DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Pancrace

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Une obscurité sans étoiles (PV Alaric Nordan) I7Vm50z
    Gazette des cendres
    Hiver 2024
    Lire le journal
    #5
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    La marche du vent d'acier
    Derniers sujets
    Validation des RP de Ben [Reike]Aujourd'hui à 2:32PNJ
    [PA] Le Chant des RoncesAujourd'hui à 0:02Ersa Vatt'Ghern
    L'Équilibre de la ConcordeHier à 23:31Lyra Leezen
    Mon Voisin Du DessusHier à 23:17Cyradil Ariesvyra
    [Flashback] Le Pilon et le MortierHier à 22:57Lyra Leezen
    Sous pression — StadzankHier à 20:55Hizuk
    2 participants
    Aller en bas
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Qwellaana Airdeoza
    Qwellaana Airdeoza
    Messages : 29
    crédits : 112

    Info personnage
    Race: Valkyrie
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Neutre-Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3346-qwellaana-airdeoza-termine
  • Dim 11 Fév - 21:32
    J'entendis d'abord de l'agitation au-dessus de moi, sans vraiment comprendre ce qu'il se passait. Si habituellement, seuls les vagues frappaient doucement contre la coque du bateau m'étaient perceptibles ainsi que la respiration de ceux retenu en captivité comme moi, j'eus l'impression que quelque chose se passer. Même si je n'avais pas eu les yeux bandés, je n'aurais pu aller voir par moi-même d'où provenais ce remus ménage, les bras ligotés dans mon dos ainsi que mes ailes par des liens impossibles à défaire. Cela faisait peut-être deux années que je parcourais des eaux inconnues, sans savoir la direction que l'on prenait.

    La seule chose qui était sûr, était que tôt ou tard, j'allais encore sentir une mâchoire se refermer sur ma peau, maintenant marqué à de nombreux endroits par des demis cercle comme mon âme. Si jusque-là ou ne m'avait pas tué, c'était uniquement parce que mon sang était un millésime au palais des vampires. Chose qui m'avait sauvé et en même temps ,tué une partie de moi à petit feu. En plus de gagner le droit de vivre, je devenais la seule fautive du destin des êtres qui n'arrivaient jamais à dépasser cette satisfaction que je procurais.

    Finissant soit par être vendu et dans la plupart des cas, tué après avoir étanché sans satisfaction la soif d'une sangsue, les prisonniers avaient que peu de chances de survivre. Cependant, pour ceux qui resté dans la cale du bateau avec moi, on me permettait de les soigner lorsqu'ils étaient grièvement blessé, si mon état me le permettait. En cette matinée, il n'en restait que deux, sachant qu'a la fin de la journée, ils ne seraient peut-être plus là. C'était sans compter la secousse qui fit craquer la coque dans un bruit assourdissant, nous plongeant dans le chaos total.

    J'entendis le bruit de l'eau qui s'infiltrer par des brèches ainsi que des cris et des genres de bombardements. Instinctivement, je voulus forcer sur ma chaine au pied pour essayer de partir, tandis que l'eau gagnait mes chevilles. Les deux autres prisonniers essayaient de hurler pour appeler à l'aide,mais comme moi, ils étaient bâillonnés, rendant tous leurs efforts vains.Nous coulons et rien ne semblait pouvoir arrêter ça.  L'eau maintenant presque à hauteur de mes hanches, le bruit d'une trappe puis de quelqu'un qui se déplaçait dans l'eau me fit faire un mouvement de recul, sachant qu'il devait s'agir d'un des vampires m'ayant enlevé ma liberté.

    Ce fut le cas et sans la moindre hésitation, il me détacha, me portant sur son épaule sans difficulté, abandonnant les autres à leur sort. Je tentais de me débattre, recevant à plusieurs reprises des coups afin de me calmer. Mais tout le monde sait qu'une valkyrie, ça n'avait pas tendance à baisser les bras, même en mauvaise posture. Je continuais de remuer, sentant à présent l'air marin et le s rayons du soleil qui fit crier de rage celui qui comptait emmener sa précieuse marchandise en échappant à ses assaillants.

    Mais sans que je comprenne, au même moment où je me débattais, il me lâcha, m'attendant à rencontrer le bois du pont plutôt qu'une chute plus longue, me menant à l'eau. Lentement, je m'enfonçais, retenant ma respiration, sans que je ne puisse faire quoi que ce soit pour ralentir ma  descente vers cette profondeur effrayante, tant elle se passer dans l'obscurité et le silence total. Par réflexe, comme lorsque je demandais assistance à ma soeur morte depuis des années, j'avais crié à l'aide sans qu'aucune bulle d'oxygène ne s'échappe de ma bouche. Un message par télépathie qui n'avait trouvé que le vide, le même qui m'entourait.

    Dans un dernier élan, ne sachant si j'avais atteint une profondeur excluant toute possibilité de me secourir, j'avais utilisé la magie de la lumière pour m'entourer, comme si elle serait suffisante à me rassurer vers cette mort qui petite à petit, brulait mes poumons et me faisait perdre conscience.


    Qwellaana discute en 009966
    Une obscurité sans étoiles (PV Alaric Nordan) 1706905601-velo5
    Affilié au Reike
    Affilié au Reike
    Alaric Nordan
    Alaric Nordan
    Messages : 154
    crédits : 1146

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal Neutre
    Rang: E
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2761-alaric-nordan-termine
  • Sam 17 Fév - 9:05
    "Vas-tu encore tirer la gueule encore longtemps comme cela ?"

    Alaric grommelait dans sa barbe, se retenant d'insulter son compagnon de voyage. Voyager pour rien, il détestait cela.

    "Vois cela comme une petite virée détente. "
    "J'exècre de perdre mon temps comme ça..."
    "Est-ce que pour une fois dans ton existence, t'as su profiter d'un moment comme celui-là pour cesser de penser boulot, mission... devoir. "
    "Bien entendu ! "se défendit-il en redressant la tête pour la tourner vers Rattac. "J'aurais préféré avoir ce temps perdu à passer un peu de temps tranquillement à me balader dans Ikusa ou pour lire... Au lieu de cela, on se tape un aller-retour inutile ! Tout cela parce qu'un crétin de lieutenant a cru être apte à nous convoquer parce qu'il redoutait une épidémie de dysenterie dans l'entièreté de toute sa garnison, alors qu'il n'avait que deux soldats qui avaient chopé la chiasse ! "
    "On a fait notre boulot... "
    "S'il n'avait pas fait virer son FMR aussi, sous des prétextes débiles..."
    "Ça, ce n'est pas de notre ressort. Bon, arrête de maugréer, tu me fous le cafard... Allez respire, vide ta tête, profite de la vue. Regarde cette belle mer que nous avons là, sur notre gauche... "
    "Ben quoi, il y a deux navires... la belle affaire. "
    "Qui n'ont pas l'air de simplement naviguer... l'un poursuit l'autre. "

    Rattac pressa ses talons dans les flancs de sa monture pour la pousser au galop et se rapprocher d'une petite plage de sable. Alaric leva les yeux aux cieux et l'imita, poussant son cheval à suivre son homologue. Il le rejoignit et le visage de son comparse était devenu sérieux.

    "Regarde, celui qui est derrière va aborder le premier."

    Alaric observa la scène. Dans peu de temps, le second vaisseau percutera  sa cible. Son camarade ne pouvait pas se tromper, appartenant à une famille de marins et qu'il avait tenté de devenir marin avant de s'orienter dans les forces médicales reikoises après sa formation militaire. Le choc entre les deux voiliers fut audible comme s'ils étaient sur le pont. Le bois gratta, les équipages beuglaient. Alaric contemplait le début de l'affrontement, médusé. Qui était l'ennemi là-dedans ? Les deux navires battaient pavillon reikois.

    Rattac remarqua la mine interrogative de son ami.

    "Si tu regardes bien les marins, tu sauras voir qui sont les méchants dans l'histoire" rit-il.

    Alaric ne riait pas, mais remarqua immédiatement qui étaient les poursuivis et les poursuivants. Les autorités reikoises étaient ce qu'elles étaient : efficaces et disciplinées. Les autres, à voir le chaos qui s'éparpillait sur le pont, devaient être des contrebandiers ou des pirates.

    "On dirait que leur proie prend l'eau…"
    "Bien vu, il commence à gîter. Tu vois qu'on a bien fait de venir ! Tu assistes à une bataille navale !"

    Le mage ne partageait pas l'enthousiasme de son ami. Dans un affrontement, même sur la mer, il y avait toujours des morts et des blessés. Il se rembrunit, gardant son regard brun sur les combats. Il finit par remarquer un gaillard qui portait un bien étrange et long colis sur ses épaules.

    ⁣* Les rats quittent le navire en tentant d'emporter du butin. Quels imbéciles… Mais, ça remue son truc ! *

    Le "truc" avait des jambes et son porteur se rapprochait de la rambarde.

    "Rattac ! File-moi ta corde" Lui ordonna-t-il.
    "Mais ce que tu..." Il comprit quand il vit le paquet humain tomber à la flotte tout en tendant quand même son rouleau de cordes qu'il emportait toujours avec lui. Alaric l'attrapa pour la dérouler, et commença à solidement la noyer autour de sa taille.
    "Tu ne sais pas nager. "
    "Je sais ! C'est pour cela que tu vas me projeter là-bas "
    "Mais... c'est... !"
    "De la folie ! Je sais ! Tu te vantes tellement de savoir maîtriser ta magie que tu la considères comme un art. Alors c'est le moment de le prouver. Dès que tu sentiras trois coups sur la corde, tire-moi ! "
    "tu es vraiment un cinglé. Tu n'y arriveras pas "
    "On perd du temps bordel ! "

    Alaric vérifia la solidité de son nœud, fit dos aux deux navires et serra les dents. Rattac usa de sa magie pour le balancer, si on pouvait le dire ainsi, vers l'endroit où était tombée la personne ligotée. En soi, ce n'était pas loin, mais la proximité des navires rendait la situation périlleuse. Le temps du vol fut court, la rencontre avec la surface rude et froide, malgré le ralentissement qu'avait tenté de mener Rattac. Le poids de ces vêtements emportait déjà Alaric vers les sombres profondeurs. Le craquement boisé d'une coque en train de sombrer résonna sinistrement à ses oreilles, essayant de voir malgré l'eau qui troublait sa vue. Et la panique de se retrouver sous la surface commençait à le saisir également. Mais quelle idée de con sur le coup... Bon, où était l'autre empaqueté... Il grimaça quand un cri féminin retentit brutalement dans sa tête. Bordel, c'était elle donc ? Où cela venait du navire dont l'ombre au-dessus de sa tête était comme le drap ténébreux de la mort qui guettait déjà son trépas ? Une aura de lumière le fit réagir, manquant de l'aveugler. La chance voulut qu'il n'eût qu'à se démener un peu pour la rejoindre et l'attraper, passant un bras autour de sa taille. De l'autre main, il tira trois coups soudain sur la corde. Le lien de chanvre tressé qui était sa seule voie salvatrice resta mou, imitant presque la filasse des longues plantes des prairies marines. Il commença à paniquer et tira plus vivement sur la corde.

    *Rattac, qu'est ce que tu f....*

    Quel imbécile aussi avec cette idée de cinglé et...Et la corde se tendit brutalement pour le traîner avec une vitesse qu'il n'avait pas vraiment prévue. Avec la surprise du choc, il réussit à ne pas lâcher l'inconsciente ; elle ne remuait plus. Plus qu'à espérer qu'il n'était pas arrivé trop tard.

    En peu de temps, à peine sa tête creva la surface, le temps de reprendre une bonne goulée d'air, le sable de la berge lui racla désagréablement le dos. Il grogna et, quand tout s'immobilisa, il cligna plusieurs fois des paupières en se demandant ce qui s'était passé. Il n'eut qu'à s'arquer un peu pour voir derrière lui Rattac qui menait un de leurs chevaux, la corde tendue et reliée à la selle.

    *Bien vu, Rattac.*

    Au moins, il put apporter une raison à sa petite angoisse de tout à l'heure. N'oubliant pas qu'il avait toujours une prisonnière avec lui, ligotée et bâillonnée, il attrapa sa dague et trancha la corde qu'il avait autour de la taille, coupa les entraves de l'inconnue. Son corps tremblait. Au moins, était-elle donc en vie et qu'elle respirait. Ah, elle se débattait maintenant ! Plutôt bon signe, mais il devait s'assurer qu'elle n'avait pas d'eau dans les poumons. Un rien d'avalé suffirait à ce qu'elle en meure plus tard.  Après avoir réussi à la maîtriser en douceur, il retira le tissu encore dégoulinant d'eau qui lui masquait les yeux. Quand il croisa son regard, il y eut comme un très bref instant de flottement.

    "Vous ne risquez plus rien... Vous n'êtes plus le navire. Il faut que je regarde si vous n'avez pas de blessures ou autres avant de..."
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Qwellaana Airdeoza
    Qwellaana Airdeoza
    Messages : 29
    crédits : 112

    Info personnage
    Race: Valkyrie
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Neutre-Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3346-qwellaana-airdeoza-termine
  • Dim 18 Fév - 15:32
    Je m'étais recroquevillé à mesure que les secondes s'écoulaient, sans pouvoir m'entourer de mes ailes qui auraient tellement voulu voler une dernière fois avant de finir ainsi dans l'oubli. Je pleurais sans pouvoir sentir des larmes rouler sur mes joues, fredonnant avec ce qu'il me restait d'air une chanson que j'aimais chanter avec ma jumelle. Celle que nous accompagnions souvent par une danse et des rires innocents. Mes lèvres tremblèrent par ces si beaux souvenirs d'elle, qui avait été tué en tentant de me sauver.Mais je fus interrompus en pendant mes derniers hommages à ma soeur en sentant quelqu'un m'attraper par la taille subitement.

    Je dus me faire violence pour ne pas me débattre, mon instinct de survit me dictant qu'avec un peu de chance, je pourrai de nouveau respirer et parvenir à m'échapper. Car il était évident que celui ou celle qui m'avait attrapé, en avait après mon sang. Je commençais à suffoquer quand je me sentis tiré par je ne sais quelle force, ne comprenant absolument pas ce qu'il se passait hormis que nous nous dirigeons vers un endroit à vive allure sous l'eau ,jusqu'à ce que nos corps glissent douloureusement sur du sable , faisant de mon mieux pour que mes ailes ne soient pas blessé pendant que l'on nous hissait.

    Tremblante,je peinais à reprendre mon souffle, m'étouffant à plusieurs reprises car ma bouche était encore bâillonnée, tournant ma tête en tout sens pour capter la moindre information me permettant de m'enfuir malgré le boucan que je faisais. Immobilisé pour je ne sais quelles raisons, surement pour pouvoir m'embarquer sur un autre bateau, je me mis à remuer, ne supportant pas ce contact qu'avait le vampire contre moi. Rien que de penser que j'allais devoir encore sentir ses dents sur ma peau,celle-ci me parut douloureuse. Mais l'épuisement qui m'accablait ne me permit pas de m'éloigner, sentant ces mains qui avaient que trop toucher ce corps  marqué vouloir me bloquer avec plus de douceur qu'a l'accoutumé.

    À ma grande surprise,le bandeau sur mes yeux fut enlevé et mes liens coupés, plissant les yeux par l'intensité de la lumière du jour que je ne pensais plus jamais revoir tout en me protégeant  mes bras pour parer un éventuel coup. En voyant ce nouveau visage se dessiner devant moi, un doute s'insinua sur les réelles intentions de celui-ci, mais pas à la hauteur de la peur qui enserrait mon coeur. C'était un homme aux cheveux brun comme ses yeux, sa mâchoire encadrée par une légère barbe bien taillée. Il n'avait rien à voir avec ceux que j'avais l'habitude de voir, son teint beaucoup moins blanchâtre que les autres. Il pouvait être différent mais avec les mêmes intentions me soufflait une petite voix qui m'avait permis de me ressaisir après ce fugace moment de contemplation.

    L'eau dégoulinait de mes cheveux plaqués sur une partie de mon visage alors qu' il tentait de me faire croire qu'il voulait m'aider en vérifiant mon état. Du moins, c'est ce que je lui avais laissé le temps de dire,car  je me levais déjà  et avec le peu de force qu'il me restait, attrapant du sable avec ma main afin de lui en envoyer dans les yeux. Tout le monde sait que les valkyries n'avaient pas tendance à faire confiance aux hommes, encore moins une qui avait été retenue captive durant plusieurs années.

    Je me mis à courir, me demandant pourquoi même face au danger, je ne lui avais pas donné un coup de genou dans la mâchoire. J'étais incapable de faire preuve de la moindre violence, hormis si j'étais sur le point de mourir. Encore à moitié éblouie, je me déplaçais lentement en zigzague, poussé par l'envie de m'éloigner de ce traumatisme malgré mon état qui pouvait à tout moment me faire tomber dans l'inconscience, à force d'avoir été ponctionnée de sang.  En apercevant son acolyte au loin, je déviais ma trajectoire, tombant une première fois en m'écrasant sur mon flanc, crachant un peu d'eau qui avait brulé mes poumons en même temps.

    Si je n'avais pas été guidé par la peur, je me serais aperçus qu'ils ne semblaient pas souffrir de la lumière. Mais ma panique était telle que je voulais juste rejoindre un endroit sans la moindre âme qui vive, afin de retrouver cette liberté que l'on m'avait arrachée il y a deux ans  . Je me relevais péniblement, reprenant ma course, espérant qu'ils abandonnerait sans vraiment y croire, sentant des larmes se mêler aux gouttes d'eau plus froide de ma chevelure, rouler sur mon visage apeuré.


    Qwellaana discute en 009966
    Une obscurité sans étoiles (PV Alaric Nordan) 1706905601-velo5
    Affilié au Reike
    Affilié au Reike
    Alaric Nordan
    Alaric Nordan
    Messages : 154
    crédits : 1146

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal Neutre
    Rang: E
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2761-alaric-nordan-termine
  • Ven 23 Fév - 20:10
    Et elle chercha à se relever. Il voulut lui conseiller de ne pas faire cette tentative qu'un jet de sable lui fut jeté à la figure. Cette agression le surprit, retenant un juron. Il se frotta doucement les yeux pour essayer de virer les grains agressant la surface de ses yeux. Il entendit les pas précipités de la jeune victime. Elle avait encore de l'énergie, la pseudo-noyée !

    "Je ne sais pas ce que tu lui as dit, mais elle se barre." Se permit de balancer Rattac

    Alaric se releva tant bien que mal, le sable envahissant encore ses yeux. Il réussit à retirer les derniers fragments récalcitrants et pivota pour voir où était la fuyarde, qui avait obliqué à l'opposé dès qu'elle avait remarqué la présence de son ami. Battant plusieurs fois des paupières pour chasser les larmes qui lui étaient montées aux yeux suite à l'offensive de l'inconnu, il la vit, qui zigzaguait. Elle ne pourra pas courir bien loin.

    "Bon, tu te dores le bas du dos ou tu décides de la rattraper ? "
    "Termine de détacher la corde de la selle de ton canasson, rejoint l'auberge où nous devions faire une halte et réquisitionne un chariot, une charrette... quelque chose qui roule"
    "Pourquoi je devrais..."

    À voir le regard d'Alaric, il n'insista pas.

    "Bon d'accord. Au fait, elle était tombée une fois avant de se remettre à courir, la biche affolée. Et elle crachait encore de l'eau. "

    Alaric fit une grimace. Elle avait peut-être encore de l'eau dans les poumons. L'effort qu'elle déployait à se sauver, par pure peur, n'améliora pas sa condition. Si elle avait fui, alors qu'il avait pris des risques pour la sauver, ce n'était pas sans raison. Elle avait été malmenée, le mage ne voyait que cela. Pourtant, les Valkyries étaient de farouches combattantes... Sa détention avait dû rude. Il avait eu de la chance qu'elle ait choisi le sable pour le déstabiliser.

    "Elle ne va pas aller loin. "
    "Alors dépêche-toi avant de la perdre de vue !" rajouta Rattac qui mit pied à l'étrier.

    Après quoi, il élança son cheval au galop. L'autre équidé poussa un léger hennissement en voyant son congénère partir, avant de préférer reprendre son broutage. Alaric avait accéléré l'allure, pour ne pas se laisser distancer par la fuyarde. Elle tenait le rythme. Il devait la stopper avant qu'elle ne vienne à suffoquer, si du liquide traînait encore dans ses poumons. Elle ne pourrait qu'aggraver ses blessures, pour celles qu'il n'avait pas pu examiner.

    "Désolé de provoquer la chute..."marmonna-t-il.

    Il appela sa magie. Le sol se mit à trembler sur les pieds de la coureuse. Elle ne put garder son équilibre et s'effondra. Elle ne se releva pas, demeurant inerte. Alaric se précipita vers elle et la mit sur le dos. Elle était inconsciente. Il s'assura qu'elle respirait encore, tout en s'assurant que ses poumons n'étaient plus entravés par de l'eau résiduelle. Après quoi, il put l'examiner, pour évaluer l'étendue des dégâts. Il soupira d'aise quand il put conclure que sa vie n'était plus en danger. Mais quelques soins seront nécessaires, ainsi que du repos.


    *****

    Rattac n'avait pas perdu de temps de son côté. Il était vite revenu, menant une petite carriole à deux roues. Le cheval soufflait fort, après sa vive cavalcade. Après quoi les deux hommes avaient pu mener l'évanouie à l'auberge. Puis plus tard, pendant qu'Alaric avait commencé à déployer sa magie de soin sur l'inconnu inconsciente, Rattac essaya de convaincre son ami de s'occuper aussi de lui-même.

    "T'es sûr que tu ne veux pas te changer avant ? T'es encore trempé."
    "Qu'est ce que tu peux être chiant quand tu joues les mères poules... Va demander à l'aubergiste de préparer du thé bien chaud et termine de t'occuper des chevaux"
    "Oui chef ! Tu ne viendras pas te plaindre de choper un rhume que tu ne pourras pas soigner de tes propres mains. "

    Une fois l'autre mage sorti, Alaric put se concentrer sur son sort. Ses vêtements étaient encore humides et collaient à sa peau. À s'en soucier là, il sentit qu'il avait froid. Bon, il s'occupera de lui après s'être occupée de sa patience. C'était elle la plus mal en point.
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum