DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Seraphin

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Casus Belli InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Lever de Lune
    Derniers sujets
    Consul K - Le chasseurAujourd'hui à 11:25Orion Yamveil
    La Traque SauvageAujourd'hui à 11:24Orion Yamveil
    Rosae rubrae Melancholiae [Isolde]Aujourd'hui à 10:52PNJ
    Quand la Caravane passe... [PV Kassandra]Aujourd'hui à 10:05Alaric Nordan
    Une recherche tranchante [Pv Corvus]Aujourd'hui à 9:34Alaric Nordan
    Validation des RP d'AlaricAujourd'hui à 7:50Alaric Nordan
    Demande de modification de ficheAujourd'hui à 7:35Alaric Nordan
    3 participants
    Aller en bas
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Deydreus Fictilem
    Deydreus Fictilem
    Messages : 573
    crédits : 687

    Info personnage
    Race: Vampire
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal mauvais
    Rang: B - Griffe
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t893-deydreus-fictilem-inter-arma-silent-leges-terminehttps://www.rp-cendres.com/t1731-comites-aeterni-liens-de-deydreushttps://www.rp-cendres.com/t950-liber-legatus-chronologie-de-deydreus-fictilem
  • Sam 2 Mar 2024 - 22:58

    Casus Belli P0h0Dy2


    Reverentia. Ancienne ville portuaire de Shoumei située dans les rocheuses. Avant la chute, la ville regorgeait d'activités et offrait aux nombreux croyants y vivant une source de revenus stable. Au coeur de la ville, un temple majestueux dominait les rues et les habitants tandis que la pointe des différents bâtiments donnaient à la cité une aura presque majestueuse malgré sa richesse en vérité très modeste. Aujourd'hui, il ne restait plus que des statues angéliques dont le bronze s'était oxydé et des bâtisses effondrées sur lesquelles le sang séché de ses modestes propriétaires était encore visible malgré le temps écoulé. Et pourtant. Pourtant de nouveau les bruits d'activités mortelles se faisaient entendre dans la cité tombée.

    Se servant des murs de pierres encore debout, un contingent de militaires drapés de noir et rouge s'affairaient à former un camp avancé. Parmi eux, Deydreus analysait les alentours en compagnie de certains de ses hommes. Une mission d'importance débutait. Une campagne dont l'issue ne pouvait entraîner que la victoire de l'Empire ou bien sa chute absolue.

    - Où en sommes-nous sur l'installation?
    - Tout sera bon pour la nuit. Ikaryon dit qu'il a vu quelques formes s'enfuir dans l'obscurité quand les gars ont installé les pieux à l'extérieur.
    - Probablement quelques créatures sauvages ou bien des morts-vivants attirés par le bruit. Que les patrouilles soient régulières, je refuse que quoique ce soit ne se glisse dans le camp lorsqu'ils seront là.
    - Entendu.

    De nouveau seul, la Griffe quitta son observation silencieuse pour regagner sa tente et se pencher sur la carte de Shoumei que Zéphyr lui avait fourni avant son départ. Dessus, le maître espion avait indiqué les différents points d'intérêts qu'on lui avait remonté. Et tout, normalement, devait mener le vampire et ses futurs accompagnateurs dans le lieu de repos de leur ennemi. Le Mausolée. Un lieu interdit et maudit qui s'insérait dans l'une des nombreuses montagnes de la chaine rocailleuse de ces terres ravagées. Malgré toute la force du réseau de l'Oreille, ils n'avaient pourtant aucune idée de comment les forces ennemies réagiraient à leur avancée. Ni comment l'intérieur de ce dit Mausolée se composait. Plusieurs options avaient alors été étudiées. Combien d'hommes devaient-ils prendre? Le Reike venait à peine d'achever la marche du Vent-d'Acier. Bon nombre de reikois rêvaient de partir en campagne et de faire tomber à leur tour les enfants de X'O-rath. Ainsi, une longue discussion se fit en huit clos. Une entrevue réalisée entre le couple impériale, l'Oreille et la Griffe. Un conseil de guerre particulièrement restreint, qui avait décidé de qui participerait à cette nouvelle expédition. Sortant de ses pensées alors qu'Esyleij franchissait les bords de son abri, le vampire dévisagea le nouvel arrivant tandis qu'il l'approchait.

    - Les bateaux son en train d'accoster. Ils sont là.
    - Très bien. Allons-y.

    Sortant ainsi avec l'elfe des Serres Pourpres, le duo fut rapidement rejoint par les soldats d'élite qui ne participaient pas à la sécurisation du camp afin de former une haie d'honneur. Droit dans son armure, le bretteur aux lames jumelles observa silencieusement les planches de bois qui se déposaient doucement des navires pour rejoindre la terre boueuse des ruines de Reverentia. Puis, se dessinant dans l'astre couchant, les deux plus grandes figures de l'Empire firent leur apparition. Pour cette campagne particulière, il avait été décidé de partir sur un nombre d'homme restreint. Même les Serres n'étaient pas au complet. Trente soldats noir et sang, rejoints à présent par cinquante soldats de l'armée régulière. Des barbares ayant autrefois accompagnés Tensai dans ses grandes conquêtes et qui avaient été triés sur le volet. S'il aurait voulu avoir Alasker à ses côtés, Deydreus comprenait que si leur mission échouait, il faudrait à l'avenir des hommes et des femmes suffisamment efficaces pour contrer leurs corps réanimés et contrôlés par les forces impies du Faucheur. Chaque détail avait été pris en compte. Chaque issue, aussi morbide pouvait elle être, avait été planifiée.

    Quand le couple impérial quitta enfin le navire qui leur avait permis de traverser les flots depuis la capitale, le vampire s'approcha doucement d'eux pour les saluer respectueusement. Puis, d'un geste rapide, il les invita à le suivre afin de les mener jusqu'à la tente de commandement. Naturellement, l'aventure ne débuterait qu'aux premières lueurs de l'aube afin de ne pas offrir d'avantages à des ennemis potentiels. Car sur ces terres, ils n'étaient en vérité en sécurité nulle part.

    - Veuillez pardonner la décoration, j'avoue ne pas avoir eu le temps de déposer quelques belle du jour ici et là. Un sourire glissa sur les traits de l'être aux yeux vairons, alors qu'il laissait ses yeux glisser sur les deux dirigeants de l'Empire. J'espère que le voyage n'a pas été trop long. Profitez bien de cette nuit pour vous reposer, la route risque d'être particulièrement longue jusqu'au Mausolée.    

    Dépliant la carte et attrapant plusieurs figurines de bois, le vampire les déposa sur cette dernière afin de mettre en évidence chaque "obstacles" potentiels ou points d'intérêts. Ils avaient déjà eu ces informations, mais il valait mieux les rappeler et, surtout, les informer des derniers changements.

    - Nous avons déjà remarqué grâce à nos reconnaissances quelques divergences par rapport à ce que nous savions. Visiblement, il y a encore plus de forces rôdant dans cette partie des rocheuses. J'ignore si notre ennemi a eu vent de nos plans et a ainsi préparé ses défenses en conséquence ou si nous manquons simplement de chance. Quoiqu'il en soit, il va falloir compter sur des assauts potentiels de la part des armées nécromants évoluant un peu plus au sud. Les éclaireurs rapportent également des présences s'approchant pour nous observer avant de repartir une fois repérés. Idéalement, il vaudrait mieux masquer votre présence autant que possible afin de ne pas avertir les défenses adverses de votre arrivée. Il releva finalement la tête, analysant le couple impérial. Le voyage jusqu'au Mausolée devrait prendre un peu moins d'une semaine. Mais compte tenu de la difficulté du terrain et nos combats éventuels, nous avons pris environ quinze jours de rations et de matériel logistique. Heureusement, les ingénieurs et le Coeur ont fait un travail remarquable malgré le manque d'information qu'ils ont eu.

    Il marqua une courte pause, se redressant doucement. Naturellement, les provisions ne le concernaient pas lui spécifiquement mais plus qu'autre chose, le stratège militaire était parfaitement au fait de la difficulté d'évoluer dans des territoires montagneux et l'impact négatif que le manque de provisions apportait à une armée en marche. Ils étaient certes un petit bataillon, mais il valait mieux être prévoyant.

    - Bien. Avez-vous des questions?

    S'ils en avaient, la Griffe se ferait un plaisir de leur répondre. Sinon, il les inviterait à aller se reposer sur le navire qui les avait porté jusque là. Une nouvelle aventure débutait pour eux et bien qu'ils étaient familiers des expéditions en Shoumei. Celle-ci ne serait pas aussi évidente que l'on aurait pu le penser.    


    Casus Belli Sgnz7nO

    " Vous, dont la liberté n'est possible que grâce à la rigueur d'âmes plus pures que la votre, ne vous croyez pas libres, vous n'êtes que protégés. Votre liberté est un parasite, vous vous appuyez sur l'énergie des hommes honorables et n'offrez rien en retour. Vous qui avez apprécié la liberté et qui n'avez rien fait pour la mériter, votre heure est venue. Cette fois vous devrez combattre seuls. Maintenant, vous allez devoir payer votre liberté passée de votre sang et de votre sueur. Car il n'y a pas de paix, seulement la Guerre. Et lorsqu'elle se montrera, elle n'épargnera personne. "

    Apparence des épées de Deydreus:


    Impératrice-dragon du Reike
    Impératrice-dragon du Reike
    Ayshara Ryssen
    Ayshara Ryssen
    Messages : 482
    crédits : 2384

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: S - Impératrice
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t202-l-imperatrice-dragon#612
  • Mer 6 Mar 2024 - 9:15

    À peine la Marche du Vent d'Acier s'achevait-elle qu'une nouvelle traque s'annonçait. Décidément, les Archontes ne leur accordaient aucun répit, ces ombres funestes. Et pendant que les loyaux sujets du Reike se livraient à une lutte dantesque, l'esprit de l'impératrice, lui, était assailli par le doute. Une question lancinante se posait : quel était le véritable sens de cette chasse ? Les titans possédaient sûrement la capacité d'engendrer une multitude quasi infinie de serviteurs. Combattre ces créatures semblait être un effort futile, une guerre éternelle contre une marée incessante d'adversaires renouvelés. Bientôt, les cerveaux de l'Empire devraient concentrer tous leurs moyens sur une stratégie plus décisive. Avant qu'il ne soit trop tard. Avant qu'ils ne s'épuisent totalement. Selon Ayshara, la clé de la victoire ultime résidait au sein de la recherche d'une solution visant à atteindre et à anéantir les pseudos déités directement dans leur domaine, le Royaume Divin. Elle croyait que ces entités célestes ne rencontraient pas la mort définitive lorsqu'ils étaient tués sur le Sekai, se réincarnant sans cesse, nourrissant ainsi un cycle éternel de destruction et de renaissance au fil des millénaires.

    En mer, le couple impérial accompagné d'une troupe de Ryssen voguait sur des eaux étrangement tranquilles, en route vers Reverendia. Grâce à l'espionnage prodigieux de Zéphyr, ils eurent connaissance qu'un enfant de X'o-Rath se terrait quelque part en ces lieux. Menant rapidement les opérations nécessaires, le chef des armées et des Serres Pourpres les attendait déjà à cette ville jadis florissante, aujourd'hui nimbée de désolation. Ils essayeraient une nouvelle façon de faire qui n’occasionnerait pas le sacrifice d'innombrables âmes.

    La belle caressa doucement son ventre qui commençait à s'arrondir discrètement. Cachée sous les plis de ses vêtements, une petite vie grandissait en elle, fruit de son amour avec Tensai. Elle était enceinte de quelques semaines seulement, et il s'agissait d'un secret partagé exclusivement avec son mari, Afosios et Zéphyr. La dragonne désirait garder tout ceci sous silence, du moins jusqu'à ce qu'ils ne puissent plus taire l'évidence de la chose. Ce début de grossesse avait embelli Ayshara d'une façon presque surnaturelle; sa peau irradiait d'un halo délicat, lui conférant une aura de grâce et de majesté encore plus frappante qu'à l'accoutumée. La lumière jouait sur ses traits, soulignant la douceur de son visage ainsi que la profondeur de ses améthystes dans lesquelles on pouvait y lire la force et la détermination d'une souveraine, mais aussi l'amour et la tendresse d'une mère.

    Considérant sa condition, cette satané chasse à l'Archonte serait sans doute longue et périlleuse, pourtant elle insista pour accompagner son homme, l'envie de le soutenir et de le protéger dominant toute forme de peur éventuelle.

    Debout sur la proue du navire, la maîtresse du feu divin ferma les paupières. Les brises marines soufflaient, tandis que ses cheveux immaculés dansaient au gré du vent. En ce moment solennel, la reikoise puisait dans ses dons de perception extrasensorielle, ressentant les racines de l'Arbre-Monde dont l'essence était intimement liée au territoire de Shoumei. Elle repensa aux enseignements du précédent Haut Prêtre, Seagan, qui lui avait jadis dévoilé les secrets pour comprendre l'énergie transcendante de l'immense végétal. Enfant, elle s'était initiée à l'écoute du murmure de ses feuilles, à l'interprétation du langage silencieux de ses racines. Mais lorsque sa concentration s'intensifia, la belle sentit son cœur s'alourdir sous le poids de l'affliction qui hantait l'arbre. Incapable de contrôler cette sensation de tristesse infinie qui la gagnait, elle laissa quelques larmes perler le long de ses joues, consciente de la misère qui habitait ces terres désormais maudites. L'épouse du conquérant savait que tant que l'Arbre-Monde souffrirait, la nation de Satochi demeurerait un endroit désolé, inapte à renaître de ses cendres. Néanmoins, elle espérait, avec une ferveur pratiquement enfantine, que malgré sa corruption, l'Arbre conservait une part de bonté qui pourrait les guider et les protéger durant leur traque de l'Archonte.

    - En ton cœur réside la mémoire du Sekai. Que ma voix t'atteigne et qu'elle apporte un peu de réconfort à ton âme épuisée. Puisses-tu retrouver ta lumière, et avec elle, la paix que tu as si longtemps propagée.

    Elle rouvrit les yeux, fixant l'horizon lointain où se dessinait la silhouette de Reverentia. Puis, d'un pas léger, elle marcha vers le pont du bateau impérial, histoire de rejoindre son âme sœur. Sa présence lui ferait du bien et l'aiderait à chasser ce chagrin précédemment expérimenté. En s'approchant, Ayshara posa sa main délicatement sur le bras du roi. Le contraste entre eux était frappant, mais harmonieux; la délicatesse féline de l'impératrice se mêlait si bien à la stature imposante de l'empereur. Elle leva ses prunelles vers lui, et d'un murmure empli d'une affection singulière, elle lui porta ces quelques mots :

    - Je dois vous avouer, mon amour, que notre petit Draknys me manque déjà. Est-ce également le cas pour vous ? Il me tarde d’imaginer qu'il ne cause pas trop de tourments à Genryusai et à nos domestiques.  Son regard plongé dans celui du drakyn, elle continua, sa voix chargée de cette douceur enveloppante. Tout à l'heure, j'ai pensé à l'Arbre-Monde. Je me sens si petite face à sa grandeur, et pourtant, mon cœur se serre à l'idée de sa douleur. J'espère de tout mon être que nous décèlerons un moyen de le guérir de ses maux.

    Pendant un court laps de temps, les réflexions de la jeune femme s’écartèrent momentanément des préoccupations immédiates, glissant vers une méditation plus intime : son immortalité. Cette révélation, un secret tenu loin des yeux du monde, avait éclos en elle depuis leur aventure en compagnie de son ancêtre, Luna. La notion d'éternité pesait comme une écharpe de brume, à la fois bienvenue et dérangeante. Consciente de l'impact que cela aurait sur son existence et celle de ses proches, une idée germait cependant au creux de son esprit imaginatif; celle de trouver un moyen de partager son don avec Tensai afin que les affres du temps ne les séparent pas. Elle rêvait d'un avenir où leur petite famille ne serait pas frappée par les vicissitudes de la mortalité. Certes, il existait toujours la solution de facilité, celle de le transformer en abomination non morte, mais Ayshara aimait beaucoup trop son roi pour le laisser devenir une aberration froide sans cœur battant.

    Finalement, le navire atteignit enfin le port de Reverentia. Le couple impérial fut accueilli par une sorte de haie d'honneur composée des Serres Pourpres. La belle salua sobrement les guerriers d'élite et leur chef. Elle ne chercha pas à attirer l'attention, se contentant de rester aux côtés du Conquérant. Dans les rues dévastées de l'ancienne ville shoumeienne, les traces des conflits passés étaient omniprésentes, témoins muets des ravages causés par les titans ainsi que la résistance s'étant formée.

    Elle ajusta discrètement ses vêtements autour de son ventre et s'efforça de dissimuler les transformations de son corps, souhaitant garder ce secret précieux pour eux encore un peu de temps. Alors que la Griffe présentait un rapport détaillé de la situation, la mère-dragon écoutait attentivement, absorbant chaque information. Pour l'heure, elle n'avait pas de questions spécifiques et préférait analyser calmement les enjeux ainsi que les stratégies évoqués. Puis, ses améthystes se levèrent vers Tensai, observant son expression, tentant d'y déceler ses pensées et ses sentiments. Aurait-il quelque chose à rajouter ?

    Sinon...

    Bon sang qu'elle avait envie de pisser.

    Empereur-dragon du Reike
    Empereur-dragon du Reike
    Tensai Ryssen
    Tensai Ryssen
    Messages : 117
    crédits : 984

    Info personnage
    Race: Drakyn
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: S
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2323-tensai-ryssen-l-empereur-dragon
  • Sam 6 Avr 2024 - 21:17
    Il est temps.
    Temps d’aller vers l’inconnu, d’abord. Sur des terres hostiles, désolées, abandonnées à cause de la folie des Titans.
    Il est temps de combattre, ensuite. Pour mettre fin à la prétention quasi divine de ces abominations que sont les Archontes.
    Et enfin, il est temps de ramener une victoire complète, victoire qui a commencé à Sable d’Or, qui s’est poursuivie avec l’expédition de Vent d’Acier, et qui va continuer ici, à Reverentia, dans la Mausolée où réside l’enfant de X’O-Rath.

    Tensai ne peut pas dire qu’il est marqué par l’appréhension. Ce serait mentir. Il est un homme qui aime le combat, qui a à une époque vécu uniquement pour se trouver des rivaux dignes de ce nom. Il n’est pas marqué par la peur, non, plutôt par l’excitation d’enfin réduire en purée ces macaques, qui se croient suffisamment puissants pour mettre à terre leurs pays. Par deux fois, l’Empire a prouvé qu’il était suffisamment fort pour détruire ces entités, cela sans même l’aide de leurs dirigeants, qui restent des phénomènes de la nature. Par deux fois, le barbare a ressenti de la fierté envers son peuple, bien que l’envie d’en découdre l’a toujours démangé âprement. Et lorsque l’Oreille est enfin revenue avec des pistes solides concernant un de leurs ennemis, l’Empereur avait déjà communiqué sa décision à Ayshara.

    Celui-là, il le vaincraient par eux-mêmes, avec des soldats choisis avec soin, comme lors de la bataille contre le Forgeron lui-même.

    Il est des décisions que même l’Impératrice ne sait pas changer, tant son époux est parfois opiniâtre et décidé. Mais a-t-elle seulement cherché à lui faire entendre raison ? Elle aussi a eu la volonté de participer aux combats, et elle aussi à chaque fois été frustrée de ne pas se trouver parmi les guerriers de la nation de sable, lorsqu’ils combattaient les hordes de X’O-Rath. Alors ce n’est pas vraiment son âme-sœur qui a cherché à le dissuader d’une telle entreprise, ni même Zéphyr ou Deydreus. En cela, les différents protagonistes ont toujours été bien alignés, et quoique les Serres ainsi que leur chef aient pris de l’avance, en installant déjà un camp à Reverentia, le couple lui-même s’est rapidement mis en route vers la zone de la Mausolée.

    Il y avait bien sûr la nouvelle grossesse d’Ayshara à prendre en compte. Un point qui avait sérieusement fait hésiter Tensai – son cœur lui disant de les mettre loin hors du danger, et sa raison lui soufflant que la belle serait son plus grand soutien lors de ce voyage. Aurait-elle été à un stade avancé de sa grossesse que le Drakyn aurait certainement imposé qu’elle reste à la capitale, par sécurité pour l’enfant en formation dans son ventre, mais aussi pour son propre confort, car il aurait été très compliqué pour elle de suivre avec aisance leur régiment si elle approchait de la date d’enfantement. Mais là, non. Son ventre commençait seulement à prendre des formes, et la Vosdraak était encore en pleine possession de ses moyens. Le Conquérant n’avait dès lors pas refusé qu’elle les accompagnât jusque-là, d’autant qu’elle était une magicienne redoutable, et une souveraine qui avait appris également les subtilités de la guerre.

    Ayshara ferait donc route avec eux, avec lui. Et la belle ne semblait point craindre ce qui les attendait. Sa nouvelle maternité semblait au contraire lui donner des ailes, la rendant encore plus déterminée face à ce qui les attendait. Ses traits semblaient s’être affinés, sa démarche aérienne  semblait insensibles aux roulis du bateau, ses prunelles améthystes reflétaient force, vigilance et attention. Rien qu’à la regarder, seule à la proue du bateau, Tensai pouvait deviner qu’elle ne serait en aucun cas un poids pour leurs troupes. Au contraire, elle serait peut-être cet élan de sagesse qui éviterait que le guerrier ne cherche à détruire tout ce qui bouge au moindre signe suspect. Ce combat qui allait commencer, elle le menait pour le Reike, certes, pour ses citoyens, et pour la défense des mortels eux-mêmes. Mais elle le menait aussi pour sa famille qui allait bientôt s’agrandir avec le bébé qui se fortifiait chaque jour dans son ventre.

    Tensai, lui, était plus pragmatique. Il était évident qu’il agissait pour son épouse, pour son fils, pour sa seconde progéniture qui allait bientôt voir le jour. C’était une évidence-même, et d’ailleurs, si l’Archonte visait la sœur de Vaenys, il n’y aurait rien de mieux pour attirer la fureur du colosse. Mais il avait aussi deux autres raisons qui le poussaient à agir de la sorte. La première était celle de ne pas être des dirigeants laxistes, qui se reposaient sur le peuple : tout comme ce dernier s’était levé, leurs dirigeants et leurs ministres combattraient ces entités. La seconde raison était, sinon minoritaire, au moins en accord avec le personnage : le Drakyn voulait combattre cette abomination, et il se doutait déjà que l’affrontement serait aussi violent que redoutable.  A cause de cela, il avait pris ces hommes les plus fidèles – essentiellement des Ryssen qui l’avaient suivi depuis qu’il en avait pris la tête. Ils seraient des combattants aussi vivaces que féroces. Unis à la troupe de Deydreus, leur régiment n’en serait que plus meurtrier, et d’ailleurs, le chef d’Etat n’écartait pas l’hypothèse que le vampire et lui-même fassent des attaques combinées pour mieux lutter contre l’Archonte.

    Ils n’étaient cependant pas encore là. Pour l’heure, ils s’apprêtaient à s’amarrer, et son regard chercha instinctivement son âme-sœur, qui avait quitté sa méditation pour le rejoindre. Un sourire effleure son regard quand sa moitié évoqua Draknys :

    - Je lui ai dit d’écouter son futur précepteur et les gardes royaux, qu’il avait pour rôle de nous représenter et de montrer à tous qu’il était le plus grand des dragons. Le sourire du Drakyn s’accentua. Il n’a que quatre ans, aussi, je ne m’attends pas à des… miracles mais le fait de jouer le grand semblait lui plaire. Je ne sais juste pas si ça va durer quelques heures ou quelques jours, ricana-t-il. En tous les cas, nous nous absentons aussi pour lui, pour qu’il n’ait pas à affronter ces créatures, que nous allons écraser de nos mains, déclara-t-il pour la consoler. L’homme-dragon ménaga une pause pour écouter son interlocutrice parler de l’arbre-monde, et dans un geste de tendresse, le guerrier vint caresser la joue d’Ayshara. Il n’y a rien que tu ne puisses faire. Si tu le juges utile, tu pourrais présenter ce projet de soigner l’Arbre-Monde au gouvernement et voir avec l’Esprit ou toute autre personne comment faire pour lui apporter un remède. Je n’y suis pas opposé… Même si te savoir loin m’inquiéterait considérablement. Un silence. Pour autant, ce n’est pas là que nous allons aujourd’hui. Mais garde cela en tête et reparlons-en quand nous en aurons terminé et que nous serons revenu à Ikusa. C’est – peut-être – quelque chose qui serait utile dans la lutte contre les Titans.

    Et atteindre Bénédictus pourrait aussi être un symbole fort, si le Reike pouvait contribuer à sa renaissance, à la manière reikoise, bien entendu (il ne faut pas trop en demander à Tensai).

    Toujours est-il qu’ils peuvent désormais descendre du navire, et c’est naturellement le souverain qui en impose. Ayshara marche à ses côtés et les dirigeants reikois franchissent la haie d’honneur des serres, jusqu’à arriver à Deydreus. Le général, toujours accompagné de ses lames jumelles, reçoit en réponse les salutations de l’Empereur et la Griffe ne tarde pas à les mener à part, pour leur présenter les différents détails de l’opération.

    Tensai le sait, le chef des armées est un homme – pardon, un vampire – qui veut mener le Reike vers un futur composé de victoires, un futur qui présente un Etat fort et uni. Il sait aussi qu’il a protégé l’Impératrice lors d’un voyage jusqu’à Taisen, qu’il y a eu morsure, réaction immédiate d’Ayshara, que la découverte de Draknys a encore eu lieu, que le seigneur local leur a présenté un une scène de bien mauvais goût. Tout cela, sa reine lui en a certes parlé, mais Deydreus aussi, dans un entretien séparé avec l’Empereur. Il a naturellement été heureux que ce dernier n’ait pas été sur place sur le moment-même, que ce soit lors de la représentation théâtrale ou lors de l’instant de faiblesse de Deydreus, car le Drakyn l’aurait infiniment mal pris et du sang aurait pu couler. Tensai, après tout, n’est pas aussi calme et réfléchi que Zéphyr, et reste quelqu’un de sanguin, surtout lorsqu’on s’en prend, même moralement, à sa moitié. Mais si l’affront est difficilement pardonnable pour cet idiot de seigneur, dont la loyauté et le dévouement peuvent sincèrement être remis en cause, le chef des armées a pour sa part fait un long rapport au Conquérant. Difficile pour le dirigeant d’approuver la morsure, difficile également de rester de marbre face à tout ce qu’il s’est passé durant le voyage. Pour autant, la Griffe a aussi véritablement voulu protéger l’Impératrice et le prince-héritier, et Tensai serait un imbécile à  remettre en cause son poste pour cette seule histoire. Cependant, les choses ont été dites : il n’est plus question, plus jamais, de mordre l’Impératrice, à moins que ce ne soit elle qui propose de son plein gré le nectar de son sang, comme elle l’a fait durant un soir de leur périple. Deydreus n’a, semble-t-il, pas mal pris sa remarque, et les semaines et les mois qui suivirent n’ont pas remis  en question la collaboration entre le chef d’Etat et son bras droit. Il aurait été d’ailleurs mal venu de laisser des tensions entre eux deux, alors qu’ils sont sur le point de s’engager dans une lutte potentiellement mortelle.

    Point cachotier envers sa chère et tendre, Tensai avait parlé de Deydreus à Ayshara, et de ce qu’il s’était passé durant leur périple à Taisen. Sa colère envers les gardes royaux, son inquiétude légitime pour leur enfant, mais aussi sa fureur maîtrisée contre le seigneur local ainsi qu’à la nouvelle qu’elle avait été mordue. Puisqu’il n’était pas de bon aloi de détruire le palais, le guerrier avait ordonné une chasse avec ses gardes royaux le jour même, contre une meute de cerbère qui avait le malheur de pulluler un peu trop près de la capitale. Il n’était rien resté des créatures à son retour, pour le plus grand dam du RSAF.

    Mais les choses avaient été clarifiées d’un côté comme de l’autre. C’était connu que Tensai était jaloux et possessif, qu’il ne tolérait pas qu’on s’en prît à son épouse. C’était connu aussi qu’il avait un penchant destructeur, et qu’il avait besoin de ces évasions pour se calmer parfois les nerfs, quand il ne pouvait pas s’en prendre aux responsables directement. D’autre part, le colosse était suffisamment lucide pour savoir que tout s’était fait en un éclair, et que s’attarder sur cela n’apporterait rien de bon à l’Empire, ni à l’amitié qu’entretenait les trois protagonistes. Du reste, les entretiens qui avaient suivis avec Deydreus avait bien montré que les deux guerriers étaient sur la même longueur d’ondes concernant l’armée, l’évolution du Reike, et les objectifs que tout deux cherchaient à atteindre pour leur nation. Cela leur avait permis, en définitive, de tourner la page sur cet événement, et ce fut d’un regard attentif que Tensai écouta le rapport de Deydreus. Les Ryssen, de leur côté, s’étaient naturellement déployés pour assurer une protection supplémentaire aux côtés des Serres, et attendaient n’importe quel ordre de leur chef.

    - Je préfère partir du principe que nous avons été repérés et que l’ennemi sait que nous approchons. Peut-être est-ce qu’ils veulent. La Main et le couple impérial reste la cible idéale à abattre pour faire basculer l’Empire dans le désordre et le chaos. Un  silence. Comme tu l’as dit, il nous faut nous reposer tant que nous le pouvons. Mais nous partirons dès les premières lueurs de l’aube. Il faut aussi être prêt à réagir à n’importe quelle menace dès maintenant. En fonction du trajet, il va falloir également élaborer différentes formations. Tensai pointe un doigt sur la carte et ajoute : Nos troupes peuvent se partager l’avant et l’arrière du régiment. Ayshara peut être placée au milieu, afin d’être la plus protégée possible. Inutile qu’elle soit à l’avant et donc trop exposée sur le front ; inutile pour elle d’être trop à l’arrière également. Puisque nous devrons communiquer, je propose que toi et moi ne soyons pas loin d’elle, mais que nous restions côte à côte afin que nous donnions les ordres de commandement. Un léger silence, alors que le Drakyn examine le trajet qu’ils auront à parcourir. Puis, il déclare : Organisons des rondes, puis allons nous reposer le plus tôt possible. Demain viendra bien assez tôt, et nous aurons beaucoup de chemin à parcourir.
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Deydreus Fictilem
    Deydreus Fictilem
    Messages : 573
    crédits : 687

    Info personnage
    Race: Vampire
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal mauvais
    Rang: B - Griffe
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t893-deydreus-fictilem-inter-arma-silent-leges-terminehttps://www.rp-cendres.com/t1731-comites-aeterni-liens-de-deydreushttps://www.rp-cendres.com/t950-liber-legatus-chronologie-de-deydreus-fictilem
  • Lun 8 Avr 2024 - 19:54



    Ecoutant l'Empereur, Deydreus réfléchissait longuement aux mots de Tensai. Entièrement d'accord avec lui sur le principe de la formation, le bretteur déposa à la suite du propos de son supérieur hiérarchique un parchemin avant de s'emparer d'un morceau de charbon. Rapidement, le vampire commença à dessiner différentes figures géométriques.

    - Pour renforcer la formation que vous désirez, je pense que nous pouvons disposer les hommes comme cela. Il continua de griffonner, montrant une sorte de diamant. Nous serons le cœur de la formation, entourés par nos archers ainsi que quelques hommes d'armes. Pour le reste, nos troupes alignés dans ce sens permettront de couvrir une plus grande surface d'observation. Et, en cas d'assaut, de redéployer la diamant comme cela. Il dessina quelques flèches, remontant sur les flancs "hauts" du dit diamant. Ainsi nous aurons notre tenaille. Si j'en crois Sable d'Or et l'Expédition, notre ennemi sera à la fois nombreux, infatigable et déterminé. Nous devons donc pouvoir le contenir le temps que nos prouesses martiales, ou magiques, ne viennent abattre le gros de leur troupe jusqu'à frapper le Mausolée directement.

    Le rappel de la tactique était à la fois pour Tensai, Ayshara mais aussi Deydreus. En se mettant tous les trois d'accord sur l'évolution de leurs déplacements, ils limiteraient ainsi grandement les erreurs en cas de difficulté. Se redressant ensuite lentement, le vampire fit rouler ses épaules pour y éliminer les quelques tensions accumulées par la journée de préparation. Passant ses prunelles bicolores sur le couple impérial, le bretteur étira un léger sourire.

    - Reposez-vous bien. Je vais veiller encore un peu comme je n'ai pas besoin de dormir. S'il se passe quoique ce soit, je vous préviendrai.

    Laissant ensuite les dirigeants de l'Empire quitter la tente pour regagner leur couche, Deydreus laissa un long soupir glisser entre ses lèvres tandis qu'il se projetait déjà sur la suite des opérations. Ils s'aventuraient dans un territoire inconnu et largement dominé par les forces ennemies. S'il n'avait que peu de doutes sur le risque d'y laisser la vie, le chevalier noir émettait plus de réserve sur le fait de pouvoir parvenir à localiser directement l'orbe de l'Archonte. Les informations de Zéphyr étaient rarement erronées. Il ne doutait pas de la véracité de ses mots, mais plutôt du fait que l'Archonte resterait sagement dans son antre à attendre le contingent impérial. C'était bien sûr toujours possible, l'égo de ces créatures les forçant trop souvent à sombrer sous le poids de ce dernier. Seulement, il existait toujours la possibilité que le Mausolée ne soit qu'un piège. La gueule du loup dans laquelle ils comptaient se jeter avec férocité. Marchant par la suite dans la ville en ruines, le guerrier aux yeux vairons repassa une nouvelle fois leur trajet dans son esprit.

    *
    *  *


    Le lendemain matin, le convoi put enfin se mettre en branle. Assemblé de la manière qu'avait ordonné Tensai et Deydreus, le contingent quitta rapidement Reverentia et arriva en fin de matinée au sommet de divers rocheuses. Si la route et la pente rendaient le trajet désagréable, elle offrait pour l'heure un certain sentiment de tranquillité. Enfin. Si on omettait le danger presque permanent du pays dévasté ainsi que leur approche du repère de l'Archonte. Tournant doucement la tête vers le couple impérial, le vampire brisa le silence inhérent aux marches cadencées.

    - Si les informations de l'Oreille sont justes, il faut nous attendre à plusieurs vagues successives d'ennemis à l'extérieur du Mausolée. Ces dernières seront nombreuses mais ne devraient pas représenter un danger "immédiat" si nous restons concentrés et économes en ressources. Pour le reste, si je suis la logique de nos derniers affrontements avec les Archontes, une forge des âmes similaire à celle présente dans le Grand Nord pourrait être sur place. Mais il ne s'agit pas ici d'un "nouveau né". Nous allons affronter l'un des "Trois". Aussi il vaut mieux rester prudent une fois l'entrée du Mausolée franchie. Notre ennemi peut nous envoyer tout, et n'importe quoi. Tout ce qui n'est pas reikois est à traiter comme la plus grande menace.

    Tensai et Ayshara n'en étaient pas à leur première chevauchée. Ils connaissaient bien les forces des titans et en avaient même abattu un par le passé. Mais... A l'instar des Archontes sombrant à cause de leur orgueil, Deydreus préférait tout de même ne pas faire l'erreur de sous-estimer leur ennemi. Reportant son attention sur la route, le vampire laissa quelques instants ses pensées glisser vers l'horizon, appréciant la vue dégagée sur le lointain et les terres ravagées de ce qui était autrefois une nation glorieuse.

    - Au fait, qu'elles sont les nouvelles au Palais? Avec l'expédition du Vent d'Acier, j'avoue que j'ai manqué de temps pour m'informer des récents événements vous concernant ou concernant le prince héritier. Les gardes attachés à la sécurité du prince sont-ils toujours aussi.... Victimes. De ses fugues à répétition? Ou bien commence-t-il à s'imprégner doucement de sa position?

    La question pouvait paraitre simple mais, en vérité, le vampire s'inquiétait véritablement de l'héritier reikois. Aujourd'hui plus que jamais, un poids énorme venait se placer sur les épaules du petit dragon et de son avenir. Les menaces extérieures. Les Titans. Les rebelles. Les complots des nobles. La république. Il existait en ce monde de nombreuses personnes qui prendraient un plaisir particulier à déstabiliser l'Empire en orientant les pensées du petit ou en l'éliminant. Et cela, Deydreus ne souhaitait pas le voir. Le Reike était actuellement la plus grande force martiale de Sekai. Et la seule véritable égide permettant de bloquer et arrêter les menaces titanesques. Ecoutant donc les réponses éventuelles du couple, le vampire continua ainsi le fil de la discussion en échangeant avec ces derniers sur des sujets relativement triviaux. Le chevalier noir s'arrêta alors soudainement dans ses paroles, haussant un sourcil et une main pour intimer l'arrêt entier de la marche. Humant l'air, le vampire écarta doucement ses prunelles hétérochromes alors qu'une odeur caractéristique de sang vicié parvenait jusqu'à ses narines.

    - Ils arrivent. A TOUS PREPAREZ-VOUS.

    Ils étaient loin. Beaucoup trop loin pour rencontrer déjà les plus grosses menaces que l'Archonte pouvait leur envoyer. Mais... Visiblement, les hostilités commençaient. Encore quelques jours de marches. Et pourtant les morts commençaient déjà à vouloir les arrêter. Au final, c'était plutôt bon signe. Si leur ennemi réagissait aussi vite, alors cela voulait dire qu'il se sentait menacé. Même si, visiblement, il ne faisait pas la même erreur que le proto Archonte rencontré dans le Grand Nord. Au bout de quelques longues minutes, un son caractéristique résonna dans l'air. Un "bong", profond et vibrant qui parvint sans mal jusqu'aux oreilles des reikois. *Bong*. *Bong*. *Bong*. Puis un long hurlement. Relevant la tête, Deydreus pesta tandis qu'il prenait en main instinctivement Silence et Hurlement.

    Casus Belli CsfIY0E


    Nichés sur le haut des rocheuses, trois ogres aux corps parsemés de cicatrices et autres marques ne laissant aucun doute sur leur nature morte-vivante avançaient péniblement. Sur leur dos, de nombreuses cloches aux teintes vieillies bougeaient lentement et annonçaient leur venue dans un vacarme assourdissant. Autour de leur tête, une sorte d'auréole dorée avait été greffée à leur chair pourrie pour leur donner un semblant de sainteté tandis qu'ils s'appuyaient sur une sorte de grande masse aux pointes beaucoup trop acérées.

    - Je vois que la discrétion n'est effectivement pas au gout du jour. Le vampire adressa un sourire à Tensai. Ils ne sont pas seuls. Regardez.

    Autour des ogres, presque dissimulés à cause de la taille des mastodontes, une masse étrange commença à glisser sur les roches. Des zombies, nombreux, déambulaient et grognaient alors qu'ils avançaient en direction du groupe armé. Puis, les ogres hurlèrent de nouveau, faisant tressaillir la multitude de cloches sur leur dos. Et dans ce brouhaha mortifère, la horde entama une course vers les reikois. L'Archonte plaçait ses premiers pions. Et il était temps à la force d'élite reikoise de montrer qu'elle n'était pas là pour simplement faire du tourisme.

    - Derrière cette première pointe se trouve le refuge où nous devions passer la prochaine nuit. J'espère sincèrement que ces macchabés n'ont pas saccagé l'endroit. Le manque de sommeil ne vous va pas trop au teint, vos majestés.

    Un sourire amusé du vampire qui sentait son coeur accélérer. La furie du combat et, bientôt, les premiers écoulements de sang.



    Casus Belli Sgnz7nO

    " Vous, dont la liberté n'est possible que grâce à la rigueur d'âmes plus pures que la votre, ne vous croyez pas libres, vous n'êtes que protégés. Votre liberté est un parasite, vous vous appuyez sur l'énergie des hommes honorables et n'offrez rien en retour. Vous qui avez apprécié la liberté et qui n'avez rien fait pour la mériter, votre heure est venue. Cette fois vous devrez combattre seuls. Maintenant, vous allez devoir payer votre liberté passée de votre sang et de votre sueur. Car il n'y a pas de paix, seulement la Guerre. Et lorsqu'elle se montrera, elle n'épargnera personne. "

    Apparence des épées de Deydreus:


    Impératrice-dragon du Reike
    Impératrice-dragon du Reike
    Ayshara Ryssen
    Ayshara Ryssen
    Messages : 482
    crédits : 2384

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: S - Impératrice
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t202-l-imperatrice-dragon#612
  • Dim 14 Avr 2024 - 2:03

    Après cette discussion stratégique nécessaire avec le chef des armées, les parents de Draknys décidèrent qu'il était désormais temps de se retirer pour la nuit à venir, abandonnant derrière eux l'agitation du campement militaire afin de rejoindre la quiétude de leurs quartiers temporaires. Sommairement aménagés, cela suffirait toutefois au couple qui avait bien besoin d'un peu de repos. La douceur du soir commençait à imprégner le paysage morne de Reverantia, fusionnant le parfum salé de la mer à celui de la terre humide. Tandis que l'astre solaire se couchait, Ayshara sentait la fatigue de la journée et du voyage en bateau peser sur ses frêles épaules, une lassitude accentuée par les premières semaines de sa grossesse. Pendant que son époux peaufinait quelques derniers détails en vue du lendemain, elle se dirigea vers un lieu plus intime pour un moment de répit plutôt urgent. Le petit être vivant qui se formait en elle, tout en étant une véritable bénédiction, exigeait beaucoup à son corps, et des besoins aussi basiques que celui de se vider la vessie devenaient des impératifs plus fréquents et pressants. Et lorsqu'elle fut enfin apaisée, la jeune femme retrouva volontiers son homme dans leur couche. La sécurité que Tensai lui apportait la rassurait grandement. En s'allongeant à ses côtés, elle se laissa aller contre lui, trouvant refuge dans ses bras chauds et puissants. Lentement, ses pensées se turent. La belle dragonne s'endormit paisiblement, profondément. Positionnée ainsi, elle n'eut aucune difficulté à sommeiller, bercée par la présence de son roi et l'épuisement accumulé. Un répit fort mérité qui l'aiderait à soutenir le groupe lors de leur aventure en ces terres hostiles.

    Durant la nuit, elle rêva.
    L'esprit de l'impératrice s'aventura au cœur d'un royaume onirique où une ombre menaçante ne tarda pas à le prendre en chasse, prête à l'engloutir. La silhouette était indistincte, mais sa simple aura insufflait une peur indescriptible. Se croyant en danger face à cette entité sombre, la cadette de Vaenys se souvint de ce que Tensai lui avait dit de faire dans une situation pareille. Et alors qu'elle se préparait à appeler son mari, le ciel noir du cauchemar se fractura soudain. De nombreux yeux apparurent, surgissant de l'obscurité comme des étoiles naissantes. Chacun de ces orbes étranges brillait intensément, projetant des rayons lumineux qui tranchaient la menace, la disséquant sous des faisceaux éblouissants. Au centre de ce conflit entre l'ombre et la lumière, la vosdraak ressentait une sorte de dualité germer en son for intérieur. La peur initiale laissait place à un Savoir émergeant.


    [...]


    Le soleil levant baignait la chambre improvisée de discrètes teintes dorées lorsque l'épouse du Conquérant ouvrit les paupières. Ressourcée, elle était (presque) prête à affronter les défis qui l'attendaient. Cependant, en observant davantage son environnement, elle remarqua que l'Empereur avait disparu de la pièce. C'était probable qu'il se soit réveillé plus tôt, peut-être pour réfléchir seul ou aider à surveiller le campement. Maintenant qu'elle le connaissait plus intimement, Ayshara savait que le drakyn, malgré son apparence stoïque, portait le poids de leurs responsabilités impériales avec une ardeur qui - très souvent - le privait d'un repos total. Soupirant suite à cette pensée, elle caressa doucement son ventre, encore à peine arrondi. Alors qu'elle réalisait ce geste d'amour, une faim féroce s'empara d'elle, tel un coup de poignard. La grossesse possédait cet effet curieux d'intensifier ses besoins et ses sensations, et il semblait que son corps réclamait immédiatement un apport nourrissant. Sans tarder, la mère-dragon bougea du pieu et effectua une toilette rapide. Elle choisit de s'habiller de manière pratique mais soignée : des vêtements en cuir sombre qui offraient à la fois protection, discrétion et confort. Ensuite, elle attacha ses longs cheveux immaculés en une queue de cheval haute, s'assurant qu'ils ne gêneraient pas ses mouvements ou sa vision pendant la route.

    Considérant le rôle vital qu'elle jouait au sein de leur groupe en tant que médecin et mage de soutien, la maîtresse du feu divin prit un instant afin de préparer minutieusement son équipement médical. Méthodiquement, elle disposa bandages, onguents et divers instruments chirurgicaux susceptibles de s'avérer nécessaires si sa magie curative venait à faillir ou à être limitée. Dans les contrées sauvages et imprévisibles de Shoumei, tout pouvait arriver, et elle devait être prête à répondre à chaque éventualité.
    La belle inspira longuement en sortant deux mini fioles stérilisées ainsi qu'un scalpel finement aiguisé, pour ensuite presser ce dernier délicatement contre sa peau. Malgré sa sensibilité physique accrue, caractéristique de sa race, elle maintint sa main ferme. Le Sang de Lune se mit à perler, brillant d'un éclat surnaturel sous la lumière matinale. Ayshara recueillit avec précaution ces quelques gouttes, ses dents vigoureusement serrées sous l'effort pour ne pas céder à la douleur. Une fois la quantité nécessaire obtenue, elle posa immédiatement l'outil coupant et regénéra vite l'incision à l'aide de sa magie, tentant d'oublier cette expérience désagréable. Elle demeura un moment silencieuse, avant de rejoindre le campement qui s'agitait déjà.

    En marchant, l'impératrice passa proche d'une rangée de chevaux attachés. Sans s'en rendre compte, elle s'arrêta devant et les fixa dangereusement, ses améthystes perçantes de dragonne dégageant une avidité inhabituelle. Ses prunelles impénétrables semblèrent perturber les montures équines, qui commencèrent à se stresser, renâclant et tirant sur leurs rênes. Puis, la reine secoua la tête et chassa les pensées intrusives qui la distrayaient. Elle continua son chemin, allant là où la nourriture était entreposée. En entrant dans la réserve, les soldats présents levèrent les yeux, surpris. Ignorant leur étonnement, Ayshara s'approcha des provisions de viande. Ses mains, guidées par une faim primitive, saisirent un morceau de steak cru qu'elles portèrent à ses lèvres. Sans une once d'hésitation, elle le dévora. Normalement, la souveraine du Reike était connue pour son amour des mets raffinés, sa table toujours garnie des meilleures créations culinaires du Sekai. En revanche, depuis le début de sa grossesse, ses préférences alimentaires avaient subi des changements drastiques et parfois effrayants. Ces désirs soudains de nourritures crues et peu conventionnelles la surprenaient autant qu'elles perturbaient son entourage. Les hommes autour d'elle échangèrent des regards, partagés entre l'inquiétude et la curiosité, mais aucun n'osa commenter. Et heureusement.

    Lorsque sa "petite envie" fut contenue, ses pas la menèrent naturellement vers Tensai, qui supervisait les derniers arrangements avant leur départ prochain. Souriante, elle s'approcha de lui. Se hissant sur la pointe des pieds, elle l'embrassa.

    - Alors, avez-vous bien dormi ? Comment se passent les préparatifs ? Demanda-t-elle, soucieuse de la réussite de leur mission et de la santé de son bien-aimé.

    Le convoi s'ébranla au petit matin. Conformément aux conseils de Tensai, Ayshara avait pris position au centre de la formation. Cette place stratégique n’était pas seulement une mesure de protection; elle facilitait également son rôle de communicatrice. En tant que télépathe, elle pouvait ainsi maintenir une vue d'ensemble sur la situation, ce qui lui permettait de mieux relayer les informations entre la Griffe et l'Empereur.

    La première partie du trajet se déroula en toute quiétude. Le calme avant la tempête, disait-on. Si calme que la vessie de la vosdraak s'invita encore à la fête. Pestant intérieurement, elle essaya tant bien que mal de gérer cet inconfort physique pendant que le chef des armées leur communiqua une mise à jour de la progression. La belle l'écouta attentivement, son expression neutre masquant son envie de pisser. Elle se contenta d'approuver d'un hochement de la tête.
    Quand le dirigeant des Serres Pourpres s'informa de la famille impériale, le visage de la demoiselle se crispa silencieusement. Sa curiosité pour les affaires du palais semblait tardive et superficielle, compte tenu de l'environnement dans lequel ils étaient actuellement. Irritée par ce foutu besoin d'aller uriner, elle lança un regard au Conquérant, l'invitant à répondre ce qu’il lui plaisait de dire. Elle ne put s'empêcher de penser que si le vampire se souciait réellement de leur bien-être ou de celui du prince héritier, il aurait trouvé le temps de s'enquérir de ces nouvelles bien avant leur entrée en territoire hostile.

    Songeant à demander une pause afin qu'elle puisse se soulager, la voix forte de Deydreus lui parvint jusqu'aux oreilles. Nombreux, leurs ennemis arrivaient. Instantanément, ses priorités basculèrent, sentant l'adrénaline monter. L'impératrice activa son pouvoir de senseur magique, puis concentra son attention, élargissant son champ de perception pour capter autant d'informations que possible sur la pseudo menace. Évidemment, la nature morte-vivante de leurs adversaires jouait en sa faveur, puisque ces créatures étaient animées par la magie noire de leur nécromant, une énergie qui était nettement détectable par un puissant senseur comme la mère-dragon. Plus important encore, la signature magique recueillie suggérait que le nécromancien qui les commandait pourrait être l'enfant de X'o-Rath lui-même. Avec cette connaissance, Ayshara pouvait non seulement localiser l'Archonte et son orbe, mais aussi suivre ses mouvements à longue distance... Si c'était bien cela.

    - Il y a quelque chose de suspect dans la manière dont ces troupes sont déployées. Soit l'Archonte est inconscient d'envoyer sa bande de gros moches de cette façon - ce qui m'étonnerait - soit il cherche délibérément à nous attirer vers un piège. Cela pourrait très bien être une diversion, conçue pour nous éloigner d'un point important ou pour nous faire tomber dans une embuscade où il aurait l'avantage. Réfléchit-elle à haute voix.

    Bien que sa force de feu s'avère exceptionnelle, la dragonne n'envisageait pas de participer directement au combat. Tensai et les autres membres du groupe seraient largement suffisants pour gérer cette première menace. En restant en retrait, la jeune monarque se concentrait sur son rôle de soutien, utilisant sa magie afin de renforcer, soigner et protéger les troupes.

    C'est alors qu'une odeur dégueulasse lui titilla les narines. L'impératrice grimaça de dégoût. Au grand dam de son nez sensible de femme enceinte, l'air se chargea d'un fumet putride émanant de ces abominations non-mortes.

    Cadeau de son meilleur ami, Afosios, elle sortit de sa poche un mouchoir imbibé d'huile d'eucalyptus qu'elle agita doucement devant son visage. Elle lança d’un ton pince-sans-rire :

    - Mortelle comme première impression, en tout cas.

    Empereur-dragon du Reike
    Empereur-dragon du Reike
    Tensai Ryssen
    Tensai Ryssen
    Messages : 117
    crédits : 984

    Info personnage
    Race: Drakyn
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: S
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2323-tensai-ryssen-l-empereur-dragon
  • Ven 3 Mai 2024 - 22:13
    Le convoi s’était mis en route, en suivant la formation militaire ordonnée par Deydreus et Tensai. Les Rocheuses offraient un climat légèrement plus clément qu’en plein désert, mais il n’en restait pas moins que le voyage n’était pas une promenade de santé. Loin d’effrayer les Serres comme les Ryssen, les soldats progressaient sans broncher en direction de la Mausolée. Cela si Zéphyr avait vu juste sur la localisation approximative de l'Archonte. Mais l’Oreille ne les aurait pas envoyé sur place s’il n’avait pas été certain que le couple et le Griffe trouvassent quelque chose. Sur ce point, donc, Tensai était relativement tranquille. La menace du danger ne le dérangeait pas non plus mais, sur ce point, il aurait été incongru que le colosse redoutât les combats à venir. Ses inquiétudes, si elles existaient, concernaient davantage sa femme et son enfant, mais à l’avant de la troupe, le Drakyn ne montrait rien de ses sentiments. Tout avait été dit sur le bateau et plus encore hier soir dans leur tente. Ayshara n’avait pas tardé à s’endormir dans les bras protecteurs de Tensai, qui l’avait regardée dormir un moment, l’esprit concentré sur la Mausolée, mais aussi sur les différents obstacles qu’ils pourraient rencontrer. Conscient néanmoins qu’il pouvait confier la garde de leur campement à Deydreus, et que le vampire comme sa bien-aimée seraient là pour affronter ce périple avec lui, il avait fini par s’abandonner au sommeil. Un repos bien court puisque le combattant s’était levé un peu avant l’aube, pour refaire le tour du camp, sonder l’humeur de leurs troupes, et revoir les différentes étapes de leur progression. Mais c’était un repos quand même. Avec adresse, il était sorti de leur lit d’infortune en prenant soin à ne pas réveiller la belle aux cheveux d’argent. Il l’avait contemplée une dernière fois avec tendresse, puis, son tempérament naturel avait repris le dessus. Son regard était redevenu impénétrable et il avait participé aux différentes tâches du camp. Imperturbable, et en même temps sûr de soi. Attentif à tout et en même temps avare en paroles, comme s’il ne fallait pas se disperser en ordres inutiles. Bien sûr, quand l’Impératrice l’avait rejoint, il avait accueilli son baiser matinal. Elle comme les autres faisaient partie de l’expédition, et il n’était pas question de la négliger. D’ailleurs, l’homme-dragon lui avait répondu sans détour. Comment il avait dormi ? « Comme un guerrier à la veille d’une grande bataille. » avait-il répondu. Et le sourire réjoui, presqu’épanoui du combattant, avait de quoi être cocasse en pareilles circonstances. Naturellement, le chef d’état ne comptait pas jouer avec le feu, ne comptait pas éterniser les combats pour leurs hommes et les fidèles guerriers qui les accompagnaient. Mais oui, il se réjouissait de détruire cette abomination. Oui, il se réjouissait de faire couler le sang. Parce qu’il était né dans cette atmosphère sanglante et parce que cette victoire serait un pas de plus vers la puissance et la stabilité de son pays.

    Tensai avait ensuite présenté dans les grandes lignes les préparations qui avaient était faites, puis, toute la troupe s’était mise en route. Désormais insondable, ce n’était ni un époux, ni à un roi à qui ils avaient à faire, mais à véritablement un chef de guerre. Silencieux la plupart du temps, il s’accordait avec Deydreus pour donner des ordres à leurs hommes quand c’était nécessaire. C’est d’ailleurs d’un air attentif qu’il écouta les propos de la Griffe, avant de réagir à son intervention.

    - Il est bon que ce soit l’un des trois. Je veux même que ce soit l’un des trois. Pour instiller la peur dans ceux qui restent, pour leur faire comprendre que, bien qu’ils soient des enfants du dieu la Mort en personne, eux aussi sont des créatures périssables. Si cela était possible, je préférerais même que ce soit l’Archonte qui s’est moqué de notre peuple à la fin de l’affrontement de Sable d’Or. Mais cet élément ne dépend pas de nous.

    Un silence.

    - Le combat risque d’être ardu dans tous les cas.

    Tensai aimait les affrontements, certes, cela ne le rendait pas totalement fou pour autant. Au contraire, derrière son masque impassible, c’était aussi un stratège, quelqu’un qui comprenait les forces en présence et qui savaient rapidement rebondir aux aléas qui se présentaient durant leurs combats.

    S’arrêtant sur un léger plus agréable avec le prince-héritier, l’Empereur échange un regard avec son âme-sœur, mais le regard de cette dernière est éloquent : elle lui laisse la main. Alors le guerrier tourne son regard vers son général, et il lui répond.

    - De mon côté, j’ai hâte qu’il commence son apprentissage avec Genryusai. Plus vite il apprendra à user au mieux ses facultés – aussi bien celles de l’esprit que ses compétences physiques – plus tôt je pense qu’il pourra devenir un prince le plus capable possible. Mais nous avons convenu avec Ayshara qu’il fallait, tant que faire se peut, de le laisser profiter de son enfance. Pour l’heure, notre enfant se rétablit suite à une maladie qui l’a beaucoup affaibli. Il n’était pas temps d’entrer dans les détails, et Deydreus le comprendrait aisément. Mais chaque épreuve qu’il surmontera le rendra plus fort. Je compte aussi éveiller son intérêt pour certaines activités en le faisant m’accompagner dans Ikusa. Si lui le prend comme une opportunité d’accompagner son père – plutôt que comme un devoir qu’il pourrait vouloir fuir, au demeurant – il apprendra vite et bien.

    Ecoutant alors la réponse de Deydreus, et enchainant ponctuellement sur d’autres sujets de moindre importance, leur discussion cesse tout à fait quand le vampire hume l’air et intime l’arrêt de la marche. Disciplinés, tous s’exécutent et les prévisions de la Griffe sont sans appel. Ils arrivent.

    Enfin.

    C’est tôt, naturellement, ils ont encore plusieurs jours de marche avant d’arriver à la Mausolée. Mais et alors ? Cela reste quand même une occasion de leur faire regretter de se lever contre eux. Quand bien même ce sont des morts-vivants qui n’ont plus aucune cervelle…

    Cela étant dit, la remarque d’Ayshara vient à point nommé. Il est vrai que cela peut être une diversion, et l’homme-dragon prend rapidement cette hypothèse en compte.

    - En ce cas, nous n’allons pas utiliser nos yeux. Ou plutôt, nous n’allons pas suivre la marée d’ennemis qui se présentera à nous dans les prochains jours, en remontant le courant et en espérant ainsi arrivée à l’antre de l’ennemi. Ayshara, c’est toi qui seras notre guide par tes capacités de senseur magique. Prends le temps de localiser l’Archonte le plus précisément possible au fur et à mesure de notre progression et à rectifier notre avancement en fonction des fluctuation de magie et de l’aura de cette abomination. Deydreus et moi, avec les Serres et mes frères, nous allons repousser les créatures qui se présenteront à nous.

    D’ailleurs, Tensai a déjà dégainé sa longue claymore, visiblement pas effrayé pour un sou par les morts-vivants qui se dressent devant lui. Au contraire, il aboie des ordres pour que leurs troupes ne soient pas submergés par leurs nombres, mais celles-ci, bien au fait de ce qu’ils vont affronter depuis le départ, ne sont pas prises de court par la horde qui vient vers eux. Le Drakyn, pour sa part, fait naître deux ailes écailleuses dans son dos, ressemblant à celles des chauves-souris ou même, à celles de Draknys, bien qu’elles soient plus volumineuses et robustes. Un ricanement s’échappe ensuite de ses lèvres quand son acolyte mentionne le refuge dans lequel ils doivent s’abriter.

    - Nous verrons pour l’abri plus tard. D’ailleurs, ton teint n’est pas mieux que le nôtre, Deydreus.

    Un sourire narquois sur les lèvres, Tensai désigne ensuite les mastodontes qui se trouvent sur le haut des rocheuses.

    - Occupons-nous des ogres et profitons-en pour mettre à mal leur horde.

    C’est plus une suggestion qu’un ordre à la Griffe. Si, à certains égards, il existe une hiérarchie entre lui et le général des armées, sur le champ de bataille, le Conquérant considère que ni l’un ni l’autre n’ont l’ascendant sur l’autre, car tous deux ont leur propre expérience des combats. Ils peuvent donc aussi bien combiner leur attaques qu’être complémentaires dans leurs stratégies respectives.

    Ce qui est sûr, c’est que Tensai ne reste pas longtemps les bras ballants. Tout au plus accueille-t-il une autre proposition de Deydreus avant de s’élancer, afin qu’au moins, les deux combattants agissent de concert, sans se gêner l’un l’autre. Rapidement, ses pieds décollent de terre, et le Drakyn avancent avec une vitesse surnaturelle vers les géants. Bien sûr, son arme rencontre aussi les autres morts-vivants, bien plus petits en comparaisons des monstres hors-normes devant eux. Mais la vitesse associée à sa force et à leur chair en décomposition font qu’ils s’agissent de brindilles, qui ne valent même pas réellement l’attention de Tensai. Il serait toutefois dangereux que leur nombre encercle leurs troupes laissées derrière, et c’est bien pour cela que le Drakyn veut utiliser les géants à leur avantage. Les utiliser comme des barrages qui piègent la horde et qui permettent une éradication facile des abominations leur feront économiser beaucoup d’énergie.

    C’est avec cette idée en tête que le Conquérant s’élance vers le premier ogre à l’auréole affreuse, parodie de leur prétendue sainteté. Naturellement, son ennemi le voit, lève la main pour frapper l’impudent qui l’approche. Tensai lève son arme au moment même où la paume de son adversaire est censé frapper le guerrier.

    La chair qui se déchire résonne dans les airs au moment même où le revenant constate qu’il a une énorme stigmate dans le creux de sa main. Mais le barbare, lui, ne stoppe pas sa course. Au contraire, il se dirige vers la trachée de son ennemi et d’un coup, la lui tranche avec facilité. Le corps semble se figer, un instant, la tête semble même vouloir rester coller à son corps par un dernier mouvement de volonté, sauf que Tensai ne lui laisse pas l’occasion de faire un deuxième mouvement. Un dernier coup lui permet de le décapiter, et c’est avec un léger rictus qu’il voit le corps commencer à s’affaisser, puis à rouler par lui-même, devenant par là un étau mortel pour les autres zombies qui l’ont précédé.

    Piégé par ce corps immonde, le reste des zombies vivants seraient des cibles faciles pour les archers.

    Il restait donc deux ogres vivants, dont l’un serait certainement pris en charge par Deydreus.

    Restait le dernier qu’ils pouvaient bien se faire à deux, pendant qu’Ayshara leur donnait des indications sur le mouvement des troupes ennemies, palliant ainsi à n’importe quelle attaque surprise.
    Résumé:
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Deydreus Fictilem
    Deydreus Fictilem
    Messages : 573
    crédits : 687

    Info personnage
    Race: Vampire
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal mauvais
    Rang: B - Griffe
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t893-deydreus-fictilem-inter-arma-silent-leges-terminehttps://www.rp-cendres.com/t1731-comites-aeterni-liens-de-deydreushttps://www.rp-cendres.com/t950-liber-legatus-chronologie-de-deydreus-fictilem
  • Dim 5 Mai 2024 - 15:20

    Les premiers mouvements ennemis furent aussi erratiques que pitoyables. Grognant et bougeant les énormes cloches qu'ils portaient, les ogres annonçaient à l'assemblée vivante un futur bien sombre. Animant les morts qui naviguaient au niveau de leurs membres, les géants dégageaient la même aura nauséabonde que les Archontes eux même. Toujours nimbés de leur aura de fausse sainteté et cette image "divine et céleste", les servants de X'o-rath se vautrèrent dans leur propre fange avant de commencer à avancer vers le groupe reikois. Rapidement, les défenses de la nation du Reike se mis en place et quelques échanges rapides eurent lieu entre le seigneur dragon et le vampire l'assistant.

    - Il faut croire que je manque un peu de soleil, n'est-ce pas?

    Un rire, alors que le regard vairon du prédateur nocturne se dirigea vers les mastodontes que lui désignait Tensai.

    - Je suis bien d'accord, éliminer les plus gros permettra de mieux gérer les vagues de morts qui les accompagnent, nous pourrons alors gérer le flux du combat et agir en conséquences. Ces morts sont nombreux, mais ils sont faibles. Il est temps de leur rappeler contre qui ils se battent. Je suis avec vous Tensai!

    Les choses se déclenchaient rapidement. Les ogres beuglaient déjà tandis qu'ils continuaient à avancer, précédés par la masse grouillante et décharnée qui s'élançait vers la position des reikois. Ordonnant à ses troupes de s'aligner et se placer pour mieux protéger l'impératrice et former un premier cordon de défense pour arrêter les morts-vivants, Deydreus s'élança par la suite sur la gauche, tandis qu'il observait Tensai s'envoler. Depuis sa nomination, le vampire avait passé beaucoup de temps à s'entrainer avec l'empereur afin de parfaire leur collaboration sur le terrain et, surtout, pour permettre de renforcer les faiblesses de tout un chacun.

    Faisant danser Silence et Hurlement, le chevalier noir taillait sa route dans la horde nécromante tandis que des Serres Pourpres empêchaient cette dernière de se refermer autour de leur supérieur. Autour d'eux, des pluies de flèches filaient dans les cieux pour venir se planter dans les boites crâniennes des réanimés pour les renvoyer dans l'autre monde. Au bout de quelques secondes, la Griffe parvint finalement au niveau de son adversaire. Suivant le plan de Tensai, le but était simple: abattre les trois figures majeures pour perturber la progression des morts, tandis que l'impératrice utiliserait son senseur en arrière et permettrait de les prévenir de toute surprise éventuelle. Et surtout, de les guider dans leur progression par la suite. Revenant au combat, le bretteur fit un pas de côté rapide, esquivant de justesse la lourde masse de l'ogre réanimé qui venait de s'écraser contre le sol rocailleux, projetant au passage un grand nuage de poussière et de gravas. Hurlant de plus belle, la créature au service de X'O-rath effectua un balayage horizontal, projetant son arme de manière hasardeuse, loupant le général pour venir faire voltiger plusieurs restes de zombies écrasés.

    - Tu deviens agaçant.

    Canalisant sa magie élémentaire, le vampire déchaina soudainement cette dernière pour venir empaler les coudes et genoux de la créature gargantuesque. Ne lui laissant par la suite pas le temps de réagir, l'être aux yeux vairons se propulsa soudainement pour "sauter" sur les différents pieux sanguins qu'il venait d'incruster dans le derme pourrissant de la monstruosité. Puis, se jetant d'un coup dans les airs, Deydreus fit tournoyer ses lames avant de venir trancher avec force la base de la nuque du géant. Dans un fracas terrible, sa lourde tête s'écrasa par la suite par terre tandis que le vétéran retombait doucement dans la masse morte-vivante. Sans cesser ses assauts, ce dernier se replia néanmoins vers ses hommes alors que le corps démembré de l'ogre venait s'écrouler mollement sur une masse inconsciente de la fin approchante. Deux sur trois. Tournant rapidement la tête vers Tensai, Deydreus étira un large sourire avant de commencer à s'engager dans un grand ballet sanglant en direction du dernier géant qui, déjà, hurlait en direction des deux chefs de l'armée reikoise. Le combat était loin d'être achevé et si l'issue serait certainement à l'avantage de la nation du dragon, le fait était que leur ennemi avait déjà commencé à lancer ses pions contre eux. Ne laissant ni le temps au vampire de revenir sur le sujet du prince ou des questions plus "posées" qu'il aurait préféré développer. Cela devait attendre, car l'ennemi ne leur laisserait pour le moment aucun repos.

    - Tensai! Achevons rapidement cette monstruosité puis revenons à la position arrière pour concentrer l'ennemi dans un étau! Je vous laisse gérer les replis éventuels comme vous êtes en l'air, mais vous pouvez compter sur moi pour l'assaut sur ce porteur de cloches!

    *
    *  *


    Un peu plus en arrière, les lignes formées par l'association des Serres Pourpres et des Ryssen repoussait avec efficacité la nuée de morts qui commençait à venir gratter les boucliers et saigner sur les lances. Formant un diamant protecteur autour de l'impératrice, chaque soldat veillait personnellement à ce qu'aucune griffe ou dent ne puisse venir écailler la peau de la mère dragon. D'ailleurs, cette dernière put aisément sentir à l'aide de son senseur les nouvelles formes qui approchaient, un peu plus en contrebas de leur position. Un raclement terrible, formé par des pattes passant rapidement sur la rocaille et les restes sanguinolents des morts abattus.  

    Casus Belli OR7g453


    Hauts de deux bons mètres, les abominations muridés émirent un long couinement assourdissant. Bientôt, le flanc de colline commença à se teinter partiellement de noir, tandis que sur leur dos les plus petits rats réanimés commencèrent à se détacher de leurs "parents" pour charger les forces reikoises. Une attaque de flanc, vicieuse, animée par des créatures hybrides abjectes qui cherchaient ainsi à semer le chaos dans la formation défensive. Les boucliers se réalignèrent cependant rapidement, ajustant au passage lances et épées afin d'accueillir ces nouveaux adversaires. Des flèches et des carreaux fusèrent de nouveau, réduisant en charpie les abominations les plus en avant. Sans la moindre considération pour leurs camarades abattus, le reste des rongeurs continua sa course en direction de l'impératrice et des Ryssens la défendant avec les Serres. La horde plus en avant se faisait contenir, à présent, il allait falloir sécuriser également ce nouveau front.

    Il était impossible de savoir combien ces créatures s'avèreraient dangereuses et retords, aussi il était au choix de l'impératrice d'agir ou non, ou bien d'appeler à l'aide. Ils disposaient encore de temps, grâce à la détection de cette dernière. Ils pouvaient réarranger leur défense et choisir de rediriger les morts vers les rats et vice versa. Tout dépendait de ce qu'ils décideraient. Et de comment ils orienteraient la défense de cette première bataille. Devaient-ils tenir la position, ou bien commencer à avancer pour forcer l'ennemi à bouger?

    Dans tous les cas, le reike l'emporterait. Cela ne faisait aucun doute.  

    Résumé:



    Casus Belli Sgnz7nO

    " Vous, dont la liberté n'est possible que grâce à la rigueur d'âmes plus pures que la votre, ne vous croyez pas libres, vous n'êtes que protégés. Votre liberté est un parasite, vous vous appuyez sur l'énergie des hommes honorables et n'offrez rien en retour. Vous qui avez apprécié la liberté et qui n'avez rien fait pour la mériter, votre heure est venue. Cette fois vous devrez combattre seuls. Maintenant, vous allez devoir payer votre liberté passée de votre sang et de votre sueur. Car il n'y a pas de paix, seulement la Guerre. Et lorsqu'elle se montrera, elle n'épargnera personne. "

    Apparence des épées de Deydreus:


    Impératrice-dragon du Reike
    Impératrice-dragon du Reike
    Ayshara Ryssen
    Ayshara Ryssen
    Messages : 482
    crédits : 2384

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: S - Impératrice
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t202-l-imperatrice-dragon#612
  • Dim 12 Mai 2024 - 1:13

    Tangible comme le froid des terres désolées shoumeiennes, la tension de la bataille à venir contre cette horde de morts palpitait dans l'atmosphère.

    De sa détermination qui le caractérisait si bien, l'Empereur répondit aux préoccupations stratégiques de sa dulcinée concernant l'approche ennemie. Ainsi donc, la tâche de guider convenablement leur groupe reposerait sur ses épaules, à elle. Une noble responsabilité pouvant paraitre simple en théorie, mais qui cachait son lot de difficultés en pratique. Premièrement, la détection précise et continue de la signature magique de l'infâme nécromant demandait une capacité à interpréter subtilement les fluctuations parmi les différentes auras qui imprégnaient la mêlée. Discerner l'un de l'autre exigeait une analyse minutieuse et rapide. De surcroit, les réanimés de ce type étaient régulièrement invoqués en masse, créant un certain brouillard. Distinguer les mouvements tactiques de l'Archonte au sein de ce chaos requérait clairvoyance, celle de rester mentalement un pas en avant sur un adversaire rusé et impitoyable. Puis, l'autre principal défi résidait dans la gestion des ressources de la dragonne. L'utilisation prolongée de ce genre de pouvoir se voulait épuisante, surtout en étant enceinte. La fatigue, tant physique que psychique, pouvait devenir un obstacle encore plus redoutable que les armées de X'o-Rath. Ayshara se devait d'équilibrer l'urgence de leur mission avec le besoin de préserver sa santé et celle du petit être qui grandissait en elle... En fin de compte, cette chasse au méchant lui ferait un bon exercice !

    Lorsque Tensai eut fini, la senseur hocha sobrement la tête, ses prunelles indigos reflétant la lueur de l'aurore.

    - Bien entendu, mon Roi. Pas de "mon amour" ou d'excès de miel ici. En situation de guerre et de combat, le drakyn demeurait leur dirigeant à tous et la belle vosdraak avait effectivement l'intention d'honorer cette hiérarchie définie durant la bataille. Comme promis, elle respecterait ses ordres sans broncher. Même si elle n'était pas toujours d'accord avec tout. Même si celui qui les donnait est le père de ses enfants. Si l'Archonte utilise ses troupes en guise de diversion, c'est qu'il cherche possiblement à masquer un mouvement ailleurs. Je vais tenter d’employer mes capacités sensorielles non seulement pour suivre sa trace, mais aussi afin de déceler des anomalies dans le flux magique qui pourraient nous indiquer des pièges ou des manœuvres cachées. Elle sourit doucement à son âme sœur. Il ne me sera pas aisé d'essayer de penser comme ces erreurs de la nature et d'anticiper leurs actions les plus sournoises... Mais j'crois pouvoir me débrouiller. Enfin, elle l'espérait.

    Tensai et Deydreus s'élancèrent vers ces gros machins puants qui semblaient bien se badiner de leur fausse auréole divine. L'épouse du Conquérant, quant à elle, restait en arrière, accompagnée d'une partie des Serres Pourpres et des Ryssen. Les pieds fermement ancrés sur le sol dur, elle observait ses compagnons s'élever, leur silhouette se découpant contre le ciel obscurcit par toute cette magie morbide, tandis que son cœur se serrait sous l’effet de l'inquiétude. Voir son conjoint partir au combat était une épreuve qu'elle avait maintes fois endurée, certes. Toutefois, chaque éloignement réveillait un murmure de peur pour la sécurité de son homme qu’elle s'efforçait à dissimuler. Ne pas paraitre faible ou émotive devant ses soldats, il fallait.
    La jeune femme ne se laissa pas distraire davantage. Sa mission de soutien des troupes s'avérait d'une grande importance. Une tâche qui réclamait toute sa concentration et son expertise des arcanes. La réussite des objectifs dépendait partiellement de sa contribution. Pendant que les cris des combattants résonnaient et que les premiers affrontements éclataient brutalement, elle ferma les paupières, un court instant, respirant profondément pour se recentrer. Ses sens magiques s’étendirent par-dessus les bruits ambiants, sondant les courants invisibles de mana. Quelque part, terré, l’Archonte tirait les ficelles. La soeur de Vaenys scrutait les flux à la recherche de toute anomalie, de tout signe révélateur. Sérénité au milieu du chaos.

    Aiguë et insistante, une pulsation de magie noire frappa l'esprit de la reine avec la subtilité d'un coup de matraque républicaine. Non loin de leur position, des créatures véloces se ruaient à toute vitesse jusqu'à eux. Ces dernières ressemblaient à des chiens des ténèbres, des bêtes massives aux muscles saillants et aux crocs luisants de liquide non identifié. Et sur leur dos, il y avait ces mini aberrations de carcasse pourrissante qui paraissaient tout autant malveillantes. À mesure qu’ils s'approchaient, le fracas des armes se mêlait aux grognements rocailleux des monstruosités. Les soldats formaient un diamant protecteur autour de l'impératrice. Le métal des épées s'abattait sur le pelage sombre, tranchait la chair avec des éclaboussures de sang foncé qui tachaient rochers et cuirasses. Shlack ! Chaque coup porté par les défenseurs était répondu par des giclées de résiné et des morceaux d'organes arrachés. Grâce à leur agilité, plusieurs rats zombis réussirent à esquiver les attaques et à se glisser en dessous des boucliers pour mieux mordre et griffer. Rapidement, la zone proche d'Ayshara et de ses hommes se saturait de viscères sanguinolents, tandis que les dépouilles de ces sales cabots jonchaient le sol, entrailles éparpillées entre les cailloux. Plus difficiles à atteindre, les bébés continuaient d'harceler; parfois, leurs petits corps se faisant écraser sous les bottes métalliques des guerriers quand ils ne parvenaient pas à éviter un coup mortel. L'éclatement de ces choses fut telle une pulpe infecte jaillissant sur une terre déjà souillée.

    Tout en maintenant sa concentration sur les lignes ennemies, la belle percevait la menace croissante que ces créatures représentaient pour ses hommes. Agacé, son visage se durcit. Demeurant immobile, elle matérialisa des illusions. Il ne s'agissait pas d'une offensive directe, mais bel et bien d'un piège sensoriel destiné à tromper les esprits simples des adversaires. Soudain, à côté des rats, émergèrent des fantassins chimériques qui se mirent à les attaquer, dotés d'une apparence s'apparentant drôlement à celle des Ryssen. Pour les petits monstres, la réalité se fragmenta, leurs perceptions altérées en montrant des ennemis là où il n'y avait que vent et poussière. Confus, les non-morts se retournèrent et malmenèrent le vide avec hargne. Et durant ce temps-là, les vrais guerriers, eux, profitaient de la situation : leurs larmes s'abattirent sur les créatures distraites, les corps se faisant trancher, écraser et démembrer. Le son des os se brisant sous l'impact était presque totalement noyé par les cris des bestioles. Le sang, nauséabond et sirupeux, garnissait des enveloppes désormais vides de toute animation, réduites à des tas informes de viande et de peau.

    Mais la violence ne s'arrêta pas là...

    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum