DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Pancrace

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Entre l'ombre et la lumière (PV Cyradil Ariesvyra) I7Vm50z
    Gazette des cendres
    Hiver 2024
    Lire le journal
    #5
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    La marche du vent d'acier
    Derniers sujets
    Validation des RP de Ben [Reike]Aujourd'hui à 10:37Ben le Bouc
    Derrière le rideauAujourd'hui à 10:22Ben le Bouc
    Souvenirs douloureux [PV Nut Shidhi]Aujourd'hui à 9:01Amédée Sauventreen
    Nomination [Cyradil]Aujourd'hui à 0:33Cyradil Ariesvyra
    Anha zhavvorsa [Tensai]Hier à 23:14Tensai Ryssen
    L'air du Vent | Feat ZéphyrHier à 23:06Zéphyr Zoldyck
    OrigineHier à 22:59Zéphyr Zoldyck
    La lune et ses étoiles - PAHier à 22:54Tensai Ryssen
    Déchéance [Lyra et Alaric]Hier à 22:47Zéphyr Zoldyck
    Mon Voisin Du DessusHier à 22:43Erwin Staal
    2 participants
    Aller en bas
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Qwellaana Airdeoza
    Qwellaana Airdeoza
    Messages : 23
    crédits : 104

    Info personnage
    Race: Valkyrie
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Neutre-Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3346-qwellaana-airdeoza-termine
  • Ven 9 Fév - 16:17
    Cela faisait plusieurs jours que j'avais quitté la capitale, afin de rejoindre dans l'urgence  une partie du Désert, là où un convoi avait été attaqué. Lorsque j'arrivais sur les lieux en empruntant la voie des airs, de nombreux marchands étaient déjà mort , comme la menace qui lui leur avait ôté la vie. Rapidement, j'avais pris en charge les blessés graves, tandis que les renforts étaient sur le chemin. On pouvait voir au milieu de ces débris le corps d'un Lanconda sans vie se faisant dépecer par ceux toujours debout, afin d'obtenir de quoi nourrir l'ensemble des individus présent et peut-être aussi, par une motivation toute autre, celle de l'appât du gain.

    Nullement ici pour juger qui que ce soit ni pour perdre mon temps à de pareil sottise, je me concentrais sur la seule chose que je savais faire et qui pur moi, compter psu que tout, tout en éloignant cette solitude infinie qui m'étreignait malgré moi. Certains m'avaient aidé à regrouper les blessés tandis que d'autres avaient monté à la hâte des tentes, afin de les protégés du soleil et gardé le sable à distance de ceux ayant des plaies ouvertes.J'usais à maintes reprises de ma magie lumineuse, qu'importe l'état de fatigue qui m'accablait, prenant à peine de le temps de me restaurer.

    Relayée par d'autres membres des FMR, jugeant qu'il n'était plus nécessaire que je reste sur les lieux, je m'envolais à nouveau, afin de rejoindre Ikusa ,sachant qu'il y avait d'autres personnes à soigner là-bas. Je fis de rares arrêts, certains afin de me reposer sans que cela soit suffisant et un dernier pour piquer une tête dans un point d'eau vers le sud-ouest de la ville que je voulais rejoindre. Une fois fait, je rejoignis le ciel constellé d'étoiles, ne voulant pas perdre de temps en attendant que le jour se lève. Je m'entourais alors de lumière, lui donnant la forme de ma défunte soeur pendant un moment, se déformant à mesure que mes paupières me paraissaient lourdes.

    Pour éviter que je ne m'endorme, je sortis d'une sacoche accrochée à ma ceinture, un livre à la couverture marron, profitant de ma magie pour lire les pages en jetant de temps à autre un oeil en direction de  la capitale, m'aidant des astres pour me repérer, comme le clan de valkyrie m'avait appris il y a des années de cela maintenant. Plus je me rapprochais de la ville, plus le vent qui s'était levé me faisait vaciller, ayant du mal par moment à tenir les pages du bouquin qui me fit à maintes reprises sourire. Je survolais d'ailleurs les habitations,lorsqu'une bourrasque m'arracha une révélation que je me m'apprêter à découvrir:

    -Oh !

    Sans aucune hésitation,je fondis vers le livre qui s'était ouvert, le plaquant contre ma poitrine une fois entre mes mains.Lorsque je voulus déployer ce qui me valut beaucoup de comparaison avec des anges, l'une d'elles ne répondit pas complétement, comme paralysé par la fatigue. Je tentais de diminuer ma descente qui se rapprochait dangereusement d'une grande bâtisse en battant une nouvelle fois des ailes, sans y parvenir totalement. J'essayais alors de me diriger vers un balcon qui m'épargnerait quelques mètres, assez je l'espérais, pour que mon atterrissage se fasse en douceur. Mais c'était sans compter mon aile droite qui resta pliée de moitié, me faisant prendre un virage tel que je m'engouffrais par la fenêtre de la demeure dans un bruit d'éclat de verre.

    Je pénétrais brusquement dans la pièce en faisant de multiples roulés boulets avant de percuter une bibliothèque. C'est alors qu'une cascade  de livre tomba vers ma tête, que j'avais protégée instinctivement en levant mes bras au-dessus avant de m'étendre moi aussi au sol. Je restais immobile, étourdi, rouvrant doucement les yeux pour découvrir cette pièce sombre et silencieuse. Je me redressais péniblement et lorsque je repris un peu mes esprits, d'une main tremblante, je formais un orbe de lumière afin d'éclairer ce lieu au premier abord inquiétant. J'avais l'impression d'être dans une chambre, assez éloignée vraisemblablement pour que personne n'accours ici. Je décrivis un demi-cercle lentement, pour voir ce qui m'entourait, portant mon autre main vers mon front avant que je ne la rabaisse au niveau de mes yeux.

    -Je saigne?

    Constatais-je en sentant de multiples douleurs sur mon corps et mes ailes , posées au sol, incapable pour le moment de faire le moindre mouvement. Je vis des morceaux de verre plantés sur elles ici et là tout en me faisant grimacer, autant par la souffrance occasionnée que par l'étendue des soins que je ne pouvais apporter tellement j'étais épuisée. Puis ce sentiment d'urgence, celui de vouloir sortir d'ici, me comprima à mesure que les secondes s'écoulaient, me sentant aussi vulnérable qu'a une période dans ma vie, qui je ne voulais l'avouer,me hantait plus que je ne le pensais. Car même si j'étais au sein de l'Empire, ma méfiance était bien présente, car après tout , le mal n'avait pas de maison, il résidait en chacun de nous. Quand bien même la peur me criait de partir en courant,  un détail ne m'échappa pas.

    -Où est mon livre ?

    Murmurais-je  en voyant ceux qui jonchaient le parterre, tout en m'accroupissant. Comme rappelée à la raison, je laissais mon orbe lumineux flotter au-dessus de moi, afin d'écarter doucement les ouvrages, piquée d'une curiosité soudaine. J'en ouvris quelques-uns, certains traitant le sujet de la magie , d'autres sur l'histoire et les derniers qui me firent soupirer, sur la guerre. Je m'étais dit alors  que je devais être surement tombé dans la demeure d'un soldat , ce qui était fort possible, la capitale étant peuplé en grande majorité par des individus en lien avec l'armée.Cela ne me rassura pas pour autant, pour dire vrai,c'était tout le contraire.

    Je tendis l'oreille sans apercevoir le moindre son , afin de vérifier que personne ne venait à moi puis je continuais mon entreprise, faisant des piles de livres approximativement par thème sans m'en rendre compte. Je me dépêchais  en voyant des gouttes de sang tacher la couverture de certains, sentant une pointe de culpabilité de les souiller juste pour retrouver le mien. C'était sans compter sur une douleur fulgurante à mon crâne qui me fit tomber à plat ventre, éparpillant tout ce que je venais de trier, tandis que ma lumière disparut. Les yeux à demi clos je massais mes tempes, retenant de faire le moindre bruit en serrant les dents, en me demandant si cette douleur allait finir par s'arrêter.


    Qwellaana discute en 009966
    Entre l'ombre et la lumière (PV Cyradil Ariesvyra) 1706905601-velo5
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Cyradil Ariesvyra
    Cyradil Ariesvyra
    Messages : 359
    crédits : 3382

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t372-la-premiere-condition-de-l-immortalite-est-la-mort-cyradil-ariesvyra-terminehttps://www.rp-cendres.com/t3302-chronologie-de-cyradil
  • Ven 9 Fév - 21:26
    Le domaine des Ariesvyra était silencieux en cette nuit étoilée tandis que la lumière de la Lune éclairait faiblement la bâtisse. A cette heure, beaucoup de gens s’étaient endormis et il ne subsistait guère plus que la maitresse de maison et sa fidèle amie encore éveillée à cette heure tardive. La jeune femme était assise à son bureau, éclairée d’une bougie tandis qu’elle était plongée dans la rédaction d’un parchemin sur lequel elle retranscrivait de complexes sortilèges décrivant son avancée positive vers le chemin du recouvrement de ses pouvoirs. Son formidable métabolisme lui permettait de profiter dorénavant de chaque heure de la journée que la jeune liche ne perdait plus en sommeil, lui donnant ainsi l’opportunité d’accomplir bien plus de tâches que ses pairs. Elle jonglait maintenant aisément entre sa forge et le FMR, n’ayant plus à subir la fatigue de nombreuses heures passées à travailler. Les seules repos dont elle ne pouvait se passer étaient ceux qu’elle devait prendre après une dépense trop importante de mana qui l’obligeait à se détendre pour éviter l’épuisement.

    La demeure était immense et il fallait un nombre assez conséquent de servants pour y accomplir les tâches quotidiennes mais la blonde veillait surtout à ce que tout le monde soit satisfait. Grâce à sa femme de chambre et amie Martha, la liche pouvait compter sur cette dernière lorsqu’elle devait s’absenter. L’élémentaire d’eau parcourait alors la demeure et supervisait les tâches pour veiller à ce que tout se passe bien. Elle fut assez surprise d’entendre un bruit fracassant venant d’une fenêtre à l’étage tandis qu’elle y accourait. Il était assez rare que des voleurs s’introduisent dans la demeure au vu de sa position et la réputation de celle qui la tenait mais ce n’était pas impossible pour autant. Pénétrant dans la pièce, Martha y aperçut alors une jeune femme ailée étendue au milieu de bouquins éparpillés ainsi qu’une étagère renversée. La fenêtre était brisée mais ce qui était plus inquiétant était les filets de sang qui s’échappaient des multiples blessures que la femme arborait à cause de son entrée impromptue. Il s’agissait alors soit d’une très mauvaise voleuse soit d’un terrible accident malencontreux.

    Martha décida alors d’opter pour la seconde proposition et alla prévenir sa maitresse de la situation. Immédiatement, la liche abandonna ce qu’elle était en train de faire et se téléporta littéralement dans la pièce où était sa blessée. Immédiatement, son professionnalisme refit surface et elle comprit la situation. Soulevant la femme du sol délicatement, elle installa cette dernière sur le lit dans la chambre, vérifiant que ce dernier ne contenait pas plus d’éclats de verre susceptibles de blesser encore davantage. La peau légèrement tannée, les cheveux d’un blanc immaculés et ces grandes ailes de la même couleur. Oui, c’était un ange tombé du ciel. Littéralement. Cyradil s’affaira alors de regarder l’état des hémorragies tout en essayant de maintenir sa désormais patiente éveillée si elle était consciente.

    « Je m’appelle Cyradil. Tâchez de rester avec moi. Je suis des FMR et je peux vous soigner, ne vous en faites pas. Vous avez fait une très mauvaise chute alors je vais commencer par enlever les éclats de verres. Il va peut-être falloir que je vous déshabille mais je vous promets que je ne vous ferais rien. »
    Rassura-t-elle d’un sourire qui ne présentait aucune malice.

    Sur ces paroles, Cyradil alla alors préparer ses outils pour préparer l’intervention. Même si l’inconnu sombrait dans l’inconscience, elle saurait quoi faire mais il est vrai qu’il serait plus facile si cette dernière pouvait la guider un peu pour gagner du temps sur l’auscultation. Elle demanda alors à Martha de lui apporter le nécessaire pour soigner la pauvre victime et bientôt, la liche fut en possession d’une bassine d’eau, quelques tissus propres, une sacoche en cuir contenant divers outils médicaux ainsi que des bandages. La magicienne ne semblait même pas se soucier du bazar de la pièce, son attention étant entièrement concentrée sur la valkyrie. Soigner d’abord. Poser les questions ensuite. Telle était sa devise.


    Entre l'ombre et la lumière (PV Cyradil Ariesvyra) Cyradi15
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Qwellaana Airdeoza
    Qwellaana Airdeoza
    Messages : 23
    crédits : 104

    Info personnage
    Race: Valkyrie
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Neutre-Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3346-qwellaana-airdeoza-termine
  • Sam 10 Fév - 14:14
    Le crâne bourdonnant, je crus percevoir une silhouette, levant mon visage en voyant une ombre s'éloigner. Je savais qu'il ne me restait plus beaucoup de temps pour partir, mais pas aussi si peu c'était sûr. Je sursautais en voyant quelqu'un apparaitre, me demandant si mes sens ou ma notion du temps s'était envolé en même temps que les éclats de verre éparpillés par terre ou si c'était l'oeuvre de la magie qui avait amené cette personne aussi rapidement.Chose qui n'avait pour le moment aucune importance tant le reste m'avait surpri.

    A peine ai-je posé mes mains au sol que je sentis que l'on m'aidait à me relever doucement, sans que je ne puisse avoir le moindre mouvement de recul tant mon équilibre incertain et ma confusion étaient m'emprisonnaient. Je me laissais guider malgré moi vers le lit, les ailes toujours pendantes,  détaillant rapidement celle qui me soutenait en penchant ma tête vers la concernée.Elle ressemblait à une humaine, remarquant que l'on devait faire la même taille toutes les deux ou presque. Je ne poussais pas plus l'analyse, mes yeux s'arrêtant sur ce qui cachait ses yeux comme la plupart des interlocuteurs qu'elle devait côtoyer pour la première fois.

    Je n'eus pas le temps de le regarder plus en détail car déjà, elle m'invita à m'installer sur le lit, malgré le sang qui gouttait de mes plaies. Je fronçais les sourcils en m'asseyant dessus sans pour autant m'allonger, par précaution. En effet, je risquais d'enfoncer plus encore les morceaux de verre dans ma chair puis je n'étais pas totalement détendu. C'était même tout le contraire, attrapant un coussin en le postant devant moi en position défensive, qui devait paraitre bien ridicule. Je ne pouvais me permettre d'utiliser ma télékinésie, de peur que je ne finisse par tomber inconsciente, ce qui m'effrayait plus qu'autre chose, quand bien même la jeune femme à la chevelure claire paraissait amicale.

    Sans la lâcher du regard, je la vis se rapprocher de moi, comme si elle était intéressé par mes blessures alors qu'elle portait un bandeau. Je levais légèrement le coussin, prête à lui lancer dessus si jamais je jugeais la distance insuffisante,l'abaissant finalement quand elle se présenta, plus encore quand elle dit faire partie des FMR. Je ne pus cacher mon étonnement, sans pour autant garder une certaine méfiance. Après tout, ce n'est que des paroles, et l'hypothèse qu'elle émit, celle que j'allais devoir peut-être me dévêtir me fit faire un mouvement de recul, malgré son sourire qui se voulait rassurant.

    Naturellement assez pudique et encore plus avec ces marques de morsure faites par des vampires qui parsemé ma peau, je redoutais fortement que quelqu'un voie ce que je cachais honteusement. Mais je devais admettre qu'elle se comportait exactement un membre des FMR, faisant régner le doute en moi.Puis cette douceur qui se dégageait naturellement d'elle n'avait pas l'air d'être un subterfuge Je ne pus néanmoins me défaire complétement de cette peur , décidant de répondre quand elle revint avec  ce que j'aurai moi-même pris pour m'occuper de ces blessures qui me faisaient grimacer par moment:

    -Je ne pense pas qu'il sera nécessaire que j'ôte mes vêtements. Dis-je un peu sur la défensive reprenant en posant le coussin contre mon ventre d' une voix plus calme:-Je m'appelle Qwellaana.Je marquais une courte pause:- Les points vitaux n'ont pas été touché, contusions bénignes sur la plupart de mon épiderme, mais mes ailes...

    De ma main gauche, j'attrapais mon aile droite en la faisant passer par-dessus de mon épaule ,afin de la déplier lentement devant moi en émettant quelques sons de douleur, posant ensuite mon menton sur le dessus. Je fixais intensément celle qui vraisemblablement, voyait plus que l'on ne pouvait penser au premier regard, ayant observé que sa tête suivait chacune de ses interactions. Même lorsqu'elle demanda  qu'on lui apporte une bassine, elle l'attrapa sans aucune maladresse qu'il soit. Tout en maintenant la surface plumeuse, je me demandais si je pouvais vraiment lui faire confiance.

    Car après tout, je tenais énormément à ce qui me permettait d'aller rapidement porter secours aux autres, préférant perdre un oeil plutôt que perdre l'usage de mes ailes. Puis ce n'était pas comme une extension de mon corps similaire à mes bras comme la plupart pourraient penser. C'était beaucoup plus intime que ça, préférant que l'on évite de les toucher . Mais dans le cas actuel des choses, j'allai devoir mettre mon embarras de côté, et accorder une minimum de confiance si je souhaitais retrouver l'usage de mes ailes au plus vite.

    -Il y a plusieurs corps étrangers présents sur celle-ci.Je dirais environ une dizaine. Consciente que tous n'étaient pas visibles, je rajoutais:-Les plumes en cache certain.Pour être certaine que j'avais bien devant moi une jeune femme ayant les capacités à me soigner, je demandais:-Mais avant que vous n'interveniez, j'aimerais que vous me disiez quelles sont les quatre règles d'honneur des FMR.

    J'en avais rajouté une volontairement, pour en plus de voir si elle répondrait correctement  ce qu'elle ajouterait ou non. C'était une façon pour moi de jauger Cyradil, elle qui semblait vouloir mon bien alors j'avais fait irruption chez elle,enfin, si c'était bien elle la propriétaire des lieux. Je n'opposais après cela aucune résistance, la laissant faire, cachant la partie inférieure de mon visage derrière mon aile, tandis que le soleil commençait à se lever. Je ne détournais cependant pas mes orbes de son bandeau, qui maintenant éclairé par les rayons rassurant de l'astre du jour, me paraissait plus ouvragé.


    Qwellaana discute en 009966
    Entre l'ombre et la lumière (PV Cyradil Ariesvyra) 1706905601-velo5
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Cyradil Ariesvyra
    Cyradil Ariesvyra
    Messages : 359
    crédits : 3382

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t372-la-premiere-condition-de-l-immortalite-est-la-mort-cyradil-ariesvyra-terminehttps://www.rp-cendres.com/t3302-chronologie-de-cyradil
  • Sam 10 Fév - 15:28
    Comme souvent lorsque Cyradil devait effectuer des soins d’urgence en dehors des établissements du FMR, ses patients se montraient souvent méfiants. Avec ses yeux bandés et son accoutrement du soir, il est vrai que l’apparence de la jeune liche pouvait paraitre suspecte. Pourtant sa façon de s’exprimer ainsi que ses gestes contrastaient énormément avec son physique. La Rhikos se montrait patiente, laissa la valkyrie s’installer d’elle-même et attendit patiemment que cette dernière se calme, retenant au passage son nom. Sa faculté à décrire ses blessures suggérait que Qwellaana possédait au moins des connaissances basiques en matière de soin. La magicienne supposa alors que cette dernière était sans doute trop submergée par le choc de la chute et trop épuisée pour traiter les blessures sur son corps. Lorsque la blessée lui demanda de citer les « quatre » règles d’or des FMR, la liche ne put s’empêcher de sourire face à un piège aussi grossier. Cependant, elle ne s’en vexa pas et décida de jouer la carte d’honnêteté.

    « L’une des plus importante est de ne jamais cesser les soins tant qu’il reste un souffle de vie dans la victime. La deuxième consiste à faire en sorte qu’un membre du FMR ne se positionne jamais en première ligne. La troisième nous interdit de sacrifier notre vie et d’être toujours le dernier à périr. La quatrième…et bien malgré les récents décrets, il ne me semble pas que l’on en ait rajoutée une. » Dit-elle en plaisantant pour détendre l’atmosphère.

    Sur ces paroles, la valkyrie se montra un peu plus coopérative. Grâce à sa description, Cyradil put immédiatement repérer les blessures. Elle respecta bien évidemment la pudeur de la valkyrie, ne l’obligeant pas à ôter ses vêtements pour vérifier par elle-même, la liche lui faisant confiance pour connaître son propre corps. Néanmoins, elle put percevoir, tandis qu’elle traitait les contusions, une légère tâche s’expandre sur le haut de la valkyrie. Sans doute que, du à l’adrénaline du moment, Qwellaana ne l’avait pas ressenti. Toujours avec douceur, la liche expliqua la situation et attira l’attention de la valkyrie sur son propos.

    « Ici, relevez juste votre haut s’il vous plait. Je pense qu’il y a un éclat qui s’est incrusté dans votre flan. Promis, je n’y toucherais pas plus que nécessaire. » Assura-t-elle en lui présentant une pince.

    Un outil qu’elle utiliserait comme elle venait de le dire pour ôter un éclat qui s’était fiché juste en-dessous de sa dernière côte. La profondeur d’incrustation suggérait que l’éclat n’avait touché que la partie supérieure du muscle oblique qui dessinait ses abdominaux sur son flanc. Puis, Cyradil manifesta une aura bleutée entourée d’un voile dorée, signe qu’elle diffusait sa magie curative par le biais de sa maitrise de la magie de givre. C’était un peu froid mais bientôt la valkyrie sentait les chairs se refermer et la douleur sur son flanc s’apaiser jusqu’à ce qu’il subsiste aucune trace. Cyradil passa ensuite derrière, vérifiant son dos avant de confirmer qu’il n’y avait plus de blessures ouvertes sur son corps.

    « Vous pouvez baisser votre haut maintenant. » Dit-elle d’une voix rassurante tandis qu’elle se tenait en face de la blessée.

    Puis vint la partie où Cyradil s’occupa de l’aile endommagée. Evidemment, ses nombreuses décennies d’expérience l’avait amenée à traiter tout type de race et son expertise lui permettait d’en connaitre les subtilités et l’anatomie de chacune d’entre elle que l’on avait répertorié jusqu’ici. Elle était donc consciente de la fierté que représentait les ailes chez une valkyrie et elle redoubla d’attention lorsqu’elle explora ses dernières. Tout d’abord, la liche s’affaira à extraire tous les éclats visibles à l’aide de sa pince en évitant bien évidemment de causer davantage de dégâts à cette partie si délicate de l’anatomie de Qwellaana. Aidée par des lanternes qu’on lui avait apportées en même temps que le nécessaire de soin, Cyradil explora minutieusement l’aile pour en ôter tout corps étranger. Puis, à l’aide d’une brosse aux poils rigides, elle brossa l’entièreté de l’aile blessée afin d’en éliminer les plus petits morceaux de verres qui finirent par en tomber par effet de frottement.

    « Je vais immobiliser votre aile pour que je puisse continuer à la traiter. Je pense savoir pourquoi vous avez traverser la vitre de mon domicile. Cela peut vous causer un sentiment d’enfermement mais n’ayez pas peur, vous irez rapidement mieux. »

    En effet, alors qu’elle avait remplacé la brosse par le toucher doux de sa main, la liche explora celle-ci par-delà les plumes et put y déceler une certaine rigidité. Si la magie de soin pouvait effectivement soigner les blessures, il n’y avait rien qui puisse se substituer à un réel repos. Néanmoins, la liche connaissait des traitements pour accélérer le processus de guérison et faire en sorte que la valkyrie n’eut pas à subir cette désagréable sensation sur une durée trop longue. Se saisissant de la bassine d’eau, Cyradil y versa une poudre généralement utilisée en sels de bains. Puis, elle y mélangea quelques huiles essentielles aux vertus curatives avant de mélanger le tout pour donner un mélange plus visqueux.

    « Vous irez mieux une fois que j’aurais appliqué ceci. N’ayez crainte, il ne s’agit que de produits naturels de ma propre confection. »

    En acte de bonne foi, Cyradil en imprégna une petite quantité sur son bras pour bien lui montrer l’inoffensivité du fluide. Puis elle en imprégna une de ses mains avant de la plonger dans l’aile blessée, allant chercher le muscle sous-jacent qu’elle entreprit de masser délicatement. Enfin, Cyradil composa une écharpe avec les bandages afin d’entourer la partie supérieure de l’aile, le temps de sa guérison.

    « Voilà, c’est fini. Votre muscle fléchisseur s’est engourdi. Rien de grave je vous assure mais c’est sans doute à cause du fait que vous l’ayez trop sollicité. Mon expérience me dirait que vous manquez sûrement de repos, je me trompe ? En tout cas, soyez libre de rester ici autant que vous le désirer le temps de votre guérison. » Finit-elle sur un sourire accueillant.


    Entre l'ombre et la lumière (PV Cyradil Ariesvyra) Cyradi15
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Qwellaana Airdeoza
    Qwellaana Airdeoza
    Messages : 23
    crédits : 104

    Info personnage
    Race: Valkyrie
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Neutre-Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3346-qwellaana-airdeoza-termine
  • Sam 10 Fév - 21:53
    Cyradil me décrivit alors les trois règles sans aucune hésitation, faisant même un trait d'humour sur la quatrième inexistante. J'eus un léger sourire malgré moi, qui disparut lorsqu'elle m'indiqua une blessure à mon flanc. Je regardais à mon tour, constatant qu'elle avait raison, ayant comme négliger certaines zones, bien trop focalisé sur mes ailes qui étaient d'une importance bien au-delà du reste. Je regardais ensuite la pince qu'elle présenta, me rendant à l'évidence qu'il valait mieux ne pas tarder vu le sang qui s'en échappé. Je pris une longue inspiration avant de relever le strict nécessaire de tissu, posant mes yeux ailleurs un bref instant, embarrassée qu'elle puisse voir des marques en intervenant dans cette zone.

    -Voilà.

    Je laissais la jeune femme extraire le morceau de verre sans bouger malgré la douleur, qui fut vite remplacé par une sensation froide, jusqu'à ne devenir qu'un souvenir. Je me disais que j'avais eu beaucoup de veine de tomber sur une personne aussi compétente, la laissant vérifier même quand elle se rapprocha de mon dos et par extension, de mes ailes. Instinctivement, quand elle m'indiqua que je pouvais à nouveau couvrir ma peau, je posais ma main sur la plaie refermée, laissant ma tunique blanche retomber en ancrant mon regard sur son bandeau ensuite. DE toute évidence, cette jeune femme était très à l'aise, que ce soit pour prodiguer des soins que pour communiquer avec une parfaite inconnue qui se montrait méfiante.

    -Je suis désolée de vous donner du travail à cette heure si matinal.Dis-je des plus sincères, reprenant:-Et d'avoir remis en question votre affiliation au FMR.

    En effet, j'avais plus l'impression d'avoir en face de moi une personne dotée d'une expérience plus conséquente que  moi. J'espérais ne pas avoir été insultante, car elle avait beau semblé bienveillante, on pouvait à force d'être en contact de patient peu avenant perdre patience. Je commençais même à ressentir une certaine confiance, assez pour la laisser s'occuper de mes ailes, ce qui n'était pas rien. Elle semblait le savoir, faisant preuve d'une délicatesse presque impossible à concurrencer, sentant encore plus la culpabilité surgir à mesure des secondes.

    Je grimaçais légèrement pour chaque morceau retiré de ce qui faisait de moi une valkyrie , entendant le son du verre resonner en tombant. Je serrais les dents, sentant même au fond de moi une certaine délivrance à chaque fois qu'un corps étranger était récupéré par la pince agile de Cyradil puis soigné. Puis quand elle brossa les plumes, je ne pus contenir un soupire de soulagement, trouvant cela très attentionné de sa part ,m'empourprant, gênée de la voir s'appliquer autant, sans omettre la moindre plume.

    -D'accord.

    Dis-je pour confirmer que je la laissais faire,prenant sur moi quand elle approcha sa main, bien plus douce que les instruments qu'elle avait utilisés jusqu'a présent.Je finis par me détendre sans oser la regarder toutefois, me disant qu'elle avait dû deviner la vraie raison de ma venue ici, me sentant honteuse d'avoir commis cette erreur pourtant facilement évitable. A vouloir aider tout le monde, j'avais oublié mon propre corps, qui heureusement, avait atterri ici. Je levais un sourcil quand elle attrapa la bassine, pour y verser plusieurs liquide et une poudre. Elle semblait préparer quelque chose que je ne reconnaissais pas , me laissant perplexe mais pas au point d'opposer une résistance.

    -Je n'aurais pu espérer meilleur traitement que le vôtre. Dis-je ne désignant de mes yeux mes ailes, reportant mes yeux là où devrais se trouver les siens:-Je n'ai aucun doute sur votre préparation.

    Dis-je pendant qu'elle me montrait qu'aucun effet néfaste n'avait affecté la peau clair de son bras. Je la laissais plonger sa main vers l'endroit qu'elle avait déterminé être la source de ma chute. Par cette application, je me mis malgré moi à légèrement tressauter, car elle me chatouillait sans le vouloir en malaxant doucement cette zone. Je posais une main sur ma bouche pour me contenir, laissant échapper un petit rire gênée, faisant de mon mieux pour ne pas bouger.

    -Vous avez trouvé mon point faible.Je me demande lequel est le votre.

    Soufflais-je quand elle eut fini d'un ton amusé, trempant mon index pendant qu'elle préparait les bandages dans la mixture, afin de le rapprocher de mes yeux et le sentir. Curieuse, je l'appliquais sur le dos de mon autre main, pour voir comment elle réagissait,  fixant celle qui l'avait créer avec une multitude de questions en tête. Pas seulement par ce que je venais d'étudier, mais sur pleins d'autres sujets. Je m'abstins sur le coup de lui faire part de mes interrogations, l'aidant lorsqu'elle commença à passer le bandage,  le maintenant pendant qu'elle entourait la partie supérieur ,  admirative de son efficacité et sa rapidité d'exécution.

    -Vous avez tout à fait raison. Chose que je devrais pourtant savoir éviter puisque je fais aussi partie des FMR.

    Avouais-je enfin, m'en voulant d'avoir causé autant de remue ménage et fais perdre du temps à Cyradil . Plus encore d'avoir négligé ce corps qui m'avait permis de panser bien du monde. Mais l'experte face à moi devait en avoir sauvé bien plus, c'était certain. J'entortillais par la suite une mèche de mes cheveux pour la mettre derrière mon oreille en répondant face à sa proposition:

    -Je vais rester un peu si cela ne vous dérange pas. Merci de m'avoir pris en charge comme vous l'avez fait.

    Je tenais à la remercier,  tout en sous entendant que j'avais apprécié ses méthodes et le respect qu'elle avait accordés à ce qui était cher à mes yeux. Cela faisait longtemps que quelqu'un ne m'avait approché comme cela, encore moins pour exercé ce que j'étais moi-même censé faire. À force de me concentrer uniquement sur mon travail qui était passionnant, j'avais presque écarté toute relation sociale par manque de temps. Ou comme d'autres diraient, parce que je ne le prenais pas. Mais maintenant que j'étais là, face à ma faute, je me disais que peut-être, je ne devrais pas décliner son offre du moins, pas tout de suite. Puis je voulais en apprendre un peu plus sur celle qui avait su prendre soin de ce qui me permettait normalement de rejoindre le ciel.

    -Depuis combien de temps avez vous rejoint les FMR et pour quelle raison ?


    Qwellaana discute en 009966
    Entre l'ombre et la lumière (PV Cyradil Ariesvyra) 1706905601-velo5
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Cyradil Ariesvyra
    Cyradil Ariesvyra
    Messages : 359
    crédits : 3382

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t372-la-premiere-condition-de-l-immortalite-est-la-mort-cyradil-ariesvyra-terminehttps://www.rp-cendres.com/t3302-chronologie-de-cyradil
  • Sam 10 Fév - 22:41
    Toutes les attentions de Cyradil provoquaient un tourbillon de sensations chez la valkyrie. En tout cas, elle appréciait les soins prodigués par la Rhikos. C’était un bon point puisque la liche avait réussi à installer un climat de confiance. Petit à petit, elle se fit aider par Qwellaana à soigner ses blessures, ce que la jeune femme accepta volontiers. Bien sûr, la forgeronne pouvait largement assurer les soins toute seule mais elle savait qu’en laissant la blessée agir, cela la déstresserait un peu.

    « Vous pourriez peut-être les découvrir en apprenant à me connaitre. » Répliqua la liche en plaisantant sur la question de ses faiblesse.

    Entretemps, l’on avait fait le nécessaire pour disposer du verre éparpillé pour éviter de futures blessures et une bâche couvrait dorénavant la fenêtre brisée pour éviter que le vent ne s’engouffre dans la pièce. Puis l’on avait laissé les deux femmes seules, Cyradil assurant qu’elle s’occuperait de ranger elle-même les bouquins dans l’étagère. Ainsi, elle apprit que la valkyrie faisait également partie des FMR, ce que la liche avait un peu deviné en raison de ses explications précises sur la nature de ses blessures.

    « Oh ? Et bien je suis enchantée de rencontrer l’une de mes collègues. Je vais préparer une chambre pour vous. Il est important que vous vous reposiez afin d’être totalement opérationnelle. Nos patients n’en seront que plus conscients si l’on est au maximum de nos capacités. Je viendrais à intervalles réguliers pour réappliquer la mixture mais si cela vous est désagréable, je vous laisserais la bassine pour que vous le fassiez-vous-même. Le temps que vous renflouiez vos réserves. Vous maitrisez bien la mana, n’est-ce pas ?» Demanda-t-elle.

    De manière tout à fait naturelle, Cyradil se place à ses côtés, gardant une distance raisonnable pour ne pas froisser sa patiente. Tout était dans le respect et l’écoute de l’autre et la forgeronne s’efforçait toujours d’appliquer ces principes. Certains étaient réceptifs à ses paroles tandis que d’autres avaient besoin d’un soutien plus émotionnel voire même un contact physique. Durant sa longue carrière, Cyradil avait tout simplement appris à s’adapter.

    « Oh ne vous excusez pas, c’est tout à fait normal de vous méfier. Je suis consciente que mon image ne renvoie pas toujours un sentiment de confiance. J’ai tendance à être très minutieuse quand je soigne des gens, encore plus quand ce sont des gens du FMR car vous savez, comme moi, à quel point nos effectifs sont précieux tant ils sont réduits en comparaison à la taille immense de notre Empire. C’est pour cela que, inconsciemment, j’ai été aussi prévoyante avec votre corps. Car, comme vous l’avez si bien dit, vous en avez besoin pour sauver toutes ces pauvres âmes qui ont tant besoin de nos services. » Avoua-t-elle sincèrement.

    Sur son interrogation, Cyradil marqua une légère réflexion. Elle n’était jamais très à l’aise avec les périodes d’histoire pour ainsi dire et sur beaucoup de sujets, elle mettait bien souvent une date approximative. De plus, elle devait faire attention à ne pas se dévoiler en donnant un chiffre mirobolant en raison de son expérience de sa précédente vie. Après tout, son apparence ne devait guère laisser penser que la liche dépassait la trentaine. Mais les gens faisaient parfois bien plus jeunes que leur âge et leur race n’était pas toujours écrite sur leur visage. Cyradil décida alors d’opter pour la sincérité.

    « Cela doit faire une dizaine d’années maintenant. La raison est assez simple pour ainsi dire car j’ai commencé par faire ce que tout bon reikois ferait, à savoir un service militaire en bonne et due forme. J’ai très vite compris que je n’adhérais pas au principe d’aller guerroyer dans le but de nuire à autrui alors je me suis redirigé dans un cursus médical à Drakstrang. J’ai été diplômée avec les honneurs et j’ai intégré ces institutions. Leur détachement vis-à-vis de l’armée m’a offert une position idéale pour exercer un métier sans devoir me contraindre d’un sens du devoir envers l’Empire. C’est aussi simple que cela. »

    Tout le récit était parfaitement vrai à la différence que son expérience était en réalité bien plus vaste que ce qu’elle voulait bien en dire. En effet, forte de sa précédente vie d’humaine, Cyradil cumulait pas moins de sept décennies de services au sein des FMR et possédait des compétences allant bien au-delà de ses compères du même âge. Cependant, son humilité l’empêchait de les regarder de haut et elle avait appris à simplement s’adapter pour ne pas trop attirer l’attention sur elle. Néanmoins, en cas de graves incidents, la liche n’hésitait pas à déployer tout son savoir pour sauver ses patients d’une mort tragique, révélant ainsi pour beaucoup ce qu’ils pensaient être une véritable prouesse. Après tout, les prodiges pouvaient exister et il n’y avait aucune raison que quelqu’un ayant obtenu de prestigieuses notes à Drakstrang ne le soit pas.

    « Et vous ma chère Qwellaana, depuis quand officiez-vous au sein des FMR ? »

    En raison de la gérance de sa forge et de son attitude plutôt taciturne, la liche n’avait pas toujours l’occasion de converser de manière aussi proche avec les membres du FMR. Beaucoup étaient déployés à travers l’empire et en raison du peu d’effectifs, la liche avait rarement l’opportunité d’échanger avec ses congénères. Et puis, ce n’était pas tous les jours qu’elle pouvait rencontrer une valkyrie, ce qui doublait encore plus son intérêt.

    « D’ailleurs, pourriez-vous m’expliquer ce qui vous a valu tout ce surmenage ? N’y voyez aucun jugement de ma part, j’essaie simplement de comprendre. » Assura-t-elle d’un sourire encourageant.



    Entre l'ombre et la lumière (PV Cyradil Ariesvyra) Cyradi15
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Qwellaana Airdeoza
    Qwellaana Airdeoza
    Messages : 23
    crédits : 104

    Info personnage
    Race: Valkyrie
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Neutre-Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3346-qwellaana-airdeoza-termine
  • Mar 13 Fév - 16:37
    La repartie de Cyradil me fit sourire tout en piquant ma curiosité une nouvelle fois vis-à-vis des points faibles de cette dernière. En plus d'avoir sous-entendu qu'il en avait plusieurs, elle me laissa entrevoir cette possibilité, celle que nous pourrions discuter, pas seulement sur notre métier. Une opportunité de créer du lien social que bien souvent, j'avais délaissé ces derniers temps au détriment de ce qui me tenait le plus à coeur. Mais maintenant que j'étais là et que j'étais incapable d'aider qui que ce soit, c'était même le contraire, n'était ce pas le meilleur moment de profiter de la compagnie que m'offrait la jeune femme ?

    Puis elle semblait ravie d'apprendre que je faisais moi aussi partie des FMR, me proposant une chambre sans la moindre hésitation , me confirmant que cette immense bâtisse devait lui appartenir, à moins que je tire des conclusions hâtives dues à la fatigue. J'ai préféré ne pas répondre au sujet du baume, ne sachant pas si je serai en état de le faire moi-même au moment où il faudrait l'appliquer de nouveau. Puis je n'osais pas lui dire que ça n'avait pas été désagréable mais plutôt gênant d'avoir réagi en riant comme je l'ai fait. Je regardais ensuite en silence la fenêtre se faire couvrir, reprenant lorsque nous étions à nouveau seules:

    -En temps normal oui mais il semblerait que j'ai poussé au-delà de mes limites .

    Dis-je en repliant mes jambes contre ma poitrine en les entourant de mes bras après avoir retiré mes chaussures,exposant mes pieds. Ils étaient l'un des seuls endroits où des vampires ne m'avaient pas mordu, car bien d'autres étaient bien plus gorgés de sang. Je portais du vernis de la même couleur que mes yeux , le fixant pendant que Cyradil prenait place non loin de moi, sans pour autant briser ma zone de confort. Cela me faisait bizarre de jouer le rôle de la patiente et que surtout , quelqu'un s'occupe de moi comme ça même si comme elle me l'avait dit, c'était pour que je puisse à nouveau porter secours aux autres.

    En parlant de sa propre image qu'elle renvoyait, j'eus du mal à saisir pourquoi elle pensait cela. Certes, habillé légèrement comme elle l'était, on pouvait voir de nombreux tatouages dessiner encore plus  ses lignes et ses courbes qui étaient loin d'être disgracieuses, au contraire. Je trouvais que cela apportait un côté assez mystérieux tout en l'embellisant davantage, me demandant ce qu'ils représentaient plus qu'autre chose. Je ne pus cependant la laisser penser que je m'étais méfié d'elle a cause de ce bandeau ou je ne sais quel autre détail sur elle :

    -Votre apparence est bien plus rassurante que le contraire, de mon point de vue en tout cas. Dis-je doucement, la fixant à nouveau comme s'il n'y avait rien qui dissimule ses yeux. J'avais remarqué qu'il m'était plus simple de faire confiance à d'autres femmes, qu'importe leur espèce. Cela était dû au fait que j'avais été entouré par des valkyries pendant la première partie de ma vie. -Je vous remercie d'avoir mis tant d'effort afin que je puisse recouvrir rapidement mes capacités.

    Et d'avoir eu autant d'adresse et de tact quand il avait fallu s'occuper de mes ailes.Sans oublier sa patience qui semblait imperturbable, quoi que je fasse . Maintenant bien assez rassurée, mon être tout entier se détendit tandis que Cyradil prit le temps de réfléchir avant de répondre à ma question. Je ne pus cacher une certaine surprise , levant un sourcil en apprenant que cela faisait qu'une dizaine d'années qu'elle avait rejoint les FMR. J'aurais pensé plus, vu son adresse dans ce domaine mais quand elle m'apprit qu'elle avait obtenu les honneurs, cela me semblait tout à fait logique.

    Mais il était rare d'entendre quelqu'un de l'Empire ne pas approuver cette pratique militaire . Ou peut-être n'avais-je jamais creusé assez profond pour le découvrir avec mes différents interlocuteurs. Plus j'en apprenais de Cyradil, plus j'avais l'impression que nous avions de nombreux points communs dont certaines étant des valeurs.La jeune femme semblait, par sa façon de décrire la guerre, n'être nullement intéressée de lutter en blessant un autre. Quelque chose que j'avais moi-même eu du mal à faire comprendre à celles qui m'avaient finalement livré à des vampires.

    Je ne m'étais pas attendu cependant pas à ce qu'elle me retourne la question alors qu'il y avait de fortes chances qu'elle le fasse. Puis mon état ne m'aidant pas, j'eus du mal à faire le tri et à ranger certaines parties de ce passé que je ne tenais pas à dévoiler par mégarde pour ne pas leur donner encore plus d'importance. Je passais une main sur mon front pour dégager quelques mèches de mon visage pour les coincer derrière l'une de mes oreilles mais sans succès. Je laissais ces indomptables caresser ma joue pendant que je répondais avec difficulté sans savoir si j'avais omis un détail:

    -J'ai rejoint l'Empire il y a... douze ans en effectuant mon service militaire. J'ai ensuite entamé mes...mes études à Drakstang en suivant le même cursus que....Je suis depuis peu She...Shekhikh

    Je posais ma tête contre mes genoux en fermant les yeux, sentant une légère perte d'équilibre. Je posais à nouveau mes orbes sur la jeune femme quand elle me demanda indirectement comment j'en étais arrivé à provoquer cette catastrophe. Je regardais l'endroit maintenant obstrué par une bâche un instant, avant de me redresser un peu pour pouvoir répondre, mes paupières si lourdes qu'elles se fermaient de temps à autre sans que je puisse les en empêcher. Je répondis d'une voix faible sans pouvoir dire si j'avais été assez clair ou non:

    -Je suis partie il y a quelques jours dans le.... Désert afin de sauver les marchands d'un convoi qui s'étaient fait attaquer par un....Lanconda. J'ai été l'une des premières à être arrivée sur les lieux et je n'ai pas pu me résoudre à me reposer après être.... intervenu là-bas. Je voulais regagner au plus vite la capitale afin d'en aider d'autres...Mais pendant mon vol, mon livre m'a échappé des mains et après l'avoir rattrappé , mon ...aile n'a pas voulu se déployer complétement et j'ai atterri ici ...j'étais en train de chercher mon...livre parmi les vôtres quand vous êtes ...

    Je m'étais interrompus en me rappelant que je n'avais toujours mis la main sur mon roman qui devait toujours être caché parmi les ouvrages que j'avais tachés avec mon sang. Cela me réveilla quelque peu, cherchant maintenant du regard le fameux objet en question que j'aurai préféré ne pas dévoiler à haute voix . Inconsciemment, je posais mes pieds au sol pour aller le trouver mais je m'étais interrompu sous le poids mort de mes ailes et comme si une petite voix intérieure me disait que c'était une très mauvaise idée.

    Tenue de Qwel:


    Qwellaana discute en 009966
    Entre l'ombre et la lumière (PV Cyradil Ariesvyra) 1706905601-velo5
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Cyradil Ariesvyra
    Cyradil Ariesvyra
    Messages : 359
    crédits : 3382

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t372-la-premiere-condition-de-l-immortalite-est-la-mort-cyradil-ariesvyra-terminehttps://www.rp-cendres.com/t3302-chronologie-de-cyradil
  • Mar 13 Fév - 19:36
    Cyradil était plutôt impressionnée. Et surtout respectueuse de rencontrer une supérieure hiérarchique. Enfin…elle était déjà passer par  là mais actuellement c’était juste une rhikos alors il fallait qu’elle se comporte de la sorte. Malgré ses connaissances étendues, la liche avait toujours été humble sur ses compétences et tentait toujours de ne pas monopoliser l’attention, essayant de toujours tirer les gens vers le haut. Le discours de la valkyrie était fastidieux et elle semblait bien fatiguée mais la forgeronne ne voulait pas non plus la forcer à se reposer. Cependant, elle comprenait mieux la raison de son éreintement. A l’époque, Cyradil aurait agit de la même façon. Enfin…elle le faisait toujours en fait mais n’avait plus le problème de s’effondrer d’épuisement. Sauf si elle abusait sur sa réserve de mana bien sûr.

    « Je comprends tout à fait. Dorénavant, si vous entreprenez ce genre d’aventure, n’hésitez pas à m’en faire part, je serais ravie de vous aider. Je n’ai sans doute pas le même degré de maitrise que vous en magie curative mais je pourrais certainement vous aider à porter une partie de vos charges en tant que Shekhikh. Vous pourrez vérifier que je suis bien inscrite au Registre Officiel du Corps Médical. »

    Puis elle avait traversé sa fenêtre donc. En fait, Cyradil était plutôt contente d’avoir de la visite même si c’était de manière aussi impromptue. La liche était souvent seule la nuit puisqu’elle ne dormait pas et elle ne pouvait pas aller déranger son ami Corvus chaque soir non plus. En parlant du désordre de la salle, sa patiente s’était levée après sa dernière réplique à la recherche d’un livre. Ce n’était pas une très bonne idée et la liche le vit tout de suite avec sa posture titubante. Elle se leva et attrapa le bras de la patiente pour l’arrêter avant qu’elle ne finisse par s’effondrer encore une fois au sol.

    « Vous avez subi une blessure à la tête et vous semblez au bord de la perte de conscience alors je vous prierais de vous allonger sur le lit pour l’instant. Je vais chercher votre livre. Promis, je ne lirais pas ce qu’il y a dedans. » Dit-elle d’un sourire rassurant.

    La liche se dirigea alors vers l’étagère renversée. Plutôt que de ramasser les livres un à un, Cyradil manifesta des appendices d’ombres qui émanèrent directement de son corps et qui eurent vite fait de replacer l’étagère à la verticale. Puis, un à un, elle saisit les livres grâce à ces sombres extensions et replaça chacun d’eux minutieusement jusqu’à tomber sur l’intrus. Vu le titre, il s’agissait d’un roman à l’eau de rose. Cela lui rappela un peu son amie Elia qui était friande de ces lectures également, ce qui lui arracha un petit sourire amusé. Guidant l’appendice jusqu’à sa main, la liche saisit alors le bouquin avant de retourner auprès de sa mystérieuse compagne du soir. Elle lui tendit naturellement le bouquin.

    « Tenez. D’ailleurs, j’ai déposé votre sacoche médicale sur la table de chevet juste derrière vous. J’ai ordonné à ce qu’on y touche pas donc soyez libre de la récupérer une fois que vous vous serez reposée. N’hésitez pas, je veillerais sur vous au cas où vous auriez besoin de quelque chose. Si votre aile vous incommode encore, je m’en occuperais et si vous le souhaitez, vous pourrez même prendre un bain à votre réveil…quoique c’est vrai que je n’ai pas de vêtements susceptible de pouvoir accommoder correctement vos ailes. Bref, ne soyez pas timide et demandez moi ce que vous voudrez et je vous le fournirais. » Expliqua-t-elle avec un sourire compatissant. « Reposez-vous et on reprendra notre discussion après votre réveil. »

    Cyradil ne semblait d’ailleurs pas juger ce que Qwelaana tenait en main. Les gens avaient toute sorte de choses auxquels ils tenaient et la liche n’y voyait aucun inconvénient. Elle avait passé l’âge de critiquer ce que préférences des gens et la valkyrie se justifierait bien d’elle-même au moment venu. Pour l’instant, la blonde ne savait pas vraiment quelle attitude elle devait avoir envers la valkyrie puisqu’elle venait à peine de la rencontrer. Sans doute qu’avec un peu de patience, la liche parviendrait sûrement à s’en faire une amie, reconnaissant qu’elle se débrouillait plutôt bien dans ses interactions sociales depuis sa réincarnation en liche. Décidemment, la mort-vivance lui allait bien.


    Entre l'ombre et la lumière (PV Cyradil Ariesvyra) Cyradi15
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Qwellaana Airdeoza
    Qwellaana Airdeoza
    Messages : 23
    crédits : 104

    Info personnage
    Race: Valkyrie
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Neutre-Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3346-qwellaana-airdeoza-termine
  • Jeu 15 Fév - 16:42
    Je ne sus quoi dire sur le coup quand elle me signifia son intérêt si jamais je devais une nouvelle fois intervenir ailleurs . Je ne m'étais pas attendu à ce qu'elle me propose son aide aussi spontanément, afin d'alléger la somme du travail qui pesait parfois sur mes épaules en me prêtant main-forte. Comme elle l'avait si bien dit, le manque d'effectifs était assez flagrant compte tenu du travail que l'on devait accomplir et le fait qu'elle veuille m'épauler ainsi alors que nous nous connaissions pas montré pour moi, combien elle était une personne généreuse.

    Comme depuis que j'étais arrivé ici a vrai dire, l'ayant sollicité à maintes reprises en ne montrant que de bonne attention à mon égard. Même quand je m'étais levée, elle me stoppa dans mon élan en posa sa main sur mon bras. J'avais regardé ses phalanges posées sur moi avant de remonter vers son bandeau, hochant ma tête en signe d'approbation, sachant qu'il serait plus raisonnable de l'écouter. Je m'asseyais sur le lit, pas très à l'aise avec le fait qu'elle aille chercher mon livre qui faisait partie de mon jardin secret.Même si elle ne comptait pas le lire, je n'avais pas mis une couverture pour cacher quel genre de roman c'était. Sans oublier son titre bien révélateur puisqu'il s'intitulait :''Coup de Coeur''.N'ayant pas d'autres choix, je me contentais de dire d'une petite voix:

    -Vous avez raison.Désolée pour tout ce dérangement...

    J'observais Cyradil s'éloigner, pouvant maintenant voir où s'étendaient ses tatouages derrière son dos, en partis masqués par sa longue chevelure blonde. Ils s'étendaient bien plus loin que je ne le pensais et paraissaient plus complexes encore. C'était presque comme s'ils avaient une utilité tellement ils étaient précis et détaillés. Tant de question se bousculait dans ma tête mais je préferais attendre d'avoir les idées plus claires et d'en apprendre plus de mon hôte. D'ailleurs, celle-ci semblait avoir une affinité avec un élément complétement contraire au mien.Un contraste qui s'accordait pourtant, comme l'ombre et la lumière, l'un n'existant pas sans l'autre.

    - Ne soyez pas si modeste,je suis certaine que vous seriez d'une plus grande aide que ce que vous suggérez. Dis-je pour commencer, sans pouvoir me faire de l'idée qu'elle paraissait même plus compétente que moi:-Je serai ravi de vous voir à l'oeuvre à nouveau. Si l'occasion se présente, je n'hésiterai pas à faire appel a vous.

    Mais je ne savais à quel point non plus,ayant pu seulement l'observer traiter mon propre cas. Je ne serai pas étonnée qu'elle puisse guérir des maux plus graves encore avec cette même facilité. Pour l'heure, je ne pouvais que faire que des suppositions et me contenter de ce qu'elle me montrerait. Mais comme elle l'avait suggéré, j'allais jeter un oeil à son dossier, pour voir précisement son profil et ce de quoi elle était capable, en apprenant un peu plus sur cette dernière. Elle avait éveillé mon intérêt, pour bien des sujets différant que celui des FMR.

    Tout le long de cette réflexion, je suivis du regard chacun de ces serpentins d'ombre qu'elle manipulait, telle une extension de son corps qui s'affaira à remonter le meuble et à ranger les livres habilement. Elle répéta la même chose jusqu'à ce qu'elle emprisonne dans ses doigts celui qu'elle était partie me rapporter. Lorsqu'elle me fit face, je voulus tenter de lire sur son visage si elle avait le moindre jugement concernant ce qu'elle tenait dans ses mains. Autant dire que cela fut vain dès le départ, étant dans l'incapacité à détailler ses yeux , sans qu'aucun autre trait de son visage ne trahisse la moindre émotion négative. Je tendis mon bras à mon tour, récupérant le livre que je déposais sur le lit un peu éloigné, sans oser parler de celui-ci.

    -Je vous remercie .

    J'eus l'impression que la fatigue était revenue au galop,en même temps que ma quête pour récupérer le roman eut été fini. Mes épaules s'affaissèrent un peu plus, fixant ma ceinture médicale quand elle me parla d'elle,, ne m'étant même pas aperçu que je ne la portais plus. Cyradil me signala que je pouvais compter sur elle et qu'elle veillerait sur moi. Quelque chose que j'avais cessé de faire depuis quelques jours, au point d'être dans l'état actuel. Par contre,l'idée du bain était fort tentant, bien qu'elle ait soulevé un point,celui vis-à-vis d'une tenue adaptée à mes ailes qu'elle n'avait pas . Ayant l'habitude d'être confronté à ce genre de situation, j'avais trouvé une multitude de manière pour contourner ce problème avec seulement une aiguille et du fil.

    -C'est très gentil de votre part Cyradil mais..Je..je n'en demande pas tant...vous aussi vous devriez vous reposer. Puis,je ne compte pas m'envoler sans votre approbation au préalable.Dis-je avec un petit sourire timide, n'ayant pas l'habitude que l'on soit à mes petits soins :-Je n'hésiterai pas à faire appel à vous si j'en ressens le besoin.

    Dis-je en finissant par m'installer à plat ventre sur le lit, étant en plus ma position favorite pour dormir en règle général, celle la moins gênante avec les bandages que j'avais sur mon aile. Je ne savais pas si Cyradil comptait rester dans les parages ou non, mais rapidement , mes paupières finirent par se fermer , comme mes pensées, sans prendre la peine de me couvrir ayant l'habitude que mes ailes suffissent ou que ça soit ma soeur jumelle qui pose le drap sur moi.

    ***

    Je ne sus combien de temps j'avais dormi lorsqu'a nouveau, j'ouvris les yeux en me redressant subitement. Je venais de sortir d'un cauchemar, celui où j'étais à nouveau dans la cale de ce bateau. En sueur, je me relevais, encore à moitié dans ces songes , déambulant d'une démarche bancale qui ressemblait à celle que l'on pouvait avoir lorsque l'on était à bord d'un bateau en pleine tempête. C'était quelque part, le cas, ayant une nouvelle fois cette peur enserrer mon coeur, me dictant de sortir de cette pièce. Je me rappelais alors de la jeune femme qui m'avait accueilli ici  . Je partis aussitôt à sa rechercher, passant le seuil de la porte qui me mena à un long couloir:

    -Cy..Cyradil ?

    J'avais du mal à parler, j'avais soif et le retour à la réalité difficile à rejoindre complétement. Mais je sentais que je m'étais reposée, assez pour ne plus sentir que j'allais d'une minute à l'autre m'écrouler. Je posais une main sur un mur pour fermer les yeux et reprendre mes esprits, me convainquant qu'il n'y  avait pas danger ou du moins de vampire dans les parages. Je les rouvris en espérant apercevoir la silhouette de celle qui était l'une des seules à avoir touché mes ailes.


    Qwellaana discute en 009966
    Entre l'ombre et la lumière (PV Cyradil Ariesvyra) 1706905601-velo5
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Cyradil Ariesvyra
    Cyradil Ariesvyra
    Messages : 359
    crédits : 3382

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t372-la-premiere-condition-de-l-immortalite-est-la-mort-cyradil-ariesvyra-terminehttps://www.rp-cendres.com/t3302-chronologie-de-cyradil
  • Jeu 15 Fév - 18:26
    De l’aide et des amis. Cyradil avait toujours la main tendue envers son prochain et aujourd’hui ne faisait pas exception. Qwelaana avait tout du parfait profil du médecin des FMR. Elle était reconnaissante envers la liche, ne déclinant pas la proposition de l’aider dans le futur. Calme et obéissante, la valkyrie retourna tranquillement à son lit pendant que la magicienne s’affairait tranquillement à retrouver son bouquin qui avait fini sur la table de chevet. Même dans son sommeil, la jeune blonde n’irait pas le lire par curiosité même si le titre était déjà évocateur de son contenu. La liche aimait bien et esquissa un sourire tandis que la valkyrie se repositionna pour s’endormir, visiblement éreintée par l’accumulation de travail. De manière bienveillante, Cyradil vint écarter une mèche de son visage, se rappelant de manière assez nostalgique ses premières années au sein des FMR. D’une certaine manière, elle avait aussi été pareille, toujours à penser aux autres en négligeant son propre bien-être.

    Comme promis, la jeune blonde veilla sur la valkyrie et revenait régulièrement jeter un coup d’œil de temps à autre pour vérifier si Qwelaana n’avait pas de troubles dans son sommeil. Cyradil prit même soin de réappliquer la lotion sur l’aile blessée, y accordant autant d’attention que la première fois, la valkyrie lui en facilitant l’accès de part sa position. Chaque fois que la liche gagnait la confiance de quelqu’un, c’était pour elle un bien précieux qu’il fallait respecter. En exposant ainsi ses ailes, sans doute l’une des parties les plus précieuses de l’anatomie de la valkyrie, la jeune blonde en était flattée. Cette dernière profita du sommeil profond de Qwelaana pour passer une main bienveillante sur le plumage de ces dernières qui étaient incroyablement douces puis, elle décida de se retirer une nouvelle fois, laissant la valkyrie continuer son paisible voyage onirique.

    Cyradil s’assura de prévenir Lakhdar, son contremaître qu’elle ne se rendrait sans doute pas à la forge aujourd’hui au vu des incidents. Elle ne pouvait pas laisser Qwelaana toute seule avec tous ses servants au risque de la voir prendre la sortie plus tôt que prévu. A défaut, elle s’installa dans une chambre mitoyenne et déplaça ce qu’elle faisait dans cette petite pièce. Au pire, elle dira à Qwelaana qu’elle s’était reposée ce qui, en voyant sa tenue, était plutôt vrai. Les heures défilèrent alors jusqu’à ce que la liche soit attirée par un bruit dans le couloir de toutes ces chambres qui servaient d’hébergement ou d’habitations pour ceux et celles qui n’avaient nulle part où aller. Elle leva alors la tête depuis le petit bureau de la chambre où elle se trouvait pour constater que la valkyrie était en train d’arpenter le couloir à sa recherche. Naturellement, la magicienne vola directement à son secours, proposant de s’appuyer sur elle au cas où l’équilibre du à l’aile blessé n’était pas encore rétabli.

    « Oh, je suis navrée, je n’ai pas vu que vous étiez réveillée. J’ai jugé bon de m’éclipser afin que vous ayez un peu d’intimité au réveil, votre état ne nécessitant pas une surveillance permanente. Je venais seulement pour réappliquer les soins mais comme vous sembliez dormir de manière paisible, je ne voulais pas vous réveiller pour si peu. »

    Doucement, les deux femmes parcoururent le couloir jusqu’à arriver à un des nombreux petits salons qui composaient la demeure. Une salle toute en luxe avec un mobilier de choix et un confortable divan sur lequel Qwelaana pouvais s’asseoir. La valkyrie semblait un peu troublée. Cyradil le ressentait, car sa magie le lui disait et surtout parce qu’elle s’était déjà retrouvée dans des situations pareilles maintes et maintes fois, comme si Qwelaana sortait d’un cauchemar. Comprenant la situation, la liche avait demandé de préparer une infusion de thé vert relevé d’une petite cuillère de miel. Deux tasses furent amenés et elle en tendit une à sa compagne avant qu’on ne laisse les deux femmes seules.

    « Vous allez bien ? Il y a quelque chose qui vous tracasse ? On dirait que vous avez fait un mauvais rêve. Si vous avez besoin de quelque chose, n’hésitez pas à m’en parler, je suis là pour ça. » Affirma-t-elle d’une voix sûre et bienveillante.


    Entre l'ombre et la lumière (PV Cyradil Ariesvyra) Cyradi15
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Qwellaana Airdeoza
    Qwellaana Airdeoza
    Messages : 23
    crédits : 104

    Info personnage
    Race: Valkyrie
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Neutre-Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3346-qwellaana-airdeoza-termine
  • Jeu 15 Fév - 22:04
    Encore une fois, elle était apparu soudainement à moi, sans que puisse savoir d'ou elle était sortie. A vrai dire, ce n'était pas vraiment important, m'appuyant contre elle naturellement lorsqu'elle me le proposa, passant mon bras sur ses épaules en écartant doucement ses cheveux avant. Au moins ainsi, je ne risquais pas de tomber , le temps que je sois complétement réveillée au moins. C'était toujours aussi étrange d'être la personne en difficulté, encore plus de savoir que Cyradil avait à plusieurs reprises appliqué la mixture sur mon aile. J'avais rougi légèrement rien d'y penser, me demandant si c'était parce que j'avais eu un sommeil profond  si je n'avais pas réagi ou si parce que inconsciemment, une certaine confiance s'était installée avec la jeune femme. Parfois, la réponse se trouvait à plusieurs endroits, la laissant me guider vers un sans même demandé ou.

    -C'est moi, je me suis levée un peu précipitamment. Dis-je ne secouant ma tête de gauche à droite pour lui faire comprendre qu'elle n'avait pas s'excuser, surtout qu'elle en faisait déjà bien assez. Je lui avoué ensuite:-Votre délicatesse n'a d'égale que votre gentillesse il semblerait, je n'ai pas souvenir que vous soyez venue.

    Enfin, peut-être si une fois mais c'était tellement floue que n'étant certaine, je préferais ne pas relever, surtout qu'il me semblait  avoir peut-être souri en sentant mon muscle se décontracter sous ses doigts. Nous avions finis par traverser le couloir  nous menant à es salons meublés richement, tout en dégageant un certain confort, le sofa me confirmant cela lorsque je m'étais assise dessus. Je fis attention à ne pas la gêner avec mes ailes encombrantes en me positionnant face à  Cyradil qui demanda à ce que l'on nous rapporte du thé, souriant quand elle ajouta que l'on verse du miel dedans. J'étais plutôt une bouche sucré et l'avantage de ce dernier, était qu'il était bon pour la santé en plus d'être exquis. On nous ramena rapidement les deux tasses, attrapant celle que Cyradil me tendit en la portant vers mon nez afin de pouvoir sentir ses vapeurs.

    -Je vous remercie.  

    Au moment où je soufflais dessus, la porteuse du bandeau ,que j'avais fini par fixer comme si je voyais  à travers, me demanda comment je me sentais. Visiblement, cela devait se lire sur mon visage qui se détourna instinctivement vers le liquide chaud reposant au creux de mes mains. Je ne pouvais le nier ou mentir, car ça serait vraiment grossier, surtout en face d'une personne qui me disait être prête à m'écouter si jamais cela pouvait m'aider à aller mieux. Mais l'étais-je moi-même ? Plutôt que de répondre directement à ses questions, je préférais emprunter une voie moins directe sans pour autant fuir le sujet . Je bus une gorgée après avoir touillé avec la cuillère,

    -Disons que habituellement, j'évite que cela ne se produise en lisant des romans avant de m'endormir. Cela me permet de vider mon esprit avec un thème plus léger, plus..vous voyer ? J'eus un petit rire gêné même si au fond, ce n'était que des histoires d'amour plus platonique qu'autre chose et je trouvais cela encore plus touchant de mon point de vue. Assez pour m'enlever ces images de mon passé qui apparaissait à la nuit tombée.Je fixais à nouveau la jeune femme à mes côtés -J'ai cru apercevoir que vous lisiez des livres à propos de la magie , de l'histoire mais aussi  ceux traitant de la guerre. J'avoue être un peu étonnée sur ce dernier sujet. Dis-je ne penchant légèrement ma tête sur le côté, pendant que j'entortillais une mèche rebelle avec mon index:-Mais peut-être que vous aimez lire d'autres types d'ouvrage?

    Je n'étais pas en train de noyer le poisson dans l'eau, je profitais seulement pour rebondir sur des questions que je m'étais posée concernant Cyradil. Cela me permettrait d'en apprendre davantage sur elle qui prenait vraiment toutes les précautions sans même que je ne lui demande,comme si c'était inné chez elle. Puis cela me laisserait le temps de trouver les bons mots si jamais je venais à vouloir partager cette partie de vie qui m'avait affecté au point d'avoir peur des vampires. J'avais beau travaillé sur cet aspect, je n'étais parvenue seule à trouver une solution ni même à atténuer cette crainte que je savais être un obstacle pour ma vocation et cette volonté, celle de vouloir soigner tout le monde. Je bus une autre gorgée, esquissant un sourire en pointant de mon nez la tasse:

    -Vous avez très bon gout Cyradil. Puis sans réfléchir au fait que je touchais peut être un sujet sensible, quand mon regard se porta sur un objet qui ornait son visage aux traits fin, je rajoutais:-Votre bandeau est très beau aussi.


    Qwellaana discute en 009966
    Entre l'ombre et la lumière (PV Cyradil Ariesvyra) 1706905601-velo5
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Cyradil Ariesvyra
    Cyradil Ariesvyra
    Messages : 359
    crédits : 3382

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t372-la-premiere-condition-de-l-immortalite-est-la-mort-cyradil-ariesvyra-terminehttps://www.rp-cendres.com/t3302-chronologie-de-cyradil
  • Jeu 15 Fév - 23:31
    Bon Qwellaana n’exposa pas directement la cause de ses tourments mais elle expliqua aimer lire avant pour éviter les cauchemars. Cela expliquait pourquoi la valkyrie avait voulu récupérer son bouquin mais étant aussi fatiguée, elle n’avait pas pu appliquer son petit rituel. Cyradil se demanda alors si elle n’était pas emprunte à un traumatisme du passé qui causait chez elle cette sensation de malaise au réveil. En tout cas, son interlocutrice but le breuvage sans trop se poser de questions, ce qui renforçait encore un peu plus son sentiment de confiance. Cela lui rappelait les agréables moments qu’elle avait passé avec son amie et Cyradil se disait que les deux femmes partageaient sans doute quelques traits, notamment sur leurs lectures par exemple.

    « Oui, je comprends tout à fait. Il m’arrive de lire aussi avant de me coucher même si je n’ai pas de problèmes de cauchemars, je l’avoue. Concernant mes lectures, disons que mon domaine de prédilection reste les études magiques. Mais je suis un peu touche à tout et je cherche devenir polymathe dans des sujets divers et variés. Sait-on jamais, les connaissances ne sont jamais inutiles à engranger et l’on ne sait jamais quand l’une ou l’autre nous sera utile. Cependant, j’aime bien lire les romans aussi et j’ai même une amie qui m’a proposé d’en co-écrire un jour mais je pense qu’elle disait cela sur un ton de plaisanterie. »

    Même si Cyradil possédait tout le temps du monde, les journées étaient quand même limitées à vingt-quatre heures et donc, il fallait faire des choix concernant comment on voulait les dépenser et pour l’instant, la liche n’avait malheureusement pas le temps d’y incorporer tous les loisirs qu’elle avait envie d’exercer. Toujours en savourant son breuvage, la jeune blonde se disait qu’elle avait au moins la chance de pouvoir toujours apprécier ces petites choses même si elle en avait plus besoin. Ce n’était pas tant le fait de se désaltérer qui l’importait mais surtout de pouvoir passer ce genre de petits moments de convivialités. Par respect, Cyradil avait jeté un châle sur ses épaules, ne sachant pas comment réagir avec Qwellaana. La liche n’était pas spécialement pudique mais c’était toujours important de respecter l’intimité de ses invités…même quand ils n’étaient pas prévus.

    « C’est dans ma nature d’agir ainsi. Je crois que j’ai toujours été comme ça. » Dit-elle en réaction à ses compliments. « C’est important d’inspirer la confiance avant même de prodiguer les soins. Bon, parfois on a pas vraiment le choix que d’agir dans l’urgence mais quand c’est possible, je pense qu’il faut le faire. Si je n’avais pas agi ainsi avec vous, probablement que vous vous seriez braquée et on n’en serait sans doute pas là à siroter un thé au miel. » Expliqua-t-elle.

    Pour l’instant, c’était normal de ne pouvoir rien dire. D’habitude, on lui posait des questions parce que les gens étaient curieux. L’avantage était que Cyradil était quasiment un livre ouvert et hormis le fait qu’elle soit une liche, la magicienne pouvait librement parler de n’importe quel sujet. Même sur la question de sa mort-vivance, la jeune blonde ne s’était jamais lamentée que des gens le découvrent. Seulement, elle préférait qu’il y ait le moins de personnes au courant pour éviter tout problème. Du moins…jusqu’à ce qu’elle juge avoir recouvert suffisamment de son potentiel magique pour que cela ne soit plus un problème.

    « Merci c’est gentil. Pour être honnête, il sert surtout à couvrir mes yeux. Ils sont hypersensibles à la lumière alors quand je les expose, j’ai tendance à être gênée. Pas suffisamment pour que cela m’aveugle, ne vous inquiétez pas mais assez pour que ce soit désagréable. Alors je les protège avec ce petit subterfuge. Je peux totalement vous voir à travers en fait, l’objet ne fait que filtrer les rayons de lumière grâce à une magie d’ombre. Vous imaginez bien que j’ai encore de belles années devant moi alors j’aimerais bien que ma vue ne se dégrade pas au fil des années, vous voyez ? »

    Ces informations étaient totalement exactes même si elle n’avait donné qu’une partie des raisons. Cyradil faisait preuve de bonne foi en se livrant, ayant toujours répondu honnêtement aux questions qu’on lui posait sur sa vie en général. La blonde fixait Qwellaana en souriant tandis qu’elle répondait à ses questions.

    « Je l’ai fabriqué moi-même, il y a quelques années. Cela m’a pris un peu de temps pour trouver le bon équilibre mais avec un peu d’effort, j’ai réussi à trouver une solution à mon problème. » Ajouta-t-elle. « C’est pour cela que j’ai dit de ne pas vous inquiéter. Normalement, c’est la première chose que j’affirme pour ne pas effrayer les patients. Imaginez-vous une aveugle recoudre ou opérer un endroit délicat. Il y a de quoi avoir peur, vous ne croyez pas ? » Affirma-t-elle en riant franchement à sa propre boutade.


    Entre l'ombre et la lumière (PV Cyradil Ariesvyra) Cyradi15
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Qwellaana Airdeoza
    Qwellaana Airdeoza
    Messages : 23
    crédits : 104

    Info personnage
    Race: Valkyrie
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Neutre-Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3346-qwellaana-airdeoza-termine
  • Ven 16 Fév - 22:36
    Le fait que Cyradil montrait son intérêt pour la lecture me donna le sentiment que nous nous ressemblions davantage. Même si ce n'était pas le même genre de lecture, le fait qu'elle veuille approfondir ses connaissances dans bien des domaines ne pouvait laisser supposer qu'elle devait être brillante. Chose que je ne doutais pas mais savoir qu'elle faisait cela afin d'entendre ses propres connaissances pour des fins utiles montrées qu'elle était douée d'une grande intelligence. J'étais très curieuse de savoir à quel point elle s'étendait et quel genre de roman son amie lui avait proposé d'écrire. Je n'osais lui dire que si cela venait à se concrétiser et que s'il faisait partie du registre que j'aimais lire, que ça serait avec plaisir que je lirai avant de m'endormir . Je me contentais de dire seulement:

    -Vous avez raison, tout peut servir un jour. Bien souvent c'est quand on ne s'y attend pas . Je marquais une pause, sans vraiment attendre une réponse en disant ensuite:-Je me demande quel genre livre ça aurait été.

    J'avais souri en le regardant poser ses lèvres sur la tasse, détournant mon regard vers la mienne presque vide maintenant. Je reportais mon attention sur Cyradil quand elle se couvrit les épaules, me demandant si elle avait froid. J'espérais qu'elle ne se gênait pas pour moi et que le thé l'aiderait si c'était le cas. Quand elle m'exposa que c'était sa nature d'être ainsi, je ne pus que la croire, sentant certaines barrières diminuer face à sa franchise. Ce n'était pas souvent que l'on rencontré une personne comme celle qui me faisait face, une qui n'avait pas peur de se révéler en exposant potentiellement ses faiblesses aussi.  

    -Oui, certainement, cela aurait été dommage.

    Je souris en pensant sincèrement cela, prenant pour la première fois depuis longtemps, plaisir à me poser et à discuter en toute simplicité en bonne compagnie. J'avais presque oublié à quel point c'était captivant, surtout quand on avait une interlocutrice telle que Cyradil qui devait détenir un puits de connaissance. Plus grand que je ne le pensais, ne cachant pas ma surprise quand elle m'expliqua sans que je le demande que c'était elle qui avait confectionné son bandeau,afin de protéger ses yeux qui étaient bel et bien présents comme je me doutais. Une sacrée prouesse de mon point de vue, n'était douée que pour soigner.Je me demandais d'où venait sa sensibilité à la lumière, préférant qu'elle me l'apprenne elle même si elle le souhaitait:

    -Vous m'impressionnez. Ça a dû vous demander beaucoup de temps pour pouvoir confectionner un tel bandeau, afin de protéger vos yeux. Heureusement que vous savez manipuler la magie de l'ombre et que vos talents ne s'arrêtent pas seulement à prodiguer des soins. Cela aurait été une grande perte que vous ne puissiez plus voir alors que vous avez toute la vie devant vous .

    Ces derniers devaient certainement être d'une couleur clair d'ailleurs. La plupart des individus souffrant de ce genre de gène avaient des yeux bleus mais , ce n'était pas forcément le cas de tout le monde. Il était certain que j'étais curieuse de les voir mais je n'allais pas me comporter comme une sauvage en posant des questions sans aucun tact. J'avais tout le temps de le savoir , si elle me le permettrait un jour bien entendu. Je n'aimais guère la tendance de certaines personnes à poser des questions sans ne serais-ce envisager ce que cela pourrait provoquer chez l'interlocuteur en question. Puis quand elle plaisanta au sujet de ses patients qui avaient dû être effrayés en la voyant alors qu'elle portait un bandeau, je ne pus m'empêcher de me joindre à son rire, imaginant la tête de ces derniers.

    -Je dois vous avouer que j'ai eu bien plus peur de votre éventuel courroux et surtout que vous soyez une ....Je ne pus prononcer le mot, fronçant les sourcils alors que des images me revinrent en mémoire. Je bus alors la dernière gorgée de thé qu'il me restait avant de ressayer à nouveau, sans succès. Je murmurais à moi-même alors d'une voix à peine audible, réfléchissant à la seule manière qu'il me restait :- ça serait la meilleure solution...

    De fil en aiguille de la conversation, j'étais revenu sur ce qui m'avait tourmenté, comme si j'avais ce besoin profond d'en parler et peut même de vouloir me faire aider. J'étais pourtant face à une inconnue mais pas totalement. À force de converser, j'avais senti que notre propre intérêt se rejoignait et qu'elle était peut-être cette unique opportunité, celle qui m'amènerait à guérir ces blessures de l'âme. Rien que d'imaginer exposer ces marques à quelqu'un m'arracha un frisson de honte mêlé à la peur, car rien que d'y songer raviver ces douleurs presque invisibles. Hésitante, je demandais, posant ma main sur ma jambe pour éviter qu'elle ne tressaute:

    -Si cela tient toujours, j'aimerais bien que l'on me prépare un bain...avec plein de mousse. A défaut de pouvoir vous expliquer, peut-être que ce je vais vous montrer vous permettra de comprendre ce qui m'empêche de dormir parfois.


    Qwellaana discute en 009966
    Entre l'ombre et la lumière (PV Cyradil Ariesvyra) 1706905601-velo5
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Cyradil Ariesvyra
    Cyradil Ariesvyra
    Messages : 359
    crédits : 3382

    Info personnage
    Race: Liche
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t372-la-premiere-condition-de-l-immortalite-est-la-mort-cyradil-ariesvyra-terminehttps://www.rp-cendres.com/t3302-chronologie-de-cyradil
  • Ven 16 Fév - 23:29
    Cyradil souriait quant à la réaction de la Valkyrie. Elle était adorable. Vraiment, elle avait eu de la chance d’atterrir dans sa demeure, la liche étant sans doute l’une des personnes les plus sympathiques de l’empire. Jamais elle ne se serait énervée pour si peu et surtout pas si ce n’était pas intentionnel. Contrairement à son interlocutrice, la blonde n’avait aucun mal à s’exprimer et était animée d’une confiance extrême qu’elle utilisait pour rassurer la valkyrie. Les gens finissaient souvent par avoir une certaine admiration pour la jeune blonde bien que cette dernière ne s’en était jamais vantée. Malgré le fait d’avoir passé une vie en solitaire, Cyradil était étonnamment sociable. Sans doute était-ce à cause de la proximité qu’elle avait avec le peuple et sa capacité à le comprendre. Elle regarda Qwellaana essayant de s’expliquer sans vraiment y arriver.

    « Ecoutez, comme je vous l’ai dit, vous n’êtes pas obligée de vous livrer tout de suite. Prenez votre temps et si vous décidez de le faire, je vous écouterais. Soyez certaine que tout ce qui sortira de votre bouche sera précieusement gardé. Je n’ai aucune raison d’utiliser vos tourments pour faire pression sur vous, ce serait bien petit de ma part. C’est assez ironique mais depuis quelques mois, je me retrouve souvent à apporter un soutien psychologique à certaines personnes que je suis amenée à soigner. A vrai dire, ce n’est pas ma fonction première mais je dois avouer que je complais dans cette nouvelle tâche. C’est toujours touchant d’aider des gens à résoudre leurs tourments. Vous savez, ceux qu’aucune magie ne peut résoudre et que seule une oreille attentive et un cœur emplit de compassion peuvent guérir. » Expliqua-t-elle en souriant. « Venez » Dit-elle en lui tenant la main.

    Au besoin, Qwel pouvait s’appuyer sur elle. Sur le chemin, la liche informa l’un des servants de prévenir Martha de faire couler un bain selon les désirs de la valkyrie. Elle apporta des vêtements et des serviettes propres ainsi qu’un nécessaire pour que son interlocutrice puisse créer un espace pour ses ailes. Cyradil n’en avait que faire que la valkyrie « abime » le vêtement en le découpant, elle avait bien assez de garde-robes pour les décennies à venir. D’habitude, la rhikos se faisait évidemment assistée par une ou deux servantes pour son bain comme toute bonne noble qu’elle était. La jeune blonde n’en avait pas besoin mais cela permettait à ces pauvres gens de se sentir utile en l’aidant dans sa toilette quotidienne. Après tout, elle faisait en sorte que tout le monde y trouve son compte dans cette immense demeure. Cependant, cette fois-ci, Cyradil n’en demanda pas, laissant à Qwellaana toute l’intimité dont elle avait besoin. La magicienne était suffisamment intelligente pour avoir compris que la valkyrie cachait quelque chose qu’elle n’avait pas forcément envie de montrer. Donc, la jeune blonde lui laisserait tout le temps qu’il lui faudra pour prendre son courage à demain. Ou décider ne pas lui révéler son secret finalement.

    « Voilà. Prenez tout le temps qu’il vous faudra. Et avant que vous ne refusiez, vous aurez tout le temps de me repayez le vêtement si vous vous sentez redevable. Je serais juste en dehors du bain alors si vous avez besoin de quelque chose, je viendrais. Et uniquement moi alors n’ayez pas peur, personne ne vous surprendra. » Dit-elle d’une voix encourageante.

    La salle de bain était une grande salle dont l’eau était remplacée à intervalles réguliers quand elle était active ou vidée lorsqu’inutilisée. Parmi son personnel, la liche avait évidemment des étuviers qui s’occupaient de chauffer l’eau afin d’assurer le confort du bain. La pièce était ornée et même les matériaux utilisés pour sa construction semblaient onéreux. L’eau était si claire que l’on pouvait voir le plancher du bain sans aucun souci bien que cette fois-ci, en raison de la demande de Qwellaana, il était un peu difficile de le distinguer tant les bulles de savons couvraient la surface de l’eau. Dans bien des cas, la liche n’avait pas de réticence quant à rejoindre des personnes dans un bain, l’ayant fait maintes fois mais comme elle l’avait mentionné, elle préféra laisser la valkyrie seule à moins qu’elle ne manifeste un désir contraire. Une fois qu’elle eut montré tous les produits que son invitée pouvait utiliser, la liche sortit de la salle d’eau et laissa Qwellaana à ses occupations. Elle pouvait bien évidemment toujours converser et la liche l’entendait toujours derrière la porte en verre flouté sur laquelle elle s’était penchée.

    « A vrai dire, je suis bien contente que vous soyez tomber sur ma demeure. Je n’avais pas grand-chose de spécial à faire aujourd’hui alors cela me fait toujours un peu plaisir d’avoir de la compagnie à la maison. » Avoua-t-elle.


    Entre l'ombre et la lumière (PV Cyradil Ariesvyra) Cyradi15
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Qwellaana Airdeoza
    Qwellaana Airdeoza
    Messages : 23
    crédits : 104

    Info personnage
    Race: Valkyrie
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Neutre-Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3346-qwellaana-airdeoza-termine
  • Sam 17 Fév - 21:57
    Cyradil , en  voyant que j'étais dans l'incapacité à lui expliquer ce qui m'avait bien plus effrayé que son bandeau posé sur ses yeux, voulu me rassurer immédiatement. Avec toujours cette même sincérité, elle m'expliqua qu'elle ne révélerait rien à personne et qu'elle n'utilisera par ce que j'allais peut-être lui dire contre moi. Je n'avais aucun doute là-dessus étrangement, comme si le fait qu'elle se soit occupée de mes ailes avait permis d'installer un sentiment de confiance tel  qu'il m'obligeait à baisser certaines barrières que je croyais impossibles à abattre tant elles étaient ancré en moi.

    Je souris quand elle m'avoua aider beaucoup de monde à guérir ces maux qui n'avaient pas de remèdes hormis l'écoute. Cela ne m'étonna pas que de nombreux patients la sollicitent dans ce sens, ayant moi-même naturellement débuté une conversation allant vers ma peur des vampires sans qu'elle ne me le demande. J'étais soulagée de l'entendre dire qu'elle y trouvait une certaine satisfaction à aider de cette manière, en prêtant une oreille attentive et de la patience. Je m'en voulais un peu de la déranger ainsi, moi, une valkyrie sortie de nulle part , provoquant plus remu ménage qu'autre chose.

    -Cela ne me surprend guère,vous inspirez confiance.  

    Dis-je convaincue que je n'étais pas la seule à l'avoir ressenti, ne m'attendant pas à ce qu'elle prenne ma main pour m'inviter à la suivre. Je l'avais gardé dans la mienne tout le long du trajet nous menant à la salle d'eau,ce qui me rappela ces gestes affectueux que j'avais souvent eus avec ma soeur jumelle. Que ce soit dans les airs ou lors de nos balades en forêt, nous avions toujours eu l'habitude de nous tenir la main comme deux enfants ayant peur de se perdre. Même si là je n'avais aucune crainte que cela arrive, cela me permettait de retrouver un certain courage, celui de me rapprocher de mon but et d'inconsciemment, de quelqu'un.

    Nous étions parvenu à la salle en question , à la fois immense et richement décorée. Je n'étais pas une experte mais à chaque fois que mon regard fixé un endroit, j'avais l'impression que la valeur  était bien au-dessus de mes  moyens alors que ma vocation était bien rémunéré. Je relâchais les phalanges froides de Cyradil en m'apercevant que je n'avais plus besoin qu'elle me guide, trouvant des affaires pliées soigneusement sur un petit meuble à côté du bain moussant. Je me retournais vers la jeune femme quand elle m'apporta certaines précisions, m'affirmant que je serais seule et qu'il n' y aurait seulement elle qui viendrait si jamais je l'appelais.

    -Je vois que vous avez pensé à tout. Dis-je ne jetant un regard aux habits  -Je risque en effet d'y apporter quelques modifications si vous n'y voyez pas d'inconvénient. Merci encore.

    Prévoyante, avant de me laisser seule, elle me montra  tout ce qu'elle avait demandé que l'on apporte ici ,comme les produit pouvant me servir dans le bain. Lorsqu'elle passa la porte,j'avais poussé un profond soupir, maintenant face aux différents choix qui se trouvaient devant moi. Sans plus attendre, j'enlevais mes longs gants qui remontaient presque jusqu'à mes épaules . J'enlevais ensuite ma tunique blanche ainsi que mes collants foncés. Je les pliais pour les poser à côté de ceux que j'allais emprunter plus tard, cachant mes sous-vêtements dedans. Maintenant nue, j'enlevais le bandage à mon aile afin de la libérer complétement, sentant qu'elle allait déjà beaucoup mieux grâce au baume que des petits doigts agiles avaient appliqué à plusieurs reprises.

    Une fois fait, j'entourais ma silhouette avec mes ailes, pour cacher à ma vue ce corps marqué par bien des aspects   , pendant que je regroupais ma chevelure pour la déposer sur l'une de mes épaules. Je me glissais lentement dans l'eau à la température idéale,  jusqu'à ce que ma poitrine soit complétement recouvert par la mousse. Je n'avais pas demandé ça par hasard, cela me permettait de cacher ma nudité de mon propre regard.Je me tournais en direction de la voix de Cyradil quand elle me confia être plutôt contente que j'ai chuté chez elle, m'arrachant un sourire amusé sur le coup avant d'être touché. En plus de cela, elle me confirma que j'étais bien chez elle et que de ce fait,vu la taille du bâtiment que j'avais à peine exploré, qu'elle detenait une certaine richesse.

    -Je suis bien contente d'être tombée chez vous aussi,même si j'aurais préféré que l'on se rencontre dans d'autres circonstances.  

    Pourtant, j'avais le sentiment que si cela avait été autrement, nous n'aurions pas eu la même facilitée à sympathiser. Me connaissant,je ne me serais surement pas attardé car j'aurais voulu apporter mon aide ailleurs plutôt que de profiter d'une interaction sociale, même agréable. En ayant dû  la laisser s'occuper de mes blessures,cela nous avait amené à ce qu'elle soit en contact direct avec certaines parties des plus intimes pour une valkyrie. Je repensais alors à la température de ses doigts, le châle sur les épaules et la fatigue qu'elle avait surement accumulé en venant me voir régulièrement pendant que je dormais. Je demandais alors presque timidement en pensant que ça lui ferait aussi du bien, sans pouvoir déterminé si elle allait avoir une réaction négative ou non:

    -Que diriez vous de venir me rejoindre ? ça serait dommage que je sois la seule à en profiter de la mousse.

    Bien entendu, il n'y avait aucune arrière pensée derrière mes propos. J'avais déjà à maintes reprises profitées de me prélasser dans des rivières avec d'autres valkyries sans que cela n'ait aucune connotation, au contraire. On avait profité de ces moments pour nouer des liens et bien souvent, je m'étais occupé de les coiffer après leur avoir prodigué des soins. Mais cela, c'était avant qu'il y eut cet incident, avant que je ne sois considéré plus comme un ange que l'une de leurs. Rien que d'y penser, je poussais un nouveau soupir, me tournant pour faire dos à la porte, repliant mes ailes en arrière. Je soulevais alors de la mousse en la recueillant dans le creux de mes mains et soufflais dessus pour qu'elle s'échoue un peu plus loin dans le bain, sans oser jeter un oeil par dessus mon épaule au cas ou elle viendrait.

    -D'ailleurs, j'ai l'impression que ça va beaucoup mieux. Je levais mon aile en question légèrement:-J'aimerais bien que vous m'appreniez à faire ce baume si cela ne vous dérange pas.

    A l'aide de ma télékinésie, je soulevais une jolie jarre non loin pour l'amener à ma main, la remplissant d'eau puis je me le verser sur la tête afin de mouiller mes cheveux. Je répétais cela plusieurs fois  en écartant des méches de mon visage avant de le poser sur le bord. J'attrapais un produit et commençais à l'appliquer sur mes cheveux doucement, les sentant mousser à mesure que je décrivais des cercles. Je m'arrétais un instant pour demander  :

    -Vous voulez peut-être que je m'occupe de vos cheveux ?


    Qwellaana discute en 009966
    Entre l'ombre et la lumière (PV Cyradil Ariesvyra) 1706905601-velo5
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum