  • Dim 21 Jan - 23:41
     
    Journal du Limier
    Liberty, Manoir de Hengebach
    L'ombre du Limier d'Élusie, enveloppée dans le mystère de la nuit, s'attardait un instant de plus sur le visage de Léonora. Il percevait dans son acquiescement une résonance avec sa propre quête, un écho dans les ténèbres qui les unissait bien au-delà des mots échangés. "Soit", dit-il doucement, sa voix tissée d'un certain voile de honte, d'un certain dégoût envers cette "victoire" en demi-teinte. "Mes hommes viendront vous trouver d'ici quelques nuitées. Je vous ferai découvrir ma vision du monde, à travers une observation à la limite du tangible." Les mots s'échappaient de ses lèvres comme une promesse flottant dans l'air, portée par le vent nocturne.

    De quelques pas qui l'amenaient au seuil de la fenêtre, ses yeux se perdirent un instant dans la contemplation des nuages dansants, jouant avec les rayons lunaires. Il se tenait là, silhouette pensante, absorbé dans la complexité de leurs futures entreprises. Puis, se retournant vers Leonora, une lueur d'humanité transparaissait dans son regard, dévoilant une facette plus amicale de cette - parfois incommodante - personnalité de recruteur qu'il avait dû revêtir.

    "Comprenez, Léonora, que nos actions, bien que parfois sombres, sont des fils dans le tissu complexe du bien. C'est dans l'ombre que nous révélons la lumière de la justice. Notre rôle, aussi ténébreux soit-il, est essentiel."

    Il avait abordé là alors des réflexions philosophiques sur la nature de leur chasse à l'homme, tissant des parallèles entre la justice et le plaisir qu'ils trouvaient dans l'accomplissement de leurs actes.

    Envie, en un murmure amer et vilain au plus haut point, laissait transparaître son aversion pour la dame de Henbebach :

    "Elle ne saisit pas la profondeur de notre quête... Trop égocentrée, aveuglée par ses principes de richarde."

    Phantasme, quant à elle, frémissait d'une jalousie voilée.

    "Pourquoi lui accorde-t-il tant d'intérêt ? Elle n'est qu'une étoile sans-valeur en comparaison de notre constellation infinie."

    Le damoiseau ignorant les voix discordantes de ses démons, concluait.
    "Nos lames, bien qu'issues de mondes différents, œuvrent pour un même dessein. La vôtre est une lame dont l'efficacité et la précision pourraient grandement servir notre cause."

    S'apprêtant à quitter la pièce, il ajouta : "Je ne souhaite pas empiéter davantage sur votre temps ce soir, Léonora. Vous m'avez déjà accordé beaucoup." Il marqua une pause, ses yeux plongés dans les siens. "Votre présence à mes côtés, dans ce combat pour le bien, serait un honneur. Votre force est une flamme dans l'obscurité, une lumière que je serais honoré d'avoir à mes côtés."

    Il fallait l'avouer, cette utilisation du concept du "bien" n'était là qu'une opportunité à peine voilà, il n'y croyait point. Mais dans ces derniers mots, un sous-entendu subtil flottait, une admiration masquée par le voile de la courtoisie. Il y avait dans son ton une certaine appréciation, une reconnaissance non seulement de ses compétences mais peut-être de quelque chose de plus profond, laissant place à l'interprétation et au mystère. Avec un dernier regard, il s'apprêtait à franchir le seuil, prêt à emporter avec lui les ombres et les murmures de la nuit.


    Disclaimer : Ouvert à tout dans mes RPs :
    torture, blessure, infirmité, supplice psychologique, mort etc...

    Liens :
    Troupes - Démons - Présentation de base
    Noble de La République
    Noble de La République
    Leonora de Hengebach
    Leonora de Hengebach
    Messages : 172
    crédits : 209

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyale neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2438-leonora-de-hengebach-valideehttps://www.rp-cendres.com/t2451-liens-de-leonora-de-hengebach
  • Jeu 25 Jan - 18:34
    Léonora, surprise par cette déclaration, fronça les sourcils, cherchant à comprendre pourquoi il était nécessaire d’envoyer des hommes pour venir la chercher. Son ton oscillant entre l'incompréhension et une pointe d'irritation.

    Ne pouvons-nous pas convenir d’un lieu où nous pourrions nous retrouver ? Je ne comprends pas, je n’ai nul besoin d’escorte ou d’hommes. Je suis capable de me déplacer et de respecter les règles que vous établirez.

    Léonora, manifestait son désir de plus d'autonomie dans cette situation. Si le lieu de rendez-vous devenait la scène de leur prochaine interaction, un endroit où les mystères qui planaient autour de cet homme pourraient peut-être se dissiper, du moins partiellement, autant qu’elle en connaisse l’endroit pour s’y préparer.
    Elle le suivit du regard, lui qui se dirigeait maintenant vers la fenêtre. Elle cherchait à comprendre les motivations d’un Séraphin qui un instant, semblait bien plus accessible que plus tôt. Elle peinait à saisir véritablement ce en quoi elle pouvait lui être utile mais saisissait parfaitement cette notion de justice, d’ombre et de lumière.
    Bien que respectant la complexité de la nature humaine, la jeune femme ne pouvait s'empêcher de ressentir un malaise face à certain côté de cette perspective. Peut être n’était-elle pas destinée à comprendre, qu’il faisait fausse route la concernant et qu’il finirait par ce rendre compte de la divergence de leurs chemins. Qu’ils redeviendraient lui chasseur et elle la proie, qu’elle devrait disparaître une nouvelle fois. Une frontière existait encore entre eux malgré une connexion mystérieuse qui demeurait difficile à comprendre. La divergence de visions de leur sombre monde créa une frontière entre eux, une fissure qui, malgré leur connexion mystérieuse, demeurait difficile à combler. Léonora se questionna sur les intrications complexes qui pouvaient lier deux individus aux mondes intérieurs si différents.

    Après qu’elle ait reçu un flot de politesse sur sa personne et ses compétences, Séraphin prenait la direction de la sortie. Cependant, une autre question titillait la jeune brune consciente de la maîtrise du limier dans l'art de la traque, ne put s'empêcher d’être intriguée par la capacité apparente de Séraphin à la retrouver et exprima sa curiosité d'une voix résolue.

    Je ne laisse jamais de traces derrière moi. Comment avez-vous fait pour me retrouver ?

    Se pouvait-il que même dans le silence de l'inactivité, chaque absence laissait une empreinte, une absence qui devenait une énigme à résoudre même celle qui semblait dormir dans l'ombre.

    Je pensais avoir effacé toutes les pistes, avoir disparu dans l'oubli.

    Léonora se tenait là, au milieu du salon, ses yeux cherchaient avidement des réponses dans l'obscurité. La lueur des bougies dansait sur son visage, soulignant l'expression troublée qui marquait ses traits. Le salon demeurait plongé dans une semi-pénombre, les bougies projetant des ombres dansantes sur les murs. Elle se sentait comme une énigme dévoilée, ses secrets exposés à la « lumière perçante » de Séraphin. Une danse silencieuse entre la chasseuse et le traqueur se poursuivait, chacun tentant de déchiffrer les mystères de l'autre.
    Noble de La République
    Noble de La République
    Seraphin du Razkaal
    Seraphin du Razkaal
    Messages : 252
    crédits : 32

    Info personnage
    Race: Lycanthrope
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3067-terminee-seraphin-du-razkaal-d-elusiehttps://www.rp-cendres.com/t3164-liens-de-seraphin-d-elusie#27376https://www.rp-cendres.com/t3162-chronologie-du-limier-seraphin-d-elusie#27373
  • Mer 31 Jan - 15:22
     
    Journal du Limier
    Liberty, Manoir de Hengebach
    L'homme, ombre dansante de la pièce, tourna son regard scrutateur vers Léonora, captant l'irritation voilée dans ses prunelles. Il écouta ses paroles, son désir d'autonomie vibrant dans l'air comme une mélodie inachevée. "Léonora", commença-t-il, sa voix calme trahissant une profondeur insoupçonnée, "la chasse ne se plie ni à l'heure ni au lieu. Elle est une entité vivante, imprévisible. Je vous informerai en temps voulu, non par manque de confiance en vos capacités, mais parce que le vent de la traque nous appelle souvent sans prévenir. Un de mes hommes vous retrouvera, non pour vous escorter, mais pour vous guider vers l'épicentre de notre nouvelle "aventure"."

    Il fit un pas vers la sortie, son ombre s'étirant dans la lueur vacillante des bougies. L'interrogation de la dame, empreinte de curiosité et d'un brin de défi, le fit s'arrêter. "Vous avez été plus que prudente, Léonora, et votre discrétion force le respect. Mais dans l'ombre de la République, peu d'affaires sombres échappent à la vigilance des Limiers. Nous portons bien notre nom. Si vous choisissez de marcher à nos côtés, vous découvrirez bientôt l'étendue de nos méthodes."

    Un murmure s'éleva alors de l'abîme de son esprit, un chuchotement démoniaque qui semblait se jouer de ses hésitations. Le Possédé s'avança de deux pas, son regard perdu un instant dans un abîme intérieur, avant de s'arrêter net. "D'ailleurs, je voulais vous de-..." commença-t-il, mais ses mots s'estompèrent en un murmure. Une main passa dans sa tignasse, un geste trahissant une tension intérieure non résolue. "Je vous remercie pour votre hospitalité", reprit-il enfin, sa voix plus éthérée que jamais.

    Dans la semi-pénombre, ses yeux se posèrent peut-être une dernière fois sur la demoiselle des murmures, reflétant un maelström de sentiments non exprimés. Le silence s'installa, lourd de non-dits, comme si le Loup se débattait contre un désir inavoué, une question qui brûlait les lèvres mais ne trouvait jamais le chemin de l'air libre. Il n'était pas homme à oser aspirer à des horizons trop lumineux, lui, le chasseur des ténèbres, le messager du Razkaal. Que pouvait-il offrir à une âme comme Léonora, si ce n'est un reflet de sa propre damnation ?

    "Idiot..."

    ... là était la seule conclusion de Cabale.

    L'homme s'éloigna alors, laissant derrière lui une énigme enveloppée dans le manteau de la nuit. Les murmures de ses démons l'accompagnaient, tissant un récit de chasse et de quête, de lumière et d'ombre, un récit où chaque silence était une parole, et chaque ombre, une promesse de lumière.


    Disclaimer : Ouvert à tout dans mes RPs :
    torture, blessure, infirmité, supplice psychologique, mort etc...

    Liens :
    Troupes - Démons - Présentation de base
    Noble de La République
    Noble de La République
    Leonora de Hengebach
    Leonora de Hengebach
    Messages : 172
    crédits : 209

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyale neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2438-leonora-de-hengebach-valideehttps://www.rp-cendres.com/t2451-liens-de-leonora-de-hengebach
  • Sam 3 Fév - 18:16
    Je comprends tout à fait la dynamique de la chasse et l'imprévisibilité qui l'accompagne. Je suis prête à me plier aux exigences de son vent, cela va sans dire. Donc il sera fait omme vous le souhaitez.

    Elle ne pouvait s'empêcher de remarquer que Séraphin s'était éloigné avec l'intention de se retirer, mais son arrêt soudain piquait la curiosité de la jeune femme. Y avait-il quelque chose qui le retenait ou qui avait changé son intention de se retirer ? Elle était toujours prête à discuter si quelque chose nécessitait leur attention commune. Et de toute façon, elle ne se sentait pas à trop le titiller ou le contredire.

    Je suis reconnaissante pour vos paroles et l’intérêt porté à mon talent comme vous dites. Mais il est essentiel de souligner que ma prudence découle de convictions profondes. Et je respecte votre engagement envers la République.

    Mais comme déjà exprimé, ses principes guideront toujours ses actions. Choisir de marcher à leurs côtés, cela serait renier des valeurs qui lui étaient chères. Tuer, oui, mais la souffrance n’était pas nécessaire à ses yeux. Alors la torture, celle connue des limiers…

    La pièce plongea dans un calme mystérieux. Séraphin, qui lui avait paru plutôt  assuré et résolu, affichait une attitude étrange à cet instant. Alors qu'il se préparait à prendre congé, une soudaine hésitation s'empara de lui, le ramenant sur ses pas. Son regard, d'habitude déterminé, trahissait une certaine confusion. Une question semblait le hanter, suspendue entre ses lèvres comme une énigme irrésolue.

    Oui ?...

    Il ne parvint pas à la formuler, comme si les mots se refusaient à sortir de sa bouche. Contrarié, il passa une main nerveuse dans ses cheveux, geste révélateur de son trouble intérieur. L'atmosphère autour de lui était empreinte d'une tension palpable, comme si l'énigme non dite créait une bulle d'inconfort entre lui et Léonora. Que voulait-il lui demander ? La question que Séraphin voulait poser demeurait enveloppée de mystère, peut-être cherchait-il à aborder un sujet délicat. Seuls, lui-même et les échos silencieux de la nuit connaissaient la véritable nature de cette question non formulée.
    Finalement, après un moment de silence oppressant, Séraphin se résigna à souhaiter une bonne soirée, comme pour dissiper le malaise qui s'était installé, flottant dans l'air comme une étoile éteinte et solitaire dans la nuit. Après cette étrange séquence, elle observa Séraphin s'éloigner avec une aura de mystère.

    Je vous en prie.

    La nuit engloutit peu à peu la silhouette, laissant derrière lui une proposition étonnante,  une question suspendue et sans réponse, perdue dans l'obscurité, mais résonnant dans l'esprit de la jeune femme. Une fois l’homme sortit de ses murs, elle se laissa tomber dans un des fauteuils dans un soupir mêlé entre le soulagement et l’anxiété.
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum